<%BANNER%>







PAGE 1

IE MATIN —* r\ du Dinmu.Ulr $c (£ {flamtfjcturra AijrnlB mjJiutrru Se Cxpurlrr* iao] Kmdu Magasin Jf I But. PORT AU PRINCE. HATI. Ihptt'&eniants gnraux en Hati %  !•• neuf des plu% for'tt Manu/a' tures, tant amricaine*, franaises qu'allemandes se tiennent toujours la dispoition de leurs nombreux amis et clie'Hs personnels pou Icjeuhon de. leurs commandes. Som, promptitude et vritables prix de fabrique non tnajnrii d'aucune commission, Les colier H et //pi (mit Au mi v H u d une srie de coasei's Coli l'Cbseivateur seront cr>8 : M>r Po ghtrty archevque de Plnlade'phu Mgr Harraqier ai chevelue .de T ipgone, Mgr Y Veve archevque dt BurjieB, MgrSsboltc archevque dCologne, Mgr Von Faulliaber nrcht \0que de Mmicb et Mgr Irancieco --fjpgonea nonce du pane "pririd WASHINGTON '22 — Mr \Vils< i recommanda aujoutd'bui la lgiili lions autorisant la trsorerie accei ter les obligations allemands en pai ment de la dette de la Belgique au> Etats Uoil s'levant a 171 750,000 tire avec Ua intrts la recommandatioi tat faite conformment l'accord %  ign par M II Clemenceau, WillOO, l.loyd George pendant les ngocie tions du trait. M Le gouvernement Japonais en rponse lano'.e %  u gouverneme ainncain.ritre son regret de I lut dent de la mort du lieutenant Lanj. don et exprime l'espoir que le go vernement japonais agit eu trai an 1 incident et annonce qu'il destitue le gnral Nitlnliara, commandai a garnison de W ad vost< k. l'rca dent Col'ier, de I Universit de George Washington,en confrait e dictoratho o aiie de droit M Jusseia d, ambassadeur de Franc, parla de ses succs rudits, de set auccs c-rame diil ma'e, logia I .uliure irai caise qui rpandu sur U monde l'idal de la libell. PARlb 2}— L ts dlgus arglai-, franais et italiens se sont rna • daDS la rmline au palais de St lames. Les dlguions ottomanes d Coostantiiopleet d'Argora ont ex jos les pnneipes gnraux de); lestautation de la paix en O ient.L; tonliecce a deroatd aux dlgu; lires de picuer la iron ccrcit de leurs vues sur les points du trait de Svres dent ils demandent la mo difieatiOD. La prochaine union aura lieu demain tl heures. L'audi t.on des turcs dura environ une hei Mr Hriand sera l'h'e dhonneu u tanquet de Saiodaint David ft atiooale du pays de Galles. Le bar met est de 6oo couverts. Mr Lloyd ieoige y prononcera un discours. I.e lendemain aura lieu, d'aprs lt 'logr-mme admis la premire confe" ence allemande. M. Loucheur est arriv Londres 'nardi pour confrer avec les expert* [lis au sujet des rparations, Il occupera galement de l'Autriche. •es experts allemands arriveraient jeudi. L's dlgus turcs assistantdemain i la confrence seront seulement! l'ewfik pachi pour Constantinopl Btk r Sami bey pour Angora. Os! j mil dbuoes ; a: ic Lh P. ,u> uu it.ucle ^tiuau Nouvelliste le mardi un cd c ituuine, u DJUS C M don de tua U puscnptioi sui'riu e •' ilii ;e moner', il f ut que les : vts pi estaient tm ccitfi:*! de fjcciaauon a leuis prcepteursS ;euxa oinch z tus a^scas de peiitt vro'e, ils doi/en. c ie mis en qu;. muUiuc iiM icsleicniau sein de leur' (mille pendant le temps que u m<< ladie y svi .* Si t eve que le D. Dr Cjle veut retenir Jitz lui a.ors que la maladie / svit D'atl pu vicnu, il sera expos tre atteint. S'il et vaccin, .•i que, par ainsi, l se trouve un nu axe, ou ne voit pas comment, tuul .ui-mmt l'abri du mal, iluouuan o re d'uu voisinage dangereux pour .es autres. M*ts voil, une question se pose, mme parmi le monde mdical, c'est II [aut y pent*r Dios sa runion d'hier aprs mid', le Co.n't dOuaaJ l on de la Lo't ae, ea vue de dAn UCa h fraie de >ort a o Pria ce 4'uo pend orgiu av c ous lespe iectioaoemi i s m o km s, i dcid de reoouveier le prersmt ippsl tait i U popalauoi du pays. 11 a dfi ntivemen arrte ladite da dix avril prochain poar le tirage quel qie soir le nombre des bidets places au trois du mois d avril, dtr ui e lionne (.hicuTVOudra multipliersa chance i'accro.h r le gros lot de milkdollars, celui de )OJ dollar^, ou tout au moins l'un des 162 los gnants Le billet ne cote _qu*w dollar, et st sectionn en cinq coupoas d'une gourde ; on en trouve partout. D.-mandtz des biliet-s pour l'O gue Je la Cathdrale I \1ns1 vous aurez agi.— i part le t a m possible,— pour le plus giaid bien de la collectivit... Pas d hsitation Ncrologie C es* avec bemeoup de regrets que ^ .eue de savon si la vaccination pr .erve ietnemint del pidmie actuel'nous venons daporeudre U mo.t de Midame Fontelle Bots, ne Agns le. il DCKil sami Dey pour Angora, us rl f • # %  nan Nabi bey est ga'ement dlgu: UIHOll ratriOliqUe Cjnstantinop'.e, le Ujnstanttnop.e, mais c'est en (uu' ]'.;e sorte pour l'intermdiaire :ntre 'a dlgation de la Porte et elle d'Angora. NriW YORK— Caruso est cenva lescent. L' Imicale du Petit Sminaire Le Bureau de l'Union a dcid de faie du diman.he de P&iOCA la four ne de 1 Union patriotique C'e.-t, en Il t et jour q.e se leia i Pott au Prince la K rcaoi q^i sva.t t ajourne a cause de l'pidmie. Ce mmejojr.ts ton. e s tgionnaux seioui pns doigmi c er des ftts dont le pioduit se a consacr l'entretien de nos Dlgus aux Etatsintressante LJQJS de ctte se Nous d:.onsous contr.luer se'on Peti' Sm ; MUfflimiu au succs de l Œuvre nos moyeos — cou s de laquelle des dc j 0lil |* u uit ^'vidente chaque joui Le Bureau de cette \ssoctation a eu, lundi 1 ine, une lunion au aire. au ion importantes on. l prises rela jva Q tage. v n rut la bonne mirche et au lveloppement *de l'tablissement. — mam m m y a t aussi question de l'rection, le la Chapelle, pour Irquelle, on se ( rappe 1>, l'Etat a dj dcid une oitie de fonds de Vingt mille dollars. On sait que le Rvrend Pre La io. Suprieur du Collge, part par e fraaisen voyage de sant autart jue pour confrer avec le Suprieu. Jnral de la Congrgation sur les Dcsoias du Petit-Sminaire. C'est Fianraille* ne S arJ avec M Cuviily, survenue ce m^tia jh 1 1 2 Sta fu n ailles auio't lieu dema'n main i 8 heures ea l'Eg ise Sjtnt • Anne, Au Dr F ).itenel'e Bois, DO am S Flix et LebiunC :v Uy et aux iU il membres l li tiraille que ce demi inopin af g", nou^prsen ons }'n prsiioni.u de nos cordol r ces. contre CONSTIPATION prenez les COMPRIMS SUISSES de DELORT, Pharmacien, 119, A Saiot-Anloin P ARIS C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS UIVE PASTILLE ALDAi C'est la PRSERYATIM Jes Maux de Gorge. Enrouemeiti Rbtniei de Cerveau, Rhuact broDihitea, t-ic. C'est li SOliliSSME HH>!Am| l do l'Oppressiou, d 1 .-* Acca J'AstliL'e etc., etc. Cm! li BOHIEMDB pour combattre toutes le* Maladies de la Poitri*. RECOMMANDATION J, r... elHPORTAm J DEIARDEZ. EXIGEZ dans toutes les Pharmacies Les Vritables PASTILLES IVALDA1 vendues seulement en BOIT^B portant le nom ommi*8ion contrle du Reti lit r s rit rer de la c c ''a iongdes fiil e 1 annuls b ^* jn^qn'i h dite du 15 vi ei '92t g .'.s ?r %  eu t*u 8.877J '214.703 (Cv iet 192 1 4; 000 liste encircu'ation|Gd i,6lj — Melle Vio Mix Cassagnol. Siacres cjmp imenis. PORT'ATT-PRINOII Alex.PETnUS; Phrmel ALBEHIUU Pharroeoie du DJustin VIARD •t (ouf** I" ^nnn> Pharmacia*. "ORROIDE8 ,_i ion rrlaln et complta par la ?>14(>f OU OOCTIUR S' loup rC^MAHT SSMINOVB • MPMIt COKOOirt OOHH'. TOUJOURS UU ftCSULU i;-Uo!r> -HIPRt ". rat Ckirto-USiM, KEUIUIf Pnrl Ku-frhii : Mm. HTWIt re Les dlgations furent introduites |1 occasion de ce voyage que la aace dans Tordre de leur arrive. Celle dt 1 t tenue, afin que le Pre Lanore Coustantinople d'abo d, clie d Angora ensuite, la repiS' ita ion d'An gou Jeorge .ou i mm; de faire avec la maison nre les changes de vues ncessaires cou est la plus nomb eusf. Ml foy( J : -u preg es de cet tab' ssement den oeorge donna la paio'e iT wtikqu eignement secondaire qui passe, fit uu plaidoyer br. 1 en faveur de h ban droit, pour tll le premier de Turquie, NI -PP" >a tnsui-e le nobe pys. plaidoyer. i N us souhaitons au Rvr nd F Le prenne miriMti donna ensuire SupiieOl boa voyage, tiuciueuse (e la paroi i HikiHty qui dvebesogne ei prorrp' reour. C'est pro mt la th t dis na-'bablement le Rvrend Pre Christ, dtclar.n a pi an t Priet de Discipline et des Etudes. •cnls b qui sera, durant l'absence du Pre peuple voyait pas lorpa loryu tionalistes e reposes qu'i 1 reprMnieftl seulh qui fA ottoman. 1 : j 1 1 qu'il nr Lsnore charg des fonctions dt EN* d'mconviiei.i. ce qui iecUur. la conlience entendit le point di vue du geuvemement de Constanii-j' nople; Etki' Srri ^'Jt•acha iJi'mrn'rer, que le r'ibliScmtbT de la paix et Ontnt Test setlerrer.i to-s ble •utile est b"< sur une ti qi le. 1.1*1 me le M ainlien de l'eupire !oman loin an un ttit irdivii b!i i [cxvlntion dis i niioiies te n 1 ri rapi 'a rrajoiit u'arsbes et dont Us fitfntrrs seroi t tablies conformBatiocaltMts ti \<~ ACClaeit Gario, docker quelques sous dbarquement ntni aux veux de la seule dt K 'n naiu t Le nomm Albert i de pufeesion, avait j; en mains aprs le o,. d'un les steamers en rade. Entraic par a*'* camarades, il se rendit dans on ire pot de la Saline et joua son, uvu'i Dsetpr, il voulut noyet sou bagrio dans l'alcool et s'enivra. \ Vu* une heure du matin, il allB ( ne 1 p 1 ser sur les railade Me Don 1 1 et fut emport par le sommeil. Sur machine de la I a llaitement modr, r'ttv.endait pas ir. po er es six heures dans la zone F "reapos"de Bi'kli Sami bey itt ces mtiefaites une 1 I dclara qu'il Cie arriva et troya le malheureux dis ce. ci Aussi, ce matin vers 11|: de paix aux-mai. au ,1 C 00 Ofoll n 1 s'en reroet'ait gesse de la confrence .^mpiession ^ ^ mie> cause par 'a dclaration des d.Api '-s les constatations lgales U gus a t trs iavor bl.-.Apis • tre oac i BV re a t remis sa familleconeett avec MM. Il a d, Sfo sa LloydGeor.e btau rcmdesalli.s 0n| h(jrft ( f aC 'aai une dclaration u >ani que aux ill4liil.il , n Vr."e comte le fort lourondetla, pleinement a ' ,a G-IO Jbeit Gario tait le li's unique; :e qu 1 leur Arthur A de la Hoily.Mde Siin' importait et it le c-\ mer t pr.fqie Le 1 o de'a question d U eot. U demi K en d.rec cur de la Clinique p, 0 amuedts WVtn la q-es vient de pub 1er une b'cchu D ceri sot !• s re %  niiuletVario'a.C'esi une tude) r lU rr i>D \piimie actu l'e base sur U\ po mitolog.e Clin que et ddjf Panama Hailroad Stei-sship Linc. I Service de fret el depassa(|ers iNew-York Hati Port au-Pince, le 1er Sepembre 1)20 | Prenant npdit'ons directes pitir flogtetBrrfl et l'Europe et vice*^er i Connexions M b'eaux New York, le ulu* npide et h plus dir et service de et piur I li iro^e. Adresse A. E l'aie'-so", tttntial Fm h %gettt, AI, Sut Slrest, New York My.— fret payable ,| eLatmation l'exception du Miel Un dptrt par sennine le NdW York directement pour Port au Prince t m au're par mois pour lo s e po sd'IHi. Seulement passage de premire! c taie — Les suivants sont nos Agent* dans les principaux uor s d irope et d'Augleferta : Angleterre. JQP**e t>l hranee : MM. G.W. Shelden % <*>,JL7 % tentes Stfket, Huerpool, Entjlnd Gopenhagtie, Dtnsmtrk MM. A.En le Havre, ttordeaui ou Anveis seront livrs. 0. li. IIOMPSOJT, Agent gnerai agent pour 11 li A at rangements Tqci se son fat" :Tiandises poveo vos marct soit A Lendit



PAGE 1

Quatorzime nnAe Nos 40f Pofl au Prince H^ifc Vernirai ?5 Fvrier ItfM DIRECTEUR PROrRIETAIRE|. Ument-MAGLOIIIE LKSUMfBO 20 CENTIME Quotidien REDACTION; Rue Amricaine No, lifb TFIEFHOflk' M La libert est de faire tout ceqiiflesloisper etieot. Et si un 'itoyrn pouvait faire ce quelles diendeut, il n'y aurait plus de'Jibeit, parceque les autres auraient le mme pouvoir. MONTESQUIEU J AVFC le rgime actuel, on n'a jasimplement, et avait da le C0're nais Uni fcvee les surprise. Pt l'un dpfinitivemen*, noua voulons bien ,ei pi' a ce mp euts p rooi le r.'tr H attendre la ubl catio i di f meix v*it bien raisoa de dire l'autre joui Livre Bien p omis N us le rp 4 on-> ne ce lg'ine noua raerve chaque cependant, elora mme que le voya jor des surprise plus grandes. ge nit sans objet prcis, un MiBViS devoir de courtoisie, devait Le pufc'ic apprend aujourd'hui, a ri" i n areil refua aur les lvres occasion duo article d* Mr Charles 'lu Prside n Wilajn. prier, q i parle de l'u ilil q .'il y Pasyantunautreordre d'ides.ncus orai'poui le Prsident de voyager pou\o-s nous demander main enant Washington et(|ui a l'air d avoir pour le cas o le Prsident DutigUS it suggr tant il pareil venir nav-r d s explications for oellti oint.ie public apprend. lisons-nous, a offrir au Prsident Wilson sur cer il a>a i (t daoa l'iateutio i il %  M tains poiu a de la situation actuelle ifgucnav de vo/?g)r p >u sendu pays, 4 oelles sont airsi s choit oit avec le Prsident Wileon, et ses qu'il pourrait ave r 4 dire ^e, m l voyage n'a pas pu ae ralj Waahinglou et qu'il ne peut pas r.c'eit que le Prfeideut des Etatsfaire cooi at*re ses concitoyens ,,jsurs,t refus sou assentimentUn au a t tre qu s o de com ffet douteux que lePisidenl murncalious odi lellea ordina.res, au ilion, qui se dplace lui-mme que c g le Praident Wiltoo f< urnd bon lui semble, aoit arm du bien de penser que les voies olliciel roit ncessaire pour priv. r le prs* les ord naires so:.t auiti autes Mai|eni,de notre Rpubliq ie de voyng r aloio m-meii.e dans le caa o la Hou ver | lemeut lianen aurait dcid utile le (tu f de I Etatde se dplacer epuis la guerre, bon nombre de (J isat au Livre lileu, sur lequel il pat ait qne le Gouvtrnemeot co npt beaucoup pour momrer le* ellort liels de Gouvernement ont voyag a ( qu'il a fai s,sur le papier, pour dfei \rarger, et paitout ils ont reu le? cueils dus leurs rangs. Alors ^me que CiS dplacements aien n'avoir pan de motifs particulier courtoisie fait que ces voyage* Dt donn;iieu, chaque fois, de ccas'ons de renouveler et d affirmer H sympatlms mutuelles. [Pourquoi doDc le Prsident WiltD'l oia mme que le dplacement Mr Dartiguenave ne ui aurait pas ira lie si Iflssmment justifi pai circorstances, at'il oppose son is la ralisation dune ciicons ace qui et permis s. x Chefs d n gouvernements su is et lis par i contrat d %  coilabots on intime d voir et de ae marqu r leur courliiie ? ]li est piible pour nous de supper que le Prsident des Etats11 aurait i !us de rectvoir le Naidcnt Daruguenave puremett e die les intrts du pays, nous I adei dont aussi avec la mme unpatieuc Car il se dit que to is ces tions su le ppier ont oie constamment bal (08 en brche par des combinaison HOtitt rrainea et machiavliques pai ti a des rgions mme du Gouveru* men e nous tcherons de iendr publics, il cela nocs parait devoii aider a faite la lumlie, des fait dont on parle, aiiu de pouvoir biei examiner les renseignemen s du Livre Bleu la lumire de ces LitsApi es l'insulte cllicielle que 1 refus du Pisident Wilson vient d' I'H'M' Ru Chef de notre Etat.nous son mes bion aitcriss a nous mettre en ^Ud contre ceux qui nous it-pre enit ntet i.uus administrent et biei nettoyer nos veries pour lire C( qu ou se propose de nous raco ie. n se passe dts choses si d 0le8 d-\-.-. aotie pays depuis quelques mois!.. v dclare ic t YoroJzu co ajot nt : (Aucun sscr fice ncessaire m oit tre pargn. La justice e.t c-, notre ct . Un des moyen* adopts pour exe ter le sentiment populaire est la pu blication d une sn d histoires dts pionrig-", r les Amricains sont ic eus s de dpenser de fortes somme dans leurs i Doits pour dcouviir 1rs secrets militaires du lapon. Toute cet e section de la Presse qui soutient les m litaristes a trava lpandre la croyance que les W Ut LUiiM %  'e campagne danypMSe par les Japonais ^'ennemi, k c'est l'Amrique n i* lpandre la croyance ut s dlorts dans le but de fomecii/!E ta t s rjois dlibiemment et d'une ccnrrt de sentiment anti Amp| t on agressive chercheot i birrer le i pa-mi Us | ponais sont trs i. c hemin a l'expansion Japonaise. qis en ce moment, suttout p,\ j Cette campagne dangereuse a pro 1 [' i' mee et leur manque tU u { { soa t f j tt ; car une atmosphit colc nie Amricaine 'fortement charge de seLtiments to r \ f J, r "Ml alarme so'ifl amm s pareils i ceux qui ex staier. t de 1 avenir. | en j£ ur0 p e Centrale pendant la prio mes tels que •KokuminOde q U j ava it prcd la guerre est %¡ e au lapon. Les nerfs du ptuple sont extrmement tendus. Ils aliicheoi ure irascibilit extraordinaire dans ute action Amlie, iae en S bi e z Pour l'Histoire Smiior, Prsident 19... Le Matin ABONNEMENTi fopul lar^' 101 Des •Yoiorzu, reprsentants tous deux Icr-micn extrme Na'ionaliste, b *'dn i joiire ltmer t d'invecti\es nl "Hn bta-s Un en dro>aolj t Pogance ei l'icjustice du prrain. Ke Yo Pup>t;et en Chine. le ci i de nota sommes encercles, Ul tou us les bouches. U.i ma (elle co. s e fuses en accusar-t les Amricains^ riants de munitions dtenteurs i : imme l dins U V, Up DiiS V L'hypocriaio avit r^n'ti toutes les h ores de sou no et de sou oorpp, il i* ait co nu nature da a fardim. S tn rat na rles il 80 Nation tout ce que se *i ini nvRinni accompli de glorieux sur cet e larre. coioplaiiait s:ner, dilu PAR Mois POR'I AL'-PRINCE Di PARTBMKNT I:IK.\NGI R 'aria et II, 21 2'' Londres^ Vouvelles Etrangres PARIS le nteis ii liniment har lies et 11 -t1 %  • 1RS coquins de ces triste* temps. Il ne pouvait vivre quen leur o.np • .{nie t c'es pourq-j i. di qu'il c t i* nnraent fivirabl il Us appela ses cots pour partwgar avec lui d-. jouissances da ro g fn ants Cettcananle couronne tut constamment an insolent dfi la morale et au* honntes gen&. Son profond amour da l'argent et le dsir exaspra d aliar vivra Paris, gav d'or, apr* s4 d cla-uiv. ( avaient galement rendu insensible tout sentiment noole et gnreux, imilor ne croyait pas l'honneur, encoie moins la vertu, la probi t, la reconnaissance 11 ne croyai 2t Fvrier Ma—j.Rente i0(0S7.-?> S-erhng fj,69* Dollar n.98 '• l.OQ G. 2,;o • '. I.O) La annonces >ont reue* au Como 0,ra Interna lonal de Pnbii<*it u •ritsM hypocrite, dans .inr;4o-iqne fade Ptincohre il eTronchT P sa dmarche tait l.yuori e, ses piuoe dgele de lieux rj-na oa s fo i Ludotte, Util rles nexpnmaieit qu assurances dus dins le mme vi n mo-ile of hypoentea. Sis toein taient pures liciel dil y a cmqua iti ans. ca qui et cependant comme mt ctas dvous ramenait infailliblement la viei ne men'ait pis toujours et mmo re ce vers du fabuliste : cependant son a gage allai jamais \'ou tour rttat, SUgtmt.ca Ici croquant beau sincre. D abord eselav du papier' eoap a honneur timbr, puis, avant esca'ad lus sonaj Btpart en l'urt de dHsnnuler, son mets de la poil Ique, depj a, %  ttai C03ur contenait un triple abme t-. n. il avait appartenu cas rgi• ( MtOC, de perfi lie et de trahison me* da hon es et da ci mes q i arae|^ e ? g^'i's taient jaibares. Taudis oreut l'OJCOpatioo amricaine. Les 'P 1 01 sa plaiguait do manquer de .onnaissant fund,il avait, lui aussi, ^ ain il se vantai', lu-, de manger ri; -n systma de gouvernement l( e la cassava et %  'offrattea exemple les manges, les stratagomes, les | a t >urba de latears qui I entou raient* A la riche., lna et suava M isi pie lu Palan, dirige pbr Ojcide Jeanty, ce rustaud prfrait la sauvage musiqie da bamboula et de bastringue D'una avance sorbde, il ne faisait !? 'W w f*.k^ ex,)0 ''ations se jaunis l'aamna. 11 m saurait le rhomlS-li Tri a ,HS ; l x .ooo francj iont il usait et se plagiait toujours !" nl !" J 7 •' 00 ; 0 JLes exportsle ce que BOU entouraga le buvait 2a2i?PSS faDri ^ u ont aug*on insu. Sa politique consistait tampori jer t a tromper. En tourea choes, il notait jamais pressa. Il s tait %  •^um tout subir, tout accepter en vu i de se cramponner le plus ongtxnps possible sa cha ge poui en loucher les indemnits. Il ne reculait devact aucune supercherie : N'EV.YIRK 2; >2 Sterling j,S8;; r-ranc IJ 8}| PARIS-Les iraportalionsdu mois de Janvier se sont levaes. II 982 WJ ooo francs contre •.'.{!);{ 126 QQQ* en lanvier IQJo" pas au mrite, au talent, pas mme loutea le8 trahisons lui semblaien "intelligence II ne croyait rien lgitimes, s il devait en profiter. Soi de grand ni de beau en ce monde, rien de ce qui i ve l'bom n aulepsus des vulgaires raatri lits dt l existence. Seuls, la crainte on 1 int .et inspirait ses actes. Tous l'S Hatiei s sont des ca Mil e 1 affirmait il e', d m de g oioaiti il jouissai de ra| voir s'hu mi ier ses pie s, mandier une place, une faveur, une puutionli citait leurs noms Voyez X Y.. Z dirait-il a on • ir.ouraga, ils taient w^ 0 temps de I logratitad*de se con're moili bien! aujourd'hui ila concitoyens qui mcounaissaient s. sont venus un demander des char gi?t>, j > tour en ai iionnes. Us sout irent. Ce to it de 3 .m heureux I Pour se maintenir au Pouvoir, il tait toujours prt saci.fier, sans sourciller tt d'uue ne tranquille, les luttiHs les plus Cfiei sarradu \ ays et aussi ses meilleurs amis ceux IJUI lui avaient don iulemale dupiici lui fournissai chaque |our des ressources nouvslles pour lui permettre de gurdei sa proie. St 1 croyant tri malin, il se com pos-ut parfois une at Unie de mai tyrIl parlait sans cesse e. abo:iinn^ met t des sacriliites immenses qu il s'imposait, pour murer ce qui peut tre tauv au profit de so i en r ei malheureux pays et se pl*>g

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05321
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, February 25, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05321

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatorzime nnAe Nos 40f
Pofl au Prince H^ifc
Vernirai ?5 Fvrier ItfM
DIRECTEUR PROrRIETAIRE|.
Ument-MAGLOIIIE
LKSUMfBO 20 CENTIME
Quotidien
REDACTION; Rue Amricaine No, lifb
TFIEFHOflk' M
La libert est de faire tout
ceqiiflesloisper etieot.
Et si un 'itoyrn pouvait
faire ce quelles dien-
deut, il n'y aurait plus
de'Jibeit, parceque les
autres auraient le mme
pouvoir.
MONTESQUIEU J
Avfc le rgime actuel, on n'a ja- simplement, et avait da le C0're
nais Uni fcvee les surprise. Pt l'un dpfinitivemen*, noua voulons bien
,ei pi' a ce mp euts p rooi le r.'tr h attendre la ubl catio i di f meix
v*it bien raisoa de dire l'autre joui Livre Bien p omis N us le rp4on->
ne ce lg'ine noua raerve chaque cependant, elora mme que le voya
jor des surprise plus grandes. ge nit sans objet prcis, un
MiBViS devoir de courtoisie, devait
Le pufc'ic apprend aujourd'hui, a ri" i n areil refua aur les lvres
occasion duo article d* Mr Charles 'lu Prside n Wilajn.
prier, q i parle de l'u ilil q .'il y Pasyantunautreordre d'ides.ncus
orai'poui le Prsident de voyager pou\o-s nous demander main enant
Washington et(|ui a l'air d avoir pour le cas o le Prsident DutigUS
it suggr tant il pareil venir nav-r d s explications for oellti
oint.ie public apprend. lisons-nous, a offrir au Prsident Wilson sur cer
il a>a i (t daoa l'iateutio i il M tains poiu a de la situation actuelle
ifgucnav de vo/?g)r p >u sen- du pays, 4oelles sont airsi s cho-
it oit avec le Prsident Wileon, et ses qu'il pourrait ave r 4 dire
^e, m l voyage n'a pas pu ae ralj Waahinglou et qu'il ne peut pas
r.c'eit que le Prfeideut des Etats- faire cooi at*re ses concitoyens !
,,jsurs,t refus sou assentiment- Un au a t tre qu s o de com
ffet douteux que le- Pisidenl murncalious odi lellea ordina.res, au
ilion, qui se dplace lui-mme que c g le Praident Wiltoo f<
urnd bon lui semble, aoit arm du bien de penser que les voies olliciel
roit ncessaire pour priv. r le prs* les ord naires so:.t auiti autes Mai-
|eni,de notre Rpubliq ie de voyng r aloio
m-meii.e dans le caa o la Hou ver |
lemeut lianen aurait dcid utile
le (tu f de I Etatde se dplacer
epuis la guerre, bon nombre de
(J isat au Livre lileu, sur lequel il
pat ait qne le Gouvtrnemeot co npt
beaucoup pour momrer le* ellort
liels de Gouvernement ont voyag a ( qu'il a fai s,sur le papier, pour dfei
\rarger, et paitout ils ont reu le?
cueils dus leurs rangs. Alors
^me que CiS dplacements aien
n'avoir pan de motifs particulier
courtoisie fait que ces voyage*
Dt donn;iieu, chaque fois, de
ccas'ons de renouveler et d affirmer
h sympatlms mutuelles.
[Pourquoi doDc le Prsident Wil-
tD'l oia mme que le dplacement
Mr Dartiguenave ne ui aurait pas
ira lie si Iflssmment justifi pai
circorstances, at'il oppose son
is la ralisation dune ciicons
ace qui et permis s. x Chefs d
n gouvernements su is et lis par
i contrat d coilabots on intime d
voir et de ae marqu r leur cour-
liiie ?
]li est piible pour nous de sup-
per que le Prsident des Etats-
11 aurait i !us de rectvoir le
Naidcnt Daruguenave puremett e
die les intrts du pays, nous I adei
dont aussi avec la mme unpatieuc
Car il se dit que to is ces tions su
le ppier ont oie constamment bal
(08 en brche par des combinaison
HOtitt rrainea et machiavliques pai
ti a des rgions mme du Gouveru*
men e nous tcherons de iendr
publics, il cela nocs parait devoii
aider a faite la lumlie, des fait
dont on parle, aiiu de pouvoir biei
examiner les renseignemen s du Li-
vre Bleu la lumire de ces Lits-
Api es l'insulte cllicielle que 1
refus du Pisident Wilson vient d'
I'h'm' Ru Chef de notre Etat.nous son
mes bion aitcriss a nous mettre en
^Ud contre ceux qui nous it-pre
enit ntet i.uus administrent et biei
nettoyer nos veries pour lire C(
qu ou se propose de nous raco ie.
n se passe dts choses si d 0le8 d-\-.-.
aotie pays depuis quelques mois!..
v dclare ic t YoroJzu co ajot
nt : (Aucun sscr fice ncessaire m
oit tre pargn. La justice e.t c-,
notre ct .
Un des moyen* adopts pour exe
ter le sentiment populaire est la pu
blication d une sn d histoires dts
pionrig-", r les Amricains sont ic
eus s de dpenser de fortes somme
dans leurs i Doits pour dcouviir 1rs
secrets militaires du lapon.
Toute cet e section de la Presse
qui soutient les m litaristes a trava
lpandre la croyance que les
W Ut LUiiM
__
'e campagne danyp-
MSe par les Japonais
^'ennemi, kc'est l'Amrique
n i* lpandre la croyance
ut s dlorts dans le but de fomecii/!Etats rjois dlibiemment et d'une
ccnrrt de sentiment anti Amp|t,on agressive chercheot i birrer le
i pa-mi Us | ponais sont trs i. !chemin a l'expansion Japonaise.
qis en ce moment, suttout p,\ j Cette campagne dangereuse a pro
1 [' i' mee et leur manque tUu{{ soa tfjtt; car une atmosphit
colc nie Amricaine 'fortement charge de seLtiments to
r\ fJ,,*r"Ml alarme so'iflamms pareils i ceux qui ex staier.
t de 1 avenir. |en jur0pe Centrale pendant la prio
mes tels que KokuminOde qUj avait prcd la guerre est
?e au lapon. Les nerfs du ptuple
sont extrmement tendus. Ils aliicheoi
ure irascibilit extraordinaire dans
ute action Amlie, iae en S bi e
z
Pour l'Histoire
Smiior, Prsident 19...
Le Matin
ABONNEMENTi
fopul
lar^'
101
Des
Yoiorzu, reprsentants tous deux
Icr-micn extrme Na'ionaliste,
b*'dn i joiire ltmer t d'invecti\es
nl"Hn bta-s Un en dro>aoljt
Pogance ei l'icjustice du
prrain.
Ke Yo
Pup>t;et en Chine.
le ci i de nota sommes encercles, Ul
tou
us les bouches. U.i ma (elle co. s
e
fuses en accusar-t les Amricains^
riants de munitions dtenteursi:imme"l.dins UV, UpDiiS V
L'hypocriaio avit r^n'ti toutes
les h ores de sou no et de sou
oorpp, il i* ait co nu nature da a
fardim. S tn rat
na
rles
il 80
Nation tout ce que se *i ini nvRinni
accompli de glorieux sur cet e larre.
coioplaiiait s:ner, dilu
PAR Mois
POR'I AL'-PRINCE
Di PARTBMKNT
i:ik.\ngi R
'aria et II, 21 2''
Londres^ '
Vouvelles Etrangres
PARIS
le nteis ii liniment har lies et 11 -t-1
1rs coquins de ces triste* temps. Il
ne pouvait vivre quen leur o.np
.{nie t c'es pourq-j i. di qu'il c t
i* nnraent fivirabl il Us appela
ses cots pour partwgar avec lui d-.
jouissances da ro g fn ants Cett-
cananle couronne tut constamment
an insolent dfi la morale et au*
honntes gen&.
Son profond amour da l'argent et
le dsir exaspra d aliar vivra
Paris, gav d'or, apr* s4 d cla-uiv.
( avaient galement rendu insensible
tout sentiment noole et gnreux,
imilor ne croyait pas l'honneur,
encoie moins la vertu, la probi
t, la reconnaissance 11 ne croyai
2t Fvrier
Maj.Rente i0(0S7.-?>
S-erhng fj,69*
Dollar n.98
' l.OQ
G. 2,;o
'. I.O)
La annonces >ont reue* au Como
0,ra Internalonal de Pnbii<*it u
ritsM hypocrite, dans .inr;4o-iqne fade Ptincohre il eTronchT P
sa dmarche tait l.yuori e, ses pi- uoe dgele de lieux rj-na oa s fo i Ludotte, Util
rles nexpnmaieit qu assurances dus dins le mme vi n mo-ile of ,
hypoentea. Sis toein taient pures liciel dil y a cmqua iti ans. ca qui ----------------
et cependant comme mt ctas d- vous ramenait infailliblement la
vie- i ne men'ait pis toujours et mmo re ce vers du fabuliste :
cependant son a gage allai jamais \'ou tour rttat, SUgtmt.ca Ici croquant beau
sincre. D abord eselav du papier' eoap a honneur
timbr, puis, avant esca'ad lus sonaj Btpart en l'urt de dHsnnuler, son
mets de la poil Ique, depj a, ttaiC03ur contenait un triple abme
t-.n. il avait appartenu cas rgi- ( MtOC, de perfi lie et de trahison
me* da hon es et da ci mes q i arae|^e? g^'i's taient jaibares. Taudis
oreut l'OJCOpatioo amricaine. Les 'P1'01 sa plaiguait do manquer de
.onnaissant fund,il avait, lui aussi, ^ain il se vantai', lu-, de manger
ri; -n systma de gouvernement l(*e la cassava et 'offrattea exemple
les manges, les stratagomes, les |'a t >urba de latears qui I entou
raient*
A la riche., lna et suava M isi pie
lu Palan, dirige pbr Ojcide Jeanty,
ce rustaud prfrait la sauvage mu-
siqie da bamboula et de bastringue
D'una avance sorbde, il ne faisait !? 'W wf*.k^ ex,)0''ations se
jaunis l'aamna. 11 m saurait le rhomlS-li Tri a ,HS-,;lx.ooo francj
iont il usait et se plagiait toujours nl. J ,7 '00;0J- Les exports-
le ce que bou entouraga le buvait 2a2i?PSS faDri^u ont aug-
*on insu.
Sa politique consistait tampori
jer t a tromper. En tourea choes,
il notait jamais pressa. Il s tait
^um tout subir, tout accepter
en vu i de se cramponner le plus
ongtxnps possible sa cha ge poui
en loucher les indemnits. Il ne re-
culait devact aucune supercherie :
N'ev.Yirk 2;>2- Sterling j,S8;;
r-ranc ij 8}| "
PARIS-Les iraportalionsdu mois
de Janvier se sont levaes. II 982
WJ ooo francs contre .'.{!);{ 126 QQq*
en lanvier IQJo- "
pas au mrite, au talent, pas mme loutea le8 trahisons lui semblaien
"intelligence II ne croyait rien lgitimes, s il devait en profiter. Soi

de grand ni de beau en ce monde,
rien de ce qui i ve l'bom n au-
lepsus des vulgaires raatri lits dt
l existence. Seuls, la crainte on 1 int
.et inspirait ses actes.
Tous l'S Hatiei s sont des ca
Mil e 1 affirmait il e', d m de g
oioaiti il jouissai de ra| voir s'hu
mi ier ses pie s, mandier une
place, une faveur, une puution- li
citait leurs noms Voyez X Y.. Z
dirait-il a on ir.ouraga, ils taient w^0* temps de Ilogratitad*de se
con're moi- li bien! aujourd'hui ila concitoyens qui mcounaissaient s.
sont venus un demander des char
gi?t>, j > tour en ai iionnes. Us sout
irent. Ce to it de3 .m heureuxI .
Pour se maintenir au Pouvoir, il
tait toujours prt saci.fier, sans
sourciller tt d'uue ne tranquille,
les luttiHs les plus Cfiei
sarradu \ ays et aussi ses meil-
leurs amis ceux ijui lui avaient don
iulemale dupiici lui fournissai
chaque |our des ressources nou-
vslles pour lui permettre de gurdei
sa proie.
St1 croyant tri malin, il se com
pos-ut parfois une at Unie de mai
tyr- Il parlait sans cesse e. abo:iinn^
met t des sacriliites immenses qu il
s'imposait, pour murer ce qui peut
tre tauv au profit de so i en r ei
malheureux pays et se pl*>g belle ame et doaiuiaieut coiiuuue
lement ses meilleures intentois. tu
peilo, il se rjouissait des bons toui
qu il leur jouait, des prom ssts I
Iacieuse8 qu il leur faisait, surtou
quand il pensait laur avoir donn I
Us" pluHic"a"Ue 8ur 8e8 vritables santimenl.-
et russi mystifier tout le moodi
li mi!.ii' disait de lUiljr, un grau
honule hjmme : Il n est p
da ce aoll h D'est pis u i
S H
li s
n
n les plus gra ides preuves da d
vouciu"iii &'. qui il 'ait redevable.
des plus grnn is services, en faveui :^e;,t) terre!...
de ses pires ennemis, de ceux q i Aprs avoir prinis sas an d -i
avaient le m' s travaill contre luilour -tsiguer un succesieur cipablu
l'av .eni train sur la caie, ngo i ; de continuel sa polu14ua.il mourut
d'invectives et d'outr g s- Il agissai '' H-' d'apoplexie, la suita d'excs
ainsi ds qu il pensait que les eu dj lable. car la ^o-nfreria ne fat pas
constances s'y prtaient et qu'il pou iuu de ses inoindras vices-
vait le faire impunment- | Tu js. A- VlLVlclN VV
D'esprit lourd et grossier, le sen;- 1
de la beaut hurmonieuse et simp e .
lui cbappiit. Similor ignorait tes{~Scil'ilC4*tM
finessec, les lg nces t'as ueuaes de '
a belle langue franaise. Suppt de !
Liiin.it, tes exigences de sa p-t
f ss on d avocat ne lui avaient pa j
laibs le lo'sir de es goter et delma,!n'
les nppn.iji.dir- t h l lui, point de
Cespenodes larges et sonoies en
(juoi b'avreut les ma es beauts dt- 'deux hangars qui leur o
rojuence.ioictdimagiuation.poin'.'dhpi'al annexe au fort de
deaei-.ibilit. mie Eo retour de celte
Dana les et remontes ofiiciel.es.ses
d s ours a ses concitoyens, notam
n. 1. a 1 a non des ftes de lin
mente de .73ioo francs. L'ambia
sade d A.ogleterre dment formelle-
ment l'information publie par an
journal du Matin suivant sqaalle
I Angleterre majifeaterait son oppo
si*ion aux clauses militai es et noliti
ques da l accord franco polooaia
Lfa aviate.i's Uor et ilrnard ont
voulu.eoterde8adj.,gerle prix de
lArcjlub de France coniisUnt a
parcourir 5fi35 kilomtres dans le
moins de temps oossib e Ils ont fait
pendant la nuit le prem er parcours
Pans LU 1 Paris en 8 heures .V2 Ils
: sont repartis 2 h du matin pour
lia deuxime ape Paris Pau et re
tour, ils devaient ensuite couvrir Ps
ris M t/. et retour, mais par sui'a
avarie au moteur, ils out t oblig.-*
d atterrir entre Angiulme et Uffio
ges Ils ont du ah indonner le raid.on
rsison des dimensions trop petites
du lerrain ne permettant pas l'a
vio.z de reprenne tou vol.
) a notili S m conseil de la Sje;
e d s i allons, sa sance u'aoo^r
lh 11 qu.- les l-.tats Unis lui ema
yaient ne note sur les questiors
des 'uai.dats pour lea arxieunes poa
ses-i jusdes pa.s e nemis. Notifies
lion de. \Lu\i U-iis l'arme une lettre
datambassadeursmeileaJa tftJddh
WjI a'.e.
Li.t rveiitiori des Ktsts Uall est
vue non vorablemeut dans les mi
heux f.aosta car oivoi que le oou
veai con ment veut nster en con
tact avec Inician.
Ls Conseil de la SociJl s termin
sa rponse a la note du VI. Wallace
il a dclar tojta dcisio relative i
la tortue de< iimlata jusqu' la r
cepttoqdela co nmunication du l)
parlement d'Ktat.
L'ambassadeur des fats Unis a
offert un depuner ses collgoea de
l'Amrique htine.ll
a port un toast
u en disant brivement sa ioia d u.
appliques Woir .q ce S^iZ&jR
C'est mercredi, a 00/- heures du de Washing'ou
que le Service d'hygine a ('et """varsaire a t rlbrA n
'remis olliciellemenl aux dlgus de S, Ul par une '" ,",:,* Uoo de la
l.EroV.I. bHmeat central et les waCeaTnnT- L" ub*'* r
t#rvi a h po un r"W0".0 atx
servi p,ed de la Ma ue Wahlna'o et
pid- g est rendu ensuite I A'C de Triom
retour de celte jouissance theoiil a da..... une couronna
qui a du- tro-s mois pr<. le service sur la toml. du soldat mconnu 'Le
d'h'gine .bindonnei l' oit li-s reprAaen an's du
une gueire raciale est
,;les Amricains sont dehors poux pr i < r d- pM dsnee, rsinaient le meuson
fourb-rie Par
e de trit
deiress
sment des
imeff, Similor avait pour devoir de!ques
fire revivre et vibrer au cur d Is'local.
( London Exprs )
{ULa-.icn 'ecteque deux petit s cooi
iiruc ons en b us.
Nom croyons au aprs ts vacaa-
jees de Piques l*pi lmie tant en-
|rave l'Ecole de* Sciences appli
pourra regagner soi an.ien
m nistre de la
uerre et les groupe des socit
Iran..-,i.P8 se Kont joints aux mem
bres de la co'onie amricaine
ROdl l/nbsrrvaeur da Va'ican
a auouuM uilicialieiiitfot auiouid'h-n
que le CooaiaSoire aeeral aura heu le
7 mars et le consistoire pubhc il
lo mt Us cardmaux suivants di
-a*,
**-


IE MATIN
*
r\
du Dinmu.Ulr $c (
{flamtfjcturra AijrnlB
mjJiutrru Se Cxpurlrr*
iao] Km- du Magasin Jf I But.
PORT AU PRINCE. HATI.
Ihptt'&eniants gnraux en Hati ! neuf des plu% for'tt Manu/a'
tures, tant amricaine*, franaises qu'allemandes se tiennent toujours
la dispoition de leurs nombreux amis et clie'Hs personnels pou
Icjeuhon de. leurs commandes.
Som, promptitude et vritables prix de fabrique non tnajnrii
d'aucune commission,
Les colier h et
//pi (mit
Au
mivH u
d une srie de coasei's
Coli
l'Cbseivateur seront cr>8 : M>r Po
ghtrty archevque de Plnlade'phu
Mgr Harraqier ai chevelue .de T
ipgone, Mgr Y Veve archevque dt
BurjieB, MgrSsboltc archevque d-
Cologne, Mgr Von Faulliaber nrcht
\0que de Mmicb et Mgr Irancieco
--fjpgonea nonce du pane "pririd
WASHINGTON '22 Mr \Vils< i
recommanda aujoutd'bui la lgiili
lions autorisant la trsorerie accei
ter les obligations allemands en pai
ment de la dette de la Belgique au>
Etats Uoil s'levant a 171750,000 tire
avec Ua intrts la recommandatioi
tat faite conformment l'accord
ign par M II Clemenceau, WillOO,
l.loyd George pendant les ngocie
tions du trait.
M Le gouvernement Japonais en
rponse lano'.e u gouverneme
ainncain.ritre son regret de I lut
dent de la mort du lieutenant Lanj.
don et exprime l'espoir que le go
vernement japonais agit eu trai an
1 incident et annonce qu'il destitue
le gnral Nitlnliara, commandai
a garnison de W ad vost< k.
l'rca dent Col'ier, de I Universit
de George Washington,en confrait
e dictoratho o aiie de droit M
Jusseia d, ambassadeur de Franc,
parla de ses succs rudits, de set
auccs c-rame diil ma'e, logia I
.uliure irai caise qui rpandu sur U
monde l'idal de la libell.
PARlb 2}Lts dlgus arglai-,
franais et italiens se sont rna
daDS la rmline au palais de St la-
mes. Les dlguions ottomanes d
Coostantiiopleet d'Argora ont ex
jos les pnneipes gnraux de);
lestautation de la paix en O ient.L;
tonliecce a deroatd aux dlgu;
lires de picuer la iron ccrcit
de leurs vues sur les points du trait
de Svres dent ils demandent la mo
difieatiOD. La prochaine union au-
ra lieu demain tl heures. L'audi
t.on des turcs dura environ une hei
Mr Hriand sera l'h'e dhonneu!
u tanquet de Saiodaint David ft
atiooale du pays de Galles. Le bar
met est de 6oo couverts. Mr Lloyd
ieoige y prononcera un discours.
I.e lendemain aura lieu, d'aprs lt
'logr-mme admis la premire confe"
ence allemande.
M. Loucheur est arriv Londres
'nardi pour confrer avec les expert*
[lis au sujet des rparations, Il
occupera galement de l'Autriche.
es experts allemands arriveraient
jeudi.
L's dlgus turcs assistantdemain
i la confrence seront seulement!
l'ewfik pachi pour Constantinopl '
Btk r Sami bey pour Angora. Os!
j mil dbuoes ; a: ic Lh P.
,u> uu it.ucle ^tiuau Nouvelliste
le mardi un cd c ituuine, u djus c
M don de tua U puscnptioi sui-
'riu e '
ilii ;e moner', il f ut que les
: vts pi estaient tm ccitfi:*! de
fjcciaauon a leuis prcepteurs- S
;eux- a oinch z tus a^scas de peiitt
vro'e, ils doi/en. c ie mis en qu;.
muUiuc iiM icsleicniau sein de leur'
(mille pendant le temps que u m<<
ladie y svi .*
Si t eve que le D. Dr Cjle veut
retenir Jitz lui a.ors que la maladie
/ svit D'atl pu vicnu, il sera ex-
pos tre atteint. S'il et vaccin,
.i que, par ainsi, l se trouve un nu
axe, ou ne voit pas comment, tuul
.ui-mmt l'abri du mal, iluouuan
o re d'uu voisinage dangereux pour
.es autres.
M*ts voil, une question se pose,
mme parmi le monde mdical, c'est
II [aut y pent*r
Dios sa runion d'hier aprs mid',
le Co.n't dOuaaJ l on de la Lo't
ae, ea vue de dAn UCa h fraie de
>ort a o Pria ce 4'uo pend orgiu av c
ous lespe iectioaoemi i s m o km s,
i dcid de reoouveier le prersmt
ippsl tait i U popalauoi du pays.
11 a dfi ntivemen arrte ladite
da dix avril prochain poar le tirage
quel qie soir le nombre des bidets
places au trois du mois d avril, dtr
ui e lionne
(.hicuTVOudra multipliersa chance
i'accro.h r le gros lot de milkdollars,
celui de )OJ dollar^, ou tout au
moins l'un des 162 los gnants
Le billet ne cote _qu*w dollar, et
st sectionn en cinq coupoas d'une
gourde ; on en trouve partout.
D.-mandtz des biliet-s pour l'O gue
Je la Cathdrale I
\1ns1 vous aurez agi. i part le
tam possible, pour le plus giaid
bien de la collectivit...
Pas d hsitation !
Ncrologie
C es* avec bemeoup de regrets que
^
.eue de savon si la vaccination pr -
.erve ietnemint del pidmie actuel- 'nous venons daporeudre U mo.t de
Midame Fontelle Bots, ne Agns
le.
il DCKil sami Dey pour Angora, us rl f #
nan Nabi bey est ga'ement dlgu: UIHOll ratriOliqUe
Cjnstantinop'.e,
le Ujnstanttnop.e, mais c'est en
(uu' ]'.;e sorte pour l'intermdiaire
:ntre 'a dlgation de la Porte et
elle d'Angora.
NriW YORK Caruso est cenva
lescent.
L' Imicale du
Petit Sminaire
Le Bureau de l'Union a dcid de
faie du diman.he de P&iOCA la four
ne de 1 Union patriotique C'e.-t, en
Il t et jour q.e se leia i Pott au
Prince la K rcaoi q^i sva.t t
ajourne a cause de l'pidmie. Ce
mmejojr.ts ton.es tgionnaux
seioui pns doigmicer des ftts
dont le pioduit se a consacr l'en-
tretien de nos Dlgus aux Etats-
intressante lJqjs
de ctte se Nous d:.onsous contr.luer se'on
Peti' Sm; MUfflimiu au succs de l uvre
nos moyeos
cou s de laquelle des dc j0lil |*uuit ^'vidente chaque joui
Le Bureau de cette
\ssoctation a eu, lundi
1 ine, une lunion au
aire. au
ion importantes on. l prises rela jvaQtage.
v n rut la bonne mirche et au
lveloppement *de l'tablissement. mammm
y a t aussi question de l'rection,
le la Chapelle, pour Irquelle, on se
( rappe 1>, l'Etat a dj dcid une
oitie de fonds de Vingt mille dollars.
On sait que le Rvrend Pre La
io-. Suprieur du Collge, part par
e fraaisen voyage de sant autart
jue pour confrer avec le Suprieu.
Jnral de la Congrgation sur les
Dcsoias du Petit-Sminaire. C'est
Fianraille*
ne S arJ avec M
Cuviily, survenue ce m^tia jh 112
Sta fu n ailles auio't lieu dema'n
main i 8 heures ea l'Eg ise Sjtnt
Anne,
Au Dr F ).itenel'e Bois, do am s
Flix et LebiunC :v Uy et aux iU il
membres l li tiraille que ce demi
inopin af g", nou^prsen ons }'n
prsiioni.u de nos cordol r ces.
contre
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES ,
de DELORT, Pharmacien,
119, A Saiot-Anloin
PARIS
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
UIVE
PASTILLE
ALDAi
C'est la PRSERYATIM
Jes Maux de Gorge. Enrouemeiti
Rbtniei de Cerveau, Rhuact '
broDihitea, t-ic.
C'est li SOliliSSME HH>!Am|l
do l'Oppressiou,
d1.-* Acca J'AstliL'e etc., etc.
Cm! li BOHIEMDB
pour combattre toutes le*
Maladies de la Poitri*.
RECOMMANDATION j, r... elHPORTAm J
DEIARDEZ. EXIGEZ
dans toutes les Pharmacies
Les Vritables
PASTILLES
IVALDA1
vendues seulement
en BOIT^B
portant le nom
ommi*8ion
contrle du Reti
lit r s rit rer de la
c c ''a iongdes
fiil e 1 annuls
' b ^* jn^qn'i
h dite du 15
vi ei '92t g .'.s
?r eu t*u
8.877J
'214.703
(Cv iet 1921 4; 000
liste encircu'ation|Gd i,6lj
Melle Vio
Mix Cassagnol.
Siacres cjmp imenis.
PORT'ATT-PRINOII
Alex.PETnUS; Phrmel ALBehiUU
Pharroeoie du D- Justin VIARD
t (ouf** I" ^nnn> Pharmacia*.
- "ORROIDE8
,_i ion rrlaln et complta par la
?>14(>f OU OOCTIUR
S' loup rC^MAHT SSMINOVB
MPMIt COKOOirt
OOHH'. TOUJOURS UU ftCSULU
i;-Uo!r> -HIPRt ". rat Ckirto-USiM, KEUIUIf
Pnrl Ku-frhii : Mm. HTWIt
re Les dlgations furent introduites |1 occasion de ce voyage que la aace
dans Tordre de leur arrive. Celle dt 1 t tenue, afin que le Pre Lanore
Coustantinople d'abo d, c- lie d An-
gora ensuite, la repiS' ita ion d'An
gou
Jeorge
.ou i mm; de faire avec la maison
nre les changes de vues ncessaires
cou est la plus nomb eusf. Ml foy(J : -u preg es de cet tab' ssement den
oeorge donna la paio'e iT wtikqu eignement secondaire qui passe,
fit uu plaidoyer br. 1 en faveur de h ban droit, pour tll le premier de
Turquie, N- i -PP" >a tnsui-e le nobe pys.
plaidoyer. i Nus souhaitons au Rvr nd F
Le prenne miriMti donna ensui- re SupiieOl boa voyage, tiuciueuse
(e la paroi i Hiki- Hty qui dve- besogne ei prorrp' reour. C'est pro
mt la th t dis na-'bablement le Rvrend Pre Christ,
dtclar.n a pi an t Priet de Discipline et des Etudes.
cnls b qui sera, durant l'absence du Pre
peuple
voyait pas
lorpa loryu
tionalistes e
reposes qu'i 1 reprMnieftl seul-h qui fA
ottoman. 1 : j 11' qu'il nr Lsnore charg des fonctions dt EN*
d'mconviiei.i. ce qui iecUur.
la conlience entendit le point di ,
vue du geuvemement de Constanii-j'
nople;
Etki' Srri ^'Jtacha iJi'mrn'rer,
que le r'ibliScmtbT de la paix et
Ontnt Test setlerrer.i to-s ble
utile est b"< sur une ti qi le.
1.1*1 me le m ainlien de l'eupire
!oman loin an un ttit irdivii b!i
i [cxvlntion dis i niioiies te n 1 ri
rapi 'a rrajoiit u'arsbes et dont Us
fitfntrrs seroi t tablies conform-
BatiocaltMts ti \<~
ACClaeit
Gario, docker
quelques sous
dbarquement
ntni aux veux
de la seule dt k 'n naiu t
Le nomm Albert
i de pufeesion, avait
j; en mains aprs le
o,. d'un les steamers en rade. Entraic
par a*'* camarades, il se rendit dans
on ire pot de la Saline et joua son,
uvu'i Dsetpr, il voulut noyet sou
bagrio dans l'alcool et s'enivra. \
Vu* une heure du matin, il allB(
ne 1 p1 ser sur les railade Me Don 11.
et fut emport par le sommeil. Sur
machine de la
Iallaitement modr,
r'ttv.endait pas ir. po er
es six heures
dans la zone
F"reapos"de Bi'kli Sami bey itt ces mtiefaites une
1 I dclara qu'il Cie arriva et troya le malheureux
dis ce. ci Aussi, ce matin vers
11|: de paix aux-- mai. au ,1 C- 00 Ofoll n 1
s'en reroet'ait
gesse de la confrence .^mpiession ^ ^ mie>
cause par 'a dclaration des d.- Api '-s les constatations lgales U
gus a t trs iavor bl.-.Apis tre oaciBVre a t remis sa famille-
coneett avec MM. Il a d, Sfo sa
LloydGeor.e btau rcmdesalli.s 0n| .h(jrft (faC'aai
une dclaration u >ani que
aux ill4liil.il ,nVr."e comte le fort lourondetla,
pleinement a ' ,a' g-io Jbeit Gario tait le li's unique;
:e qu 1
leur Arthur A
de la
Hoily.Mde
Siin'
importait et it le c-\ mer t pr.fqie Le 1 o
de'a question d U eot. U demi k en d.rec cur de la Clinique
p,0 amuedts WVtn la q-es vient de pub 1er une b'cchu ,
Dceri sot ! s re niiuletVario'a.C'esi une tude)
r lU rri>D \piimie actu l'e base sur U\
po mitolog.e Clin que et ddjf
Panama Hailroad Stei-sship Linc. I
Service de fret el depassa(|ers
iNew-York Hati
Port au-Pince, le 1er Sepembre 1)20 |
Prenant npdit'ons directes pitir flogtetBrrfl et l'Europe et vice*^er i Connexions M
b'eaux New York, le ulu* npide et h plus dir et service de et piur I li iro^e. Adresse
A. E l'aie'-so", tttntial Fm h %gettt, ai, Sut Slrest, New York My. fret payable ,|
eLatmation l'exception du Miel
Un dptrt par sennine le NdW York directement pour Port au Prince t m au're par
mois pour lo s e po sd'IHi. Seulement passage de premire! c taie Les suivants
sont nos Agent* dans les principaux uor s d irope et d'Augleferta :
Angleterre. JQP**e t>l hranee :
MM. G.W. Shelden % <*>,JL7% tentes Stfket, Huer-
pool, Entjlnd
Gopenhagtie, Dtnsmtrk
MM. A.E Gnes Italie :
MM Henri Coe et Cleri, Plaz*i H.
13 Cnes Italie
lllegad', Copenhague,
Matteo.]
aux tuics le
ti: lio-s :onc tes c
mjHi i iors "i apr-- t
pi vu par le t ait de
grimmesira loonvil I kar.ci
den lo.li leiiog" ai .. -.w-u^e de
la m i e 1 s .aiur.sd.s deux d
...-u ont expiim leur s-ti:fac-
l'accueil qui leur a t
'o
tion
pour
tait par la confrence-
F*
u* docteurs Paul Salomon et Ch
Mahoo
Ren.erciemerts au Dr llolly fO\n
Je gr.-cieux envoi qa'il nous a tu
de son confC'encieux et sav. nt tta
vail,

j
Chribttania Norvge :
International SpeduioiiHcIskap, Chrintianii.
Hambourg AUemigne: II, Vogema ni, Hambourg'
UoLhtnbourg Sude ;
ISiodih tixprcsx, vtothenbourg
Le service de Panama Line entre New Yo:k et H.'ti, en ni: des
sera dune utilit consiJ;able, il est u vj.e la plus rapide pir Uottella
(te expdie.
Us counaissemcrts cou\r,nt fret pour N.-w Yjrk avec options de livrais>n
le Havre, ttordeaui ou Anveis seront livrs.
0. li. IIOMPSOJT,
Agent gnerai agent pour 11 li A
at rangements Tqci se son fat"
:Tiandises poveo
vos marct
soit A Lendit


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM