<%BANNER%>







PAGE 1

lE'MAlW Arrive d'un candidat la Pi ience Ce n alin est ai iv Ml Ch. EflBD Kcrnisaa, accien cput qui. on s le rappelle, t annom J intrcrnen tins sa nouvelle brochure qu'il avai accept poser il candidature 1 panire magistrature de i'fctat. i. i Nous lui souhaitons une cordial bienvenue. Mr Fr lric Dore* Parmi Us passagers revenus u France se tiou\e Ml 1 ldnc Uorci le nouveau Stuitaue 'htat de l'ioi tractionPu bUqi.ec.— Ml bout est ac compagne de itl filles MellesAdtlim ti Cnrntice Doret. Le biuil coait que Ml Doret n'ac itpic pas le pomteuille qui lui ; tie octioy. Notre lepoiur u'a pa. pu le teuconUcr ce maiio, duiu.i cous renseignerons ros lcituis. La s Itual ion au Coy l'Ile est plus qu'insoutenable. Lc. te est nceo'imes, h livre, I' cac ( 2 ceats L'aigent esi rar. La misre DCUS tnveloppe pftitouL Beaucoup de mecd ants et de pauvres nom des dans les rues et dars les musons. Les dbiteurs ne |aer I lus !• s cranciers, et la lai 1 te ni partout Chaque jour on n enteno que la cloche du sonneur annonant la ven'e de mei bls des locatai ts oi dnoe mt la cru? ul des p'opuetaire.' |f£n prsence de cette s tut on o demand : la baisse de p il des loyeis, aie menace de reme tie les clefs e d*. tramer ainsi les possesseurs d> maisondevenus tiop... impitoyable;. II n'y a pas de ventes et le Comme, et est s x abois. E' pendant ce temps, Dartigucnav touche ses 2000 dol ars par mois l'amn-aio se promne tranquillement djns son auto par nos IBti qui jouissent de la p>'x, mais d un. paix pareille a celle d'ua Cimetire Les Annules Lapones Retour du Pre \liinoi Par le Panama* est revenu le R P. Mahot, vi.aire a la B.silique No Ire Dame, parti rcemment en coeg de sii mois. Le Prr Mahct est b en co. nu : Port-au-Prir.Cc pour avoir ml l pei dao. hu.t ans en Hati. Nous lut stuhaitoos une coidiali b enveaue. Autour de la mort ce tifcfa Liredemain uneltttre de MrAWaii Lekellier rel.tive la moit de Rk, <%  — %  Arriv* ^ain.i les passa^eis anvs bon das,s ttai sais se ticuven^venantdr. Bouleaux' — Mme Brandi, Melle Bai the, Melle Maiie 1 hi se Brandi, Cl. tort Brand', Louis Dtclos, Laurent Sicait Lof Hatien. — Gnral /amor, Sl nav Zan or, Melle H'ioe /amot, Alt ed Mayer, O.ivu Nicolas, 1 B b Pro*per, etc. Mon cher Directeur, Il faut, sur tous lea pointa de I 1-puhliqup, rassembler d^s b CODA, dans le sens hatien ou leirue. ou> coi rir 8ua ces politicien tilamea qui noua assaseinent. Je veux ouvrir moi mme la si> iea talonntes, sous forme darti : es de tombt au Matin, articlei u •ji.'i cjpab es de chai 11 r, 1 omm I couvient, I chine de cea jean-t.. J faut que le peuple sache enfin c pie lui a valu le trlcmphe Ju nU le 1 Ause--Veau/ La toucha d lludicourt tani in julssanie doubler les bamboche le cea dvorateuts. je viens y umi la miei ut 1 A noua deux, peui lu irimrons LOU6 ltur apprendre c< jue parler vt-ut due. Annoncez donc la pa r i t'on > e>na e mou Mincie Aux matres dt 1 heure! Bi;n v re TIIJS. AVI L M EN A Y Le Matin ABONNEMENTS l'AK MOIS POIU Al -FllNCL O. 2,00 U.-.PAKIli.MK.sr Ci. 2,jO bTBANUBH G ? 00 Lea annoucessont reirs au Ccmr toirn International de PubHfll B Rie T-onctiPt, P ri et 19 21, 23 Ludgate, Hill Locdaee, Mesure ncessaire Un airt communal avait fin lana la temps la place du Fort Si Jlair pour tre le lieu du mardi iu diuuucue, maia depuis quelque* semaines lea marchandes rcalcirautea trouvent le moyen d'eufrein Ire cet e mesure Les trottoirs dt aarch en Haut, de la rue Houx a rue dea Kronte forts ont naaiutt ennnt frquents lea dmiaucues et ea marchandises a'y talent sans iae tant pour Ira hab t.;uta du quai 1er que pour lea fidles qui ee reuei.t a lu Uaaihque Notre-Uaine. Il serait bon de rappeler a l'ordre cea peu xcrupuleusea marchandes pu bhques Sacs vides & Ficelle Saesi les neui 1 t angl c f ( i.f, quai l H 1 c G h II K f8 it 28 ^|^ x 7,.0 t il •28 \ 48 Sacs ities tt ufs nmri ains Sacs vidas djuxi.iie ti mu, pouvant servir aus i '• faira remballage du colon Ficelle anglaise & am icaiue Demandez tous .es artic es U Ma soa L Preetzmann k^k Magasin Annexe DES Caves de Bordeaux ? E. 0ERE1X, Propritaire Grand arrivage de provisions fraicl Parle t Panama attendu aujourd'hui ARMOUR AND COMPANY No 175 Port-au-Prince Hait Samedi 19 Fvrier 1921 Port de Paix — Notre marche esi oujours dsorient, sans aucune al *tiri tt les ventes SOQC plus nulle* \uc Minais. La busse du cate a con ritu dim nuer encore davaniagi les .'entes. Sa eti;t, le cit la sema ne dernire avait atteint G 0,18 pa suite de la nouvelle baisse signalt tu H -re; le prix de notre place : aussi Bchi et nous payons depni> samedi G 0.12 pour natu e Les au trs denres amsst cotes : Caca ),rj.re, pour du biep sec G.0,07 Peaux de chvres '< 1,25 Coton brut G. 0 10 Miel G 1 00 le galion. lTi-mie— Sa Grandeur Monseigtum Picho.i est arriv chez nous hier i 4 heuies p m venant de Corail. Lt iutiogoa prlat ne nous a pas donm sa bndiction en vain, c r d:puh ce mat n la v Le a une a. imatioo 4uc nous ne lui connaissons pa d^pui? un an. La camppgae a'fui tn vule comme la veille des tte? Je hn d'anne, les ventes 'om pai vonsquent excellentes. Nous avion? JU j.'os stock de Canari qui a t\( eolt\ en u e journe Nos employr disent de ce te journe quille es celle du CANARI g e Monse gaeur. A. H tiyde Steamsphip Co (FQRE1GN SERVICES) le steamer tLake Ogden a laiss Ki gsn hier aprs midi directe m c our Pori-au Piince c il es' ai rndu ce soir. U ptura demain rrat u pour Niw-^o.'k via Cap Hater. l'on-au Hiince le 22 Fvrier 1921 E P. CLEMENTS, Agenl-Gi uu.l Ht rnvifage. Avant l.i sance prli n.i04iit Mi II y 1 Geo-ge aviiit M ]i iand son foui Mr bnaoda u du sa vi 1 e i D.wniog btreet. le. dtux CBlfifBCI or-t en. .ordulc:. A vis ma rluiOLial Je eousfeign, donue avis au Commerce, et au public, eu ^nral.qu fUitir de celte date, je ne suis plu> n'a, oi.siiiiie des arles ou actions gt m i.ik-ciciit quelcouques de moi f 11 ui-u ne AnaiBe Au^u.tin lirau, ,ui .1 cause d incompatibilit de caractre et de mauvaise conduite. u iu art OU en divorce devant lui tre ni lei.iet-gincesaamment. Ociihives. le 11 f-v ier \M Lmuaira ClM'ti.ns IU mei ciements Mr Antilone Ucfave Nsjec et ees ntanta, Mr et" M m e Alexandre Pou jol et fainileMret Mme Emmanuel Le>.on'e et famille, wme Vvt Jjs^ih rltkisan, Mr un nu Elle, M.bua m s hdiana et Luc e Col*. Mer 1 itosai gnol etSaia Sjard, les tauiil.s Na lc. l'uiij .i, leioy, Uoilearis> Jo..es ;t liiisson ti tins i des ttuvtH (Je .-;. iity iiiu uul de la >'apitale que (Je la province, Lorca ion de la mort de M.me antitone Jctave JNajao, ne Vesta Poujol, dur pouse, ineie.grand'mr. 'ante, M a' d tante, belle mre, comme et %  .ilente, garJaui tous une ui.e /ve reconnaissance. • • Mme Vve l'h 1 ppe Car ht oera, Mr et Mme Gumave Grlg, Mr et Mme l'.ettzn ami Agge liolm, M le Jhristiue, MMPhilippe, Charl a et Rob rt Uatlslroem remercient bien lucreinaoi lea personnes qui leur jiit donn dea marques de sympaUne l'occasion de la moit de leur regrett Bhilipp Carslroem et les prieut d cioi.e a leur vive grati ude* liotel Ueslaurant St-Josepti ACLPHIE LOUIS En faoe de la Madeleine Cuiaio de premier ordre— P.ix mo tts —Table dH.e — Pension. Avis de Dpart Le Schooner tM rie Concei. l ion tel a ici jeui' tt laissera samedi direc ement pour Santiago de Cuba pre aaat lit et passagers. Port au P. in ce 22 Fvrier 1921 I M CATOR Agent. Les dp.hes peur l mie, C ye. Jicmei ci Curaao, par le st amer \1<1 \ N h, serent fermes t heures l'j picises de 1 aprs n II Por:-au-Prince, le 22 Fvrier 1921 Vente ienca i D'ordre de l'Acting Colleclor of lustonis' en vertu des inslruettois lu Dparlement dta Finances ei du ommarce par l'intermdiaire du itecjveur gnerai des douanesH it ru procde devant les portes do ta douane, jeudi 2i Fvrier lu .teures du ma 10 a ta ventd l'en :an de 300 saca en vif on de jaune Manibru EL1 Encanteur public Ajax, pneus et chambres ah Toutes les dimensions, en vente cl P. N. Oti k Y ^Cjjmpany^/wi Savon Rossignol caisse de 25Ubirm: cts J /U par Ib Fob] Savon Coq c iss de 2o0 b rres ; 9 FOB| S ? n Spcial ca ss d; '&\ barres fi i[2 r'obl Savon Cocoltva en pjin 01 SbO par g 10 S lVb-T Lion li. 7 hbaud A yen' d, ositatte pour Haili, Barres en fer pour con*truclon9\ burine Soleil, S non t Cosmos ) Ta bat T D. Sucre, Cire para fi ne, Barriques viles pyur miel. | Fu v n* ; chez NGrcy$ Comprnij Prouvez le par la pendule! U Crme Perle de Barry donne une complexion parfaite dans une minuta. La complexion reste parfaite toute soire avec une application. une La Crme Perle de Barry est une crme raffine, qid embellit la peau avec un dlicieux et dlicat parfum de la rose. Son emploi ne peut pas tre aperu car elle donne a la peau une parfaite naturelle apparence do la couleur de la chair aveo U douoeur de la peau d'un bb. Elle est conomique et donne grande satisfaction. ifi >i sse de Requiem l farril'e Si la iavtte les amis une Misse qu'eiif lau ihan er la liasilque Notre-Dame le Matdi rti Mais piOvhain a si,fc(ures du matir .>i'ur le Kprs de 'inf de leur regreue irit. Abdslli h. Le pi^eni 1... lieu d'invitation S ILE Al A LOTION l'y uiJei Lt tbe Au mg Coll* c or of uuatuins given by vtr.ue cf iuaiiucuons u mu the uep'> cf Fi ance and Commerce fiansited tbrouglit aie Gnral UeceivtrIbre vu be tield > betore the Cuatum iiail-, ou iliuesday, Februaiy 514.b. Itfc t st 10 Uclock AA. a aaie ht aiuion ol 3tW bags ol llour JMouib un ELiE .Public Auctioucer ISiirlnQ 4q*>„' t ,A /. / p 0 fr ft„M Vn\ndi,L NEURASTHNIE. FAIBLESSE CHLOROSE, DBIL|,Tfi I DESCHIBM • W mogU*,E Rfl*nrUor du Sang. prcrtt pr l'lite mdicale-. *f*f*fl 0*K\ t/Wlui | PStOHlBNS, , But r.iul Siti7, rwvU fi rgVBMl



PAGE 1

Quatonimeanne Nos •;"!" Port au Princ#, Huit. Wercre 'i 23 Fvrier 1921 IRECTEUR PROPRIETAIRE, ^.itmcDl-MAGLOlllE LE M'MFROr. s'20 CENT! M M Quotidien REDACTION: Rue Amricaine No. RM V'r Cicatrisons nos plaies, mais n'oublions pas q *'un serpent foul tous le pied se redresse pour nous [rquer ; le reptile change e peau, m is le venin reste. ROBERT GUILLOU TELEFHObt 48 mimi —t. QUESTION DU JOUR oissori hatien ET La Ligue du Bien Public nous envoie les pices suivantes —Nous reviendrons qui est des sur la qncstion souleve phis importantes : Sauce amricaine Ceux de nos lecteurs et de rot pmj a rioles qui veulent acceptai [ec Loua le point de vue qri re seite l'entreprise amricaine sui il i comme le dveloppement d'oi indfcratuin de la Marine des Elab lit, — avec comme sboutsseraen tacl PoitauFiit c • devenu han jinW.-Borjt peu pra en mes .m s'expliquer le ca-acire hyprid gouvercament du pays debuiiq innes et les checs successif la co'labora ion amricaineI Ko (Met, il a suffi au gouvermBI t amricain que la ralisation di. poiot de vue fut heureuse, et l< lue lui importait peuBeaucoi| rtprils senss se sont conslan eut demand pourquoi, tant dot le I enivre de relvement financier |onoœique, hyginique et de polie* eccoa-plir, s'acharnaitop, Wae jgtoo, tenir le paya BOUS U ime quasi-maritimele gouvernement hatien fait uo imumcation au Dpart meui d£ intressent le paya, ce Dpsru bot ne peut l'examiner qui h |ur des renseignements ut evi [licites et reus du Dpartement lia Marine. Devinez un peu et a du eu adven r lorsque, con c'isit le cas la plupart du temps • ouimunicatioo faite avait poui it le redressement d uu abus h rstioo se rduisaP doue ceci : |aa plaint au Dpartement d £ a la conduite, ptr exemple, du veiller liuaucier ou de I lngenieu. [chef deaTravaux pubics; comm Ji-ciont t cooitm parmi de le ioonairea actuels ou anciens [la Marine amric .me, et ce pou JK et comme, au sur, lus, le pu loge amricain le plua haut plsc foi tauPrince eat le Chef de lOc itiOD relevant du Dpartement l'a Msrine exclusivement, le D h ment d Etat, avant ds tpoodrt fiSft *e ce dernier De aorte in dfinitive, ce sou lea intrt aux mmes qui jugent leur fuie cas; car ou comprend bien la Dpartement de la Marine * Le oateur McCormick, qcj aot :itii ns l'autie joura cm ce qui .uit, dans sou article publi par li> Sattoa et relatif, j..squdans soi titre, — Onr Failure in tlaih, h •rio d'insuccs crs eu 11, i i pat ia politique uavale auuricaine : i Qui est respcuseble d'avoir mai que u'une politique agricole compr neusible daus Us deux Rpublique iinai appeles? D avoir manqu d* p.endre Us mesures ncessaire* jour amliorer le mobi 1er vivaut d< le, ou pour augmenter le sto. k d. crea, de btail et dea an.maux d trait?... Ll:e est lia rieb. Tandi A ue la population est trs mass* en Hati, elle esttis parse en cei tain es parties de Santo Domingo. Ut. plau doit tra labor pour leur L toi dpendance conomique .. H ut tuliit paa de >leur construire des routes. Il faut leur apprendre lt ver de meilleures recuites. Le trt vail admirable que je crois avoir et* fait pour instruire lea eufatuta dom oieaius doit tre tendu en Hai i, dt faon que, daoa les deux paya, une population lettre puise succder la gnration illettre actuede... Ut conseillera amricains ncessaire pour diriger un certain nombre dt dpartements et aana nui doute tour es oi liciers amricains envoye dans les deux pays, doivent tre des hom mes bien disposs dvelopper le pays, le gouverneme.it et par dessustout la civilisation du peuple.. H \ a pnurie de ngociants, de facilit ponr les communica ioos par tl graphe et par cable et pour dea exp dnons rgulires di. bateaux. Le? entreprises prives doiveut marcLei de pair avec l'Occupation claire, sous une nouvelle administration. Toutes cea cuuv.as de prog entievues par le snateur Me Coi mtek na pouiront re ralises, selon lui, que si le pays est debai raas du seul commandement d ut cti.l de marine et cou li aux soin d un Wojd ou d uu Tait Cela co. t — W m. m mmuM uo <-.. uttituerai n'en pas douter, un pu F me De dcide qu'aprs a u g's notable et sans contrarie:,— s " Port-au-Prince. : qui est important pour les Etat Usez par IA de la valeur de i'ot,i Unie, — l'eutrepnae du Dpartement [o mue par le Piaidant de li de ia Marina sur Port.au. Prince, cai ?ubl:qne lorsqu'il dclare se plaii (la base navale, uoua lavons dj des to c ionua-1 es du trait ei montr eat asstz compltement lus Qtl loge dn Chef de lOccup* taiieo pour que le Uouvememeui at dea officiers navale qui aot, amricain penae un petit peu aux • ets ordres, c/iarga de noa aei j beaoua gnraux du paya haitiei inilitairea. Ignora-til le mcaaprs lea aflaires du Roi, celles dt •• eue noua venona d expoaei ; peuple. Et c'est ainsi que, tout en s< a 1 ignorant paa lui mme, croit critiquant mu uellemeut la gaodt %  l'OLioion ha ieone I ignore? ; loie uea hatiens, les Dmocrates e c, jusqu'ici, nous n'avoua jaleaRpubliciina se serou tacuemeo aa ailsirs. sous des apparen uu u aipiomatie joue le lle de "Pe I c ed, qu'au Dpartement de I baltien ensuite "lins. meneau — et cela dans! Noua ne serons plua aana dout. ution d un trait o ce Dpai' eoua l'action de la loi martiale; ou tut Q a pss t partie et ou le aura un peu plua de libert daua h P aœncaid lui mme n'a rien presse, — ce qui eat dj presque W qui ft relatif aux servees de 'laitLes mesuies d'oppressiou. in arioc-La ratification du traite idlapensables pour asseoir lea om "" 0D a t tout aimplement modits navales amrtcaineaue le \ T > s prisons Ctp Hatien, I e 19 Fvrier 1921 Monsieur le Dincteur, Je VOJS remets inclus copie d'une supplique de la Ligue du Bien Public M sal urs les Secrtaires d Etat d< l'Intrieur et de la lus ice, en faveur particulirement de nos fries de* campagnes, avec pnie de la repre luire dans le plus prochain numic le v jtre intressant journa 1 Co uptant eur vos sentiments d'hi maiii et sur votre patriotisme, j OUA nn'Bente.Monsieui le Ditcte. ncs talutaions tra distingues, Le prtident de la Ligue Auguste ALBEltf Pasteur Monsieur le Secrtaire d.iat dt 'Intrieur Monsieur le Secrtaire d'c!.at de U lustice. Port-au-Prince Messieurs les Secrtaires d'Etat, Les citoyens soussigns, meinore de la Ligue du liien puulic, Eant ai uap Hatien, u t laooneur de sjliw.tct une e> qute immdiate sur ladministratiui dea prisons depuis I Occupatioi amricaine jusq i a ce jour, mais eu suppliant les pouvoirs publie d'y appui 1er, en aittudaut, les pressai tes amlioralioua qu'impose le rgi me d* mutes ces bastilles, lieux u* tortuies et d'extetminatuj, qui sou venues remplacer l'œuvre internait ie la corve. Les auuaaigns ci oient galemen a 1 imprieuse uecessit de uudiliei sans retaid la loi du lu' decemnn i'.' i o sur l'admiuislration des pr.sout eu substituant des administrateur civils haitieoa aux administrateur tnih eues auiericsius, au reste, aiu pies marines, dont l'œuvre perni cieuse est une bu.i te poun'tiuuiauite uue li u ,-uio pour e paya tt puu CUaq .e uai ion. Eu itfct. Messieurs les Scrtait u J'Elat, uueeuqu'.e reirleiaque, a Cap 11 lit.en, par exemple, en VJlb i'Ji'J et les piemlers mois de 1 an ne. L'arrive do Mi' ertalien Guilbauri Nous revoyons ;vec p'aisir. a r.omb e des passagers arrivs bon du franais. Monsieur Tertulteq Gu' baud, Aociea Ministre P.nipoten tiaire d'Haut l'ans. Oa se rappelle le r'e minent aae ce distingu concitoyen a joui dins la politique hatienne. Patriote convaincu, Mr Guilb ud 'clina loll.e qui lui (ut faite de li J Prsidence d'Iinti en 1915 Il accepta nanmoius 'e poste Je Mi nistre Plnipotentiaire a Pa.is qu'il occcpaavec distinction jusqt'au joui o le Gou erntment citll bon de nettre tin a sa mission, parce qu'il enait d'tre frapp par la maladif. Il fut alcrs remplac provisoire* m nt par le bis du Pisident qu es' se.rtaire de la Lgation. Nutis renouvelons Mr Guilbiic 1 l'exprs ion d; no: e vive sympa'hie. Nouvelles Etrangres 21 Fviier TARIS 21,:sterling su Dollar 1 j,y^ 12 NBW YORK i6 4 a Ster ing },.,! 1-ranc i) ji WASHINOTON 21 Le Dpaifc. uent d tat a re.;u le t. xti co.npl t %  la conven ion Iran u anglaise et n •' 'e 23|12,2o siivint L quel le le lue 1 entendus pour servir eu li/iti l'iul ri amerioaiu d'abord, et l'iutrt Mot tion d'une Fte de l'Universit. Tou aussi bien, on se rendra comptt tue la justice n est paa auflisammen rendue au peuple par le tnbunau. infrieure, par le fait d'avoir retormt les tribunaux suprieurs dans l. sens des sympatluea du gouvernt ment. Et on y suppler*. Mettons que. ce sera bien: mais c< ne se 1 a paa l'iu dpendance; ce soi. mme le contraire Et la aauce pa> sent au rpublicanisme auincai avec addition d'une onde de libei te ce qui ara maoge ne ara pas moi ji le poisson hatien. Aptes cela, nou mouvons compter les jours que U ue m ocrtisme a pas.se c au Pot voir&f Et le Gouvernement hatien dan tout cala? Eh bien, il ae montrt ien haitien; car, aprs avoir mange la aauce dmocrate, il en mdit u se pourlchant les baumes; et i! dispose lea couverts en se preparan a Qi avec une loi auo'siduire feront plus; ei cela couMitu-ra une l mander de nouveau avec les COL %  ismit U nomination u'ollkieis ameiioratiou. Eu rev*nctie, u toulviv^s de la sauce rpublicaine. Ues a las serttes hatiens. Le cheia S nos coiea et a uutiejus : e hatiens qui mangaut dea hatiens,— voua ceiu.o un gutire d antbropopbs. r e sui lequel i Amiral alnapp n'a eu garde d'appuyer, et pour caust Et devant CJB appits du gouvein y a des badauds trs bon' i battent doa mains, sou U union scie. al -t tncain, pas ptus que l'E'.ai ppaiemaient, ou ne tiouvt.ra pas ren, l'y a dQ vo r Q, dl|ce# g, auitisaut, poui le JeVtjopueiuei.l ue r '* 1 1 malice gisait tout entire l'instruction primaire daua la uianir ' (uatre mille au cours de trois an.es. A Cbabert, la moyenne il s trot. innes auia oie constamment di :mq, soit un total de cinq miii< uatre cent soixante guinza priaoi n ers,.'-mort H Ghabeitj On sait qu'a Port au Prince etau> Jonaives, la moitalit dans les pt jrisooa n'act pas moins intense. Au Cap Hatien, en l'Ji.v on jetan fana lea tusses jusqu huit cadavre> par 1 jur. Comment expliquer 08 fut inoui, •avui quil se produit une nuyenni te quatre d's par |oor dans um popuiitiou do cinq cots puonuieit !• % i\ o\o p^r mois cst a dire h quart de celte population 1 0[0 .es. En ce qui concerne les dtenus,! dgaltte ue tant d'emprisonnement ieura les Secrtaire* d'E.atAve; une evideuie partialit on t AJUIU jusuiiei les actes criminel jerptrs danles pnaous eu disau qu avant la grande piti du militari me actuel, il mouiait beaucoup d pnsouuiera, ou autant. 0 D'abord il u'y a jamais eu au Ca| ilaiiuu pour ne ci er que cette villi Jiua d'une moyenne de quarante pi; aooofasfa. Kusuite, et rare m nt la mortaliti atteignait le chiffre de quatre dan une anne. Mais, les soussigns n'anticiperou pas sur les travaux des luqueteurs pour lesq tels ils couserveut lea uo tes ncessaire* a l'instruction de actes sraudaleifx, criminels et sauvi gea qui se sont accomplis dans tou tes lea prisons de la Itpubliqut aoua couleur de civiltsst.oa 11 eu es. de mme en ce qui touche la lga lit, rhominitat l'hygine dea inliu matiois Esprant, Vlesieura les .Secrtaire) a'Et t, qua u prsente suppu jue sera a^.ee daoa toute s t. oaur, le soussigns vjn prsentant leuis salutations diltlugues Suivent lea si^natuics. lseri syrien est tra 1 ir lat fraasia en mau lai de maienglaif. On pense qu U ucc ipara latieotlcn aine elle rapport a l'etoda g i ala les mandats alli-. Daua clauses du trait occupent l'atteolion partit ni e d's ofiioiels amricains l'tabli Minant pour la premire fois, nrcl lant le transfert uundcloire d'a a auiaaince I autie, pai I accord mt*j uel des nations et l accumplisaemeu oar I Angleterre de son teve lot.o emps entretenu d'ob enir la lun te ratlways Mditerrane. Indes, a travtrsun territoire exclusivement ioaa son contrle politique ou mili INUlANOl'OLLM ludiana)Le [usrtier gnral de la lgion amii Min demanda de a-irveiller aux oesteade la tgiuu travers les Etats Unis, ia reprise de la propagande llemande doat le but es de fsiia louruer le seuti utnt du peuple aa r.ca.ti contre les-alUa, particulire utnt la France^ L'Angleterre 4 cre une puiseanta uactune na lou.ie, politique D ar la •uuioti des lmeuts dioyaui da ia population amricaine. UO annonco qu'une dmonstration le cette reprise d'activit aura heu jrobablerneot sous forme dune s-'ie de ruuiou populaires traveia e pays, estlisiblement en protesta .ou contre 1 occupa'.ion de la Rio ia.iie, parles troup-s oires fr.n ;alees soi disant g ^ U prsente de :^s to.tpdi ara Remploye pour dvourner le aantiment amricainLa France dit que les troupea noi es uuieie lemoos Us^uu plusieurs nuis e: que pendant leur praeoca eur conduite lut axoelUota selon | H rappou officiel de l'ambassadeur amricain a Paria. Le quai lier demande aux poatea te la .egiou de surveiller a.ieutiva uent ceite propagande et de tain nfo P ifr irtl au Muartier gnral. iAHISM. Kaiberti, dput dea Alpea mantimjs et ancien .ministre ie a guorra, a dpos nr le bureau ie la onambre uu proiei de lui tnooi lautla to, da 1840 t par.11 .nui I augmenter en bmiae de paix in i?U U e i2. e BI,rtohiB1 J . France A'lS&P' "W*tsHh guer C a retus de rpondra avant la idtoarde Mr. Br.and a l'interpella 100 de Mr Ambro se Henard dpa le la.Haute Garonne, relative !',, laatice copi.ii.ee par le ouvarn* tient en n'ayant pas nommfle^S al dsCastelnau la semaine dernire. Mr Barthou a dclar qu il ait pas que le proj t de loi prsent 1 la chambre a lait certaiAvis Oi cherche iour un piano en mali oau tai. S'adre:s au No 4.0 uue Can.liophe ?eu de Lboie, n igno serait demandant i ilever a douze le nombre des marchaux et il a)0 ute qae le gouverne •nent ne ferait pas opposition ioplion de cette loi qui s.-r 1 uement vot'. L gouvernement dit-il sera alors en situation de re^o T. penser tous les hets militaires qu, ont servi et sauv le piy. L-m.-ivrc jja guerre a dclar non [onde les b.uits de prpart h 1e la v A "•. LJ.OKiiALriuaion u'U nai.-e qui a eu liej u heures ;o a Uowaing S icet en'ie Mvl, ve L'oyj oeoige, B.unJ, Sto si t ll t l*w u question de la pro;-dure a •


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05319
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, February 23, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05319

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatonimeanne Nos ;"!"
Port au Princ#, Huit.
Wercre 'i 23 Fvrier 1921
. IRECTEUR PROPRIETAIRE,
^.itmcDl-MAGLOlllE
LE M'MFROr.
s'20
CENT! M M
Quotidien
REDACTION: Rue Amricaine No. RM
V'r
Cicatrisons nos plaies,
mais n'oublions pas q *'un
serpent foul tous le
pied se redresse pour
nous [rquer ; le reptile
change e peau, m is le
venin reste.
ROBERT GUILLOU
TELEFHObt 48
mimi
t.
QUESTION DU JOUR
oissori hatien
ET
La Ligue du Bien Public nous envoie
les pices suivantes Nous reviendrons
qui est des
sur la qncstion souleve
phis importantes :
Sauce amricaine
Ceux de nos lecteurs et de rot
pmj a rioles qui veulent acceptai
[ec Loua le point de vue qri re
seite l'entreprise amricaine sui
il i comme le dveloppement d'oi
indfcratuin de la Marine des Elab
lit, avec comme sboutsseraen
tacl PoitauFiit c devenu han
jinW.-Borjt peu pra en mes .m
s'expliquer le ca-acire hyprid
gouvercament du pays debui-
iq innes et les checs successif
la co'labora ion amricaine-
IKo (Met, il a suffi au gouverm-
bi t amricain que la ralisation di.
poiot de vue fut heureuse, et l<
lue lui importait peu- Beaucoi|
rtprils senss se sont conslan
eut demand pourquoi, tant dot
le I enivre de relvement financier
|onoique, hyginique et de polie*
eccoa-plir, s'acharnaitop, Wae
jgtoo, tenir le paya bous u
ime quasi-maritime-
le gouvernement hatien fait uo
imumcation au Dpart meui d
intressent le paya, ce Dpsru
bot ne peut l'examiner qui h
|ur des renseignements ut evi
[licites et reus du Dpartement
lia Marine. Devinez un peu et
a du eu adven r lorsque, con
c'isit le cas la plupart du temps
ouimunicatioo faite avait poui
it le redressement d uu abus
h rstioo se rduisaP doue ceci :
|aa plaint au Dpartement d a
la conduite, ptr exemple, du
veiller liuaucier ou de I lngenieu.
[chef deaTravaux pubics; comm
Ji-ciont t cooitm parmi de
le ioonairea actuels ou anciens
[la Marine amric .me, et ce pou
Jk et comme, au sur, lus, le pu
loge amricain le plua haut plsc
foi tau-Prince eat le Chef de lOc
itiOD relevant du Dpartement
l'a Msrine exclusivement, le D
h ment d Etat, avant ds tpoodrt
fiSft *e ce dernier De aorte
in dfinitive, ce sou lea intrt
aux mmes qui jugent leur
fuie cas; car ou comprend bien
la Dpartement de la Marine
* *
Le oateur McCormick, qcj aot
:itii ns l'autie jour- a cm ce qui
.uit, dans sou article publi par li>
Sattoa et relatif, j..squ- dans soi
titre, Onr Failure in tlaih, h
rio d'insuccs crs eu 11, i i pat
ia politique uavale auuricaine :
i Qui est respcuseble d'avoir mai
que u'une politique agricole compr
neusible daus Us deux Rpublique
iinai appeles? D avoir manqu d*
p.endre Us mesures ncessaire*
jour amliorer le mobi 1er vivaut d<
le, ou pour augmenter le sto. k d.
crea, de btail et dea an.maux d
trait?... Ll:e est lia rieb. Tandi
Aue la population est trs mass*
en Hati, elle esttis parse en cei
tain es parties de Santo Domingo. Ut.
plau doit tra labor pour leur L
toi dpendance conomique .. H ut
tuliit paa de >leur construire des
routes. Il faut leur apprendre lt
ver de meilleures recuites. Le trt
vail admirable que je crois avoir et*
fait pour instruire lea eufatuta dom
oieaius doit tre tendu en Hai i, dt
faon que, daoa les deux paya, une
population lettre puise succder
la gnration illettre actuede... Ut
conseillera amricains ncessaire
pour diriger un certain nombre dt
dpartements et aana nui doute tour
es oiliciers amricains envoye dans
les deux pays, doivent tre des hom
mes bien disposs dvelopper le
pays, le gouverneme.it et par dessus-
tout la civilisation du peuple.. H \
a pnurie de ngociants, de facilit
ponr les communica ioos par tl
graphe et par cable et pour dea exp
dnons rgulires di. bateaux. Le?
entreprises prives doiveut marcLei
de pair avec l'Occupation claire,
sous une nouvelle administration.
Toutes cea cuuv.as de prog
entievues par le snateur Me Coi
mtek na pouiront re ralises,
selon lui, que si le pays est debai
raas du seul commandement d ut
cti.l de marine et cou li aux soin
d un Wojd ou d uu Tait Cela co. t
Wm. m,mmuM uo <-.. ut- tituerai n'en pas douter, un pu
Fme De dcide qu'aprs a u g's notable et sans contrarie:, s
" Port-au-Prince. : qui est important pour les Etat
Usez par IA de la valeur de i'ot,i Unie, l'eutrepnae du Dpartement
[o mue par le Piaidant de li de ia Marina sur Port.au.Prince, cai
?ubl:qne lorsqu'il dclare se plaii (la base navale, uoua lavons dj
des to c ionua-1 es du trait ei montr eat asstz compltement lus
Qtlloge dn Chef de lOccup* taiieo pour que le Uouvememeui
at dea officiers navale qui aot, amricain penae un petit peu aux
ets ordres, c/iarga de noa aei j beaoua gnraux du paya haitiei
inilitairea. Ignora-til le mca- aprs lea aflaires du Roi, celles dt
eue noua venona d expoaei ; peuple. Et c'est ainsi que, tout en s<
a 1 ignorant paa lui mme, croit critiquant mu uellemeut la gaodt
" l'OLioion ha ieone I ignore? ; loie uea hatiens, les Dmocrates e
c, jusqu'ici, nous n'avoua ja- leaRpubliciina se serou tacuemeo
aa ailsirs. sous des apparen
uu u aipiomatie joue le lle de
"Pe Iced, qu'au Dpartement deI baltien ensuite
"lins. meneau et cela dans! Noua ne serons plua aana dout.
ution d un trait o ce Dpai' eoua l'action de la loi martiale; ou
tut q a pss t partie et ou le aura un peu plua de libert daua h
P ancaid lui mme n'a rien presse, ce qui eat dj presque
W qui ft relatif aux servees de 'lait- Les mesuies d'oppressiou. in
arioc-La ratification du traite idlapensables pour asseoir lea om
"" 0D a t tout aimplement modits navales amrtcainea- ue le
\T>s prisons
Ctp Hatien,I e 19 Fvrier 1921
Monsieur le Dincteur,
Je vojs remets inclus copie d'une
supplique de la Ligue du Bien Public
M sal urs les Secrtaires d Etat d<
l'Intrieur et de la lus ice, en faveur
particulirement de nos fries de*
campagnes, avec pnie de la repre
luire dans le plus prochain numic
le v jtre intressant journa1.
Co uptant eur vos sentiments d'hi
maiii et sur votre patriotisme, j
oua nn'Bente.Monsieui le Ditcte.
ncs talutaions tra distingues,
Le prtident de la Ligue
Auguste ALBEltf
Pasteur
Monsieur le Secrtaire d.iat dt
'Intrieur
Monsieur le Secrtaire d'c!.at de U
lustice.
Port-au-Prince
Messieurs les Secrtaires d'Etat,
Les citoyens soussigns, meinore
de la Ligue du liien puulic, Eant ai
uap Hatien,
u t laooneur de sjliw.tct une e>
qute immdiate sur ladministratiui
dea prisons depuis I Occupatioi
amricaine jusq i a ce jour, mais eu
suppliant les pouvoirs publie d'y
appui 1er, en aittudaut, les pressai
tes amlioralioua qu'impose le rgi
me d* mutes ces bastilles, lieux u*
tortuies et d'extetminatuj, qui sou
venues remplacer l'uvre internait
ie la corve.
Les auuaaigns ci oient galemen
a 1 imprieuse uecessit de uudiliei
sans retaid la loi du lu' decemnn
i'.'io sur l'admiuislration des pr.sout
eu substituant des administrateur
civils haitieoa aux administrateur
tnih eues auiericsius, au reste, aiu
pies marines, dont l'uvre perni
cieuse est une bu.i te poun'tiuuiauite
uue li u ,-uio pour e paya tt puu
CUaq .e uai ion.
Eu itfct. Messieurs les Scrtait u
J'Elat, uueeuqu'.e reirleiaque, a
Cap 11 lit.en, par exemple, en VJlb
i'Ji'J et les piemlers mois de 1 an ne.
L'arrive do
Mi' ertalien Guilbauri
Nous revoyons ;vec p'aisir. a
r.omb e des passagers arrivs bon
du franais. Monsieur Tertulteq Gu'
baud, Aociea Ministre P.nipoten
tiaire d'Haut l'ans.
Oa se rappelle le r'e minent
aae ce distingu concitoyen a joui
dins la politique hatienne.
Patriote convaincu, Mr Guilb ud
'clina loll.e qui lui (ut faite de li J
Prsidence d'Iinti en 1915
Il accepta nanmoius 'e poste Je Mi
nistre Plnipotentiaire a Pa.is qu'il
occcpaavec distinction jusqt'au joui
o le Gou erntment citll bon de
nettre tin a sa mission, parce qu'il
enait d'tre frapp par la maladif.
Il fut alcrs remplac provisoire*
m nt par le bis du Pisident qu
es' se.rtaire de la Lgation.
Nutis renouvelons Mr Guilbiic1
l'exprs ion d; no: e vive sympa'hie.
Nouvelles Etrangres
21 Fviier
TARIS 21,:- sterling su,
Dollar 1 j,y^ 12
NBW York i64a Ster ing },.,!
1-ranc i) ji
WASHINOTON 21 Le Dpaifc.
uent d tat a re.;u le t. xti co.npl t
la conven ion Iran u anglaise et n
' 'e 23|12,2o siivint L quel le le
lue
1
entendus pour servir eu li/iti l'iul
ri amerioaiu d'abord, et l'iutrt
Mot
tion d'une Fte de l'Universit. Tou
aussi bien, on se rendra comptt
tue la justice n est paa auflisammen
rendue au peuple par le tnbunau.
infrieure, par le fait d'avoir retormt
les tribunaux suprieurs dans l.
sens des sympatluea du gouvernt
ment. Et on y suppler*.
Mettons que. ce sera bien: mais c<
ne se 1 a paa l'iudpendance; ce soi.
mme le contraire Et la aauce pa>
sent au rpublicanisme auincai
avec addition d'une onde de libei te
ce qui ara maoge ne ara pas moi ji
le poisson hatien. Aptes cela, nou
mouvons compter les jours que U
ue m ocrtisme a pas.sec au Pot
voir-
?
Et le Gouvernement hatien dan
tout cala? Eh bien, il ae montrt
ien haitien; car, aprs avoir mange
la aauce dmocrate, il en mdit u
se pourlchant les baumes; et i!
dispose lea couverts en se preparan
a
Qi avec une loi auo'siduire feront plus; ei cela couMitu-ra une l mander de nouveau avec les col
ismit U nomination u'ollkieis ameiioratiou. Eu rev*nctie, u toulviv^s de la sauce rpublicaine. Ues
a las serttes hatiens. Le cheia S nos coiea et a uutiejus : e hatiens qui mangaut dea hatiens,
voua ceiu.o un gutire d antbropopbs.
r e sui lequel i Amiral alnapp n'a
eu garde d'appuyer, et pour caust
Et devant cjb appits du gouvein
y a des badauds trs bon'
i battent doa mains, sou
U union scie.
'al -t tncain, pas ptus que l'E'.ai ppaiemaient, ou ne tiouvt.ra pas
ren, l'y a dQ vo,r Q,dl|ce# g, auitisaut, poui le JeVtjopueiuei.l ue
r'* 11 malice gisait tout entire l'instruction primaire daua la uianir
' f li a quelle sauce le D5rao:ratis des u^uet.es sur lea coles uruai ment, il j
1 .^/!,caiDa durant cinq Hin.et s, ns et biss un drapeiu au Lyce niblea qu
I e 1 poisson bai'ien, national apia avou atcide la cra^iciexie 1
lOio la moyenne des dcs a t d.
luaire par jour antneurement et
lepuis 0 mois, dd deux,autant qu'01
teut s'en rendre compte ; ce qu
aorte ld nombre des dcs, pour U
-tison du Cap Haitien, au del d>
(uatre mille au cours de trois an-
.es.
A Cbabert, la moyenne il s trot.
innes auia oie constamment di
:mq, soit un total de cinq miii<
uatre cent soixante guinza priaoi
n ers,.'-mort h Ghabeit-
j On sait qu'a Port au Prince etau>
Jonaives, la moitalit dans les pt
jrisooa n'act pas moins intense.
Au Cap Hatien, en l'Ji.v on jetan
fana lea tusses jusqu huit cadavre>
par 1 jur.
Comment expliquer 08 fut inoui,
avui quil se produit une nuyenni
te quatre d's par |oor dans um
popuiitiou do cinq cots puonuieit
! %i\ o\o p^r mois cst a dire h
quart de celte population 1 0[0
.es.
En ce qui concerne les dtenus,!
dgaltte ue tant d'emprisonnement
i presque guraliie des dtenu
ont etioaes daillsura contestables-
C'eatce que dmomrera I enq e
sollicite.
ces laits sont sis prcdents fies
>ieura les Secrtaire* d'E.at-
Ave; une evideuie partialit on t
ajuIu jusuiiei les actes criminel
jerptrs dan- les pnaous eu disau
qu avant la grande piti du militari
me actuel, il mouiait beaucoup d
pnsouuiera, ou autant. 0
D'abord il u'y a jamais eu au Ca|
ilaiiuu pour ne ci er que cette villi
Jiua d'une moyenne de quarante pi;
aooofasfa.
Kusuite, et rare m nt la mortaliti
atteignait le chiffre de quatre dan
une anne.
Mais, les soussigns n'anticiperou
pas sur les travaux des luqueteurs
pour lesq tels ils couserveut lea uo
tes ncessaire* a l'instruction de
actes sraudaleifx, criminels et sauvi
gea qui se sont accomplis dans tou
tes lea prisons de la Itpubliqut
aoua couleur de civiltsst.oa 11 eu es.
de mme en ce qui touche la lga
lit, rhominitat l'hygine dea inliu
matiois
Esprant, Vlesieura les .Secrtaire)
a'Et t, qua u prsente suppu jue se-
ra a^.ee daoa toute s t. oaur, le
soussigns vjn prsentant leuis
salutations diltlugues
Suivent lea si^natuics.
lseri syrien est tra 1 ir
lat fraasia en mau lai
de mai-
englaif.
On pense qu U ucc ipara latieotlcn
aine elle rapport a l'etoda g i ala
les mandats alli-. Daua clauses du
trait occupent l'atteolion partit ni
e d's ofiioiels amricains l'tabli -
Minant pour la premire fois, nrcl
lant le transfert uundcloire d'a a
auiaaince I autie, pai I accord mt*j
uel des nations et l accumplisaemeu
oar I Angleterre de son teve lot.o
emps entretenu d'ob enir la lun
te ratlways Mditerrane. Indes, a
travtrsun territoire exclusivement
ioaa son contrle politique ou mili
INUlANOl'OLLM ludiana)- Le
[usrtier gnral de la lgion amii
Min demanda de a-irveiller aux
oesteade la tgiuu travers les Etats
Unis, ia reprise de la propagande
llemande doat le but es de fsiia
louruer le seuti utnt du peuple aa
r.ca.ti contre les-alUa, particulire
utnt la France^
L'Angleterre 4 cre une puiseanta
uactune na lou.ie, politique Dar la
uuioti des lmeuts dioyaui da
ia population amricaine.
UO annonco qu'une dmonstration
le cette reprise d'activit aura heu
jrobablerneot sous forme dune s-'-
ie de ruuiou populaires traveia
e pays, est- lisiblement en protesta
.ou contre 1 occupa'.ion de la Rio
ia.iie, parles troup-s oires fr.n
;alees soi disant g ^ U prsente de
:^s to.tpdi ara Remploye pour dv-
ourner le aantiment amricain-
La France dit que les troupea noi
es uuieie lemoos Us^uu plusieurs
nuis e: que pendant leur praeoca
eur conduite lut axoelUota selon |H
rappou officiel de l'ambassadeur
amricain a Paria.
Le quai lier demande aux poatea
te la .egiou de surveiller a.ieutiva
uent ceite propagande et de tain
nfoPifrirtl au Muartier gnral.
iAHIS- M. Kaiberti, dput dea
Alpea mantimjs et ancien .ministre
ie a guorra, a dpos nr le bureau
ie la onambre uu proiei de lui tnooi
lautla to, da 1840 t par.11 .nui
I augmenter en bmiae de paix in
i?UUei2.e BI,rtohiB1 J. France
A'lS&P' "W*tsHh guer
C a retus de rpondra avant la
idtoarde Mr. Br.and a
l'interpella
100 de Mr Ambro se Henard dpa
le la.Haute Garonne, relative !',,
laatice copi.ii.ee par le ouvarn*
tient en n'ayant pas nommfle^S
al dsCastelnau la semaine dernire.
Mr Barthou a dclar qu il
ait pas que le proj t de loi
prsent 1 la chambre
a la-
it certai-
Avis
Oi cherche iour un piano en mali
oau tai. S'adre:s au No 4.0
uue Can.liophe ?eu de Lboie,
n igno
serait
demandant i
ilever a douze le nombre des mar-
chaux et il a)0ute qae le gouverne
nent ne ferait pas opposition
ioplion de cette loi qui s.-r
1 uement vot'.
L gouvernement dit-il sera alors
en situation de re^ot.penser tous les
hets militaires qu, ont servi et sauv
le piy.
L-m.-ivrc jja guerre a dclar
non [onde les b.uits de prpart h
1e la v a ".
, LJ.OKii- ALriuaion u'U
nai.-e qui a eu liej u heures ;o
a Uowaing S icet en'ie Mvl,
ve L'oyj oeoige, B.unJ, Sto si t llt,
l*w u question de la pro;-dure a


lE'MAlW

Arrive d'un
candidat la
Pi ience
Ce n alin est ai iv Ml Ch. EflBD
Kcrnisaa, accien cput qui. on s
le rappelle, t annom J intrcrnen
tins sa nouvelle brochure qu'il avai
accept poser il candidature 1
panire magistrature de i'fctat.
i. i Nous lui souhaitons une cordial
bienvenue.
Mr Fr lric Dore*
Parmi Us passagers revenus u
France se tiou\e Ml 1 ldnc Uorci
le nouveau Stuitaue 'htat de l'ioi
tractionPubUqi.ec. Ml bout est ac
compagne de itl filles MellesAdtlim
ti Cnrntice Doret.
Le biuil coait que Ml Doret n'ac
itpic pas le pomteuille qui lui ;
tie octioy. Notre lepoiur u'a pa.
pu le teuconUcr ce maiio, duiu.i
cous renseignerons ros lcituis.
La s Itual ion au Coy
l'Ile est plus qu'insoutenable. L-
c. te est nceo'imes, h livre, I'
cac ( 2 ceats L'aigent esi rar.
La misre dcus tnveloppe pftitouL
Beaucoup de mecd ants et de pau-
vres nom des dans les rues et dars
les musons. Les dbiteurs ne |aer
I lus ! s cranciers, et la lai 1 te ni
partout Chaque jour on n enteno
que la cloche du sonneur annonant
la ven'e de mei bls des locatai ts oi
dnoe mt la cru? ul des p'opuetaire.'
|fn prsence de cette s tut on o
demand : la baisse de p il des loyeis,
aie menace de reme tie les clefs e
d*. tramer ainsi les possesseurs d>
maison- devenus tiop... impitoyable;.
II n'y a pas de ventes et le Comme,
et est s x abois.
E' pendant ce temps, Dartigucnav
touche ses 2000 dol ars par mois
l'amn-aio se promne tranquille-
ment djns son auto par nos IBti
qui jouissent de la p>'x, mais d un.
paix pareille a celle d'ua Cimetire
Les Annules Lapones
Retour du
Pre \liinoi
Par le Panama* est revenu le R
P. Mahot, vi.aire a la B.silique No
Ire Dame, parti rcemment en coeg
de sii mois.
Le Prr Mahct est b en co. nu :
Port-au-Prir.Cc pour avoir ml l pei
dao. hu.t ans en Hati.
Nous lut stuhaitoos une coidiali
b enveaue.
Autour de la mort ce
tifcfa
Liredemain uneltttre de MrAWaii
Lekellier rel.tive la moit de Rk,
<- ---------------- _
Arriv*
^ain.i les passa^eis anvs bon
das,s ttai sais se ticuven^venantdr.
Bouleaux' Mme Brandi, Melle Bai
the, Melle Maiie 1 hi se Brandi, Cl.
tort Brand', Louis Dtclos, Laurent
Sicait
Lof Hatien. Gnral /amor, Sl
nav Zan or, Melle H'ioe /amot,
Alt ed Mayer, O.ivu Nicolas, 1 B b
Pro*per, etc.
Mon cher Directeur,
Il faut, sur tous lea pointa de I
1-puhliqup, rassembler d^s b
coda, dans le sens hatien ou leirue.
'joie piai, du bo dihoux, de yayac.
1e ho s dentelle, de (tonneau, de boit
fer, Je bois clian -joi d oranger peint en noir, qu'ih
oit ut des joncs exotiques pora-
neaux d or ou d argent llneineu
laela, qce's que aoient leur tonne
-ui valeur, leur qualit et leui
ioids, tous les Lu uns sont Lui
)ur aervir contre ces gredins de h
lolnique hatienne, matres di
'liture.
Do. cap Tiboron Ouanami- the, 1
aot une leve formidable de bton
>ou> coi rir 8ua ces politicien
tilamea qui noua assaseinent.
Je veux ouvrir moi mme la si>
iea talonntes, sous forme darti
: es de tombt au Matin, articlei
u ji.'i cjpab es de chai 11 r, 1 omm
I couvient, I chine de cea jean-t..
J faut que le peuple sache enfin c
pie lui a valu le trlcmphe Ju nU
le 1 Ause--Veau/
La toucha d lludicourt tani in
julssanie doubler les bamboche
le cea dvorateuts. je viens y umi
la miei ut1. A noua deux, peui lu
irimrons lou6 ltur apprendre c<
jue parler vt-ut due.
Annoncez donc la pari t'on > e>na
e mou Mincie Aux matres dt
1 heure! .
Bi;n v re
Tiijs. A- VILM EN A Y
Le Matin
ABONNEMENTS
l'AK MOIS
POIU Al -FllNCL O. 2,00
U.-.PAKIli.MK.sr Ci. 2,jO
bTBANUBH G- ? 00
Lea annoucessont reirs au Ccmr
toirn International de PubHfll B
Rie T-onctiPt, P ri et 19 21, 23
Ludgate, Hill Locdaee,
Mesure ncessaire
Un airt communal avait fin
lana la temps la place du Fort Si
Jlair pour tre le lieu du mardi
iu diuuucue, maia depuis quelque*
semaines lea marchandes rcalci-
rautea trouvent le moyen d'eufrein
Ire cet e mesure Les trottoirs dt
aarch en Haut, de la rue Houx
a rue dea Kronte forts ont naaiutt
ennnt frquents lea dmiaucues et
ea marchandises a'y talent sans
iae tant pour Ira hab t.;uta du quai
1er que pour lea fidles qui ee reu-
ei.t a lu Uaaihque Notre-Uaine. Il
serait bon de rappeler a l'ordre cea
peu xcrupuleusea marchandes pu
bhques
Sacs vides & Ficelle
Saesi les neui

1
t

angl
*
c
f
(
i.f, quai l H 1
c

G
h
II
K
f8
it
28 *
^|^ x
7,.0 t il
28 \ 48
Sacs ities tt ufs nmri ains
Sacs vidas djuxi.iie timu, pouvant servir aus i ' faira
remballage du colon
Ficelle anglaise & am icaiue
Demandez tous .es artic es U Ma soa
L Preetzmann k^k
Magasin Annexe
DES
Caves de Bordeaux
? E. 0ERE1X, Propritaire
Grand arrivage de provisions fraicl
Parle t Panama attendu aujourd'hui
ARMOUR AND COMPANY
No 175 Port-au-Prince Hait
Samedi 19 Fvrier 1921
Port de Paix Notre marche esi
oujours dsorient, sans aucune al
*tiri tt les ventes soqc plus nulle*
\uc Minais. La busse du cate a con
ritu dim nuer encore davaniagi
les .'entes. Sa eti;t, le cit la sema
ne dernire avait atteint G 0,18 pa
suite de la nouvelle baisse signalt
tu H -re; le prix de notre place :
aussi Bchi et nous payons depni>
samedi G 0.12 pour natu e Les au
trs denres amsst cotes :
Caca ),rj.re, pour du biep sec G.0,07
Peaux de chvres '< 1,25
Coton brut G. 0 10 .
Miel G 1 00 le galion.
lTi-mie Sa Grandeur Monseigtum
Picho.i est arriv chez nous hier i 4
heuies p m venant de Corail. Lt
iutiogoa prlat ne nous a pas donm
sa bndiction en vain, c r d:puh
ce mat n la v Le a une a. imatioo
4uc nous ne lui connaissons pa
d^pui? un an. La camppgae a'fui
tn vule comme la veille des tte?
Je hn d'anne, les ventes 'om pai
vonsquent excellentes. Nous avion?
ju j.'os stock de Canari qui a t\(
eolt\ en u e journe Nos employr
disent de ce te journe quille es
celle du CANARI g e Monse
gaeur. A. H
tiyde Steamsphip
Co
(FQRE1GN SERVICES)
le steamer tLake Ogden a laiss
Ki gsn hier aprs midi directe
m c our Pori-au Piince c il es'
ai rndu ce soir. U ptura demain
rrat u pour Niw-^o.'k via Cap Ha-
ter.
l'on-au Hiince le 22 Fvrier 1921
E P. CLEMENTS,
Agenl-Gi uu.l
Ht rnvifage. Avant l.i sance prli
n.i04iit Mi II y1 Geo-ge aviiit M
]i iand son foui Mr bnaoda u
du sa vi 1 e i D.wniog btreet. le.
dtux CBlfifBCI or-t en. .ordulc:.
a vis ma rluiOLial
Je eousfeign, donue avis au Com-
merce, et au public, eu ^nral.qu
fUitir de celte date, je ne suis plu>
n'a, oi.siiiiie des arles ou actions gt
m i.ik-ciciit quelcouques de moi
f 11 ui-u ne AnaiBe Au^u.tin lirau,
,ui .1 cause d incompatibilit de ca-
ractre et de mauvaise conduite.uiu
art OU en divorce devant lui tre ni
lei.iet-gincesaamment.
Ociihives. le 11 f-v ier \M
Lmuaira ClM'ti.ns
IU mei ciements
Mr Antilone Ucfave Nsjec et ees
ntanta, Mr et"Mme Alexandre Pou
jol et fainile- Mret Mme Emmanuel
Le>.on'e et famille, wme Vvt Jjs^ih
rltkisan, Mr un nu Elle, M.bua m s
hdiana et Luc e Col*. Mer 1 itosai
gnol etSaia Sjard, les tauiil.s Na
lc. l'uiij .i, leioy, Uoilearis> Jo..es
;t liiisson ti tins i remercient dune faon paitcuhie
tous ceux qu. leur eu d; n > des
ttuvtH (Je .-;. iity iiiu uul de la
>'apitale que (Je la province, Lorca
ion de la mort de M.me antitone
Jctave JNajao, ne Vesta Poujol,
dur pouse, ineie.grand'mr. 'ante,
m a' d tante, belle mre, comme et
.ilente, garJaui tous une ui.e
/ve reconnaissance.

Mme Vve l'h 1 ppe Car ht oera, Mr
et Mme Gumave Grlg, Mr et Mme
' l'.ettzn ami Agge liolm, M le
Jhristiue, MM- Philippe, Charl a et
Rob rt Uatlslroem remercient bien
lucreinaoi lea personnes qui leur
jiit donn dea marques de sympa-
Une l'occasion de la moit de leur
regrett Bhilipp Carslroem et les
prieut d cioi.e a leur vive grati ude*
liotel Ueslaurant
St-Josepti
Aclphie LOUIS
En faoe de la Madeleine
Cuiaio de premier ordre P.ix mo
tts Table dH.e Pension.
Avis de Dpart
Le Schooner tM rie-Concei.lion
tel a ici jeui' tt laissera samedi direc
ement pour Santiago de Cuba pre
aaat lit et passagers.
Port au P. in ce 22 Fvrier 1921
I M CATOR Agent.
Les dp.hes peur l mie, C ye.
Jicmei ci Curaao, par le st amer
\1<1 \ N h, serent fermes t heures
l'j picises de 1 aprs n ii
Por:-au-Prince, le 22 Fvrier 1921
Vente ienca i
D'ordre de l'Acting Colleclor of
lustonis' en vertu des inslruettois
lu Dparlement dta Finances ei du
ommarce par l'intermdiaire du
itecjveur gnerai des douanes- H
it ru procde devant les portes do
ta douane, jeudi 2i Fvrier lu
.teures du ma 10 a ta ventd l'en
:an de 300 saca en vif on de jaune
Manibru EL1
Encanteur public
Ajax, pneus et chambres ah
Toutes les dimensions, en vente cl
P. N. Oti k Y ^Cjjmpany^/wi
Savon Rossignol caisse de 25Ubirm: cts J /U par Ib Fob]
Savon Coq c iss de 2o0 b rres ; 9 Fob|
S ? n Spcial ca ss d; '&\ barres fi i[2 r'obl
Savon Cocoltva en pjin 01 SbO par g 10 s lVb-T
Lion li. 7 hbaud
A yen' d, ositatte pour Haili,
Barres en fer pour con*truclon9\
burine Soleil, S non t Cosmos )
Ta bat T D. Sucre, Cire para fi ne,
Barriques viles pyur miel. |
Fu v n* ; chez
N- Grcy$ Comprnij
Prouvez le
par la pendule!
U Crme Perle de Barry
donne une complexion parfaite dans une
minuta.
La complexion reste parfaite toute
soire avec une application.
une
La Crme Perle de Barry est une crme raffine,
qid embellit la peau avec un dlicieux et dlicat
parfum de la rose.
Son emploi ne peut pas tre aperu car elle
donne a la peau une parfaite naturelle apparence
do la couleur de la chair aveo U douoeur de la
peau d'un bb.
Elle est conomique et donne grande satisfaction.
ifi
>i sse de Requiem
! l farril'e Si la iavtte les amis .
une Misse qu'eiif lau ihan er la
liasilque Notre-Dame le Matdi rti
Mais piOvhain a si,fc(ures du matir
.>i'ur le Kprs de 'inf de leur re-
greue irit. Abdslli h.
Le pi^eni 1... lieu d'invitation
S ILE Al A LOTION
l'y uiJei Lt tbe Au mg Coll* c or
of uuatuins given by vtr.ue cf iua-
iiucuons u mu the uep'> cf Fi ance
and Commerce fiansited tbrouglit
aie Gnral Ueceivtr- Ibre vu be
tield> betore the Cuatum iiail-, ou
iliuesday, Februaiy 514.b. Itfc t st 10
Uclock A- A. a aaie ht aiuion ol
3tW bags ol llour
JMouib un ELiE
.Public Auctioucer
ISiirlnQ
4q*>' t,A /. / p0,fr ftM
Vn\ndi,L
NEURASTHNIE. FAIBLESSE
CHLOROSE, DBIL|,Tfi
I
DESCHIBM
WmogU*,E
Rfl*nrUor du Sang. prcrtt pr l'lite mdicale-. *f*f*fl
0*K\ t/Wlui | PStOHlBNS, , But r.iul Siti7, rwvU fi rgVBMl
-



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM