<%BANNER%>







PAGE 1

i MA"! *•"*" W, *.:, **&** GRIPPE 'CATARRKPS-ASTn/VE V LARYNGITES BRONCHITES, ETC. Sent ccmbatlas a vec succs par Je I K POLMBRUM PAII.IY J| L ".tV *• "puiiin .'-T i .uy . o-,.... |Ka" 5!?JL2."fj W: X. Remde trs actif pour raliser ^ la cure des maladies des voies respiratoires Emp!oyeZ-le et vous serez satisfait de son efficacit 4UUUUUX oe la FAMILLE PASTILLES VALDA sont Indispensables irENFANTqiipri(url'-le ID VIEILLARD qui -on pmidre l'air, i GRANDES PERSONNESqui se rmdriii i leurs ooupations pour PRSERVER LECRS ORGANES RESPIRATOIRES ou pour SOIGNER tes Uhnmes, Maux de Gorge, Lu lyiiyif.s. Bronchites Grippe, Influente, Asthme, Emphysme, etc., etc. IL FAUT AVOIR BIEN SOII de n'employer que LES PASTILLES A. Victor Gentil 1735, Rue au Magosin de l'E al II Mode d'emploi : Une cui'lerce cif matin et soir ic no m : FULMOSERUM-BAILLY 15, Rue Je Rome, 15 PARIS LDA Le Gnral Couraud, ac'uelleraen 1 Paris, irait Londr.s ai momen' de la discussion dea questions orien laie?. Ilabl Beyi dlgu du g^uvernemeol o iouin. la cor ference de envoy pour p'us ample considra 'i^n. — La comnrssioi domin ; caine a ' nonmepoui orgmiser la rvision des lois dominicaines a soumeitre i • iif-u. M IUIIJHII. ,i m co'ieience de — -—•• %  un.mur soumeitre i la paix a dclar liElCi isiorsqoe les a 5 0nvent 0D neile Comme prlimi • -ODD.8 le Cjnetantmopl* et Arg^ra nairt *? % %  gouvernement lutonome ne formeraient vraisemblab'r ment l'e s'est organise comme v U ji [„-.' tantt qurua roope et ajouta que Ostraud.de la cour territoriale dom.ni H'tes, de L'ologoe achve ua pio|et • militaire et conomique sugeeptibh "" Le ** B *trur rail, prsident de 1de donner un plein ttfet la iceuce comrn 'Ssion du snat recevant la idclaratlOD fianco polonaise. so1 l'on de la lgislature portoricai — MMill. raud a reu dans l'apr demandant le dveloppement duacu midi le praident de la rpublique vernement actuel de Poito Rico sous de Libria Selon | Ecln de Paria" les p mc.pes dmocratiques dclara la cotdr.nced hier entre Mrlir.and ,ae loutS les qotiOM wlatii2 et les chefr militaires a env aag le. lU ch.na.m.n ai i # re lal,ves mesures a piendreen cas de refu vernement de rlLT' *" g,u des allemande dans les vues de^ ; ernemeo de Porto Rico seron' alia sur lee b?ses de I accord de s n,scs au P rohala congrs. J'aiis. —Le matchal Foch et les eaprts militaires ont tabli lu plan de la mu clie en avant des troupes franaisr M les Etats Unis rappelaient les trou ps amricaines du secteurs de Ce blenceLes tronpes fiantaiaes oceu peraient U zone amricaine—M'Boyden.reprse ta, t des Etats Unis la c ,inmi-sio des rt paraticoi | coin nuniqu une not annoran le retrait <1H repreen a ts ollicieu> deiEta's l.'uis de c^tte comm ssior. La cote piesente par Mr b yde dclaie| iue le gouvei pi ment ami Ciin nu pris c^tte diu-ion q rapre* de lo"g ii s Rsistions ei l'examer de la quea'iOU Lie tuLt temaquei >>u Car re four Ce petit Meu ail-Hos il anin-t' est devenu par suite du chngf mer t apport dans le trfi; le notre uriqut hemin de fer. d'une tranquillit voi sine de la mort... O i se souvient i peine de ce quar PARFUM Laie; Garden. Un air emb.7 aud. Paris. Lsence 3 lefte Kour^; poudra de J Pari8. llbiepar sa i\L adhrence la peau •!! de Talc, btoa de 0l lvrea. noir pour les deotiiliie. ponmade i i reudre souple I a Mu soi. a en vent' dans aon Ttagaaio le* a r ticles %  oivaotl des prix irs irodrs (marchandises de toute fiaicheur Btiives deruirement) : ARTICLES DE TOILETTE Peignes poir femmea et hommes, bros ips dents de ou es qualits, limes oncles services et accessoires de manicure, tssoirs MJB. blaireaux, o i a cente de lit. lieis dcouver s et m 0n t QUINCAILLERIE,— Rou'ons en son attend un fort lot i nacre e 1 en os de outee dimensions en daim tlanc forme Ira ciseaux tailler, canifs, laces de mes de chapeauxsouliers en eoie et ordinaires, p'e cirag-, gravures de pit pour saTEINTURE INMANT ions tncadrerde toute beau , tbrvcux: Ner-V gor. C bo' tons preatiOQ par grosse etcteindre IPS chapeaux en BIBELOTERIE. Sas main ces Sel II tpaiicaflago I uour f. mme. porte-mo nai, boi (s ligh's et batteries de ( i loudie en toui g. n e<, lon r ue-vue sion, Pneus pour au'os deprectaion, tabea-x pour pa'ori Bubber Woik^), Mater Je t JI te g-an I. u r montres bnoalat tai'a.ion d'lectiicit (i .'Oui bommei et f BUnea g raottee. rouge et blanc par barri ( EUGNE LU BOSS ) Port-au-Prince 19 Fvrier 1921 SITUATION GENERALE-Le m me marasme eu 111 nu di s les affaire^ La petite am ioration qui se t blait se manihstei dans l'article cal, est dj arr.cDe 9,65 P.O.B. ^ue ion a obteon poui contrat 1. Z:, ^JSSSr.**Ll? •••• 'Krt h.r. p c., e cS; 9. entie not e Capitale et Lrgne. Les mois obscnes Ci se plait fortement du rc .1 he meut qui seco istate dans nos moturs Ji'puis qoelque iemps.Dans les rues, aux .bords d.s maicbs, ce sont des piopos obscies qu'on se lance sans avoir gard aux personnes qui peuvent les entendre. Hommes, femmes et eDfants se me tent de la putie ci on ne peut faire un pas sans qu'orj Magasin Annexe DES Caves de Bordeaul E. DEKB1X, Propritaire Gra^d arrivage de profitions /n Par le Panama lia ilu vers nrrJi ou merci Accideut davinioo JeuJi, dns t*s environs de Gros Moinel8jo rrlies d'altitud-, rn a op'ane mont p.r le lieut bou g'as H. Bjoth, payeur des Mannes Corps, mt feu—Le lieutenant ei le puote furent relev! carboniss. L. s corps des victimes ont t em entende un de ces mots sales qui '. bnqus ce ma in pour les ri'ats fje s tint roofff les honntes gens. (Les honneurs leur furent rendus hn at rpant IS dhnjuants tt et. pendant qu'un aroplane survolait lJ s bas — Le 1 cutenaut Boo.h lais se une femme et un enfant. les pauissant comme il taut.ils oau ront plus envie de recommencer. Botte aux: lettres Moa cher Directeur, I ai lu dans Le Nouvelliste de samedi lacorre'pondince publi par en —Le gouv#rm nient a oicani n'a — •vaut pas M>.| ; ,! %  ne avec les allis 4 u a co ^ ou Jc l'eillM Qe peut tre l'labora uns de< plans enJam signale. a modiAii IH trnit, i" ooufidre inu Os rumeurs de ptendu sonr:e tilera inte'an'ses reprsentants Offl certaine an-ionceat ui droit piohieieui rlaoa ICI coinmiai'oal qui bltil dbets par livre, prlev par ^oTD^^'V.r.yd ^ JjL^J^ftTu* dclar aujo-Mdhu. a la chau bre coto1 m PO' Comme de fa.t le cot rr ,0Q H etti n'a pas soa principal d Mr au Dr n a so ns taient le plus ccessaires. D'autre pat, en prsence de :m.le Prtzeau, chef ie duisoa Dpartement de l'Infrieur, le Co cou a eu i (ootmer qu'il pas pu continuer le traitemen corn meac, l'autorisation de \oir le m lade lui ayant t iefuse, 4 un mo m ut doin. Voill la vente qui ne peuvent altrer i leur fantaisie, ceux que le remords commence 1 pourui vre. H:cevez, Mon cher Directeur, m.'s sy.npalhques salutations. A phonse FISfl Roulement arrt par la Commissio d Contrle du Brlemtot pour le mardi 22 Fvtier 1921,4 lo heures La ug (ianiPanmi Eram. Beeovoii Nevers ConsUni Edouard PaJoJOl Le Matin Presse Syndicat pgents de change Mrov caiSses Le prsi ml u .ssurer si l'A *lefrre seuu, ll f des P". 1 de u mill Priait dispose de coas.Jere, ,a cess.o !" -^ de ce produit ne nous laisse de tou-es ou d'une pail.c dc ses K os P S P revor UDl bi,iie P I0 ^ !" caisses vin de teilles d'eau de que L. C. Momtbrun El Encantear|M| Vente ie\ ^ D'ordre de l'Actiog Colh Oustoms' en vertu des iost lu Diparteraent des Finaocesl -ioinuiaice par l'intermdieil Receveur gnral des douirj s 1 %  • procd devant les penj le douane, jeudi 24 Fvrier f n mes du ma in la vente an de iiOij Bacs environ de j'j Mon'bruo Er Encanteurpol SVLE AT AULTION By order of the Au ing U f Cuatoms given by v< rtoe^ truc ions fiom ihe Dep'' of iod Commerce ftsnsited I he Gnral Receiver tbere held, before Ihe Customs HM ihueaday Ftbruaiy -* ta. Il Jclock AAa aie st suc 300 bags ol fiour ., Monlbrun ELU .Public Aucti{ Compagnie Gi ie Transallanti V Le paquibot Mailiniquf' tendu jeudi matin 24 :oiir*J partira j b.ibi mem ' ' *" >our F il Ci .1 et G *"| a de :e ur a c it au-Pfi' ,ce he 2; 'T? r irIntl' '* 1 cur B v.iH* if -' l' 'i L'A^ o" E KU-'U l.N



PAGE 1

Quaicrtieoit anne ko *0 5 Port &u Pnuce, Hait Lan i 21 F?rier 1921 llllEOTKLR PROPRIETAIRE nmfnt MACLOIUE IK {M'MFBOt:?0CFNTlV1S Quotidien It n'y a qu'il a moyen cTlre Itbro, c'est de mpriser les choses qui ne dpendent point dd nous EPICTETE RKOACTION. R-e An incarne No, \ & IKLEFHOk. H — QUESTION DU JOUR ment disparat le Corps Lgislatif fetite his'oriquede la dissolution d*19l6 toi no're article p'cdent. nous du moment, a celte conviction ne II reproduit ltonoement do fat pu pour peu de chose dans on Cinquante-deuxime Assemble annuelle de la Royal Baik oi Caaadi %.4 y que ou or rpubl cain Me Cormick d 1er, dant l'ordre de eboaes ,t eu Hati, l'ab PI'CB d'un Lgislatif, alorp, fait1 remisr justesse, quil existe une (Siie&Fn) La dveloppement du cjmmerce tranger E < dp't d? la condiion g A nr I .Tn peu satisfaisante du conmexe i-t'rpa'ional, due iun pouvoir d'i cht a'f • b i et une dprciation danles ch'r>g"S, nous avons tout" mtAii d tre leconnii^sants pour les rsultas ft 'a qualit du commerce qu* rois av^ r " tab i dins les pays c inm sommes reprsent?. Nos suc •tti nde de feun -t Mais, le r iDlon de i s*idents devenant irnootsible un moment donn, force .i s'a denc ru Dicref e ainsi se f 'opinion que, les ras s de la (orme saligyptienne, ma'gr 10 eu tmi sauvegardes, la dissolution logfiiie de I Egype dev i' res'er. en d flaiitv-. la char atte pa't, les cnt'quea n nef ge de I Dec ni' i on. l. tle du gou Ils preeae h-itienra nont pan vainement, dins celte opinion, res ja d'inscrire eu le e des rc"i tait *< c nid i •; il ne parai sait to ItiODS nationales et des motif que I excutant. les Inspirera les deux ccups Rien di i hosea au cours de9 M dont a t vc iras, sous un cinq annea que noua venons de rgime no're reprsentation passer, ont paru de nature faire progressent cor uniment et nous oale Et I Unioo Patjiotique. au rin-i admette da faon gnrale sommes, sati t >iti des oprations de fbre|jea?i dwaiderata, m> nro-mp que notre gouvernement a entre la premire anne faites 11 Nous cooi i:ut ; on da no Assemble les mains amricaines, une sor e de ava^nrs len'ement ne prenant au rtivessouffre-douleur et tous ceux qui ont CU1 risque inutile Il ne (au* p s n donc qu'o examfne la si t admis frquent r rore do o politique d'une socit, la msine politique et gouvernemental, liera chose qui frappe l'esprit gardent l'image de >r bauta pe-eo i irrode d agencement et da an ng>s l'affirmant sans cesse av<*c ioation des Pouxoirs pub'ics, de g stes de commnnio • nul dpend leur quii.tre >el Or, il rsulte de tmoignages irro Ipeui le tore voir l'esprit public ensables, — que noua taisons pour le milieu qu'on mat I lude la moment que la dissolution de ch ngesdi L? personnel r U i vot' Je re n?ri; neot* Ut vot au Prsident, au Vice P.si lent et aux Directeurs aussi au 3 tairai* G ->l et vu m* nb *s d i p'mv rmoise, M. ij. E NlU/l orl dit • • o n 'i o' Ci : i e r s J: cette bit mne en nui nom ji vous gggggg remercie pour cette mirq le d appr cial oi de nos services N >us avons En p'usde totiru r des inform tions. un nircni A nii ce dpartement a. ea p'uieurs ca, mis les exoortateu r s caoad'ens en mentd es atiiniaires vots a chicom nuuic-t o s avec d s clients e i que assemb * annielle sont reus pe sj'ct ve av.-c lesquels s oit pus /ec orgueil ft plaisir, tw lout 'e tard ab'i un commerce satisf itsin ne p is lou*Hg r as ez 'e t ivail ac Au corn nenceme il de l'anne, il compli pir les olfi :iers d: cette bintait frquem n;ni imposub'edelrou q ie pour la f air e p og esser et leur v r d:s producteur* canadiens qai loy-ut et leur dvoiement est une aient en positioi de considrer le cuactristiqae d: notre s:rvi:e. nomb • us s o i na 'de q i v.m ne t d'u res p yi Les -oditio il cina dien^es maintenait chinant, mais eu vu des coidtiois i raog s un p'rsmneld s plus elii;aces et je puis vous assurer q iles remerciearaalei dansTAmriq ie du Sid j nma fiBJOIt iii oli „ eiportateun de 1 ' s p ocler avec soin Nous .'oyonsqae dan* les annes 1 venir notre dpr tem^nt de renseigne nei'.s prouvera qu il est d'une grand: u'ili supposer que les in'rts d une banq ^ d n j un p'ys 'iang r priclitent ncessairement comme consquence de t<'b'e rhang E' ralit, nous ne 'orimes p s aftectis par les mouvem'n's d hausse et de biisse des ors no're position sur sa par Edmond Paol a dg^ 1916 a t de cbncop'ion etdiniiala marcM da l'cha*g est couverte ses obseivatioos personnelles ive exclus vement gouvernemmtatous les j-urs pir d's ven es conte IQCluiioo que l'Excutif asus Us, que 'e colonel Waller, alors j e scllill et vice v.-rsi. Tarif priviltji avec las Inies Ocoidemales anglaises i-ooids a t la eouae de tous ilheun publics liai ieoa pioioo de ce grand ci oyen reootre actiali po.itique, telle ait d(|ii8l91"), une valeu irabla : m effet, le ct carac tiqua du rgime qui sdminiatre irTain du pays eat qu il consti [non leulemsnt nn Excutif sans •poids la mani e gnral' [gouverei mente bsltiena> prcmail un Excutif notamment tt 4par (action atniicaine. Si> ant easentiellement au PouCtcatif de prendre ombrage ^Qi qni est natnrellemen* pluepondrer son ac ion, combien ga ta Pouvoir Excuof hsi [tel qu'il exista depuis cinq au %  '.-il t sollicit d attenter rr prsentation nationale, d a Mit. en rua des moyen ordinal ; de l'appui exorbitact dea ha ion %  •a amncaintsl •pendant, puiaqu'il s'agit de reiituar cette reprsentation na •• %  et que, en formulant c %  eraium reapictarle noua conai >D cela comme une rpara'iou nous me tona la charge du imnemeot des Etsts-Ua s, il es de dgager les en constance ont accomprgn la disaolutioi: [oips Ugeiaif, les deux fo 1 fait a eu lieu. Une enquta chef de I O cupation se montra boa tile l'acte, mme le Dcret rendu: t que, enr ', 1 Amiral Cape-ton n y donuH eon assentiment qu'aprs dtra laborieuse dmarch is du giu vernams t et aprs, surtout qu'il lui ft prouv, documents eu mai, La convention qui est intervenue entre le Camda et les colo lies bri tauniquei aux Cvaib:*, concernant le tarit priviligi et doit 01 a"eil maintenant la r;.ti6;atioi par le Parlement Fdra', auri poir rsu'tat non seulement de doiner des a/an S ns exr'p u. W, H. Thoroe liuh Paloo A J. Bowa, G. R. W J. Shepoard C S W.icox A. E Dy niai C. b Neil S.i Mi timtr B. Davis, K B. Ci. H Dugt >n C. C. BUckidai I. T Ross R Mie D '"a'ersoi W H vi: W.iiims Cap*. W n Robiisou A Me Tavish Campbell Robl. Adiii T. Shermin Ro^ers. C R A une assembl* sabtq 1 • t; ds directeurs, Sir Ile b 1 S li>'t fni t par ses propres succursiles qu'une ment g e la con/eitioi touchirr | unanimit rlu pr iJent et M. E banque peut se tenir en relations le tint privilgi passe en 1911 se r_ p eass vice Prsident et d re t-if avec ses clients et donner un service dveloppera encore plus par sut" g:a.it, de nerfO'nel efficace. Ides conditions plus ta/orables qui L expansion du ie banque ne siexisteront maintenant. Le commerce gnifi • pas un d hement de l'orga avec ies Indes Occidentales inglaiieaj -• .. t de"touVe a~procdure ptr laquelle nis tion p inapile, et cela j'ai eu a atnriat uu chift e pulieuh ement, NOUVOlleS LtraQJjreS l'vnement fut, en On de compte, l'occasion d'y faire souvent allusion lev : la valeur totale pour 19*9, enregis r comme un fait acquis Ses h tfres de no* pr s IVtnoger.jdes impositions et des expo talions, repres>ne env ron 2/0 millions de dolhrs. De cette somme, les impor ainsi que des d.' s tels qu'ils paNous n'avons pas lin'eution dalrv^nt au 10 novembre dernier af fleherdros cet article du puri auiurae arment ce fait, politique et nous voulons adrae'tr* DsVj i*>4> 0.000 que le Pouvoir Excutif du momeni, Pi* s 102000,000 avsi', par devers lui, des raiaons; j. s rapports du commerce du Do soffi'sntes es yeux ,/Our jusiifler ^^ oat d anne tn annp> four le coup d'Etat. Nous n avons pas dava tage la pense d crire ici du mal gratuit con're le gouvernement. Tout de mme n'est-il pae trange talions comp eat pojr un peu plus de too tri lions de dollars ur> tiers desquelles po-i "V des I: ats Ujis. Eu rsumint la situa ion gmrale des affaires tcr.ei^nid:ai } i d'un an en opration etdurmtc temps a pu renJre plusieurs service aux etro a' 0*1 et impo.iateurs ca0 .lient a l t-'oger. p'asir d'appuyer la malien pou r 1adop on du iapVriflcaturs 20 Fvrier ai S R. Mtchel, M jTias u R ta et M. W Ginh Thon>on oa el uommi vnf>;ateurs pout lao t.e ,oauu%c. LONDRES IS La nouvelle q n les dlj^ is al eniudi la co ifrsJOS de Lonlrdi apportaient di< propositions au sujet ds rparation 1 1 proluit da bo.ines ini^rejjiom iaus les milieux diplomttiqu 11 d'ici oarc* que I s nilemind jaaju' pr*ant n avaient fait qo ) dclarer l'i ir possibilit c ils se trouvaient de oayer les rclamations des allis ROME Le Princi Sixte de Bourbon, beau ftri de lex-emparear d Autrichi a t^ exouls d'Italia causa de la publication d'un livre intuli "O.'fre de pa'x de l'Auirirhe." L arr d'expulsion dclar q Jr ti-e luiu osas dans ,les cira*ii es pi'isien • La hbjri • ennon^e que lu prmesSixle de Boubou a t ex ml se d La [lie et qu'il tait hier a Parti}, f


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05317
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, February 21, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05317

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text

Quaicrtieoit anne ko *05
Port &u Pnuce, Hait
Lan i 21 F?rier 1921
llllEOTKLR PROPRIETAIRE
nmfnt MACLOIUE
IK
{M'MFBOt:?0CFNTlV1S
Quotidien
It n'y a qu'il a moyen
cTlre Itbro, c'est de m-
priser les choses qui ne
dpendent point dd nous
EPICTETE
RKOACTION. R-e An incarne No, \&
IKLEFHOk. H

QUESTION DU JOUR
ment disparat le Corps Lgislatif
fetite his'oriquede la dissolution d*19l6
toi no're article p'cdent. nous du moment, a celte conviction ne
II reproduit ltonoement do fat pu pour peu de chose dans on
Cinquante-deuxime Assemble
annuelle de la Royal Baik oi Caaadi %.4
y que ou
or rpubl cain Me Cormick d
1er, dant l'ordre de eboaes
,t eu Hati, l'ab pi'cb d'un
Lgislatif, alorp, fait-1 remisr
justesse, quil existe une
(Siie&Fn)
La dveloppement du
cjmmerce tranger
E < dp't d? la condiion gAnr I
.Tn peu satisfaisante du conmexe
i-t'rpa'ional, due iun pouvoir d'i
cht a'f b i et une dprciation
dan- les ch'r>g"S, nous avons tout"
mtAii d tre leconnii^sants pour les
rsultas ft 'a qualit du commerce
qu* rois av^r" tab i dins les pays
c inm sommes reprsent?. Nos
suc
tti nde de feun -t Mais, le r iDlon
de i s*idents devenant irnootsible
un moment donn, force .i s'a
denc ru Dicref e ainsi se f
'opinion que, les ras s de la (orme
saligyptienne, ma'gr 10 eu tmi sauvegardes, la dissolution
logfiiie de I Egype dev i' res'er. en d flaiitv-. la char
atte pa't, les cnt'quea n nef ge de I Dec ni'ion. l. tle du gou
Ils preeae h-itienra nont pan vainement, dins celte opinion, res
ja d'inscrire eu le e des rc"i tait *< c nid i ; il ne parai-sait to
ItiODS nationales et des motif que I excutant.
les Inspirera les deux ccups Rien di i hosea au cours de9
M dont a t vc iras, sous un cinq annea que noua venons de
rgime no're reprsentation passer, ont paru de nature faire progressent cor uniment et nous
oale Et I Unioo Patjiotique. au rin-i admette da faon gnrale sommes, sati t >iti des oprations de
fbre|jea?i dwaiderata, m> nro-mp que notre gouvernement a entre la premire anne faites 11 Nous
cooi i:ut;on da no Assemble les mains amricaines, une sor e de ava^nrs len'ement ne prenant au
rtives- souffre-douleur et tous ceux qui ont CU1 risque inutile Il ne (au* p s
n donc qu'o examfne la si t admis frquent r rore do
o politique d'une socit, la msine politique et gouvernemental,
liera chose qui frappe l'esprit gardent l'image de >r bauta pe-eo i
irrode d agencement et da an ng>s l'affirmant sans cesse av<*c
ioation des Pouxoirs pub'ics, de g stes de commnnio
nul dpend leur quii.tre >el Or, il rsulte de tmoignages irro
Ipeui le tore voir l'esprit public ensables, que noua taisons pour
le milieu qu'on mat I lude la moment que la dissolution de ch ngesdi
L? personnel
r
U i vot' Je re n?ri; neot* Ut vot
au Prsident, au Vice P.si lent et
aux Directeurs aussi au 3 tairai*
G ->l et vu m* nb *s d i p'mv
rmoise, M. ij. E NlU/l
orl dit
o n 'i o' Ci : i e r s J: cette bit
mne en nui nom ji vous
gggggg remercie pour cette mirq le d appr
cial oi de nos services N >us avons
En p'usde totiru r des inform tions. un nircni A nii
ce dpartement a. ea p'uieurs ca,
mis les exoortateurs caoad'ens en ment-des atiiniaires vots a chi-
com nuuic-t o s avec d s clients e i que assemb * annielle sont reus
pe sj'ct ve av.-c lesquels s oit pus /ec orgueil ft plaisir, tw lout 'e
tard ab'i un commerce satisf itsin ne p is lou*Hg r as ez 'e t ivail ac
Au corn nenceme il de l'anne, il compli pir les olfi :iers d: cette bin-
tait frquem n;ni imposub'edelrou q ie pour la f air e p og esser et leur
v r d:s producteur* canadiens qai loy-ut et leur dvoiement est une
aient en positioi de considrer le cuactristiqae d: notre s:rvi:e.
nomb us s o i na 'de q i v.m ne t
d'u res p yi Les -oditio il cina
dien^es maintenait chinant, mais
eu vu des coidtiois i raog s
un p'rsmneld s plus elii;aces et je
puis vous assurer q i- les remercie-
araalei dansTAmriq ie du Sid jnma fiBJOItiiioli, eiportateun de
1 ' s p ocler avec soin Nous .'oyonsqae
dan* les annes 1 venir notre dpr
tem^nt de renseigne nei'.s prouvera
qu il est d'une grand: u'ili -
supposer que les in'rts d une ban-
q ^ d nj un p'ys 'iang r priclitent
ncessairement comme consquence
de t<'b'e rhang- E' ralit, nous
ne 'orimes p s aftectis par les mou-
vem'n's d hausse et de biisse des
ors no're position sur
sa par Edmond Paol a dg^ 1916 a t de cbncop'ion etdiniia- la marcM da l'cha*g est couverte
ses obseivatioos personnelles ive exclus vement gouvernemmta- tous les j-urs pir d's ven es conte
IQCluiioo que l'Excutif asus Us, que 'e colonel Waller, alors je- scllill et vice v.-rsi.
Tarif priviltji avec las Inies
Ocoidemales anglaises
i-ooids a t la eouae de tous
ilheun publics liai ieoa
pioioo de ce grand ci oyen re-
ootre actiali po.itique, telle
ait d(|ii8l91"), une valeu
irabla : m effet, le ct carac
tiqua du rgime qui sdminiatre
irTain du pays eat qu il consti
[non leulemsnt nn Excutif sans
poids la mani e gnral'
[gouverei mente bsltiena> prc-
mail un Excutif notamment
tt 4par (action atniicaine. Si>
ant easentiellement au Pou-
Ctcatif de prendre ombrage
^Qi qni est natnrellemen* plue-
pondrer son ac ion, combien
ga ta Pouvoir Excuof hsi
[tel qu'il exista depuis cinq au
'.-il t sollicit d attenter
rr prsentation nationale, d a
Mit. en rua des moyen ordinal
; de l'appui exorbitact dea ha ion
a amncaintsl
pendant, puiaqu'il s'agit de re-
iituar cette reprsentation na
et que, en formulant c
eraium reapictarle noua conai
>d cela comme une rpara'iou
nous me tona la charge du
imnemeot des Etsts-Ua s, il es
de dgager les en constance
ont accomprgn la disaolutioi:
[oips Ugeiaif, les deux fo
1 fait a eu lieu. Une enquta
chef de I O cupation se montra boa
tile l'acte, mme le Dcret rendu:
. t que, enr ', 1 Amiral Cape-ton n y
donuH eon assentiment qu'aprs d-
tra laborieuse dmarch is du giu
vernams t et aprs, surtout qu'il
lui ft prouv, documents eu mai,
La convention qui est intervenue
entre le Camda et les colo lies bri
tauniquei aux Cvaib:*, concernant
le tarit priviligi et doit 01 a"eil
maintenant la r;.ti6;atioi par le Par-
lement Fdra', auri poir rsu'tat
non seulement de doiner des a/an
S ns exr'p nos succursales ltr?ng'r ont t le m juvement d' e union p'us
sati f isan'es et i ce p opos je dsire troite Ui tiit remarquable a cons
mt 'te encore mon opinion en ceItater est qai la |im Ijue, le rioudd
qui a trait i l'avantage de conluire;ras Aiglais, les B.-rmaies et les Bi
le conmerce ranger, quand il y a himi- qui ne faisaient pis pinie de
qn'une diiso'n ion de Corps Legs- pos ibil , par voie de nos propres l'ancienne convention d: 191a sont
laif avre substution var.un Cor.sil sutcursales plutt que par des affi- comp is dans cette coive it-01. L*
d'Etat n'elsit na chose nouvelle dans Htions avec d'au'res banques que commerce canad en avec ce* col ns
l'histoire d'il ti e' qu'il eu existait n0Js ne cont 'ou p.sO ns- qr anglaises qii augm- u d hpnorab'es prcJtn a
Le plus cutieux de U chose, c'est
que le tmoigoage de ce que noua
disons existe dans les pspiers ofl
ciels de Washington o l'on peut
retrouver la trace des dmarches
pressantes du gouvernement bat ien
Bureau dss Dira teurs
L-s m:ssieurs dunt les noms sui-
v n. furent 'us directeurs po.i
l'anne courant: :
Sir H:rbe t S Hall K.B.
E L. Pease
las. Rednoni
Ci. \i. Crowe
13 K Elliott
ti>u. W, H. Thoroe
liuh Paloo
A J. Bowa, G. R.
W J. Shepoard
C S W.icox
A. E Dy niai
C. b Neil
S.i Mi timtr B. Davis, K B.
Ci. H Dugt >n
C. C. BUckidai
I. T Ross
R Mie D '"a'ersoi
W H vi: W.iiims
Cap*. W n Robiisou
A Me Tavish Campbell
Robl. Adiii
T. Shermin Ro^ers. C R
A une assembl* sabtq 1 t; ds
directeurs, Sir Ile b 1 S li>'t fni t
par ses propres succursiles qu'une ment g e la con/eitioi touchirr | unanimit rlu pr iJent et M. E
banque peut se tenir en relations le tint privilgi passe en 1911 se r_ peass vice Prsident et d re t-if
avec ses clients et donner un service dveloppera encore plus par sut" g:a.it,
de nerfO'nel efficace. Ides conditions plus ta/orables qui
L expansion du ie banque ne si- existeront maintenant. Le commerce---------------------------------------------.
gnifi pas un d hement de l'orga avec ies Indes Occidentales inglaiieaj - ..
t de"touVe a~procdure ptr laquelle nis tion p inapile, et cela j'ai eu a atnriat uu chift e pulieuh ement, NOUVOlleS LtraQJjreS
l'vnement fut, en On de compte, l'occasion d'y faire souvent allusion lev : la valeur totale pour 19*9,
enregis r comme un fait acquis Ses h tfres de no* pr s IVtnoger.jdes impositions et des expo talions,
repres>ne env ron 2/0 millions de
dolhrs. De cette somme, les impor
* ainsi que des d.' s tels qu'ils pa-
Nous n'avons pas lin'eution dal- rv^nt au 10 novembre dernier af
fleherdros cet article du puri auiurae arment ce fait,
politique et nous voulons adrae'tr* DsVj i*>4> 0.000
que le Pouvoir Excutif du momeni, Pi* s 102000,000
avsi', par devers lui, des raiaons; j. s rapports du commerce du Do
soffi'sntes es yeux ,/Our jusiifler ^^ oat d anne tn annp> four.
le coup d'Etat. Nous n avons pas
dava tage la pense d crire ici du
mal gratuit con're le gouvernement.
Tout de mme n'est-il pae trange
talions comp eat pojr un peu plus
de too tri lions de dollars ur> tiers
desquelles po-i "V des I: ats Ujis.
Eu rsumint la situa ion gmrale
des affaires tc ni
un ample tnvo;gn'ge du service qu'un trop g'aU optimsme serai
nat'ooal rendu par la banque en
multip'iant ses marchs l'tringsr-
de voir io liciter du4oraident de la Partout ou nous avons ouvert des
Rpublique ea part de eous:ription'suc ursales, le commerce avec le oi-
pour le frais d'une mies 00 sysntjoidt a fi stimal Ceit' tBirmitioa
esi confirme par un rcent rapport
dans lequel le commissaire du (.on
merce pour le Brsil attire l'attention
sur le (ait que depuis l'inaugjra'ion
utKl ;,?,der' iur U enlre autres pour objet de rclsmer
laanu.n. ld'Us ,en,e,8'ie Ile rtsblisseraect de notre Corps
uivsns. ^ lgislatif et ne aera-i-il pas un peu
pnible pour la Dlgation hatien
qu'eut paru officiellement le ne, ai elle s'avise de prsenter l acte
et de dissolution, il y eut ou de 1016 comme un attentat pute
ouvient, deox opinions dani ment amricain dont le gouverne
lonae mme de la Reprsenta ion' ment des Eta s Unis doit seul rpa
lonaie I. y eat le g-oupe d. lation, de s'entendre faire par le gou
jateori surs du Gouvernement, vernemadt de Washington pice
m u davii d'ccepter 'e fait en rnahu, l'historique vritable dt
Pi t il y ejo: le groupe dee lat entt, telle qu'aie ea expose
ima6' '^d'JCtibU du Dcret, dans lapri nte ?
nirent de ddaigner l'acte et Certei. il peut re consoian'.dans
tranaporter ailleurs que daue le la situa'ion o nous sommes, d'en j rponirait toute inform itou
aes uhambrea lgialattves dont tendre dire par nos gouvernants, JLa-uij dsire Le dpar emen'du
tf mVena,eBt dlr v,ote,n- q lia n'ont fait qu'agir aoua la Pre* i commerce tranger est depuis p
1 ' foees D aine. icaiue en plaidant, en tout.
n souvent r"gaiement que ce lirrespousabilit la faon des
"*r g'cu.e 10 Us.it foit de Lue devant la Cour daeaieei -mais
'e eu uuntialicJon w%i- 1.k nn. kvnai ide au* 'e tg a nous
dp :, nous devons tous nous ren-
dre compte du fait que les affaire
so-.t ramenes i un ni/eau plus sain.
je suis d'avis qu'on aurait to:t d' re
troo pessimiste Qjelles que f oient les
difn.u'is auxquelles nous ayous i
faire (ace dans un avenir rapproch,
en considtant que le peuple caua
dieu travaille activement et prat que
icisomab'.e, nous
croire bonne la po
d'un service" d'envoi direci pat le Do!00* conomie
minion et des facilits de banque avons raison d
que la Banque Royale du Caoada a it-oi tondamentale du Canada.
fournies, le commerce entre le Ct-| D;ns celfe priode q le nous anti
nada et le B si'.nupi^vaoi de ('b'e
dimension, a montr uae augment-
ion distincte.
L'an dernier je fis allusion notre I ai e
io'ention d tablir un dpartement p-ent:
poit.
cipons,
cette b
dres.
i coofimee que le r'e de
\\s ne sera pis des raoin-
1 our hvoua ide qu*
[l'itid''uc.up.iio.j. diai'istti lerrsd* piui graodti sui|>r.ei- ^nid:ai } i
d'un an en opration etdurmtc
temps a pu renJre plusieurs service
aux etro a' 0*1 et impo.iateurs ca-
0 .lient a l t-'oger.
p'asir d'appuyer la malien
pour 1adop on du iap-
Vriflcaturs
20 Fvrier
ai S R. Mtchel, M jTias u
R ta et M. W Ginh Thon>on oa
el uommi vnf>;ateurs pout lao
t.e ,oauu%c.
LONDRES IS La nouvelle q n
les dlj^ is al eniudi la co if-
rsJOS de Lonlrdi apportaient di<
propositions au sujet ds rparation 1
1 proluit da bo.ines ini^rejjiom
iaus les milieux diplomttiqu 11 d'ici
oarc* que I s nilemind jaaju' pr-
*ant n avaient fait qo ) dclarer l'i ir
possibilit c ils se trouvaient de
oayer les rclamations des allis
ROME Le Princi Sixte de Bour-
bon, beau ftri de lex-emparear
d Autrichi a t^ exouls d'Italia
causa de la publication d'un livre in-
tuli "O.'fre de pa'x de l'Auirirhe."
L arr d'expulsion dclar q on ouvrag l-oi ient 1j nombreuses
iosln ations raeiongras OOUOSr
tant l'Ittlie
SAINTE A.UGUiriNE.Floride L'ai
olen gouverneur Lowler de llllo
nois a dli lit'vamuit dcid do refu
ser I poste de secrisire da la ma
rine dans le nouveau cabinet qui lui
iv it t 0 fert pir le prsidant lu
Hardiog-
PARI-. Uu.' mouvante crmouie
a eu lieu aujo ird hu a l'ocasion d<
l'ar.i,')) d; 10! c :c;jiia ds solJs'a
exilmes du fro :t p > Jr ti-e luiu
osas dans ,les cira*ii es pi'isien
La hbjri ennon^e que lu prmes-
Sixle de Boubou a t ex ml se d La
[lie et qu'il tait hier a Parti}, f


i MA"!
*"*"
W,
*.:,
**&**
GRIPPE
'CATARRKPS-ASTn/VE
V LARYNGITES BRONCHITES, ETC.
Sent ccmbatlas a vec succs par Je
I
K
polmBrum
PAII.IY J|
*L".tV * "puiiin
.'-t i .uy
. o-,....
|Ka",5!?JL2."fj
W: X.
Remde trs actif
pour raliser ^___
la cure des maladies des voies respiratoires
Emp!oyeZ-le et vous serez
satisfait de son efficacit
4UUUUUX oe la FAMILLE
PASTILLES
VALDA
sont Indispensables
irENFANTqiipri(url'-le
id VIEILLARD qui -on pmidre l'air,
i GRANDES PERSONNESqui se
rmdriii i leurs ooupations
pour PRSERVER
LECRS ORGANES RESPIRATOIRES
ou pour SOIGNER
tes Uhnmes, Maux de Gorge,
Lu lyiiyif.s. Bronchites Grippe,
Influente, Asthme,
Emphysme, etc., etc.
IL FAUT AVOIR BIEN SOII
de n'employer que
LES
PASTILLES
A. Victor Gentil
1735, Rue au Magosin de l'E al
II
Mode d'emploi : Une cui'lerce cif matin et soir
'
ic nom : FULMOSERUM-BAILLY
15, Rue Je Rome, 15
PARIS
LDA
Le Gnral Couraud, ac'uelleraen1
Paris, irait Londr.s ai momen'
de la discussion dea questions orien
laie?.
Ilabl Beyi dlgu du g^uverne-
meol o iouin. la cor ference de
envoy pour p'us ample considra
'i^n.
La comnrssioi domin;caine a '
nonmepoui orgmiser la rvision
des lois dominicaines a soumeitre i
iif-u. m iuiijhii. ,i m co'ieience de -un.mur soumeitre i
la paix a dclar liElCi isiorsqoe les a 50nvent'0Dneile Comme prlimi
-odd.8 le Cjnetantmopl* et Arg^ra nairt *? gouvernement lutonome
ne formeraient vraisemblab'r ment l'e s'est organise comme vUji [-.'
tantt qurua roope et ajouta que Ostraud.de la cour territoriale dom.ni
H'tes, de L'ologoe achve ua pio|et
militaire et conomique sugeeptibh ""Le **B*trur rail, prsident de 1-
de donner un plein ttfet la iceuce comrn'Ssion du snat recevant la i-
dclaratlOD fianco polonaise. so1' l'on de la lgislature portoricai
MMill. raud a reu dans l'apr demandant le dveloppement duacu
midi le praident de la rpublique vernement actuel de Poito Rico sous
de Libria Selon | Ecln de Paria" les p mc.pes dmocratiques dclara
la cotdr.nced hier entre Mrlir.and ,ae loutS les qotiOM wlatii2
et les chefr militaires a env aag le. lU ch.na.m.n ai i # re.lal,ves
mesures a piendreen cas de refu vernement de rlLT' *" g,u
des allemande dans les vues de^ ;ernemeo de Porto Rico seron'
alia sur lee b?ses de I accord de s n,scs au Prohala congrs.
J'aiis.
Le matchal Foch et les eaprts mi-
litaires ont tabli lu plan de la mu
clie en avant des troupes franaisr
m les Etats Unis rappelaient les trou
ps amricaines du secteurs de Ce
blence- Les tronpes fiantaiaes oceu
peraient U zone amricaine-
M'Boyden.reprse ta, t des Etats
Unis la c ,inmi-sio des rtparaticoi
| coin nuniqu une not annoran
le retrait <1h repreen a ts ollicieu>
deiEta's l.'uis de c^tte comm ssior.
La cote piesente par Mr b yde
dclaie| iue le gouvei pi ment ami
Ciin nu pris c^tte diu-ion q rapre*
de lo"g ii s Rsistions ei l'examer
de la quea'iOU Lie tuLt temaquei
lie le nait la piaunce dei repn
aantanlsamrioains h la commission '
devei ait une anomalie
VERITABLES
v leolemant
~r moxTnaam
poi Uuil le non
Ce qu'rst dev >>>u
Car re four
Ce petit Meu ail-Hos il anin-t'
est devenu par suite du chngf mer t
apport dans le trfi; le notre uriqut
hemin de fer. d'une tranquillit voi
sine de la mort...
O i se souvient i peine de ce quar
PARFUM Laie; _
Garden. Un air emb.7
aud. Paris. Lsence 3
lefte Kour^; poudra de J
Pari8. llbiepar sa i\L
adhrence la peau !!
de Talc, btoa de !0l
lvrea. noir pour les
deotiiliie. ponmade
i i reudre souple
I a Mu soi. a en vent' dans aon
Ttagaaio le* articles oivaotl des
prix irs irodrs (marchandises de
toute fiaicheur Btiives deruire-
ment) :
ARTICLES DE TOILETTE Pei-
gnes poir femmea et hommes, bros
ips dents de ou es qualits, limes
oncles services et accessoires de
manicure, tssoirs Mjb. blaireaux,
habits, ec. AiUICLKS POUHHiiy
ARTICLES DE MENAGE.-Verres peaux paille et feutre
boue services de table t'tl piiees hux-cols, cheruisn'ei*
cour orz* dollars), cuvette, vases, rtiauaselte-, brelelleV, M
cas^eioles, poles frire, en maill, liera caoutchouts bnu
cuvelt'8, por r.insnpers, assiettes, hou ona pour chemises
couteaux, cuillers et four. In ttes en cravates, ceintures en
aluminium, ssses caf et choco Pn< us. ciiambres air
ai n tous g nrep, assiettes en cris re< hange pour bicycltfea.
lai pour crme, bols en faience : ARTICLES PoUB B
riz. jeux de plats pces pour t Grnnde occaaion en baatk
dollars),(' pices or Q-W,, boquittes et blancs, la paire or 0-
miroirp. lanternes, etti Tapis ei des chemises or 1 :>o ia
cente de lit. lieis dcouver s et m0nt
QUINCAILLERIE, Rou'ons en son attend un fort lot i
nacre e1 en os de outee dimensions en daim tlanc forme Ira
ciseaux tailler, canifs, laces de mes de chapeaux-
souliers en eoie et ordinaires, p'e
cirag-, gravures de pit pour sa- TEINTURE INMANT
ions tncadrerde toute beau , tbrvcux: Ner-V gor. C
bo' tons preatiOQ par grosse etc- teindre Ips chapeaux en
BIBELOTERIE. Sas main ces Sel II tpaiicaflago I
uour f. mme. porte-mo nai, boi (s ligh's et batteries de (
i loudie en toui g. n e<, lonrue-vue sion, Pneus pour au'os
deprectaion, tabea-x pour pa'ori Bubber Woik^), Mater
Je t ji te g-an I. ur, montres bnoalat tai'a.ion d'lectiicit (i
.'Oui bommei et f BUnea g raottee. rouge et blanc par barri
( Eugne Lu Boss )
Port-au-Prince 19 Fvrier 1921
SITUATION GENERALE-Le m
me marasme eu 111 nu di s les af-
faire^ La petite am ioration qui
se t blait se manihstei dans l'article
cal, est dj arr.c- De 9,65 P.O.B.
^ue ion a obteon poui contrat 1.
Z:, ^JSSSr.**Ll? 'Krt h.r. pc.,e cS;
9.
entie not e Capitale et Lrgne.
Les mois obscnes
Ci se plait fortement du rc .1 he
meut qui seco istate dans nos moturs
Ji'puis qoelque iemps.Dans les rues,
aux .bords d.s maicbs, ce sont des
piopos obscies qu'on se lance sans
avoir gard aux personnes qui peu-
vent les entendre. Hommes, femmes
et eDfants se me tent de la putie ci
on ne peut faire un pas sans qu'orj
Magasin Annexe
DES
Caves de Bordeaul
E. DEKB1X, Propritaire
Gra^d arrivage de profitions /n
Par le Panama lia ilu vers nrrJi ou merci
Accideut davinioo
JeuJi, dns t*s environs de Gros
Moinel8jo rrlies d'altitud-, rn
a op'ane mont p.r le lieut bou
g'as H. Bjoth, payeur des Mannes
Corps, mt feuLe lieutenant ei
le puote furent relev! carboniss.
L. s corps des victimes ont t em
entende un de ces mots sales qui '. bnqus ce ma in pour les ri'ats fje s
tint roofff les honntes gens. (Les honneurs leur furent rendus
hn at rpant Is dhnjuants tt et. pendant qu'un aroplane survolait
lJs bas Le 1 cutenaut Boo.h lais
se une femme et un enfant.
les pauissant comme il taut.ils oau
ront plus envie de recommencer.
Botte aux: lettres
Moa cher Directeur,
I ai lu dans Le Nouvelliste de
samedi lacorre'pondince publi par
en
Le gouv#rm nient a oicani n'a - -
vaut pas M>.|;,! ne avec les allis 4ua co^ ou Jc l'eillM Qe peut tre
l'labora uns de< plans enJam signale.
a modiAii Ih trnit, i" ooufidre inu Os rumeurs de ptendu sonr:e
tilera inte'an'ses reprsentants Offl certaine an-ionceat ui droit piohi-
eieui rlaoa ici coinmiai'oal qui bltil dbets par livre, prlev par
^oTD^^'V.r.yd ^ JjL^J^ftTu*
dclar aujo-Mdhu. a la chau bre coto1 mPO' Comme de fa.t le co-
t rr ,0Q H etti n'a pas soa principal d
Mr
au
Dr
n a
so ns taient le plus ccessaires.
D'autre pat, en prsence de
:m.le Prtzeau, chef ie duisoa
Dpartement de l'Infrieur, le
Co cou a eu i (ootmer qu'il
pas pu continuer le traitemen corn
meac, l'autorisation de \oir le m -
lade lui ayant t iefuse, 4 un mo
m ut doin. Voill la vente qui ne
peuvent altrer i leur fantaisie, ceux
que le remords commence 1 pourui
vre.
H:cevez, Mon cher Directeur, m.'s
sy.npalhques salutations.
A phonse FISfl
Roulement arrt par la Commis-
sio d Contrle du Brlemtot pour
le mardi 22 Fvtier 1921,4 lo heures
La ug (ianiPanmi
Eram. Beeovoii
Nevers ConsUni
Edouard PaJoJOl
Le Matin
Presse
Syndicat pgents
de change
Mrov Standard 0 1
Company
desc.nnm.iii e qu il b'engageaii m ,-,'
me pour que I Allemagne paye jus Doucn aux h ats-Unis;
q V la Imite de sa Capacit. nouvelle )tt e une pe turbation si-
BUKNUg AVRES La rpublique non un s gnal de dcouragement,
argeotiue a retuso d accder a lade FAKINli Pour ne pas changer,
raa-ide des a'hs^ojr quelle pieniie les cotations de latine tljciuent 1
des mesures poui ampcberl'exporta louir v'ers le milieu de la semaine
lion du matriel de gurie allemand nous cumes a enregistrer uae hausse
en Argentine en violation du tr.it i- l(, ,, nar c... ,;,4 "*ussc
de Versailles. Le gouvernement pr r*A aP a ",ourd nui nous
te d que l'A geiltina n'es, paa lie red" "doQS cts.
par les stipult ona ou trai entre ^"l a,1Qsl 1-s autres na ions. rIac uw* Rouge, sacs de 4149 12
ANCON ( P-OQ )- M. IL luan & H ,08anaQ L0 l.F.Nous
Leguaia. n'a du p sident du Prou, r.ec,n naodons iU|oefj noe amis Mr Hatders, agent gnral de cen
est parti hiei en hydroplane pour d! Dc e OUIVO r q-e de la quantit g'ande compagnie est ici.Il n. 1er
New ofk; il conpW aruvci samedi B**f8WW P0' 'c"f besoin imm qu un coutt sjour parmi mus Je
i Panama. diat. les pecalatooi pouvant nous vant installer uae ntrepnse sir la
NEW YOXK- Lam-l-.oution de ^^STStiJtSSlrr* il'8rblei-
l.at de Caruso con mue bUON ; [-* clons
-Le snateur Reed prsenta une t- J s*von f** ,Bal. ,0 1? P"*
so uuo au snat uCin udant au dc P"1 P0"' loU ** 2> caiSses- Le
prsi ml u .ssurer si l'A *lefrre se- uu,-llf des P".1 de u mill" Pr-
iait dispose de coas.Jere, ,a cess.o -^ de ce produit ne nous laisse
de tou-es ou d'une pail.c dc ses Kos P'S Prevor UDl' bi,iie PI0^<-
session aux Antilles Ce projet g t1 Ll'G. LE BOSSE
Otire des avocats Lllo joaep
Commerce Vi'tor M-n*on.
Notaire Edmond Knel
l'o. au Frire, le 21 fvrier 1921
ftcrotogie
Hier ort eu lieu les funni"es dt
Phi'in CaiLtrotm dcel rpi un
Mr Hatders, agent gnral de cette cou,le maladie l'ge de ;8 an.
Coudoie n.es aux timilci prou
ves. r
Nji s v.nons d' pp*ei dre avec
lertl I? mo;t du |ture Fianau
Andr survente hier anti" ,0 ^
a Poil de Paix. S-nomlr'e x arri
font prclond. me il louches 0.1 re
d-i r. .ot. qu, ie ravit leur vivi
; t' c o-.
LooJrlancesiMreiMn vu,
rlAMri.iff et .Vlr Hih. ^l 4w tajn
qaelle nous reviendtons,
Dmaiu
Lire: Le Minisiie do
l'ente em
Eu vertu dord.e de Mr
thewa ir, repiaentant du ,
gnral des doua es seloi!
lUt de la loi des dout
procd devant I s port
douane 22 Fvrier 1921
'u matin la venie & li
marchandises auivantes je
u; r Mire du montant des
Jes au rea irais par Caravi
2|, barriques vin ro.
57,5t, ba nq -es vin bli
67|72, f caisses rio moui
bouteilles)
(i2,(ij, ."> caisses vin de
teilles d'eau de
que L. C.
Momtbrun El
Encantear|M|
Vente ie\
^ D'ordre de l'Actiog Colh
Oustoms' en vertu des iost
lu Diparteraent des Finaocesl
-ioinuiaice par l'intermdieil
Receveur gnral des douirj
s 1 procd devant les penj
le douane, jeudi 24 Fvrier f
n mes du ma in la vente
an de iiOij Bacs environ de j'j
Mon'bruo Er
Encanteurpol
SVLE AT AUlTION
By order of the Au ing U
f Cuatoms given by v< rtoe^
truc ions fiom ihe Dep'' of
iod Commerce ftsnsited I
he Gnral Receiver tbere
held, before Ihe Customs Hm
ihueaday Ftbruaiy -* ta. Il
Jclock A- A- a aie st suc
300 bags ol fiour .,
Monlbrun ELU
.Public Aucti{
Compagnie Gi
ie Transallanti
V
Le paquibot Mailiniquf'
tendu jeudi matin 24 :oiir*J
partira j b.ibi mem ' ' *"
>our F il Ci .1 et G *"|
a de :e ur a c it au-Pfi',ce
he 2; 'T? r ir- Intl' '* 1
curBv.iH* if -' l' 'i
L'A^ o" E KU-'U l.N


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM