<%BANNER%>







PAGE 1

t ri MATIN En mmoire de Christian Fish Mme Vve Camille Fish. Mr AIph use i isli et tous l's autres pirect IBI oncrot §n amis ii l'aller tson Je ceux qui cml a charg Je veiller la 'nora'e pubH ijue ces frcotes vagabonds qui ont lu domicile ai \ abords des restaurants et tals. %  Aucvveiresvrt srieuse n'ayant jamais t prise canin eux voici ce qu ce pro pOS nous crit m Je nos abonns, tran gtr sjournant dans (1 Pavs tepuis quel que teint t. Traduction r>M-3u-Prince, le 9 Fvrier 1921. Cher Monsieur le Dirrcttur, Veuillez m'acerrder ho' pif alit fian votre quotidien si largtmenl rpandu pour attirer votre attention et cel'ede ceux qui sont responsables de la ttnue de ro eofan'. fille t\ g 'on qui gnn disent. Un mal pe r P'cieux et foce existe actuellement ratrri les enfants de cet'e ville — Pl qu rn .i cule travers nos rues son :-trrption se trouve arrte par le n mb < d'enfants des deux lesrf se 1 vrant aux |ui de hasard en plu duo endroit S ils n'ont pas de pa rents. I Etal ou ceux qui cet'e mis ionirermbe, devraient e cha'ger de ces rnfan's en ge d'alUr i 1 co le et pie r dre les mesurfs rcessaire? pour enrayer ce mal qui consti-u' une honte pour n importe quel peu pie, n?t on ou communaut. Comment esprtj av c un tel ta' de cbo>(l quercus puissions lotmer de bons c toyens.— Mais ce n'est pas encore toit. Dans ces rassemb'ements. 'e langage le plus vr'gaire et le plus dgc'anf est en honneur et laisse stu plaits ceci qui ont habius i un meilleur tat de choses. A cetiaines lOCOigi uns ccmmel'Htel de France le Restaurant (Chinois, l'argla des rus Amricaine et des M rac'r, |f poiin est tel. aue les rrrr'^y's de* offices situs dans ce rag sont f iatfois dti s I impo^s-bi'ii de ta're enr travail Assurrent ce la consii tue une honte pour 't p f% > t on ne saur.it en p- oir lec ccn^qufrcs La semnee tan' j t.ellese trans fo'mera avant log emps en crimes et en n isre I cris ceci afin que le mesures oie-1 orisrs par ceux qui ont la nspo ibilit; du prsent 'af*e choses, l'envisage spc ; a'ement la situation des j 1 ns e-fsnts. alls (t gi ons qui. ramen' dans le droit rhemir, chapperont i la misre et i la ruine future;. Votre dvor LUX t oDtpoJupt aie sera donne le 24 Fvrier au Jercle commerai Syrien Turk>eau i 6 heures du ?oir M i • urs complimens. Nouielle* da Liup-Hatien I bil trrvesti du Pdtit-CercU t eu lieu samedi dans ses aalona. Il y eut de |olis dguigtimentsW.la U K n • du lia 1 aelun cLea Annale Capoiaes • a t Mlle Carmen lilam lui dans u riciie et oiig ntlcoa umi "tait une vnubie copie de iemmt apon iae. Nouveau wharf Le nouveau wharf dont nous si gnal oosdernirementla constructiot set! entirement achev et livr ai ir.be aujourd hui — Par sa confoi mation, les oprations pouno-t ,n ttl c'ues plus rapidement et ce ser; oui pot pour notre service de c, bo'ag'*. Conduite des Marines Mr G 0 ge *"'y va n \ce co s lotit d1 Unio",— ses desiterata. ej rombre de ren egirm'Q'S sur la s 1 aune de as cia'ion. N -tre ro-f re Le Courrier Ha tien 1 informe que lundi vers les six beu es et demie ceux marines ii en urup'ion ch z une temmr, a la Ku< Si llo.ior, se saisirent desapersooni et volurent la vio'enter. La Itmrm cru %  l'assassin et les 1 marines • vr yant venir du mo.de, prirent la fuite Immdi t ment, la femme se ren dit au bjreau de la Police et for nu ta sa p'aiote Ces deux marines taiert 1 mes de revolvers. ib mbrede Commerce De Port au Prince 1 1 Chambre de Commro de fort au Frince aunoncaux Meinbrea la lins itution aux counne r anta et iniiujrtele, qne la convocation aon-ini'f 4 dna lea quotidiens pour If tti de ce tncia est renvoye une date ultrieure. Port eu Prioo. le 16 fvrier 1921 7|28 x 4S U x H 7|a I 47 28 1 48 A x M Sacs vides neufs anghta/.qujlit II t < G < c c I c f II t K Sacs via. s neufs umi"ains Sacs vides d juxime BtiP, pouvaat lePtir aus i.' liire remballa^ dj coton Ficelle ai>g aise tic m ic it,e DenaDdez tous .es artic.es 11 .M 1 s<> 1 L Preetzmann Aggerhalm AUenlioii CHFZ Geljens $ (| Rue du Magasin de Tt/, Hue lionne hoi on lh, e /jj hn lace de Cbtl dt F\ Vriislrou-er.z 'eNeclartf^etj Clirii, ai'cool lin pour ljq Ul t CODI brler Sucrj bru' umHMCain (J.40| Sucre grarult!' blauc Vin blanc et rou,e par et au dlai 1 Vin roug* et b'anc en bot Irmpajjue doux demi sec,] VI'. et A: Clnnd rt n dVutre hV'ie. allerunn e i.ouv 1b irri 6e AVIS Ptire est fa te i tous ceux U] ont d'tn'eu'S dfsliv esapparti 1 feu I. U N. Va!errbun d'i oH'gfance de me 'es fai'e *ern| aa demeure, angle Rues Courj e l'Fgiti', No 64-). To "au Prince, n f.'vriei il Vve J. B. N Valemb uo. r Barres en f"r pour c nstruction burine Soleil, Sxvon c Los mon Tabic T' D. Sucre, Cire para fine, Barriques vides pour ml il. Fn v c nle chez P' iV liray $ Comp mj NEURASTHNIE. FAIBLESSE CHLOROSE, DBILIT SIROP de DESCHIENS d ('Hmoglobine mmpwtnr m im vmmmwnmm 0ItOH|f „, i „., M ****„, rwi .1 rhvxio Pour gurir ou vitoj MIORAINCt CONtTIPATIOSt :ONOEST10N-tTOUDIaEita1 EMBARRAS OAtTRIOOa IL SUFFIT do pren* . l'un d voa repaai] tous lot drnix jour ••ulemcnt une rilrt du D r Dlit KM, rue du Faub St-Denis, P| Mais 11 laut exiger l8SYrit # qui • sont tout fait blancfctt| •t ur chacune d*M" '•• "•••• DEHAUT A PARIj ont tr HsIBIamant lmprm*i Le Mali ABONNEVENT? PAH MOIS PORT AU-PHIXCE 1)>-. AIU'I Ml-Nl" LTFKNCBH Le 1 nnonce? fout rru toir Intn nx 10'M 1 (U> Ru Tronc et Paria et Ludgatr, 11.11. !.. nd.es G 11 G. ij G. 8 au c h'I H. 21 Home Insurance Company iVe pe*A*% p'8 de vue que la Ilom* Insurance Company (J ce l'intervention active de Mr Kugcue LE BOSSE, IJJX abof a t la oremire Compagnie il Vs3ur mee oflrir,SBi ILitliiiA u? i pro'.3:i > i u i La Home Amrancv Company a donn des preuves de sa o, u.li, rj • sou jjue Ja.n le* rgtetn n s li'a'sjraoce aot\s 'ttSaj Le Home 1 unirarice Company en la plus for'.e Sicile d'assu-a ce l< ii U U i> d Wnriui' 1 ; J.le ttllre UJIIC lo pus di|^ de s )U;bilil en i:u de grauue conlla^r :i D. Assurez-vous contre l'incendie la Home Insurance Company CONSULTEZ Eugne Le BOSSE Avant de contracter aucune aaJrerfu&ursnre, il vous difiera gratui'emcnt par desl^\ sur les qu stions qui vam intressent, LA hUiitil 611 '.MAI,*' LOMPANV Seilion warit.u.e < ssutt contre MIOIKI dt mr Us toyoyes cOliets de port fort d'ii^ Lmjne LE BOSSE Afttnt pour Hati. — Port-au-Prince



PAGE 1

Qua'ornme anne Nos I i Por! itt'Pfilcj, Hait M-rcreli 16 Ftrioi 1921 .DiHECTLUlVPHUPRItfi'AlK Cliueut-MAGLOIUE LE NUMERO ^2f) CENTIMES Quotidien REDACTION; Rue Africaine No. ttf* le servilisiiie n'est'|>as une excuse et, si on peut aliner sa libert, |t\ 48 QUESTION DU JOUR lafiet le prochain rgime rpublicain des Elals-lJiiis ,'opinion h ,i ienno est pou prs mi.ne at'endre un amhoraI de nos allaites du prochain peinent da pat rpublicain dan iOUverniiiie/it des Eats-I if,e i, nous cotnp ons les jour qui r#jta eot d'un tel vnement, i nous frit un peu revivie lee tions qui, dans les temps pas anciens, animais t les m a ienues dans les jours du grands Bgements qui raarquDient j a chu l'an gouvein-mnit en rompre it a laviieiiient du nouveau nouvellH. q oi I attendant le* re^lisatioes esp et escompte?, il n'est pas m U de co jectuier et c'est ce %  m e conve par iculirem/ut m le que je viens de lire dans The et ^ui est consacr la et in dans laque l-t se ttouve I le dico douai icain qudu t en. Cet art de .st renaquahl W personne n dont il p0 r e U ture : Medill Me Cormick CL nnck ett naeu rep Ddd l Iiuuuia. h* \ationno u •dquilfu un des premier" r o.jtre les a rocit* qo m commises au nom d-s Eu>a en llain et San.o-Uom ngo e ftouijuis uniate sur u ne l'itaiie sur tes LnU une plein. WfUale enquie aui ment qu ^>e Lourd amiraux/^ 'trepar.MrMcCo. mick passe re un iioniiiB de .,* i, u ice dans les ro.seils de M JJB. 1 bien que, l'occaeioi, ni voyage eu Eiiopr, des op, •ns autorises de l'autre cou iisiitique ont dclar cousu, acsion du snateur Me Cornu, k P,i Ufat r pisidem des Etat comme la a ce.le du colon*, e aup-i du prsident sortant, neat pas peu dire. M toute, ces raisons, nou> E fjjc Cormick ptu-pense i 0u telde,, tVeo,rl '"- J ' „ ," P"voui ainsi avoir un. Il m"M!"" ,,> ac0Q america DSI i.J "?,<" Peu. lep.oj P a "^publK HIII Si nous non Santo Domingo, il n'y a mme pi in p siiei.t dominicain. Les legis 'a uos co-isti utionnelles des deu* Jays ne lonctionnent pan, mme pai iiction. alors|qu'il est penn s la sembl )e gyptienne de fonctionnel IOUS I Ojeupa ion anglaise. Nout avon< pris l'administra ion dos deux paye, mais, eu retour, nom n'y avons jas d autori responsable, ni e> iroi, ni en kit, pas plus aux yeux les peuples de l'Ile qu' ceux d. I opinion publique aux Etals-Unis... Eu II m, nom avoua un lliuii ie pluipoten laire; Mr Bailiy u.ai. muni U un Conseiller financier.*M. vlcl iienuy, tous deux dj la Louisiane, lois d^ux ayant charmi pe. eonnel et commerce agrable, saot lue j- so.a autrement inform que joint ils sont qualida pour remplit I s devoir* de leurs Jonctions, n > d'amr-t p*rt, I Commandant de daim -sqii esr absolument indp Unt d'eux. Qui, en Hati, esl rtspon tablecorn ne Cromer l a t en Hyypi lucsfnm tfooileilalt l ont ei Jttftd et aux Philippines, ou cniant Uyauteg la le au Maroc '.'•• U y a des officiers A Ha i et t S"tn-i)i.n-ntp qui ont manqu h leurs duvoi s par incomptence ou J.I IUUUIJ JO deipViJriiiCe, et i„ oeD peur qu'il en existe d autre. ayant abus de leurs pouvoirs, Ce jenda v, la grande adaire, ce ei l "ci la culpab lice est relle de U part du Secrtaire del Marin s et d celle du Prsident des E a a-Unia cestdauotr manqu i un et lauln l'investir un Offic^r responsable uni lue, dans chxque pays, de l'autorit %  lc ssaire pour parler au nom de* Etats Lus. en toutis matires, fiscale militaire, politique et diplomatique. u est noire vitie rtsponsaninte, ion stulement d'avoir manqu d'ti J ir un officier ajant tous les poi /oirs ncessaire, mais de pius, da /oir manqu dt jeter les bass d uu jold que capable de conduire u jrservatioj de la vie humaine t\ etib ir une paix intrieure par l'a le gique dcveloppemen du co.i jeue et de I gricultare de I le Pierre Pyrrhus AU nanti No -^!!i!i!^ es ET l-lffiL 1 ?. •*•** deB rens. Le lieutenant Maning Au D rectear du lourn^l Le Matin m'ai'ter s'indigne Mon cher Directes*. le L y des "-''ances que et 11 Ue peu. Voici donc Que r f d U,,,cU fcU q^ea'de rn U r 8 r u8 Piodosont d'si a reproduire en son entier l'ai largement contribu fermer un Couit Patriotique l'Arcahiie qui a t accueilli avec enthousiasme. Nous travaillons eo vue du but rviser— but noble et lev qui nous a rendus odieux .aux lieutenants qui ont succd au lieutenant Culp. Celui-ci en partant m'a lsi i;n i ses collgues comme tant un lournaliste dangereux avec qui il fal ait prendre des prcau'ions. le suis le venu un personnge sans le vou loir et je me tiens dans mon nl tendance m lis observ\nt les faits ei .jet s de ceux-li qui sont veius >vec la prtention de civi'iser les 'e en plus prmaturs les lans par les sans sutr. foi me de procs! Espro.s. msie n'esprons pas trop. Nous ne devoas pas manqu r d dire, d ai lit urs, que les senomentt da s %  1 J a eur Me Cormick nu 1 Sgard sont des plus sympatbq iet>, ai i' fiut esprer que. ce pjiu d tomb: sur le pont de Mr Mural B;r aadot e et aurait tu un de ses petits enfan's qui jou.ient sur la galerie. Cela se passa ) hres de l'ap > nidi au vu de b;au oap de gens, de Vlrs Duftesnes D v D Agiant, ule> Sterling qui intervinrent c\ fi-j Comme nos concitoyens de Pon eut arrter ;e brigand. Baraquet ar-'au Punce, de Iscux i, de lrme, d. I doit rendre compte t la Gen 'Petit Goi/e a'Aquin, nous sv'on. larme te pour le port d'armes sans avons form ici un Comit Pattiot iceice. 2 0 la loi Lespinasse pour que pour travailla d'un connu es ; o gourdes damend-, }au miaccord au bien-tre du Pays afin dt leur qu'il a voulu assassiner pour reconqurir par tous les moyens pa as dommages iat-.s, 4 0 l'action c fiques notre I dipend.nce pliid >ub que pour la rpnssion. .et ennre.Nous faisons appel i voir. Cependant Baraquet un bsau m p tnotisme pour nous aider dans la m es. libii et le mineur res'e en-tche qui serapro.able l noastju Jniique III n'uni """ oin lin n pus r e cessqire que je lesp^r ,)nMn t 'action d a Hit P 0 i T" IJ J laill 'Uneenque coi.ir K "^ d 8 charges pro 30e r eV V l (:0, P8et C0n rela se.ont V hi erS dt ;, P00 |t I %  r,, |) 1 i lui, Il 8 IH 16 v y 11 1 IUI cok/yi<.i KM tav.* a \/o L>/IU *M jue Jj Px*! ou ,e dfaut d j rue. ils seront pour uoas de quelqui 1 Administraioji ac eA t. sous le prochain rgimeNous ne dovous pat mauq ier 0 dt dire encore unt autr* chose

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05313
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, February 16, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05313

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Qua'ornme anne Nos I i
Por! itt'Pfilcj, Hait
M-rcreli 16 Ftrioi 1921 ,
.DiHECTLUlVPHUPRItfi'AlK
Cliueut-MAGLOIUE
LE NUMERO ^2f) CENTIMES
Quotidien
REDACTION; Rue Africaine No. ttf*
le servilisiiie n'est'|>as
une excuse et, si on peut
aliner sa libert, | supprime pas sa respon-
sabilit.
FRANCIS CHARMFS
TELEFHO!>t\ 48
. QUESTION DU JOUR
lafiet le prochain r-
gime rpublicain des
Elals-lJiiis
,'opinion h ,i ienno est pou prs
mi.ne at'endre un amhora-
I de nos allaites du prochain
peinent da pat rpublicain dan
iOUverniiiie/it des Eats-I if,- e
i, nous cotnp ons les jour qui
r#jta eot d'un tel vnement,
i nous frit un peu revivie lee
tions qui, dans les temps pas
anciens, animais t les m a
ienues dans les jours du grands
Bgements qui raarquDient ja chu
l'an gouvein-mnit en rompre
it a laviieiiient du nouveau
nouvellH. q oi I
attendant le* re^lisatioes esp
et escompte?, il n'est pas m
U de co jectuier et c'est ce
me conve par iculirem/ut m
le que je viens de lire dans The
et ^ui est consacr la et
in dans laque l-t se ttouve I le
dico douai icain qu- du t
en. Cet art de .st renaquahl
W personne n dont il p0r e U
ture : Medill Me Cormick
CL nnck ett naeu rep
Ddd l Iiuuuia. h* \ationno u
dquilfu un des premier-
"r o.jtre les a rocit* qo
m commises au nom d-s Eu>a
en llain et San.o-Uom ngo e
ftouijuis uniate sur u ne
l'itaiie sur tes LnU une plein.
WfUale enquie aui ment qu
^>e Lourd amiraux/^
'trepar.MrMcCo. mick passe
re un iioniiiB de .,* i, .u .
ice dans les ro.seils de M
JJB. 1 bien que, l'occaeioi,
ni voyage eu Eiiopr, des op,
ns autorises de l'autre cou
iisiitique ont dclar cousu,
acsion du snateur Me Cornu, k
P,iUfatr pisidem des Etat
comme la a ce.le du colon*,
e aup-i du prsident sortant,
neat pas peu dire.
M toute, ces raisons, nou>
E fjjc Cormick ptu-pense
i0u"telde,,'tVeo,rl'"-J'
," P"voui ainsi avoir un.
Il m"M!"",,> ac0Q america
dsi i.J*"?,<" Peu. lep.oj
Pa"^publKHIII Si nous non
Santo Domingo, il n'y a mme pi
in p siiei.t dominicain. Les legis
'a uos co-isti utionnelles des deu*
Jays ne lonctionnent pan, mme pai
iiction. alors|qu'il est penn s la
sembl )e gyptienne de fonctionnel
ious I Ojeupa ion anglaise. Nout
avon< pris l'administra ion dos deux
paye, mais, eu retour, nom n'y avons
jas d autori responsable, ni e>
iroi, ni en kit, pas plus aux yeux
les peuples de l'Ile qu' ceux d.
I opinion publique aux Etals-Unis...
Eu II m, nom avoua un lliuii
ie pluipoten laire; Mr Bailiy u.ai.
muni U un Conseiller financier.*M.
vlcl iienuy, tous deux dj la Loui-
siane, lois d^ux ayant charmi pe.
eonnel et commerce agrable, saot
lue j- so.a autrement inform que
joint ils sont qualida pour remplit
I s devoir* de leurs Jonctions, n >
* d'amr-t p*rt, I Commandant de
daim -sqii esr absolument indp
Unt d'eux. Qui, en Hati, esl rtspon
table- corn ne Cromer l a t en Hyypi
lucsfnm tfooileilalt l ont ei
Jttftd et aux Philippines, ou cniant
Uyauteg la le au Maroc '.'
U y a des officiers A Ha i et t
S"tn-i)i.n-ntp qui ont manqu h
leurs duvoi s par incomptence ou
j.i iuuuiJ jo deipViJriiiCe, et i
oeD peur qu'il en existe d autre.
ayant abus de leurs pouvoirs, Ce
jenda v, la grande adaire, ce ei
l "ci la culpab lice est relle de U
part du Secrtaire del Marin s et d
celle du Prsident des E a a-Unia
cestdauotr manqu i un et lauln
l'investir un Offic^r responsable uni
lue, dans chxque pays, de l'autorit
lc ssaire pour parler au nom de*
Etats Lus. en toutis matires, fiscale
militaire, politique et diplomatique.
u est noire vitie rtsponsaninte,
ion stulement d'avoir manqu d'ti
j ir un officier ajant tous les poi
/oirs ncessaire, mais de pius, da
/oir manqu dt jeter les bass d uu
jold que capable de conduire u
jrservatioj de la vie humaine t\
' etib ir une paix intrieure par l'a
le gique dcveloppemen du co.i
jeue et de I gricultare de I le .
Pierre Pyrrhus Au nanti No-^!!i!i!^es
ET l-lffiL1?. *** deB rens.
Le lieutenant Maning
Au D rectear du lourn^l Le Matin m'ai'ter
s'indigne
Mon cher Directes*.
le L y des "-''ances que et
11 Ue" peu. Voici donc
Que r f d U,,,cU fcU q^ea-
'de rnUr8ru8 Piodosont d'si
a reproduire en son entier
l'ai largement contribu fermer
un Couit Patriotique l'Arcahiie
qui a t accueilli avec enthousias-
me. Nous travaillons eo vue du but
rviser but noble et lev qui
nous a rendus odieux .aux lieute-
nants qui ont succd au lieutenant
Culp. Celui-ci en partant m'a lsi
i;n i ses collgues comme tant un
lournaliste dangereux avec qui il fal
ait prendre des prcau'ions. le suis
le venu un personnge sans le vou
loir et je me tiens dans mon nl
tendance m lis observ\nt les faits ei
.jet s de ceux-li qui sont veius
>vec la prtention de civi'iser les
i dernier le syiien Baraquet s arm
l'un revolver, brise un b .'ai pou'
'enTaire un bton et .o t avec l'i-
e i'exterm'ner le jeu e Vlorel g
le 17 aas. il v.tut h, rencooue
le sa proie sur la place d'Armes au
Jquare de l'Union ocegirja
lemt rnardigras gimb date ave; d'au
res bambin*. Un co'lo lue s', n uit
prs les changes drrro s Ba aq-aet
ire ce mineur qui s'enfuit, la
On m'arrte Arcaliaie
et tous les nolab'es ton*
entendre au lieutenant qu'il a mal
agi H le sent et vient i la Caseror
me d re pourquoi je suis arrt. le le
confonds et il est oblig de me dirr
de sortir ce que je n'aceptai que sut
l'insistance de ma famille.
le m'empressai de mettre la presse
|au courant du fait ainsi que les au-
torits et 1 Ordre des avocats. Mon
h morab'e b onn er M; T. Laleau
est venu me dire qu'il a fait le n-
cessaire et que devant lui le minis
Ire de la justice a crit i qui df
droi-. Voila le spectacle qu'ottre jus
qu' cette heure certains ofh:iers d
viarioe Corps, Un lieutenant appel*
pro'ger la vie des citoyens, fouit
aux pieds la loi paur favoriser un
criminel et en veut i quiconque qu
voudrait protester. Les autorits ha-
tiennes, j'en suis fur, ne ichron
pas. Il est temps que ces marins
comprennent qu'ils sont en contact
avec des gens comptents et civiliss,
qui ont de justes raisons de s'ton-
ner de ne pas voir raliser les belle;
promesse du capitiine Ba<-h T'en
souvi as tu, oh I Beach ? ? ?
Voici le placard dchir par le heu
balle tenaat MaoiQg I
A ^PEL A LA PO ULATION
DE LA^CAHAIE
Concitoyens,
*
*
Le snataur aie Cormick a san
Jout) vit de citer le mot youver
neur; ;! a cependant incootesiabb
^oaeui pens & la chose, en noinman.
Jromer, Taft. Wood et Lyautey. 1
serait prmatur pour nous de dm
...... 'Ci ce que pourrait tre notre rgim.
1er ini ,' e bneftce peu' si le narti rpublicain nous envoyai
nr'la ^:< ul''e douiinicain l'un o///c*'r responsable unique avet
lion JOIaV n 1,ie"' d"une 0c de8 pouvoir* assez teudus poui
Dtinnan!c,'CB",p. Ifrge dans sa pailer au Bom des E ata-Uuis-
: de a dveloppe dans un Mjia combien nous paraissen
ponn , ? ly.'nPal,>'e en plus prmaturs les lans par les
ue et S o ,pper 8a c"Pacit6 p ri de 1 Occupation ttleg-ist.
Bique i5raeHter le bien"0 "e^sptr du parti rpublicain de nou
dans son r met re nous mme > sans sutr.
foi me de procs! Espro.s. msie
n'esprons pas trop.
Nous ne devoas pas manqu r d
dire, d ai lit urs, que les senomentt
da s ' 1 j a eur Me Cormick nu 1
Sgard sont des plus sympatbq iet>,
ai i' fiut esprer que. ce pjiu d
tomb: sur le pont de Mr Mural B;r
aadot e et aurait tu un de ses petits
enfan's qui jou.ient sur la galerie.
Cela se passa ) hres de l'ap >
nidi au vu de b;au oap de gens, de
Vlrs Duftesnes D v D Agiant,
ule> Sterling qui intervinrent c\ fi-j Comme nos concitoyens de Pon
eut arrter ;e brigand. Baraquet ar-'au Punce, de Iscux i, de lrme, d.
I doit rendre compte t la Gen 'Petit Goi/e a'Aquin, nous sv'on.
larme te pour le port d'armes sans avons form ici un Comit Pattiot
iceice. 20 la loi Lespinasse pour que pour travailla d'un connu
es ; o gourdes damend-, }au mi- accord au bien-tre du Pays afin dt
leur qu'il a voulu assassiner pour reconqurir par tous les moyens pa
as dommages iat-.s, 40 l'action c fiques notre I dipend.nce pliid
>ub que pour la rpnssion. .et ennre.Nous faisons appel i voir.
Cependant Baraquet un bsau m p tnotisme pour nous aider dans la
m es. libii et le mineur res'e en-tche qui serapro.able l noastju
Jniique
III n'uni -------" """ oin
lin n pus r*ecessqire que je
lesp^r ",)nMnt 'action d a
HitP0iT"IJJlaill'Uneenque
coi.ir K "^ d8 charges pro
30e reVV,l(:0,'P8et C0n'rela
se.ont V hi 'erS dt';, P00'
|t I r,, |) 1 i lui, Il 8 IH 16 vy 11 1 iui cok/yi<.i km tav.* a \/o l>/iu *m
jue Jj Px*! ou ,e dfaut d j rue. ils seront pour uoas de quelqui
1 Administraioji ac eA t. sous le prochain rgime-
Nous ne dovous pat mauq ier0dt
dire encore unt autr* chose n 'lis la partis la plus loquen
tid) l'article, nous voj o^s parlei
erm. Celi m'hd'gia et je orotes
ai. C-p^ndaut ie lieutenant Mining
.epeutpermeitre qu'on lerrp he de
|Uger cette affaire i sa laon. Il m'en
oulait dj parce qae 1 j'ai fait foi
ner un Comit Pdtno ique i J'A'--
:ahae 20 parce que comme mem
Jie du Bureau du comit j'ai os
placarder un Appel i la PopulaLon
joursouscrirt afin deptrm Ure nos
llgus de sjournei la bas pour le
emps ncessane. ___....... .
U lieutenant indign de ces pla- Vive llndpend.nce /
:ards dchira lui-mme celui colli 1 Le Bureau du Comit Patriotique
la porte du bureau tlgraph que sa-! Pierre Pyrrhas Agnaot, Oorelieo
nedi vers une heurece placaid por Pierre. D Agoa.L Lonce iohn Cas
e le nom du Pisideut Hardingisus.
omme vous le verrtz pins loin eJ Ceux qui le coattisent lai ont lait
;i respect pour le nom de son j rapport et l'ont pouss ce geste
Les dfeusiurs de la Cause haiueoo<
aux E ats-Unis nous demandco
denvoyer l ba? le plus tt possibh
nos reprsentants, pour faire Itiom-
pher nos revendications nationale*
auprs du Prsident Harding. C'est
pourquoi 1 U 110aPatriotique de for.
au Prince 4 ouveit une souscrip'iot
pour l'envoi immdiat de nos dtU
gus lux Etats Unis.
Pour la Patrie, versez ce que vou*
pouvez. Vive daitiVive 1 Union
nef Manig a agi de la sotte 11 (ni-
ait trouver un pittxte pour m
frapper et c'est ce Chimaly qui U
donne en jouant L' 10'e du Bouc
et d. u ",ulull|mra 1
s ut de h
" cooda nc 'l^i^
ft J^a ,!( ,,,
i<\i-? &*htO.D
'oioiatratio
ac
M.
rola
ming.j e de
brutal que je saurai soumet e la
L,ommissiod dEaqute du Sloat
amricain. Quant Cheraaly, Mes
- * ------------L Cauvin, de Lespinasse, G. Svlvain
pour son compre Renad. Chma'yjvont lui demander raisoa de sa t
pour son^milh.ur prtendant que je|mrit et de sa maiveili.nce Uovez*
.. dois, fan fausse iou e, porie moi mon cher Directeur tout h u
eux de ce petit maityre qui
Mainte i .vhmug qui au o s; dt
J Sana dou e, du silence du snateur Me Cormick
I gtrJ du gouvernement hai ien;ll
ie peut pas ignorer cependant qu'i
in existe un. Cest plutt. ap,iarem
nen', qu'il n'u ri^n tntav en dira
u jup ce qu'il pourrait en d .e dt
passe inaginaiion-
m'avil.r
tion de
loin de
me recommaole i l'atten
mon Pays, c'est d'ailleurs
une raison nouvelle pJDr n,us dt
-ner lustice et le Dieu dei nations
ne restera pas soaid nos plaintes
-omme nous le constatons di.i le
me souscris votre distingu,
gttft fyrrus AG.N'ANT
PAULS 15 D'aprs deB rennei-
metuents de source autorise, qui
serattsebeut a.l'eoqute laite ici sur
les actmts communistes, l'arresta-
tion de 2 dputs compromis dans
le co np!ot commaniste, qui se tu.
ne contre le gouverne ue;it Iraccils
jst imminent
Jeudi ou vendredi prochain il sera
iemand la Chambre d0 suspendre
l'immunit parlementaire de ces d'-
Juts et leu. ar.es'.ation s'ensuivrait.
Il s agirait de 9 membres qui ont
an aune part active aux .neu es du
1er mai dernier.
La presse franc iie ^consacre au-
ourdlui beaucoup d articles au
omplot, les commentaires dclarent
lue les documeti s saisis ne laisser t
meun doute sur.la colls on parfaite
lui existe eu'.re Moscou et la proca
* capitale russe des soviets.
NEW rOUX Dans une lettre
.iressee miss Morgan par su Hr
ling elui ci louant I uvre du cou i
smricato peur la France dev^aiee
"t : le lieu solide d'amiti exis-
ttt eutre la France et les E-
tts Util! tout de cet effort un lien
te cur au peuple nmriefla Lh
'rance mrite l aiLuiiaiion, du mon-
te et.ajssi l'ajeuaunce pratiqu
tans Son ouvre de reconnut atio 1
:oiuius celle reprseutoe par voira
lustituiiou.
PAIUS L'instruction sur ie corn
alot communista sj poursuit act;ve.
tient. Un aurait dicouveit un pu.i
orgtnisatuu rvolutionnaire qui de
/ait commencer le 1er mai en Fian
:e, Espsgoe et Italie.
Le Journal-annonce l'imm nenca
le uoavelles iucuipati vis et arro*
tioos sensaticnnel'es Djs nouvelle!
perquisitions ont eu lieu en province.
MM. Briaud tt Ve.nz-los se eonl
.uireteaus daus la matine-
Un tlg.amme de Brux|lei aa-
lonce que les m.n Itrei ont chang
tf-3? aV,UJe dc 'confrence
le L-Dadres et de l'ai tude qu y pren
ira leur gouvernemeul Celui-.1 sera
eprsenie par les ministres des alf,i
res trangres et des hnances.U a t
J t ,,,?Ue l\ f*" adhrerait i
lart-cle j du pacte de la Socit
des N a.ions relatif i ai burage obli-
gatoire sous les conditions de rci-
prodt U prince Siprieiu, mio strs
aes allures trangres de PoloKn-a
junte Paris pour aller a Loodr il
e rendra ensui'e A R;meet Buc'ha-
rest.
MADRID, U- Les conomistes
assurent qu'au m a in S 5 milUonsd-alle
nands se prparent quitter 1 Aile
nagne pour les Etats-Unis, le Mesi-
lue et l'Amrique du Sud o ils
pourroat obtenir l'argent ncessaire
pour ic voyage ou l'autorisation de
iba-rquer aux Btntf. La majorit des
futurs m.grauis a exprim la prte-
rence poui l'Amrique du Sud
WASaiNGrOX%_MELaporte.
iu sery.ee de sant, a annonc^ que
les autorits fdrale! mdicale? se
chargeront mercredi de toutes les me
'ures 1 prendre contre le tvphus
La cUimbre a vol les crdits
pour u manne se montant environ
19}.
Paris 1412S eil.og 53,6s
Dollar i} 79t|2
NesvJYokk 14 a Sterling 3,9025
Franc 13 62
PARIS 15,2 Seilmg 3,)02i[2
Fianc 13,5;
ViJUTIILK
Cognac
"IJES.tV ROY i Co"
bu causes de l-\l et .'V-i bouteille*
L.I'KEETZMANN AGGE1UI0LM
Rue du -
-



t
ri MATIN
En mmoire de
Christian Fish
Mme Vve Camille Fish. Mr AI-
ph use i isli et tous l's autres pi-
rect ibi oncrot n am
Demain
Lire: Comment dispa
miunCorps Lgislatif.
-----l\ tlrt llblnr Ullfl cl(chaot*r tn la Basilique Noue Dame,
I. M ,.l..i:. . A* jni une M la dlhOlUlklQ de 1916 18 courant la mmoire de Chris-
tua Fish, dcd le 4 Porter 1921.
Le prsent avi tient lieu de faute*
pat.
Trois dUparus
l-ton jusqu'ici ans nouvelles
des trois disparus dont on ne parle
plus ? On se rappelle que mys'rieu
sem.nt disparurent, m tfiet, il y a
quelques semaines Midi me //errick
Pressoir, ne Brissou, le Dr Malette
pre et Abraham Salam Ces person
nages L'ont pas donn signe de vie
Que Ijut'il conclure ? Toutes
les recherches nce t tares ?.. S* trouve l'on en pr
de crimes ou d'accidents ?..
L'affaire de
Me Pierre Hudicourl
La Maison
Vve Barba ncourt
1 uq petit s'ock des
\oi lecteurs se soi tiendront sans
Joule qve nous avons ai a signaler plus
d tire /(>is ii l'aller tson Je ceux qui cml
a charg Je veiller la 'nora'e pubH
ijue ces frcotes vagabonds qui ont lu
domicile ai \ abords des restaurants et
tals.
Aucvveiresvrt srieuse n'ayant jamais
t prise canin eux voici ce qu ce pro
pOS nous crit m Je nos abonns, tran
gtr sjournant dans (1 Pavs tepuis quel
que teint t.
Traduction
r>M-3u-Prince, le 9 Fvrier 1921.
Cher Monsieur le Dirrcttur,
Veuillez m'acerrder ho' pif alit
fian votre quotidien si largtmenl
rpandu pour attirer votre attention
et cel'ede ceux qui sont responsables
de la ttnue de ro eofan'. fille t\
g 'on qui gnn disent. Un mal per
P'cieux et foce existe actuellement
ratrri les enfants de cet'e ville
Pl qu rn .i cule travers nos rues
son :-trrption se trouve arrte par le
n mb < d'enfants des deux lesrf se
1 vrant aux |ui de hasard en plu
duo endroit S ils n'ont pas de pa
rents. I Etal ou ceux qui cet'e mis
ionirermbe, devraient e cha'ger
de ces rnfan's en ge d'alUr i 1 co
le et pierdre les mesurfs rcessaire?
pour enrayer ce mal qui consti-u'
une honte pour n importe quel peu
pie, n?t on ou communaut.
Comment esprtj av c un tel ta'
de cbo>(l quercus puissions lotmer
de bons c toyens. Mais ce n'est
pas encore toit.
Dans ces rassemb'ements. 'e lan-
gage le plus vr'gaire et le plus d-
gc'anf est en honneur et laisse stu
plaits ceci qui ont habius i un
meilleur tat de choses. A cetiaines
lOCOigi uns ccmmel'Htel de France
le Restaurant (Chinois, l'argla des
rus Amricaine et des M rac'r, |f
poiin est tel. aue les rrrr'^y's de*
offices situs dans ce ra- g sont
fiatfois dti s I impo^s-bi'ii de ta're
enr travail Assurrent ce la consii
tue une honte pour 't p f% > t on ne
saur.it en p- oir lec ccn^qufrcs
La semnee tan' j t.ellese trans
fo'mera avant lo- g emps en crimes
et en n isre I cris ceci afin que le
mesures oie-1 orisrs par ceux qui
ont la nspo ibilit; du prsent 'a-
f*e choses, l'envisage spc;a'ement la
situation des j 1 ns e-fsnts. alls (t
gi ons qui. ramen' dans le droit
rhemir, chapperont i la misre et i
la ruine future;.
Votre dvor
LUX
t oDtpo Pompiers
Vr A'beit Me Guffie, vice-corn
mandat-1 de la Comprgnie des Porr
piers libres de Port au Frince, *"u
d'aptes les Statuts par lVsemb't
gnrale, a t, nous informe l'on
rvoqu deses tondions horoi tique
par le commandant Nous ne cro
yons pas la ebose possible et a ter
dons des renseignements prcis et
sujet.
D'autre part ont t radis du ca
dre MM. Ernest Camille et F. Crep
roc anciens conseillers.
C s mess C s mesures viole tes et en appellert
avec raison i l'Assemble gnrale
Ce serai, d'ap es nous, le moyen
d'avoir on vo e qui mettra t fin tou
ces incidents
Union Patriotique
Nous avons reu le p-emier num
ro du B.lletn de l'Union patrioli
que t qui con'ient d'intressantes ma
t es enr a 'trs le discours A'
N'o're ami Pierre Pudicourt a d
tlar inexact le compte rendu fan
par un de nos contrresd'un incident
qui aeu lieu auttibunal et i la suite
duquel il faillit tre emprior n.
L'ancien b'onnier a dpos une
plainte au Conseil Suprieur de
3 M g stratute.
Maria je s
ien' derccrtvoir par lg*ssmer ' Panaris
rameuses cigarellf s
La Marquis*
Avis 4mateur
C garet'es HAPPY- HIT G 0 75 le paquet. -
(X la balte*
A fax, pneus et chambres oir
Toutes tes dimension?, en vente chez
P. N.GRIY& Company, lac
Sacs vides & Ficelle
Noos avons app'is avec p'aisir le
Dtrit ge de Mademo se le Marcelle
Blo\ fi le de Moosieur Gecge Blot,
mc'tn commerant de la place et de
Viad. me ne Baithe, |*fc Monsieu
'bihrpe Darlix de Lyon ngociant
A P)bouty ( Ctes Franaises des
Som.U')
La bndiction nupta'e leur a
ionr.e le 15 janvier dernier dsas
l'Eglise paroissiale de ce lieu.
Met '.cuis compliments et voeui de
bonheur.

Nous avons reu le taire part du
mari g de M Ile H nem S tdi h
vtc .vir I. |. Ades. La Bndiction
>Jupt aie sera donne le 24 Fvrier
au Jercle commerai Syrien Tur-
k>eau i 6 heures du ?oir
M i urs complimens.
Nouielle* da
Liup-Hatien
- I bil trrvesti du Pdtit-CercU
t eu lieu samedi dans ses aalona. Il
y eut de |olis dguigtiments- W.la U
K n du lia1, aelun cLea Annale
Capoiaes a t Mlle Carmen lilam
lui dans u riciie et oiig ntlcoa umi
"tait une vnubie copie de iemmt
apon iae.
Nouveau wharf
Le nouveau wharf dont nous si
gnal oosdernirementla constructiot
set! entirement achev et livr ai
ir.be aujourd hui Par sa confoi
mation, les oprations pouno-t ,n
ttl c'ues plus rapidement et ce ser;
oui pot pour notre service de c,
bo'ag'*.
Conduite des
Marines
Mr G 0 ge *"'y va n
\ce co s
lotit d- 1 Unio", ses desiterata. ej
rombre de ren egirm'Q'S sur la
s1
aune de as cia'ion.
N -tre ro-f re Le Courrier Ha tien 1
informe que lundi vers les six beu
es et demie ceux marines ii en
urup'ion ch z une temmr, a la Ku<
Si llo.ior, se saisirent desapersooni
et volurent la vio'enter. La Itmrm
cru l'assassin et les 1 marines vr
yant venir du mo.de, prirent la fuite
Immdi t ment, la femme se ren
dit au bjreau de la Police et for nu
ta sa p'aiote Ces deux marines
taiert 1 mes de revolvers.
ib mbrede Commerce
De Port au Prince
11 Chambre de Commro de
fort au Frince aunoncaux Meinbrea
la lins itution aux counneranta et
iniiujrtele, qne la convocation ao-
n-ini'f4 dna lea quotidiens pour If
tti de ce tncia est renvoye une
date ultrieure.
Port eu Prioo. le 16 fvrier 1921
7|28 x 4S
U x H
7|a I 47
28 1 48
A x M
Sacs vides neufs anghta/.qujlit II
t < G
< c c I
c f II
t K
Sacs via. s neufs umi"ains
Sacs vides d juxime BtiP, pouvaat lePtir aus i.' liire
remballa^ dj coton
Ficelle ai>g aise tic m ic it,e
DenaDdez tous .es artic.es 11 .M 1 s<> 1
L Preetzmann Aggerhalm
AUenlioii
CHFZ
Geljens $ (|
Rue du Magasin de Tt/,
Hue lionne hoi on lh,e /jj
hn lace de Cbtl dt F\
Vriislrou-er.z 'eNeclartf^etj
Clirii, ai'cool lin pour ljqUl
t codI brler
Sucrj bru' umHMCain (J.40|
Sucre grarult!' blauc
Vin blanc et rou,e par
et au dlai1,
Vin roug* et b'anc en bot
' Irmpajjue doux demi sec,]
VI'. et A: Clnndrtn dVutre
hV'ie. allerunn e i.ouv 1b
irri 6e
AVIS
Ptire est fa te i tous ceux U]
ont d'tn'eu'S dfsliv esapparti
1 feu I. U N. Va!errbun d'i
oH'gfance de me 'es fai'e *ern|
aa demeure, angle Rues Courj
e l'Fgiti', No 64-).
To "au Prince, n f.'vriei il
Vve J. B. N Valemb uo.
r
Barres en f"r pour c nstruction
burine Soleil, Sxvon c Los mon *
Tabic T' D. Sucre, Cire para fine,
Barriques vides pour ml il.
Fn vcnle chez
P' iV liray $ Comp mj
NEURASTHNIE. FAIBLESSE
CHLOROSE, DBILIT
SIROP de
DESCHIENS
d ('Hmoglobine
mmpwtnr m im vmmmwnmm 0ItOH|f,i, ., M ****, rwi .1 rhvxio
Pour gurir ou vitoj
MIORAINCt CONtTIPATIOSt
:ONOEST10N-tTOUDIaEita1
EMBARRAS OAtTRIOOa
IL SUFFIT do pren*
. l'un d voa repaai]
tous lot drnix jour ulemcnt
une rilrt du Dr Dlit
KM, rue du Faub St-Denis, P|
Mais 11 laut exiger l8SYrit
#
qui sont tout fait blancfctt|
t ur chacune d*M" ' "
DEHAUT A PARIj
* ont tr HsIBIamant lmprm*i
Le Mali
ABONNEVENT?
PAH MOIS
PORT AU-PHIXCE
1)>-. AIU'I Ml-Nl"
LTFKNCBH
Le 1 nnonce? fout rru
toir Intn nx 10'M1 (U>
Ru Tronc et Paria et
Ludgatr, 11.11. !.. nd.es
G 11
G. ij
G.
8 au
c h'I
H. 21
Home Insurance Company
iVe pe*A*% p'8 de vue que la
Ilom* Insurance Company
(J ce l'intervention active de
Mr Kugcue LE BOSSE,
Ijjx
abof
a t la oremire Compagnie il Vs3ur mee oflrir,SBi ILitliiiA u? i pro'.3:i > i u i
La Home Amrancv Company
a donn des preuves de sa o, u.li, rj sou jjue Ja.n le* rgtetn n s li'a'sjraoce aot\s 'ttSaj
Le Home 1 unirarice Company
en la plus for'.e Sicile d'assu-a ce l< ii U U i> d Wnriui'1; J.le ttllre Ujiic lo pus di|^
de s )U;bilil en i:u de grauue conlla^r :i d.
Assurez-vous contre l'incendie la
Home Insurance Company
CONSULTEZ
Eugne Le BOSSE
Avant de contracter aucune aaJrerfu&ursnre, il vous difiera gratui'emcnt par desl^\
sur les qu stions qui vam intressent,
LA hUiitil 611'.MAI,*' LOMPaNV
Seilion warit.u.e < ssutt contre mioiki dt mr Us toyoyes cOliets de port fort d'ii^
Lmjne LE BOSSE
Afttnt pour Hati. Port-au-Prince


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM