<%BANNER%>







PAGE 1

liyiATIN Demain Lire rJBiit. et le? pro chaiii rgime republi c tiu des Etals Luis. flicitatisi 8 po r les pourpailers Italo Tchques prouvant la concordance de la politique raiu tchque base sur le nui c de StlUermain et Triauon h -nul de la Hongrie, l'Autriche de la dyuas' e|d llasbourg et acviet*. l.ii ce qui concerne I Au tricha Mr Uenca dclara*., ne celle-ci doit laite uu eltort personnel poui aon relvement, il estime que lea secours imancieirt inter allis ne poui ra'ent que p'clonger la situation actuelle Il annoua que les prioci pes ont t tablie pour la convention conomique italo te lu que analo gue celle franco tchque. Le e l'etu Parisien" anronce que la prsence de Mr lieues a l'aria et celle du punce SapncliS iniLiatre i.li-i affaires lraugrt^de la, Pologne tait prvoir que la conversation d'U dne ont vu sceller le raj i-rocheuient ti ptotaoeinent l'accoid conou.i que 'i,uo la Pologne et la Tcliecoslo vaquie. WASHINGTON, i^—D-ns uni Uttre adresse au snateur Spencer, le secrtaire Colby dclare que les histoires soi disant d'atrocits corn* mises par les troupes coloniales Irai aises en terntoiics coups en Aile magne circulant aux Etals-Unis, pu \enant de Berlin, semble 're CL giacde partie une propagande antiliaccaise. Le snateur rendit publique la lettre disant qu'elle servait dt nconst .' piuMtuis^er.qutes et pre h dations reues par lui. •^LOXDKES.14—Le oi Geo ge ac compago de la reine Marie, du pm ce de 'i-.it. s et du duc dYok ouvnra maidi midi la session du pat liment qui promet d'elle lpreuse peur la ctntinualton du gouvernement de coalition de Lloyd George. Le vicemte Grey a la chambre et icid Robert Lecil aux communes seront les potte-paroles et ailisans de la socit des nations. Ils combattront la politique nlandaise et tinar cire de Lloyd George et on s'altem ce qu'un certain nombre de jeune: membres se rallient eux. MADRID,14— Plusieurs journaui madrilnes tout une vive campagne contie l'immigration espagnole, t El Debate demande au gouvernement d'agir centre l'immigration espagno M CROYEZ-LE, POUR LES U ENFANTS, n'y a rien de tel comme L'EMULSION DE SCOTT 12 Magic-Cil y Rendez vois des amateurs d'an Flotsdeclart.deuxorchestres.b rbiei pourvu, agrments .de toutes sortes Proprit |. C. Guiteau, Hue Htu ry Battier, La mystrieuse a/faire s'clareil Toit au-Prince, le IJ Fvrier 1921 Mon. leur le Duecteur, ^iD^auouraut le Matin, j'ai U une ji ici 11 ation concernant moi mari Mi beiqut Bazile, [s puis al tune r que le lait qui iui est repu eh est tellement taux, que Mr 1< Commissaire du Gouvernement l'i mis en libert, apis avoir pris coi naissance de l'msliuction mene pai le Juge Dessalines. Vous voudrez donner publicit s la prsente afin de dtruire les tilei de la calomnie dirige contre lui-, ^ Avec mes salutations les meilleure: Mme Senque BAZILE Pourquoi Mr. Pierre A Quant a t arrt Dimanche aprs midi un Tlgrai me de l'Arcahaie nous annonai l'emprisonnement de Pierre Agnan Nos confrres ont parl hier des cac ses de cette arrestation sur laquel'i nous projetions de taire la luni et. — Nous publierons dtmaa tourne entreprise dans diverses sections rurales dpendant de Po I u Prince que des tubes vaccins. |< t'ai eu remeitie aucun produit de %  inteciant a aucun de vous, k profite de l'occasioj poutvous pr >CBtfft vous trois mes llicitations ri mes remerciements p.ur consen •ir 1 abandonner vos occupt ons en ville rt monter jusque daos les mornes va etner ces pauvres h,b tams Avec mes meilleures salutations. Dr Flix ( OlCOU Prsident du lu;y Mdical Central Ncrologie Il eus est tait pan du Cao de 'a mort de Marie Ph 'ou nr M.rcds Adhmar Auguste, ne Rosalvo Durand. Nous pri'sen'ons nos sincres con doiaccrs aux tamiSlet prouvas rt partieuhtement i notre ami I.Adh mar Auguste. Ajax, pneus et chambres ait Ton*es les dimensions, en vente chez P. W, Gft 4F& Company, lue Sacs vides & Ficelle S*cs vides neufs angli*>lquslii II 7(28 x 48 t G 148 x 44 < t c K 7i4l 147 < t II 26 \ 48 ' K 29x47 BfcSacs ides neufs amricains Sacs vides d naiiml tua n. pouvant servir ausJ £ f ire l'eintallag) du coton i i.eile ai g tttfl de ami icainfl De mandez tous .es anic s 11 Ma soj L Preetzmann Aggerholai CUIRASSEZ VOUS! CUIRASS! votre Gorge, vos Broncht, I vos Poumons en les dfend en les prservant par l'antisepsie volatile dej [PASTILLES VALDJ contre les danger* du profo." de l'Humidit, des Poussiil des Microbes. POUR S1IGIER EFnCACEKQnl Rhumes, Maux de Gorge Bronchites, Grippe, etc. KMPLOYKX LES PASTILLES VALDAl remde repirble attise/, fimn j Mais il faut avoir so':. de bien employer let PASTILLES VALDAl VRITABLES SEULES RELLEMENT EFFICACQ vendues uniquement en BOITES portant le nom Barres en|fer p ur coDstruciions' Farine i Soleil , tSavon i t manies, l.bacT D Sucre li.re. p saline, — Har qut.8 %  i e* pour mi '1 Fn v^nie chez P e est faite tous ceuxljj ^ot dten eurs des livre apparf i feu i. B N. Va'emb un d] ob igeance de me le* fai'e *erj| ma demeure, anc'e Rues Coaj de l'Fgali'. No 640. Port au Prince, 11 fvrier \| Vve I. B N Vaiemb tM contre la CONSTIPATION prenez les COMPRIM SUISSES de DELORT, Pharmacies^ 119, Jta Saint-Antoine C'EST LE MEILLEUR DES PURGATIFS PORT-AU-PRINC Ales.MTRUa; Phertn.de ALBI Phermeole du DJoeUn VI ARD e touttt 1** bonne Pharmte P• Gray Sf Comp my BAZAR METRO POLIT AI LN Maison de confiance Angle des Hues du Peup e f Ddnts 1)3*1 niches Port-au-Prince (ILii) Vehie extraordinaire 25 oio de Rduction Sui les porc lnesi es verres, cravate., et de lui tout uo're dparerne i b p|* maills, l ounelerie articles Je loi I iie t'a iK.ies dd Bazar. Y compris ou', except les eo tiAal l>le et b issons. Il eit temps ma -.menant di a.re vos icli t -., car a partir'du i r Mars tou ts n >• k a.iliaiidiai's atrout vendues u m e prix qu'auparavaut. QVELQIE8 EXE V PIES: SavonB l'blu.olive P ix courant Cou eaus et foutcliet'ea < lil a coudie 4 Cafetire et rtnjtl en Pot eau c Urar d* cuvetto pour toi!-; t lit Il moi 3. 25o|0 c ct8 or Pfpei Sal're Vfseliue en pot Epingle at aciur Pppier Iciiie, b. ne Surette en bocal N B C Fig Newto: § tigarcltee Murad •1 $1 (m 1-7.- 60 10 H 10 40 i 1 HO 15 tr


PAGE 1

Quatorzime anne Nos 40\(j Port\(i:Princ, Hait Mai ri 15 Ffrier 1921 iOIREGTEUR.PHOPRJBTAIRBi; Qment-MAGLOIR • W.eT" fF NUMERO 20CRNTIIKK Quotidien REDACTION; Rne Amricaine Ni. l.ftS TELEFIIOMt'. 18 Pour un crivain d'yue de ce nom, une des meilleures joies c'est d'exprimer, avec le relief littraire qui convient, ce que beaucoup de gens pensent, n'osent pas, .dire— et ne lui sauront aucun gr d'avoir dit... ALBERT GUINON Petits propos J'ai connu, Paris, Rue de Clioieul, UD gosse c humant, gai, spiri tuel, trs moineau paiisiea qui — UQI turupinades — jouait et contiDoe jouer des niches AUX grandes p; nonne s, C'est toujours un gosse-11 a aujourd'hui 15 an?. 11 est dj plus fort qu'un gosse de Fou bo .Ses tours, les cabrioles, ses sautes d'esprit sont d'un enfant ternb'e. Ce gosse est un as Voalez-vou* vdus rendre compte? Je vous l'a ne ne rai un de et s %  swi/ Sivoui eilarouchez pas encore I Il tient des propoa pharamioeux I dut ce qui se passe en France * Aavatre 11 dvoile toua les ecreto... de Polichinelle : taquine pbbes et autrea, ut ne les ironies et s'en gu**e. Il coooait le •rnier polio de Paris, comme le cnuer cri e' la dernire acie.,. II siffle le dernier air... lance? a G est le Ftntasio' d'tre cidsir de &f On ne badine gure avee lui II ne eqoecte que des gna dcors pps et nichsIl en fait des ttes tare, quand il ne les fourre pa M quelqa budo re de sa potinire. M voil un qui ne laisae rien au lUaire, par exemple/ S'il tait %  pire milieu formaliste il pren plaisir faire tt*r aa badine ci quelquea vieilles b rbesl Uguerelle des jeune* et dea De serait oint encore teinte renatrait de sea cendr>s/ • le recommande voloutiera P'Us mai lies d ici qui signent -imoindre gratignure de Paul MOI ou aux roaaeiiea d l'Hunale vient d tre chic^gliglf Pantalons reprise aux genoux, pices aux coudes du veston; col de velours rp; chemise de soire hne, il n'eet plus n^c aaeire que 'es bouton* de gilet soient de mmo •orto; ni que chaque boutonnire soit pourvue d'un bouton- C la s'appelle la c Grve du con lomraiteur.'' La Un dea "Hropoa de 'ign/s Pierre Vber. vaut e, Je ne rsiste pss au voua le donner en entier. • Les auteurs seule ne font pas >reuve d'une grande ardeur au travail, ils prennent dans 1 hisoire littraire leurperso nagea tout tabri luesMr I! A' ai Ile s'est adjug Dm lien; P. J. Foulet avait min l)jn joichotie; d'autrea ontduin une ois de plus Faust. Je ne cite qupour mmoire les Candidea, la Ma non* qui ressuscitent Et ces p rsou agee ont dea parents en masse/ Lee ils de Porthos pousent les filles de lArtMOtOi la nice de JocrisBe fait /is -vis Mlle Polichinelle, j attends la tante de Soorate et l'Enfant d Ab lard Harpagon fera Bouche, tou ;omme Holand a qui feu de Bornier • it une fillelliubepin noua a dcrit 'a vieillesse de Scapin. Il devrait y ivoir une socit de protection des nor.umsn a littraires; il serait Poutfooneries dans li tempt Geo g lie joue rien. $SS£ d8 i' vre d, "H il nuque la pnurie. LVrtL qae Ju,e Verne qui annIL UQ hom,ne m" depuis nes, mais ce Jules est inlas Bons 4 d ? bou qo>o posthu hu'il v 1 r ,M?ler tant II est i ai Jn a,t 9 ,§ p,roU dB Pote / lent n ?'/ erDe di Prit dfini J qo donc crira pour lea jopoj de la vague de baiaae, un p e,,t d ''0Bua P quant %  e mmisvoy geur et un qu'en politique. Voyez-vous quuo Iramaturge a avise de rendre Vir gime eoeeinte ou d'garer ILucrce Subjrre?' Eh bien ; n'ai je pas raison ? N'eat ce pas qu'il es* dlicieux t'-ntasio ? A quelque chose prs, ses propos ne s adapteraient-ils paa notre milieu ? Avez voua remarqu que nous n'avona en Hr'i ni joue'a, ni livre d'trannes? ou du moins que les parants et lea parrain n'en, don neut plua ? On o'irenoe plus. Les goise* ne jouent " rien" Qu'aux amoure tes, qu'aux flirts avec les petites filles ( un jouet qui n'est ni nouveau ni incassable %  ) -LdS gosses; ne lisent plua tien... Que le petit Albert, les traite de cheronaancie, la Clef dea Songes, l'Oracle. C'est une grve : la grve des gosses puisqu'il n'y a plua d'enfanta t moin cett* boutade d'un dea ntre dj gavroche; 4 son petit mnage qui pjfjujBichait, parce que lea ps sfts avaient l'œil : de aon pan ; Il y a Mr Hoguea De orme qui possde un sillet rou lade* et c eat en vers allchants qu il vous le* on; il y a Mr Clment vsutel, le mme du Matin, hume riste cing'an, capable en on tour de plume de faire son mur du mondt en 00 minutes, il y a Potin, — entrt pa '•oa, t la rii.n* AA ., M>i8 ,a bai8i e la plua inquitante %  ** vous 1 d f C U P? 01 "-.'** celle du patriotisme. C'est la OUs ha„. P* D talon alors h •!" i -.A aua. Jeu iw z '•cnaniaa: it"Z V0U m0Dlier plu •'en alla,',' n PUX. 1 kZnii'T q ui nouB eo "uuytiir/ Una mode otlgl h n**e (ju'il nous eu fal|u I L'union patriotique • beau ci ur aursum oor da I l'hsltien qui ne compredd plu* le latin depuis feu Antoine, iraduit: nous somme* sur la corde ? Funambulesque* gens I Ils ne s en fo.v pas.t t sur ce te cor de qui s'lime aux at aches c'est lai dans* piopaute et alerte au do;!ar.' ble eu cette cirooustaace le obtenir unceitain iiombr* de cea insectes de la rahuene, et il les ap porta son laboratoire. Il les donna a mauger des rats pria ailleur qj' la raltiuene et sans trace dt cancer. Aprs un certain temps, n russit a trouver que ces rais taient aussi atteint de tumeurs cancreuse* Aprs un examen minutieux au microscope des cancrelats, le Profet saur Fibiger dcouvrit que cea insecte etaie.it infects d'un ver incon nu de la bcience. (I entreprit donc de nouvelles srie d'expriences avec des cancrelats indemne* et des cancrelats atteint* qu'il lit mang r deux sries de ra b Les rats. Samnourri* de cancrelats ludemues n prouvrent aucun chan gement ; ceux qui raaugreut les can Cielats infecs de vers cancreux furent, pu ,r la plupart, atteints de cancer Il fut alois vident que les ve s ft non les cancrelats .aient la cause ses riences, en suivant atten &f uns nationalistes et qualifie" de nonstrueuse exagration cette campagne contre la race noire. Le Volksrecht termine en disant lue lea hurleurs nationalistes feront :ien de ne pas crier car ila ne dotve..t pas oublier que dans les rgion* laguere occupes par le* trouo s tllemandes bien des Choses arriv • ent qui n'taient pas compltement nnoceutes et on ne pejt assurnent pas assurer que toutes les fautes fuient punies. PAHIS 13 — Le sous secriairo ltal Hergmann est arriv Part*. I est porteur d'une communication lu gouveruerneut allemandSuivant •ne dpche de Vienne H. Schaller. ;bef de secion au mini* re d-'s atparti po ir Pa Et pendant pr* de 10 pape* de ce mage/.ine gai, et " fois par moi*, l'es prit le plus franais coule comme une Jouvence' Je u ai paa ;e droit de voua repro duire lea enroniquea de Fantaaio, ce gosse et son 'copyright ei ne me marchandera pas uu petit procs, en invoquant la prophte littraire et artis iqusMai* voulez vous voir de l'esprit n f -ire, eu r> vendre, ayez chez voua Kautasio, ce sera voue pjti. oiseau eu cage, 4 quelle aubaine I et quand ptsueviua on fera le eiin vous ucrorte quM n-e S tr.c.. J i u .^ onnepduane/ nences, en suivant attentivement Ulm! p ,f ntlron t dan le8 muscles de PUNCH cycle de la vie.duverdeac! !" ^ 9 eDk y stent rai H reconnut que ce ver avait t,!im e en ,e,har lp r'l"'eu moment '%  ld aom ou le cancrelat est .1 vor tairas trangres, est * o U assiatera la contrence Je* banquieis qui doit fonder une socit au capital ,1 2JJ million I ojur aider la reconstruction de 1 AutricheLe conseil natio lai de l'a cie-i par ii socialiste onifll s'est runi et a dcid que Mr Albert l'homss de /ai: moisir entre la direction du bureau iu travail ou sou mandai ds dputle conseil nutional du parti sosialista adopt une rsjlutiou aflir.nanl son attachement a I internationale i'amsterdam et rejrojvant l'intran sigeence et la brutalit de Moscou. Il a adopt l'ordre du joarnrot stant contre la dissolution de la CG Ta Mr. Bobaa ministre dos %  ffairoa trangres de l'ehaco Slovaquie est srnv4 a Paris. Kn quittant l'Italie il a chang avec le comte Siorza de chaleureux tlgramme* de [1] Funtasio : Mjfjjziiie gii, bi menuei' i Pue de Chobeulj *' Abonnemon t L'n an ;o f'anc 'de deux intermdiaires pour BubMalrej. ,* par un un rat et un cancMatLVV"^ T' L" e re r e:iie,lt tt '" J ' l recom Le vtr mence.neut leureiisieu.ea-ih dpo e sea .eufi dafts le cutps di rat. qui le* rend uu dehors et le* caucteiata lea mangent'estomac dea ra;* et engendrent des tumeurs cancreuses. ( A suitre )


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05312
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, February 15, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05312

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatorzime anne Nos 40\(j
Port\(i:Princ, Hait
Mai ri 15 Ffrier 1921
iOIREGTEUR.PHOPRJBTAIRBi;
Qment-MAGLOIR
W.eT"
fF NUMERO 20CRNTIIKK
Quotidien
REDACTION; Rne Amricaine Ni. l.ftS
TELEFIIOMt'. 18
Pour un crivain d'yue de
ce nom, une des meilleu-
res joies c'est d'exprimer,
avec le relief littraire
qui convient, ce que beau-
coup de gens pensent,
n'osent pas, .dire et ne
lui sauront aucun gr
d'avoir dit...
ALBERT GUINON
Petits propos
J'ai connu, Paris, Rue de Clioi-
eul, ud gosse c humant, gai, spiri
tuel, trs moineau paiisiea qui
uqi turupinades jouait et conti-
Doe jouer des niches aux grandes
p; nonne s,
C'est toujours un gosse-11 a au-
jourd'hui 15 an?. 11 est dj plus
fort qu'un gosse de Fou bo .
.Ses tours, les cabrioles, ses sautes
d'esprit sont d'un enfant ternb'e.
Ce gosse est un as !
Voalez-vou* vdus rendre compte?
Je vous l'a ne ne rai un de et s
swi/
Sivoui eilarouchez pas encoreI
Il tient des propoa pharamioeux
I dut ce qui se passe en France
* Aavatre 11 dvoile toua les
ecreto... de Polichinelle : taquine
pbbes et autrea, ut ne les
ironies et s'en gu**e. Il coooait le
rnier polio de Paris, comme le
cnuer cri e' la dernire acie.,.
II siffle le dernier air...
lance? a G est le
Ftntasio'
d'tre ci-
dsir de
? *
On ne badine gure avee lui II ne
eqoecte que des gna dcors
pps et nichs- Il en fait des ttes
tare, quand il ne les fourre pa
M quelqa budo re de sa potinire.
m voil un qui ne laisae rien au
lUaire, par exemple/ S'il tait
pire milieu formaliste il pren
plaisir faire tt*r aa badine
ci quelquea vieilles b rbesl
Uguerelle des jeune* et dea
De serait oint encore teinte
renatrait de sea cendr>s/
le recommande voloutiera
P'Us mai lies d ici qui signent
-imoindre gratignure de Paul
moi ou aux roaaeiiea d l'Hu-
nale vient d tre
chic^gliglf
Pantalons reprise aux genoux,
pices aux coudes du veston; col de
velours rp; chemise de soire
hne, il n'eet plus n^c aaeire que
'es bouton* de gilet soient de mmo
orto; ni que chaque boutonnire
soit pourvue d'un bouton-
C la s'appelle la c Grve du con
lomraiteur.''
La Un dea "Hropoa de
'ign/s Pierre Vber. vaut
e, Je ne rsiste pss au
voua le donner en entier.
Les auteurs seule ne font pas
>reuve d'une grande ardeur au tra-
vail, ils prennent dans 1 hisoire lit-
traire leur- perso nagea tout tabri
lues- Mr I! a'ai Ile s'est adjug Dm
lien; P. J. Foulet avait min l)jn
joichotie; d'autrea ontduin une
ois de plus Faust. Je ne cite qu-
pour mmoire les Candidea, la Ma
non* qui ressuscitent Et ces p rsou
agee ont dea parents en masse/ Lee
ils de Porthos pousent les filles de
lArtMOtOi la nice de JocrisBe fait
/is -vis Mlle Polichinelle, j attends
la tante de Soorate et l'Enfant d Ab
lard Harpagon fera Bouche, tou
;omme Holand a qui feu de Bornier
it une fille- lliubepin noua a dcrit
'a vieillesse de Scapin. Il devrait y
ivoir une socit de protection des
nor.umsn a littraires; il serait
Poutfooneries dans li tempt
Geo g Le soleil se lve, par Jules
Mary
L'amour est un sone p:r
Lon Dtudet
Les millions, FlKien
Ohampson
Les fUmbaux, id.
L Etoile Georges Ophn;t
LE ber Coasoliieur, Niily (
M Ernest Pri
Les f-oi du couchant, pir
M'fhd Corday r
Prin s de l'E. rit, par
Camiiie ftsaclaii
Le roi au masque d'or
Marchai Schwob
Nouvelles Etrangres
5 oo
Les Insectes et les Bestioles
infectieux,
i) Fvrier
6,oo
Allez donc parler aprs cela d*
dpendance, & ces gens..* I
L iuihen sentira la valeur de son
paya, quand il D'y possdera lien !
Pour flnjr ce bavardage, revenons-
i Fantaaio.
Outre Mr Pierre Veber, ce gosse s
lea frquentations honorable* poui
--------, .. ,.., in-
terdit de toucher un type immorl ne pas dire honorifiques.
, .f116 amendai on v,e II y a blng 1 as.aisooneur de*
2..f,n.J r,,iur*t,on I"! ooiNaa lte* de turcs, il y a le"
aosrt .dan g.reusea en l.ttrature H* perle qui lea tirant dea hutre,
Bosse a nom : Faotasio,
tons, le voici. Il porte son petit
qnois et lance des flchette.
** traits on le reconnatra tou
oolezvou* voir" comment il ja-.
|ors leuillelomle ensemble com
onta,tdece8 petits gteaua pa-
; exqui* et croquant* :
,n.Tence Par un dbinage
a1|0dUi?Vuli0nlluu'00
A'D8'c'*8t pela qu'aboutit le
w concoure Lpine>
lie joue rien.
$SS .d8 i'vre" d,"H il
nuque la pnurie.
LVrtLqae Ju,e Verne qui
annIL UQ hom,ne m" depuis
nes, mais ce Jules est inlas
Bons 4 d ? bouqo>o posthu
hu'il v .1r.,M?ler' tant II est
i ai Jna,t9 , p,roU dB Pote /
lent n ?'/erDe diPrit dfini
J qo donc crira pour lea
jopoj de la vague de baiaae,
un pe,,t d''0Bua P quant
e mmisvoy geur et un
qu'en politique. Voyez-vous quuo
Iramaturge a avise de rendre Vir
gime eoeeinte ou d'garer ILucrce
Subjrre?'
Eh bien ; n'ai je pas raison ? N'eat
ce pas qu'il es* dlicieux t'-ntasio ?
- A quelque chose prs, ses propos
ne s adapteraient-ils paa notre
milieu ?
Avez voua remarqu que nous
n'avona en Hr'i ni joue'a, ni livre
d'trannes? ou du moins que les
parants et lea parrain n'en, don
neut plua ?
On o'irenoe plus.
Les goise* ne jouent " rien"
Qu'aux amoure tes, qu'aux flirts
avec les petites filles ( un jouet qui
n'est ni nouveau ni incassable)
-LdS gosses; ne lisent plua tien...
Que le petit Albert, les traite de
cheronaancie, la Clef dea Songes,
l'Oracle.
C'est une grve : la grve des gos-
ses puisqu'il n'y a plua d'enfanta t
moin cett* boutade d'un dea ntre
dj gavroche; 4 son petit mnage
qui pjfjujBichait, parce que lea ps
sfts avaient l'il :
de aon pan ; Il y a Mr Hoguea De
orme qui possde un sillet rou
lade* et c eat en vers allchants qu il
vous le* on; il y a Mr Clment
vsutel, le mme du Matin, hume
riste cing'an, capable en on tour de
plume de faire son mur du mondt
en 00 minutes, il y a Potin, entrt
p pot nire, un mets sal et poivre
qu'on n'ose pa* dbiter chez 1 autre
hoaon/ne BJ Hsujsmann. mai*
ju on sert chtz Faotasio, le dessale .
Goutezen Pens* crite dana l'ai
lum d'une femme ayant dpasse
l'ge de la dernire jeunesse et qui
c L Le rdac'eur mdical du i.on
1,00 don rime* pub i des renreigni
ment* utiles relatifs au danger des
insectes et dea Bestiole* infectiueux
d ou fai puis mes informations
pour les lecteurs du "Matin .
Pen fant ces de mr-s annes une
attention palpitant* a remu I esprit
[public par les dcouvertes relatives
aoi iusectu et bestiole* transmet-
leur* de maladies con agieuaes
La priode de la grand* guerre a
circonscrit l'attention du monde
e a le danger. Il fut dmontr que
plus uoe arme tal tenue a pabri
/.or|de8P-8t,lea-estplU8le'.i,8 vhicu'es
QMOtea, rais et souris pouvaient
ire carte, mieux tile se trouvait
L'exprience acquit* aux tranch**
les annes a t app'ique aux uai-
es indaatnelles- Les patrons ont
immdiatement compris l'importan-
ce du dingar, non seulement daus
leurs usines insis-au del. On a eu
an eftet. la preuve rcemment que
tes insectes infectuenz sortant des
usines et des ateliers pouvaient r-
jandie des germes malsains sur tou
te un.' popuiatuu. Ce sujet m4hta
iae exposition dtaille, cause de
ion actualit.
Non* exposerons d'abord la dson
erte rcente et remarquable du Pru
asseur Fibiger Copenhague dans
iue graode raffinerie de sucre.II s'oc
-upait pendant quelque temps dt
echeiches scientifiques demandant
'uaage de rata ; il lus achetait d'Qu
murvoyeur de sa localit. Il ne tar
Paris ii[2Sterling 55,75
Dollar i} 781,2
New;York- Sterling 1,8935
Franc 1 j 6^
PAULS -Le russe Ab-ahamjviti'h
arrt a.Nice pour me itres rvolution
uaires et usiga de faux passporti
t transfr Paris hier avec sa
t mmo Interrog par le ji?ge d inr-
truciloa il revendiqua la qualilication
le communiste et se dtendit d itr
in conspirateur anarchiste en disai t
juil y a un abitne entre le commn
nsme employant 'es moyens colite
(s pour atteindre son but et l'an ai-
hisme prconisait la* actes mdni
iu is. Abrabanofitch se dclarait
ta ign demanda au j ige de renvoyer
plus tard *oq interrogitoire.
JLa fdration de 'a Sema a adopt
in ordre de iour constatant !ei
heureux rsultats de la conlreuce
le l'aria revitiant l'entente cordiale
nais elle a mis le voeu que toutes
les concession* consentie* par la
France soient compenses par des
sommes qu elle a empruntes a sea
ilhs et associs pour la dfensu
commune-
L'arbitre charg, en v nu du trai-
ta de Versailles, de rpartir le mat
nel de uatterie fluviale de i'Allema
g^e a rendu sa sentence et a attri-
bue, la Fiance ifJ.ooo tonnes de
ubaland*. de remorqueura et de ma
sriel sur le Hhi.i.
Le Volksrecht reprouve la campa-
gne haineuse que lea ractionnaires
nentut contre l'arme d'occupation
il particuhi meut co.itre les nofrs
-e journal dclare que cette campa
la pas recoanaitre qu'uu grand une vise seulement exciter le* ns-
lOmll A lit* raa rata Zlninni i.__u I ,1 ino ,.,....___l._..... raa
se
On se revarr
J.^te* 'oJca^ion.0 SuSaiS fc*** I
&.'ie puU cder ^S2!-iS
j^imie client allch; et lea
,1,et out augment de pr* de
re,
Ne t'en fais pas
au bal des enfanta !..
Av.z-vous remarqu galement
lue comme Paris, nous avons #0
un* vgue de b-isse t Et quelle va-
gue 1 Un razlde majie I Ce n'eat pas
une baisse, mai* on venge : 100 o(o
de rabais /.. Crise du lummaire t Le
ptrole remplac par la bougie cho
colat !
dire la femme d on
un stock de Jrmie
(liston n'a pas de chance I
Quand monte le gaz, eon chocolat
descend.
u'habilte comme une poupe et
maquille outrageusement :
" Le* femmes qui se fardent enco
re sur le tard portent en rose le
deuil de leur fracheur-"
Got'-z-an edevre- Il n'y a pin*
d'onfants.
Lu dans un journal de modes ;
78IJ Amour et Musique,
llotte- J aime autant l'un que
l'autre' Mai* |e prfre jouer du
piano : cela cat plus facile pour une
dbutante."
Uu peu cynique, la douce Lelette,
ne ttouvez-vons pas ?
Et que de belettes par le m m Je /
uomb.edece* rata taient affects
de tumeurs cancreuses Pestomac
it niui par cette dcouverte, le pro
ieseui Fibiger revit sout pourvo-
yeur ds rats, et lui demanda o il
es avait attraps. Il rpondit que
quelque* un* taient pris dans une
loliiitiie de aucie de sou v^iainage-
Le professeur l'emoiguit de l*par*i
es rais de la lallinerie de ceux attra
ps ailleurs.
Le rsultat immdiat de ceth re
mmnidudatiou lit reconnatre que
nrc taient de la lafiueiie de sucre.
La Piofesseur iibger s empressa de
/MMtar cette uuaiue- il remarqua
qu'elle tait envahie par des cancr.
lits. Son tlair cientili jue lemarqua
porta i
>a
'oa, t la rii.n* aa ., M>i8 ,a bai8ie la plua inquitante
*** vous 1-dfC.U' P?01"-.'** celle du patriotisme. C'est la
OUs ha. P*Dtalon alors h - i -- .a aua.
Jeu iw z 'cnaniaa:
it"Z V0U' m0Dlier plu'
'en alla,','
n
pux.
1 kZnii'Tqui nouB eo
"uuytiir/ Una mode otlgl
h n**e (ju'il nous eu fal|u I L'union
patriotique beau ci ur aursum oor
da I l'hsltien qui ne compredd plu*
le latin depuis feu Antoine, iraduit:
nous somme* sur la corde ?
Funambulesque* gens I
Ils ne s en fo.v pas.t t sur ce te cor
de qui s'lime aux at aches c'est lai
dans* piopaute et alerte au do;!ar.'
ble eu cette cirooustaace le
obtenir unceitain iiombr* de cea
insectes de la rahuene, et il les ap
porta son laboratoire. Il les donna
a mauger des rats pria ailleur
qj' la raltiuene et sans trace dt
cancer. Aprs un certain temps, n
russit a trouver que ces rais taient
aussi atteint de tumeurs cancreuse*
Aprs un examen minutieux au
microscope des cancrelats, le Profet
saur Fibiger dcouvrit que cea in-
secte etaie.it infects d'un ver incon
nu de la bcience.
(I entreprit donc de nouvelles srie
d'expriences avec des cancrelats
indemne* et des cancrelats atteint*
qu'il lit mang r deux sries de ra b
Les rats.Sam- nourri* de cancrelats
ludemues n prouvrent aucun chan
gement ; ceux qui raaugreut les can
Cielats infecs de vers cancreux
furent, pu ,r la plupart, atteints de
cancer
Il fut alois vident que les ve s
ft non les cancrelats .aient la cause
ses
riences, en suivant atten
?uns nationalistes et qualifie" de
nonstrueuse exagration cette cam-
pagne contre la race noire.
Le Volksrecht termine en disant
lue lea hurleurs nationalistes feront
:ien de ne pas crier car ila ne dot-
ve..t pas oublier que dans les rgion*
laguere occupes par le* trouo s
tllemandes bien des Choses arriv
ent qui n'taient pas compltement
nnoceutes et on ne pejt assur-
nent pas assurer que toutes les fau-
tes fuient punies.
PAHIS 13 Le sous secriairo
ltal Hergmann est arriv Part*.
I est porteur d'une communication
lu gouveruerneut allemand- Suivant
ne dpche de Vienne H. Schaller.
;bef de secion au mini* re d-'s at-
parti po ir Pa
Et pendant pr* de 10 pape* de ce
mage/.ine gai, et " fois par moi*, l'es
prit le plus franais coule comme
une Jouvence'
Je u ai paa ;e droit de voua repro
duire lea enroniquea de Fantaaio, ce
gosse et son 'copyright ei ne me
marchandera pas uu petit procs,
en invoquant la prophte littraire
et artis iqus-
Mai* voulez vous voir de l'esprit
n f-ire, eu r> vendre, ayez chez voua
Kautasio, ce sera voue pjti. oiseau
eu cage, 4 quelle aubaine I et quand
ptsueviua on fera le eiin vous
ucrorte quM n-eStr.c..Jiu.^,onnepduane/ nences, en suivant attentivement Ulm! p,f ntlron,t dan" le8 muscles de
PUNCH cycle de la vie.duverdeac!^ "- 9 eDkystent- - rai
H reconnut que ce ver avait t,!im e en ,e,har*lp r'l"'eu moment
'-- ldaom ou le cancrelat est .1 vor
tairas trangres, est
* o U assiatera la contrence
Je* banquieis qui doit fonder une
socit au capital ,1 2jj millioni
ojur aider la reconstruction de
1 Autriche-
Le conseil natio lai de l'a cie-i par
ii socialiste onifll s'est runi et a
dcid que Mr Albert l'homss de /ai:
moisir entre la direction du bureau
iu travail ou sou mandai ds dput-
le conseil nutional du parti sosialista
* adopt une rsjlutiou aflir.nanl
son attachement a I internationale
i'amsterdam et rejrojvant l'intran
sigeence et la brutalit de Moscou.
Il a adopt l'ordre du joarnrot stant
contre la dissolution de la C- G Ta
Mr. Bobaa ministre dos ffairoa
trangres de l'ehaco Slovaquie est
srnv4 a Paris. Kn quittant l'Italie il
a chang avec le comte Siorza
de chaleureux tlgramme* de
[1] Funtasio : Mjfjjziiie gii, bi menuei' i
Pue de Chobeulj *'
Abonnemon t L'n an ;o f'anc
'de deux intermdiaires pour BubMalrej. ,*
par un
- un rat et un cancMat- lVv"^ T' L" "e rere:iie,lt tt'"J' l recom
Le vtr mence.neut leureiisieu.ea-ih
dpo e sea .eufi dafts le cutps di
rat. qui le* rend uu dehors et le*
. caucteiata lea mangent-
'estomac dea ra;* et engendrent
des tumeurs cancreuses.
, ( A suitre )


liyiATIN
Demain
Lire rJBiit. et le? pro
chaiii rgime republi
c tiu des Etals Luis.
flicitatisi 8 po r les pourpailers
Italo Tchques prouvant la concor-
dance de la politique raiu tchque
base sur le nui c de StlUermain et
Triauon h -nul de la Hongrie,
l'Autriche de la dyuas' e|d llasbourg
et acviet*. l.ii ce qui concerne I Au
tricha Mr Uenca dclara*.,ne celle-ci
doit laite uu eltort personnel poui
aon relvement, il estime que lea se-
cours imancieirt inter allis ne poui
ra'ent que p'clonger la situation
actuelle Il annoua que les prioci
pes ont t tablie pour la conven-
tion conomique italo te lu que analo
gue celle franco tchque.
Le e l'etu Parisien" anronce que
la prsence de Mr lieues a l'aria et
celle du punce SapncliS iniLiatre
i.li-i affaires lraugrt^de la,Pologne
tait prvoir que la conversation d'U
dne ont vu sceller le raj i-rocheuient
ti ptotaoeinent l'accoid conou.i
que 'i,uo la Pologne et la Tcliecoslo
vaquie.
WASHINGTON, i^D-ns uni
Uttre adresse au snateur Spencer,
le secrtaire Colby dclare que les
histoires soi disant d'atrocits corn*
mises par les troupes coloniales Irai
aises en terntoiics coups en Aile
magne circulant aux Etals-Unis, pu
\enant de Berlin, semble 're cl
giacde partie une propagande anti-
liaccaise. Le snateur rendit publi-
que la lettre disant qu'elle servait dt
nconst .' piuMtuis^er.qutes et pre
h dations reues par lui.
^LOXDKES.14Le oi Geo ge ac
compago de la reine Marie, du pm
ce de 'i-.it.s et du duc dYok ou-
vnra maidi midi la session du pat
liment qui promet d'elle lpreuse
peur la ctntinualton du gouverne-
ment de coalition de Lloyd George.
Le vicemte Grey a la chambre et
icid Robert Lecil aux communes se-
ront les potte-paroles et ailisans de
la socit des nations. Ils combat-
tront la politique nlandaise et tinar
cire de Lloyd George et on s'altem
ce qu'un certain nombre de jeune:
membres se rallient eux.
MADRID,14 Plusieurs journaui
madrilnes tout une vive campagne
contie l'immigration espagnole, t El
Debate demande au gouvernement
d'agir centre l'immigration espagno
M
CROYEZ-LE,
POUR LES

U
ENFANTS,
n'y a rien de tel comme
L'EMULSION DE SCOTT
12
Magic-Cil y
Rendez vois des amateurs d'an
Flotsdeclart.deuxorchestres.b rbiei
pourvu, agrments .de toutes sortes
Proprit |. C. Guiteau, Hue Htu
ry Battier,
La mystrieuse
a/faire s'clareil
Toit au-Prince, le IJ Fvrier 1921
Mon. leur le Duecteur,
^iD^auouraut le Matin, j'ai U
une ji ici 11 ation concernant moi
mari Mi beiqut Bazile, [s puis al
tune r que le lait qui iui est repu
eh est tellement taux, que Mr 1<
Commissaire du Gouvernement l'i
mis en libert, apis avoir pris coi
naissance de l'msliuction mene pai
le Juge Dessalines.
Vous voudrez donner publicit s
la prsente afin de dtruire les tilei
de la calomnie dirige contre lui-,^
Avec mes salutations les meilleure:
Mme Senque BAZILE
Pourquoi
Mr. Pierre A Quant
a t arrt
' Dimanche aprs midi un Tlgrai
me de l'Arcahaie nous annonai
l'emprisonnement de Pierre Agnan
Nos confrres ont parl hier des cac
ses de cette arrestation sur laquel'i
nous projetions de taire la luni et. .
Nous publierons dtma ces qui nous ont t remises par Me
?fB.0,
BOITE |AUX LETTRES
Poit-au-Prince le 11 Fvrier 1921
Au
Dr Annoual
En Ville
^Monsieur le Magistrat,
TlS vous serais trs reconnaissant t
bien vouloir me dire si, lors de mot
lpail, jeudi de la semaine demie t
oui la campagne, en compagnie
Jes Drs P. Torchon et M. Duron
eaux, ce que vous aviez eu I n r
remettre, destin aux hab.tants.
Veuillez agier, Monsieur le Ma-
gistrat, avec mes remerciements, l'tj
pression sincre de mes meilleures
silu'ations.
Ed. MONTES
port au Prince, le 12 Fvrier 1921
A
Monseur Ldouard Mon ,
I specteur des Services Commuuaux
En V.l e
Monsieur l'Inspecteur 1
' suis en possessionde votre lettre du|
; i de ce mois me demandant de dire ce
iue ] ai eu vous remettre destin/
ux habitants au moment de votre
tpait pour la campagne, jeudi de
t semaine dernire en compagnie
tes Docteurs Torchon et Desrou-
:aux.
Je ne vous a; rien remis au mo-
aent de ce dpart.
Rt cevez,Monsieur l'Inspecteur,mes
neilleures | alttations.
Di ANNOUAL
Port au Prince 11 Fvrier 1921
\u Docteur Flix Coicou,
Prsident du Jury Mdical,
M En Ville _S2
Monsieur le Docteur,
le vous serais trs reconnaissant!
le vouloir me due,par crit,si lois de
non dpait jeudi de la semaine der
aite pour la campagne dans le but
l'accompagrer les docteurs Torchon
si M. Desrouleaux, vos dlgus.
poi r procder la vaccination des
nabitants, vous avez eu donner
iuues mdicaments que dis tubes
vaccins, et qui ?
Recevez, Mr le F'rsident, mes sa
lutations les plus sincres et les plus
respectueuses.
I. Edouard MONTES
1 Po:t au Prince,le 11 Fvrier 1921
Monsieur Edouard Monts
Inspecteur des Seiviccs commun.ux
Monsieur l'Inspecteur,
ijEn rponse ivoire lettre de ce
|ou', j: m'empresse ce vus intoi
mer que )'ai remis i Messieuis lu
titudiants Torchon et Destouleaui
qui ont eu lamabiht de vous ai
.ou 1... gner, sur ma demande, dam
>a tourne entreprise dans diverses
sections rurales dpendant de Po I
u Prince que des tubes vaccins. |<
t'ai eu remeitie aucun produit de
inteciant a aucun de vous,
k profite de l'occasioj poutvous pr
>CBtfft vous trois mes llicitations
ri mes remerciements p.ur consen
ir 1 abandonner vos occupt ons en
ville rt monter jusque daos les mor-
nes va etner ces pauvres h,b tams
Avec mes meilleures salutations.
Dr Flix ( OlCOU
Prsident du lu;y Mdical Central
Ncrologie
Il eus est tait pan du Cao de 'a
mort de Marie Ph 'ou nr M.rcds
Adhmar Auguste, ne Rosalvo Du-
rand.
Nous pri'sen'ons nos sincres con
doiaccrs aux tamiSlet prouvas rt
partieuhtement i notre ami I.Adh
mar Auguste.
Ajax, pneus et chambres ait
Ton*es les dimensions, en vente chez
P. W, Gft 4F& Company, lue
Sacs vides & Ficelle
S*cs vides neufs angli*>lquslii II 7(28 x 48
t G 148 x 44
< t c K 7i4l 147
< t II 26 \ 48
K 29x47
______. BfcSacs ides neufs amricains
Sacs vides d naiiml tua n. pouvant servir ausJ f ire
l'eintallag) du coton
i i.eile ai g tttfl de ami icainfl
De mandez tous .es anic s 11 Ma soj
L Preetzmann Aggerholai
* CUIRASSEZ VOUS!
CUIRASS!
votre Gorge, vos Broncht,
I vos Poumons en les dfend
en les prservant
par l'antisepsie volatile dej
[Pastilles VALDJ
contre les danger* du profo."
de l'Humidit, des Poussiil
des Microbes.
Pour S1IGIER EFnCACEKQnl
Rhumes, Maux de Gorge
Bronchites, Grippe, etc.
KMPLOYKX LES
Pastilles VALDAl
remde repirble attise/, fimn j
Mais il faut avoir so':.
de bien employer let
Pastilles VALDAl
VRITABLES
SEULES RELLEMENT EFFICACQ
vendues uniquement en BOITES
portant le nom
Barres en|fer p ur coDstruciions' Farine i Soleil ,
tSavon i t manies, l.bacT D Sucre
li.re. p saline, Har qut.8 i e* pour mi '1
Fn v^nie chez
P e est faite tous ceuxljj
^ot dten eurs des livre apparf
i feu i. B N. Va'emb un d]
' ob igeance de me le* fai'e *erj|
ma demeure, anc'e Rues Coaj
de l'Fgali'. No 640.
Port au Prince, 11 fvrier \|
Vve I. B N Vaiemb tM
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIM
SUISSES
de DELORT, Pharmacies^
119, Jta Saint-Antoine
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
PORT-AU-PRINC
Ales.MTRUa; Phertn.de ALBI
Phermeole du D- JoeUn VI aRD
e touttt 1** bonne Pharmte
P- Gray Sf Comp my_________
BAZAR METRO POLIT AI lN
Maison de confiance
Angle des Hues du Peup e f Ddnts 1)3*1 niches
Port-au-Prince (ILii)
Vehie extraordinaire
25 oio de Rduction
Sui les porc lnesi es verres, cravate.,
et de lui tout uo're dparerne i
b p|* maills, l ounelerie articles Je loiI iie
t'a iK.ies dd Bazar. Y compris ou',
except les eo tiAal l>le et b issons.
Il eit temps ma -.menant di a.re vos icli t -., car a partir'du i r Mars tou ts n >
k a.iliaiidiai's atrout vendues u m e prix qu'auparavaut.
QVELQIE8 EXEVPIES:
SavonB l'blu.olive P ix courant
Cou eaus et foutcliet'ea <
lil a coudie 4 -
Cafetire et rtnjtl en
Pot eau c
Urar d* cuvetto pour toi!-; t lit
Il moi
3.
25o|0
c
ct8 or
Pfpei
Sal're
Vfseliue en pot
Epingle at aciur
Pppier Iciiie, b. ne
Surette en bocal
N B C Fig Newto:
tigarcltee Murad
1
- $1
(m
1-7.-
60
10
H
10
40
i
1 HO
15
tr
c
c

I
II
4'
Kous y ajeuiot .* autii qi tlfuts tHcUt de
PB"" -
09 1,?
1\ 1,4
j i,.j
7"
t tf)
Ul
as
15
08
u'i
110
to
11
ri
1,2
1,4
umscnn atwns

Chocolatset boi boni VVhi m'w*,Bordp.nstf Pasca'
Cigarettes Mutait, Mil chrin; Heduiont (petit)
Rinhm n.d # ijypli tUcuite anJrU et kuttohtl G mpt tig \ew on*
Lova Doom- cV lii h ndred t livre fi b'a
Potier cl b e Uarclays tf Slyief!er$
l'ubac bu l Ijuralim
'auc
i
. .
- i
neA
*m
. .-s
"'


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM