<%BANNER%>







PAGE 1

LMMiTtN M m* Sacs vides & Ficelle S*es vires neuls anplais, qualit H 7|28 x 48 • G 8|i8x 14 J 1 k 7(^91 M y& < H 28 \ 48 • • • tTC' K 21 x ^7 •Sacs vides neufs amricains Sacs vides d'.uxi 'me nrair. pouvant servir aus* i •> faire l'emballage du coton Ficelle anglaise & rnncainerZZZ l>crr ; nJe/ tous .es articles la .Maison A v^B L. Preetzmann Aggerholm dette de l'Allemagne eniie 200 il 210 mlluids de marks or sur lesquels la Fiaoce a droit a u o k o tt dont il t&ut affecter 44 milliards de marks pout les pensions. Mr ,Loucheur ^reconnat que U Fiance a fait des sacriiic.es i la cor lrence de Pans et dclare que la b. lance commerciale de l'A'Iemjgnf doit ivoir en sa faveur 12 ou 15 milliards de rraiks or.11 spcifie qui pour les ezpcitations allemandes 01 peut escompiei 20 i 25 milliards 01 et picise que les exportations di France et d'Allemagne doubleront ce.tiinmcnt dans les annes qui suivront et se dvelopperont paralllement, j Le ministre fixe les annuits qui la France recevra d'ap es .'accord d< Pans sans compter les frais de troupes d'occupaiion et en suppo sant que le charge sera au pair li France fectvia deux milliards d> innc* papier en 1921, cinq milliarc 100 millions, en 1922 cinq milliard 70 > millions, de 792} a 192/ cim milliards 300 millions, de 1926 ; :928 cinq milliards >oo millions, d 1929 i iy;i et six milliards enviroi de 1952 i i9;3 M.Loucheur dclare que la Fianci dpensera pour les pensions une ai nuit moyenne de 2 milliards 501 millions et pour les rgions dvas tes 30 milliaids chelonns sur do annes. Le ministre montre que la Trano pour quilibrer son budget doit n %  courir ;i un emprunt sou a la mobilisation eu sa crance. L'orateur DI pivoit LJU'UQ trou d'un millian dans le budget pour les annes a vt nu et termine en disant qu'il es convan eu que les alhts sont airivt a quelque chose de raisonnab e. M. de Lastique, rapporteur de I; commission des finances ddar. qu> l'accord constitue des sacrifices poui la France et montre la t osprii d> l'industrie alltmande alois que 1 Ai lemagne multiplie et n amfeste s. dtresse pour tiomptr les allies. 1 ajoute que la France ne doit pasc 0 dure de nouveaux empints ext ueuis, c'est l'Allemagne qui doi condureles empiums iLlernationau} il teimine en demandant M Bnani de. moi. lier aux allemands que 1; Fiance est alle i la dernire limiw d$s concessions. M. Andi Lt lvre, ancien ministre, alfirme que 1' \l.tm.gne viwto neuse auiait exig en paiement uni indemnit considrable. Le gouveim ment a tt te la Fiance deir.re lui lorsqu'il du nous voulons eue pay: M. Uoumei, ministre des finance: a calcul que la pat de la Fianct cot s'lever en dfinitive 77 milluids. 11 allume que le gouvernement „sou\.endia les intrts de h Fiance^aussi nergiqutment qu' Pans. Par 387 voix contre 12s la eban bie a accoid sa conlianee au gouvei nement. Au cours de la sance d< nuit la chambre a ratifi l'accoid di Pans pai 39^voix contie 83. Beat coup de aeputs se sont abstenus. I Un pont ncessaire Pend n' qu'on s'occupe de la r ffrir n de l'Avenue lobnBiown pout quoi ne penserait on pas a reliei cette avenune a celle qui passe i ct d la maison Carmleau Antoine et mne au Boi; Verna ? On n'aurait qu' jetei un pon aur la rigole de Lalue it la commi nication serait tablie au grand avan tage des vhicules qui sont obliges de monter jusqu' 1 Impasse Lavaud *" r — m. * ••-•. m-n >• Faut il boire en mangeant Lhomme, d'une faon normale, limine chaque jour une quantit d< liquides variant entre un litre et demi a deux et tiois hues, su 1 va ru •es penonnes.Toute cette eau rejet! >ai les unnes ou pat la transpira1 tion, et encore l'tat de vapeur psi a tespiralion, doit tre^natuiellement resniue l'organisme poui ^ue celui ci puisse subsister en bot tat de sant. Les aliments et les boissons peincttent de rparer ses perles journ: Itres de liquiuts.fcn ce qui con ernt l'aD.orpiiou des boissons, il y a lui ie t demander comment il 0 visa ie les prendre. Ni trop, ni.trop peu • Un prernur poin. est a netc :c'es ,u'u est galement nuisible de bou< T'xcs et de boire en petite quan tit. v H L'absorption de liquides^en trop grande abondance, au cours des repas, a ce double et fcheux rsui al le tivonser le dveloppement de le Jsit, et de rendre les digestions f>.ns pnibles en diluant l'excs le RM gastrique. Si l'on passe au rgime sec, 01 :onsrate qu'il prsente lui aussi de: inco..v niems non moins gra d L organisme a besoin de recevo* ine quantit suffisante de liquide pour assuier la dpuration unnam Jhez les arthritiques—rhumatisant;, ^ouiteux, eic, si la dose de liquide -st insuifisante, les produits de ca :hei de combustions organiques m ont plus ent aines au dehors, et de: iccioems diveis— acc de goutte. .nses de ihumalismes, de colique: aepatiques ou nphrtiques— pei vent survenir. Pour se b.en poter, il impoitt Jonc de recevoir une ration de liqui de suffisante. Quant la faon di prtndre cette ration qui peut varie, iuivant les sujets entre un et deui atres par jour, il semble que le .nicLx so.t d'en prendie la plus grai Je pailie le matin |eunou adistanci des repas. Ceci, en particulier, do tut uue rgle pour les dy a peptique: -•t les ob es. Aux repas, il y a intit bain peu, un veire un verre et demi, ei non, ei de prfrence a la fin du repas. SOUS LA MAIN ayez toujours UNE BOITE DE VRITABLE TALISMAN [Pour PARER aux consquences] d'un refroidissement PRSERVER, TONIFIER vos Bronches et vos Poumons PARACHEVER le traitement d'un Rhume, d'une Laryngite ou d'une Bronchite invtre. Prncarei-vouf en dr nulle, mail refnei impitoyablement lea pastilles qui vous seraient pro1 %  %  i'au dtail pour quelques noua : ce aont toujoura de* imitations. Voua ne aerei certains d'avoir LES VRITABLES PASTILLES VALDA que al TOUS les achetai EN BOITES %  e VALDA Quand cessera V pidmie 7 Nous avons pose cette qtestior • u Docteur Roche Grellier qui )i premier, au momen' des conirover es, vait dclai qu'on se trouvait e> jrseoce de la petite vrole et qui, n 1882, avait eu sogner de nomb eux cas D aprs le savant praticier l'pidmie commencera a dcoitn /e s le 22 Mars, c'est--dire l'po que du chargement de saison. D'ic ii.il recommande les prcautions le: plus srieuses, le mal faisant p'.rn le ravages quand il est sa fin. L pidmie aura donc dur si> nois comme la dernire et rrauu ?ac caus moins d'pouvante. Sou barons que le pronostic du Dr Roch. et nous avons toutes les raison.de le croire 5 fond — soit eiact. b rocs L'pimdie Bizoton Visiblement l'pidmie est aitnui •n ville, nieis on nous rgna'e d lombreux cas B zoton et dans In 'giors avoi inai tes. Parmi les vieti ns en go rai des paysans, il y a rait beaucoup de citadins. Autour de l'Eiiipiuut £D .-.pies les rumeurs qui nous soni ,)arvi n ues, d es commerants auraient dress une ptition au gouvernenent pour lui demander d ntervtur dans la crise actuelle en contractant aux htais-Unis dlvat but un mprunt de 4 000 000 de dollars. — ils auiaient obtenu, parait il, dant euis dmarches l'appui de M. Cros >by actuellement i Port au Prince, V bientt d'autres dtails. A la llasco — D aprs des lettres rcentes que JOU, svons eues sous les yeux* il fMtajfi qu'a la date du 2 de ce mois, ->ue r( union des actionnaires de la grande entreprise sucrire a eu lieu A New York au cours de laquelle le manda de M H. loti a t renouvet. Le reuaciguement publi par noire confrre L'Essor *' serait donc inexact Ht se Monsieur hlliot est toujours la bas, c'est qu'il veut assu ici deti Hivernent la bonne marche les Usines, en axant des finances pour l'avenir ... *•?-,, Le mas On signale une lgre hausse sn le mais qui, la semaine dernire, ttail tomb o,3) cen^mes les cinp 't. livres. Cette semaine on cte 0.4) et 0,50 centimes. La krosioe devrait ;baisser davantage ^a se rappelle qu' causer de 1: aret del'attide.la krosine avait le; prix de G 1,80, G 2 le litre, ce qui aisait le dsespoir de certaines fa milles. Mais puisqu'on en a reu de grar les quantits pourquqi ne piauque rait pas les prix d'avant la hausse, cest- dite 0.60, 0 70 centimes au lieu d uae gourde et plus ? dtel'He&tauraut St-JosepL ACPHIE LOUIS |j En faoe de la Madeleine M Cuisine de premi r oidre — Pnx me drs —Table d'Hte — Pension. 1 Avis aux cliaryours LaClyde Steamship-Uomp&ny (FoieignSemcts Ayant inaugur un nouueau ser vice pour Haui, les chargsurs sont aviss que le S|S L k Ogien qu sera ici vers le 18 du couraut ouvrir ce trati: bimensuel en passant pa ous les ports haitnns pour prendre du fret pour New York. Les intresss l'occasion offerte par le Lake Ogden ou les autres b'eaux jubsequecuii.'ont priss de s'adresse l'office de l'agence gnrale. •••— Tout le monde dit f III que c'est simple Vous n'avez rien appicr dre ar.r.1 voir employer un rasoir de sirru REDY, Vous n'avez qu' .ous mL vous raser carrment, Aucun ennui, avec 6 lames de reebi Pril 6 gourdi Ea vente en gros et en dtail chez Franck JMartin Agent gnral pour Haii Knface de la Glacire. Port-au-Prii Soiie aux Lettres ^Port-au-Prince, te 8 fvrier 1921. IAu Directeur du Journal Le Me•in En ville t3Hft Monsieur le Directeur. J ai adress.cea jours derniera.on* ie 'orgueil, quand l'oiguiil et I entiment ne conduiaent jamais au> grand* ris J ait. Toutefois, j'ai corn ris que si l'tranger dot qoitUr l< iiys, Monsieui Oartignenave doi re rem k .l.c e* contre toute at ente, l'tranger doit loujoura nou> tenir compagme,Monsieur Sudre Dai tigutnave sera toujours sa plact Mes opinions ne sont point de ipmions intresses ; elles me sort suggres pat le sentiment lev dt oieu gnral et de chacun eu paru julier. Depuis que l'tranger est ic Jepuis que Mouaieur Dartiguenavi dit Prsident, ma vie et mon eiiaence, la vie et l existence de ma fa mile peuvent tre considres coirr ne un Golgolha, L'Ainriuaiu eit ma ruine, et li Prsidence de Daitiguenave est cat mort — Je connais toutes les misres. Or, ce n'est point l'intit per onoel qui me pousse et me guide dans l'actualit. Je dsire bien sincrement que los enfants-Dominicains et Hatien conservent l'intgralit politique di i lie et que leur gnrationa arrivent y crer une nation florissante,fortt dt puissante. M par cea idles.moo tonnemen toit tre grand dejvoir les rdacteur du Journal Le Nouvelliste • me re foser.lhospita'i' de leuri colonnes, i moi qui doia tre coosjidi ; ac^elltmant, comme le Doyen du ioui %  'laliameeuHai i Je vous envoie doot ci joint cette lettre : Veillez loi doi ner le jour, je voua prie Je vous tu remercie et voua salui oien coidialement-.SILA. La.VENTURE ( aOF Saint Marc„ie 3 janvier 1930 Me Adhmar Auguste Btonnier de l'ordre de. avocats du Cap Haitien : Mon cher Matre et confrre. Vous vez.pius dune fois.pouss les cris pstriotiques quand les iule Depuis peu on a -_. v „ v t beaucoup propos; mslT. propose en peuple dpendu coute les gestes du dehors! bis s'agiter par mots d'ordre ie l'tranger-On s'en glorifia, reusement. Pourtant dea faita gravai plissent dans toute I le ; le 4'lutresse aui vnements succdent. 1 anit c'est le f le la Rpublique d Hati qui 1 rta i/Anririix nTi H a „ '"T ,mc epousasr toute acuos nntoulTv.e U nue e r |7S,£S-• **** 4 ne soit at nentoudupayseotier le reClamKi" ue uap Haitu-n. les GooaivesVCayen idcmel, le Port au Prince, enta •Uni najemaiacesaedevous adiTi rsr, Auiourd hui la situation de notr, jauvre F atrit.de I Ile mme demauot ie rve;l national par une poiiiiuu, aouvelleirad cale et uoiflee.ueae 2o ;elle politique doit a'accorpLlir dant ie calme et l'apaisement de eaDrits 11 D0US I, ul n travailler noir'' propre rguratioo. ( l U 8 8i n rem ^ cioa8 n 08 hautement .t fortemen la peuple Amricsin Si iervice qu il vien> de nous rendre.w %  IOUS montrant le chem.o de lun.te la valeur du patriotisme,.! arandnr* ls Interne, la puissance de S Z I galu dana les souffrances £ S uuuauidaoi le maUeur et ls isT gnstion dans les momeuts prilleuv Notre existence poli que do Si? considra dsuruuia. en iau zssr d aiji u "• %  AS t le 1015 i tantt c'est le .illaa et le Receveur iJouanes de la Hpnblk, :aine, qui proteatem co •ation de l'le et a'expliqi l'autre nt au point de qu'au oint de vue pan >ar a lgitimit de cette En mettent tontes las il ngne ue comptv.oous devoti] :Uer les moyens l'aide ous puissions cous donnai] .-ilit-Cette stabilit peut >ar nos propres forces re r. mtre volont de bien faire (uasi mettre en contribatL es circonstances qui, Bios L rement considres, ne pan ien de sol.de dana notre Socit Haili et Doraioi onsidrations, sur lesqei .iteotiona sont attire'.sout •obliques moraux et sociaux mt permia l'occupatijn ,. bout touj )ura la lgiiimerEn ateodant, noua avoi Une te mission d fixer tjual d o q '1 a viennent. La occupe par Isa trois .ta a Unis d Amrique 1 Jomioicanie et Haiti. est ilicate qu'il faut de part et oeaucoup de aouplease. Toua cea faita aont assit tenta pour qu'Hati et la Doi ls a prsent, dsirent U iuivanta ; t = Essayer 1 unit de I ils > eule Rpublique divises &ata autonomes, quant lai jre de chaque Etat. 2 Consulter U nation c'est j ippeler le Corps Lgislatif, it la Chambre dea dputs aunea le 10 janvier 1024, e pouvoir du Prsident se Rpublique d Haii est jour dcider, avec un c ju'il nomme, sur* dea qu. importantes, ai grave et ai 3 Urgauiaer lea force pi jee petite aime discipliosa, 4t C4serne,u'ayant aucuns ivecleaclirfa civila. L Uu corps d* gendarmerie| iervice natimal.la police dat H de la campagne. Jt. Un rgiment de douaea] j. U police urbaine des -narge des communes.. 4 Reconstituer les forcesj uni administratives que 5 itepousser toute ac 'i -* %  7 e-uie 01 lus.ructeur. d 3 Api es cette iraoi ouaultei encore tous lea our le rreaiqent.parce qu'il o.e du pays te ^reaiige, l't • uiguite, te daraCiie, et tt noraie e( luieilectuelle. J Rvision de la conitit e repoud pas au besoin Cette ieiire cber maitre eti teflte lopinioo saine ds too / a dea hommes qui veulent ^rs sincrement de (juqvr' sont ils peines qusnd lia •mit aa marche et soo mentit ne faut point croire ai lue ces lenxious sont de fantaiaies; su coutiaiie elle*, les maniiesiationa des ide* % elles. Avec le calme, l'ordre, le •e et la virilit, le tout eout uu aen latent lev et aium* 1 *, t-ourroua tout couuuire vers"" Allons mu croious beapre M



PAGE 1

,•• tE MATIN •%* %  ^oua PWj> c' ; <-' r raaitre el confrre, ,oaT't des quantila considrables de microDes pro Lui v£n? f ? rm l on d'acide* inti? : Pr P* re d'apra une formule de Dr NS. JENKIN3. D; n s mterrogez votre dentiate.aur la CREME DENTAIRE KULYNOs. .ou vente dana toutes Tes Pharmacies et dans tea Magasina. branck J. Martin Agent gnral pour HH%,—ort au Prince.. \ Panama Railroad Steamshipqinc. Service de fretjel^de passagers i\ew-York 7 HII. 2% G 4ln CWett C ' i7 *~ ** ""* c .. o P enfea 0 M *>S D emar/,: ; "V Christiania Norvge • tf Kf ^ J*odi*h tixpress, GothenbouiH" .-^ le service de Panama Lioe entre New-York et H.it. .„ „ U j m m ** %  ara d'une utilit considrable, et est la voie la n rLul d f S ""^ents: qui se .sont faits. tre expdies. 01C U plus ra P ,Je P ar laquelle vos marchandises peuvent Des connaissements courrant fret pour u ew w mA mmmt . le Havre, Bordeaux ou Ai.r. seront livr P knkm S il k Loa4rcs 0. B. THOMPSON, Agent gnerai agent pour Hati m SRiVY.r/j % %  **.%  •• AEARATOS ELECTRICOS PARA TODOS LOS FINES Cette marque de labnque et lagarjntie de la.bonr.e qualit de nos lourniturcs lectriques Quelques-uns i des 300.000 /wSJ33!IS „La production du Westinghoase Electrio est F ,1? '^i 0 00 lrticle8 ? iver ' ()r q u 9 la Q u soient vos beeoina en msJ/iere dqnipem nt lectrique, le Westiohouee peut toujours voua le*' %  JSSSE 2" en( ? re plu8 car ce,a prcove que le Westingijouae produit epcislementpour le aervice exact de vos besoins. v Pnnr 0 !.' iS ne Utl de qp ,? ,qu ^ f rtlW,i fa0,i( a pir le WesUoghouie. % 'Moulin. caf, fr. repasser Lampe, arc lccomo.,v e8 woteurs.pour mach.nes a coudre Moteurs mignona t;our le Garage Dictaplicnta mactuuee four tetit restaurant Equipe*,,,, poor geor ., , ad|Uoo UOMU.UV, i,. We r inyhowe Electric I International Co Un nouvel aspectj' url ,. les plus Rundfs IaKii. ion industrielles du mondeserainvouui' djnu cet espace t ',,Ji.H niatne New-York City U. S.A •* ***;•' .4 ^ Franck J. Martin j 9 e *}{ gm irai pour Hati [ • J



PAGE 1

IE MATIN >' ; • • Comptoir franco-haitien \720, Rue du Magasin de l'Etat Reprsentants poura Rpublique d'Haiti Viennent d'arriver chez A. Viclor Gentil -*• Rue du Magasin de l'Etat No l!3i Toile en caoutchouc ion lits par aune* L Bocks avec iro.s canules et tubes derechange AVIS AUX VOYGEUm+ft La Maison vient de recevoir du Casimir pais par aune, Home Insurance Company iVe perdez pas de vue que la Home Insurance Company G dce l intervention active de i.Mr Eugne LE BOSSE, t la prenA-e Comp aKnie d Assurance tfliirlaixBaififra une prc lec ion un taix 8boi< La Home Assurance Company a donn des preuves de sa lo/aut, de son quit dans les rglements d'asurancejaprs incei Le Home Insurance Company est la plus forte Socit d'assurance des /-.tais-Unis d'Amrique; elle oilre donc le plus de §ai de solvabilit en caj de grande conuagratrn. Assurez-vous contre l'incendie d la Home Insurance Company CONSULTEZ Eugne Le BOSSE Avant de contracta aucune affaire d assurance, il vous difiera Gratuitement jar des faits fiur les questions qui vous intressent, LA HUME L\SUHANCE COMPANY Section maritime assure contre risques de mer les voyages ctiers de port port (Chain. Eugne LE BOSSE Agent pour Hati. — Port-au-Prince LEHN & F1NK Inc. New-York Tous produits pharmaceutiques et tous articles vendables dans une Pharmacie. Quali'r et prh dfunt Unie concurrence Toutes les bonnes phamiacies peuvent renseigner sur les quahUs et prix des marchandises de LEtLN V FI v K Spcialits de Ll 11\ *f E1NK Inc. Produits souverains contre Yalastrim ou la petite vrole LYSOL. le plus puissant et le plus conomique des dsinfectante^ Ll&OL SA Vu*\ avou dsmleciani pour la toilette et le bain L_ LSUL M1A\ lAb LliAM : Savou dsinfectant pour la barbe L DKttaiULAN : Crme auluep kque pour les soins de la "'peaubtiuil ks bcuiui.s et enlve les lches PEBf&GU : Crme dentifrice pour l'hygine de la bouche I'ioduils employs dans tous les lipiiaux de France. d'Angleterre d'Allemagne et des LiaisU nis. B4ZAR METROPOLITAIN Maison de confiance Angle des Rues du Peuple 4* Dants Destouches ^%  ~Port-au-Prince (H&ii) 1 t \£ Vente extraordinaire "ws \25joiojle Pduction Sur les porcelaines les verres, cravates, objets maills bonneterie articles de toilette et de tau tout notre dpartement d'aclicies de Bazar. Y compris tout except les comestibles et boissons. Il est temps maintenant de taire vos achats, car a partir du 1er Mars toutes nos marchandises seront .vendues au m.ne prix qu'auparavant. QUELQUES EXEMPLES: Savon Colgaie,p c, 15 moins 25o[o 114/4 a.. m .k Ml .. f A m LEUN it FINKInc fabricants LEON R. THRBAUD Agent puur Hati Jartirets pr tiom 65 Houppes 12 lasse et soucoupe 45 Verres boire 10 Ltouieuu.it' ucierj.,25 Tupi pr sulles\fi x 9 12,00 L*iiau6telies pr nom 55 \i *. ft6*lj4 OU \34 ^833 t a,oo 4lii4 Nous y a/ouions aussi quelques articles de consommations : Chocolats et bonbons Whitmans,Bordens S?Pascals Ugatelles Mnrad % Melachrine, Piedmont (petit) BUchmond <$> Egyptien Straits ] Biscuitsftanglais et National Gemp, lig JSwtoni Lora Doone tf Hich mixed 1 livre fer blanc Porter et bire ttarclays $ Shaeffers I T abac Bull uurham A. de MATTEIS agent pour -la Rpublique dUat



PAGE 1

pf QuitortMto* anne Nos 4004 — •> *; Port'tu Prince," Htiti a I %  %  %  I ; U V.nir. i II Fvrier I9J1 J DlllECTEUa-PKOPRJCTAlRfi; Clmeot-MAGLOIRE LE NUMERO 20 CENTIMES Quotidien REDACTION; Roe Amricaine No, 135S *. Dans les choses difficiles il>e faut pas^s'atteodre * semer^ et recueillir tout la fois mais il faut travailler affaire mrir pour rcolter UQ jour. Le chancelier BACON TMLfHOM, b ... — ~~ _-.LE PEUPLE HATIEN DEMANDE • iu Gouveroement de Mr Dartiguenave de ne pas compro^Ure le Pays avec;;ie parli dmocrate dont le mandat prendra fin dans 21 jours, en acceptant les propositions CROSBY. PRESSE Hatienne proteste nergiquemenl contre tout projet d'Emprunt pour le moment. a QUESTION DU JOUR il (1 ou se dveloppe le caiMisi il et avant 1M progrs de* de science sociale, le ngre pesssit, de faon gnrale -.S? Qer ,e ctn i: >.l ne, c'e.i Habitude de manger eoo sem h •*• l'exclusion de toute ce, on lui attribuaimme 1. to de ce.te pret'que aanvag **•.* %  tendance d an eertait. %  u 0 8611 '* Prttendfoi aor Ha i et ses mœurs, a re" coati Ole sufeant que les I infrieures hatiennes, %  de ngres africains, OL l habitude de se nom m humaine. d oui; une telle aftirmatio i '•ecieatitique et ce n'est plut%  e I amour-propre et du que les Hatiens peuven *•!. dune P* reil accusa -n2l ,a Doca dei dcouverte^ %  ?L ,oc f ,w •y ,nl l'obwva f?* 6, U quelque temps. J-Sr* ta P* abonnement •oence gogrsptiique d et lT* %  '•* Heclus. s %  wsota contribution desfeexpli • que Ltvlugstone pou un H. ?' ux P ur Amrique. jy,Nord|ieoakold pour l'extr •.'"* f? 01 d'eues, — grct JM mthodes* tudes et au IS 1 ,,"^ de Le Play, la a fait la lumire sur la plu J questions emb ouilles d oib • et sur Us d.fTrentee corn SmaSS?* qa pirto ent k Ptald*'vuedu cannibajisme. JL^e reconnatre qui F^res d'existence quels *JJ et lesoilfiults de wee impotent aux populations om dautrts moyens d, vivre ?JffBL le sohfo ols g mer est trs rsre, le wme tat inconnu. iCSS ? oi tudi dans 1 Mlpopulsbona de l'Afrique lahiL £*£"• de m08*r ses JJ" quei dane les leuplad s tt u e UUe ,t P aovre ar'l avis comme le vreamira' Knapp ait DU affirmer no re cannibail m • aa poiot que I un di', Je n'si osa sous les yeux le texte mme de son rapport; mais ce que j'en ai vu extraire d ms cet ordre d'ides di extraire d ms cet ordre d'ides di i p "*J amplement queCharlemagne P--ralte %  Wllllii bassement d'une cole de frres i Vtiragone. Attendons. —Il parait que le carrelage de DO 'reEg'ise commencera incessamment, en coire notre cur, Mr l'Abb Nouvelles Etrangres mond Demolins, d'sprs l'explore teuCrevaux. a relev ga'ement cette pratique dans lee population? le chasseurs qui occupent les igiont forestires de l'Amrique dn Sud limites par la Cordillre des Vodee. le bsssin de I Amazone et do Paragury, la mer des Amitis et l'Ocan Atlantique, E( ces dernirea popula ions "sondes Indiens Cet crivain dit ce t qui suit l'gard de ces dernires populations, et cel. | ios'don'c pss Trop de b.le" ia'sciei aeut s appliquer aussi bien sux po ce w t de notre ct, voolai convaincre les ignorants qui formsieut ss suite en grande partie qu'en msngesnt le coeur ou toute autre partie du corps d'un msrine tu, ils courraient la chance d'scqu rir ses qualite de courage et d'enJurance. Ceci ne sersit tout su plus qu'une •aon de stimuler I ardeur et U haine ie sea comba tants. et Dieu seul sait si ces derniers, qui ne sont pss si simples qu'ils en ont l'air, l'en c oyaient sur psrolr. N i nous fai Miragooe 8 Fvrier 192 1 A Jacmel 11 ne faudrait pas confondre le oannibalisme avec certsiues pratiques abusives de superstition qui peuvent porter certsiues ulssaea ignorantes, sous prtextes de servir des divinits infrieures ou des rimes ler la vie leurs semblables psr empoisonnement ou autrement. mer lea au trs pour une croyance —prjug de couleur ou autre,— ou pour un in t rt, — 1s soif du dollar ou sutre; — est le revers de toute civilisa ion, peimetaux races de •qui y h .bJ..UatV,.. tou 5K SiSS Meute -E puis ioos dn centre africain c II est du moins consolant de cons tater q ie l'homme ne contre e pss istorellement 1 habi.ude de mmge set semblables et qu'il n arrive .ette extrmi e que sous I empire de certs ns circonstances Si le can-n nsliane tait le rsultat d'un ius ci tut naturel, il aurait d se dvelop per galement psrmi les pasteurs. •jette coutume ne s tsblit pss cbez m derniers, parce qu'ils ont un In l00ia noyen facile de conjurer l'excs de] bjute et bssse. jopulstton et l'insuftisance des pro luctions spontanes... Le chasseur u . .., a'* pas cette ressource, il n'a aucun noyen d'envabir. et voil pourquoi m dsespoir de cause.il se recourue contre aes semblsbles lorsque le gibier ne suffit plus ses besoins. Il est donc bien entendu que l'an iiropopbsgie rsulte des etigeuces 0 lieu ai de la prcl'it des m < yeaa d'existence cbez les individus ment de Is ebasse psuvre, et qu ell. .'se: pas le raut at d un ius iuc %  isturel, encore moins le monopole ixcluitfd'uo g oupe d indcv due e i'ua race. § En ce qui concerne Hati, tous les voyageurs sont frapps de 1s ri qbeeae de ion sol et les grandes facilits que sa nsture offre ses qabitanU pour leur nouiri.ure e. leur entretien. Et nous professons mme 1 opinion que tant de facilit! entrent pour qu lque ebose dans leur ioignemmt pour des habitudes de travat' et de disciplineLes conditions d existence en IlaU des classes mme les plu* pauvres et ies plue bdoigneus s excluent donc oute nceeei i de recourir su cauniualieuM p u. -i %  .ombaiii-d ie tutu uio ue la faui. — MJU.CI 6 eut r, l o pro a| Li semaine dernire, S G.Monseig eur Fichon s vis t; M i gcln", .n tuurne pastorale. Une auto pavoue sux couleurs hutiennes, a t rencon rcr Monaeigaeur, et la poputition lui ht un bel accueil. J—Lpidmie continue i inquiter es familles. Il n'y a eu que deux cas mortels, mais il y a encore plu sieurs malades dont une bonne partie en vote de gurison. —La nouvelle nous es* parvenue de la mort Himburg de Emil Golden berg, ancien cbel de la nuisou Reiubjid i Mtrag dne. —R maqu un peu p'u. d'activit dam le mateb de caf, mats les di lenteurs exigent des prix au-dessus del pari du Havre. Souhatons'curirn, qu'i s sisal uusoa. Avec !e pria te m s qui s'a more c Le M nia • a repris dans notre c fia vilie sa plac d antao. L;s der uiers numros tant rgulirement :xpdii par chaque courrier et dis*, tribus immdiatement, les abonnements augmentent. Les attides parus sous la rubrique Uuesuon du jour* sont particun rement apprcis. OJ y trouve vrainent le raisouoemeni d'un penseur et la bonne foi d un patriote. — Un a appris avec le plus grand %  lai>ir qu'une dlgat on est partie pour les Etats Unis dans le nobie bat de dtendre nos intrts, tout ei faisant comprendre que, seuls, nous pouvons marcher. Meilleurs souhaits de succs nos reprsen tants. —Notre Arrondissement qui s'tend comme on le sait des Pdcrnsles aux Ctesde-Fer et qui autait d tre rig, depuis longtemps, en Dpartement (Sjd-E?t 259,000 habitants; suit d un œil attentif tout ce qui lij passe. Depuis que'ques armes, il 1 soutire beaucoup L'migration le prive chique mois de qu Iques contai ns de Dras. Les familles sont aux abois. Des proprits sont sacrifies La campagne est dsert:. Soi co.nmtree %  ag) e si florissant est nui Les spculateurs de U campagne tnQuieot ceux it% Communes. L'importation est faible et lexportatioi tout fait minime. Avec Cela, p iS de travail. Pas d'iadustrie Pas de perspective d'amlioration. Triste sort pour un P.*y. A qui en est ia caas? Nous .pondois comme le philosophe piOie-toi de mon solei !... .Oinbalifcie. iitfu uto us ia laiin Aussi bisn, ie doute fort qu'un S TT BE*U ROMS 8. D aprs les rapports re ;us de S nyrue les grecs so.it en tr*i 1 l'organiser une sr ne de 8j,o 11 10m-aes pour une graade offensive ei Asie Mineure. Les ustio.ialistea urcs se prparenl rsister l'of feoeive et dchirent qu'ils pourront offrir de srieuses rsistances. PAIUS— La sance d'auiourd'hui 4 t occupe par un dbat entre Mr Klorz et Mr Loucheur, ministre des jgio 19 libres. Mr K'olz s produit des ch'ff a pour prouver que.la Freuue y prirait dans le rcent accord au sujet les rpsrtitions reu 3 psr iesiallisVI. Loucheur su contrsire s prsen t des ch ffres pour prouver que l'scco d est f ivorable a la F auce. llnyaqus2J milliards d or do iisponible dans le monde aujour i'hui a dit Mr Loucheur, comment la Frauce pourrait-elle recueillir H4ti •n lliar Js de f ancs or immdiate*. ment.' Noua avoua suivi Is meilleure mtbode possible a ajout le mima bv. Le pana "i. d anuui es par 1 Aile magne est la seule solu'ion poib'e et c'est celle que nous avom choisie, t^ue le parlement dcide ai nous avom bien fait. Le Petit Journal a inter/iewi Vlr WaUer Bau'arf. cb.u. a tsbi. • u :. / Jd la ch m M Lourcias a 1 t'i;-.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05309
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, February 11, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05309

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
pf QuitortMto* anne Nos 4004
> *;
Port'tu Prince," Htiti
a I I ; U
V.nir. i II Fvrier I9J1 J
DlllECTEUa-PKOPRJCTAlRfi;
Clmeot-MAGLOIRE
LE NUMERO
20
CENTIMES
Quotidien
REDACTION; Roe Amricaine No, 135S
*.
Dans les choses difficiles
il>e faut pas^s'atteodre
* semer^ et recueillir
tout la fois mais il faut
travailler affaire mrir
pour rcolter uq jour.
Le chancelier BACON
TMLfHOM, b
... ~~ _-.-
LE PEUPLE HATIEN DEMANDE
iu Gouveroement de Mr Dartiguenave de ne pas compro-
^Ure le Pays avec;;ie parli dmocrate dont le mandat
prendra fin dans 21 jours, en acceptant
les propositions CROSBY.
PRESSE Hatienne proteste nergiquemenl contre
tout projet d'Emprunt pour le moment.
a

QUESTION DU JOUR
il (1 ou se dveloppe le caiMisi
il et avant 1m progrs de*
de science sociale, le ngre
pesssit, de faon gnrale
-.S?Qer ,e ctni:>.l ne, c'e.i
Habitude de manger eoo sem
h * l'exclusion de toute
ce, on lui attribuai- mme 1.
to de ce.te pret'que aanvag
**.* tendance d an eertait.
u08611 '* Prttendfoi
aor Ha i et ses murs, a re-
" coati Ole sufeant que les
I infrieures hatiennes,
de ngres africains, ol
l habitude de se nom m
humaine.
, d oui; une telle aftirmatio i
'ecieatitique et ce n'est plut-
e I amour-propre et du
que les Hatiens peuven
*!. dune P*reil accusa
-n2l,a Doca dei dcouverte^
!?L,ocf,w y,nl l'obwva
f?*6, "U quelque temps.
J-Sr* ta P* abonnement
oence gogrsptiique d et
lT* *'* Heclus. s
wsota contribution desfeexpli
que Ltvlugstone pou
un h.?'ux Pur Amrique.
jy,Nord|ieoakold pour l'extr
.'"* f?01 d'eues, grct
JM mthodes* tudes et au
IS1,,"^ de Le Play, la
a fait la lumire sur la plu
J questions emb ouilles d oib
et sur Us d.fTrentee corn
SmaSS?* qa' pirtoent k
Ptald*'vuedu cannibajisme.
JL^e reconnatre qui
F^res d'existence quels
*JJ et lesoilfiults de
wee impotent aux populations
om dautrts moyens d, vivre
?JffBL le sohfo
ols g mer est trs rsre, le
wme tat inconnu.
iCSS ?oi tudi dans
1 Mlpopulsbona de l'Afrique
lahiL *" de m08*r ses
JJ" quei dane les leuplad s
ttue -UUe ,tPaovre'
ar'l avis comme le vreamira'
Knapp ait du affirmer no re canni-
bail m aa poiot que I un di', Je n'si
osa sous les yeux le texte mme de
son rapport; mais ce que j'en ai vu
extraire d ms cet ordre d'ides di
extraire d ms cet ordre d'ides di i p "*J
amplement queCharlemagne P--ralte Wllllii
bassement d'une cole de frres i
Vtiragone. Attendons.
Il parait que le carrelage de do
'reEg'ise commencera incessamment,
en coire notre cur, Mr l'Abb
Nouvelles Etrangres
mond Demolins, d'sprs l'explore
teu- Crevaux. a relev ga'ement
cette pratique dans lee population?
le chasseurs qui occupent les i-
giont forestires de l'Amrique dn
Sud limites par la Cordillre des
Vodee. le bsssin de I Amazone et do
Paragury, la mer des Amitis et
l'Ocan Atlantique, E( ces dernirea
popula ions "son- des Indiens Cet
crivain dit ce tqui suit l'gard de
ces dernires populations, et cel. | ios'don'c pss Trop de b.le" ia'sciei
aeut s appliquer aussi bien sux po ce w t de notre ct,
voolai convaincre les ignorants qui
formsieut ss suite en grande partie
qu'en msngesnt le coeur ou toute
autre partie du corps d'un msrine
tu, ils courraient la chance d'scqu
rir ses qualite de courage et d'en-
Jurance.
Ceci ne sersit tout su plus qu'une
aon de stimuler I ardeur et U haine
ie sea comba tants. et Dieu seul
sait si ces derniers, qui ne sont pss
si simples qu'ils en ont l'air, l'en
c oyaient sur psrolr. N i nous fai
Miragooe 8 Fvrier 1921
A Jacmel
11 ne faudrait pas confondre le
oannibalisme avec certsiues pratiques
abusives de superstition qui peuvent
porter certsiues ulssaea ignorantes,
sous prtextes de servir des divinits
infrieures ou des rimes ler la vie
leurs semblables psr empoison-
nement ou autrement. mer lea au
trs pour une croyance prjug de
couleur ou autre, ou pour un in t
rt, 1s soif du dollar ou sutre;
est le revers de toute civilisa ion,
peimetaux races de
qui y h .bJ..UatV,.. tou
' 5K SiSS Meute -E
puis ioos dn centre africain
c II est du moins consolant de cons
tater q ie l'homme ne contre e pss
istorellement 1 habi.ude de mmge
set semblables et qu'il n arrive *
.ette extrmi e que sous I empire de
certs ns circonstances Si le can-n
nsliane tait le rsultat d'un ius
ci tut naturel, il aurait d se dvelop
per galement psrmi les pasteurs.
jette coutume ne s tsblit pss cbez
m derniers, parce qu'ils ont un In l00ia
noyen facile de conjurer l'excs de] bjute et bssse.
jopulstton et l'insuftisance des pro
luctions spontanes... Le chasseur u . ..,
a'* pas cette ressource, il n'a aucun
noyen d'envabir. et voil pourquoi
m dsespoir de cause.il se recourue
contre aes semblsbles lorsque le
gibier ne suffit plus ses besoins.
Il est donc bien entendu que l'an
iiropopbsgie rsulte des etigeuces
0 lieu ai de la prcl'it des m <
yeaa d'existence cbez les individus
ment de Is ebasse psuvre, et qu ell.
.'se: pas le raut at d un ius iuc
isturel, encore moins le monopole
ixcluitfd'uo g oupe d indcv due e
i'ua race.
En ce qui concerne Hati, tous
les voyageurs sont frapps de 1s ri
qbeeae de ion sol et les grandes
facilits que sa nsture offre ses
qabitanU pour leur nouiri.ure e.
leur entretien.
Et nous professons mme 1 opi-
nion que tant de facilit! entrent
pour qu lque ebose dans leur ioi-
gnemmt pour des habitudes de tra-
vat' et de discipline- Les conditions
d existence en IlaU des classes mme
les plu* pauvres et ies plue bdoi-
gneus s excluent donc oute nceeei
i de recourir su cauniualieuM p u. -i-------------------
.ombaiii-d ie tutu uio ue la faui. mju.ci6 eut r, l o pro a|
Li semaine dernire,S G.Mon-
seig eur Fichon s vis t; M i gcln",
.n tuurne pastorale. Une auto pa-
voue sux couleurs hutiennes, a t
rencon rcr Monaeigaeur, et la popu-
tition lui ht un bel accueil.
JLpidmie continue i inquiter
es familles. Il n'y a eu que deux
cas mortels, mais il y a encore plu
sieurs malades dont une bonne par-
tie en vote de gurison.
La nouvelle nous es* parvenue
de la mort Himburg de Emil Gol-
den berg, ancien cbel de la nuisou
Reiubjid i Mtrag dne.
R maqu un peu p'u. d'activit
dam le mateb de caf, mats les di
lenteurs exigent des prix au-dessus
del pari du Havre. Souhatons'curirn,
qu'i s sisal uusoa.
Avec !e pria te m s qui s'a more
c Le M nia a repris dans notre
c fia vilie sa plac d antao. L;s der
uiers numros tant rgulirement
:xpdii par chaque courrier et dis*,
tribus immdiatement, les abonne-
ments augmentent.
Les attides parus sous la rubrique
Uuesuon du jour* sont particun
rement apprcis. Oj y trouve vrai-
nent le raisouoemeni d'un penseur
et la bonne foi d un patriote.
Un a appris avec le plus grand
lai>ir qu'une dlgat on est partie
pour les Etats Unis dans le nobie
bat de dtendre nos intrts, tout
ei faisant comprendre que, seuls,
nous pouvons marcher. Meilleurs
souhaits de succs nos reprsen
tants.
Notre Arrondissement qui s'tend
comme on le sait des Pdcrnsles aux
Ctesde-Fer et qui autait d tre
rig, depuis longtemps, en Dpar-
tement (Sjd-E?t 259,000 habitants;
suit d un il attentif tout ce qui lij
passe. Depuis que'ques armes, il1
soutire beaucoup L'migration le pri-
ve chique mois de qu Iques contai
ns de Dras. Les familles sont aux
abois. Des proprits sont sacrifies
La campagne est dsert:. Soi co.n-
mtree ag) e si florissant est nui
Les spculateurs de U campagne tn-
Quieot ceux it% Communes. L'im-
portation est faible et lexportatioi
tout fait minime. Avec Cela, piS
de travail. Pas d'iadustrie Pas de
perspective d'amlioration.
Triste sort pour un P.*y.
A qui en est ia caas- ? Nous .-
pondois comme le philosophe pi-
Oie-toi de mon solei !...
.Oinbalifc- ie. iitfu uto us ia laiin
Aussi bisn, ie doute fort qu'un
S
TT
BE*U
ROMS 8. D aprs les rapports re
;us de S nyrue les grecs so.it en tr*i 1
l'organiser une sr ne de 8j,o 11
10m-aes pour une graade offensive
ei Asie Mineure. Les ustio.ialistea
urcs se prparenl rsister l'of
feoeive et dchirent qu'ils pourront
offrir de srieuses rsistances.
PAIUS La sance d'auiourd'hui
4 t occupe par un dbat entre Mr
Klorz et Mr Loucheur, ministre des
jgio 19 libres.
Mr K'olz s produit des ch'ff a
pour prouver que.la Freuue y pr-
irait dans le rcent accord au sujet
les rpsrtitions reu 3 psr iesiallis-
VI. Loucheur su contrsire s prsen
t des ch ffres pour prouver que
l'scco d est f ivorable a la F auce.
llnyaqus2J milliards d or do
iisponible dans le monde aujour
i'hui a dit Mr Loucheur, comment
la Frauce pourrait-elle recueillir H4ti
n lliar Js de f ancs or immdiate*.
ment.' Noua avoua suivi Is meilleure
mtbode possible a ajout le mima
bv. Le pana "i. d anuui es par 1 Aile
magne est la seule solu'ion poib'e
et c'est celle que nous avom choisie,
t^ue le parlement dcide ai nous
avom bien fait.
" Le Petit Journal a inter/iewi
Vlr WaUer B chambre de commerce amricsine
sur lasitustiou economn|u mon iiale
Vlr Bsfjr a dclar que .e seul rem
de efficace iait le relverao.u di
franc q-ie les anes obtieniro it en
cmtrs.giant l'Allemagne payer
la juste rparation qu'elle doit.
Ij-'Excelsior" rapporte que le bruit
court qu'un d^putt communiste se-
rait iaoeaeem nent I objet d'une
demande_.de love di nmonit parle
mentaire.
LONDRES. Sir Auckland Guides,
ambusadsur a.ig'ais aux Etats Unis'
Va revenir Wasbicg'on avec pleine
pouvoirs pour taire des propositions
en vue de la confrence mondiale
8ur la ques ion du dsarmement. Un
dit que c'est une des plus importan
te1* questions discut avec le premier ministre
10 Fvrier
Paris-Rmte ; -|o J7.80
Sterling 54.24112
DjI ar 13 96,12
New York S;eibug ; 885
Frai: ij ?o
PARIS 10A.u seines
bttitsdfoai ;i;>au'arf.
cb.u. a tsbi. u :. /
Jd
la ch m
M Lou-
rcias a
1 t'i;-.


LMMiTtN
M
m*
Sacs vides & Ficelle
S*es vires neuls anplais, qualit H 7|28 x 48
* G 8|i8x 14 J
1 k 7(^91M
y& < H 28 \ 48
* t-TC' K 21 x ^7
Sacs vides neufs amricains
Sacs vides d'.uxi 'me nrair. pouvant servir aus* i > faire
l'emballage du coton _______
Ficelle anglaise & rnncainerZZZ
l>crr; nJe/ tous .es articles la .Maison Av^B
L. Preetzmann Aggerholm
dette de l'Allemagne eniie 200 il
210 mlluids de marks or sur les-
quels la Fiaoce a droit a u oko tt
dont il t&ut affecter 44 milliards de
marks pout les pensions.
Mr ,Loucheur ^reconnat que U
Fiance a fait des sacriiic.es i la cor -
lrence de Pans et dclare que la b.
lance commerciale de l'A'Iemjgnf
doit ivoir en sa faveur 12 ou 15
milliards de rraiks or.11 spcifie qui
pour les ezpcitations allemandes 01
peut escompiei 20 i 25 milliards 01
et picise que les exportations di
France et d'Allemagne doubleront
ce.tiinmcnt dans les annes qui
suivront et se dvelopperont paral-
llement, j
Le ministre fixe les annuits qui
la France recevra d'ap es .'accord d<
Pans sans compter les frais de
troupes d'occupaiion et en suppo
sant que le charge sera au pair li
France fectvia deux milliards d>
innc* papier en 1921, cinq milliarc
100 millions, en 1922 cinq milliard
70 > millions, de 792} a 192/ cim
milliards 300 millions, de 1926 ;
:928 cinq milliards >oo millions, d
1929 i iy;i et six milliards enviroi
de 1952 i i9;3
M.Loucheur dclare que la Fianci
dpensera pour les pensions une ai
nuit moyenne de 2 milliards 501
millions et pour les rgions dvas
tes 30 milliaids chelonns sur do
annes.
Le ministre montre que la Trano
pour quilibrer son budget doit n
courir ;i un emprunt sou a la mobi-
lisation eu sa crance. L'orateur di
pivoit lju'uq trou d'un millian
dans le budget pour les annes a vt
nu et termine en disant qu'il es
convan eu que les alhts sont airivt
a quelque chose de raisonnab e.
M. de Lastique, rapporteur de I;
commission des finances ddar. qu>
l'accord constitue des sacrifices poui
la France et montre la t osprii d>
l'industrie alltmande alois que 1 Ai
lemagne multiplie et n amfeste s.
dtresse pour tiomptr les allies. 1
ajoute que la France ne doit pasc 0
dure de nouveaux empints ext
ueuis, c'est l'Allemagne qui doi
condureles empiums iLlernationau}
il teimine en demandant M Bnani
de. moi. lier aux allemands que 1;
Fiance est alle i la dernire limiw
d$s concessions.
M. Andi Lt lvre, ancien minis-
tre, alfirme que 1' \l.tm.gne viwto
neuse auiait exig en paiement uni
indemnit considrable. Le gouveim
ment a tt te la Fiance deir.re lui
lorsqu'il du nous voulons eue pay:
M. Uoumei, ministre des finance:
a calcul que la pat de la Fianct
cot s'lever en dfinitive 77 mil-
luids. 11 allume que le gouverne-
ment sou\.endia les intrts de h
Fiance^aussi nergiqutment qu' Pa-
ns. Par 387 voix contre 12s la eban
bie a accoid sa conlianee au gouvei
nement. Au cours de la sance d<
nuit la chambre a ratifi l'accoid di
Pans pai 39^voix contie 83. Beat
coup de aeputs se sont abstenus.
I
Un pont ncessaire
Pend n' qu'on s'occupe de la r
ffrir n de l'Avenue lobnBiown pout
quoi ne penserait on pas a reliei cette
avenune a celle qui passe i ct d
la maison Carmleau Antoine et
mne au Boi; Verna ?
On n'aurait qu' jetei un pon
aur la rigole de Lalue it la commi
nication serait tablie au grand avan
tage des vhicules qui sont obliges
de monter jusqu' 1 Impasse Lavaud
*"r m- -. m-n >
Faut il boire en mangeant
Lhomme, d'une faon normale,
limine chaque jour une quantit d<
liquides variant entre un litre et de-
mi a deux et tiois hues, su 1 va ru
es penonnes.Toute cette eau rejet!
>ai les unnes ou pat la transpira-1
tion, et encore l'tat de vapeur psi
a tespiralion, doit tre^natuielle-
ment resniue l'organisme poui
^ue celui ci puisse subsister en bot
tat de sant.
Les aliments et les boissons pei-
ncttent de rparer ses perles journ:
Itres de liquiuts.fcn ce qui con ernt
l'aD.orpiiou des boissons, il y a lui
ie t demander comment il 0 visa
ie les prendre.
Ni trop, ni.trop peu
Un prernur poin. est a netc :c'es
,u'u est galement nuisible de bou<
T'xcs et de boire en petite quan
tit. v H
L'absorption de liquides^en trop
grande abondance, au cours des re-
pas, a ce double et fcheux rsui al
le tivonser le dveloppement de le
Jsit, et de rendre les digestions
f>.ns pnibles en diluant l'excs le
RM gastrique.
Si l'on passe au rgime sec, 01
:onsrate qu'il prsente lui aussi de:
inco..v niems non moins gra d
L organisme a besoin de recevo*
ine quantit suffisante de liquide
pour assuier la dpuration unnam
Jhez les arthritiquesrhumatisant;,
^ouiteux, eic, si la dose de liquide
-st insuifisante, les produits de ca
:hei de combustions organiques m
ont plus ent aines au dehors, et de:
iccioems diveis acc de goutte.
.nses de ihumalismes, de colique:
aepatiques ou nphrtiques pei
vent survenir.
Pour se b.en poter, il impoitt
Jonc de recevoir une ration de liqui
de suffisante. Quant la faon di
prtndre cette ration qui peut varie,
iuivant les sujets entre un et deui
atres par jour, il semble que le
.nicLx so.t d'en prendie la plus grai
Je pailie le matin |eunou adistanci
des repas. Ceci, en particulier, do
tut uue rgle pour les dyapeptique:
-t les ob es.
Aux repas, il y a intit bain
peu, un veire un verre et demi, ei
non, ei de prfrence a la fin du
repas.
SOUS LA MAIN
ayez toujours
UNE BOITE DE
VRITABLE TALISMAN
[Pour PARER aux consquences]
d'un refroidissement
PRSERVER, TONIFIER
vos Bronches et vos Poumons
PARACHEVER le traitement
d'un Rhume, d'une Laryngite
ou d'une Bronchite invtre.
Prncarei-vouf en dr nulle, mail
refnei impitoyablement lea
pastilles qui vous seraient pro-
1 - i'- au dtail pour quelques
noua : ce aont toujoura de*
imitations. Voua ne aerei
certains d'avoir
LES VRITABLES
Pastilles VALDA
que al tous les achetai
EN BOITES
"e VALDA
Quand cessera
Vpidmie 7
Nous avons pose cette qtestior
u Docteur Roche Grellier qui )i
premier, au momen' des conirover es,
vait dclai qu'on se trouvait e>
jrseoce de la petite vrole et qui,
n 1882, avait eu sogner de nom-
b eux cas D aprs le savant praticier
l'pidmie commencera a dcoitn
/e s le 22 Mars, c'est--dire l'po
que du chargement de saison. D'ic
ii.il recommande les prcautions le:
plus srieuses, le mal faisant p'.rn
le ravages quand il est sa fin.
L pidmie aura donc dur si>
nois comme la dernire et rrauu
?ac caus moins d'pouvante. Sou
barons que le pronostic du Dr Roch.
- et nous avons toutes les raison.-
de le croire5 fond soit eiact. b
rocs .
L'pimdie
Bizoton
Visiblement l'pidmie est aitnui
n ville, nieis on nous rgna'e d
lombreux cas B zoton et dans In
'giors avoi inai tes. Parmi les vieti
ns en go rai des paysans, il y a
rait beaucoup de citadins.
Autour de l'Eiiipiuut
D .-.pies les rumeurs qui nous soni
,)arvinues,des commerants auraient
dress une ptition au gouverne-
nent pour lui demander d ntervt-
ur dans la crise actuelle en contrac-
tant aux htais-Unis dlvat but un
mprunt de 4 000 000 de dollars.
ils auiaient obtenu, parait il, dant
euis dmarches l'appui de M. Cros
>by actuellement i Port au Prince,
V bientt d'autres dtails.
A la llasco
D aprs des lettres rcentes que
jou, svons eues sous les yeux* il
fMtajfi qu'a la date du 2 de ce mois,
->ue r( union des actionnaires de la
grande entreprise sucrire a eu lieu
A New York au cours de laquelle le
manda de M H.loti a t renouvet.
Le reuaciguement publi par no-
ire confrre L'Essor *' serait donc
inexact Ht se Monsieur hlliot est
toujours la bas, c'est qu'il veut assu
ici deti Hivernent la bonne marche
les Usines, en axant des finances
pour l'avenir
' ... *?-,,
Le mas
On signale une lgre hausse sn
le mais qui, la semaine dernire,
ttail tomb o,3) cen^mes les cinp
't. livres.
Cette semaine on cte0.4) et 0,50
centimes.
La krosioe devrait
;baisser davantage
^a se rappelle qu' causer de 1:
aret del'attide.la krosine avait le;
prix de G 1,80, G 2 le litre, ce qui
aisait le dsespoir de certaines fa
milles.
Mais puisqu'on en a reu de grar
les quantits pourquqi ne piauque
rait pas les prix d'avant la hausse,
cest- dite 0.60, 0 70 centimes au
lieu d uae gourde et plus ?
dtel'He&tauraut
St-JosepL
Acphie LOUIS |j
En faoe de la Madeleine M
Cuisine de premi r oidre Pnx me
drs Table d'Hte Pension.
1
Avis aux cliaryours
LaClyde Steamship-Uomp&ny
(FoieignSemcts ,
Ayant inaugur un nouueau ser
vice pour Haui, les chargsurs sont
aviss que le S|S L k Ogien qu
sera ici vers le 18 du couraut ouvrir
ce trati: bimensuel en passant pa
ous les ports haitnns pour prendre
du fret pour New York.
Les intresss l'occasion offerte par
le Lake Ogden ou les autres b'eaux
jubsequecuii.'ont priss de s'adresse
, l'office de l'agence gnrale.

Tout le monde dit
f IIIque c'est simple
Vous n'avez rien appicr dre ar.r.1
voir employer un rasoir de sirru
REDY, Vous n'avez qu' .ous mL
vous raser carrment, '
Aucun ennui, avec 6 lames de reebi
Pril 6 gourdi
Ea vente en gros et en dtail chez
Franck J- Martin
Agent gnral pour Haii
Knface de la Glacire. Port-au-Prii
Soiie aux Lettres
^Port-au-Prince, te 8 fvrier 1921.
IAu Directeur du Journal Le Me-
in
En ville
t3Hft Monsieur le Directeur.
J ai adress.cea jours derniera.on*
te au Cap Haitien, lui parlant de h
situation actuelle de notre il, notre le Convention Amricain
chre patrie.
En attirant l'a tention du paya sut
a gravit du moment j'ai rorarn
anani que I hr-ureeuthrrivee pour ''n
cit des d ux Gtbte afin que l'Ile
oui-se voluer aan aecouB. h, aai
roubles ni difficults. Malheoreu
ement certaine intresss n'ont pr
ent comme uu ennemi du Pr ai
dent d'Hati,Mr Sudre Dartiguenavt.
Comment peut-on renconlr r,dao^
in homme politique du sentiment >
ie 'orgueil, quand l'oiguiil et I
entiment ne conduiaent jamais au>
grand* ris J ait. Toutefois, j'ai corn
ris que si l'tranger dot qoitUr l<
iiys, Monsieui Oartignenave doi
re remk.l.c e* contre toute at
ente, l'tranger doit loujoura nou>
tenir compagme,Monsieur Sudre Dai
tigutnave sera toujours sa plact
Mes opinions ne sont point de
ipmions intresses ; elles me sort
suggres pat le sentiment lev dt
oieu gnral et de chacun eu paru
julier. Depuis que l'tranger est ic ,
Jepuis que Mouaieur Dartiguenavi
dit Prsident, ma vie et mon eiia-
ence, la vie et l existence de ma fa
mile peuvent tre considres coirr
ne un Golgolha,
L'Ainriuaiu eit ma ruine, et li
Prsidence de Daitiguenave est cat
mort Je connais toutes les mis-
res. Or, ce n'est point l'intit per
onoel qui me pousse et me guide
dans l'actualit.
Je dsire bien sincrement que
los enfants-Dominicains et Hatien
conservent l'intgralit politique di
i lie et que leur gnrationa arrivent
* y crer une nation florissante,fortt
dt puissante.
M par cea idles.moo tonnemen
toit tre grand dejvoir les rdacteur
du Journal Le Nouvelliste me re
foser.lhospita'i' de leuri colonnes,
i moi qui doia tre coosjidi ; ac-
^elltmant, comme le Doyen du ioui
'laliameeuHai i Je vous envoie doot
ci joint cette lettre : Veillez loi doi
ner le jour, je voua prie
Je vous tu remercie et voua salui
oien coidialement-.- SILA.
La.VENTURE(aOF
Saint Marcie 3 janvier 1930 '
Me Adhmar Auguste
Btonnier de l'ordre de. avocats du
Cap Haitien :
Mon cher Matre et confrre.
Vous vez.pius dune fois.pouss
les cris pstriotiques quand les iule
Depuis peu on a -_.vv
t beaucoup propos; mslT.
propose en peuple dpendu
coute les gestes du dehors!
bis s'agiter par mots d'ordre
ie l'tranger-On s'en glorifia,
reusement.
Pourtant dea faita gravai
plissent dans toute I le ; le
4'lutresse aui vnements
succdent. 1 anit c'est le f
le la Rpublique d Hati qui 1
rta i/Anririix nTi Ha '"T ,mc" epousasr toute acuos
nntoulTv.eUnueer |7S,S- - **** 4 ne soit at
nentoudupayseotier le reClamKi"
ue uap Haitu-n. les GooaivesVCayen
idcmel, le Port au Prince, enta
Uni najemaiacesaedevous adiTi
rsr,
Auiourd hui la situation de notr,
jauvre Fatrit.de I Ile mme demauot
ie rve;l national par une poiiiiuu,
aouvelleirad cale et uoiflee.ueae 2o
;elle politique doit a'accorpLlir dant
ie calme et l'apaisement de eaDrits
11 D0US I,uln' travailler noir''
propre rguratioo.
(lU,8,8inrem^cioa8-n08 hautement
.t fortemen la peuple Amricsin Si
iervice qu il vien> de nous rendre.w
ious montrant le chem.o de lun.te
la valeur du patriotisme,.! arandnr*
ls Interne, la puissance de S Z
I galu dana les souffrances S
uuuauidaoi le maUeur et ls isT
gnstion dans les momeuts prilleuv
Notre existence poli ,que do Si?
considra dsuruuia. en iau
zssrdaiji u "As
t
le 1015 i tantt c'est le
.illaa et le Receveur ,
iJouanes de la Hpnblk,
:aine, qui proteatem co
ation de l'le et a'expliqi
l'autre nt au point de
qu'au oint de vue pan
>ar a lgitimit de cette
En mettent tontes las il
ngne ue comptv.oous devoti]
:Uer les moyens l'aide
ous puissions cous donnai]
.-ilit-Cette stabilit peut
>ar nos propres forces re r.
mtre volont de bien faire
(uasi mettre en contribatL
es circonstances qui, Bios L
rement considres, ne pan
ien de sol.de dana notre
Socit Haili et Doraioi
onsidrations, sur lesqei
.iteotiona sont attire'.sout
obliques moraux et sociaux
mt permia l'occupatijn ,.
bout touj )ura la lgiiimer-
En ateodant, noua avoi
Une te mission d fixer tjual
d o q '1 a viennent. La
occupe par Isa trois
.ta a Unis d Amrique 1
Jomioicanie et Haiti. est
ilicate qu'il faut de part et
oeaucoup de aouplease.
Toua cea faita aont assit
tenta pour qu'Hati et la Doi
ls a prsent, dsirent U
iuivanta ;
t = Essayer 1 unit de I ils >
eule Rpublique divises .
&ata autonomes, quant lai
jre de chaque Etat.
2 Consulter U nation c'est j
ippeler le Corps Lgislatif,
it la Chambre dea dputs
aunea le 10 janvier 1024,
e pouvoir du Prsident se
Rpublique d Haii est
jour dcider, avec un c
ju'il nomme, sur* dea qu.
importantes, ai grave et ai
3 Urgauiaer lea force pi
jee petite aime discipliosa,
4t C4serne,u'ayant aucuns
ivecleaclirfa civila.
L Uu corps d* gendarmerie|
iervice natimal.la police dat
h de la campagne. .
Jt. Un rgiment de douaea]
j. U police urbaine des
-narge des communes..
4 Reconstituer les forcesj
uni administratives que
5 itepousser toute ac
'i
-*
7
e-uie 01 lus.ructeur.
d3 Api es cette iraoi
ouaultei encore tous lea
our le rreaiqent.parce qu'il
o.e du pays te ^reaiige, l't
uiguite, te daraCiie, et tt
noraie e( luieilectuelle.
' J Rvision de la conitit
e repoud pas au besoin
Cette ieiire cber maitre eti
teflte lopinioo saine ds too
/ a dea hommes qui veulent
^rs sincrement de (juqvr'
sont ils peines qusnd lia
mit aa marche et soo
ment-
it ne faut point croire ai
lue ces lenxious sont de
fantaiaies; su coutiaiie elle*,
les maniiesiationa des ide*
?elles. ,
Avec le calme, l'ordre, le
e et la virilit, le tout eout
uu aen latent lev et aium*1*,
t-ourroua tout couuuire vers""
Allons mu croious beapre
- M


,
tE MATIN
%*
^oua PWj> c';<-'r raaitre el confrre,
,oaT' 008 ruvre, chacun dans sa gph
,r | i'e triomphera de la mesquine
,njb tiondiininitivemeot- Et des rives
riLeztmi la baie de la Gonavcoo
comprendra, (et : on confondra la
i etite patrie dan a la grande.
En attendant, nous voua aaloons
LAVENTURE
cH,neFLUGELp0(j
Filtration el aration
parfaltaa.
D'un maniement facile
Instruction* gratuites
AR MONTFR UNI rBK3UE
IMVIDIATCMEKT ON PLUT
obtenu un ptorrr annuel
OC 25OOO FRANCS
Oamandar la cataloguas illustrs a
FLLIGELat Ota Green Lanes
Londres. N. 16. Anoleterr
A vis
l La Messe de Misricorde pour la
rotation pe l'pidmie sera chante
demain is fv ter courant 6 bres
du matin la chapelle de Notre Da
or do perptuel Secours (St Franois)
Prire iuz souscripteurs et s tous
le; ficels d'y assister.
"Dcs
Victime de l'pidmie:foies Pierre
Antoine. 26 ans, dcd et inhum
ce matin. *
ASu.res condolances aux (.mile*
prouves.
Nous apprenons la moit d.
Fernand Comlle, tlgraphiste, em
ploy suprieur au bureau technique
des tlgraphes terrestres.
Ii (ut an emp'oy modle.
r~Nous envoyons nos condolance
la famille ^plore particulirement
lMr Bistoury, oncle du dfunt. Les
funrailles auront lieu ce soir 4 ba
la Cathdrale. ______ 4
Est mort l'Anse d'Hainau't
aprs quelques jours de maladie une
des premires figures commerciales
de la rue du Portail St loseph : |ean
Garon Charles Martin.
Nos condolances sa famille tl
particulirement ses enfants Limai
tine et Marguerite Martin.
HEMORRODES
Ouercaon carualtM at complta par U
POMMADI DU OOQTIUB ZYLOR
I' TUBM FORMANT KRINOBC
PiOMItTt COKMOOITl
OOHHl TCUJOUnS UH MSULTiT
UtaratalM nUPtS. ai. n* CkiriM-Uflui. lEVUT Se
Vfaa-rV.aat : Mal. rtWMI
La Maison
Vve Barbancourt^
Vient de recevoir par 1* s'eamer Je Panama 1 un petit stock des'*
fameuses .cigarettes
La Marquise
5 Avis Amateurs
Cigarettes HAPPY- MIT G 0.75 le paquet. 7 00 la boite.
-*''
Un dentifrice scientifique
&5LVrar.d,icleuM rtl iCDit la bouche et la gorge, buu a.tion eat
Tm!i ?nt ^Ptlqoe. I aide normment & praerver les dents parce
ion,.fenl , ach W'n prepr-, qui eUve le* carbonea hydrats
oor.iT et qa l det*Q>t des quantila considrables de microDes pro
Lui vn? f?rm*lon d'acide*
inti? : PrP*re d'apra une formule de Dr N- S. JENKIN3. D; n s
mterrogez votre dentiate.aur la CREME DENTAIRE KULYNOs. '
.ou vente dana toutes Tes Pharmacies et dans tea Magasina.
branck J. Martin
Agent gnral pour HH%,ort au Prince..
\
*
Panama Railroad Steamshipqinc.
Service de fretjel^de passagers
i\ew-York 7 Hii.
2% G4lnCWett C' i7 *~ ** ""*
c..oPenfea0M*>SDemar/,- : ; "V
Christiania Norvge tf Kf ^ *
J*odi*h tixpress, GothenbouiH" .-^
le service de Panama Lioe entre New-York et H.it. . Ujmm- ***
ara d'une utilit considrable, et est la voie la n rLul dfS ""^ents: qui se .sont faits.
tre expdies. 01C U plus raP,Je Par laquelle vos marchandises peuvent
Des connaissements courrant fret pour uew wmA mmmt___, .
le Havre, Bordeaux ou Ai.r. seront livr P knkm Sil k Loa4rcs'
0. B. THOMPSON,
Agent gnerai agent pour Hati

m
SRiVY.r/j
**.-
AEARATOS ELECTRICOS
PARA TODOS LOS FINES
Cette marque de labnque
et lagarjntie de la.bonr.e
' qualit de nos lourniturcs
lectriques
Quelques-uns
i des 300.000
/wSJ33!IS
La production du Westinghoase Electrio est
F ,1? '^i000 lrticle8 ?iver' ()r. qu9la Qu soient vos beeoina en ms-
J/iere dqnipem nt lectrique, le Westiohouee peut toujours voua le*'
'JSSSE 2" en(?re plu8' car ce,a prcove que le Westingijouae produit
epcislementpour le aervice exact de vos besoins. v
Pnnr0!.' iSne Utl* de qp,?,qu^ frtlW,i fa0,i(a pir le WesUoghouie. % '-
Moulin. caf, fr. repasser Lampe, arc lccomo.,ve8
woteurs.pour mach.nes a coudre Moteurs mignona
t;our le Garage Dictaplicnta mactuuee four tetit restaurant
Equipe*,,,, poor geor., ,ad|Uoo Uomu.uV, i,.
We r inyhowe Electric
I International Co
Un nouvel aspectj' url,.
les plus Rundfs IaKii.
ion industrielles du
mondeserainvouui' djnu
cet espace t',,Ji.- H
niatne
New-York City U. S.A *
***;'
.4
^
Franck J. Martin j
9e*}{ gmirai pour Hati [ J


IE MATIN
>' ; - ,
Comptoir franco-haitien
\720, Rue du Magasin de l'Etat
Reprsentants poura Rpublique d'Haiti
Viennent d'arriver chez
A. Viclor Gentil
-*
Rue du Magasin de l'Etat No l!3i _
Toile en caoutchouc ion lits par aune*
LBocks avec iro.s canules et tubes derechange
AVIS AUX VOYGEUm+ft
La Maison vient de recevoir du Casimir pais par aune,
Home Insurance Company
iVe perdez pas de vue que la
Home Insurance Company
G dce l intervention active de
i.Mr Eugne LE BOSSE,
t la prenA-e Comp aKnie d Assurance tfliirlaixBaififra une prc lec ion un taix 8boi<
La Home Assurance Company
a donn des preuves de sa lo/aut, de son quit dans les rglements d'asurancejaprs incei
Le Home Insurance Company
est la plus forte Socit d'assurance des /-.tais-Unis d'Amrique; elle oilre donc le plus de ai
de solvabilit en caj de grande conuagratrn.
Assurez-vous contre l'incendie d la
Home Insurance Company
CONSULTEZ
Eugne Le BOSSE
Avant de contracta aucune affaire d assurance, il vous difiera Gratuitement jar des faits
fiur les questions qui vous intressent,
LA HUME L\SUHANCE COMPANY
Section maritime assure contre risques de mer les voyages ctiers de port port (Chain.
Eugne LE BOSSE
Agent pour Hati. Port-au-Prince
LEHN & F1NK Inc.
New-York
Tous produits pharmaceutiques et tous
articles vendables dans une Pharmacie.
Quali'r et prh dfunt Unie concurrence
Toutes les bonnes phamiacies peuvent renseigner sur les quahUs
et prix des marchandises de LEtLN V FIvK
Spcialits de Ll 11\ *f E1NK Inc.
Produits souverains contre
Yalastrim ou la petite vrole
LYSOL. le plus puissant et le plus conomique des dsinfectante-
^ Ll&OL SA Vu*\ avou dsmleciani pour la toilette et le bain
L_ LSUL M1A\ lAb LliAM : Savou dsinfectant pour la barbe
L DKttaiULAN : Crme auluep kque pour les soins de la "'peau-
btiuil ks bcuiui.s et enlve les lches
PEBf&GU : Crme dentifrice pour l'hygine de la bouche
I'ioduils employs dans tous les lipiiaux de France. d'Angleterre
d'Allemagne et des Liais-Unis.
B4ZAR METROPOLITAIN
Maison de confiance
Angle des Rues du Peuple 4* Dants Destouches
^- ~- Port-au-Prince (H&ii) 1
t \ Vente extraordinaire
"ws \25joiojle Pduction
Sur les porcelaines les verres, cravates, objets maills bonneterie articles de toilette
et de tau tout notre dpartement d'aclicies de Bazar. Y compris tout
except les comestibles et boissons.
Il est temps maintenant de taire vos achats, car a partir du 1er Mars toutes nos
marchandises seront .vendues au m.ne prix qu'auparavant.
QUELQUES EXEMPLES:
Savon Colgaie,p c, 15 moins 25o[o 114/4
a.. m .k Ml .. f A m
LEUN it FINKInc
fabricants
LEON R. THRBAUD
Agent puur Hati
Jartirets pr tiom 65
Houppes 12
lasse et soucoupe 45
Verres boire 10
* -
Ltouieuu.it' ucierj.,25
Tupi pr sulles\fi x 9 12,00
L*iiau6telies pr nom 55
\i *.
ft6*lj4
OU
\34
^833t*
a,oo
4lii4
Nous y a/ouions aussi quelques articles de consommations :

Chocolats et bonbons Whitmans,Bordens S?Pascals
Ugatelles Mnrad% Melachrine, Piedmont (petit)
BUchmond <$> Egyptien Straits ]
Biscuitsftanglais et National Gemp, lig JSwtoni
Lora Doone tf Hich mixed 1 livre fer blanc
Porter et bire ttarclays $ Shaeffers
ITabac Bull uurham
A. de MATTEIS
agent pour-la Rpublique dUat


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM