<%BANNER%>







PAGE 1

IE "MATIN -*Lundi I \w*£X • ^tir naval iii e %  p fll k Masque de Velours. Echos de Jnanti Cette anne la rco.te n a ps donne 80illle.de vie a caute du pi tout & lfc.it ueriaoue qu'o doimt pour nos ati.ieee. L'UUI commerai tst \raimeut depioiable ici. tiiii'titrea un itiblanc d huile de kroiLt qui est un article de premire uettb aile ctte actuellement lieiite cu.q gouiaea. Le taseuiiame bat eu. t if in et il trappe tontes lea loittt. liiand Dieu! Il lea aiilrei-tb ami qui dvoient llalli, pouvaient lit •utauiia de i.Ltit) ttiu, ne tenon MUS oas lnuieux, contenta et tbiie laitaV Tout est monotone, Ua tkolt toui leimeea a cuutse de lepiaini< qui ne menace point uoa oillutn >ei %  ectiona. liepuia uea louia i.ta lu ua et tœuia de la campagne soi t viciiu.18 oe i < [ IUI une pat uui zanu \i.uh eapercnb que 1 on \ r endra m. u.ibiiiL'b MI un a uiitui le mm u tua a soulager cea deblienla u. toit. U temroia! mort a.' Tout Ht calme, i union Jauni tbitlicse inconttbibble ci la bu cit u loi g tmpa Uidaigue et-j 11. tu deb |ouia mtilicuibb'aal lu \oei % imie tt m\amL!e de aea cben ti tanib. •i lvrz 1491. T T. BEAU C'Est Uns Monstruosit donner des mdicaments alcoholiques aux enfants. Il n'y en a pas une seule goutte d'alcohol dans L'Emulsion de Scott Bavez la Dlkiuse r L'pidmie suait attnu* Dtf Us renseigoerm nls qi i r ous ton pivtnus !e rorr.bre dt; malidts atteiO'l de l'tpidrme aurai &tDibltmtnl diminu. Par tonne 1: n.oiiaiit.louits pioportions gaidles MiIlH .u^ir.tnie. 11 faut tspiei qu'avec les dern t tes nuMires plittffj diipaaisse bit i lot e itmble flau. t 1 ^"--!— %  AI 1 es lit pu ob.lcb L t.t la prtfi\n:e sut les au'rts marques paice que. lea ol.eut ce qu'il y a ue puelev sous le rapport de la puis* saiceetUu reudeii.ent, du loictioni-e mei.t conomique il a la dure, •t la presque abaeuce dus rpartions ex y e. j et de la valeur ex ajid.ijttiiemei t leve d s tlupmebiiea d occaait u Ce u.a. dai.s q-itl qutb-unts de cea qualit qj elles r m^io.lent la prttereice. mais pane qu elles excellent dans 1 avan'ag-; de leg toolf toulea. Equipement ordinaire Monsieur Louis Uuiin & ses enfants, Madame Veuve A L.'.Gurin. Mme Vve Mamerton Killlck et famille lif et Mme Nemours 1 bornas et fa I mille et tous lea autr. s Parents et j Alis, remercient sinrt'-rerasnt 1Itv Pre Jan.cur de la Cathdrale le ttv. Pre Laooie et les pitres | iu St Esprit, les chres Sœurs du Saci-( oeur ; t, tous ceux qui leur ont tmoigne de la sympathie l'oc casion du la perte douiouu uru es. lapis pour letoniieuu. Ci[t)ie noue ou kti. k ) Coruprebseur a g range" 1 tiupe, cric, onun.ge tornpltt Ncrologie Nous avons i /Jais-Unis d Amrique; elle ollre dQBC le plus de garantie de solvabilit en RBj de grauae conllagraii n. Assure*'Uou& coat,*e l'incendie In CONSUL IT.Z Uomo Insurance lompaoy: Euflue Le BOSSE remperature minimum 20.2 maximum O.4 Moyenne diurne Ciel clair JOUI et nuit, baromtie conn.ni J. SCH.LKER 1)1 Avant d contracta aucune a/laned'ussurdna; \l vous difiera gratui'ement par des faits %w tes QU slwns qui vous itUressent, LA liOMil l.SSUHAN^E COMPANY Section maritime assure contre ruquet de merle* voyages cliers de port port d'itaiti Eugne LE BOSSE Aaent pour Hati. — Port-au-Prince 4 JlMn FRUITA Itien Me dtaitre mieux Celte boUon inoomparable, d'un ,... oxquiM du* l'urome de* fruili, M p r Z parc instantanment tant ft ni fenunu. tion en versa ni simplement une cui!lr, J. FRUITA dans un litre d'eeu. Emit* fartent U nom Fruit* <*W „, garantit on produit parfait, sain ifr+Z EiT-itf : Priacipiles DrtfKriei *t %  • riHiuitiuRepreaenianta : Comptoir Franoo.Hiii-. • VAILLANT et HOUET *5^ 1520, lat (t latuii-iMlut. nn-aKHaQ LLESCi L'BLE* :A e un CHOCBLAT au LAIT en pouJre •TOCT I AU TOIT ce. 1 %  j Gtl l'KKT pour prparer INSTANTANEMENT par simple addition d'eau une exquise tasse de CHOC MU Al LUT Vous l'adopterez le matin avant de partir voue travail, a.r c'est instantan ment prt. C'est le .djeuner r rler de enlams, 1 uiuis et foriifiant. EN VENTE CilRZ Alphonse II ty i n It'iedu Mignin Jel'.Cit Compagnie gnrale Trau^alldiutiqtie Le paqutbot MARTINIQUE pi A de Bordeaux le 4 Fvrier via la Cilogoe et Saoti'go de Cuba est a'f t ndu Po t au Piioce vers le 35. Il repartira probablement le 36 po .1 Cap Hait en et le Havre. Fort-auPnae 5 Fvrier 1921 L-Ager t, E. ROBEL1N iuaVeioce Compagnie Italienne de Navigation vapeut Le sleamer S&VOIA, al^ndj le 9 couram prendra fri poJf ridrcclouc, Marseille, Gnes et la autres pons de la .UditeiTaai/ et de l'Adriatique. Fort au Prince le 2 Fvrier i9'LA de MATTEIS &l!oT Agents. Jiyde Steauisbip tompauy (FORE1GN-SERV1CES; Le S t S t Lake Ogden sera ii undi 7 du courant courant et UUit a le mme |our pour Cayes et Puf j Columbi.-. Port au-Prince, le 5 Fvrier W* *^fc.E. F. LLBMENTS ger i gnral. Avis de dpart La godate Mane Soncept'ou M ade partira deaUuation da >*ni-J go de Cuba luu 1 7 du conraoU P ant f et et passagers. Port-rfu-i'i metD Fvrier MB* JM. CATOH. geut Brllih Lgation MrCtiailes Itaynorwho leftBeriu la in tiie year I800 and wbo lleged lias been rsident in n*y ince that time, is requeated 10 ft| tt llis Mfjestya l^gatnxi l l0 Y" l'rince where will learn soffl' '" 1 tu bis interest. Ftbruary fst 1921, %  .



PAGE 1

Quatoftime arme lo 39&) Port au Prince, Hati Samedi 5 Fvrier 1921 IDIRECTEUR-PHOPRJETAIRE: Clment MAGLOIRE LE:NUMER0..2n CENTlItLS Quotidien C'est une erreur de e uire que la dmocratie n odifie les peuples. Ce sont les peuples qui modifient la dmocra ie. ALBERT GUIGNON REDACTION; Rue Amricaine No, ldo8 1ELEtHObE:W %  4 •* QUESTION DU JOUR Us lecteurs qui ont bieu voulu (JUS tuivre dans le dveloppement ecet.e iee, — savoir que 1 iotei pntion unjiMic-hir.e a moins t l onsquei.i e de not e tat intrieur, iiii'smms qu'il ait t la chaU e Vilbrun Gnillaunie,— que l'ubou Miment d une tendance tcujoui M marque i notie ec droit de I politique etrieure des Ktats-Uoiamaintenant, comme BOUS, > IQ de t>e poser la question su;i0.' A 'quelle des deux partit* tsb-Uuis ou Hati, le irait de 191; t-il le plus favorable? ED principe, il devait 1 tre gal. eut pour les deux parue.-., s'il tau mettre qu'il constitue un engogi ent aynallagmatique. Mais ce q> t trs trange, c'est que ce trait. fsi nulle ahubiun lintil an>> Icain que nous envisageons, c'estre 1 intrt naval et couomiqut Etlts-Unis. 11 tait, par cons. nt, avec un soin voulu, le eue titum arnencaiu que nous a von t remonter predeuimtut au \> il e6 lent Grant. et qui, en ralit os vuux que Qe 1870. )&08 ses considrants coin m • dan ntes ses dispositions, il n eovi*ag s lesinti e hatien-,— liuaueit-i litsire commercia h.gin qu^, alors il eu comprhensible qui-, nsion ensemble, il piraisse i'ttn. la plus pare philan.biopie auice. Il et t dans U forme plu •nacent, mais au fond plus raas> nt. quun ptiit considrant et os due lin it am icaiu d •r la disposition des ports poui • bvsoioB navals auxquels Uua> smo ne peut plus suilire; d u •nier gnral amricain pour h rveillauce des intrts de cet oi *• de camps d'en.raineinei.t. e un la l.bre dispobiuuopour det oins de guene ventuels, dt N et des territoirta hatiens. Jjux qui ont des yeux pour vo. l'sot dj s tre rendu comp • ces diiirentes choses, bieu qu ogtiraot paa dans le irait.coushM la priutipale proecapatiou d. overntinent amricain, au poi i .sue en avoir lair. eliei soi. la presque toutes accomplies. L uiojsme nafueu se fui sans dout. L. c .! ;lre ua P !" 1 consul.rat avait e te propose, et les Ami u ont mieux aim escompter no •faut Je clan voyance, pendant, U paitie amricain, ptspeidu ctte lacune, pa i • c 1 u ell voulait au fouo •• Pr surcrol-, dans les ralisa mm plus essentiellement haJ oe J du traite. Enefla.qui este. ," 8 ?. U0B Qncee. un ministr* c n„M 0Uieuler "-otier. notn w publique, le Prsident d'Hs lui le tau relever le rglement de laGfndarœeiie. ou le Chef de l'Oc cupalion, nos irevotix publics, le mi uisiiri le ce nom ou 1 lnguieur et chef amricaio, Or, la ccudeqt.ence e&t force, di moment o il a t entendu qui l'idtit du trait est purement lui ien. et limitaient amneato Le nnctionoaires amricains du trait. %  nt eu beau jeu de dire qu il* dcfei laieut nos intiis plus que nom umes. ht ces ce poiu. qno I. 'rsideut du la Rpublique a pi tire, avec une vent que personnt •e H.'.iwiii' luetue en doute puia lu'ei o est pou( lui d'exprimce.qut jict.on de son gouveruument a eti •onstamaaeut nulle, ayant t tout h erai s subordonne ce que vou aient ces fouciionuvirea. .S.', su contraue, il avait 'e biei >nlendu que le bueUce de la Goi %  enlui: su trouva t pour les Etals Unis dans les avantages que n m 'enons de dire, aucun fonctionnain oincaio neut pu se pivaloir d. iiatiquer du putiio isme htitien.coi uritmment avtc nous. Le jeu eu >t t auu. et de part et d autre, dan :n. que ngoc atioa, cbsque paru iaiit, de mme qu une tBb e dt eu, aurait la conviction de dfendu ion domaine, le fouctionnaiie h i'tieit iniec ban.en, et le fonc lonnair. anaiLain l'iute-i amricain. Mttiiieureusemenk. il ne semblt ,s rester, et eeuls restant ceL> lUi sans taire leur devoir* ue foui l-stea qu'on avait pia ;es la expis, on dtinaude uue et> |ute civile, par le Congie det '.tatt-L'im • c'est -dire par uue aes iutoi itt'8 les plus hautes et les plut lumineuses du monde. Il sera curieux de voir cet < ilet le la lumire sur les hiboux qui 1 rcit mtui... Un dentiirice scientifique ,* tVear dlicieuse, ratiaichi: Son a. l ion est riti, "uruBe, raiibici.i. H DOJCU1 ei w HU'I tuvement antiseptique. Il aide normment prserver les dents parce mautient la bouche bien prepre, qu'il enlve les carbones hydrats inentatife et qu'il dtruit des qusntitB considerables.de microbes proFRJJS for mation d'acide1 Nl S : Prpare d'aprs une formule de Dr NS. JENKlNSulX D. S. interiog.z voue denlisTesr l CREME UNTAII KULY.'tJi t v *nte dans tou'is les IMiaim cies et dans les Migasi s. Iruiiik J. Martin Agent gnral pour Iljii A — Port au PrinceJ Nouvelles Etrangres j Fvrier PARIS-Rente 3 O|o 58,55. Slprlinp 54.SJ Doihr I4SU IA NEW YORK Sterling 3,85 Frauc li.M GENEVE 2— Le Siiot S ge ad maed i la So it des n; lions d in tervd ir eu faveur d s rhtiens df Jiicie menacs par les Turcs pii du tt<; it des troup s franc isev PAR1S, ;— M Briandaiu 1 la harnbre et au snat sa dclaration. Il a d t qu 1 s'est eflorc d^ f aie idopter a la coutren:e le programne aJopt par la himh e Au suj illis et le lelvemeoi coaomiqi' ie l'Aile nagae. L prob rae s t soiu par l'annun* supplmentaire Mltve sur les exportations aile nand^s laqu Ile corrigera la situation tara 'oxale cre par la ncessit que 1 Al t mag ie pour pay r, do.t dveuotibreux rfO*nm?B|i ont ^t^ sain Le gnral Pl!e. h • Jt com'ni'isai' tranus On Untinople, est pin kns la matine pour rejoindre so pos e. D: Genv. on annoorc que I 2? unioi de le Socit des nation tst fils pour le 2t Fvrier, La paroles du prsident du con eil ont t coutes avec la p'u' jrt-foride aitenlni tt dans un silen cuabsoij, miis la lia du discour la s applaulisse^nents ont c'at. L? sance fut alors sape il-e pour pe m l'rel Mr Bnsoi de lire la miit l laration au sQit. i)olen,sous secrtaire at t l0llia £ u a ea/oyer dej au coai.ole des vivres, a dcl r ; auj i !g m t h ccntreQC e p r le d icoat italien hier quil faut tablir Mrm Jaient# v lu commerce en Italie aussitt que Les foCiijQQaires de3 prohibition^ pos oie U a ajout toutefois que dsirait qui l.s nouveaux cardinaux aient le temps apri ieur lvation au cardm-Ut de retourner i leurj sig- p scopaux avant Piqiffs; ce seran pos.ible si le cardinal amne un tait cre. cette mesure dpendait de la stabihation des marchs intern t onaux. L'I .iie.a t il di',avait a s z de g am garaes s'organisent pnur arrter le rot ininterrompu des proluits alco o'.iqu -s qui pntrer t aux |j'.all (Jais venant da Canada, du Mexique ei *T! A r S1 nf *|i au rapport du gnral •epune, charg d eniuter sur les :nmei reproens a^x troupes do:cu ution amricaines par le gnral Urne t Le snanr r*>g a|out; lue, pour avoir un rapport dcisif •ur la situt:ja i Hiitl et sur la vacit des accusations du gnral hrnet', le Smt devra coait:tuer iaas SJU seia une Cjmuiissioj s je :ule chargs d'esq aer sar ladite iitoaUia, Oi sait que le snateur .odge est prside it de h Commis •ion des Attires Extrieures du Si ut et luie des personnalits les dus considrables du moale politi lue amricain San opiniou a Joac me vileur coondrable, et nous ommes con/aiacus que I* Sn it s rangera i son avis. L'enqu e qu'Ut le ta sois est atceataire a*ui l'iawrr le la vent et pour l "noaneur Je la nanue amricaine. le la Rpublique, le marchal Pjfl l'otfeo.ive proo.ble boUchifitte cou .re la Pologne ce pria temps et autres juestion, qai intereieat les dsoi pays. HO ld. Aux i-itrp-lli'ion sur la jolmqje ilterieaie M.. G10.it. 1 a iousnt lac.vite de propaganie de Vfjicou en Ita ie II a ajout que le parti con nu ai. tj it aliea sera d s tltusioaae dappreadre que les pay aai rusis deveaa p opntaires prparait u.ie a javelle scit but ieo.se II a cois itj uaeanlioratioa laas U situuun de la socit ec •ermin; par un appel detous. PARIS. Un tlgram ne de Cons iinti lople au 4iti

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05305
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, February 05, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05305

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatoftime arme lo 39&)
Port au Prince, Hati
Samedi 5 Fvrier 1921
idirecteur-phoprjetaire:
Clment MAGLOIRE
LE:NUMER0..2n CENTlItLS
Quotidien
C'est une erreur de e uire
que la dmocratie n odifie
les peuples. Ce sont les
peuples qui modifient la
dmocra ie.
ALBERT GUIGNON
REDACTION; Rue Amricaine No, ldo8
1ELEtHObE:W
4 *
QUESTION DU JOUR
Us lecteurs qui ont bieu voulu
(jus tuivre dans le dveloppement
ecet.e iee, savoir que 1 iotei
pntion unjiMic-hir.e a moins t l
onsquei.i e de not e tat intrieur,
iiii'smms qu'il ait t la chaU
e Vilbrun Gnillaunie, que l'ubou
Miment d une tendance tcujoui
m marque i notie ec droit de I
politique etrieure des Ktats-Uoia-
maintenant, comme bous, >
iq de t>e poser la question su;-
i0.' A 'quelle des deux partit*
tsb-Uuis ou Hati, le irait de 191;
t-il le plus favorable?
Ed principe, il devait 1 tre gal.
eut pour les deux parue.-., s'il tau
mettre qu'il constitue un engogi
ent aynallagmatique. Mais ce q>
t trs trange, c'est que ce trait.
fsi nulle ahubiun lintil an>>
Icain que nous envisageons, c'est-
re 1 intrt naval et couomiqut
Etlts-Unis. 11 tait, par cons.
nt, avec un soin voulu, le eue
titum arnencaiu que nous a von
t remonter predeuimtut au \>
il
e6
lent Grant. et qui, en ralit
os vuux que Qe 1870.
)&08 ses considrants coin m dan
ntes ses dispositions, il n eovi*ag
s lesinti e hatien-, liuaueit-i
litsire commercia h.gin qu^, -
alors il eu comprhensible qui-,
nsion ensemble, il piraisse i'ttn.
la plus pare philan.biopie aui-
ce. Il et t dans U forme plu
nacent, mais au fond plus raas>
nt. quun ptiit considrant et
os due lin it am icaiu d
r la disposition des ports poui
bvsoioB navals auxquels Uua>
smo ne peut plus suilire; d u
nier gnral amricain pour h
rveillauce des intrts de cet oi
* de camps d'en.raineinei.t. e
un la l.bre dispobiuuo- pour det
oins de guene ventuels, dt
N et des territoirta hatiens.
Jjux qui ont des yeux pour vo.
l'sot dj s tre rendu comp .
ces diiirentes choses, bieu qu
ogtiraot paa dans le irait.coush-
m la priutipale proecapatiou d.
overntinent amricain, au poi i
.sue en avoir lair. eliei soi.
la presque toutes accomplies. L
uiojsme nafueu se fui sans dout.
L. c.!;lre ua P1 consul.rat
avait e te propose, et les Ami
u ont mieux aim escompter no
faut Je clan voyance,
pendant, U paitie amricain,
ptspeidu ctte lacune, pa
i c 1u'ell voulait au fouo
Pr surcrol-, dans les ralisa
mm plus essentiellement ha-
JoeJ du traite. Enefla- .qui este.
,"8?. U0B Qncee. un ministr*
c nM0Uieuler "-otier. notn
w publique, le Prsident d'Hs
lui le tau relever le rglement de
laGfndareiie. ou le Chef de l'Oc
cupalion, nos irevotix publics, le mi
uisiiri le ce nom ou 1 lnguieur et
chef amricaio,
Or, la ccudeqt.ence e&t force, di
moment o il a t entendu qui
l'idtit du trait est purement lui
ien. et limitaient amneato Le
nnctionoaires amricains du trait.
nt eu beau jeu de dire qu il* dcfei
laieut nos intiis plus que nom
umes. ht ces ce poiu. qno I.
'rsideut du la Rpublique a pi
tire, avec une vent que personnt
e H.'.iwiii' luetue en doute puia
lu'ei o est pou( lui d'exprimce.qut
jict.on de son gouveruument a eti
onstamaaeut nulle, ayant t tout h
erai s subordonne ce que vou
aient ces fouciionuvirea.
.S.', su contraue, il avait 'e biei
>nlendu que le bueUce de la Goi
enlui: su trouva t pour les Etals
Unis dans les avantages que n m
'enons de dire, aucun fonctionnain
oincaio neut pu se pivaloir d.
iiatiquer du putiio isme htitien.coi
uritmment avtc nous. Le jeu eu
>t t auu. et de part et d autre, dan
:n. que ngoc atioa, cbsque paru
iaiit, de mme qu une tBb e dt
eu, aurait la conviction de dfendu
ion domaine, le fouctionnaiie h i'tieit
iniec ban.en, et le fonc lonnair.
anaiLain l'iute-i amricain.
Mttiiieureusemenk. il ne semblt
, vue, Jutant les cinq annes Je coll.
jorutiun ha iauo-americaiue qu
aut marqu juaqu'ici l'application dt
la Couve lion. Il est cer es consj
am do penser que, p.r utermitte .-
cas.n a es. trouve des fonciiouuue
ajueus pour deUndre convenb.t
neut les intrts de leur pay*. M us.
laus le plus chaud de l'actiou, qui
ont-ils toar a tour devenus?
lie oui passe, et Chaque lois alla-
is de leur chute, ils se eoat de
naou pourquoi la RocIh isrpiet
ie plutt que le Capitvte, puisquile
jut luit leur devoit? faurquoi eaux
iui saveut parler et agit' ne peuveut
w pt>s rester, et eeuls restant ceL>
lUi sans taire leur devoir* ue foui
l menla*
Mais, h ureuvemeot, le temps,
oinuie toute chosd' se renouvelle
Ler, 'Oui eu parlant eu pleiu air, on
fie cachait pour agir, agir da cunceil
ivec la main trangre qui, elle.av*n
jouscience de servir un intrt ua
nouai- Aujourd lui. voulant tirei
jnli :e des g>-stea qu'on avait pia
;es la expis, on dtinaude uue et>
|ute civile, par le Congie det
'.tatt-L'im c'est -dire par uue aes
iutoi itt'8 les plus hautes et les plut
lumineuses du monde.
Il sera curieux de voir cet < ilet
le la lumire sur les hiboux qui 1
rcit mtui...
Un dentiirice scientifique
,*tVear dlicieuse, ratiaichi:
Son a.lion est
riti, "uruBe, raiibici.i. H DOJCU1 ei w hu'I
tuvement antiseptique. Il aide normment prserver les dents parce
" mautient la bouche bien prepre, qu'il enlve les carbones hydrats
inentatife et qu'il dtruit des qusntitB considerables.de microbes pro-
FRJJS formation d'acide-
1 Nl S : Prpare d'aprs une formule de Dr N- S. JENKlNSulX D. S.
interiog.z voue denlisTesr l CREME UNTAII KULY.'tJi
*t" v*nte dans tou'is les IMiaim cies et dans les Migasi s.
Iruiiik J. Martin
Agent gnral pour IljiiA Port au PrinceJ
Nouvelles Etrangres
j Fvrier
PARIS-Rente 3 O|o 58,55.
Slprlinp 54.SJ
Doihr I4SU IA
NEW YORK Sterling 3,85
Frauc li.M
GENEVE 2 Le Siiot S ge ad
maed i la So it des n; lions d in
tervd ir eu faveur d s rhtiens df
Jiicie menacs par les Turcs pii du
tt<; it des troup s franc isev
PAR1S, ; M Briandaiu 1 la
harnbre et au snat sa dclaration.
Il a d t qu 1 s'est eflorc d^ f aie
idopter a la coutren:e le program-
ne aJopt par la himh e Au suj tu dsaimea eat n a rappel que la
France n'a pa* eu recours aux sauc-
ions pr-fluesa Sp-,-mais qu'elle a
prtir discuter montrant ainsi sa
nodration, qu'elle a obtenu l'ex-
cution des clauses du trait avec des
ilais raisounab es
Au suj t des rparations la Fiance
i'a oulu ob enir que 1 -s paiements
ell-meul indispensab.-s -pr* les
ivances faites A l'Allemagut et afin
le faire bnficier les crances de.>
illis et le lelvemeoi coaomiqi'
ie l'Aile nagae. L prob rae s t
soiu par l'annun* supplmentaire
Mltve sur les exportations aile
nand^s laqu Ile corrigera la situation
tara 'oxale cre par la ncessit que
1 Al t mag ie pour pay r, do.t dve-
uotibreux rfO*nm?B|i ont ^t^ sain
Le gnral Pl!e. h Jt com'ni'isai'
tranus On Untinople, est pin
kns la matine pour rejoindre so
pos e.
D: Genv. on annoorc que I
2? unioi de le Socit des nation
tst fils pour le 2t Fvrier,
La paroles du prsident du con
eil ont t coutes avec la p'u'
jrt-foride aitenlni tt dans un silen
cuabsoij, miis la lia du discour
las applaulisse^nents ont c'at. L?
sance fut alors sape il-e pour pe
m l'rel Mr Bnsoi de lire la miit
l laration au sQit. i) lieux politiques on est persuad q-i-
\ ih mbe doa lera i Mr Bnau
t^ute autjrisation dn-.t il a bj o;a i
'excfp ion de l'extr ne giuche et
lu petit groupe de droite. La charn
nre semble rsolue approuver
aie grosse mtjoriti 1 ordre du |oui
le confunce approuvant la faoD
iont Mr Briiad a dt:niu tej iejtl
rets de la France et lui donnerai'
l'autorit ncessaire pour bnser let
vellits de lsistanc: de l'Allem;
gne.
Une haute persoonri allemande
t dc are aujourd'hui a ua journal
)ue I Allemagae recoanait le droit i
la France a des rparations mais
qu'elle ne peut sous.rire aux dci-
dons des allis.
L: gouvernement allemao l espre
que ses contre pioposi io s f teinte-
ront l-tablisse me it l'un co ipro nis
lonaaat *atistactua i tous. Dan, le
cas contraire le gouverne nent se
soin
de raliser soa programme de repi
ra io c est a dire grer et faire pro
duire l empire
RO AE Des re;:sei^iements di
gnes de loi disent que le prochain
coQitiioire secret sera probablem.nl
beau le 7 mars et suivi d'un cois-
\om extrayons de la
nenl aire* :
Revue Parie.
IJU
ainiis amfin-
ctlfls liiii
lempt lu 23 d/ctiobrs a pub'i
dpche de Wa h -:glon annon-
oppe ses exportations et rduire ses
importations au dtriment des allis,
La o ibiua son n' xdut pas la pos-,.
.b.l.i pour la France d obtenir que S co-ntl a?re ? gouvnenent
.Aile nagae paie en totalit udt" ret,rer4,t la,SSaDt a *"""* le S
et se relve conomiquement.
Les sanctions pivu s pour le d-
sarmement s'appliqueront aux rpa
rlions, elles sont conues dans un
esprit de justice et d'quit et ne d
passrront pas tf droi t indi rensable
des al is. Sur U ques.ion d O ient
lac:otd sera fait la contrsnce de t,tue public.
Londres qui txim.nera es amende- Le Pape Reaoit
mt n s apporter au trait de Svres.
La question de Gilicie sera rsolue
conformment aux vux du pane
nent. Le prsident du conseil a con
du eu constatant que la confrence
peimis dWrer dans le domaine WASHINGTON Osmmissio i d
des rilisa'ions qu'elle a consolid af(aues trAagres de U chimb e i?
en obligeant les responsables des ?r0uv4 la r,oia-ioadj dput Brook
ROMh-Mr>olen,sous secrtaire attl0llia u a ea/oyer dej
au coai.ole des vivres, a dcl r; auji!g m t h ccntreQCe pr le d
icoat italien hier quil faut tablir Mrm*Jaient# v
lu commerce en Italie aussitt que Les foCiijQQaires de3 prohibition^
pos oie U a ajout toutefois que
dsirait qui l.s
nouveaux cardinaux aient le temps
apri ieur lvation au cardm-Ut de
retourner i leurj sig- p scopaux
avant Piqiffs; ce seran pos.ible si le
cardinal amne un tait cre.
cette mesure dpendait de la stabih-
ation des marchs intern t onaux.
l'I .iie.a t il di',avait a s z de g am
garaes s'organisent pnur arrter le
rot ininterrompu des proluits alco
o'.iqu -s qui pntrer t aux |j'.all (Jais
. venant da Canada, du Mexique ei
*T! A r S1 nf*| ai .du.re ses ipotUttfU pen ,r4Bdtari iottraatioaoi e.t immi
tel t quelque temps. Parlant des ie aealei d:lare Ie comrnissaire d: Olo
m visites vi, e, Pans ftj h b.hoa afin de 'rendre le pays corn
pltement stc avant la & 1
visites
Londres, le sous-secrta des accords avaient t conclus d'
p:; le q :els lltalie, la France, l'An
geterre partageraient les march, et
changerai'nt chaque mois des ren
seigiirmeots commerciaux de cet t
1 son on pou rait obtenir des relu,
tons remaquables sur les achats
MAB&ICMO municipalit a 1
les souverains belges. La foule les a
ch leureusement acclams.
PARIS Mr Vtalaeloi a quitt
Pa s se rendant i Londres.
L journaux annoncent que des
er qcts de police ont ptouvqu'ue
entente existait entre des org nisa
tions de Fnnce et d HspaKae. De
IW-* - -
'?*&
de 1921.
CONSTANTINOPLE- D'aprs la
presse turque les demandes que les
urcs pr .enttent i la prochaine con
freoce d: Loains soat au aomb e
de j. 1 Abrogttioa des privilges
accordes la G ce daas la rgion
de Snyrne d'aprsle trait le Svres
) Mhntien de la souver-iue tur
que sur les territoires turcs coocias
a Armnie. 40 Modifit ons de
clauses conomiques di tr.;t.
PBRIS. Lepisident Pilsudski avec
un grand nombe de foictnnnaires
po'onais et secieiaues eit arriv
Paris i^n h^uies du matio pour
discuter avec Mr Rriand, le prs d:nt
L
me dpche de Wa h -:gl
:soi que la Comm-ssion d'enqote
astitaae Haiti pour examiner le
ccusaiijns portes contre le corps
Pintirerie de manne amrtcaine
loccnpuion 4'avo r fait des excu-
tons sommaires et ea muse d'indi*
;ne', 1conclu par ua rapport nga
if. La flommission loue It conduit*
le- marins et b me le goral B.r
"tt, auteur des accusatio is.
Ce t'gramme est en contradic
ion formelle avec la dclaration <\*
nateu Lodge, parue dans le Htm
York Herald du 9 O.tobre dernier
am qu'aucune personne n p-ut
^|ou er t>i au rapport du gnral
epune, charg d eniuter sur les
:nmei reproens a^x troupes do:cu
ution amricaines par le gnral
Urne t Le snanr r*>g a|out;
lue, pour avoir un rapport dcisif
ur la situt:ja i Hiitl et sur la v-
acit des accusations du gnral
hrnet', le Smt devra coait:tuer
iaas sju seia une Cjmuiissioj s je
:ule chargs d'esq aer sar ladite
iitoaUia, Oi sait que le snateur
.odge est prside it de h Commis
ion des Attires Extrieures du Si
ut et luie des personnalits les
dus considrables du moale politi
lue amricain San opiniou a Joac
me vileur coondrable, et nous
ommes con/aiacus que I* Sn it s
rangera i son avis. L'enqu e qu'Ut
le ta sois est atceataire a*ui l'iawrr
le la vent et pour l "noaneur Je la
nanue amricaine.
le la Rpublique, le marchal Pjfl
l'otfeo.ive proo.ble boUchifitte cou
.re la Pologne ce pria temps et autres
juestion, qai intereieat les dsoi
pays.
HO ld. Aux i-itrp-lli'ion sur la
jolmqje ilterieaie M.. G10.it.1 a
iousnt lac.vite de propaganie de
Vfjicou en Ita ie II a ajout que le
parti con nu ai. tj it aliea sera d s
tltusioaae dappreadre que les pay
aai rusis deveaa p opntaires
prparait u.ie a javelle scit but
ieo.se II a cois itj uaeanlioratioa
laas U situuun de la socit ec
ermin; par un appel detous.
. PARIS. Un tlgram ne de Cons
iinti lople au 4iti rai Di;n:sail co n uiaJaat les Ijrces
lavtes ttaaiiaae en Orient a envo
/ un ojii ntam su gouve'Omeni
turc uatioialited \igera exigeui la
ibra un un uiJ.a e des soldat fran
ais capturs X u aiganiiah Ion
lureceateigiginea-.il a menac
de bombarier Ici Ipcalit occupes
par les tioup.-s nationalises s'il a'e
tait pas fait droit sa demande.
CCHEM.IAGUF. D'apri le corres
poUant du p, i iku i Ber ia le
gmvemnent ettemsad a coivjque
ses experts li taociati pour prjtrer
jses coat.e propoi tons aux diman
d-s de rV'MtU'- des allis et ls
soumettre i la confrence du Conscl
Snp n^ qni s? t.enJra a Lnnir-j le
2& t/ner.
he* 1% J. BHjHQ
Excellent Coton mUtiai lias
bOQ in ai on d.
..



IE "MATIN
-*-
Lundi
I\w*X ^tir naval
iii e pfll. k
Masque de Velours.
Echos de Jnanti
Cette anne la rco.te n a ps
donne 80illle.de vie a caute du pi
tout & lfc.it ueriaoue qu'o doimt
pour nos ati.ieee. l'uui commerai
tst \raimeut depioiable ici. tiiii'ti-
trea un itiblanc d huile de kroiLt
qui est un article de premire uettb
aile ctte actuellement lieiite cu.q
gouiaea. Le taseuiiame bat eu.
t if in et il trappe tontes lea loittt.
liiand Dieu! Il lea aiilrei-tb ami
qui dvoient llalli, pouvaient lit
utauiia de i.Ltit) ttiu, ne tenon
mus oas lnuieux, contenta et tbiie
laitaV
Tout est monotone, Ua tkolt
toui leimeea a cuutse de lepiaini<
qui ne menace point uoa oillutn>ei
ectiona. liepuia uea louia i.ta lu
ua et tuia de la campagne soi t
viciiu.18 oe i < [ iui une pat uui zanu
\i.uh eapercnb que 1 on \rendra m.
u.ibiiiL'b mi un a uiitui le mm
u tua a soulager cea deblienla u.
toit.
U temroia! mort a.'
Tout Ht calme, i union Jauni
tbitlicse inconttbibble ci la bu
cit u loi g tmpa Uidaigue et-j 11.
tu deb |ouia mtilicuib- b'aal lu \oei
? imie tt m\amL!e de aea cben
ti tanib.
i lvrz 1491.
T T. BEaU

C'Est Uns
Monstruosit
donner des mdicaments alcoholi-
ques aux enfants. Il n'y en a pas
une seule goutte d'alcohol dans
L'Emulsion de Scott
Bavez la Dlkiuse
r
L'pidmie
suait attnu*
Dtf Us renseigoerm nls qi i
r ous ton pivtnus !e rorr.bre dt;
malidts atteiO'l de l'tpidrme aurai
&tDibltmtnl diminu. Par tonne 1:
n.oiiaiit.louits pioportions gaidles
MiIlH .u^ir.tnie.
11 faut tspiei qu'avec les dern t
tes nuMires plittffj diipaaisse bit i
lot e itmble flau.
t1 ^"--! AI
1 es lit pu ob.lcb l t.t la prtfi\n:e sut les au'rts marques paice
que.lea ol.eut ce qu'il y a ue pu- elev sous le rapport de la puis*
saiceetUu reudeii.ent, du loictioni-e mei.t conomique il a la dure,
t la presque abaeuce dus rpartions ex y e.j, et de la valeur ex a-
jid.ijttiiemei t leve d s tlupmebiiea d occaait u Ce u.a. dai.s q-itl
qutb-unts de cea qualit qj elles r m^io.lent la prttereice. mais pane
qu elles excellent dans 1 avan'ag-; de leg toolf toulea.
Equipement ordinaire
Monsieur Louis Uuiin & ses en-
fants, Madame Veuve A L.'.Gurin.
! Mme Vve Mamerton Killlck et famille
lif et Mme Nemours 1 bornas et fa
I mille et tous lea autr. s Parents et
j Alis, remercient sinrt'-rerasnt 1-
Itv Pre Jan.cur de la Cathdrale
le ttv. Pre Laooie et les pitres
| iu St Esprit, les chres Surs du
Saci-( oeur ; t, tous ceux qui leur
ont tmoigne de la sympathie l'oc
casion du la perte douiouu u j viennent d prouver dans la persori
oe regre te de :
Madame Louis Gurin
iNee Anna Killick
rWmatuimeut enleve a leur affeo-
tioo.
fort au Prince. 3o janvier IP21
Types de carro^eerie ; Voiture
le iuiisme cinq place ou voi
iu e HOO i:e deux places-
Compteur de viitsse-
( |L)eataireur lectnque
l'harea, lampes ne tbblier
et lanterne anlie
l'ait buse de vueclaire en
temps 'pluvu ux
ludica.eur de niveau d'essence
Indicateur da pression d'huile
Tiompe e ectnque-
Aiuieioiu te
Pur e-iiiinl au et reposopitda.
l'un- i.L.tu:. |aute de lecbange.
Tei.dele s lateiaux- Suppt is de
teudeie a pour le |n>ru es.
lapis pour letoniieuu.
Ci[t)ie noue ou kti. k )
Coruprebseur a g range"
1 tiupe, cric, onun.ge tornpltt
Ncrologie
Nous avons i la mort de Mme Ligutz-Laduret.
duectr ce de U Konua ion Jacquet
Sien dcde Patia le 31 Dec* tu
bre 1920.
La ceiemonie religii use a eu liei
en l'Jialiae bie Maiguente le 3 Jan-
vier 1--1 i?i lii-h maiiou an cimeli
re du Pre Latbaise.
Mi docteur Flix Armt nd et
Mine Aimand dont la deluute tait
la mre, ainsi quaux purents prou
va i.uus adnssuns nea vives coude
lances*
Contre l'Alastrim
Pour ell icer les la"hcs la s s
sur le visage p'ir les lioutonf,
servez oui il a la Crme de Beautt
Vac/ion, produit snlUepliq "e al*
so'iinent pir.
braiid pol i youdes
1 lit pui ^
Lli ztlixlLMU),
Hue du Cenro p's la iibia.iii
Ntaid.
bAlTS DIVERS
OBSERVATOIRE
DU
rEJTT SEMINAIRE
COLLEGE ST MALTirtL
R*N8E1 U NMLNTS
.METEOROLOGIQUES
Vtndrcdi 4 Fvrier 1921
Baromtre 7M-1
Il y a dai s ce pays une rgion dispomb'e trs avant g use pour
.es bgenta et nous serions heurum dd r te/ou des maison ser.tuses
et suivables, les demandes conceioant cette reprsentation.
Hupmbile
The HUPP MUTOR
\ UUt'P LLlltUll'
CAR 1 OBPORA
E. U. d'A
IO a DETROIT
te
A dresse y, vous au
fia un o l'on roub
m
fera des conditions
liviilt ures quenim
porte 1 A.
A louer aux Cayes
l t-aiiil3 halle l'preuve la
Crauii rue, lu joutant MrOonatieu
l'elt'iua jue devant laiss3f le In
b'evner proebaio.'
5'ddressr au propritaire Ali
kl. Mercier, A veuue JouuUrowu
r*orl au Prince.
Godet employs
Lieber A. 13 U. - tOilion
WlSSTtRN UNION
Qt ne mande
l acheter une machine ct've*
\a adresser au but eau du tournai
m
HOME I1YSUIU1NCIE C0M.PAN,
iVe perde* p ts de (tue que la
Home Insurance Company
\(hce l intervention active de
Mr Eugne LE BOSSE,
4 i la premire Compagnie d'Assurance olltir au Liai iena une proltjc ion uq Ijux abordable
La Home Assurance Company
a donn des preuves de sa loyaul, d son qafte dans les rglement! d'a*surance aprs 'ncendi^.
Le Home Insurance Company
H\ Il plus l'or'.e Socit d'assuraice dc> /Jais-Unis d Amrique; elle ollre dQBC le plus de garantie
de solvabilit en RBj de grauae conllagraii n.
Assure*'Uou& coat,*e l'incendie In
CONSUL IT.Z
Uomo Insurance lompaoy:
Euflue Le BOSSE
remperature
minimum 20.2
maximum o.4
Moyenne diurne
Ciel clair joui et nuit,
baromtie conn.ni
J. SCH.LKER
1)1
Avant d contracta aucune a/laned'ussurdna; \l vous difiera gratui'ement par des faits
%w tes QU slwns qui vous itUressent,
LA liOMil l.SSUHAN^E COMPANY
Section maritime assure contre ruquet de merle* voyages cliers de port port d'itaiti
Eugne LE BOSSE
Aaent pour Hati. Port-au-Prince
4
JlMn
FRUITA
Itien Me dtaitre mieux
Celte boUon inoomparable, d'un ,...
oxquiM du* l'urome de* fruili, m prZ
parc instantanment tant ft ni fenunu.
tion en versa ni simplement une cui!lr, j.
FRUITA dans un litre d'eeu.
Emit* fartent U nom Fruit* <*W ,
garantit on produit parfait, sain ifr+Z
EiT-itf : Priacipiles DrtfKriei *t riHiuitiu-
Repreaenianta : Comptoir Franoo.Hiii-.
VAILLANT et HOUET *5^
1520, lat (t latuii-iMlut. nn-aKHaQ
LLESCi
L'BLE* :a
e un
CHOCBLAT au LAIT
en pouJre
toct i au toit ce. 1
j Gtl l'KKT
pour prparer
INSTANTANEMENT
par simple addition d'eau
une exquise tasse de
CHOC MU Al LUT
Vous l'adopterez le matin
avant de partir voue
travail, a.r c'est instantan
ment prt. C'est le .djeu-
ner rrler de enlams,
1 uiuis et foriifiant.
EN VENTE CilRZ
Alphonse II ty i n
It'iedu Mignin Jel'.Cit
Compagnie gnrale
Trau^alldiutiqtie
Le paqutbot MARTINIQUE pi A
de Bordeaux le 4 Fvrier via la Ci-
logoe et Saoti'go de Cuba est a'f
t ndu Po t au Piioce vers le 35. Il
repartira probablement le 36 po .1
Cap Hait en et le Havre.
Fort-auPnae 5 Fvrier 1921
L-Ager t, E. ROBEL1N
iuaVeioce

Compagnie Italienne de
Navigation vapeut
Le sleamer S&VOIA, al^ndj
le 9 couram prendra fri poJf
ridrcclouc, Marseille, Gnes et la
autres pons de la .UditeiTaai/
et de l'Adriatique.
Fort au Prince le 2 Fvrier i9'L-
A de MATTEIS &l!oT
Agents.
Jiyde Steauisbip
tompauy
(FORE1GN-SERV1CES;
Le StS t Lake Ogden sera ii
undi 7 du courant courant et UUit
a le mme |our pour Cayes et Puf
j Columbi.-.
Port au-Prince, le 5 Fvrier W*
*^fc.E. F. LLBMENTS
ger i gnral.
Avis de dpart
La godate Mane Soncept'ou M
ade partira deaUuation da >*ni-J
go de Cuba luu 1 7 du conraoU P
ant f et et passagers. .
Port-rfu-i'i met- D Fvrier MB*
J- M. CATOH. geut
Brllih Lgation
MrCtiailes Itaynorwho leftBeriu
la in tiie year I800 and wbo ,
lleged lias been rsident in n*y
ince that time, is requeated 10 ft|
tt llis Mfjestya l^gatnxi l l0Y"
l'rince where will learn soffl' '" 1
tu bis interest.
Ftbruary fst 1921,


. .


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM