<%BANNER%>







PAGE 1

1E MATIN Poit au-Piince 29 jar.vici 1921 FARINE — Le cble de cette se n.aine nous donne les cotions ui vantes pour 1rs marques d'H.*ck r ]ones ; Bouie Rouge 1045 & Hunganan 9 J5 Fob New York.Soit une igie baisse de 1 OJO par s c, sur la Boule Koug", le prix de lliuDganan 00 restant le mme Sur place la situation ne s'est gure amliore depuis notre der nier numro. Aucun nouvel arrivage %  i signaler. SAVON BABITT Le prix du GtlJ Bar est sans chan gement 11 \ { 2 net Fob N\w York prix de base. Arrivage pour Port au Prince 2jo caisses. POISSONS SAIES& CONSERVES De CHS IftATTLAGE ET BONS Nous rappelons nos amis de la capitale et de la province, que nous sommes 1 leur disposition pour (ou te commande de posons qu'ils vou diaitnt tran:mettre I cette maison : a pat 'es A'ewives, rnrenps saurs et morue, la rruison Chs F M;Hage e; Socs exporte d s sar-in s 1 huile de coton, a la sauce toma e, du Mumon en bo:te d une livre. EN STOCK— Ciment Atlas pat sac et barils. Inf. finTac* ohquisrur N Y y 8 o^, 34 OJO r W "i" 4 5 cor, 5 i { 2 liv. Tel quel 4 c o 4 1 2 Si On a pu err g'strcr un pe it mou vement d af Faite s ce te .emsine, 1000 sacs ont chu g de main a j 1 [4, ; II 2 EUGINE LE BOSSE B. Martin di Rio Prsent le commerce et le public en '^rral mit son Mtg'&'n est trausf ir au 1 >el de sa pro pni, aticien Cale du Fort, de ils trouveront un assonirreni.ow provisions le toute irachenr le 1 quo : ii/., farine, oianlgce (ilobe, Lotolti<\ Armour; mess porck, bœuf sal, tte de porc, pieds de sarc, harengs en saumure. Iiareup ti'.urs, nr.oru. baurre Copermaque, Bartram* sucre granul, bis cuits Soda, huile d'olive d'fispfl gne. sardines de iVorvge, ep ce de tous genres, ayon Copco.blei franais, et de toilette bon mat ch. bicarbonate de soude, glos allumettes, sidie's gazoline' bi re potier etc. prive les Japonais d'un droit acquh Ceci noua purte douter de la soi' dite de la civilisation ^mncaine Leur sme'icanisnit tolrerait il def propositions aussi birbirei 9 "L.A pmiiite que lea Japouais et Amrique ne renoreent roint, ai mœurs j ponaisea et . peine digne ou rtabli notre ettemion. •Nombreux sent IPS Amticr.ini auJJ iponV a t il beaucoup patrai eux qui cheichmi sdot ter lr* rrœurs Japonais |' tar contre non? sommes surplis ae voir jusqu' qui 1 point les J ponais en Amer que •*• %  mricinisent f f'Nulle part les ju-fa ont change* ,)eur rxceori et lu seule diffrence qui existe entre le Juit et le laponsir en Amrique, f al que celui l n l'pi derme de la n ne couleur que lee Amricains ? D'autre s trangers Oc* cidentaux en Amrique conservent usai leuia caractiisliques natifs t>< de l'argi ment que le Japonais n'ai rail pa d conaeiver ses nœurt natifs est draisonnable et injuste l'exli me. "H est impossible par consquent que 1 J Japonais accep'e la proposition qu'un nouveau irai * soit concli aux .tins d'empocher l'immigratior Japonaise en Amrique. Fendant la guerre das Amricains hyphni" oni t tis actifs dam un inouvemeut ayant uonr but d( diviser le Japon uvtc les Kiats Unis. et des mouvements enti Japonah battent leur plein en ce moment er Amrique. A ^uji altiihuer la res ] ui.siil'ii.tt'' de cet tsi de choses? (Juelqtes Amiicfiua dnoncent fertement les inilitsiietes Jrponais mais mme ceux-ci ne sont point plus p'^ressifi que 1rs AmricainsLea nouvelles qui nous* parv ennen' par des dpche rcente* d'Amri que SOLI fanatiques ci U.nullement fourrons nousy.couiprei'dre quelque cboie. SCOTT est un puissant alignent mdicinal qui par lui mme contiens tous les lments ncessaires pour donner la sant et la force Prennez-la pour vous convaincre. 423 Conduite drs Marines au Trou. Soin extrayons des Varits, du (.' 19 janvi r. — Au Trou, la semaine dernirequalra rjwioM frappaient pondant la nuit la porte! Ardonin tiuillaume A sa 'emmf qil vint leur ouviit iis rclamrent du tali;. et sur ion refus, pnetirent dans U maison Mr Uuil aume qui tait o 1 %  li tut rou de coups et eut la tte caesCe Aux appels de s CO-TS du .oisi ge, le heu enant charg du ieu auiva (t mu k dlinqua s e 1 'a. d arrestation, a — 1 B". Ui.iiijtme tde local Nous informons le commerce e ie pi t>!ic en gnral s ue notre ma" .;-i>i' c-! 1 uns t i i 1 iuts du Magasin ie 1 kl.t NolTIi Oi y ttouvera un bel as,ol meut 1 ui t iclos amiicains, anglais et lien .11 s des prix trs rduits savoir r *:us, ma>l -> huile d'olive de lilleiH' tes qualits, Veimouth Noilly Prat, V n du cep Corse, Du bonnet, il en 0. sur bois, en pelote, serpet es, houes, t TS repasser, chaudires, clous battus, rchauds, cuillers, touicliettes et dnVerouta autres ar.clea d", quincaillerie et mercerie. MNAPOLEON 1 & Go Demandez le vin Wiiiox Le u-omtiiuant par excellence Le I7.V \\L\U\' eH un produit pharmaceutique de premier ordre et une piparatwn seulf. dans non tjewe, sa fabrication, le vin mme. ana't/'e et sa viieur clinique l'alinent. Il diffre absolument des vin dits Ioniques, communment vendu*. ILe WLSOXrenf nue une proportion de substances azotes suqeneureide \0oio cel'es des vins ioniques ordinaires,ce qui >n fan un reconstituant d'unegrante activit, dont tirent le plu* grand profit les co rivalecents, les anmiques et les tuberculeux. Le vin nutruil WiSUXes un reconstituant ni lurel qui rtn^rme une proportion plus grande de vraies qualits rcu^ralives que tou autre produit semblable, sans l'addi'ion ds drogues. Il est h lutement recommand pai les clbrits mdicales en Anylelene dans toal pour la KpuNique d'Hiiti 19i4 K t edu Ahgasiu ddlbiat, On demande a heter une maihine cr\< t S adresser au hmeau du j'o^ Dpart Sthooner Ofu-Mercit n demam aprs-midi pour \u\^ prenant f • t nsrs g.>rs Houi tnn p les itiformiHoiJ dre-8 r i JMC tor, N 0 19Uj du Mug-sin '1I Est. :•*!. ••* %  • • % • Tion IL SUFi*'I r de pr*min iuu. \cr dHUX jour* ieule..ii,i m Pilule k D'Bel;: 147, rue du FauL' St-Denis, hj Hais il faut esiEtflesYiriU qui ont tout f*it btanck •t tur chacune daiqutllt* le moi] DEHAUT A PAR) ont tt- lisiblement Imprimt n i ) le St inship Com] (rOREIGN SERVI ES Le Steamer t L k Ojjlenaj New Yo k le 3 r lanvter p'( au Priuce via les rons du No Il est a-ten.'u ici vers le 8 i rs t et partira le mme jour Colombie v A Aux Cayes, Port -lU-f"! <*, le lpr F v %  I F. LEMEMSr g* r J g net 1 r ENTERITI Pl MALAOIM OASTMO-INTICl n'arrhavarta^unoiiriiMODi.Enti uieiiibrAncuM. tnbruuluB6; Con \ ciilpni.11 pppcuJ|)-11J lien | ll'cr vers midi un Marine reconluisait la prison quatre million" renx prisonniers. Il s est amus sur tout le parcours, l'indignation de la population! jeter tene coups ie cosse de carabine les dernieis <1P cs niHilituii UX et les relevtr coups de pied. EFI ce que ces artrs de sau\agerie on cnnMnnpr encore longtemps et devront-ils rester toujours impuni ? ( Varits ) 4 louer aux Cayes f rade halle l'preuve la r.rauj'rne.l'occt (jaiit \lr Donatien Telmaque devant laisst* le 1er Fvrier prochain. S'adresser au propritaire Mr 11. Mercier, Avenue John Brown. Porl au Prince. Le Tuipu liai il II uoiil C< tte revue de la "Socit natio sais de gettrspnie" de Washington i coreacr unis ion No de dcernai l!'-t> trois lorgues tudes HaiiLa premiitt est du major G. 11. Osteihoot jr, U. S M C et s'intitule / ne merveille />eu cot.nue de Vlimis phn uccidehlul ; La Citadelle de Chnttoplie,ui% monument de la tyranie -\ du (/nie d'un nu a lltuti a\ec 13 HoairaiioBS' La dkuximqui e-t d si Harry lobnitOD a pour titre ; llaili ; Lu ffitm de deux B^puMifina jwmlk$, ivtc \'2 i! iiHH t ln>i. n I ir troisime ; lloiti el ta rgnra lion \uirle titals wif. avtc lu illui tranoi s. l' n e des photographies est celle Ju I lsfdtot d'Hati et tes aides de •auip, "vnifct quatre gi:i*raux". Une phrase est souligrer.Eollaiti lesacntice humain tait (, wastj pre tique. "*"" [ qui ont gatd l'anonymat ont sous%  ni luu Ci 11 dollars, l'autre deu> Oilit'i de passage. 11 .on\ l ei.t de io.lgner ce geste iisciei qui honore ceux qui l'ont ta> et de icmiicier publiquement cri gcuux imis de cette p ys. IODC '-: io PLUS PUISSANT AMTISEI i ii Maronr* ni Cnli 1 /I/iitn/ lirerr.enl ('mriii t 11 -1' %  %  ! SO 1100 p"iHt'| "ANIODOL INTXI d.in< une tisac. d* Acuri d'or %  vionoUM rtmiCood km uni A par ir de mardi lpr fvrier l reprenons notre trali: Log&o au Prince. Dpar : Port au Prince h %  Logane 0 heures 1| Prix Gourde8 4.53 le vo] La Direction Chez 1. J, BIOl Kxct lient Ce tjn i mitelill bon march. oontre CONSTIPATIOI prnom lea COMPRIMtl SUISSES d* DELORT, Phi 119, Ru Bmlnt-Antof F ARIS I C'EST LE MEILLEUR DES PUR0ATIF8_ SORT-AXT-IX>fJ Ale.PETHUS; Fharmtoi Atr Phanuato n D JoaUn VII •< tout. 1 bonn. Pbmrm Tout le monde dit ; que c'est simple Vous n'avez rien tpt.ui die w* l v[\ ^oir untloyer un lavoir de sret *M HK4DY. Vous n'avez qu' >ous savooner NOUS raser caniLeni, I AUCLL enui, ivcc6" lanff de ictIarg€J El vcn'e crg'os el en ocu il uC* Irunik J-Martin Agent gnral pour H*ii Italie de la Glacire. Port-iu-lTint*: %  ^r~^JL^4



PAGE 1

QualrfTe ft&ofe !V 0 3995 Port au Prince," liait! Mardi ici Fmor.1921 DIRECTEUR-PHOPRIETAIRE Clment-MAGLOIRE LE NUMERO an CENTllfkS Quotidien REDACTION; Rae AaiSricaine No, 135* Ce n'est jamtte qu'en fraude quo lai vrit se fait jour dans un pays mal gouvern dont le inensouye esl la monnaie courante. DUMARSA1S TELKfHUMC. 18 .--rQUESTION DU JOUR Nos Gouvernements depuis que linterventisn arariiiir l'eu p o lune en Hati en 1915, aorte d examea de conscience rto chaque citoyen d goe et soulux de l'avenir du pave relever [causes intrieure< d'un si gro<> bornent et on fut peu pr< d ac rd ponr en rendre reapoosab'e le lavais tat du milieu hatien. On > qu relire las journau* du pays vois 11)10 pour s'en convaincre. teut ajouter. — bien que nou oit pnible, — que. bien lurs que les causes de 1 interven h taient telles et, partant pleins ^spoir dans un nouvel amnageant Jn'neur de nos allaites sous icont Ole amricain, pins d'an se %  jouirent de I vnement. Les rcri Inations dont la presse est actuel [nect pleine, si elles sont just lies ce sens que la co'lab Talion am Daine, telle qu'elle a pratique kpuis. eat une faillite et une dcep lu, — ne le sont pas au point de le des accusa ions qu'il partit coin jode de lancer aojourd bui la le les ans des autres. Car. rptons l sou* la rserve d'une amiora % n gnrale des choses bal iennes, ut h monde bvait favoralement %  cueilli cette intervention, survenue lun moment o les dsordres in bars rendaient imposables l'exis %  oce d(i f. milles: si on tut peup-s unanime fendre (quelque chose de bien d" ^terventionou ne le Fit cependant dans la dtermination d*scaudirectement respoi-ables de J're mauvais tat social. Les uns Iribaaient notre srie d rvola |ne, depuis su'tou Air on e S mon |Lejonte, — qui rouvrent lie rvolutions f quei tes peu Sa teinte soa< Ilyppolite, Ssm et fa Alexis, — la responaabi'it de Vneinent. Les aut-es eu accusaient ire sirie de gouverne me ils eux fines, d aant que ce sont les m u [ses administra ions qui ont toj }rs rendu les rvo'u lions n:es1res. '0 esprit pondr repartira cerUi lent les respmsab.lits, en a'tri |am aa part chacun de ses teints. Un dit que pa fois les re Nea sont pir s q e les maux pus ne si. ni ne pas loin de le *M a l'gard de nos rvolutions Ddiant i os mauvais gouverne Mis. Mais tout de mm*, quelle Mon cruelle po r a Socit h i ine constarauie.it aux prises avec [double danger J'sbord les gouvernement. Pena n z si nous feuilletons n'importe el volume aV.stoire d II t. pas dente Chefs d Etat ne trouve Ice devant l'nistorien. Mme quand |ui-ci concde que plu ieura d en ix ont t caractriss par de silides qualits personnifies, il lu est diffiade d^ convenir qieladrai nisiration de la chose publique en et tir quelque pre Ht apprciable et surtout durb e. L-\ bont de rœ ir de Ption est reconnue par tous : on proclame cependant que l'adminis ration publique fut sous lui dans un tat d anarebie et de relchement Chris o php, bien connu par s s .qualits d'nergie administrative, ne coneid rail pour rien la vie et la libert de ses adminibtra. Hoyer avait le sens administra if trs ds rendre hoin msge loua, ni vouloir reclietcliei ea msnire de rhabilita ion, ce qui, Boua 1 administrai! in de chacun d'eux, a pa s'sccompl r de boa. — rendona n moins ju*iice tous qu aucun n'a trafiqu avec l ranger de I indpendance du pajs. Ils ne sont donc pas des preparat-3.ua de l'in e vention qui s'est ra ise. Un dentifrice scientifique D a saveur dlicieuse, rafrachit la bouche et la ^orge. Sm a:tion e effet! vement eatisepttue. Il aide normment prserver le& dents para qu'il mai itient la boucha bien prepre. qu'il enlve les carbones hydrats fermentatifa et qu'il dtruit des quantits considrab'rs de microbes provaquant la formation" d'acide* KO L Y .VOS • Prpare d'aprs une formule e Dr N; s. JENKIN3, n. D. S. Interrogez von a ec celle exprime de ce ct ci du Paci'i;ue. Lu ticle suivant traduit par h Japan idvertiur a des pages diloruiles du 'Yorohu", un des quotidiens les plus importants du Japon, jette un peu de lumire sur la question. c La Commission d'Enqute f:ommio3e qa'un nouveau Irait- toit coiclu avec le Upon afin de rendre la restriction a l'im iiigra'ioa Japonaise plu; effective et, publie :e qu'elle appelle les rsultats de ;es investigatiois. CMai ; ces investigations les prtextes parmi le quels 1 ouvelles Etrangres dent avact le -JS fev.ier, disaoudie Mous all 1 s pouvoir enbu ngocier •es gardes civiques avant le 40 juin, i l'tranger les bons du trsor aile dtruire es Ditimenta de guerre en mand correspondit i notre part svsn^Jss; rs& > w?" p i emeot a nnuei sJ[ v une pMice a.ienne. rparations Dans quelques mois le PARIS. Avan de se sparer dfi :nan K e s csl amlior, le commerce niivtmen al73jle Conseil supr P/eoi", le chmage cessera et le me d*s allis a tait mis enuremeut ^ ut ^ e a vie sera rduit. La presse d accord sur la >\ lestion dd rpara end aussi hommage au prsident tioi.s allemandes, des armements et Je la Rpublique pour avoir inaugu autres importants sujets qui lui r la polit que qui a eu pour rsuiavaieitt soumia. Le plus grand tat le su:cs complet de la France rsultat obtenu a t comme le spi IJ tlgramme de Constantinople cia Mr linand en cloiure de sance, innn ... „,,. 1. r^n.-ii A** *" wu y ,c le maintien par les allis d'un (root *J5?g q UC S C r? asCl1 des m,n,sl es aussi uni en temps de paix comme!; fl cl \ e f de ^ntgrer dans tous ses il s t en temps de guerre. Le com droits Mustapha Kemal pacha et au te Sto zi et air R-iaud ont dit qu-.V res efs nationaliste?. Kemal a ar jo janvier PARIS La corf 5 rence a app r ou• intgralit du projet de la coin S'on des i xperta apra quelque ourhesde dtails* Lee dlgue n.n Irccord 3 heures m, les j>etts militaires ont quit'4 anesi' f tlle M Harthou a dclar que la ation dudBarmement tait rgle \ atisfection commune des allis | la jcu r it de leurs pays \A syattre r! r pairrrent des rps lut s ad t 0, idiots 42 annri* r ni ion de deux milliards de mi ks or en 1921 rt 1922, de trois, quatre < t cinq milliards pour 1 s 3 priodes triennales suivantes et de 3ix mill liards pour les annes suivantes soit 'au total 220 milliards de mark' o-, fendant 42 ans l'Allemagne paiera une taxe de 12 0[0 ad valorem, su ses exportations, elle bnficiera d'un escomp'e de huit, six et cinq our cent sur les paiements antic pea annu'fs fixepLe s &C ions comportent la m'ss I en g n ge du p*oduit des di u •.., s, !a qu lacontrence s'e ait termine I en tre saiisi'.c ion de tous les intres se Le premer ministre britannique a exprim avec enthousiasme sa salis faction sur le fait que les allis avaient maintenu leur front. En pre nant cong de ses collgues il leur a dit : Nous serons tts heureux de vous faire Londres un accueil aussi cordial que ctlui que nous avons reu ici et nous esp ons que vou pourrez affronter ts coureusement les S'ooiliaids maintenait que l boulard d li tonU'rence es dissip. si les amricains ne sont pas atteinte de la ma'^die c la crainte du Japon \ Il fut un temps ou quelques |apolais exclusioiaistes croyaient que .'ouverture du pays aux relations itranceres signifuit la coaqute du lapon par des puissances trangre?, vlme apr la restauratioa Meiji' ^uaod la rvision des traits tait irdemment discute, feu Ochi Fuku ch*. un des journal stes les plus influents de l'poqu, crivit un livre ou il prdisait que s'il tait permis IUX et ingrs de s tab! r li o leur p'aisait, que les rues principales eraiei t remplies de migisins trangers, e*. le Japonais oblig de se re.irer d "' saient aergiquemeut d'amener un 1 %  ture b.Jca" et a mme dfendu l'a. contre les rcents migriton au Mexique sur la p'.inte 1 arrt comp'et oour listes cepenlant grande opponti >n d Tiers qui so mes des ma gouvemem; it pi..il conflits entre socialistes et fasciti oa1 Amricaine q 1e des japonais traver t-onalistes extrmistes. Les commu aient la frontire Mexicaine pour liant rencontrent une' 1 6 rendre en Amrique. Or, le Japon isili >n de la part des ou */ ai: l'i'u^osiibe pou.satisfaire aux ou fa igis d'tre viti; d 5 ri d a8 Etal3 ^''>* eu n' lOtnvei pjlitijies I r9n qii pai< e i;e l ** 1 %  t) t aux om ittant dans ce j "C-nendai* il y a deB Amricains |n p opjse u œa.ntenant que I'cq


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05301
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, February 01, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05301

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
QualrfTe ft&ofe !V0* 3995
Port au Prince," liait!
Mardi ici Fmor.1921

DIRECTEUR-PHOPRIETAIRE
Clment-MAGLOIRE
LE NUMERO
an
CENTllfkS
Quotidien
REDACTION; Rae AaiSricaine No, 135*
Ce n'est jamtte qu'en frau-
de quo lai vrit se fait
jour dans un pays mal
gouvern dont le inen-
souye esl la monnaie
courante.
DUMARSA1S
TELKfHUMC. 18
.--r-
QUESTION DU JOUR
Nos Gouvernements
depuis que linterventisn arari-
iiir l'eu p o lune en Hati en 1915,
aorte d examea de conscience
rto chaque citoyen d goe et sou-
lux de l'avenir du pave relever
[causes intrieure< d'un si gro<>
bornent et on fut peu pr< d ac
rd ponr en rendre reapoosab'e le
lavais tat du milieu hatien. On
> qu relire las journau* du pays
vois 11)10 pour s'en convaincre.
_ teut ajouter. bien que
nou oit pnible, que. bien
lurs que les causes de 1 interven
h taient telles et, partant pleins
^spoir dans un nouvel amnage-
ant Jn'neur de nos allaites sous
icont Ole amricain, pins d'an se
jouirent de I vnement. Les rcri
Inations dont la presse est actuel
[nect pleine, si elles sont just lies
ce sens que la co'lab Talion am
Daine, telle qu'elle a pratique
kpuis. eat une faillite et une dcep
lu, ne le sont pas au point de
le des accusa ions qu'il partit coin
jode de lancer aojourd bui la
le les ans des autres. Car. rptons
l sou* la rserve d'une amiora
?n gnrale des choses bal iennes,
ut h monde bvait favoralement
cueilli cette intervention, survenue
lun moment o les dsordres in
bars rendaient imposables l'exis
oce d(i f. milles:
si on tut peup-s unanime
fendre (quelque chose de bien d"
^tervention- ou ne le Fit cependant
dans la dtermination d*scau-
directement respoi-ables de
J're mauvais tat social. Les uns
Iribaaient notre srie d rvola
|ne, depuis su'tou Air on e S mon
|Lejonte, qui rouvrent lie
rvolutions f quei tes peu
Sa teinte soa< Ilyppolite, Ssm et
fa Alexis, la responaabi'it de
Vneinent. Les aut-es eu accusaient
ire sirie de gouverne me ils eux
fines, d aant que ce sont les m u
[ses administra ions qui ont toj
}rs rendu les rvo'ulions n:es-
1res.
'0 esprit pondr repartira cerUi
lent les respmsab.lits, en a'tri
|am aa part chacun de ses te-
ints. Un dit que pa fois les re
Nea sont pir s q e les maux
pus ne si. ni ne pas loin de le
*m a l'gard de nos rvolutions
Ddiant i os mauvais gouverne
Mis. Mais tout de mm*, quelle
Mon cruelle po r a Socit h i
ine constarauie.it aux prises avec
[double danger
J'sbord les gouvernement. Penanz
- si nous feuilletons n'importe
el volume aV.stoire d II t. pas
dente Chefs d Etat ne trouve
Ice devant l'nistorien. Mme quand
|ui-ci concde que plu ieura d en
ix ont t caractriss par de
silides qualits personnifies, il lu
est diffiade d^ convenir qieladrai
nisiration de la chose publique en
et tir quelque pre Ht apprciable
et surtout dur- b e.
L-\ bont de r ir de Ption est
reconnue par tous : on proclame
cependant que l'adminis ration pu-
blique fut sous lui dans un tat d a-
narebie et de relchement Chris o
php, bien connu par s s .qualits
d'nergie administrative, ne coneid
rail pour rien la vie et la libert de
ses adminibtra. Hoyer avait le sens
administra if trs d amour de I ordre incontettiblei et de
plus,un- grande probit personnelle,
l'histoire veut cependant que son
long rgne ait celui d l'obscu-
rantisme- On ne peut montrer, aoas
Nissage. notre tentative de gouver
neimni parlementaire, sans montrer
en mme temps Nissage lanant cons
tsmm*nt des ruade.aLe reste l'a-
venant.
Noos ne pouvons montrer aucun
Chff d'Etat, aucun de nos gouverne
ments passs, avec un orgueil una-
nime, et je crains fort que ncas ne
soyons le seul peuple se diacrdi
ter ainsi dans ses g nraiions pas*
aes- Si, enfin, en a l'air de se met-
tre d'accord sur I hommage du
Desaslines et i Ption, c'est la
condition de ne pas considrer le
Ch f de gouvernement et la plupart
dea acte- de so i administration,
mais sfulemeut le fnndn'eur de lin
dpendance- et le f d tenr de la
Rpublique, e' aus-i, h a-' la
conjition de nous fraooer la poitrine
en cor sidra t l'ussgi qie nous
avons fait dj cette Inipeudaoce et
de cette Rpob'ique.
Tes sont jles so ivenirs que, lors
de l'iotarvention am^rioina. nous
gardions ds la 'i* di nos gnuver
neraenta. et qu f*iaaieii| coi e
un g and nombre que le pa?s4 ha-
tien j isHiiit ee t) in erventiorv
Vuyom maintenait du ct de
nos rvolution \ . aprti nous con-
cluerons. Il n'es1: pis prma ur
d annoncer que not e condation,
tout ea tenan compte de nos mm-
vais giavern ni n s "/le nos rvo
1 itio:is plus mauvaises peut re, ne
rapponera le dit de l'interveu ion
a.niicaine ni aux uns ni aux autres.
Et en ce qui concrr .e no Chefs
d'E'a* passe, ni nous ne tommes
pas enco eunsnim>s rendre hoin
msge loua, ni vouloir reclietcliei
ea msnire de rhabilita ion, ce qui,
Boua 1 administrai! in de chacun
d'eux, a pa s'sccompl r de boa.
rendona n moins ju*iice tous
qu aucun n'a trafiqu avec l ranger
de I indpendance du pajs. Ils ne
sont donc pas des preparat-3.ua de
l'in e vention qui s'est ra ise.
Un dentifrice scientifique
Da saveur dlicieuse, rafrachit la bouche et la ^orge. Sm a:tion e
effet! vement eatisepttue. Il aide normment prserver le& dents para
qu'il mai itient la boucha bien prepre. qu'il enlve les carbones hydrats
fermentatifa et qu'il dtruit des quantits considrab'rs de microbes pro-
vaquant la formation" d'acide*
KO L Y .VOS Prpare d'aprs une formule e Dr N; s. JENKIN3, n. D. S.
Interrogez vo In vente dans tou'es les Pharmacie s et dans les Magasins.
Iranck J. Martin
Agent gnral pour Ilaiti, Port au Prince.
fixa'on de taxes nouvelles ou sap- politiques on espre que le cbinel
fleures ou ventuellement toutes
autns mesures ncessaires.
Lu commis Mon des rparations
cont lera tout emprunt extneui
de I Allem -goe. L"s ministres allis
et allemands se rencontreront bon
dres le 21 fvrier. La confrence e
adop e* main le rapport du comi
l).uo ressjscit ne durera que jus-
qu' 'a visite du roi des be'ges .i
Madrid. Les adversaires du cabintt
iiscu'anl la situation dans les cou-
loirs 'u parlemen, qii ne reprendra
ses siaces que le 19 Fvrier, discal
rue le minislre tombera que Sf
t a'li de Versailles sut, le dsarme produira un dbit peu important,
ment de Il'A'leimgne prvoyant un I PARIS "toLes journaux expri
dlai pour clucune des mesures ine-i nentunanimemeutleursatisfaction i
xcutJes et fixant le r-jai maximum j propos de lche des manoeuvrea al-
aalerjuilkt. - le -Pprouv les ; :emandes pour diviser les allis. Ils
ssnct.ons eu as d'uitc^lftin 1 c
Suap- ns o i deB dflaiiJBur l'vacu.
tlon de la Rhnanie. 2^JOccupation
de nouveaux 'errioiree, 3 D Etablis
semants de mesures do)iani es ei-
Rbenanie.i 3 Opposition de l'entr,
de I Allemagne dans la
.N'atio.is L'accord relatif a l'aide La llgation allemande Paris a
don 1er l'Au'ricIn a t aigi egi. envoy au gouvernement les dci-
lement. La coi faence est termine. 1 ^ions de la confrence, La lettre
0 1 commu iquera demain 1,Aile
mag e les raol.itions d la conf-
rence
Actualit
us GrififoMip
:ot..-.: ictii que la journe d'h'er esi
j'us importinte depuis l'armistice,
'entente est plus solde que jimais.
[Is lonent hautement la maniie sou
siiy-siA?^^ M^srs
Le projet d'aile l'Autriche pr
voit U cratioi d'un syndicat finan
cier au capita de 2oo mi lions.
L'impression produite parla signa gtons. La lettre convoque les dl
tare des accords est celle d'un suc- gus allemands Loui es.fi i.Fvrier
i'env )i di' que les allis expriment
le ferme espoir que le gouvernement
illemtnd ne nul ra pas les allis
lans U ncessitjd'envisager la grave
situation qui rsulterait si l'Allema
4'ne persistait i manquer ses obli
cas pour .la politique traniise et
d'une grande saiiaiactiou pou les
al i<*8 Les allis sont entirement
d'ace rd pour exiger 1 excution par
l'Allemagne r'es clauses militaires
du trait. Dans les nouveaux dlais
fixs notamment I Allemagne devra
1 vrer le matriel oe guerre eu exc
Tojs les journaux commentent
favor 10'ement la dcision du conseil
mprC ne relative aux rparations ai-
le n ndes.
La jourie d nier dit t Le Petit
Parisi m est la plus imporunte que
nous ivons eu depuis l'armistice.
Dans ki discussions sur la question
lapouaise en Amrique' nul un cit du
probtm est prsent d ordinaire par
les journaux, particulirement par ceux,
de la cte du Facifiqu
Il est donc intressant de savoir coin
ment a problme est envisag du c-O'c
des japonais.
Qu Iqucs journaux [aponais ont prt
une attention considrable u cette affai
-e el le ir faon de voir est en contraedic
/. >n a ec celle exprime de ce ct ci du
Paci'i;ue.
Lu ticle suivant traduit par h Japan
idvertiur a des pages diloruiles du
'Yorohu", un des quotidiens les plus
importants du Japon, jette un peu de
lumire sur la question.
c La Commission d'Enqute f-
:ommio3e qa'un nouveau Irait-
toit coiclu avec le Upon afin de
rendre la restriction a l'im iiigra'ioa
Japonaise plu; effective et, publie
:e qu'elle appelle les rsultats de
;es investigatiois.
CMai ; ces investigations
les prtextes parmi le quels1
ouvelles Etrangres
dent avact le -JS fev.ier, disaoudie Mous all 1 s pouvoir enbu ngocier
es gardes civiques avant le 40 juin, i l'tranger les bons du trsor aile
dtruire es Ditimenta de guerre en mand correspondit i notre part
svsn^Jss; rs& > w?"p iemeot a,nnuei sJ[v
une pMice a.ienne. rparations Dans quelques mois le
PARIS. Avan de se sparer dfi :nanKe s csl amlior, le commerce
niivtmen al73jle Conseil supr P/eoi", le chmage cessera et le
me d*s allis a tait mis enuremeut ^ut ^e 'a vie sera rduit. La presse
d accord sur la >\ lestion dd rpara end aussi hommage au prsident
tioi.s allemandes, des armements et Je la Rpublique pour avoir inaugu
autres importants sujets qui lui r la polit que qui a eu pour rsui-
avaieitt soumia. Le plus grand tat le su:cs complet de la France
rsultat obtenu a t comme le spi ij tlgramme de Constantinople
cia Mr linand en cloiure de sance, innn ... ,,. 1. r^n.-ii a** *"wuy,c
le maintien par les allis d'un (root *J5?g q,UC S Cr?asCl1 ,des m,n,sl es
aussi uni en temps de paix comme!; fl*cl\ef de, ^ntgrer dans tous ses
il s t en temps de guerre. Le com droits Mustapha Kemal pacha et au
te Sto zi et air R-iaud ont dit qu-.Vres efs nationaliste?. Kemal a ar
jo janvier
PARIS La corf5rence a approu-
intgralit du projet de la coin
S'on des i xperta apra quelque
ourhesde dtails* Lee dlgue
n.n Irccord 3 heures m, les
j>etts militaires ont quit'4 anesi'-
f tlle M Harthou a dclar que la
ation dudBarmement tait rgle
\ atisfection commune des allis
| la jcurit de leurs pays
\a syattre r!r pairrrent des rps
lut s ad t. 0, idiots 42 annri*
r ni ion de deux milliards de mi ks
or en 1921 rt 1922, de trois, quatre
< t cinq milliards pour 1 s 3 priodes
triennales suivantes et de 3ix mil-
l liards pour les annes suivantes soit
'au total 220 milliards de mark' o-,
fendant 42 ans l'Allemagne paiera
une taxe de 12 0[0 ad valorem, su
ses exportations, elle bnficiera
d'un escomp'e de huit, six et cinq
. our cent sur les paiements antic
. pea annu'fs fixep-
Le s &C ions comportent la m'ss
I en gnge du p*oduit des di u .., s, !a
qu
lacontrence s'e ait termine I en
tre saiisi'.c ion de tous les intres
se
Le premer ministre britannique a
exprim avec enthousiasme sa salis
faction sur le fait que les allis
avaient maintenu leur front. En pre
nant cong de ses collgues il leur a
dit : Nous serons tts heureux de
vous faire Londres un accueil aussi
cordial que ctlui que nous avons
reu ici et nous esp ons que vou
pourrez affronter ts coureuse-
ment les S'ooiliaids maintenait que
l boulard d li tonU'rence es
dissip.
si les
amricains ne sont pas atteinte de
la ma'^die c la crainte du Japon \
Il fut un temps ou quelques |apo-
lais exclusioiaistes croyaient que
.'ouverture du pays aux relations
itranceres signifuit la coaqute du
lapon par des puissances trangre?,
vlme apr la restauratioa Meiji'
^uaod la rvision des traits tait
irdemment discute, feu Ochi Fuku
ch*. un des journal stes les plus in-
fluents de l'poqu, crivit un livre
ou il prdisait que s'il tait permis
iux et ingrs de s tab! r li o
leur p'aisait, que les rues principales
eraiei t remplies de migisins tran-
gers, e*. le Japonais oblig de se re-
.irer d n'en lu rien,
N .4i nous demandons si les agi
tateurs anti-Japonais eu A m rique
ie seraiat pas possd! par de pa-
reils h illucinations. Comme t se
pourrait-il que la prsente de s ule-
ment ioo.ood jipona's en Amrique
un piy. dont U popalation dpasse
ioo-o^oooo dhibitants sot une
menace pour elle ? Il n'y a aucune
raison pjur que le j iponais soit ex-
clu simplement parce qu'il est Japo-
nais.
L Gj'jvernement Japonais ob-
serve meticuleusement 'l'accord en
tre gerjt.lhommfs Gentlemen ag ment,4 :{ mme dans les cas de ceix
M 'DRID 29 Dos les tallieu. cesssires,
nonce qui
! confrence
IOSIB p- Les communistes mit^^ P"'
saient aergiquemeut d'amener un 1
ture b.Jca" et a mme dfendu l'a.
contre les rcents migriton au Mexique sur la p'.inte
1 arrt comp'et
oour
listes cepenlant
grande opponti >n d
Tiers qui so
mes des ma
gouvemem; it pi..il
conflits entre socialistes et fasciti oa-1 Amricaine q 1e des japonais traver
t-onalistes extrmistes. Les commu aient la frontire Mexicaine pour
liant rencontrent une'16 rendre en Amrique. Or, le Japon
isili >n de la part des ou */ai: l'i'u^osiibe pou.- satisfaire aux
ou fa igis d'tre viti-;d5'ri d,a8 Etal3 ^''>* eu n'
lOtnvei pjlitijies I r9n qii pai<"e i;e l**
1 t) t
aux
om ittant
dans ce

j "C-nendai* il y a deB Amricains
. |n p opjse u a.ntenant que I'cq


1E MATIN
Poit au-Piince 29 jar.vici 1921
FARINE Le cble de cette se
n.aine nous donne les cotions ui
vantes pour 1rs marques d'H.*ck r
]ones ;
Bouie Rouge 1045 & Hunganan
9 J5 Fob New York.Soit une igie
baisse de 1 Ojo par s c, sur la Boule
Koug", le prix de lliuDganan 00
restant le mme
Sur place la situation ne s'est
gure amliore depuis notre der
nier numro. Aucun nouvel arrivage
i signaler.
SAVON BABITT
Le prix du GtlJ Bar est sans chan
gement 11 \{2 net Fob N\w York
prix de base. Arrivage pour Port au
Prince 2jo caisses.
POISSONS SAIES& CONSERVES
De CHS IftATTLAGE ET BONS
Nous rappelons nos amis de la
capitale et de la province, que nous
sommes 1 leur disposition pour (ou
te commande de posons qu'ils vou
diaitnt tran:mettre I cette maison :
a pat 'es A'ewives, rnrenps saurs et
morue, la rruison Chs F M;Hage e;
Socs exporte d s sar-in s 1 huile
de coton, a la sauce toma e, du
Mumon en bo:te d une livre.
EN STOCK Ciment Atlas pat
sac et barils.
Inf. fin- Tac*
ohquisrur N Y y8 o^, 34 ojo
rW "i"4 5 cor, 5 i{2 liv.
Tel quel 4 c o 4 1 2 Si
On a pu err g'strcr un pe it mou
vement d af Faite s ce te .emsine, 1000
sacs ont chu g de main a j 1 [4,
; II2-
EUGINE LE BOSSE
B. Martin di Rio
Prsent le commerce et le pu-
blic en '^rral mit son Mtg'&'n
est trausf ir au 1 >el de sa pro
pni, aticien Cale du Fort, de
ils trouveront un assonirreni.ow
provisions le toute irachenr le1
quo : ii/., farine, oianlgce (ilobe,
Lotolti<\ Armour; mess porck,
buf sal, tte de porc, pieds de
sarc, harengs en saumure. Iiareup
ti'.urs, nr.oru. baurre Coperma-
que, Bartram* sucre granul, bis
cuits Soda, huile d'olive d'fispfl
gne. sardines de iVorvge, ep ce
de tous genres, ayon Copco.blei
franais, et de toilette bon mat
ch. bicarbonate de soude, glos
allumettes, sidie's gazoline' bi
re potier etc.
prive les Japonais d'un droit acquh
Ceci noua purte douter de la soi'
dite de la civilisation ^mncaine
Leur sme'icanisnit tolrerait il def
propositions aussi birbirei 9
"l.a pmiiite que lea Japouais et
Amrique ne renoreent roint, ai
murs j ponaisea et . peine digne
ou rtabli notre ettemion.
Nombreux sent Ips Amticr.ini
auJJ ipon- V a t il beaucoup patrai
eux qui cheichmi sdot ter lr*
rrurs Japonais |' tar contre non?
sommes surplis ae voir jusqu' qui 1
point les J ponais en Amer que *
mricinisent f
f'Nulle part les ju-fa ont change*
,)eur rxceori et lu seule diffrence
qui existe entre le Juit et le laponsir
en Amrique, f al que celui l n l'pi
derme de la n ne couleur que lee
Amricains ? D'autre s trangers Oc*
cidentaux en Amrique conservent
usai leuia caractiisliques natifs t><
de l'argi ment que le Japonais n'ai
rail pa d conaeiver ses nurt
natifs est draisonnable et injuste
l'exli me.
"H est impossible par consquent
que 1 j Japonais accep'e la proposi-
tion qu'un nouveau irai * soit concli
aux .tins d'empocher l'immigratior
Japonaise en Amrique.
Fendant la guerre das Amricains
' hyphni" oni t tis actifs dam
un inouvemeut ayant uonr but d(
diviser le Japon uvtc les Kiats Unis.
et des mouvements enti Japonah
battent leur plein en ce moment er
Amrique. A ^uji altiihuer la res
] ui.siil'ii.tt'' de cet tsi de choses?
(Juelqtes Amiicfiua dnoncent
fertement les inilitsiietes Jrponais
mais mme ceux-ci ne sont point
plus p'^ressifi que 1rs Amricains-
Lea nouvelles qui nous* parv ennen'
par des dpche rcente* d'Amri
que solI fanatiques ci U.nullement
fourrons nousy.couiprei'dre quelque
cboie.
SCOTT
est un puissant alignent mdici-
nal qui par lui mme contiens
tous les lments ncessaires
pour donner la sant et la force
Prennez-la pour vous convaincre.
423
Conduite drs Marines
au Trou.
Soin extrayons des Varits, du (.'
19 janvi r. Au Trou, la semaine
dernire- qualra rjwioM frappaient
pondant la nuit la porte! Ardonin
tiuillaume A sa 'emmf qil vint leur
ouviit iis rclamrent du tali;. et
sur ion refus, pnetirent dans U
maison Mr Uuil aume qui tait o 1
li tut rou de coups et eut la tte
caesCe Aux appels de s co-ts du
.oisi ge, le heu enant charg du
ieu auiva (t mu k dlinqua s e 1
' 'a. d arrestation,

a 1 B".
Ui.iiijtme tde local
Nous informons le commerce e
ie pi t>!ic en gnral sue notre ma"
.;-i>i' c-! 1 unsti i 1 iuts du Magasin
ie 1 kl.t NolTIi
Oi y ttouvera un bel as,ol meut
1 uiticlos amiicains, anglais et lien
.11 s des prix trs rduits savoir .
r *:us, ma>l -> huile d'olive de
lilleiH' tes qualits, Veimouth Noilly
Prat, V n du cep Corse, Du bonnet,
il en 0. sur bois, en pelote, serpet
es, houes, t ts repasser, chaudi-
res, clous battus, rchauds, cuillers,
touicliettes et dnVerouta autres ar-
.clea d", quincaillerie et mercerie.
M- NAPOLEON 1 & Go
Demandez le vin Wiiiox
Le u-omtiiuant par excellence
Le I7.V \\L\U\' eH un produit pharmaceutique
de premier ordre et une piparatwn seulf. dans non
tjewe, sa fabrication, le vin mme. ana't/'e et sa
viieur clinique l'alinent. Il diffre absolument des
vin dits Ioniques, communment vendu*.
ILe WLSOXrenf nue une proportion de substances
azotes suqeneureide \0oio cel'es des vins ioniques
ordinaires,ce qui >n fan un reconstituant d'unegrante
activit, dont tirent le plu* grand profit les co rivale-
cents, les anmiques et les tuberculeux.
Le vin nutruil WiSUXes un reconstituant ni
lurel qui rtn^rme une proportion plus grande de
vraies qualits rcu^ralives que tou autre produit
semblable, sans l'addi'ion ds drogues.
Il est h lutement recommand pai les clbrits
mdicales en Anylelene dans to nvrite, neurasthnie, gastrite ndijeaion, grippe n
vralgie, bronchite, j,titiste, 0ffjub.isten ent nervtm
des ners ou de corps.
-^Prpjr par la WKVOX COMPANY, UmteJ.d*
:J&- Lond.es Atgletetre.
En vente en|gros st en dtail citez
A (pilonne tlaijncs
Agent gm>al pour la KpuNique d'Hiiti
19i4 K tedu Ahgasiu ddlbiat,
On demande
a heter une maihine cr\ S adresser au hmeau du j'o^
! Dpart
Sthooner Ofu-Mercit n
demam aprs-midi pour \u\^
prenant f t nsrs g.>rs
Houi tnn p les itiformiHoiJ
dre-8 r i J- M- C tor, N0 19Uj
du Mug-sin '1- I Est. '
:*!. * " ?Tion
IL SUFi*'I r de pr*min
iuu. \cr dHUX jour* ieule..ii,i
m Pilule k D'Bel;:
147, rue du FauL' St-Denis, hj
Hais il faut esiEtflesYiriU
qui ont tout f*it btanck
t tur chacune daiqutllt* le moi]
DEHAUT A PAR)
* ont tt- lisiblement Imprimt n i
) le St inship
Com]
(rOREIGN SERVI ES
Le Steamer t L k Ojjlenaj
New Yo k le 3 r lanvter p'(
au Priuce via les rons du No
Il est a-ten.'u ici vers le 8 i
rs t et partira le mme jour
Colombie v A Aux Cayes,
Port-lU-f"! <*, le lpr F v *
I. F. LEMEMSr
______ g*rJ g net1
r ENTERITI
Pl MALAOIM OASTMO-INTICl
n'arrhavarta^unoiiriiMODi.Enti
uieiiibrAncuM. tnbruuluB6; Con
\ ciilpni.11 pppcuJ . .i il us OU Pe. u. A on*,Eo4m, Fur
QUtftinON OBRTA1NI pir l'uMflj
4tf c
fimdu'te des Mariaics
iiii (>|)-11j lien |
ll'cr vers midi un Marine recon-
luisait la prison quatre million"
renx prisonniers. Il s est amus sur
tout le parcours, l'indignation de
la population! jeter tene coups
ie cosse de carabine les dernieis
<1p cs niHilituii ux et les relevtr
coups de pied.
EfI ce que ces artrs de sau\agerie
on cnnMnnpr encore longtemps et
devront-ils rester toujours impuni ?
( Varits )
4 louer aux Cayes
f rade halle l'preuve la
r.rauj'rne.l'occt (jaiit \lr Donatien
Telmaque devant laisst* le 1er
Fvrier prochain.
S'adresser au propritaire Mr
11. Mercier, Avenue John Brown.
Porl au Prince.
Le Tuipu liai
il II uoiil
C< tte revue de la "Socit natio
sais de gettrspnie" de Washington
i coreacr unis ion No de dcern-
ai l!'-t> trois lorgues tudes Hai-
i- La premiitt est du major G. 11.
Osteihoot jr, U. S M C et s'intitule
/ ne merveille />eu cot.nue de Vlimis
phn uccidehlul ; La Citadelle de
Chnttoplie,ui% monument de la tyranie
-\ du (/nie d'un nu a lltuti a\ec 13
HoairaiioBS'
La dkuxim- qui e-t d si Harry
lobnitOD a pour titre ; llaili ; Lu
ffitm de deux B^puMifinajwmlk$,
ivtc \'2 i! iiHH t ln>i.n.
I ir troisime ; lloiti el ta rgnra
lion \uirle titals wif. avtc lu illui
tranoi s.
l'ne des photographies est celle
Ju I lsfdtot d'Hati et tes aides de
auip, "vnifct quatre gi:i*raux".
Une phrase est souligrer.Eollaiti
lesacntice humain tait (, wastj pre
tique. "*""
[ OBSERVATOIRE
DU
PEUT SHMINAIRE
. (COLLEGE ST MAKTiflL
RENSETINEMENTS
1TE0R0LOGIQUES
Ldi di ji Janvier 1921
Bronftre 764.0
Tempitature
minimum 2P.7
maximum 39 9
Moyerre diurne 24 8
Cil Hair U matine, couvert la
prs midi.
Halo solaire,
baiorr.'ic < r ho'
J. SHFRER
Le Cou-rier-Haitien 1
1 Hpital Gnrai
Sur Pinutaiion de l'Administt:
lion mdicale de l'Hpiu! Gnia'
notre cochre Le Courtier hatien
a visit Its diflrent services de cet
tiblisj que lisoUrrent de 1a plurart des vie
time de i*epidmie.
Eq rerd^nt comp'e de sa visite,
KCtre coi hie a tait pan de sa Ittu
d'a.'iir trouv une installation coi
venable et des conditions de lor.
lionnemtnt contormes sui tg'es d.
l'art.
Aprs dtnx ans...
Le rappoit de la .Commusioi
Fquire qui vient dlie 1ub.1t
apis plus de detx rates dai
tente sans aucun tat des CltSDCCi
accefte?, ne perrret i aucun poi
teur de litres de la Dette Floitann
Je save r quels sont ceux ui ont
t accepis ou itjetc. hauoia-l 1
enecre at'.et d e drux ars pcui et 1
cenn iti M'gt- r Lut tictttion ci
^endarta ne Utta pour ha lit:
d( la Dctlt Kivoiu. u. liant qui ||.
biiii-iieOK n o; t tcus cl i< jtis ti
bloc, hbi-ct justice ?
Noos espions que quand le errp
gi&iatit iUiaa m pn.uui m.)
.ttt irrpo.ianie el dtlicatt question
Mtista.lHW scradwuccc ux baihruii
ae bo. ne toi.
A sa sance d'hier, le Com l de
1 Union Patriotique a lu les trois pre
miers dlgus qui doivent, au nom
du Peuple Ha ven, se rendre i Was
bipgton pour travailler i la recons
titu'ion intgale des bises normales
de la vie publ que hatienne Ce son*
Messieurs il Paulus Sannor, S -
nio Vincent et Perceval Thoby. 1' a
en 01 te dcid que d'autre dl
gu*s pourrort "e dsigns si les
fond<-, provenu t de la Souscript;on
nationale ouverte touj-.uis i cette
lia le permette iv.
Nous oiiha tors tout le succs
ro*sib!e i "i Urioi Pst. o'ique dont
l'oeuvre mrite de re en ouiage.
Pour Washington
Os nous a signsl un far des plut
dmirables qui td venu piouver con.
bien lide de l'Union patrie t que d'tt
^oyerdes dlgus i Washir^tcnaeK
bien apprcie. Deux 1 rr*onnalu>
qui ont gatd l'anonymat ont sous-
ni luu Ci 11 dollars, l'autre deu>
Oilit'i de passage.
11 .on\lei.t de io.lgner ce geste
iisciei qui honore ceux qui l'ont ta>
et de icmiicier publiquement cri
gcuux imis de cette p ys.
IODC
'-:____________________.
' io PLUS PUISSANT AMTISEI
i ii Maronr* ni Cnli
1 /I/iitn/ lirerr.enl ('mriii
t 11 -1' - ! SO 1100 p"iHt'- |
"ANIODOL INTXI
d.in< une tisac. d* Acuri d'or
' vionoUM rtmiCood
km uni
A par ir de mardi lpr fvrier l
reprenons notre trali: Log&o
au Prince.
Dpar : Port au Prince h
Logane 0 heures 1| '
Prix Gourde8 4.53 le vo]
La Direction
Chez 1. J, BIOl
Kxctlient Cetjn i mitelill
bon march.
oontre
CONSTIPATIOI
prnom lea
COMPRIMtl
SUISSES
d* DELORT, Phi
119, Ru Bmlnt-Antof
FARISI
C'EST LE MEILLEUR
DES PUR0ATIF8_
SORT-AXT-IX>fJ
Ale.PETHUS; Fharmtoi Atr
Phanuato n D JoaUn VII
< tout. 1 bonn. Pbmrm
Tout le monde dit
; que c'est simple
Vous n'avez rien tpt.ui die w*lv[\
^oir untloyer un lavoir de sret *M
HK4DY. Vous n'avez qu' >ous savooner
nous raser caniLeni, I
Aucll enui, ivcc6" lanff de ictIargJ
El vcn'e crg'os el en ocu il uC*
Irunik J-Martin
Agent gnral pour H*ii
Italie de la Glacire. Port-iu-lTint*:
^r~^JL^4


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM