<%BANNER%>







PAGE 1

L'\UTN "Ub W opffc UNE 12 if RITAHE TUI3MAN [1 ou PAKtR qui resotiffcrl I action que ri exocer ce prronne alrro IbCt'qoc sur la marche de l'pid '• En imrrotilisani les poouirei %  • tel source ?i (rqurrle de ront; nriDfttcn peurceux qui loni obligea de ie ch que pur dans la rue, la l'uie r od fie ri certainement 1 alluie du Iftpb'r flti. Ercors deux eu no's aurses V es sittist'qoe seron rrrj n araiies Petit Club (-t' iniessani Lucie rrondair a renouvel deinrementson bureai pcu= ure priode de si> mois. Ow M lus : Marcel Villsrd, prsident, Rcg'T Anselme, seetrairt; LOUP Brissoo, trori.r; H. Mayaon, H. Cb-uvet fila, cen.'eiilers. Meilleurs comrliments aux nouve;i x dignitaires. Ce qu'on ne voit pas dans cent ans. Dl hfcbilarls de Bolosse ont v f "M nous anreeocer — tout essotil .1 si ol descendu le morne avec prci| '.lion — qudes quipes de canto -iierv ^ont on navait pas tmer la parler depuis quatre an, ont ipe-;es travaillant la toileKe d> qunt er. i< lait est tellement curieux noullwrl.Hi, que chaque boloss en 1 voul %  .voir la joie de nous sicnale le piemter. Brlement Ce rrattD, pr fa s soins de II on mission du Reliait, il a t 1> 'r su f'ammes, Cent cinq mil!, gourdes de billets dtriors louer aux Caye (g Bm la dlicieuse C rande halle ;'t rpreuve la Criud rie.l'ocouqaDt Mr Donatien relmaue devant laissa le lr Fvrier prochain. S'adr emt au propritaire .Mr 11 Mercier, .4 venue Joiin Browj. c'en au Prince. S SON 4 Si-Frmtrois riin irt/S* ,tle8 S 0 de • &f 1yt le Cetit M^d.c.l, | M membres actif, Honoraire* et i e8 %  mi a d*. .AsHocia.ion d e8 l)am4 de Sain, ducrurant / li ui g t.Si la Chm felle de I Ho pice •oc'c.iod t.11 . '" %  ? euieui p "-ocd B ce. etaLl aeemeut. LH itebur uera suivie du eermon Jrcirconats. *, du 88 ,„d S MCua.edel. lll ei M saX : d.tf.iler.nta setv.ee., Il y aura une queiesu profit de l'Œ .vre. a ii-i ne tlemuti'e mieux Celle boisson incomparalile, d'une eavem xqutM due n l'iirome des fruiU, te pn-MM inslHniBncmeiit sans ft ni tertienla ">on en VtrtMl simplement unecui.lere d. • HUITA dans un iilre il'sau. | Extiret turloutle nom F mita rftlwf-OSjMTl garante an produit prjtit, sain et tgriabl.iT'ati : PriMipsIes Sa fd a it S" d'idotalilin J Reprsenianls : Comptoir Franco-Hatien ///.CI 1 VAILLANT et HOUKT, • Cfl. otfH i" 20BM ** % %  %  fcWw. roiT-u-FBBtr [ i). Martin del |j|j rrfiem le commerce et I blic en gnerai que son Mu •st Irit.sfjrau la\ de sa pni, ancien Caf du Pi, ils trouveront un assorti !" 1 provisions de toute irache S? : A riz fa A rine mu>lfc3! .^otjin^, Armour; mess 1 bœuf sal, tle de porc, pt sa c, harengs en saumur, hi œurs, morue, baurre Coi que. Bartram* su^re grauuU IcuiisS d*, huile d'olive o g ie sardines de iVorvg^, %  |de ous genres, ayon Cop.J ;lrauais, ei de tciletie boni f r h bicruonle d' soudej allumettes sache-s. gazo'i'ie' re porter etc. tour voyager A peu d frais iu Cap, <*OQa*es, Caye? j nscrivez ous aux bareaux Matin, 1358, Rue ainria ; n r Objets religij^ .i'oii ctiuix pour cadeaux u choix d images pieuses. Mdailles "Uon Cor.aeil", Dame de Lourde, tic. -J En vente la libraitie dn M^J .NI VeL(e p#r voie pare A t Lire demain b Cigeuts d'une 10 onie. fAlTS DIVERS Of-SKUVATOiiK ri; PEUT SEMINAIRE t OMFCEST \. M TIM. FENSFIONLMENTS METEOROLOGIQUES %  t i' 2; hnviet 1 y ? 1 Remerciements Mrnsfeai Georges Rotin et M^ erfaLts nmerient livsouot toute * M •< nnes qui les ont atsi ts 1 oaaion de u rro.t ptmatui, lu bile (t aur Lionie si dou ur ll;S emenurUvca!eur;flection A IOtfeles peiiO.nes.qui.nfeite Instt ciiccastance. leur ont donr des p e.vuds yo p th e particule •eimri aux rel.gieo.es da rEaUrnsi bleRoss de I ima, aux lves de |'E oe S.ctale de Siro Dictylocr? phe, aix errp'ov^du R ctveur G On fai* savoir tous p^ux nutl aP putiendia que e baiutl qui M ". iui.1 -euf Jaiivte r courant a dix beu es du manu il 8tr a p,oced en! ternie et par le mima re de Jde ^es arli les Vous a %  i ni c " ,h8 '-'"'e Por.-au' 'ce, la vente au plus tt.aot et irruiar euibanaaaur de quatre ra.ns ontlgoa, .„ Tu^ ta u de la s x pied-, d, teada ooacun sur cent No d pat la toute FausUu 1er, au! oud pu. uu mta du mme San! lit tar Cynli Liautaud et tuebtpurha autres tauSa dont 'uu "c d7p.-d.oa f c*de au. -Sa ^dHdepiclondeuiaUu.ne^ piedsceKHde.oria.o.tedeK.u^ Et l ?>£ SLP5* dtf P'utonaeu fcbt a. 70 ^teds (i pouces ut profouJeur Ouest, bornes les de H u aordpar lu louta rau.tlo UT, au * Pa [ B ,e !e d la ,um Vo Hio.e, a lai Pdl | e a afcUX pitll 7 er jerraina. lot. qu'il. .0 poufsu vn? F1REST0AE Ventes d'occasion ^Jt > ?" r que f ueS sem rne 8 encore, je suis mon do^ir m)n mable c •iitele.prop itaires d'auto Jcclnulleurs les articles sTvi Chambesair K rises lOz.'i or 2W roug s O 13 2-yO grises J'JxcJ l|2 3.00 rouges a0i3l|a 3 W Ces chambres air sont de oute fra'citdur A part ces ,|j tensions vous trouverez encore pneus & haai J>res a air de toutes dimensions, q alit Fab.ik & Gorls" rireslone ? 1 une u ? s e iuires luei des 'EJ ,. nftrt , : u ,s el >''Tie journellement en irofl raaOdiinb es ••reiaUUO pneus, | a preuve qu'en a^ei ces iNnles vous tchetei la quali se rsumaut dans le leilmotifi flKLblONE douoe le plus de kilometor pir dollar Huile Polamlne gallon 1.40 Entente chez l'agent gnral L Preelaaiii Aggerhalm ; OODOOOCX>OCX)OOCX5000000CX>00000 Ba moire Terni ^ t.tu e miniinom 19.1* maxnrinm JT.O jour ; couve I II Moyenne dir Gui nuagi'U' nuit Pluie d'oage i 9 h J m. Pluviontte 4) .\ mm Baiotntr. en baisse J SCHERER Une liq'iidati n inattendue Proliant de la forte averse dhiesoir, trois Mi ri ns sriis p'fette d s'abriter, o-t entts ch ?. M Drro sier St-Fo:i i I.-i'ue au No 1710 et ont fait la Iquidition du piit rotr merce'enu a*f U nomme V un — Tout a t£ emro'" 5 ; P^S un reotime n'est res d.oi SM hsrqun Ke\olver au ;oingces 1 ; li s de l'otdre 011 r> is tout le j nher en ttOl. i • r -J— w M veut \j ^ %  %  %  ci. ^ al,i sprse.leritl'tvprtssion mue a ,U,h(J P ^ie s x r, nu !• I.Ui p.olondt ieconn.i.n T\^*l£ il ? %  f& corcp reut et u/mndeo rien excepter ni rserverSur lu mise prix de s x e n sans eu %  Illl p.oionde liiSEST" i?^ 'i 01 ^ %  * ^ I* blo.ard lior.mnville, en date du Voici re q e d t Le Figaro d. !?*J" M '^"ei"par saeTcom I Aa. di lemtn,: e lundeinen. f,i au dit .leur td d Le l.re de rrison mode-ne LA Ujr ""'VUe. M U,fd VOdi Frmipi vent de pa-allre, o uAjJ"? %  l du .ieur Antoine 0. toi j. e, les ee, ( LBeau Voya N *• • fsa & bSriS ln l V V, le I tires e le< \u Les V-ri n V*tr^,n^ot. ireau de "es enfin O M t'Ottve i la lois U *' 0lt "*' 1 '" l'g'tBMnl des lorpriiei pi ,ty dev conseil* pratiques dd ro.t oseel ,t AI ut.,n. q., |. A g.Bds Famine se pr>eo'e ? o Je la forme I. p i„. otuensa n du meillenr P- L Rr.oddir., rrodeme P.er.e L^lfU y 1 ipi> w tous ses sons '•' vn'eiU Librairie du. \ |.lu, q< na rruque qmlqnn eiemelii ic rwca, le 27 Janvier l!)>t s itl\S LOUIS Dfendons nous Prervervou des foules, prescrit le Serre d'ttgglit* D' Rodolphe Cluide lJl}nc f**q Vc n > i#J Medeoma Chir rt;?t. r 1 ard e ^ a ** oui, pan de cinma. S| cieiiH : M'u.diP. de Hue l'ioveuce, Jacui'I Constipatron, Dyspepsie, Indigestion, Foi. TorConqurez les avec les Petites Mutai Reuter Tenant X 8aa 'COliqUe * —S Les Petites Tillules Reuter peuvent tre 8O ^ OOOOCOOOOO <^OOOOOOO


PAGE 1

I H MATIN Sale Exlraordinary OfSHOES andHOSlERYl Hav.ng bou.ht out an entire New York bouse of SIIOES. cornons f> ^eral thoaee and pa.ra ofIhe beat knowa for raen.women andiSldren ne will be ofered to the public a> pries rang,n R &om llftv nprl SftR •* B 0\V THE ACTUAL NEW Y08 A^AIL PR. Jaud'anv^ 118 f ^ %  "• %  • %  ef ' a-id ihoe. in 7*tf oflW lu-ntyntw bel m m in tlnsœuntryAn bfvrtumh tbat es on/y once m a lile UmeU Take avantager* (bit EXTRAOIIDLW RY OFFEK anl make votressa augiiifc w w piwe a u !" uai ^ $ s \LH bUITb, bHIRfa. riES, CAl'a. etc. etc ali of vvuicb w.ll be offe at greatly reduced pricea. ue one DO NO! FA1L TO CALL AND MAKE YOUh PUACttSES/, at l/io Kue du Magasin d. l'Etat for m. Prince ? ente Ex r ordinaire du Soulier* 0 Bonneterie compr I OllilJi dt • lui Ayen ^chet New Ycik 'ont une maison de rhaea*Dra pluait-ur* milliera de pauea de la meilleure i| leN' pour iea et Enfants, noua les offnns a'i pafelic de Oj 73 a ) au >ria de dni soutl N w roifc, e stock conipreu.1 un aasorthneui g<5n rai deb)ttine-< et de gju titra uir et en toile. 'est une occasion q l'Jn'a jnun,yfi^v m> k vralgie, bronchite, pldisie,i • r *$**? EMPLOI • Lut „IUa c,fi mUt tl liir M i Tnta aot testas lu 3,n,3ir! g Htffe LABORATOIRES A. BAILLY 'i, RLB DE ROME, P.VRJS • v ,.:. O'BOL k-irr et ranmie ^, Un mois de maladie abrge Votre Vie d'une anne. Le GL&BOL permet d'viter lesmaladiesen augmentant lu force >de rsistance de t organisme, puisement nerveux Convalescence Neurasthnie PAlea couleurs Surmenage Communication l' Acadmie dr Mdecine du, 7 Juin oio. Ubliasctnenta Chtelan. 8, rue de Valencfennea, Paria, et tnutea pharmacie. — Sauve de l'anmie par le Globol L'OPINION MDICALE : • Dan %  %  %  ' Us brcytoit 'e esi re • i.t o %  p a-ae. nu tuise ^.ui.ne, uistMii V AVI c un bc rd, m eiueu 1 a "t beil te' 8 u.o i ,a dv ventiii t. uib tout mouvoti !' W. „ ui u .bi.BUta bib to hequca Jta til s ~-£^ ,df l't|P'in ^^ LuiibianiH lautic ,e' l c8 aux aont o uar-l. -i.. • u. ..u.bi-ir u tiussaca uu louieui. l yr n,e ,orco cu:i O IH i' at pu s IUJLO. tttin quand ou sihtn nn .„„. m .alla tu qt-drun a d.us lZuiruQuoi P nioteor %  • • •• % olr qutlle %  jDt apL/uiua ..atir, i. faillie tio.< ut. ubaqua ... 11 qu st a '' • ori l,6b v ""de (baque pi.e son mu leuse^ent .Omiej ,Mt "D!a§i e lea | islitea ^jS le muieui fus Voua) VW-JHZ i.cutai um. u* J .. ,. I Su.-zq.M aa f-bMuupai U ul ^JS^tS^Ji DESTIN3HOUSK.YOuJ le .hmpde.i lectricil. aw-aiiou bien connia par tf8 alloua aui rempr 1^^^^ .' ^^Sr **'*** N** r.*| rFatiMfAoia(i tilaetrh lnienutioia CtT N w-Yok C y U. S A ? isuiim ..s 'l -J h rate i la Librairie du Malin Aliuanach Hachette M Lins tant lu (juste J5T 'Commerant 1 £Su& Ani o,ice sa client'e qu'il a est plis la Rue Thomas Maaiou, mais bien 1723 Rue Courbe, i' 4 ',



PAGE 1

tE MATIN Grand Hofel de France P. P. PATRIZI, w e On y trouvera Dis \ INS import* direc'tmeni de BiHSC, garantis purs Des VINS de BORDEAUX de premer choix. 1 I s I < OUb&' t iciu Lai tniyt uc G 7 le gai on hl AhC,i'ttaacmoilltU£ $ le gallon. Des VJKS F1N5 en Ivw.etlUs, des Imuturs des meilUwts marqvil tl lOUluUIS If jvlhlUX Vin du Op(o\se au Quil qui. a A des prix ti i modirt] Grand rabais pour (es ventes en gros Socit Commerciale Hollandaise Pas de bals pas de cinmas Souscrivez pour COmb ittre VVira de r cvcir une d's mnl'eures marq-res de vin f n PQ | vkAwkta 1)/* fini il v telle, dellollaid^eide himpagne, tarie bhoch-, frite ^ pUtemiP. Lte/enil Z Car e j l une de t hampot nrts a i u. El e'.l nu savent u Tranaatlanliiui Hue Dmts Des'.ouch'S Ko 110 VOUS VOUS tllH s! .ji-i es. Tout le ni ndc dit f(jue c'est simple P Vous n'avez ri"n r ppm die a v fli I dp pou voir uni loyer 111 rasoir de sret EV'KRRKHlY. Vou* n'av-f/ qu'il OUI savcnre 61 vous rar< 1 raniment, Auiii] er lui, bvecG Ismrs dp n. Ii >rg Prit (i £ urdts El vente en 'os et en dtail rh 7. franck J Martin Agent gnral pour Haii I f c< de le Glacire. Portau-Piince 1 Procd souverain Cet tre l'alastrim ou la petits vrole %  I YSOI. drs'iifci tant liquide, presjre inodore. LTSOL StiAVIbG CliKAM : Crcmed iota tint pour la barbie 1 YNJL StVuXSavon dsii.lec aul pour la toilette et le bau, DKRiiOLAN : Crme knt'pep'lqufl pour les soins de la peau df-lruil 1rs IK ut us et enlve les tches, FEBLCCO : P< ur rhvfiiuade la bouche Produit! employs dans IOUSIPS lioma x de France. d'Allemagne kl de;E ats Unis. Fabricants LEO\ R. TIIRBAUD iJLUN fi FINE Agent dpositair: En vente d. us toutes les bonnes plnrmacies. AVFJVDR Vin fin rouge et blanc De la Socit VUdeote de Pordeaux l'ai Ionique chez A. Victor Gentil Rrf du Hffwro de l'Etat / lue ('e la CathdralePar gallon t lie Un dentifrice scientifique De saveur dlileof. rafrachit l bett la aorae. Son a-tion est effectivement antieepiique il ide froraft. 1 -1A, rJaaim les fente rareo qn.l nan.t.fn la horohe .en -epr,. ,.„• ,, V e tel mbcora hydrate terme.:ta .h. et qu'il dtroittdti q 0i ,t,ir. ,n .idnblcs de micicLii 110* voquantla formation ri acide M KOLYNOS : l'rtprre d'a res ure forn 1 | -. p r v. K JFNK'NS P D S • In-enot-rz votre rif.,iisifMrlH(lii; K DENTAIRE KOLYNOS' ,Ln vente dat.H tout, s le l'huumi. 8 crt dan i* Magaaloa. f ranch ./. art in Agtnt y irai four //;,/, r 0l / 1 ,„ p, ,> iCf Panama felrcad Steamship Linc. Service de fret et depassayerj New-York Hal Port ait-Pince, lt> 1er Sepembre 1920 1 Preran 1 e'pnl t'ont directes piur l'nglelerre et l'Europe et vice-ver.a. Conneximl bateaux New York. I e nlm rapide et h o'us direct service le et piur l'E irofe. iilrql A %  : l'.i'er.-o , Gene-al l'Vi lit Agent, 1 State Strejt, New York Cly.— fret pyabl de ti 1 a'ion A l'exception du Miel Un dpart par mo s de New York directement pour Port an Prince et un au're rro's pour lo s le por^s d'Hai i.— Seulement p'sage de pr inoire classe.— Les sair sont i os agents dans les nnneipaux por s d Europe et d'An^leteire : Angleterre Ecome H tranee : 1/11. G.W. Shelden af Co 9 11\ J nn s Street, Ltm pool, E a gland. ( openhagne, D nmirk : HA. A. E Menai x & < o # 21, Allgade, CopenhaqA Gnes Italie : MU Henri Coc $ Clerici, Piazza+S Mattio. 15 Cius Italie, Lhrhtiawa Norvge : Interna tion l p dmons&elskap. Christiania,, %  Hambourg II magnt: 11. Vogemann, Hambourg Gollunbou g Sude: Aod h Express, Gothenbourg le jiivce d* PDma lice ert e New Y ik et H iti, en vue des arrarg'menls qui se soit fi sera d'uoe ut it considub e, tt est la \oie la plu rapide par laquelle vos marchandise; pc.iv] t e rxtdie. Des (Onnaissements couvrant fret pour New-York avec opioni de livraison soit Londl Livtipccl, le Havre, Bordeaux ou Anvers reiocl livrs. # 0. B. TUOMPSON, Agent gnerai age.it pour Hati •-—% HOME INSURANCE COMPAXV Pile perdez pu* de aue que la Home Insurance Company \Grd*e l'intervention active de Mr Euflne LE BOSSE, 4 t la nrem re Compagnie d'Assurance ollrir a x Iluitieng une prolec'ion ^un tajx ahorJ La Honte Assurance Company I a dooti d -i preuves de sa lo/aut, de son quit dans les rglements d'assurance aprs de grande conflagration. AssureA-votis contre l'incendie d la Home Insurance Companyjj Eugne Le BOSSE 1 Avant de contracter aucune ovaire d'assurance, / vous difiera gratuemenCpir d*l*A sur les au stions qui voui intressent, L t*p I^UH WCM LQEPANY Seclwn maniime assure contre risques [de mer les vojagss ciien de port pj l d'IluilL. Lucjne LE BO^SE igent pour Hati. — Por niVt i


PAGE 1

Quatorifme anne Nos 3992 Port au Prince! Hati Yiiraii 2i JajiYiw IMi DIRECTEUR-PROPRIETAIRE,; Clment-MAGLOIKE LE NUMERO 20 CENTIMES Quotidien REDACTION; Rue Amricaine No, uri TELEHOM\ 48, Les vraies rformes,c*est-dire celles qui peuvent durer, rsultent d'une transformation protonde des ides et non d'une rvolution. ^ %  Gustave LE BON • -"— — — i—i~i Mr Paul Rebouvi i ET La Question noire .on/rei ce faite en Novembre 1920 \niversit du Faubourg (Paris) en \sence du gnral Verraux et d'un )tic de ylus de mille auditeurs. SUITE & IIN riant, la race noire, malgr vexation et de perscutions, a en Amrique donnai J incontestables qu elle tait Etble Sougtz qu'ea 1(J0, il interdit aoua peine de fouet signer les %  g-es, de leur apIre & lire, & crire, comp er. fcreient, la aeule ville de Phila lie comp e plua de cent mde it dentialaa, trente evocats.onze \es, trois centa comptables at [plies, qui tous aont gna d lur et travaillent comme de* |s Dna C3tte mme ville, une je ngre fait pour plua de mildtf dollars d'affsires par arme lpres de Philadelphie poss11 bpitauz, 14 diti-e* publ e* ar plua de 10 millions de dolle proprits foLCirea, et il actuellement 38 universits |s aux Etata Unis. Je crois que m bilan respectable pour des lont lei piea et lea mres ls esclaves, et je crois qu'il y In ergurp'nt de valeur contre jrsonnm qui dclarent les DIncapablea de se civiliaer corn cent, avec cet'e mme aesuran(avait aotrefoia M. Tbiera poui |er que jamais lea chemina de remplaceraient lea diligences. le voua ai pas ^a.l > juaquici [grea africains c'eat que je conna a qu'a l'tat de irana i, c'eat--diie aux Etata Unis Antilles. noira des \ntillea mrient tetition sptcale Aprs avoii la mer lea upupea franaiaea 'aises, ils 01 t conquis leur in Idepce ce qui n eat dj paa ai l ont corn nenp par taton peu. it vraiment nous au [mauvaise g lice a le leur retr. lia ae . nt para de dcode galuna, d j titres, suivsnt b ea gentiment l'exemple que ur avions doan et que noua IOULOOS encore. Ils se aont iu Ki dette capitaine, dtre ce dont noi.s pourrions rire renne chez noii ne ae rjouis I tre ofticier d Acadmie, lia des sorciers e. des rebouteux I" noua avoua noua-mime des jn-nds de spcitIUs pharmaluea lia ont fait dea rvolulea qui s t pour beaucoup eux le moyeu d tablir une >. .\ t tmojua de l'une l-ouy ire bituquelquea coupa V, mau ces guuda coups de •' Ptaucoi.^ moins de mal la nation que les petits coups d' bitte r, d- whi ky, de achnap ou d( trois -six offerts par lea dpu'a eu ropens durant lea priodes de pre pagande lectorale. AI as aussi lui que 1 eiervescenet ?? c lme > combien on a l'impression l-bas d tre dans un heureux pays La socit de Poit-au Prince est eu hve, sensible, renseigne sur tou. ce qui ae paase et toui ce qui se publie chez nous. Un simple trait oeu en fiire foi ; Lorsque jidis *unsouBcription fut ouverte pour lrei bon d'une aiatue a Victor Hugo, llafu voulut y participerDeux COL trences furent organises Pou au-Prince; on y ace ama le nom d pot) pendant dea heures entire-, et dans cette seule ville six mille francs de cotisation furent tasse m bls. N'y a-t-il pas l un tmoignage touchant de sympathie intellectuels et lea bons nauens ai largement enclins a tmoigner leur admiration su faveur d'an pote, ne nous out-iU pas donne ce |oui-la un signe d amiii qui a tout 1 air d un exemple. H en eat de la question ngre aux E.ht Uuis comme de la plupart des ques IOUS qui me tent aux prises de* partis dont les sentimeuta aont con tradictoirta parce que leura intrt; sont oppose, lamaia cea question l ne aont traites avec bon sens, e dans le moment mme o Ion pailt d'impaitiaht, iea geua aaimeut dej< lea uoa contre les autresToutefois, il m appraii que dire dea ngre? pio iaires qu ils aootitnpeifectibids, ces anticiper b.en sudacieusemeui sur dea vnements future, Au COL. traire, dire dea ngres i lia oui fan cela, depuia soixante ans sacs doua pouirom-ils faire mieux, ceat si tonde r sur une ralit pour en px voir une autre avec laque'le a'accoi de tout de mme le progies leu. oieu lent, mais tgulier, ues efforit numaina, Et meuie ai le crdit que j accorde Je tout mon cœur uoa frtas colo ra ue vous semble paa encore fou* Je aullUamment, ayez pour eu* quelque ludulgence-lia aont, dana le peupie, ai simple, ai ingnus! Pour uia partil m'est arrive quel quelois de trouver uu plaisir conao lateut dana la frquentation de cea mea gentillea, innocentes, toutes olaothesi V eat la gr&ce que je voua sou 1 ai ce • Puisse la candeur des L gra. Mesdames et Messieurs, voua consoler paifois de la noirceur dea olauts/ 4>AUL REBOUX QUESTION DU JOUR (( les campagnes -•M Adressez-vous au iitiUn o(i l'on voiis fera desjconditiQns meilleures que H*im porte o. Il parait que l'pidmie de fivres avec ruptions que noua subissons a ge^n lea campagnes et que les cas / aont beaucoup plus nombreux qu'ea ville. Pour nous ea asaurer, n n >st gure besoin de statisti jues. iiuu i avons le tmoignage direct de nos lessivirea, de no3 cuisinires Je i.'js fournisseurs habitant la eau. pag ie et de tous les amis que naut y comptons. Chaque jour, c'est un d eux qui est supple dans sa be logne quotidienne,frapp a sou toui .jai la maladie. H jureuseinent. les ravages rurau le U maladie ae sj.it pas frquem nent mortels. en juger par la reai pan on soudaine du marchand dt %  ait, del fouruisseuse d'heibss ou ie li iessivire, avec seulemeut u face dea pointa noirs qui dj s'es(oinpeut. La gurisou arrive san neueciD et presque sans mdicaneu' pharmaceutique. Des bains ai. nati iues, des simples, dea lotions >a* : de tatia ai d amidon coutre les oou'ons, et c'eat tou.: Comparant ce peu de ravages.cetu ibseace de terminaison funeste, uu* JUUUU de la livre de vaccination, nos compatriotes des campagnes ot e so jcient pas ainsi d'acqurir i'im mon aatien scient flqueOo oa peut 4uere en vouloir a leur repuguauct (orsqae nojs constatons que cesi le vive force que lea citadin. Je certainss claasea se laissent vac ciner> en dpit du vacarme bruyani Jont chaqie jour l'pidmie eat l'oL jet. Le fait est que, au point de vue dt jotie mentalit, tout esta refaire e. jar la base. H y s quarante annea |ue IIOU.1 avons t visits par ii jetite vrole; et avant celle de 1881, d y avait environ le mme laps dt temp* depuia 941 la ma'adie avait ieja apparu daua le pays sous la loi me pidmivjue. Le long rpit queli met (Uns l'intervalle dt es appariions efface facilement le sjjvenu Je s. s in. faite dana l'esprit des gm raiioi'S ; le temps amen si douce me.11 Pojbh I On se dit alors que h mouvement fbrile de vacciuatiot, tait p .rue de la mise ea scne a 1 pidmie,et une fois celle ci passe. JU ne penae plus se prserver dt nouveau Oo ne se dit mme paa que mal peut, dana l'intervalle des epi lmies, montrer sa forme endtur jue ; car nul n'ignore que des est isols de variole peuveut, exister a toute poque, 11 taudrait donc qus la notion dt ta maladie fut assez rpandue, et dt faon constinte, poar que la vaccination lt rendue obligatoire pou. tout nouveau-n. Oa se prserverai uosi de sang-froid et sans panique. Oaos le peuple, la chose marcherait galement tout doucement, puiaqut la connaissance de la maladie > existe dj empiriquement. En ce moment, uous faisoni de la prseivation en sauve-qui*peu, et le iohu-bohu t&t invitable. Nous pa rons au daDger au moment menu o il est dans notre sein Les piocls de mdicalisa suivent aatarellemeni ceux de la prservaLoa. Les maladies ont peur des Uaitemenis qu on veut leur imposer, et leurs pifrences vont &ux mcauaiioas populaires ; ceci est absolument vui pour les campagnes, et 1 es; encort en panie poui le* vidas, Voill pourquoi les gens de la cam I Tel est le titre d'une bro:hurette que de Pans o il est actuellement, Mr Emmanuel Kernisan, ancien dput de U 24e 11s lgislature, a bien VJU'U nous faire gracieusement l'en voi. luit un plan de rorganisation ie notre vie nationale y a t labor. Un souille de profond patriotisme circule travers ces page o l'coiomiste biea connu a traduit on rel souci de voir sou P y vo lue. M Emmanuel Kernisan est ur ^artiin du travail biea t ordonn et encourag . C'est selon lui 4a faon a plus rationnelle poar tous i^ hait *ns de tirer profit des avantages oasjirab'es que recle le Py> Son :oeur de patrio e se soulve avec ir 'igoation contre / injustice, la caust le tous les bouleversements politises et soctiux. Il rclame poar le :mploys, ouvriers, travailleurs dt la terre et journaliers un salaire juse e quitable pouvant leut permet tre de mener u.ie /ie pleine de di !>nit.Q4 l'oa cre— conseille-t-il— des institutions de crdit et de; tablissements de travai 1 atin de facili ter tous les ordres d'act vite natiotale. que l'impt sit reparti pro >orti innellement et quitablemen mtre tous les contribuables, que pai jetits lots une partie du domain atioial soit distribue aux lrav.il aura hatiens qui n'en possdent pas Passant un autre point de vue— t poiit capital,— M.Emmanuel Ker usan dans son programme est d' Il c )atrairement la dernire con tiution que le Prsident soit lu pour trois ans, et il en donne d; ju licieu s es raisons. Continuant toujours son plan dt rinstiuration nat oaale, il propose ta cration de conseils gnraux da^ les chifs-lieux de P.tcture, etlUi lun Ministre de Travail qui en; ob ra celui de l'Agriculture et loues les autres lormes de travail, d'uc viinistre de 1 Hygin; et de Solidarit losislfl ainsi que plusieurs soussecrt .1res d'H at. K ea n'a t nglig dais le proj 1 ou m s au peuple haitien pai l'au leur de VeAppel, comme on le vera par ses propositions de divise la Rpublique en 7 Dpartements, en nfectures. de tuer les indemnits les g anJs fonaionnaires, de per* nettre au Chef de l'Etat d'avoir un joste diplomatique a son choix tprs l'accomplissement de son man lat, d envoyer un Ministre plnipoentia xe Londres, Ko di laneiro t da s quelques Rpubliques du Sud d: l'Amrique, sans oublier un LE. MATIN ABONNEMENTS PAR MOIS PORT AU-PHINCE DaPARTBMFUT ETRANGER G. :,oo G. 2,50 G. j.oo \ Les annonces son! reues au Comp toirs International de Publicit u, Hue Tronchet, Paris et 10. 21. $231 Ludgate, Util, Londres] pagne, une lois le principe de la naladie contract en ville, se htent ie s'en aller chez eux, et aussi pourquoi b en des malades de la ville • emp 'st-nt de s en aller aussi d ira /ers champs. LS polmiques autour le la questioa d'internement augment .'exone. Un.tais dehors, le malade est a moiti guri, grce de l'autosuggesiiou. Pour 1 autre moiti, il s'en remet i la Nature. La Nature haitienne a tait dj taat de MedifSJ ; au premier rang duquel il faut p!a:er le (ail que eaplc hatien eit encore U, Vo iv elles Etrangres 27 janvier PARIS, 26— Sterling 51,80 qa, Oo'hr 14,12. N-W-OXK -Sterling 3,84,Fran: [j,8c. P V.RISLt Confrence entendit l'exp>s d> M. Oau.n;r au saj:t de 11 q 1 istioa des rparations.Lts m a MM ie ,1a coafreoce dsirant dt >tecisioai M. Daumer apporta det locu nsots complmotaires aprs tui: desquels la qiestion sera de louv :au examine. W\SrilNGrOMLes dveloppe nen s de ^la suuatioa japonaise, X a su te de l'ait -nt 01 donne ce •ujet par les memb.es de la commis •ion snatoriale des allures trange; es, s-tnb ent indiquer que la consi* lrat on de cette question clipsera' pour ie moment toute autre. Li note du gouvernement japolaU promettant une enqute corn pl e de l'incident Langdoa, est io lerprtfl conm; indiquant que Pin hdent malgr la gravit sera ajuste tria de ne pas retarder la solution lesaitres eaire les deux pays. Oa croit savoir que M. Colby s'o: :upei1 de la question japonaise ds .00 r.'our, mais malgr les prog's •atisf ciants dj accomplis et le d iir v. lent des deux pays d'examiner e prab' ne d un esprit coaciliant il >emb e que la solution finale devra lvit biemeat :re renvoye k la Kocfa ne administration. Chez 1, j. ma 10 ; t \-. :ellent Coton mite'as trt ion m .reli. igent diplomatique au Mexique. La lure >u la toaction des luges aux Tribu 1 tux de premire instance, d'ap jel et l Cassation,la cration dune nilice 'ationale et en dernier lien lenvo. en Amrique et en Europe ies jeu es gens dj forms par nos icoles professionnelles sont l'objet ie sa y u d'une atention trs srieu se. Ap J avoir dvelopp cet impor tant p igramme, M. Emmanuel Ker aisan c tture sa brochurette par un appel .. 11 h.i tiens en kurdemandant le dinn.-r par leur conduite le plus grand d menti aux accusations por tes ce re nous par M Daniels ce potentat

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05298
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, January 28, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05298

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatorifme anne Nos 3992
Port au Prince! Hati
Yiiraii 2i JajiYiw IMi
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE,;
Clment-MAGLOIKE
LE NUMERO
20
CENTIMES
Quotidien
REDACTION; Rue Amricaine No, uri
TELEHOM\ 48,
Les vraies rformes,c*est-
-dire celles qui peuvent
durer, rsultent d'une
transformation protonde
des ides et non d'une
rvolution.
^Gustave LE BON

-" '
ii~i
Mr Paul Rebouvi
i
ET
La Question noire
.on/rei ce faite en Novembre 1920
\niversit du Faubourg (Paris) en
\sence du gnral Verraux et d'un
)tic de ylus de mille auditeurs.
Suite & Iin
riant, la race noire, malgr
vexation et de perscutions,
a en Amrique donnai
. j incontestables qu elle tait
Etble Sougtz qu'ea 1(J0, il
interdit aoua peine de fouet
signer les g-es, de leur ap-
Ire & lire, & crire, comp er.
fcreient, la aeule ville de Phila
lie comp e plua de cent mde
it dentialaa, trente evocats.onze
\es, trois centa comptables at
[plies, qui tous aont gna d
lur et travaillent comme de*
|s Dna C3tte mme ville, une
je ngre fait pour plua de mil-
dtf dollars d'affsires par arme
lpres de Philadelphie poss-
11 bpitauz, 14 diti-e* publ e*
ar plua de 10 millions de dol-
le proprits foLCirea, et il
actuellement 38 universits
|s aux Etata Unis. Je crois que
m bilan respectable pour des
lont lei piea et lea mres
ls esclaves, et je crois qu'il y
In ergurp'nt de valeur contre
jrsonnm qui dclarent les d-
Incapablea de se civiliaer corn
cent, avec cet'e mme aesuran-
(avait aotrefoia M. Tbiera poui
|er que jamais lea chemina de
remplaceraient lea diligences.
le voua ai pas ^a.l > juaquici
[grea africains c'eat que je
conna a qu'a l'tat de irana
i, c'eat--diie aux Etata Unis
Antilles.
noira des \ntillea mrient
tetition sptcale Aprs avoii
la mer lea upupea franaiaea
'aises, ils 01 t conquis leur in
Idepce ce qui n eat dj paa ai
l ont corn nenp par taton
peu. it vraiment nous au
[mauvaise g lice a le leur re-
tr. lia ae . nt para de dco-
de galuna, d j titres, suivsnt
b ea gentiment l'exemple que
ur avions doan et que noua
Iouloos encore. Ils se aont
iu Ki dette capitaine, dtre
ce dont noi.s pourrions rire
renne chez noii ne ae rjouis
I tre ofticier d Acadmie, lia
des sorciers e. des rebouteux
I" noua avoua noua-mime des
jn-nds de spcitIUs pharma-
luea lia ont fait dea rvolu-
lea qui s t pour beaucoup
eux le moyeu d tablir une
>. .\ ohganhie n h site pas pro
un \at de violence au bnfice
\lques profiteurs Un liai i. au
de ces bouleversements ao
do pttita commerante, dt
f'ea avocat?, dea docteura b-
ni ont promue du jour au
"in aux foncions ls plu*
tout cemme on a pu voit
ious uc socialiste aux plua
i desseins mand par la prtaque
'aj' des parlementaires, pour
r premier magistrat de la
llique.
l'eor, cea rvolutions d'Hati;
lu exagrons beaucoup llm
lce- J a> t tmojua de l'une
l-ouy ire bituquelquea coupa
V, mau ces guuda coups de
' Ptaucoi.^ moins de mal
la nation que les petits coups d'
bitte r, d- whi ky, de achnap ou d(
trois-six offerts par lea dpu'a eu
ropens durant lea priodes de pre
pagande lectorale.
ai as aussi lui que 1 eiervescenet
?? .c*lme> combien on a l'impression
l-bas d tre dans un heureux pays !
La socit de Poit-au Prince est eu
hve, sensible, renseigne sur tou.
ce qui ae paase et toui ce qui se pu-
blie chez nous. Un simple trait oeu
en fiire foi ; Lorsque jidis *un-
souBcription fut ouverte pour lrei
bon d'une aiatue a Victor Hugo,
llafu voulut y participer- Deux col
trences furent organises Pou
au-Prince; on y ace ama le nom d
pot) pendant dea heures entire-,
et dans cette seule ville six mille
francs de cotisation furent tasse m
bls. N'y a-t-il pas l un tmoignage
touchant de sympathie intellectuels
et lea bons nauens ai largement
enclins a tmoigner leur admiration
su faveur d'an pote, ne nous out-iU
pas donne ce |oui-la un signe d a-
miii qui a tout 1 air d un exemple.
H en eat de la question ngre aux
E.ht Uuis comme de la plupart des
ques ious qui me tent aux prises de*
partis dont les sentimeuta aont con
tradictoirta parce que leura intrt;
sont oppose, lamaia cea question
l ne aont traites avec bon sens, e
dans le moment mme o Ion pailt
d'impaitiaht, iea geua aaimeut dej<
lea uoa contre les autres- Toutefois,
il m appraii que dire dea ngre?
pio iaires qu ils aootitnpeifectibids,
ces anticiper b.en sudacieusemeui
sur dea vnements future, Au col.
traire, dire dea ngres i lia oui fan
cela, depuia soixante ans sacs doua
pouirom-ils faire mieux, ceat si
tonde r sur une ralit pour en px
voir une autre avec laque'le a'accoi
de tout de mme le progies leu.
oieu lent, mais tgulier, ues efforit
numaina,
Et meuie ai le crdit que j accorde
Je tout mon cur uoa frtas colo
ra ue vous semble paa encore fou*
Je aullUamment, ayez pour eu*
quelque ludulgence-lia aont, dana
le peupie, ai simple, ai ingnus!
Pour uia part- il m'est arrive quel
quelois de trouver uu plaisir conao
lateut dana la frquentation de cea
mea gentillea, innocentes, toutes
olaothesi V eat la gr&ce que je voua
sou1 ai ce Puisse la candeur des L
gra. Mesdames et Messieurs, voua
consoler paifois de la noirceur dea
olauts/
4>aul REBOUX
QUESTION DU JOUR
((
les campagnes
-M
Adressez-vous au
iitiUn o(i l'on voiis
fera desjconditiQns
meilleures que H*im
porte o.
Il parait que l'pidmie de fivres
avec ruptions que noua subissons
a ge^n lea campagnes et que les
cas / aont beaucoup plus nombreux
qu'ea ville. Pour nous ea asaurer,
n n >st gure besoin de statisti jues.
iiuu i avons le tmoignage direct de
nos lessivirea, de no3 cuisinires
Je i.'js fournisseurs habitant la eau.
pag ie et de tous les amis que naut
y comptons. Chaque jour, c'est un
d eux qui est supple dans sa be
logne quotidienne,frapp a sou toui
.jai la maladie.
H jureuseinent. les ravages rurau
le U maladie ae sj.it pas frquem
nent mortels. en juger par la reai
pan on soudaine du marchand dt
ait, del fouruisseuse d'heibss ou
ie li iessivire, avec seulemeut u
face dea pointa noirs qui dj s'es-
(oinpeut. La gurisou arrive san
neueciD et presque sans mdica-
neu' pharmaceutique.Des bains ai.
nati iues, des simples, dea lotions
>a* : de tatia ai d amidon coutre les
oou'ons, et c'eat tou.:
Comparant ce peu de ravages.cetu
ibseace de terminaison funeste, uu*
juuuu de la livre de vaccination,
nos compatriotes des campagnes ot
e so jcient pas ainsi d'acqurir i'im
mon aatien scient flque- Oo oa peut
4uere en vouloir a leur repuguauct
(orsqae nojs constatons que cesi
le vive force que lea citadin.
Je certainss claasea se laissent vac
ciner> en dpit du vacarme bruyani
Jont chaqie jour l'pidmie eat l'oL
jet.
Le fait est que, au point de vue dt
jotie mentalit, tout esta refaire e.
jar la base. H y s quarante annea
|ue iiou.1 avons t visits par ii
jetite vrole; et avant celle de 1881,
d y avait environ le mme laps dt
temp* depuia 941 la ma'adie avait
ieja apparu daua le pays sous la loi
me pidmivjue. Le long rpit queli
met (Uns l'intervalle dt es appari-
ions efface facilement le sjjvenu
Je s. s in. faite dana l'esprit des gm
raiioi'S ; le temps amen si douce
me.11 Pojbh I On se dit alors que h
mouvement fbrile de vacciuatiot,
tait p .rue de la mise ea scne a
1 pidmie,et une fois celle ci passe.
ju ne penae plus se prserver dt
nouveau Oo ne se dit mme paa que
mal peut, dana l'intervalle des epi
lmies, montrer sa forme endtur
jue ; car nul n'ignore que des est
isols de variole peuveut, exister a
toute poque,
11 taudrait donc qus la notion dt
ta maladie fut assez rpandue, et dt
faon constinte, poar que la vacci-
nation lt rendue obligatoire pou.
tout nouveau-n. Oa se prserverai
uosi de sang-froid et sans panique.
Oaos le peuple, la chose marcherait
galement tout doucement, puiaqut
la connaissance de la maladie >
existe dj empiriquement.
En ce moment, uous faisoni de la
prseivation en sauve-qui*peu, et le
iohu-bohu t&t invitable. Nous pa
rons au daDger au moment menu
o il est dans notre sein Les pioc-
ls de mdicalisa suivent aatarelle-
meni ceux de la prservaLoa. Les
maladies ont peur des Uaitemenis
qu on veut leur imposer, et leurs
pifrences vont &ux mcauaiioas
populaires ; ceci est absolument vui
pour les campagnes, et 1 es; encort
en panie poui le* vidas,
Voill pourquoi les gens de la cam I
Tel est le titre d'une bro:hurette
que de Pans o il est actuellement,
Mr Emmanuel Kernisan, ancien d-
put de U 24e 11s lgislature, a bien
vju'u nous faire gracieusement l'en
voi.
luit un plan de rorganisation
ie notre vie nationale y a t la-
bor. Un souille de profond patrio-
tisme circule travers ces page o
l'coiomiste biea connu a traduit
on rel souci de voir sou P y vo
lue. M Emmanuel Kernisan est ur
^artiin du travail biea t ordonn et
encourag . C'est selon lui 4a faon
a plus rationnelle poar tous i^
hait *ns de tirer profit des avantages
oasjirab'es que recle le Py> Son
:oeur de patrio e se soulve avec ir
'igoation contre / injustice, la caust
le tous les bouleversements politi-
ses et soctiux. Il rclame poar le
:mploys, ouvriers, travailleurs dt
la terre et journaliers un salaire jus-
e e quitable pouvant leut permet
tre de mener u.ie /ie pleine de di
!>nit.Q4 l'oa cre conseille-t-il
des institutions de crdit et de; ta-
blissements de travai1 atin de facili
ter tous les ordres d'act vite natio-
tale. que l'impt sit reparti pro
>orti-innellement et quitablemen
mtre tous les contribuables, que pai
jetits lots une partie du domain
atioial soit distribue aux lrav.il
aura hatiens qui n'en possdent pas
Passant un autre point de vue
t poiit capital,M.Emmanuel Ker
usan dans son programme est d'
Il c )atrairement la dernire con
tiution que le Prsident soit lu
pour trois ans, et il en donne d; ju
licieuses raisons.
Continuant toujours son plan dt
rinstiuration nat oaale, il propose
ta cration de conseils gnraux da^
les chifs-lieux de P.tcture, etlUi
lun Ministre de Travail qui en-
; ob ra celui de l'Agriculture et lou-
es les autres lormes de travail, d'uc
viinistre de 1 Hygin; et de Solida-
rit losislfl ainsi que plusieurs sous-
secrt .1res d'H at.
K ea n'a t nglig dais le proj 1
ou m s au peuple haitien pai l'au
leur de VeAppel, comme on le ver-
a par ses propositions de divise la
Rpublique en 7 Dpartements, en
nfectures. de tuer les indemnits
les g anJs fonaionnaires, de per*
nettre au Chef de l'Etat d'avoir un
joste diplomatique a son choix
tprs l'accomplissement de son man
lat, d envoyer un Ministre plnipo-
entia xe Londres, Ko di laneiro
t da s quelques Rpubliques du
Sud d: l'Amrique, sans oublier un
LE. MATIN
ABONNEMENTS
PAR MOIS
PORT AU-PHINCE
DaPARTBMFUT
ETRANGER
G. :,oo
G. 2,50
G. j.oo \
Les annonces son! reues au Comp
toirs International de Publicit u,
Hue Tronchet, Paris et 10. 21. $231
Ludgate, Util, Londres]
pagne, une lois le principe de la
naladie contract en ville, se htent
ie s'en aller chez eux, et aussi pour-
quoi b en des malades de la ville
emp 'st-nt de s en aller aussi d ira
/ers champs. Ls polmiques autour
le la questioa d'internement aug-
ment .'exone.
Un.- tais dehors, le malade est a
moiti guri, grce de l'autosug-
gesiiou. Pour 1 autre moiti, il s'en
remet i la Nature. La Nature hai-
tienne a tait dj taat de MedifSJ ;
au premier rang duquel il faut p!a-
:er le (ail que eaplc hatien eit
encore U,
Vo iv elles Etrangres
27 janvier
PARIS, 26 Sterling 51,80 qa,
Oo'hr 14,12.
N-W-OXK -Sterling 3,84,Fran:
[j,8c.
P V.RIS- Lt Confrence entendit
l'exp>s d> M. Oau.n;r au saj:t de
11 q 1 istioa des rparations.Lts m a
MM ie ,1a coafreoce dsirant dt
>tecisioai M. Daumer apporta det
locu nsots complmotaires aprs
tui: desquels la qiestion sera de
louv :au examine.
W\SrilNGrOM- Les dveloppe
nen s de ^la suuatioa japonaise, X
a su te de l'ait -nt 01 donne ce
ujet par les memb.es de la commis
ion snatoriale des allures trange;
es, s-tnb ent indiquer que la consi*
lrat on de cette question clipsera'
pour ie moment toute autre.
Li note du gouvernement japo-
laU promettant une enqute corn
pl e de l'incident Langdoa, est io
lerprtfl conm; indiquant que Pin
hdent malgr la gravit sera ajuste
tria de ne pas retarder la solution
lesaitres eaire les deux pays.
Oa croit savoir que M. Colby s'o:
:upei1 de la question japonaise ds
.00 r.'our, mais malgr les prog's
atisf ciants dj accomplis et le d
iir v. lent des deux pays d'examiner
e prab' ne d un esprit coaciliant il
>emb e que la solution finale devra
lvit biemeat :re renvoye k la
Kocfa ne administration.
Chez 1, j. ma 10 ;
t\-. :ellent Coton mite'as trt
ion m .reli.
igent diplomatique au Mexique. La
lure >u la toaction des luges aux
Tribu 1 tux de premire instance,d'ap
jel et l Cassation,la cration dune
nilice 'ationale et en dernier lien
lenvo. en Amrique et en Europe
ies jeu es gens dj forms par nos
icoles professionnelles sont l'objet
ie sa y u d'une atention trs srieu
se. Ap j avoir dvelopp cet impor
tant p igramme, M. Emmanuel Ker
aisan c tture sa brochurette par un
appel .. 11 h.i tiens en kurdemandant
le dinn.-r par leur conduite le plus
grand d menti aux accusations por
tes ce re nous par M Daniels ce
potentat irent 1 plus zls dfenseurs des
intrt- ;araux de leur patrie aprs
t avoii profit du malheur .
Ea 1 erciant M. Runisan de son
gracieu t envoi, nous recommindoas
nos i< :eurs cette plaquette dont
i'enseu. e renferme dea vues actuel
les far. uressaot:s. Ajoutons que
Mr lui ian dclare qaayant t d
s'gn p. ui groupe de ses amis
comme candidat i la ^rsidence de
u K.'pub.iqae, il accepte ce grand
honneur.


L'\UTN
"Ub
W opffc
UNE 12
if
RITAHE TUI3MAN
[1 ou PAKtR d'il:. : ICBt
NtCstuvn, Toumsi
-.1 t VOI UOI
PARACHIVER ta trvit.-nent
d ta B inme, t; as agita
ou ,';'. ..< re.
l'mcurr'.voiu en Hr suite, mail
rr'm il Im
piii .c 'i 11......i cm |iro-
m tonl loujow i -
iiiui.iIi.iiik. Voua M
LES VlilTABUi
PSTILLES VLCA

que : i v
| I* Oc' t. 7.
EN BCZTCS
B*^
MULSION de SCOTT
n puissant aliment mdici-
jui par lui mme contiens
les lments ncessaires
donner la sant et la force
Prennez-la pour vous convaincre.
JARIS- Pendant / 2olesirrpo-
tations le mcn' ert a }j miFiaid
de francs (t le' exportations a 22
milliaids C'C&I la pitnnre fOiS de
puisiu-y qup hs rnporiatioBs .m
n:ont r, en dcroissance, Laugmen
la'ion d s cipor'a'ions se mariltsit
suriou' dans les ai Me les m?cufacturs
dont i'i ipor'aiion figmenu | 1 d.
srp rr:,,\vJs *' 'rancs.
WASHINGTON Mr Cotoy, te
crlaite d'E ; I, et dp jeteur ai jour
d'hui iipie un voyge de sept se-
maine' rt*D! l'Ami r que du SuJ
M S S.avtdr. 1 LU lu p sidec
d* 1 heu M que de Polivip.
L'ex gouverneur Coi, de lOh'r
apis une vim e l.i c au prsider
\\ ihoa 11 jruiQ'hui a duai qui
1 tat i s?' t du prsident s'ejt an,(
lioi d. puis 1. u dunur.
La'piuie et 1 pidmie
I '?*lit d hier ?cir 9 rjoui tou-
fi> qui resotiffcrl I action que
ri exocer ce prronne alrro
IbCt'qoc sur la marche de l'pid
" ' En imrrotilisani les poouirei
tel source ?i (rqurrle de ront;
nriDfttcn peurceux qui loni obligea
de ie ch que pur dans la rue, la
l'uie r od fie ri certainement 1 alluie
du Iftpb'r flti.
Ercors deux eu no's aurses V
es sittist'qoe seron rrrjn araiies
Petit Club
(-t' iniessani Lucie rrondair
a renouvel deinrementson bureai
pcu= ure priode de si> mois. Ow
M lus : Marcel Villsrd, prsident,
Rcg'T Anselme, seetrairt; Loup
Brissoo, trori.r; H. Mayaon, H.
Cb-uvet fila, cen.'eiilers.
Meilleurs comrliments aux nou-
ve;i x dignitaires.
Ce qu'on ne voit pas dans
cent ans.
Dl hfcbilarls de Bolosse ont vf
"M nous anreeocer tout essotil
.1 si ol descendu le morne avec prci|
'.lion qu- des quipes de canto
-iierv ^ont on navait pas tmer
la parler depuis quatre an, ont
ipe-;es travaillant la toileKe d>
qunt er.
i< lait est tellement curieux nou-
llwrl.Hi, que chaque boloss en 1
voul .voir la joie de nous sicnale
le piemter.
Brlement
Ce rrattD, pr fa s soins de II
on mission du Reliait, il a t 1>
'r su f'ammes, Cent cinq mil!,
gourdes de billets dtriors
louer aux Caye (g Bm la dlicieuse
C rande halle ;'t rpreuve la
Criud rie.l'ocouqaDt Mr Donatien
relmaue devant laissa le lr
Fvrier prochain.
S'adremt au propritaire .Mr
11 Mercier, .4 venue Joiin Browj.
c'en au Prince.
S SON
4 Si-Frmtrois
riin irt/S* ,tle8 S0" de
?1yt le Cetit M^d.c.l, |M membres
actif, Honoraire* et ie8 mia d*.
.AsHocia.ion de8 l)am4 de Sain,
ducrurant / li ui g t.Si la Chm
felle de I Ho pice oc'c.iod
t.11 . '" ?euieui p"-ocdB ce.
etaLl aeemeut.
Lh itebur uera suivie du eermon
Jrcirconats. *, du 88 ,d S
MCua.edel.lll,ei,M saX
: d.tf.iler.nta setv.ee., Il y aura
une queiesu profit de l' .vre.
a ii-i ne tlemuti'e mieux
Celle boisson incomparalile, d'une eavem
xqutM due n l'iirome des fruiU, te pn--
MM inslHniBncmeiit sans ft ni tertienla
">on en VtrtMl simplement unecui.lere d.
HUITA dans un iilre il'sau.
| Extiret turloutle nom F mita rftlwf-OSjMTl
garante an produit prjtit, sain et tgriabl.-
iT'ati : PriMipsIes Safda it S" d'idotalilin
J Reprsenianls : Comptoir Franco-Hatien
///.CI 1 VAILLANT et HOUKT,
Cfl. otfH i"20- Bm **" fcWw. roiT-u-FBBtr
[ i). Martin del |j|j
rrfiem le commerce et I
blic en gnerai que son Mu
st Irit.sfjrau la\ de sa
pni, ancien Caf du Pi,
ils trouveront un assorti
1 provisions de toute irache
S? :.Ariz' faArine mu>lfc3!
.^otjin^, Armour; mess
1 buf sal, tle de porc, p-t
sa c, harengs en saumur, hi
urs, morue, baurre Coi
que. Bartram* su^re grauuU
IcuiisS d*, huile d'olive o
g ie sardines de iVorvg^,
|de ous genres, ayon Cop.J
;lrauais, ei de tciletie boni
frh bicruonle d' soudej
allumettes sache-s. gazo'i'ie'
re porter etc.
tour voyager
A peu d frais
iu Cap, <*OQa*es, Caye? j
nscrivez ous aux bareaux
Matin, 1358, Rue ainria;n
r Objets religij^
.i'oii ctiuix pour cadeaux u
choix d images pieuses.
Mdailles "Uon Cor.aeil",
Dame de Lourde, tic. -j
En vente la libraitie dn M^J
.Ni
VeL(e p#r voie pare
A t
Lire demain
b Cigeuts d'une 10 onie.
fAlTS DIVERS
Of-SKUVATOiiK
ri;
PEUT SEMINAIRE
t OMFCEST \. M tim.
FENSFIONLMENTS
METEOROLOGIQUES
t i' 2; hnviet 1 y ? 1
Remerciements
Mrnsfeai Georges Rotin et m^
erfaLts nmerient livsouot toute
* m < nnes qui les ont atsi ts 1
oaaion de u rro.t ptmatui,
lu bile (t aur Lionie si dou
urll;SemenurUvca!eur;flection
A IOtfeles peiiO.nes.qui.nfeite
Instt ciiccastance. leur ont donr
des p e.vuds yo p th e particule
eimri aux rel.gieo.es da rEaUrnsi
ble- Ross de I ima, aux lves de |'E
oe S.ctale de Siro Dictylocr?
phe, aix errp'ov^du R ctveur G
On fai* savoir tous p^ux nutl aP
putiendia que ,e baiutl qui M".
iui.1 -euf Jaiivter courant a dix beu
es du manu il 8tra p,oced en!
ternie et par le mima re de Jde ^es arli les Vous a
i nic",h8 '-'"'e Por.-au-
' 'ce, la vente au plus tt.aot et
irruiar euibanaaaur de quatre
ra.ns ontlgoa, . Tu^tau de la
s x pied-, d, teada ooacun sur cent
No d pat la toute FausUu 1er, au!
oud pu. uu mta du mme San!
lit tar Cynli Liautaud et
tuebtpurha autres tauSa dont
'uu "c d7p.-d.oa f c*de au.-Sa
^dHdepiclondeuiaUu.ne^
piedsceKHde.oria.o.tedeK.u^
Etl?> SLP5* dtf P'utonaeu
fcbt a. 70 ^teds (i pouces ut profou-
Jeur Ouest, bornes les de Hu
aordpar lu louta rau.tlo Ut, au
* Pa[ B ,e!e d la ,um Vo
Hio.e, a lai Pdl |ea afcUX pitll7er.
jerraina. lot. qu'il. .0 poufsu vn?
F1REST0AE
Ventes d'occasion
^Jt>?"r.que'f!ueS sem"rne8 encore, je suis mon do^ir m)n
mable c iitele.prop itaires d'auto Jcclnulleurs les articles sTvi
Chambesair Krises lOz.'i or 2W
roug s O 13 2-yO
grises J'JxcJ l|2 3.00
rouges a0i3l|a 3 W
Ces chambres air sont de oute fra'citdur
A part ces ,|j tensions vous trouverez encore pneus & haai
J>res a air de toutes dimensions, q alit Fab.ik & Gorls"
rireslone ?1 une.u?s, *eiuires luei des 'eJ
,.nftrt : u",s el >''Tie journellement en irofl
raaOdiinb es reiaUUO pneus, |a preuve qu'en a^ei
ces iNnles vous tchetei la quali se rsumaut dans le leilmotifi
flKLblONE douoe le plus de kilometor pir dollar
Huile Polamlne gallon 1.40
Entente chez l'agent gnral
L Preelaaiii Aggerhalm ;
OODOOOCX>OCX)OOCX5000000CX>00000
Ba moire
Terni^t.tu e
miniinom 19.1*
maxnrinm jt.o
jour ; couve I II
Moyenne dir
Gui nuagi'U'
nuit
Pluie d'oage i 9 h J m.
Pluviontte 4) .\ mm
Baiotntr. en baisse
J SCHERER
Une liq'iidati n inattendue
Proliant de la forte averse dhie-
soir, trois Mi ri ns sriis p'fette d
s'abriter, o-t entts ch ?. M Drro
sier St-Fo:i i I.-i'ue au No 1710 et
ont fait la Iquidition du piit rotr
merce'enu a*f U nomme V un
Tout a t emro'"5; p^s un reo-
time n'est res d.oi Sm hsrqun
Ke\olver au ;oingces 1 ; li s de
l'otdre 011 r> is tout le j nher en
ttOl. i
r -j- w m veut \j ^ ..... ci.
^ al,i sprse.leritl'tvprtssion mue a ,U,h(J P ^ie s x r, nu
! I.Ui p.olondt ieconn.i.nT\^*lil? f&
corcp reut et u/mndeo
rien excepter ni rserver-
Sur lu mise prix de s x e n
sans eu
Illl p.oionde liiSEST" i?^ 'i01^ * ^ I*
blo.ard lior.mnville, en date du
Voici re q, e d t Le Figaro d. !?*J"M '^"ei"par saeTcomI
Aa. di lemtn,: e. lundeinen. f,i au dit .leur td d
Le l.re de rrison mode-ne LA Ujr""'VUe. M U,fd
VOdi Frmipi vent de pa-allre, o uAjJ"?l' du .ieur Antoine 0.
toi j. e, les ee,( L- Beau Voya N * fsa- & bSriS lnlV
V, le I tires e le< \u Les V-ri nV*tr^,n^ot. ireau de
"es enfin O M t'Ottve i la lois U *'0lt"*' -1'"
l'g'tBMnl des lorpriiei pi,ty dev
conseil* pratiques d-dro.t oseel ,t
ai ut.,n. q., |.Ag.Bds Famine
se pr>eo'e ?oJe la forme I. pi.
otuensa n du meillenr p- L
Rr.oddir., rrodeme P.er.e L^lfU
y 1 ipi> w tous ses sons
'' vn'eiU Librairie du.\|.lu,
q< na rruque qmlqnn eiemelii
ic '
rwca, le 27 Janvier l!)>t
s itl\S LOUIS "
Dfendons nous

Prervervou des
foules, prescrit le
------- Serre d'ttgglit*
D' Rodolphe Cluide lJl}nc f**q Vc n.>i#J
Medeoma Chirrt;?t. r1. ard e' ^a **
oui, pan de cinma.
S| cieiiH : M'u.diP. de
Hue l'ioveuce, Jacui'I
Constipatron, Dyspepsie, Indigestion, Foi. Tor-
Conqurez les avec les Petites Mutai Reuter
TenantX' 8aa'-COliqUe * S
Les Petites Tillules Reuter peuvent tre
8o^OOOOCOOOOO<^ooooooo Franck S. Martin
Port-UmPrince


I H MATIN
Sale Exlraordinary
OfSHOES andHOSlERYl
Hav.ng bou.ht out an entire New York bouse of SIIOES. cornons f>
^eral thoaee and pa.ra ofIhe beat knowa for raen.women andiSldren
ne will be ofered to the public a> pries rang,nR &om llftv nprl
SftR * B 0\V THE ACTUAL NEW Y08 A^AIL PR.
Jaud'anv^118 f ^ "" ef ' a-id ihoe. in
7*tf oflW lu-ntyntw bel m m in tlnsuntry- An bfvrtumh tbat
es on/y once m a lile UmeU "
Take avantager* (bit EXTRAOIIDLW RY OFFEK anl make vo-
tressa augiiifcww piwe a uuai ^ $ s
\LH bUITb, bHIRfa. riES, CAl'a. etc. etc ali of vvuicb w.ll be offe
at greatly reduced pricea. ue one
DO NO! FA1L TO CALL AND MAKE YOUh PUACttSES/,
at l/io Kue du Magasin d. l'Etat for m. Prince
?ente Ex r ordinaire du Soulier*
0 Bonneterie
compr
I OllilJi-
dt lui
Ayen ^chet New Ycik 'ont une maison de rhaea*Dra
pluait-ur* milliera de pauea de la meilleure i| leN' pour
iea et Enfants, noua les offnns a'i pafelic de Oj 73 a ) au
>ria de dni soutl N w roifc,
e stock conipreu.1 un aasorthneui g<5n rai deb)ttine-< et de gju titra
uir et en toile.
'est une occasion q l'Jn'a jn arrive qu'une lois dam la vie. "
lit.z d^ cet < offr extinordiuaire pour fure vos aclm-s pen tant ctllf
qui est uueoccaabn aana prcdent d'cjnomiser de J'areent en
ropa durs- *
a le stock il y a un assortiment de complets de pure l'alra beacb
mises de Cravates, de chape-us etc etc, le tout ofTert des orir
duits. K
NE MANQUEZ PAS DE FAIRE VOS \CHATS
lu No 1715 Rua du Magasin de l'Eta. Foit eu Hrincf
HORACE RYAX "
Mu'- M
ml* S il
M
mandez le vin Wiiiox
Le restituant par excellente.
Le VL\ Wh\Ux est un produit pharmaceutiqu.
de premier ordre et une prparation seule dans son
genre, sa fabrication, le vin mme, l analyse et su
valeur clinique t altrent. H di/lre absolu ment des
vins dits toniques, communemtnt vendu*.
\Le WllSUX renferme une proportion de substances
azo'ees suqeneurtsde \Uoto d celles des vms ioniques
ordtnatres,ce qui en /an un recohs'iluurU duneuranat
activit, dont tirent le plus grand profit les iMmval*
cents, les anmiques et us tuberculeux.
Le vin nutritif Mifl/UX est un reconstituant nu
turel qui rm/enne une proportion plus grande dt
vraies qualits rtfupratives que tout autre produit
semblable, sans l'addt.ion des diogues.
| il est hautement recommande pat les clbriti
mdicales en Angleterre dans tous tes cas a'anemu,
J keuiue, uturastho,**, y.*iiu.,maiyc*.>un,yfi^v m>
k vralgie, bronchite, pldisie, des ners ou de corps.
Prpar par la WIAOX COMPAKY, Limited, de
h 'm. Londies Angleterre.
En vente enfaros et en dtail chez
Alphonse Haynes
Agent gnral pour la Rpublique d II aiti
1914 Hue du Magasin del'h'tat,
1 7
*
'-- -^f-
2Tl% K CttmJME ET BE I0UCE0LE
PULMOSERUM
BAILLY
Sous rinfluence du "POMOSEflUp'
** riEVE ET tES KUEURS NOCTURNB8
DISPARAISSENT. 1U"W"B
__ l'PPRE88ION
,.__S'ATTBWUftttf.
" RESPIRATION DEVIENT
PLU FACILE.
ta .PPET,T REVIENT.
U SOMMEIL REAPPARAIT.
r .*..'ES fCE8
ET L NER8IE RENAISSENT.
BB>i
r *$**? EMPLOI
Lut IUa c,fi mUt tl liir
M
i Tnta aot testas lu 3,n,3ir! g Htffe
LABORATOIRES A. BAILLY
'i, RLB DE ROME, P.VRJS .
v ,.:.

O'BOL
k-irr
et ranmie

^,
Un mois de maladie abrge
Votre Vie d'une anne. Le
GL&BOL permet d'viter
lesmaladiesen augmentant
lu force >de rsistance de
t organisme, .
puisement nerveux
Convalescence
Neurasthnie
PAlea couleurs
Surmenage
Communication l'Acadmie dr Mdecine
du, 7 Juin oio.
Ubliasctnenta Chtelan. 8, rue de Valencfennea,
Paria, et tnutea pharmacie.
Sauve de l'anmie par le Globol
L'OPINION MDICALE :
Dan ! l'auire & ton actii-Tomnit. prrmrurni dt lom-
cher de Toell ., sinon du doigt. U relation
e cause a rc.'l. de v.ilr en vertu de quel
phnomne phTlolo(tl'jue tr^s nlniple a pu
l'accomplir la rtr.jvaiion COOSUMa chei lei
malades soumis A l'action du G ibtol
Etant donn la lacillle et llnnocuim de
la mel.c\:lon par le Giobto-. et Surtout -on
admirable et Indniable tfScaclM, Il Importe
donc, deitfrmii. de touJ thrapie langulu la place gui lui retient et
<^ie. tnconieslablement. elle innle la ore-
ml ira.
Docteur MlLLOT.
Mdecin lgiste de la Facult
de mdecine de Lyon.
Je pul tous assurer que j'ai eu de bc.n
rsultais avec le Cloee&(. Grce a une difie-
llque approprie, ce remde est bien tolr
dan lea anmies, mme par les malades les
plus rcalcitrants ; il triomphe de la faiblesse,
redonne de l'appeiu et fait disparatre le pal-
pitations.
D' Comm Ciu'eppe Bottilico, aRarl.
i *
J'ai eu k me louer de l'effet produit par
un premier laew de Cloltol ; l'apptit qui
tait nul che mon malade est revenu, la
sommeil est calme et rparateur. l'eMouifle.
ment a presque disparu et l'abattement a
fait place a un certain bien tre.
D' Pi MisiiMr
romptoir franco haitien
1720, Rue du M a latin de tEtat
Rerrsentants pour 'a Rpublique d'Hati;
TARA TODOS LOS FINES
- i u h9fine \i/
du moteur
n>'
Us brcytoit 'e esi re i.t o -
pa-ae. nu tuis- e ^.ui.ne, uistMii V .
avi c un bc rd, m eiueu1. a "t beil te'
8 u.o i ,a dv ventiii t. uib tout mouvoti !' W.
ui u .bi.BUta bib to hequca Jta til s ~-^
,df l't|P'in ^^
LuiibianiH lautic ,e' lc8 aux aont o uar-l. -i..
u. ..u.bi-ir u tiussaca uu louieui. l yr n,e ,orco cu:i
O IH i- at pu s iujlo. tttin quand ou sihtn nn ..
m .alla tu qt-drun a d.us lZuiruQuoi p nioteor ?olr qutlle
jDt apL/uiua ..atir, i. faillie tio.< ut. ubaqua ... 11 qu" st a '' ori l,6b v""-
de (baque pi.e son mu leuse^ent .Omiej ,Mt"D!ai e lea | islitea
^jS le muieui fus Voua) Vw-jHz i.cutai um. u* j .. ,. I
Su.-zq.M aa f-bMuupai Uul ^JS^tS^Ji DESTIN3HOUSK.YOuJ
le .hmpde.i lectricil. aw-aiiou bien connia par tf8 alloua aui .
rempr 1^^^^ .' ^^Sr **'*** N- ** r.*|
rFatiMfAoia(i tilaetrh lnienutioia CtT
N w-Yok C y U. S A
? Un rotivel lapeci J'une
Jts flus 11 ird.s iilKlt-
u ns lduatritUts du
moudcteraiovequi danu
ecl npacc bhaqjc ics
m ai ne
YC
I
r
i
ii
)\'i
la.F*

!-
lU'qut" de l'brujU. |
, nn e de .1 aoniM
d t. nu> isuiim ..s .

'l
-J
h rate i la Librairie du Malin
Aliuanach Hachette
M Lins tant lu (juste
J5T 'Commerant1' Su&
Ani o,ice sa client'e qu'il
a est plis la Rue Thomas Ma-
aiou, mais bien 1723 Rue
Courbe,
i'
4
',


tE MATIN
Grand Hofel de France
P. P. PATRIZI, w e
On y trouvera
Dis \ INS import* direc'tmeni de BiHSC, garantis purs
Des VINS de BORDEAUX de premer choix.
1 I s I < OUb&' t iciu Lai tniyt uc G 7 le gai on
, hl AhC,i'ttaacmoilltU $ le gallon.
Des VJKS F1N5 en Ivw.etlUs, des Imuturs des meilUwts marqvil
tl lOUluUIS If jvlhlUX
Vin du Op(o\se au Quil qui. a
A des prix ti i modirt]
Grand rabais pour (es ventes en gros
Socit Commerciale Hollandaise
Pas de bals ,
pas de cinmas
Souscrivez
pour COmb ittre V- Vira de r cvcir une d's mnl'eures marq-res de vin fn PQ|
vkAwkta 1)/* fini il v telle, dellollaid^eide himpagne, tarie bhoch-, frite ^
pUtemiP. Lte/enil Z Car e jlune, de t hampot nrts a i u. El e'.l nu savent u
Tranaatlanliiui
Hue Dmts Des'.ouch'S Ko 110
VOUS VOUS tllH s! .ji-i es.
Tout le ni ndc dit
f(jue c'est simple P
Vous n'avez ri"n r ppm die avfli I dp pou
voir uni loyer 111 rasoir de sret EV'KR-
RKHlY. Vou* n'av-f/ qu'il OUI savcnre 61
vous rar< 1 raniment, ,
Auiii] er lui, bvecG Ismrs dp n. Ii >rg ,
Prit (i urdts
El vente en 'os et en dtail rh 7.
franck J Martin
Agent gnral pour Haii
I f c< de le Glacire. Portau-Piince1
Procd souverain
Cet tre l'alastrim ou la petits vrole

I YSOI. drs'iifci tant liquide, presjre inodore.
LTSOL StiAVIbG CliKAM : Crcmed iota tint pour la barbie
1 YnjL StVuXSavon dsii.lec aul pour la toilette et le bau,
DKRiiOLAN : Crme knt'pep'lqufl pour les soins de la peau-
df-lruil 1rs Ik ut us et enlve les tches,
FEBLCCO : P< ur rhvfiiuade la bouche
Produit! employs dans iousIps lioma x de France. d'Allemagne
kl de;- E ats Unis.
Fabricants LEO\ R. TIIRBaUD
iJLUN fi FINE Agent dpositair:
En vente d. us toutes les bonnes plnrmacies.
AVFJVDR
Vin fin rouge et blanc
De la Socit VUdeote de Pordeaux
l'ai Ionique chez
A. Victor Gentil
Rrf du Hffwro de l'Etat
/ lue ('e la Cathdrale-
Par gallon t lie
Un dentifrice scientifique
De saveur dlileof. rafrachit l bett la aorae. Son a-tion est
effectivement antieepiique il ide froraft. 1 -1A, rJaaim les fente rareo
qn.l nan.t.fn la horohe .en -epr,. ,. ,, Ve tel mbcora hydrate
terme.:ta .h. et qu'il dtroittdti q0i,t,ir. ,n .idnblcs de micicLii 110*
voquantla formation ri acide M
KOLYNOS : l'rtprre d'a res ure forn 1 | -. pr v. k JFNK'NS P D S
In-enot-rz votre rif.,iisifMrlH(lii; K DENTAIRE KOLYNOS- '
,Ln vente dat.H tout, s le l'huumi. 8 crt dan i* Magaaloa.
f ranch ./. art in
Agtnt y irai four //;,/, r0l /1, p, ,>iCf.

Panama felrcad Steamship Linc.
Service de fret et depassayerj
New-York Hal
Port ait-Pince, lt> 1er Sepembre 1920 1
Preran1 e'pnl t'ont directes piur l'nglelerre et l'Europe et vice-ver.a. Conneximl
bateaux New York. I e nlm rapide et h o'us direct service le et piur l'E irofe. iilrql
A !: l'.i'er.-o , Gene-al l'Vi lit Agent, 1 State Strejt, New York Cly. fret pyabl
de ti1 a'ion A l'exception du Miel
Un dpart par mo s de New York directement pour Port an Prince et un au're
rro's pour lo s le por^s d'Hai i. Seulement p'sage de pr inoire classe. Les sair
sont i os agents dans les nnneipaux por s d Europe et d'An^leteire :
Angleterre Ecome H tranee :
1/11. G.W. Shelden af Co9 11\ J nn s Street, Ltm
pool, E a gland.
( openhagne, D nmirk :
HA. a.E Menai x & < o# 21, Allgade, CopenhaqA
Gnes Italie : *
MU Henri Coc $ Clerici, Piazza+S Mattio.
15 Cius Italie,
Lhrhtiawa Norvge :
Interna tion l p dmons&elskap. Christiania,,
Hambourg II magnt: 11. Vogemann, Hambourg
Gollunbou g Sude:
Aod h Express, Gothenbourg
le jiivce d* PDma lice ert e New Y ik et H iti, en vue des arrarg'menls qui se soit fi
sera d'uoe ut it considub e, tt est la \oie la plu rapide par laquelle vos marchandise; pc.iv]
t e rxtdie.
Des (Onnaissements couvrant fret pour New-York avec opioni de livraison soit Londl
Livtipccl, le Havre, Bordeaux ou Anvers reiocl livrs. #
0. B. TUOMPSON,
Agent gnerai age.it pour Hati
-%
HOME INSURANCE COMPAXV
-
Pile perdez pu* de aue que la
Home Insurance Company
\Grd*e l'intervention active de
Mr Euflne LE BOSSE,

4 t la nrem re Compagnie d'Assurance ollrir a x Iluitieng une prolec'ion ^un tajx ahorJ
La Honte Assurance Company I
a dooti d -i preuves de sa lo/aut, de son quit dans les rglements d'assurance aprs Le Home Insurance Company
est U plu f r e Soci' d'assurance dis /itats-Unis d'Amrique; elle ollre etn c le plus da 11
de solvabihl en ca> de grande conflagration.
AssureA-votis contre l'incendie d la
Home Insurance Companyjj
Eugne Le BOSSE 1
Avant de contracter aucune ovaire d'assurance,,/ vous difiera gratuemenCpir d*l*A
sur les au stions qui voui intressent,
L* t*p I^UH WCM LQEpaNY
Seclwn maniime assure contre risques [de mer les vojagss ciien de port pj l d'IluilL. '
Lucjne LE BO^SE !
igent pour Hati. Por ni- Vt i CONJSU TEZ
,H


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM