<%BANNER%>







PAGE 1

IE MATIN LE MATIN ABONNEMENT] PAR MOIS PORl AU*PniNCB G. 2 oo Dr.PAKTEMIM G. \o ETRANGER G. }'oo Le annonce? port ipnf eu Cou r loir h tprnulinrial d Rebifrit* H, Hue Tioic-hH, Pris ft H, 21, ii.'J, Ludgate, Il il lu.du FAITS DIVERS OBSERVATOIRE" |DU r-E'J 1T SEMINAIRE Bibliothque de ni. fille La Maison des Rossignols, DeKy G. 4.CC Princesse de verre, Jearre de v eu'rrt b 4,ce COLtIGEST MALTI/L L e r.nane:vt SI lie ;,o< "en*-* Dclaration Port au Prince le 26 lanvier 192 •Nous soussigns, ancier s Merr b;e du Conseil d Administration de 'i Cotrprgnie des Porrpers I ih es. de clarons que notre drr issien n'a p t donr.i e rour hs ra sors f.o n •tes allgues par 1 ex Copaeilli 1 Ern st Can illi, dars sa let ie 01 ve te pi bl * dans 'e j u naWl LO 1 No du 25 | n\iti CD cours : ani qu'en (ait loi le procsvt 1 bal de i. sianceendate du 1; |arv..r coi rart, les lOD'tigri or t roniebU spentar.meut as'eltactr pour lacil ter la Actt au Coinnardut qi s''ait tiouve dars l'obligation c d tendre sa d gr l et 1 1, e de I Coupagnie que rrerr >t de mttti en rtnl, c'"e vrifab t etitirpnte c %  c:Pd?lpicvcque gratuite n en r; r* t.irs colle gi es dkOI la 1 ie.se qi k idience. v'i' que la dmi.. ; on de la rraji r du ( ODM il e n r> rait celle d fauteurs de t 01 bh?, le (onsei 1 cru ricessaire d'aniver a .-ene rr • 3 ne peur les hmrer et pa* a" -H'er U us les ir; avais lmer ui n e "trait 1 t en jril, I OfiQVft Ci R I Wn.h Aussi ienons-i eus dtc'lt 11 b'iqLement le but qui 1 ous a pr 11 cette dcision. Ainsi sgr. de nous. GtOigfl EUE. Einet CODIEZ Edgaid MYRTHIL, kinvil.. E'llr> NE, Alwime TOUbSMNT. J R 0^ SON. Clment DENI/.E, EULC GhAMY Bis, Ln man.el EKAh CŒUR. maximum ) n 6 24 enuit ; 1 n tei t i Auloiti^dlun sonne' Mon cher Rgulur. *^~ |'ai intin ement app'audt —|9r;t une lectvre lOLt a la I mditai ve— ; u concipiioo patriotique qui !*• i>i rirleStnntt '.cqutnr • Le So'd;i de 18 4 que tu as rub'i d;.ns l'dition au 10 |aiiV.tr ccuiant di qu tdim • Le Mila . en gtoiih raton de la rr 'OTimart Mr Frdric Dotrt, Secrtaire d'E a' de 1 i r si ri •on Pvbiique et res Cu Ut rr> rer lacenent du ci'ryen Dan'sB-' 4tt, appel i d'autres fcnclioi. — Ant remmapi ure ( or rr ? on peur g^rer, jrqu'?u p'Cibiiri •"ectiona, les n^ils des (en n tri e Cerca-la-Scurcp.| — Avis miriftnel. — Circulaire au Secrclaire J, F.i esFirar^s ifJJ :dnurijtiattuis di firarrrs de la Rrpubliqi e. •— Erfta. <• AllV Gemmant les nembi* iu corseil National de I UftivcitilJ l'Hati.Avis dn Srrraiit 'Eu .•e I InuructicnPublique constituar r dit conseil. — li.Me des r geciarts .on.sign. aire, irrpoiia'eur, ctnmrrcaotr ^..nqiiers eipcrtileurs barquier qt )'t acqml' Jtur droit de patent our l'Ex 1^2" 1JJ1. — 'Iia.'it 1 ce Paix entre les tisane s al s t 2 so i'S et l'Ail nagnr, ilgni Vtittilea.jh 26 loi 1919. Suile. Nouveau ministre Le joumai Ulficitl d'hier pull:' m ant romrrant le ci'oyeo Ei ltrie Dont, Stcrtaire d'E at aux D jaittmer.ts de l'Instiucncn PuWiqt • ;t des Cnltll en nmplacenent e^i :itcyen Dants Btllegarde appel : i'auties knctioas. Union Patriotique Les Membre du ComiiOpi>l r" l'Union Patriot qie sont prie"s runir i Parisiapa. le lundi ; vier, 4 beuies prcises de l'i midi, aux fus de dsigner les 1 Hus qui doivent se rendre aux j Unis. Le^Secrtaite grerai— P. THC D'. & Hier a eu lifu l'inhumat< Hiram Eiar vois, victime de \'i mie. 4060 Ieboilemrrt |dl. la r'c.eri 1 : : : c ><.i Ldes ge r is. 1 a camaraderie Tutean femrratu'e ) ou k XI. I 6 'e i J u (id. RodogurCnarles IX. I hilcophrmari Le commardt n e r t uniqre, Met me ii ( 2 vol ) lo o> Dans Es rr ers du Sid 7 y La tngdie jibritrre 7 j O va-t-cn '•' Rer Bernard ( %  < 11 Vljrucl du pa lait aventuntr 4 s ( vlaruelpra 1 quepour i nf'uer.er 3 3 I Nouveau cuisinier europen 6 v GntPPtS. CATHARSES, LARYNGITES, BRONCHITES, -, C[ COQL F.LuOKE ET DE ROUGEOIE te 3 r t 6 7 La bori,e cuisine 8 6$ .ts t!^s< ts de 'a cuiin : 'e et de la ri aitiesff dr n auc r ? 1 < a ptissire rr h mire _; ce ci sur,.-0; li ei r, i qrrrisbr 4 o. L'Aronruh'qoe. Ali m 1 la;iou, Leeons de la Gierre, R-vilaillemer 1. 4arie, Le con i Militaires. I Industi M "araise, 5 gotiide le volume* 'u j %  ! a Vtnai'Jes G a 1 ui v< y ^.t r en 1 alie La CKoi, Us pr uple6 c Extrme Oiienl .e dessous du cbi os ri!;*-f, Ludovic Naudau •ente libre. Qnc Hei.re d Oubli 0 45 Le l'iix Grtnd, Gyp. Un ho ne sensible, Octave MirPeau Le pi 'it ro ; d'Onibie, Victor Ma'gueritti Ure pot le su v nt. Henri Dtvcrr.01 Une sale, rV.oo>i ur, (Georges Ce u te 1 e, Geo'geile il son arui, Frdii. liouier, Sa.iv la.r, P,ul liouige* v'isitc, Matrice Donnay. Dans Pat ;nseur, Max it a.'tx bisher. I? •isionnaire, Herni Bordeaux. La haa* de Hanche, Gyp. La jolie / ) 6 .e sorcire, Marcel P o,t. Lts mis de Sous r?luence dn "PULMOSERUM" LA. TOtTX SE CAL".:S rBIMDIATEMENT. 1 ; -'-. : r 1 ES STjiuna NOCTURNES DISPARAISSENT L'OPPRESSION ET LES T O. TS DE COTE 8'ATTNUENT. LA ftEHUOATlON DEVIENT PLUS FACILE. L'APPTIT REVIENT, LF. RMMEII. RAPPARAT. LES FO::CI;S ET Li VERGIE RENAISSENT. laiPLvi DA'I LES HOPITAUX. t MAJORIT DU CORPS MDICAL FRANAIS. LU'J U. 20.000 MEDECINS TRANGER?. M. — V.r.i uil'crii cafi matin et loir. le I*nt8 im teutet i 3rorjsris it Pharmacin. t PHARMACIE DE ROME, n. RUE D-W 0M E. PARU. Un dentifrice scientifique y> rge. Son n tj •1 Server IP rient De saveur dlic'cua", rafrachi' In boncho f I eflVc ivi ment aniieeptiqne. Il aide . o-moment A • .qu'il mai itipnt I bourh- bifn prep-p. au'il r 1 '. ve les CRibcrcs I Juliete, Loa brapp. Julienne mi Ormentatif et qu'il d'niir ri. quertit ce. sidrables de m cro ie, Marcel .nvosi. Chez Palroyie. 1 voquant la formalion d'acide* KO L Y NOS Prepnne tlanVs une formule de Dr *'• S. 1FNK N3, In'errogpz voiro dentiHe un la CtŒME DENTAIRE KOLYNi to vente dan tout s Ira iMia-ma-it s et dana le Ma^asinaJ •laon-.e Don y. Mes lettres i Zsn /. >r-, M x et Alex. Fuh.r Li dame j^-tele Marcel Prvost. La jeune /ampire, J. H. Rosi y. Les tiens risiian Ueinard. La peti e M^ral iamci Nicolle |. H. Rosry jeune Franck -/. Martin Aijent gnral pour 11 Ut, — Port au Prince. 4 louer auc i aye* Crainte halle lpreuve a la lira'icl'rDe, 'occuqHii Air Donatien Plmaque devant laissai 1 le 1er Fvrier pro<*b:iin. S'adresser au propritaire .Mr R Mercier, avenue John Urown. Port au Pri ice. En venta lai Librairie du 1 Aliuaiiach Hachett Mmm Pour Yojqes \i A drvtx-vovsyu VI : ii i t i i fi ion vau* fera des eonditi<\n* ineilU ures que n\m pot te i . Roulement ant f ar 1 Commission rie. c) lin'e du briitemenl four U rerditi f8 janvier 1?/ dix icinr du matin Conseil d'Etat Lou ; s Aug Go'Haor e Tnbunal f.rrm Prauvon Parquet Ntvets (onstat t Commune Edouard Painrr Presse le Mat n Syndicat de genis %  de change Mrov Pierre Oidre de a^o.its Ll ; o loserh Commerce Vicier Mtr^i s ^ctaire Edcuard Krol Port au-Fricce 27 janvier 1921 Librairie du Matin Etlicirn Champs-JU', — L'Fmpe ietr des pauvrts, — Daniel * Fc i Les piraeries du Capitaine Sh og'e ton. Paul Adam,— Le lion d'Arras, Ednondlaloui ; L'iocer'aine. Marcel Prvost ; La nuit (inra, lures Maiy ; Le soleil se lve lierre l on i la Moil de ne t: .hre Fiance en Orient CarrilU Mauclair ; Punies de l'e< prit George l e ce mte,— Bouffonneries dans la te inr/te MatciHc Tinayre, Pers^phone Paul RibctJ, — v.honchon P. de Val csr,Jeunes filles d ai ]ouid'hu<. Abb Prevo ',— (ort v luciePful Ma'gBttitU ; Uuand ils n'entendent pas. Charles Giniaux ; les Musulmanes, ce. etc. HOUE INSURANCE HUMFAN I A'e perdez pis d aue que la 1 Home Insurance Company [drce Imterve tlion active de \ Mr Eugne LE BOSSE, I t la nniiie Compagnie d'Assurance oflrir anx-EIaitieos une prolec iou..uu ti.xnlf La Home Assurance Company a donn'' * pteuves de sa lo/tal, da son quit dans les rgleiruii s u'a s iraoce api es | Le Home Insurance Company est li plus ferle Socit d'assurance des /'Jais-Unis d'*mriqu; elle nllie uonc le plus de] de solvabilit en cas de grande coullagriti^n. Assuret-vorii contre Vincen lie la Home Insurance Company j Eugne Le BOSSE Avant de contracta aucune nain d'assurance, ,J rous difiera gratui'ement par deW f MSJZ rvSrf '^^tuessent, I /nM v LA Jl Mi'< I^MtlAWCOMPANY Section maritime assure comte tisanes dp ../-v . ~JuJ >• j'ft wei /t-s voyages coliers de port a ; y/' a tu CONSULTEZ aigeoe LE IIOSSE


PAGE 1

Quatorzime anba Nos 3991 Pof 1 au Prince, Hati Jeudi 27 Janvier 1921 DIRECTEUR-PROPRIETAIRE Clment-MAGLOIRE LE NUMERO %  vv 20 UENT1I4LS Quotidien REDACTION;.RaeAmncainelNo, 1353 Les nations les plus ci-* viiises sont aussi prs eja barbarie que le fer le plus poli l'est de la rouille. Les peuples sont comme les mtaux, hs ai'oiit do brillant que les EL sr laces.i ~ [ ,if JELEFHONk'yS, l RTVAROL^; !Mr Paul Rebouxl ET La Question noire Confrence faite en Novembre 1920 l'Universit du faubourg (Paris) en prsence du gnral Verraux et d'ut, pub ic de plus de mille auditeurs. Mesdames, Messieurs, avec une femme altercatio faveur de* noirs, alors que tant de noirs ont t excuts au profit de la France par les soins clairs du gnral Mar.gr J Fais je dois vous lire quelques pages anodes deux volumes que j'ai consacrs aux ugtes, je vais voua faire connaitre le rcit d'une crmonie religieuse dans une chamelle baptiste des Etats-Unis. Aprs quoi nous reviendrons la discussion Bur les mrites respectifs des blancs et des noirs, y Dans ce passage, j'ai dcrit exacte ment ce que j'ai vu la Nouvelle Orlans. N'en tirez pas de conclu s on dfavorabe mes amis noire Vous verrez ici de braves gens, cape b'ea d'tre ports un tat paro xvste grce eux exhortations dur orateur. Cela n'e t pas une intimait* spcule aux ngresL'histoire de notre civilisation, dont noua aotn mes ai fiera, borde en piaodea o des blancs, eus anasL aot devenue fervente, passionns, exalts, parce que des meneurs leur disaient des paroles eUlammea : (Lectured'un passage de Romulus %  Coucou.) Noie tort quand nous parlons des ngres, c'est d'oublier les blance. Ncua 'eur laitons des reproches coup sur juf lifts,mais dans lemmt moment nous mconnaissons qai cep repro< lies pour .aient s'adresser a nous-mmes. Et je crois que, apri les annes de guerre que noua v.*. nettait le feu pour orler le URT Iirnt HA in ur at lam mrtnAtsm An .*•>. rv nona de subir, et les annes de paii que noua subissons, nous avom pe du quelque droit d'accuser le gens de cruaut, de niaiserie, de sei vilil, d'imposture, d'improbit e d imprvoyance. fcl.es ngre, je le sais, ont de* adversairea lsolas. Leur situation aux Etats Ur ie est .cruelle et souvent t agique. Voua n'ignorez pas qu'on leur \i ter lt d'entrer dans lea restaurant Chez lea taillara, lea coiffeurs, on les blancs frquentent; d'aller ai thtre ailleurs qu'aux petites places qu'on les'parque dans certaines pa tua spciales des omnibus, de tramways et dea wagons de ch miu de ter. Mme ai x lieux o l'on n'eat point accoutume as trouver plt aieoraperaonnea enaemble.on prsnd soin d'vier tout rapprochement mme; idal et comme chez nous OD peut lire d'un C' : i messieurs, et de l'autre c : • Dames. au> Etata-Unia on pe. t lire ceci :t blancs. et c Peraonnes de couleur • fcMaia ce ne sont la que gentillesses 11 y a mieux Vous savez sans doute qu'en 1919, 84 ngies ont et"l>nchs l-bas, dont 7 ont t brls vivants; qu'il y eut. de 1889 a 1918, 2.522 ngres •tus au nom de ce que les assassina nomment la jus ice populaire, e> que le*, causes dont on se contentait ; pour justifur ces crimes taient souvent, sinon bn'gnfF. r"u raoirs di pn. pi. rtionneaJ'ai i lev prm i cellea*c : lenlattve de violence le yard dune femme blanche; intimit lynchage d'un ngre Pana uu txcelient article sur U questions ngres aux Etats-Un-^ publi par MMaurice Baurge i dans la Revue a es JLettrea, j' trouv sur les lynchages des diad aprs lesquels il est bien difficm aux blancs de s'attribuer exclusiv meut ia modration et la digui e. Voici, par exemple co umei t 1 New-York Trioune *1u 21 AVI I 189:/ raconte la mort de Sam Ilot ouvrier de ferme, accus seulemei. d'avoir voulu embrasser la femiu de son patron : i En pr8eoce de deux mille pei tonnes qui hurlaient de jeie. San dose fut brl au poteau sur la voi jubliqueAvant qu'on ne mit le ft iu bcher, on coupa les oreilit* lesdoigts et d'autres parties du eorpi au ngre qui supporta ce auppiiu avec une force d me surprena • Aprs la mortle cœur fut coup e< Plusieurs morceaux, distribues cou ue souvenirs et mis aux enchres, des fragmenta d'os furent pays ui .C'est staptde/ Un l'a b.i. trop vite ! i.e i Dcembre 1917, dans l'Eu. de lenueaaee. un ngre fut attacht au bcher par dea chane. Des Au ricains lui brlreat les orbites a rer rouge et comme il ouvrait i iuucne IJOUT jemander grce, lu ufoncreot an tisonnier b ulau Jaua la gorge-On lui p.omenade, idis rouges sur les pieds, le dos ti ie ventre. Dea milheia de gens assit taient a la acne; lea toits et les fouette dea maisons avoisiuautt liaient remplis de apectateura; dea arenta juchaient leura eufan a au teura paule pour qu'.ia puaae. mieux contempler l'agonie de i. victime. En Mai 1918. une ngrease de Get i gie, accuse .d'avoir o proclamei tout haut l'innocence de n son uiin fut pendue par lea piedsUu vertu de l'essence sur ses vtements, ou ) mit le feu. on lui ouvrit le ventre, sou enfant, car elle tait en ceint, tomba a terre; un des blancs pr sents le tua en lui crasant la tte d'un coup de talon. Enfin en Juin 11)19, a V.tksburg au.Lgre accus d'alleutat aui ia |*i•uniie duue blanche, tut place deoout dans uu trou, on bourra le trou de 'erre lubqu la hauteur du cou; la tte atule oepaasaut le uiveau -u aul. huis ou poea sur la tte une cage d'acier de cinq pieds carrs, a Par Lily Jean lavai, Bernard Grasset, diteur. • Le bonheur ne se rencontre JSB, crit a sou lit de mort Mme Isa •eill i d Argenty II faut le cr er cou ne un ob|et d'art ; il faut l'ourdu jin fit: uue etohe prcieuse. Le de> met e..ue les mains des fem i t ne queoou Ue pua ou m uns em i.ns une pe i< 'ille bjurbjunaise et sa jolie histo > noua e„t conte pnr Mme Lily J (aval en d?8 pg a d'une g ce e l'une tendrease dlicat a Elle m ;) iiioi te point de drame violent pliais un aimable partum d'autrefon ^i'en dgage et t elle contient un ieooo. Entre un pre indiffrent et unn e irislie et rsigne, la petite A. nre a grandi dans la maiaon tau iale, sans grande joie jusqu'au joui ) i elle a connu son ami Solan^< luroy et surtout Philippe de Lhaat* in lgant i*oae hoiumme qu'elle • ommen : d'aime.d.scr em ut uur lequel elle a ojbli aou caiu ade d'enfance Gilbert des Dregttte >jiaoga est coquette, mais Auron •une d'une amiti si franche qu'ai ie souponne pas.une rivale, u'ee jjurtant a Sjlinge qu'ira la preti ronce de Philippe et Aurore dd alait uue augneutation de M et. Jbar sac avec teudance la hausse e cable d'aujourd'hui, au contrant iuoouce une petite baase.Sur plact HS prix de ventes sont un peu plut ermes, sans tre;bien au dessus d. i pantjde N V car on vend le jonnas raarq ies P. l't.5j ex stort it les prix caols de \ Ysont: i. Houle Houge P. 1O..'>J lluugariai J.J.'J Fob N.Y ce qui reprsente poui t Boule Houge un revient a Poit ai 'rince de Pli Vu par sac sans tenu ^ooiApte de la prime sur le chque* -Savon Bal but. — Toujours 11 i\. Cbnx de baseU ne serait pas tou aant qu'un cble vienne nout pprendre une hausse sur cet articlt ar d'aprs les informations reues, _.e suit a augment dans de tortei iroportions.,, Mtitormations liuaucires ; Taui .tique sur N. York 5 C|0 et J 8 0|C urne. Caf tri 5 cts or la livre, Te ,uel 4 centimes or la livre. 1 Pour effacer les Uhes laisse iiir le visage par les loulou*, ervez vous de la Crme deDeautt \achon, nroiuit antisepliq'ie al 'D'umam pur. uraiid pot 4jyourde.^ t etn pot :{ *' Ch^z Flix VIARD, Hue du Centre ps la librairie Viard. 'intrieur de laquelle ou mit un bou sdogue. La tte du chr^-n fut ente. ne dans un sac de papier rempi ie poivre rouge, pour enflammai es yeux et les uarinesL animal, foi uHux, dchira le sac et s'laut .ur la tte du coude inn. Ce qui a< jassa alors — et que je ue vou-s de :nrai point — fut un^spectaoie saut ioute plus intime que les autres ai lut ne put rjouir qu'un nombre plut restreint de apectateura, mais cha jun des privilgis s'amusait comiut pjatre. LI du moins l'ou peut von iff ce liait que les Amricains savent varier lea auppliceaet que c peuple, eouemi d. la routine, a be u ,jup pios de raliiuemeut et de far laisie qu'o ue le dit gnralement. ( La liu demain ) Diseours prononc sur la tombe de I jjiea jltellus par Achille N uma Mesdames, Messieurs, .Cest avec une reue satisfaction, |e je viens, au nom du Bureau dt ,4 Police, auquel notre regrett colegue appartenait, faire un suprme dieu 1 ce cher dfun '. Noire cher Julien a t pour nous ous un ami dvou, sympathique ji afteaueux. jamais les intrigue* l'avaient accs sur lui et quand juelque chose le' touchait, il savait ie -dresser et dixe son fait i son accusateur. C'est pour ce, que nous lui garions une grande estime et nous regrettons sa mort piematuie. Son chet, Mr le capitaine Cono l.estimait beaucoup et aussi il jouissait de celui-ci d'une autorit ternit et quitahie. Quand ce Chef lui passait un ordre il 1 excutai', pom par point, et aussi il tait sim dt ses suprieurs. C'est pou. cela qut son nouveau Chef, Monsieur le Capitaiae^Nahaus, homme de coeur el sympathique a cm ncessaire dt faire clbrer ses funrailles. Nous tous, se chers Collgues, JOUI dplorons amrement sa moi. et demandous a Dieu de lui donner un? large p-*rt dam son Paradis. Repose en p ix, cher ami julien, tt que la Une te soit lgie. Nouvelles Etrangres 26 janvier] PARIS— Rente 3 010 59,40, Ster; ling j3,t4, Dollar 13,7; i\n ^ jNEW-YORKFranc 14,18 Str'Qg 38j;. PARIS— Ds son arrive au quai Orsay, Mr L oyd George se rendit upies ue .vli tii'iand avec qui il cou rsa jusqu a.'ouveiture de la couff Qct.li premier anglais se rencontra vec Mr bartnou et changea des pa les amicales. A l'ouverture de la jutrence Mr tiriand, comme prsi eut, remercia ses collgues et leur 'Utiiiia la bienvenue. Lt lemps dit qu'aprs la queition ia dsarmement examine aujour i nui viendra la question du char on, puis cri e d O ent qui p.cde a^iexamen du problme des rpara uoas.La confrence examina le plan es experts concernant la situation a l'Autriche et chargea la commis i jn J tudier les mesures immdia ai i prendre. La ^iwmure a lu.deux vice prsi an en remplacement de MM. Levie Uuprey, Lon Brard nomms uinistres. Mr Anir Letevre, ex-miustre de la guerre et Mr Raibcrci ,ui lui succda dans ce ministre, t nent lus. Mr )aspar, ministre des affaires >rangies de Belgique, dment for uedeinent que la d.gation belge M serait range au point de vue oritannique surjie dsarmement de i Auemagne. Mr jaspar dclarejfaa jjntraire que la dlgation se rallia aa point de vue franais, les belges iant sous les mmes menaces et les umes dangers que les franais ne jcuveui pas avoir d'autres ides 4ue ceux-ci. WASHINGTON Le Shipping ioard ordonna de retirer du service • es navires marchands, proprits tes Ebats-Unis portant sur un total Il 122000 tonnes. Vingt de ceux-ci ont immobiliss New York, Nor(olk, Boston, Pniladelphia, Orange Texas ai sur la cte du Pacifique. Le tus grand d'entre eux Colorado >^ri,ng, a 9096 tonnes. Le t raident Peasoa, du Brsil,as-' >ura au dpartement son concours cordial a l'occasion de la commuai -dtion du prsident vVilson a la So. :iet des .Natioas concernant la poli .1 iue que celui ci adoptera envers l vuaaie avant toute teutaiive de m; iiauou en Armnie. M Les ngociations entre les ainbaaidduura Morris et bhildehara pour, .e rglement dd la question de Cal:.01aie et la diiunion dea droite ia : .unais aux h.ata Unis aot termilees de inau.eie aatiefalsante. Lapa irooatiou dus gouvernements doit! nre donne aux conclusiona de iinbaasadeuis avant que la dcision jiiae coujcfnaut le rglement du nitereud soulev par la loi califor iieuue cjiiae lea e.ranger, 1*1 AI nui) La Libertad dans l'arucie du tjud aur la situation minis -dtielie dit qu'uu tort sentiment aa ressiue eu faveur de la formation l'un ca. Miet m maire M. Daio aya.it iuaudouue aes tions pour recona uuer un uimialie.Pariaui de la si.uatiuu a iiL.i ceione ce journal ajouta lue des cnoaea terribles s'y paaaeut nais le plus horrible est l'indiilrea ce du pulic. G/iez i. J. BIGW iiutelae a tra f ^.iKxcelleut Coton JOLI march.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05297
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, January 27, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05297

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatorzime anba Nos 3991
Pof 1 au Prince, Hati
Jeudi 27 Janvier 1921
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE
Clment-MAGLOIRE
LE NUMERO
vv
20
UENT1I4LS
Quotidien
REDACTION;.RaeAmncainelNo, 1353
Les nations les plus ci-*
viiises sont aussi prs
eja barbarie que le fer
le plus poli l'est de la
rouille. Les peuples sont
comme les mtaux, hs
ai'oiit do brillant que les
EL srlaces.i ~ [__
,if JELEFHONk'yS, l rTvAROL^;
!Mr Paul Rebouxl
ET
La Question noire
Confrence faite en Novembre 1920
l'Universit du faubourg (Paris) en
prsence du gnral Verraux et d'ut,
pub ic de plus de mille auditeurs.
Mesdames, Messieurs,
avec une femme
altercatio
faveur de* noirs, alors que tant de
noirs ont t excuts au profit de
la France par les soins clairs du
gnral Mar.gr J
Fais je dois vous lire quelques
pages anodes deux volumes que
j'ai consacrs aux ugtes, je vais
voua faire connaitre le rcit d'une
crmonie religieuse dans une cha-
melle baptiste des Etats-Unis. Aprs
quoi nous reviendrons la discus-
sion Bur les mrites respectifs des
blancs et des noirs,
y Dans ce passage, j'ai dcrit exacte
ment ce que j'ai vu la Nouvelle
Orlans. N'en tirez pas de conclu
s on dfavorabe mes amis noire
Vous verrez ici de braves gens, cape
b'ea d'tre ports un tat paro
xvste grce eux exhortations dur
orateur. Cela n'e t pas une intimait*
spcule aux ngres- L'histoire de
notre civilisation, dont noua aotn
mes ai fiera, borde en piaodea o
des blancs, eus anasL aot devenue
fervente, passionns, exalts, parce
que des meneurs leur disaient des
paroles eUlammea :
(Lectured'un passage de Romulus
Coucou.)
Noie tort quand nous parlons des
ngres, c'est d'oublier les blance.
Ncua 'eur laitons des reproches *
coup sur juf lifts,mais dans lemmt
moment nous mconnaissons qai
cep repro< lies pour .aient s'adresser
a nous-mmes. Et je crois que, apri
les annes de guerre que noua v.*. nettait le feu pour orler le urt
Iirnt HA in ur at lam mrtnAtsm An .*>. _______ rv___. "
nona de subir, et les annes de paii
que noua subissons, nous avom
pe du quelque droit d'accuser le
gens de cruaut, de niaiserie, de sei
vilil, d'imposture, d'improbit e
d imprvoyance.
fcl.es ngre, je le sais, ont de*
adversairea lsolas. Leur situation
aux Etats Ur ie est .cruelle et souvent
t agique. ,
Voua n'ignorez pas qu'on leur \i
ter lt d'entrer dans lea restaurant
Chez lea taill- ara, lea coiffeurs, on
les blancs frquentent; d'aller ai
thtre ailleurs qu'aux petites places
qu'on les'parque dans certaines pa
tua spciales des omnibus, de
tramways et dea wagons de ch miu
de ter. Mme ai x lieux o l'on n'eat
point accoutume as trouver plt
aieoraperaonnea enaemble.on prsnd
soin d'vier tout rapprochement
mme; idal et comme chez nous
OD peut lire d'un C' : i messieurs,
et de l'autre c : Dames. au>
Etata-Unia on pe. t lire ceci :tblancs.
et c Peraonnes de couleur
fcMaia ce ne sont la que gentilles-
ses 11 y a mieux
Vous savez sans doute qu'en 1919,
84 ngies ont et"l>nchs l-bas,
dont 7 ont t brls vivants; qu'il
y eut. de 1889 a 1918, 2.522 ngres
tus au nom de ce que les assassina
nomment la jus ice populaire, e>
que le*, causes dont on se contentait
; pour justifur ces crimes taient
souvent, sinon bn'gnfF. r"u raoirs
di pn. pi. rtionnea- J'ai i lev prm i
cellea*c : lenlattve de violence le
yard dune femme blanche; intimit
lynchage d'un ngre
Pana uu txcelient article sur U
questions ngres aux Etats-Un-^
publi par M- Maurice Baurge i
dans la Revue a es JLettrea, j'
trouv sur les lynchages des diad
aprs lesquels il est bien difficm
aux blancs de s'attribuer exclusiv
meut ia modration et la digui e.
Voici, par exemple co umei t 1
New-York Trioune *1u 21 avi i
189:/ raconte la mort de Sam Ilot
ouvrier de ferme, accus seulemei.
d'avoir voulu embrasser la femiu
de son patron :
i En pr8eoce de deux mille pei
tonnes qui hurlaient de jeie. San
dose fut brl au poteau sur la voi
jublique- Avant qu'on ne mit le ft
iu bcher, on coupa les oreilit*
lesdoigts et d'autres parties du eorpi
au ngre qui supporta ce auppiiu
avec une force d me surprena
Aprs la mort- le cur fut coup e<
Plusieurs morceaux, distribues cou
ue souvenirs et mis aux enchres,
des fragmenta d'os furent pays ui
. cur. pour cinquante centimes, d
je.its morceaux de foie rendus cr
quants par la cuisson.t
Autre ttxeculiou uatut du 21 Mai
1917 : Cette fois le ngre tait couj i
;le; miis sea bourreaux ne furent
gure innocente- car d apri le joo
.al la Press de Mempiua, cqumz
mule peraonnes applaudissaient u
lll qu'on versait l'essence et qu'oi
LA
/ivani. Deux aasistants lui tranche
eut les oreilles avant qu'il ne con
ueuata lotir. H mourut promet
nent et la foule se retira en mur un
i-ant ; >C'est staptde/ Un l'a b.i.
trop vite !
i.e i Dcembre 1917, dans l'Eu.
de lenueaaee. un ngre fut attacht
au bcher par dea chane. Des Au
ricains lui brlreat les orbites a
rer rouge et comme il ouvrait i
iuucne ijout jemander grce, lu
ufoncreot an tisonnier b ulau
Jaua la gorge-On lui p.omenade,
idis rouges sur les pieds, le dos ti
ie ventre. Dea milheia de gens assit
taient a la acne; lea toits et les fo-
uette dea maisons avoisiuautt
liaient remplis de apectateura; dea
arenta juchaient leura eufan a au
teura paule pour qu'.ia puaae.
mieux contempler l'agonie de i.
victime.
En Mai 1918. une ngrease de Get i
gie, accuse .d'avoir o proclamei
tout haut l'innocence denson uiin
fut pendue par lea pieds- Uu vertu
de l'essence sur ses vtements, ou )
mit le feu. on lui ouvrit le ventre,
sou enfant, car elle tait en ceint,
tomba a terre; un des blancs pr
sents le tua en lui crasant la tte
d'un coup de talon.
Enfin en Juin 11)19, a V.tksburg
au.Lgre accus d'alleutat aui ia |*i-
uniie duue blanche, tut place de-
oout dans uu trou, on bourra le trou
de 'erre lubqu la hauteur du cou;
la tte atule oepaasaut le uiveau -u
aul. huis ou poea sur la tte une
cage d'acier de cinq pieds carrs, a
Par Lily Jean lavai, Bernard
Grasset, diteur.
. . Le bonheur ne se rencontre
jsb, crit a sou lit de mort Mme Isa
eill i d Argenty II faut le cr er cou
ne un ob|et d'art ; il faut l'ourdu
jin fit: uue etohe prcieuse. Le de>
met e..ue les mains des fem i t
ne queoou Ue pua ou m uns em e et rche A elles d re assez t
;es assez nergiques pour la dvidei
\urore, la charmante jeune lill :
|ji ces lignes maternelles sj.it d
ises est ne en iS't-> i.ns une pe i<
'ille bjurbjunaise et sa jolie histo
> noua et conte pnr Mme Lily J
(aval en d?8 pg a d'une g ce e
l'une tendrease dlicat a Elle m
;) iiioi te point de drame violent
pliais un aimable partum d'autrefon
^i'en dgage et t elle contient un
ieooo.
, Entre un pre indiffrent et un-
n e irislie et rsigne, la petite A.
nre a grandi dans la maiaon tau
, iale, sans grande joie jusqu'au joui
) i elle a connu son ami Solan^<
luroy et surtout Philippe de Lhaat*
in lgant i*oae hoiumme qu'elle
ommen : d'aime.- d.scr em ut *
uur lequel elle a ojbli aou caiu
ade d'enfance Gilbert des Dregttte
>jiaoga est coquette, mais Auron
une d'une amiti si franche qu'ai
ie souponne pas.une rivale, u'ee
jjurtant a Sjlinge qu'ira la preti
ronce de Philippe et Aurore dd
Jieu qu'elle ne se consolera Jsmait.
Le temps et aussi le retour de Gi
ijjrt apaiserout pourtant s<*n chagru
tt non seulement Aurore panlonni
ra Sjlange, Philippe, mais ellt
asistera a leur mariage, fuis ellt
ipojsera son tour Hubert dont II
'. "'dresse profonde assurera son boi
heur'
r.n vente i la libraitie du Matin
- -
Jontre 1'AIastriix
Eugne Le BOSSE
^JPort au Prince 22 janvier 1921
..Situation gnrale ;
Les grandes questions (des semai
ns prcdentes qui semblaient faire
natre de beaux espoirs sur la situa
cion financire future sont aujoui
l'hui enterres devant 1 opposition
le Washington d'y souscrire. Aussi,
i .oi'iua.^ ou necjtupie que sur .<
4iabUBsement des changes europ
us pour fnire renatre notre cou
nerce- On languit en attendant. Jau
in tat dplorable, le m rasnj es
al qu'aucun spculation u ejt pot
ible Les ventes sout nulles pc*
uception, la k^roaine seule est t \
vu! demande, l'article se rai -
iant de plus en plus-
Le aiesmer Advaiice parti ie 'il
0 luraul pour les ports du Nord t
Sdw York a pris un cha-gement di
'. jjo saca de caf4,il faut esprer q-i
'on ne s'arrtera pas l, qui les pri
T\ i !i t iMiuut et qu'o verra dei
ziurs meilleurs d'ici un ou dix
'nois.
farine Le march est toujouit
)udcis New York, la semaine d
i'Te un cble de la Ue ker nous a
U >alait uue augneutation de M et.
Jbar sac avec teudance la hausse ,
e cable d'aujourd'hui, au contrant
iuoouce une petite baase.Sur plact
hs prix de ventes sont un peu plut
ermes, sans tre;bien au dessus d.
i pantjde N-V. car on vend le
jonnas raarq ies P. l't.5j ex stort
it les prix caols de \ Y- sont:
i. Houle Houge P. 1o..'>j lluugariai
j.j.'j Fob N.Y ce qui reprsente poui
t Boule Houge un revient a Poit ai
'rince de Pli Vu par sac sans tenu
^ooiApte de la prime sur le chque*
-Savon Bal'but. Toujours 11 i\.
Cbnx de base- U ne serait pas tou
aant qu'un cble vienne nout
pprendre une hausse sur cet articlt
ar d'aprs les informations reues,
_.e suit a augment dans de tortei
iroportions.,,
Mtitormations liuaucires ; Taui
.tique sur N. York 5 C|0 et J 8 0|C
urne. Caf tri 5 cts or la livre, Te
,uel 4 centimes or la livre.
1
Pour effacer les Uhes laisse
iiir le visage par les loulou*,
ervez vous de la Crme deDeautt
\achon, nroiuit antisepliq'ie al
'D'umam pur.
uraiid pot 4jyourde.^
t etn pot :{ *'
Ch^z Flix VIARD,
Hue du Centre ps la librairie
Viard.
'intrieur de laquelle ou mit un bou
sdogue. La tte du chr^-n fut ente.
ne dans un sac de papier rempi
ie poivre rouge, pour enflammai
es yeux et les uarines- L animal, foi
. uHux, dchira le sac et s'laut
.ur la tte du coude inn. Ce qui a<
jassa alors et que je ue vou-s de
:nrai point fut un^spectaoie saut
ioute plus intime que les autres ai
lut ne put rjouir qu'un nombre plut
restreint de apectateura, mais cha
jun des privilgis s'amusait comiut
pjatre. li du moins l'ou peut von
iff ce liait que les Amricains sa-
vent varier lea aupplicea- et que c
peuple, eouemi d. la routine, a be u
,jup pios de raliiuemeut et de far
laisie qu'o ue le dit gnralement.
( La liu demain )
Diseours
prononc sur la tombe de
I jjiea jltelluspar Achille Numa
Mesdames, Messieurs,
.Cest avec une reue satisfaction,
|e je viens, au nom du Bureau dt
,4 Police, auquel notre regrett col-
egue appartenait, faire un suprme
dieu 1 ce cher dfun '.
Noire cher Julien a t pour nous
ous un ami dvou, sympathique
ji afteaueux. jamais les intrigue*
l'avaient accs sur lui et quand
juelque chose le' touchait, il savait
ie -dresser et dixe son fait i son ac-
cusateur.
C'est pour ce, que nous lui gar-
ions une grande estime et nous re-
grettons sa mort piematuie.
Son chet, Mr le capitaine Cono
l.estimait beaucoup et aussi il jouis-
sait de celui-ci d'une autorit ternit
et quitahie. Quand ce Chef lui pas-
sait un ordre il 1 excutai', pom
par point, et aussi il tait sim dt
ses suprieurs. C'est pou. cela qut
son nouveau Chef, Monsieur le Ca-
pitaiae^Nahaus, homme de coeur el
sympathique a cm ncessaire dt
faire clbrer ses funrailles.
Nous tous, se chers Collgues,
joui dplorons amrement sa moi.
et demandous a Dieu de lui donner
un? large p-*rt dam son Paradis.
Repose en p ix, cher ami julien,
tt que la Une te soit lgie.
Nouvelles Etrangres
26 janvier]
PARIS Rente 3 010 59,40, Ster;
ling j3,t4, Dollar 13,7; i\n ^
jNEW-YORK- Franc 14,18 Str-
'Qg 38j;.
PARIS Ds son arrive au quai
Orsay, Mr L oyd George se rendit
upies ue .vli tii'iand avec qui il cou
rsa jusqu a.'ouveiture de la couff
Qct.li premier anglais se rencontra
vec Mr bartnou et changea des pa
les amicales. A l'ouverture de la
jutrence Mr tiriand, comme prsi
eut, remercia ses collgues et leur
'Utiiiia la bienvenue.
Lt lemps dit qu'aprs la queition
ia dsarmement examine aujour
i nui viendra la question du char
on, puis cri e d O ent qui p.cde
a^iexamen du problme des rpara
uoas.La confrence examina le plan
es experts concernant la situation
a l'Autriche et chargea la commis
i jn J tudier les mesures immdia
ai i prendre.
La ^iwmure a lu.deux vice prsi
an en remplacement de MM. Le-
vie Uuprey, Lon Brard nomms
uinistres. Mr Anir Letevre, ex-mi-
ustre de la guerre et Mr Raibcrci
,ui lui succda dans ce ministre,
t nent lus.
Mr )aspar, ministre des affaires
>rangies de Belgique, dment for
uedeinent que la d.gation belge
M serait range au point de vue
oritannique surjie dsarmement de
i Auemagne. Mr jaspar dclarejfaa
jjntraire que la dlgation se rallia
aa point de vue franais, les belges
iant sous les mmes menaces et les
umes dangers que les franais ne
jcuveui pas avoir d'autres ides
4ue ceux-ci.
WASHINGTON Le Shipping
ioard ordonna de retirer du service
es navires marchands, proprits
tes Ebats-Unis portant sur un total
Il 122000 tonnes. Vingt de ceux-ci
ont immobiliss New York, Nor-
(olk, Boston, Pniladelphia, Orange
Texas ai sur la cte du Pacifique. Le
tus grand d'entre eux Colorado
>^ri,ng, a 9096 tonnes.
Le t raident Peasoa, du Brsil,as-'
>ura au dpartement son concours
cordial a l'occasion de la commuai
-dtion du prsident vVilson a la So.
:iet des .Natioas concernant la poli
.1 iue que celui ci adoptera envers l
vuaaie avant toute teutaiive de m;
iiauou en Armnie.
MLes ngociations entre les ainbaa-
idduura Morris et bhildehara pour,
.e rglement dd la question de Cal:-
.01aie et la diiunion dea droite ia:
.unais aux h.ata Unis aot termi-
lees de inau.eie aatiefalsante. Lapa
irooatiou dus gouvernements doit!
nre donne aux conclusiona de
iinbaasadeuis avant que la dcision
jiiae coujcfnaut le rglement du
nitereud soulev par la loi califor
iieuue cjiiae lea e.ranger,
1*1 ai nui) La Libertad dans l'ar-
ucie du tjud aur la situation minis
-dtielie dit qu'uu tort sentiment aa
ressiue eu faveur de la formation
l'un ca. Miet m maire M. Daio aya.it
iuaudouue aes tions pour recona
uuer un uimialie.Pariaui de la si-
.uatiuu a iiL.i ceione ce journal ajouta
lue des cnoaea terribles s'y paaaeut
nais le plus horrible est l'indiilrea
ce du pulic.
G/iez i. J. BIGW
iiutelae a tra
f
^.iKxcelleut Coton
joli march.


IE MATIN
LE MATIN
ABONNEMENT]
PAR MOIS
PORl AU*PniNCB G. 2 oo
Dr.PAKTEMIM G. \o
ETRANGER G. }'oo
Le annonce? port ipnf eu Cou r
loir h tprnulinrial d Rebifrit* H,
Hue Tioic-hH, Pris ft H, 21, ii.'J,
Ludgate, Il il lu.du
FAITS DIVERS
observatoire"
|DU
r-E'J 1T SEMINAIRE
Bibliothque de ni. fille
La Maison des Rossignols,
DeKy G. 4.CC
Princesse de verre, Jearre de
v eu'rrt b 4,ce
COLtIGEST MALTI/L L'er.nane:v RENSEK-NEMfcMTS
MET! OROLOGIQUES
Mercredi 26 lattlitf 1^21
baromtre 76}.e
2 volumes
Plaisirs it cb r$vx, b*iori e
<>t SI lie ;,o<
"en*-*
Dclaration
Port au Prince le 26 lanvier 192
Nous soussigns, ancier s Merr b;e
du Conseil d Administration de 'i
Cotrprgnie des Porrpers I ih es. de
clarons que notre drr issien n'a p
t donr.i e rour hs ra sors f.o n
tes allgues par 1 ex Copaeilli 1
Ern st Can illi, dars sa let ie 01
ve te pi bl * dans 'e j u naWl Lo 1
No du 25 | n\iti cd cours : ani
qu'en (ait loi le procs-vt 1 bal de i.
sianceendate du 1; |arv..r coi
rart, les lOD'tigri or t roniebU
spentar.meut as'eltactr pour lacil
ter la Actt au Coinnardut qi
s''ait tiouve dars l'obligation c
d tendre sa d gr l et 1 1, e de I
Coupagnie que rrerr >t de mttti
en rtnl, c'"e vrifab t etitirpnte c
c:Pd?l- picvcque gratuiten en r;
r* t.irs colle gi es dkOI la 1 ie.se qi
kidience.
v'i' que la dmi..;on de la rraji
r du ( odm il e n r> rait celle d
fauteurs de t 01 bh?, le (onsei1
cru ricessaire d'aniver a .-ene rr
3 ne peur les hmrer et pa* a"
-H'er U us les ir; avais lmer-
ui n e "trait 1 t en jril, I OfiQVft Ci
R I Wn.h
Aussi ienons-i eus dtc'lt 11
b'iqLement le but qui 1 ous a pr 11-
cette dcision.
Ainsi sgr. de nous.
GtOigfl EUE. Einet CODIEZ
Edgaid MYRTHIL, kinvil.. E'llr>
NE, Alwime TOUbSMNT. J R 0^
SON. Clment DENI/.E, Eulc
GhAMY Bis, Ln man.el EKAh
CUR.
maximum )n 6
24 e-
nuit ; 1 n tei
t i
Auloiti^dlun sonne'
Mon cher Rgulur. *^~
|'ai intin ement app'audt|9r;t
une lectvre lOLt a la I mditai ve ;
u concipiioo patriotique qui !* i>i
rirleStnntt '.cqutnr Le So'd;i
de 18 4 que tu as rub'i d;.ns l'-
dition au 10 |aiiV.tr ccuiant di
qu tdim Le Mila . en gtoiih
raton de la rr S- Idai immortel de J8Y4.
le t'en lluite tien sirciemer I
11 es' i la lois ftrcovrtrt. Jtblm <
et tmehirt, 'on Sot net jique .
t*M l'erseirblr erlrauart i|1'
crierrmt la rafflaKC incerr parab'.
des illustres Fo-datiurs de la Natto
Hatien et ranime la fiert P
l'orgueil indompte de leurs dis. i
pies intransigeant.Aussi ai-je accer
t volontiers 'a dd cac- se'on icr
d bon gr.
Avec l'expression de mes meiil 11"
compliments renruvlF, j' fe feu-
haite laralisationde tes louables es-
prances.
SeplimusMARlUS,
^rcirr Seoipir d'Et?',
Anr;fP Pi'Hentde-'(Euvre r'uffr.
t'naire de 1 Indpendance Na'onj'e
Mtyer ne die rr t
Ciel clair jour et
ou?geux Pi prs n idi.
BaicmcHe constarl.
J. SCHCRER
Le Moniteur;
Le rurrro d'hier du lournal O.'fi
:iel peblie :
Ar> 'OTimart Mr Frdric
Dotrt, Secrtaire d'E a' de 1 i r si ri
on Pvbiique et res Cu Ut rr> rer
lacenent du ci'ryen Dan'sB-'
4tt, appel i d'autres fcnclioi.
Ant remmapi ure ( or rr ?
on peur g^rer, jrqu'?u p'Cibiiri
"ectiona, les n^ils des (en n tri
e Cerca-la-Scurcp.|
Avis miriftnel.
Circulaire au Secrclaire ,J,F.i
esFirar^s ifJJ :dnurijtiattuis di
firarrrs de la Rrpubliqi e.
Erfta.
< AllV Gemmant les nembi*
iu corseil National de I UftivcitilJ
l'Hati.- Avis dn Srrraiit 'Eu
.e I InuructicnPublique constituar
r dit conseil.
li.Me des rgeciarts .on.sign.
aire, irrpoiia'eur, ctnmrrcaotr
^..nqiiers eipcrtileurs barquier qt
)'t acqml' Jtur droit de patent
our l'Ex 1^2" 1JJ1.
'Iia.'it1 ce Paix entre les ti-
sane s al s t 2 so i'S et l'Ail
nagnr, ilgni Vtittilea.jh 26 loi
1919. Suile.
Nouveau ministre
Le joumai Ulficitl d'hier pull:'
m ant romrrant le ci'oyeo Ei
ltrie Dont, Stcrtaire d'E at aux D
jaittmer.ts de l'Instiucncn PuWiqt
;t des Cnltll en nmplacenent e^i
:itcyen Dants Btllegarde appel :
i'auties knctioas.
Union Patriotique
Les Membre du ComiiOpi>l r"
l'Union Patriot qie sont prie"s
runir i Parisiapa. le lundi ;
vier, 4 beuies prcises de l'i
midi, aux fus de dsigner les1
Hus qui doivent se rendre auxj
Unis.
Le^Secrtaite greraiP. THC
D'. &
Hier a eu lifu l'inhumat<
Hiram Eiar vois, victime de \'i
mie.
4060
Ieboilemrrt |dl. la r'c.eri
1 : : : c ><.i Ldes geris. 1 a camaraderie Tutean
femrratu'e ) ou'k XI. I 6 'e iJu (id. Rodogur-
Cnarles IX. I hilcophr- mari
Le commardt n e r t uniqre,
Met me ii ( 2 vol ) lo o>
Dans Es rr ers du Sid 7 y
La tngdie jibritrre 7 j
O va-t-cn '' Rer Bernard (< 11
Vljrucl du pa lait aventuntr 4 s(
vlaruelpra1 quepourinf'uer.er 3 3
I Nouveau cuisinier europen 6 v
GntPPtS. CATHARSES, LARYNGITES,
BRONCHITES,
-, C[ COQL!F.LuOKE ET DE ROUGEOIE
te
3
r
t
6 7
La bori,e cuisine 8 6$
.ts t!^s< ts de 'a cuiin:'e et de
la ri aitiesff dr n auc r ? 1 <
a ptissire rr h mire _; ce
ci sur,.-0; li ei r, i qrrrisbr 4 o.
L'Aronruh'qoe. Ali m 1 la;iou, Le-
eons de la Gierre, R-vilaillemer 1.
4arie, Le con i Militaires. I Industi m
"araise, 5 gotiide le volume*
'u j ! a Vtnai'Jes G
a 1 ui v< y ^.t r en 1 alie
La CKoi, Us pr uple6
c Extrme Oiienl
.e dessous du cbi os
ri!;*-f, Ludovic Naudau
ente libre.
Qnc Hei.re d Oubli 0 45
Le l'iix G- rtnd, Gyp. Un ho -
ne sensible, Octave MirPeau Le pi
'it ro; d'Onibie, Victor Ma'gueritti
Ure pot le su v nt. Henri Dtvcrr.01
Une sale, rV.oo>i ur, (Georges Ce u te
1 e, Geo'geile il son arui, Frdii.
liouier, Sa.iv la.r, P,ul liouige*
v'isitc, Matrice Donnay. Dans Pat
;nseur, Max it a.'tx bisher. I?
isionnaire, Herni Bordeaux. La
haa* de Hanche, Gyp. La jolie
/ )
6 .e
sorcire, Marcel P o,t. Lts mis de

Sous r?- luence dn "PULMOSERUM"
LA. TOtTX SE CAL".:S rBIMDIATEMENT.
1 ; -'-. : r 1 es STjiuna nocturnes disparaissent
L'OPPRESSION ET LES T O. TS DE COTE 8'ATTNUENT. "
LA ftEHUOATlON DEVIENT PLUS FACILE.
L'APPTIT REVIENT,
LF. RMMEII. RAPPARAT.
les fo::ci;s ET Li VERGIE RENAISSENT.
laiPLvi DA'I LES HOPITAUX.
t MAJORIT DU CORPS MDICAL FRANAIS.
LU'J U. 20.000 MEDECINS TRANGER?.
M. V.r.i uil'crii cafi matin et loir.
le I*nt8 im teutet i 3rorjsris it Pharmacin.
t
.
PHARMACIE DE ROME, n. rue d-w0Me. paru.
Un dentifrice scientifique
y> rge. Son n tj
1 Server Ip rient
De saveur dlic'cua", rafrachi' In boncho f I
eflVc ivi ment aniieeptiqne. Il aide . o-moment -A
.qu'il mai itipnt I bourh- bifn prep-p. au'il r 1 '. ve les CRibcrcs I
Juliete, Loa brapp. Julienne mi Ormentatif et qu'il d'niir ri. quertit ce. sidrables de m cro
ie, Marcel .nvosi. Chez Palroyie.1 voquant la formalion d'acide*
KO L Y NOS Prepnne tlanVs une formule de Dr *' S. 1FNK N3,
In'errogpz voiro dentiHe un la CtME DENTAIRE KOLYNi
to vente dan tout s Ira iMia-ma-it s et dana le Ma^asinaJ
laon-.e Don y. Mes lettres i Zsn
/. >r-, M x et Alex. Fuh.r Li dame
j^-tele Marcel Prvost. La jeune
/ampire, J. H. Rosi y. Les tiens
risiian Ueinard. La peti e
M^ral
iamci
Nicolle |. H. Rosry jeune
Franck -/. Martin
Aijent gnral pour 11 Ut, Port au Prince.
4 louer auc i aye*
Crainte halle lpreuve a la
lira'icl'rDe, 'occuqHii Air Donatien
Plmaque devant laissai1 le 1er
Fvrier pro<*b:iin.
S'adresser au propritaire .Mr
R Mercier, avenue John Urown.
Port au Pri ice.
En venta lai Librairie du 1
Aliuaiiach Hachett
- Mmm
Pour Yojqes \i
A drvtx-vovsyu
VI:iiiti i fi ion vau*
fera des eonditi<\n*
ineilU ures que n\m
pot te i .
Roulement
ant far 1 Commission rie. c)
lin'e du briitemenl four U rerdi-
ti f8 janvier 1?/ dix icinr
du matin
Conseil d'Etat Lou;s Aug Go'Haor e
Tnbunal f.rrm Prauvon
Parquet Ntvets (onstat t
Commune Edouard Painrr
Presse le Mat n
Syndicat de genis
de change Mrov Pierre
Oidre de a^o.its Ll;o loserh
Commerce Vicier Mtr^i s
^ctaire Edcuard Krol
Port au-Fricce 27 janvier 1921
Librairie du Matin
Etlicirn Champs-JU', L'Fmpe
ietr des pauvrts, Daniel * Fc i
Les piraeries du Capitaine Sh og'e
ton.
Paul Adam, Le lion d'Arras,
Ednondlaloui ; L'iocer'aine.
Marcel Prvost ; La nuit (inra,
lures Maiy ; Le soleil se lve
lierre l on i la Moil de ne t:
.hre Fiance en Orient
CarrilU Mauclair ; Punies de l'e<
prit
George l e ce mte, Bouffonneries
dans la te inr/te
MatciHc Tinayre, Pers^phone
Paul RibctJ, v.honchon
P. de Val csr,- Jeunes filles d ai
]ouid'hu<.
Abb Prevo ', (ort v
luciePful Ma'gBttitU ; Uuand
ils n'entendent pas.
Charles Giniaux ; les Musul-
manes, ce. etc.
HOUE INSURANCE HUMFAN
I
A'e perdez pis d aue que la 1
Home Insurance Company
[drce Imterve tlion active de \
Mr Eugne LE BOSSE, I
t la nniiie Compagnie d'Assurance oflrir anx-EIaitieos une prolec iou..uu ti.xnlf
La Home Assurance Company
a donn'' * pteuves de sa lo/tal, da son quit dans les rgleiruii s u'a s iraoce api es |
Le Home Insurance Company
est li plus ferle Socit d'assurance des /'Jais-Unis d'*mriqu; elle nllie uonc le plus de]
de solvabilit en cas de grande coullagriti^n.
Assuret-vorii contre Vincen lie la
Home Insurance Company j
Eugne Le BOSSE
Avant de contracta aucune nain d'assurance, ,J rous difiera gratui'ement par deW
f mSJZ rvSrf '^^tuessent, '
I /nM v LA JlMi'< I^MtlAW- COMPANY
Section maritime assure comte tisanes dp ..- /-v.. ~Ju- j > j'ft
wei /t-s voyages coliers de port a ; y/' a tu
CONSULTEZ
aigeoe le IIOSSE
aice
.
MUtlLATt'D


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM