<%BANNER%>







PAGE 1

IIT MATIN purs DIVERS OUSJSRYMTOIRE DU PFTIT SEM1N4HE CO lK EST MARTIAL REMSEl NEMENTS METEOROLOGIQUES Mir.it 2<> I ioviei iyu batoiLl t 762 2 mir inm maximum Voyrnne d or W 1 .tel v% clair jv 't ni". Baromtie en haus?. J SCHERER L'pidmie bat son plein Dans la mtin^ d hier on a r" voir pssser et H pas er le camion du Service sanitaire avec, chaque fois, Do grand nombre de mlheurtux atteints de l'titrayanie maladie en cours— Nous a*ons pu valur a une centaine environ lerombet*' ceux qui ont ' interns d-ns journe. Echo de Saint Mire Hier matin, dans les salons d M L. D Pasquet, il s'est form a Stftf' Marc, un Comit d'Union ptatrioiique, eu vue du dl ne des in rets du Pavs.. L Atfwcj tion ie pro poe de joindif ses etTor's paoBquf : o'js ai trs qui, prsentant le mr e caractre, ont t dj lolJ r*n toiles les sphres de l'activit ra uaale. Ol t lus m nb.es du ro-niie*. MM. Israidin Baionville, Corn rre.mf, Fisidenl. Iules Duca l% Avccit, Secrtaire, I H. S aco A .. es Ancien Juge, I 13 Maicelir, A cin Ujut de DtMSiiMfi I A Ml n'y. Aucun Fonctionnaire. Acni l.lD.siior Si Louis Alixandie, Ktjii L : icuari Dipestte, D-cieut 11 mdecicr. Accident Hier, juste au moment o le tiain dSt Marc allait pat r, un des pti vendturs de fucre dVge de 0 nie* Usant l'exptess est tomb et a eu le bras dioit endommag. Transport au bu eau de ia Compagni ces Chemins de 1er eu il ieut i< piemiers soins, il fut iranspom aprs l'Hpital gnral. Mieux vaut prvenir En lace des grands d| is de c pche qui se trouvent la peutruelle Rose Piopin la direeti 1 de la P. C. S. devrait faire remplace) les ails qui ne peuvent 10)porte> encore oegtemps le pods dis w.fc-ns h gerto,rs 1 r>' si c'-s comnlirrents a Mrre -*-oirs ( ur ctvc iccmptnse mrite. Cablog-amme funbre Un cablcKiamnze annonce la mo: i Paii* de Henri I '**. aichiltcte Lu dfunt tal le 61s de lue' I/z re chef du Protocole qui non mv yon% sinsi qu'aux fasjaillc picuves l'expression de nos vive condolances. Ncrologie Notre ami Louis Gurin vi-rt d'avoir la douleur de perdre sa i< mmt ne Anna Killiek, dcde r's u-courte maladie.—Les lunrailles 1 lont lieu cet apis-rridi en ITgle Sacr Coeor de Turgeau. — Une rouvelle \iilirre de n\i demie : Antoine Bouquet, air ntn r at'ach i la Coœtnure. Condo'arces sus familles protves. — Tous les heu mes d'affaires et IPB client* de llte I de France coi neiassieniOX YGFNI • \quidepi :\* lo9 temps travaiUilt, et mme n," coi. dans cet ttb'rsaerru ot de pua* ordre.— Oivpro est mort, \icin de l'pidmie* et a t\ inhum ce m tir. Condolanceb ;> sa lau ille. lire demain la Confrence de< Mr Paul Wbmx sur la question noire. ^rnlc l'encan Usera • rod vendredi 2S fu \pi 1.121, 10 heures du matir, de vari les roites de l'tablissent n de rreruimie, Grand'Rur. "vit- 1 de la S'ation des Pompiers, la vente l'encan des articW s stivsn's : Un salon osier 11 piceE 10 chaises et fauteuils | oir salle** % msi HT lu petit metih'e tion b mbouj Un dressoir ni.sca|0U Ure t b'e tonde scsjou Un r terd luffet s\ec 1 maibre Un bulle t scsjou Un lil sesjeu Une romrrode acajou Une dodine Un lit Une arrroiro Une ahlp e ronde Une tagre 3 8L.es Une glace ovale Une (tiare Six marbres Netl cariieset tsblesux Deux tables ordu biies 4 Un dentifrice scientifique De ssveur dl'ciein-e. rafrachit le •borche e la gorge. S n action e< effectivpmem antiseptique. H eid ro-me'menl rr^seiver les dents psrr %  ju'il maiijiient la bouche M>0 prepre. au'il pnlve les carbone hydratas fermeniatifs et qu'il dtruit df a quai lits considrables de microbes provoquant la fofmslion d'scide" KULYNUS Prpare d'srrrs rr>e formule de Dr N ?. JENKIN3. n: D..P. Jn'eiioflf z votre de n Hat sus la CREME DENTAIRE KOI YNOSlin vente der.s tou'es les Pharmacies et dans les Magaiini. Franck J. Martin Agent gnral pour Hati, — Port au Prince. lutour de la Panama Lin* A l> siite d u* e infoma'ion d norecorf re Le Nouvelliste rou fa petite vrole Santo Domingo Aprsderrini i usesirvetigations, d a t dclar i Santo-Domipgr, gvons aux renseignements ei un cas de petite \io!e dans le disnou? sommes auy>irs slfirme? trict de Uuaite. que 1: in de suspendre le trific de les ju'eri-s ar.ilaires ent isol seliateaux rvec nos ports, la tPanr te cts peur emrcher la preprgation mi [ ne dudie Us meyers d'ap le ce u i ribie il au. portei de nttvellcs amliorations a La vaccinanon a t dclare obli son imrcrtnl jeivice, tant au poict ;atcire et la Police se iha'ge de Je vue du fit que pour ce qui corenif la min l'escution des disp< cerne les rorditous des p;ssagrr lit or s manes du Dpai'trreBt de Le cor rmrce, les hommes d'aflai la SanlLa Infornacon du 29 Dec 1920. res, e pi.b ic en gnral apprendion cette benne neuve Ile jvec plaisir. ill.l.u •'•• Augnsie Cr^imoTgant 'ni rue: s s* cli.l> tftA lusu lai r ; .Mi. mais bien a 17:>:t in r viavlorl d in Juiirualistf Nous avons rfo 11 nonv.lled' la mort La Havane de Mi M ri Coiooar'o, Directeur de de l'impc tant jcurnal cubain ' a Discusion. H snateur de la Rrub'ique. Ce jcurraliste c'ait cornu djm toutes les couches secit 1 s pour scr idert ratiiousme D>ns ie canj Nolutionnarre, il avait obtenu le *nd de colonel U lut l'ami persor ^tl del'illustie Esliada Palœa. Avis rou i cei a qui prtvct avoir an cian e ISJI la succession de Ici Louis Ansud root pris de prsente) leur comptes en 1 tude de Me Suirad Villard. notaire en cette ville Il est faii aussi appel tous dti leurs de la d te succession de solde 'eurs comptes, le dit notaire est ebar g de leur en donner quittance. Port au Piic.ee 21 janvier 1921 Une glsco lieux pendules Dt-us t/einta etsteres bois si Deux pcrte-mtnieiox acco Une malle usage, 6 noilieri' pieds srgent, KJsalires criai moutai-oit r, I. plat hore.d'ceuvN lai, 1 Baueii'-ie eu mtal. 1 cc< t-hak' r, 1 huilier, V carsi 1 c | t8|-ti(B. imita 1 piateeua en mial. 1 cadrai 1 pUi.au pain. 1 plat hoiJ-1 vre en mtal, 1 salire mtal' i tous de carafe en cris'al, 1 M, ^lace (t t*au.\ecsix li-ncalea l.qo.j numpotier en v< rre, 1 caii rtium, 2 dessous de carafe en 1 letii cadre, 15 porte-cooci lardiuiore po>etl ine> 2 pasi||| S bouille r 2 salires. 3 ll.uis9 \enes viu bUnc] en erutttl. 3 petits vertes! boucoupes, 5 tasses. 1 ic porcUaioe, I 0 bonne j Ibine. •) grands platt. 1 kc lgumier. 5 ssuc res 2 pli 1 plat t-arn 1 saad;tr> 171 9 ibVieit. 1 phi œuf, 1 asbieles ptedr. 1 cour* bur pied mtal, t coupe a batjour poiceiaine. lu lauihtke-uiietiec. 2 Lideta, ciiaai, 1 lotie-chapeauxk'ONTBRUN^ ki-ocaoci , ? Socit \iwmik Hollandais Trawtotlantiqui Pue Ihn.ts Des uuchtt No 110 Vien de rTevoir une Jes meil'eures marques do v n lin telle, de Uollai la el de < h"mp;'yie, Carte h anche, Gai liai* ^ jaune, de Champot Irres, Keiui?. — Eicellenis satr< septiques. Grand llolel de Fra P. P. PATRIZI, Propri Oa y[jlronvera Des VI S S importe dirert ment de BiRSC, garantis Des VINS de BOltUEMJX de premier chou1/ 11112 liOUGE vieux Carbagnac G. 1 le gallon V Iff BLANC, brontac moelleux^ S Je gallon. Jts VIN^ FIN5 en bouteilles des Ituueurs des meilleures %  i touiours le fumeux Vin du Cap Corse au Quinquil |A des prix trs modrs] Grand rabxis pour tes ventes en Tout le monde dit que c'est simpl Consulta voir mtUctn inr la SIROP oa DESCHIENS ( rSainocloblnr, Prescrit par plut de siimo Doctann def plm ^iiiineiiU du Monda anlie. daiw m^m HiKs ^m -mi m rem c-ja— MEliE, NEURASTHENIE, FAi: LESSE, MALAJXE1 SIIIXTKU' a u fiandi* oru" el IUI ferruginoui dont **dmi *w Itt HflMiw 4aFut*. Ut! le j'raiiUer o. on, i ( mtltdai •.cnkui rtaiilrt'au eu uaa M MUTUM Vous o avez rien appiendre voir employer un rasoir de soi ItKiDY. Vous n'avez qu' vous sai vous raser carrmenl, Aucun ennui, avec 0 lames de Prii 6 tpuf El venle en gros et en dtail chez Franck J Marti Agent gnral pour Hl Knfce de la Glacire, l'ort au-I En vente la Librairie du A lui a u ai* li Hachetl



PAGE 1

>' Quatrrim^nn'Nos'3090 Port tn .Pr'"T aiti Mercredi 28 Janvier iftH Ci •A DIRECTEUR.PKOPRIETAIRE, Clment MAGLOIRE LE NUMERO 20 CENT1ULS \ Quotidien REDACTION; Ra Amricaine No, 135 } HMi inrr, %  uiamks circonslanws, |sj Jificullfs ,|r u m el la rrainle drs dun leieeauiib fuiil traquer, eu kauroup de %  le WIHH de la bonne eduralioii et les transforme soudain eu rires rndinenair, prpmpls aux penses % mleiles et aux unies rudes. Il ne faut point s'en fcnier. Oi s'tait iroki il>niil pas 1res poli sur le radeau de la Mduse Albeit GUINON i M I C^% f TELEFHONt\'48 QUESTION DU JOUR NOS Villes Infrieure: Le Il y a longtemps que ;• .rga-i's tior e la police des campagnes cousti tue chez nous un desideratum. Le uns et les autres B'PQ sont servit abondamment, surtout dans las prol rames politiquesFaute de pouvoir ou de vouloir mieux, on ses rabattu sur l'org'miaat'oti policire tonteiiUe darrs notre Code rural, et _J^-i. locgemrs nous nous en [accommodons avec un accord re|marquable. Pourquoi n'avonsmoua jamais nu irnver raliser un tel dealer. Itur.i? Lu cb r h n parmi les raison la incriminer j'ai rencontr le foi que noua considrons nos campa Igns et leurs populations d'un antrt lue 1 que cel i av c lequel nous re [gai dons les ctao es urbhines Depu Iqjele Coae rural a t troLv. nou [en fa-sons le cachisme de ces po %  yalation* ,/et e COIP, m cat chiam. ien m I app'iqu et bien mal appripar ceux auxquels son us>ge e Jti... Pour la plupart de nous.U liffcre ta eifete de ro lois on i ufemect urbains aux pupulaliota csii psgnee, ce Code suffit large ent. De fait, lei contestations en r :ms des Camp^gneu, pat la me lieredes |nbui aux de pas, — ne templierpoc g. re Ice rles de noe ,r iburaix d* premire instance el rtrescaaoiU y ligurent eom us*o lait qu'le ao H le plus solant piovoqnla par des intress les vili.a Avocsts.ti buneux de pi. lier, iratance e' Hbuoaux aup leurs, noutes,t mme arpenteur* lent -de* meut-1 oos auxquelles no' v/* ,D *A De r c u ent jamais d'eux Beines rno s dune comniat* %  .Donc, aux d.firences profonde lue nou aig alioos l'auto jour en r inassi et i tolio.il faut ajouter cell. Paadeoion sans inteit, dito Palais fl justice, et noua nou Mtenosi il ction i gard das cm gr,es e di leura popnlationa, pr psemeiii pace que, nous autre [ai m, qil hiaocel-a rvoluiione. ous n vona gure d int t dan camraKiipa, ou plut nos inl I a sont autres que ceux des camp JD'abord, nous n'y habitoce pas.Je jevoia une objection en apparence |rieu^ ; nous n'y habitons p; a.jub aent parce qi'il na pas la une • tamillep.entiautres de la police, peut fout aussi bien rpliquei B cette organisa iou manque eon pr, par ce que nous ny habiton* • Us soi te que le cercle vicieux it interminable. IQ rali nous peificiioocona nos fes pmts de mer et nous nous y B omrous, par une sorte de dlion que ncus avona fait subir %  poncep ion ces anctres.Leur rve U viTi a "\ a u cjniraire, dtabii viiiea et ne a rsidences liu '•du paya; et ils donnaient eux Ji V* x ^ple : Marchand, Saceaci. ino %  8I> ien que le danger ext f r e i t pour quelque chose dan i M *. conception, maia il iai "AI C V'en c cord vident ave ( ui't i intrt de la plupart d. iari OI V M eit en niai " la COI C. f0ules et la France. Cependant les Etala Uni les Indes importent aussi uo '--ge quantit de co'nnades. biei ilus qu ils en exportent; c'est pou< ^uoi la Grande Bretagne occupe fat ^m nt le premier rang. Les article le coton tabnqus au Laocasiiu. ae sont employs en Grande-Bret ioins locaux, parce que bin de jays producteur, ont -des fabriqua le cotonnadea. U transporta'ion e la reirsnaportation du co on dispon oie fournit lexmpie-le plu uotabla de I ctiaoge universel de uarchandises dans le commert noderne. — Eu comparaison d. ;uion, lc'.ange des autre* ariiclt lu commerce 3st limit sur lu na-cha du moude. La propagatio *u coton dans te commerce qui '••ut a celle de l'habillement de res humains. Le tem s n'est prob Jiement pas loin, lorsque les CIL juante mu'iona environ de gens ma vtu* rhabilleront de coton ades; les autres, environ cent m loua de plus, qui en usent p u. s'ti vatofUMfont de tissus de Icotouot les. Cest, en eilet, l'toireja mon ohere et la mieux aoproprie toi 'es climat, relativement aux vunents exterofa et m ternes; elle ei lonc destine tre uuivetsellemei i adopte* Au moment o la grande dtressurvenue dans le moi;d depuis I lernire guerre, cause partout o< cruelles privations et d amres u luietudes, pariiculireinent eu Haii J il faut ajouter 1 imprvoyauce, ai ujet de la si/iation conomique, i (aut reiionuanlemeut augtneuler 1 iroductiou agricole en cultivao. sui une plus vasta chelle les piantti Ppropriea a notre sol et notn Pour et lacer les Uth laisses W le visage par les BDUIDW, ervez vous d^ la Crme de Beaut Vachon, nroiuit intisaptiq e ab o < tuent pur. >rd pot ijjjoiirdes Fein pot ;{ •< Ch L bhxVIARO, rtiie du Centre prs la iibra rie vtard. GEORGES OH NET i L'Etoile;: Nouvelles Etran^reb 4 PARIS, 24 — Rente 3 0/0, Dol *r i.95 i. Sterling S2.66 1,3. NEW YORKFranc n 66'Ster•ag i.Xi. M. L oyd George eut i son ar.i Paris un entretien d'une demi teu.e avec Mr Briand dans le salon te la gte qui tut ext memeni ,0 lui. L'ue personnalit bi:n renseigde dclar i lE.ho de Paris que ce premier Tentretieo permit de cons *ter que la confrence donnera d'ei clients rsultats. Mr Briaad reut gaiement la gare le comte Sfoua tut avec lui un court entretien. Il au galement coatact avec H. J'AiHt Kn.i. MADRID— Le cabinet est dmissionnaire. PAsUS Mr Millerand oif it UE ttner en l'honneur des chefs des reirecntaoti et associs assistant i |i onfrence. MADRID— Les tondionnaires de: .oancesrep.irentle travail dans toutt Lpagoe. CONSTANTINO?LE— Le consei les ministres a dcid d'accept; application du contrle interallit •ur les finances ottomanes. Le mii-tre des finances dmissionna,mati ccepta le portefeuille de l'instruc DOO publique lequel esr vacan iodulab bey, ministre des travaux ub ics passe aux aaaces. Une Enlise Georges Ohnet, en mourant.laisia 'eux romans eauerement achevs ; est l'an de .es deux icnaas po numes qui vient d tre Mane sou, 1 utre : L.'ETOILE| r L'TOILE nous permet de con'iter, une fjis de p.us. que Geo K es Jhact tut un cooteur incomparable! Lacollectua rameuei JjsEaatlus u to m ou1. depuis S$ rg f umnr u Aaure de barges, Li Lotnkm Sara ,asqu'a L Aventure d Raymond Dbauel, Le K t v mmt, prirent place tant ic lomaus aims dupublic,s'eancnu iuue œuvre posthume o l'on reiSST. les qual,,s maI e*ca du :eibre crivain. lAvecsou pre fantasque et bohme M sa m e, une ouvrire laborieuse. Jse Pain Dtanc habite un modeste ppa tement de Mootma>tre. baae et loue, elle travaille dans une grnae maison ae lingerie et de retour au ogis chante comme un reasjsnot; Ua jour qu'il pas s e d.nsle !nsilier. 1 illustre tnor Kaimondi l't* mule de Garuso, remarque Je timbre con J | 4 dm,r4Dlede roix. Il i-enqeiK et U propose au pre djatose d'idopw ter la ,-uoe h,e, de IUM ense-gner V -nant, cn faire une grande Truste.' v-ttte offre est accepte, et seul l'ouvrier relieur Victoi Painblauc. qui aime sa cousine.y verra une menace a s;s espoirs et a son bonbeur Ko,e, -ev nue Aibs Pams, n tari Je pas i faire des dbuis triom phants..Acclame. fte, adule, elle iT^h 6t lle de W touen! des cachets royaux et se prparc s, fuie applaudir dans le mSS ent.er. dotre temps, cependant, elle a tespire une violente passion 1 ami sournois et jaloux du sculpteur leaa n.oard, ,o. Mai, c'est 5tw iuaime Rose et cest lui dont elle unit par partager la vie. prs des priptie, 4 ai oat tai.li le, sparer a /mais.J %  — %  tntin, l'toile fera encore le bonneur de sa tamwie. £ U e sauvera a a aiuineVxt,, UJOUld hu JJ •t elle mritera, par sa gnrosue tn vente a la .ib.au.a v Ceat d ailleurs un peu dcela qti a inspir cette farouche dispopitiu de notre preiuime Lonsutution:tAt premier coup du cauou d'alarmt • %  s villes disparaissent et la Natio est uebout # ce qu'il faut lire smai Ds la prflmi.e atUque de no dggresseuisexitieuis, incendiez leports, laissez-les leur et rfugiez vous dana liutritur du p ; .y 8 > Nos malheurs vennent eu grand. parue d'avoir tant mpris le pre ceple et 1 exemple n eo aieax.Lt quaud l'autre jour, .aut de coucito yeua venaient 'Ja lainpsguea rtudr pubuqu8s des exaciune commiae put lies olUcuik b.dtiCB, graboe u ir 'a uip.i.L de LHanlu as a von que nous leur avor.s abai.dorii 1 -? caiiipagnea a;: a le v.lles. i u 01a que r.uus cio)ous l'uoutier auftisvmroent eu lui nutanten ,,,, nman, eu pleine emjrdt-Ueri. climat Les cotonn ers sont probable men une de celles desiioea ch ng notre dtresse eu prosprit, toui "je vien 3 de l'exposerIl ne laui uobc paa a attarder 1 JoiLbiner seulement des projets ti uomiques plu ou moins praticablefe 1 aprs l'opinion mise aux K au Unis; il vaudrait mieux sans uout. •bgmen1 er notre production egricol. k bref dlaiJ.R CHENET •m — Dfendons nous Aprs le prix Goncourt. Les D.x ont t sur le point d. donner pour la premire fois leu. x al oeuvre auae femme ; Mm. lartelle Vioux—.Une mise, qut plupart des membres "fle l'Acadi ne Goocourt s'accordaient i recoi uitre comme une oeuvre iemaq Ui , n a pu fiualement, cause de U ardiesse du sujet, trouve excessiv. ^ar certains, reunir la majorit de alliages. Un uoruae succs de h orairit accueille tette oeuvre ti urd.e.i'une vigueur et d'un charnu -trxDge. uu vente i la Librairie du MATIN. du MAT.NJ notre A louer Prservezvous de* foules, prescrit le Service d'Hygine, Donc jusqu' noul vel ordre, pas de { bal, pas de cinina.L?*i r T t ei k *****YT3m\ %  '^•Jtlue da uuai, eu i-xxe Je lu gare. Grande halle tire Proof, No U'*, llue du Magasin Je Lval -e-eininint occupe par La Ac uonale. Librairie du Mutin PeliCien Champatur,— L'Emn*. JM des pauvre.,1 Daniel de fS2 U. pirateries du Capitaine Shin^ j;aul Adam.-Le lion d-Arras. m tJmondlaloui i L'Incertaine 1 ? rCel M P cvosl ; U nu 't finira Iules Mary ; Le soleil se lve Pierre Loti ; La Mort de chre frrance eu Orient Camille M^clair -, P, lac es de l'e, iu&ssr* *<****\ ou F rdh e u, ValrOSe "i eune ^'ld'aa Abbe Prvost,^ Conte, i-uwic f aul Margueritte •il n'entendent pas Charles Geaiaux : Lm mnes, cic. tic QuanI Musu/.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05296
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, January 26, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05296

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
>'
Quatrrim^nn'Nos'3090
Port tn .Pr'"T aiti
Mercredi 28 Janvier iftH ,
Ci
A
DIRECTEUR.PKOPRIETAIRE,
Clment MAGLOIRE
LE NUMERO 20 CENT1ULS
\

Quotidien
REDACTION; Ra Amricaine No, 135
} HMi inrr, uiamks circonslanws, |sj Jifi-
cullfs ,|r u m el la rrainle drs dun leieeauiib fuiil
traquer, eu kauroup de * le wihh de la bonne
eduralioii et les transforme soudain eu rires rndinen-
air, prpmpls aux penses %mleiles et aux unies
rudes. Il ne faut point s'en fcnier. Oi s'tait iroki
il>niil pas 1res poli sur le radeau de la Mduse
Albeit GUINON i '
M
I
C^%
f
TELEFHONt\'48
QUESTION DU JOUR
NOS
Villes Infrieure:
Le
Il y a longtemps que ; .rga-i's tior
e la police des campagnes cousti
tue chez nous un desideratum. Le
uns et les autres b'pq sont servit
abondamment, surtout dans las pro-
l rames politiques- Faute de pou-
voir ou de vouloir mieux, on ses
rabattu sur l'org'miaat'oti policire
tonteiiUe darrs notre Code rural, et
_J^-i. locgemrs nous nous en
[accommodons avec un accord re-
|marquable.
Pourquoi n'avonsmoua jamais nu
irnver raliser un tel dealer.
Itur.i? Lu cb r h n parmi les raison
la incriminer j'ai rencontr le foi
que noua considrons nos campa
Igns et leurs populations d'un antrt
lue 1 que cel i av c lequel nous re
[gai dons les ctao es urbhines Depu
Iqjele Coae rural a t troLv. nou
[en fa-sons le cachisme de ces po
yalation* ,/et e coip, m cat chiam.
ien m I app'iqu et bien mal appri-
par ceux auxquels son us>ge e
Jti... Pour la plupart de nous.U
liffcre ta eifete de ro lois on i u-
femect urbains aux pupulaliota
csii psgnee, ce Code suffit large
ent. De fait, lei contestations en r
:ms des Camp^gneu, pat la me
lieredes |nbui aux de pas, ne
templierpoc g. re Ice rles de noe
,riburaix d* premire instance el
rtrescaaoiU y ligurent eom
us*o lait qu'le ao h le plus so-
lant piovoqnla par des intress
les vili.a Avocsts.ti buneux de pi.
lier, iratance e' Hbuoaux aup
leurs, noutes,t mme arpenteur*
lent -de* meut-1 oos auxquelles no'
v/*,D*ADe r'c,u'ent jamais d'eux
Beines rno s dune comniat*
.Donc, aux d.firences profonde
lue nou aig alioos l'auto jour en r
inassi et i tolio.il faut ajouter cell.
Paadeoion sans inteit, dito
Palais fl justice, et noua nou
Mtenosi il ction i gard das cm
gr,es e di leura popnlationa, pr
psemeiii pace que, nous autre
[ai m, qil, hiaocel-a rvoluiione.
ous n vona gure d int t dan
camraKiipa, ou plut nos inl
I a sont autres que ceux des camp
JD'abord, nous n'y habitoce pas.Je
jevoia une objection en apparence
|rieu^ ; nous n'y habitons p; a.jub
aent parce qi'il na pas la une
at ncessaires la vie et la psi>
tamillep.entiautres de la police,
peut fout aussi bien rpliquei
b cette organisa iou manque eon
pr, par ce que nous ny habiton*
Us soi te que le cercle vicieux
it interminable.
IQ rali nous peificiioocona nos
fes pmts de mer et nous nous y
B omrous, par une sorte de d-
lion que ncus avona fait subir
poncep ion ces anctres.Leur rve
UviTia"\au cjniraire, dtabii
viiiea et ne a rsidences liu -
'du paya; et ils donnaient eux
Ji V*x ^ple : Marchand, Sace-
aci. ino .
8I> ien que le danger ext
fr e i t pour quelque chose dan
i M *. conception, maia il iai
"ai CV'- en ccord vident ave(
ui't i intrt de la plupart d.
iariOIVM'eit en niai" la COI
C. f0ules et WmSP."-1-8 ***** ***
oaitondetio^.- 'cLii;,^,
est pas probable qUc je sois coi.
iuurcepoiui pet aucun aaprli
m
a
Contre FlasIrioi
Far cble
PAKIS.25 lanvier La confrenc
souvrn sous la prsidence de Mi
Briaad El e examina la quest on d
sarmemett de 1 Allemagne tien
cdtt hs marchaux Fo:h. Wilsoo
es-gnr.ui Noleda el Marient.
Suivant d'Echo de Pans, les ma.
racbaox Foch et Wilson euren
lutlquc? enlretieas au cours de
luels i!sdisent tre compltemeni
i accord sur la question du dsar-
mement de rAllemsgne. Le Reitl
.utaitiuiqoauier Mai pour tenu
tom ses engagements.
* MaUQ du S" lord Cutzo
* dclar i des personnalits frar.
caises que l'Angleterre estimait qu.
le relvement conomique de I Eu
ope ne saurait tre obtenu que p?
es rparations des dommages subi:
par la Fiance.
(Suite & Fin)
Par cab'e
WASHINGTON 25 Jaovi r L
^ouveinemeot cubain protestaaupit
Ju gouvernement des Etat* Un
contre le projet d'augmentation dt
ioits d'importiiion jur le sucre pi
vus par la loi du tant provisoire.
L'accroisement "qui atteint envaoi
4 oto par livre .causerait de grandt.-
iithculis sinon la ruine de lihdui-
tie suenre cubaine et nuirait ai
commerce d'exportation des Etaii
LLi, Cuba ayant l'an dernier a.heii
^00 m liions de dollars aux Etat-
Unis.
_ LE MATIN
ABONNEMENTi
PAR MOIS
POIU AU-PItINCE G. 00
DcPAKfEMKNT g. i\q
ETRANOEH G. jioo
Les auuoucea sont reues au Lomi
toirs international de Publicit 9
U e Tronchet, Paria et 19, 21, 23
Ludgate, Hill Londrea

Parmi les pays o le co on ett r-
u lrement cultiv, il tut cit^r
uart les Eta a-Unis le Brsil, le
Vntillas. le Prou, la Chine, la Co-
re, le Japon, le Turque-van. I Cuei
le I Afrique et les Indes Orientales.
Lindualriedu colon occupe le
o vriers des nations suivantes, se-
lon 1 importance de laurs fabriques :
; Grande llretgoe, les Etats-Uni?
i A lemigue, les Indes Orientales e>
la France. Cependant les Etala Uni
les Indes importent aussi uo
'--ge quantit de co'nnades. biei
ilus qu ils en exportent; c'est pou<
^uoi la Grande Bretagne occupe fat
^m nt le premier rang. Les article
le coton tabnqus au Laocasiiu.
ae sont employs en Grande-Bret
La rcolte du co:on dans le moud
peut cire value environ 4 5t0 Ou
oones- 11 est probable qu'un tien
de la rcolte est employ aux b>
ioins locaux, parce que bin de
jays producteur, ont -des fabriqua
le cotonnadea. U transporta'ion e
la reirsnaportation du co on dispon
oie fournit lexmpie-le plu
uotabla de I ctiaoge universel de
uarchandises dans le commert
noderne. Eu comparaison d.
;uion, lc'.ange des autre* ariiclt
lu commerce 3st limit sur lu
na-cha du moude. La propagatio
*u coton dans te commerce qui
'ut a celle de l'habillement de-
res humains. Le tem s n'est prob
Jiement pas loin, lorsque les cil
juante mu'iona environ de gens
ma vtu* rhabilleront de coton
ades; les autres, environ cent m
loua de plus, qui en usent p u. s'ti
vatofUMfont de tissus de Icotouot
les. Cest, en eilet, l'toireja mon
ohere et la mieux aoproprie toi
'es climat, relativement aux vu-
nents exterofa et m ternes; elle ei
lonc destine tre uuivetsellemei i
adopte*
Au moment o la grande dtres-
survenue dans le moi;d depuis I
lernire guerre, cause partout o<
cruelles privations et d amres u
luietudes, pariiculireinent eu Haii
J il faut ajouter 1 imprvoyauce, ai
ujet de la si/iation conomique, i
(aut reiionuanlemeut augtneuler 1
iroductiou agricole en cultivao. sui
une plus vasta chelle les piantti
Ppropriea a notre sol et notn
Pour et lacer les Uth laisses
W le visage par les Bduidw,
ervez vous d^ la Crme de Beaut
Vachon, nroiuit intisaptiq e ab
o < tuent pur.
>rd pot ijjjoiirdes
Fein pot ;{ <
Ch l bhxVIARO,
rtiie du Centre prs la iibra rie
vtard.
GEORGES OH NET *
i
L'Etoile;:
Nouvelles Etran^reb
4PARIS, 24 Rente 3 0/0, Dol
*r i.95 i. Sterling S2.66 1,3.
NEW YORK- Franc n 66'Ster-
ag i.Xi.
M. L oyd George eut i son ar.i-
Paris un entretien d'une demi
teu.e avec Mr Briand dans le salon
te la gte qui tut ext memeni ,0
lui.
L'ue personnalit bi:n renseigde
dclar i lE.ho de Paris que ce
premier Tentretieo permit de cons
*ter que la confrence donnera d'ei
clients rsultats. Mr Briaad reut
gaiement la gare le comte Sfoua
tut avec lui un court entretien. Il
au galement coatact avec H. J'Ai-
Ht Kn.i.
MADRID Le cabinet est dmis-
sionnaire.
PAsUS Mr Millerand oif it UE
ttner en l'honneur des chefs des re-
irecntaoti et associs assistant i |i
onfrence.
MADRID Les tondionnaires de:
.oancesrep.irentle travail dans toutt
Lpagoe.
CONSTANTINO?LE Le consei
les ministres a dcid d'accept;
application du contrle interallit
ur les finances ottomanes. Le mi-
i-tre des finances dmissionna,mati
ccepta le portefeuille de l'instruc
DOO publique lequel esr vacan
iodulab bey, ministre des travaux
ub ics passe aux aaaces.

Une Enlise
Georges Ohnet, en mourant.laisia
'eux romans eauerement achevs ;
est l'an de .es deux icnaas po -
numes qui vient d tre Mane sou,
1 utre : L.'ETOILE| r
L'TOILE nous permet de con'-
iter, une fjis de p.us. que Geo Kes
Jhact tut un cooteur incomparable!
Lacollectua rameueiJjsEaatlus
u to m ou1. depuis S$rg fumnr u
Aaure de barges, Li Lotnkm Sara
,asqu'a L Aventure d Raymond Dbau-
el, Le Ktv mmt, prirent place tant
ic lomaus aims dupublic,s'eancnu
iuue uvre posthume o l'on re-
iSST. les qual,,s maIe*ca du
:eibre crivain.
lAvecsou pre fantasque et bohme
M sa m e, une ouvrire laborieuse.
Jse Pain Dtanc habite un modeste
ppa tement de Mootma>tre. baae et
loue, elle travaille dans une grnae
maison ae lingerie et de retour au
ogis chante comme un reasjsnot;
Ua jour qu'il passe d.nsle !nsi-
lier. 1 illustre tnor Kaimondi, l't*
mule de Garuso, remarque Je timbre
conJ|4,dm,r4Dlede" roix. Il i-enqeiK
et U propose au pre djatose d'idopw
ter la ,-uoe h,e, de Iumense-gnerV
-nant, cn faire une grande Truste.'
v-ttte offre est accepte, et seul l'ou-
vrier relieur Victoi Painblauc. qui-
aime sa cousine.y verra une menace
a s;s espoirs et a son bonbeur
Ko,e, -ev nue Aibs Pams, n tari
Je pas i faire des dbuis triom
phants..Acclame. fte, adule, elle
iT^h 6tlle de W touen!
des cachets royaux et se prparc s,
fuie applaudir dans le mSS ent.er.
dotre temps, cependant, elle a tes-
pire une violente passion 1 ami
sournois et jaloux du sculpteur
leaa n.oard, ,o. Mai, c'est 5tw '
iuaime Rose et cest lui dont elle
unit par partager la vie. prs des
priptie, 4ai oat tai.li le, sparer a
/mais.J
tntin, l'toile fera encore le bon-
neur de sa tamwie. Ue sauvera aa
aiuineVxt,, ,UJOUld.hu, JJ
t elle mritera, par sa gnrosue
tn vente a la .ib.au.a
v-
Ceat d ailleurs un peu dcela qti
a inspir cette farouche dispopitiu
de notre preiuime Lonsutution:tAt
premier coup du cauou d'alarmt
s villes disparaissent et la Natio
est uebout # ce qu'il faut lire smai
Ds la prflmi.e atUque de no
dggresseuisexitieuis, incendiez le-
ports, laissez-les leur et rfugiez
vous dana liutritur du p;.y8 >
Nos malheurs vennent eu grand.
parue d'avoir tant mpris le pre
ceple et 1 exemple neo aieax.Lt
quaud l'autre jour, .aut de coucito
yeua venaient 'Ja lainpsguea rtudr
pubuqu8s des exaciune commiae
put lies olUcuik b.dtiCB, graboe
'u ir 'a uip.i.L de LHanlu as a
von que nous leur avor.s abai.dorii 1
-? caiiipagnea a;: a le v.lles. iu,
01a que r.uus cio)ous l'uoutier auf-
tisvmroent eu lui nutanten ,,,,
nman, eu pleine emjrdt-Ueri.
climat
. Les cotonn ers sont probable men
une de celles desiioea ch ng
notre dtresse eu prosprit, toui
"je vien3 de l'exposer-
Il ne laui uobc paa a attarder 1
JoiLbiner seulement des projets ti
uomiques plu ou moins praticablefe
1 aprs l'opinion mise aux K au
Unis; il vaudrait mieux sans uout.
bgmen1 er notre production egricol.
k bref dlai-
J.R CHENET
m

Dfendons nous
Aprs le prix Goncourt.
Les D.x ont t sur le point d.
donner pour la premire fois leu.
x al oeuvre auae femme ; Mm.
lartelle Vioux.Une mise, qut
- plupart des membres "fle l'Acadi
ne Goocourt s'accordaient i recoi
uitre comme une oeuvre iemaqUi
, n a pu fiualement, cause de U
ardiesse du sujet, trouve excessiv.
^ar certains, reunir la majorit de
alliages. Un uoruae succs de h
orairit accueille tette oeuvre ti
urd.e.i'une vigueur et d'un charnu
-trxDge.
uu vente i la Librairie du Matin.
du Mat.nJ
notre
A louer
Prservezvous de*
foules, prescrit le
Service d'Hygine,
Donc jusqu' noul
vel ordre, pas de{
bal, pas de cinina.L?*irTtei k******YT3m\
- '^Jtlue da uuai, eu i-xxe Je lu gare.
Grande halle tire Proof, No
U'*, llue du Magasin Je Lval
-e-eininint occupe par La Ac
uonale.
Librairie du Mutin
PeliCien Champatur, L'Emn*.
JM des pauvre.,1 Daniel de fS2
U. pirateries du Capitaine Shin^
j;aul Adam.-Le lion d-Arras. m
tJmondlaloui i L'Incertaine
1 ?rCelMP'cvosl ; U nu't finira
Iules Mary ; Le soleil se lve
Pierre Loti ; La Mort de
chre frrance eu Orient
Camille M^clair -, P,laces de l'e,
iu&ssr* *<****\
ouFrdheu,ValrOSe"-ieune^'ld'aa
Abbe Prvost,^ Conte,
i-uwic f aul Margueritte
il n'entendent pas '
Charles Geaiaux : Lm
mnes, cic. tic
QuanI
Musu/.


IIT MATIN
purs divers
OUSJSRYMTOIRE
DU
PFTIT SEM1N4HE
CO lK EST MARTIAL
REMSEl NEMENTS
METEOROLOGIQUES
Mir.it 2<> I ioviei iyu
batoiLl t 762 2
mir in- m
maximum
Voyrnne d or W
1 .tel v% clair jv 't ni".
Baromtie en haus?.
J SCHERER
L'pidmie bat son plein
Dans la mtin^ d hier on a r"
voir pssser et h pas er le camion du
Service sanitaire avec, chaque fois,
Do grand nombre de mlheurtux
atteints de l'titrayanie maladie en
cours Nous a*ons pu valur a
une centaine environ lerombet*'
ceux qui ont ' interns d-ns
journe.
Echo de Saint Mire
Hier matin, dans les salons d M
L. D Pasquet, il s'est form a Stftf'
Marc, un Comit d'Union ptatrioii-
que, eu vue du dl ne des in
rets du Pavs.. L Atfwcj tion ie pro
poe de joindif ses etTor's paoBquf
: o'js ai trs qui, prsentant le m-
r e caractre, ont t dj lolJ
r*n toiles les sphres de l'activit
ra uaale.
Ol t lus m nb.es du ro-niie*.
MM. Israidin Baionville, Corn
rre.mf, Fisidenl. Iules Duca l%
Avccit, Secrtaire, I H. S aco A ..
es Ancien Juge, I 13 Maicelir, A .
cin Ujut de DtMSiiMfi I A Ml
n'y. Aucun Fonctionnaire. Acni
l.lD.siior Si Louis Alixandie,
Ktjii L:icuari Dipestte, D-cieut
11 mdecicr.
Accident
Hier, juste au moment o le tiain
d- St Marc allait pat r, un des pti
vendturs de fucre dVge de 0 nie*
Usant l'exptess est tomb et a
eu le bras dioit endommag. Trans-
port au bu eau de ia Compagni
ces Chemins de 1er eu il ieut i<
piemiers soins, il fut iranspom
aprs l'Hpital gnral.
Mieux vaut prvenir
En lace des grands d| is de c
pche qui se trouvent la peut-
ruelle Rose Piopin la direeti 1
de la P. C. S. devrait faire remplace)
les ails qui ne peuvent 10)porte>
encore oegtemps le pods dis w.-
fc-ns h g te Mm nesuie de pitdencc qi '
5 :rnT'e
Distinction honorifique
le Ministre de llns'iuction pu
1 ilttt de Frarre a rcrrm la Jistir
j t d Madarre R r Leu bouts, dirre
I 1 e de 1 iccle Noirrale, O ficiei
t Ziadmie. Nots enregistrons eette
rt|*tlle avic platsii et pi>erto,rs
1 r>' si c'-s comnlirrents a Mrre
' -*-oirs ( ur ctvc iccmptnse
mrite.
Cablog-amme funbre
Un cablcKiamnze annonce la mo:
i Paii* de Henri I '**. aichiltcte
Lu dfunt tal le 61s de lue'
I/z re chef du Protocole qui non
mv yon% sinsi qu'aux fasjaillc
picuves l'expression de nos vive
condolances.
Ncrologie
Notre ami Louis Gurin vi-rt d'a-
voir la douleur de perdre sa i< mmt
ne Anna Killiek, dcde r's u--
courte maladie.Les lunrailles 1
lont lieu cet apis-rridi en ITgle
Sacr Coeor de Turgeau.
Une rouvelle \iilirre de n\i
demie : Antoine Bouquet, air. ntn r
at'ach i la Cotnure.
Condo'arces sus familles prot-
ves.
Tous les heu mes d'affaires et
Ipb client* de llte I de France coi
neiassieniOX YGFNI \quidepi:\* lo- 9
temps travaiUilt, et mme n," coi.
dans cet ttb'rsaerru ot de pua*
ordre. Oivpro est mort, \icin
de l'pidmie* et a t\ inhum ce m
tir. Condolanceb ;> sa lau ille.
lire demain la Confrence de<
Mr Paul Wbmx sur
, la question noire.
^rnlc l'encan
Usera rod vendredi 2S fu
\pi 1.121, 10 heures du matir, de
vari les roites de l'tablissent n
de rreruimie, Grand'Rur. "vit- 1
de la S'ation des Pompiers, la
vente l'encan des articW s stivsn's :
Un salon osier 11 piceE
10 chaises et fauteuils | oir salle-
**? msi ht
lu petit metih'e
tion b mbouj
Un dressoir ni.sca|0U
Ure t b'e tonde scsjou
Un rterd luffet s\ec
1 maibre
Un bulle t scsjou
Un lil sesjeu
Une romrrode acajou
Une dodine
Un lit
Une arrroiro
Une ahlp t lace et mibre4
Un lit en f- r
Un |2rnd lit
Une table de noit
Un bureau
Trois tableaux enradra
Une petite 'ab>e ronde
Une tagre 3 8L.es
Une glace ovale
Une (tiare
Six marbres
Netl cariieset tsblesux
Deux tables ordu biies
4
Un dentifrice scientifique
De ssveur dl'ciein-e. rafrachit le borche e la gorge. S n action e<
effectivpmem antiseptique. H eid ro-me'menl rr^seiver les dents psrr
ju'il maiijiient la bouche M>0 prepre. au'il pnlve les carbone hydratas
fermeniatifs et qu'il dtruit df a quai lits considrables de microbes pro-
voquant la fofmslion d'scide"
KULYNUS Prpare d'srrrs rr>e formule de Dr N ?. JENKIN3. n: D..P.
Jn'eiioflf z votre de n Hat sus la CREME DENTAIRE KOI YNOS-
lin vente der.s tou'es les Pharmacies et dans les Magaiini.
Franck J. Martin
Agent gnral pour Hati, Port au Prince.
lutour de la
Panama Lin*
A l> siite d u* e infoma'ion d
norecorf re Le Nouvelliste rou
fa petite vrole
Santo Domingo
Aprsderrini i usesirvetigations,
d a t dclar i Santo-Domipgr, gvons aux renseignements ei
un cas de petite \io!e dans le dis- nou? sommes auy>irs slfirme?
trict de Uuaite. que 1: in de suspendre le trific de
les ju'eri-s ar.ilaires ent isol se- liateaux rvec nos ports, la tPanr
te cts peur emrcher la preprgation mi [ ne dudie Us meyers d'ap
le ce uiribie il au. portei de nttvellcs amliorations a
La vaccinanon a t dclare obli son imrcrtnl jeivice, tant au poict
;atcire et la Police se iha'ge de Je vue du fit que pour ce qui cor-
enif la min l'escution des disp< cerne les rorditous des p;ssagrr .
lit or s manes du Dpai'trreBt de Le cor rmrce, les hommes d'aflai
la Sanl-
La Infornacon du 29 Dec 1920.
res, e pi.b ic en gnral apprendion
cette benne neuve Ile jvec plaisir.
ill.l.u ' Augnsie
Cr^imoTgant
'ni rue: s s* cli.l>
tftA lusu lai
r;.Mi. mais
bien a 17:>:t
in r
via-
vlorl d in Juiirualistf
Nous avons rfo 11 nonv.lled'
la mort La Havane de Mi M ri
Coiooar'o, Directeur de de l'impc
tant jcurnal cubain ' a Discusion.
h snateur de la Rrub'ique.
Ce jcurraliste c'ait cornu djm
toutes les couches secit 1 s pour scr
idert ratiiousme D>ns ie canj
Nolutionnarre, il avait obtenu le
*nd de colonel U lut l'ami persor
^tl del'illustie Esliada Pala.
Avis
roui cei a qui prtvct avoir an
cian e ISJI la succession de Ici
Louis Ansud root pris de prsente)
leur comptes en 1 tude de Me
Suirad Villard. notaire en cette ville
Il est faii aussi appel tous dti
leurs de la d te succession de solde
'eurs comptes, le dit notaire est ebar
g de leur en donner quittance.
Port au Piic.ee 21 janvier 1921
Une glsco
lieux pendules
Dt-us t/einta etsteres bois si
Deux pcrte-mtnieiox acco
Une malle usage, 6 noilieri'
pieds srgent, KJsalires criai
moutai-oit r, I. plat hore.d'ceuvN
lai, 1 Baueii'-ie eu mtal. 1 cc<
t-hak' r, 1 huilier, V carsi 1 c'|
t8|-ti(B. imita 1 piateeua en mial. 1 cadrai
1 pUi.au pain. 1 plat hoiJ-1
vre en mtal, 1 salire mtal' i
tous de carafe en cris'al, 1 m,
^lace (t t*au.\ecsix li-ncalea l.qo.j
numpotier en v< rre, 1 caii
rtium, 2 dessous de carafe en
1 letii cadre, 15 porte-cooci
lardiuiore po>etl ine> 2 pasi|||
S bouille r 2 salires. 3
ll.uis- 9 \enes viu bUnc]
en erutttl. 3 petits vertes!
boucoupes, 5 tasses. 1 ic
porcUaioe, I 0 bonne j
Ibine. ) grands platt. 1 kc
lgumier. 5 ssuc res 2 pli
1 plat t-arn 1 saad;tr> 171
9 ibVieit. 1 phi uf, 1
asbieles ptedr. 1 cour*
bur pied mtal, t coupe a
batjour poiceiaine. lu
lauihtke-uiietiec. 2 Lideta,
ciiaai, 1 lotie-chapeaux-
k'ONTBRUN^
ki-ocaoci ,
?
Socit \iwmik Hollandais
Trawtotlantiqui
Pue Ihn.ts Des uuchtt No 110
Vien de rTevoir une Jes meil'eures marques do v n lin
telle, de Uollai la el de < h"mp;'yie, Carte h anche, Gai
liai* ^ jaune, de Champot Irres, Keiui?. Eicellenis satr<
septiques.
Grand llolel de Fra
P. P. PATRIZI,
Propri
Oa y[jlronvera
Des VIS S importe dirert ment de BiRSC, garantis
Des VINS de BOltUEMJX de premier chou-
1/ 11112 liOUGE vieux Carbagnac G. 1 le gallon
V Iff BLANC, brontac moelleux^ S Je gallon.
Jts VIN^ FIN5 en bouteilles des Ituueurs des meilleures
i touiours le fumeux
Vin du Cap Corse au Quinquil
|A des prix trs modrs]
Grand rabxis pour tes ventes en
Tout le monde dit
que c'est simpl
Consulta voir mtUctn inr la
SIROP oa DESCHIENS
( rSainocloblnr,
Prescrit par plut de siimo Doctann def
plm ^iiiineiiU du Monda anlie. daiw
m^m HiKs ^m -mi m rem c-ja MEliE, NEURASTHENIE, FAi: LESSE, MALAJXE1
Siiixtku' a u fiandi* oru" el iui ferruginoui dont
**dmi *w Itt HflMiw 4aFut*.- Ut! le j'raiiUer o. on, i( mtltdai .cnkui rtaiilrt'au eu uaa MmutUM
Vous o avez rien appiendre
voir employer un rasoir de soi
ItKiDY. Vous n'avez qu' vous sai
vous raser carrmenl,
Aucun ennui, avec 0 lames de
Prii 6 tpuf
El venle en gros et en dtail chez
Franck J Marti
Agent gnral pour Hl
Knfce de la Glacire, l'ort au-I
En vente la Librairie du
A lui a u ai* li Hachetl


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM