<%BANNER%>







PAGE 1

LB MATIM %  "il LEJAJIN ABONNEMFNTS PAJi MOIS POR-I Ac-FlUNCIi G. 200 DPARTEMFNT G t'ia Les annonce aont reues no Com loir International de Fibiicit fi ne TronchPt. Ptrlf et 1P. 21. 23 ludgate, Hill Londres Le Charg (Valfaires de Cuba Noos avons en annoncer qur M. Bencomo avait vers an comit • J r .? i8e ,a 8 omme de quatr cent dollars. Mais en dehos dp cette valeur, le distirgu Cbarp' d A flairs, de Cuba remit au Docteur Annoual cinq cent dollars pour ai%  "•m frai que ncessite la dsirfectlon de la Capitale. Encore on beau geste la gloire do Ministre Bencomo. CROYEZ-LE POUR LES ENFANTS, il n'y a rien de tel comme L'EMULSION DE SCOTT 432 JL Pas de bals pasderinm Souscriv pour combutre p tf6s*tV, Dfend vous tous mm Arrosez les rues vous-mmes JASH i e A 8ervice ^'Tross^e qni firL e s ,D rendre de rend, onctionner, pourquoi les particuI. IM 6 8e cnar 8eraienl-il p tl d \ suppler, comme sou Geffraid. rn?£K 2S r,n !' j l ,8it fait elraqc 0 u l J r ^ ib,p ;.'obligation d',roi* 1! f£ M ,a P r, '0" de 1 n icile jusqu'au milieu de la ruet ft-SSSJS."" *•*• arro fs cbsque jcur. Ce n'tait pa i bte que es, con me vous voyez. v 'affaire du bateau St Josep) On se rarpelle que nous annoncions dernirement la disparition du •-.'ileau St Joseph dans le voisin?p 'e Rcsraui, nen loin de lremie. Des renseignements coraplmen•aires que nous avons eus il ressort lue les pertes de vie ont t nombreuses. A la snite des plaintes multiples •dresses au Dpartement de la |UJice Monsieur Barau a piss 1rs in*ructions ncessaires au Parquet de A peu cU frais L.-P, (ioiitives, (W. insciieezioua aux hureauJ 'Mal.n, l,ti>8, Rue ^ Au [rmie pour que examine aux 6ns ponsabilils. cette affaire soil d'ub ir les resLa question des loyers... tramsVn*" 1 !? 8nrale <*** ou> son1 U H ,8 hJh> p .oprilaire8 d mai lea locataires •e liguer... vont tre forcs dt Prenez vos prcautions Car voici ce que t emporte, ainsi que la clef de la maison. La police a t avise. Industries t? britanniques Le sympathique Ldmond W.tt Lhaig d'Atlairea de S. M. Britan' nique, a eu la gracieuset de nou taire parvenir une intressante publ cstion ayant pour titre • • Foire deIndustries br tanniques.i 92l 2 \ fvrier. 4 Mars. il s'agit de trois foires o'ganisf parle Dpartement du. Ccmmerc. tranger et qui seront tenues A Loi dres, Birmingham et Glascow. Cet foires bien que teruts dans des vi les diffrentes ne sont, en ralit que trois sections d'une seule loiit et constituent ensemble la pl U grande roire commerciale du rrond. Les loues des irdustiies butai nieues ne ront pas des expositions C.e sont des foires comrmrcisles dont entre est rserve aux ach nuis professionnels rellement int. ? M f / U u indus,ries ptnicipsnte beulsdes tablissements britanriu*.' ont le dro t d'eposer et J Ci ei p, sants ne peuvent eihiber que dt produits de leurs propres manula, turcs. U premire foire des indu tties bntannqies fut tenues lo dresen 1915 ; et le c ml Moyei ne diurne' Ciel ruageci la matine, I a.ns midi. Ptlne pluie 6 h. 45 m, Huv ; ontre 0.0. mm. Eclairs et tonnerre. Baiontre en hausse. J SCHEREP La k rosi ne iemonte Les familles se dsolent en trouant qee le prix de la kioriae lui baissait sensiblement aprs une hausse considrable, s une ncuvelle endance A monter. On croit qu'il faut attribuer citte rouvelle hausse A la raret de l'aride II f.ut esprer qu'on en rece via bien'ot de grandes quantits et que le pix redeviendra normal. Contre le shake hands En dt hors des mesures gnrait s les mesures individuelles dov.pt contribuer A ariter le terrible 11 au qu'est 1 pidmie ac uelle. Parmi ces dernires mesures i'abo Ution du c sbske baeds s'impose, ne serait ce que teirpors rement' pendant la Urr.ps que durera l'pidt mie. r Ucc simple pression de mains eut, en elkt, centaminer un indivi u sain qui n'aura pas pris imrr 'jaterrett dts prcaclions de dsir ICCtlOB, Ne pressons donc la main A per 1 -. .,..., de provisions de toute tra ; chear eh aue : riz, farine, niantpxe Clolie, Co t ln Armour; mets porck, . bœuf sal, lte de porc, pieds de minimum . 5 ^ |)areng en m ^ g" J maximcmjc.Si 3 11 '^ rooru ? beurre **&*+ J 6 gue, Bariram' sucre granul, bis cuits Soda, huile d'olive d'Espa § ne sardines de iVorvge, *p ces e tous genres, rayon Copco.bleu franais,,ei de toilette bon mai ch. bicarbonate de soude, gloss, allumettes, saches g-zo'ine' b re porler etc. Chea /, /, HiaiO i-onne," Sts p,„. auxpe^nies feKJb^^g 1 C t0a "** tr Dfendons nous Prservex'tous des fouLs, prescrit le Service d y Hygine % Donc jusqu' non. vel ordre, pas de bal, pas de cinma. M. Liostaot Auguste iCommerant innonce a sa client'e qu'il n'est plus la Rue Thomas ,viadiou mais bien 172i Rue Coutbe. CbezPE.PAL\SO;s& Vous trouverez Plai ches et Cartelages prix avantageux. Grand Htel de Fran "• I "AlRIZI, H Pitrel Ou y trouvera Des VINS imports directement ? i .et



PAGE 1

Q^xtorfittd'aatie NO 3985 Port tuPrince, Hati Jeudi 20 Janvier J921 ,3 DIRECTE UR-PROPRJfiTAJRE Clmeat-MAGLOIRE LE NUMERO "20 CENTlstLS Quotidien Quelles que soient les Hmiles de iVspraoce huuiifiiie^cvtc es|ira..iercette modeste et utile, cration, |ce laquelle le l'an, ri g ha'tian es peuvent dsormais ?e pourvoit igar le iralades pouvin 1 offrir aux ldecins traitante ut e assit tanct >mmode et acientMiqte. jusqu'ici, la tache du mdecin apsl au chevet de noa malade* Irait cette lacune de n 're pan FRANCE iffn 1881-82!! nteivalle de visite* md> les. Le plua ou ver.', i ou*, y aop >ne, dans les familles, ai la Dnne volont, o jojrs d voui'e ['ailleurs, des m et du v Is uage. Il en coiVait tout f->ie de d mao„,,,. ttSmUtl K 8 b n ' 8 H V " et "P se * ^mire t nta, trop dd nu is b ach g dang'j.i nmir tr. *£,r ss O* creve, en change ** %  j pour e,r ,D,,n par Au moment o I pidmie actuelle laborieuses redis ches, il dcouvrit I talap oui, variclode, vario'e. ov que ces granulatu os appeles i l'po ce que I on \eut, prrnd des pr< porque granulations rr.olcu aires'aient t ons de gravit incontestable, Utrcldes tres irliniment p?ti'-.org?ris*, question non moins grave M pose. structurs exista ni pir eux rcme*, Le fait p?r le service de l'inhumane precdan* que d'eur-mmes. lmtion au cimetire extrieur de toc-mortels agents de toutes les transyrir les anciennes tosses des vario-{formations organique:, ils se reneux dcds en 1881 1882 pour y contrent partout, dans l'air, dans dans les roche, dans le sol. us les ferments t dans tou< organiss vgtal et a.iimal. ire que, si la poussire des varie-| Et tous ces microz/ma?,d'ori>g : nr leux, Ure du load des fosses oJ si divei:e, dous d activit cbimiqu nos pres, qu'roi iquement cou variable, dit Mr Bcha mp, ont une -•ous plaisors appelai des arrii. commi ne aptitude: celle d'vo'usr les avaient po suivela recom |pour ai paratre sous la forme de b>c mdatioa de ne i;mais It remuer, tries et de tous les tats morpho'.o lC MRil Ml )l il r ,. ., r.„ ,tu fnuw eu oai iooa pour v uuuucni ie le t'alternent pu tre oint* et ,aucnp > n*est-il pas de na ure a rg 'dans I u pliqu en tonte scuii, BLI-IOU ,6 raver '* Bai acluel ? %  ( 'esl-les et es no I nlo vullu Hu nlll.„.;,j. i 'IIP une ci la nnmaiAr. A n „ ....... I I.', Ui 1 l'humigique. vibrions, ancvl^bacters, qui . . I..>.n _ i. <..__ i __,,s*f ? faut le dire, char-jn offrait ton p ue d-ns 1 atmosphre ne devien .depuis longtemps t frapp de citit-bo' imei.t ou son petit a mple. P as un 6rr ^ n' pathogne Je la va .fait trange qu'un peu dair.de craie, Q D'tait pas toiq mis libre te n r '. oie CtUX %  urs de tiiBiiu'Noua savon.en que les ciit nji.ea de pru its.on t ne | euvei t se met re fut ge q e de< fsmiUpa qui peuvent mtttre le prix C'eal gal, y (au 1 1 laudir i ce i rrgra ; csr, ou n •! %  jamais la mibure des rpeicu. uu a dent un p.ogia ctpableLe. Joli 8 des m.dtciOB aont pays ei timije -, cependant, avec quel d LuttLti.i Us Uitdicins ne ae dpei if •! p s |ar tu e ctarlt. Lea ii liiititr. t.jiccs en lomraet i if, tioLviioi t noyen de gegnei m ut dai t UfluiiilUs aiees f eui.dre 11 tore t ti vite dans lu millet qui ne le sont pas. Car U rufceaioo e.t efi.i!ellernent iaiu e|i> vo • n.ttf! / Et puis, c'ea • pour Haitf. un coq* enctmeui de con riuuuon detisTi iiion ce l'aiaislacce geLrait ui Lit I'BL bilion dea perfonnaliti s plis l.xeade tous Icapay civi %  •( %  .l'iikut dsns le monde, ha gousrncnti.tset les pamcul.ua met nt un suiu et un empietseiLent (ls giinct Beturer pour lu }ii [omme n tr la guerre,t organisaiion 'i MMint ayaui pour objet 1b u u g 1 m it et la consolation des u ala 18,0111 fcitui ea et dui doultui: Lia n h m e d'Haiti formerou ouj litptrcos, le cadrel'ta jijoio-a tei vices hailiets d ae i a • ce. e-t peu eu ap^ari nce mai? s u n i. it, beaLctuj daus ui t)* ci OM.a ui.t Ltmcspl.re oi^ ch AL ttl pit itcltmii des dro's. ainsi infeci Bien que je ne sois pas qualifi rour opiner scientifiquement sur la question, je crois utile decommuiquer au public la dduction qut l'ai pu tirer de quelques lut re ciei ufiques dont je raffole. Quelques uu.de mes lecteurs sort ou ble, de elle ou telle eau, ou u npeu de tel ou tel tissu animal. o u vg al quelconque, dans des milieux appre pri*<, y produisent des bicu'ries. Qu'y at -il donc de commun entre la craie, la poussire des rues, un peu d'eau et un lamlvau de n.iii animal vg al ) our qu'ils produisent ainsi des bactries ? La craie extraite sans doute au courant de la grande i volution scientifique qu'occasionna dans le monde de la science la sensationnelle dcouverte du/icrosy/m/. Au cours du sicle dernier le la* sicles et qui n'attendaient vaut mdecin prussien Mr Kodolph Virchow. le loudateur de la pathologie cellulaire, communiqua au mon le scien'iflque le rsulta de | lues sur la cellule, il proclama que / la cellule n pisente la tjr>ue e.e Pir cb'e PARIS/ O.'ficiel ) 18 lanvier.— LOH.ae' publie le dcret nommant les nouvei"x m : n istre-. La pre ,< aiiaai< cain. Wilson nom na Hevv ml llthanv reprsentant d.-s Etats Unis la coram s<'o'< d'i(Dm'o"%Hnn *|qi a runira Geave aur la convocation lu bureau iiitfin-iioiiai nu i.ovail de la li^ue des Nations. Le stj'iateui l.'neUu diuocrata introduisit un projet de loi autorisant le prsileut d'interdire la four •liture en ptrole tous paya lois des temps de guerre; un mm; i d^iu:>ut rserve cependant le.s loi! sur les vivre et \c co nbuahhles. Le snateur l'ualan de CnlifornH demauda aujourd liui au Snat de re discuter -la doptio i da la rsql i tion ordoonint que les effectita de l'arme soient ramens a I3o.oo ho-nmea Li S mat rej 'ta le pro>); et adopta la riolution des snateurs New de lodiana prescrivant au se criaire de la guerre de euapendre e recrutement de l'anne jus.ju' ce que lea eUectils eoient ramens M lo ooo lrjnm Q s. vvie qu'un peu de chaleur et d'hu midit, c'est i dire un milieu favora bit, O-, en pr ence de faits aussi con c'uints ptur avoir t contrls ei savants tels que confirons par des m nt ire qui seit de basa tous les! MM. Lm le Burncu', l Ricque d heuon aes vitaux, c'est la stult Mouchy, Estor et Grasset, ces deux uime CM m entane u.versant tout le'deroieis .nciens piolesseurs la fa gne organique (vgtal et animal^' c ulte de Mdecine de Montpellier. .11 aiou-in'y a t il pas quelque logique de J ustanirtoujours la mme j • Uftte constance *** a ae la cellule ^errtet d'alfirmer, de ta manire la jlus positive, quelle est lltmeni arastnsant tout ce qui a vie, sans prexis ence duquel aucune forme maie ne peut exister et auquel som penser ou* la pouss re des variole ux de i 8z 82 exhume et expose i la lumire du soleil et i l'humidu peut grce l'imputrescibiliidesmi crrzymas qu'elle doit contenir, en.. .._., gendrer le virus de la variole ?— ittsla maiche et la conseival:on de Ma dduction peut pa-aitre errone la vie. quelques uns et mme ridicule Donc pour \ t i Viichow, la cellule certains s^nts troits qui pensent repiest niait l'unit vitale de tous les que la science se borne i ce qu'ils tres organiss, vgtaux ou ani ot appris dans les livres ; ma a Lculte de mdecine de Montpel dont I Etat peut (ure l'acquisiuon Montpc er, happ par cet e cont everse, eput l'tude de la cellule e a'aiiu jarticu.irement sur ce que Viuhow -u eiujuui la ceiluir, avi.it aptii 1 qu'a consideun en les s h nala. 1 mme des g'anuLtio. s iniin l .les sans importance. Ap.es 30 auuvcs ue j atientei e 1 is ion a'off.i Li pays doit s s "curs de ce pour le devoir La piudence est la meilleure pro phylaxie. G H. JACOB 18 Janvier 1921 Objets religieux Joli choix pour cadeaux. Grand Le dsarmement de l'Allemagne Par cble PARIS— Questionn par l'E:hj de Paris au sujet du ds?rmement de l'A'lemagne et de la question des rparations. Mr Briand se borna i dclatf qu'il ne laisserait pas pri cli 1 les droits et les intrts de la Pfs ce. Loucheur, in erview par le |ounal, exprima qu'il fallait adm lire ltat dsespr peint par l'Allen) 1 gne et la prendre en chrge de f.on i pouvoir prendre des mesures lui pernvt'ant de p-y;r 1! estime que 1 Al emagnepeut payer annuellement :hoix d'images pieuses. nui' mill-a ds ta uha bn. deux mil Mdailles "lion Cot.8eril l Notre liards en bois et produits hmqua gratitude aux orgaui Jame de.Lourde, 'te en taxes d'exportation" rscauas dona progrs hahien%  lu \ti.te la libraiiie du Matin, aires. Par cble MADRID Le consei di cabinet dcida qu'en raison de 1 attitude des fonctionnaires, il ne tiendrait iucun compte de leurs protistationi.Kamaaones at eint d'un bronchi e, s'ali'a. PARIS— L'oyJ George, accompa^ p de Mr CutT, arriverait a Pans limaachi soir. La dPgitioa dj coaseil muni.i oal de Porto remit auj rard'ovii nu;hal Foch au c rcle ktaralN ine oeuvre d art i litre de re:oaoaii ^ance. M. Liven.prsident du conseil muuicipal de Porto, pronona une all :ution. Loch, rpond ni, §(fi ma U ocessit de l'union abjo'ue des allis dans la paix comme dans la guerre L'Association fraoiise et la socit des nations tinrent une ru nion gnrale. Viviani.B^urgeois rendirent compte de leur mission Genve. Bourgeois regretta l'abstention pro visoire des Ents Unis et aihrma que la puissance de la soci des nations tait la garantie certaine de la paix. Sle&se ai Sacr-Cœur broia.. Baa-pen.de ehOwTCb?^ et 1 Exposition pour une n£ll ,,! •••"acharne le lundi 84 o?art Se •euree prcise en l'^iige d u Sacr Lœur eus l.ria de demander ,,r (l t "*J>'*Jh o:ie Semeur iSf t^hns c-juu-e l'pidmie JU i n S actuel emnt dans le p.y, qu 0I1 e Eugne C. iOS^i^ ",'.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05291
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, January 20, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05291

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Q^xtorfittd'aatie No 3985
Port tuPrince, Hati
Jeudi 20 Janvier J921 ,3 *
DIRECTE UR-PROPRJfiTAJRE
Clmeat-MAGLOIRE
LE NUMERO
"20
CENTlstLS
Quotidien
Quelles que soient les H-
miles de iVspraoce hu-
uiifiiie^cvtc es|ira.. B6*iimoitti| un cercle o
elle peut vivre et triom-
pher.
R. P. LACORDUR& 2
REDACTION; Rue Amricaine No, Won
TEiRFHObWS
--
GESTION DU JOUR II jjp
ta
On ne saurait aes* z dire du l>ier-
cette modeste et utile, cration,
|ce laquelle le l'an,ri g ha'tian
es peuvent dsormais ?e pourvoit
igar le iralades pouvin1 offrir aux
ldecins traitante ut e assit tanct
>mmode et acientMiqte.
jusqu'ici, la tache du mdecin ap-
sl au chevet de noa malade*
Irait cette lacune de n 're pan
FRANCE
iffn 1881-82!!
nteivalle de visite* md>
les. Le plua ouver.', i ou*, y aop
>ne, dans les familles, ai la
Dnne volont, o jojrs d voui'e
['ailleurs, des m et du v Is uage.
Il en coiVait tout f->ie de d mao-......,,,.
ttSmUtl k8 bn' 8h V" et "Pse * ^mire t
nta, trop dd nu is b a- ch g dang'j.i nmir tr. *- ,r
ss O* creve, en change **----- j" pour e,r' ,D,,n par
Au moment o I pidmie actuelle laborieuses redis ches, il dcouvrit
I talap oui, variclode, vario'e. ov que ces granulatu os appeles i l'po
ce que I on \eut, prrnd des pr< por- que granulations rr.olcu aires'aient
t ons de gravit incontestable, Utrcldes tres irliniment p?ti'-.org?ris*,
question non moins grave M pose. structurs exista ni pir eux rcme*,
Le fait p?r le service de l'inhuma- ne precdan* que d'eur-mmes. lm-
tion au cimetire extrieur de toc-mortels agents de toutes les trans-
yrir les anciennes tosses des vario-{formations organique:, ils se ren-
eux dcds en 1881 1882 pour y contrent partout, dans l'air, dans
dans les roche, dans le sol.
us les ferments t dans tou<
organiss vgtal et a.iimal.
ire que, si la poussire des varie-| Et tous ces microz/ma?,d'ori>g:nr
leux, Ure du load des fosses oJ si divei:e, dous d activit cbimiqu
nos pres, qu'roi iquement cou variable, dit Mr Bcha mp, ont une
-ous plaisors appelai des arrii. commi ne aptitude: celle d'vo'usr
les avaient po suive- la recom |pour ai paratre sous la forme de b>c
mdatioa de ne i;mais It remuer, tries et de tous les tats morpho'.o
lC MRil Ml
)l
il
r----,.---- ., r. ,tu fnuw eu oai iooa pour v uuuucni
ie le t'alternent pu tre oint* et ,aucnp> n*est-il pas de na ure a rg 'dans I u
pliqu en tonte scuii, bli-iou ,6raver '* Bai acluel ? - ( 'esl-- les et es
no I nlo vullu Hu nlll- ..;,j. i 'IIP une ci la nnmaiAr. An ....... I I.', Ui
1 l'humi- gique. vibrions, ancvl^bacters, qui
. ___. . I..>.n _ i. <..__ i __,,s*f ?
faut le dire, char-jn offrait ton p ue d-ns 1 atmosphre ne devien .depuis longtemps t frapp de c-
itit-bo' imei.t ou son petit a mple. Pas un '6rr^n' pathogne Je la va .fait trange qu'un peu dair.de craie,
q D'tait pas toiq mis libre te n r'.oie CtUX la la Kl ivra nu lia na nna I ...... I aiDSI inffflP I ii!c ris Ha nn t.11. man m m --------
tiKbo
n n'tii p
* le ai ivre ou de ne pas I appli
ier, I auteur se chargeant lui ai
le d'eicuter la prea.iipt on t Ifert*
lu caa de refus, que d? bufc ptibi-
|tt s veilles, que de ressi ntmients
de f oikaeraents,
ans les fomillea d'un ce tair rang,*
us pouvona prea'jue dire que lu
stique des bonnes f rames, a c (
la mdication dj mdecin, cre
ifois une vritable mdita on
Le mdecin preacrit de cou-
at.ee et sort ; uoe fois dehors, set
icommandations sont oublies ou
uivies seulement moiu.D.i a le
as (laves, <|ue vcuUz voue*:' Jt
re laisse foire, rt'sjlue accepte)
ut ce qui lui fait esprer la guri
m prochaine*
?vec lintroducli d d inflrrairet
pablej dan a les li milles, le mrd
n et les iniretss pourront tr*
dt quilles non stul oient en uiaoi
ce qne la mdication insinu.
ra suivi, avec la pi. a grvndc tarai
, mais auBni en raiaon des pi ou
es pro1e**'onnels de dvouniefjvl
de doo:e acivit qui assimilcn
a iiiliimieres de cairire dt>
"urs de tiiBiiu'- Noua savon.-
en que les ciit nji.ea de pru
its.on tne | euvei t se met re
fut ge q e de< fsmiUpa qui peuvent
mtttre le prix C'eal gal, y (au
11 laudir i ce i rrgra ; csr, ou n
! jamais la mibure des rpeicu.
uua dent un p.ogia ctpable- Le.
Joli 8 des m.dtciOB aont pays ei
timije -, cependant, avec quel d
LuttLti.i Us Uitdicins ne ae dpei
if ! p s |ar tu e ctarlt.
Lea ii liiititr. t.jiccs en lomraet
i if, tioLviioi t noyen de gegnei
m ut dai t UfluiiilUs aiees f
eui.dre 11 tore t ti vite dans lu
millet qui ne le sont pas. Car U
rufceaioo e.t efi.i!ellernent iaiu
e|i> vo n.ttf! /
Et puis, c'ea pour Haitf. un coq*
enctmeui de con riuuuon detisTi
iiion ce l'aiaislacce geLrait
ui Lit i'bl bilion dea perfonnaliti
s plis l.xeade tous Icapay civi
( .l'iikut dsns le monde, ha gou-
srncnti.tset les pamcul.ua met
nt un suiu et un empietseiLent
(ls giinct Beturer pour lu }ii
[omme n tr la guerre,t organisaiion
'i MMint ayaui pour objet 1b uu
g1 m it et la consolation des u ala
18,0111 fcitui ea et dui doultui:
Lia n h m e d'Haiti formerou
ouj litptrcos, le cadre- l'ta
jijoio-a tei vices hailiets d a-eia
ce. e-t peu eu ap^ari nce mai?
s u n i. it, beaLctuj daus ui
t)* ci OM.a ui.t Ltmcspl.re oi^ ch
al ttl pit itcltmii des dro's.
ainsi infeci
Bien que je ne sois pas qualifi
rour opiner scientifiquement sur la
question, je crois utile decommu-
iquer au public la dduction qut
l'ai pu tirer de quelques lut re
ciei ufiques dont je raffole.
Quelques uu.de mes lecteurs sort ou
ble, de elle ou telle eau, ou u npeu
de tel ou tel tissu animal.ou vg al
quelconque, dans des milieux appre
pri*<, y produisent des bicu'ries.
Qu'y at-il donc de commun entre la
craie, la poussire des rues, un peu
d'eau et un lamlvau de n.iii animal
vg al ) our qu'ils produisent
ainsi des bactries ? La craie extraite
sans doute au courant de la grande
i volution scientifique qu'occasionna
dans le monde de la science la sen-
sationnelle dcouverte du/icrosy/m/.
Au cours du sicle dernier le la* sicles et qui n'attendaient
vaut mdecin prussien Mr Kodolph
Virchow. le loudateur de la patholo-
gie cellulaire,communiqua au mon
le scien'iflque le rsulta de | lu-
es sur la cellule, il proclama que
/ la cellule n pisente la tjr>ue e.e
Pir cb'e
PARIS/ O.'ficiel ) 18 lanvier.
LOH.ae' publie le dcret nommant
les nouvei"x m:nistre-. La pre iccortrti t vonb'emet I le nouveau
minis re. La plupart des journaux
affi'ment que la combinaison Brian i
ralisant la concentration trs ten-
due de toutes les nuances, l'opinion
publicaise aura confhice dans It
os rit trient, flicitant Brian J de or
habi'et et de la raoidit^ avec les
quelles il is/.n tOjlA les Jil;ul
es.
La presse anglaise, italienne ac-
ueille sympalhiquement le nouveau
cabinet franais .-i logieUiiacd in
'Ile tait ressortir la luciiit, !a .oj-
lesse et l'qtilibie de (esprit.
Le Tempe acrit ; O i reco.inait
'activit en po'uique dont Bruud
ornposa son ministre.
tLrs Dbits*crivent: Briandpos
le des ides nettes et accepta h
pouvoir dais un moment difacih
ahn de les appijuer l'un;que po
Inique animant la France qui est I.
politique d'union pour raliser cot
pltement la vi.toire.
La Libert : Le nouveau cabinei
est lexpressioa de 1a politique vou-
s^uvent des profondeurs considra lue parle pay-.
bls contient des (Hres vivants qui' Llniransigeant dclare que la
sommeillaient peut tre dtpuis des gratide ptoccupation politique est
pour r<-|.le faiie p.yer l'Allemagne et de res-
Pcti'es Nouvelles
WAtHlKOTCM, le 10 jaiviJC
Par cble
Le Snateur rp ih'icaia Kmorson
prsenta une r.olu ion demandant
pourquoi et en verti la ij-iel droit
Wilaoq envova Crevier Coin. ^|
La cour jnnonaiae renvoya devar t
la cour martiale la sentinelle japoj
nHi.se qui tua le i ......, .>,< aiiaai<
cain.
Wilson nom na Hevv ml llthanv
reprsentant d.-s Etats Unis la
coram,s<'o'< d'i(Dm'o"%Hnn *|qi a
runira Geave aur la convocation
lu bureau iiitfin-iioiiai nu i.ovail
de la li^ue des Nations.
Le stj'iateui l.'neUu diuocrata
introduisit un projet de loi autori-
sant le prsileut d'interdire la four
liture en ptrole tous pay vantaux inar s des ptrolit ra ame
ricains.
Lh L'OtOtsiuiOQ en jii'li:iaire du
Snit alop'a la rsolution de U
Chambra prapoaaot l'abro^ttio d >a
lois des temps de guerre; un mm; i
d^iu:>ut rserve cependant le.s loi!
sur les vivre et \c co nbuahhles.
Le snateur l'ualan de CnlifornH
demauda aujourd liui au Snat de
re discuter -la doptio i da la rsql i
tion ordoonint que les effectita de
l'arme soient ramens a I3o.oo
ho-nmea Li S mat rej 'ta le pro>);
et adopta la riolution des snateurs
New de lodiana prescrivant au se
criaire de la guerre de euapendre
e recrutement de l'anne jus.ju' ce
que lea eUectils eoient ramens m
lo ooo lrjnmQs.
vvie qu'un peu de chaleur et d'hu
midit, c'est i dire un milieu favora
bit,
O-, en pr ence de faits aussi con
c'uints ptur avoir t contrls ei
savants tels que
confirons par des
m nt ire qui seit de basa tous les! MM. Lm le Burncu', l Ricque d
heuon aes vitaux, c'est la stult Mouchy, Estor et Grasset, ces deux
uime cmmentane u.versant tout le'deroieis .nciens piolesseurs la fa
gne organique (vgtal et animal^'culte de Mdecine de Montpellier.
' .11 aiou-in'y a t il pas quelque logique de
J ustanirtoujours la mme
-j Uftte constance *** '
a
ae la cellule
^errtet d'alfirmer, de ta manire la
jlus positive, quelle est lltmeni
arastnsant tout ce qui a vie, sans
prexis ence duquel aucune forme
maie ne peut exister et auquel som
penser ou* la pouss re des vario-
le ux de i 8z 82 exhume et expose
i la lumire du soleil et i l'humidu
peut grce l'imputrescibiliidesmi
crrzymas qu'elle doit contenir, en-
.. .._.,............ gendrer le virus de la variole ?
ittsla maiche et la conseival:on de Ma dduction peut pa-aitre errone
la vie. quelques uns et mme ridicule
Donc pour \ti Viichow, la cellule certains s^nts troits qui pensent
repiestniait l'unit vitale de tous les que la science se borne i ce qu'ils
tres organiss, vgtaux ou ani ot appris dans les livres ; ma rTuux. ,1a certitude quelle restera nn point
,U un autre c' les spintua'.istes d mtenogation pour les esprits cher
iulaitnt que la -''--- JuiM ~ ai*!
.onsidie comme ruo le d'orga
taurer nos finances.
t Le Temps confirme que le ca-
binet paratra mercredi devant la
Ch.mb.e.
La L-beritUit gilement l'loge
le Mr Briard rappelant qu'il aura
b entt une confrence avec L'oyd
ieirges qu'il connat b en et ajou-
tent que Mr Briand sau-a parler en
bjn franais et en boo diplomate.
Ce n'est pas ique le gr.ni minis-"
tre dit Mr Briand. mais un grano
mitiste^qu'il forme. Nous avons
te dsir dtre en telatioos amicales
ivtc les nations amricaine et b i
tannique mais il y a le pacte sign i
Versailles qui doi, tre ex:ut. (e
sais que pour l'accomplissement de
:e pacte nous n'aurons pas de con
es ations avec nos amis. Dans les
milieux politiques 1 impression es1
que le nouveau cabinet p os&de des
lments trs puissants b
Etranger
puissants bien que
. .*.* apiiuua.isici ."- r- "r-* vu" baucoup dplorsnll'abience dePoin
cellule, pouvait tre cheursetque ces derniers se mettront car et de V.viani-
e l'unit d'organis'a d; m0Q cu e POUI crier 1 ceux 'quil-------1
iion dans le corps organis, jamais incombent cette responsabilit : Il ne
lie ne pouria tre accepte comn e lanl Pas continuer de rouvrir Us fosses
wnt l'unit vita e pout n'lrc pas ''es varioleux dcdes en 1881-82 I I /
ndpendante de l'ojg.nisme eui.ei 11 importe donc que l'on rtab is-e
u corps dont elle Lit partie ; elle la l'gQC ae dmarcation qui existai!
^ait avec lui et meurt avec lui. Or, autrefois entre les deux cimetires et
-e qui et* transitoire ne peu. tr iuc les varioleux dcds pendant
'U"u vitale. .'pidmie actuelle soit inhjras
Mr Bchamp, ancien professeur de
a Lculte de mdecine de Montpel dont I Etat peut (ure l'acquisiuon
Montpc
er, happ par cet e cont everse,
eput l'tude de la cellule e a'aiiu
jarticu.irement sur ce que Viuhow
-u eiujuui la ceiluir, avi.it aptii
1 qu'a consideun en les shnala. 1
mme des g'anuLtio. s iniin l
.les sans importance.
Ap.es 30 auuvcs ue j atientei e
1 is ion a'off.i
Li pays doit s
s "curs de ce
pour le devoir
La piudence est la meilleure pro
phylaxie.
G H. JACOB
18 Janvier 1921
Objets religieux
Joli choix pour cadeaux. Grand
Le dsarmement
de l'Allemagne
Par cble
PARIS Questionn par l'E:hj
de Paris au sujet du ds?rmement
de l'A'lemagne et de la question des
rparations. Mr Briand se borna i
dclatf qu'il ne laisserait pas pri
cli 1 les droits et les intrts de la
Pfs ce.
Loucheur, in erview par le |ou-
nal, exprima qu'il fallait adm lire
ltat dsespr peint par l'Allen) 1
gne et la prendre en chrge de f.on
i pouvoir prendre des mesures lui
pernvt'ant de p-y;r 1! estime que
1 Al emagnepeut payer annuellement
:hoix d'images pieuses. nui' mill-a ds ta uha bn. deux mil
Mdailles "lion Cot.8eril,'l Notre liards en bois et produits hmqu-
a gratitude aux orgaui Jame de.Lourde, 'te en taxes d'exportation" rscauas dona
progrs hahien- lu \ti.te la libraiiie du Matin, aires.
Par cble
MADRID Le consei di cabinet
dcida qu'en raison de 1 attitude des
fonctionnaires, il ne tiendrait iucun
compte de leurs protistationi.Kama-
aones at eint d'un bronchi e, s'ali'a.
PARIS L'oyJ George, accompa^
p de Mr CutT, arriverait a Pans
limaachi soir.
La dPgitioa dj coaseil muni.i
oal de Porto remit auj rard'ovii
nu;hal Foch au c rcle ktaralN
ine oeuvre d art i litre de re:oaoaii
^ance.
M. Liven.prsident du conseil mu-
uicipal de Porto, pronona une all
:ution. Loch, rpond ni, (fi ma U
ocessit de l'union abjo'ue des al-
lis dans la paix comme dans la
guerre L'Association fraoiise et la
socit des nations tinrent une ru
nion gnrale.
Viviani.B^urgeois rendirent comp-
te de leur mission Genve.
Bourgeois regretta l'abstention pro
visoire des Ents Unis et aihrma que
la puissance de la soci des nations
tait la garantie certaine de la paix.
Sle&se ai
Sacr-Cur
broia.. Baa-pen.de ehOwTCb?^
et 1 Exposition pour une nll ,,!
"acharne le lundi 84 o?art Se
euree prcise en l'^iige du Sacr
Lur eus l.ria de demander ,,r(lt
"*J>'*Jh o:ie Semeur iSf
t^hns c-juu-e l'pidmie JUi n S
actuel emnt dans le p.y, qu' 0I1"e
Eugne C. iOS^i^

",'.



LB MATIM
""il
. LEJAJIN
ABONNEMFNTS
PAJi mois
POR-I Ac-FlUNCIi G. 200
DPARTEMFNT g t'ia
Les annonce aont reues no Com
loir International de Fibiicit fi
ne TronchPt. Ptrlf et 1P. 21. 23
ludgate, Hill Londres '
Le Charg (Valfai-
res de Cuba
Noos avons en annoncer qur
M. Bencomo avait vers an comit
- J r.?i8e ,a 8omme de quatr
cent dollars. Mais en dehos dp
cette valeur, le distirgu Cbarp'
d A flairs, de Cuba remit au Docteur
Annoual cinq cent dollars pour ai-
"m frai que ncessite la dsir-
fectlon de la Capitale.
Encore on beau geste la gloire
do Ministre Bencomo.
CROYEZ-LE
POUR LES
ENFANTS,
il n'y a rien de tel comme
L'EMULSION DE SCOTT
432
JL
Pas de bals
pasderinm
Souscriv
pour combutre
p tf6s*tV, Dfend
vous tous mm
Arrosez les rues
vous-mmes
JaSH ie A8ervice ^'Tross^e qni
firLes ,D rendre de rend,
onctionner, pourquoi les particu-
I. Im6 8e cnar8eraienl-il ptl d \
suppler, comme sou Geffraid.
rn?K 2S r,n!'jl ,8it fait elraqc
0ulJr^ib,p;.'obligation d',roi*
1! fM ,a Pr,'0" de 1
n icile jusqu'au milieu de la rue- t
ft-SSSJS."" ** arro
fs cbsque jcur.
Ce n'tait pa i bte que es, con
me vous voyez. v
'affaire du bateau
St Josep)
On se rarpelle que nous annon-
cions dernirement la disparition du
-.'ileau St Joseph dans le voisin?p
'e Rcsraui, nen loin de lremie.
Des renseignements coraplmen-
aires que nous avons eus il ressort
lue les pertes de vie ont t nom-
breuses.
A la snite des plaintes multiples
dresses au Dpartement de la |uj-
ice Monsieur Barau a piss 1rs in*-
ructions ncessaires au Parquet de
A peu cU frais
L.-P, (ioiitives, (W.
insciieezioua aux hureauJ
'Mal.n, l,ti>8, Rue ^
Au
[rmie pour que
examine aux 6ns
ponsabilils.
cette affaire soil
d'ub ir les res-
La question des
loyers...
tramsVn*"1!? 8nrale <*** ou>
son1UH,8hJh>p.-oprilaire8 d mai
lea locataires
e liguer...
vont tre forcs dt
Prenez vos
prcautions !
Car voici ce que Dieulafoy : La vaiiole est con';
g-euse d toutes ses priodes et ici
omrae toujours, la contrgon est
iirecte ou indirecte Les agents de la
contagion sont le sang ( Fourrier ).
e pus, c !-s crotes qui, divises eu
oarcelles, s* corservent longtemps
lans les chiffon*, dans les linges,
Uns les vtement*, dans les cham
bre., dans les vhicules et qui, l
gres et mobile.*, peuvent re en
traines i distance et rencontrer un
organisme en tal de rceptivit l a
porte d'entre de 1 lment conta
gieux se fait prini'palemrnt par les
voies respiratoires.
qu'aux individus visiblement conta
mins, car comme nous l'avons
ija dit, la contagion peut tre di-
recte oujndirecte.
Cambriolage
Dans la nuit de n-a'di i mercredi
la maison de M A'txandre Mavapgp,
tailleur, h^bitart Grand'Rue, en
fce de la confiserie Daniel, a t
cambrio'e.
Une grande quantit de tissus et
le confection? prtes A tre livres s>
t emporte, ainsi que la clef de la
maison.
La police a t avise.
Industries t?
britanniques
Le sympathique Ldmond W.tt
Lhaig d'Atlairea de S. M. Britan'
nique, a eu la gracieuset de nou
taire parvenir une intressante publ
cstion ayant pour titre Foire de-
Industries br tanniques.- i92l, 2\
fvrier. 4 Mars.
il s'agit de trois foires o'ganisf
parle Dpartement du. Ccmmerc.
tranger et qui seront tenues A Loi
dres, Birmingham et Glascow. Cet
foires bien que teruts dans des vi
les diffrentes ne sont, en ralit
que trois sections d'une seule loiit
et constituent ensemble la plU'
grande roire commerciale du rrond.
Les loues des irdustiies butai
nieues ne ront pas des expositions
C.e sont des foires comrmrcisles
dont entre est rserve aux ach
nuis professionnels rellement int.
?Mf,/U uindus,ries ptnicipsnte
beulsdes tablissements britanriu*.'
ont le dro t d'eposer et JCi eip,
sants ne peuvent eihiber que dt
produits de leurs propres manula,
turcs. U premire foire des indu
tties bntannqies fut tenues lo
dresen 1915 ; et le *c suivantes s convsincu le Dptr
ment que son sy:tme d'o'gi.i
lion est bon
Nous remercions Mr Watt de cr
voi au accompagne une carte d*.
tre i la foire pour cotre journa
BA1TS DIVERS
OBSERVATOlUh:
DU
Remerciements
Les famille Mars et Rgis remer
cient bien en crement tous leurs
ami du concoure empress qu'ils
leurs out donni tant pendant le ma
ladie qu'ai\ fum'relies de Madame
Nrua Uct, ne Lise Rgis*
ta leur renouvelant l'assurance
eincre de leur profonde gratitude,
elle esprent trouver un rconfort
dna le regret gnralement laias
par la dfunte.
-P-ayeaJLle.12 janvier 1021
Avtk matrimonial
La soussigne, dsme Foreatin fils,
ne Idamise Jean Loois, annonce
au public en gnral et au commet
ce en particulier qu'elle n'est plut
responsable de scies et setion de
son poux, tant en rupture, pour
incompatibil de caractre en at
tendant qu'un divorce soit prononc.
Moron, le 7 Janvier 1921.
Idam se JEAN-LOUIS
Procd souverain
Contre FalasHfl ou la petite vr
Produ8 emp,0},s dai rancftd,AM J
fabricants
LEILN FliNK
Ko enfedan-
LEO\R.THRB\U!)
Agent dpositaire!
oiifi 1rs bonnsa ytommim 1
B. Martin del Rio
Prient le commerce et le pu-
Wi en gnral que son Magasin
PETIT SEMINAIRE fst transfr au 1 cil de sa pro
COLlEGEST MAR'IIAL pnt, ancien Caf du Poit, oi
Renseignements ils trouveront un assortiment J-
METEOROLOGIQUES
Menndi ip |anvier 1921
baiorxire 7634
fempiature
cou /en
re-
Dr Rodolphe Claude
Mdecine Chirurgie
Spcialit : Ms'adies des Kl fai t
i .J*9? l'iovccc, Ja>ml
Moyei ne diurne'
Ciel ruageci la matine,
I a.ns midi.
Ptlne pluie 6 h. 45 m,
Huv;ontre 0.0. mm.
Eclairs et tonnerre.
Baiontre en hausse.
J SCHEREP
La k rosi ne iemonte
Les familles se dsolent en
trouant qee le prix de la kioriae
lui baissait sensiblement aprs une
hausse considrable, s une ncuvelle
endance A monter.
On croit qu'il faut attribuer citte
rouvelle hausse A la raret de l'ar-
ide II f.ut esprer qu'on en rece
via bien'ot de grandes quantits et
que le pix redeviendra normal.
Contre le shake hands
En dt hors des mesures gnrait s
les mesures individuelles dov.pt
contribuer A ariter le terrible 11 au
qu'est 1 pidmie ac uelle.
Parmi ces dernires mesures i'abo
Ution du c sbske baeds s'impose,
ne serait ce que teirpors rement'
pendant la Urr.ps que durera l'pidt
mie. r
Ucc simple pression de mains
eut, en elkt, centaminer un indivi
u sain qui n'aura pas pris imrr
'jaterrett dts prcaclions de dsir
ICCtlOB,
Ne pressons donc la main A per
1
-------------------- --.......,..., de
provisions de toute tra;chear eh
aue : riz, farine, niantpxe Clolie,
Co t ln Armour; mets porck,
. buf sal, lte de porc, pieds de
minimum .5, ^ |)areng en m^ g" J
maximcmjc.Si3*11'^ rooru? beurre **&*+
J6 gue, Bariram' sucre granul, bis
cuits Soda, huile d'olive d'Espa
ne sardines de iVorvge, *p ces
e tous genres, rayon Copco.bleu
franais,,ei de toilette bon mai
ch. bicarbonate de soude, gloss,
allumettes, saches g-zo'ine' b -
re porler etc.
Chea /, /, HiaiO
i-onne," Sts p,. auxpe^nies feKJb^^g1 Ct0a "** tr
Dfendons nous
Prservex'tous des
fouLs, prescrit le
Service dyHygine%
Donc jusqu' non.
vel ordre, pas de
bal, pas de cinma.
M. Liostaot Auguste
iCommerant
innonce a sa client'e qu'il
n'est plus la Rue Thomas ,via-
diou mais bien 172i Rue
Coutbe.
CbezPE.PAL\SO;s&
Vous trouverez Plai
ches et Cartelages
prix avantageux.
Grand Htel de Fran
" I "AlRIZI, H Pitrel
Ou y trouvera
Des VINS imports directement Dr VINS KINS -. t 1 louwrs U fameux "Quears des meilleures mai
Vin du Cap Corse au Quinquina
r<.A 1 i **priz trh modr* !
Orand raba.s pour tes vente en g A
Socit Commerciale Hollandaise
Transatlantique
*e jaune, de Cl.ampot frC {2m P. "i!-0^ ^^
sepnq e; Irrres 'W1I. Eicellents savons
A la Librairie du Malin
Les petit Misoaune
La Porte des Humbles
Par Lon Bloy g
Chouchou I
Par Pau' IieboU> ?*i

.et


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM