<%BANNER%>







PAGE 1

LE1.VUTN ...... : K 7R1TACLE UUB Ce l FAILLE PASTILLES VLDA %  ont indispensables l'ENFANT q: i par! pour l'cole au VIEILLARD qui sort prendre l'air, au GRANDES PERSONNESqui se mite liuis occiipjtions p^ur PRESERVER LEURS CRGAHES RESPIRATOIRES ou pour SOIGNER I. • ihnmes, Maux de Gorge, Lai yi' iH'-s. nronchites. Grippe, Intluenzn, Asthme, Etu;>hysdme, etc., etc. fl 1 ^ :3 IL FAUT AVOIR BIEN SOIN de n'employer que P&STEl" URODONAL DA VERITABLES ^\^^ Milcmniit en EOI'l'ES portimt !• nom ^7Ai-; CV, ">:: Sfr, 25P ,"S Source de Jeunesse *rO->—-* : % %  — %  .# -O ^ £* OK ff;V *-. il'i.' • % %  %  %  .. — : r> L\ • .. %  K %  A J^ PC 2^t <*&£"4 L'OPINION MEDICALE: Partout o il peut exister, l'aeule urique ne saurait tenir contre cet nergique dissolvant et mobilisateur (;u'eat l'Urodonal. Celui-ci le chasse de put tout, des fibres musculaires des parois dii/estives qu'il'alourdit, rumme des tuniques vasculaires artrielles, qu'il incruste; du terne, qu'il empte, comme des alvols pulmonaire* et des lments nerveux, qu'il imprgne.,, D'ov l'un voit la multiplicit d'effets bienfaisants rsultant du lavage >ix. Rhumatisants, Goutteux. Migraineux, Eczmateux. et vous, les Dyspeptiques, vlottmea innombrables de l'acide urique, prenez courage : l'URODONAL dissout l'acideurique romme IVau chaude dissout le Mirre ci l'limine votre, insu mme. Jetez donc au loin cannes et bquilles et redivs.sez-vous comme aux beaux jour-9 de la jeunesse, (irace l'Urodonal. vous pourrez mme oser et abuser de l'alimentation carne comme de tout ce qui peut natter votre estomac do gourmet. Devant l'Urodonal, le salicylala, le colchique, les lodures, qui Taisaient payer si cher un soulagement momentan, fuient en droute, (irce l'Urodonal, l'obse devient svtlte, l'impotent prend got a la vie, la mondaine, dont il a pur lo sang, retrouve et conserve jamais la fracheur el le velout de son teint. ( omplon franco-hitieti \7S0, Rue tore COIIUIUOUB •• 1 Havre reiteft a Ira "2ooConditioi du Havre. En lin de semaine New N oik a demand des otites a V -• C&. V. K#w York pai' ">o k^spou embarquement j uvier. fvri r. 1 s .r place.des tues sont olferiB ti a nouvent dilticil uieni preueuis a P, et I "*>• A.e franc s'est mon'.r plus fera p. jur clturer 16,38. C'est fort pi< ^abltment cette feiniet du fiai c qi a iHcaioi.ue ILS demande d i ffiti ae Ntw OIK, et c'est la •pcoltttoi et non la conson matiun. jui H entre en jeu. Francs 16,33— Livre Sterling 3 / ~ark 1,45. %  ^Mouvement des navires. — L'ut. PanamaLe steamer Gorge* > Htteodu de New Yoik le 18 d fo< isiit prenani ft et paaiageri por les ports du sud est ttfM)o verlundi 17 du courant et paitira I mme jour pour les ports du ^Non t New York. ,• lineHellandaiseLe lUamei A'rianne venant de Cuiaceo ir •uandu a l'ort au Fr.nce ce. ap., rnidi.il repart ra le memejour pouN 'lV steamer. Aurora'-qui a ISM. hStorneot lundi, en iouie pcni le porta du sud. Cao Ua*'ien-S maine p'aa ca .. |M poat donc nulles Caf. Sprnlavur* ; 1^ c. DII twtir le H centime*. , CboqpeBurSew Yo.U lc,.de|r m*. LeCampeche e toojnwi •• baisse Avec les ••ntaie nk d hSiTe acheteurs de Miel ,ont de. SStVKit plus que 10 dt lars et S dollars OonaivesCal tel quel ... Coon brut lo. Pt ^ p wrl. ft ptii KI cen,,, v b ; M aaotVCacao Gourdes oo-. NarcP U iacmel Caf O gourdes olo IN Coton 10 (tourde 0.0 Ibs l'eeux t* ffm o% et. et. Cire 1 |BUl • la livre A-.H. FAITS DIVERS OBSERVATOIRE DU J £ilT SEMINAIRE COLLEGE ST MARTIAL RENSEIGNEMENTS METLOROLOGIQUES Dimanche 16 latvier 1921 lia 10 mtre 765; LEJATIN ABONNI: MENT il 1 1 01 c a sa dm l'e , >' pli s la |{ue Tl>oiu] %  • u mais b'uu 172.* I oui lie, IPBodolpl c Cl> Mdecine Chiru. Spcialit : Valadie. des Hue rrnverce. Jacmal Bonne rcompense A qui rappirteia ut c ch*iM montre en or perdue biei Jf tu ieau de la l'anama Lioe et I rrpnft ri' Prfpn trl.p |k*r*Cf,Mr-i r>' Ho |'i )iii|/ o Rn*> T^rplie', l'-ia et 1P 21 '-'.'> udpatr, lli'li lordre. ENTERITES > "el MMJU>S •ASTRO-INTEtTINALfc. I DlarrUt*nenourrlaaona.Eiitrlt. muroni'ui)iaK tubi%  MU.UM; Constipation, I itoiilinU .|.oidlolHlrM, rtvr. typhode. I I al^adiealF^coe.Eca*iua. Turoiu !<•. u. | euiniBON CUTAINI par lu.ace ci' i i Le PLUS PUISSANT ANTlSEPTi. Wrrtire ni Culti.. R/mltm-.i Hr<:.,t'tt l jnlu.r.i. invidnaU, a la <*• de 80 itOO .ou.U!> par j..ur IdXNlOiSOi. INTERNE] dans une tasie.de leurs dorab(er. i-dIAH10D0L.4O RmsCooaoraa*.r/|.i Moyerne diurne Ciel couvert jour el*ruit. Temps de Nord. L'o r eu ^ e pluie. Pluviomtre 0,8 mm, **Barom(-tre„f n banse. J. SCHFRFP Jnion patriotique.; Manilestmon srarriiose n rcor nrtanle hier P.rifara. Nous rr wlerrrs derrairMe Leipiniwa a '••'I'obiet d une vritable ovat'on. Mariage lin 'Fg'i r e du Sacr Ctsar A Tir i^eau, le amedi 22 lanvier, ^8 her res (\a malin leri bni le rrarirpr la Mlle louisfl'e Castera avec no'if imi Victor 4 MiMe Meilleurs \œ''x ^e bor.heur. Dcs H'tr ont eu l'u les lurraiiips Jt ydidome DT'OJ Denis, nie Prarato' icde l'Agi de 74 ans. Nous prsentons ros sincr-s conlo'e^nces i tt-ls Us familles atteir PS par ce deuil, ra'licuirement ; \1M. ( h-Dupuy, Figne. Alrborsf et Alber*. s de la r gre'te dfunte — I es funrailles de Mme Arrlif "o'bfrt. dc/de samfdi ont 'U lier hit r rratin. — Tondolapces aux parents et particuli ement 1 no're ami Licsiant Auguste. — Celles de DanielCoicou ort U leu hit r aprs midi. — Celles de Clment |Cyriaqut C'.estin. ce "''n. Ncrologie La Tocit' Hll lenne Je SfCOUtl mulurls tr de Pifpfaisince vien' i'tlie nutlUmiot trtcL\e rar la lispaiition subite d un Je ses Mtmbres liistm Otsiotlvlh ride et ttBi de son E>. le prsid nt ifH i.i.dc i. le 1 ) |ietiei mai i l^suited'ute poufse de vno'e. lout en regret• ant que 1rs circonstances aiert err.poeb rot.e association de donner in litluui une marque plus \ive c'e noire profonde sympathie, nots piicns sa famille d'accepter cet htm ble hommage de totre pieu 6ouvroir et de nos plus sincres rtgrets Le Comit d'administration Excellent chauffeur franais Nouthait treenjployt'. S'adresser au bureau du journal, ltt<, liu, 8ii:tTicaiue. f Le Bai de samedi Maigre le. conseils |i dicieu de a Preepe ef ma'pr un avis du Ser vice N tional d'Hy,' ; ne I'ublit|ne %  me non* avors pi l.it, on a vi ulu que le liai de lemcui en 1 nui.mur 'es inliriii'res de premire cl8J6e rrpnimei.t dip'mft eut lit.u quand mme. Mai. tcut le monde .tait abstenu Ce fut nn vritftble four, le bon sens oublie corapreuait qu'au momert o one cruelle pidmie bat son plein, *e n'est pat le moment de se runir •0 prend nombre. D'ailleur le er vice d'Hygine J'a publie* dans loua '< journaux : Eloignez vous des fou'es Donc joiqni nomel o'drr d f n doni-nnrp contre I pidmie et aussi contre l'inconscience. 1 V£\DH^ Vin fin rouge et Jilan De la Socit Vincole de liordeuut] l'ar Ionique cli 1 A. Viclor Gentil Hue iiu MMak de fftM Par f;t;ion chec Julien Gergere Place de la Cathdrale> %  P. C. S. A<"' est donn au public e T su commerc que Mr M M. Dip'fsy loDr sa HrnisVt\1E. n^NS TillIS 1^ IIHQ:,lElilU 1T PHARNACIf. PHARWClE DE PM E. 15. BUE I ^m~m Almanach Hachette En vente la Librairie du Chonchoh ;.O Par tyul Rebou) Vie de> Grillon .—, • Par Charles Derenne R1 tout acheteur de 3 volumes, U est accord une rduction deiO



PAGE 1

0 apfvtytifl tonte %  W ^H Port au Prince, Hati IU1 Lundi 17 Janvier l&M —* . IDIRECTEUR-PKOPRETAIRE); Clment-M\GLOIRE LE NUMEftO 20 CENTlatLS Quotidien REDACTION; Rue Awrieaine^o, Y** 1 1 %  Th:!.! %  :: imst: '•* \ Cicatrisons DOS plaies* mais n'oublions pas qu'un serpent,(oul sous le pied, se redresse pour nous piquer ; Jo reptile change de peau, mais le venin resie. Robeit GtlLLOU e livre sur l'pidin e PAR Lis Docteurs Sa\omon et Mathon dbat de l'pidmie, on se I : Ile, on De b'< st pas entend c'aiaetere de la maladie qu parmi noua depuis tantt qua l'oif Le Service National d ilv opinait pour la petite vrole. [-, que la plupart de nos tuerieas piua qualitls opinaient coi )ut en avouant ne pas e re biet le diaguoatic du il iau nai • ti)X ene qui nonobstant l'ooinicn d parait prva avia du tuouu* ai h*ii;en,U> livre quevienneu Ici J l'imprimerie Cbeuet no les Docteurs Mathon et Sale atUnne expiimentalemetit et tiliqueineni que la petite vrole dans le paya, aemonstraiion est asf/. all sans couip er que le Dr Holly. rJ, 1 a auteurs de ia nouvellt ;auou enauiie, fout lea plu es rserve a I fgard de l'av< Mais ce n'est paa une raisoi uous affoler et noua devont r. au milieu dt ce danger, u rand sm^-froid Sur ont, nou s nous b eu garder de mlei e question, vritablement d. de mort, tou.e autre procci touc' ant a la pasaiou ou I ue. t certain que l'affollement ct notre milie i par i invaaion dt la>.e, esi U eu grande paiti? avenirs pnible* laisse dent) pi u pur i pidmie deastreu 1881. ht si un ou deux de ins qui ont eu celte pidmiins avaient eu la bouue pei onn a e disent aussi en toute jus :e quelles sont avant tout des d' "ioquantes, puisqu'elles ne se son' j48 fait vacciner et que cette ngl' gance, aprs les avoir punies de le ualadie, evpose la sant et la vi< les autres. Noua entendons bien il n'y avai paa de vaccina dans le pays, et ceu> M on a fait vemr.une foia l'existenc* Je la maladie constate, ne va laie n jaa grand'ebose. Ce reproche dot illei droit au Service d Hygine i •st d autant plus mrit qu'on etinanim dire que la contamina don eat venue du dehors et fautr, mr consquent d'une police sana re sufUsant i des portaCependant, .volution de la mal lie, jusqu'ici bnigne, eat assez r ..ide pour que les premiers atteint uent Soi dtre hospitaliss et aiei t; rendus leurs af airesDepuis tes tubea vaccina meilleuia ont ("< reut et 1a vaccination est assure eo ce moment aur une grandi icheile. H est presque sr que h %  aa qui encombrant actuellement l'hpital gnral et qui aot la cause Isa attaques bruya-'iea contre > t'aou dont cette holpiiahaation •• .8ii, sont des cas nouveaux et qui >ni pris naiaaance a un moment o lea services de vaccination tai M ij C' nvonablemeoL lus an Cela prouve que le dfa.t de vaccin* tu loii tre ae il incrimin, et que ia conclusion des D a Ma'non et S. mou doit re pppiiuuee par les aut eues quaiinea. m*'m s par la foi Ce Service Sani aire ei im\ Mdica doivent ,1'envi faire la viaite u. clinique b..*-. aur l'observannlkm. B Ott pi s* %  jttyfrfQtu es cas, lea hesi tions du deutseut peut re t vites, grave lacune explique com on a du recourir au tmo gna aire du seul survivant de l't i, le D; Roche G tel lier, notit (lut aur. et c es un devoir dt ter que la publics ion de MM QOU et Matbou rend hommage uinires et le science du Dr e Grel'iei • te pul lication eat ainsi, en elle ut e oeuvre toute dit.it que de science et e le meri pddiclairer, le caa cueaut, h nri tio a de demain. Cett i iq ai on d une littrature me tiaitit une eat trs caiactiiet le la (.eiboonsht du Dr Loi u, et la plupart de nos raed cttels i n ont hrit du maitit peint de vue, la mdecine hi i a fait o'inconteaUhle progi*. bei vice de Sant amer lea bien de rtunir dan aa bibli la collection des ouvrage u dioier ainsi la pratiqua o ndtcine locale. vaccin s tiou et auitout la n ion ssules, disent eu cot les Dr Maihon et Salomoi une garantie certaine cou a flau qu'est 1 va bit us lea paya c cette meaur terni nt observe,i mortali mil nte; elle est au contre lave daus lea contres ot ob i cation n'est faite au; i de ae faire vacciner • onc la mettre principale i les rouvoirs public do r la main et qui. seule, r question b lanio de 1 ho.n et des condiiiona dans elle a heu. Cottes, les pr ui sont liat-pees de 1s ma.i dignes tous gards de in administiation dont le prt ir est de les soigner et di igner. Mais que ces pei de charger lea camiona de malade* mais sut tout en vu ce relever, con. me autant de dlite lea caa de no accination et d'y remdier C'eat . une question de aal.i publicMi il y a nue opuuou qui eu que lea vaccins noient exposes coi ne lea autres la maadie, uep*.. danl le Dr Debaut, comme ie Di vlatlion et Saiomon, conseille la vaci nation at la re vaccination. Loi lue la re vaccination, dit-in ne prend aa, on peut supposer que le biei ait de la prcdente vaccinatioi l'est paa puis Mais on pourrai te tromper, et il ae p aeuie parfo ies circonstance inaperue qui en. jchent l'opration de russirsi oi en tenait l, on arait dans un, icurit dangereuae. i> vaut mieu> •ecommeneur une deuxime et unt troilime fois,? Il y s des chances pour que let personnes qui doutent de l'acuoi prservait ice de la vt ce: nation t dt a rvaccination ae trompent et poui ue la ra'son aoit du ct de U •creuce. Le mme auteur ajoute t En Allemagne, g>ce la faon u i-il gan e et nergique d employer la e vaccination, ou ne compte pius d uort psr la variole, tt les medeciuiui veulent faire dea tudes su. ;ette mrladie sont obligea de ae tei Ire dans les autres paya lorrqu'n s'y dclare une pidmie de variole juur psi venir coi. natre cette si •reuse maladie ,que la aageaae dt teurgouveruemeut afaitdispata tre. • La /m demain ifour voyager A peu d frais Au Gap, tiouaivesj Cayes, etc. mscrtvez-tous aux'bureaux du Contre V pidmie Communication de VI >von MHico Syndicale de l'orl aa l'riic relah ve aux moyen* de lulle contre h Petite Vrole qui a repiru finir U Sme fois chez nout. (P*r le Dr Lebrun PRU< ) l N Au mois de Septembre de l'nn'i lernire deux individus ou nn,'elor 'es renseignements officiels pub''/^ar le Servie National d'Hymen vsut contract aux les voisinas I; nahiip piJmiquequ y sciss it.s cuvrent et parvirent 1 s'introluir Uns notre pays. Ce fail fuf, d J clarr le Service d'hygine port i "O'M connaissance. (Voir les Quotidiens Peu de temps aprs, des m l decin< haitiens se trouvreit snbuemen eu face d'une fivre notive tt contas eusc, ressemb'ani de Ion autant i la variole franche qu'elle en d il re par certains carac res cliniques L'h> sitation tait inv'able au premier moment, mais l'vidence et la convie ian march" nt vite dans certains *strit et la dclaration d'apidmie commenante de vario'e fut laite autorit comptente. Passons sous ilence le regrettable incident qui ut lieu ce sujet entre AJminisnations et certains de nos co-ibres, ce coatre quoi le Syndicat des m'aed^i hatiens a formellement protesQuelle tait l'imporauce ds lors le l'p. demie "-jS.mlem.nt deux petit' points d'inftctioi. paras i deux leU listants et opposs de la ville, presque aux deux portes d'entre. A et noment donc les Spcialistes du Service d Hygine avaient IOUS les uaatages en main pour leindrt lins l'œuf et dans son dveloppjn-m progressif la maladie dont la 4*Uft'on a ' f.ite de bonne heu re, dont le ou les propag teurs taient signals. 0. plus, les deui |U< tiers partiellement attaqus, se rouvent aux rgions excentriques, le la ville, se prtaient conomiquement et sans aucune gne pour U circulation, un facile et complet solement. Pourquoi le Service Na tional n'avait il pas profit d'une s oelle chance dont la russite nou£Ut certainement psrgn la tche iure et trs difficile de dtendre aujourd'hui, notre san , notre vie iani une ville au 54 contamine. U Coliment les moyens de lutte ont-ils t appliqus L'Administration de la Suite se rendit aux eo iroits cootam lades, au nomb ieux quartiers, les fit transportai l'Hpital Gnral-n invita la popula tion venir s'y faue vacciner.En ou vrant n'importe quel trait dbg oe aocien ou moderne, on y apprendrait qu'il n'y a que celai faire. Oui, il faut isoler et vacciner; et. C'est ce qu'a fait et continue de pra FRANCE FilFII te liDU )\ Par Cible PAULS — Miller m d a charge nvlourd ii'ti Mr Raoul l'eret prsident In la Chambre d'3 dpute, de foi ner un ceoioet peur remplacer l oabinai Leygnaa qui a dmiaaionn^ mercredi. Mr Peret a ac:eot la cliir>zo et e immdiatement commenc sea coi ultslioaa ave:-i a j ami-". On LOII liante qu'il retournera l'lyae ver. heures ce aoir pour rendre compte lu rsultat d> s -; efforts. Le rgle m -nt final dea difficult^ daaoeirea de la Fraoce et l" recon v. ment des rpartitiouj dues pai i'A.lleuidgue aeiont lea deux poi tt jiiiiCi.) tu\ d t %  1 1.• 1 %  : 1 11:111: di mit /aau cabinet que doit former Ml 'eret dont on ne donte paa dacs le nilieux politiques du succs tt ilir le IIIIM! -:,. H Ln acceptant la pr> %  iieuce de la Ctumbre des d )ut (< IV;. -t dans son didcours a lui n ne indiqu qu'elle devait > %  %  c I l'iithqnfl ilK France M? ^onr^oi* galement danss^n discours d'accep an.jii d*e la toaiJeucti du aeuat a #avl bur le iiitne ton La nouvelle administration en'rera en s ne b e 1 arme pour pien Jre ies,ii.e*ures u-c H uiu-s la odauce dujbud^e: en rduisant les dpenser p pauie e.i 'uu^tneutaut le taxeaMi Her t a rndu • ompte ce 01. tu Prsident Millerand des draai elles 'Mil avait laites en vu* de I:. forma jjn du CabiueiAires avoir vu 10 ^tcieideut il a dit q te l'aucie DostnictM iin transport 'olchvlste PA CMi E i PARIS n 'nv ; — Le gouvfrn Tient faniis a rr 1 anjOUid h'ii \C orlirmation de h detlrttctioo d UT •ransport bolch^v ; -le S"T dans la Mer Noire, par 'e contra torpilleur franc is t Sakalavc Le ccftre torpilleur franc is ttit •n msion de surva lance auini •! i ti^faqu pxr le .navire bolchi•iste/Lf ntfvire lirrriis ouvrit i-n ndivem u n' le t 11. Bfl Qi^'ouea mi %  utes, les t'bupes bolchevi tes ab'a 1 1 ue snt^e uansport qui couli. Houle-neot arrt par la Ca 11 ni sion de Contre e du hrnieme a pour H mardi is )tnviet4Uil. a tix naues du matin % *1 Conaei! d'Ktat Tribunal Par |oai n-imniine Presse Syndicat ng?ori A ni ^es fruits, ses ra<"nus produits alimei tatres. Un n'a vu passer sur le grandes routes des paysianes coi /^rtes de bouions encore suintant. allant aux marchs ? Qji ne crois lMI, 11 .iq i %  ,i.j dius tes rues, de* /.trioleux lucompltemeol gaim ? Si l'on re lait l'aveugle, peut on Ire que 1 on n pas une inlinil di fois coudoyer des gens malades, aui £glise.>, dans les tramways, dans lebureaux publics, panout eali 1 ou m devrait pas les rencontrer. Les co :hers, pour la plu^ut, les cuisinires, ies colporteurs des rues,les mm JianU en hailluns.la toule interlope si suspecte qui h b lent gn a'em n les banlieues msaube peint fnble de la dfense sanitaire de toute vilichyginique, ne vhi-ulen--ils pis constammeit les gatmil vivaces dlpidmiK en les semant sut leut mes, s'eaipara des ma-[parcours ? mbre de IJ pour le 1 Su en au ainsi dans la phase 'actuelle de l'pi Itffl**, comment de. lors solut'onner la problme vie l'iso l-ment Jes mal a des, gui s'impo? 'I cil en,; i u die des a nca s Com ne-ce Notaire A'Uiur Rameau ng Dcati 1 Christian l.cporte E 'lai-'llainson Le Matin %  l'o t au l'iineeKim Paul L' 0 Joseph 1 aul c. Auxiia Henry Augustin Il janvier 19*1 l'r re aux luemi ras d tre exacte I heure ii\ee toujours les prsident de la U<*| ubliqne Poincar M I ancien prsident de Conseil tirisnd semblent disposes accepter dea po--'efeuilles mais qu* Mr Viviioi avait teius eoratsoa des exigences le S4s affaires pe 'oonellea. t Le Figaro t coatinue i deraan1er U nomination de M. PoiaCita mis r-lui ci reste dans l'ombieanjotd hui son nom so:t dans I s coulo;rs de la Cntmb soit dans les journaux. On a quelque peu pail de Mr C!i ries lonnat, anci.m imbissaieur extraordinaire prs du Vatican ou d quelque autre candidat, mais on a'tache p^u d'importance 1 ces bruits. Ce que l'opinion Dutili iue deuian Je eu un As et le, veux ds Iranus ne soit p as fixs ailleurs. Le nouveau cabinet insistera sur l'excution de ses rcla-nations i l'Allemagne de faon 1 ce qu'au moins les fr.is d'miits sur cette somme et les 2; milliards antrieurement avancis paissent tre couverts. Le prside j t Mi'lerani s'est eitretenu ce mitin avec M M. Louis Htrthou. v.idi lariieu, AlexsniieKibot, durent Honoevay,un des chets ? Ira-t.on ag^lomre: mt.iiers de malades de la ville dans de pul dfi TSSS'JSSZ un h;.tald,a combe mal ap.rotl ; s et Cnar!es ^ SSPL pri pour conbner une pidmie si Marseille ou il allait dj si rpandue transmissible et rappel de s'embarquer pour l Egypte quand le miii'tre L ygues e^t tomb. De nomK rci con^rmmen aux enseignements de de vi.le, d autres lieux d iso amena, Jprt's ^nt une grande cophW* la prophylaxie anti valoneuse. On a en cotant par alJfi ^ers le daog-r Pn Ul cah Ui o erre e %  | c /u excuter tout cela, et nous vo la nasococonrlal et u mulup icalien le \ n C ho-x q-t'.l f^r, de ses min ttrlbien aux prises avsc une formidable nou-auxioy c rsde J . .n n 4 t.or, po s p t ,. r m mb ailSQQS *" pidmie, tlle est aujourJ hui, com aole .Lalaeeus II >e ro n ., hvpo h iqi a Ua dteat Ioanart!I me on dit depuis peu, dans toute sa portt dont Je.nbf.sserai la sou ine m 1 i ,tre de la foitica Mr pul beaut. La contam nation b-t son "on dsuS k piogtamme de bwo^sia uoumtr n.imslie de plein; il n'y a pas de quartiers ou tion que f: tvou l'honneur dtMr Boantvav. *. d'.leis indemnes. L v..!c .si infclt soumettre i wn 1 -nd;. 1 i t %  usque dans ses lieux de jusqu'au aOBBtt des col ^ampague, Etudions des es voisine Malin , 1358, |Hue amricaine.[ns d o lui vieun.nt \*% lgumes, Trocquer, ministre iioos la a v on dont les moyens public* du cabinet L-vIM pioj-hyl-xic ont ece ar liqus. des ministres actuels n'est t^Z-a fin a dem M'SJ lionne 1 guene t eCe >tion c i e \^ r ^ ravaus au :urj !'t uieu''


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05288
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, January 17, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05288

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
0 apfvtytifl tonte W ^H
Port au Prince, Hati
IU1
Lundi 17 Janvier l&M
*
.
IDIRECTEUR-PKOPRETAIRE);
Clment-M\GLOIRE
LE NUMEftO
20
CENTlatLS
, Quotidien
REDACTION; Rue Awrieaine^o, Y**

11
Th:!.!:: imst: '*
\ Cicatrisons dos plaies*
mais n'oublions pas qu'un
serpent,(oulsous le pied,
se redresse pour nous pi-
quer ; Jo reptile change
de peau, mais le venin
resie.
Robeit GtlLLOU
e livre sur l'pidin
e
PAR
Lis Docteurs Sa\omon et Mathon
dbat de l'pidmie, on se I
:Ile, on De b'< st pas entend
c'aiaetere de la maladie qu
parmi noua depuis tantt qua
l'oif. Le Service National d ilv
opinait pour la petite vrole.
[-, que la plupart de nos tuerie-
as piua qualitls opinaient coi
)ut en avouant ne pas e re biet
le diaguoatic du il iau nai
ti)X ene qui
nonobstant
l'ooinicn d
parait prva
avia du tuouu*
ai h*ii;en,U> livre quevienneu
Ici j l'imprimerie Cbeuet no
les Docteurs Mathon et Sale
atUnne expiimentalemetit et
tiliqueineni que la petite vrole
dans le paya,
aemonstraiion est asf/. all
sans couip er que le Dr Holly.
rJ, 1 a auteurs de ia nouvellt
;auou enauiie, fout lea plu
es rserve a I fgard de l'av<
Mais ce n'est paa une raisoi
uous affoler et noua devont
r. au milieu dt ce danger, u
rand sm^-froid Sur ont, nou
s nous b eu garder de mlei
e question, vritablement d.
de mort, tou.e autre procci
touc' ant a la pasaiou ou I
ue.
t certain que l'affollement ct
notre milie i par i invaaion dt
la>.e, esi U eu grande paiti?
avenirs pnible* laisse dent)
pi u pur i pidmie deastreu
1881. ht si un ou deux de
ins qui ont eu celte pidmi-
ins avaient eu la bouue pei
onn a e disent aussi en toute jus
:e quelles sont avant tout des d'
"ioquantes, puisqu'elles ne se son'
j48 fait vacciner et que cette ngl'
gance, aprs les avoir punies de le
ualadie, evpose la sant et la vi<
les autres.
Noua entendons bien il n'y avai
paa de vaccina dans le pays, et ceu>
M on a fait vemr.une foia l'existenc*
Je la maladie constate, ne va laie n
jaa grand'ebose. Ce reproche dot
illei droit au Service d Hygine i
st d autant plus mrit qu'on et-
inanim dire que la contamina
don eat venue du dehors et fautr,
mr consquent d'une police sana
re sufUsant i des porta-
Cependant, .volution de la mal
lie, jusqu'ici bnigne, eat assez r
..ide pour que les premiers atteint
uent Soi dtre hospitaliss et aiei
t; rendus leurs af aires- Depuis
tes tubea vaccina meilleuia ont ("<
reut et 1a vaccination est assure
eo ce moment aur une grandi
icheile. H est presque sr que h
aa qui encombrant actuellement
l'hpital gnral et qui aot la cause
Isa attaques bruya-'iea contre >
t'aou dont cette holpiiahaation
.8ii, sont des cas nouveaux et qui
>ni pris naiaaance a un moment o
lea services de vaccination tai m
ij C' nvonablemeoL lus an Cela
prouve que le dfa.t de vaccin* tu
loii tre ae il incrimin, et que ia
conclusion des D a Ma'non et S.
mou doit re pppiiuuee par les aut
eues quaiinea. m*'m s par la foi Ce
Service Sani aire ei im\ Mdica
doivent ,1'envi faire la viaite u.
clinique b..*-. aur l'observa- nnlkm.BOtt pi s*jttyfrfQtu
es cas, lea hesi tions du de-
utseut peut re t vites,
grave lacune explique com
on a du recourir au tmo gna
aire du seul survivant de l't
i, le D; Roche G tel lier, notit
(lut aur. et c es un devoir dt
ter que la publics ion de Mm
qou et Matbou rend hommage
uinires et le science du Dr
e Grel'iei
te pul lication eat ainsi, en elle
ut e oeuvre toute dit.it
que de science et e le meri
pddiclairer, le caa cueaut,
hnri tio a de demain. Cett
i iq ai on d une littrature me
tiaitit une eat trs caiactiiet
le la (.eiboonsht du Dr Loi
u, et la plupart de nos raed
cttels i n ont hrit du maitit
peint de vue, la mdecine hi
i a fait o'inconteaUhle progi*.
bei vice de Sant amer lea
bien de rtunir dan aa bibli
la collection des ouvrage
u dioier ainsi la pratiqua o
ndtcine locale.
vaccin s tiou et auitout la n
ion ssules, disent eu cot
les Dr Maihon et Salomoi
une garantie certaine cou
a flau qu'est 1 va bit
us lea paya c cette meaur
terni nt observe,i mortali
mil nte; elle est au contre
lave daus lea contres ot
ob i cation n'est faite au;
i de ae faire vacciner
onc la mettre principale i
les rouvoirs public do
r la main et qui. seule, r
question b lanio de 1 ho.-
n et des condiiiona dan-
s elle a heu. Cottes, les pr
ui sont liat-pees de 1s ma.i
dignes tous gards de in
administiation dont le prt
ir est de les soigner et di
igner. Mais que ces pei
de charger lea camiona de malade*
mais sut tout en vu ce relever, con.
me autant de dlite lea caa de no
accination et d'y remdier C'eat .
une question de aal.i public-
Mi il y a nue opuuou qui eu
que lea vaccins noient exposes coi
ne lea autres la maadie, uep*..
danl le Dr Debaut, comme ie Di
vlatlion et Saiomon, conseille la va-
ci nation at la re vaccination. Loi
lue la re vaccination, dit-in ne prend
aa, on peut supposer que le biei
ait de la prcdente vaccinatioi
l'est paa puis Mais on pourrai
te tromper, et il ae p aeuie parfo
ies circonstance inaperue qui en.
jchent l'opration de russir- si oi
en tenait l, on arait dans un,
icurit dangereuae. i> vaut mieu>
ecommeneur une deuxime et unt
troilime fois,?
Il y s des chances pour que let
personnes qui doutent de l'acuoi
prservaitice de la vt ce: nation t dt
a rvaccination ae trompent et poui
ue la ra'son aoit du ct de U
creuce. Le mme auteur ajoute .
t En Allemagne, g>ce la faon u
i-il gan e et nergique d employer la
e vaccination, ou ne compte pius d
uort psr la variole, tt les medeciu-
iui veulent faire dea tudes su.
;ette mrladie sont obligea de ae tei
Ire dans les autres paya lorrqu'n
s'y dclare une pidmie de variole
juur psi venir coi. natre cette si
reuse maladie ,que la aageaae dt
teurgouveruemeut afaitdispata tre.
La /m demain
ifour voyager
A peu d frais
Au Gap, tiouaivesj Cayes, etc.
mscrtvez-tous aux'bureaux du
Contre
V pidmie
Communication de VI >von MHico
Syndicale de l'orl aa l'riic relah
ve aux moyen* de lulle contre h
Petite Vrole qui a repiru finir U
Sme fois chez nout.
(P*r le Dr Lebrun Pru< )
l
N Au mois de Septembre de l'nn'i
lernire deux individus ou nn,'elor
'es renseignements officiels pub''/-
^ar le Servie National d'Hymen
vsut contract aux les voisinas I;
nahiip piJmiquequ y sciss it.s
cuvrent et parvirent 1 s'introluir
Uns notre pays. Ce fail fuf, dJclarr
le Service d'hygine port i "o'm
connaissance. (Voir les Quotidiens
Peu de temps aprs, des mldecin<
haitiens se trouvreit snbuemen
eu face d'une fivre notive tt con-
tas eusc, ressemb'ani de Ion autant
i la variole franche qu'elle en d il re
par certains carac res cliniques L'h>
sitation tait inv'able au premier
moment, mais l'vidence et la convie
ian march" nt vite dans certains
*strit et la dclaration d'apidmie
commenante de vario'e fut laite
autorit comptente. Passons sous
ilence le regrettable incident qui
ut lieu ce sujet entre AJminisna-
tions et certains de nos co-ibres, ce
coatre quoi le Syndicat des m'ae-
d^i hatiens a formellement protes-
Quelle tait l'imporauce ds lors
le l'p.demie "-jS.mlem.nt deux petit'
points d'inftctioi. paras i deux leU
listants et opposs de la ville, pres-
que aux deux portes d'entre. A et
noment donc les Spcialistes du
Service d Hygine avaient ious les
uaatages en main pour leindrt
lins l'uf et dans son dveloppj-
n-m progressif la maladie dont la
4*Uft'on a ' f.ite de bonne heu
re, dont le ou les propag teurs
taient signals. 0. plus, les deui
|U< tiers partiellement attaqus, se
rouvent aux rgions excentriques,
le la ville, se prtaient conomique-
ment et sans aucune gne pour U
circulation, un facile et complet
solement. Pourquoi le Service Na
tional n'avait il pas profit d'une s
oelle chance dont la russite nou-
Ut certainement psrgn la tche
iure et trs difficile de dtendre au-
jourd'hui, notre san , notre vie
iani une ville au 54 contamine.
U
Coliment les moyens de lutte
ont-ils t appliqus L'Administra-
tion de la Suite se rendit aux eo
iroits cootam
lades, au nomb
ieux quartiers, les fit transportai
l'Hpital Gnral-n invita la popula
tion venir s'y faue vacciner.En ou
vrant n'importe quel trait dbgoe
aocien ou moderne, on y appren-
drait qu'il n'y a que cela- i faire.
Oui, il faut isoler et vacciner; et.
C'est ce qu'a fait et continue de pra
FRANCE
FilFII te
liDU
)\
Par Cible
PAULS Millermd a charge nv-
lourd ii'ti Mr Raoul l'eret prsident
In la Chambre d'3 dpute, de foi
ner un ceoioet peur remplacer l
oabinai Leygnaa qui a dmiaaionn^
mercredi.
Mr Peret a ac:eot la cliir>zo et e
immdiatement commenc sea coi
ultslioaa ave:- -iaj ami-". On loii
liante qu'il retournera l'lyae ver.-
heures ce aoir pour rendre compte
lu rsultat d> s -; efforts.
Le rgle m-nt final dea difficult^
daaoeirea de la Fraoce et l" recon
v. ment des rpartitiouj dues pai
i'A.lleuidgue aeiont lea deux poi tt
jiiiiCi.) tu\ d t 1 1. 1 : 1 11:111: di mit
/aau cabinet que doit former Ml
'eret dont on ne donte paa dacs le
nilieux politiques du succs tt
ilir le iiiim! -:,. h Ln acceptant la pr>
iieuce de la Ctumbre des d )ut
(< IV;.-t dans son didcours a lui
n ne indiqu qu'elle devait >' c I
l'iithqnfl il- K France M? ^onr^oi*
galement danss^n discours d'accep
an.jii d*e la toaiJeucti du aeuat a
#avl bur le iiitne ton
La nouvelle administration en'rera
en s ne b e 1 arme pour pien Jre
ies,ii.e*ures u-c h uiu-s la odauce
dujbud^e: en rduisant les dpenser
p pauie e.i 'uu^tneutaut le
taxea-
Mi Her t a rndu ompte ce 01.
tu Prsident Millerand des draai
elles 'Mil avait laites en vu* de I:.
forma jjn du Cabiuei- Aires avoir
vu 10 ^tcieideut il a dit q te l'aucie
DostnictM iin
transport 'olchvlste
PA CMi E
i
PARIS n 'nv; Le gouvfrn
Tient faniis a rr 1 anjOUid h'ii \C
orlirmation de h detlrttctioo d ut
ransport bolch^v;-le S"T dans la
Mer Noire, par 'e contra torpilleur
franc is t Sakalavc
Le ccftre torpilleur franc is ttit
n msion de surva lance auini !
i ti^faqu pxr le .navire bolchi-
iste/Lf ntfvire lirrriis ouvrit i-n
ndivemun' le t 11. Bfl Qi^'ouea mi
utes, les t'bupes bolchevi tes ab'a
1 1 ue snt^e uansport qui couli.
Houle-neot arrt par la Ca 11 ni
sion de Contre e du hrnieme a pour
h mardi is )tnviet4Uil. a tix nau-
es du matin ,% *1
Conaei! d'Ktat
Tribunal
Par |oai
n-imniine
Presse
Syndicat ng?ori
A ni
^es fruits, ses ra<"nus produits alimei
tatres. Un n'a vu passer sur le
grandes routes des paysianes coi
/^rtes de bouions encore suintant.
allant aux marchs ? Qji ne crois
lMI, 11 .iq i ,i.j dius tes rues, de*
/.trioleux lucompltemeol gaim ?
Si l'on re lait l'aveugle, peut on
Ire que 1 on n pas une inlinil di
fois coudoyer des gens malades, aui
glise.>, dans les tramways, dans le-
bureaux publics, panout eali 1 ou
m devrait pas les rencontrer. Les co
:hers, pour la plu^ut, les cuisini-
res, ies colporteurs des rues,les mm
JianU en hailluns.la toule interlope si
suspecte qui h b lent gn a'em n
les banlieues msaube peint fnble
de la dfense sanitaire de toute vilic-
hyginique, ne vhi-ulen--ils pis
constammeit les gatmil vivaces d-
lpidmiK en les semant sut leut
mes, s'eaipara des ma-[parcours ?
mbre de ij pour le 1 Su en au ainsi dans la phase
'actuelle de l'pi Itffl**, comment de.
lors solut'onner la problme vie l'iso
l-ment Jes mal a des, gui s'impo?
'I cil en,; i
u die des a nca s
Com ne-ce
Notaire
A'Uiur Rameau
ng Dcati 1
Christian l.cporte
E 'lai-'llainson
' Le Matin
l'o t au l'iinee-
Kim Paul
L' 0 Joseph
1 aul c. Auxiia
Henry Augustin
Il janvier 19*1
l'r re aux luemi ras d tre exacte
Iheure ii\ee
toujours
les
prsident de la U<*| ubliqne Poincar
M I ancien prsident de Conseil
tirisnd semblent disposes accepter
dea po--'efeuilles mais qu* Mr Viviioi
avait teius eoratsoa des exigences
le S4s affaires pe 'oonellea.
t Le Figaro t coatinue i deraan-
1er U nomination de M. PoiaCita
mis r-lui ci reste dans l'ombiean-
jotd hui son nom so:t dans I s
coulo;rs de la Cntmb soit dans
les journaux. On a quelque peu
pail de Mr C!i ries lonnat, anci.m
imbissaieur extraordinaire prs du
Vatican ou d quelque autre candi-
dat, mais on a'tache p^u d'impor-
tance 1 ces bruits. Ce que l'opinion
Dutili iue deuian Je eu un As et le,
veux ds Iranus ne soit pas fixs
ailleurs.
Le nouveau cabinet insistera sur
l'excution de ses rcla-nations i
l'Allemagne de faon 1 ce qu'au
moins les fr.is d'miits sur cette
somme et les 2; milliards antrieu-
rement avancis paissent tre cou-
verts.
Le prsidejt Mi'lerani s'est eitre-
tenu ce mitin avec M M. Louis Htr-
thou. v.idi lariieu, AlexsniieKi-
bot, durent Honoevay,un des chets
? Ira-t.on ag^lomre:
mt.iiers de malades de la ville dans de pul" dfi- TSSS'JSSZ
un h;.tald,a combe mal ap.ro- tl;s et Cnar!es ^ SSPL
pri pour conbner une pidmie si Marseille ou il allait
dj si rpandue
. transmissible
et
rappel de
s'embarquer
pour l Egypte quand le miii'tre
L ygues e^t tomb. De nomKrci-
con^rmmen aux enseignements de de vi.le, d autres lieux d iso amena, Jprt's ^nt une grande cophW*
la prophylaxie anti valoneuse. On a en cotant par alJfi ^ers le daog-r Pn Ul, cah Ui, oerre, e '|c-
/u excuter tout cela, et nous vo la nasococonrlal et u mulup icalien le \n Cho-x q-t'.l f^r, de ses minttrl-
bien aux prises avsc une formidable nou-auxioycrsdeJ. .n n4t.or, pos pt ,. ,r m mb ailSQQS *"
pidmie, tlle est aujourJ hui, com aole .- Lalaeeus II >e ro n ., hvpo h iqi a Ua dteat Ioanart!I
me on dit depuis peu, dans toute sa portt dont Je.nbf.sserai la sou ine m 1 i ,tre de la foitica Mr pul
beaut. La contam nation b-t son "on dsuS k piogtamme de bwo^sia uoumtr n.imslie de
plein; il n'y a pas de quartiers ou tion que f: tvou l'honneur dt- Mr Boantvav. *.
d'.leis indemnes. L v..!c .si infclt soumettre i wn 1 -nd;.1 it
usque dans ses lieux de
jusqu'au aOBBtt des col
^ampague,
Etudions
des
es voisi- ne
' Malin , 1358, |Hue amricaine.[ns d o lui vieun.nt \*% lgumes,
Trocquer, ministre
iioos la avon dont les moyens public* du cabinet L-v- im
pioj-hyl-xic ont ece ar liqus. des ministres actuels n'est
t^Z-a fin a dem m'sj lionne
1 guene t
eCe >tion cie \^r
^ ravaus
au :urj
!'t uieu-
''


LE1.VUTN
-----. ...... :---------K
7R1TACLE UUB Ce l FAILLE
PASTILLES
VLDA
ont indispensables
l'ENFANT q: i par! pour l'cole
au VIEILLARD qui sort prendre l'air,
au GRANDES PERSONNESqui se
mite liuis occiipjtions
p^ur PRESERVER
LEURS CRGAHES RESPIRATOIRES
ou pour SOIGNER
I. ihnmes, Maux de Gorge,
Lai yi' iH'-s. nronchites. Grippe,
Intluenzn, Asthme,
Etu;>hysdme, etc., etc.
fl1^ :3 IL FAUT AVOIR BIEN SOIN
de n'employer que
P&STEl"
URODONAL
DA
VERITABLES
^\^^
Milcmniit
en EOI'l'ES
portimt ! nom
^7Ai-;
CV,
">::
Sfr,
25P ,"s
Source de Jeunesse
*rO->-*: '
.#
-O
^
*
OK
ff;V
*-.
il'i.'
..
:r>
L\
..
K
A J^
PC -
2^t
<*&"4
L'OPINION MEDICALE:
Partout o il peut exister, l'aeule urique
ne saurait tenir contre cet nergique dis-
solvant et mobilisateur (;u'eat l'Urodonal.
Celui-ci le chasse de put tout, des fibres mus-
culaires des parois dii/estives qu'il'alourdit,
rumme des tuniques vasculaires artrielles,
qu'il incruste; du terne, qu'il empte, comme
des alvols pulmonaire* et des lments ner-
veux, qu'il imprgne.,, D'ov l'un voit la multi-
plicit d'effets bienfaisants rsultant du lavage
tise tant d'indications thrapeutiques.Qu'on ait
pu autrefois le discuter, c'est fcheux ; il ne
semblf plus possible, notre poque, d'en
mconnatre et d'en eonlestrr la culeur.
w Bmoux
del Facult de Mdecine d Montpellier.
KtahlissementsCliaL'Uin, Vbis, rue de Valencieimrs.
Pari, el toutes hnrinacie.
Souscrive
Ce que vous poui*
pour combattref
pidemie D [et, de
vou* vous mme
Pas de bah
p -s de inniiQ
Dlei< dons-nom
Cou Ire I indtn
MA.ii s'aniAugusi
Obses, Calcu>>ix. Rhumatisants,
Goutteux. Migraineux, Eczmateux.
et vous, les Dyspeptiques, vlottmea
innombrables de l'acide urique,
prenez courage : l'URODONAL dissout l'acide- urique romme IVau chaude dissout le Mirre ci l'limine votre, insu mme.
Jetez donc au loin cannes et bquilles et redivs.sez-vous comme aux beaux jour-9 de la jeunesse, (irace l'Urodonal. vous
pourrez mme oser et abuser de l'alimentation carne comme de tout ce qui peut natter votre estomac do gourmet.
Devant l'Urodonal, le salicylala, le colchique, les lodures, qui Taisaient payer si cher un soulagement momentan, fuient
en droute, (irce l'Urodonal, l'obse devient svtlte, l'impotent prend got a la vie, la mondaine, dont il a pur
lo sang, retrouve et conserve jamais la fracheur el le velout de son teint.
( omplon franco-hitieti
\7S0, Rue Ktptfsei'art c!': I taHi-sem Pour la Bpub ique d Haiti
1 i 01 C
Commerant
j^i'ort au Prince ; Caf Semait)-
hui h ailei es comme lea prcdent.,
e' dpourvue d'intnt. New Yorl
lLutait P. au;iaid 'in t>tore coiiuiuoub 1
Havre reiteft a Ira "2oo- Conditioi
du Havre. En lin de semaine New
N oik a demand des otites a V -
C- &. V. K#w York pai' ">o k^s- pou
embarquement j uvier. fvri r. 1
s .r place.des tues sont olferiB ti a
nouvent dilticil uieni preueuis a
P, et I "*>
A.e franc s'est mon'.r plus fera
p. jur clturer 16,38. C'est fort pi<
^abltment cette feiniet du fiai c qi
a iHcaioi.ue Ils demande d i ffiti
ae Ntw oiK, et c'est la pcoltttoi
et non la conson matiun. jui H
entre en jeu.
Francs 16,33 Livre Sterling 3 /
~ark 1,45.
^Mouvement des navires. L'ut.
Panama- Le steamer Gorge* >
Htteodu de New Yoik le 18 d fo<
isiit prenani ft et paaiageri por
les ports du sud est ttfM)o ver-
lundi 17 du courant et paitira I
mme jour pour les ports du ^Non
t New York. ,
lineHellandaise- Le lUamei
- A'rianne venant de Cuiaceo ir
uandu a l'ort au Fr.nce ce. ap.,
rnidi.il repart ra le memejour pou-
N'lV steamer. Aurora'-qui a Ism.
hStorneot lundi, en iouie pcni le
porta du sud.
Cao Ua*'ien-S maine p'aa ca ..
|M poat donc nulles
Caf. Sprnlavur* ; 1^ c. DII
twtir le H centime*. ,
CboqpeBurSew Yo.U lc,.de|r
m*. LeCampeche e toojnwi
baisse Avec les ntaie nk d h- -
SiTe acheteurs de Miel ,ont de.
SStVKit plus que 10 dt
lars et S dollars
Oonaives- Cal tel quel ...
Coon brut lo. Pt ^p wrl. .
ft ptii ki cen,,,v b;M
aaotVCacao Gourdes oo-. NarcP
Uiacmel Caf O gourdes olo IN
Coton 10 (tourde 0.0 Ibs l'eeux t*
ffm o% et. et. Cire 1 |BUl
la livre
A-.H.
FAITS DIVERS
OBSERVATOIRE
DU .
JilT SEMINAIRE
COLLEGE ST MARTIAL
RENSEIGNEMENTS
METLOROLOGIQUES
Dimanche 16 latvier 1921
lia 10 mtre 765;
LEJATIN
ABONNI: MENT il
1 1 01 c a sa dm l'e ,
>' pli s la |{ue Tl>oiu]
u mais b'uu 172.*I
oui lie,
IPBodolpl c Cl>
. Mdecine Chiru.
Spcialit : Valadie. des
Hue rrnverce. Jacmal
Bonne rcompense
A qui rappirteia ut c ch*iM
montre en or perdue biei Jf
tu ieau de la l'anama Lioe et I
Sadttieer la Hanana l.iDP
i.rk
l'emptatuie
miriinum 22.i
maximum 28,8
24
PAN iVOIS
PORi-Ac-PItlSCE C.*a.p8
DPARTBMFMT R,'a!to
ETRANGER .--,.00
I eB "OrPPP <-f<> rrpnft ri' Prfpn
trl.p |k*r*Cf,Mr-i r>' Ho |'i )iii|/ o
Rn*> T^rplie', l'-ia et 1P 21 '-'.'>
' udpatr, lli'li lordre.
ENTERITES >
"el MMJU>S ASTRO-INTEtTINALfc.
I DlarrUt*nenourrlaaona.Eiitrlt. muro-
ni'ui)iaK tubi- mU.um; Constipation,
I itoiilinU .|.oidlolHlrM, rtvr. typhode. I
I al^adiealF^coe.Eca*iua. Turoiu !<. u. |
euiniBON cUTAINI par lu.ace ci'
i
i Le PLUS PUISSANT ANTlSEPTi aaa>. Wrrtire ni Culti..
R/mltm-.i Hr<:.,t'tt l jnlu.r.i. invidnaU, ,
a la <* de 80 itOO .ou.U!> par j..ur
IdXNlOiSOi. INTERNE]
dans une tasie.de leurs dorab(er.
i-dIAH10D0L.4O RmsCooaoraa*.r/|.i
Moyerne diurne
Ciel couvert jour el*ruit.
Temps de Nord.
L'o reu ^e pluie. .
Pluviomtre 0,8 mm,
**Barom(-tref n banse.
J. SCHFRFP
Jnion patriotique.;
Manilestmon srarriiose n rcor
nrtanle hier P.rifara. Nous rr
wlerrrs derrair- Me Leipiniwa a
''I'obiet d une vritable ovat'on.
____ Mariage
lin 'Fg'ire du Sacr Ctsar A Tir
i^eau, le amedi 22 lanvier, ^8 her
res (\a malin leri bni le rrarirpr
la Mlle louisfl'e Castera avec no'if
imi Victor 4. MiMe
Meilleurs \''x ^e bor.heur.
Dcs
H'tr ont eu l'u les lurraiiips Jt
ydidome Dt'oj Denis, nie Prarato'
icde l'Agi de 74 ans.
Nous prsentons ros sincr-s con-
lo'e^nces i tt-ls Us familles atteir
ps par ce deuil, ra'licuirement ;
\1M. ( h-Dupuy, Figne. Alrborsf
et Alber*. s de la r gre'te dfunte
I es funrailles de Mme Arrlif
"o'bfrt. dc/de samfdi ont 'U lier
hit r rratin. Tondolapces aux pa-
rents et particuli ement 1 no're ami
Licsiant Auguste.
Celles de DanielCoicou ort U
leu hit r aprs midi.
Celles de Clment |Cyriaqut
C'.estin. ce "''n.
Ncrologie
La Tocit' Hll lenne Je SfCOUtl
mulurls tr de Pifpfaisince vien'
i'tlie nutlUmiot trtcL\e rar la
lispaiition subite d un Je ses Mtm-
bres liistm Otsiotlvlh ride et ttBi
de son E>. le prsid nt ifH i.i.dc
i. le 1 ) |ietiei mai i l^suited'ute
poufse de vno'e. lout en regret-
ant que 1rs circonstances aiert err.-
poeb rot.e association de donner
in litluui une marque plus \ive c'e
noire profonde sympathie, nots
piicns sa famille d'accepter cet htm
ble hommage de totre pieu 6ouvr-
oir et de nos plus sincres rtgrets
Le Comit d'administration
Excellent
chauffeur franais
Nouthait treenjployt'.
S'adresser au bureau du jour-
nal, ltt<, liu, 8ii:tTicaiue.
f
Le Bai de samedi
Maigre le. conseils |i dicieu de
a Preepe ef ma'pr un avis du Ser
vice N tional d'Hy,';ne I'ublit|ne
me non* avors pi l.it, on a vi ulu
que le liai de lemcui en 1 nui.mur
'es inliriii'res de premire cl8J6e
rrpnimei.t dip'mft eut lit.u quand
mme.
Mai. tcut le monde .tait abstenu
Ce fut nn vritftble four, le bon sens
oublie corapreuait qu'au momert o
one cruelle pidmie bat son plein,
*e n'est pat le moment de se runir
0 prend nombre. D'ailleur le er
vice d'Hygine J'a publie* dans loua
'< journaux : Eloignez vous des
fou'es
Donc joiqni nomel o'drr d f n
doni-nnrp contre I pidmie et aussi
contre l'inconscience.
1 V\DH^
Vin fin rouge et Jilan
De la Socit Vincole de liordeuut]
l'ar Ionique cli 1
A. Viclor Gentil
Hue iiu MMak de fftM
Par f;t;ion chec
Julien Gergere
Place de la Cathdrale-
> -
P. C. S.
A<"' est donn au public eT su
commerc que Mr M M. Dip'fsy
loDr sa Hrnis \t noire Comragnie et qu il a i
remplac* par Mr Cyril Walk Port au Prince, le 13 Jinvier 1921
L'ADMINISTRATION
Service Xatioutl
il'hyg eue puhliiju^
Prservatij, contre f A.Ustrim
10 F.ii'es vous vacciner puiqi e
les personnes ron vacci3C.es on^
a 'teintes de c tte maiad e.
20 lent/ vo're corps propre et
ob ervfz vos habitedes ordioaires
}0 L'AlasIrim se coniracte princi-
palement par con'act personnel,
donc. LOIGNE/. VOLS DES I OL'LES cl
ne visite/, pas les malades
40 Si vous tes malade, faites
chercher un Mdecin et n'admettez
pas que l'on vous visite
^o Soyez patriote et aide/, i
raytr ce tlau en rapportant au Ser-
vice Sanitaire tous les cas i votre | A
connaissance
oaippEsrrgfhaEt; nwtnwT, bronchites
SUITES fit fiC. LUCHE ET B; ROUGEOLE.
ERtM"
. F.MENT.
-CTURIxES
i'o:is.'l'inflp)encB du PUL1
LAV -.UX S Cf. I.Ml
L/V iLVrtlE ET LU
L"OP.jn-iSI N ET LES PGir.lt DE COTE S'ATTFNlTWMv
LE3 rO,l.hj CC L-EW.rtQltf KLNAIS8ENT.
rviuirE oans ies ho itai.x
I.ECOM AnOE PAR LA Mil. RUE Ou CORPI
MEDICAL FRANAIS ^
A RE IE PAT i LUS Df 20.000 MtbEC'NS El RANGERS
IVlopu XVKIVXF'X.oi
Uni ,i.i lit ru n cit mit in n $tu.
t>Vt\1E. n^NS TillIS 1^ IIHQ:,lElilU 1T PHARNACIf.
PHARWClE DE PME. 15. Bue i ^m~m
Almanach Hachette
En vente la Librairie du
Chonchoh
;.o

Par tyul Rebou)
Vie de> Grillon
., Par Charles Derenne R1
tout acheteur de 3 volumes, U est accord une rduction deiO


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM