<%BANNER%>







PAGE 1

/ Lf MAT.S / CROYEZ-LE, POUR LES ENFANTS, i il n'y a rien de tel comme L'EMULSION DE SCOTT 4.1 w*.% r&st pen8e|que ,'cet hpital est situ en plein centre de la ville t II s vidente que l'action du Service d'hygine est absolument inopf rante contre I pidmie, mais ar contraire est en raison directe d< %  on Ineptie en faveur d'icelle lise lestement ce service es' au dessous de sa tche. Or. le budget de I Eta' prvoyant des ciditseitraordinairef pour lui ayant t ouverts peur l< cas spcial de l'pidmie, si, malu i celp, il taille s'adresser au pablii pour lui denandtr encore de l'ar gent aux fni d'aviser ce qui eBw ncessaire^ our [le protger ce ntr. If aj0me"mal qu'il incombait au 3e vice d'bygirie d'enrajer, ce qu'il ni fD feue par incomptence, b'ei plot, l'ut lii de ce Service dil.ygicm t i qu'il est form tant ion conter tsble, je dis que le conliibuabl. hatien re peut pas crntmuer entretenir le parasitif me de ces hygi oiMee doute ui; il y a lieu de 1er allgerNous ne Jsoœmfs vrariier • pp.leb gegos qu'on croitDes aven luiiers m nal de rputation et d< pres fous re peuvent pas se leurrei de i.otie silence, rapre coinnard par la gueule du canon, DOUI cioiie que rcus rous leisfceron tordre tout jamais. Non. Eieuea Mr le Directeur, la locgueur de cetlt luire, et croyez ma trs vm amiti* Victor Thomas 1 es Etats-Unis et le 'I rai 16 de |>ah ————•••• ——— %  12 Janvier Tar cble WASHINGTON — On anronc aujourd'hui comme ayant t dcid* par le gouvernement d'ii'at la Cttii tion immdiate de toute par'ic'pa lion des Liais Unis au conseil de ambassadeurs en h'urope. Les torclionnairesdu dpartemert ont retus de discuter la nouvel!, n ais ils ont dit que les Etals Uni; ne seront pas reprsents a la runion dts premiers ministres la s<> u .une prochaine, runion a laquelb la France et PArgleterre discuteron les voies et les moyens d'obligt l'Alli '. ..• -;iic a respec er les daust du irrit Je Vtisaillis qui se rappe %  lent plus particulier m n' A la situation dans la valle de la Kbu r Le Conseil avait t constitu dai i deux buts: le rglement de la quelion de l'armistice et l'examen des questions qui concerrent le tra't lui-mme. Le premier de ces buts s t atteint et le prsident et le dpai lement d Etat, dit-on, que puisqie les Etats Unis n'onj pas ratifi h trait ils n'ont aucun droit de s'occu per des questions que ce trait peut soulever. PARIS— Mr Gtoiges leygu'it, prsident,, du conseil, era fort pc bablemeot interpell cette semain sur la question du dsarmement d< l'Allemagne et autres questions d* politique trangre, mais es parti sans espt'rent que la Chambie iei veira le dbat aprs la rencontre qii doit avoir lieu le 19 janvier entre 1< prsident du conseil et Mr Lloyc Georges donnant ainsi Mr LeygLt les coudes franches qu'il dsi avoir i cette question. L'opinion publique semble porte" reconnatre que la (oice du goi vernement n'a pas tdimiru'r.mi les organts ultra modrs ie's qu< le l'igaroi n amiiennent que le n ultat des le. ions indique me teu dance vers la ^'oi'e. La m. joiit des journaux tonsi \':em que la pi rie di <. siges par les conservateur ci f I IA1TS DIVERS OBSERVATOIRE DU 'E71T.SEMINAIRE COLLEGE ST MAKTh L HENSETfNEMENTS' METF OROLOGIQUES Mercredi 12 fa vier 1921 aiomtre ^4 6 i minimum^|i9.7 maximum n 8 Moyenne diurne 26 ? Ciel c'air jusqu'i 6 h. Vent d'Et— brise de mer a j h. Baromtre coosunt. J. SCHEREU Bonne rcompense A qui rapjoilera vr<> chane de nontre en or perdue hier entre le mreau de la Panama Line et l'Htel le France. .S'adieeser la l'eran a Lice. A qui le browning ? Il a t trouv ssmedi s heure. i la rue Pave>,un revolver browninp Son pioptitaiie put le rclamer au bureau <*u Tournai. CliezPE.PAI]VSON&( Vous 1 trouverez Plau ches et Cartelages u prix avantageux Pres de famille Vous av z 'ra ville toute votr vie, mais 'es ci-constances n'ont pa voulu que vois raliVez IVpargne ncessaire a l'indpendance de vo; vieux jours. l'ous apprhendeiTlre charge vos enfanls Prenez dore un bille de la Gran de Loterie Mi ricipa'e duCap Haifer Les chances de gagner font extraordinaires Chez A BACHA Vieni de recevoii a e Pommes d 4 a b re Raisins verts & Rodolphe Glande Mdecine Chirurgie Spcialit : Mala.li s des Kofant* Rue Provence, Ja m l bals pas de cinma* Dfendons-nous Contre l'pidmie. Une nouvelle vict'u me de l'Occupation C'est an, H 1 qu'avec beaucoup df •aison.J notre rorfrre le Courrier laitien arronce la BON de l'irfoi 'une Pierre Pinde, dt'cd aptes ivoir connu les mil re l les plus lorrib es du fait de luccupatioi imricaine. Traite en cacc. traqu et ruin, il st mort a Carrefour lundi M brts lu matin. >Nous prsentons sa famille le irersicn mue de nos sincres con lolancee, Vvis deReinercicineni Les familles Lon et Thomas, ?dresjent leurs meilleurs remercie mem aux amis de Poit au Prince et de I "rovince qui ltur ont donn des t meignages de leur sympathie l'oc casion de la mort de la regrette Mme Vve Emmanuel Thomas ne lliQN Thomas tt les prnui de ne re leurs sentiments de vive gratiiu de. Jiist arrived j ?! le ^ loi MaJetra'wicker fur"*-** tables $ chairs y one smatl lot beaulija Uadcira H and mide Embroidery, lo be realised at ver y t oi pries, %  L. Preetan Agg^rholm DdMadeira la^I^ison l*?REETZ^AN-46CERHOUH a re •iouek .lemeibles en oiitr. clia.ses, dodioes, raop/s, lablj Z?V &*•** el failli. Iiupti.ii a^mimeoi de M JroiJer.es a U maii), ; Prix excessi ement aoilVe )ar les radicaux ne peut pas indiquer |u'il y ait un changemml dars h politique d'un c i ou de I autre. 11 centre de gravit continue .1 tre tenu par la Gauche elle Cei t*e ci c'est la que se irouvent la plupa.it des partisans de M Leygues. LONDRES— Les entretien enlr le Rvrend pre Kicher Ollanagat faisant lonction de prsident des Sin Finners et Mr L'oyd Georges er vue dapporter la paix en Irlande Vendredi soir il a eu un long entretien ave Mr L'oyd Georges doot le rfu'tats, a-t-on dclar dans les m'lieu\ ollic el. ne sont pas aussi sa tistaisants qu'on l'esprait. DUBLIN—Mr Baon de V a l, pr dent de la Rpublique Irlandaise, s'est dparti de son silence aujour d'hui en dmentant v g^ureusemen le prtendo comp'ot de • Allemig-" et de l'Irlande conlre la Grande B e tagne et att?quant le livre blanc du prsiJent publi srmedi et relatif i ce complot.Une audacieuse tentative d'assassinat a t faite ce matin sur deux officiers qui se promenaient avec la femme de Lui deux dar.j une automobile de touiUe dans les faubourgs de la \iiie. Un des c fi ciers a t biess mais on ne conna' 1 pas l'identit de la machine qui se; dirige vers le chteau de Dublin, w BAZAR METROPOLITAIN. Maison de confiance Angle des Rues du Peuple cenUmea le n§nt D.,HJ,• 25 centimes le paquet Itœaf aech. en verre 80 le irre M ?? 8 <^ K centimM ,e ferb,anc Olives Heine en flacon Man-gue eu ferhlanc de 5 livres 1.45 le fprb.arc Mms doux au jus, Verihest ^ cenlirnsk flron Celen au jus 75 centimes le feiblano snnno r 0,10 1& centimes le ferbLcc Fo'M Leof Veribeal 2t) cent.n-eale f flr hi.no P 1? ^^prtus ID centimes Beef Stesk Ja Hambourg et la G'or .5 8Ch 2U cen,i,De8 |p f tMa r SaXdlCtl I huile 25 centimes 1 lerb ar,s..,,„ A _1 centimes le feabUn 1 erD aLC '~ ^uoDon Armcurs 40 cen imea le lY blarc |or 1.75 la pane 3.K 4 cenlimes le paquet i7 1,2 le paquet L 15 centim'jit le paquet 17 ceuilmts le paqtet 14 ceutimea le tac iO et 35 centimes la pice C 20, 25, 50, 75 et 1,5>5 la pice 12 cent'mca le paquer l,-^ centimes le paquet I OH ceutunes la livre .10 centimes la livre 7 centimes 1s livre .12 centimes la pice 17 centimes la tice ri



PAGE 1

F Ot5rf§fif*55nl Nos 3£9 Port au Princei Hati Jeudi l3Jnti 10*21 .DIRECTEUR-PROPRIETAIRE ; Clment-MUGLOIUE ; • sa LE NUMERO :20 ENT1MLS Quotidien REDACTION; Rae Africaine"No, Il I TELEFHOXk'*-'"* LVnlbousiasDH ne peut durer: s'il durait, il tuerait l'homme ; c'est uu paro\>suii'.LIiiiitu(le, l'ailapttiiuu f l a latitude mme, tout cela fait qiv l'enthousiasme s'teint tt tombe, Maurice DONNAY QUESTION DU JOUR La 5s loisai-loiiiiriiri —>U crise aii aux E rW LEJAT1 1 BONN il NI S l'.v < y.' T_,e Trait dminant de sa personne i nu souscription publique, on h tait a ouverte pour lever un statue Toucan t l.ouvenure. V ' r a. dveiopptment de notr sens palno ique, — q .„ ne aura, in eux s'affirmer qu'en parotea, Cd te louecripion prend du tunp I uni .->• n ui a i. l.-pt ru.is que, dan un i)a t dii ii if, tous COQ rioutron dM / navement la j ropufsioi DCMMlre pour que, dans le cou. d %  ce te aiuf, I ommwge d \ 'i';utB8iui-LoLVertue soit un fai ace m, l .j n attendant, il e si intressant d due pu qutl c e Toustaii i-Louve taie uou particulirement se disii gutr dan I tapit des foules et dt masaca qui le rclament coiumauceueCertes, ,st. qualits lurei nombreuses et vnies et elles 01 toutes apport l'ensemble de leu coaiiibuuuu pour atsurer I lvaUi ;.,-'• v-ivo >id ce niaml homiiu EdatoCtlM per. onualue remarquabi i comme lotte autre, son ira: 1 t:o ...uniti sa s gudication spcial' Je voudrais lia tappeler en deu mo's. Tou-saint 1 ouverture ne fut pa un', loi.ii mprovise de la nstur mais te resul at d une ducation t d'une t nubien trl mthodique d us lesquelles, — et c'est la so piuapal mrite, —ta volont eu uu g.aude par.Klev au mili. u a. lu va I intense d'une ni ami %  habut>lion, il i.riiiciit et se dveloppa pt-lob.-. i.M i,i. pour aiot-i dire, au ;pu U ta dis uitientes branches d .tu atelier auquel il tait attach Tout le monde sait commeut il t lit dutin^u. r [ ar ses matres, a. point d'ttte re\tu de l niteuUttui r r..< i lu de 1 lian talion, l'onction a ht'/, raiemeit devulue a uu LOii ancien esc a\e. C'est a i au'ille cole qu'il appn l'ait do i".mer les hommes et u cdnger I imiu nibfration de niaud intr s. l'o wu nt ne fut iamuu U'^ieimii ii, /csi pourquoi il u jurais couiu Le la discipline. s-> poui la au u., toit pour 1 impose .un mai vi J mu e t tait dj coui pie. i. rsquil uppnl iij lui-mme 8 Un iV [au Us (tiiioiic s de naissancqu aurai: lu Te facilit pour acq < ii* une ducation itlative nuiit so • gu<:e, c'est, jea-on dire, le aeu exemple re naquable d un esciav. j.oir ayant du stu dveloppera nt t son lvation a la pratique surprenant dune vi9 mthodique et bu i, combine. il apprit ainsi la vie aux soura • Us plub naturt llea, et ce lut peut i trs heureux powr lui quil uu li couuaiesat c avec les 1 vresq i ap e avoir acqu.s ue faon praque i connaissance oe la Vie. lie qui, — v 1 au li tion dtii esuite qui lu C r H trea, — ne uut pas peu co t ,iu li mellie en gaide contre la • uai.ee de beaOCOttp d esputs clairai de vouiou irg nier les foules pu des dogmei tt des fotraul-s C'est o i l le trait dominai d U persuuub t de rousBauji-Lojv-j. turc; et dm la pba ange des hros dont l'orge 'I national peui te re clamei, lui .cul PTre cette cara ris que. U t-eiai uue trsgia > erreur d'i dier la ptisonrHioe de Toussaint cl de la propose! l'tude de notre ju Ctsa scoiaue sans s tp lesantiF aur cette conaidciahou capitale. l.e march nord-amricain, qo' ionffrail d une vritable plthore. s< i.v >• gosi onne peu peuLes I %  PI t'es entremis! a In'i'iveinent cne •itii^es au cours de la guerre se suivent. , Le mois d. io,oon) L'aQgmentation du non ne des faillites i si en liausn coi • •^n e .le, at \ < 11 %  i. La co'irb • %  aaalfa indique un accroisse ivr i rl \iol ntUepni* le :tl juii et, le isssit's ont au^ineni de 25 o,i | ,4nd>s que le nombre des la'llit> levait seulement de lo o,0 poui a mme priode. l.s pnf 8iU de i< | embre n'ont t dpasss pie deu> •'lia depuis l^'.ii, *ivoir ; en oe'o ore lOjl et juiiu t li( .':i La crise n est du l'eut? pis brm i9. C'est ftinti qu'on a annonc b aillite de l La-t Coast Fiatherios l'o. lui rapraattaM une valeur bju ittrde lio roi l'0''-i de il )li**a' La hausse du dollar en rarfia i etacbll de l-Europe, u'eat pas trargie'ctUte cn>e am^iic ne* Le biian de la Li>ihl .Si//. \ar* ',om\ amj a t dp ^.L'ac'if a'lvt i luo.oco dollais et le passif JJO, IOO dollars. /. %  i Ueitet Sill. arn esl la ilo d*i ntro.i ses de soienes qui ont l'ail iilh'fl liaiH I" dintrict de l'ateison depuis six mois. /. t d'Ud ruiinj l'riift, Co de Nt\\ {o k, dai.a uiie noie rci nte.Hp^oib lus (claucist-tmei la inatractifs jui .4 crise. La baisse brmque aovglt ire dans les pi il des mardi uidisttimsi que le serrement mon lire si nn Irad ts par la b'sse des valeu s le ihemius de fer et dus vaicis iiidL.strieliet.Clle-ci a t tr ic*ntue aja lin de lastmauie de: nre et on a aoregitr plusienit •epu-es de nouveaux miumii [oui l diii.ee. l'o n e-deux hau's foi rneanx on: \ IIDU n octobre. Le fait qu 'J78,ooo wagons seulerceut oit etaiai^eo au cours d^ la (WlDi.e Bfusine d octobre, blors qud y u ivait eu e luj d'un million dans cbi ;une des semaines piecdeuus 11 .uis, indique dans quelle nus.'i achvit dis tiausports est eu dt:i 0isduu.ee. l, itatiitiapea d -s Cbimbrei d 1 CompenBa un des Banquet ne red 1 J at d B 61DM pUiue,n-nl le raie. ssMiiint dai aiiauos. EUei snrvgia.reut, en efte f pour 17.i v iles u uouveu ent to'.al do 30 ooooo 00 le dollars on octobre cou le ilo ojo li, PARTBMPST El \ N : i il L^f anno-e >a onnt re ; •,v.a lnl*,*r'\ df> (. ; 00 nu Cnmc \i O, i| ;.<, O G, .Mouvetlea Etrdnqres PAR .CABLK !" ianvier ATI!: \ .. it le Uuo T'On i .i dgit' -1 M i lo d u 10,21, En ch ni|e d. de Conlre ioo timb'ei p s ste ol es de la Rpublique d'Hati H i vs voi-in-, je vous d.mnciai :.n s ro t les illuftr^es le h grri (oerre entopenoe, des ?oe< %  ;' • M Umause et ...M,-s lee.Kia On •> o.kkwel, l.onl-.es. Anal, terte. Souscrivez Jf q\m uoupouvtz i>itr coup i lire V})iilcini(\ bfendez Vl rem* mili' / 000,000 en septembre et VI o o,o ( JOO.OJJ au octobre lUI'J Le r.'glement difficile La rgleraient Car, n; plus tard, T u ssafn a i i-irveuir u bomuiji ie pius ''i^^ la radmiuistra'.io i coioufa', il i jil a l .i-cei.il.-iiu qu'il il i %  i BU' espnt des gnraux et, dea ,. i iistrateurs franais,peut eue I ms. ikiue de ces diiuiers, i.i -et ascei taul ue a'expi q ie que pai le que us, tant u.:quises que naliyaa, qu :aract3iisaieut Tottaaaint'Lonvaituii itqui taisaient que les et su^-rd-— soit qu il es aiuiU, sou o,a I lu.,'Oiubatu'. -sentaieu en lui le po d.d'uue puieoi naut q n iranch uu. • ci.ent sur ta masse des ho.n n %  noirs et de couleur. Ithe eot ia ifetBcteriatique. tel e>< ie trait doiumani >, avoir t nos yeux u ptrsondali de l'ous sain. Louveiluluel nous Vtn I i main quelle i itiu encojfl plus nelle Et plus t pcule, en dcoule. oram listas neiu q te ]Uel uviaiso'i. Maigre des transaction! i • a*op M; ge rai |i a lt inpa api OUf, lu non bie d l faillites sacoon, couaBcutivea li oa s-e des prix et au rai u l< men le l'aciiviie commerciale. Il a atiein u > en octobre, avec an paasil d< i),uoo,')oo du dollars-C'eat le cliiffu le plus loit qui ail ete ebrtgiati. i ipuis mari l MS, t i„ uaai( i, ,)lus lin poi tant ut puis avnl lUl Lu .tuioii |ies de .se : 't. no doi.u uei i scuvemenl que b"<7et So.ooo-ooi de il i! uLe aux de l'arg'nt vie a h :oi ra u uaul de u j,0 luraut la dei uei_e q ni EJIOS ; lu m: umurjQ i i, le 7 o,o t -.u cours de la deruire % naine. i. y bii pour c >rtai 104 r : )ii. %  .e prts unelvdioi du t us d aigeul a t-i n-', mais ces taux son pure nent no.i.maux, le volume dut lilauai taui oej lus i. im s. Le rapooil d s bail jues kfil n i %  U Ch onbre de cOrnpaasation d >Jw York anregutrs un mouvu '•• i 'iid* ver- i ml li i m %  AU %  %  del dernire quruiioe le clif.. •is^ieis a diminue >ie IJ-'.OJO.OJJ je dollarscul o des dpts du i i.ooj-ooo de dollars. I i rservt L pas^u do 3i-000,00j du dollars l< iionta u ltal a-i co .M de la dt i nie semaine, laita.it disparatre li ielicit d un luiliiou de dollars • ors Mira au cours de la semame pi eut denteL'encaisse or des lia |aes de Kt *eive tdeialo a Mi^ment le ".. KX IOO de dollars ii cours de it d-1 n. ie quinzaine, ei i ta rserves dt .•J,ooo,ooo de dollars. La montant d • e f la escvn.v e i p jitu ...uiLe i s i le ., ooo de dolbi • u, I %  ue.s n'* p'au jui m ni pas • Les bill is ; ,i, ,,, ques de lleserve Kederal ou llUi d • %  \ m iru i de l'or a U eue i Mion do duction tdte Je, p, r 'a loi comme g* Lettre N arJI oit le lli'v f n „-. ., ',fl',ftin ni i ^i! I) liP t ^VP I IM lin Pilll e ra i i i [il 1 It'ioU 11 Uut lU lU MU >', i \ li ri. ^ M sijur le D.iecte -r; ce la t m i mini • 2-io tnill ii rbiues de jui on i '-ou uisatioo i" niasi >n I irui.td. ors i n • ,u'' i,; .,' 1, iole, varicellP, al rr visi s du c Char s de H u u prefg ,,„„ i,, m e u -i i\ euu pour von sa liance ts le il u rim • see il i ie. t iraniti n nd i d qu • q i< s he ires la i A • ioa i• : ou ii pour pMineure u,:.\ aloisirej allis d'y spp Mai leur' iiiioatiiri s, x < %  ref is de an Ire au palais S uiii >^ > i CIIIIP. M | n'i une ii d %  F unis A.'ui..is la 'i ?a du .-i i Itoire de M ',: .'i o, • i l. \u %  id d i )uili prennent des | ions • NO soi i -i ci •%  la is li ci ii K pie II t ba dus ai o. )64 .1 %  gr III in i i reui dan %  > le i mou d n* leii.renl iliLas les i m • %  .. 'UK rer : -i •. de Bu i" \ %  i d S il que es conflits Ont clat enlre d i .mi.l . ia po.iua :i la .ou | ie l'.M ^UI:IM J au coins desquelt jtitd demie urait *ubi dos partes, Une depch • de Buenos A.ires I-M ;0l te q i un groupa d-i boilild d li tu imson le la pu nu ci co-itinl. /nui Ile neiu le t. irijire i. ->tif • i ./. 1. 1 dpcb %  a i joule pie qu |uea uns di i m ineui s i t euleve il y a p u-iieuii inoil e, insa prH f juive b,3 Fre880ir d s Caves |a^ -voir reproduit le vi M llm i [oez i t %  j \: b .r C JUy; \ialhei Notre cou ma sp branl aiticle de aie rliltl .i lut : Lt du.qu ip es ce fquisi oui rub ll a k\|( trouv un Ptttcfc, Do iJmiaiura eur e$ linances lulenn s pjnr ie ndie Ni 8 UJ KI S iBUas, -es encenser ju'-q ia cUUlci ^ue c ce loal les Amruaios qui > mi Venus iioas donnai le gou ji h proprt o c^< 1 1 l q une intimiett voi' ^e qui e i I i amoral vi u c nais pi i on ag tratre i la l'atru : qui .•-,.. e MAI HBRBI 1 t, qui U ii i „ • L e ai Bearre de ce pay., qu'il a ainsi eu nag au pur mme de U lis dci Ai. us devrai t vci. la pud ur d abaodonjc; avant de ericbrr. csi ;t~Dcoira ces! la sarfg du pay-, c< beur istp lU sur la m. !(r i, e Ou il M l toile a u r| loh.uon ua tn.i | bt Ma Ai to.ne TlmafM G i eu >li>a..t que peu impoli-: q '•sidcnl ci :o i miauin d i ti un Ml so c lt l'alli et le parent Je M l'ies-or, il i\ut laver Ci %  u Iront. C'sai l'opinion J: uu! lo nnd roue du donner qui man vil u de Port an-Prince par montsnt -le l pidmie qu'ette s si le, al Bllil Ol initiative d • lancer une ous lb! l %  PO u' o-ovjr-'r lei fou i ci Baaires au .lury M liu.nl e t p, e eu mesure d'eorepre ,([(,,-,. qaj .o indlspeieable pour dfen Ire la sant pubH |-ie V** '* un gost • auquel pmsonue ne relus1 ra ses ho nui'tf-'s al que la contrih i liai nrale rendra afilcace N 101 ne pouvons "rouver une ineilleui i ion -i afiinnr l'esprit de so'.i1 i l s vu.dana notre milieu D me tout le moule aoua rira esc il s'agit d'une question diatrc t ut. Et en passant, Vemar po n I i i .i i ii celle>la co n ne d ms ota lutre, noi -> so pm -s les aeula In l i d ie i he u 'i '•' irll' C'e.t il de lupene q ie de' se livrer a des ^rsn^ra. de 'la r sbsndonoef nos trairas >t de croira qu'ils peuvent Ira mieUI mener que nom. Cela n'eat psi v ai Lin rotion tiangre eat en foirtioi de* In^s tran* q ii l'ont dte:mine. C'est un ; i u al ieur pour les avaagira q u i" lt! VOl'U' pis. Kn tOil Ci o ue nilaire d pid un e nous a ajpi it uue preuve clatante, s'il noas n lallar d'autres, apis les cm., cruelled anne 'd'occupation amria ne. . H i aprs qua r l aii b inlgne au le pays et bn-n Vice national le 'ins nu'-aiU, v VE\J3tii i "-, r -.. %  'i"H9 cicaiieni nets, a uiont le 17,2 oio 17.9 oio bou march, ; l *i l, u • *a trs ni n* qu une dbu', s'lt qu'il "xis'e un d'hygine form de truger& les ..tres ne pireit-i 1 compuer cette vivante institution — aprs qua des 'enenla inquisitonaux inspiras le lu aiepl t m s son servie, que si dictature n responsable Be %  oil ei irca, lg.i des entra, sur le troup >• li ill • et devant le dan ger qui m de nous x emporter tous nous sommes obliges de noua retourner vers la vieille ms'. tution hatienne poor lui demandai de nous protgai d s ul'e est i npuissantt-, parce que la mme nfaste peli ique ne l'avait pas noi: iilus Anar^,^* i ni l'nnUersal i ambardement dea i ut u.s na i > : i y le-Kt alors DO 1 s i -i tournant roi s nous m n*e, D nom sppeloi s la rescousse : don-..)• s indi i bellement notre Jury 't < moyi-ns de no is leten lie coul.e ls mal qu g-andit. I.n b en.' o ii. on souscrira et de bon c ur, rarce qu'il s'agit de notre sa-'t 1 *, de c "e de notre famille, de celle 'ie :D^ eompatriotea. Uo sous •i .i... ilsii je dis : puisqu'il fanl faire a. i i au p ibllo pour avoir les mo%  do co.ubditre I p demie qnl M cime la population, et ctla. mal i. Us fortes prviaionabudg'airea i ..i un Service national d'byg'oe, le gouvernMiieiit del Itpuh iqua i i i refoaar. parilr de c-i moraei: 1 l'autorise loutea sor i>'8 de fonda le la es s-.pobtiqna pour les pro lues dpenses de ce prleudu rvkedli u une. Son incompenci il une sont notoires. S.l at au i t la hauteur de sa missio, il n nd pm de doute que lpi.lmi ci(0 Brrilt aux qaelqui s i i VI .-* l'in^p ttu e-. cii f • n'a ( oou su re B 11 I S 'e il er'e uu tranpt it dea ".o; des i lidpitaj i daveuu N l0)er central de demie parce que on y a e masse a—a_j^ dea ccnlainea de casEt cjuand og


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05285
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, January 13, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05285

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
F
Ot5rffif*55nl Nos 39
Port au Princei Hati
Jeudi l3Jnti 10*21
.DIRECTEUR-PROPRIETAIRE ;
Clment-MUGLOIUE ;
sa
LE NUMERO :20 ENT1MLS
Quotidien
REDACTION; Rae Africaine"No, Il I
TELEFHOXk'*-'"*
LVnlbousiasDH ne peut
durer: s'il durait, il tuerait
l'homme ; c'est uu paro-
\>suii'.LIiiiitu(le, l'ailap-
ttiiuufla latitude mme,
tout cela fait qiv l'enthou-
siasme s'teint tt tombe,
Maurice DONNAY
QUESTION DU JOUR
La
5s
loisai-loiiiiriiri
>-
U crise aii
aux E rW
LEJAT11
BONN il ni S
l'.v < y.'
T_,e Trait dminant de
sa personne
i nu souscription publique, on h
tait a ouverte pour lever un
statue Toucan t l.ouvenure. V
' r a. dveiopptment de notr
sens palno ique, q. ne aura,
in eux s'affirmer qu'en parotea, -
Cd te louecripion prend du tunp
I uni .-> n ui a i. l.-pt ru.is que, dan
un i)a t dii ii if, tous coq rioutron
d-m/, navement la j ropufsioi
DCMMlre pour que, dans le cou.
d ce te aiuf, I'. ommwge d \
'i';utB8iui-LoLVertue soit un fai
ace m, l .
.j n attendant, il e si intressant d
due pu qutl c e Toustaii i-Louve
taie uou particulirement se disii
gutr dan I tapit des foules et dt
masaca qui le rclament coium-
auceue- Certes, ,st. qualits lurei
nombreuses et vnies et elles 01
toutes apport l'ensemble de leu
coaiiibuuuu pour atsurer I lvaU- i
;.,-'-v-ivo >id ce niaml homiiu
EdatoCtlM per. onualue remarquabi
i comme lotte autre, son ira:1 t:o
, ...uniti sa s gudication spcial'
Je voudrais lia tappeler en deu
mo's.
Tou-saint 1 ouverture ne fut pa
un', loi.ii mprovise de la nstur
mais te resul at d une ducation t
d'une t nubien trl mthodique
d us lesquelles, et c'est la so
piuapal mrite, ta volont eu
uu g.aude par.- Klev au mili. u a.
lu va I intense d'une ni ami habut>-
lion, il i.riiiciit et se dveloppa pt--
lob.-. i.M i,i. pour aiot-i dire, au ;pu
U ta dis uitientes branches d
.tu atelier auquel il tait attach
Tout le monde sait commeut il t
lit dutin^u. r [ ar ses matres, a.
point d'ttte re\tu de l niteuUttui
rr..< i lu de 1 lian talion, l'onction a
ht'/, raiemeit devulue a uu LOii
ancien esc a\e.
C'est a i au'ille cole qu'il appn
l'ait do i".mer les hommes et u
cdnger I imiu nibfration de niaud
intr s. l'o wu nt ne fut iamu- u
U'^ieimii ii, /csi pourquoi il u
jurais couiu Le la discipline. s->
poui la au u., toit pour 1 impose
.un mai vi J mu e t tait dj coui pie.
i. rsquil uppnl iij lui-mme 8 Un
iV [au Us (tiiioiic s de naissanc-
qu aurai: lu Te facilit pour acq <
ii* une ducation itlative nuiit so
gu<:e, c'est, jea-on dire, le aeu
exemple re naquable d un esciav.
j.oir ayant du stu dveloppera nt t
son lvation a la pratique surpre-
nant dune vi9 mthodique et bu i,
combine.
il apprit ainsi la vie aux soura
Us plub naturt llea, et ce lut peut i
trs heureux powr lui quil uu li
couuaiesat c avec les 1 vresq i ap e
avoir acqu.s ue faon praque i
connaissance oe la Vie. lie qui, v
1 au li tion dtii esuite qui lu C r h
trea, ne uut pas peu co t ,iu
li mellie en gaide contre la
uai.ee de beaOCOttp d esputs clairai
de vouiou irg nier les foules pu
des dogmei tt des fotraul-s
C'est o i l le trait dominai d
U persuuub t de rousBauji-Lojv-j.
turc; et dm la pba ange des hros
dont l'orge 'I national peui te re
clamei, lui .cul PTre cette cara
ris que. U t-eiai uue trsgia >
erreur d'i dier la ptisonrHioe de
Toussaint cl de la propose! l'tude
de notre ju Ctsa scoiaue sans s tp
lesantiF aur cette conaidciahou ca-
pitale. *
l.e march nord-amricain, qo'
ionffrail d une vritable plthore. s<
i.v > gosi onne peu peu- Les I -
pi t'es entremis! a In'i'iveinent cne
itii^es au cours de la guerre se sui-
vent. ,
Le mois d. eiord des lailiit-'s ai x Et*tB UniP.
(d'uni comme DOrnbra 001 pie cou
ne mo'iiunt ulobnl des paaaifi ( loi'
i.*>io,oon) L'aQgmentation du non
ne des faillites i si en liausn coi
^n e .le, at \ < 11 i. La co'irb !
aaalfa indique un accroisse ivr i
rl \iol nt- Uepni* le :tl juii et, le
isssit's ont au^ineni de 25 o,i
| ,4nd>s que le nombre des la'llit>
levait seulement de lo o,0 poui
a mme priode. l.s pnf 8iU de i< |
embre n'ont t dpasss pie deu>
'lia depuis l^'.ii, *ivoir ; en oe'o
ore lOjl et juiiu t li-(.':i
La crise n est du l'eut? pis brm
i9. C'est ftinti qu'on a annonc b
aillite de l La-t Coast Fiatherios l'o.
lui rapraattaM une valeur bju
ittr- de lio roi l'0''-i de il )li**a'
La hausse du dollar en rarfia i
etacbll de l-Europe, u'eat pas
trargie'ctUte cn>e am^iic ne*
Le biian de la Li>ihl .Si//. \ar*
',om\ amj a t dp ^.L'ac'if a'lvt
i luo.oco dollais et le passif jjo,
ioo dollars.
/.i Ueitet Sill. arn esl la ilo d*i
ntro.i ses de soienes qui ont l'ail
iilh'fl liaiH I" dintrict de l'ateison
depuis six mois.
/. t d'Udruiinj l'riift, Co de Nt\\
{o k, dai.a uiie noie rci nte.Hp^oib
lus (claucist-tmei la inatractifs jui
.4 crise. La baisse brmque aovglt
ire dans les pi il des mardi uidistt-
imsi que le serrement mon lire si
nn Irad ts par la b'sse des va-
leu s le ihemius de fer et dus va-
icis iiidL.strieliet.Clle-ci a t tr
ic*ntue aja lin de lastmauie de:
nre et on a aoregitr plusienit
epu-es de nouveaux miumii [oui
l diii.ee.
l'o n e-deux hau's foi rneanx on:
\ iidU n octobre. Le fait qu
'J78,ooo wagons seulerceut oit et-
aiai^eo au cours d^ la (WlDi.e Bf-
usine d octobre, blors qud y u
ivait eu eluj d'un million dans cbi
;une des semaines piecdeuus 11
.uis, indique dans quelle nus.'i
achvit dis tiausports est eu dt-
:i 0isduu.ee.
l, itatiitiapea d -s Cbimbrei d1
CompenBa un des Banquet ne red1
Jat dB 61DM pUiue,n-nl le raie.
ssMiiint dai aiiauos. EUei snrvgia-
.reut, en eftef. pour 17.i v iles u
uouveu ent to'.al do 30 oo- ooo 00
le dollars on octobre cou le ilo ojo
li, PARTBMPST
El \n: i il
L^f anno-e >a onnt re ;
,v.a lnl*,*r'\ df>
(.
; 00
nu Cnmc
\i O, i| ;.<, O
G,
.Mouvetlea Etrdnqres
PAR .CABLK
!" ianvier
ATI!: \ .. it le
Uuo T'On i
.i dgit'-1, M
i '
lo d u '
10,21, -!.
En ch ni|e
!
d.
de
Conlre ioo timb'ei p sste ol
es de la Rpublique d'Hati H
i vs voi-in-, je vous d.mnciai
:.n s ro t les illuftr^es le h grri
(oerre entopenoe, des ?oe< ;'
m Umause et ...M,-s lee.Kia On
> o.kkwel, l.onl-.es. Anal, terte.
Souscrivez
Jf q\m uoupouvtz
i>itr coup i lire V-
})iilcini(\ bfendez
Vl rem* mili' /
000,000 en septembre et VI o o,o (
joo.ojj au octobre lUI'J
Le r.'glement difficile
La rgleraient
Car, n; plus tard, T u ssafn a i
i-irveuir u bomuiji ie pius ''i^^
la radmiuistra'.io i coioufa', il i
. jil a l .i-cei.il.-iiu qu'il il i . i BU'
espnt des gnraux et, dea ,. i .
iistrateurs franais,peut eue I ms.
ikiue de ces diiuiers, i.i -et ascei
taul ue a'expi q ie que pai le que
us, tant u.:quises que naliyaa, qu
:aract3iisaieut Tottaaaint'Lonvaituii
itqui taisaient que les et su^-rd-
soit qu il es aiuiU, sou o,a I lu.-
,'Oiubatu'. -sentaieu en lui le po d.-
d'uue puieoi naut q n iranch uu.
ci.ent sur ta masse des ho.n n
noirs et de couleur.
Ithe eot ia ifetBcteriatique. tel e><
ie trait doiumani >, avoir t
nos yeux u ptrsondali de l'ous
sain. Louveiluluel nous Vtn I i
main quelle i itiu encojfl plus
nelle Et plus t pcule, en dcoule.
oram listas
neiu q te ]Uel
uviaiso'i. Maigre
des transaction!
i a*op m; ge rai
|i a lt inpa api
OUf, lu non bie d l
faillites sacoon, couaBcutivea li
oa s-e des prix et au rai u l< men
le l'aciiviie commerciale. Il a atiein
u > en octobre, avec an paasil d<
i),uoo,')oo du dollars-C'eat le cliiffu
le plus loit qui ail ete ebrtgiati.
i ipuis mari l ms, t i uaai( i,
,)lus lin poi tant ut puis avnl lUl Lu
.tuioii |ies de .se:'t. no doi.u uei
i scuvemenl que b"<7et So.ooo-ooi
de il i! u-
Le aux de l'arg'nt vie a h
:oi ra u uaul de u j,0 luraut la dei
uei_e q ni ejios ; lu m: umurjQ i i,
le 7 o,o t-.u cours de la deruire %
naine.
i. y bii pour c >rtai 104 r : )ii. !
.e prts unelvdioi du t us d
aigeul a t-i n-', mais ces taux son
pure nent no.i.maux, le volume dut
lilauai taui oej lus i. im s.
Le rapooil d s bail jues kfil n i
U Ch onbre de cOrnpaasation d
>Jw York anregutrs un mouvu
' i 'iid* ver- i ml li i m au ,
del dernire quruiioe le clif..
is^ieis a diminue >ie Ij-'.ojo.ojj
je dollars- cul o des dpts du
i i.ooj-ooo de dollars. I i rservt
L pas^u do 3i-000,00j du dollars l<
iionta u ltal a-i co .m de la dt i
nie semaine, laita.it disparatre li
ielicit d un luiliiou de dollars ors
Mira au cours de la semame pi eut
dente-
L'encaisse or des lia |aes de Kt
*eive tdeialo a Mi^ment le ".. kx .
ioo de dollars ii cours de it d-1
n. ie quinzaine, ei i ta rserves dt
.J,ooo,ooo de dollars.
La montant d e f la escvn.v
e i p jitu ...uiLe i s i le .,
ooo de dolbi u, I
ue.s n'* p'au jui m ni pas .
Les bill is ; ,i, ,,,
ques de lleserve Kederal ou
llUi d \m
iru i de l'or a U eue i Mion do
duction tdte Je- p,r
'a loi comme g*
Lettre
' N arJI oit le lli'v f n -. ., ',fl',ftin
ni i ^i! I) liPt^VP I IMlin Pilll
e ra i i i [il 1 It'ioU 11 Uut lU lU MU
>', i \ li ri. ^
M sijur le D.iecte-r;
ce la
t
m i mini !
2-io tnill ii rbiues de
jui on i .
'-ou uisatioo i" niasi >n I
irui.td.
ors i n
,u-'' i,; .,'1, iole, varicellP, al rr
visi s du c Char s de H u u prefg, ,, i,,me
u -i i- \ euu pour von sa liance ts
le il u
rim see il i ie. t iraniti
n nd i d qu q i< s he ires la i a
ioa i : ou ii pour pMineure u,:.\
aloisirej allis d'y spp Mai leur'
iiiioatiiri s,.....x < ref is de *
an Ire au palais S uiii >^ > i CiiiIp.
m | n'i une ii d F unis
A.'ui..is la 'i ?a du
.-i i Itoire de m ',: .'i o, i l. \u '
- id d i )uili prennent des |
ions no soi i -i ci - la is li ci ii K
pie II t ba dus ai o. )64 .1 gr III
in i i reui dan > le i mou d n*
leii.renl ili-
Las les i m .. 'uk rer
: -i . de Bu i" \ i d S il
que es conflits Ont clat enlre d i
.mi.l . ia po.iua :i la .ou |
ie l'.M ^ui:Im j au coins desquelt
jtitd demie urait *ubi dos partes,
Une depch de Buenos A.ires i-m
;0l te q i un groupa d-i boilild d l-
i tu imson le la pu nu ci co-itinl.
/nui Ile neiu le t. irijire i.
->tif i../. 1.1 dpcb ' a i joule
pie qu |uea uns di i m ineui s i
t euleve il y a p u-iieuii inoil e,
insa -
prH
f juive
b,3 Fre880ir
d s Caves |a^
-voir reproduit le vi
M llm i [oez i t
j \: b .r C ju-
y;
\ialhei
Notre cou
ma sp
branl aiticle de
aie rliltl .i
lut :
Lt du.- qu ip es ce fquisi oui
rub llak\|( trouv un Ptttcfc, Do
iJmiaiura eur e$ linances lu-
lenn s pjnr ie ndie Ni 8 UJ ki s
iBUas, -es encenser ju'-q ia cUUlci
^ue c ce loal les Amruaios qui
> mi Venus iioas donnai le gou ji
h proprt o "
c^< 11 l q une intimiett voi'
^e qui e i I i amoral vi u c
nais pi i on ag tratre i la l'atru
: qui .-,.. e Mai hbrbi
1 t, qui U ii i L e ai
Bearre de ce pay., qu'il a ainsi eu
nag au pur mme de U lis dci
Ai. us devrai t vci. la pud ur d
abaodonjc; avant de ericbrr. csi
;t~Dcoira ces! la sarfg du pay-, c<
beur istp lU sur la m. !(r i, e
Ou il m l toile a u r| loh.uon ua
. tn.i | !
bt Ma Ai to.ne TlmafM G i
eu >li>a..t que peu impoli-: q
'sidcnl ci :o i miauin d i ti un
Ml so c lt l'alli et le parent Je M .
l'ies-or, il i\ut laver Ci
u Iront.
C'sai l'opinion J: uu! lo nnd
roue du donner qui man
vil u de Port an-Prince par
montsnt -le l pidmie qu'ette s si
le, al Bllil Ol
initiative d lancer une ous
lb! l PO u' o-ovjr-'r lei
fou i ci Baaires au .lury M liu.nl
et p, e eu mesure d'eorepre -
,([(,,-,. qaj .o indlspeieable pour
dfen Ire la sant pubH |-ie V** '*
un gost auquel pmsonue ne relus-1-
ra ses ho nui'tf-'s al que la contrih i
liai nrale rendra afilcace N 101
ne pouvons "rouver une ineilleui i
ion -i afiinnr l'esprit de so'.i-
1 i l s vu.- dana notre milieu
D me tout le moule aoua rira esc
il s'agit d'une question diatrct ut-
. Et en passant, Vemar po n
I i i .i i ii celle>la co n ne d ms ota
lutre, noi -> so pm -s les aeula In l
i d ie i he u 'i '' irll' C'e.t
il de lupene q ie de' se livrer a des
^rsn^ra. de 'la r sbsndonoef nos
trairas >t de croira qu'ils peuvent
Ira mieUI mener que nom. Cela
n'eat psi v ai Lin rotion tiangre
eat en foirtioi de* In^s tran*
q ii l'ont dte:mine. C'est un
; i u al ieur pour les avaagira
q u i" lt! VOl'U' pis. Kn tOil Ci ,
o ue nilaire d pid un e nous a aj-
pi it uue preuve clatante, s'il noas
n lallar d'autres, apis les cm.,
cruelled anne 'd'occupation amri-
a ne.___________._________.
H i aprs qua r
- l aii b inlgne au
le pays et bn-n
Vice national
le 'ins
nu'-aiU,
v VE\J3tii
i" "--------, .r-.. 'i"H9 cicaiieni
nets, a uiont le 17,2 oio 17.9 oio bou march,
;l*il,'u *a trs
ni n* qu une
dbu', s'lt
qu'il "xis'e un
d'hygine form de
truger& les ..tres ne
pireit-i1- compuer cette
vivante institution aprs qua des
'enenla inquisitonaux inspiras
le lu aiepl t m s son servie,
que si dictature n responsable Be
oil ei irca, lg.i des entra, sur
le troup > li ill et devant le dan -
ger qui m de nousx emporter
tous nous sommes obliges de noua
retourner vers la vieille ms'. tution
hatienne poor lui demandai de nous
protgai d s ul'e est i npuissantt-,
parce que la mme nfaste peli ique
ne l'avait pas noi: iilus Anar^,^*
i ni l'nnUersal i ambardement dea
i ut u.s na i > : i y le-- Kt alors DO1 s
i -i tournant roi s nous m n*e, d
nom sppeloi s la rescousse : don-
-..) s indi i bellement notre Jury
't < moyi-ns de no is leten lie coul.e
ls mal qu g-andit.
I.n b en.' o ii. on souscrira et de
bon c ur, rarce qu'il s'agit de notre
sa-'t1*, de c "e de notre famille, de
celle 'ie :d^ eompatriotea. Uo sous
i .i... ilsii je dis : puisqu'il fanl faire
a. i i au p ibllo pour avoir les mo-
do co.ubditre I p demie qnl
M cime la population, et ctla. mal
i. Us fortes prviaionabudg'airea
i ..i un Service national d'byg'oe,
le gouvernMiieiit del Itpuh iqua
i i i refoaar. parilr de c-i moraei:1,
l'autorise loutea sor i>'8 de fonda
le la es s-.- pobtiqna pour les pro
lues dpenses de ce prleudu
- rvkedli u une. Son incompenci
il une sont notoires. S.l
at au i t la hauteur de sa missio- ,
il n nd pm de doute que lpi.lmi
ci(0 Brrilt aux qaelqui s
i i VI .-* l'in^p ttu
e-. cii f n'a ( oou su re
B 11 I S ..... 'e il er'e uu
tranpt it dea ".o; des i lidpitaj
i daveuu N l0)er central de
demie parce que on y a e masse
aa_j^ dea ccnlainea de cas- Et cjuand og


/

Lf MAT.S
/
CROYEZ-LE,
POUR LES
ENFANTS,
i
il n'y a rien de tel comme
L'EMULSION DE SCOTT
4.1
w*.% r&st
pen8e|que ,'cet hpital est situ en
plein centre de la ville !
t II s vidente que l'action du Ser-
vice d'hygine est absolument inopf
rante contre I pidmie, mais ar
contraire est en raison directe d<
on Ineptie en faveur d'icelle lise
lestement ce service es' au dessous
de sa tche. Or. le budget de I Eta'
prvoyant des ciditseitraordinairef
pour lui ayant t ouverts peur l<
cas spcial de l'pidmie, si, malu i
celp, il taille s'adresser au pablii
pour lui denandtr encore de l'ar
gent aux fni d'aviser ce qui eBw
ncessaire^ our [le protger ce ntr.
If aj0me"mal qu'il incombait au 3e
vice d'bygirie d'enrajer, ce qu'il ni
fD feue par incomptence, b'ei
plot, l'ut lii de ce Service dil.ygicm
t i qu'il est form tant ion conter
tsble, je dis que le conliibuabl.
hatien re peut pas crntmuer en-
tretenir le parasitif me de ces hygi
oiMee doute ui; il y a lieu de 1er
allger- Nous ne Jsomfs vrariier
pp.- leb gegos qu'on croit- Des aven
luiiers m nal de rputation et d<
pres fous re peuvent pas se leurrei
de i.otie silence, rapre coinnar-
d par la gueule du canon, doui
cioiie que rcus rous leisfceron
tordre tout jamais. Non. Eieuea
Mr le Directeur, la locgueur de cetlt
luire, et croyez ma trs vm
amiti*
Victor Thomas
1 es Etats-Unis
et le 'I rai 16 de |>ah

12 Janvier
Tar cble
WASHINGTON On anronc
aujourd'hui comme ayant t dcid*
par le gouvernement d'ii'at la Cttii
tion immdiate de toute par'ic'pa
lion des Liais Unis au conseil de
ambassadeurs en h'urope.
Les torclionnairesdu dpartemert
ont retus de discuter la nouvel!,
n ais ils ont dit que les Etals Uni;
ne seront pas reprsents a la ru-
nion dts premiers ministres la s<>
u .une prochaine, runion a laquelb
la France et PArgleterre discuteron
les voies et les moyens d'obligt
l'Alli '. .. -;iic a respec er les daust
du irrit Je Vtisaillis qui se rappe
lent plus particulierm' n' A la situa-
tion dans la valle de la Kbur.
Le Conseil avait t constitu dai i
deux buts: le rglement de la que-
lion de l'armistice et l'examen des
questions qui concerrent le tra't
lui-mme. Le premier de ces buts s
t atteint et le prsident et le dpai
lement d Etat, dit-on, que puisqie
les Etats Unis n'onj pas ratifi h
trait ils n'ont aucun droit de s'occu
per des questions que ce trait peut
soulever.
PARIS Mr Gtoiges leygu'it,
prsident,, du conseil, era fort pc
bablemeot interpell cette semain
sur la question du dsarmement d<
l'Allemagne et autres questions d*
politique trangre, mais es parti
sans espt'rent que la Chambie iei
veira le dbat aprs la rencontre qii
doit avoir lieu le 19 janvier entre 1<
prsident du conseil et Mr Lloyc
Georges donnant ainsi Mr LeygLt
les coudes franches qu'il dsi
avoir i cette question.
L'opinion publique semble porte"
reconnatre que la (oice du goi
vernement n'a pas tdimiru'r.mi
les organts ultra modrs ie's qu<
le l'igaroi n amiiennent que le n
ultat des le. ions indique me teu
dance vers la ^'oi'e. La m. joiit des
journaux tonsi \':em que la pi rie di
<. siges par les conservateur ci f
I IA1TS DIVERS
OBSERVATOIRE
DU
'E71T.SEMINAIRE
COLLEGE ST MAKTh L
HENSETfNEMENTS'
METF OROLOGIQUES
Mercredi 12 fa vier 1921
aiomtre ^4 6
iminimum^|i9.7
maximum n 8
Moyenne diurne 26 ?
Ciel c'air jusqu'i 6 h.
Vent d'Et brise de mer a j h.
Baromtre coosunt.
J. SCHEREU
Bonne rcompense
A qui rapjoilera vr<> chane de
nontre en or perdue hier entre le
mreau de la Panama Line et l'Htel
le France.
.S'adieeser la l'eran a Lice.
A qui le browning ?
Il a t trouv ssmedi s heure.
i la rue Pave>,un revolver browninp
Son pioptitaiie put le rclamer
au bureau <*u Tournai.
CliezPE.PAI]VSON&(
Vous1 trouverez Plau
ches et Cartelages u
prix avantageux
Pres de famille
Vous av z 'ra ville toute votr
vie, mais 'es ci-constances n'ont pa
voulu que vois raliVez IVpargne
ncessaire a l'indpendance de vo;
vieux jours.
l'ous apprhende- iTlre charge
vos enfanls
Prenez dore un bille de la Gran
de Loterie Mi ricipa'e duCap Haifer
Les chances de gagner font ex-
traordinaires
Chez A BACHA
Vieni de recevoii
a e
Pommes d4abre
Raisins verts
& Rodolphe Glande
Mdecine Chirurgie
Spcialit : Mala.li s des Kofant*
Rue Provence, Ja m l
bals
pas de cinma*
Dfendons-nous
Contre l'pidmie.
Une nouvelle vict'u
me de l'Occupation
C'est an,h1, qu'avec beaucoup df
aison.J notre rorfrre le Courrier
laitien arronce la BON de l'irfoi
'une Pierre Pinde, dt'cd aptes
ivoir connu les mil re l les plus
lorrib es du fait de luccupatioi
imricaine.
Traite en cacc. traqu et ruin, il
st mort a Carrefour lundi M brts
lu matin.
>Nous prsentons sa famille le
irersicn mue de nos sincres con
lolancee,
Vvis deReinercicineni
Les familles Lon et Thomas, ?dres-
jent leurs meilleurs remercie mem
aux amis de Poit au Prince et de I
"rovince qui ltur ont donn des t
meignages de leur sympathie l'oc
casion de la mort de la regrette
Mme Vve Emmanuel Thomas ne
lliQN Thomas tt les prnui de ne
re leurs sentiments de vive gratiiu
de.
Jiist arrived j
?!le^loi MaJetra'wicker fur"*-**
tables $ chairsy one smatl lot beaulija
Uadcira H and mide Embroidery,
lo be realised at ver y toi
pries,
L. Preetan Agg^rholm
DdMadeira la^I^ison l*?REETZ^AN-46CERHOUH a re
iouek .lemeibles en oiitr. clia.ses, dodioes, raop/s, lablj
Z?V &*** el failli. Iiupti.ii a^mimeoi de M
JroiJer.es a U maii), ;
Prix excessi ement aoilVe
)ar les radicaux ne peut pas indiquer
|u'il y ait un changemml dars h
politique d'un c i ou de I autre. 11
centre de gravit continue .1 tre te-
nu par la Gauche elle Cei t*e ci
c'est la que se irouvent la plupa.it
des partisans de M Leygues.
LONDRES Les entretien enlr
le Rvrend pre Kicher Ollanagat
faisant lonction de prsident des Sin
Finners et Mr L'oyd Georges er
vue dapporter la paix en Irlande
Vendredi soir il a eu un long entre-
tien ave Mr L'oyd Georges doot le
rfu'tats, a-t-on dclar dans les m'-
lieu\ ollic el. ne sont pas aussi sa
tistaisants qu'on l'esprait.
DUBLINMr Baon de Val, pr
dent de la Rpublique Irlandaise,
s'est dparti de son silence aujour
d'hui en dmentant v g^ureusemen
le prtendo comp'ot de Allemig-"
et de l'Irlande conlre la Grande B e
tagne et att?quant le livre blanc du
prsiJent publi srmedi et relatif i
ce complot.Une audacieuse tentative
d'assassinat a t faite ce matin sur
deux officiers qui se promenaient
avec la femme de Lui deux dar.j
une automobile de touiUe dans les
faubourgs de la \iiie. Un des c fi
ciers a t biess mais on ne conna'1
pas l'identit de la machine qui se;
dirige vers le chteau de Dublin,
w
BAZAR METROPOLITAIN.
Maison de confiance
Angle des Rues du Peuple Port-au-Prince llki'i)
Grande Liquidation annuelle
pour renouvellement de stock.
th m^ ne surprenant par CM lours de baisse gnrale :
Couverture lgre en ecton fini, la pice
extia
et Nne'exija hlpice
Gommes 3t Pastille a de nentlu *~-
Cigaret es l'iedmont
Mu rad
c Molac! lin
Table Bull Durham
Fume cigarettes, lgante
l'ipea
Bifcui's l'necda et I akhouia
Chocolat liordjn s
Fromage psite grat se, quali choisie
Itiz La Caroline
Pomme de teire frachi
Jartelles pour hommes
, Mouchoira de poche pour nommes
TatWI th or ;i, 75 la douzaine--!Tassei caf'nr 1M u *~~ - J
Sac main pour dames .** a cate.or l.lo le doozsioe
l'lite raaletie de or 4, maintenant centimes la pice
Corn FI.kes maintenant or 295la pice
Craam of wheat i"> cenUmea le nnt d.,hj- , 25 centimes le paquet
Itaf aech. en verre 80 le irre M?? 8 <^ K centimM ,e ferb,anc
Olives Heine en flacon Man-gue eu ferhlanc de 5 livres 1.45 le fprb.arc
Mms doux au jus, Verihest ^ cenlirnsk flron
Celen au jus 75 centimes le feiblano snnno r 0,10 1& centimes le ferbLcc
Fo'M Leof Veribeal 2t) cent.n-eale fflrhi.no P 1? ^^prtus ID centimes
Beef Stesk Ja Hambourg et la G'or .5 8Ch 2U cen,i,De8 |p f*tMa r
SaXdlCtl I huile 25 centimes 1 lerb ar,- s..,, a _1 centimes le feabUn1
erD aLC'~ ^uoDon Armcurs 40 cen imea le lY blarc
|or 1.75 la pane 3.K
4 cenlimes le paquet
i7 1,2 le paquet
L 15 centim'jit le paquet
17 ceuilmts le paqtet
14 ceutimea le tac
iO et 35 centimes la pice
C 20, 25, 50, 75 et 1,5>5 la pice
12 cent'mca le paquer
l,-^ centimes le paquet
I OH ceutunes la livre
.10 centimes la livre
7 centimes 1s livre
.12 centimes la pice
17 centimes la tice
r-
i


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM