<%BANNER%>







PAGE 1

LI MATIN sm 1 E r, iUUfffi Malherbe Pressai A : ont M .V/fv suiva tes Cayei le 8 ;... • i tr ,<,,, Petites Nouvelles] Avis eommevciil i* nQ ^^"Cs-deJVinrto^ /. iriiJALLL. VRITABLE .: g d'i. PP.StRVii, Tl vos Brou PARACHEVER le d'uu Rhnme, ii ou (Tune Prcn l'r.i. in-./ roof en d mla r.-fi, i' I' -, .••. (g .; | MM : M -"ii Iml e. ii. us ; PASTILLES VLD/t EN BOI" tmtun uni r* Ncc I | p / , ".<" %  en juin d/j Xiurni aix Allemands penc**i t J. i o cupsuon du thirboo ei (rduits. Dans uie rrserte dn si %  ic fuie JOI-I la D i*e ce libti i de rriiOEnicr, Air Bicqueville crom J.ur lereur. La ion i .on ila.ge de lei quic rn c< qi cor c ire la cenduie de l'ancien n • rilU I dcid ejtl r.'y av'ait r/? Iifu ce lin cliquer dsas lei mites ei qu-il ne Ut. t rerdu :( i p;b!e que de l^iii it d ,. ,., i er.ee. ATHENES— D.O on rrc:< g. la LCLvel.'e assenbuv. inemen'. /.l'HLM S— Uo | il dais, ccr.t on L'a pc co dtnul oi I s iln ul hiu iu :cn, u to.otn ; i | tait rotaVccizUi, p Loui mania... Le tooi coups de rto.vt i q U t de sa nhidence en Ux au m. du ibA'rc Oionysius. 1 AKIi) ~ Poui la pur, U depuis la gutrre un cieia a : thanc a P MU h. u lc Wakjne de Wsgner a t lOpt.-a Iraoiif, Tous le j taient occupes. Mi Andr h u! mmisiie de J instiui lien (i i ql autorit la reprsentation atrfc ivt uu ces rapiona ei il cnnlta ti dts cen posiiu que le public ce mi cuLcoppoMiitu en enteed. 11 d< A -" Jcuira' %  M.-:i 1 -• t -Piiuce tien Cetliii t-cus faitor; 'e devol : o us J" d-fPdw, unoemlouini losi.l.i ,, j'ditarl ici, ( | lela.attlc .<„,,!.CD du d bion officielle daj la l:e de 1 Irdfpetdace NaMonale, Vcuajeonala. Urca la conduite icqualifiable d. Monsieur Alalheibe fieaaotr, prld et adrniniitrateui des finaects de cette juridiction, que rous avor • ettie comme il convem il Afin doit,rii i (g PATRIE j. reparution publique i laqcelle II I 1 a dot, nous vous dfœandcnw, an r om de noi glpires ascieo, >o non -'e IL.'tnntur national foua d ua aider obliger le Gocvernt imenti punir et rparer ce cruel 0 Ll '' %  PAYS. j Enattecdant.uuillfz pgrfr.cneu confiieaj IUSS liccrea complimi et nos ..Inoiqufs salutation. Act. Till \ .•( | j. Ib. Dfi E Dm cti; u v U 1 1 — Nous ferrai dn ain 1 extrait Je losliiia qt i relate lea ,v repiocb^s a >..t Maine; t ,-i, ~Au r,n hitr, il o cl ce MU une j n i %  r i llidrale l< i i ira matin, poi r re renWr la c jP llf'd.' Il f l,, f n-in di nu;: :, r I) eu d-'nra yi r I pidi m e qui •• n c ic em f ~~ L> Bl • %  i %  %  : i' %  %  ••,., III, • pcaia doritrl • canat r ., litige la Fonigo U i i, P K 7 i( •'• I ll< LU. S aelt, i''' Idi. d s di| ns ;, ! r emt m x n Imitiecnei al l ont donn eetisl \si on 'H.X derouti •pp. A ce-ie occBtion i'n gri d WH oi.;;aii,.; p, r on coir; 6 .'. ean o patrom tu s. Les rueiiiliiea de l ; Uuion .-.i Jicnle duCcrpa de .Sant s. rt u, wot cet aprimidi '. beurei, ; 'Hoenice irai. lu „ e...i 8 de g i ^" %  • latoei si i des qcetion lou >>' ni i epidi ii >e ec ui lie. ~,} V' (uu cle l"^ eit forn en vue dou\n ni e O\ BC Irtici nui-i-iiue potr laebal e d :Vi tant "tesgaireb l'aetbiuistemeiit de li Mile. Hier malin, uni colljilon d'au osa tu Uu ia rut Danta Du touche?. Lo iuik communal du c, ,ai,I,,| ;'i"i\ tdi paratreconlicr • %  %  ' d ' loterie drem Lolen. Munit pale qui a poui a. utd "' ( i ilae du .\o.d i Htel e Vlr. te la Cathdrale ccabioo utli fte de%  lea H ia .viag . onde est i A.I nt di i 'e du U j-ii.i iei S. aiiis i Ils i'i i i Q| h c i , ic on n I c 'il Ri M pu, '" ion M g s n •l I l'r | 'ii ; | c il il • vi | 0 "'('•<•, itcien C ; .| : du |\, t, c N l'-uveioiii un an or i i en* n lui Arraour; m s tu rak, bœul ialc, t de pore, pied* tin •<•. li i ngsea saumure h irei ^ sauia, n oru biurre CopenhaI ariram' -u :re grana', bis Soda, huile .l'olive d'spa -L lo s ? rt.r^ ilvon g gl d on m ar '' d e, g| 0 :, s g zn-e'bJ Iran i, el ,,],„, a de U r. v nec O/II luiont donn des U. noo g-3g- ."e lt ifr jnipathle i i' 0 cjson d la r oit de la irg^aj Mut \ v • tmnvuaH Thomas u e Ihcm-s d 1?s puent de croi gratitu re lei u se iinea:. de tiva %  J Grand Ho loi PATItlZ iMiice Propritaire On y trinnoa : ue t'est piodu i tjttcn, XBceid ont irclu Jes eeuvr i dt; xmpositeurs allerranda dans luui' piegri n ns Le puHic a invarii b 1 • i al montr nneg'i %  ion de ces o L\rer, dars qu 'que s te.larea de a \ \ es ont u • '' e*er tei nt 1 cxi if cei % %  nrceatx. I AKi -i. ditec'eun des offi • orrfpeniaiioi des allie lror.di unt niai a I aiu |o. i k fc c %  < s paiements a ci c if cea, 1 1 directeur d" i l i i.v. i .,. n k uivei %  i ve que la b nu .' LVOIll B n un foi u iu\i i ATliKM %  %  %  ; j %  Ni i' i di i t di la mi m i *l i pir un ii connu ua-di. irteidi i 1 1 ':. .. : i ,,, m -, m el a 111 ; : u; nviien r en I u t ind d( la mue Oo a %  ni' d li i luve'rgp I AHls foi mati m reue dV.iso..e, on cou ii uc keip w •l'-e h le i i, k udek u i ( u. 11 u; u 11 u d, | au.r j, m Pana & la ai le | iiu iive u i ..t enviai tvrai tn aid di qui Iquen |> an :< i le la ll DJ li du eu. eeil Bopia e. I tllb La tui..e. u. ce di ra i ii! acte du tapi oit d( oa : i de ci ni Ole nuvi i n. talent h ll ution de< lais'8 du Ira t. eNci Illy i dcida VCQ 1 u i ilu dttroudn la ci m oii'iui %  : ; Ole ii bulgrne, bl LG I '-. pi La h repn a au .ul le ; :ou-l . da du .1 lie klitvioi ie avec la s rbie. : M Drouii 11 i aul ; i u m. a New I'O k • i I ha'e vj en ul djo i t .N w DttatiKa Ri l i '' U) t N ; i u n.. coiacl t | W Yl k Ce U I "Il ( ir de cci ; ii Stbaiti r l t qt tvil a ooi i i a Oui :,., as ''•'•'• LHaveii conaul i Cad xeati eiinu tuii Utre UaiJeitt u air Brorzel co, toi Mexico est n n i I •'. K. I eM •' %  i r tbl LI mn ni i i i \tci il piiirta— lielle Cl in u a in ii i Epi,, bu nie i — AU Em, H h lotie roui iiix Cayi B. No. Lyci s seront J .• doti J un u. b ; el di i>nqi e e I do iebo }u<\t, le c a (< i utceaattira rrani '/"^ 'cu pai I. '• partcmrfBt d. Ilnitruc ion j ub'rq c— Au te uni ie u. '.f.nouai, noti Ci mu uni ju Icb ,ce di KM. s d ui mi e u,en. cuia il m |, -ei lit du livrea r ptive* q'ie nou ; pi-blle lui b ei( uiain. 1 ouvciii .>u.t fronci B 1 •'"• iea Bjreo.'ugloiirfU ii iiitni 11 li m |, ,..,,,, a Uou i gJ i en Uo:niM ge onliumea. — A x Cayee. es tond recueillit '•'•i li • %  i i=n %  ;. du i urmie .-e un, I V 1-1 ou.iiii i nul— La naison AL it Goio, u. i i yea ij^i a dtpcae M t li ib, a o i iec aiea en Lt de lai li te. — i-e b l icensi.ti du Uercle 13-1.evue u tu lieu buiueui. Un* iiOUci < deprmer choix re#vo BLANC Ds vmvmsmu eiieuUrsletemem ^" wwro " meilleures hlirQu ^ fin du Cap C rse miQuinqnhm \ A de prix trs mo-irt,, •irand rabais ponr les vante* en 7 ,-oj.l i la semme de 7 37 gourdes i ele exiuiieea tu ligltlia $A1TS DIVERS ODSKRVATOIRE DU PJTlii bEMINAIREMSi (.OLLEGRf M MIL aeNSLIPNEMINTR MLTLKOLOGIQUEfc ) i n lu y I i. vu r 1921 Machine crire Fox portnblv Cenfury L. PreeiZiiiaaii Aggerholm 1101 rf, a'cndlre 76: niinmum 20; remptature u. xir'um jo n? diurne 2j Ciel clair I y u r t* ge ni la nui* Paroo we coosiaat. J. SCHCKER La Commune agit • cont-o 1 e^pidxr if Le pub'ic niprei dra av. c iatjafa< jee la (.Vmmune va prrrdie h ;: (J aies d'isniruae m ni t la vile. 1) bord, prur in n oli'.i'er 1, i loces ie, elle crpimencera r ;ir li' ruer. M Eug D/gaodJ'ii il Coi B lai t d. s l'ompwa lu "lositic n rcur ce stiTtn I 1 le on fufi dera i la d ir (eit en des qeailfera et dis mriroBi atectei, l'aid d li [Oidca r t ce, tiques. Inspection Scolaire De Fort-au-Prir.ee A vis I lotpertiOi Sctlaira fionnp a\ia •'ux i;. 1 '1 s par rapport i M corriiroe i 11 •• ir, le Ci n c< 1rs es prelorg Un 1 1 prtt <•' n ois. U 1 Rodolphe Claude M -a Chirurgie %  -.8 des Li.leit. 0/1/1,,/.. A s • Lrovecce, Jaruel OU# l?>/(lCltOll a Une Occasion partir de'lhindi 10 Janvier 1)^J The West Inii.es Trading Company Commencera une veille 1res exlcnshe, ne devant du er que quinze jours, de lous articles luainleoaui en slock dos prii exceplioanelle ment rduits, non corn pris les pice de liahq Fordei Qialiqiies (iood veine se loriuimra Celt reles pneu Year. le 27 Janvier "ion noua !„,,„ donnorou /



PAGE 1

QtttohASt'ftpleNoi 3076 Port au Prir.ee, Hati Trr.i 10'Jrrriei K\ 9 DIRECTEUR-PkOPRlKTlRE; Glment-MAGLOIRE; LE NUMERV r 20 CNTlatLS Matin Quotidien REDACTION; Rue Amricaine No. ta* TELEPHONE: 4 J|La seule lvalioo con-l sste dans l'exercice, le& dveloppement; ^'nergie > des plus nobles principes ei des plus hautes facults de Tme. CHANN1NG / QUESTION DU JOUR tl IRRI Le mal rpandant toujours la ter reur et chacun ayant l'air d'y allt i de son petit conaeil, je me dcide i lisquer ici quelques rflexions aur c sujet littrallement alarmant Il .Tout d'abordenregistrons la bcr Lue oouvel'e que, si la maladie gagui %  LaiQUnpni les couche suprieure fW•,,.-Au-fii* l u proportion de I. "•mort alit IB p •••oi. Cepen dant, la presse a t unaatra*. ce jours derniers; dclarer qne le m augmentait de ravagea et qu'il y ava lieu pour le Service de Sant d'an menter son action. L-dessus, ou a recommenc 1 in lerntraent utense des malades, et cette semaine.on en a fait un rama aie en masse. Revenant sur la tol< rance grce laquelle la plopai d.a mblades avaieut pu se aoigm i chez eux mmes, le Service de Sant en a fait transporter une grande pur tie I hpital gnral et arracher Us enseignes jaunes qui les dnonaient. Cttte mesure fait pousser de hauts cris. H faut pourtant ra logque ou a densnd d'glr. . J'entende b n n H demand d'agir toutei indiquant ce qu'il faut faire ; et i arnve que ce n est pas dana le sert i d que qu eg't le Service d Santfait pu* l'a-exemple le Service ne da nfecler la ville • Le S rvice a certainement se torts et nous avons les ntres; c sont ces derniers que nous voulone aminer aujoord nui Un grand nombre de cas d'ale trim > ont tenus cachs par ovi't d'int rner les masdes. Les famille tant au couian> qu'une sanctio avait ( l applique, pour dfaut d dclnation, contre d?ax de nos m decins, on a'eat dc se pass de mdeci \ et chacun se soigne s. mme. Bien que n'tu.t pas un ho me de I art jincline penser qu cette faon de fuie a beaucoup co tribu a aegmen er l'tendue de l'p inie. Il faudrait donc rendre la dclan ion rbligatoire pour toutes les peisonnes appeles par ailuatiou 4 ti su curant des cas, .les parents le plus proches, par exemple, et qu cohabitent avec les maladesDe plu il fallait, — et nous devons dire ; i tant, ai on accepte que dea m tlsde dont les maisons sont sufii sarninen isoles continuent d tre soignes a domicile, exiger que le traitement soit dirig par un mdecin. Ici, nous devons signaler une I. cune dana notre administration d serv.ee de aant ; c'est le mdeci quartier. Cette lacune autorisa h malade qui n'a paa de moyens t< passer de mdecin. Le jury mdical ne peut-il y suppler :'•. Mais voil la Jui y mdical eut la. larme aux pieds et il se pleint de n re p utilis. Il semble qu il peut s utilise i iUi mme en organisant la dtens*des familles et des maiaons en vi.i tant d'office les maisjng. de chaque quartier et en signalant a l'autorit officielle lea cas qui doiven tra iu ternes faute de conditions suitissn tes d'isolement, et ceux qui peuvent tre tolrs eu traitement spcial. Il peut auaai dsigner les mdecins qni doivent tre de service pour ie n alternent dea malades dpourvus de moyens ; chacun tant bien con vaiucu qu'aucun de nos m.e:ins ne peut s'y refuserMais on parle de mesure de dsin fection gnrale • et comme il apparat que le Service de Saut n en tait rien, la Presse demande au Jury m dical de s.eu occuper.Et comme, par ailleurs, il n'y a pas de tonds pour L'ETUDE L' ude est la source de douces et nobles jouitsmees; elle nous dlivre les proccupations vulgaireB. elle nous fait oublier lea meitrusures de la vie. Le livre est un ami sincre qui noua fait bon viaage dana !•*•* jours heureux comme dans la raau vaiae fortune. Nous parlons du livre itieux, utile, qui instruit, consolb releva et non du livre frivole qui mute at trop souvent dmoralise. On ne se pntra paa aesez du ca ractre du b.n livre, c'est corn i une voix qui nous parle travers les temps et nous roconte les tra vaux, les luttes, les dcouvertes d ceux qui nous ont prcds dans le chemin de la vie et, a no're profit, en ont aplani lea asprits N'est-ce pas une des rares flicits de ce moede -,ue de pouvoir communier psr la pense avec les S rende esprits de tous let sicles et e tous les p%y* i Us ont mh da* s le livre le m i leur de leur iate-1 • gence et de leur cœur. I's nous co < duisent par la main a travers les ddales de l'histoire, nous guident vers le hautes rgions de la scienc-, ie l'art et de la li tjrature. \u contact de ces œuvres qui constituent les plus prcieux b.eos de l'humain ie, en compulsant ces archives sacres, nous nous sentons grandi', nous sommes fi ri d appartenir iea races qui ont enfant de tel gnies. Le rayonnement de Ic-n pense s'tend aur nos mes, les rchauffe et les exalte. Sachons choisir de bons livres o habituons nous a vivre au m lie d'eux, eu rapport coosUnt avec les esprits d lite. Reietons aveu soin les livres immondes crits pour Mot i les passiena bisses. Gardons-non 1t;|!r. Sous votte ombr>, Palmier de ^oups estiopi / Il tait l. deboat suolim Va-nu pied Le Hros qui venait du bout de son Kpe Dcrire dans le sa g l'immortelle Epope I Les yeux roogea encor des auiore plq ief, li'laecji dans le jour aux lueurs nrolq tes Cimme un immense cri traversant l avenir Le aolonoel sermei.t Vivre libre ou mourir C'eet von-, an* je • os, en cet aviver ai e Vo os 'on l'ue we bral 'iqne et pi s q ..• c ne na t Aurola r.oa froats a un halo dj clar t Titan voa forgeant des pics pour notre L b'ti^ Keveill z-vous, sortez df main devotœ lomb* I l'o ir sauv r la Patrir, soldat qui succoinb 1 2 Janvier 1921 Caristisn REGULUS LEJATIN ABONNEMENTS PAR MOIS \ PORl AU-PRWCB DPARTBMFNT BTRAMGBB G. 3,00 G. i.,o G, i,oo Les annonces sont recoes su Gomp loirs International de Publicit l), Itue Troncliet, Paris et IU, 91, 23, Ludgat^, lit I. Londiep. %  aaa Maroor* al Cuivra laaitpentabic mm JM Epidmiet I • %  um a'^o a— y a— sas •••••• i SMUMdt riioooi.,a2, au* dM HiahK,rN m Ca Vtmtr : Tolr M tard — cas opinions turbulentes qui tro blent les soci4t4; il f*ut se recui lir, faire la pi x en soi et autour djoiAlors, loos les chos ie la vi publiqn' se taisent l'me ren'.n en elle-mme, rep-ea 1 le ssnti ae de la na'ure. des lo's ternelles e communique avec la liaison S i pr me. L'tuie del nvur* terrestre lAv et f)rtilie; qi dire de la vision d. s cieaI? • • •.. AX I Lorsque la nuit paisible -^roui 30 i dne toile et que le dli dis astres commence; loisqie dea amistellsires et des nbuleuses periup au fond de< e'pices, la clart trem elante, diffuse descend sur noun. une myarieus inlluesce noua env. oppe. un sen itneot profondment religieux noua euvahi • "oui ne les /aines proccupa ions se taisent ; %  cette heure/ Comme la sensation d l'incommenaurable nous pntre. ous crase, fait ployar nos genoux! Quelle uinette adoration monte de iotre casai La terre vogue, faible esq if dans es champs ds l'nnmensiElle vogue, eutraine par le puissant mleil. Partout, autour d'elle, des jrofoudeura bantes qie nul ne peut aooder aans *et igePartout tuasi, dea mondes, puis encore des no ..d s, lies llo.tante?, bercea diii* iea llota de l Emer Le regird se re (use a les compter, notre esprit les :onsidre avec respect, avec sinour Leurs subtilsrayonnementslat irent. Euorme Jupiter et IJI Siurne iu entoure une charpe lu uiueuse at que couronnent neuf lun n d'or, .olci.s gants sux feux mul ico o iea, sphres innombrobles, nous vous s luons du fond de 1 espace I dond s qui tincelez sur nos tte -, iuellea merveilles reclervouc'.'Nou* oudno is vous CJonalre, savo.r La parole pic f que Discours de Mr Urmie, prs U d d honneur M s'an ••, Messsieurs, Toutes les natio is prnvenl des inquitudes qui leur font un prsen' tourment. Soutirant d'un mal io lifioissab'e, elles chercehrn pa' instinct le remde infai'lible q li legurirait. Pour amener les peuplet la concorde, il y a quelque chose jui va plus vite que le 1 industrie, plus vite que le <"onrnerce, c est la parole. Aujourd hu ; on (onde par Uut des confrences o I ile d l o t se prcise sous l'action de U pense libre. Si dans la socit h i inn I &f ier' national* se rveille, api'I h j m iiiantes preuve-, nous le de /ons i ces associations o les ru m nei qui jugent ch ngeut sans co l.e leurs opinions. C'est un honneur pour nous le nous re mls au mouve ment contemporain. Voil une ai ne: qus nous avons inauqu d; ns celte salle no're centre eVa.tivit in tellectuelle. l);s tmoignat^es de sy n pathie rous so t v nus de \ouvelles Ei r i ijr^> 8 Janvier PARIS — Cours des maichs — Renie } 0|0 )8, Sl-iling S/ iia, LA HAVANE — Le croiseur des Eta s Unis VI nnota ayant i son bord le gnral linoch CrowJ.r, d lgu par le pisilent Wilson pour confrer avec le prsident M:no:al sur les sujets concernant les iu'.u des E ats Uni et de Cubi est ent dansle pot ce mitin Si slu s ont .h mgs avec M Jtro Ca Tampico. CONSI ^HMO?L. -Les lc'ara tions dites pr Mr L oyd G.org: la Chrnb. d;s Comnanes le aa v nus de tout:s dc mb e usinier en ce qui concerne puts — Nitre œuve a un doub'e'les ngj-iatuis que le goaverue caractre : elle est pitrioiique et uii'meit turc attrait e .lames au suj :t verselle. G :e i cette concepiiai de du con rle di Cojstantinople oui la soiduit des honm;, coa:ep formelle neat dneulies par .e lion top longtemps rejeie, comme grand viz r T.|hk r'acha et Sef* 8 y u-ie vis oi chimrique et qui, de ministre des attelle* traigfM tii nouveau, s empire des esp ils, la dit que L'oy 1 t.'orge au ait a tri. n p.ine o'exc'ut plus 1 humani;. Le qu? le g uvernement taie avait pro tronc commun voii reverdir tsu'es pos ses branches. Lt Iraternil de; p'es est appele J rgner paix universelle malgr les adeptes de la v olence c'itie U ie m e un.on ce con,„.i8 VOUS wuu.H-i %  -.,.., %  uels peuples quelles cits tranges, P". P"ole d mdfectiDle pelles civilisations s panouissent chr nera le monde.— I iur vos vaales tlancsl Un intruition solant espoit nous d iucrte u JUS du qu'e-i vous rside is la d?ux me confreu pos )i' .J CiS o des gtran les t ai p:u seraieat loanes qu:C).i un no >.e dans la ae sera t p s p. s aux Turcs, ceux-ci ouil-if ent la p.'.te de bmyroc cv de la Vhract. BKUX LLtS— Le baron Chailes de li ope/.lie aucieo p e.nur ministre ne sera pis pjjrsjwi pjut it a ons oive.ti session annuelle d: la i : de p.u d'i.npoittnce qu'il a bonheur cherch en vaiu ici-bas / Socit internationale de confreu jou dans le procs du baron Evence Etienne Carmant L'.ij Coppe / et de sou dis qui avaient --... •• .-,.--5 ,# C


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05282
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, January 10, 1921
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05282

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
QtttohASt'ftpleNoi 3076
Port au Prir.ee, Hati
Trr.i 10'Jrrriei K\
9
DIRECTEUR-PkOPRlKTlRE;
Glment-MAGLOIRE;
LE
NUMERVr20 CNTlatLS
Matin
Quotidien
REDACTION; Rue Amricaine No. ta*
TELEPHONE: 4
J|La seule lvalioo con-l
sste dans l'exercice, le&
dveloppement; ^'nergie >
des plus nobles principes
ei des plus hautes facul-
ts de Tme.
CHANN1NG
/
QUESTION DU JOUR
tl IRRI
Le mal rpandant toujours la ter
reur et chacun ayant l'air d'y allt i
de son petit conaeil, je me dcide i
lisquer ici quelques rflexions aur c
sujet littrallement alarmant
Il .Tout d'abord- enregistrons la bcr
Lue oouvel'e que, si la maladie gagui
LaiQUnpni les couche suprieure
fW- ,,.-Au-fii*l u proportion de I.
"mort alit ib p oi. Cepen
dant, la presse a t unaatra*. ce
jours derniers; dclarer qne le m
augmentait de ravagea et qu'il y ava
lieu pour le Service de Sant d'an
menter son action.
L-dessus, ou a recommenc 1 in
lerntraent utense des malades, et
cette semaine.on en a fait un rama
aie en masse. Revenant sur la tol<
rance grce laquelle la plopai
d.a mblades avaieut pu se aoigm i
chez eux mmes, le Service de Sant
en a fait transporter une grande pur
tie I hpital gnral et arracher Us
enseignes jaunes qui les dnonaient.
Cttte mesure fait pousser de hauts
cris. H faut pourtant ra logque
ou a densnd d'glr. . J'entende
b n n h demand d'agir toutei
indiquant ce qu'il faut faire ; et i
arnve que ce n est pas dana le sert
i d que qu eg't le Service d Sant-
fait pu*
l'a-- exemple le Service ne
da nfecler la ville
Le S rvice a certainement se
torts et nous avons les ntres; c
sont ces derniers que nous voulon-
e aminer aujoord nui
Un grand nombre de cas d'ale
trim > ont tenus cachs par ovi't
d'int rner les masdes. Les famille
tant au couian> qu'une sanctio
avait ( l applique, pour dfaut d
dclnation, contre d?ax de nos m
decins, on a'eat dc se pass
de mdeci \ et chacun se soigne s.
mme. Bien que n'tu.t pas un ho
me de I art jincline penser qu
cette faon de fuie a beaucoup co
tribu a aegmen er l'tendue de l'p
. inie.
Il faudrait donc rendre la dclan
ion rbligatoire pour toutes les pei-
sonnes appeles par ailuatiou 4 ti
su curant des cas, .les parents le
plus proches, par exemple, et qu
cohabitent avec les malades- De plu
il fallait, et nous devons dire ; i
tant, ai on accepte que dea m tlsde
dont les maisons sont sufii sarninen
isoles continuent d tre soignes a
domicile, exiger que le traitement
soit dirig par un mdecin.
Ici, nous devons signaler une I.
cune dana notre administration d
serv.ee de aant ; c'est le mdeci
quartier. Cette lacune autorisa h
malade qui n'a paa de moyens t<
passer de mdecin. Le jury mdical
ne peut-il y suppler :'. Mais voil
la Jui y mdical eut la. larme aux
pieds et il se pleint de n re p
utilis. Il semble qu il peut s utilise i
iUi mme en organisant la dtens*-
des familles et des maiaons en vi.i
tant d'office les maisjng. de chaque
quartier et en signalant a l'autorit
officielle lea cas qui doiven tra iu
ternes faute de conditions suitissn
tes d'isolement, et ceux qui peuvent
tre tolrs eu traitement spcial. Il
peut auaai dsigner les mdecins
qni doivent tre de service pour ie
n alternent dea malades dpourvus
de moyens ; chacun tant bien con
vaiucu qu'aucun de nos m.e:ins
ne peut s'y refuser-
Mais on parle de mesure de dsin
fection gnrale et comme il appa-
rat que le Service de Saut n en tait
rien, la Presse demande au Jury m
dical de s.eu occuper.Et comme, par
ailleurs, il n'y a pas de tonds pour
L'ETUDE
L' ude est la source de douces et
nobles jouitsmees; elle nous dlivre
les proccupations vulgaireB. elle
nous fait oublier lea meitrusures
de la vie. Le livre est un ami sincre
qui noua fait bon viaage dana !**
jours heureux comme dans la raau
vaiae fortune. Nous parlons du livre
itieux, utile, qui instruit, consolb
releva et non du livre frivole qui
mute at trop souvent dmoralise.
On ne se pntra paa aesez du ca
ractre du b.n livre, c'est corn i
une voix qui nous parle travers
les temps et nous roconte les tra
vaux, les luttes, les dcouvertes d
ceux qui nous ont prcds dans le
chemin de la vie et, a no're profit,
en ont aplani lea asprits
N'est-ce pas une des rares flici-
ts de ce moede -,ue de pouvoir
communier psr la pense avec les
S rende esprits de tous let sicles et
e tous les p%y* i Us ont mh da* s
le livre le m i leur de leur iate-1
gence et de leur cur. I's nous co <
duisent par la main a travers les
ddales de l'histoire, nous guident
vers le hautes rgions de la scienc-,
ie l'art et de la li tjrature. \u con-
tact de ces uvres qui constituent
les plus prcieux b.eos de l'humain
ie, en compulsant ces archives sa-
cres, nous nous sentons grandi',
nous sommes fi ri d appartenir
iea races qui ont enfant de tel
gnies. Le rayonnement de Ic-n
pense s'tend aur nos mes, les
rchauffe et les exalte.
Sachons choisir de bons livres o
habituons nous a vivre au m lie
d'eux, eu rapport coosUnt avec les
esprits d lite. Reietons aveu soin les
livres immondes crits pour Mot i
les passiena bisses. Gardons-non
1 sensualisme, qui rpand aprs eli.
a coirup iod et 1 immoralit. Eiu
dions aurtout la nature. Cest l
grand Uvte aux inspirations les phi-
varies et profoodm nt consolante .
La science humaine est faillible ei
variable- La nature ne l'est paa. E i.
ne se dment jamais- Aux lieuu
d'incertitude et ne dcouragnmeu ,
quand notre &me est attendri*, r.
mue par un sentiment profo -i
tournons-nous ver s-la Nature- ce soit su bord des ocans, sojs u
clart du jour ou sous la coupo
enneelante des nuits, au milieu de
champs et des bois ombreux, dai.t
le silence des fo .s, toute tude e
bonue qui se repose aur Is natuit
et qui se fait dans le recueillement
de uotre conscience.
Comme ans mie, elle noua a,
cueillerai nous sourira- cous berc
ra sur son aein. Elle noua part*! a
un simple et doux langage dana h
quel la vrit apparatra aans fard,
aana apprte; mais ce longage pair
ble- bien peu veut l'couter et I
comprendre- Combien de lois, je l'ai
moi mm-i entendu. L nomme port-
avec lui jusqu'au tond des nolitudet
ses passions, ses ag talion intne
res dont les brui s couvrent 1 ens
gueulant intime de la Ne ure. Pou
discerner la rvlation immauso..
au aein des chose:', il faut nnpt.se.
silence aux cQimres da mon je; a
lente de notre confrre L'Essor s
organis une souscription puoliqua
dont le produit sera mis a la dispt
sition du Jury mdicil.
L'Etat cependant a des fonds, lui,
pour pareille besogne. Dplus, elle
incombe a d'autres qu'au Jury moi
cela.la presse, sur l'iuiatiaiive excel- cal... Mua-
Le Soldat de 1804
UJjtj'i SBIBR NlKllv mira
Prraieral ilr I IsBsrialiea il Crnlf-
llifl Jf HnJe|ifiiil.i;irf Yilli>t;|!r.
Sous votte ombr>, Palmier de ^oups estiopi /
Il tait l. deboat suolim Va-nu pied '
Le Hros qui venait du bout de son Kpe
Dcrire dans le sa g l'immortelle Epope I
Les yeux roogea encor des auiore plq ief,
li'laecji dans le jour aux lueurs nrolq tes
Cimme un immense cri traversant l avenir
Le aolonoel sermei.t Vivre libre ou mourir !
C'eet von-, an* je os, en cet aviver ai e
Vo os 'on l'ue we bral 'iqne et pi s q .. c ne na t
Aurola r.oa froats a un halo dj clar t
Titan voa forgeant des pics pour notre L b'ti^
Keveill z-vous, sortez df main devot lomb* I
l'o ir sauv r la Patrir, soldat qui succoinb 1
2 Janvier 1921 Caristisn REGULUS
LEJATIN
ABONNEMENTS
PAR MOIS
\
PORl AU-PRWCB
DPARTBMFNT
BTRAMGBB
G. 3,00
G. i.,o
G, i,oo
Les annonces sont recoes su Gomp
loirs International de Publicit l),
Itue Troncliet, Paris et IU, 91, 23,
Ludgat^, lit I. Londiep.
aaa Maroor* al Cuivra
laaitpentabic mm jm Epidmiet
I um a'^o ay a sas
i SMUMdt riioooi.,a2, au* dM HiahK,r-Nm
, Ca Vtmtr : Tolr M tard
cas opinions turbulentes qui tro
blent les soci4t4; il f*ut se recui
lir, faire la pi x en soi et autour d-
joi- Alors, loos les chos ie la vi
publiqn' se taisent l'me ren'.n
en elle-mme, rep-ea 1 le ssnti ae
de la na'ure. des lo's ternelles e
communique avec la liaison S i
pr me.
L'tuie del nvur* terrestre lAv
et f)rtilie; qi dire de la vision d. s
cieaI? .. AX I
Lorsque la nuit paisible -^roui
30 i dne toile et que le dli dis
astres commence; loisqie dea ami-
stellsires et des nbuleuses periup
au fond de< e'pices, la clart trem
elante, diffuse descend sur noun.
une myarieus inlluesce noua env.
oppe. un sen itneot profondment
religieux noua euvahi "oui ne les
/aines proccupa ions se taisent ;
cette heure/ Comme la sensation d
l'incommenaurable nous pntre.
ous crase, fait ployar nos genoux!
Quelle uinette adoration monte de
iotre casai !
La terre vogue, faible esq if dans
es champs ds l'nnmensi- Elle
vogue, eutraine par le puissant
mleil. Partout, autour d'elle, des
jrofoudeura bantes qie nul ne
peut aooder aans *et ige- Partout
tuasi, dea mondes, puis encore des
no ..d s, lies llo.tante?, bercea diii*
iea llota de l Emer Le regird se re
(use a les compter, notre esprit les
:onsidre avec respect, avec sinour
Leurs subtilsrayonnementslat irent.
Euorme Jupiter et Iji Siurne
iu entoure une charpe lu uiueuse
at que couronnent neuf lun n d'or,
.olci.s gants sux feux mul ico o
iea, sphres innombrobles, nous
vous s luons du fond de 1 espace I
dond s qui tincelez sur nos tte -,
iuellea merveilles reclervouc'.'Nou*
oudno is vous CJonalre, savo.r
La parole pic f que
Discours de Mr Urmie, prs U d
d honneur
M s'an ,
Messsieurs,
Toutes les natio is prnvenl des
inquitudes qui leur font un prsen'
tourment. Soutirant d'un mal io
lifioissab'e, elles chercehrn pa'
instinct le remde infai'lible q li le-
gurirait. Pour amener les peuple-
t la concorde, il y a quelque chose
jui va plus vite que le 1 industrie,
plus vite que le <"onrnerce, c est la
parole. Aujourd hu;, on (onde par
Uut des confrences o I ile d
l o t se prcise sous l'action de U
pense libre.
Si dans la socit h i inn I
?ier' national* se rveille, api'-
I hjmiiiantes preuve-, nous le de
/ons i ces associations o les ru m
nei qui jugent ch ngeut sans co
l.e leurs opinions.
C'est un honneur pour nous
le nous re mls au mouve
ment contemporain. Voil une ai
ne: qus nous avons inauqu - d; ns
celte salle no're centre eVa.tivit in
tellectuelle. l);s tmoignat^es de sy n
pathie rous so t v nus de
\ouvelles Eir i ijr^>
8 Janvier
PARIS Cours des maichs
Renie } 0|0 )8, Sl-iling lar i(> S/ iia,
LA HAVANE Le croiseur des
Eta s Unis VI nnota ayant i son
bord le gnral linoch CrowJ.r, d
lgu par le pisilent Wilson pour
confrer avec le prsident M:no:al
sur les sujets concernant les iu'.u
des E ats Uni et de Cubi est ent
dansle pot ce mitin Si slu s
ont .h mgs avec M Jtro Ca Mr Bjz W i.o t*,ministre des Et s
Unis Cub accoin.) gu u prem at
secrtaire de lg t ou tt de lait h
m litaire de la lg ioa s'est rendu 1
boid du M nnesota. A son retour
terre le minis te Lo-g a dit que le
4aral CrowJir resterait i bord jui
{u 1 ce que le secrtaire d Etat ca
eain liutorme de 1 heure i laquell*
le prsident Menaai pour.a le r.ce
.oir au palais.
MKXICO L'anxit dts persoi
ns ayant de l'argent dans les ban
lues ici a diminu quelque peu au
lourdhui ainsi qu'on pu le coista
ter par le no nbre reluit des persoi-
aes faisant qurue d:vant la baque
tranaise du vl \ qae qui n'avait ^ts
)uvert ses po Us mirdi dernier \)i
.-.ni les autres banques de la ville,
il y a une certaine a'tluence Je dipo
santi.
Uo liqtiil.teur juJ ciaire a t
nomm pour la Marcantilfl Banking
Corporatioj q li a fer n Ml portes
mercredi aprs midi.
Les journaux de Viexi:o qui ont
publi, il y a quelques i urs, des ar
(icles sensatiouaels co icernaut la si
tuation titan: re publient aujoir
lhuideljngs ittides o ils decla
ent qu il ny a aucuo n\ y. A le s i
armer atten lu que Uus l.'S tablis
itmenti (kundan sou solides.
Les bi 11 iea o il t oavertes ai
j ur.i hui Jurant toute la ma.inee
et oal 1er ni l'ipri midi X c.use de
lluipriaoe.J.'s panijues ^ea grav;s
ont sigiaes 1 Gaaial-j .ra, Vera
Ciuz e> Tampico.
CONSI ^HMO?L. -Les lc'ara
tions dites pr Mr L oyd G.org:
la Chrnb. d;s Comnanes le aa
v nus de tout:s dc mb e usinier en ce qui concerne
puts Nitre uve a un doub'e'les ngj-iatuis que le goaverue
caractre : elle est pitrioiique et uii'meit turc attrait e .lames au suj :t
verselle. G :e i cette concepiiai de du con rle di Cojstantinople oui
la soiduit des honm;, coa:ep formelle neat dneulies par .e
lion top longtemps rejeie, comme grand viz r T.|hk r'acha et Sef* 8 y
u-ie vis oi chimrique et qui, de ministre des attelle* traigfM tii
nouveau, s empire des esp ils, la dit que L'oy 1 t.'orge au ait a tri. n
p.ine o'exc'ut plus 1 humani;. Le qu? le g uvernement taie avait pro
tronc commun voii reverdir tsu'es pos
ses branches. Lt Iraternil de;
p'es est appele J
rgner
paix universelle malgr les adeptes
de la v olence c'itie U ie m e
un.on
ce con-
.......,.i8 VOUS wuu.H-i -.,..,
uels peuples quelles cits tranges, P". P"ole d mdfectiDle
pelles civilisations s panouissent chr nera le monde. I
iur vos vaales tlancsl Un intruition solant espoit nous d
iucrte u jus du qu'e-i vous rside is la d?ux me
confreu
pos )i' .j CiS o des gtran les t ai
p:u seraieat loanes qu:C).i un no >.e
dans la ae sera t p s p. s aux Turcs, ceux-ci
ouil-if ent la p.'.te de bmyroc cv
de la Vhract.
BKUX LLtS Le baron Chailes
de li ope/.lie aucieo p e.nur mi-
nistre ne sera pis pjjrsjwi pjut it
a ons oive.ti
session annuelle d: la i : de p.u d'i.npoittnce qu'il a
bonheur cherch en vaiu ici-bas / Socit internationale de confreu jou dans le procs du baron Evence
Etienne Carmant L'.ij Coppe
/
et de sou dis qui avaient
-- -- ... .-,.--5 ,#
C


LI MATIN
sm
1
E
r,
iUUfffi
Malherbe Pressai
A : ont m .V/fv suiva
tes Cayei le 8 ;... itr ,<,,,
Petites Nouvelles] Avis eommevciil i*nQ ^^"Cs-deJVinrto^
/. iriiJALLL.
VRITABLE
.: g
d'i.
PP.StRVii, Tl
vos Brou
PARACHEVER le !
d'uu Rhnme, ii
ou (Tune Prcn
l'r.i. in-./ roof en d mla
r.-fi,
i'
I' -, .. (g .; |
MM : M -"ii
Iml
e. ii.
us ;
Pastilles VLD/t
EN BOI"
tmtun uni r*
Ncc
I |
p
/, ".<" en juin d/j
Xiurni aix Allemands penc**i t J. i -
o cupsuon du thirboo ei
(rduits. Dans uie rrserte dn si
ic fuie joi-i la d i*e ce libti i de
rriiOEnicr, Air Bicqueville .
crom J.ur lereur. La ion i
.on ila.ge de lei quic rn c< qi
cor c ire la cenduie de l'ancien n
rilU I dcid ejtl r.'y av'ait r/?
Iifu ce lin cliquer dsas lei
mites ei qu-il ne Ut. t rerdu :( i
p;b!e que de l^iii it d ,. ,., .
i er.ee.
ATHENES D.o on rrc:< g. .
la LCLvel.'e assenb de sis icaoua le toi Cers'antir. r)j<
conise des change mats dans la coi
i lit en gic^que en \ie d'
une p!us giar.de popolsril. | C|
moue dcuverluie a t cUl
tout Iapparat t'iditiocncl. On ,
icu (fois lemaqt qi cucon d(l
pu -..niants d scnlspas pius que le minism :
ne. in. En piseiut de la ti
ercon pis il la Lbsn bre h;
des diplomates tl.itm eccuts j.
1rs coites rendants de tjoerr ai
gtis Seul* mec t huit d unis ver.izcl.sies taient prtse i ,
suiits i'isrl .l:tu |)& ci i .m ,
tn ia, ay.nl t lis (01 i n pioi
net-en ci t ami evi i .Lu i i .
n ea t aient a leurs sij
C "s cbi i < u. tLla pon
dits la t ccnHuiioo t.i
dtl t Cil Cil d
Un n bie tant .tibtilen u i
corps lrgislstf. O.al uicrtata
que U COISIitlUo Jt< f< | |
p ivji Ut b isuic t d ure lru
bl que, n as ee a i.'eu j
fon r e j:. bb.e, Uu p:<
elle a li autmii d i r. pi ...,
Un d s id\eiiihta les il .
dens (lait nt Mi \ Bl] 0, L1 (
i.t qu-, quard i! tait tt
du- ail qL ion ro ni -j, ne i
rg ne mon icoi u ,
t.u Lctua ;e pmr la <
nu .i paa p,i< aihug-i ... I, .
de g >uv. inemen'.
/.l'HLM S Uo | il
dais, ccr.t on L'a pc co
dtnul oi I s iln ul ,
hiu iu :cn, u to.otn ; i |
tait rotaVccizUi, p ,
Loui mania... Le tooi
coups de rto.vt i qU t
de sa nhidence en Ux au m.
du ibA'rc Oionysius.
1 AKIi) ~ Poui la pur, U -
depuis la gutrre un cieia .
a : thanc a PMU h.u lc, .
Wakjne de Wsgner a t
lOpt.-a Iraoiif, Tous le j ,
taient occupes. Mi Andr h u!
mmisiie de J instiui lien (i i ql,
autorit la reprsentation atrfc ivt
uu ces rapiona ei il
cnnlta ti dts cen posiiu
que le public ce mi
cuLcoppoMiitu en enteed. 11 d<
A-" Jcuira' M.-:i
1 - t -Piiuce
tien Cetliii
t-cus faitor; 'e devol
:ous J" d-fPdw, unoem-
louini losi.l.i ,, j'ditarl ici, (|
lela.attlc .<,,!.- CDdu d
bion officielle daj la l:e de 1 Irdf-
petdace NaMonale, Vcuajeonala.
Urca la conduite icqualifiable d.
Monsieur Alalheibe fieaaotr, prld
et adrniniitrateui des finaects de
cette juridiction, que rous avor
ettie comme il convem il
Afin doit,rii i (g patrie j.
reparution publique i laqcelle II I 1
a dot, nous vous dfandcnw, an
r om de noi glpires ascieo, >o non
-'e IL.'tnntur national foua d
ua aider obliger le Gocvernt
imenti punir et rparer ce cruel
!0Ll'' - PAYS.
j Enattecdant.uuillfz pgrfr.cneu
confiieaj iuss liccrea complimi
et nos ..Inoiqufs salutation.
Act. Till \ .( | j.
Ib. Dfi E
Dm cti; u
v
U 11
Nous ferrai dn ain 1 extrait
Je losliiia qt i relate lea ,v
repiocb^s a >..t Maine; t ,-i,
! ~- Au r,n hitr, il o cl
ce mu une j n i r i
llidrale l< i i
ira matin, poi r re renWr la c
jP llf'd.' Il
,fl,,f n-in di nu;: :,r I) eu d-'nra
yi r I pidi m e qui n c ic em
f ~~ L> Bl i : i' ',., III,
pcaia doritrl canat ,r.,
litige la Fonigo U i i, pK
. 7 i( ' I ll< LU. S
aelt,i''' Idi. d s di| ns ;, !
remt m x n Imitiecnei al l
ont donn eetisl \si on 'h.x derouti
pp. A ce-ie occBtion i'n gri d
WH oi.;;aii,.; p, r on coir; 6 .'.
ean o patrom tu s.
- Les rueiiiliiea de l;Uuion .-.i -
Jicnle duCcrpa de .Sant s. rt u,
wot cet aprimidi '. beurei, ;
'Hoenice irai. lu e...i8 de g i
^"latoei si i des qcetion lou
>>' ni i epidi ii >e ec ui lie.
~,} V'(uu cle l"^ eit forn
en vue dou\n ni e o\ bc Irtici nu-
i-i-iiue potr laebal e d :Vi tant
"tesgaireb l'aetbiuistemeiit de li
Mile.
- Hier malin, uni colljilon d'au
osa tu Uu ia rut Danta Du
touche?.
- Lo iuik communal du c,
,ai,I,,|;'i"i\ tdi paratreconlicr
' d ' loterie drem
Lolen. Munit pale qui a poui
a.utd ',"' ( i ilae du .\o.d
i Htel e Vlr.
' te la Cathdrale
ccabioo ut- li fte de-
lea H ia .viag .
onde est i a.i nt di
i 'e du U j-ii.i iei
S. aiiis i Ils
i'i i i q| h c i
, ic on n
I c 'il
Ri
M
pu-
, '" ion M g s n
l I l'r | 'ii ; | c il il vi | 0
"'('<, itcien C;.| : du |\, t, c
N l'-uveioiii un an or i i en* pro isipni le '< i|e ira clu ir e
\oe : n/., I riae m til e I lie,
[> n lui Arraour; m s tu rak,
bul ialc, t de pore, pied* tin
<. li i ngsea saumure h irei ^
sauia, n oru biurre Copenha-
I ariram' -u :re grana', bis
Soda, huile .l'olive d'spa
-L lo s ?rt.r^ ,ilvon g gl
d on mar
''de, g|0:,
s g zn-e'bJ
Iran i, el li In r on5 e .J- s
lllll i s << cli
re porli r i le.
il
i il|
< n 1 ms 't-cill. u:., renj-'c e 11f"n
mi a i s b Po-i su ^iinee
VIS .< f -tiVsMonHTI.om >,,],,
a de U
r. v nec o/ii lui- ont donn des U.
noo g-3g- ."e lt ifr jnipathle i i'0'
cjson d la r oit de la irg^aj
Mut \ v tmnvuaH Thomas ue
Ihcm-s d 1?s puent de croi
gratitu
re lei u se iinea:. de tiva
J .
Grand
Ho loi
PATItlZ
iMiice
Propritaire
On y trinnoa :
ue t'est piodu i .
tjttcn,
XBceid ont irclu Jes eeuvr i dt;
xmpositeurs allerranda dans luui'
piegri n ns Le puHic a invarii b1!
i al montr nneg'i
ion de ces o L\rer, dars qu 'que
s te.- larea de a \ \ es ont u
'' e*er tei nt 1 cxi
if cei nrceatx.
I AKi -i. ditec'eun des offi
orrfpeniaiioi des allie lror.di
unt niai a I aiu |o. i k*fcc
< !' s paiements a ci c if
cea, 11 directeur d rait le p.'iemcnt avinl ic
i; jatvit] es i i eo ie'i?d
Suivi n d.jc.he de Berlii
111 -'" le joun ,i tKbet. iorga
e se ci; i e, ce la Kl;, r. alfii i
tfirm des i |
Rbur c,e pnvei la B.\
but de lu con tatnart .
'saimei lEinve bec w htf.
II h un al ou Luxembourg ,-:
ce qui
icioucba 't i | ii tu n i ai
"L 1 (i>" i l i i.v. i .,. n kuivei
' i ve que la b nu .
.' LVOIll B n
un foi u iu\i i
ATliKM ; j
Ni i' i di i t di la mi m i
*l i pir un ii connu ua-di.
irteidi i 11':. .. : i ,,, m-,m
el a 111 ; : u; nviien
r en I u t ind d( la mue Oo a
ni' d li i luve'rgp
I AHls foi mati m re-
ue d- V.iso..e, on cou ii uc keip
w l'-e h le i i, kudek
u i ( u. 11 u; u 11 u d, | au.r j, m
Pana & la ai le | iiu iive u i ..t enviai
tvrai tn
. aid di qui Iquen |> an :< i
le la ll DJ li du eu. eeil Bopia e.
I tllb La tui..e. u. ce di
ra i ii! acte du tapi oit d(
oa : i de ci ni Ole nuvi i n.
talent h ll ution de<
lais'8 du Ira t. eNci Illy i dcida
vcq1 u i il- u dttroudn la ci m
oii'iui : ; Ole ii bulgrne,
bl LGI '-. pi La h repn
a au .ul le ;:ou-l
. da du .1 lie klitvioi
ie avec la s rbie.
: M Drouii 11 i aul
; i u m. a New i'o k
i I ha'e vj en ul djo i t .N w
DttatiKa Ri l i
'' U) t N ; i u n.. coiacl
. t | W Yl k Ce UI "Il (
ir de cci ; ii Stbaiti
r l
t qt tvil a ooi i i a Oui :,., as
'''' LHaveii conaul
i Cad xeati eiinu tuii Utre UaiJeitt
u
air Brorzel co, toi Mexico est
n n i
I '. K. I eM
'' i r tbl li mn ni i
i i
\tci il
piiirta-
lielle Cl
in u a in ii
i Epi,, bu nie i
au Em,
h h lotie roui
iiix Cayi b.
- No. Lyci s seront J . doti
J un u. b ; el di i>nqi e e I do iebo
}u<\t, le c a (< i utceaattira rrani
'/"^ 'cu pai I. ' partcmrfBt d.
Ilnitruc ion j ub'rq c-
Au te uni ie u. '.f.nouai, noti
Ci mu uni ju Icb ,ce di km.s d ui
mi e u,en. cuia il m |, -ei lit du
livrea r ptive* q'ie nou; pi-blle
lui b ei( uiain.
1 ouvciii .>u.t fronci b
1 '" iea Bjreo.'ugloiirfU
ii iiitni 11 li m |, ,..,,,, ,a Uou
i gJ i en Uo:niM ge onliumea.
A x Cayee. es tond recueillit
''i li i i=n ;. du i urmie .-e un,
I V
1-1
ou.iiii i nul-
La naison AL it Goio, u. i
i yea ij^i a dtpcae m t li ib, a o i
iec aiea en Lt de lai li te.
i-e b l icensi.ti du Uercle 13-1-
.evue u tu lieu buiueui.
Un* iiOUci < deprmer choix
re#vo BLANC
Ds vmvmsmu
eiieuUrsletemem ........' ^"wwro" meilleures hlirQu^
fin du Cap C rse miQuinqnhm \
, A de prix trs mo-irt,,
irand rabais ponr les vante* en 7,-oj.l
i la semme de 7 37 gourdes
i ele exiuiieea tu ligltlia
$A1TS DIVERS
ODSKRVATOIRE
DU
PJTlii bEMINAIREMSi
(.OLLEGRf m mil
aeNSLIPNEMINTR
MLTLKOLOGIQUEfc
) i n lu y I i. vu r 1921
Machine crire
Fox portnblv
Cenfury
L. PreeiZiiiaaii Aggerholm
1101 rf,
a'cndlre
76:
niinmum 20;
remptature
u. xir'um jo
n? diurne 2j
Ciel clair I y u r t* ge ni la nui*
Paroo we coosiaat.
J. SCHCKER
La Commune agit
cont-o 1 e^pidxr if
Le pub'ic niprei dra av. c iatjafa<
jee la (.Vmmune va prrrdie
h ;: (J aies d'isniruae
m ni t la vile.
1) bord, prur in n oli'.i'er 1,
i loces ie, elle crpimencera r;ir li'
ruer. M Eug D/gaodJ'ii
il Coi b lai t d. s l'ompwa lu
"lositic n rcur ce stiTtn
I 1 le on fufi dera i la d ir
(eit en des qeailfera et dis mriroBi
atectei, l'aid d li [Oidca r t ce,
tiques.
Inspection Scolaire
De Fort-au-Prir.ee
A vis
I lotpertiOi Sctlaira fionnp a\ia
'ux i;. 1 '1 s..... par rapport i
m corriiroe i 11 ir, le
Ci n c< 1rs es prelorg
Un 1 1 prtt <' n ois.
U1 Rodolphe Claude
M -a Chirurgie
-.8 des Li.leit. 0/1/1,,/.. As
Lrovecce, Jaruel OU# l?>/(lCltOlla
Une Occasion
partir de'lhindi 10 Janvier 1)^J
The West Inii.es Trading Company
Commencera une veille
1res exlcnshe, ne de-
vant du er que quinze
jours, de lous articles
luainleoaui en slock
dos prii exceplioanelle
ment rduits, non corn
pris les pice de
liahq Fordei
Qialiqiies (iood
veine se loriuimra
Celt
re-
les pneu
Year.
le 27 Janvier
"ion noua !,, donnorou
/


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM