<%BANNER%>







PAGE 1

Lb MATIN Port-au Prince. 27 novembre 1920 Farine Tout ce qoe noi s pouvons dire n est (|u'une ternelle itf*liiicn. Les opinions ne valent pas ouni, les prvisions sont amsi bonces les unes que les autres. Aprs un march comparative ment terme et la hausse qui prva lait la fin d'Octobre, les coins ont faibli atteignitQt le t'Initie h. plus bas la date du '.' novembre ; le lo cit. on enregistiait une hausse de lo et* par boisseau ; cette avance tait 'lue aux t chats d e la 'Royal Wheat Commission" pour l'Angleterre ; ces •chats se sont limits aux btsjins courants, ds qu'ils avaient t conclus la farine a encore baissLes opinions sont contradictoires d'un cton fait ressortir que le bl se vend encore au double du prix d'avant guerre, que les pays acheteurs devront limiter leur approvisionne ment cause de la dprciation de leur monnaie, et que la farine comme lot t article devra suivie le cou rant de la baisse Dautie part on estime que mme avec une consom i 4 a ion liste la prodi etion du moLde ne surpassera pas de beau coup la demande, par consquen dans I avetir on devra avoir des prix plus levs que pour le prsent Nous vous donnons les deux v r lions, embarrasss d'mettre une opinion. Tout ce que nous pouvons dire, c est que en vue de l'incertitude de la situation, il serait ssge que les im^oi tateui s continuer t a restreindre huis achats pour les besoins courauts seuh aient. Cette prcau tion peut vous taire manquer quel Force, Sant, Energie S obtiennent en prenant Le c Wincarnis Cour d'Enqute Navale On nous a promis pour ce'te semaine le lieutenant William; et la continuation des travaux d: h Cour. Nous attendons l'un et l'aut e. Nous ^ulonsprchtcr de cette atteal* pour dire un mot de s-gesse | t de mode* lation. Plus avant, dans la "Question du jour', un de nos dtra t urs trs l'opinion hatienne en garde coiln toute tendance exagre. Ceci si dit de f on gnrale i l'gard de i'ersetrble de l'.cion amricaine qui s'exerce dans le pays en ce moment k'.r.ous voulons considrer quelque chose serappoitantplus spcialement a l'enqu e sur les violences commises contre les Hatiens par les ma rines amricains. A l'occasion de certains laits rv M ls et qui font natre en nous un llAPIS ()n mande d Amnes que Versailles et qui avaient sentiment naturel de ryo.te, on vo l Atjuw Chnst0 phe am aujourd liai ic. au cours que comme plaisir le spectre de eB J 7 naare8 cushioo prolonge la rd .,3-r-.-* •*•--.• Chailemsgne Pralte et on montre son sou vement tomme une consquence natuielle et quasi patriotique dis mauvais traitements qu'il avait subis, en mme ttmps que plusieurs mtmbrts de sa famille. Toit tspiit quilibr peut la rigueur l'admettre, mais la condition d'admettre galement que les a:tts et les violem.es dts r\ olts ne dussent sixercer que contre ceux qui les avaient opprims. 11 n'en est malheureusement p. s ainsi, etioutes les familles hatiennes, et toutes nos populations rurales i vint que le pays, durait tout le i propos do la ti Une lettre de protestation Le 27 Novembre 1970 Monsieur, Nous venons de li-e rinfor^jl parue dans votie numro dauin^ d'hui au sujet de U Maison FM Vous dites que l'offre d e pj Jp Ojodesciean.es a t accepffl En notre quart de cranci ei J plus gros ch .les. nous croyons d* voir v us prier de rectifier que noi, n avions accept que A .l rtknJl et sous toutes rsous de nos droits Car, comme vous devez le corn! mT t a t^ i p-eadrf, ncus re saurions coisr-J Nouvelles hlranyeres ^^t^t^S „ v L Mluaton ;st dfliile relle* ment, mais... il y a la manier Vcu liez recevoir, Monsieur, noi salutations empresses. Pour Mobile Trading Co L c DORSINV.LlE&Co g|Le vrai reconstituant raturel. Apprci par le Corps Mdical de Si Majest l'Kmpire liritani hpie depuis 40 ans. et recommand par plus d< IC (X>0 mdecins "dans le .Tonde entie pour laiblefss gnrale, anmie lymrha'iame.. etc^rpar par COLuMAN Co Ud A ngleterre tranek j.MARTlN,a(jent g nral vrent Une foule nombreuse et enthou sia-te les escoi'.a jusqu'au palais Gen/e runi Jins l'ai ra midi dh beraiarla mirebe suivre pour ob'. nir de rassemble les intauras prendre en vue da maitte un tenue aux hostilits entre Armmeus tt Kemalisti". La conse.l chugea le secrtaire gnral de lui Munit tre ce sujet un proj.t da tlgramme a tous les gots 1! s occupa eneui'.fl dd loigapisatio;i,(li ijiel iscite Vilna il n forma les d.g is polonais tt Li lriaoiers de sa tiens.on d envo yer un dtachement di )8H8bommil pjur assurer ta scurit du Plebis cite et nviti les deux pu Us s ac0|o prime: Lo'on en balle :'.o cts or la livie brut li^cts Caf tri (Jets Tel quel cts 8i4 PS Au moment de taire paraitre notre revue, un cable de la llecker Jones, nous signale une forte tt r. dance la hausseLes intresss qui voudraient pro liter des prix actuels, feraient bien de nouu passer leurs.ordres par tl gramme. EUG. LE BOSSi; Zayas esquisse des plans pour Cuba Il se propose de mettre fin ffuence politique d lArmefrt de le prix du sucre ('i/ilixer de paysans ont t littralement pris, certains moments, entre deux feux. Hier encore, une crmonie commmorative a\ait lieu aLaihan peur rendre hommage a la mmoire de quelque jtunes gens intressants, victimes des issassins de la grande et de la pe :1e plaines. 11 faut bien le dire, hlas nous avons soutien des excs et violences des marines, d'une iaoe; |tt nous avons socllert des bngandages des 1 tres, d'une autre f von, galement criminelle. tt si ncus croyons mriter i'alten tion et le respect du GouvernemeLt amricain en criant contre les mauv.is traitements desMarines ttenexaltaut, en mme temps, les \iolen:es de Chailemigne Pralte et de ses pailisans,— cous nous trompons amre ment et au plus clair dtriment hai 1 en. HAVANENovembre 6.Le Dr Alfiedo /.ay s, avocat, bomrre d'Etat, ancien vice prsident, et main t-nani Prsident lu de Cub.', e quelquefois surnom le W.iliam |en ningt liryan de Cuba, a communiqu au S'ai .tt au Daily News >ses impressions sur les vexations politiques, et sur certains problmes conomiques auxquels son pays est aux prises, et comment il entend se conduire ce sujit. Le Dr Zayas, tant compliment pour son ang a s, a rpondu qu'il l'avait appris a Cuba. De fait, il le parle bien. C'est homme qui entrera en fonc tion de Prsident bientt,' est impressionn quand il parle, ses yeux sont noirs et vifs, sa voix profonde tt rsonnante. < l'ai eu des semaines ardentes dit le Dr Zayas. Mon voyage tr 7 vers quatre provinces a co. fi m non seulement que le peuple travailleur du pays qui, notamment a besoin d difier pour lui mme et pour le bien de Cuba, est d'accord avec le programme de l'lment de la Ligue Nationale, laquelle est la combinaison cts libraux qui n'ont pas t radicaux, et ceux qui pour cette raison, ont t appels conservateurs Et maintenant un point important : en raison des faibles ressojr cea de ce paya, nous n'avons pas besoin la fois d'uu conseiller finan cier et d'un receveur gnral amri Petites Nouvelle** cains, nn seul suffirait." aa Le Ministre amricain. Mr Uailly Ulanchard refusa de voir aucun cor respondsnt de jouinsl au sujet des %  xcuses invoques par le Prsident Darliguanave. (••New-York Tribune.Tj Nov H20.) — Hier soir, la Cathdrale, en I rsence d'une assistance 110:1 !>reu !ele prdicateur de 1 Avei t, Mon tieur le Chanoine J. M.Jan pronona : on premier sermon. 11 parla avec aisance de l'Eglise et du Pape. 'Lei fondateriTc.'. 1 /,l'Ancienne Soci industrielle et agricole de l'ile de la iortue sont convoqus pue* %  pet aprs midi dans le but d organise, l'administration de l'le en attendant la ciation d'une nouvelle socit. — La population du sud sera vac cine par les soins obl'^eants de notie ami le Dr Hoche Grellier. — Suivant dcision prise par le Comit diiecleur de c l'Amicale du Lyce Ption, sa dernire runion, les travaux de fondation de sa b'hlio thque ont commenc sous la direc tion de l'Ingnieur Chs F Azor. — Les rptitions de la revue locale* les Mystres de Port au Prince de notre ami Paul se poursuivent activement. Elle sera reprsente Parisiana le 4 Dcembre prochain. —Un comit de sousc iption est for m en vue dj recueillir des fonds pour las sinistrs de Jrmie• __ Dans les premiers jours du mois de Dcembre prochain, la M s sion Wesleyenne o r ganiae une gran de fte de charit. Il y aura cintni et kermesse — Monsieur Price Mais vient de lancer un appel solennel aux hailiens en vue de fond'r une Bection liai tienne qui sera allilie la N A A' Q.p.Jont le but consiste or^niser la dfense de laRa:e Noire aux E at* Unis. Notre confrre "L'Essor dans son dition d 1 Sitntdl suggre quel qui s mesure urgentes prendre qui sauveraient le commerce le dgrve ment du campche ft du cal dan une proportion de .'lo 0|0 et uu 1110 ratorium de 3 mois. poasLdioire liquider cet e quest ou dans l'espnt le plus larg-elle plus ami cal\ CW OK— Dans ce qui est considr co.ume premira dclaration autlp.ntiqua ayant jamais t faite co .cernant les dons ptiilauttopiques le fils d) Mi" RockfoHei dclaia que BOT piw avai donn approximative m :in 173 millions de dollars. w\sn MIICN La saer taira Colbyj eccoiiipagu du c^nire amiral lias sett eOu Major gnrai Cronkite sembii'pura a llAiivtJ.ij Hoids diina icha sur lo cuirass F o ida pour son 70y*g' dans lamaiique du sud. L^ snateur KJoz de Pensy.vauie a dclare qu'il comp ait d. jier de nouveau dans la prochaine session du congrs sa rsolution dclaraut 1' at ae paix avec 1 Allemagne • la connu sbiou de l'iui iigiutioa do la chambre demandera au congrs de voter des mesures lgislative* pour emi-uher la dsertion des quipages des im\i es trangers dans les eaux 8ineiiCcU.es tt rentre aux E a sU is des pei8onr.es caches dans les Lavires. Lue dpche de M ami 'l'ioride au .once que la ctiiss.cr de sous marin 151 .S est oppos a une tenta i va de la Western uuion de relier ses cbblei de baibados Miami. Sui vair. das lensgiidiii 1 Dis de Moscou lej au:onts Sovitiques estiment •1 je les ouviiers sans travail aux Lia'.' U.na beiout a.i r.o nbre de millions la lia de l'anne. Deux reprsen ants.ee latioisime interna tionale ont t euvoys de Moscou pour organiser des Soviets aux E il ;hoi.Ui au re bombe explosa dans le pw de gendaimer.c. Aucune victime,m ds dgts importants. La grve g nrale continue ; on signale tout fois de nombreuses rentres. PARIS— lu ridio igramme Moscou annonce que le coasei commissaires du peuple a promaj gu un rglement au.oiisaot Us pitalistes trangeis 1 exploitei richesses naturelles de la Russie 'expoiter l'tranger une partieleur production. d Souliers pour enfants Chapeaux garnis pour tilletes et'damtt Confections de chameaux sur •oim^ndeBguins Fournitures tour chapeaux ; Heurs, paille de sue, spatUrie, laiton, e c. Chipeaux Jean-Kart pour enfanta lias et chaussettes. Dei.t lie vaIon 1 une* Muban. Tal las G pe do Chi ie S m; lavahlp. S^r^'e noir ei gros b'eu Voile et couroanes pour maries Eventails blancs et couleurs Parfumerie iranciisa Confections Liyetles pour bapliuas Articles d deuil ; Sarg* noir. Crpon noir, nansouk et similis noir G-pe franais et anglais. Entre deux crpe pour gunitore de robe de deuil. Gouronnei mortuaires mtalliques, garnies ou non garnies. 1 i>ivtir du 1er Dec unbre, exposition de jouets La fte de La Solidarit Inoubli.ble, la tte quo:jMit r so-r l'association LA SOLIlMKl l'occasion du deuxime anniv saire de sa fondation. ** ^En attendant que nous pub ie compte rendu de cette fte dide nous flicitons le Secrtaire Bureau, Me Llio loseph de sa oig tique confrence, M. Sansar.cq son allocution si pleine d piop MM.Gustave Augustin, Dsir eu payable PJit PUGEqu. enUiv brio des posies et monologues Nous s'achve^ons pas e.t m sans adresser nos plus vifs e* P spciaux compliments aM BMJ.1 est bien comme I ad.t Mr Sinr le prsident -.ndupensab.e mpoiunte socit^



PAGE 1

rE MATIN Lnaiidez le vin Winox Sale E\lraorcJiuarj fc1 m le reconstituant par excellence. le VIN WINOX W un prcduit pharmaceutique de premier ordre et une prparation seule dans son aenre, sa fabrication, le vin mime, l'analyse et sa valeur clinique l'atieitent. Il diffre absolument d s vivs dits toniques* communment vendu*. le Wi NO X renferme une proportion de sub,lance azotes suqneures de \Qo\o \d celles des vins toniques ordinaires, ce qui en faii un reconstituant dune grande activit, dont tirent le plus grand profit les convalescents, les anmiques et les tuberculeux. Le vin nutritif WINOX est un reconsti'uant naturel qui renferme une proportion plus grande de vraies qualits rcupratives que tout autre produit semblable, sans l'addiion de% d'ogues Il est hautement recommand pai les clbrits mdicales en Angleterre dans tous les cas d'anmie, nvrite, neurasthnie, gastrite, indigestion, grippe n' vralgie, bronchite, phtisie, affaiblissement nerveux des ners ou de eorps. Prpar par la WLVOX COMPANY, limted, de Londies Angleterre. En vfrite en UTOS et en dtail chez Alphonse Hagnes Agenl gnral peur la Rpublique d'il aiti S litsDiver [OBSERVATOIRE DU | SEMINAIRE COLLEGE ST MARTIAL JEIUNEMENTS hlETbOROLOGlQUES Wh; 28 Novembre 1920 Mntre 7*1 i minimum ai.3 maximum ;i o enne diurne a 4 S l'dur jour ci nuit. uni ne :ons ant. .). SCHERER La Renaissance puons reu le t scicule de ^ibie ce l'inrt ressente revue LA KsSANCE qti partit avec de ktusesfraiircs. isea recommandons vivement Ht cambriolent sans s inquiter cimb:iolturs ont re;ommennrs oprations l'Avenue Mat Anbrai-e et l'Avenue ;. lit les maisons Magloire Gaston, oisMivs, Eugne, c'est celle nte Lil.vois qui a t cambii ier soir tt dont les malfaiteurs "ittraliment vid le poulailler, buiqui ne maintiendrait on pas coidon de gendarmes dans ce lier ? Mariages Nous avons reu le fai-e pat c'u maiirge de'Melle Laur; Mevs avec Mr Leit Ficen—La bndictijn Nup tisle leur sera donne,dans les salons de Mr et Mme Eug. Mevs, sise a Peu de Chose No 725, Avenre N, le same di ir Dcembre,a 5 heuies de l'aprs midi — D^ns les salons de Mr et Mme Henri Brisson, au Bois Verna au-a l'eu le j'udi 2 Dicerrbe 7 heures du soir, le mariage de Melle Maguy Brisson avec Mr Pierre Rol'in. Meilleurs compliments. Au salon duLouvre Vous i\ uve.cz 1 sj produis d hcits et exquis de la F arfuaierie Vivaudou De Paris Coffrets bien prsents pour cadeaux de fianailles,^l'anriversair. s, ele, depuis 1 jusqu' 20 (k Mars, Chaque coffret contient une boita de poudre, une loiion, un extrait, un savon et de l'eau dentifrice. ^ Dr Bois Chirurgien dentiste Rue du Dr Aubry, prs de l,laspec'icn. Of 8B0ES and HOSIERY llavirg beught out an er tire New V k bouse cf SllOES. comprisu g Nftril tkouee ai d pans of tlie Li t tutawa loi u n.women aui childten, eame will Le oleud to tbe public ; 1 | rie 1 rOfi ig nom lit y per cent to aeventy fut rei ,c-nl ktEiUW Tlls A Cil AL tNICW YORK ET. IL PRN CES. The stock uisists of s gei nai atn itirmit .t b^uUi aud sboes in Uathti and canvas. Ibis il an op[orim.tly tuver befort wn in'jhis tounltv— A vlfortunily Ibat cornes oixhj once m u tift '"pdUion et une attention soigneuse. Le servie transatlantique est en ^J^.*^fJ beaucoup de bateaux sous le contrle de ces d lV .rs Agents pour umttf une expdition prompte ei le service de Panama Line entre New-Yok et Haiti. en vue des arrangements qc se sont faits sera du n e ut.ht considrable, et est la voie la plus rapide par laquelle vos marchandises penvent l D "^nnatssements couvrant fret pour New-York avec options de livraison 1011 Londres, Liverpool, le Havre, Bordeaux ou Anvers seront livrs. 0. B. THOMPSON, Agent^eiieral ageat p>tir H iiti A. de Matis& C,Kcprsenlants four la Rpublique d'Haiti % 



PAGE 1

LE MATIN Qu • BAZAR METROPOLITAIN Maison de confiance angle des Hue* du Peuple # Dante* Destowhcs. Grand rabais 1 occasion des ftes de fin d'anne Crme la glace la vanille et au chocolat tous tes jours rro A l enez youter mtre 9 lace l* vanille .urmon' d'ananas. Grand rabaia aur noa provision., alimentais. Nos pili sont la porte de toutes 'es bennes e|rous seivons noechentg les ma-quei les plis eetebrea du monde Notre stock est compltement terouvel R^teuii^ A • l>r v ,h J or8 ^raltiii anglaises et amricaines de lonte fraie heur. riJT' ^^^i'^umes en conserve? Fruits secs et caud.g Lait malt, condens el tatfiel. fioupue e. ileune, vint, lins, bien biui e tt bior.dp, pcrltr cfatD Drmr lches et pcma-es *u-i:is jour cor ti'ure* r.ui'a caLd.ts, cerne de guloifttft, laisins de Concilie et'pmnea PlfCflttr, olives muta, mit ce mat, e c pour ja eeu de Nol. flMCoIfl's afctoiliB en boi es et en barns.de VNbiluin. Boidere, tt Nesll Nougat de Vale..cr. can nul. cime de meulie. surtttes arglaUcs a sorties et varies, ., Bii cu.ts asEor ia angLis i1 menu ins Noijefes par livre, pista' he et noisette mariuea de sel lin en pot, confitures do r^he fn. !" Pir L.gues et dattes in roi Pudding anglais et .mricair. Cacao tB pood,,^AS^wffio Lait malte, naturel et vaioi de Uordeu's. Lait condens de la marque EfLie litune cepiitathe en vtrre de g^ndeur diffren'e Beurre de leble aœCrcain et hollandais de la marque lioletran Fromage bollacdeJs Holatrao, am'.icain Daiey et Roquefort, suisse Crcvre nuits au JUB : Lche, pure, pomme, abricot, anna eic Ugurres en constive : cLoucioute, cleri, petit peis, asperge Tomate, coi nichons e c de ma. que er glaise, frareise et errencaine ^oupe angleue et .amiicaii e fti recemmandons la petite soupe prpare en cube faire bouillir simp'erteni dans de l'eau. lapioce, faune de r/. ctthmeal. guepenute. comaiaich, corn lUIca. corn pille lai lue riz rois 'ucre granul, sirop de Karo et LogCebiu. l Niande en conserve. Le Veribtst beef loti ail specia'emenl recommand Largue de veau in petit et grand ferblatc f oistons divers : Hsb Fiait., Futa chms, saumon Merito et autre. Sardines la Californie „.,„„„ . BU lcmtlb €fct txc l ul3e b-reng stuce tcinate, anglais et amricain n n ?i! a H C /"f' ? el flC piC£8 de toa[e6 sorteF oliiree c? P rt8 en compote. Spcialen.eut recon mand : la fameuse sauce noire anglaise de Lea & Purins, la tomato Calsun aranceiic. pimentO morronessauce mayoi nais la sauce d'hutres Srydeia peur cocktail incomparable fcaion do lefsive Sur y atuodty pour Us linges. Itoiax et sel de soude rcur la lessive 8ftfOD de tciltt.e rairy. l'auuoliie etc. Sa\on de toilette Mdicinal perte m r 'c idie el pale deitifuce, fondre et cime, lotion, bay rum eto l'Btret'ri pmiic-ii.e. fiyjtieiiie. tuique te htitieune. Camel. Richmor.d Piedmont, MuradMelachin.a, Cycle Lu ky S ,k. gyp ien Slraigt. lord L. lisbury. La Nationale Encore mac : lunde, l'iinee Aibtr', Matuika, Duihau v.Ivet N n m icuge et blai c de F.nuct. d'Espagne et d halle, Cerise pour coctail, bire blonde et mure aoglsirr. tmTlCiloe et hollar.da se. grapa juice. apple ju cr, ( h miacnr Nous \uis c Hier s le \ lui beau t toek de pioviiiona et le mieux assorti v a iLeillei r maicb que pur oui en vi Ifvertz voir et conrai .e nca pi av. ni de faire vos eirple'ter. Nous ne tfglgeora rien DOor v plane a LOS aiicibles clients et mener eur coLliance. noua aller dors par la [loi p rectale L eau un thscniment ccmplet. de jouets iour enfanls et oini ments pour ait le de Nol ngeraactbatni Bomeo et Juliefc -i'f ifomene fiai c.iae de la marque urivernlle lloubiganL* Wilson el company Chicago The West Indies Trading r o, Agent Exclusif p-ur H / es produits de Wilson rrotgenl votre table. U Ils sont mis m ccn c crves sous le con'rle et l'inspection du aa ment. Ci qui garantit doublement leur qualit W D! ffO mo L'-l ial Occasionexceplionnelle Ja,k Tar ToflS Mieldv llocse s. Sai'or Slv'o A VENDRE neuve Une avto Buick cl.''el0?O Une auto ^uirh peu roul Une auto Buick 2emain ,G 7 i i,f • s ..„ e s lhH iine saule, en boc elaf, pneuf, cord net h G cvlimJi es, .") ra c, a HsM;<\ie ute lu.l.e 1 IX H (he/. lugiiP LE UOSSIJ, !>. %  , Rue d Qui i, liiddy lilocses. Sai'or Sty'e DM tesUlcomer i-kirla. • Are made iu apO less, cl>£n facto ries wliicb kncwn aa "The Sunuy Sbopa". A spirti of co-o. era ion.hap pine^s and carefulnesB reigrs and a small anr.y of intelligent maids wo men riLd iiir n tird a plasure in t lie woik ci producing thse quality gar meu!s> Jack Tar Togs are qualit} lice of iniddies, sailor s'yle dresses, blco mers and ikirte made of fast color cottor. flanr el, and serge matei i a's, produce J in style bat baeb corne staple and wbich do i ot c litige eacb feeson or year. JACK TAh TOGS are rrade in ail s zes S^LZSROOM i;.12Hi:e R p blciine mai ta s.utu Ibe mer cl.am Tt ik r. Ofnerfll Offic\ V.kli H e du ftagatiu d.' l'Etat t Oit tu Prince LU-DORSINVIUK&Co Agents cfHaiii a Wilsco ()leomargann9 : beurre de famille, pour U cuisine i fpour la table, fabriqu avec des produits absolunea pur* en nsJ Mars les plus grands restaurants. I Man'gue Ide\al pure lard la meilleure m?raue du'monri ; mantgie de fiia i'1^ marque Sultana prpars spcialeme i pour climat* chauds, en barils et en i rbl mes. | Jupiter tLrtra hamily Beef bœu f de Camille en saumure aualil .extra pour les piceries en pices de 8 13 livres. I I Begular mefs pork coup par pices de 6 pouce?, mis en baril 0 t'i > %  o ceaux su r vant le a goii s, I b Bwk Po k pices d i lard ei aui n t e, ttrtit j u COll el J i liants du por:. psr morceau' de (i pieds carrs coups suivant poid* de chaque morceau. Ce-ified hams, jambons fams r *yle [anglais, si m Paires a •jambons impcr' d'/lng'e'errrt. Jl Bam, Qreakiast Bacon and Picniet, alyle amricain, FelecUoDn %  emball spcialemmt p >ur les climats chau Js. | No $ viandes fumes sont minulieussuuni enveloppes dansde la m selin blaikhe pour leur pris 'rvalioi avant d'tre mi.es en p-quet< *Les produits de Wilton protgent voire table A. Barreyre Ingnieur mcanique Garaye Ford A(eltef de rinraiions n .i WESTIXDJESTItADlNGCo Ouvert le d.n.anche pour la ven'e de gaso'ine. graisse & huih ho loi UD III Pharmacie F. Sjourna Angle des Rues Roux et du Centre 2 Mdailles d'argert Exposiion de Bruxeles f910 Laboratoire de iJhimh M(:i:ale Droguerie, Produ.ls chimiques et pharmactutiq ;es. Spcialits fianaises et amricaines. Frparalton de toutes ampoules mdicamenteuse s'riliscj c et injectables, spcialits.— Srum nvrosihnque simple et ferruinnix.lodhydrarg/re. J-rum ue llorard remplaant le? paquet rea'c firnis de Fe.rir et e. J e Bcbin' Il.y a toujours en stock : Xevrostliofe' Sirop pectoral, Elixir de Pns^lvanir. Dpositaire du PREVEbiTL Reprsentant des laboratoires Ten LACTIFERM.—Fument lactiqoe, coatre aileo.tioDs gustroiai anales et cutanes. LAAAHJ VK,—S c'p^-ijjinp de I con<>ipatiVn: on L b i m %  ic l ch ai :Q Cigarettes La Nationale Produits de premier choix Princesse,encore" LA NATIONALE Voient chaque jour augmenter leur rputation Wles rivalisent avec ies meilleures cigarettes importes* et ii ISI b



PAGE 1

Qiiitorrtmfl'annSe No? 3941 DIRECTEUR-PROPRIETAIRE Clment MAGLORE MA oi^TBAT COMMUNAL IE NUMERO 20 CENTII *1> 00 fflO! * *.0 Port "au Prirce.M'ifi Lundi 29 Novembra lyJO •iBTAhTEIIEtlT? On mois Trpii mou rroumois rPANGFR G 250 7 00 8 a Quotidien ta nonces sont reues,au Comptoir Tnaiiiona! de Publicit, 9 Rue Tronchet, P et 19. ai. 2 Ludgate Hill, Londres. Ce ne sont pas les gens qui nous trompent, mais le juijeineul. GŒTHE Faites-vous un but qui puisse tte celui de toute votre vie. DIDEROT REDACTION; Rue Amricaine No, lffK TKLEPHOM U Coflire-irales props Vaccination DE LA ion Au Cap-Haitien kah<\ Knapp qui est dans nos d puis dimrnch m tin par le jHampshire , a invit hier i ures de l'aprs midi quelques bits de la ville une run'on _Club pour un change de et d'ides dans l'inTrt public. heures ils taient tous au ren Ireus et la ville entire qui en courant depuis le matin t/ 4 Dcem bre 1919, les daasb prijon, qui dfilent L a r u n cran, aux yeux de l'A fUls Me Adh Augure de mande I. arrive, par le dernier fteame'", Panama, do uos tubes vaccins /rai* nous permet de continuer no ru ser vice payant de vaccinationOn peut ce faire vacciner la Clinique Si lacquet ou domic le par rer cl./ vous. LesHafiens gouverns p^.r une cliqua ! Un correspondant du s Matin >, qui ne se tait pas coin: itre, mus auquel je n'aurais pas rponlu,si, je l'avais^ devin, explique que la Commission des Comptes a t abolie, parcque le Ministre Araricai 1 et le Conseiller Fmincier avaient m; nicS de ne point piyer les Comm s saires. El voil une raison I C'est bien por: aujourd'hui d'accuser de tous les mfaits et le Ministre Amricain et le Conseiller Fi naacier. alors que tout lcemment Emile Elie et moi nous avons t r voqus parc; que nous nous tions exprims avec une certaine indpendance 1 propos de Mr Minoras. Toutefois,c'est parce que l'on avait menac de ne point payer l?s Contrleurs des Dpenses Publiques qu'ils ont t supprims I Pourtant, ces jouis derniers, les mmes personnages ont fait plus que de mena cer ils ont supprim, pendant trois mois le paiement d s appointements du Prsident, des S.crtaires d Etat et des Conseillers dEtat, et vous n'aviz supprim aucune de ces U au tes fonctions.Vous vous tes dfendu Washington, en y en/oyant une mission E chacun est rest titulaire de sa sincure. Oli cet esprit d'imprudence et d'erreur, < %  De U chute des Mois tunes-e avant coureur I Mais si Ion veut connatre la v ri table raison de l'abolition du con trle des Comptes, il faut lire le Monileut O.'ficiel du 28 Dcem bre 1918 et celui du 4 Janvier 1919 Mr Louis Borno, Ministre des Finances,disait au Conseil d Etat:qu'il fallait supprimer la Commission,par ce qu'il moriaii d'entrer dans la voie romae et d organiser un nouveau systme de con '.eadninis 'at f , c qu'un p ojet avait t prpare par le Dpartement les Finances dans le but de lalise d.> la man e h plus pratique cet examen et ce.te 1U 0n attribue des homme d'affaires iMKB&KK !" rica } n l-olr dclar que Ion appltque des m?sures d; violente. Ma la libert de la Presse, la Presse ap pele ren Ire service au pays en le lenaat au courant des faits et gestes des gouvernements et des autori';, appel-es toujours dire la vrit, a la poner devaat le peuple L'Am rai ne s'engage pas, il n'a pas le droit de le faire, mais il croit que seules des paroles indcente-, aes aiticles capables de troubler lordie public sont susceptibles d'tre incrimins g |Li foule qui avait envahi le C ub applaudit plusieurs orateur. Et d>re que 1 on n'a encore rien dit, que Hmchc, Maissadc, Bihoa, U Grande Rivire, le Trou, n'ont point parl encore Cela vitnira, avec la Corn mission d'enqu e, car nous avons nos rse:ves En tout cas l'Amiral fit des promesses et se dclara satisfait tt d avoir eu autant de renseignements et d'avoir appris tant de choses qu'il ignorait Nous VOUIOJS avoircoafiaace mais nous avens t tant de fois tro.n p*, d-.'cas qu'il nous est diflicile de croire tant que nous ne toucherons pas les rsultatsdu doigt Attendons sans trop esprer, pour ne pas tre trop dsillusionns ! Les Varits liquidt on( des comptes ) t Les attr bat Ois de cette Commission ayant t notiblemerit rduites, en fait, par le Service du Receveur Gnral il n'y a pas d'inconvnient pratique la supprimer pour le moment ei sttendant le vote pro chain de la nouvelle organisation. Mr Hudicourt : cil me semble qu'au moment o le Secrtaire d'Etat propo se l'abrogation de l'Arrt, il auiait d prsenter la loi qui porte cration de l'institution nouvelle Dans la logique.cette abrogation devrait tre subordonne la loi irs tituant le nouvel organe de contrle. le demande donc l'Assemble d'ap phquer le Rglement a l'gard du projet. F y a une question de prestige pour le Conseil d'Etat ne pis voter immdiatement Mr DORN'IVAI. :\' 0 us n'avons pas le droit d'interpeller. C'est dr la discussion que doit rsulter la sanction. Nous ne sommes pas un bureau d'en registrement : quand une question aussi importante nous est soumise, il faut qu'on nous laisse le temqs de l'examiner.Autrement.ce serait exercer une contrainte sur l'Assemble . Mr BORNO : Je regrette d'avoir a insister quand mme, malgr les protestations des deux honorables conseillers.. La Commissson pat tre supprime (/) sans aucune giru pour l Administration publique. L compte rendu mut entier de la sance est lire. C'es dans 'a discussion d'une loi qu l'on doit retrouver l'esprit du l g-slateur. C'est la une :gleque 1 avocat adverse n'ignore pas. Mais ia pense polit que qui a pr sid i l'abolition d un coatile dont les admiotatrateari amricains et hii tiens taient devenus trs impatsas se cristallise dans un discours crit, lu par Mr Constantin Benoit, Sfct' taire d'Etat des Relations Extrieures e. d: la lus ice, au Conseil dEtat le 2 Mai 1919. le jour de la discusion du projet de Convention avec la Banque ( Vo;r Moniteur du 10 Mars 191m. ) Cs discours avait t lu d'abord eu Conseil des Ministres. Ea vo ci le passage topique^ls sont i plaind-e, ceux qui ont des yeux pour ne point voir Tout espr l clair/oyant et dgag de passion, n'a qu' jeter un coup d'oeil autour de lui poui se relire compte d un ckau cernent du tout au tout. S'ils se cramponnent encore 1 quelques illusions chimriques ou i des thories idalistes : s'ils ne se rendent / vidente ralit actuelle, on sera en droit de les taxer de purile nalvtii ou d'aveuglement sys tmalique et irrductible, y Voua la pense gouvernementale exprime par la bou.he du Ministre des Relations Extrieurs Est-il pos ible qu; la soumission complte soit plus compl ement tra duite ? Est-il possible de relever dans des propos pareils une pense de rsistan ce quelconque so 1 a des actes de uenave se lient l'cart FOUT Al-l'ULNCE. Hati, le li Novembre 1990.— Das. hommes d'ut fa rea amricains de valeui habitant Hati J-'puis longtemps et bien au couran' des complica ions de I imbroglio haitiano amricain, pensant que la deman Je faite hier par le Prsident d Hati dune enqu e du CODgrAi au sujet des actes de 1 Administration (vile atuncaiua en Hati est raisonnable et parfaitement juste. La raison d tre de leur opinion est ipae le Prsident Daiti^uinave a t coLe'ainuient contrari par le manque de coopration et par les metures de violence. Cetie lie a t gouverna par una clique dont lu Ministre Bailly-Mlaneliard lait partie. Pourquoi; a'ors, a.-on demand, le Prsident n'a t-il pas requis le rappel de Uailly Blanchard:' Probablement parce que. corn me bien d'autres, il a craint de le faire 1 cause des procds violents de l'Administration civile amricai ne, a-t-on rpoedu." "A.ors pourquoi le Prsident con aentil souda Damant parler aussi ouvertement et aussi rsolument qu il 1 a tau hier? Sans nul doute parce qn'il veut que le chang.-nient imminent qui doit so p.oduue dans la prsidence amricaine lui fournit une meilleure occasion d obtenir just ce. D'ailleurs il exprime des sentiments et de* vœux qui depu.s longtemps sont nourris par ie* amricains qui connaissent Ha 1, Sa requto d'une enqute du Congrs est la fois juste et n.essaire." uiran Durant„U conversation dcrite dan/ .es dpches d hier, le Prsi j^Siii Dar iguenave ar a avec la plus grande ligoite-,quelque fois miui avec sole uit,— cuaque parole tait lentement prononce et \ti plue unporiautes souvent lptes A aucun moment, il ne parla avec passion, toute son a titude et to 1 spnt tant Cjuxd'uu liomiDi qai unesde mme, se sont mal conduits et tant de gendarme indignes pousss faire le mal par les olliciers amricains. Un systme de terreur a exist pendant quelque temps, mais s'est trouv attnu lorsque le commandement de la Gen darmerie passa entre les mains du gnral Wise et du colonel llooker en Juillu: 1919; JJ t Dans la province de l'Artibonita, dans le Nord d Hati, il y a eu beau coup de faits regrettables, ainai que je l'ai crit a"u gnral Cattio, i)i mutes les informations que j'ai reues il rsulte qu'il n'y a eu aucune amlioration sensible avant que le colonel Hooksr n'entreprit l'inspection de cas rgions "Je dois dire sincrement que la plus grande partie de U population •''ait heureuse d'avoir les Amricains ici Je n.ai jamais t le chef d aucun parti politique ici, ni le promoteur d aucune rvolution, je n'ai jamais voulu Je la prsidence en;dpit des conseils de mas amisJ'ai.tinalement accept cause de la* prsence djs Amricains dans ce pays.* "Bien que j'aie fortement foi dans les promesses du Gouvernement des I .u: Unis, je ne dois pas hsiter dclarer .que l'on m'a inflig de gran des dceptions' Au sujet de la conduite des forces de l'Occupation, le Prsident Dartiguenave ajouta : ''Durant deux annes, mon Gou* vemoment ne pouvait dire qu il avait se plaindre de la conduite des officiers suprieurs de la Gendarme ne. Mon gouvernement a eu regretter 1 or unis actes du celom.1 Wallr. mais le colonel Hussell, depuis sou retour ici, a prouv qu'il tait mieux dispos envers la population '' D'enlever 1 Occupation maintenant <|ue le pays est dsarm serait un c .o. Une telle mesure serait prmatuie tout le temps que la Gendarmerie ne sera pas compltement dresse Alors seulement nous mous aentirotos en acu li." Le Prsident parla dans les meilleurs termes du gnral Wise, du colo :el Hoolcer et du capitaine ride qui, il a dclar, se faisaient auaer partout o ils passaieulMais il dit aussi qu'avant Lur poque.d'effroyables choses lui ont t rapportes et qui e 1 a eu une parfaite connais san:j %  lui 1 leur moindres dtails, Beaucoup de bena ofdciers, a t-il dit ont t rappels trop tt. A la demande |qui lui .ait faite savoir si beaucoup de malheureux incidents n'taient pas d3 au nie 1 que do t'ict, 1 ) Prsident rpondit : 'Cela os vr.U et ceat ce qua j'ai touiours dit. Si votre peuple avait eu confiance dans la bonne fei d mon goavernement, et j'ai toujours personnelle nent dsir la prosprit de mou pays, une entente aurait t chose facile et il y a au moins leux ou trois ans que lu Hatiens auraient pens et parie haute no it da peuple amricain.


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05275
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, November 29, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05275

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Qiiitorrtmfl'annSe No? 3941
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE
Clment MAGLORE
Maoi^TBAT Communal
IE NUMERO 20 CENTII*1>
00 fflO! * *.0
Port "au Prirce.M'ifi

Lundi 29 Novembra lyJO
iBTAhTEIIEtlT?
On mois
Trpii mou
rroumois
rPANGFR
G 250
7 00
8 a
Quotidien
ta nonces sont reues,au Comptoir Tn-
aiiiona! de Publicit, 9 Rue Tronchet, P
et 19. ai. 2*. Ludgate Hill, Londres.
Ce ne sont pas les gens
qui nous trompent, mais
le juijeineul.
GTHE
Faites-vous un but qui
puisse tte celui de toute
votre vie.
DIDEROT
REDACTION; Rue Amricaine No, lffK
TKLEPHOM U
Coflire-irales props
Vaccination
DE LA
ion
Au Cap-Haitien
kah<\ Knapp qui est dans nos
d puis dimrnch m tin par le
jHampshire , a invit hier i
ures de l'aprs midi quelques
bits de la ville une run'on
_Club pour un change de
et d'ides dans l'inTrt public.
heures ils taient tous au ren
Ireus et la ville entire qui en
courant depuis le matin aux abords du Club en grou
|ompacts, discutant le but de la
m. Au Club l'on voulut tefu
mire aux Membres de la Presse
l'on n'avait pas invite, ce
prouve assez clairement que
qui avaient lanc la circulaire
KUiion avaient quelques ides
(nia tte et qu'il se mijotait
\w chose parmi les amis de
tcopition. En tout cas, la Presse
tt demeura,
firrive de l'Ami; al qui est re
fule Pisidmt du Club et pr
Kpar lui, tout le monde se rend
l salon de rception du Club
yttd plrce autour de la tab'e
H l'Amiral accompagn du Con
Hirren et de son secr'aire a oc
Ipii'oQ des bouts.
L'Amiral, nous (ait savoir le Con
l^tit pas envoy pour prendre
dispositions, il a tenu (aire un
ifede vues avec les no'ablits
I discussion ne devra faire au
personnalit mais s'arrter aux
Blicns. aiir de voir sur quelle
nous pouvons rpareer le pass
reparer l'avenir .
Arajral cous lait savoir qu'il
mi envoy oificiellement mais
k but de sa visite tait de s*oc
tdes choses militaires et diplo
VU: il a vu tous les autres
II du pays sauf le nord et il
ll'usurance que le gouverne
imncain est anim d un es
4justice envers Hu'i et ne d
10e son bien t'e et sa pros
Villhardouin Leconte dans
M courtois et distingu
lai connat, regrette que la
de l'Amiral ne soit qu'otfi
eu on tait prt lui faite sa
wntceque le pays a souffert
u" 1 occupation, et tout en se
il pour la commission d'en
pre que l'Amiral aura le pou
'airequedepu:s s ans 1503 000
offrent de tortures et' de
L'Amiral dclare qu il ne
" Ptie de la commission
nre de nouveau du dsir des
nu d'tre l'ami d Haiti
jWant d ns 1 dscussion ou*
ion expose en pat e l'Ami
* tegreltables, les crimes.
JHPns illgales, tous actes
leiibles commis par 1 Occupa
*- Me Adhnur Auguste
nt ar^, c'e-t Charles
mpnsona sans mot fs pen
ibAl0' apiS aVOi ,endu ser
dbut de 1 Occupation, c'est
01 et Granville Tassy, as-
11 U tivire sale, ce sont les
brutalit journaliers, les
visites domiciliaires noc-
asse aux ngres dans la
>t/4 ,Dcembre 1919, les
daasb prijon, qui dfilent
Lar.u,ncran, aux yeux de l'A
fUls Me Adh Augure de mande
I. arrive, par le dernier fteame'",
Panama, do uos tubes vaccins /rai*
nous permet de continuer no ru ser
vice payant de vaccination-
On peut ce faire vacciner la
Clinique Si lacquet
ou domic le par rer cl./ vous.
LesHafiens gouverns p^.r une cliqua
!
Un correspondant du s Matin >,
qui ne se tait pas coin: itre, mus
auquel je n'aurais pas rponlu,si,
je l'avais^ devin, explique que la
Commission des Comptes a t abo-
lie, parc- que le Ministre Araricai 1
et le Conseiller Fmincier avaient m;
nicS de ne point piyer les Comm s
saires.
El voil une raison I
C'est bien por: aujourd'hui d'ac-
cuser de tous les mfaits et le Mi-
nistre Amricain et le Conseiller Fi
naacier. alors que tout lcemment
Emile Elie et moi nous avons t r
voqus parc; que nous nous tions
exprims avec une certaine indpen-
dance 1 propos de Mr Minoras.
Toutefois,c'est parce que l'on avait
menac de ne point payer l?s Con-
trleurs des Dpenses Publiques
qu'ils ont t supprims I Pourtant,
ces jouis derniers, les mmes per-
sonnages ont fait plus que de mena
cer ils ont supprim, pendant trois
mois le paiement d s appointements
du Prsident, des S.crtaires d Etat
et des Conseillers dEtat, et vous
n'aviz supprim aucune de ces U au
tes fonctions.Vous vous tes dfendu
Washington, en y en/oyant une
mission E chacun est rest titulaire
de sa sincure.
Oli cet esprit d'imprudence et d'erreur,
< De U chute des Mois tunes-e avant coureur I
Mais si Ion veut connatre la v
ri table raison de l'abolition du con
trle des Comptes, il faut lire le
Monileut O.'ficiel du 28 Dcem
bre 1918 et celui du 4 Janvier 1919
Mr Louis Borno, Ministre des Fi-
nances,disait au Conseil d Etat:qu'il
fallait supprimer la Commission,par
ce qu'il moriaii d'entrer dans la
voie romae et d organiser un
nouveau systme de con '.eadni-
nis 'at f , c qu'un p ojet avait t
prpare par le Dpartement les Finances
dans le but de lalise d.> la man e
h plus pratique cet examen et ce.te
1U
0n attribue des homme d'affaires
iMKB&KK **rica}n* l-olr dclar que Ion ap-
pltque des m?sures d; violente.
Ma
la libert de la Presse, la Presse ap
pele ren Ire service au pays en le
lenaat au courant des faits et gestes
des gouvernements et des autori';,
appel-es toujours dire la vrit, a
la poner devaat le peuple
L'Am rai ne s'engage pas, il n'a
pas le droit de le faire, mais il croit
que seules des paroles indcente-,
aes aiticles capables de troubler lor-
die public sont susceptibles d'tre
incrimins
g |Li foule qui avait envahi le C ub
applaudit plusieurs orateur. Et d>re
que 1 on n'a encore rien dit, que
Hmchc, Maissadc, Bihoa, U Grande
Rivire, le Trou, n'ont point parl
encore Cela vitnira, avec la Corn
mission d'enqu e, car nous avons
nos rse:ves En tout cas l'Amiral
fit des promesses et se dclara satis-
fait tt d avoir eu autant de rensei-
gnements et d'avoir appris tant de
choses qu'il ignorait
Nous vouIojs avoircoafiaace mais
nous avens t tant de fois tro.n
p*, d-.'cas qu'il nous est diflicile de
croire tant que nous ne toucherons
pas les rsultatsdu doigt Attendons
sans trop esprer, pour ne pas tre
trop dsillusionns !
Les Varits
liquidt on( des comptes )
t Les attr bat Ois de cette Com-
mission ayant t notiblemerit r-
duites, en fait, par le Service du Re-
ceveur Gnral il n'y a pas d'incon-
vnient pratique la supprimer pour
le moment ei sttendant le vote pro
chain de la nouvelle organisation.
Mr Hudicourt : cil me semble qu'au
moment o le Secrtaire d'Etat propo
se l'abrogation de l'Arrt, il auiait
d prsenter la loi qui porte cration
de l'institution nouvelle
Dans la logique.cette abrogation
devrait tre subordonne la loi irs
tituant le nouvel organe de contrle.
le demande donc l'Assemble d'ap
phquer le Rglement a l'gard du
projet.
F y a une question de prestige
pour le Conseil d'Etat ne pis voter
immdiatement
Mr Dorn'ivai. :\'0us n'avons pas
le droit d'interpeller. C'est dr la dis-
cussion que doit rsulter la sanction.
Nous ne sommes pas un bureau d'en
registrement : quand une question
aussi importante nous est soumise,
il faut qu'on nous laisse le temqs de
l'examiner.Autrement.ce serait exer-
cer une contrainte sur l'Assemble .
Mr Borno : Je regrette d'avoir a
insister quand mme, malgr les protes-
tations des deux honorables conseil-
lers..
La Commissson pat tre supprime
(/) sans aucune giru pour l Adminis-
tration publique.
L compte rendu mut entier de la
sance est lire.
C'es dans 'a discussion d'une loi
qu l'on doit retrouver l'esprit du l
g-slateur. C'est la une :gleque 1 a-
vocat adverse n'ignore pas.
Mais ia pense polit que qui a pr
sid i l'abolition d un coatile dont
les admiotatrateari amricains et hii
tiens taient devenus trs impatsas
se cristallise dans un discours crit,
lu par Mr Constantin Benoit, Sfct'
taire d'Etat des Relations Extrieures
e. d: la lus ice, au Conseil dEtat le
2 Mai 1919. le jour de la discusion
du projet de Convention avec la
Banque ( Vo;r Moniteur du 10 Mars
191m. )
Cs discours avait t lu d'abord eu
Conseil des Ministres.
Ea vo ci le passage topique^ls
sont i plaind-e, ceux qui ont des
yeux pour ne point voir Tout espr l
clair/oyant et dgag de passion, n'a
qu' jeter un coup d'oeil autour de
lui poui se relire compte d un ckau
cernent du tout au tout. S'ils se cram-
ponnent encore 1 quelques illusions
chimriques ou i des thories idalistes :
s'ils ne se rendent / vidente ralit
actuelle, on sera en droit de les taxer
de purile nalvtii ou d'aveuglement sys
tmalique et irrductible, y
Voua la pense gouvernementale
exprime par la bou.he du Ministre
des Relations Extrieurs !
Est-il pos ible qu; la soumission
complte soit plus compl ement tra
duite ?
Est-il possible de relever dans des
propos pareils une pense de rsistan
ce quelconque so 1 a des actes de
uenave se lient l'cart
FOUT Al-l'ULNCE. Hati, le li
Novembre 1990. Das. hommes d'ut
fa rea amricains de valeui habitant
Hati J-'puis longtemps et bien au
couran' des complica ions de I im-
broglio haitiano amricain, pensant
que la deman Je faite hier par le
Prsident d Hati dune enqu e du
CODgrAi au sujet des actes de 1 Ad-
ministration (vile atuncaiua en
Hati est raisonnable et parfaitement
juste.
La raison d tre de leur opinion
est ipae le Prsident Daiti^uinave a
t coLe'ainuient contrari par le
manque de coopration et par les
metures de violence. Cetie lie a t
gouverna par una clique dont lu
Ministre Bailly-Mlaneliard lait partie.
Pourquoi; a'ors, a.-on demand,
le Prsident n'a t-il pas requis le
rappel de Uailly Blanchard:'
" Probablement parce que. corn
me bien d'autres, il a craint de le
faire 1 cause des procds violents
de l'Administration civile amricai
ne, a-t-on rpoedu."
"A.ors pourquoi le Prsident con
aentil souda Damant parler aussi
ouvertement et aussi rsolument
qu il 1 a tau hier?
Sans nul doute parce qn'il veut
que le chang.-nient imminent qui
doit so p.oduue dans la prsidence
amricaine lui fournit une meilleure
occasion d obtenir just ce. D'ailleurs
il exprime des sentiments et de*
vux qui depu.s longtemps sont
nourris par ie* amricains qui con-
naissent Ha 1, Sa requto d'une en-
qute du Congrs est la fois juste
et n.essaire." ......uiran
DurantU conversation dcrite
dan/ .es dpches d hier, le Prsi
j^Siii Dar iguenave ar a avec la plus
grande ligoite-,- quelque fois miui
avec sole uit, cuaque parole tait
lentement prononce et \ti plue un-
poriautes souvent lptes A aucun
moment, il ne parla avec passion,
toute son a titude et to 1 spnt tant
Cjuxd'uu liomiDi qai peuple a de rels griefs qu'il suffi-
rait aeulemeut de por.er la con-
naissance de notre peuple pour
qu il les rpare.
Au sujet de la conduite dans le
pays des troupes amiicai. ea da
Marine, le sentiment du Prbideu
simblerait tre do laisaer dormir le
pass, puisque leu s abus d^ pou-
voir avaient cess et trouvait pacilie; sur ce point il dit :
N'a urellement 1 on a co unis des
erreurs, mais que 1 on ne saurait ei
contrainte ou de violence ex rieurc?
Njj, Messieurs, vojs ave/, aboli
le contr.e des Comptes de la Repu
bliqit, parce que vous considriez
ce contrle comme une i 1 j on
ch mrique , comme une thorie
idaliste contraire i l'vidente
ra 1 actuelle ,
Vous avez vcu isol du Peuple
Hatien. Vous resterez dans vjtre
spleadide isolemen.
Pierre HUDICUUR1
ter. parce qu'il y avait tant de jeunea
officiera amricains qui cause de
leur |t>unesde mme, se sont mal
conduits et tant de gendarme indi-
gnes pousss faire le mal par les
olliciers amricains. Un systme de
terreur a exist pendant quelque
temps, mais s'est trouv attnu
lorsque le commandement de la Gen
darmerie passa entre les mains du
gnral Wise et du colonel llooker
en Juillu: 1919; JJ
t Dans la province de l'Artibonita,
dans le Nord d Hati, il y a eu beau
coup de faits regrettables, ainai que
je l'ai crit a"u gnral Cattio, i)i
mutes les informations que j'ai re-
ues il rsulte qu'il n'y a eu aucune
amlioration sensible avant que le
colonel Hooksr n'entreprit l'inspec-
tion de cas rgions
"Je dois dire sincrement que la
plus grande partie de U population
''ait heureuse d'avoir les Amricains
ici Je n.ai jamais t le chef d au-
cun parti politique ici, ni le promo-
teur d aucune rvolution, je n'ai ja-
mais voulu Je la prsidence en;dpit
des conseils de mas amis- J'ai.tina-
lement accept cause de la* pr-
sence djs Amricains dans ce pays.*
"Bien que j'aie fortement foi dans
les promesses du Gouvernement des
I .u: Unis, je ne dois pas hsiter
dclarer .que l'on m'a inflig de gran
des dceptions- '
Au sujet de la conduite des forces
de l'Occupation, le Prsident Darti-
guenave ajouta :
''Durant deux annes, mon Gou*
vemoment ne pouvait dire qu il avait
se plaindre de la conduite des
officiers suprieurs de la Gendarme
ne. Mon gouvernement a eu re-
gretter 1 or unis actes du celom.1
Wallr. mais le colonel Hussell,
depuis sou retour ici, a prouv qu'il
tait mieux dispos envers la popu-
lation
'' D'enlever 1 Occupation mainte-
nant <|ue le pays est dsarm serait
un c .o. Une telle mesure serait
prmatuie tout le temps que la
Gendarmerie ne sera pas complte-
ment dresse Alors seulement nous
mous aentirotos en acu li."
Le Prsident parla dans les meil-
leurs termes du gnral Wise, du
colo :el Hoolcer et du capitaine ride
qui, il a dclar, se faisaient auaer
partout o ils passaieul- Mais il dit
aussi qu'avant Lur poque.d'effroya-
bles choses lui ont t rapportes et
qui e 1 a eu une parfaite connais
san:j lui 1 leur moindres dtails,
Beaucoup de bena ofdciers, a t-il dit
ont t rappels trop tt.
A la demande |qui lui .ait faite
savoir si beaucoup de malheureux
incidents n'taient pas d3 au nie 1
que do t'ict, 1 ) Prsident rpondit :
'Cela os vr.U et ceat ce qua j'ai
touiours dit. Si votre peuple avait
eu confiance dans la bonne fei d
mon goavernement, et j'ai toujours
personnelle nent dsir la prosprit
de mou pays, une entente aurait t
chose facile et il y a au moins leux
ou trois ans que lu Hatiens au-
raient pens et parie haute no it da
peuple amricain.



Lb MATIN
Port-au Prince. 27 novembre 1920
Farine Tout ce qoe noi s pou-
vons dire n est (|u'une ternelle it-
f*liiicn. Les opinions ne valent pas
ouni, les prvisions sont amsi bon-
ces les unes que les autres.
Aprs un march comparative
ment terme et la hausse qui prva
lait la fin d'Octobre, les coins ont
faibli atteignitQt le t'Initie h. plus bas
la date du '.' novembre ; le lo cit.
on enregistiait une hausse de lo et*
par boisseau ; cette avance tait 'lue
aux t chats d e la 'Royal Wheat
Commission" pour l'Angleterre ; ces
chats se sont limits aux btsjins
courants, ds qu'ils avaient t con-
clus la farine a encore baiss- Les
opinions sont contradictoires d'un
ct- on fait ressortir que le bl se
vend encore au double du prix d'a-
vant guerre, que les pays acheteurs
devront limiter leur approvisionne
ment cause de la dprciation de
leur monnaie, et que la farine com-
me lot t article devra suivie le cou
rant de la baisse Dautie part on
estime que mme avec une consom
i4 a ion liste la prodi etion du
moLde ne surpassera pas de beau
coup la demande, par consquen ,
dans I avetir on devra avoir des
prix plus levs que pour le prsent
Nous vous donnons les deux v r
lions, embarrasss d'mettre une
opinion.
Tout ce que nous pouvons dire,
c est que en vue de l'incertitude de
la situation, il serait ssge que les
im^oi tateui s continuer t a restrein-
dre huis achats pour les besoins
courauts seuh aient. Cette prcau
tion peut vous taire manquer quel
Force, Sant, Energie
S obtiennent en prenant
Le c Wincarnis
Cour d'Enqute
Navale
On nous a promis pour ce'te se-
maine le lieutenant William; et la
continuation des travaux d: h Cour.
Nous attendons l'un et l'aut e. Nous
^ulonsprchtcr de cette atteal* pour
dire un mot de s-gesse | t de mode*
lation.
Plus avant, dans la "Question du
jour', un de nos dtra t urs trs
l'opinion hatienne en garde coiln
toute tendance exagre. Ceci si dit
de f on gnrale i l'gard de i'er-
setrble de l'.cion amricaine qui
s'exerce dans le pays en ce moment
k'.r.ous voulons considrer quelque
chose serappoitantplus spcialement
a l'enqu e sur les violences com-
mises contre les Hatiens par les ma
rines amricains.
A l'occasion de certains laits rv M *
ls et qui font natre en nous un llAPIS.()n mande d Amnes que Versailles et qui avaient
sentiment naturel de ryo.te, on vo l Atjuw Chnst0phe am aujourd liai ic. au cours
que comme plaisir le spectre de eB*' J ,7 naare8. cushioo prolonge la rd
.,3-r-.-* *--.
Chailemsgne Pralte et on montre
son sou vement tomme une cons-
quence natuielle et quasi patriotique
dis mauvais traitements qu'il avait
subis, en mme ttmps que plusieurs
mtmbrts de sa famille.
Toit tspiit quilibr peut la ri-
gueur l'admettre, mais la condi-
tion d'admettre galement que les
a:tts et les violem.es dts r\ olts ne
dussent sixercer que contre ceux
qui les avaient opprims.
11 n'en est malheureusement p. s
ainsi,etioutes les familles hatiennes,
et toutes nos populations rurales
i vint que le pays, durait tout le
i propos do la ti
Une lettre de protestation
Le 27 Novembre 1970
Monsieur,
Nous venons de li-e rinfor^jl
parue dans votie numro dauin^
d'hui au sujet de U Maison fM
Vous dites que l'offre de pj
Jp Ojodesciean.es a t accepffl
En notre quart de crancieiJ
plus gros ch .les. nous croyons d*
voir v us prier de rectifier que noi,
n avions accept que A.l rtknJl
et sous toutes rsous de nos droits
Car, comme vous devez le corn!
mT ta t^i p-eadrf, ncus re saurions coisr-J
Nouvelles hlranyeres ^^t^t^S
v L* Mluaton ;st dfliile relle*
ment, mais... il y a la manier
Vcu liez recevoir, Monsieur, noi
salutations empresses.
Pour Mobile Trading Co
L c DORSINV.LlE&Co
g|Le vrai reconstituant raturel.
Apprci par le Corps Mdical de Si
Majest l'Kmpire liritani hpie depuis
40 ans. et recommand par plus d<
IC (X>0 mdecins "dans le .Tonde entie
pour laiblefss gnrale, anmie
lymrha'iame.. etc-
^rpar par COLuMAN Co Ud
A ngleterre
tranek j.MARTlN,a(jent gnral
vrent
Une foule nombreuse et enthou
sia-te les escoi'.a jusqu'au palais
Gen/e runi Jins l'ai ra midi dh
beraiarla mirebe suivre pour
ob'. nir de rassemble les intauras
prendre en vue da maitte un tenue
aux hostilits entre Armmeus tt
Kemalisti". La conse.l chugea le
secrtaire gnral de lui Munit tre
ce sujet un proj.t da tlgramme
a tous les gots 1! s occupa eneui'.fl
dd loigapisatio;i,(li ijiel iscite Vilna
il n forma les d.g is polonais tt
Li lriaoiers de sa tiens.on d envo
yer un dtachement di )8H8bommil
pjur assurer ta scurit du Plebis
cite et nviti les deux pu Us s ac-
0|o prime:
Lo'on en balle :'.o cts or la livie
brut li^cts
Caf tri (Jets
Tel quel cts 8i4
PS Au moment de taire paraitre
notre revue, un cable de la llecker
Jones, nous signale une forte tt r.
dance la hausse-
Les intresss qui voudraient pro
liter des prix actuels, feraient bien
de nouu passer leurs.ordres par tl
gramme.
EUG. LE BOSSi;
Zayas esquisse des
plans pour Cuba
Il se propose de mettre fin
ffuence politique d lArmefrt de
le prix du sucre
('i/i-
lixer
de paysans ont t littralement pris,
certains moments,entre deux feux.
Hier encore, une crmonie com-
mmorative a\ait lieu aLaihan peur
rendre hommage a la mmoire de
quelque jtunes gens intressants,
victimes des issassins de la grande
et de la pe :1e plaines. 11 faut bien le
dire, hlas nous avons soutien des
excs et violences des marines, d'une
iaoe; |tt nous avons socllert des
bngandages des 1 tres, d'une autre
f von, galement criminelle.
tt si ncus croyons mriter i'alten
tion et le respect du GouvernemeLt
amricain en criant contre les mauv.is
traitements desMarines ttenexaltaut,
en mme temps, les \iolen:es de
Chailemigne Pralte et de ses paili-
sans, cous nous trompons amre
ment et au plus clair dtriment hai
1 en.
HAVANE- Novembre 6.- Le
Dr Alfiedo /.ay s, avocat, bomrre
d'Etat, ancien vice prsident, et main
t-nani Prsident lu de Cub.', e
quelquefois surnom le W.iliam |en
ningt liryan de Cuba, a communi-
qu au S'ai .tt au Daily News >ses
impressions sur les vexations poli-
tiques, et sur certains problmes
conomiques auxquels son pays est
aux prises, et comment il entend se
conduire ce sujit.
Le Dr Zayas, tant compliment
pour son ang a s, a rpondu qu'il
l'avait appris a Cuba. De fait, il le
parle bien.
C'est homme qui entrera en fonc
tion de Prsident bientt,' est im-
pressionn quand il parle, ses yeux
sont noirs et vifs, sa voix profonde
tt rsonnante.
< l'ai eu des semaines ardentes
dit le Dr Zayas. Mon voyage tr 7
vers quatre provinces a co. fi m
non seulement que le peuple tra-
vailleur du pays qui, notamment a
besoin d difier pour lui mme et
pour le bien de Cuba, est d'accord
avec le programme de l'lment de
la Ligue Nationale, laquelle est la
combinaison cts libraux qui n'ont
pas t radicaux, et ceux qui pour
cette raison, ont t appels conser-
vateurs
" Et maintenant un point impor-
tant : en raison des faibles ressojr
cea de ce paya, nous n'avons pas
besoin la fois d'uu conseiller finan
cier et d'un receveur gnral amri
Petites Nouvelle**
cains, nn seul suffirait."
aa
Le Ministre amricain. Mr Uailly
Ulanchard refusa de voir aucun cor
respondsnt de jouinsl au sujet des
xcuses invoques par le Prsident
Darliguanave.
(New-York Tribune.Tj Nov H20.)

Hier soir, la Cathdrale, en
I rsence d'une assistance 110:1 !>reu
!e- le prdicateur de 1 Avei t, Mon
tieur le Chanoine J. M.Jan pronona
: on premier sermon. 11 parla avec
aisance de l'Eglise et du Pape.
'Lei fondateriTc.'.1/,l'Ancienne Soci
industrielle et agricole de l'ile de
la iortue sont convoqus pue* , pet
aprs midi dans le but d organise,
l'administration de l'le en attendant
la ciation d'une nouvelle socit.
La population du sud sera vac
cine par les soins obl'^eants de
notie ami le Dr Hoche Grellier.
Suivant dcision prise par le
Comit diiecleur de c l'Amicale du
Lyce Ption, sa dernire runion,
les travaux de fondation de sa b'hlio
thque ont commenc sous la direc
tion de l'Ingnieur Chs F Azor.
Les rptitions de la revue lo-
cale* les Mystres de Port au Prince
de notre ami Paul se poursuivent
activement. Elle sera reprsente
Parisiana le 4 Dcembre prochain.
Un comit de sousc iption est for
m en vue dj recueillir des fonds
pour las sinistrs de Jrmie-
__ Dans les premiers jours du
mois de Dcembre prochain, la M s
sion Wesleyenne organiae une gran
de fte de charit. Il y aura cintni
et kermesse
Monsieur Price Mais vient de
lancer un appel solennel aux hailiens
en vue de fond'r une Bection liai
tienne qui sera allilie la N A A'
Q.p.Jont le but consiste or^niser
la dfense de laRa:e Noire aux E at*
Unis.
- Notre confrre "L'Essor dans
son dition d 1 Sitntdl suggre quel
qui s mesure urgentes prendre qui
sauveraient le commerce le dgrve
ment du campche ft du cal dan
une proportion de .'lo 0|0 et uu 1110
ratorium de 3 mois.
poasL-
dioire liquider cet e quest ou dans
l'espnt le plus larg-elle plus ami
cal-
\ CW OK Dans ce qui est con-
sidr co.ume premira dclaration
autlp.ntiqua ayant jamais t faite
co .cernant les dons ptiilauttopiques
le fils d) Mi" RockfoHei dclaia que
bot piw avai donn approximative
m :in 173 millions de dollars.
w\sn miicn La saer taira Colbyj
eccoiiipagu du c^nire amiral lias
sett e- Ou Major gnrai Cronkite
sembii'pura a llAiivtJ.ij Hoids di-
ina icha sur lo cuirass F o ida pour
son 70y*g' dans lamaiique du sud.
L^ snateur KJoz de Pensy.vauie
a dclare qu'il comp ait d. jier de
nouveau dans la prochaine session
du congrs sa rsolution dclaraut
1' at ae paix avec 1 Allemagne la
connu sbiou de l'iui iigiutioa do la
chambre demandera au congrs de
voter des mesures lgislative* pour
emi-uher la dsertion des quipages
des im\i es trangers dans les eaux
8ineiiCcU.es tt rentre aux E a s-
U is des pei8onr.es caches dans les
Lavires.
Lue dpche de M ami 'l'ioride
au .once que la ctiiss.cr de sous
marin 151 .S est oppos a une tenta i
va de la Western uuion de relier ses
cbblei de baibados Miami. Sui
vair. das lens- giidiii1 Dis de Moscou
lej au:onts Sovitiques estiment
1 je les ouviiers sans travail aux
Lia'.' U.na beiout a.i r.o nbre de
millions la lia de l'anne. Deux
reprsen ants.ee latioisime interna
tionale ont t euvoys de Moscou
pour organiser des Soviets aux E Unis.
GENEVE.- Les p oj-ts d'un Ett
majo; Intoi national proposs par Mr
Lon bourgeois a la confrence de
t repris
d'une dis
uction des
armemeuts.M. bourgeois a dclsr
avant tout que I excution du rai
de Versailles devait tre assur
avant que le dsinn ment soit pos
sible. 1( a dclar que pour rendre
le trait effectif il Uit ncessaire
d avoii' une organisation militaire du
genre de cdle qu il avait propos
la confrence di la paix M.Il A I.
Fisher prsant chef 1 la dlg ton
biitauuique semble abonder dans le
sens de M bourgeois.
bEliNE A la session du parle
ment ti dcembre on discutera la
proposition d*un uouvel emprunt de
')) m lliOM il tu 's aux E bis
Unis dont h bit est d instal er
l'lectrici' des cbemioi da 1er Suis
ses.
MEXICO- Le Ptsidont lu M
llardmg s'arrtera Vera Cruz
son retour du Canal de Panama
moins (lue des cironstaucts impr
vues ne changent son iiiura.re;0'te
dclaration a t fait par la le minis
tre dts ttiiies tranger s Mexicain
on assure qu'on a/ait 1 assurauce
que I; tnatour I ail du nouveau Me
xiqua arriverai', M xico lundi pro
chaiu pour assister l'iustilblion du
nouveau Prsident, le gnral Obli
gon-
PAR1S Mr Paul D.schinel qui
avait ob g d; d.m.ssioaner corn
me prsident de la Rpublique 1 i
dernier p .r suite de l'tat d: sa sant
s'est bien rtabli, c it M And. Ver
vort dans le journal i'hclatr. Il d-
clare que le prsident augmente de
poids de jour en jour et qa'un re-
pos de quelques semaines seulement
sulfira son compltl rJab is-.emtn'.
Le journaliste conhrme la rumeur
qu'on a 1 intention d rc \',D.-s.lu-
nel snateur du dpartement d Lur
et Loire. Llection sera spontane
comme celle de l'ancien p.sidecl
Poincai dans le dpaitement de la
Meuse.
LOXDRES-Mr Ltygues, prsident
du conseil des mims.rcs de P'rance
est arriv ici ce soir pour une cont
rence de trois jours iv.z Lloyd Gsor
ge. Bien que sa visite a.t eu tout
dabord poui but de discuter la ques
l.on du ietour probable de Constin
tin sur le t oae de G ;e ; ses entre
tiens porUro; t ans aucun doute sur
la situation en Orient.Ou pense que
la rvision du trait lurc non envoie
ti' sera tudi et ce qui donne
lorce A cette opinion c'ett que Plu
he a t invite envoyer un repr'
sentant. Le comte Sforza, ministre
des allures trangres, a t dsign
et on l'attend dimanche assez a temps
N'oubliez pas de passer
A l'Ange Gardien
i63tt Hue du Rservoir
SPKClALIlh DV DEUIL
ur vos achats de lin d'anne- vous y trpuverez des er.icles.de 1er choix
F IIM
pour qu'il participe au moins i nie
confrence avec les ministre franais
et britann que Mr Vente los est auss
attendu la semaine prochiioe trs
probab'.emeat pour donner certain
consri.s au gouvernement britann
que.
Ai HENES On innonce anjonr
d'hui que le parlemrn' se runir
trois jou's apics le plb ui e.La reil
ne Olgi lira ao s le dhcours d
trne. O.i s'attend i ce qae les Vl
nizolistes soul/t;it la question d
la lgalit de sa rgence soutenan
que d aprs la constitution c'est ai|
parlement seul qu'app .itieat le dro.
de choisir un regeni.
PARIS Le Main cro t savo
que le gouvernement int;nt onne
dposer du g nce le ptoj-.t mettao
li'i au pnvi:ge dont jouissent It
trangers qui so. t pt de i.io 0/0 sur le chiffre de
affaires poj. toutes ks matires pr
mires ou cbj.ts manufacturs qu'ilj
importent en France.
PARIS Les journaux conitaten
le succi de la journe du commerc
pa isien. Partout les recettes furet
suprieures A la moyenne.
L'envoy de i'Hivas 1 Londres \i
lgapbie que U premire rencoatiej
de MM, Leygue^ et Lloyd G.org
tut particulirement cordiale et tu
bien augurer. Les conversations coi
mtneetont vendiedi aprs midi. I
Sfo za attendu samedi y participer
aussitt.
Interview par le Petit Parisien
Mr Venizelos dclara que si le non
veau ab ne continue c. v.rs l'E-.tc
U 1a politique amicale et collabora
trice, il estime que les a lis e de
vroat ne pas bouder h Grce et
exprime l'espoir que ie laite de Se
vres ne sera pas rvis.
S.\R.\GOSbE U .c bombe ex
plosi dans a canalismon lectnqoi
Le but de l'attentat tait de pi.wfl
ville de lu a .e, m ii> il ;hoi.Ui
au re bombe explosa dans le pw
de gendaimer.c. Aucune victime,m
ds dgts importants. La grve g
nrale continue ; on signale tout
fois de nombreuses rentres.
PARIS lu ridio igramme
Moscou annonce que le coasei
commissaires du peuple a promaj
gu un rglement au.oiisaot Us
pitalistes trangeis 1 exploitei
richesses naturelles de la Russie
'expoiter l'tranger une partie-
leur production.
d
Souliers pour enfants
Chapeaux garnis pour tilletes
et'damtt
Confections de chameaux sur
oim^nde- Bguins
Fournitures tour chapeaux ; Heurs,
paille de sue, spatUrie,
laiton, e c.
Chipeaux Jean-Kart pour enfanta
lias et chaussettes. Dei.t lie va-
Ion 1 une*
Muban. Tal las G pe do Chi ie
S m; lavahlp. S^r^'e noir ei gros b'eu
Voile et couroanes pour maries
Eventails blancs et couleurs
Parfumerie iranciisa
Confections Liyetles pour bapliuas
Articles d deuil ; Sarg* noir.
Crpon noir, nansouk et similis
noir G-pe franais et anglais. En-
tre deux crpe pour gunitore de
robe de deuil.
Gouronnei mortuaires mtal-
liques, garnies ou non garnies.
1 i>ivtir du 1er Dec unbre, exposition
de jouets
La fte de La Solidarit
Inoubli.ble, la tte quo:jMit r
so-r l'association LA SOLIlMKl
l'occasion du deuxime anniv
saire de sa fondation. **
^En attendant que nous pub
ie compte rendu de cette fte
dide nous flicitons le Secrtaire
Bureau, Me Llio loseph de sa oig
tique confrence, M. Sansar.cq
son allocution si pleine d piop
MM.Gustave Augustin, Dsir eu
payable PJit PUGEqu. enUiv
brio des posies et monologues
Nous s'achve^ons pas e.t m
sans adresser nos plus vifs e* P
spciaux compliments aM BMJ.1
est bien comme I ad.t Mr Sinr
le prsident -.ndupensab.e
mpoiunte socit^


rE MATIN
Lnaiidez le vin Winox Sale E\lraorcJiuarj
fc1
m
le reconstituant par excellence.
le VIN WINOX W un prcduit pharmaceutique
de premier ordre et une prparation seule dans son
aenre, sa fabrication, le vin mime, l'analyse et sa
valeur clinique l'atieitent. Il diffre absolument d s
vivs dits toniques* communment vendu*.
le WiNOX renferme une proportion de sub,lance
azotes suqneures de \Qo\o \d celles des vins toniques
ordinaires, ce qui en faii un reconstituant dune grande
activit, dont tirent le plus grand profit les convales-
cents, les anmiques et les tuberculeux.
Le vin nutritif WINOX est un reconsti'uant na-
turel qui renferme une proportion plus grande de
vraies qualits rcupratives que tout autre produit
semblable, sans l'addiion de% d'ogues
Il est hautement recommand pai les clbrits
mdicales en Angleterre dans tous les cas d'anmie,
nvrite, neurasthnie, gastrite, indigestion, grippe n'
vralgie, bronchite, phtisie, affaiblissement nerveux
des ners ou de eorps.
Prpar par la WLVOX COMPANY, limted, de
Londies Angleterre.
En vfrite en utos et en dtail chez
Alphonse Hagnes
Agenl gnral peur la Rpublique d'il aiti
S
litsDiver
[observatoire
DU
| SEMINAIRE
' COLLEGE ST MARTIAL
JEIUNEMENTS
hlETbOROLOGlQUES
Wh; 28 Novembre 1920
Mntre 7*-1
i minimum ai.3
maximum ;i o
enne diurne a4 S
l'dur jour ci nuit.
uni ne :ons ant.
.). SCHERER
La Renaissance
puons reu le t scicule de
^ibie ce l'inrt ressente revue LA
KsSANCE qti partit avec de
ktusesfraiircs.
isea recommandons vivement
Ht
cambriolent sans
s inquiter
cimb:iolturs ont re;ommen-
nrs oprations l'Avenue Ma-
t Anbrai-e et l'Avenue ;.
lit les maisons Magloire Gaston,
oisMivs, Eugne, c'est celle
nte Lil.vois qui a t cambii
ier soir tt dont les malfaiteurs
"ittraliment vid le poulailler,
buiqui ne maintiendrait on pas
coidon de gendarmes dans ce
lier ?
Mariages
Nous avons reu le fai-e pat c'u
maiirge de'Melle Laur; Mevs avec
Mr Leit FicenLa bndictijn Nup
tisle leur sera donne,dans les salons
de Mr et Mme Eug. Mevs, sise a Peu
de Chose No 725, Avenre N, le same
di ir Dcembre,a 5 heuies de l'aprs
midi
D^ns les salons de Mr et Mme
Henri Brisson, au Bois Verna au-a
l'eu le j'udi 2 Dicerrbe 7 heures
du soir, le mariage de Melle Maguy
Brisson avec Mr Pierre Rol'in.
Meilleurs compliments.
Au salon duLouvre
Vous i\ uve.cz 1 sj produisdh-
cits et exquis de la
F arfuaierie Vivaudou
De Paris
Coffrets bien prsents pour
cadeaux de fianailles,^l'anriver-
sair. s, ele, depuis 1 jusqu' 20
(k Mars, Chaque coffret contient
une boita de poudre, une loiion,
un extrait, un savon et de l'eau
dentifrice. ^_______
Dr Bois
Chirurgien dentiste
Rue du Dr Aubry, prs de l,las-
pec'icn.
Of 8B0ES and HOSIERY !
llavirg beught out an er tire New V k bouse cf SllOES. comprisu g
Nftril tkouee ai d pans of tlie Li t tutawa loi u n.women aui childten,
eame will Le oleud to tbe public ; 1 | rie 1 rOfi ig nom lit y per cent to
aeventy fut rei ,c-nl ktEiUW Tlls A Cil aL tNICW YORK ET. IL PRN
CES. The stock uisists of s gei nai atn itirmit .t b^uUi aud sboes in
Uathti and canvas.
Ibis il an op[orim.tly tuver befort wn in'jhis tounltv A vlfortunily Ibat
cornes oixhj once m u tift '" Take advaritage of this 1-ATRAORblNARY OtTKR end nnke your
pntchttei during ibis srie wicli wiil pro\e au unutual opportuuuy to tave
rconey In TUES* IJARU TIMES.
Included in the stock will be an atsortmeut of GENUINE P.aLM-
BEACH SUITS, btllRTS. T1ES, CAI'S. etc. etc. ail ot winch will be otfe-
redltt greatly reduced pnees.
UO Nor FA1L TU CALE AND MAKE VOUK PURCHASES '.'
at 1710 Rue du Magasin de I Etit. foitau Prince
HORACE RVAN
Vente Extraordinaire de Souliers
Ayant achet^ New York toute une maison d chaussures compre-
nant plusieurs milliers de paires de la meilleure qualit pour hommes,
femmes et Enfants, nous les offrons au public de Oo ~ oto au dessous
du prix de dtail actuel Ntw York.
Le stock comprend un assortiment gnral de*b)ttiQ6l et de souliers
en cuir et en toile.
'C'est une occasion qu'on n'a jimais vu dans ce payj une occasion
qui n'arme qu'une fois dans la vie. "
Profit z de cette offre extraordinaire pour faire voi achats peniant cet'e
vente qui est une oicasion sans prcdent d'conomiser de (argent en
ces temps durs-
Dans le s'ock il y a un assortiment de complets du pure Palm beach
dn chemises de Cravates, de chapeaux etc etc, le tout oll'ert des prix
trs rduits.
NE MANQUEZ PAS DE FAIRE VOS ACHATS
au No 1715 Hue du M gaein de l'Etat, l'oit tu Prince.'
HORACE RYAN
Avis
La darre Edgard Roconn, ne
Anne Mai guri w Vronique Jabouin
demeurant Port au Prince eat in
forme que pr exploit en date du
23 octobre Itrao, a inistre de l'huis
sier Levaeseui Talh'grain, du::ient
entegisti. et, en venu d une ordon
nance do Monsieur le ji ge Roger Hi
laiie, du Tribut ul de pnraire lns
tance d Jre"mie portant permiasion
de citer elle a t, la requte du
sieur Edgard Recourt, son mari,
assign comparatre devant le dit
tribunal, dans le dlai de la loi.pour
entendre ironoLcer en're enx le di
vorce.
w La prsente nseiuon est laite en
conformit d un jugetnentftdu sue
dit tribunal de Ire Instance; de Jr
mie, eu date du 83 novembre cou
raut', cocbtatanl le dfaut de la da
me Edgard Rocour sur l'assignation
sus rappele et, lixant un nouveau
dlaiade li jours pour statuer sur la
demnde en divorce.
(Sign L- 11. JERuME
On di mande
A acheter un lit i une plice
Adressez les ot'res aux bureaux
du journal
En conformit des Su uts del
Socit, les memb-f s du Corn t Hii
tian de l'AUimcc Frariise sont con
voques en AssembleGcrable pour
le mardi 50 Novembre courant i Pa
risiana, s heures au foir.
Les membres jont piis de ne pas
marquer i cette importante runion
La Secrtaire gnrale,
Mme R. Lercbour 7
Clyde Steamship Co
Boreign Service
Office de l'Agent General Port-au-Prince, Haiti.-
oriformment aux importantes considrations et aux dsirs exprims
noitmis hatiens au Prside U Raymond de la 'Clyde S'earaahip Co ,
ordonn que l'usage du nom RAPOREL soit aboli et abandonn par la
le Steamship Company pour raisons commerciales et d y substituer
1E1NG SERVICES pour dsigner cette division de la Compagnie,
et ordre devient effectif partir du 1er Novembre 1920.
insi, noua donnons aia r.oa cliente et amis que le nom effectif de
e btanche hatienne de la Clyde Steamship Company ost maintenant
DESTE\MSH1P COMPANY FORE1GN SERVICES,
us rem=rcioni nos am s hatiens de leur nation ige accord la,Clyde
jpsbip Compeny magr les cond.lions de U pnoie coule, les
irint q ie noua travaillerons constamment en bonne harmonie avec
i lo d obtenir le plua d'extension possible et la plus grande amho
* du service intrieur et extrieur que les affaires et autres exigences
^Rpublique peuvent demander et que seules peuvent permettre les
Wea et piohtabhs oprations.
Jub pouvons fournir des btesux de n'importe quel tonnage pour loua
porta du un ndo bref dlai & des taux minemment satufaisanis tt
wr les chargements dans les ports dsigns par les chargeurs,
fonts information concernant nos services eut la disposition du public
n cordial accueil est tserv 'ous ceux qui voudront visiter notre
Jconmode cfiice agrablement amnag l'tage supr.eur les b*:f
nia Madaen; Rue Amricaine-
CLYDE STEaMSHIP COMPANi FORIGN SERVICES
E. F. CLEMEy TS, agent gnral
'riV*iVKlf-iM
Panama Aailroad Steamship Lise.
Service de fret et de passagers
New-York
Port-au-Prince, le 1er Septembre 1!)W
Prenantexpdition ^directes pour l'Angleterreet l'Europe et \ice-ver1a:,^"f
leaux New York. Le plus rapide et Le plus direct service de et pour I Kiuo e.
Connexions de
A. E. Palerson, General Frei,lf Agent, 2i, Strie btre-t, New York L ly.~ fret payable
ttK^ directement pour Pc t au Pnnc, et uu au.re par
mois pour lotis le" ports dllaiti.- Seulement pBSttge de pren .re classe Les su.vanb
ont nos 4genU dans les principaux por s d Ivjrope et d A nglefeire .
Avqlelerre. Ecosse et Lrance :
MM. G.W.Shelden # Co, 11'. James Street fAver-
verpool, England.
Copenhague, Danemark :
MM. A.EBendixf Co, 21, Allegade. Copenhague.
Gnes, Italie : ,
MM. Henri Coe # Clerici9\j&Piaxxa. S. Matteo\
15 Cnes Italie. ^
Christiania pJfvge : ...
International Spedilionsselshap, Christiania.
Hambourg Allemagne : H.Vogemann, Hambourg,
lioiterdam Uolland : HJogemann, llollerdam
Gothenbourg Sude:
ftordish Express, Jwothenbourg
C'est notre dsir que les Importateurs & Exponateurs Hatiens tirent profit des avantages olferts
par la PANAMA RA1ROAD STEAMSHIP LINE.
Nous vous suggrons que ce serait dans vos intrts de .passeras instructions vos Lorre
pondant! d'txpdFer vos marchandises par ces Agences, pour tout ce qui coocerue.une prompte
>pdUion et une attention soigneuse. Le servie transatlantique est en ^J^.*^fJ
beaucoup de bateaux sous le contrle de ces dlV.rs Agents pour umttf une expdition prompte ei
le service de Panama Line entre New-Yok et Haiti. en vue des arrangements qc se sont faits
sera dune ut.ht considrable, et est la voie la plus rapide par laquelle vos marchandises penvent
l D "^nnatssements couvrant fret pour New-York avec options de livraison 1011 Londres,
Liverpool, le Havre, Bordeaux ou Anvers seront livrs.
0. B. THOMPSON,
Agent^eiieral ageat p>tir H iiti
A. de Matis& C,Kcprsenlants
four la Rpublique d'Haiti

.
_


LE MATIN
Qu
BAZAR METROPOLITAIN
Maison de confiance
angle des Hue* du Peuple # Dante* Destowhcs.
Grand rabais 1 occasion des ftes de fin d'anne
Crme la glace la vanille et au chocolat tous tes jours
rro a l enez youter mtre 9lace l* vanille .urmon' d'ananas.
Grand rabaia aur noa provision., alimentais. Nos pili sont la porte de toutes 'es bennes
e|rous seivons noechentg les ma-quei les plis eetebrea du monde
Notre stock est compltement terouvel
R^teuii^ a l>r!v,hJor8 ^raltiii anglaises et amricaines de lonte fraie heur.
. riJT' ^^^i'^umes en conserve? Fruits secs et caud.g Lait malt, condens el
tatfiel. fioupue e. ileune, vint, lins, bien biui e tt bior.dp, pcrltr cfatD Drmr
lches et pcma-es *u-i:is jour cor ti'ure*
r.ui'a caLd.ts, cerne de guloifttft, laisins de Concilie et'pmnea PlfCflttr, olives muta, mit ce
mat, e c pour ja eeu de Nol.
flMCoIfl's afctoiliB en boi es et en barns.de VNbiluin. Boidere, tt Nesll
Nougat de Vale..cr. can nul. cime de meulie. surtttes arglaUcs a sorties et varies,
., Bii cu.ts asEor ia angLis i1 menu ins '
Noijefes par livre, pista' he et noisette mariuea de sel lin en pot, confitures do r^he fn. Pir
L.gues et dattes in roi Pudding anglais et .mricair. CacaotB pood,,^AS^wffio
Lait malte, naturel et vaioi de Uordeu's. Lait condens de la marque EfLie
litune cepiitathe en vtrre de g^ndeur diffren'e
Beurre de leble aCrcain et hollandais de la marque lioletran
Fromage bollacdeJs Holatrao, am'.icain Daiey et Roquefort, suisse Crcvre
nuits au jub : Lche, pure, pomme, abricot, anna eic
Ugurres en constive : cLoucioute, cleri, petit peis, asperge
Tomate, coi nichons e c de ma. que er glaise, frareise et errencaine
^oupe angleue et .amiicaii e fti recemmandons la petite soupe prpare en cube faire
_ bouillir simp'erteni dans de l'eau.
lapioce, faune de r/. ctthmeal. guepenute. comaiaich, corn lUIca. corn pille lai lue riz rois
'ucre granul, sirop de Karo et LogCebiu. l '
Niande en conserve. Le Veribtst beef loti ail specia'emenl recommand
. Largue de veau in petit et grand ferblatc
f oistons divers : Hsb Fiait., Futa chms, saumon Merito et autre. Sardines la Californie
., BU lcmtlb fct txclul3e' b-reng stuce tcinate, anglais et amricain
n n ?i! aHC/"f' ?el flC' piC8 de toa[e6 sorteF' oliiree' c?Prt8 en compote. Spciale-
n.eut recon mand : la fameuse sauce noire anglaise de Lea & Purins, la tomato Calsun
aranceiic. pimentO morrones- sauce mayoi nais la sauce d'hutres
Srydeia peur cocktail incomparable
fcaion do lefsive Sur y atuodty pour Us linges. Itoiax et sel de soude rcur la lessive
8ftfOD de tciltt.e rairy. l'auuoliie etc. Sa\on de toilette Mdicinal perte m
r 'c idie el pale deitifuce, fondre et cime, lotion, bay rum eto
l'Btret'ri pmiic-ii.e. fiyjtieiiie. tuique te htitieune. Camel. Richmor.d Piedmont, Murad-
Melachin.a, Cycle Lu ky S ,k.. gyp ien Slraigt. lord L. lisbury. La Nationale Encore
mac : lunde, l'iinee Aibtr', Matuika, Duihau v.Ivet
N n m icuge et blai c de F.nuct. d'Espagne et d halle, Cerise pour coctail, bire blonde et
mure aoglsirr. tmTlCiloe et hollar.da se. grapa juice. apple ju cr, (h miacnr
Nous \uis c Hier s le \ lui beau t toek de pioviiiona et le mieux assorti
v a iLeillei r maicb que pur oui en vi If-
vertz voir et conrai .e nca pi av. ni de faire vos eirple'ter. Nous ne tfglgeora rien DOor
v plane a los aiicibles clients et mener eur coLliance.
noua aller dors par la [loi p rectale L eau un thscniment ccmplet. de jouets iour enfanls et
oini ments pour ait le de Nol
ngeraactbatni Bomeo et Juliefc -i'f ifomene fiai c.iae de la marque urivernlle lloubiganL*

Wilson el company Chicago
The West Indies Trading ro, Agent Exclusif p-ur H
/ es produits de Wilson rrotgenl votre table. U
Ils sont mis m ccnccrves sous le con'rle et l'inspection du aa
ment. Ci qui garantit doublement leur qualit W
D!
ffO
mo
L'-l
ial
Occasionexceplionnelle Ja,k Tar ToflS
* Mieldv llocses. Sai'or Slv'o
A VENDRE
neuve
Une avto Buick
cl.''el0?O
Une auto ^uirh
peu roul
Une auto Buick 2emain,G7ii,f
s..e,s lhH ,iine
saule, en boc elaf, pneuf, cord net h
G cvlimJi es, .")
rac,a or 2.100
2e nrain 6 cylindres. 5 prssa-
gcr, modle 19.0 ayant 1res
cr 1 700
< un..
re?, 7
ht
or I.LIH.)
pa.;-
pris
Un camion Chevrolet
HsM;<\ie .
ute lu.l.e 1 IX h
(he/. lugiiP LE UOSSIJ,
!>., Rue d Qui i,
liiddy lilocses. Sai'or Sty'e Dm
tes- Ulcomer i-kirla.
Are made iu apO less, cl>n facto
ries wliicb kncwn aa "The Sunuy
Sbopa". A spirti of co-o. era ion.hap
pine^s and carefulnesB reigrs and a
small anr.y of intelligent maids wo
men riLd iiirn tird a plasure in tlie
woik ci producing thse quality gar
meu!s>
Jack Tar Togs are qualit} lice
of iniddies, sailor s'yle dresses, blco
mers and ikirte made of fast color
cottor. flanr el, and serge mateiia's,
produce J in style bat baeb corne
staple and wbich do i ot c litige
eacb feeson or year. JACK TAh
TOGS are rrade in ail s zes
S^LZSROOM i;.12Hi:e R
p blciine mai ta s.utu Ibe mer
cl.am Tt ik r.
Ofnerfll Offic\
V.kli H e du ftagatiu d.' l'Etat
t Oit tu Prince
LU-DORSINVIUK&Co
Agents cfHaiii
a Wilsco ()leomargann9 : beurre de famille, pour U cuisine i
fpour la table, fabriqu avec des produits absolunea pur* en nsJ
Mars les plus grands restaurants. "
I Man'gue Ide\al pure lard la meilleure m?raue du'monri
; mantgie de fiia i'1^ marque Sultana prpars spcialeme i pour
climat* chauds, en barils et en i rbl mes.
| Jupiter tLrtra hamily Beef buf de Camille en saumure aualil
.extra pour les piceries en pices de 8 13 livres. I
I Begular mefs pork coup par pices de 6 pouce?, mis en baril
. 0 t'i > o ceaux survant le a goii s,
I b Bwk Po k pices d i lard ei aui n t e, ttrtit ju COll el j
i liants du por:. psr morceau' de (i pieds carrs coups suivant
poid* de chaque morceau.
Ce-ified hams, jambons fams r *yle [anglais, si m Paires a
jambons impcr' d'/lng'e'errrt.
Jl Bam, Qreakiast Bacon and Picniet, alyle amricain, FelecUoDn
emball spcialemmt p >ur les climats chau Js.
| No $ viandes fumes sont minulieussuuni enveloppes dansde la m
selin blaikhe pour leur pris 'rvalioi avant d'tre mi.es en p-quet<
*Les produits de Wilton
protgent voire table
A. Barreyre
Ingnieur mcanique
Garaye Ford
A(eltef de rinraiions
n .i WESTIXDJESTItADlNGCo
Ouvert le d.n.anche pour la ven'e de gaso'ine. graisse & huih
ho
loi
UD
III
Pharmacie F. Sjourna
Angle des Rues Roux et du Centre
2 Mdailles d'argert Exposiion de Bruxeles f910
Laboratoire de iJhimh M(:i:ale
Droguerie, Produ.ls chimiques et pharmactutiq ;es.
Spcialits fianaises et amricaines.
Frparalton de toutes ampoules mdicamenteuse s'riliscj
c et injectables,
spcialits. Srum nvrosihnque simple et ferruinnix.-
lodhydrarg/re. J-rum ue llorard remplaant le? paquet
rea'c firnis de Fe.rir et e.Je Bcbin'
Il.y a toujours en stock : Xevrostliofe' Sirop pectoral,
Elixir de Pns^lvanir.
Dpositaire du PREVEbiTL
Reprsentant des laboratoires Ten -
LACTIFERM.Fument lactiqoe, coatre aileo.tioDs gustroiai
. anales et cutanes.
LAaAHJ VK,S c'p^-ijjinp de I con<>ipatiVn:
on
L
bi
m

ic
l
ch
ai
:q

Cigarettes La Nationale
Produits de premier choix
Princesse,encore" LA NATIONALE
Voient chaque jour augmenter leur rputation
Wles rivalisent avec ies meilleures cigarettes importes*
et



ii
isi
b


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM