<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN // nous est communiqu ce quisuil: Tout le monde sait par suite de quelles difficults le Gouvernerreot s'tait vu forc de supprimer la Chambre des Comptes, rounge essentiel de notre organisation administrative. Il n'y. aurait peut tie pas heu de le rappeler, si nous n'avions actuellement pour devoir de 'aire le plus de jour possible sur les moindres faits de la vie nationale. Trouvant le personnel de laCham bie des Comptes trop nombreux, le Conseiller financier d'alors refusa de le payer s'il n'tait rduit comme celui des ministres tt des autres branches de l'Administration. Par ainsi, le Gouvernement fut mis en demeure de prendre 1 Ant du 25 luillet loi, et, la Constitution vote le 12 Juin 1918, les Ministre amricain et le Conseiller financier — on sait peut-ire sur les conseils de qui — notifirent au Secitaire d'Etat des Finances que la Chamb.e des Comp tes dot disparatre. Le Gouvernement soutint qu'elle devait exister i_..-A*i AVIS On trouvera la United West Indies Corporation li. P. DA VIS, Vice-prcsidenl. liuo ilu Huai, en face de la Gare Mat Donaid Coton pour matelas A trs bon march, Hommes et Femmes La Cour Navale (V En qute La Cour ne travail a^nt toujours pas, du moins extrieuremert, on Replacez donc le garde fou 1 Nous attirons a nouveau l'atten ttfii sur l'accident arriv au po t si'u non loin de l'As le des Mutyis. L'un crs garde-fous de ce pont sur lequel passent tout le temps des voi tures, est tomb. On devrait le repla Douiegeet ab. instar | ei i n „ existence, Noulezvoua retrouver .tes perdues c cuver vo f 0rc peut tcut de mme utiliser son irmps cet le plus tt possible pour viter eu coutart les propos et les conver des accidents plus ou moins gtavef. satioesquisetennent dans l'entreCercle Bellevue billement de tel poites Ce sont enSamedi soir-27 Novembre, le Cer core li autant de consquences indi le Bellevue don.ie son bal mensuel. recUl de sa mission. La Ifte sera certainement brillante, Nous avons eu quelques bribes car le Comit oihira I 8 heures 1(3 d'opinion en ce qui concerne 1 Q:cu tICS P r "f es ur,e < 0U P e de cham P a pat.on amricaine. Une vo.x, qui s'est la premre alarme, disait qu' la grande rigatm l'Occupation pouvait plier b g 1 g<\ mais A la condit on qu'on remit ncs armes d'avart l'intervention. [1 faudrait bien dans ce cas que nous recouvrions en mme temps les l iftMM l tlsoupera naturel.ement ,usqu'au vote de la loi prvue 1 l'a:bras qu, les portaient, a moins de *^ !" SJSZ^& !*!* U ^n^uuon. De li, ^^^JSST^^ *"* de bfiS. {S Vou^ sommes e connaissants de distraire notre Soci t, si prive de plaisirs cette fin d'an ne Recommand par plus de lOOOO grands mdecins Prpar pir CO Lui MAX & Co Lld, Angleterre. Franck J Martin Agent gnral pour Haiti En face de la Glacire, Port-au-Prince. Prenez le Wincarn\ le pin a grand restaurateur coonrj, dn" monde enjer, par ses merveilleux effet! gi membres qui viennent au Cercle. Nous eng'geons les rendre ;de bonne heure d tre reus invits se i Bellevue Nouvelles Etrangre pour pr.-ndre part i cet e rcep on 14 lime. nouveau refus du Conseiller nan cier, mais t cette lois ci de payer les appointements de ses memb es. L s Commissaires des comptes pouvaient-ils se maintenir sans salure ? Comme on le voit, l'initiative de la :uppiession de la Chambie d s Compte! ne Siurait re a'ir bse au Couvernement, comme on a l'air de Insinuer, cioyant sans doute pou voir tromper l'opinion publique. L'article I 1 do la Conventon dit encore Le Conseiller liaanciar... eti'i' - era sur U validit ,• e 1 detl.s de m Rpublique, clairera les deux Gouvernements lelativeinenta toutes dette ventuellop. recommandera des ni Indes perfectionnes d'en caisser et d'appliquer lej revenue et fera au Secrtaire d'Etat des liian ces telles autres rec-omiiiiiiJatioiis qu> peuvent tre jugts uecessurcB su h en tre et la prosprit do la iip'jbtique > Aucune enqute gur la validit de nos dettes n'a : faiteAucune rutli.de peit cti) ne dCD caibse les revenus na '. recoin mande. Aucune recommandation pour lo bien tre et lu prosprit de la Upu bhque n'a t ei OOre laito au Gou verneineiit Ilaien8 — Les toucuons du CoDieiHiC financier, telles qu'elles sont dans l'article 11 de b Gonven ion, reqm rent sans doulo une yrai.de txp riecce iiuancire.Cette considration tasentitlle ne stmb'.t pas avoir pr vlu dans le cluix du Conseiller linancier. Ge qui lo prouve, :'est lo pulion malheureuse qu'il lit 1 an ne derniie pour le compte de la Rpublique, maigre les instructions ou ti an es du Gouvernement Hatien A MU t convertn en francs ii.000,000 de dtllais 1 meiicains, au mieux des intrts d'Hati, il fit la conversion m Uclobie lUi'J,juste au moment o la Uudance la ousse du liane tait lo plus in.iqute, au cliauge U frbiics et liactiou 1 ui.i un dollar, ei [ . du temps aprs le dollar vaia.t jusqu' 17 lianes 1 Gette opeialion entrane tour le peuple hatien une perle do 1 ii.Miuis millione du lui es U — Devant l'ineitie du Conseil' 1er tinanciei, le Gouvui.c. ruent Hatien multiplie eee ellcis ; il itudie Us mesures, il prpaie les piojela qu il cioit les pius propreB repou Oie aux nombreux besoins de progrs du peuple liaitiou. Toutes hs mesures, tous ses p.ojit* ie heurtent a l'oppositiuu ou uu Conseiller financier ou du Ministre Amricain qui, bien souvent, les rupouasent sans exHinens et sans daigner due pourquoi. lo — -Nous touchons ici la situa lion le plus aranye pour le GoQVef neinent llmtieu ; non seulement on 11e lait nen de ce qu'il laudraii faire poir la dveloppement intellectuel 01 1a piospiit conomique du payi mais ou contrarie lej effet! diiis co seus du Gouvernement.De nombreux projets de loi sur Iti Bnencte, eur 1 agriculture, sur l'ducation pubh pas alors la peine. De li la rsurrection des lgions : DjrciUtn, Codio, Dsormes; et des quartiers gnraux ; Ouanaminthe, Su-Suzanne, Cairefour Jsus. De l aussi, dis ch 1 pDli iqu:s pour orga nise tout ce'a. :ar e-i joui il faut des tes : LeconU, O.ese Xamor, Davilmar, Vilbrun. Et co nm; avec un tel attirail, il tiulra compltera pass rien qu'avec les chocs qu il eng nirera, nous rtVivroaS la citastrophe du 7 aot iyi2, la tueri des pri>onier>-, l'assaesiait et le dp.-ige d'ua Chef dtttt, U.i haut-le-cœur nou soulevr. lai'.e i ce mom:t, une entre voix disait que nou; sonne co r rgs de tel es choses et que noas avo.is acquis de l'exprience. Partint. l'Q:;u puioi pDurrait s in aller en tout; traqailhti d'espii'. Diqi'ele ne ;cii plus li, nous noa> mettroni i rparer nos disastres, i re'.evjr nos institationf, i orginiser nos ate'.iiis, a lortil le isriitoife d: ses ruine>... t'.o^ramm: beiu ttviMeconme ce'.ui ai uo< pres ap 1804 Bt les mmes g^nreuies illiltOM apri un sicle E'. que! sioc'e Mais une autre voix trs luu'.c celle de notre premier M g stcat,opine d'gnemert que 10:cupatioQ reste encore une ncessit jusq-u'i so;-. rem placement p^^sib'e par une lorc? nationale .apablede rali:(r les fins numures pir le trait. Nous app:e;'ous ce sage langage tn voulan, tous tant que ro'is som mes sans doute, travailler i ce qu'il passe dins !c domaine des faits. Ap es 1 œuvre de la Cour Navale qu'.e,— sectcuJ Naissance Les poux A4 ed Stiaes ont eu la joie de voir leur famille au^ui-mier d uno fille;GAiMisx. Une mesure qui s impose I M l'imilles se demanJem ue que la Dpartement de I Instruction publique at'.enj p3ur liceocier ..M co les. Li uouibie de CM de peti e vrole animante ciwp) jour, c'est vo loitiueinmt i( 1 0:1 sa rend mainte nant l'hpital. Le Uaparcement avait bien licenci les ole? lors da l'pidmie d'inliu en/. 1, ppurqioi m te tarai: il paj poar le eu prient qui ro/t un ca ractre pi is y'ave ? Bureaux de vaccination L'i in |u mu on ittio te avant bl ir #ei i p i i ) e 1 c J ieidrati9Q. NOOJ cro/o ie ai voir qa'a partir de lundi 10 S ir vie j d'Uygine tabli rx un I* r-ai d) faocination la Clini^uj Sai it .1 jaeph o le service sera fxit par lei piotesseurs de l'E cole de Mjdsdioe. G es uie ex;ellaute ide laquelle u i 1, 1 u i su is ei doiiiiJint da plec •.• d'aatrea bareiux sembla h es d 41.1 i;les quar.iirs da U villa cornu J non u rclamtooi ava it hier. U'autre part hier aprs midi la Croix Itou^o am jiicauo hd lenne a tibli u'vuouveau bureau eu .Vlarch en beat. Li Journal Mdical haitien Nous avons reu le numro de no veaibre du "Journal Mdical liai ien PARISUente. i 0(0 <>) 2 5 6 6l Ii2 10.09 1(2 NEW YORK.— 16 2} 3 ;025 GENEVE— L'Assemble de la socit des nations discuta la proposition de Mr Ccil demaodant i inviter le conseil i soumettre i l'As semble Us propositions tendant carter les dangers menaants ce qi2 reste i l'Armnie et i et b r un tat de chose stable et permanen;. Mr Siab how tch p out la S-' D:e rclame une action collectveces Grandes Puissances. Mr liranting dclare i nouveau quelles massac.es de l'arme nie seraient une honte pour la soci t d s nations Mr Baltour d qu. le conseil ne trouva pas de remde une expdition poar sauver larmenie ne pouvait tre entreprise qie par l'Amrique qui ne le voulut pis. Le conseil rechercha ua autre mandataire qui serait assist moralement et financirement parles autres na adopt i l'unanimit u propoih de Mr Viviani tendant a rfuser missio.4 inyndiate de l'Allemi et la Russie. La proposition stip notamment le relus d'admettre sein de la socit de outtatc'aj pas satisuit aux obligations iatc tioaales ou il contracta et que | re dors, les tats devront der un gouvernement lesponsab une orga ist en leur permeitao tenir toutes leurs obligations lli vront g le ment possder des tires prcis.s PARISS,ivaut les pi l'ex Kaiser aurait accept l'iavit de Constantin d: se hier a Il ferait actuellement ses prpan pour son prochain dpart de lande ROME— A 1 occasion de soi niversiire le Pape uuidenomb tlgrammes de (licitationsj COuOGNE Une bagarre Mr Viviani d t galement que duisit au cours de la premire tions. le conseil ht son devoir mais se heutia au refus de l'Amrique cl ajou e que si l'-ssemble et impuis sant et sans autorit pour soutenir les rsolutions ce.n'est pas la taute la Erance car si e'ie avait t tnt indue la soc. des nations auiait i dote dune '.orce in einationale Mr Viviani demande inviter le con seil eagiger des ngo utio.is avec les gouvenemejeti pjjur m-.ltre tin aus hostilits qui continuent en Ar mnie P\MS— Suivant lE.hode Patis l-eotrevoe de Lloyrd George et Leygues serait retarde ahn de permettre j-eygues d'assister jusqu la lin des dbits de la Chimbre re'a lives :i la reprise des relations avec Vatican. Toutefo.s les ngocia dE du conseil communal Sept trente blesss La police rtablit] VrASUlAGlOS Le Lpark d'Etat considre que d'aprs lo commercial pioiel entre la Uretayns et la liussic des Soviett gleterre reconnut virtuelle (jouvernement bolcheviste. IA\ ce document vient d'lre riu\ Dj) iritiiuut d l-llalCet comporte dix articles prvoit dment la nomination d un ou pi* agents of/iciets qui rsideront et ceront leur Jonctions dans les toirts et lauhe nations avec U nit diplomatique, d stipule que ces agents auront les rod I reprsentants diplomatiques m visas des passeports et ou ils atai libell de communiquer par '.oitt ave: leur gouvernement. Il est ig qai contient, comme toujours dinte te Vatican louieio.s m n go*. Pf'^'f'^Zl^^ rWmtea .1. .tierce d.n nous con lions Iran.o bntamquee relativement Uberlr de reivorel deno)m ners munis de bagages et teem f mont pas examines ATHENES— U plbiscite qUl ,:;,;,:;in %  ; .. nc;u:; L... U. SUCCeSSlOll UU II mit dt la Gfhl '"< Dlicieuse SSON sellions Tivement la lecture tous CJUX qui aoccupen; des questions mdicales. Paiement des Appointements D'apis les informations qui nous -nt t iournies, la nouvelle que le la dclaration de .l'entente sur la ituation de la G.ce se poursuivent activemen'. Le Petit Parisien assure l'entente relusa nettement de reconnatre Coi stir-tin. Le l'tt.t lour nal conlirme que le ministre Rom a r aA'e^nt des appoiulsments aux em t os el ou t le personnel de la Lga .' a Ai Uie H lie OTT, • roii-a-wtrirt; plo>s po4i0 F our e n 10 5 d e No vembre n aurait pas lieu est absolu meut inexacte. L,e Ministre d'Allemagne et la Ville de Port au Priice lion deGice Pansdmissionarent ATHENES— Le plbiscite sur le rttour de Constantin qui devait t au 26 novembre ou au 5 que, sur I orgtoiee ion admiai-trati ve et rorate iencon'.rent 1 opposition rlei fonclionnairea amricains ou dorurnt na' rponea dani les lives de la I. /, t. ta Au ricaine. Une reistaoce ^irticu'iore est lai te r:x projets ayant trait . I instruc tion du peuple, qu'il s agissi de pr paratioa de • maitii s de l enseigne ment prime rei il c Jlea in iustiiel.ea et eglfco'.ee, do l'instructiDn aecon daii'ti 0 1 eu lrieure. do construction de locaux s lolelree. /.,/ fin demain %  •[): }.! %  : %  or telmann, E E et Ministre plnipotcn tiaue d'Allemagne accompagn de M. Edmond lieiimk. a rtndu visite a Mr C ment Magloire, Maiie de la Ville. Mariage ^/ %  .'i la Basilique fVotri Dame sera hem le mardi 7 tctmbro. le mariage jitlh Lucie Dtly, fille de Mr lid. mondDfly aveeJtf.l'nilippe L footnat, /'/.s de Mr Ikimocle La/oniant et ae Mme nie Roumain, keileur comoUmentsDcs ^ avorte apprit le dcs Ption v II %  Jiier aprs midi de Mlle Amcai de Elle, ancienne inulitutriec i. (unraillee atcronl Heu cet api\$ midi Plionville d'o le convoi puares prcises pour se rendre u • extrieur, enpaeeani par Lalue, le chemin des Italien, laVt Dacoete. La dfunte tait la tante de ; aiWi / s Cassagnol, Lue 1 NER-VIGOR du Docteur Huxley Prconis par les autorites mdicales pour relever les forces des convalescents puiss par les grandes chaleurs, la neurasthnie, e surmenage et. les excs de toutes sortes. lu rente dans toutes les pharmacies A„ e nt: VICTOR GENTIL. Port au Pria*



PAGE 1

IE MATIN Clyde Steamship Co I oreing Service l General Agent — Port-au Prince Ga lmpa* aux iinportanteg cona-dralions et aux dairs '^"Li. hatiens a Prsident Riymoad.de la 'Clyde S ean EL abit aboli t commerciale division le I ^devient eff.et f purin du 1er Novemb e 1920. "iL-, rlnnnoas as r.os clieo 1 exprima eamehio G 1 uspge du nom UPOREL aoit aboli ui abandonn pr u ,, -hiB Company pour raisons commercial, s et d'y aibsitujr t jSjgvi'lES P">ur dsigner cet e division le li Corapago; oari uue s et omis qje le nom effectif de Th hatienne de I* Clydo Steam-hip Comoany est miinteaaat 'SMSHIF COMl'ANY FOREIGN SERVICES, raercione nos amia hatiens de leur patron ge accord la Clyde i D l'o-upany mlgr les cmd lions de la priode couls, les t rma nous t' v illerons constata ont e.i brane harmonie avec fin d obtenir le plus dextmsion paasible ela plu9 grande aralio j,rvice i lrieur c extrieur qne les aff .iiei e' autres exigences wonb' que peuvent deinar dr etqu* seules peuvent perme lit les r.t\ P'<-fl ^les eperatiODB notons fournir des I 'eaux de n'importe quel tonnage DOIT tous rtdumcnda bref dlai drs tiux minprompnt satisfaaants et tes ci sugements dais les puits dsign] pirlcs cha-giurs. information concernant nos servees es' h dispos tion du publ'e rdial accueil es 1 lsev 'ois ceux qui vo d ont visiter notre ^jod flice agrablement amnrg) l''.a^e suprieur ies ta iudteirltue AmfTicainc CLYDB STEMSII1P ( OMPAN FOREIGN SERVICES g, F. CLEMEJMS, gnerai agent Ce n'est peut-tre pas YAILLE is vente de marchandises suprieures des prix raisonnables Grand Magasin rprouve cette pra'ique qui coosste nbusrr lei(s par il s annonces fallacieuses de liquidation inei 8 tau te nb is im binaire. piseconlea:e-il d,ollru si clientle des marchai.h es Iranisuorieurts de la plus grande raicli-ur, des prix lrliemeut naich. W?ni M"gjs"n nomm pour la quelle des produ ts qu il la vente, sollicite \otre vis-ite Les gots les plus dii'tt iles Jgalisfails. ... Grand Magasin rr.et g dment eu vente son ancien stock r |rix tout a lait rduits, On y trouvera ; ce da Chine vii.; IUe, cipe GeorgeKe, mousseline de laine a et .rayures, I) pt ste meicerise, voile Bayadre, serge blanc, blanc, ncir e' ccuUur, voile Heurs,voilette, bas pur fi. bw f, thaussetles de toutes couleurs et dimensions, gants fils lianes & couleur, parure de marie, nappes couleurs, diagoasimir, cravates, chapeau de paille line pour hommes, clialeiilanis laiue et paille, stock de parfumerie assorti! %  Sale^x Iraordmary r 0 / SHOES and HOSlEli\\<£ J.J liiiDg bought oui an et tiie New Ycik bouse of SHOES, comprising nlthoufee aid paiis cf Ibe bet>t known for men.wcmcn and children, mil be ofeitd to the public at piiccs rarging from ni'ly per cent to R five far ,ctni BELOVV TUE ACTUAL NEW YOHK RfcAlL PRIbestock consista of a gnerai a6toilment et boots aod thoes in fariod canvas. Mi ON opporluuily never be\ore sein in\thisunlry— An Opforlvntly that mly en ce m a life time\ I ike idvantage of this fc tXTRAORDINAR OFFLR end mtke your kueiduiing iliia sale wicli will pio\e an inutual oppoituni.y to tave ijinllESfc 11 A RU TIMES. Kloded in tbe stock will be an sssortraeut cM GENUINE PALMCHSUlTb, blliRTSTIES, CAPS. etc. e'.c ail of wbicb will be offtit greatly icduced prices. 0O.NOT FAIL TO CALL |AND MAKE YOUR PURCHASES .' i it 1715 Rue du Magasin de l'Etat. Poitau Prince. 'HORACE RYAN VentelExtraordiraire de Souliers [$• Bonneterie, Ijant ichft New York toute une maison de chauesuns compreplaaiearn milliers de paiiea de la meilleure qualit pour homme. •••et Enfants, noua les offrons au pubnc de Oo 7j O|0 eu dessous pix de dtail actuel New Ycik. • atock comprend un assortiment gnral d^boUines et de-soulier8 "* et en toile. 'une occasion qu'on n'a jamais vu dans ce paya — une occasion ,'urive qu'une fois dans la vie. ofitez de cette offre extraordinaire pour faire vos achats pendant cette 1 qaiest une occasion sand prcdent d'conomiser de l'argent en Npi durs' w le stock il y a un assortiment de complets de pure Palm beach— œiiei — de Cravstes, de chapeaux etc etc. le tout offert des prix Woiti. NE MANQUEZ PAS DE FAIRE VOS ACHATS lu No 1715 Rue du Magasin de l'Etat. Fort tu Prince. HORACE RYAN Wions a communiqu aux d **Uligramme du comi< national ** aux Etats Unis demandant ce socit fasse respecter le droit du toamettfn Europe en obligeais les Polonaises vacuer le territoire jVto troupes roumaines vt *moniu t i reconnaissent la r I* iranienne. J ^ serv,Ct ni*iux la ''*cardinal Jmette a t cle w$ u m ( e D m Milleraml %  m !" *nd a examine la situa tien politique trangre rsultant des 'ec tious grecques. M Uygus divinant la date du 28 noiembre primitivement pr vue pour son voyage Londres.quitUra Par jeudi accompagn de M beribelot^ MM CWœsotjLac Potlnl Seynuur Gaorges et Dauiel Jarbalb et tous les autres membies de la ftraille remercient bien sincrement tous •9ux qui, l'occasion de la mort pe leur fbgrett Ceorges l'othel.leur on donn des preuves d'une relle sym patbie Us leur en garderont une profonde reconnaissance. Port au Pritte t a 10 nov. 1990 Westinghouse W APARATOS ELECTRICOS ^^ PARA TODOS LOS FINES Lcite marque de N briqua est la garantie I la bonne qu.ihu 1 Je no; fournitures le:triqin:s Lumire La sant et le bonheur du inonde sont tellement IK-s la lumire, celle-ci jone ,'uii iule tellement via d ns la vi que les hommes oot;ioujouis cherch crer un clairage couo mi.jue, joli et sain la fois. ; ; ..Depuis la pe* ne lampe du loyer iusqu'aux candlabres qui clairent la rue. les ingnieurs du Westingboue|out rsolu tous.ces problmes de l'clairage. Toute erreur dans une installation est t'earte par le Wes Urgbooat; il ne tient qu' vous pour que votre^problme d'clairage soit rsolu par une bonne application des principes pe fectioans dans l'art des constructions. VYesimghouse c'est le maitre d'clairage dana^toute eon ac cepiion, Westinghouse Electric International Co l'n ncuel aspect Jd'une des plus grandes institution indu-trielles du monde %cr' uivoqu dans cet espace chaque semaine YiE YaillE ANTOINE TALAMAS Sis rue du Magasin de l'Etal Prix Ancien Nouv^ Mousseline coul bar 2-80 1 TCrpon de eoie douLlaifT 00 4.0 Soie lavab'e couleur 8 00 5.00 Serviete de toilette 4 L"8 3*S5 Serge bleu homme 25 00 18.00 Serge bleu homni?8upO;j,00£J'i5.00 en lace de Simon Vieux. Prix Ancieni nouveaux Ruban sal.cou c .n" Casimir carreaux Casinette doub lai g Crpe de Cuine' Crpe georgette Crpe mtor Crpe d4 Ch'ne Silin liberty Tussor d? Boie Org8odi couleur Nanaok blanc gr larg MouSfcln e bairca Dt.blement fort Drill tuttor Percale suprieur Voile Heurs dl larg Mousseline blanche Mousseline barres iWisouk meh Drill blanc Simili blanc M 1 1M ix K ki blanc Keki jauue Drill coton couleur Dock Ul Etamine couleur Flan lie FlaBelle Flanelle Flanelle^suprieure Flanelle, mousseline Crpon blanc Cnapeaux de paille ituban satin co! No 2 No:{ No 5 40,00 •_ 20,00 -ua" 12.00 18 00 No 40 20 No 0 10 No 12 14 No 18 18 ... TSO N680 :w No 100 35 1|7.iW4Haban pompadou l'aune J*>0 wCo titjtJU ; JO.UO 500*2l3.CC bar 2300f)tJ,00 18,(0" ii',00 10L0 5,00 0 0J 350 4 00 HO iOO 2,50 4 2 50 / 3,50 0 S 60 4 225 3.50 2 350 2,25 4,50 2*50 5 3 5 3 2 55 i 50 5 3 0 a50 4 2,20 10 0.55 .1.50 2 25 5 350 (i 3. 12 7,5'j 15 9 20 12 2 DO 150 15 '. p t k90 5 7 3 i 5 c satin K Palm beach sup. l'aune 20 Lotion Pompeiaetc 0 Lotion Aimour 5 Lotion Colgate 5 Poudre gl av hoopie 3 Chemises homme col 15 t sup. 18 • coul sup 20 c blanche sup 20 blanche sup 15 c crpe Sbire 75 Chemise tes aup 8 Chemisette jouis jap 7 50 Chaussettes coton inf 10 Chaufset es inf-. noues 10 HiiB cot blancs pr enf. 0 Chaussettes 111 noir 18 Chaussettes (11 noirsup 20 Bas noir douze 15 lias noir assort, sup* 10 Baa noirs suprieurs 20 Cravates reps 0 Cravates reps nœuds .> blanch brodes 5; Nappe blanche l'aune J Toile blanche pr |upe M Cnapeaux laine a honr 25* Corsets femme 18 m ceinture cou 12 foudre Colgate 3 Savon Colgate douze 10 Bretelles suprieures 4 14 0 0 12 10 18 20 350 4 14 4.50 3 3 | 1 12 15 13 10 50 4 5 6 G 4 12 14 9 12 15 4 3 8 5 3 12 10 15 20 7 1.50 6 2.50 Avis La dame Edgard Itoconn, oie Anne Margurba Vronique Jsbouin demeurant Port au l'rmcs est in forme que pir exploit en date du 23 octobre 192o, ministre de l-hui aier Levassem falhegraln, dmaat eoregisti. et. ea vertu d une ordoa m'nce de Monsieu.le juge Roger lli laiie, d Tribunal de premire lna tance d Jrmie portant permidsioa de citer elle a t, la requte du sieur Edgard Hocourt, son mari, cosign comparatre devant le dit tiibunal, dans le dlai de la loi,pour entendre 1 ronoacer entre eux le di vorce. La prsente insertion est fai e a conformit d un jugement du sas dit tribunal de Ire 1ns ance de Jr raie, eu date du 23 novembre cou raut. coubtaUul le dfau: de la da me bllgard Uocoiri.sur l'asiignatioa sus rappele et, lisant un oojveau dlai de 15 jou.i pour statuer sur la deinaade en divorce. (Sign L 11. JKROUE Avis important a Du;: o nmun ac ord, la Socit Cno .yme dnome WORDAGRAN dO.AIMNY LNCOR u ORATED, est dissoute D.iN t, aorlet'e dMUHU moteur, de, ~)0tt [onnes, est attendue \ i vers le Si) N uembre courant et acceptera du fret pour Hambourg et les ports ScandinavesSi un nombre suffisant de passagers et de ir: est offert, elle ira SuH'iaijo de Cuba. Elle peut pren dre \2 passagers de ire classeL. PHEtAltiANNAGGERHOtfi 1 • \



PAGE 1

LEMAT1N ,„BAZAR METROPOLITAIN Maison de confiance Angle des Rues du Ptiiple $ Dants Destouches. Grand rabais l'occasion des ftes de fin d'anne Crme la glace la vanille et au chocolat tous tes jours. I Venez goter notre glace la vanille urmoni d'ananas. Grand rabais sur nos provisions alimentaire*. Nos prix sont la porte de toutes les bourses tt DOUB tei vous uosclienls les maques les^plrs cllbres du monde. Notre stot k est compltement ler.ouvele Provisions fnieiat*; anglaises et aruCrictines de lou'e iiu ; i lu ur. Spcialit de viande, Sauies, lgumes en conserve. Fruits secs et caodia Lait malt, condens et r.atuiel, fromage et Lieurre, vins lins, bire biune et bionde, poilu-, charr.irgrcrcites tt pommes uitlits i our cci li;uie Fiuits canditi, c me de guimauve, laisidTs de Coiinthe et prunes Piemier, olives n ire?, rairce mat, e c pour (A eau di Noe 1 Cbccola:s assortis en boires et en barres de Whituin. Bordera, tt Nestl. Nougst de Valence, caramel, ctme de menthe Burettes boglaitcs a sotties et variera, biscuits asBor is angLis < t, tneiiceins Noisettes par livra, pistai le et noisette markes de sel lin en pot, confitures d r he. fraise etc. Figues et dattes en pol Pudding snglais et mricain. Cacao en pou.lit Ile shey et wi'.man Lai mate, oatuiel et vaj or de llorden's. Lait condens de la mrque E*#e iituue de pistache en vtire de grandeur d lren'e. lu une de table amtrcain et hollandais de la marque HoUtran FrcniPge hollande is HoMian, amricain Daiey et Roquefort, suisse Gruyre. Fiuits au jus : (.che, peire, foraine, abricot, ann a etc. Le'gumes en lonsirve : cLoucioute, ce'ri, petit peis, aaperge Tomate, coi nichons ec de msiq>ie anglaise, lia: ise e* tmricaine Soupe anglaise et amneaine. f^ous recommandons la pe'ite soupe prpare en cube taire Louillir simpleœeni dans oe I au. Tapiocafarine de rz, Cbthmeal, gjapcnutp, coins-arch, coin llalcp, corn pi 11?, faiiue, riz, poip, tucre nia'.u., sirop de Kaio et Log Cibm. V ande en conmve. Le Veribts' betf lot t' et t epcia'eracnl recommand Largue de veau m petit et grand feiblarc l'ois ons d v rs : Fit h Fltk Plan clams, taumai Mento et au re. Strdine3 la C lifonia au u,m tt est ivp.isi. hareng sauce icmate, onglais ei amiicain Sauces et piik'es aisor is. sel In %  p.ces de toutes sortis, o'ives, cpres en compoteSpcialement recommand : la fameuse sauce r.oire anglaise de Lea & Periins, la tomato Catsup amnciiui. pimei to 9 morroaessauce mayounais %  la ta. eu d'buitiea Siydeis pour lukud imompartble Savon de lessive Suni y Moudsy jour Us linges, Itoiax et sel de solde pour la I >teive Savon de loilet'e Faiiy l'aiuiuli\e itr, Savon de toilette Mdicinal put 1 ..ni I M d uet pte denl.l ici/ poudre et CI cm", lotion, ba> nui ttc '.'•garettet amiicaiue, rsyi heure, turque tt h itenne, Camel. Hichrrond Picdmont. Murad, MtLchiina, Cycle, Luiky S i.k-, eyjp ien Straig. lo:d L lisbjry, La Nationale, Encore Tabac : Tuxtdo, I i:nce A'b r". Mato.ka, Durhair, v. Ivet Vin lin. louge et blai c de rianct. d Espagne e. dl aV Ut nae pour coctei', bire blonde et brune itiglaie(> amiiciine tt hollanda-s. 1 grape juic-, apple ju cr, (hamiagnc, Nous xousilhoi s le plus beau ituik de pio\itions et le mieux assorti œillkoi niaich que ^ar oui en vi PVc-BfZ voir ot t ont ai IP i.cs pus avri.t de faire vos tmpleitef. Noua ne i.glgeors rien pour plai e i roa annthes clients it mm er leur confiance, Noua atteridoi.B par lu {lus niochain b eau uu tsscrtimeiit complet, de jouets pour triants et oin < uitntB t our aibie de Notl Jigares et bains HoraCo et JUiifo l'iiftmeiie fiai .iss de la m rque uuversil'.e tilouLigant' Occasion exceptionnelle A VENDRE J ck T*r Togs WV VWilson et company Chicago The West ;t Indies Trading Go, Agent Exclusif poui*Hail / es produits de Wi/sow protgent votre table. J Us sont mis en conserves sous le con'rle et l'inspection du QQU menL Ce qui garantit doublement leur qualit. m Wilsco Oleomargarins : beurre de lamille, pour la cuisij |pour la tablefabriqu avec des produits absolument pur? en u] lar s'es p'us grands restauran s. ] neuve 6 c-. litidiis, 5 la^ateis, moor 2.U0 Une auto Buick dle 1990 ^ Une auto Huirk peu roul TlflP fliil4) Illlii'l' - main, Grvlitdres, 7 anle, en bon laf. pMUf, cord net U or l.CiUU <- Un camion Chevrolet 2e nan 6 tjlindies. 5 passaiei?, Btodle 19.0 uyaiit 1res or 1 7U0 pasPL is (iiafsis^ -\fei* ur.e loune l.u/' Chez Eugne LE BOSSE, 05, Rue d*i Quai, Middy IMotsfg. Sai'or Sly!e Dres eeeBlcomer bk.r's Are ruade io spO less, rhan facto ries wlntli ki.own as "The Suuuy Shopa" A apirti of cc-o era ijn.hap pineis and raiefuli i'ss reigns and a small ai u y of intelligent msids. \vo men atd men 11' d a pbaaure in the wcik cf preducing thse quality gar men s, Jatk Tar Togs are qualit line of middies, sailor style dresees, bloo mers and kirts made of fast color cottot • llancel, and serge materials, prodiced in ttylea bat ha^eb cerne staple and winch do not thaigi each tesson or year. JACK TArt TOGS are made in ail B /.es SA.LSS ROOM 1532 lia U pub icaine near the Smith the mer cbaui Tailor. General Ofic?. 19o3 Rue du Magasin de l'Etat '!&.., 1 ort au Fiu.ce Lb()BSlNVILLE& Co Agents ol Hati grai Manlgue t Idal pure lard la meilleure m?rque du mr Imaul^oa de !* i l-^ marque Sultana prpars spcialeaenl cl mat chauds, en barils ei en iVrblancs. Jufi'er battra bamxly Dee/ bœuf de {famille en saumurefq! exlra pour les piceries en pices de


PAGE 1

Qmlrztme anne Nos 3942 Port'au Prinee.Haiti VeD.lndi 2G Novembre 1OT0 DIRCTEDR-FROPRIETAIRE £ | a ieiit-MAGLOIRE MAGISTRAT COMMUNAL tf NUMERO 20 C VliTMl son &. icu JEFAHTEMEHTS lioi* M moi! ITRANGFA G. 2.50 700 l'nioii • 801 Quotidien |tt BOa:f sont reues au Comptoir Iri igul de Publicit, 9 Rue Tronchet, Fi; JJTJI, J J. Ludgate Hil', Londres, REDACTION; Rue Amricaine No. Uuo TELEPUIMP: .s' Avoir raison, c'est cesser d'tre d'un parti. : GAMBETTA (essage du rsident des Etats Uni, INOTON, L 7 Nov^mbr Le tiuivai t manant du l'rfsiS'ilsoo qui est aussi Prsident lix R >uge amricaine, a t eu dl'ti de la Miisoo Blan jio x Kouge Amricaine m icordale rponse i sa qua[œitat.on une coopration qui sera lance durant la [commerant le 11 Novem lour de l'Armistice . |ilf par la guerre et par le coopration de notre peuorganisation acquit 1 ne t exli r s en. largit sa sphivit il se rendit utile ton l 1 os terces comb ttantts Me aux civils expois aux la guerre aussi bien chez lchez les nations associes la grande en reprise I, donnant par l au Monde fie de charit effective par ielfo:t combin. lia cesst.on des hostilits lion a eu i (aire f ce i un jnoir premirement,remplir lions crs par la guerre et itmen, adapter son expiien moyens d'action aux nces' 1 paix. 1 encore en train d'assister Moi les institutions gouverI'I en les aidant prendre tnossolda's et de nos marins b, Us rcontorter, a icpla1 d'entre eux capables de iraleurs occupations civiles, iller et aider les familles DS combattant--. Elle est ien liai n, quoique ave: des 1 diminues, de s'employer I œuvre de reconstruction lques-ULs des pays les plus "le nos anciens allis 'continuant a renplir ces 'obligatoires,la Croix Rou P i adapter les mthodes ?Vtr les leons apprises au ^ la guerre aux ncessits nor 'Mx besoins'de notre piopre "" temps de paix, spcciale| les rgions o les mesu'Jttntet le bien .re du alaient qu'impaiLitement Eue a plac destnurses 1 Publiques dans beaucoup ** et s'est elforc d'enrler grand nombre de jeunes MM la profession d'inrns ie but d'en avoir un j n > puisse mieux conespon nunde sans cesse cro.ssan mits de la communaut. .PMun pUn de< CeQtres Publique pour le soulage Jft 1 et l'enseignement ,-J. de la dite observer C f i m aUdie AvecesaiS"' elle a dt l* 'du .^.services dans de se Vaccination L'arrive, par le dernier steamer, Panama, de uos tubes vaccins frai noue permet de continuer noire eer vice payant de vaccinationOi peut ce faire vc.iner Clinique Si iacqu 'S. ou domicMe par rerd z voi&. (S ; Rns)Djcteur Arthur G I1GLLY 16 8 Rue du Centre cvhieon L.Viard dive ..es b anches, pour assurer 1 bien treet l'avenir de l'enlsncedont dpendent en dernier lieu le bieneue ei l'venir de la Nation tout ectiie. Elle a fait un principe fondamental de lcartement de doubles empois nuti'es, de sa coopration avec les institutions publiques chaque fois que celle coopration tait solUit e, et de suppler l'absence deces instituions D o elles n'tau ni pas encore tablies. Eile a continu son œuvre d'enseigaement parmi les enfant l'cole au moyen de sa jeune brmch' de la Croix Rouge el elle est paivenue, comme rsuhat de son exprience acquise au cours de la guerre, i mettre sur une base scientifique la prparation des moyens de secouis en cas de dsaswe, de telle .orfe qu'elle est quipe en ce moment de man e a ta re face promptement a toute ventualit de calamn publique sur presque tous les points du pays Par des plans syst matiques et des expriences pratiques, elle a clairement rpondu la question de savoir pourquoi l'activit de la Croix Rouge en temps de guerre devaitel.'e eue maintenue et continue en temps de paix. Celte rponse cons t tue un record. lia sus de ces aspects vidents de la question, il y a une autre rsisoi pour laquelle moi, comme Prsident des Etats-Unis et Prsident de la Cioix Kouge Amiicaine, j'exhorte mes compatrio.es se joindre i la Croix Rouge en nombres impressionnants ; La raction succde a l' motion et api.un grand tilo.t vient une prilleuse lassitude. L; vrai pa •.ilotisme et les rels services hu mains sont continuels et non pas in terminent., et ne dpendent pas seu lemenl de l'excitation produite par la guerre. S il y a chez quelques uns d'entre nous un refroidissement intrieur de la belle ferveur qui nous animait au cours de la ciise des em barras et du pril de la Nation, une contradiction de l'esprit critique qui nous ennoblissait comme individus ei comme 11a.ion, maintenant, au cours de l'appel de la Croix Rouge, c'est vraiment l'heure de prendre conseil de notre tre intime pour ra/ivtr la vieille liumn pour affirmer nouveau no re dvotion au patriotisme pratique, l'humanit pratique, et pour symboliser U lg nranon de nos meilleures penses et de notre plus noble faon d'tre par l'enilement i nouveau dans une grande arme mobilise pour le bien commun. ;n es d'influenza. Elle a (Sgo) Woodrow WiLSON 'enseignement d: 'l'hygi kicS? 1 ? soi • donuer U ti T' daDS I" clubs de ^ !" W 0ye,,d . IBMli Des „./ y8# t Ue a enseign K rt 8 T lQ tgemment el hit beaucoup, en Hayliait American Suyar Co SUJAR SELLIN'i AGENCY Sucre O ctsOrla livre —r FACE A FACE ... tB ^L^. Le Prsident Darlpnave explique AUX Journalistes amricains La situation de son pays, depuis l'Occupalion Aucnoe aide elleclive n'a ie prie Bal Le dit le Chef de l'Etat 1. — Les Etats Unis intervinrent eu Juillet 1915 dans les affairesgintneures de .a Rpublique d'Hati. Cette interveution, d aprs les dcla rations des hommes d Etat aui-.-ucauibavait pour bu. : a) de rtab r la paix trop souvent tiouble peu liant et s ueruiers temps; b) du restaurer les tinaucs hatiennes. Ces deux buts sont indiqus dans le prambule de ia Uonveuuon. qui, la suite de 1 'intervention, fut sigie le 15 Sept mW. 0 1915 entre les deux Liouver iieuii'iiid : Les Etats-Unis et la Rpublique d'Hati dsirant lainrinir et resser rer les luas d'amitis qui existent entre eux par la coopration la plus cordiale a des mesures propres a leur ashuier de inu.uels avantages; la Rpublique d Hati dj iran reine dier u ,.ld situation ucluelle de ses linaiiees, ii'Jinteim lo.dte et la Uaii qu:l it sur ton terntoi.'e, rne.tre a excu'iou des plaii* poar son devj loppement cououique et la prosp rite de la llpubliq e et du pojpl liaitien et les E au Uuis sympailusaut avec ces vues et objeis et dsirant contribuer a leur rejiuatio >*-' 2.— La paix est un bascu^ l'mlis ^ensable poui lluti. C. .liaient les Amiicaus cbtrgdi deU milaWtlr uni ils compris et accompli leur mission ? C'est ce qu'tablira pleina •.tient, nous 1 esprons, ja Commission o'Euqute prside par Mi IAinral Mayo. 3 — Couiineni les Eiats-Uiiis outils contribu ou efcsayj dn contribuer depuis la siguaiuie de U C JIIveiiuou, au dveloppeiueul couom que d Halu, a 1 amlioration de ses liuauces, a lau^ ueuiatiou g le ses ressources, comme ils en uvaitat pris le solennel engagement devant ij peuple muieii. Nous pouvons rpondre sans cou tes.ation possible : aucune aide effective n a t po.tee Ualll pour le dveloppement dd ses ressources agricoles et industrielles; aucune mo sure bcneuse ne lui a eie pijpusee eu vue d'asseoir ses iiuan:es sut des bases vraiment solides. i. — Les revenus du pays onl-ils augment depuis l'Ojcupatiou amricaine? Sans doute la perception des recettes de l'U a. se lait d une layon rgulire; mais elle coiiu-ut. s'eiec uer suivant, la lgiblation lui tenue antneuie la venue des Amn jaius dans noi douanes* el on ne peut lieu signaler de posait a l'actif de c-.'tix ci k qui permettrait de leur attribuer la gloire d'avoir augment les revenus de i 1 Itpublique. Des chiffres le montreront : Les voies et moyens ar.O es par le con Bitlet tinancier pour 1 anne liicale 1918-1919 ont t values &U.J 909. Oio.;{') et or amricain : 3,057 80J.7 (101 du 30 Dcembre l'Jl H y avait trois ans dj que l'Occupation tait en Ualll. l'our 1 anne budgtaire 1913-1914, c est--diro uu an avant l'Occupation, les tec ttes .aieut :va 1 uts a C 4978.UOJ.01 et or i 788. 308.% (loi du'Jti Ao 1913; 5— Four la ealiaation loyale des buts de la conveu un le Cuverue meut des Elati U'ms promettait sa plus cordiale cooperatiou Ddux lo utlouoi rei amricains taieui particulirement prposs assurer; cette coopration : Le o.is-. 1 1er Ihiancier; i_e Mimstre des h ais-uuis. Comuimt 0:1-ils cocprii leur rle? —-, 0. — AnvWWrfji de l'article 11 aliiij^'fTd Ix Cojveation< le fieai .i'>*5rt diiiiu ujiuiue, car la proposa lion du l'rsideut das htats-Ums, un cojseilier liiaucier, qui beia un fonottoiuur aU&ohl au miiistcre des /i tances. Le couaeitier est doue uu luncuunnaire hailin. paye l'J-OJj dollars amenoaius aiinuolieinent par la caisse publiqj* bauienne. l.t ralit, le conseiller unaucier ne relve pas du Ojaverueraeut bal* tien', c'est le Cjuveruemeut baitien qu il prtend sjumettre i sa volont BjuveraineLes fai.s sout nombreux qui montrent l'omnipo ence que s'attiiOue le eu.menu 1 nuancier. Rien ne p mi donner une plus frappante ide de cette omnipotence que ta confiscation par le conseiller nuancier, appuy par la Ministre Amricaines salaires du Prsidant, ue la Hdpubliqde, des Secrtaires di.:at, aes m^mores du (Jouseil Legisiatll, paicj que le Couvercemdui retueau d'iiiserer dms la cou trat dd la banque iNat ouale d lUiu (.nab.issemeii'. coutrul par Tua Matioual City liank ul NJ une cause proli.ba.it rimportilioii eu IU1.1 des monnaies dur iraugeres et nue voulait mijoser le cjuaeiller. Celui Ci egalemeui empeobi le vo e du Uu Jg-sl cou raireiaeui au VUBJ de la Cj.idiuutiou uaitienue. 7 i^aai est le ruie vritable du du Cjnseider liuaiicier ? ijael IraNom rtCRHm la lettre suivante Mon i ur le Directeur, Le dern er Numro de vo re journal a pub.ie une ncle concem.nt l'iat saotahc de Ptionviil?. VOICI l'exacte ntuation des choses : Jamais au dire mne des plus vieux habitants, noie station d't n'avait p.stnt un aspect plus repoussa' t. Les rues disparaissent entirement sous les heibes et les plan tes sauvagrs.Aprs le moindre grain de pluie eu la rose du soir, impossib e de sortir. Ou y eUre comme dans un bain ; et les moustiques, propagatiices de toutes les livres pestilentielUs et dont ces hahers favorisent l'closion des cvuls. pullulent. Nous avons en ce moment la fivie paludenne i Plionville. Et adis on y allait pour s'en gurir. ,es canaux de drainag: pour lu eaux mnage es ne sont pa entrtUaues ; leau des bassins se dverse sur les met, les inonde ; et, les laveuses a demi vtues en piobteut pour lessiver le linge aux rt^uds de tous.— Unique cairetour est un dpotoir o s'entassent dtritus et immondices. Pas ua homme i sarcler les hautes herbes qui croissent partout, pas un salari pour ramasser les dtritus. Rien. Le tout .1 la volont de Dieu. H n'y a pas de Police Communale Les aninuux paissent en libert dans les ruei boutuses et dseites. Si vrai que Dimanche dernier, pendant l'ofbce divin, un poic a pntr dans l'Egliii. En ce moment o une pidmie i.ous menace, nous deman dons quu mette tin a si dplorable tal de cuose. Il faut l des hommes ]euues,nergiques,qui ragissent tout de suite. Amis de Ptionvjlle vail avait-il faire en Hati ? L article H de la Convention dit : Le conseiller fi lancier laborera un %  ys'.m; adquit d comp ab.li. pu blique." Nous attendons encore cette nouvelle co nptabiiit qui devait tendre plus ttciie le contro e des comptes de 1 lu a Ai lidu de 1 avoir labore, le Couseiller li iauc:er a (li'gt la supression d'une vidille ustauiion hatienne: la t.iHim.e des comptes. Maigre .ous Ida tftj'ts du Cjjverue meut poar recons ituer, coninj le veut d'ailleurs la nouvelle Cjuatitu ti JII cet orgaie uilispenaable dd con noie, le Couseiber liaauctdi' s'y ref 1 se oosliumeutPar consquent il n'y a pour le peuple bauun aucun m jye.i dd CJII rter ses n maces tenues eutieidiueiu par les fouclio 1 naires amricains du Trait L'article H de la convention dit en coro ; Le conseiller financier aide ra raugmeuiaiion des revenus. Le Couse'ller liaancier m encore rien propos au Gouvernement pou vaut piuduu'e uu tel rsultat. Le saul essai qu'il fit eu cd sens fut un projet quil prsenta en 1918 sur la cra IOU de taxes intiieurea et qu'il voulut obliger le Gouverne ment taire voter eu 2'k heures. Le projet eiait leileineut uloriiid et mal 1 u \u-i le Gouvernement uut repu, s ser cette exigence et prparer un comre pfu}i mieux adap e aux La bitudes 01 aux forces fiaancires de li nation baiiionue. Il y a a pej prs vingt mois que ce contre projet a t retourn au Conseiller iiuanrie. pour ure nou veiie e.ude iiuud n'eu eutendoua plus parler,


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05273
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, November 26, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05273

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Qmlrztme anne Nos 3942
Port'au Prinee.Haiti
VeD.lndi 2G Novembre 1OT0
DIRCTEDR-FROPRIETAIRE
|aieiit-MAGLOIRE
Magistrat Communal
tf NUMERO 20CVliTMl*
son &. icu
JEFAHTEMEHTS
lioi* m moi! ITRANGFA G. 2.50 700
l'nioii 801
Quotidien
.
|ttBOa:f sont reues au Comptoir Iri
igul de Publicit, 9 Rue Tronchet, Fi;
jJTji, jJ. Ludgate Hil', Londres,
REDACTION; Rue Amricaine No. Uuo
TELEPUIMP: .s'
Avoir raison, c'est cesser
d'tre d'un parti.
: GAMBETTA
(essage du
rsident des Etats Uni,
inoton, L 7 Nov^mbr Le
tiuivai t manant du l'rfsi-
S'ilsoo qui est aussi Prsident
lix R >uge amricaine, a t
eu dl'ti de la Miisoo Blan
jio x Kouge Amricaine m
icordale rponse i sa qua-
[itat.on une coopration
qui sera lance durant la
[commerant le 11 Novem
lour de l'Armistice .
|ilf par la guerre et par le
coopration de notre peu-
organisation acquit 1 ne
t exli r s en. largit sa sph-
ivit il se rendit utile ton
l 1 os terces comb ttantts
Me aux civils expois aux
la guerre aussi bien chez
lchez les nations associes
la grande en reprise
I, donnant par l au Monde
fie de charit effective par
ielfo:t combin.
lia cesst.on des hostilits
lion a eu i (aire f ce i un
jnoir premirement,remplir
lions crs par la guerre et
itmen, adapter son expiien
moyens d'action aux nces-
' 1 paix.
1 encore en train d'assister
Moi les institutions gouver-
i'i en les aidant prendre
tnossolda's et de nos marins
b, Us rcontorter, a icpla-
1 d'entre eux capables de ira-
leurs occupations civiles,
iller et aider les familles
ds combattant--. Elle est
ien liain,quoique ave: des
1 diminues, de s'employer
Iuvre de reconstruction
lques-ULs des pays les plus
"le nos anciens allis
'continuant a renplir ces
'obligatoires,la Croix Rou
P i adapter les mthodes
?Vtr les leons apprises au
^ la guerre aux ncessits nor
'Mx besoins'de notre piopre
"" temps de paix, spcciale-
| les rgions o les mesu-
'Jttntet le bien .re du
alaient qu'impaiLitement
Eue a plac destnurses
1 Publiques dans beaucoup
** et s'est elforc d'enrler
grand nombre de jeunes
mm la profession d'inr-
ns ie but d'en avoir un
jn> puisse mieux conespon
nunde sans cesse cro.ssan
mits de la communaut.
.PMun pUn de< CeQtres
Publique pour le soulage
Jft1" et l'enseignement
,-J. de la dite observer
CfimaUdie- Avecesai-
S"' elle a dtl* 'du
.^.services dans de se
Vaccination
L'arrive, par le dernier steamer,
Panama, de uos tubes vaccins frai
noue permet de continuer noire eer
vice payant de vaccination-
Oi peut ce faire vc.iner
Clinique Si iacqu 'S.
ou domicMe par rerd z voi&.
(S;Rns)Djcteur Arthur G I1GLLY
16 8 Rue du Centre cvhieon L.Viard
dive ..es b anches, pour assurer 1
bien treet l'avenir de l'enlsncedont
dpendent en dernier lieu le bien-
eue ei l'venir de la Nation tout ec-
tiie. Elle a fait un principe fonda-
mental de lcartement de doubles
empois nuti'es, de sa coopration
avec les institutions publiques cha-
que fois que celle coopration tait
solUit e, et de suppler l'absence
deces instituions D o elles n'tau ni
pas encore tablies.
Eile a continu son uvre d'en-
seigaement parmi les enfant l'-
cole au moyen de sa jeune brmch'
de la Croix Rouge el elle est paive-
nue, comme rsuhat de son exp-
rience acquise au cours de la guerre,
i mettre sur une base scientifique
la prparation des moyens de secouis
en cas de dsaswe, de telle .orfe
qu'elle est quipe en ce moment de
man e a ta re face promptement a
toute ventualit de calamn publi-
que sur presque tous les points du
pays
Par des plans syst matiques et des
expriences pratiques, elle a claire-
ment rpondu la question de sa-
voir pourquoi l'activit de la Croix
Rouge en temps de guerre devait-
el.'e eue maintenue et continue en
temps de paix. Celte rponse cons
t tue un record.
lia sus de ces aspects vidents de
la question, il y a une autre rsisoi
pour laquelle moi, comme Prsident
des Etats-Unis et Prsident de la
Cioix Kouge Amiicaine, j'exhorte
mes compatrio.es se joindre i la
Croix Rouge en nombres impres-
sionnants ; La raction succde a l'
motion et api.un grand tilo.t vient
une prilleuse lassitude. L; vrai pa
.ilotisme et les rels services hu
mains sont continuels et non pas in
terminent., et ne dpendent pas seu
lemenl de l'excitation produite par
la guerre. S il y a chez quelques
uns d'entre nous un refroidissement
intrieur de la belle ferveur qui nous
animait au cours de la ciise des em
barras et du pril de la Nation, une
contradiction de l'esprit critique qui
nous ennoblissait comme individus
ei comme 11a.ion, maintenant, au
cours de l'appel de la Croix Rouge,
c'est vraiment l'heure de prendre
conseil de notre tre intime pour
ra/ivtr la vieille liumn pour affir-
mer nouveau no re dvotion au
patriotisme pratique, l'humanit
pratique, et pour symboliser U lg
nranon de nos meilleures penses
et de notre plus noble faon d'tre
par l'enilement i nouveau dans
une grande arme mobilise pour le
bien commun.
;nes d'influenza. Elle a (Sgo) Woodrow WiLSON
'enseignement d: 'l'hygi
kicS?1? soi" donuer
U tiT' ,daDS I" clubs de
^W0ye,,d.IBMli
Des ./ y8#tUe a enseign
K rt8T lQtgemment
- el hit beaucoup, en
Hayliait American
Suyar Co
SUJAR SELLIN'i AGENCY
Sucre O ctsOrla livre
- r
FACE A FACE ... tB^L^.
Le Prsident Darlpnave explique
AUX
Journalistes amricains
La situation de son pays,
depuis l'Occupalion
Aucnoe aide elleclive n'a ie prie Bal
Le
dit le Chef de l'Etat
1. Les Etats Unis intervinrent
eu Juillet 1915 dans les affairesgin-
tneures de .a Rpublique d'Hati.
Cette interveution, d aprs les dcla
rations des hommes d Etat aui-.-u-
cauib- avait pour bu. : a) de rtab r
la paix trop souvent tiouble peu
liant et s ueruiers temps; b) du res-
taurer les tinaucs hatiennes.
Ces deux buts sont indiqus dans
le prambule de ia Uonveuuon. qui,
la suite de 1 'intervention, fut si-
gie le 15 Sept mW. 0 1915 entre les
deux Liouver iieuii'iiid :
Les Etats-Unis et la Rpublique
d'Hati dsirant lainrinir et resser
rer les luas d'amitis qui existent
entre eux par la coopration la plus
cordiale a des mesures propres a
leur ashuier de inu.uels avantages;
la Rpublique d Hati dj iran reine
dier u ,.ld situation ucluelle de ses
linaiiees, ii'Jinteim lo.dte et la Uaii
qu:l it sur ton terntoi.'e, rne.tre a
excu'iou des plaii* poar son devj
loppement cououique et la prosp .
rite de la llpubliq e et du pojpl
liaitien et les E au Uuis sympailu-
saut avec ces vues et objeis et d-
sirant contribuer a leur rejiuatio >*-'
2. La paix est un bascu^ l'mlis
^ensable poui lluti. C. .liaient les
Amiicaus cbtrgdi deU milaWtlr
uni ils compris et accompli leur
mission ? C'est ce qu'tablira pleina
.tient, nous 1 esprons, ja Commis-
sion o'Euqute prside par Mi IA-
inral Mayo.
3 Couiineni les Eiats-Uiiis out-
ils contribu ou efcsayj dn contri-
buer depuis la siguaiuie de U C jii-
veiiuou, au dveloppeiueul couom
que d Halu, a 1 amlioration de ses
liuauces, a lau^ ueuiatiou g le ses
ressources, comme ils en uvaitat
pris le solennel engagement devant
ij peuple muieii.
Nous pouvons rpondre sans cou
tes.ation possible : aucune aide ef-
fective n a t po.tee Ualll pour le
dveloppement dd ses ressources
agricoles et industrielles; aucune mo
sure bcneuse ne lui a eie pijpusee
eu vue d'asseoir ses iiuan:es sut des
bases vraiment solides.
i. Les revenus du pays onl-ils
augment depuis l'Ojcupatiou am-
ricaine? Sans doute la perception
des recettes de l'U a. se lait d une
layon rgulire; mais elle coiiu-ut.
s'eiec uer suivant, la lgiblation
lui tenue antneuie la venue des
Amn jaius dans noi douanes* el on
ne peut lieu signaler de posait a
l'actif de c-.'tix ci kqui permettrait de
leur attribuer la gloire d'avoir aug-
ment les revenus de i 1 Itpublique.
Des chiffres le montreront : Les
voies et moyens ar.O es par le con
Bitlet tinancier pour 1 anne liicale
1918-1919 ont t values &U.J 909.
Oio.;{') et or amricain : 3,057 80J.7
(101 du 30 Dcembre l'Jl H y avait
trois ans dj que l'Occupation tait
en Ualll. l'our 1 anne budgtaire
1913-1914, c est--diro uu an avant
l'Occupation, les tec ttes .aieut :va
1 uts a C 4978.UOJ.01 et or i 788.
308.% (loi du'Jti Ao 1913;
5 Four la ealiaation loyale des
buts de la conveu un le Cuverue
meut des Elati U'ms promettait sa
plus cordiale cooperatiou
Ddux lo utlouoi rei amricains
taieui particulirement prposs
assurer; cette coopration :
Le o.is-. 1 1er Ihiancier;
i_e Mimstre des h ais-uuis.
Comuimt 0:1-ils cocprii leur
rle? -,
0. AnvWWrfji de l'article 11
aliiij^'fTd Ix Cojveation- < le fieai
.i'>*5rt diiiiu ujiuiue, car la proposa
lion du l'rsideut das htats-Ums, un
cojseilier liiaucier, qui beia un
fonottoiuur aU&ohl au miiistcre des
/i tances. Le couaeitier est doue uu
luncuunnaire hailin. paye l'J-OJj
dollars amenoaius aiinuolieinent par
la caisse publiqj* bauienne.
l.t ralit, le conseiller unaucier
ne relve pas du Ojaverueraeut bal*
tien', c'est le Cjuveruemeut baitien
qu il prtend sjumettre i sa volont
Bjuveraine-
Les fai.s sout nombreux qui mon-
trent l'omnipo ence que s'attiiOue le
eu.menu 1 nuancier.
Rien ne p mi donner une plus
frappante ide de cette omnipotence
que ta confiscation par le conseiller
nuancier, appuy par la Ministre
Amricaines salaires du Prsidant,
ue la Hdpubliqde, des Secrtaires
di.:at, aes m^mores du (Jouseil
Legisiatll, paicj que le Couverce-
mdui retueau d'iiiserer dms la cou
trat dd la banque iNat ouale d lUiu
(.nab.issemeii'. coutrul par Tua Ma-
tioual City liank ul NJ une cause
proli.ba.it rimportilioii eu IU1.1 des
monnaies dur iraugeres et nue
voulait mijoser le cjuaeiller. Celui
Ci egalemeui empeobi le vo e du
Uu Jg-sl cou raireiaeui au VUBJ de la
Cj.idiuutiou uaitienue.
7 i^aai est le ruie vritable du
du Cjnseider liuaiicier ? ijael Ira-
Nom rtCRHm la lettre suivante '
Mon i ur le Directeur,
Le dern er Numro de vo re jour-
nal a pub.ie une ncle concem.nt
l'iat saotahc de Ptionviil?. Voici
l'exacte ntuation des choses :
Jamais au dire mne des plus
vieux habitants, noie station d't
n'avait p.stnt un aspect plus re-
poussa' t. Les rues disparaissent en-
tirement sous les heibes et les plan
tes sauvagrs.Aprs le moindre grain
de pluie eu la rose du soir, impos-
sib e de sortir. Ou y eUre comme
dans un bain ; et les moustiques,
propagatiices de toutes les livres
pestilentielUs et dont ces hahers fa-
vorisent l'closion des cvuls. pullu-
lent. Nous avons en ce moment la
fivie paludenne i Plionville. Et
adis on y allait pour s'en gurir.
,es canaux de drainag: pour lu
eaux mnage es ne sont pa entrtU-
aues ; leau des bassins se dverse
sur les met, les inonde ; et, les la-
veuses a demi vtues en piobteut
pour lessiver le linge aux rt^uds de
tous. Unique cairetour est un d-
potoir o s'entassent dtritus et im-
mondices.
Pas ua homme i sarcler les hautes
herbes qui croissent partout, pas un
salari pour ramasser les dtritus.
Rien. Le tout .1 la volont de Dieu.
H n'y a pas de Police Communale
Les aninuux paissent en libert dans
les ruei boutuses et dseites. Si vrai
que Dimanche dernier, pendant l'of-
bce divin, un poic a pntr dans
l'Egliii. En ce moment o une
pidmie i.ous menace, nous deman
dons quu mette tin a si dplorable
tal de cuose. Il faut l des hommes
]euues,nergiques,qui ragissent tout
de suite.
Amis de Ptionvjlle
vail avait-il faire en Hati ?
L article H de la Convention dit :
Le conseiller fi lancier laborera un
ys'.m; adquit d comp ab.li. pu
blique."
Nous attendons encore cette nou-
velle co nptabiiit qui devait tendre
plus ttciie le contro e des comptes
de 1 lu a Ai lidu de 1 avoir labo-
re, le Couseiller li iauc:er a (li'gt la
supression d'une vidille ustauiion
hatienne: la t.iHim.e des comptes.
Maigre .ous Ida tftj'ts du Cjjverue
meut poar recons ituer, coninj le
veut d'ailleurs la nouvelle Cjuatitu
ti jii cet orgaie uilispenaable dd con
noie, le Couseiber liaauctdi' s'y ref 1
se oosliumeut- Par consquent il
n'y a pour le peuple bauun aucun
m jye.i dd cjii rter ses n maces te-
nues eutieidiueiu par les fouclio 1
naires amricains du Trait
L'article H de la convention dit en
coro ; Le conseiller financier aide
ra raugmeuiaiion des revenus.
Le Couse'ller liaancier m encore
rien propos au Gouvernement pou
vaut piuduu'e uu tel rsultat.
Le saul essai qu'il fit eu cd sens
fut un projet quil prsenta en 1918
sur la cra iou de taxes intiieurea
et qu'il voulut obliger le Gouverne
ment taire voter eu 2'k heures. Le
projet eiait leileineut uloriiid et mal
1 u \u-i le Gouvernement uut repu, s
ser cette exigence et prparer un
comre pfu}i mieux adap e aux La
bitudes 01 aux forces fiaancires de
li nation baiiionue.
Il y a a pej prs vingt mois que
ce contre projet a t retourn au
Conseiller iiuanrie. pour ure nou
veiie e.ude iiuud n'eu eutendoua
plus parler,


LE MATIN
// nous est communiqu ce quisuil:
Tout le monde sait par suite de
quelles difficults le Gouvernerreot
s'tait vu forc de supprimer la
Chambre des Comptes, rounge es-
sentiel de notre organisation admi-
nistrative. Il n'y. aurait peut tie
pas heu de le rappeler, si nous n'a-
vions actuellement pour devoir de
'aire le plus de jour possible sur les
moindres faits de la vie nationale.
Trouvant le personnel de laCham
bie des Comptes trop nombreux, le
Conseiller financier d'alors refusa de
le payer s'il n'tait rduit comme
celui des ministres tt des autres
branches de l'Administration. Par
ainsi, le Gouvernement fut mis en
demeure de prendre 1 Ant du 25
luillet loi, et, la Constitution vote
le 12 Juin 1918, les Ministre amri-
cain et le Conseiller financier on
sait peut-ire sur les conseils de qui
notifirent au Secitaire d'Etat des
Finances que la Chamb.e des Comp
tes dot disparatre. Le Gouverne-
ment soutint qu'elle devait exister
i_..-A*i
AVIS
On trouvera la
United West Indies Corporation
li. P. DA VIS, Vice-prcsidenl.
liuo ilu Huai, en face de la Gare Mat Donaid
Coton pour matelas
A trs bon march, ____ ____
Hommes et Femmes
La Cour Navale
(VEn qute
La Cour ne travail a^nt toujours
pas, du moins extrieuremert, on
Replacez donc le garde fou 1
Nous attirons a nouveau l'atten
ttfii sur l'accident arriv au po t
si'u non loin de l'As le des Mutyis.
L'un crs garde-fous de ce pont sur
lequel passent tout le temps des voi
tures, est tomb. On devrait le repla
. Douiegeet ab. instar |ei in
existence, Noulezvoua retrouver .tes
perdues ccuver vo f0rc
peut tcut de mme utiliser son irmps cet le plus tt possible pour viter
eu coutart les propos et les conver des accidents plus ou moins gtavef.
satioesquisetennent dans l'entre- Cercle Bellevue
billement de tel poites Ce sont en- Samedi soir-27 Novembre, le Cer
core li autant de consquences indi le Bellevue don.ie son bal mensuel.
recUl de sa mission. La Ifte sera certainement brillante,
Nous avons eu quelques bribes car le Comit oihira I 8 heures 1(3
d'opinion en ce qui concerne 1 Q:cu tICS Pr"fes ur,e <0UPe de chamPa
pat.on amricaine.
Une vo.x, qui s'est la premre
alarme, disait qu' la grande rigatm
l'Occupation pouvait plier b g1g<\
mais A la condit on qu'on remit ncs
armes d'avart l'intervention.
[1 faudrait bien dans ce cas que
nous recouvrions en mme temps les l iftMM l tlsoupera naturel.ement
,usqu'au vote de la loi prvue 1 l'a:- bras qu, les portaient, a moins de *^SJSZ^&
!*!* U ^n^uuon. De li, ^^^JSST^^ *"* de bfiS. {S Vou^ sommes e
connaissants de distraire notre Soci
t, si prive de plaisirs cette fin d'an
ne
Recommand par plus
de lOOOO grands
mdecins
Prpar pir CO Lui MAX & Co Lld,
Angleterre.
Franck J Martin
Agent gnral pour Haiti
En face de la Glacire, Port-au-Prince.
Prenez
le Wincarn\
le pin a grand restaurateur coonrj, dn"
monde enjer, par ses merveilleux effet!
gi
membres qui viennent
au Cercle.
Nous eng'geons les
rendre ;de bonne heure
d tre reus
invits se
i Bellevue
Nouvelles Etrangre
pour pr.-ndre part i cet e rcep on
14 lime.
nouveau refus du Conseiller nan
cier, mais t cette lois ci de payer les
appointements de ses memb es.
L s Commissaires des comptes
pouvaient-ils se maintenir sans sa-
lure ?
Comme on le voit, l'initiative de
la :uppiession de la Chambie d s
Compte! ne Siurait re a'ir bse
au Couvernement, comme on a l'air
de Insinuer, cioyant sans doute pou
voir tromper l'opinion publique.
L'article I 1 do la Conventon dit
encore Le Conseiller liaanciar...
eti'i'- era sur U validit , e 1 detl.s
de m Rpublique, clairera les deux
Gouvernements lelativeinenta toutes
dette ventuellop. recommandera
des ni Indes perfectionnes d'en
caisser et d'appliquer lej revenue
et fera au Secrtaire d'Etat des liian
ces telles autres rec-omiiiiiiJatioiis
qu> peuvent tre jugts uecessurcB
su h en tre et la prosprit do la
iip'jbtique >
Aucune enqute gur la validit
de nos dettes n'a : faite-
Aucune rutli.de peit cti) ne dCD
caibse les revenus na '. recoin
mande.
Aucune recommandation pour lo
bien tre et lu prosprit de la Upu
bhque n'a t ei OOre laito au Gou
verneineiit Ilaien-
8 Les toucuons du CoDieiHiC
financier, telles qu'elles sont dans
l'article 11 de b Gonven ion, reqm
rent sans doulo une yrai.de txp
riecce iiuancire.Cette considration
tasentitlle ne stmb'.t pas avoir pr
vlu dans le cluix du Conseiller li-
nancier. Ge qui lo prouve, :'est lo
pulion malheureuse qu'il lit 1 an
ne derniie pour le compte de la
Rpublique, maigre les instructions
ou ti an es du Gouvernement Hatien
A mu t convertn en francs ii.000,000
de dtllais 1 meiicains, au mieux des
intrts d'Hati, il fit la conversion m
Uclobie lUi'J,juste au moment o la
Uudance la ousse du liane tait lo
plus in.iqute, au cliauge U frbiics et
liactiou 1 ui.i un dollar, ei [ . du
temps aprs le dollar vaia.t jusqu'
17 lianes 1 Gette opeialion entrane
tour le peuple hatien une perle do
1 ii.Miuis millione du lui es
U Devant l'ineitie du Conseil'
1er tinanciei, le Gouvui.c. ruent Ha-
tien multiplie eee ellcis ; il itudie
Us mesures, il prpaie les piojela
qu il cioit les pius propreB repou
Oie aux nombreux besoins de pro-
grs du peuple liaitiou. Toutes hs
mesures, tous ses p.ojit* ie heur-
tent a l'oppositiuu ou uu Conseiller
financier ou du Ministre Amricain
qui, bien souvent, les rupouasent
sans exHinens et sans daigner due
pourquoi.
lo -Nous touchons ici la situa
lion le plus aranye pour le GoQVef
neinent llmtieu ; non seulement on
11e lait nen de ce qu'il laudraii faire
- poir la dveloppement intellectuel
01 1a piospiit conomique du payi
mais ou contrarie lej effet! diiis co
seus du Gouvernement.De nombreux
projets de loi sur Iti Bnencte, eur
1 agriculture, sur l'ducation pubh
pas alors la peine.
De li la rsurrection des lgions :
DjrciUtn, Codio, Dsormes; et des
quartiers gnraux ; Ouanaminthe,
Su-Suzanne, Cairefour Jsus. De l
aussi, dis ch 1 pDli iqu:s pour orga
nise tout ce'a. :ar e-i joui il faut
des tes : LeconU, O.ese Xamor,
Davilmar, Vilbrun.
Et co nm; avec un tel attirail, il
tiulra compltera pass rien qu'a-
vec les chocs qu il eng nirera, nous
rtVivroaS la citastrophe du 7 aot
iyi2, la tueri des pri>onier>-, l'as-
saesiait et le dp.-ige d'ua Chef
dtttt,
U.i haut-le-cur nou soulevr.
lai'.e i ce mom:t, une entre voix
disait que nou; sonne corrgs de
tel es choses et que noas avo.is ac-
quis de l'exprience. Partint. l'Q:;u
puioi pDurrait s in aller en tout;
traqailhti d'espii'. Diqi'ele ne
;cii plus li, nous noa> mettroni i
rparer nos disastres, i re'.evjr nos
institationf, i orginiser nos ate'.iiis,
a lortil le isriitoife d: ses ruine>...
t'.o^ramm: beiu ttviMeconme
ce'.ui ai uo< pres ap 1804 Bt
les mmes g^nreuies illiltOM apri
un sicle E'. que! sioc'e ,
Mais une autre voix trs luu'.c
celle de notre premier M g stcat,opine
d'gnemert que 10:cupatioQ reste
encore une ncessit jusq-u'i so;-. rem
placement p^^sib'e par une lorc?
nationale .apablede rali:(r les fins
numures pir le trait.
Nous app:e;'ous ce sage langage
tn voulan, tous tant que ro'is som
mes sans doute, travailler i ce qu'il
passe dins !c domaine des faits.
Ap es 1 uvre de la Cour Navale
qu'.e, sectcuJ
Naissance
Les poux A4 ed Stiaes ont eu la
joie de voir leur famille au^ui-mier
d uno fille;GAiMisx.
Une mesure qui s impose
I m l'imilles se demanJem ue que
la Dpartement de I Instruction pu-
blique at'.enj p3ur liceocier ..m co
les. Li uouibie de CM de peti e v-
role animante ciwp) jour, c'est vo
loitiueinmt i( 1 0:1 sa rend mainte
nant l'hpital.
Le Uaparcement avait bien licenci
les ole? lors da l'pidmie d'inliu
en/. 1, ppurqioi m te tarai: il paj
poar le eu prient qui ro/t un ca
ractre pi is y'ave ?
Bureaux de vaccination
L'i in |u mu on ittio te avant
bl ir #ei i p i i ) e 1 c j ieidrati9Q.
Nooj cro/o ie ai voir qa'a partir
de lundi 10 S ir vie j d'Uygine tabli
rx un I* r-ai d) faocination la
Clini^uj Sai it .1 jaeph o le service
sera fxit par lei piotesseurs de l'E
cole de Mjdsdioe.
G es uie ex;ellaute ide laquelle
u i 1, 1 u i su is ei doiiiiJint
da plec . d'aatrea bareiux sembla
h es d 41.- 1 i;- les quar.iirs da U
villa cornu j non u rclamtooi
ava it hier.
U'autre part hier aprs midi la
Croix Itou^o am jiicauo hd lenne a
tibli u'vuouveau bureau eu .Vlarch
en beat.
Li Journal Mdical haitien
Nous avons reu le numro de no
veaibre du "Journal Mdical liai ien
PARIS- Uente. i 0(0 <>) 2 56
6l Ii2 10.09 1(2
NEW YORK. 16 2} 3 ;025
GENEVE L'Assemble de la
socit des nations discuta la propo-
sition de Mr Ccil demaodant i
inviter le conseil i soumettre i l'As
semble Us propositions tendant
carter les dangers menaants ce qi2
reste i l'Armnie et i et b r un tat
de chose stable et permanen;. Mr
Siab how tch pout la S-'D:e rclame
une action collectveces Grandes
Puissances. Mr liranting dclare i
nouveau quelles massac.es de l'arme
nie seraient une honte pour la soci
t d s nations Mr Baltour d qu. le
conseil ne trouva pas de remde une
expdition poar sauver larmenie ne
pouvait tre entreprise qie par l'A-
mrique qui ne le voulut pis. Le
conseil rechercha ua autre manda-
taire qui serait assist moralement
et financirement par- les autres na
adopt i l'unanimit u propoih
de Mr Viviani tendant a rfuser
missio.4 inyndiate de l'Allemi
et la Russie. La proposition stip
notamment le relus d'admettre
sein de la socit de outtatc'aj
pas satisuit aux obligations iatc
tioaales ou il contracta et que |
re dors, les tats devront
der un gouvernement lesponsab
une orga ist en leur permeitao
tenir toutes leurs obligations lli
vront g le ment possder des
tires prcis.s
PARIS- S,ivaut les pi
l'ex Kaiser aurait accept l'iavit
de Constantin d: se hier a
Il ferait actuellement ses prpan
pour son prochain dpart de
lande
ROME A 1 occasion de soi
niversiire le Pape uuidenomb
tlgrammes de (licitationsj
COuOGNE Une bagarre
Mr Viviani d t galement que duisit au cours de la premire
tions.
le conseil ht son devoir mais se
heutia au refus de l'Amrique cl
ajou e que si l'-ssemble et impuis
sant et sans autorit pour soutenir
les rsolutions ce.n'est pas la taute
la Erance car si e'ie avait t tn-
t indue la soc. des nations auiait
i dote dune '.orce in einationale
Mr Viviani demande inviter le con
seil eagiger des ngo utio.is avec
les gouvenemejeti pjjur m-.ltre tin
aus hostilits qui continuent en Ar
mnie
P\MS Suivant lE.hode Patis
l-eotrevoe de Lloyrd George et
Leygues serait retarde ahn de per-
mettre j-eygues d'assister jusqu
la lin des dbits de la Chimbre re'a
lives :i la reprise des relations avec
Vatican. Toutefo.s les ngocia
dE
du conseil communal Sept
trente blesss La police rtablit]
VrASUlAGlOS Le Lpark
d'Etat considre que d'aprs lo
commercial pioiel entre la
Uretayns et la liussic des Soviett
gleterre reconnut virtuelle
(jouvernement bolcheviste. Ia\
ce document vient d'lre riu\
Dj) iritiiuut d l-llal- Cet
comporte dix articles prvoit
dment la nomination d un ou pi*
agents of/iciets qui rsideront et
ceront leur Jonctions dans les
toirts et lauhe nations avec U
nit diplomatique, d stipule
que ces agents auront les rod I
reprsentants diplomatiques m
visas des passeports et ou ils atai
libell de communiquer par '.oitt
ave: leur gouvernement. Il est ig
qai contient, comme toujours dinte te Vatican louieio.s m n go*. Pf'^'f'^Zl^^
rWmtea .1. .tierce d.n nous con lions Iran.o bntamquee relativement Uberlr de reivorel deno)m
ners munis de bagages et teem f
mont pas examines
ATHENES U plbiscite
qUl ,:;,;,:;- in ;.. nc;u:; l... u. SUCCeSSlOll UU II mit dt la Gfhl '"<
Dlicieuse
SSON
sellions Tivement la lecture tous
cjux qui aoccupen; des questions
mdicales.
Paiement des Appointements
D'apis les informations qui nous
-nt t iournies, la nouvelle que le
la dclaration de .l'entente sur la
ituation de la G.ce se poursuivent
activemen'. Le Petit Parisien assure
l'entente relusa nettement de
reconnatre Coi stir-tin. Le l'tt.t lour
nal conlirme que le ministre Rom a
r aA'e^nt des appoiulsments aux em t os el ,out le personnel de la Lga
.'
a
Ai
UieH lie 1 nssoii ini'onipornlio, l'une savoni
(lui d 1*01 9HM 'i'' I I nitu, 88 |Mu-
. latanltiv dmoI tons lt ni ! rmanta
in|i! .....it uuu cui terco il.
1 huita dasa an mn d*i in.
Exigu mrtoai I* nom i ruitm i .',n.', quiser:

L. V li, 0: I il I il Aiiu. itattia|
Repi C .-'.-Haillon I
VA II.' ANT et B >OTT,
- roii-a-wtrirt;
plo>s po4i0 Four 'e n10'5* de No
vembre n aurait pas lieu est absolu
meut inexacte.
L,e Ministre d'Allemagne
et la Ville de Port au Priice
lion deGice Pansdmissionarent
ATHENES Le plbiscite sur le
rttour de Constantin qui devait
t au 26 novembre ou au 5 le gouvernement pour Hier It rH
Constantin procder irriwc
au plbiscite air la base des h
torales. Suivant la presse gow
taie, M Rballysb se rendra dans
u r lieu le 28. courant tst ajourn pilales de l entente pour entamer
(il-'NhVE- La cinquime coin ment des pourparlers.
li.er ap-es-m.d. M. le Dr F. C /. JgJJ de u soa a4lS nalioS GENEVE- le secrtariat di>
que, sur I orgtoiee ion admiai-trati
ve et rorate iencon'.rent 1 opposition
rlei fonclionnairea amricains ou
dorurnt na' rponea dani les
lives de la I. /, t. ta Au ricaine.
Une reistaoce ^irticu'iore est lai
te r:x projets ayant trait . I instruc
tion du peuple, qu'il s agissi de pr
paratioa de maitii s de l enseigne
ment prime rei il c Jlea in iustiiel.ea
et eglfco'.ee, do l'instructiDn aecon
daii'ti 0 1 eu lrieure. do construc-
tion de locaux s lolelree.
/.,/ fin demain
[): }.!: or '
telmann, E E et Ministre plnipotcn
tiaue d'Allemagne accompagn de
M. Edmond lieiimk. a rtndu visite
a Mr C ment Magloire, Maiie de la
Ville.
Mariage
^/.'i la Basilique fVotri Dame sera
hem le mardi 7 tctmbro. le mariage
jitlh Lucie Dtly, fille de Mr lid.
mondDfly aveeJtf.l'nilippe L footnat,
/'/.s de Mr Ikimocle La/oniant et ae
Mme nie Roumain,
keileur comoUments-
Dcs
^ avorte apprit le dcs Ption
v II Jiier aprs midi de Mlle Amcai
de Elle, ancienne inulitutriec
i. (unraillee atcronl Heu cet api\$
midi Plionville d'o le convoi pu-
ares prcises pour se rendre
u extrieur, enpaeeani par
Lalue, le chemin des Italien, laVt
Dacoete. La dfunte tait la tante de
; aiWi / s Cassagnol, Lue 1 '
NER-VIGOR
du Docteur Huxley
Prconis par les autorites mdicales
pour relever les forces des con-
valescents puiss par les grandes
chaleurs, la neurasthnie, *e
surmenage et. les excs de toutes
sortes.
lu rente dans toutes les pharmacies
Aent: VICTOR GENTIL. Port au Pria*


IE MATIN
Clyde Steamship Co
I oreing Service
l General Agent Port-au Prince
Galmpa* aux iinportanteg cona-dralions et aux dairs
'^"Li. hatiens a Prsident Riymoad.de la 'Clyde S ean
EL abit aboli t
commerciale
division le I
^devient eff.et f purin du 1er Novemb e 1920.
"iL-, rlnnnoas as r.os clieo1
exprima
eamehio G1
uspge du nom UPOREL aoit aboli ui abandonn pr u
,, -hiB Company pour raisons commercial, s et d'y aibsitujr
t jSjgvi'lES P">ur dsigner cet e division le li Corapago;
oari uue
s et omis qje le nom effectif de
" Th hatienne de I* Clydo Steam-hip Comoany est miinteaaat
'SmSHIF COMl'ANY FOREIGN SERVICES,
raercione nos amia hatiens de leur patron ge accord la Clyde
iD l'o-upany mlgr les cmd lions de la priode couls, les
t rma nous t'v illerons constata ont e.i brane harmonie avec
fin d obtenir le plus dextmsion paasible e- la plu9 grande aralio
j,rvice i lrieur c extrieur qne les aff .iiei e' autres exigences
wonb' que peuvent deinar dr etqu* seules peuvent perme lit les
r.t\ P'<-fl ^les eperatiODB
notons fournir des I 'eaux de n'importe quel tonnage doit tous
rtdumcnda bref dlai drs tiux minprompnt satisfaaants et
tes ci sugements dais les puits dsign] pirlcs cha-giurs.
information concernant nos servees es' h dispos tion du publ'e
rdial accueil es1 lsev 'ois ceux qui vo d ont visiter notre
^jod flice agrablement amnrg) l''.a^e suprieur ies ta i-
udteirltue AmfTicainc
CLYDB STEMSII1P ( OMPAN FOREIGN SERVICES
g, F. CLEMEJMS, gnerai agent
Ce n'est peut-tre pas YAILLE
is vente de marchandises suprieu-
res des prix raisonnables
Grand Magasin rprouve cette pra'ique qui coosste nbusrr
lei(s par il s annonces fallacieuses de liquidation inei 8 tau te
nb is im binaire. .
piseconlea:e-il d,ollru si clientle des marchai.h es Iran-
isuorieurts de la plus grande raicli-ur, des prix lrliemeut
naich- .
W?ni M"gjs"n nomm pour la quelle des produ ts qu il
la vente, sollicite \otre vis-ite Les gots les plus dii'tt iles
Jgalisfails. ... ,
Grand Magasin rr.et g dment eu vente son ancien stock r
|rix tout a lait rduits, *
On y trouvera ;
ce da Chine vii.; IUe, cipe GeorgeKe, mousseline de laine a
et .rayures, I) pt ste meicerise, voile Bayadre, serge blanc,
blanc, ncir e' ccuUur, voile Heurs,voilette, bas pur fi. bw
f, thaussetles de toutes couleurs et dimensions, gants fils
lianes & couleur, parure de marie, nappes couleurs, diago-
asimir, cravates, chapeau de paille line pour hommes, clia-
leiilanis laiue et paille, stock de parfumerie assorti!


Sale^x Iraordmary
r0/ SHOES and HOSlEli\\< J.J
liiiDg bought oui an et tiie New Ycik bouse of SHOES, comprising
nlthoufee aid paiis cf Ibe bet>t known for men.wcmcn and children,
mil be ofeitd to the public at piiccs rarging from ni'ly per cent to
Rfive far ,ctni BELOVV TUE ACTUAL NEW YOHK RfcAlL PRI-
bestock consista of a gnerai a6toilment et boots aod thoes in
fariod canvas.
Mi on opporluuily never be\ore sein in\thisunlry An Opforlvntly that
mly en ce m a life time\ I
ike idvantage of this fctXTRAORDINAR OFFLR end mtke your
kueiduiing iliia sale wicli will pio\e an inutual oppoituni.y to tave
ijinllESfc 11 A RU TIMES.
Kloded in tbe stock will be an sssortraeut cM GENUINE PaLM-
CHSUlTb, blliRTS- TIES, CAPS. etc. e'.c ail of wbicb will be offt-
it greatly icduced prices.
0O.NOT FAIL TO CALL |AND MAKE YOUR PURCHASES .' i
it 1715 Rue du Magasin de l'Etat. Poitau Prince.
'HORACE RYAN
VentelExtraordiraire de Souliers
[$ Bonneterie,
Ijant ichft New York toute une maison de chauesuns compre-
plaaiearn milliers de paiiea de la meilleure qualit pour homme.
et Enfants, noua les offrons au pubnc de Oo 7j O|0 eu dessous
pix de dtail actuel New Ycik.
atock comprend un assortiment gnral d^boUines et de-soulier8
"* et en toile.
'une occasion qu'on n'a jamais vu dans ce paya une occasion
,'urive qu'une fois dans la vie. "
ofitez de cette offre extraordinaire pour faire vos achats pendant cette
1 qaiest une occasion sand prcdent d'conomiser de l'argent en
Npi durs'
w le stock il y a un assortiment de complets de pure Palm beach
iiei de Cravstes, de chapeaux etc etc. le tout offert des prix
Woiti. '
NE MANQUEZ PAS DE FAIRE VOS ACHATS
lu No 1715 Rue du Magasin de l'Etat. Fort tu Prince.
HORACE RYAN
Wions a communiqu aux d
**Uligramme du comi< national
** aux Etats Unis demandant ce
* socit fasse respecter le droit du
* toamettfn Europe en obligeais les
Polonaises vacuer le territoire
jVto troupes roumaines vt
*moniuti reconnaissent la r
I* iranienne.
j ^ serv,Ct ni*iux la
''*cardinal Jmette a t cle
w$u m(e D*m- Milleraml
m*nd a examine la situa
tien politique trangre rsultant des 'ec
tious grecques. M Uygus divinant la
date du 28 noiembre primitivement pr
vue pour son voyage Londres.quitUra
Par jeudi accompagn de M beribelot^
MM CWsotjLac Potlnl Seynuur
Gaorges et Dauiel Jarbalb et tous
les autres membies de la ftraille
remercient bien sincrement tous
9ux qui, l'occasion de la mort pe
leur fbgrett Ceorges l'othel.leur on
donn des preuves d'une relle sym
patbie
' Us leur en garderont une profonde
reconnaissance.
Port au Prittet a 10 nov. 1990
Westinghouse
W APARATOS ELECTRICOS ^^ PARA TODOS LOS FINES
Lcite marque de N
briqua est la garantie I
la bonne qu.ihu1 Je no;
fournitures le:triqin:s
Lumire
La sant et le bonheur du inonde sont tellement IK-s la
lumire, celle-ci jone ,'uii iule tellement via d ns la vi que
les hommes oot;ioujouis cherch crer un clairage couo
mi.jue, joli et sain la fois.
; ; ..Depuis la pe* ne lampe du loyer iusqu'aux candlabres qui
clairent la rue. les ingnieurs du Westingboue|out rsolu
tous.ces problmes de l'clairage.
Toute erreur dans une installation est t'earte par le Wes
Urgbooat; il ne tient qu' vous pour que votre^problme d'-
clairage soit rsolu par une bonne application des principes
pe fectioans dans l'art des constructions.
VYesimghouse c'est le maitre d'clairage dana^toute eon ac
cepiion,
Westinghouse Electric
International Co
l'n ncuel aspect Jd'une
des plus grandes institution
indu-trielles du monde %cr'
uivoqu dans cet espace
chaque semaine
YiE
YaillE
ANTOINE TALAMAS
Sis rue du Magasin de l'Etal
Prix
Ancien Nouv^
Mousseline coul bar 2-80 1 T-
Crpon de eoie douLlaifT 00 4.0
Soie lavab'e couleur 8 00 5.00
Serviete de toilette 4 L"8 3*S5
Serge bleu homme 25 00 18.00
Serge bleu homni?8upO;j,00J'i5.00
en lace de Simon Vieux.
Prix ,
Ancieni nouveaux
Ruban sal.cou
c


.n"
Casimir carreaux
Casinette doub lai g
Crpe de Cuine'
Crpe georgette
Crpe mtor
Crpe d4 Ch'ne
Silin liberty
Tussor d? Boie
Org8odi couleur
Nanaok blanc gr larg
MouSfcln e bairca
Dt.blement fort
Drill tuttor
Percale suprieur
Voile Heurs dl larg
Mousseline blanche
Mousseline barres
iWisouk meh
Drill blanc
Simili blanc
M 1 1m ix .
K ki blanc
Keki jauue
Drill coton couleur
Dock Ul
Etamine couleur
Flan lie
FlaBelle
Flanelle
Flanelle^suprieure
Flanelle, mousseline
Crpon blanc
Cnapeaux de paille
ituban satin co! No 2
No:{
No 5
40,00 _ 20,00
-ua"
12.00
18 00
No 40 20
No 0 10
No 12 14
No 18 18
... TSO
N680 :w
No 100 35
1|7.iW4Haban pompadou l'aune J*>0
wCo
titjtJU ; JO.UO
- 500*2l3.CC
bar 2300f)tJ,00
18,(0" ii',00
10L0 5,00
0 0J 350
4 00 HO
iOO 2,50
4 2 50
/ 3,50
0 S 60
4 225
3.50 2
350 2,25
4,50 2*50
5 3
5 3
2 55 i 50
5 3
0 a50
4 2,20
10 0.55
.1.50 2 25
5 350
(i 3.
12 7,5'j
15 9
20 12
2 DO 150
15 '.
p
t

k90
5 7
3
i
5

c satin K
Palm beach sup.l'aune20
Lotion Pompeiaetc 0
Lotion Aimour 5
Lotion Colgate 5
Poudre gl av hoopie 3
Chemises homme col 15
t sup. 18
coul sup 20
c blanche sup 20
blanche sup 15
c crpe Sbire 75
Chemise tes aup 8
Chemisette jouis jap 7 50
Chaussettes coton inf 10
Chaufset es inf-. noues 10
HiiB cot blancs pr enf. 0
Chaussettes 111 noir 18
Chaussettes (11 noirsup 20
Bas noir douze 15
lias noir assort, sup* 10
Baa noirs suprieurs 20
Cravates reps 0
Cravates reps nuds .>
" blanch brodes 5;
Nappe blanche l'aune J
Toile blanche pr |upe M
Cnapeaux laine a honr 25*
Corsets femme 18
m
" ceinture cou 12
foudre Colgate 3
Savon Colgate douze 10
Bretelles suprieures 4
14
0
0
12
10
18
20
350
4
14
4.50
3
3
|
1
12
15
13
10
50
4
5
6
G
4
12
14
9
12
15
4
3
8
5
3
12
10
15
20
7
1.50
6
2.50
Avis
La dame Edgard Itoconn, oie
Anne Margurba Vronique Jsbouin
demeurant Port au l'rmcs est in
forme que pir exploit en date du
23 octobre 192o, ministre de l-hui
aier Levassem falhegraln, dmaat
eoregisti. et. ea vertu d une ordoa
m'nce de Monsieu.- le juge Roger lli
laiie, d Tribunal de premire lna
tance d Jrmie portant permidsioa
de citer elle a t, la requte du
sieur Edgard Hocourt, son mari,
cosign comparatre devant le dit
tiibunal, dans le dlai de la loi,pour
entendre 1 ronoacer entre eux le di
vorce.
La prsente insertion est fai e a
conformit d un jugement du sas
dit tribunal de Ire 1ns ance de Jr
raie, eu date du 23 novembre cou
raut. coubtaUul le dfau: de la da
me bllgard Uocoiri.sur l'asiignatioa
sus rappele et, lisant un oojveau
dlai de 15 jou.i pour statuer sur la
deinaade en divorce.
(Sign L 11. JKROUE
Avis important
a Du;: o nmun ac ord, la Socit
Cno .yme dnome WORDAGRAN
dO.AIMNY LNCORuORATED, est
dissoute
D.iN t, aorlet'e dMUHU mo-
teur, de, ~)0tt [onnes, est attendue
\ i vers le Si) N uembre courant
et acceptera du fret pour Ham-
bourg et les ports Scandinaves- Si
un nombre suffisant de passagers
et de ir: est offert, elle ira
SuH'iaijo de Cuba. Elle peut pren
dre \2 passagers de ire classe-
L. PHEtAltiANN-
AGGERHOtfi
1

\



LEMAT1N
,BAZAR METROPOLITAIN
Maison de confiance
Angle des Rues du Ptiiple $ Dants Destouches.
Grand rabais l'occasion des ftes de fin d'anne
Crme la glace la vanille et au chocolat tous tes jours.
I Venez goter notre glace la vanille urmoni d'ananas.
Grand rabais sur nos provisions alimentaire*. Nos prix sont la porte de toutes les bourses
tt doub tei vous uosclienls les maques les^plrs cllbres du monde.
Notre stot k est compltement ler.ouvele
Provisions fnieiat*; anglaises et aruCrictines de lou'e iiu;i lu ur.
Spcialit de viande, Sauies, lgumes en conserve. Fruits secs et caodia Lait malt, condens et
r.atuiel, fromage et Lieurre, vins lins, bire biune et bionde, poilu-, charr.irgrc-
rcites tt pommes uitlits i our cci li;uie
Fiuits canditi, c me de guimauve, laisidTs de Coiinthe et prunes Piemier, olives n ire?, rairce
mat, e c pour (A eau di Noe1.
Cbccola:s assortis en boires et en barres de Whituin. Bordera, tt Nestl.
Nougst de Valence, caramel, ctme de menthe Burettes boglaitcs a sotties et variera,
biscuits asBor is angLis < t, tneiiceins
Noisettes par livra, pistai le et noisette markes de sel lin en pot, confitures d r he. fraise etc.
Figues et dattes en pol Pudding snglais et mricain. Cacao en pou.lit Ile shey et wi'.man
Lai mate, oatuiel et vaj or de llorden's. Lait condens de la mrque E*#e
iituue de pistache en vtire de grandeur d lren'e.
lu une de table amtrcain et hollandais de la marque HoUtran
FrcniPge hollandeis HoMian, amricain Daiey et Roquefort, suisse Gruyre.
Fiuits au jus : (.che, peire, foraine, abricot, ann a etc.
Le'gumes en lonsirve : cLoucioute, ce'ri, petit peis, aaperge
Tomate, coi nichons ec de msiq>ie anglaise, lia: ise e* tmricaine
Soupe anglaise et amneaine. f^ous recommandons la pe'ite soupe prpare en cube taire
Louillir simpleeni dans oe I au.
Tapioca- farine de rz, Cbthmeal, gjapcnutp, coins-arch, coin llalcp, corn pi 11?, faiiue, riz, poip,
tucre nia'.u., sirop de Kaio et Log Cibm.
V ande en conmve. Le Veribts' betf lot t' et t epcia'eracnl recommand
Largue de veau m petit et grand feiblarc
l'ois ons d v rs : Fit h Fltk Plan clams, taumai Mento et au re. Strdine3 la C lifonia
au u,m tt est ivp.isi. hareng sauce icmate, onglais ei amiicain
Sauces et piik'es aisor is. sel In p.ces de toutes sortis, o'ives, cpres en compote- Spciale-
ment recommand : la fameuse sauce r.oire anglaise de Lea & Periins, la tomato Catsup
amnciiui. pimei to9 morroaes- sauce mayounais la ta.eu d'buitiea
Siydeis pour lukud imompartble
Savon de lessive Suni y Moudsy jour Us linges, Itoiax et sel de solde pour la I >teive
Savon de loilet'e Faiiy l'aiuiuli\e itr, Savon de toilette Mdicinal put1..ni
I m d u- et pte denl.l ici/ poudre et CI cm", lotion, ba> nui ttc
'.'garettet amiicaiue, rsyi heure, turque tt h itenne, Camel. Hichrrond Picdmont. Murad,
MtLchiina, Cycle, Luiky S i.k-, eyjp ien Straig. lo:d L lisbjry, La Nationale, Encore
Tabac : Tuxtdo, I i:nce A'b r". Mato.ka, Durhair, v. Ivet
Vin lin. louge et blai c de rianct. d Espagne e. dl aV Ut nae pour coctei', bire blonde et
brune itiglaie(> amiiciine tt hollanda-s.1. grape juic-, apple ju cr, (hamiagnc,
Nous xousilhoi s le plus beau ituik de pio\itions et le mieux assorti
illkoi niaich que ^ar oui en vi P-
Vc-BfZ voir ot t ont ai ip i.cs pus avri.t de faire vos tmpleitef. Noua ne i.glgeors rien pour
plai e i roa annthes clients it mm er leur confiance,
Noua atteridoi.B par lu {lus niochain b eau uu tsscrtimeiit complet, de jouets pour triants et
oin< uitntB t our aibie de Notl
Jigares et bains HoraCo et JUiifo l'iiftmeiie fiai .iss de la m rque uuversil'.e tilouLigant'

Occasion exceptionnelle
A VENDRE
J ck T*r Togs
WV V-
Wilson et company Chicago
The West
;t Indies Trading Go, Agent Exclusif poui*Hail
/ es produits de Wi/sow protgent votre table. J
Us sont mis en conserves sous le con'rle et l'inspection du qqu
menL Ce qui garantit doublement leur qualit. m
Wilsco Oleomargarins : beurre de lamille, pour la cuisij
|pour la table- fabriqu avec des produits absolument pur? en u]
lar s'es p'us grands restauran s. ]
neuve
6 c-. litidiis, 5
la^ateis, mo-
or 2.U0
Une auto Buick
dle 1990
^
Une auto Huirk
peu roul
TlflP fliil4) Illlii'l' - main, Grvlitdres, 7
anle, en bon laf. pMUf, cord net U or l.CiUU
<-
Un camion Chevrolet
2e nan 6 tjlindies. 5 passa-
iei?, Btodle 19.0 uyaiit 1res
or 1 7U0
pas-
PL is
(iiafsis^,-\fei*
ur.e loune l.u/'
Chez Eugne LE BOSSE,
05, Rue d*i Quai,
Middy IMotsfg. Sai'or Sly!e Dres
eee- Blcomer bk.r's
Are ruade io spO less, rhan facto
ries wlntli ki.own as "The Suuuy
Shopa" A apirti of cc-o era ijn.hap
pineis and raiefuli i'ss reigns and a
small ai u y of intelligent msids. \vo
men atd men 11' d a pbaaure in the
wcik cf preducing thse quality gar
men s,
Jatk Tar Togs are qualit line
of middies, sailor style dresees, bloo
mers and kirts made of fast color
cottot llancel, and serge materials,
prodiced in ttylea bat ha^eb cerne
staple and winch do not thaigi
each tesson or year. JACK TArt
TOGS are made in ail b /.es
SA.LSS ROOM 1532 lia U
pub icaine near the Smith the mer
cbaui Tailor.
General Ofic?.
19o3 Rue du Magasin de l'Etat
'!&.., 1 ort au Fiu.ce
Lb()BSlNVILLE& Co
Agents ol Hati
grai
Manlgue t Idal pure lard la meilleure m?rque du mr
Imaul^oa de !* i l-^ marque Sultana prpars spcialeaenl
cl mat chauds, en barils ei en iVrblancs.
Jufi'er battra bamxly Dee/ buf de {famille en saumurefq!
exlra pour les piceries en pices de liegular mess porlc coup par pices de 0 pouces, mis en baril
0 at'i u orceaui suivant Us go's,
b. Bock l'a. U pices da lard en saumure, extrait du cou el
lhncs du porc, par morceaux de 6' pieds carrs, coups^suiiai
poids de ebaqut nurce&u.
Certified tlamt, j imbons fums style ang'ais, similaire!
jambons impor j d'Dg'e erre.
llains,Hreakfasl liacon and t'ienir,*, lyle amricain, selectioi
emball spcialement pour les climats chauds.
Nos viandes fumes sont minutieussminl enveloppes dans de U
seine blan.be pour leur prservation avant d'tre mi.e$fn paquel
Les produits de Wilson
protgent votre table
A. Barreyre
Ingnieur mcanique
Garage Ford
Atelier de rparations
WEST INDiES TRADING Co
Ouvirl le d'n.anche peur la vente de gaso'ine. grais6 k bul
Pharmacie F. Sjoun
Angle des Rues Roux et du Centr\
2 Mdailles d'argert Ezposiion de Bruxeles 19K
Laboratoire de Chimie Micale
Droguerie, Produis chimiques et pharmaceutique!.
Spcialits franaises et amricaines.
Prparation de toutes ampoules mdicamenteuses slri
et injectables
Spcialits. Srum nvrosthnique simple et ferruginrux.
lodbydrarg/re. Srum ue Morard remplaant les paqB
rcalcifiants de Ferrier et de /obin'
II,y a toujours en stock : JVevrosthose' Sirop pectoral,
Elixir de Pensylvanir.
Dpositaire du PREVEMTYL
Reprsentant des Laboratoires Tel
LACT1FERM.Ferment lactique, contre attections gaslro|
finales et cutanes.
IAHlRI\,B,~Srop"ifiqiifl de la ron*ipitlop
u

Cigarettes La Nationale
Produits de premier choix
Princesse, Encore" LA NATIONALE
Voient chaque jour augmenter leur rputation
Elles rivaliseiit avec les meilleures cigarettes importes
i


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM