<%BANNER%>







PAGE 1

LEJMATIN Nouvelles Etrangres %  "; PARIS— Lee conversations comi nuent enirt|Londres et Parti au su jet de l'attitude adopter l'gard de la Grce. II semble que les deux puissances soient dcides opposer un veto formel au ie our de Constantin. La dsignt on du D ado que soulverait peut tre moins A cl) lecticn. Toutefois il ne su mit etie accept sans de garanties trieusee. La confrence des ambassadeurs a dcid que les troupes Uritanni ques encore Danizig vacueront la ville prochaineniant.La commission Iranco Uricanmque Mi disguie pour procder au partage des biens appartenant l'empire ou aux tats allemands entre la Polone et la ville libre de Dantzig. ROME— La commission des alfai a trangres de la chambre a approuv le trait italo Yougoslave PARIS— on mande de Riga que les dlgations polonaise tt liusse signrent deux protocoles La l'oie, gne s eugage retirer immdiatement les troupes sur ses frontires. La Russie Sovitique s'enge a four nir la Pologe 7o 0|0 du sucra pro duit par le Gouvernement de Vo hi nie. Une dpche de Moscou annonce que l'offensive se poursuit favorable ment. Us Houges progieasent vers la rivire de la iiug et prirent Kamenu/, Podolsk et un norme bu. tin de guerre. Le gouvernement Uritauuiqus communiqua la ligue qu il acceptait d envoyer un dtache meut pour maintenir 1 ordre pen dant la consultation populaire en ter moire de Vilua Les gouvernement Franais, Belge, Espagnol s engag rent a envojer des de aclieineuts. ALULR. Les dlga ions algrien ne votrent un emprunt de quinze million de dollars aux Etats Unis pour le ravitaillement de l'Algrien crales. NEW ORLEANS Uarding s'em barqua destination de l'anama. WASHINGTON— Le eoub eecretaire du dpartement dmentit que les Etats Unis, la Grande Rretagne, !a France conclurent un trait rglapt leur ittnudb au Mexique comme L'avan Guardia de Mexico, le Pie tend' ^.A IllENKSMr G Jhha lis, nouveeu premier ministre de Grce a piie seimeut hier aprs midi dtvaut l'a mirai Roundouuotis logent de Gice il tait accompagn de Mr Gounarib ministre de la guerre, du minittre de l'intneur et du ministre des li Dances qui ont pirte sermeni m mme temps que lui-Juiindiateinen long dbat sur toutes les acti fie la set.t. Au dbut de la sance sur la mo lion de Mr Toumso Tittoni le j rsi dent de la cor.lderahon helvtique a t lu prsident luioreire de la premire assemble de la socitAu dbut de 'a sance sur la mo tion de Mr Tomasso Tittoni le preii d? nt do la coi :edratiou la Iv ique a t lu pr< tideoi hoi.o aiie de la premire siHtinbla de ia socit*. L- prsident llymans a annonc le rsultat du vote pour tes v ce prsi dents. Les vice pisident a lus le premier eciuun sont le vicomte ish pour le Japon M. 11. a Van Ktsrnabetk ministre hollandais des affilies trtngrts pour l aigen tine, le d cteiu Edouard Rens eir George Foisjsr minire Canadien du commerce ei de i industrie ainsi qje le ministre des affaires irarg res Tcleco slcvai e et M Oc av.o du Riil. OBSERVATOIRE DU PETIT SEMINAIRE COLLEGE ST MARTIAL 03 ENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES Diman he 21 Novembre 192c Baiomtre Tempiaturr i 769.7 minimum 22.5 Moyenne diurne Ciel clair jusqu' 4 h ensuite. Pluviomtre 8.0 mm Pluie d'orage 7 h J; Baromtre lgrement maximum ;2 o 249 et couvert J 8CHERBR en hausse A V Asile Franais Hier dimanche, belle crmonie religieuse a 1 Asile Frai ais pour clbrer la tte ue Sle-Ehaabeih, pa tronne de cei tablissement. La meus oiiicie par Monseigneur Reauger tait accompagne des chana harmonieux de la Chior.le du peu 8ionnat d s Filles de la Sagesse. Le sermon IU1V1 de a bndiction a t prononc par le rvu-ud pre Paul et a lo-l sir 1 amour du Glinst pour les pauwjs. BjLorateur a aune 1 attenlion et la biejveillauce des nches sur les pauvres malades, privs de pain et des soins que leur assurerait leur travail truam ix Parmi l'assistancj on remarquait le Ministre de France et Mme Age! et beaucoup daures personnalits. Il est .legre ter que la petite chapelle dont l'aute! a t un vri table nid de 11 mil 0k ia loses, m soi', pa* plus apacisute pour lece voir les lido.es et Us nombreux membres de la Socit de Secours Mutuels et de Bienfaits ces. Compliments M ihrisz. aux bonnes sœurs et aux mcecins dont le dvouement inlassable assu lela bon fouctioimeui nt de l'Œuvre. Concert A l'occasion de la Srinle Ccile: Voici l'intressant piogiamme : Ste Ccile O } eaD ty api Os cette entre eu IOLCIIOUS Kl hs a demand la dmission du re gent les autres membres du nou veau babintt piteiont le Miment dmsBge devant la reine mre. -1 ,^ 1 V^,, ,Un t e : ii : :j '- SttrUng oz/Jl.{.Dollar lo, 7 I1-2. NEW YOKK Franc 16,66 et J,4o/o. -UBNEVtt. le rapport du ccneeil de la bcciet des nations est do non veau venu devant l'assemble la sance d aujourd'hui pour y tre tu di, La lOCttt s est aus-i occupe ue relectiwn ue six vice prsidents qui avec IIB iibideiilade six cira mikSlons tonneront le bureau du cornue t.vcu il de lasumble. On n'avait pas annonc leB uoma des orattuis m is ih cun de ceux qui avaient qutlque chose dire peut preudie la paiole.ee 4m lait voir un ,"! aOuvcrt.deSylvioPellicoGUellge ? T J *? VrSti ** 3 leanquipieureein.quiiitH.Labit ant **? Luba hlle eut pr 2 dre 12 passagers de ire classe1 Virgine Island 2 Le Merle Rlai c invitation a la A.Ion A. Adans Dtmare YVebcr compitndie ainsi leurs dtvoiis. ils se sont strilement puiss a attaquer des perscnualitsle egrette de le constaur. Mais je rne crois ici m prsence d'un dfaut du temprament haitien.Ce n'tst pas qu'il nous manque l'habitude des ducusiiocs. Mous avons des mai tes en dialectique. C'est plu 61 ur.e prcmrtnuJe du caractre a laue table ruse de tout ce qui gne afin k de mieux humilier son adversaae. \ C'en est lait, ctie-:-on partout de la libert de la presse On s'aveugle sur son ignorance.On ne veut pas se juger. Oj n'ose se rendre le tmoi gnage intime que nous n? dsirons pas la simple libert mais le dsordre dans4a presse.L'ancien rgime a pass. Nous nous sommes trouvs devant des Autorits trangres dont il (allait respecter le prestige et les bon ns intentions. Li puisque nos feuil les n'ont jamais vcu qued'intiigues et qu'elles n'ont jamais eu ce carac 1re d'indpendance, principe du journal, cous avons entendu de paitout la crise de nos quotidiens. Etienne CAKMANT (,A suivre) v a se J w 1 Cinquime Grde Marche O.Ieaniy 2 Ouvert, de Gusll. Tell G. Rossini ) Bieggeire E. Nasa eth Chants Nationaux. A Ptionville On attire nctie attention sur e mauvais tat des mes dePtionvil.'e qui, d'une laon gnrale sont mil entretenues. Ain*i la me No 10, en facTau Dr Rastien il y a un vr.tatie dto toir. v Au morneLl'"i^.—.Hdmie fait rage on dviait penser plus 'sL:i?use mect al hygne uibainequi paitc', dans ce pays, a trujouis t ia plus nglige. k B ilement Roulemeai .unie pu i a commission de Contrle du brlcmeni poui l Mardi 25 Mbrovioaoi 1 dix tttum prciKi lu ni.nu). Conseil d'Biii .Charles Boochaiwi Sec r ta iver te (VEiat des finances Le Dparlemetit des Finances rappelle au pjblic en gnral, au commres et au\ Banquiers en particuliers ifue depuis le H Aot llM'.l, les *op aliODS du Hetra t des bitlels uu GDuvemement I lil leU de 1 et 2 gourdes, nis.ions de 1903-'I9J4 et >06 billets de gourd v, misa oui de. I9O8 ) — ont t inaugures et se poursui e il acii.ement. WBb~-l Eu vertu de h lu] du 2'A Juillet 1910, le dlai d'un an prvu l'arl.cle <5d 1 la Convention d 12 Avril l'JI.'/ pour la liu de ces ope rations, ayant t prolongr de six mots compter du G Mars t'Jil, le papier inouuaie qui n'aura pas l prsent e'li ge avant le 6Septembre tj^l sera dmonelisi ipsj l'icto et sans qu il soit n cessjne de recouiir aucune autre 0 tna'ili. Le puh ic en est prveuu toules les li :S utiles. Toit au Fiiuce, 20 XovhZO DANA, golet'e danoise moteur, de 500 lonncs, est attendue ici rers le 30 Novembre courant et acceptera du /tt pout Hambourg et les ports Scandinaves. 81 un nombre su//isant de passwjers et de ira eu offert, elle lia en passager L. rii!'/l/\ANi\AQUEIiBOLM iJur.umt \\x\.i\ \ nvli Lli.itclain I .dou.ud l'.llll-OIl • Courrier li.iincn Rmi Paubtn Lclio Joitpli •Ption Pignai Hcniv AuguMin l'nbun.il Parquet Commune Presse Sj ndicat amonts de ctvuige Ordre des avocats Commerce Notaire Dcs Les amis apprendront avec regret la mort de Geoihes Svre.suivenue le s de ce moisi bord du StRsphse 1 en rade de Ulgoguez. Poilo Rico. Le dtunt avan le don de se Uiie aimer par ses manires d'homme bien lev. „ Nous vous associons au deuil de de toute la 1 .millejpiriicul cr men ; Rifirt, Sevrei Cesve, Rorno, Wl liams, etc. .4 Vendre ** de interne bis CHIVROLET modle RUS. les oll'rcs jseront revues par l'Ieginienr en Chef de la Duection Gi.iale dea liavaux Pu hlics jusqi';au 85 Novembre itteifl a raidi. L'autcmohile pourra lre visite l'Usine Glace de l'or; lu-Prince et les Cires devront tre envoyes SOUH lh cactiv'^, et maques Ull're IOUI au'.omch la 1 .."viole 1 Ls peiiin 1.1 dui ine ellec'u la livraison de l'a. t mcbfte. Liutome bile est c. 11 j te, ic 1. lu lu 11 IgSii nfge de la bt.lcno*ii %  I K*s &4J • %  •> ** -^.. : ban tai I fia .v ."usti" .•: .,,.• Mil I / %  . ';-.-. ,, TIMBRES POSTE POUR COLLECTIFS J 'arhtP !eS Timbrcs *'HsW par quantits. Me suoCllolc mettre chantillons avec prix par lui) et par 1.0C0. THODORE CHAWPION, 13, rue Drouot, Paris Demandez le vin Winox Le re onslituant par excellence. Le V'/iV Wh\U\' est un produit pkarmar, de premier ordre et une prparation seule d ,1 que — — %  7' r -* — f v ^ t wi " soute Ua genre, sa fabnrution, le vin mme, lanalm valeur clinique FUmtent. Il diffre absoluml, ?' a Vins dits toniques, communmthi vendu*. Le VWAOA renferme une proportion desub azotes suqneures de \Oo\o celles des vins ta %  ordinaires, ce qui en fan un reconstituant d'une S activit, dont nrent le plus grand profil les lot cents, les anmiques et tes tuberculeux. v *le. Le vin nulutif WINOX est un reconsHuant [ turel qui renferme une proportion plus araruL M ivraies qualits ncupratives que ttu autre nL semblable, sans l'adduion des drogues. / oa 'i Il est hautement recommand patles cAUh • mdicales en Angleterre dans tous les cas d'an* nvrite, neurasthnie, gastrite, indigestion amm, '/' 1 Vfalgie, bronchite, phtisie, tiffiubltssemni LrJzl t des ners o i de eorph *' v eux PKpar Pi. la WUWX COMPANY, Limited "d Lonch es Angleterre. En vente en flros et en dtail chez ; Alphonse II a y ns Agent gnra] pour ls Rpublique d'Ilaiti Ml RIVALES Ce sonl les Cigarettes DE LA NATIONALE Apprcies leur juste valeur par les vritables connaisseurs. Grand i \ra bais Vous trouverez chez Mme Vve Barbancourl 110, Rue des Csars w —or 1.50 le carton Cigarettes W Bfc Wfl 7< 50 le mim Sale Ex Iraordinary | OfSBOBS cndHOSIERYl* llaviic boogbl outerj fr.tiie ^ew Yoik bouse of SHOES, comprisirg cwrsi bOESS and pairs cf tlie bett known for it.eD.woraen aDd cluldren, mue wiil be ofered to tlie puLlic tt pness raDBinn frooi lifly per rent to f*fntyiive f er cmuELOVV THE ACTUAL NEW YORK RETAIL iRI. J "e stock ce naists ot a gnerai sssoitmcnt ef boots aod slio.'s in h ailier and canvas. Uns m Opporfumly faxr before un in Ibiscounhy— An ottorlunity


PAGE 1

Quatorzime anne Nos 2038 Port "an Prince,H*iti DIRIICTEDR-PROPPIETAIRE Oment-MAGLOIRE MAGISTRAT .COMMUNAL a NUMERO 15 CENT'MM 3. i.OU m von ABPAHTEMI S Oi mois ftoiimoii ftoli.moi* TRANGIR G. 2.00 709 8CK Quolidien Lundi ?! Novembre W20 Il n'y a rien que les hommes aiment mieux conserver et qu'ils mnagent moins que leur propre vie. LABRUYERE 19 innonces sont remues au Comptoir J>nal de Publicit, 9 Rue Tronche, P: 2 ai, 2j, Ludgate Hil Londre.*; REDACTION; Rue Amricaine No, lus TSLEPBONJt: Ifl %  % %  %  %  %  IESTION DU JOUR liToir [Vous tfti lu, j espre, dans les jdiens de celle semaine, com1 fini l'incident de l'Ecole nor par la suspension en bloc de jction scolaire. Ce dnouement la critique, mais nous ne le lontrons pas aujoutd hui et lser pour plus lard, s'il y a lieu, la tlition quittable ds torts, car il t bien un peu de chaque ct, n'est pas que nous ne consid pas celte conclusion comme litive, en dpit du recours adres [par tlnspection au Prsident de la "publique. Ce haut personnage i vraisemblablement consul >ar le Ministre de Hastruct-on iqae sur l'application de la sanc1, il n'y a plus, i notre sens, rien Irer de ce ct. — confo r m d'&illeurs a la tradition. t sur quoi nous voulons attirer %  lion en ce moment.'c'est le fait dfr le cas de l'Inspection ingnient de la Direction gnral: rfnstruction publique, et celui l'Inspection d'avoir fat remarquer tribunal est incompteot par i de Prsident. On sait que le lent, dins l'espce, serait le Su intendant de l'Instruction publipersonnage aujourd'hui munit. vide, ce tiou dans l'administra met en relief une de nos matas administratives: celle de pro'.on [pr Us fonctions vacantes. Le cas tl est typique et vaut une leon, ors que la Constitution faisait InChet.de 1 Etat l'obligation de ne immtr aux fonctions qu'en vertu U lo ; on a trouv le moyen de [sommer M. Bourgeois superintendant de 1 Instruction publique sans (D'aucune loi n'ait au pralable cr cette fonction. Sans doute, il s agissait i ce moment-l pot quelqu'un Ne faire plaisir quelqu'un: nous pmes en Haiti. Mais le pis est qu: le Ministre de [uastruction publique ayant dcid crer une Direction gnrale dans s Dpartement, en nomma d emMe prsident, — qu, croyez vous ? -justement le personnage existant to marge de la loi. 11 a donc, dans La Cour Navale d'Enqute *r——— %  *, Le Rfrendum \ Pour justifier sans doute l'adage qui veut que le chtiment, c'est-dire la justice, suive l crime d un pied boiteux, pede claudo, la Cour d'Enqu e semble tourner autour des espces comme pour fa re durer le plaisir. Un seul cas absorbe deux et trois sances le mme tmoin revient le lendemain et rpte les mmes chosesQuint l'accus, il rclame le privilge de dposer par mmoire crit,et ce privilge lui tant accord sans fixation de dlaic'est une affaire qui prendra encore quelques jTura A la viit, la rocherct'O des vidences", dans notre droit mmintl du moins qui les dnomma "etiarg >d eat aliaire propre du juge dins truclion et se fait dans le secret. Cette condition est essentielle pour aboutir, car le juge instructeur devient alors matre absolu de sa besogne et n'est pas expos jouer jeu dcouvert' O n'est qu'aprs le recueill ment et le collect onnemunt des charges que le jge instructeur passe le dis sief au ministre public lins de poursuivre ou po ir justifier ui renvoi hors de cour. Dans U srie de cas qui nous occupent, ce'.te p roc rare n'a pas l'air d'tre bien suivie puisque nous voyons des accuss qui apprennent pour la premire lois, en plein public, de quoi ils sont accuss. Ils ralisent d'un seul coup la tripla qualit d'inculp, de prvenu et d'accusSi ce que nous dis ma paut tre a tribu notre iiuuid.sance au regard de la lgislation pna'e spcia le en veitu de laquelle la Cour fonc tionne, noui nous en excusons hum b'emen.Touttiui -, voici une tir constance bien fai e pour justifier noire im ression qu'on fait durer un peu le plaisir. A la dernire sance de la Cour, un gendarme, Simoo Cabot, fait 1 expos d'un martre coups de bton du notaire G imiter, Maissa de, je crois, meurtre imputable 1 ex-lieutenant William?, aaiouid hui absen Et l'accu a eur public demande d en rfrer au Dpait-ment de la Marine de Washington. Ce refe.endum ?;;l'air d avoir t laiis la minute, si nous en c o LE DJEUNER Offart par les quotidiens de Port-au-Prince leurs confrres amricains Comrr.e cadre, 'e panorama mer veilleux de la baie del'ort-au Prince: la mer glauque et srulenne, I a mpntagnes au loin, estompes, et la ville capitale avec la masse orange de sa Ca hdrai", O Ho loarde de siMaison blanche, et, parses dans la verdure de ses campagnes environ nantts, ses villas: Pour fond, le joli petit htel de M. Acgiboul prs da la mer ; Sea Sii9 inu. lit au balcon, les conviver. Silencieuse ou vrombrissan es les autos, vers une heure, les ont amens. Les h'es M Simpson, de 'l'As sociat.ed Press MW. torrest du "Naw-York Piioune", M J. IJennet, du "tVliiga^o Tribune". Puis MM. Constant Vieufet J.Lanoue du Cour ner hatien", MM. E G. Chau e*, Lon Lsleau et L. Puichinat du"Nou velliste'MM II Uorsin ville. VDel beau tt Thomas II Lechau.1 de l'Essor '. M A. C. Magloiro, I). St Aude, G. M o s m o, Absl Lacroix du ••Matin'M. lieotgaa N. Lger qui au cbaropagie, traduira nnrveilleu sment les ipeeCtii reprien'.ti — il le dira avec son lourire pina,— l pauvrepublic hatien si intress 1 1 bonne en enta do la presse amri cai.ie et l'oriau Pnn;ieuue. De tels co wivei dispense de dira ce que fat le djeaner. L'esprit et la plus lin, lgua: t tu lia que mritait la luuaugo des g*sfiftti l'encellence du menaIl ers d'oeuvre aux Faits Divers, harengs manua sauce Jacko, Homard pch Le Matiu, Mirli 00 au grauo, entre t i • *-> du Nouvelliste, Frites . 1 Aiaticaine. Diodmn au apport parle Gour.ier hatien hier soi .Salades d9s... journalistes.G ace fondue .. depu s, cat non prohib. Liqueur',, eiixir des 13. Djrant qu'il se savouiait, MM Simpson, Dennet d'un 10 , M. Forrest de P. uti semblaient fort ntrtiss ce que leur disaient, graves ou souriant^ kuis vojsins. Ainsi, drciumem, comme sans y prendre garde, notre finesse la'.ine prcisait l'essentiel de nos desiderata, eatre Des indications recueillies a'I'ambassade des Etats-Unis Bruxelles perm Lent i a nnoncerquele gouverment amricain a rsolu d riger Washington, avec des matriaux de guene en cuivre achets chez les allis, !e plus gnnd du moule. Cet iust ument de musique arien ne se-a compos d'autant de c'oches la reprsenter i moi mflttt^ en & \ qu'il y a aux Etats-Unis d'Et tl el de districts fdrs, c'est -dire de cinquante quatre. Toutes les niions qui ont combat ta pour la libert de Caractre du journal Il m'a paru utile d consacrer quel ques pages au journalisme.En entrant dans cette carrire, il me fa'lait m* 1914 1918 vont tre invites coo prer sa confec ion par des fourni ttes d'enveloppes de cartouches du type employ pendint la grandeguer re, et la tour du carillon sera cons truite avec des pierres des ruines de R-ims Vedun. T rmonde, Louvain et Ypre.. De sorte que ces', perptuel lemeot l.ne de la grande guerre l.bratrice qui chantera dans le monumental orchestre de c'o:hes de Wash ng on. Cin nui gratis L". peuple ai avide de distraction sidrer toutes les faces et dterminer pour mon d fication ce qu'elle a t ce qu'elle est, ce qu'el'e devrait tre. 11 n'est pas indiffrent vraiment de chercher i fixer un carac're pour le journal. Si l'on y rellchi', on verra que toutes les instiiutions nationales, celles sous lesquelles repose l'Etat se sont croules avec l'avnement d'un ordre de chose nouveau. De ces institutions,je comprend* le jour nal. 11 tlorissait, il y a peut-tre six aus. Et depuis que les fivres politiques qui bouleversaient le pays se sont calmes depuis que les enthousiasmes frntiques d'un camp trioai liant se sont refroidis et qu'alors il n'y avait ni chanter un bienfaiteur, ni i maudire un citoyen dplaisant, nous avons assist a l'effondrement lion do l'aristana lui olra ce soir, una aance cinmatographique |pu blipae en l'hoa.ieur 4e M Mossanlo, celle io deux bjuches, selon lis diplmes nique de"Viment Magloire celle, ;ts muikures. kioauie de Denis St AuJe ; celle, (Jj.nd dans les verres moussa le souriante, de M^ec Darsaiavil.e ; chunp.ga.*, Mr Cl m nt M g 0 re se celle coa'.ra.-.'i., w'ViTs^a il V.eux. leva. D bju l'auhtoire coula sa Un nouveau de clic et la range de harangue que Ira mira M Georges .droite est faite La photographe se ljouira d apprendre pie la Direc d e i a p ress ?. Elle a t non pis cette ' tribune idale o se raliserait cet change de vues et d'ides si souhaitable I mais la trompette qui sonnait la chuge pour ceux ci ou qui saluait la victoire de ceux-l Le jour nal n'a pas pu se maintenir chez nous. 11 lui a toujours manqu dabord un caractre etdecelui-ci le trait le plus essentiel : l'indpendance. Eu matire de presse, indpendance n'est pa? synonyme de libert. C-lle-ci, nous l'avons eue pleinement. Nos journaux de 1911 ne peuvent hlas que trop l'attester.Et tous, nous savons i quel usage on assimilait la libert de la presse. Elle n'tait rien moins qu: la licence dans le faire et le dire Citoyens sincres, vous qui avez souffert des malversations de nos congnres et qui pourtant tes rests con quents dans le combal ; gouvernants qui avez t victimes des rcriminations les plus ciaglaa'.es de vos concitoyens et qui pourtant avez invariablement continu une politique de conciliation et de paix vous tous que la presse a sacrifis des intrts privs alors |fct l'obligation ? O bien, y nom nera-t'on un Hatien, en supposant [ le Chef du Dpartement voudra %  KB s'accommoder d'une doublure | faiuenne ? l£jM doute, la question ne se pose r< pas; car, creuser les ttous et ^Entretenir est une de nos manies %  p lus chres, Alors que les criss ""atstrielles les plus aigus se d wuent dans les grands Etats daus '"quarante huit heures,ilnous taut a des mois pour combler une va ^ce ministrielle. Oa ne nomme pu an chef de division de dparie *W inis riei en moins de six -tnaines, et nous avons yu prendre ne lois six mois pour le remplace T>t d u nadministateur des finances l'augure pour ma part trs mal de le "COQ macabre de creuser des •55 e> de les Uisaer ouverts. •-•-, -, sur l'efficacit de I action judiciaire qui s exerce c'est prcis Sment l'œil de Washington, qui veut tout voir, et certainement le chtiment aussi; qui ureni pr pour Cavit tt Santago, DtWcy tt Simpson. Aujourd hui, gice a cette pressa le mme mouvement d opinion demanle la lumire sur tout ce qui, depuis cinq ans, se passe daiis ce ma luu.eux pays, tV s il le Uai.d** rpuiiioji et des s.nctioas. Les repiseutaats de la Presse Ailnc.ine,— le D.recteur du Mann, le leur demande,— transmeitrjai A la Communiqu aLe Dpartement de^t'Iuirieur vu l'pidmie actuelle qui se d, veleppa avec intensit, croit utile dD.[intrt dl lis a ;^ ii P ub i;^ grade force qu'ils reprsentent |' de rappeler les mieeins, plur Q dti \ iaU J Qi% aa l£ maciens,sages letnmes,dro^uis es L wl „ 0 El llQ courle phrase.M. C. et le public en gnral, ^. la slnete observa"oe des dispositions de l'arlicliU-par 7, 8, 9, 10) dl l'arrfdu \Z Avril l9l tabli, sant d.s liglemeiils saoitairese parus au Journal Olliciel ijdu mercredi gS Avril Ltflft 1V0 J.7. Fort au l'nnce, VO Nov J2U V.eux leur denioie ||M de pr M nier i leur nanoa la gratuai^ d njtre collectivit pour son geste de jlStjft, xJj .vl ti.'onet rpoui. Jamais 00 ue s'adressera impunmenf a la justice du peuple amricain Pour le rense gner, ses conlres et lui sont venus sur le balcon vaste, des groupes. De l'un i l'autre, les amricains vent, courtois. En un franais qu'il est le seul ne pas trouver lgant, M. Forresi dit de nouveau si satisfaction, celle de ses confrres ; le sen ti n:n: qui porta leurs journaux a les dlguer ici, leur dsir de remplir leur m.ssion avec conscience iiv te lut le dpart. Vers Port au Prince, rapides, les autos emportrent les convives, tandis que en cauo*,— pareequ'^n cete iu d'ap es mili, l'at'.iraace de la mc-r , -opi.it le mythe des syrie et le sortilge des envoteineats, ua port-au-prio cien intermiiteai et d autant plus choy, u.i romancier pote et un bohe-me, s'en revinreut vers la ville en causant de Iules LemaUre et en disint des proses d'Anatole P'rauce. centes fauches i la suite d'un: bi< bile de journaux trouve sa justice daas la dsorganisation de 1a presse actuelle Uuand on songe aux malheurs encourus hier encore par quelques uns de nos journalistes, on se demande s'il n'est pas vraiment puril de parler d'indpendance. Il n'est pas de doute que nosjourrnauxn'oot jamais eu ce trait qui lui seul cou titue tout le caractre dn journal. Cest que, indpendance ne sigiifie pas la libert sans limite de pouvoir tlageller l'administration publique et ceux qui concourent i l'orgtaiiatioa, des pouvoirs de l'E.at.l iepeaiiocimplique plutt l'i.l: d'uu esercu: mesur, conscient de ses facults appliques l'observation k fans. Nos journiux u'jm jamais voulu % 


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05269
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, November 22, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05269

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatorzime anne Nos 2038
Port "an Prince,H*iti
DIRIICTEDR-PROPPIETAIRE
Oment-MAGLOIRE
Magistrat .Communal
a NUMERO 15 CENT'MM
3. i.OU
m von
ABPAHTEMI S
Oi mois
ftoiimoii
ftoli.moi*
TRANGIR
G. 2.00
709
8CK
Quolidien
Lundi ?! Novembre W20
Il n'y a rien que les hom-
mes aiment mieux con-
server et qu'ils mnagent
moins que leur propre vie.
LABRUYERE
19
innonces sont remues au Comptoir J>-
nal de Publicit, 9 Rue Tronche, P: 2
ai, 2j, Ludgate Hil Londre.*;
REDACTION; Rue Amricaine No, lus
TSLEPBONJt: Ifl
' '-
IESTION DU JOUR
liToir
[Vous tfti lu, j espre, dans les
jdiens de celle semaine, com-
1 fini l'incident de l'Ecole nor
par la suspension en bloc de
jction scolaire. Ce dnouement
la critique, mais nous ne le
lontrons pas aujoutd hui et lser
pour plus lard, s'il y a lieu, la
tlition quittable d- s torts, car il
t bien un peu de chaque ct,
n'est pas que nous ne consid
pas celte conclusion comme
litive, en dpit du recours adres
[par tlnspection au Prsident de la
"publique. Ce haut personnage
i vraisemblablement consul
>ar le Ministre de Hastruct-on
iqae sur l'application de la sanc-
1, il n'y a plus, i notre sens, rien
Irer de ce ct. conform-
d'&illeurs a la tradition.
t sur quoi nous voulons attirer
lion en ce moment.'c'est le fait
dfr le cas de l'Inspection
ingnient de la Direction gnral:
rfnstruction publique, et celui
l'Inspection d'avoir fat remarquer
tribunal est incompteot par
i de Prsident. On sait que le
lent, dins l'espce, serait le Su
intendant de l'Instruction publi-
personnage aujourd'hui mun-
it.
vide, ce tiou dans l'administra
met en relief une de nos ma-
tas administratives: celle de pro'.on
[pr Us fonctions vacantes. Le cas
tl est typique et vaut une leon,
ors que la Constitution faisait
InChet.de 1 Etat l'obligation de ne
immtr aux fonctions qu'en vertu
U lo;, on a trouv le moyen de
[sommer M. Bourgeois superinten-
dant de 1 Instruction publique sans
(D'aucune loi n'ait au pralable cr
cette fonction. Sans doute, il s agis-
sait i ce moment-l pot quelqu'un
Ne faire plaisir quelqu'un: nous
pmes en Haiti.
Mais le pis est qu: le Ministre de
[uastruction publique ayant dcid
crer une Direction gnrale dans
s Dpartement, en nomma d em-
Me prsident, qu, croyez vous ?
-justement le personnage existant
to marge de la loi. 11 a donc, dans
La Cour Navale
d'Enqute
*r----------------------
*, Le Rfrendum
\-------------------
Pour justifier sans doute l'adage
qui veut que le chtiment, c'est--
dire la justice, suive l crime d un
pied boiteux, pede claudo, la Cour
d'Enqu e semble tourner autour
des espces comme pour fa re durer
le plaisir.
Un seul cas absorbe deux et trois
sances le mme tmoin revient le
lendemain et rpte les mmes cho-
ses- Quint l'accus, il rclame le
privilge de dposer par mmoire
crit,et ce privilge lui tant accord
sans fixation de dlai- c'est une af-
faire qui prendra encore quelques
jTura
A la viit, la rocherct'O des vi-
dences", dans notre droit mmintl
du moins qui les dnomma "etiar-
g >d eat aliaire propre du juge dins
truclion et se fait dans le secret.
Cette condition est essentielle pour
aboutir, car le juge instructeur de-
vient alors matre absolu de sa be-
sogne et n'est pas expos jouer
jeu dcouvert'
O n'est qu'aprs le recueill ment
et le collect onnemunt des charges
que le jge instructeur passe le dis
sief au ministre public lins de
poursuivre ou po ir justifier ui ren-
voi hors de cour.
" Dans U srie de cas qui nous oc-
cupent, ce'.te p roc rare n'a pas l'air
d'tre bien suivie puisque nous vo-
yons des accuss qui apprennent
pour la premire lois, en plein pu-
blic, de quoi ils sont accuss. Ils
ralisent d'un seul coup la tripla
qualit d'inculp, de prvenu et
d'accus-
Si ce que nous dis ma paut tre
a tribu notre iiuuid.sance au re-
gard de la lgislation pna'e spcia
le en veitu de laquelle la Cour fonc
tionne, noui nous en excusons hum
b'emen.- Touttiui -, voici une tir
constance bien fai e pour justifier
noire im ression qu'on fait durer un
peu le plaisir.
A la dernire sance de la Cour,
un gendarme, Simoo Cabot, fait
1 expos d'un martre coups de
bton du notaire G imiter, Maissa
de, je crois, meurtre imputable
1 ex-lieutenant William?, aaiouid hui
absen Et l'accu a eur public de-
mande d en rfrer au Dpait-ment
de la Marine de Washington.
Ce refe.endum ?;;l'air d avoir t
laiis la minute, si nous en c o
LE DJEUNER
Offart par les quotidiens de
Port-au-Prince leurs con-
frres amricains
Comrr.e cadre, 'e panorama mer
veilleux de la baie del'ort-au Prince:
la mer glauque et srulenne, I a
mpntagnes au loin, estompes, et la
ville capitale avec la masse orange
de sa Ca hdrai", O Ho loarde de si-
Maison blanche, et, parses dans la
verdure de ses campagnes environ
nantts, ses villas: Pour fond, le joli
petit htel de M. Acgiboul prs da
la mer ; Sea Sii9 inu. lit au balcon,
les conviver.
Silencieuse ou vrombrissan es les
autos, vers une heure, les ont ame-
ns. Les h'es M Simpson, de 'l'As
sociat.ed Press M- W. torrest du
"Naw-York Piioune", M J. IJennet,
du "tVliiga^o Tribune". Puis MM.
Constant Vieufet J.Lanoue du Cour
ner hatien", MM. E G. Chau e*,
Lon Lsleau et L. Puichinat du"Nou
velliste'- MM II Uorsinville. V- Del
beau tt Thomas II Lechau.1 de
* l'Essor '. M A. C. Magloiro, I). St
Aude, G. M o s m o, Absl Lacroix du
Matin'- M. lieotgaa N. Lger qui
au cbaropagie, traduira nnrveilleu
sment les ipeeCtii reprien'.ti il
le dira avec son lourire pina, l
pauvre- public hatien si intress
11 bonne en enta do la presse amri
cai.ie et l'oriau Pnn;ieuue.
De tels co wivei dispense de dira
ce que fat le djeaner. L'esprit et la
plus lin, lgua: t tu lia que mritait
la luuaugo des g*sfiftti l'encellence
du mena- Il ers d'oeuvre aux Faits
Divers, harengs manua sauce Jacko,
Homard pch Le Matiu, Mirli 00 au
grauo, entre t i *- -> du Nouvelliste,
Frites . 1 Aiaticaine. Diodmn au
apport parle Gour.ier hatien hier
soi .Salades d9s... journalistes.G ace
fondue .. depu s, cat non prohib.
Liqueur',, eiixir des 13.
Djrant qu'il se savouiait, MM
Simpson, Dennet d'un 10 , M. For-
rest de P. uti semblaient fort nt-
rtiss ce que leur disaient, graves
ou souriant^ kuis vojsins. Ainsi,
drciumem, comme sans y prendre
garde, notre finesse la'.ine prcisait
l'essentiel de nos desiderata, eatre
Des indications recueillies a'I'am-
bassade des Etats-Unis Bruxelles
perm Lentiannoncerquele gouver-
ment amricain a rsolu d riger
Washington, avec des matriaux de
guene en cuivre achets chez les al-
lis, !e plus gnnd du moule.
Cet iust ument de musique arien
ne se-a compos d'autant de c'oches la reprsenter i moi mflttt^ en&\
qu'il y a aux Etats-Unis d'Et tl el
de districts fdrs, c'est -dire de
cinquante quatre. Toutes les niions
qui ont combat ta pour la libert de
Caractre du journal
Il m'a paru utile d consacrer quel
ques pages au journalisme.En entrant
dans cette carrire, il me fa'lait m*
1914 1918 vont tre invites coo
prer sa confec ion par des fourni
ttes d'enveloppes de cartouches du
type employ pendint la grandeguer
re, et la tour du carillon sera cons
truite avec des pierres des ruines de
R-ims Vedun. T rmonde, Louvain
et Ypre..'De sorte que ces', perptuel
lemeot l.ne de la grande guerre
l.bratrice qui chantera dans le mo-
numental orchestre de c'o:hes de
Wash ng on.
Cin nui gratis
L". peuple ai avide de distraction
sidrer toutes les faces et dterminer
pour mon d fication ce qu'elle a t
ce qu'elle est, ce qu'el'e devrait tre.
11 n'est pas indiffrent vraiment de
chercher i fixer un carac're pour le
journal. Si l'on y rellchi', on verra
que toutes les instiiutions nationa-
les, celles sous lesquelles repose l'E-
tat se sont croules avec l'avnement
d'un ordre de chose nouveau. De
ces institutions,je comprend* le jour
nal. 11 tlorissait, il y a peut-tre six
aus. Et depuis que les fivres politi-
ques qui bouleversaient le pays se
sont calmes depuis que les enthou-
siasmes frntiques d'un camp trioai
liant se sont refroidis et qu'alors il
n'y avait ni chanter un bienfaiteur,
ni i maudire un citoyen dplaisant,
nous avons assist a l'effondrement
lion do l'aristana lui olra ce soir,
una aance cinmatographique |pu
blipae en l'hoa.ieur Ccile. Inutile de dire que h ban
populo en saura gr la bienveillance
de la Direction de l'arisiar.a,
ici. I s feront leur devoir en toute
impu'tiali, en honntes gens. Il re
mercie du cordial accued qu'elle leur
rservait :1a Presse de Port au Prince.
Parce que M. l'on est a braqu son
kedack, les poses faussement non-
ehaU-tes, s'imobilisent Soucieux de
ne ternir pas, cause d un jeu dfec
tueux de lumire, L'clat de ses yeux
intelligents, G.orges N. Lger en
lve son l'orgnon. Sur la plaque, le
dclic fixe la t.-ce lunaire de Ernest
G. Chauvet, la bonhomie glabre de
M ..Simpson, 'augure de gamin
lo us HO >4e M Mossanlo, celle io
deux bjuches, selon lis diplmes nique de"Viment Magloire celle,
;ts muikures. kioauie de Denis St AuJe ; celle,
(Jj.nd dans les verres moussa le souriante, de M^ec Darsaiavil.e ;
chunp.ga.*, Mr Cl m nt M g 0 re se celle coa'.ra.-.'i., w'ViTs^a il V.eux.
leva. D bju l'auhtoire coula sa Un nouveau de clic et la range de
harangue que Ira mira M Georges .droite est faite La photographe
se ljouira d apprendre pie la Direc de ia press?. Elle a t non pis cette
' tribune idale o se raliserait cet
change de vues et d'ides si souhai-
table I mais la trompette qui son-
nait la chuge pour ceux ci ou qui
saluait la victoire de ceux-l Le jour
nal n'a pas pu se maintenir chez
nous. 11 lui a toujours manqu da-
bord un caractre etdecelui-ci le trait
le plus essentiel : l'indpendance.
Eu matire de presse, indpendan-
ce n'est pa? synonyme de libert.
C-lle-ci, nous l'avons eue pleine-
ment. Nos journaux de 1911 ne peu-
vent hlas que trop l'attester.Et tous,
nous savons i quel usage on assimi-
lait la libert de la presse.Elle n'tait
rien moins qu: la licence dans le
faire et le dire Citoyens sincres,
vous qui avez souffert des malversa-
tions de nos congnres et qui pour-
tant tes rests con quents dans le
combal ; gouvernants qui avez t
victimes des rcriminations les plus
ciaglaa'.es de vos concitoyens et qui
pourtant avez invariablement con-
tinu une politique de conciliation
et de paix vous tous que la presse
a sacrifis des intrts privs alors
|fct l'obligation ? O bien, y nom
nera-t'on un Hatien, en supposant
[ le Chef du Dpartement voudra
kb s'accommoder d'une doublure
| faiuenne ?
ljM doute, la question ne se pose
r< pas; car, creuser les ttous et
^Entretenir est une de nos manies
"plus chres, Alors que les criss
""atstrielles les plus aigus se d
wuent dans les grands Etats daus
'"quarante huit heures,ilnous taut
a des mois pour combler une va
^ce ministrielle. Oa ne nomme
pu an chef de division de dparie
*W inis riei en moins de six
-tnaines, et nous avons yu prendre
ne lois six mois pour le remplace
T>t d'unadministateur des finances
l'augure pour ma part trs mal de
le "coq macabre de creuser des
55 e> de les Uisaer ouverts.
-- -- -,
sur l'efficacit de I action judiciaire
qui s exerce c'est prcis Sment l'il
de Washington, qui veut tout voir,
et certainement le chtiment aussi;
qui ureni pr
pour Cavit tt Santago, DtWcy tt
Simpson. Aujourd hui, gice a cette
pressa le mme mouvement d opi-
nion demanle la lumire sur tout
ce qui, depuis cinq ans, se passe
daiis ce ma luu.eux pays, tV s il le
Uai.d** rpuiiioji et des s.nctioas.
Les repiseutaats de la Presse Ail-
nc.ine, le D.recteur du Mann, le
leur demande, transmeitrjai A la
Communiqu
aLe Dpartement de^t'Iuirieur
vu l'pidmie actuelle qui se d,
veleppa avec intensit, croit utile
dD.[intrt dl lis,a;^iiPub',i;^ grade force qu'ils reprsentent |'
de rappeler les mieeins, plur Q dti\iaUJQi% aa l
maciens,sages letnmes,dro^uis es Lwl0 El llQ, courle phrase.M. C.
et le public en gnral, ^. la slnete
observa"oe des dispositions de
l'arlicliU-par 7, 8, 9, 10) dl
l'arrfdu \Z Avril l9l tabli,
sant d.s liglemeiils saoitairese
parus au Journal Olliciel ijdu
mercredi gS Avril Ltflft 1V0 J.7.
Fort au l'nnce, VO Nov J2U
V.eux leur denioie ||M de pr
M nier i leur nanoa la gratuai^ d
njtre collectivit pour son geste de
jlStjft, xJj
.vl ti.'onet rpoui. Jamais 00 ue
s'adressera impunmenf a la justice
du peuple amricain Pour le rense
gner, ses conlres et lui sont venus
sur le balcon vaste, des groupes. De
l'un i l'autre, les amricains vent,
courtois. En un franais qu'il est le
seul ne pas trouver lgant, M.
Forresi dit de nouveau si satisfac-
tion, celle de ses confrres ; le sen
ti n:n: qui porta leurs journaux a
les dlguer ici, leur dsir de rem-
plir leur m.ssion avec conscience
iiv te lut le dpart. Vers Port au
Prince, rapides, les autos empor-
trent les convives, tandis que en
cauo*, pareequ'^n cete iu d'ap es
mili, l'at'.iraace de la mc-r ,-opi.it
le mythe des syrie et le sortilge
des envoteineats, ua port-au-prio
cien intermiiteai et d autant plus
choy, u.i romancier pote et un
bohe-me, s'en revinreut vers la ville
en causant de Iules LemaUre et en
disint des proses d'Anatole P'rauce.
centes fauches i la suite d'un: bi<
bile de journaux trouve sa justice
daas la dsorganisation de 1a presse
actuelle !
Uuand on songe aux malheurs
encourus hier encore par quelques
uns de nos journalistes, on se de-
mande s'il n'est pas vraiment puril
de parler d'indpendance. Il n'est
pas de doute que nosjourrnauxn'oot
jamais eu ce trait qui lui seul cou
titue tout le caractre dn journal.
Cest que, indpendance ne sigiifie
pas la libert sans limite de pouvoir
tlageller l'administration publique et
ceux qui concourent i l'orgtaiiatioa,
des pouvoirs de l'E.at.l iepeaiioc-
implique plutt l'i.l: d'uu esercu:
mesur, conscient de ses facults ap-
pliques l'observation k fans.
Nos journiux u'jm jamais voulu


LEJMATIN
Nouvelles Etrangres ";
PARIS Lee conversations comi
nuent enirt|Londres et Parti au su
jet de l'attitude adopter l'gard
de la Grce. II semble que les deux
puissances soient dcides oppo-
ser un veto formel au ie our de
Constantin. La dsignt on du D ado
que soulverait peut tre moins A cl)
lecticn. Toutefois il ne su mit etie
accept sans de garanties trieusee.
La confrence des ambassadeurs
a dcid que les troupes Uritanni
. ques encore Danizig vacueront
la ville prochaineniant.La commis-
sion Iranco Uricanmque Mi disguie
pour procder au partage des biens
appartenant l'empire ou aux tats
allemands entre la Polone et la ville
libre de Dantzig.
ROME La commission des alfai
a trangres de la chambre a ap-
prouv le trait italo Yougoslave
PARIS on mande de Riga que
les dlgations polonaise tt liusse
signrent deux protocoles La l'oie,
gne s eugage retirer immdiate-
ment les troupes sur ses frontires.
La Russie Sovitique s'enge a four
nir la Pologe 7o 0|0 du sucra pro
duit par le Gouvernement de Vo hi
nie.
Une dpche de Moscou annonce
que l'offensive se poursuit favorable
ment. Us Houges progieasent vers
la rivire de la iiug et prirent Ka-
menu/, Podolsk et un norme bu.
tin de guerre. Le gouvernement Uri-
tauuiqus communiqua la ligue
qu il acceptait d envoyer un dtache
meut pour maintenir 1 ordre pen
dant la consultation populaire en ter
moire de Vilua Les gouvernement
Franais, Belge, Espagnol s engag
rent a envojer des de aclieineuts.
ALULR. Les dlga ions algrien
ne votrent un emprunt de quinze
million de dollars aux Etats Unis
pour le ravitaillement de l'Algrien
crales.
NEW ORLEANS Uarding s'em
barqua destination de l'anama.
WASHINGTON Le eoub eecretaire
du dpartement dmentit que les
Etats Unis, la Grande Rretagne, !a
France conclurent un trait rglapt
leur ittnudb au Mexique comme
L'avan Guardia de Mexico, le Pie
tend'
^.A IllENKSMr G Jhha lis, nouveeu
premier ministre de Grce a piie
seimeut hier aprs midi dtvaut l'a
mirai Roundouuotis logent de Gice
il tait accompagn de Mr Gounarib
ministre de la guerre, du minittre
de l'intneur et du ministre des li
Dances qui ont pirte sermeni m
mme temps que lui-Juiindiateinen
long dbat sur toutes les acti
fie la set.t.
Au dbut de la sance sur la mo
lion de Mr Toumso Tittoni le j rsi
dent de la cor.lderahon helvtique
a t lu prsident luioreire de la
premire assemble de la socit-
Au dbut de 'a sance sur la mo
tion de Mr Tomasso Tittoni le preii
d? nt do la coi :edratiou la Iv ique
a t lu pr< tideoi hoi.o aiie de la
premire siHtinbla de ia socit*.
L- prsident llymans a annonc le
rsultat du vote pour tes v ce prsi
dents. Les vice pisident a lus
le premier eciuun sont le vi-
comte ish pour le Japon M. 11. a
Van Ktsrnabetk ministre hollandais
des affilies trtngrts pour l aigen
tine, le d cteiu Edouard Rens eir
George Foisjsr minire Canadien
du commerce ei de i industrie ainsi
qje le ministre des affaires irarg
res Tcleco slcvai e et M Oc av.o
du Riil.
OBSERVATOIRE
DU
PETIT SEMINAIRE
COLLEGE ST MARTIAL
03 ENSEIGNEMENTS "
METEOROLOGIQUES
Diman he 21 Novembre 192c
Baiomtre
Tempiaturr
i
769.7
minimum 22.5
Moyenne diurne
Ciel clair jusqu' 4 h
ensuite.
Pluviomtre 8.0 mm
Pluie d'orage 7 h j;
Baromtre lgrement
maximum ;2 o
249
et couvert
J 8CHERBR
en hausse
A VAsile Franais
Hier dimanche, belle crmonie
religieuse a 1 Asile Frai ais pour
clbrer la tte ue Sle-Ehaabeih, pa
tronne de cei tablissement.
La meus oiiicie par Monseigneur
Reauger tait accompagne des chana
harmonieux de la Chior.le du peu
8ionnat d s Filles de la Sagesse.
Le sermon IU1V1 de a bndiction
a t prononc par le rvu-ud pre
Paul et a lo-l sir 1 amour du
Glinst pour les pauwjs.
BjLorateur a aune 1 attenlion et la
biejveillauce des nches sur les
pauvres malades, privs de pain et
des soins que leur assurerait leur
travail truam ix Parmi l'assistancj
on remarquait le Ministre de France
et Mme Age! et beaucoup daures
personnalits.
Il est .legre ter que la petite
chapelle dont l'aute! a t un vri
table nid de 11 mil 0k ia loses, m
soi', pa* plus apacisute pour lece
voir les lido.es et Us nombreux
membres de la Socit de Secours
Mutuels et de Bienfaits ces.
Compliments m ihrisz. aux
bonnes surs et aux mcecins
dont le dvouement inlassable assu
lela bon fouctioimeui nt de l'uvre.
Concert
A l'occasion de la Srinle Ccile:
Voici l'intressant piogiamme : '
Ste Ccile O }eaDty
api Os cette entre eu Iolciious Kl
hs a demand la dmission du re
gent les autres membres du nou
veau babintt piteiont le Miment
dmsBge devant la reine mre.
--1,^1V^,,,Un.t-e :ii :':j'- SttrUng
oz/Jl.{.Dollar lo, 7 I1-2.
NEW YOKK Franc 16,66 et
J,4o/o.
-UBNEVtt. le rapport du ccneeil
de la bcciet des nations est do non
veau venu devant l'assemble la
sance d aujourd'hui pour y tre tu
di, La lOCttt s est aus-i occupe
ue relectiwn ue six vice prsidents
qui avec Iib iibideiilade six cira
mikSlons tonneront le bureau du
cornue t.vcu il de lasumble. On
n'avait pas annonc leB uoma des
orattuis m is ih cun de ceux qui
avaient qutlque chose dire peut
preudie la paiole.ee 4m lait voir un
,"! aOuvcrt.deSylvioPellicoGUellge ? T J *? VrSti **
" 3 leanquipieureein.quiiitH.Labit *ant**? Luba hlle eut pr
. 2 dre 12 passagers de ire classe-
1 Virgine Island
2 Le Merle Rlai c
, invitation a la
A.Ion
A. Adans
Dtmare
YVebcr
compitndie ainsi leurs dtvoiis. ils
se sont strilement puiss a atta-
quer des perscnualitsle egrette de
le constaur. Mais je rne crois ici m
prsence d'un dfaut du tempra-
ment haitien.Ce n'tst pas qu'il nous
manque l'habitude des ducusiiocs.
Mous avons des mai tes en dialecti-
que. C'est plu 61 ur.e prcmrtnuJe
du caractre a laue table ruse de
tout ce qui gne afin kde mieux hu-
milier son adversaae. \
C'en est lait, ctie-:-on partout de
la libert de la presse On s'aveugle
sur son ignorance.On ne veut pas se
juger. Oj n'ose se rendre le tmoi
gnage intime que nous n? dsirons
pas la simple libert mais le dsordre
dans4a presse.L'ancien rgime a pass.
Nous nous sommes trouvs devant
des Autorits trangres dont il (al-
lait respecter le prestige et les bon
ns intentions. Li puisque nos feuil
les n'ont jamais vcu qued'intiigues
et qu'elles n'ont jamais eu ce carac
1re d'indpendance, principe du
journal, cous avons entendu de
paitout la crise de nos quotidiens.
Etienne CAKMANT
(,A suivre)
v a se
Jw
1 Cinquime Grde Marche O.Ieaniy
2 Ouvert, de Gusll. Tell G. Rossini
) Bieggeire E. Nasa eth
Chants Nationaux.
A Ptionville
On attire nctie attention sur e
mauvais tat des mes dePtionvil.'e
qui, d'une laon gnrale sont mil
entretenues.
Ain*i la me No 10, en facTau
Dr Rastien il y a un vr.tatie dto
toir. v
Au morneLl'"i^..Hdmie fait
rage on dviait penser plus 'sL:i?use
mect al hygne uibainequi paitc',
dans ce pays, a trujouis t ia plus
nglige.
kBilement
Roulemeai .unie pu ia commission de Con-
trle du brlcmeni poui l Mardi 25 Mbrovioaoi
1 dix tttum prciKi lu ni.nu).
Conseil d'Biii .Charles Boochaiwi
Sec r ta iver te (VEiat
des finances
Le Dparlemetit des Finances
rappelle au pjblic en gnral, au
commres et au\ Banquiers en
particuliers ifue depuis le H Aot
llM'.l, les *op aliODS du Hetra t
des bitlels uu GDuvemement I lil
leU de 1 et 2 gourdes, nis.ions
de 1903-'i9J4 et >06 billets de
gourd v, misa oui de. I9O8 )
ont t inaugures et se pour-
sui e il acii.ement. WBb~-l
Eu vertu de h lu] du 2'A Juillet
1910, le dlai d'un an prvu
l'arl.cle <5d 1 la Convention d 12
Avril l'JI.'/ pour la liu de ces ope
rations, ayant t prolongr de six
mots compter du G Mars t'Jil,
le papier inouuaie qui n'aura pas
l prsent e'li ge avant le
6Septembre tj^l sera dmone-
lisi ipsj l'icto et sans qu il soit n
cessjne de recouiir aucune au-
tre 0 tna'ili.
Le puh ic en est prveuu
toules les li :S utiles.
Toit au Fiiuce, 20 Xov- hZO
DANA, golet'e danoise mo-
teur, de 500 lonncs, est attendue
ici rers le 30 Novembre courant
et acceptera du /tt pout Ham-
bourg et les ports Scandinaves. 81
un nombre su//isant de passwjers
et de ira eu offert, elle lia
en
passager
L. rii!'/l/\ANi\-
AQUEIiBOLM
iJur.umt \\x\.i\
\ nvli Lli.itclain
I.dou.ud l'.llll-OIl
Courrier li.iincn
Rmi Paubtn
Lclio Joitpli
Ption Pignai
Hcniv AuguMin
l'nbun.il
Parquet
Commune
Presse
Sj ndicat amonts de ctvuige
Ordre des avocats
Commerce
Notaire
Dcs
Les amis apprendront avec regret
la mort de Geoihes Svre.suivenue
le s de ce moisi bord du StRsphse1,
en rade de Ulgoguez. Poilo Rico.
Le dtunt avan le don de se Uiie
aimer par ses manires d'homme
bien lev.
Nous vous associons au deuil de
de toute la 1 .millejpiriicul cr men ;
Rifirt, Sevrei Cesve, Rorno, Wl
liams, etc.
.4 Vendre
** de interne bis CHIVROLET
modle RUS. les oll'rcs jseront re-
vues par l'Ieginienr en Chef de la
Duection Gi.iale dea liavaux Pu
hlics jusqi';au 85 Novembre itteifl a
raidi.
L'autcmohile pourra lre visite
l'Usine Glace de l'or; lu-Prince et
les Cires devront tre envoyes souh
lh cactiv'^, et maques Ull're ioui
au'.omch la 1 .."viole1.
Ls peiiin 1.1 dui ine ellec'u la
livraison de l'a. t mcbfte. Liutome
bile est c. 11 j te, ic 1. lu lu 11 IgSii
nfge de la bt.lcno-
*ii I K*s &4J
>
** -^.. ELORT. Pharnm^so,
''. r.\-
1JA 3-, .- :
C'EST iLLBt '
DE3 !'Cl:-A M.rs
>:
. ban tai I fia .v ."usti" .: .,,.
Mil I /..';-.-. ,, ,
TIMBRES POSTE POUR COLLECTIFS
J'arhtP !eS Timbrcs *'HsW par quantits. Me suo-
Cllolc mettre chantillons avec prix par lui) et par 1.0C0.
THODORE CHAWPION, 13, rue Drouot, Paris
Demandez le vin Winox
Le re onslituant par excellence.
Le V'/iV Wh\U\' est un produit pkarmar,
de premier ordre et une prparation seule d ,1 que
..... " 7' r -* f v^t" wi" soute Ua
genre, sa fabnrution, le vin mme, lanalm
valeur clinique FUmtent. Il diffre absoluml,, ?'a
Vins dits toniques, communmthi vendu*.
Le VWAOA renferme une proportion desub ,
azotes suqneures de \Oo\o celles des vins ta '
ordinaires, ce qui en fan un reconstituant d'une S
activit, dont nrent le plus grand profil les lot
cents, les anmiques et tes tuberculeux. *v*le.
, Le vin nulutif WINOX est un reconsHuant
[ turel qui renferme une proportion plus araruL m
ivraies qualits ncupratives que ttu autre nL
semblable, sans l'adduion des drogues. */'oa'i
Il est hautement recommand patles cAUh
mdicales en Angleterre dans tous les cas d'an* *
nvrite, neurasthnie, gastrite, indigestion amm, '/'
1 Vfalgie, bronchite, phtisie, tiffiubltssemni LrJzl
t des ners o i de eorph *'veux
PKpar Pi. la WUWX COMPANY, Limited "d
Lonch es Angleterre.
En vente en flros et en dtail chez
; Alphonse II a y ns
Agent gnra] pour ls Rpublique d'Ilaiti
Ml RIVALES
Ce sonl les Cigarettes
DE
LA NATIONALE
Apprcies leur juste
valeur par les vrita-
bles connaisseurs.
Grand i \ra bais
Vous trouverez chez
Mme Vve Barbancourl
110, Rue des Csars
w, - or 1.50 le carton
Cigarettes
W Bfc Wfl 7<.50 le mim.
Sale Ex Iraordinary |
OfSBOBS cndHOSIERYl*
llaviic boogbl outerj fr.tiie ^ew Yoik bouse of SHOES, comprisirg
cwrsi bOESS and pairs cf tlie bett known for it.eD.woraen aDd cluldren,
mue wiil be ofered to tlie puLlic tt pness raDBinn frooi lifly per rent to
f*fntyiivefer cmuELOVV THE ACTUAL NEW YORK RETAIL iRI-
. J "e stock ce naists ot a gnerai sssoitmcnt ef boots aod slio.'s in
h ailier and canvas.
Uns m Opporfumly faxr before un in Ibiscounhy An ottorlunity cornes only once m a life Umt\ !
r,u/h8cclfHdvan,agf0ltl,ia tXTRAORDINARY OFFER and ra*ke yoor
li c'iy Vn'TlKsS iiVolSs PW6 DUUal PPr,UnUy ""
tWfnwnumSSik'J!& * ftn "oitment of GENUINE PALM-
,h S ..SJJ S?,RP 1IES CAVS- elc- etc. ail of which wili be efft-
red at ^reetly uductd priera.
I, r 2o SoS^JS^i \0N T,IE 0''EN1NG DAYSATURDAY Novetn
Lu 2o, MO at UU Rue du Magasin de l'Etat. Port au Frince.
HORACE RYAN
y ente Extraordinaire de Souliers
i*V Bonneterie
. iA.yian- tclitl-,, *b\ ork loute "ne maison de cbauisurrs compre-
IL1. SRr .1818 de paiiej de la meilleure qualit pour horDiiifB.
le m mes et Enfants, nous les offrons au public de 5o 75 oio au dessoui
clu piix de dtail actuel New Yok.
rn eufr euu touT"1111 U a880,tiraeDUenral de bottines et de souliets
nui n'6rtrivIiennin.a!i?n lu'on ,n' iamaia vu dans ce paya une occasien
qui n arrive qu'une lois dans la vie ll
xenteVilf rRiemeile lf. exlraordlnire pour faire vos achats pendant cette
ces temps durs occa8,on 8an9 Prcdent d'conomiaer de l'argent m
de dhtniBlpeH8,0Ciiry a U.n a850tbrnent de complets de pure l'slm beseb-
tn s r^fta Cravates, de clispeanx etc etc. le tout offsit d,. ptK
au^Nu^7lV.^M1a^?eveDir,,ouver,ure o"medi VO novembre m
au no i/lo Hue du .Magasin de l'Etat. Fort au Prince.
HORACE RYAN
%

*a


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM