<%BANNER%>







PAGE 1

LH MA.TN La Cour Navale d'Enqute Le cas;de 1 ex lieutenant Lang Nouvelles Etrangres On prte Soulouque d avoir pass Hrdre l ofticur qui cciiimainlatt en ibef d la prison de i oit au Prime, de massacrer tous les prisomiwi ds le premier coup ue feu de l attaque de la ville par les Rpublicains de Geffrard. Ceci se passait en 1859 tt, pat un les prisonniers dont pouvait s'honorer ce mment la pr ison de Ta t au Pi mce, se trouvait Madame Geffrard, C'est ce qui fait dire par Gustave d'Alaux que lorsque le cri d enlhou siasme rvolutionnaire clata au portail S/ losepb, Soulouquc eut un m uveinent de satisfaction, car il crut au cri d'ago me des prisonniers On sait cependant que l ordre barbare ne fut pas excut, bious n en pouvons ma'beuteusem nt dire autant de celui qui fut donn en juillet 19/j lorsque plus de cent victimes expiatoins turent offertes l'inauguration de I ordre de choses qui devau mettre fin nos tiu ries inte>ttnes Ce tut cette horreur qui salua I arti vt de l amiral iape>ton C'en estime pareille, en qualit sinon en proportions, qui irutugure la srie des c vidences qui doivent marquer l action rpressive du haut tribunal que prside l amiral Mayo farce que limche, o il tenait garni son fut attaque par une bande de bri gantis le lieutenant Lang, nous apprend la dposition courageuse du genJaune Adolphe Burgot, Ut sonir de ia pii son bois p isout icis, l'un apis l'autrr, et !ts tua dans la cour de la ptiion Ceci se passa lin 19;8 et coin mencement de 1919 Un ancien lieutenant de la Gendar tuerie, M Ddggct qui entend aujour dhut nier au bnfice de l'ex lieutenant Lang:, ne peut s empcher pourtant de dclarer que, passant ibtval il ai au bien vu tes cadavres de trois ou quatre prisonniers sur la place, surveilles par un gendarme Un autre gendarme, Marins loussaint a assiste, lui aussi, au meurtre d un prisonnier par le mcine lieutenant. Il ajoute que le meurtrier se strvait parlais de l lectricit pour torturer ses admims trs Le cas de lex lieutenant paraissant tris grave, il est autoris se faire as sisler d l un avocat conseil four te guider dans ses dpositions lulures et dans I ins tructton qui s'am.once En prenant connaissance de ce cas, ne per.sons tiens pas spontanm nt l iie de nos violences et reprsailles que tiens iroyons dfunt v ment closts ? y il s agit de tuer des prisonniers et de faire subir destorturts corporelles en m.nt'e de question, on n'a qu fcutlleter l bis toire d Hati pour voir que nois peu vous en remontrer ceux qai pourraient prtendre nous serv r actuellement d du cateurs Lex Itculencnt Lang et tous ceux qui piiwenl se trouver dans son cas mritet.t Us plus svres chtiments four avoir fait revivre au pays ses heures les plus douloureuses et pour avoir ressuscit un pass honteux Ntis n-avons pas besoin de matres dans lart de taire le mal ; mais des ducateurs pour nous aider dans h besoin dvolution vers le progrs qui re pose dans le unir dt tous les hatiens patriotes le Gouvernement des Etals Luis est venu sans doute peur le faire sentir et nous Yen remercions 17 Ncvembre WASHINGTON — La diiivnulion de la fttljiication du co'ou doot le rsultat a t la terme ure de y 11 sieurs manufactures est releve dans Us statistiques du bureau des re en eements dont les chiftrts 11.I uent que pour le mois d'oc obre la COQ sommation du coton dans les manu factures a t la plus faible depuis 0 ans. WASHINGTON — Le seertfaire Da niels annonce que le dpartemei t de la m rme su tiendra j'nquau bout les autorits de 1 acadmie -av la pour fiire disparaitie lea bri mad s de cette in-ti ulion; aucun : brima de ne sera to re et tout lev qui enfreiudra cet ordre sera renvoya de l'cole navale WASHINGTONL'amiral coo'a cinl des oprations 1 avales assis et a aux premires mainnuvrej combi nes des bottes de 1 A. lan iquu et du l'acitijue dans la biie de Pana ma s au large des ciei SUJ aiuri csines au dbat de I mineprocliui ne. L ttc taire de la marine y aseiaiera galement .-. 1! le peut. Le fecreiane Daniels a annonc que la maru.e amricaine voit e art ce que le cib.e que la Western uniju se piopo*! d ttiblir entre Ks bariades et Mianni ne suit pas pes avant que l'ail orisaliou soit rgu lirement accorde. SKB.1STOPOL L'arme du gn rai Prangel eu Urirnaa tst dans une situa ion daeeperee. Les Uotcnevia te* avait brite toute leurs ligues do defeuae attaquent maintenant l'ar-ne Wi'angel eu citant ses propres paio les que l vacua ion de Sebaetopol aura probab tincut lien dimanche. SAINTE MAKGUtB TE. Une gran de cordialit r gaa entre les detega wons italienne et Vougo slave un d.ier donn 1. ai les 1 alieno en Thon Leur ces Vcigo Slivts Lier soir immcdiaieiuei 1 aptes la signature entre Ks aux pays du tiuu qui rgle la quesuon ae l'Adriatique. Des .euUd aux 10 s d I t> ia tt You gjslavie ont et J changes par les pie inieis minifities Gio itu tt Vesuicli e. ce dernier a dclar dans \n.e Courte ahocuiiou que malg toutes ks diilieuitds et LeExcritique les d ('gtions avaient accompli un pr cieux liavril pour le b en C re des (mures guia ions italiennes et Voug's'avjp. PAU S Lsa demie.es tourelles de Crime 1 e paiveuues Constat tino pie disoQ' quel emp oi de g> /. esphy xiant aurait largement connbu a la victoire des Kolcbvistes. Sur la demande de la Fiance les Holebvis te accordrent 8 jours pour l'va cua ion de la Crime. Une dcbe de Hume au Malin annonce que le tiait de Hapallol rer.f inn des dis postions d or .ie conomique m ci tui.t cure qoa le tri dd commer luerce liilie Yougoslave seiau bien tt conclu. Le tiait su au le prelc do v.uable d'uue ailiauco dofeir SiVt. HOME— Mr M. lerani adressa au roi ee tt lie. tions po.r .'accord de ltipallo en le reiueicianl se declaie neureux de reconnatre l'aide pre cieuse %  loyale de a la France au cours dos ngociations. ATilEM'.S — Lee ec looi lg ala liVaf o'j deroulreiit uaus le calme piiiar. Les.piein e s lsultaie ton nus sont l ivurabl S a VeUiZjloa GENEVE— Mi SJ mit est lu pr siueut de la socid.e t'es naton* \>n J vtix sir il xoanta. Daua sa ai .ce 1 n er le conter, u la sjci> de ... tiJ s sur la qu tbO 1 dj U v.l 3 bo c d • Dii) / g H OyOta que le mao dai pour la deteiise uu teit so:t cou lie une puiesanee a laquelle sppar liendia le iiaut commissaire U.i croit aavotr que le conseil dj la Socit des uatioui H uua^e le (emplacement da MrHegiu. Id l'ow.r biu 1 commissaire tt que ce.to dejdiou sera prise u us u • tr s piocbaiie sance Le ilioix se tonera.t sur un puissance 1 eue vraisemblable ment la Norvge. ATHENES Les rsultats d s le: lions des uroviuces sout incomplets il semble quj I opposition gague q ulqaea iio^ f. CONSTANiiNOPLE^Lej Bol.ti v.sies piifitti Sabre u'pol le licou rant. CONSTANTINu 'L-|l.ag'n-'nl WrtUgel va e'eii.baquer iuf un crotttor Hua je. Li p.iau de S basto pol n'est ses coud uee. Favorisez toujours l'Industrie Franaise %  N VOUS eiMVANT Bl L.A LAME^rarLETAILLEFER" Nos LAMES. rbrlque tr , O l'n nouvel a pect d'une des plus, inslilutions indus I iriellei du monde sera iuvoqu f pace chaqu *maine — ^iti,. l'^j-nif %  M Petites Nouvelles Us persvrantes clbrent leur fte dimanche pro. hain, A cette occasion, il y aura belle solennit la Cathdrale. — L'association mixte de l Œuvre chrtienne prpare une grande fte thtrale qui aura lieu dans les premiers jours du mois de Dcembre pro chain.' — Par arrt de Son Excellence le Pr ident de la Rpublique, Monsieur lrrti Romuin tst nomm membre de la Commission communale de l%An se d'Hainault en remplrcem nt de Mr lulius Saint Gourdin, dmissionnaire. — Hier aprs midi le Conseiller communal lloratius Laventure procda d la clbration du mariage de Monsieur Eugne Ixifond avec M elle i tuant Labadie. Nouvel es forces de vieilles sources L'eau et le feu sont les sources d'nergie oui ont fait attira la civilisation de la barbarie tt.la sauvageife Pendant des gnrat.V lea hommes oat .'employ ces sources maladroitement avec des macbfucriea conteuses treopreorSm! dan? I ur capscit et trmement locali dans leur application Aujourd hoi nous entrons dans une nouvelle priode plus grand rende ment parce que noue auons appui transformer lea ?cssourre nt.i FBSMP ,orme 8ie p,u r al,0Dne,,e MKCTaSS Car l lectricit peut ttre produ le au minimum de prix trananortd v ?o e rc g e r motrice'' 81811 8 ^"^^ V0,OQ! eo *E*XB** Uue des grandes contributions de 1 organisation da la — ~* %  la civilisation est qu'elle M pas UaSKPSS^t k^SSlSSSti d'apparei'e pour usage de rlec ricit l'enconlre du courant et est remonte activits ia construction seue-uent. El'e est alle & Le Westingbouee Eltclnc fut i^^.^Z^^'^ ,. du Niagara l avantage de l'homme ,Lee IMoSS^iSS S 1 h'ile 'es icg. tpcon plus conomique et remploient" aeTaTji m IsTlSill^SV d Ql i 0 quelle grce en.grande partie aux ingnieu a du We 5, d e Ccu au la dajoajibl. la vaste distribution del iZ^^Zt^Cl WfiSTlNGUOUSE BLEGIBIJ LNTEK\AT10NAL 3J 105 Broadway New Yoik U. SA Adesss hlyathiqne VVEMCO EXP New-Yok Cette .nurque de labrique est la garantie de la bonne qualit de nos tournilures lectriques. r APARATOS E..EC1 RICCS S> lm\ 1UIObLOS HNF^s U l Cercle; \\Port-au-Princien teJNona apprei.oi.a que le CarclJ qae le organise peur J oit ao-Princien J?7 Novembie ur griddineY'JJ de itcpiion dai^ante. Ce ';rt! mor dain maintien on ne peut DIM heureusement ses tibdiiioni d'enii et de bon grt qui Cooneot une chtt tout paiticuiier de dUtircuoo aes frquente i^unons tt qui iod tout le 6fcret de ieuis succi. | Il e^t bon aussi que | ar CM Un de Ui8leg8te,rctrecccit6 bePienC fasse preuve de vi-i Lie tn liginu contre le decuisgenent et eau musant relalivemeLi ieu defii A. propos de l'pidmia ; Noue paUgeote aLsolunent M o.initi.s du Dr Priisor publiai uuna le "Nouvt l likte" d hier. L'pidmie de livre Huptiveginl du teirein, le vaccin jut qu'ici emp) y tant intllicace psice qce ira ancien. L'tniassement des militu r hpital devient notme ei le a ment arrive c il dratisera lei lia tes di 1 isolment. Noua pensons qu'il vaudrait mil autorieer l'isolement dau* lea aa] 80U8 prives, nalureii luent tout connO.ede l'au toi li mdicale* Echu, il n noua tete plus qf souhaiter qu on itroive dim le pn n-et dlai poesible des tubei vicck vritablement etticacea. Rpublique d'HaU L'on fait savoir tous ce qi gppaitDdra qu'il sera procd ban edi vingt i.oun lire couia dix heur s du malin, dtint Bureau du Service Techniques Il ville, la venu au plus olr et dern tr enchi iaseur dts maux s.i antsqui n'ont pu rclam' dans le dlai lgal. lo Une bournqui soui suuiis, tlampe li.sible, c ptuf •a celte ville 2o Une bourrique soui souri h lampe illisible, capU en cei e ville du cot de la graphie sans fil ao Une bourrique ayant deux oreilles coupes, tamj lisible, capture dans la des VareuX 4c Une bourrique soui gris, tampe illisible, cap* dais la section des Vuitw 5oUnemiles,uspoi'grisf et mpe illsble, capture di sec ion des Vaieux Oo Une mule sout poil roi 'ampe illis.ble, caplure s.clonMornel'Hopiial 7o Un cheval pou" bml, tamp des lettre MJ captur dans la section,des OU Un cheval poulin. wojH rouge deux pieds derrire or envoy par la Gendarmerie 9o Un cheval poulin soi! rouge tamp V. M.capturer la section des Vareux I0o Un pou.in g 1 If. V. R. T. captur lUnsli des Vareux y co Il est bien enendu qae judiciaires doivent payer w ant le montant de leur jdgj lion, sous peine de folle gj Portau Prince 19 Novembre i Le garJien paves Emmanuel du f' ice ,10RIS51 ^mmm.~^~—— A Vendre Aulomohl t B uuL,nlon^ li? yadresserau So 1621 />/



PAGE 1

IE MATIN |8 BOITE Jf| ,TABLES fpASTILLES IDA |, utilisa propos I.T*lrT#lil lUf* v os Bronches, s Poumons tfjf BATTRA Ltxuiei, Bronchites, [grippe, Influenza, i, Emphysme, etc. I SURTOUT EXIGEZ BIEN LES VRITABLES ILLES VALDA! Tendues seulement BOITES portant le nom Vient d arriver Conserves Franaise "Dandieolle & Gaudin'' J.n vente partout et en gros cbtj, l'Agent Corat. L. Preeizmann Aggerboh Rue du Quai. Grand rabais Vous trouverez chez % Bvue jDeux Mondes \ittdf llr.iversitt, Paris Il DE L\ UVKAhON fcier OCTOBRE 19.IJ in et piovtb.s— On ne jter i tou Graid d Hou m de la Po'ogr.e.— 1. Pio •litiques Mauiice Pernot le de Diimudt — Il ( 27 [ij N vembre 1914 > V ce liic'h ,it Franc** %  l les ai?otiajftielhs X X X T d'o .Hi Du caplto'e l|iui Ct cetnb s d HA"louis Be.itand WT,D.rti e putit Un a lie Ranges — Tolslii ttoik', Louis Gilet ilUraire.— Lis remes de ,1c Caidonntl, Andi Beau pue de la quit zaine.— Mis que, Raymond Poiccai (nie Irai ise DE L'ABONNEMENT Un an Six mois Trait nu s 80 Ir. 41 Ir. 21 il 50 I raraiscj 86 fr 41 ir. 2) fr. 50 92 (r. 47 fr. 24 Ir. 50 Ml ft'ttul du lit tt du lj it . 4 f 50— Etranger s francs mer dments sisDay jeune,et Mr et Mme jHtlDy tt ses er.f;n's, Mr 1 Cicion )n Jacques et ses 1 Mr et Mme Louis C. Jean ,Mellc Anna My tb 1, Mm J ohile |n Franois et ses ca [•su que tous les autres pe allis remercient d'une faon srtienlire les amis tant de la iqoede la province qui leur %  .* la pteuve d une relle i l'occasion de la per e tonte prouve en la reison IwrgeUe |**rl/w Henriette In Franais Hm Louxs Vay fc.gsrjdrrie. belle soeur, %  cousine enleve leur aftec [M OJobrecoul. nationale ~ w combattants [ Jpotdre l'aimab'e invita JJWOM de la Soci. trau ,w j*'Mnce, Messieurs les ^wlU, N. C sont pri de "insister i la Messe qui • Uiœanche 21 courant a 8 I .matin 'a Ch pelle de "SeT" ,,0ccasi0L de la [^nocele 18 Novembre 1920 [• IV. Francis it*l. le u S or a certain num iZ Proputy. Hue des ,PPoite tbe imprimerie 1 measuring about 50 et fwh >ofhce, ( R ue du Centre Unie Vve Barbaucourt i 10, Rue des Csars or \ 1.50 le carton NER-VIGOR du Docteur Huxley Prconis par les autorites mdicales pour relever les forces des convalescents puiss par les grandes chaleurs, la neurasthnie, le surmenage et les excs de toutes sortes. En vente dans toutes les pharmacies 7// 2 le millier Ag-.nt: VICTOR GENTIL. Port au Prince Ou conoit bien pourquoi la Hupmobile est parvenue se faire une recG.Dtne mondiale de voilure de suprieure qualit. Le 1 Voiture de la Commodit s'est ecquiae ce te r* put ai. on uniquement en 'crtu de ron apt tude de se m Intenir en bon tat de a rvice pendant de longs mois d usage contint', n'ayant besoin que de tri peu d'alten ien de le part de met ai ici t ni experts Equipement ordinaire Types de crrresieriai Voiture de tourisme cinq place, ou voi ture routire deux placeCompteur de vitesse. Dni rreur lectrique Phares, lampe de tabler, et lanterne arrire. Pare-brise de vue claire en tempe pluvieux. 1 dicateur de niveau d'essence. Indicateur de pression d'huile. Trompe lectrique. Ampre mtre. Poite-msn'esu et repose-pieds. Porte pneus, jante de rechange Tendeleie latraux, Supports de tendelets pour les portiresTapis pour le tonneau Capo'e (noire ou khaki) Compresseur i guiste Pompe, cric, outillage comple Il y a dans ce psys une rgion disponible trs avantageuse pour les pgents et nous serions heureux de recevoir des maison* srieuses et gjlvsble', les demandes concernai cette reprsentation, Hupmobile The HUPP MOTOR Adresse tlgraphique HUPP DTROIT CAR CORPORATION DETROIT E. U. d'A Codes employs Lieber A.B C 5e dition WtfSTERN UNION. Demandez le vin Winox Le re onliluant par excellence. Le VI M Wl\0x est un produit pharmaceutique de pnmier outre et une prparation seule dans son vente, sa fabrication, le vin mme, ana'yse et ta v ileur clinique Fouettent. Il diffre absolument de* vins dits ioniques, communment vendus. Le WISX renferme une proportion de substances azotes suqlneures de \0olo" relies des vins toniques ordinaires, ce qui en fait un reconstituant it une grande activit, dont tirent le plu* grand profit les convalescents, les anmiques et tes tuberculeux. Le vin nul itif \\ INOX es' un reconsti'uant naturel qui renferme une proportion plus grande de vraies qualits rcupratives que tout autre produit semblait*, sans l'addi'ion des drogues. Il est hautement recommand pat les clbrits mdicales en Angleterre dans tous les cas d'anmie, nvrite, neurasthnie, gastrite, indigestion, grippe ni vralgie, bronchite, phtisie, affaiblissement nerveux des ners ou de eorp*. ^5 Prp.rpar la WIAOX COMPANY, Limitai, de Londies Angleterre. i En renie en gros et en dtail chez jjs Alphonse Haynes i *^2 Agent gnral pour la Rpublique d'il ailf* •.~^.J ** %  CIOL.V** Gi and rabais de 15 o\o sur un assortiment de Cigarettes chez MM. Bigio Frres Angle des Rues Courbe et hronts-For's Anciens prix Nouveaux prl* Muraei les lOO or 18 Mnrad les 1000 or 11.50 Fati.ua lu Fa'ima 7,50 11 s.san 10 Hassan 7.50 Avis important Lee Bazar Mtropolitain • annonce sa nombreuse clientle qu'il vient de recevoir par le steamer U&RAVEL1 E : LE & PERRIA'S sauce demi bouteille MJoto 3 C J f c grande bouteille t>y Avec cela un grand assortiment de candies et de'bonbons anglais. *JCœ ut vue Contre la constipation Agit Naturellement, sans douleur Ne fatigue pas les intestins En vente dans toutes les pharmacies Atfent: VICTOR GENTIL. Port u Prince A. Barreyre Ingnieur ^mcanicien Garage Ford Aleier de rpifaUous WE8T INDICSTUADIXG fo Ouvert le dituanche pour la veute de gaaoHne, ^.-aiest A: hu.ld



PAGE 1

I J / 1 JIN Le charme et l'utilit du Cl %  a ~ ii? costume marin Seul sans dou'.e parin loui les nioiirs -jm nins, I costu ne marin aie don remarquable d'fcliapprr aux aprices >e la iind, Uien qu'on la soumette, d'uue poqie a l'au i<\ a de 'fgris mcd lie liions de dtail, son asp c gnral u'en BStjvnils aile: L'vo uiiou di l'uniforme ucs malelois de loul< s les niai nies du mon le, uniforme presque identique liez tous lespeuples.se relie d'une manier j subtile dans sou adaptation si gracieuse rlfgince du beau sexe. On ne saura jamais laquelle dn no aiules aitr huer l'origim dune mode qui s'est dj perptue depuis prs d'un sicle; ou ne connatra jamais le nom de la puite pe sonne avise qui *-esl peut tre amusa un jour pir gaminerie end sserjfa b1o*i*€ au grand col dv.n iraiu in giUn'; q ii l'aura trouve seyante, qui en aura dcoup le patron pour s'en cjnl'.c.ionuer me semblibh et qui aura eu, pir U SJI e das imitatrices m.oinbrjb'esToujours eit-ilj que la VOgM dd CJ cos urne iitnpb mu" jeune •! durai uit. ojuei mais pr* iqae, a suncae a toutes !e> v cisai ui ;s d U faota'uia fminine. La blouse d 1 ma in jo iit o *j >u s, et jis'e irae, da li l'iveur de Ullettes, d s dimiisel es ei des je uns f 3111:11 ;s, tint aux tits-Uair. qu'ei pt.l trangirs. A ompi^iie d'oie jupe large et tombiut droit, soi unie soit plissie, eile omlitue un coUune qii cooVie.it alurauiunut loi< •• por s, notan ne tai lenis, au gjlf, au ciuuagiei au patiui^. Ooja ne vn Uiiit isole, son ut li est viaimeut sans pareillel.a ma sou Hiiitiicui e S'iousr !!at r ( i m any llaltimore Maryland a', st depuis longl uips epcial 8 e dois !a coafection des coau;nes manuen toile, en pique, en sergV en llaneilt, ainsi (| l'en maintes varits d:oITea •i de drap divire. Sa marque de f brique J n K T Ml TOFS bien con iue dm s toutes IM i>V )(. s du p y g nanti l'excell nce tous les pui u de vue de loua Us i ion de tous noi clients. lue D0US1 v! i A E & Vu llepcs n ans LOI 11 i :• Rjoaiists vous messieurs Us po pnuifei d'eu toi, In p* inires, Us impiin eur 1rs p*on b-ew I ; mai chinisics. les nu car KM EF, Us im plcys df ch;min e fer et Us grais seurs. R-'j'uis'iz ton*, messieurs el vous auisi belles danus vous avfz maintenant un ^yant 1res peu roul n t / !" \ ~ '^„ Une atito Buiek ^S^,, 7 S sanle, en bon tat, pneus, cord neufs y '^00 Un camion Chevrolet ^-OQ ( hem Eugne LE BOSS, { X>, Rue dn Quai, .' OITFREZ :. il (MM ni 11 Jlt. ' %  "• '. '*• e d'p il, i ••;• •. L • %  •' "f d..i.. !J bnucht, mnuvtli .t 1 %  ciuetau .., | % %  %  li ; ..iiiii'rs. ..• an di %  i U I' 1 "\\,..\ u rol • %  •"' • r ." urm.mdc ,,.„. • i ,, ;: i )L: \> ii> ulu.c et Ls M lROP$S "OinnoKA ,T ^_ DU MOINS AQUILES • v •' %  I '" le oulrs ctloi do %  %  < % % %  %  m '" %  %  • >' .'.••. le u. .il: i >!>• Ion|uei | d'e), irlmetiH. Il >•• kAi fc p?r l.'t mdecins comme i --, fi pins t ipi v. et ir r'v' %  • i i :u.i contra, S I %  • • ' %  ., 1 lin \cntc 'lani toui^c Inmoaueutre ProRU. T ur *?.::;Co k pics da la d eu saumUie, extnit du cou L lianes du porc, par morceaux de ti pieds carrs coups suiii poids de chaque in f rceau. Cerlified hams, jambons luns, style ang'ais, similaires i jambons imposs d'^Lg'e erre. Hams, Hrealilasl Bacon and Picrct, slyie amiicun, slect cl emball spcialement pour les climats chauds. Xos viandes fumes son m nulieusjmenl enveloppes dansdeUi ttine blau.be pour leur prservation avant d tre mise^en paqat Les produits de WiUon protgent voire labkl Htel Reslaurant bVH'cl l^ea'auranl de, I'-' ven'r se recon mande lor.spoor] b ri se'il ( I la i^M'Iarit de son sriVice, le? voyageuis qui pp? Poil*au Pii ce v Irouveronl pleine sali^aelion. Pcur s'en vaincre on n'a qu' passer au No '225 de la Hue Prou, pr bureau des llprj-pbes (erres'.rcs. Cor.dilioi.s 1res 3ranl?£ei)sef. A WLLA,Proprtlaire. Pharmacie F. Sjouri Angle' deih1lue&$hbux et du Centre 2 Mdailles d'argert Exposnon de Bruzeles i910 Laboratoire de Chimie Mdcale Droguerie, Produiis chimiques et pharmaceutiques. Spcialits ftanaises et amricaine. Piparation de toutes ampoules mdicamenteuses strilisto et injectables. Spcialits, v— Srum rvrosthnique simple et ferrugintux. lodbydrarg/re. Srum ue Morard remplaant le paquet^ rcalcifiants de Perrier et de ^obin* ll.y a toujours en stock : Nevrcsthose' Sirop pectoral, lixir de Pcnsylvanie. Lposilaire du l'IŒVEMJtL Reprsentant des Laboratoires Ter\ L4CT1FERM.— Ferment lactique, contre iilections gastroi tinales et cutanes. LAXsRJNE.-Sroi'iilQue de 1 contipstlo l Cigarettes La Nationale Produits de premier choix Princesse, Encore" LA NATIONALE Voient chaque jour augmenter leur rputation Elles rivalisent avec les meilleures* c i ^ a r elles iuipiirteS; % 



PAGE 1

Quatorzime anne Nos 3936 Port"au Prince,Hiti VeniVdi 10 Novembre 1820 DIRECTEDR-PROPRIETAIRE Clment-MAGLOIRK MAG.STKAT COMMUNAL jl NUMERO 15 CN Ml g, mon S, a. ou i PARTI iiJMTS h mois 0. 2.50 ;oii mois • 7.00 Il RANG Ht Trois mois 8 01 Quotidien innonffs sont irurs au Corrptoir In jjiooat de PuMicii, 9 Ru. Tronchtt, Pi. 19. ai, a}, Ludga'eHiJ), Londres. Si rhomme appliquait au bien la moiti de son nergie qu'il dploie dans la mal, o Qatteiodr ait-il pas. Iules SANDEAU l'.KDACTloN'; Hue Amricaine No, IS* TKLKPROfil; 48 La Cour permanente DE uslice Internationale Suite & Fin Procdure iew ferons un 1 api Je examen d 1 partie du travail. Disons ds ,c Tat que ia procdure dans mble ne diffre gure de ,_. tribunaux ordinaires. Il a ifcrcœent innover dans bien M, va qu'ici les parties dont il sont des Etats Nous nous arplus spcialement sur ces ma pour les tudier spa 8 Ile matire la premite chose I co sidre par le comit, [h langue officielle de la Cour, ivons dj que la Socit des elle-mme a adopt 1 us9ge 1 langues ; le franais et %  Pouvait-il en tre de mme fCour de Justice? ET raison Jrmaneuce da la (Jour, le jug qu'il tait indispenea H donner comme corollaire bence de la langue et elle lia trauais Cependant, la %  fraie uu temprament a t m est prvu le cas ou les plidgantes parlent une mme ijBMis autra que le franais. ^ ( l a facult leur est accorde imar dans cette langue lociiDu de 1 ins'.auc se fait _'.aqute adresse au g r eiTe. ie,o e est motive : c'est- ~*llle indique l'objet du litige, JM les parues en cause. Le lotine la .requte aux inlres "a Secrtaire gnral qui en 1 les membres de la Socit LMaarea conservatoires peu I priaea au seuil dj linsu les circonstances le com *. En ce cas, c'est la coar 4K>uvow d'indiquer, si elle JM les circo .stances l'exi Itteaurea provisoires preo "fia conservation du doit lure est divise en deux Janine crite et l'autre orale. Te comprend la communi F*. pi:e8, Ge le communies •w pari entremise du greie, m dater miae I ordre et les 1 1 leiquels elle doit a'op•Wjodure orale comprend le ~*Mnt des moyena, I auditmoins, experte, agents, jet avocatsyjent la tgle pratique 0 Arbitrage de la Haye o M ont publics qu'excep ,, e J. a vec aaaentiment fc ,iaudience de la Cour de permanente ara publique, iCm ne ,era QO une dro d i* 0 rai80a du double [^Ji iranchigo et de publicit K J Justice, dit le rapport va aiploma ique du aecre', lab.H Lo ur dl Arbitrage, juri iJ dl Plomatique que juri 2JjOQve renverse. V pour iu car c ^ie exception goa, il a t dcide que P^iSi.H n epeut Ie "cor hVli pV^^ode des partie-. SLu^''prserve ie d.oit !" ^a demande, mme quand Waaote par les deux pariSfii^n'ion du comit: VL A 8 P ait,e rgulire^dom!n JaBer le C0Hclu rf ^ eu '."' et condamner i wie saseurer que ces conclusions sont Rnd !ea ? Les par tiea tant des Etat*, le comit a [agi imprudent de prconisele systme qui es gnralement pratiqu dan le droit interne das peuples latins. Il a'est inspir des jurispruiences an glaise et amricaine, qui oxig.it du demandeur qu'il tib isse eu fait et e 1 droit le bien fond de sa demande, pour formuler lart52que voici: "Lor qu'uoo partie ne ae prsenta pis ou s'abstient de faira viloir ses m >yens l'autre partie pau dam n der la Cour de lui adjuger ses cou clusions. La Coar, avant d'y faire dro!\ doit s'assurer non ieulema.it qu'elle wst comptente aux termes desarl. JJ et 31, unis que les conclusions, reposant sur les preuves srieuses, ont fondes en fait et en droit-" Les dlibrations de la Cour sont et restent aer.re'.es.Ses dcisions sont pnaes la majorit des jngas prsents. Comm9 dans les tribunaux ordinaires. Perret est motiv, et, quoi qu'il raentionue les noms dd.s juges oui y 0!it pria par. il n'est aign que du prsident et du greftier. Ici une rgle inconnue dans la procdure ordinaire. Il s'agit de la rdaction de lart'. En cela, l'art. (i dit ; "Si l'arrt n'exprime pas en tout ou en partie, I opinion unanime des juge?, les dissidents ont la facult de demander que leur opposition ou leurs rserves soient consta es. mais sans indication de motifs. Ces dispositions oat t inspires par la ncessit de donner aux juges de la nationalit departies, un moyen de se mettre l abri des reproche s de l'opinion nationale de leurs pays, dans le cas o l'Etat dont ils sont les ressortissants serait dbou l Cepan laot pou /i.ir de mirai r une iiegu t entra lis m>L> as Je la Cou. li Con ti a cru qui au plus atja di g niraltser u facu ociroye par lart. ci dessus repro duit, en l'accordant aux autres juges CJmone cela re sorc du ont • dis i dente.'* L'arrt es^. dliiitif et sans recours. Il appartient & la Coar de liaterpr ter, si les parties le demandent. Il peut :re revue ; mais cette rvision oat subordonne la dcouverte d'un fait nouveau de nature a exer car une influence doisivj. et qui tait inconnu aussi bieu de la Cour que de ia pattia qui demanda la rvi sionFaut-il encore qu'il n'y ait de la part de cette partie, faute a l'iguo rer.A l'expira'ion d ua dhi de cinq ans tojio dmaande de revisioa est fjrclose, et l'ai rt devieut eu ave raio. ,L'art. 01 — prvoit le caa o il s'agit de l'interprtation d'una cota veution laquelle out particip d au trs Etata que le.< parties eu htiga et qua la suutanca raudae est gaie, meut obligitoire poar toua ceux qui interviennent au procs. En ce qui a trait aux l .MU de la procdure, l'art. 02 dit q i'a moins qu'il en soit auremant dcid par la Cour, ctiaque partie supportera se* frais da piuciureJu'il noas sou permis de faire une remarque, pour liiir. Il s'agit de l'indpendance des |uges Cette i.id pendance est proclame, mais es:elle garantie. Cartes, la haute mora* lit des personnages appels si ger la Cour est un gaga da confiai ce pour les jus iciables Dapri la rapport d i Camit, il est /ideit qu un l/.at eu iitigj eat al ma a avoir au bi^e un jj^a da sa oatioU Ecole de Droit aux Gonaives Nous s uhaitons' a^demm ni que le prcm'n Irimestre de Itxe ci;e ne passe pis que Me Edouaid "L\'ortune pease i inaigarr l'Ecole de Droit don il a promis de doter lu ville des Gooaives Lf-sncli: collaboration des Mera b-ei duTrbjml dcagne Pliisier etc e'c lanJ ]\ ms-'e acquisi lioi, il ne raa-a p'u qu'i btir les rgement] de 1 K.o'.e et i rdi-r le: coadtthai d edmifiibtltt! des po lulants. L'un des pointa essenti?li qai pouirait encore retardjr la noble en te-prise da Mi Latortue est la que?tiaa de loca! et de matiriel. Mais eu at enia it que l'Fco'.e puisse y paurvoir, Moisi;ur Charles Ribou!, avocat, Directeur du Lyc;,— s'^u tendant bieu avec Monsieur Fonb ua, Iaspect;urdes E:o'es,— promet de mettre sa disposition une p :e du local de so 1 E ab'is-.eme-u et une partie de son matriel Nous n'ig torons point 1 s rault p'es o.cupations do:it Me Elouard Lato tas ae trouve a^sg dans sa profession. C est peut tre i q io\ et sans au.un d Hit*, il laudrait at l ibuer le rtla-d qu'il met 1 faire eatrer soi projet dins le domaine des faits accomplis. Nous ne 1 en incriminois pas Nous lui demandons s^u'ement d'inaugurer une OEUVRE si utile alora mme qu'il voudrait s'entendre avec uo con frre, qui accepterait de lui la direc lion provisoire ou dfinitive de l'E cole Et si nous avons l'air de tant insis terjiup's de Me Latortue, ce;t que nous envisageois les in ils de la xille et les prc eux bienfaits qui pourront rsulter de sa belle initia tive. LuTfis cl Mm LaQucsttoQ du jour La c Revue .\hdeine prend au jourdl.ui cota-t avec la littrature haitiejne, et par les œuvres de M. Louis MorpeiU, p-olesseur au I-v:e National I;ij, qui nous fiil 1 l-oa neur et leplai i'de nous d Mer uoii de ses livre? : L'Anthologie dit poles contemporains de ( 1914 d 1920 ); des Pages de Jeunesse et de Foi el une (Jzu> vrt d pihi SoeiaU, nal tC> miga rat peut il j-ager et toite iudpjodince e 1 la circanstan rf?Jans la lu,tta froids in'enses d'hiver, sur les bines di uns co'es ? Combien Qns'est dj proccup de le savoir^ -—A Hati cot des cantines scolai res, l'on voiLeuvredu vtement. I œuvre de jeunes apprentis, e'c, aie. qui toutes co Nougat assurer 1 l' ton la scurit ac~-l enseignemnn Evidem ment les hSens sont par dessus tout proccupsNk culture intellec tue le; ils en eatsiar^^l^kiolue n cessit et l'utilit immdiate lia ont l'ambition fort lgitime d offrit des exemples, et de raliser des rsultats, et ils le savent que la cu'ture seule leur vaudra ia chance de monter. A'ors au'our de cet e culture ils or ganisent un rle de sollic tude, de tendresse mne, qii sauvegarde l'ex ist-ace de l'lve, el le met i l'abri du dcouragement et de la lassilade. L'entant qui tudie se seat protg, presque gard 4 vue, mais gard par une inialgcace mille lois gnreuse, el il en conoit la fiert du r'.e auquel on le destine. — Nous remercions M Louis Morpeau de nous avoir lit connatre uae au .si belle œuvre, fertile en exemples gnreux, et pour nous avoir appris apprcier la littratu.e hdtienne i travers son action axiale. Louis CLAUDE Lxlrait de lu Revue Moierne de Montral Caoad.t. No du i) Sep' tembre 1920. Mais enfin prohibe t'on? C'est la question que chacun se pose, et quand c'est un intress, vous deve-5 deviner avec quelle angoisse. hL require a donn son opinion sur le ca; aprs quoi, pliant sa serviette, il a dsert le binquet. Il est bien certain qu'une question, ainsi eil eure en fin de repas par un convive u hte de qulter la table, ne peut re considre comme ayant t suitisament tudie et complt:miat rsolue Le suctesseur de Mr Fquire le s;nt b en, pusquils est laiss piter la louable intention de remettre le sujei i 1 tude et que,la chose ayant e b.uile dans la presse, aucua communiqu. le communiqu est devenu IVy: on lui p ce une tra extrme prudence. Ce:i est une qualit de gouvernement trs prcieuse lorsqu'on en use avec a propos et utilit, mais aussi une faible*!* dangereuse tt compromet inte lorsqu'on la mon* tre hors de propos el dans les moments o J'iuti: de la chose publi que commanie de s'atlirmer. La mesure que le commerce aux abais et pris i 1 improviste rclame aupurdhui des Pouvoirs publics est esseut.ellemeut transitoire : elle est inspire pir des circonstances absolument momentanes c'est un pal1 alif et un enneours ue dtresse. De plus, en attendant qu'on la prenne et dans cet espoir, le com merci emploi,cela va de loi, des mo yens dilatoires et de temporisation. Cir, dans ltal o il est,il n'est pus sible de rien risquer pu squ'il esta la veille de mesures graves, aoit que ses dolances soient prises en consi dratio i, soit que la thorie de M. Fuuire sur la libert ducommerce, — en ralit sur l-inaction des Po vo.rs publics,— soit reprise p r sou successeur. Le moment comnanle doue lac tion. /eaue trop tard, celle-ci sera aopranh, et par coisaueut iuop pouune. Dans ua article tri dotineit, noas avons djt ici mne puis U srie de con.i iiationi qai appaeit la taoide vo.r aujauri mai de tout: lapres;e. M aas a/oas u/04 li liit fil da ti.:, u j:o;a:tioa due 4 U b-aicrie 1 4 ;t ni soaale q u c>i titue le co n nerce, et en a l intrt du consom nateur lui mme. Oi na qu'a consulter 1a marche de la receite do lanire, parcourir le barl de mer et les banques en taisant causer un peu, et se consulter soi mme comme consommateur sur notre capacit de poche et les prten dues occasions quon attendait de liquidations en bloc qai seraient au tant, de dbcles pour se rendre compte que nous n avons pas exag r et que le danger est la. Le Cabinet de Mes Hermann et Llio Malbranche est trausfr & l'e lage de la maison nouvellement C matraita et situe la roe Dauta Da.stouchos, ci devant Pave, presque l'angle des rues Danta Dcs'.ou ches et Hpublicaine, fayula Nord. La Sta Elisabath ... %  1 Asile Franais a loccawM a.h Sic Elisabeth icic piiroiulc liile PraKiis, il y aura messe a U chatmblisstaient h Jnuanclie u N. e courant a 6 heure prcises Uu matin. Ues invuatio.!., ,. U adresses i Uittcrcnlcj personnalits. ^ ^..


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05267
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, November 19, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05267

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatorzime anne Nos 3936
Port"au Prince,Hiti
VeniVdi 10 Novembre 1820
DIRECTEDR-PROPRIETAIRE
Clment-MAGLOIRK
Mag.stkat Communal
jl NUMERO 15 CN Ml
g, mon S, a.ou
i PARTI iiJMTS
h mois 0. 2.50
;oii mois 7.00
Il RANG Ht
Trois mois
8 01
Quotidien
innonffs sont irurs au Corrptoir In
jjiooat de PuMicii, 9 Ru. Tronchtt, Pi-
. 19. ai, a}, Ludga'eHiJ), Londres.
Si rhomme appliquait au
bien la moiti de son ner-
gie qu'il dploie dans la
mal, o Qatteiodr ait-il pas.
Iules SANDEAU
l'.KDACTloN'; Hue Amricaine No, IS*
TKLKPROfil; 48
La Cour permanente
DE
uslice Internationale
Suite & Fin
Procdure
iew
_ ferons un 1 api Je examen d 1
partie du travail. Disons ds
,cTat que ia procdure dans
mble ne diffre gure de
,_. tribunaux ordinaires. Il a
ifcrcent innover dans bien
M, va qu'ici les parties dont il
sont des Etats Nous nous ar-
plus spcialement sur ces
ma pour les tudier spa
8Ile matire la premite chose
I co sidre par le comit,
[h langue officielle de la Cour,
ivons dj que la Socit des
elle-mme a adopt 1 us9ge
1 langues ; le franais et
Pouvait-il en tre de mme
fCour de Justice? Et raison
Jrmaneuce da la (Jour, le
jug qu'il tait indispenea
H donner comme corollaire
bence de la langue et elle
lia trauais Cependant, la
fraie uu temprament a t
m est prvu le cas ou les
plidgantes parlent une mme
ijBMis autra que le franais.
^(lafacult leur est accorde
imar dans cette langue
lociiDu de 1 ins'.auc se fait
_'.aqute adresse au greiTe.
ie,o e est motive : c'est-
~*llle indique l'objet du litige,
JM les parues en cause. Le
lotine la .requte aux inlres
"a Secrtaire gnral qui en
1 les membres de la Socit
LMaarea conservatoires peu
I priaea au seuil dj lins-
u les circonstances le com
*. En ce cas, c'est la coar
4K>uvow d'indiquer, si elle
JM les circo .stances l'exi
Itteaurea provisoires preo
"fia conservation du doit
lure est divise en deux
Janine crite et l'autre orale.
Te comprend la communi
* F*. pi:e8, Ge le communies
w pari entremise du greie,
m dater miae I ordre et les
1 1 leiquels elle doit a'op-
Wjodure orale comprend le
~*Mnt des moyena, I audi-
tmoins, experte, agents,
jet avocats-
yjent la tgle pratique
0 Arbitrage de la Haye o
M ont publics qu'excep
,, eJ.avec aaaentiment
fc,iaudience de la Cour de
permanente ara publique,
iCm ne ,era QO une dro
d i*0 rai80a du double
[^Ji iranchigo et de publicit
KJ Justice, dit le rapport
va aiploma ique du aecre',
lab.HLo,ur dlArbitrage, juri
iJ dlPlomatique que juri
2JjOQve renverse. V pour
iu car*c^ie exception
goa, il a t dcide que
P^iSi.Hnepeut Ie "cor
hVli pV^^ode des partie-.
SLu^''prserve ie d.oit
^a demande, mme quand
Waaote par les deux par-
iSfii^n'ion du comit:
VL A8 Pait,e rgulire-
^dom!nJaBer le* C0Hclu"
rf ^eu'."' et condamner
i wie saseurer que ces
conclusions sont Rnd !ea ? Les par
tiea tant des Etat*, le comit a [agi
imprudent de prconise- le systme
qui es gnralement pratiqu dan
le droit interne das peuples latins. Il
a'est inspir des jurispruiences an
glaise et amricaine, qui oxig.it du
demandeur qu'il tib isse eu fait et
e 1 droit le bien fond de sa deman-
de, pour formuler lart- 52que voici:
"Lor qu'uoo partie ne ae prsenta
pis ou s'abstient de faira viloir ses
m >yens l'autre partie pau dam n
der la Cour de lui adjuger ses cou
clusions.
' La Coar, avant d'y faire dro!\
doit s'assurer non ieulema.it qu'elle
wst comptente aux termes desarl.
JJ et 31, unis que les conclusions,
reposant sur les preuves srieuses,
ont fondes en fait et en droit-"
Les dlibrations de la Cour sont
et restent aer.re'.es.Ses dcisions sont
pnaes la majorit des jngas pr-
sents. Comm9 dans les tribunaux
ordinaires. Perret est motiv, et, quoi
qu'il raentionue les noms dd.s juges
oui y 0!it pria par. il n'est aign que
du prsident et du greftier.
Ici une rgle inconnue dans la
procdure ordinaire. Il s'agit de la
rdaction de lart'. En cela, l'art.
(i dit ;
"Si l'arrt n'exprime pas en tout
ou en partie, I opinion unanime des
juge?, les dissidents ont la facult de
demander que leur opposition ou
leurs rserves soient consta es.
mais sans indication de motifs. '
Ces dispositions oat t inspires
par la ncessit de donner aux juges
de la nationalit de- parties, un mo-
yen de se mettre l abri des repro-
che s de l'opinion nationale de leurs
pays, dans le cas o l'Etat dont ils
sont les ressortissants serait dbou
l Cepan laot pou /i.ir de mirai r
une iiegu t entra lis m>L> as Je
la Cou. li Con ti a cru qui au
plus atja di g niraltser u facu
ociroye par lart. ci dessus repro
duit, en l'accordant aux autres juges
CJmone cela re sorc du ont dis i
dente.'*
L'arrt es^. dliiitif et sans recours.
Il appartient & la Coar de liaterpr
ter, si les parties le demandent. Il
peut :re revue ; mais cette rvision
oat subordonne la dcouverte
d'un fait nouveau de nature a exer
car une influence doisivj. et qui
tait inconnu aussi bieu de la Cour
que de ia pattia qui demanda la rvi
sion- Faut-il encore qu'il n'y ait de
la part de cette partie, faute a l'iguo
rer.A l'expira'ion d ua dhi de cinq
ans tojio dmaande de revisioa est
fjrclose, et l'ai rt devieut eu ave
raio.
,L'art. 01 prvoit le caa o il
s'agit de l'interprtation d'una cota
. veution laquelle out particip d au
trs Etata que le.< parties eu htiga
et qua la suutanca raudae est gaie,
meut obligitoire poar toua ceux qui
interviennent au procs.
En ce qui a trait aux l .mu de la
procdure, l'art. 02 dit q i'a moins
qu'il en soit auremant dcid par
la Cour, ctiaque partie supportera
se* frais da piuciure-
Ju'il noas sou permis de faire une
remarque, pour liiir. Il s'agit de
l'indpendance des |uges Cette i.id
pendance est proclame, mais es:-
elle garantie. Cartes, la haute mora*
lit des personnages appels si
ger la Cour est un gaga da confiai
ce pour les jus iciables Dapri la
rapport d i Camit, il est /ideit
qu un l/.at eu iitigj eat al ma a
avoir au bi^e un jj^a da sa oatio-
U Ecole de Droit
aux Gonaives
Nous s uhaitons' a^demm ni que
le prcm'n Irimestre de Itxe ci;e ne
passe pis que Me Edouaid "L\'ortu-
ne pease i inaigarr l'Ecole de
Droit don il a promis de doter lu
ville des Gooaives
L- f-sncli: collaboration des Mera
b-ei duTrbjml d Valeocoax Pi$3Uft,A>cagne Pliisier
etc e'c lan- J ]\ m- s-'e acquisi
lioi, il ne raa-a p'u qu'i btir les
rgement] de 1 K.o'.e et i rdi-r
le: coadtthai d edmifiibtltt! des
po lulants.
L'un des pointa essenti?li qai
pouirait encore retardjr la noble en
te-prise da Mi Latortue est la que?-
tiaa de loca! et de matiriel. Mais
eu at enia it que l'Fco'.e puisse y
paurvoir, Moisi;ur Charles Ribou!,
avocat, Directeur du Lyc;, s'^u
tendant bieu avec Monsieur Fon-
b ua, Iaspect;urdes E:o'es, pro-
met de mettre sa disposition une
p :e du local de so 1 E ab'is-.eme-u
et une partie de son matriel
Nous n'ig torons point 1 s raul-
t p'es o.cupations do:it Me Elouard
Lato tas ae trouve a^sg dans sa
profession. C est peut tre i q io\
et sans au.un d Hit*, il laudrait at
l ibuer le rtla-d qu'il met 1 faire
eatrer soi projet dins le domaine
des faits accomplis. Nous ne 1 en
incriminois pas Nous lui deman-
dons s^u'ement d'inaugurer une
OEUVRE si utile alora mme qu'il
voudrait s'entendre avec uo con
frre, qui accepterait de lui la direc
lion provisoire ou dfinitive de l'E
cole
Et si nous avons l'air de tant insis
terjiup's de Me Latortue, ce;t que
nous envisageois les in ils de la
xille et les prc eux bienfaits qui
pourront rsulter de sa belle initia
tive.
LuTfis cl Mm LaQucsttoQ du jour
La c Revue .\hdeine prend au
jourdl.ui cota-t avec la littrature
haitiejne, et par les uvres de M.
Louis MorpeiU, p-olesseur au I-v:e
National I;ij, qui nous fiil 1 l-oa
neur et leplai i'de nous d Mer uoii
de ses livre? : L'Anthologie dit poles
contemporains de ( 1914 d 1920 ); des
Pages de Jeunesse et de Foi el une (Jzu>
vrt d pihi SoeiaU,
nal t- C> miga rat peut il j-ager et
toite iudpjodince e 1 la circanstan
rf?Jans la lu,tta de sa conscUdco, le sentiment patri
otique ne l'emportera t-tl pa^ ses
devoirs de juge ? Certainement le
Comit a envisag catte situa'ion,
puisque nous trouvons des traces
de son apprhension dans soa com-
mentaire de l'art 5'i ci devaut cit,
o il fournit ce magistrat le racyen
de se mat re l'abri des reprochai
da l'opinion nationale de aoytuys,
dans le cas o il aurait rerh'pli stri:
tement sas devoirs de juga, sans
gard aucun autre sentiment.
Comma nous le disions pms h au'.
nous n'avons pas l'autorit ncassai
re poar faire la moindre suggestion.
Ca travail n'est qu'un avant projet.et
ilvapaaser par lasaoc ion del'Assem
ble qui doit se runir le 13 novem-
bre prochain- A co de la haute
comptence qui a prsid so 1 la
boratioo. il faut notnr la clart des
taxtas. Ces deux faneurs, eux seuls
fout de cet avant projat une uvro
vraiment rtjmarqjabie
L'organisation de la Cour de Jus
ticj Internationale telle qu'elle est
projete, constituera, n'en pas
douter, un progcs marqu dans le
domaine du Droit International.
Il y a un principe qui est la base
de la stabilit sociale dans le droit
iutorne, et qai constitue la garantie
da chacun. Il s nonce ainsi ; Nul
ne peut se rendre justice lui m-
me. Ca principe doit galement do-
miner I organisation judiciaire in ter
nationale.
Les Etals peuvent iLs re diecipli-
us par la co itraint \ com ne il en
est des indiviius ? Tel est la pro-
blme que doit rsoudro la Socit
des Nation A. T.
Nous laisjerous notre Gif que
littraire le soin d'api ;ier les po es
hut tus, dans l'uni da ces analyses
profonles et justes, dont il a la ma
D re,et no as ne donnero is ici qu'un
b.f apc.i d: I avre de M. Louis
Morpeao. C-st auteur nous parai'
pris d uvres de piti social?, on
me il crit si b en. cl les pa^.'s qui!
consicra la C.useds Ecoles d:
Port au Pr.uce nous paraissent aii
rnei de la plus sab'ime clurit. i:
la plus intense humanit. Hati don
ne l'lu: uion primaire et suprieure
biolumeat gratuitement Gela nous
apparat cotnnu uie sor'e de terre
promue. M is nos am s de la Gre
Rpub iqae 0 it compris qu'il fallait
do.in.rle pundu corps ta mira S
temps que celui dcl'esp it et qu'il et vit
inutile d : demiadt i l'enfant qui n'a-
vaitpasmiDg.l'tlioMintelleciuel qui
lui permettrait de s'instruire. A!or*,
1 on s'est proccup de nos trif les en-
fants. M. Louis Morpsau, par des cita
tion mouvantes, nous prouve tout le
bien qu a:complit et U piti sociale,
devant laquelle nous nous inclinons
av;c l'immense dsir de la voir ra
Use ch z nous Combien de nos
enfints, mil v as, et pis du tout
nourr.s salignent-ils chaque matin,
p;rno> froids in'enses d'hiver, sur
les bines di uns co'es ? Combien
Qns'est dj proccup de le savoir^
-A Hati cot des cantines scolai
res, l'on voiLeuvredu vtement. I uvre
de jeunes apprentis, e'c, aie. qui toutes
co Nougat assurer 1 l' ton la s-
curit ac~-l enseignemnn-. Evidem
ment les hSens sont par dessus
tout proccupsNk culture intellec
tue le; ils en eatsiar^^l^kiolue n
cessit et l'utilit immdiate lia ont
l'ambition fort lgitime d offrit des
exemples, et de raliser des rsultats,
et ils le savent que la cu'ture seule
leur vaudra ia chance de monter.
A'ors au'our de cet e culture ils or
ganisent un rle de sollic tude, de
tendresse mne, qii sauvegarde l'ex
ist-ace de l'lve, el le met i l'abri
du dcouragement et de la lassilade.
L'entant qui tudie se seat protg,
presque gard 4 vue, mais gard par
une inialgcace mille lois gnreuse,
el il en conoit la fiert du r'.e au-
quel on le destine. Nous remer-
cions M Louis Morpeau de nous
avoir lit connatre uae au .si belle
uvre, fertile en exemples gnreux,
et pour nous avoir appris apprcier
la littratu.e hdtienne i travers son
action axiale.
Louis CLAUDE
Lxlrait de lu Revue Moierne
de Montral Caoad.t. No du i) Sep'
tembre 1920.
Mais enfin prohibe t'on?
C'est la question que chacun se
pose, et quand c'est un intress,
vous deve-5 deviner avec quelle an-
goisse.
hL require a donn son opinion
sur le ca; aprs quoi, pliant sa ser-
viette, il a dsert le binquet. Il est
bien certain qu'une question, ainsi
eil eure en fin de repas par un con-
vive u hte de qulter la table, ne
peut re considre comme ayant
t suitisament tudie et complt:-
miat rsolue
Le suctesseur de Mr Fquire le
s;nt b en, pusquils est laiss piter
la louable intention de remettre le
sujei i 1 tude et que,la chose ayant
e b.uile dans la presse, aucua
communiqu. le communiqu est
devenu iv journalires gjumoemenules, au
cun comnuiiqu n'est venu dire
que la que;t.o.i tau considre ab-
solu nint close par leGouvernement.
Ou prte plus que de intentions
i M R>y: on lui p ce une tra ex-
trme prudence. Ce:i est une qualit
de gouvernement trs prcieuse lors-
qu'on en use avec a propos et utilit,
mais aussi une faible*!* dangereuse
tt compromet inte lorsqu'on la mon*
tre hors de propos el dans les mo-
ments o J'iuti: de la chose publi
que commanie de s'atlirmer.
La mesure que le commerce aux
abais et pris i 1 improviste rclame
aupurdhui des Pouvoirs publics est
esseut.ellemeut transitoire : elle est
inspire pir des circonstances abso-
lument momentanes c'est un pal-
1 alif et un enneours ue dtresse.
De plus, en attendant qu'on la
prenne et dans cet espoir, le com
merci emploi,cela va de loi, des mo
yens dilatoires et de temporisation.
Cir, dans ltal o il est,il n'est pus
sible de rien risquer pu squ'il esta
la veille de mesures graves, aoit que
ses dolances soient prises en consi
dratio i, soit que la thorie de M.
Fuuire sur la libert ducommerce,
en ralit sur l-inaction des Po
vo.rs publics, soit reprise p r sou
successeur.
Le moment comnanle doue lac
tion. /eaue trop tard, celle-ci sera
aopranh, et par coisaueut iuop
pouune.
Dans ua article tri dotineit,
noas avons djt ici mne puis U
srie de con.i iiationi qai appaeit
la taoide vo.r aujaurimai de tout:
lapres;e. M aas a/oas u/04 li liit
fil da ti.:, u j:o;a:tioa due 4 U
b-aicrie 1 4;t ni soaale q u c>i
titue le co n nerce, et en a l intrt
du consom nateur lui mme.
Oi na qu'a consulter 1a marche
de la receite do lanire, parcourir le
barl de mer et les banques en taisant
causer un peu, et se consulter soi
mme comme consommateur sur
notre capacit de poche et les prten
dues occasions quon attendait de
liquidations en bloc qai seraient au
tant, de dbcles pour se rendre ,
compte que nous n avons pas exag
r et que le danger est la.
Le Cabinet de Mes Hermann et
Llio Malbranche est trausfr & l'e
lage de la maison nouvellement
C matraita et situe la roe Dauta
Da.stouchos, ci devant Pave, pres-
que l'angle des rues Danta Dcs'.ou
ches et Hpublicaine, fayula Nord.
La Sta Elisabath
... 1 Asile Franais
a loccawM a.- h Sic Elisabeth icic piiroiulc
liile PraKiis, il y aura messe a U cha-
tmblisstaient h Jnuanclie u N.
e courant a 6 heure prcises Uu matin.
Ues invuatio.!., ,. U adresses i Uittcrcnlcj
personnalits. ^
.
'

^..


LH MA.TN
La Cour Navale
d'Enqute
Le cas;de 1 ex lieutenant Lang
Nouvelles Etrangres
On prte Soulouque d avoir pass
Hrdre l ofticur qui cciiimainlatt en
ibef d la prison de i oit au Prime, de
massacrer tous les prisomiwi ds le
premier coup ue feu de l attaque de la
ville par les Rpublicains de Geffrard.
Ceci se passait en 1859 tt, pat un les
prisonniers dont pouvait s'honorer ce
mment la pr ison de Ta t au Pi mce,
se trouvait Madame Geffrard,
C'est ce qui fait dire par Gustave
d'Alaux que lorsque le cri d enlhou
siasme rvolutionnaire clata au portail
S/ losepb, Soulouquc eut un m uveinent
de satisfaction, car il crut au cri d'ago
me des prisonniers
On sait cependant que l ordre barbare
ne fut pas excut, bious n en pouvons
ma'beuteusem nt dire autant de celui
qui fut donn en juillet 19/j lorsque
plus de cent victimes expiatoins turent
offertes l'inauguration de I ordre de
choses qui devau mettre fin nos tiu ries
inte>ttnes
Ce tut cette horreur qui salua I arti
vt de l amiral iape>ton C'en estime
pareille, en qualit sinon en proportions,
qui irutugure la srie des c vidences
qui doivent marquer l action rpressive
du haut tribunal que prside l amiral
Mayo
farce que limche, o il tenait garni
son fut attaque par une bande de bri
gantis le lieutenant Lang, nous apprend
la dposition courageuse du genJaune
Adolphe Burgot, Ut sonir de ia pii
son bois p isout icis, l'un apis
l'autrr, et !ts tua dans la cour de la
ptiion Ceci se passa lin 19;8 et coin
mencement de 1919
Un ancien lieutenant de la Gendar
tuerie, M Ddggct qui entend aujour
dhut nier au bnfice de l'ex lieutenant
Lang:, ne peut s empcher pourtant de
dclarer que, passant ibtval il ai au
bien vu tes cadavres de trois ou quatre
prisonniers sur la place, surveilles par
un gendarme
Un autre gendarme, Marins loussaint
a assiste, lui aussi, au meurtre d un
prisonnier par le mcine lieutenant. Il
ajoute que le meurtrier se strvait parlais
de l lectricit pour torturer ses admims
trs
Le cas de lex lieutenant paraissant
tris grave, il est autoris se faire as
sisler dlun avocat conseil four te guider
dans ses dpositions lulures et dans I ins
tructton qui s'am.once
En prenant connaissance de ce cas,
ne per.sons tiens pas spontanm nt
l iie de nos violences et reprsailles que
tiens iroyons dfunt v ment closts ? y il
s agit de tuer des prisonniers et de faire
subir destorturts corporelles en m.nt'e
de question, on n'a qu fcutlleter l bis
toire d Hati pour voir que nois peu
vous en remontrer ceux qai pourraient
prtendre nous serv r actuellement d du
cateurs
Lex Itculencnt Lang et tous ceux qui
piiwenl se trouver dans son cas mritet.t
Us plus svres chtiments four avoir
fait revivre au pays ses heures les plus
douloureuses et pour avoir ressuscit un
pass honteux
Ntis n-avons pas besoin de matres
dans lart de taire le mal ; mais des
ducateurs pour nous aider dans h
besoin dvolution vers le progrs qui re
pose dans le unir dt tous les hatiens
patriotes
le Gouvernement des Etals Luis est
venu sans doute peur le faire sentir et
nous Yen remercions
17 Ncvembre
WASHINGTON La diiivnulion
de la fttljiication du co'ou doot le
rsultat a t la terme ure de y 11
sieurs manufactures est releve dans
Us statistiques du bureau des re en
eements dont les chiftrts 11.I uent
que pour le mois d'oc obre la coq
sommation du coton dans les manu
factures a t la plus faible depuis 0
ans.
Washington Le seertfaire Da
niels annonce que le dpartemei t
de la m rme su tiendra j'nquau
bout les autorits de 1 acadmie -a-
v la pour fiire disparaitie lea bri
mad s de cette in-ti ulion; aucun :
brima de ne sera to re et tout
lev qui enfreiudra cet ordre sera
renvoya de l'cole navale
Washington- L'amiral coo'a
cinl des oprations 1 avales assis et a
aux premires mainnuvrej combi
nes des bottes de 1 A. lan iquu et
du l'acitijue dans la biie de Pana
ma s au large des ciei suj aiuri
csines au dbat de I mine- procliui
ne. L ttc taire de la marine y
aseiaiera galement .-. 1! le peut.
Le fecreiane Daniels a annonc
que la maru.e amricaine voit e art
ce que le cib.e que la Western
uniju se piopo*! d ttiblir entre Ks
bariades et Mianni ne suit pas pes
avant que l'ail orisaliou soit rgu
lirement accorde.
SKB.1STOPOL L'arme du gn
rai Prangel eu Urirnaa tst dans une
situa ion daeeperee. Les Uotcnevia
te* avait brite toute leurs ligues do
defeuae attaquent maintenant l'ar-ne
Wi'angel eu citant ses propres paio
les que l vacua ion de Sebaetopol
aura probab tincut lien dimanche.
SAINTE MAKGUtB TE. Une gran
de cordialit r gaa entre les detega
wons italienne et Vougo slave un
d.ier donn 1. ai les 1 alieno en Thon
Leur ces Vcigo Slivts Lier soir
immcdiaieiuei 1 aptes la signature
entre Ks aux pays du tiuu qui
rgle la quesuon ae l'Adriatique.
Des .euUd aux 10 s d I t> ia tt You
gjslavie ont etj changes par les pie
inieis minifities Gio itu tt Vesuicli
e. ce dernier a dclar dans \n.e
Courte ahocuiiou que malg toutes
ks diilieuitds et LeExcritique les
d ('gtions avaient accompli un pr
cieux liavril pour le b en C re des
(mures guia ions italiennes et
Voug's'avjp.
PAU S Lsa demie.es tourelles
de Crime1 e paiveuues Constat tino
pie disoQ' quel emp oi de g> /. esphy
xiant aurait largement connbu a
la victoire des Kolcbvistes. Sur la
demande de la Fiance les Holebvis
te accordrent 8 jours pour l'va
cua ion de la Crime. Une dcbe
de Hume au Malin annonce que le
tiait de Hapallol rer.f inn des dis
postions d or .ie conomique m ci
tui.t cure qoa le tri dd commer
luerce liilie Yougoslave seiau bien
tt conclu. Le tiait su au le prelc
do v.uable d'uue ailiauco dofeir
SiVt.
HOME Mr M. lerani adressa au
roi ee tt lie. tions po.r .'accord de
ltipallo en le reiueicianl se declaie
neureux de reconnatre l'aide pre
cieuse loyale de ala France au
cours dos ngociations.
ATilEM'.S Lee ec looi lg ala
liVaf o'j deroulreiit uaus le calme
piiiar. Les.piein e s lsultaie ton
nus sont l ivurabl s a VeUiZjloa
GENEVE Mi Sj mit est lu pr
siueut de la socid.e t'es naton* \>n
J vtix sir il xoanta. Daua sa
ai .ce 1 n er le conter, u la sjci>
de ... tiJ s sur la qu tbO 1 dj U v.l 3
bo c d Dii) / g h OyOta que le mao
dai pour la deteiise uu teit so:t cou
lie une puiesanee a laquelle sppar
liendia le iiaut commissaire U.i croit
aavotr que le conseil dj la Socit
des uatioui h uua^e le (emplace-
ment da MrHegiu. Id l'ow.r biu1
commissaire tt que ce.to dejdiou
sera prise u us u tr s piocbaiie
sance Le ilioix se tonera.t sur
un puissance 1 eue vraisemblable
ment la Norvge.
ATHENES Les rsultats d s le:
lions des uroviuces sout incomplets
il semble quj I opposition gague
q ulqaea iio^ f.
CONSTANiiNOPLE^- Lej Bol.ti
v.sies piifitti Sabre u'pol le licou
rant.
CONSTANTINu 'L-|- l.ag'n-'nl
WrtUgel va e'eii.baquer iuf un
crotttor Hua je. Li p.iau de S basto
pol n'est ses coud uee.
Favorisez toujours
l'Industrie Franaise
N VOUS eiMVANT
Bl L.A
LAME^rarLETAILLEFER"
Nos LAMES. rbrlque tr ibMlURwni ineomptrtblas. iodi t doubla tranchant a'adapiani l tous lea raaini*
LAMES mt KASOIHS TAILLEFER trouvent PAftTOOT
ENVOI FRANCO SUH UCMANbS DU CATALOGUE ILLUSTR
USINE ELECTBIQU MODLE I. CeOR.IOrjtl.
. i.'JlrtlUn, T II BUREAUX s 2. roc Docttar-Bally. GRENOBLE (l^.
Ncrologie
Mercredi aprfo midi,au mileeu d'un
convoi d'amis et d anciens lves de Mr
Gabriel Pierre, IHrecteur et fondateur
de I Ecole de Commerce de Port au
Prince, ont tu l eu les funrailles du
regrett ma tre qui, durant prs dun
quart de sicle s adonna d l'instruc-
tion de la jeunesse hatienne.
Au cimetire Mr H. Cluncy dposa
une couronne sur la tombe du dfun',
expression des reyrets des lves de
l'Ecole de Commerce-
Puis it retraa brivement et dans
une louchante improvisation, la vie
toute de dvou- ment du maitre la
jtunesse.
La r.daclion da Ma in renouvelle tes
sympathiques condolances^ la fa
mille d 1 dfunt- ~-<
Civile Sieaiusliip
Company
( FOREIGN SERVICES )
Le ||I < Lake Sunapee est a.tea-
du i:i le 22 du cojunt venant de
New York via les por.s du Nord. Il
laissera le mm: jour pour Ftlit-
Gove, |acmel et Aquia d'o il con-
tinuera pour Osrnerara, Paramaribo,
St L lurent et Cayenne.
Port ai Prince le 16 Novembre 1920
C. F. CLEMENTS
General Agents
A louer
A Plioii* Ville une maison bien
situs ayant toutes ses dpendan
ces, bassin- curie, remise
S'adresser rue.UourbjXo 1/32
^**^
nn v ni*
SrH
\i\wrm
/"N.
>,
O
l'n nouvel a
pect d'une des plus,
inslilutions indus I
iriellei du monde
sera iuvoqu f *
pace chaqu *maine
' ^iti,.
l'^j-nif
M
Petites Nouvelles
Us persvrantes clbrent leur fte
dimanche pro. hain, A cette occasion,
il y aura belle solennit la Cath-
drale.
L'association mixte de l uvre
chrtienne prpare une grande fte
thtrale qui aura lieu dans les pre-
miers jours du mois de Dcembre pro
chain.'
Par arrt de Son Excellence le
Pr ident de la Rpublique, Monsieur
lrrti Romuin tst nomm membre
de la Commission communale de l%An
se d'Hainault en remplrcem nt de Mr
lulius Saint Gourdin, dmissionnaire.
Hier aprs midi le Conseiller
communal lloratius Laventure proc-
da d la clbration du mariage de
Monsieur Eugne Ixifond avec M elle
i tuant Labadie.
Nouvel es forces de vieilles sources
L'eau et le feu sont les sources d'nergie oui ont fait attira la
civilisation de la barbarie tt.la sauvageife
Pendant des gnrat.V lea hommes oat .'employ ces sources mala-
droitement avec des macbfucriea conteuses treopreorSm! dan?
I ur capscit et trmement locali dans leur application
Aujourd hoi nous entrons dans une nouvelle priode plus grand rende
ment parce que noue auons appui transformer lea ?cssourre nt.i
FbSmP ,orme 8ie p,u*ral,0Dne,,e MKCTaSS
Car l lectricit peut ttre produ le au minimum de prix trananortd v
?oercger motrice''81811"8 ^"^^ V0,OQ! -eo *E*XB**
Uue des grandes contributions de 1 organisation da la ~--*
la civilisation est qu'elle M pas UaSKPSS^t k^SSlSSSti
d'apparei'e pour usage de rlec ricit
l'enconlre du courant et est remonte
activits ia construction
seue-uent. El'e est alle &
Le Westingbouee Eltclnc fut i^^.^Z^^'^ ,.
du Niagara l avantage de l'homme ,Lee IMoSS^iSS S
1 h'ile
'es icg.
tpcon plus conomique et remploient" aeTaTji m IsTlSill^SV d'Qli0
quelle grce en.grande partie aux ingnieu a du We 5,de Ccu'au'la
dajoajibl. la vaste distribution del iZ^^Zt^Cl
WfiSTlNGUOUSE BLEGIBIJ LNTEK\aT10NAL 3j
105 Broadway New Yoik U. S- A
Adesss hlyathiqne VVEMCO EXP New-Yok
Cette .nurque de la-
brique est la garantie de
la bonne qualit de nos
tournilures lectriques.
r APARATOS E..EC1 RICCS S> lm\ 1UIObLOS HNF^s
U l Cercle;
\\Port-au-Princien
teJNona apprei.oi.a que le CarclJ
qae le
organise peur
Joit ao-Princien
J?7 Novembie ur griddineY'JJ
de itcpiion dai^ante. Ce ';rt!
mor dain maintien on ne peut dIm
heureusement ses tibdiiioni d'enii
et de bon grt qui Cooneot une
chtt tout paiticuiier de dUtircuoo
aes frquente i^unons tt qui iod
tout le 6fcret de ieuis succi.
| Il e^t bon aussi que | ar cm Un
de Ui8leg8te,rctrecccit6 bePienC
fasse preuve de vi-i Lie tn liginu
contre le decuisgenent et eau
musant relalivemeLi ieu defii
A. propos de l'pidmia ;
Noue paUgeote aLsolunent m
o.initi.s du Dr Priisor publiai
uuna le "Nouvtllikte" d hier.
L'pidmie de livre Huptiveginl
du teirein, le vaccin jutqu'ici emp)
y tant intllicace psice qce ira
ancien. L'tniassement des militu
r hpital devient notme ei le a
ment arrive c il dratisera lei lia
tes di 1 isolment.
Noua pensons qu'il vaudrait mil
autorieer l'isolement dau* lea aa]
80U8 prives, nalureii luent tout
connO.ede l'au toi li mdicale*
Echu, il n noua tete plus qf
souhaiter qu on itroive dim le pn
n-et dlai poesible des tubei vicck
vritablement etticacea.
Rpublique d'HaU
L'on fait savoir tous ce qi
gppaitDdra qu'il sera procd
ban edi vingt i.oun lire couia
dix heur s du malin, dtint
Bureau du Service Techniques
Il ville, la venu au plus olr
et dern tr enchi iaseur dts
maux s.i antsqui n'ont pu
rclam' dans le dlai lgal.
lo Une bournqui soui
suuiis, tlampe li.sible, c ptuf
a celte ville
2o Une bourrique soui
souri h lampe illisible, capU
en cei e ville du cot de la
graphie sans fil
ao Une bourrique ayant
deux oreilles coupes, tamj
lisible, capture dans la
des VareuX
4c Une bourrique soui
gris, tampe illisible, cap*
dais la section des Vuitw
5oUnemiles,uspoi'grisf
et mpe illsble, capture di
sec ion des Vaieux
Oo Une mule sout poil roi
'ampe illis.ble, caplure
s.clonMornel'Hopiial
7o Un cheval pou"
bml, tamp des lettre MJ
captur dans la section,des
OU Un cheval poulin. wojH
rouge deux pieds derrire or
envoy par la Gendarmerie
9o Un cheval poulin soi!
rouge tamp V. M.capturer
la section des Vareux
I0o Un pou.in g 1 If.
V. R. T. captur lUnsli
des Vareux __y
co
Il est bien enendu qae
judiciaires doivent payer w
ant le montant de leur jdgj
lion, sous peine de folle gj
Portau Prince 19 Novembre i
Le garJien
paves
Emmanuel *
du f'ice
,10RIS51
^mmm.~^~
A Vendre
AulomohltBuuL,nlon^li?
yadresserau So 1621 />/-


IE MATIN
|8 BOITE *
Jf|,TABLES
fpASTILLES
IDA
|, utilisa propos
I.T*lrT#lil
lUf*vos Bronches,
s Poumons
tfjfBATTRA
Ltxuiei, Bronchites,
[grippe, Influenza,
i, Emphysme, etc.
I SURTOUT
EXIGEZ BIEN
LES VRITABLES
illes VALDA!
Tendues seulement
BOITES
portant le nom
Vient d arriver
Conserves Franaise "Dandieolle & Gaudin''
J.n vente partout et en gros cbtj, l'Agent Corat.
L. Preeizmann Aggerboh
Rue du Quai.
Grand rabais
Vous trouverez chez
%
Bvue
jDeux Mondes
\ittdf llr.iversitt, Paris
Il DE L\ UVKAhON
fcier OCTOBRE 19.IJ
in et piovtb.s On ne
jter i tou Graid d Hou
m de la Po'ogr.e. 1. Pio
litiques Mauiice Pernot
le de Diimudt Il ( 27
[ij N vembre 1914 > V ce
liic'h
,it Franc** l les ai?otia-
jftielhs X X X
T d'o .- Hi Du caplto'e
l|iui Ct cetnb s d Ha-
"louis Be.itand
Wt,- D.rti e putit Un a
lie Ranges Tolslii
ttoik', Louis Gilet
ilUraire. Lis remes de
,1c Caidonntl, Andi Beau
pue de la quit zaine. Mis
que, Raymond Poiccai
(nie Irai ise
DE L'ABONNEMENT
Un an Six mois Trait nu s
80 Ir.
41 Ir.
21 il 50
Iraraiscj 86 fr 41 ir. 2) fr. 50
92 (r. 47 fr. 24 Ir. 50
Ml ft'ttul du lit tt du lj it
. 4 f 50 Etranger s francs
mer dments
sisDay jeune,et Mr et Mme
jHtlDy tt ses er.f;n's, Mr
1 Cicion )n Jacques et ses
1 Mr et Mme Louis C. Jean
,Mellc Anna My tb 1, Mm j
' ohile |n Franois et ses ca
[su que tous les autres pe
* allis remercient d'une faon
srtienlire les amis tant de la
iqoede la province qui leur
.* la pteuve d une relle
i l'occasion de la per e
tonte prouve en la reison
IwrgeUe
|**rl/w Henriette In Franais
Hm Louxs Vay
fc.gsrjdrrie. belle soeur,
cousine enleve leur aftec
[M OJobrecoul.
nationale ~
w combattants
[ Jpotdre l'aimab'e invita
JJwom de la Soci. trau
,wj*'Mnce, Messieurs les
^wlU, N. C sont pri de
"insister i la Messe qui
Uianche 21 courant a 8
I .matin 'a Ch pelle de
"SeT" ,,0ccasi0L de la
[^nocele 18 Novembre 1920
[ IV. Francis
it*l.leuS*,or a certain num
iZ Proputy. Hue des
,PPoite tbe imprimerie
1 measuring about 50 et
fwh>ofhce,(Rue du Centre
Unie Vve Barbaucourt
i 10, Rue des Csars
or \ 1.50 le carton
NER-VIGOR
du Docteur Huxley
Prconis par les autorites mdicales
pour relever les forces des con-
valescents puiss par les grandes
chaleurs, la neurasthnie, le
surmenage et les excs de toutes
sortes.
En vente dans toutes les pharmacies
7//2 le millier
Ag-.nt: VICTOR GENTIL. Port au Prince
Ou conoit bien pourquoi la Hupmobile est parvenue se faire une
recG.Dtne mondiale de voilure de suprieure qualit. Le 1 Voiture de
la Commodit s'est ecquiae ce te r* put ai. on uniquement en 'crtu de
ron apt tude de se m Intenir en bon tat de a rvice pendant de longs
mois d usage contint', n'ayant besoin que de tri peu d'alten ien de le
part de met ai ici t ni experts
Equipement ordinaire
Types de crrresieriai Voiture
de tourisme cinq place, ou voi
ture routire deux place-
Compteur de vitesse.
Dni rreur lectrique
Phares, lampe de tabler, et
lanterne arrire. '
Pare-brise de vue claire en
tempe pluvieux.
1 dicateur de niveau d'essence.
- Indicateur de pression d'huile.
Trompe lectrique.
Ampre mtre.
Poite-msn'esu et repose-pieds.
Porte pneus, jante de rechange
Tendeleie latraux, Supports de
tendelets pour les portires-
Tapis pour le tonneau
Capo'e (noire ou khaki)
Compresseur i guiste
Pompe, cric, outillage comple
Il y a dans ce psys une rgion disponible trs avantageuse pour
les pgents et nous serions heureux de recevoir des maison* srieuses
et gjlvsble', les demandes concernai cette reprsentation,
Hupmobile
The HUPP MOTOR
Adresse tlgraphique
HUPP DTROIT
CAR CORPORATION DETROIT
E. U. d'A
Codes employs
Lieber A.B C 5e dition
WtfSTERN UNION.
Demandez le vin Winox
Le re onliluant par excellence.
Le VIM Wl\0x est un produit pharmaceutique
de pnmier outre et une prparation seule dans son
vente, sa fabrication, le vin mme, ana'yse et ta
v ileur clinique Fouettent. Il diffre absolument de*
vins dits ioniques, communment vendus.
Le WISX renferme une proportion de substances
azotes suqlneures de \0olo" relies des vins toniques
ordinaires, ce qui en fait un reconstituant it une grande
activit, dont tirent le plu* grand profit les convales-
cents, les anmiques et tes tuberculeux.
Le vin nul itif \\ INOX es' un reconsti'uant na-
turel qui renferme une proportion plus grande de
vraies qualits rcupratives que tout autre produit
semblait*, sans l'addi'ion des drogues.
Il est hautement recommand pat les clbrits
mdicales en Angleterre dans tous les cas d'anmie,
nvrite, neurasthnie, gastrite, indigestion, grippe ni
vralgie, bronchite, phtisie, affaiblissement nerveux
des ners ou de eorp*. ^5
Prp.rpar la WIAOX COMPANY, Limitai, de
Londies Angleterre. i
En renie en gros et en dtail chez jjs
Alphonse Haynes i *^2
Agent gnral pour la Rpublique d'il ailf*
.~^.J ** CIOL.V**
Gi and rabais de 15 o\o sur un
assortiment de Cigarettes chez MM.
Bigio Frres

Angle des Rues Courbe et hronts-For's
Anciens prix Nouveaux prl*
Muraei les lOO or 18 Mnrad les 1000 or 11.50
Fati.ua lu Fa'ima 7,50
11 s.san 10 Hassan 7.50
Avis important
Lee Bazar Mtropolitain annonce
sa nombreuse clientle qu'il vient de
recevoir par le steamer U&RAVEL1 E :
LE & PERRIA'S sauce demi bouteille MJoto 3CJ
f c grande bouteille t>y
Avec cela un grand assortiment de
candies et de'bonbons anglais.

*jC
ut vue
Contre la constipation
Agit Naturellement, sans douleur
Ne fatigue pas les intestins
En vente dans toutes les pharmacies
Atfent: VICTOR GENTIL. Port u Prince
A. Barreyre
Ingnieur ^mcanicien
Garage Ford
Aleier de rpifaUous
WE8T INDICSTUADIXG fo
Ouvert le dituanche pour la veute de gaaoHne, ^.-aiest A: hu.ld


I J / 1 JIN
Le charme et l'utilit du Cl
a ~ ii?
costume marin
Seul sans dou'.e parin loui les nioiirs -jm nins, I costu ne marin
aie don remarquable d'fcliapprr aux aprices >e la iind, Uien
qu'on la soumette, d'uue poqie a l'au i<\ a de 'fgris mcd lie liions
de dtail, son asp c gnral u'en BStjvnils aile: L'vo uiiou di
l'uniforme ucs malelois de loul< s les niai nies du mon le, uniforme
presque identique liez tous lespeuples.se relie d'une manier j
subtile dans sou adaptation si gracieuse rlfgince du beau sexe.
On ne saura jamais laquelle dn no aiules aitr huer l'origim
dune mode qui s'est dj perptue depuis prs d'un sicle; ou ne
connatra jamais le nom de la puite pe sonne avise qui *-esl peut
tre amusa un jour pir gaminerie end sserjfa b1o*i* au grand
col dv.n iraiu in giUn'; q ii l'aura trouve seyante, qui en aura
dcoup le patron pour s'en cjnl'.c.ionuer me semblibh et qui aura
eu, pir U sji e das imitatrices m.oinbrjb'es- Toujours eit-ilj que la
VOgM dd cj cos urne iitnpb mu" jeune ! durai uit. ojuei mais
pr* iqae, a suncae a toutes !e> v cisai ui ;s d U faota'uia fminine.
La blouse d 1 ma in jo iit o *j >u s, et jis'e irae, da li l'iveur de
Ullettes, d s dimiisel es ei des je uns f3111:11 ;s, tint aux tits-Uair.
qu'ei pt.l trangirs. A ompi^iie d'oie jupe large et tombiut
droit, soi unie soit plissie, eile omlitue un coUune qii cooVie.it
alurauiunut loi< por s, notan ne tai lenis, au gjlf, au
ciuuagiei au patiui^. Ooja ne vn Uiiit isole, son ut li est
viaimeut sans pareille-
l.a ma sou Hiiitiicui e S'iousr !!at r ( i m any llaltimore Maryland a', st
depuis longl uips epcial 8 e dois !a coafection des coau;nes manu- en
toile, en pique, en sergV en llaneilt, ainsi (| l'en maintes varits d:oITea
i de drap divire. Sa marque de f brique J n K T Ml TOFS bien con iue
dm s toutes im i>V )(. s du p y g nanti l'excell nce tous les pui u de
vue de loua Us La fabrique STHOUSE-BK\K eu esieotHUermfat moderne. A l heure ac-
tuelle, la compagnie se trouve paifailement en mesure de se lancer aeti -
mert da s le erminrree d xpcitalion.
Noos sollicitons des commandes qui seront promptemen excute*.
En ait nd.ii t es modles qui sont en roj.r- l'on peut se faire une id e
par les gravures que nous tenons la lis; o>i ion de tous noi clients.
lue D0US1 v! i A E & Vu
llepcs n ans loi 11 i :
Rjoaiists vous messieurs Us po
pnuifei d'eu toi, In p* inires, Us
impiin eur 1rs p*on b-ew I ; mai
chinisics. les nu car km ef, Us im
plcys df ch;min e fer et Us grais
seurs. R-'j'uis'iz ton*, messieurs el
vous auisi belles danus vous avfz
maintenant un uniqne su rr.cnde qui ne cortitnt
ni sab e ni lessive. Il en ve la grais
se, la salet, l'ancre et la peii tute
sans provoquer d'irritation dans les
coupures les rafiurrs ou les plaies
Il nei'qie les gants, ectons et oies,
les souliers bla set couleurs, 1rs
travaux en bais, en pienr, le verre
les tapis les capote, d automobiles
en Mohair San emploi pour ceUoyrr
sans tau. les mains et le visage, sur
la route apii les paunes d'autorao
biles dis changements de pneus ou
lorsqu'on ne lient pas utiliser l'eau
trotte est l'un des grands avan' ges
de 1 Uz m.
E i vente chez lh St Cou i Agett
gnral l'on au Pi in e
toipiit 'aflresse
Dr Bois
\ ______
( h'n rgien dentis'e
R e du Dr Aub y, p;s de l'Ins-
pection.
M __! I I1V Vient d arriver
WHISKY
Ch*M
L Prcetzmann Aggerhalu
Rue di Quii.
Occasion exceptionnelle
A VENDRE
Une auto Buiek neuve ,; cv ind,es
(
. .. .,
i y^mmK
: i vous r/u,ruDC'7 NN
dll9gO
pasjage'8, mo-
or 2.2W)
liie auto Buiek 'mamV' ^^
gers, moib'le l(Jit>^yant 1res
peu roul n -t/\~'^
Une atito Buiek ^S^,,7 S
sanle, en bon tat, pneus, cord neufs y '^00
Un camion Chevrolet ^-oq
( hem Eugne LE BOSS,
{X>, Rue dn Quai,
.'
OITFREZ
:. il (mm ni 11
Jlt. ' " '. '*
e d'p il, i ; . L ' "f
d..i.. !j bnucht, mnuvtli
.- t 1 ciuetau
.., | '- li ; ..iiiii'rs. .
.. an di i U I'1"-
\\,..\ u rol !"'..... r' ." urm.mdc
,,.. i ,, ;: i )l: \> ii> ulu.c et
LsMlROP$S
"OinnoKA ,T^_
DU MOINS AQUILES
v ' .....I '" le oulrs
. ctloi do ' < m '" >' '
.'.. le u. .il: i >!> Ion|uei
, | d'e), irlmetiH. Il >
kAi fc p?r l.'t mdecins comme
i --, fi pins t ipi v. et ir r'v'
i i :u.i contra, S
I' -''' ., _
1 lin \cntc 'lani toui^c Inmoaueutre ProRU.
! Tur *?.::;c ps, sew torx, n. s .
Wilson et company Chicago
The West Indies Trading -o, Agent Exclusif POl-r u
7 es vrcdvs dp \\ ilson rrotQent votre. labU l'
lh lotit mis in ccntervfs sous le coii'rU et Fimpertion d
ment. Ce qui garantit doublement leur qualit "^

Wilsco Oleonurgarine : beurre de famille, pour la cuick
pour la ut le. fabriqu avec des produis abso'uieut pu t en
lai s les plus grands restaurants.
MaD'gue Hal pure lard la meilleure msrque du
mantgle de fan ille marque Sullana prpars ^pcialeaeut'
climatj chauds, en barils el en l'erblanct*.
Jupiter r.xlra hamily Bee\ buf de famille en saumure nul
exlra pour les piceries en pices de 8 15 libres. I
lrgular mess pork coup par pices de 0 pouce?, mis eu bar
10 44 ilo ceaui su vaut Ks go s,
bat Bach L>o k pics da la d eu saumUie, extnit du cou l
lianes du porc, par morceaux de ti pieds carrs coups suiii
poids de chaque inf rceau.
Cerlified hams, jambons luns, style ang'ais, similaires i
jambons imposs d'^Lg'e erre.
Hams, Hrealilasl Bacon and Picrct, slyie amiicun, slect cl
emball spcialement pour les climats chauds.
Xos viandes fumes son m nulieusjmenl enveloppes dansdeUi
ttine blau.be pour leur prservation avant d tre mise^en paqat
Les produits de WiUon
protgent voire labkl
Htel Reslaurant
bVH'cl l^ea'auranl de, I'-' ven'r se recon mande lor.spoor]
b ri se'il (I la i^M'Iarit de son sriVice, le? voyageuis qui pp?
Poil*au Pii ce v Irouveronl pleine sali^aelion. Pcur s'en
vaincre on n'a qu' passer au No '225 de la Hue Prou, pr
bureau des llprj-pbes (erres'.rcs.
Cor.dilioi.s 1res 3ranl?ei)sef.
A WLLA,Proprtlaire.
Pharmacie F. Sjouri
Angle' deih1lue&$hbux et du Centre
2 Mdailles d'argert Exposnon de Bruzeles i910
Laboratoire de Chimie Mdcale
Droguerie, Produiis chimiques et pharmaceutiques.
Spcialits ftanaises et amricaine.
Piparation de toutes ampoules mdicamenteuses strilisto
et injectables.
Spcialits, v Srum rvrosthnique simple et ferrugintux.
lodbydrarg/re. Srum ue Morard remplaant le paquet^
rcalcifiants de Perrier et de ^obin*
ll.y a toujours en stock : Nevrcsthose' Sirop pectoral,
lixir de Pcnsylvanie.
Lposilaire du l'IVEMJtL
Reprsentant des Laboratoires Ter\
L4CT1FERM. Ferment lactique, contre iilections gastroi
tinales et cutanes.
LAXsRJNE.-- Sroi'iilQue de 1 contipstlo l
Cigarettes La Nationale
Produits de premier choix
Princesse, Encore" LA NATIONALE
Voient chaque jour augmenter leur rputation
Elles rivalisent avec les meilleures*ci^arelles iuipiirteS;


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM