<%BANNER%>







PAGE 1

TTTT L'EMUL&ION de SCOTT est un puissant aliment mdicinal qui par lui mme contiens tous les lments ncessaires pour donner la sant et la force Prennez-Ia pour vous convaincre. Eai**> toujoun CU IflfcTflU* 423 .*•"*. J-tNouvelles Etrangres SAINTE MARGUAHIKLes Cel galion italienne et Yougoelive a'ic cordrent mr la rdaction du texte* du traie. MADRID /iinora, des feminus et enfants manifestrent contn la vid chre; les manifestant envthi nt la gare et s'empalrent des marchand! %  ei contenue dans les wagons1 a genuaimen rteb.it I ordi e .lta troupes ont t consignes et des) in>ures prises pour vier de nou veaux dsoidreo. BRUXELLES Mr Carton de Wiurt continue ses dc-uurches pour la for malion d'un nouviau ministre. l.\ question militaire suscite toujouis des dilikults. i'AHIS Le trait Halo Yougoslave a t sign dans la ao're. Go docu ment comporte m i f articles L s upclit'S do Home xpriment une S. n . !lliSiS! 0 i 1 f t oarna frtQ suprni fixsrt les sanctions da tf-^fi.'^Tft^i? c.s P d non excution D s dma me un acte politique d ui e importance mondial' et expriment la joio sincre de l'opinion fru ..aise de voir le litige lyle d'une fsoon avan tagenspour les auvs italiens sans froltsemtot pour les amis Yoiguslavos. La presse commente galement l'accord frauco arglais concernant les lpaialions ave; vive satisfaction it soulignent la dlicatesse du gouvernement anglais qui lit toincider la signature avec l'anniversaire de l'armis'ioe. MrJusseranJ a cjuiit la France anjour J'Iiiii pour rejoindre son poste Washington! cetie occasion Le Matin loge l'su.liassadeur et expri me l'espoir que poursuivant sa belle taihe il contribuera a ;esserer 1e plus en plus entre les deux Rpubli Mues les liens qu ; ne seront jamais asatz troits. CONSTANT!NO LE Les nouvelles de Ciira reprsentent la situation de Wrtngel comme trs critique les lignes do I ertkop auraient t forcee. I ARIS. A Genve su conseil de la socit des nu'ions Mr liour^ois reprsentant de la France prsenta •ou rappoit sur les progrs laliss uaus les COQS itutions de commis sion iinancire conomique.Le;repi %  entant du Japon prsenta son iapport sur la constitution dd la ville de Dantzig MM. l'ddeiewtk; au nom de 1 Pologne appuy par la France l'Angleterre nemai da que le conduis des dtfinies militairei de Dantzig toit cci li k la l'ok -i e.Mr Sshn nourguemtfctie it ie t i < s entant de Dantzig contesta la lgalit du man cal sccoid la t'olcgnr. Tools dcision est i JOUI i te PARIS La dtlaila de Wrargel retient suitcut l'atteiilion dis Jim nsux. 80,000 RUES(8 (ppBitei.ens le Lcuigioisu • aux dassts intellectuelles sont rfugis et demandent 'tro vacui s. La France soutient W rm .< I moisit ment et u.tt*iielhn -eut dans cct^'tefsite due l'iiexiiicalle fi chiesemtnt q'i ne peut lu tre milit. Le Gaulois attache au meut accoid Italo Yougoslave la plus gran de miponancexei accoid muique le dbut d une 1 olitique nouvelle et ouvre l'ediisiique sux serbes et les balksns aux italiens HOME Le gcuvti nemeit de Fiume refuserait de tecor.natre l'accord ltalo Yougo fclave conclu Bans sa f art ici pa ion O.i spprend que la otte Fiumaine est partie pour une rs de recevoir rgubremert Je bons tubes vaccins d Institut Pasteur non apociyphes; apis encore que nous aurons assez d argent et de prvisions budgtaires pour penser convenable nient i la sant des populations; aprs enfin que.. Mais nous n'en finirions pas. destination inconnue.On estime nos Bible une anaque des troupeB d'An norzio rontr" la Dalmstle. __ PARIS— L'accord conclu entre la France cl l'ArgU terre sur la procc'du te a suivre pour les rtVparslieni fi*e piimo la runion i Bruxelles des (x P-iis te hnic,ui-s allis avec les experts allemands secono'o la cortirence des m nistres alli? se rien : rs 1 (jerve ap es le p'eb'scite de U Hau'eSlse au plus ta'ddmsU pr raire quin.aine de FvriS" p:ur discuter dans l'ensemb e l question d s rparstioss. Les allemands paiticiperont a t tre conultaiT ; tertio ia commission des rc ; a atioas pro^ dera alors la bxaliou du montant total des modalits de paiement des sommes dues par 1 Ailmag e et fera aux puissances un rapport sur la capacit de paiement de cette nation ; qcaito !a runion du Conseil ans le rchei seront tai'es auprs des autres litals intiesss pour oblen-r leur cor. se nternent pour la piocdure en question (Havat). PARIS— La commission d<.s rpa rations a convoqu i Paris le 20 No vcmbie les experts allemands jour /) ansiana CF. SOIR >mi* o Rouge ne 1 e 152 pisodes > trie G 1 50 Varits DEM UN Mission deJudex Fin œ>ir d'Hrone 2 pisodes 4 Vendre Autvinobik liiack en bon tat Sa tresser un \o 16 :i Plac de la Paix Uie au OJQOIIJ sCHEViiO £fr inoi!e 1918 Les otres seront r res par 1 Ingnieur en Chet de la Direc lion Gnrale dei Travaux Public? ju'qa'au 2> N'j.enbre 1920 A midi. L'Aulonob=le pj.rra tre visite a 1 Uusine a Glace de Port au Prince et les oit r .s devront '.re envoyes prsenter leurs "obier-, atiojs au s*n)et sous P li cicni et Bifnatl O.lre de la livraison d.; b'ail demand a pour aitomobile Chevrolet. l'Allemagne. CHARLtiRO!— A la bu!te du releiendim les mineurs du bassin de Charleroi rtje:rcnt la g-ve ils 1epiendiont le travail le If, CONSTANlN'OtLbics be4chvisles iompiicnt le tient de l'ar me de Wrangel rvndaut s-situitien grave. L'vacuation de la Oirae est envisage Le croiseur frarais coop refl 1 lvacuaticn de la population civile. MAKSL1L.LE— M Hav;kokV\il :on reprsentant de la fdration internationale maritime cit arriv ve nai t de Genve. 11 icfl des confien ces daus le but de faire connatre les bienfaits qui peuvent rsulter pour le monde m iiiime le contact pacifique des armateurs et marins M Wilson est persuad que la cont reuci de Bruxelles en janvier iy?-\-> rglera dfinitivement la quf^u.i des heures. .e NliVV-YORK-.Le v p-urespag ol 'Aontserrai j.j,sl M*i en collision avec le San Mccons prs de New Yoik ; un passager a t bless. Le Montserrat lut cb'in de s chouer daris la rrvire (Hve*. PARIS— L assemble ntunale ratiba le irai de l'iianon 4 Laldration du sous sol a ad-ress avx syndica s faisait par 1 de la Cd ration une noie disant que ia d.scus ni ^b!e ni ks.ive. I, en've la grais Sien va seigiger avec i'exploitaut se Usalet '. l cncre .. e V la P clDt ^e prstute. Le gouvernem:tt en sa prsence. Le estima qu'elle doit se poursuivre sans contrainte et en toute libert de pat et d'autre. Lle ergige donc les syndicats commuer 'e travail s'en g.gear.t i soumettre i leur examen tl a leur verdict tout ce qui surgira de la discussion PARIS— Mr Lcygues oii it un d YaiUE Il e*( vident que ce n'et pl H9 J U rabais que fait la Maison aJYTOINfi TALAHtS Sis rue du Migasin de l'UI, en face de Simon Vieux Ma is du yaille qu'elle offre, si s client* Consultez les prix et vous verex Prix Ancien Nouv. Mousseline coul bar 2-50 1 75 Crpou do soie doublaif7 OU Soie luvab'e couleui 8 10 Se 1 viet e de toilette 'M .s Seifie bleu homme 25 00 S gcbleu &liomm?snp00.00 U simir caireeux 40 OU Casinelte doub laigl-1 0 trpe de Clame 18 OU Crpe georgelte 18.(U Crpe me < or '..">.LO Cipe de Ch ne bar 22.00 S tl 1 liberty 18,(0 l'ufcsor da se ie luCO O.-gandi couleur 0 CO Nsaeobk blanc gr lerg i CO Le pai.'iii. n d >.t tre effectu le livriLoa d l'au onjbie. L'a ito mob le est oaip te ex:ep.^ le miga sinage de la battent. On dviait licencier les coles l'pidmie Je in.vie iupti.'e prend des proportions InqoUiantCl. C)n necompic plus les cas tant i 1 hpital que dans les diitrenis quartiers de II ville. lu rappelant .1 ce sujet combien les JEgtan rations sont dangereuses, nous d.-niandons le licenciemtni des colo. Nous esprons que les autorits scolaire' aviseront au moyen de prendre cette prcaution ncessaire pour prserver nos cillants en attendant l'arrive de tubes vaccins v'itablement efficaces Lia 6te Elisabeth 1 Asile Franais A I occasion de la Ste lilisabuh lte patronale de l'Asile Prtouri, il y aura messe U chapelle de cet iaWi'Seinent le dimanche 21 Novembre courant .1 S heures prcises du matin. Des invitation, oui t adresses a diffrentes personnalits. Rjouissez vous messieurs les pro pritnires d autos, les peintres, les imprimeurs, les plombiers, lts mai chinistes, les mcaniciens, les em ploys de chemin de fer et les grats seurs. Rjouisses vous, messieurs et vous aussi bJ.les dames vous avrz maintenant un savoa merveilleux uniqie au monda qui ne contient suis ptovoqur diiritatioa dans les coupures les enflures ou les plaies Il neitqie les gants, cotons et soies, les souueis blancs et couleuis, Us travaux ea b^is, en pierre, le verre lea ttpis les cipettl d automobiles ea Moruir Soz emploi pour netloyer sans tau. les mains et le visage, sur U toute api> les paoues d'auiomo )euuer en 1 honneur de l'ambassa leur |> ilesd f s changements de pneus ou d'Angleterre et de la comtesse de Diiby.Le gouvernement britannique a .-gre comm*. ambass.deur de Fian ce Mr Siaulaiie Loterie de la Renaissance C'est demain 5 htres et danie qu'aura heu Parmana la remuai des membres du comit d organisation de la loterie de la Renaissante Lu mtmbrts Sjni /)/;.'v „', : //,. faut rnt> u nilf runion qui est une des :'iits du comit Vf ^. >.-.-^eesA 4 00 4 7 5 Moucstline bareg Dub'emeut fort tiriil toEtor l'e cale suprieur Voile lleuis dl laig .N.c.Lsttliiie blanche Mi i.fitli! e b^r.es Nans. uk me le Unll blunc Simili b!ai c Mi ri ix K ki blanc K ki jeuue Diill coten couleur Dock bl Etariune couler r FUn lie Flanelle Flanelle Flanelle suprieure Flanelle mougstli ;e Cipon blanc Cnapeaux Ce palle Runjen 6atin co' No 2 p. 4.0 f No 3 8 No 5 7 4 3.50 :IO 4,50 R 5 ilboj 5 0 4 10 .150 5 t 19 15 'JU 2.D0 15 4.C1: ."i.U •.'•'-': is.to 30.L0 20,t(J 7.00 10 C0 10 01 13 Ct IV CM 10,0( ;i5o •2,511 2 50 3,50 250 y.stn 9 2 t 2 2 51 a 3 50 8 3.5C 2 2 050 985 3 ;s,50 7 5u e 13 1 50 y 3 i 5 Rnb8nIsal.coul.No40 20 c c c I f Prix Anc..ns nouvel 14 No 0 10 No 12 14 No 10 18 Ne 00 95 No 80 30 No 100 b5 Ruban p rapadouKune 0 59 rotin 8 Palmbeach tup i-tuce'JO Lotion l'oraf-eiactc 0 Lotion A moor 5 Lotion Colgate 5 l'oudie gl av horp;ie ;i Chemines bon me col 15 ttp. 18 cul rupao t blanche icp LU blar.che lup 15 crpe Clnre 75 Chen.ise C s eup 8 Clicmisctta jouis jap 7 CO Chaussittes coton 11,1 m Chau8tet ea infnoi.ea 10 Oue coi blancs pr ei f. 0 Chausse t es tii noir 18 CliausBtt'.eani loiuup tio bas noir douze 15 lias uoir assort, mp la bas 1 o is supiii u rs 20 Cr.vutes reps u Cravates reps rœuds !i blanehbicdcfc5 N.ppe b'anchc Uuce 8 Toile b'anche pr jupe 5 3haixaox laine a hom 25 .loisels femme 18 25 :i5 ceinture ccu 12 'o dre folgale :{ ^avon Colg-tte dot ze 10 dtelles euie'ricuies 4 rj 0 v 12 16 18 26 il1 1.5) ' i 3 2 10 12 15 U 10 50 4 5: •i 0 4 151 14 9 12 15 5 3 lu 15 20 J 7 1!K 6 2i Pas de Bluff tant 0[0 La Mai 80lit Paul E. Auxiia Hues du Magasin de l'Etal & Tnvtrture L et oujoci8 sa clientle dos marchandises de premire qualit et fan bnficier d nre induction scr les prix J Son stock est sai.s cesse rencuvelf et parmi les dei mers arrivages, notons: Diagonal no.i suprieur, p?l.n-beach laotaiaie, flanelle tenoia. blanc Union, cotor. chapeaux de paille ei de feutre pour hommes* C—• et entantegilets de flanelle, hommes et dames, chaussures pourdsme] enfants, baa de soie, de fil, chaussettes de fil et en coton pour lom fammeaet enfaita, broderies suisse, valsnciennes, voiles et psrore] rains, capelines tapis de salon, pour table descen'e de li, crstoo(' sans oublier notre dpartement trs vari d'toiles pour robes et nos] fuma choisi* des meilleure fabricants. Vous giynes iaire vos emplettes chez ni Qi sr.d \o\ s f urez loti! m^f e qvt rir. n'ti ia li s: i, prcnll i Solution wa?eri)ury lorsqu'on ne lient pas utiliser l'eau troide est l'un des grands avantages de 1 L'ium. Ea vente chfz Ih St C oui Agent gnral Port au Prince ItCUVEAUX HLHIBICS* r-u! DISTUXLR k I.CCTU 1...1 Le* CAUX-DC-VI RHUMS, ALCOOLS, te. DEROY FIUAIB 1 uni 1 '-t %  • 1 * /5, rua du rhti. t H GUIDE l-RATIOUE h BMIUUM runJ! VII, fKlS tu MANUF.L U IsMicul i, s .1 TA %  r II 1 o. I ht adi.itit liaaco Nous garaniissons, rious affirme ns !a gurison des Toux, Bronchite, Tuberculose, ete ^ Convaincus de eslte vrit, les rrdeems lo-donnentcommew TONIQUE le plus EFFICACE. WATLRbURY CIlEsICAL COMPANY Des Moines. „. V AOB .l TORONTO NEW ORLEANS NE^-Y0I Franck J. Martin 1 A g ent gr /ral pour laiti—in jn"e,de la d laoirf.~ -Port-MrPn* Avis important Lcji Bczar Mtropolitain i annonce & sa nombrtm/e clientle qu'il w^' r 2 j reevohparle steamer QARAVEUI & orcts $) LE4 PEURLYS sauce demi bouteille grande liouteille # w A Avec cela un grand assortunew candies et de bonbons an\ gi %  V • • -.



PAGE 1

Quatorzime anne Nos 3Q35 Portjau Prinrpjl; iti Jeudi iR Novembre lfcJO DIRECTEUR-PROPRIETAIRE liment MAGLOIRB MAGITFAT COMMUNAL U Siooal de Publicit, 9 Rue Trorrhr, r T H9, 11, 2}, Ludgate Hil), Londre, REDACTION; Rue Amricaine No, 1&>8 TELEPHOM': 48 La maison est en feu : teignons, l'incendie tout simplement. Baronne de WILSON r La Cour permanente P/ODOS d'Un B! DE [Justice Internationale mm*—m II |UMt ncessaire de reproduire en !*r l'art. %  ')• qui est pour ainsi dire ir do chapitre de la compVoiti cet article : Etais membres de la Socit \hstions, la Cour statue sans cou \ spciale sur les diffrends dor 1 juridique qui ont pour ob et : yhn'trf relation d un traitlout point de droit internatioual : k ralit de tout fait qui, s'il I tabli, constituerait la violation I sugaijCinent international -, \knalure ou itendue de la rfpa jdue pour rupture d'un engage [Internat onaliterprtation d'une sentence ie ta Courtur connail galement de tous U de quelque nature qu'ils [qui lui sont soumis par la coti \soil gnrale, sait spciale des M de contestation sur le point ti un diifrend rentre dans tories ci dessus vises la Cour donc cet aiticle dfinit dana aenclature, charnu des objeta Idillrenda d'ordre juridique ;oels la cour aura statuer, [tans convention des parties. ox celle-ci affirme davao alutoni dana le paragraphe t, o elle se rserve le droit de dcider, en cas de cou • li le diffrend qui divise rentre dans la nomencla nus reproduite, Le comt pas manqu de prvoir les d'mcomp ence qui pour souleves par les parties. y a corrlafion avec Vobliga lit faite auxplaideura, avant prsenter devact la cour, de l*n arrargeiuent l'amiable* %  rapport dit-il qu'une partie tri luder la juridiction de la jo allguant que tout rglel* 1 voie diplomatique n'est 1 perdu. Sur C6 peint gala ccur retient le droit de it au courte savoir corn [nouvelle juridiction aura iris la sphre de sa coin La matire est plutt ai 0 droit international, il C i, ou pas encore, cornn e oit interne dea Eta s des 1 fui comportant des saocJioxquelles chaque membre communaut est contraint r. four surmonter la difficult, si du comit se sont inspriocipes gnraux non• art 7 de la Convention de J Wlative la cour internatio Prises (I8 0ct. 1907; ainsi jde stipulait.ns expresses,la brtUi les rgles de droit inter 'S* les rgles gnralement *sn existent pas, la Cour 1 prs ks principes gnraux %  UJ et de l'quit. 1 11 ne pouvait s sg ter de d )n %  n ue aussi large, ou plu t JOe aux dcisions de la Jour J^uie de Justice qui est une %  w appele se dvelopper, ••cher des assises concr1 etJOtt international. Aussi le •U eu soin de dfinir les fl woit applicables, dans I art >J|u limites de sa compten 'Welle est dtermine par J r ' cour applique en ordre 1 Les conventions inUroa ionalea soit gnrales, soit spciales, a blissant dea rgles expie sment le connues par lea Etats en litige ; 2 La coutume internationale, a'testalion dune pra ique commuie accepte courue loi 3 Les principes gnraux en droit reconnus par les nations civilises ; 4 L-us dcisions judiciaires et la doctrine dea pub icistes les plus qua htis des diiVrentea nations, coin 1.0 moyens auxiliaires de dtermination dea lgles de droit." Eo dehors de sa comptence juliciaire, la cour est investie du pouvoir de "donner dea avis consultatifs sur tout point, ou tout diifrend, dont la saisit le Conseil et 1 Assemble ; et, il est dit que ce diti'roud ne peut tre que d'ordre iti>ernalional En aucun cas ces avis ne doivent avoir uu caractre obliga oire, ni force de chose juge, comme il en est pour les dcisions judicnaires. Il y a une distinction savoir si la consultation se prsente CM deluis de tout diirrend actuellement u. Eu ce cas la cour constitue une coin mission spciale de 3 5 membres. La mme alla. te pouvant ven r davtnt la cour si-'yeaut eu ses attiiua tions judiciaires, il impt tau que celle-ci ne ft pas lie par .'opimuu qu'elle aurai prcdemment donne. D'o la dcision de lduue 'd eu 5 le nombie d s membres sigeant, oi, .au contraire' il s'agit d'une question qui fait l'objet d un ait rend ac-'.uellemeut u, O courstatu-j dans les mmes coudi ions que s' 1 s'agissait d un linge po.t devant elle. En ce cas, dit le rappor-, la cour laissera monter, U demande d s paiiies, uu juge de leur uutioua lit bur le s ge et ea permettant aux parties de ta re valoir les preu ves et uuy.ns de la mme mauiere que dans une affaire po te direc e111 nt devant elle par les plaideurs. il faut noter que mme dans ce C s, la dcision reiidue u'auia pas fo.ee de chose jugea, mais sera revtue de l'autorit et de la valeur morale qui doit naturellement sat u cher tous les arrts de la CourOu'il nous soit penn s de basarder ici, une lg;e culique, avec toute la dfrence et tout le respect que nous professons pour les uaiuents personnages qui ont collabor cet avant piojo' U est dit daus le deux me ca concernant la procdure consultative de la Cour, que celle-ci laissera mouler sur le sige, des jugea de la nationalit des plaideurs. La Cour est compose de„ljuges et le nom b.e des membres de la Socit des Nations est bien suprieur ce chif lie. Il est doue vident que lous les membres n'auioiit pas un ressortis saut comme juge. Ceux qui ue br. Ucieron. pas de ce pnvilge, et ils seiont le plus gran 1 nombre, se trouveront en ver u de cette dposition, dans une situation moiua tavorise c dts autres Le rappoit n'a pas prvu le cas o l'uue des par les eu litige aurait a la (Jour uu j jge de su nationalit, ans que l'autre partie nauiait pas galement uu ressortissant en sige. Quelle sera la procdure S suivre daus ce cas'.'Ne aurait il pas prudent-daus I Intrt de la justice, que la partie puvilgie soit dpossde, pour la circonstance, do sa facult d'avoir sur le sige un magistrat de sa nationalit'' Nous n avons certainement pus I autorit ncessaire pour faire Suivant 1 |uo nesitlftlleaneile \ e je m'tais laite, j'allais, sans un iemords, sans uu regrel ingurgiter d'i n trait tout 1? contenu de '.r:on encrier. Pourquoi ce violf u* d -ir de m intoxiquer ? Et je portai dti j A d'une main tremblante la hqj ur noire mes lvres livides, quaaJ un ami, sans crier gare, s: picip te daos ma chambre et m'annonce que 'e Sna leur Hardingest lu Pr^ ideat del Rpublique d s E ts U \s. 11 me t.ouva UU m ue piteuse qui lui dp'u'. J. lui txp q iu l'ide tra g'que qui m'obsdii. A'ors il me combalt t vivement et linit e;i me disant que si j 1 tenais d me faire du tort, je ferais bien d at'endre encore quelques mois : err ce i.'cst pas par h mort qu'on accueille l'avnement au pouvoir du Chet "qui va diri^-r les destines dune puisante Ripu* blique ullie. Je m: hissai convaincre, et ptasa*, en eltet, que ce setsjt, sinon une sottise, mais une inconvenance de ch loger un hourra par un tu mourra. Et mon ami, par uns exquise di!i catesse, do .il ji lui sais gt, me demanda, pour tromper mon humeur noire, de vider avec lu; un petit vrre de ma!ag>. l'jccep-ai voioiiers, tt nous voil debout, l'on en lace de l'autre et trinquant Il me dit : par dfrence pour les grands devanciers, nous allons boire d'abori la san' du Prsident Wilson, i la vieille et inaltrable jeunes se de Mo isieur Clemenceau et i l'in Migab'e fillit de Monsieur LloyJ G erg, puis il passa au nouvel iu. Il eut de beaux mouvemei ti d 'o quence, moj ami. Il parla de la Convention, chai'a la Re.tauiat.on, se promena de p.ys en pays,comne font nos critiques; ceut-ci pour y trouver des vers, lui poir miux vid-r son verre. Il parla d:Di nocratie, il parla de Ripnbli:amii„ russe naturalisi amricain tt autour dbui spculateur en denres rsidant i Saint Louis du Sud, dpose sut des buts de murlre et de violence qui se sont pass, dans cette ville, Aquiii et aux Caves. Enfin, le colonel Unie parle d un incident survenu Las.ab bas Par le circule e des faits, iau.hen.e parait sous la physionomie d: notre cour d'assise, quand il parait tre ques lion de faits gaves, et mme de notre tribunal correctionnel, quand les faits paraient de quelque banali e Varfots, ces 1 vis sont nis ce qui sembh dron ter l'insti udiotl Quoiqu'il en soit, nous avons I i mpies sion que les affaires dont lu Cour d'En qute est appele d connatre sont l a %  1 \ce catalogues et mises au rle de ses audiences. C'est pourquoi elle parait laisser la porte tant de dposants qui brlenl de se faire entendre, alors que Ittttdi re est [dj encombre par d au Ires tmoins, appels d asse^ loin, de Iwicbe ou i/i Saini ous du Sud Qu'est ce i dre 'r lous les cas sole vis actuellement resteront-ils ddaigns ? Laissera ton sans s m faction tant d ap l>:l; la justice et d la saint ion ? Pour not'c part, nous persistons penser que la Cour lait oeuvre srieuse ; ~ en puisant les cas ports dj au >><.c'i J s ses audiences elle n entend pas dcouragtr Us plaintes et les dolances que la voix p'hl que et des vo X parti culires exprimant auiourdbut D au tant plus quelle a"iCnniu e'ie mme qu e le fait œuvre d enqute et de soin maire apprciation, li connaissance ap ptofondie et la sanction vritable des cas devant taire li matire d'un nouvel et plus important organe de la vindicte amricaine Avons confiance, rptons le, dans celte vindicte redoutable. Civile Steainsliip llompauy ( FOREIGNSERVI.ES ) Le S|S Lake Sumpee est attendu ici le 22 du courant venant de New Yoik via les por.s du Nord 11 laissera le mme jour pour PthtGove, Jacmel et Aquin d'e il co:tinuera pour Demerara, Pararaar.bo, St Laurent et Cayenne. Poil au Prince le 16 Novembre 1^20 C. F : CLEMENTS agen-s BL%  m une pareille sugges ion. Mais, co u me il s'agit d'un avant-projet, susceptible de modification, il e*t esprer, qu- ce point dfectueux de son armature sera retouch. A. r s fhrmann et Llio U et branche est transfra l' in %  de la mais m nouvellement construite el eltee la rue Uants L> jKtouch 1 ^, ci devant l'ave, prs1 l'angle des mes Dan a Des'ou •t R publ ealne, lac. de^No 1 U ME jour Notre Prophylaxie La 'maladie iniectieuse 'qui nous assaille compte maintenant des semaines de dure aprs avoir compt quelques jours, et les cas constattes se comptent maintenant pat cinquan ta ns aprs avoir t compts par deux ou par trois. Le mal a donc fait des prog's. Qu'on n'oub e pas que, d'aprs un rapport du Jbut. c'est un indivi du nouvellement arriv de la [amai que avec deux on trois boutons, qui lui aurait servi de vhicule. Voil pour la marche de la malad e; voici maintenant pour son carac 1re. Lorsque 'e cri d'alarme fut jet par le Service d'Hygine, d'aulres mdecin?, et parmi les plus respectables, au ai de : / ariole rpondaient pu celui de ; Varicelle et arrtaient les gestes de panique par des paroles d'assurance. La dsinence anglaise restait bien: Pox, mais ce n'tait pas la petite vrole haitienne. Aujourd'hui, sans que rien soit survenu dans les attitudes, la temin alogie a pass facilement de la m* ricelle i la varioloide Nous upprochons donc de la variole. Nous pou vons ne pas y arriver, mais nous approchons. Il taut vous dire que la dsinence oide esl mise par la scieuce enlre les mains des mdecirs pour exprimer l'a peu prs tt pour attnuer la cruaut desdiagoostics.C'est ainsi qu'un mdecin a ni qui ne voudrait pas vous voir soullir de rhumatisme.ap pellera vo re cas: rhumatoide; c'est vous de vous reconnatre selon les elhts ressentis. Et prcisment, les eflets du mal actuel sont ou deviennent assez sea sibles pour queceux qui ont la garde de la sant publique soient au oriss i prendre de pr;autions, i faire de la prophylaxie. Celle qui est toy| indique dans 1 occureoee est la vaccination ; et, autant que psssib'.e. oa s'y met. Mais il est de la prophylaxie corn me de beaucoup d autres choses : le plus tt est le mieux. Et le plus tt, dans le cas qui noas occupe, cest. aprs la naissance. Aujourd'hui dans les pays civilise, on pratique 1a vac cination sur le nouveau-n comme autrefois la circonci ijo. A la Jamai que,l'officiel de Ptat-civil.en mme temps que U dclaratioa de niissia ce, remet au parents une formate dintroductioa pour le mdecin du quartier qui est de seivice, i fin de vaccination. Un louable souci de l'avenir djit nous suggrer U mme prcaution. Au lieu d'attendu quel individu soit devenu aiuite, el mne mr, pour exiger q j il prenne le chemin du tube vaccin,— si petit d ailleurs que parfois ti est introuvable, exigeons des parents, par I intermdiaire li obligeant et si persuasif des prtres, par exemple, qu ils prsentent, aux* fonds baptismaux, le certificat de de vaccination en mme temps que 1 acte de u.msauce,alin que nous so yonsbien suis que lepetit tre qui se prsente nous arrive dans cette vie avec tous ses papiers, sans risque d tre coi'amin ni de nojs contanvner. il esl bien entendu qu'o-a ne fera CBh qu'ap que d.s agentsenteadui seront install! comme il on vient dans tous no, centres tant mraux iju BibaiBI, t u^ue LOUS ierou* asiu I • 1 I 'N


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05266
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, November 18, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05266

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatorzime anne Nos 3Q35
Portjau Prinrpjl; iti
Jeudi iR Novembre lfcJO
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE
liment MAGLOIRB
Magitfat Communal
U Oi mon | a,w
0KP4RTI ME 0
OBffiOi fris Et 17 RANGER o. tjso % 7.00
M ftgilDOiP 8 01
Quotidien
i* lanoncfs sont reues an Compte i'r h>
Siooal de Publicit, 9 Rue Trorrhr, rT.
H9, 11, 2}, Ludgate Hil), Londre,
REDACTION; Rue Amricaine No, 1&>8
TELEPHOM': 48
La maison est en feu :
teignons, l'incendie tout
simplement.
Baronne de WILSON r
La Cour permanente P/ODOS d'Un B!
DE ------------------
[Justice Internationale
mm*m
II
|UMt ncessaire de reproduire en
!*r l'art. ') qui est pour ainsi dire
ir do chapitre de la comp-
Voiti cet article :
Etais membres de la Socit
\hstions, la Cour statue sans cou
\ spciale sur les diffrends dor
1 juridique qui ont pour ob et :
yhn'trf relation d un trait-
lout point de droit internatioual:
k ralit de tout fait qui, s'il
I tabli, constituerait la violation
I sugaijCinent international -,
\knalure ou itendue de la rfpa
jdue pour rupture d'un engage
[Internat onal-
iterprtation d'une sentence ie
ta Cour-
tur connail galement de tous
U de quelque nature qu'ils
[qui lui sont soumis par la coti
\soil gnrale, sait spciale des
M de contestation sur le point
ti un diifrend rentre dans
tories ci dessus vises la Cour
donc cet aiticle dfinit dana
aenclature,charnu des objeta
Idillrenda d'ordre juridique
;oels la cour aura statuer,
[tans convention des parties.
ox celle-ci affirme davao a-
lutoni dana le paragraphe
t, o elle se rserve le droit
de dcider, en cas de cou
li le diffrend qui divise
rentre dans la nomencla
nus reproduite, Le comt
pas manqu de prvoir les
d'mcomp ence qui pour
souleves par les parties.
y a corrlafion avec Vobliga
lit faite auxplaideura, avant
prsenter devact la cour, de
l*n arrargeiuent l'amiable*
rapport dit-il qu'une partie
tri luder la juridiction de la
jo allguant que tout rgle-
l*1 voie diplomatique n'est
1 perdu. Sur C6 peint ga-
la ccur retient le droit de
it au courte savoir corn
[nouvelle juridiction aura
iris la sphre de sa coin
La matire est plutt ai -
* 0 droit international, il
Ci, ou pas encore, cornn e
oit interne dea Eta s des
1 fui comportant des saoc-
Jioxquelles chaque membre
communaut est contraint
r. four surmonter la difficult,
si du comit se sont ins-
priocipes gnraux non-
art 7 de la Convention de
J Wlative la cour internatio
! Prises (I8 0ct. 1907; ainsi
jde stipulait.ns expresses,la
brtUi les rgles de droit inter
'S* les rgles gnralement
*sn existent pas, la Cour
1 prs ks principes gnraux
UJ et de l'quit.
1 11 ne pouvait s sg ter de d )n
nue aussi large, ou plu t
JOe aux dcisions de la Jour
J^uie de Justice qui est une
w appele se dvelopper,
cher des assises concr-
1 etJOtt international. Aussi le
U eu soin de dfinir les
fl woit applicables, dans I art
>J|u limites de sa compten
'Welle est dtermine par
Jr' cour applique en ordre
1 Les conventions inUroa iona-
lea soit gnrales, soit spciales, a
blissant dea rgles expie sment le
connues par lea Etats en litige ;
2 La coutume internationale, a'-
testalion dune pra ique commuie
accepte courue loi '
3 Les principes gnraux en
droit reconnus par les nations civi-
lises ;
4 L-us dcisions judiciaires et la
doctrine dea pub icistes les plus qua
htis des diiVrentea nations, coin 1.0
moyens auxiliaires de dtermination
dea lgles de droit."
Eo dehors de sa comptence juli-
ciaire, la cour est investie du pou-
voir de "donner dea avis consulta-
tifs sur tout point, ou tout diifrend,
dont la saisit le Conseil et 1 Assem-
ble ; et, il est dit que ce diti'roud
ne peut tre que d'ordre iti>ernalio-
nal En aucun cas ces avis ne doi-
vent avoir uu caractre obliga oire,
ni force de chose juge, comme il
en est pour les dcisions judicnaires.
Il y a une distinction savoir si la
consultation se prsente cm deluis
de tout diirrend actuellement u.
Eu ce cas la cour constitue une coin
mission spciale de 3 5 membres.
La mme alla.te pouvant ven r da-
vtnt la cour si-'yeaut eu ses attiiua
tions judiciaires, il impt tau que
celle-ci ne ft pas lie par .'opimuu
qu'elle aurai prcdemment donne.
D'o la dcision de lduue 'd eu 5
le nombie d s membres sigeant,
oi, .au contraire' il s'agit d'une
question qui fait l'objet d un ait
rend ac-'.uellemeut u, O courstatu-j
dans les mmes coudi ions que s' 1
s'agissait d un linge po.t devant
elle. En ce cas, dit le rappor-, la
cour laissera monter, U demande
d s paiiies, uu juge de leur uutioua
lit bur le s ge et ea permettant
aux parties de ta re valoir les preu
ves et uuy.ns de la mme mauiere
que dans une affaire po te direc e-
111 nt devant elle par les plaideurs.
il faut noter que mme dans ce
C s, la dcision reiidue u'auia pas
fo.ee de chose jugea, mais sera re-
vtue de l'autorit et de la valeur
morale qui doit naturellement sat u
cher tous les arrts de la Cour-
Ou'il nous soit penn s de basar-
der ici, une lg;e culique, avec
toute la dfrence et tout le respect
que nous professons pour les uai-
uents personnages qui ont collabor
cet avant piojo'
U est dit daus le deux me ca
concernant la procdure consultati-
ve de la Cour, que celle-ci laissera
mouler sur le sige, des jugea de la
nationalit des plaideurs. La Cour
est compose deljuges et le nom
b.e des membres de la Socit des
Nations est bien suprieur ce chif
lie. Il est doue vident que lous les
membres n'auioiit pas un ressortis
saut comme juge. Ceux qui ue br.
Ucieron. pas de ce pnvilge, et ils
seiont le plus gran 1 nombre, se
trouveront en ver u de cette dpo-
sition, dans une situation moiua ta-
vorise c dts autres Le rappoit
n'a pas prvu le cas o l'uue des
par les eu litige aurait a la (Jour uu
j jge de su nationalit, ans que
l'autre partie nauiait pas galement
uu ressortissant en sige. Quelle
sera la procdure S suivre daus ce
cas'.'Ne aurait il pas prudent-daus
I Intrt de la justice, que la partie
puvilgie soit dpossde, pour la
circonstance, do sa facult d'avoir
sur le sige un magistrat de sa na-
tionalit'' Nous n avons certainement
pus I autorit ncessaire pour faire
Suivant 1 |uo nesitlftlleaneile \ e
je m'tais laite, j'allais, sans un ie-
mords, sans uu regrel ingurgiter d'i n
trait tout 1? contenu de '.r:on encrier.
Pourquoi ce violf u* d -ir de m in-
toxiquer ? Et je portai dti j A d'une
main tremblante la hqj ur noire
mes lvres livides, quaaJ un ami,
sans crier gare, s: picip te daos ma
chambre et m'annonce que 'e Sna
leur Hardingest lu Pr^ ideat del
Rpublique d s E ts U \s.
11 me t.ouva uu m ue piteuse qui
lui dp'u'. J. lui txp q iu l'ide tra
g'que qui m'obsdii. A'ors il me
combalt t vivement et linit e;i me
disant que si j1 tenais d me faire du
tort, je ferais bien d at'endre encore
quelques mois : err ce i.'cst pas par
h mort qu'on accueille l'avnement
au pouvoir du Chet"qui va diri^-r
les destines dune puisante Ripu*
blique ullie.
Je m: hissai convaincre, et ptasa*,
en eltet, que ce setsjt, sinon une
sottise, mais une inconvenance de
ch loger un hourra par un tu mourra.
Et mon ami, par uns exquise di!i
catesse, do .il ji lui sais gt, me de-
manda, pour tromper mon humeur
noire, de vider avec lu; un petit vr-
re de ma!ag>. l'jccep-ai voioiiers, tt
nous voil debout, l'on en lace de
l'autre et trinquant
Il me dit : par dfrence pour les
grands devanciers, nous allons boire
d'abori la san' du Prsident Wil-
son, i la vieille et inaltrable jeunes
se de Mo isieur Clemenceau et i l'in
Migab'e fillit de Monsieur LloyJ
G erg, puis il passa au nouvel iu.
Il eut de beaux mouvemei ti d 'o
quence, moj ami. Il parla de la
Convention, chai'a la Re.tauiat.on,
se promena de p.ys en pays,comne
font nos critiques; ceut-ci pour y
trouver des vers, lui poir miux vi-
d-r son verre. Il parla d:Di nocratie,
il parla de Ripnbli:am d'Imp ia ism?, il parla, il parla, il
parla. Soi motion fat te !e, i un
moment don , qu-il se mil i pleu-
re; il versa des ruisseaux de larmes.
Atteniioj I lui d s je ? tu vus g:er
ton ma'agi : tes p'eurs tombent li-
dedans. si bien qui ton verre en d-
borde. Peu imper m: rpondit i1;
je boirai ces larmes avec jtie, ce
sont les dernires que ;! ve se.
Mais moi, je savais bien que son
\in, comme du le Kuss-, lui coulerai
daos la barbe sans to.nb.r dans sa
bouche; et je d.sais, part raor, en
regardant mo:; ami Comment peut-
on tre ivre avant d'avoir bu ?
La Cour Navale
(VEnqiu'le
Lrudienu Je la Cour ternir bur aux
Casernes Dessakms, a jttshi noirs
faon di voir mr l'ordn d la march
de h-s travaux Des tmoins jurent en-
tendus sur des cas dtermins et qui fu
ituss.nt avoir t enregistrs .i Voyante
D aprs le compte rendu d un de nos
ti bien pliu pour se r enseignert
d abord le colonel Hooher qui a
t e itendu sw les dtails de l attaque
de fort au Prtnci par les cocos, h 15
fanviei de celte anne'
Ci I ensuite un ancien lieutenant de
Gendarmerie M Djget et un gendarme
Adolphe Burgot, qui dpos'nt sur des
faits qui se sont pans Hvtcbe vers
/y..s ,/ 1919.AUJ -Vr Harr) Li'J.>ii
russe naturalisi amricain tt autour
dbui spculateur en denres rsidant i
Saint Louis du Sud, dpose sut des
buts de murlre et de violence qui se
sont pass, dans cette ville, Aquiii et
aux Caves. Enfin, le colonel Unie
parle d un incident survenu Las.ab bas
Par le circule e des faits, iau.hen.e
parait sous la physionomie d: notre
cour d'assise, quand il parait tre ques
lion de faits gaves, et mme de notre
tribunal correctionnel, quand les faits
paraient de quelque banali e Varfots,
ces 1 vis sont nis ce qui sembh dron
ter l'insti udiotl
Quoiqu'il en soit, nous avons Iimpies
sion que les affaires dont lu Cour d'En
qute est appele d connatre sont l a
1 \ce catalogues et mises au rle de ses
audiences. C'est pourquoi elle parait
laisser la porte tant de dposants qui
brlenl de se faire entendre, alors que
Ittttdi re est [dj encombre par d au
Ires tmoins, appels d asse^ loin, de
Iwicbe ou i/i Saini ous du Sud
Qu'est ce i dre 'r lous les cas sole
vis actuellement resteront-ils ddaigns ?
Laissera ton sans s m faction tant d ap
l>:l; la justice et d la saint ion ?
Pour not'c part, nous persistons
penser que la Cour lait oeuvre srieuse ;
~ en puisant les cas ports dj au
>><.c'iJs ses audiences elle n entend pas
dcouragtr Us plaintes et les dolances
que la voix p'hl que et des vo X parti
culires exprimant auiourdbut D au
tant plus quelle a"iCnniu e'ie mme
qu e le fait uvre d enqute et de soin
maire apprciation, li connaissance ap
ptofondie et la sanction vritable des
cas devant taire li matire d'un nouvel
et plus important organe de la vindicte
amricaine
Avons confiance, rptons le, dans
celte vindicte redoutable.
Civile Steainsliip
llompauy
( FOREIGNSERVI.ES )
Le S|S Lake Sumpee est atten-
du ici le 22 du courant venant de
New Yoik via les por.s du Nord 11
laissera le mme jour pour Ptht-
Gove, Jacmel et Aquin d'e il co:-
tinuera pour Demerara, Pararaar.bo,
St Laurent et Cayenne.
Poil au Prince le 16 Novembre 1^20
C. F: CLEMENTS agen-s
BL- "m
une pareille sugges ion. Mais, co u
me il s'agit d'un avant-projet, sus-
ceptible de modification, il e*t es-
prer, qu- ce point dfectueux de
son armature sera retouch.
A. r
Frte patronale de
V Asile Branai
Le Conseil d'Administration de la
Socit Fronasse de Secours Mutuels et
de Bienfaisance invite MM les membres
de hs-Sociti et leur famille la Messe
qui sera clbre l Asile iianciis di
manche 2 l Novembre et 8 heures du ma
tin 10 cation de la S'e Bhsdbetbe
patronne de l Etablissement
Le Prsident
F CHERI K/
Le Cabinet de M >s fhrmann et
Llio U-etbranche est transfra l'
in de la mais m nouvellement
construite el eltee la rue Uants
L> jKtouch1^, ci devant l'ave, prs-
1 l'angle des mes Dan a Des'ou
t R publ ealne, lac. de^No 1
U Me jour
Notre Prophylaxie
La 'maladie iniectieuse 'qui nous
assaille compte maintenant des se-
maines de dure aprs avoir compt
quelques jours, et les cas constattes
se comptent maintenant pat cinquan
ta ns aprs avoir t compts par
deux ou par trois. Le mal a donc
fait des prog's.
Qu'on n'oub e pas que, d'aprs
un rapport du Jbut. c'est un indivi
du nouvellement arriv de la [amai
que avec deux on trois boutons, qui
lui aurait servi de vhicule.
Voil pour la marche de la mala-
d e; voici maintenant pour son carac
1re.
Lorsque 'e cri d'alarme fut jet par
le Service d'Hygine, d'aulres mde-
cin?, et parmi les plus respectables,
au ai de : / ariole rpondaient pu
celui de ; Varicelle et arrtaient les
gestes de panique par des paroles
d'assurance. La dsinence anglaise
restait bien: Pox, mais ce n'tait pas
la petite vrole haitienne.
Aujourd'hui, sans que rien soit
survenu dans les attitudes, la temi-
n alogie a pass facilement de la m*
ricelle i la varioloide Nous uppro-
chons donc de la variole. Nous pou
vons ne pas y arriver, mais nous ap-
prochons.
Il taut vous dire que la dsinence
oide esl mise par la scieuce enlre les
mains des mdecirs pour exprimer
l'a peu prs tt pour attnuer la cru-
aut desdiagoostics.C'est ainsi qu'un
mdecin a ni qui ne voudrait pas
vous voir soullir de rhumatisme.ap
pellera vo re cas: rhumatoide; c'est
vous de vous reconnatre selon les
elhts ressentis.
Et prcisment, les eflets du mal
actuel sont ou deviennent assez sea
sibles pour queceux qui ont la garde
de la sant publique soient au oriss
i prendre de pr;autions, i faire de
la prophylaxie.
Celle qui est toy| indique dans
1 occureoee est la vaccination ; et, au-
tant que psssib'.e. oa s'y met.
Mais il est de la prophylaxie corn
me de beaucoup d autres choses : le
plus tt est le mieux. Et le plus tt,
dans le cas qui noas occupe, cest.
aprs la naissance. Aujourd'hui dans
les pays civilise, on pratique 1a vac
cination sur le nouveau-n comme
autrefois la circonci ijo. A la Jamai
que,l'officiel de Ptat-civil.en mme
temps que U dclaratioa de niissia
ce, remet au parents une formate
dintroductioa pour le mdecin du
quartier qui est de seivice, i fin de
vaccination.
Un louable souci de l'avenir djit
nous suggrer U mme prcaution.
Au lieu d'attendu quel individu soit
devenu aiuite, el mne mr, pour
exiger q j il prenne le chemin du
tube vaccin, si petit d ailleurs que
parfois ti est introuvable, exigeons
des parents, par I intermdiaire li
obligeant et si persuasif des prtres,
par exemple, qu ils prsentent, aux*
fonds baptismaux, le certificat de
de vaccination en mme temps que
1 acte de u.msauce,alin que nous so
yonsbien suis que lepetit tre qui se
prsente nous arrive dans cette vie avec
tous ses papiers, sans risque d tre
coi'amin ni de nojs contanvner.
il esl bien entendu qu'o-a ne fera
CBh qu'ap que d.s agentsenteadui
seront install! comme il on vient
dans tous no, centres tant mraux
iju BibaiBI, t u^ue lous ierou* asiu
I
1
I
'N


TTTT
L'EMUL&ION de SCOTT
est un puissant aliment mdici-
nal qui par lui mme contiens
tous les lments ncessaires
pour donner la sant et la force
Prennez-Ia pour vous convaincre.
Eai**> toujoun
CU IflfcTflU*
423
.*"*. J-t-
Nouvelles Etrangres
SAINTE MARGUaHIK- Les Cel
galion italienne et Yougoelive a'ic
cordrent mr la rdaction du texte*
du traie.
MADRID /iinora, des feminus et
enfants manifestrent contn la vid
chre; les manifestant envthi nt la
gare et s'empalrent des marchand!
ei contenue dans les wagons-
1 a genuaimen rteb.it I ordie.lta
troupes ont t consignes et des)
in>ures prises pour vier de nou
veaux dsoidreo.
BRUXELLES Mr Carton de Wiurt
continue ses dc-uurches pour la for
malion d'un nouviau ministre. l.\
question militaire suscite toujouis
des dilikults.
i'AHIS Le trait Halo Yougoslave
a t sign dans la ao're. Go docu
ment comporte m i f articles L s
upclit'S do Home xpriment une
S.n.,!lliSiS!0i1 f toarna frtQ suprni fixsrt les sanctions da
tf-^fi.'^Tft^i? c.sPd non excution D s dma
me un acte politique d ui e impor-
tance mondial' et expriment la joio
sincre de l'opinion fru ..aise de
voir le litige lyle d'une fsoon avan
tagens- pour les auvs italiens sans
froltsemtot pour les amis Yoigusla-
vos.
La presse commente galement
l'accord frauco arglais concernant
les lpaialions ave; vive satisfaction
it soulignent la dlicatesse du gou-
vernement anglais qui lit toincider
la signature avec l'anniversaire de
l'armis'ioe.
MrJusseranJ a cjuiit la France
anjourJ'Iiiii pour rejoindre son poste
* Washington! cetie occasion Le
Matin loge l'su.liassadeur et expri
me l'espoir que poursuivant sa belle
taihe il contribuera a ;esserer 1e
plus en plus entre les deux Rpubli
Mues les liens qu; ne seront jamais
asatz troits.
CONSTANT!NO LE Les nou-
velles de Ciira reprsentent la si-
tuation de Wrtngel comme trs cri-
tique les lignes do I ertkop auraient
t forcee.
I ARIS. A Genve su conseil de
la socit des nu'ions Mr liour^ois
reprsentant de la France prsenta
ou rappoit sur les progrs laliss
uaus les coqs itutions de commis
sion iinancire conomique.Le;repi
entant du Japon prsenta son iap-
port sur la constitution dd la ville de
Dantzig MM. l'ddeiewtk; au nom de
1 Pologne appuy par la France
l'Angleterre nemai da que le condu-
is des dtfinies militairei de Dant-
zig toit cci li k la l'ok -i e.Mr Sshn
nourguemtfctie it ieti Dantzig contesta la lgalit du man
cal sccoid la t'olcgnr. Tools d-
cision est i joui i te
PARIS La dtlaila de Wrargel
retient suitcut l'atteiilion dis Jim
nsux.
80,000 Rues(8 (ppBitei.ens le
Lcuigioisu aux dassts intellectuel-
les sont rfugis et demandent 'tro
vacui s. La France soutient W rm .< I
moisit ment et u.tt*iielhn-eut dans
cct^'tefsite due l'iiexiiicalle fi
chiesemtnt q'i ne peut lu tre mi-
lit.
Le Gaulois attache au meut ac-
coid Italo Yougoslave la plus gran
de miponancexei accoid muique le
dbut d une 1 olitique nouvelle et
ouvre l'ediisiique sux serbes et les
balksns aux italiens
HOME Le gcuvti nemeit de Fiu-
me refuserait de tecor.natre l'accord
ltalo Yougo fclave conclu Bans sa
fart ici pa ion O.i spprend que la
otte Fiumaine est partie pour une
rs de recevoir rgubremert Je bons
tubes vaccins d Institut Pasteur non
apociyphes; apis encore que nous
aurons assez d argent et de prvisions
budgtaires pour penser convenable
nient i la sant des populations; aprs
enfin que..
Mais nous n'en finirions pas.
destination inconnue.On estime nos
Bible une anaque des troupeB d'An
norzio rontr" la Dalmstle.
__ PARIS L'accord conclu entre la
France cl l'ArgU terre sur la procc'du
te a suivre pour les rtVparslieni fi*e
piimo la runion i Bruxelles des (x
P-iis te hnic,ui-s allis avec les ex-
perts allemands secono'o la corti-
rence des m nistres alli? se rien :rs
1 (jerve ap es le p'eb'scite de U
Hau'eSlse au plus ta'ddmsU
pr raire quin.aine de FvriS" p:ur
discuter dans l'ensemb e l question
d s rparstioss. Les allemands paiti-
ciperont a t tre conultaiT ; tertio
ia commission des rc;a atioas pro^
dera alors la bxaliou du montant
total des modalits de paiement des
sommes dues par 1 Ail- mag e et fe-
ra aux puissances un rapport sur la
capacit de paiement de cette na-
tion ; qcaito !a runion du Conseil
ans le
rchei
seront tai'es auprs des autres litals
intiesss pour oblen-r leur cor. se n-
ternent pour la piocdure en ques-
tion (Havat).
PARIS La commission d<.s rpa
rations a convoqu i Paris le 20 No
vcmbie les experts allemands jour
/)
ansiana
CF. SOIR
>mi* o Rouge
ne
1 e 152 pisodes
> trie G 1 50
Varits
DEM UN
Mission deJudex
Fin
>ir d'Hrone
2 pisodes
4 Vendre
Autvinobik liiack en bon tat
Sa tresser un \o 16 :i Plac de la Paix
Uie au ojqoiIj sCHEViiO fr
inoi!e 1918 Les otres seront r res
par 1 Ingnieur en Chet de la Direc
lion Gnrale dei Travaux Public?
ju'qa'au 2> N'j.enbre 1920 A midi.
L'Aulonob=le pj.rra tre visite
a 1 Uusine a Glace de Port au Prince
et les oitr.s devront '.re envoyes
prsenter leurs "obier-, atiojs au s*n)et sous Pli cicni et Bifnatl O.lre
de la livraison d.; b'ail demand a pour aitomobile Chevrolet.
l'Allemagne.
CHARLtiRO! A la bu!te du re-
leiendim les mineurs du bassin de
Charleroi rtje:rcnt la g-ve ils 1e-
piendiont le travail le If,
CONSTANlN'OtLb- ics be4-
chvisles iompiicnt le tient de l'ar
me de Wrangel rvndaut s-situitien
grave. L'vacuation de la Oirae est
envisage Le croiseur frarais coop
refl 1 lvacuaticn de la population
civile.
MAKSL1L.LE M Hav;kokV\il
:on reprsentant de la fdration in-
ternationale maritime cit arriv ve
nai t de Genve. 11 icfl des confien
ces daus le but de faire connatre
les bienfaits qui peuvent rsulter
pour le monde m iiiime le contact
pacifique des armateurs et marins
M Wilson est persuad que la cont
reuci de Bruxelles en janvier iy?-\->
rglera dfinitivement la quf^u.i
des heures. .e
NliVV-YORK-.Le v p-urespag ol
'Aontserrai j.j,sl M*i en collision
avec le San Mccons prs de New
Yoik ; un passager a t bless. Le
Montserrat lut cb'in de s chouer
daris la rrvire (Hve*.
PARIS L assemble ntunale
ratiba le irai de l'iianon4
Laldration du sous sol a ad-ress
avx syndica s faisait par 1 de la Cd
ration une noie disant que ia d.scus ni ^b!e ni ks.ive. I, en've la grais
Sien va seigiger avec i'exploitaut se- Usalet'. l'cncre..eV la PclDt^e
prstute. Le gouvernem:tt
en sa prsence. Le
estima qu'elle doit se poursuivre
sans contrainte et en toute libert de
pat et d'autre. Lle ergige donc les
syndicats commuer 'e travail s'en
g.gear.t i soumettre i leur examen
tl a leur verdict tout ce qui surgira
de la discussion
PARIS Mr Lcygues oii it un d
YaiUE
Il e*( vident que ce n'et plH9 ju.
rabais que fait la Maison
aJYTOINfi TALAHtS
Sis rue du Migasin de l'UI, en face de Simon Vieux
Ma is du yaille qu'elle offre, si s client*
Consultez les prix et vous verex
Prix
Ancien Nouv.
Mousseline coul bar 2-50 1 75
Crpou do soie doublaif7 OU
Soie luvab'e couleui 8 10
Se 1 viet e de toilette 'm .s
Seifie bleu homme 25 00
S gcbleu &liomm?snp00.00
U simir caireeux 40 OU
Casinelte doub laig- l--1 0
trpe de Clame 18 OU
Crpe georgelte 18.(U
Crpe me < or '..">.lo
Cipe de Ch ne bar 22.00
S tl 1 liberty 18,(0
l'ufcsor da se ie luCO
O.-gandi couleur 0 CO
Nsaeobk blanc gr lerg i CO
Le pai.'iii. n d >.t tre effectu
le livriLoa d l'au onjbie. L'a ito
mob le est oaip te ex:ep.^ le miga
sinage de la battent.
On dviait licencier les coles
l'pidmie Je in.vie iupti.'e prend des pro-
portions InqoUiantCl. C)n necompic plus les cas
tant i 1 hpital que dans les diitrenis quartiers
de II ville.
lu rappelant .1 ce sujet combien les JEgtan
rations sont dangereuses, nous d.-niandons le
licenciemtni des colo.
Nous esprons que les autorits scolaire' avi-
seront au moyen de prendre cette prcaution
ncessaire pour prserver nos cillants en atten-
dant l'arrive de tubes vaccins v'itablement
efficaces
Lia 6te Elisabeth
1 Asile Franais
A I occasion de la Ste lilisabuh lte patronale
de l'Asile Prtouri, il y aura messe U cha-
pelle de cet iaWi'Seinent le dimanche 21 No-
vembre courant .1 S heures prcises du matin.
Des invitation, oui t adresses a diffrentes
personnalits.
Rjouissez vous messieurs les pro
pritnires d autos, les peintres, les
imprimeurs, les plombiers, lts mai
chinistes, les mcaniciens, les em
ploys de chemin de fer et les grats
seurs. Rjouisses vous, messieurs et
vous aussi bJ.les dames vous avrz
maintenant un savoa merveilleux
uniqie au monda qui ne contient
suis ptovoqur diiritatioa dans les
coupures les enflures ou les plaies
Il neitqie les gants, cotons et soies,
les souueis blancs et couleuis, Us
travaux ea b^is, en pierre, le verre
lea ttpis les cipettl d automobiles
ea Moruir Soz emploi pour netloyer
sans tau. les mains et le visage, sur
U toute api> les paoues d'auiomo
)euuer en 1 honneur de l'ambassa leur |>ilesdfs changements de pneus ou
d'Angleterre et de la comtesse de
Diiby.Le gouvernement britannique
a .-gre comm*. ambass.deur de Fian
ce Mr Siaulaiie
Loterie de la
Renaissance
C'est demain 5 htres et danie
qu'aura heu Parmana la remuai des
membres du comit d organisation de la
loterie de la Renaissante
Lu mtmbrts Sjni /)/;.'v ',://,. faut
rnt> u nilf runion qui est une des
:'iits du comit
Vf
^. >.-.-^eesA
4 00
4
7
5
Moucstline bareg
Dub'emeut fort
tiriil toEtor
l'e cale suprieur
Voile lleuis dl laig
.N.c.Lsttliiie blanche
Mi i.fitli! e b^r.es
Nans. uk me le
Unll blunc
Simili b!ai c
Mi ri ix
K ki blanc
K ki jeuue
Diill coten couleur
Dock bl
Etariune couler r
FUn lie
Flanelle
Flanelle
Flanelle suprieure
Flanelle mougstli ;e
Cipon blanc
Cnapeaux Ce palle
Runjen 6atin co' No 2 p. 4.0
f No 3 8
No 5 7
4
3.50
:io
4,50
R
5
ilboj
5
0
4
10
.150
5
t
19
15
'JU
2.D0
15
4.C1:
."i.U
.''-':
is.to
30.L0
20,t(J
7.00
10 C0
10 01
13 Ct
IV CM
10,0(
;i5o
2,511
2 50
3,50
250
y.stn
9
2t2
2 51
a
3
50
8
3.5C
2 2
050
985
3
;s,50
7 5u
e
13
1 50
y
3
i
5
Rnb8nIsal.coul.No40 20
c
c

c
I
f
Prix
Anc..ns nouvel
14
No 0 10
No 12 14
No 10 18
Ne 00 95
No 80 30
No 100 b5
Ruban p rapadouKune 0 59
rotin 8
Palmbeach tup i-tuce'JO
Lotion l'oraf-eiactc 0
Lotion A moor 5
Lotion Colgate 5
l'oudie gl av horp;ie ;i
Chemines bon me col 15
* ttp. 18
cul rupao
t blanche icp lu
blar.che lup 15
crpe Clnre 75
Chen.ise C s eup 8
Clicmisctta jouis jap 7 CO
Chaussittes coton 11,1 m
Chau8tet ea inf- noi.ea 10
Oue coi blancs pr ei f. 0
Chausse t es tii noir 18
CliausBtt'.eani loiuup tio
bas noir douze 15
lias uoir assort, mp la
bas 1 o is supiiiurs 20
Cr.vutes reps u
Cravates reps ruds !i
blanehbicdcfc5
N.ppe b'anchc Uuce 8
Toile b'anche pr jupe 5
3haixaox laine a hom 25
.loisels femme 18
25
:i5
" ceinture ccu 12
'o dre folgale :{
^avon Colg-tte dot ze 10
dtelles euie'ricuies 4
rj
0
v
12
16
18
26
il-1
1.5)
' i
3
2
10
12
15
U
10
50
4
5:
i
0
4
151
14
9
12
15
5
3
lu
15
20 J
7
1!K
6
2i
Pas de Bluff tant 0[0
La Mai80lit
Paul E. Auxiia
Hues du Magasin de l'Etal & Tnvtrture
, Letoujoci8 sa clientle dos marchandises de premire qualit et
fan bnficier d nre induction scr les prix J
Son stock est sai.s cesse rencuvelf et parmi les dei mers arrivages,
notons: Diagonal no.i suprieur, p?l.n-beach laotaiaie, flanelle tenoia.
blanc Union, cotor. chapeaux de paille ei de feutre pour hommes* C
et entante- gilets de flanelle, hommes et dames, chaussures pourdsme]
enfants, baa de soie, de fil, chaussettes de fil et en coton pour lom
fammeaet enfaita, broderies suisse, valsnciennes, voiles et psrore]
rains, capelines tapis de salon, pour table descen'e de li, crstoo('
sans oublier notre dpartement trs vari d'toiles pour robes et nos]
fuma choisi* des meilleure fabricants.
Vous giynes iaire vos emplettes chez ni
Qi sr.d \o\ s f urez loti! m^f e' qvt ri- r. n'ti ia li s: i, prcnll i
Solution wa?eri)ury
lorsqu'on ne lient pas utiliser l'eau
troide est l'un des grands avantages
de 1 L'ium.
Ea vente chfz Ih St C oui Agent
gnral Port au Prince
ItCUVEAUX HLHIBICS*
r-u! distuxlr k i.cctu 1...1
Le* CAUX-DC-VI ,
RHUMS, ALCOOLS, te.
DEROY FIUAIB
1 uni 1 '-t 1 *
/5, rua du rhti. t H
GUIDE l-RATIOUE h bmiuumrunJ!
VII, fKlS tu MANUF.L U IsMicul i,
s .1 Ta r II 1 o. I ht adi.itit liaaco
Nous garaniissons, rious affirme ns !a gurison des
Toux, Bronchite, Tuberculose, ete ^
Convaincus de eslte vrit, les rrdeems lo-donnentcommew
TONIQUE le plus EFFICACE.
WATLRbURY CIlEsICAL COMPANY
Des Moines. .VAOB.l
TORONTO NEW ORLEANS NE^-Y0I
Franck J. Martin 1
Agent gr/ral pour laitiin jn"e,de la dlaoirf.~ -Port-MrPn*
Avis important
Lcji Bczar Mtropolitain i annonce &
sa nombrtm/e clientle qu'il w^'r2j
reevoh- parle steamer QARAVEuI&
orcts $)
LE4 PEURLYS sauce demi bouteille
' grande liouteille # w a
Avec cela un grand assortunew
candies et de bonbons an\
gi

V




-.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM