<%BANNER%>







PAGE 1

ttf MATIN L'Incident de 1 Ecole Normale Vcus cor. naissez srns doute la charmante tt dsopilante histoire, conte dans le temps avec tant de verve par l'inoubliable disert de salon MI. Moll.—;d'un garde municipal qui descendit de cheval pour emr-ris ser son trre|marchard de marrons au coin de la|rue Mogu. Un loustivit la scn d'ellusion, en tut touch et appela sur elle l'attention de deux ou trois passants Ces deux ou trois passanis provo qutent un rassemblement,et bientt toute la rue Mogu (ut en moi. Cet moi dgnrant en un trop biuyant encombrement, les agents de la force publique durent intervenir pour dissiper ce rassemblement de li, panique, rsistances, heurt?, coups, manifestations, blessures de quelques individus et dedeux ou trois agents. la presse s'empara de la question en la brodant et en l'envenimant, selon ses traditions d'ailleurs; puis la passa i un dput tapageur. Ce'ui-ci l'amena avec lui la Chambie un moment c 1rs rel lions taient trs tendues entre lecabinet et leparlement Une interpellalion eut heu, qui aboutit a un ordre du jour dfavorable au cabinet. Chute dn Gouvernement. Cette histoire se rapproche un peu, loutes choses gales d'ailleurs, de l'incid nt insignifiant en soi de l'Fcole Normale, mais qui peut avoir des suites srieuses. Li directrice de cet tablissement s'ar ange amiablement avec des parents de quelques lves retardes pour que celles-ci soient places dans un autre tab'issement. Fait aussi courant et aussi banal qu'un garde municipal me tant pied a taire pour tn-brasser ion hre rencontr dans la tue. Un c'e nos coclrres est mu du 'ait et le signale. C'est le geste du loustic. Enqute, va-et-vient chez h direc tfICt et chez les parent?, on veut voir et savoir, moi ehez les uns et les autres, confrontation presque,gres mots. Tout cela, c'est le rassemblement et le colletage avec a fo ce publique. Correspondance trs arrre entre le Dpar'ement de 1 Instruction publique et l'Inspection scolaire; les grands principes sont invoqu?, la discipline, les rgles pdageg ques, la loi, les rglements, les aanciions et depuis hier, on parle de grave dcision attendue. Donc, interpellation et tout son bruyant attirail. Un seul point reste jusqu'ici sans pendant : c'est la chu:t du c binet. Mais lhistoire n'et peur- re pss finie. Nouvelles Etrangres PARIS. Tous les journaux £CLt presque* .uniquiment reini la pour les i ccita desce'monies d hier do nt ils font ref sortir le caractre gian diose et en quelque sorte religie x. Ils ee flicitent que la journe 'ut tu e vritable apothose la ^loire de la l'utile, de la Rpublique et du soldat franais. TOUB relvent la noblesse, la convenance et l'adraireb e largage de M.Millerand au panthon et coistatent que la population par ticipa avec une profonde e'motion au pieux auniveisaire de la paix glo rieuse et au cinquantenaire du lgi me qui nous lo dvoue. L'Echo de l'aria dit au snjet d'admission \entuelle des Etats enne mis dans la socit des nations,pria cipalement l'Allemagne que le gou vernemeut Anglais a pi omis formel lemeut de ne point favoriser c'e lever l'inteidit dont l'Allemagne est frapp jusqu' uouvel ordreD'autre part Mr Leygues a recom mand, aux dlgus liai rais de se retirer de l'assemble ai I on pasie outre au veto de la 1 rance. Quant l'Autriche et Bulgarie on incline a prendre leur gard une a.ilvue beaucoup clmente en taison de leur attitude concilianteLe charg de France Panama es nomm chevalier de la lgion d honneur-La confrence des Binbaa 8adeurs prit connaissance du rappoil de la commise loa dj dlimita lion du lssin du la .Sarre sur I tat de ses iravaux i et des propoti iors en vue de rglement des dernires questions en suspen-. El'e approuva ltsrappoiti de la commission de dlimitation, gfrrnano polonaise sur certaines mod;lications apporter l frontiie.entre la Prusse orientale et Dantz'g mise au courant des dilli cultes survenues dans le rglement des questions intressant la Houma nie et la Horgrie. Elle exprima le de'sirdevoir rtablir les relations diplomatiques antre 1 s d ux pays. HuMIv M Trumhitch dc a a aux journaliste* quen mme t mpi q>.;e la conclnaioD on do raccord concer riant la front re Italo VougOG ave les fondements des relation d amitis furenL jets. I! affirma que les sacn lices Yougoslaves ne cach nt aucune arr.ie pense et que I accord satis faisant continuera SEBASTOPOI E n prsence des forces siqiiieures Rolchviates alla quant Peitkpop le gnral Wrangel se Mplii des ligueB avances scr des propositions principalesPARIS. Un ladiogremme de lies cou du 1 ^annonce que des metures de sant spciale furent piises Moscou sans donner des indication) sur la natute de ces natuies. Ce ra d Otfian me txpoBe longuement quel les forent rendueB ncessaires par de prtendues inlrigues pour miner le reg me Bolc h viste. i ——— i Dcs Nous avons appris avec regret la mort de Frdric Civil, survenue ce matin deux heures. Les funrailles aurout lieu demain matin. Le convoi part ra de la maison mortuaire s ; se Rue Champ de Mars 8 heures pour se rendre lTa'.i'J' Ste-Ann\ Le Cabinet de Mes llermann et Llio Malbranche est transfr Pets ge de la maison nouvellement construite et ntue la rai Dams Destouche*. ci devant Pave, presque, l'angle des rues Dants Destou elles et Rpublicaine, feule Noid. Dr Bois Chirurgien dentiste Rue du Dr Aubry, prs de l'Inspection. A Vendre Une automobile CHEVROLET* modle 1918 Les offres seront reues par 1 Ingnieur en Chef de la Direc tion Gnrale des Iravaux Publics jusqu'au 25 Novembre 1920 a midi. L'Automobile pouira tre visite 1 l'Uusine a Glace de Port au Prince et les offres devront tre envoyes sous pli cachet et marques Offre pour auU mobile Chevioi t. Le paiement doit tre effectu a la livraon de l'automcbi'e. L'auto mob.le est complte excep. le m?ga sinage de la bat erie. Port au 1 rince.le 1; Novembie 1920 UNE PASTILLE VALDA JE3>.J BOTJCHS igHinjTOfflj d&a Maux de Gorire. Enrouements, Rhumej de Cerveau, Rhumes, Bronchites, i-tc. C'est le SOOLAGSMEST INSTANTAN do l'Oppression, dos Accs d'Astmve, etc., etc. C'est le BON PEMDE pour combattre toutes les Maladies de la Poitrine. RECOMHANDATIOHdHoutr IMPORTANCE DEMANDEZ. EXIGEZ dans toutes les Pharmacies Les Vritables PASTILLES VALDA vendues seulement en BOITES portant le nom AVIS Il est p.-1 venu la connaissais du Servies d'Hygne Pibliq'ue q 1e des persornes soutirant Je petite vrole laissent Por'-au-Pnrce et vo't ailleurs, dans le but de se ca her pour n"tre pas isoles i l'Hpital Gnral. Ces personnes font un for' irrparable au peuple en expo tut celles qui ne sont pas malad \% tre conti mines. Elles permettent a la maladie de se propager et nous enlvent tor.t contrle-. Nous devrons pouvoir compter sur tout le monde. Il nous fau laide de to s pour arriver enrayer cet e maladie. Les personnes envoyes a l'hpit il reoivent de bons sons,une bonne nour riture, etc Noas ne dsirons que de les isoler i i mesure qu'elles se rtablissent, elies sont envoyie chez elles Mieux ynt se faire sogner l'hpital. Nous engageons tous milades de se rendre immdiatement l'hpital. Nous demandons tout le monde de rapporter a notre Service les cas qui parviendraient leur connais* since, de faire tous les eforts possibles pour arriver isoler celte maladie et viter toute contamint on. Journalistes amricains Poit au Prince Depuis quelques jours, n ous avons l hoi neur de possder trois journalistes amricains : MM S mpion. de l tSozieted Press Bennett, du Tri bvnfs et Porest. du (Tnt*. Ils ont i reus par S E. le Pr sident d'Haiti et nous croyons savoir qu ils ont profit de Pocrasion pour Occasion exceptionnelli Liquidation Rabaisse 75o}o chez MiT0lNfftTALAIIA8| Sis rue .lu M rgasin Je l'Etat, en facefde Simon VWi— A OMS annonons noire aimable clientle que nous venom > men'er notre stock de marchandises nouvellement reues et a liquidation s'coute trs rapidement.Qu'ils s'empiessent doncdV "' sn frus et coquet s rayons et di faire leurs emplettes de dm* 9 i'nx !" :*?8IM A ,x Ruban: 8 at.coulNo40 Cl 20 ,D a, i No 9 ,10 n No 12114 No l(j| 18 No 00fl25 Ai cien Moueseline COJI bar 3-50 Crpon de soie doublarf? 00 Soie lavable couleut 810 Jbeiviet e de toilette 4(8 Serge bleu homme 3500 Serge bleu homme sup 00.00 Casimir carreaux Casinelte doub lai ^ Crpe de Chine Cipe georgette Crpa mie'or Cipe da Clime bar Salin liberty Tassor di foie Organdi couleur Nansouk blanc gr lorg Mousseline barres Diablement fort Drill tugsor Pi 01 le fuprieur Voile fleura di larg Monsstiinc blaocha M'ousseiins banes Nar.si uk mole Urill blanu Simiii blarc M< rhix Kaki blanc lu ki jsnue f'rill coton couleur Dcck fil taoDiot couleur Hau lie l'Ianelle Munelle [lanelle eupe'rieiire Flanslli mousseline Crpon biacc Ctiapeaux de paille ilubrn satin co' No 2 p. No S No 5 7 t %  rjr-.gfi.--T 40,00 ; 12.00 18 00 18,(0 S5 00 22.00 18,(0 loto 0(0 4(0 4,(0 4 7 Ci 4 3.50 3 50 £* 5 ,66'j 5 0 4 10 ;i se 5 (i 12 15 20 2,50 Vo Nouv. ] 1.76 4.00 5.00 2.S6 18.00 r.OO 20,00 7.00 10.C0 10,00 13 CC IV 00 10,00 ftOO J!:>O 2.&0 2,50 250 3,50 250 2.3fi 2 2 25 2'o0 3 3 50 3 3.50 2,25 050 2 25 3 ;i50 7,50 9 11 150 U t 4.50 3 0 4 5 No 80'30 No 100 35 Ruban pompadou l'aune O.O aatin 8 Palm beach sup,l'aur.e20 Lotion Pompais s te 0 Lotion Armour 5 Lotion Colgate 5 Poudre gl av heuppe 3 Chemises homme col li sup. 18 • coulsup20 c blanche sup 20 blanche sup 15 t crre Shice 75 Chen isettes sup 8 Chemisette jours jap 7,50 Chaussettes coton inf 10* Chausset'es infnoi es 10 lias cot blancs pr ei.i, 0 Chaussettes lit noir 18 Chaussettes fil r.oirsup 20 Bas noir douze 15 lias noir assort. Puplu lias i O.TH supin, llig 20 Cravates repa 0 Cravates repe nœuds 5 blanchbrcdes Nappe blanche 1 ; m.u 8 Toile blanche pr jupe 5 Chapeaux laine a hotn 25 Corsets femme 18 25 35 ceinture cou 12 oudre Colgate 3 Savon Colgite doi-7.9 10 Bit'elles suprieures 4 12 16 18 26 V *1 il 3 3 101 12 15 U *, 50 4! 5 4 12 1 W l 12 15 4 3 31 c I 3| 12 10 15 20 7 •I 2 v„ tn'erwiever le Chef de Ii-at. NOJ condolances L? t. m ile du j n o.„,„.. J n • ^ UQt Jr u La Presse de Port au Prince se pr A Pare i offiirun btnquet enl'honneur de nos conirres de la grande presse tangre a qui nous souhaitons la bienvenue. A.vis officiel de la Direciiong^nrale des Travaux publics Le lluieau de l'Ingnieur eu chef de la Direction Gnrale des Travaux publics avise le public que le lieutenant C. A. Trexcl (ŒC) I -S.N. est dsign comme Directeur du Service Hydraulique de PorWu*Prin ee et des diveises villes de la Hpubl que. Le lieutenant Trexel aura comme assistant principal Port au l'iince, Mi L. O. Gates qui sera le snperintendant du Service Hydraulique de cette ville. Nous esprons que le nouveau Directeur, avec le concours loyal et einere du pub'ic et de ses uides, russira bientt 1 amliorer le BitvtCS Hydraulique de l'ofu-1'iince. Clyde Sioamship Hompuiiy ( FOREIGN SERVICES ) Le BiS t Lak: Sunrpee est aitend>] ici le 22 du cour;nt veian de New York via les por s du Norl. Il la,sera le m.n* pur pour P%titGcve, Jacmel tt Aquin d'e il continuera pour D me:ara, Paramaribo, St Lauient et Cayenne. l'oit au Pr nce le i<> Novembre iy20 C. F, CLEMENTS agents Ncrologie Hier soir est dcde en sa demeure, sise d Petit Four, Mme Vve I) hter Roberts, mre de notre ami Henry lioberts, banquier et Alexandre Roberts; pharmacien. Les funrailles auront Heu cet hpri-mitk, Le convoi partira de la maison mortuaire pour se rendre en l'b'i/lise du Sacr Cœur. Xous prsentons nos sincres condo limes ttutet les familles que cettemort met en deuil. *-v IOON ATION pv'one* le3 I COMPRIMS c 'SU2SSES : .LOfAT, Pharmac-'vn, I, / ti f, fi f-A.-toin C'EST I.E MELLEK OES PURGATIFS PORT-AXJ-PRIN C: G Al*x.Pl.TRU8; Pharmacia ALBEKTlMI Pharmacie ou D' Juatin VlAflD •Moujjaiaa bonnes Phonnaciet, Ce qui nous importe le plus en construisant la voiture 11UPM0BILI cest de pioduire quelque chose de bon qui donne l'acheteur, sC toute la cemmodi physique et mentale, tout ce que le constrocts %  st capable de crer eu employant beaucoup de temps et d'argent, j igisfe&ntavec rllexior, en faisant tous ses ellorts et en mettant prott oue son expiienceCaraclirittiques d'importance Bti extin.cment robuste et rigideCarburateur mini de deux lispositits de u r I ;i_ Graissage sous prsitloo, sondoisantl'bulle.dirtctemeot aux Blierp. j Embrayage de fonctionnenent souple, Ldale rglable peroettant n'eu changer la longueur. Levier du changement de vi esse lis 1er g.fonctionne jcourta :oups d'eioit extrmement faible. Ressorts demi elliptique.. M ira longs, lames en vansdium chromDirection du type dit denu irrversible, de constrabiioo rs buste. Culassa de moteurdrronUD permettant de mtier les loopspea et d'enlever le dpt de est bonne avec facilit. Tonneau et compartirnSDi avant extrmement spacieux. Equipement complet en os* 'riaux de premier choix. te H y a dans ce paya une rgion disponible lis avsntfgeuse poor es agents et nous tenons heureux de recevoir des maison* %  <"' n 1 it 8jlvables, les demandes concer nane celte reprsentation, srieuse Hupmobile rhe HUPP MOTOR CAR CORPORATION DETBOIT E. U. d'A ,, Adrtut lelyrauhiuue Codes 'W. HUIT' DECROIT Lieber A.B C.tetW &&L.-.. i \VLSTERN.UN10N. ^ s _^ ^ HM \%^m&^^^ AJ'^iaaui'io.'H'rt %  ,""' ","" <<•< %  <**"•>>* dont la plupart aMmen {"louvoie J 'wW&tu'S* *•"'* ""' a,,u • H P'iux de Paria. S oti le premier flacon. Ie$ o-alaUes sentent renatre w



PAGE 1

foijornffe anne iVo39ffi PorCau PrincpJ'i* Merrrr^di 17 Novembre 1H20 D1RECTEDR-PR0PRIETAIRE j ll ent-MAGLOIRB, MAGISTRAT COMMUNAL HNUMEIO 15CBNTIMI1 pou 0) 100 DEPARTEMENTS • • G. 2.50 poil u mon 7.00 ITRANGER |pp]l 801 Quotidien Ce ne sont pas les divers genres de vie^que nous avons embrasss, mais ce sont.le^dillrentes dispositions^ de nos mes quiJ [fendent la vie plus ou moins heureuse. PLUTARQUE ^nonces sont reues au Comptoir Inlail de Publicit, 9 Rue Tronche, Pi. ^ II, 2}, Ludgite Hil), Londres; REDACTION; Rue Aniricaine:No,|l^>8 TELSPBOM -''A 1 Cour permanente DE luslice Internationale [Secrtariat du Conseil de la ides Nations vient de livrer blicit, en supplment du No .tembre du journal olliciel de lt, l'avant projet, labor la de la Cour permanente de lnternationale crer, lui1 prvisions de l'ait. U du ant, ainsi conu : lConseil est charg de prpa_ projet de Cour permanence lice internationale et de le sou IIJZ membres de la Socit, |Coar connatra de tous d li > d'on caractre international 1 prtu ri lui Bourae tront. Elle ira aussi des avis consultatifs jkwtdiffrend ou tout point dont nie Conseil ou l'Assemble t 1 publication est du plusgrand tet se reomraande l'aiten I par l'autorit de ses auteurs, Net, les membres du comit I d'entreprendre ce travail ont lis parmi les plus minen s (Conus, en raaire de droit Jional ; ce sont : Lord Philli i(Gnndt.' Bretugne), MMElihu I ( Etats-Unis), de la l'radelle ). Adatci (Japon), Ricci Uu. die), liaron Descamp (Belij,MM bevilaqu* 1 Brsil) rem par M' Fernandes. Idangerup vnigi), Loder ( Pays-Bas ) et lEspagne). %  rapport de ce comit, il ressort bce n'est pas sans peine qu'il eu lirriv IQX rsultat! obteuus. Mal |les points de vues nationaux les %  divers qui taient reprsents 1 runion, tou es les dcisions pt prises l'unanimit. N est-ce lia un indice rconfortant, un 1 prsage pour l'avenir? 1 Socit des Nations a beaucoup ilogie avec une COL idlation il; inai quoiqu'on en dise, elle |peot tre qu'un Super-Eta f En %  qualit elle doit avoir tous les buta ncessaires l'existence de Bon de ses membres piis en parwParmi ces attributs, ^aux1 il faudra ncessairement'com %  dre, plus tard, un territoiie •re a son gouvernement et une 'i arme, vient en premire ligne RiDiSfttioQ judiciaire base de interne, ,,ui doit rglei les 1 de ses membres. La Cour %  inente de Justice sera le corol •indispensable de cet organisai", ijoar mieux dire, e le doit tre Mwre angulaire de l'difice inter J*J qui est en construction. %  ••, Il Socit des Nations ne kmh pi8 delj out. S*ns doute lea br V^ comi l'ont ainsi enviai car ils 0 ut bien eu suin de dia oetlement la future organisa lia H r de Ju8 ''ce Arbitrale lit ii y ?k' C,tte Cour permanente itr. 0 D bourgeois, en ou vaut uiS. i. du co,n "*ne era pas Kic rbllr '8 e In ia une cour {j* donc, loin d'un collgo d'ar" compos dbommes guides J considra ions politiques, et lenrir P arties comme solut'on iMniT de8 C rapiomis qui ne >ii 1. 10u J ur8 conformes lW n H 0uve,le cration sera nn •JiJBe Jugea de profession ren lustice conformment la Nus ilI 0rale Aloia ^ ue a %,M; arbltra 8 e de la H -ye est ju ,, nouvelle juridiction sera l PQtL Urtout,e8Etats P ar ita, n ni ormaUon et 8 tous ceux "JJ donn leur adbsion au '*?i-projet est compos de 02 to articles prcds ou suivis d un commentaire interprtt f, et se divise en trois parties : L'organisation de la cour — sa comptence — et sa procdure, Organisation et fonctionnement La cration de la Cour permanan te de Justice n'exclut pas la Cour de Jusice Arbitrale del Haye, Celle-ci continuera fonctionner en son caractre facultatifL'indpendance des Magistrats est proclame dans la nouvelle juridic tionIl3 seront lus par l'assemble et le conseil de la SocitCe raoda de nomination, n'est pas tranger aux systmes nationaux. |Une des conditions inoispensables pour tre candidat, cest de possder une corn ptdnce notoira en mit.re da Droit international. La Cour se compose de lu mem b e', dont 11 jutfes titulaires et \ juges supplan'a. L qualit de j ugj ut inrnmpatiele avec, tou 0 autre fonction relevant de h direction politique soit nationale, soi. interna tionale de* E'.ats, e' aussi ave: lea fonctions d'agent, de consail o d avocat dana aucune alfaire d ordre interna ioaal II y a d'au'res incom patibilits relatives qu on rencontre galement dans lorganisation des tribunaux ordinaires Lait. 17 les dut* lit ainsi : "Ils (les membre) de la Cour) ne peuvent participer au rglement d'au cune affaire dans laquelle ils <*ont antrieurement interv nus comme agents, conseils ou avocats de l'uue des parties, membres d'un Tiibunal national ou international d'une com mission d'enqute ou tout autre titre.' Les juges, quaud ils sont hors de leur propre .pays, jouissent des in mes privilges et immunits que les Agen's Diplomatiques, h ne pour ront tre relevs dejleurs fonctions qja s'ils cnt c ess da rpondre aux .conditions requises et pour cela il faut la dcision unanimi des au'.res collguesLe Prsident et le greflisr rsideront ai sigede la Co nr qui sera fix la Haye. La Cour tieni a chique anns une session fil sauf dis oslion contraire, commenc ri le 13 juin, et cetmuera tant que la rle ne sera pan puis U y aura, commi dans les jundtc tions uationales, uneprocdure som maire, en vue de la prompte expdi tioa des alf tires En ce cas la Cour se composera de 3 membres. Mais en sance plnire, elle comprendra 11 iugdB A dfsut de ce nombre, ( J suftiront pour former le quorum. Comptence Lacques tpc de comptence est U pa lie 1a plus dlicate de l'œu vre du Comit. En cette matire il a fallu tenir compte du Droit International de lindpendauce des Etats el de la situation juridique des Nations qni ne sont pa3 encore Membres de la Socit, notamment de la position dos Pirata Unil d'Amrique qui on sign le trait de Versailles et ne 1 ont pas ratifia. Et vraiment on ne peut qu'tre merveill de la corap lence, du tact et de la sagesse qui ont praid l'laboration de cet e partie si diltiuile du travai/dont toute la valeur ressort de la clari deg A usuels plaideurs la Cour est-elle Amicale da Lyce Ption U comit direc'eur dt cette soctti s'est runi hier aprs m ./. j heures et a procd (MX lections .les membres du nouveaux bureau pour la priode 1920-192/ Ont t lus : Me Seymour Bradel, prsident Me Pierre Hudicouft'j-iceprsident Mr Mexiie, 'trsorier Mr Htrmann Hraut, Secrtaire %  neral Me Flix Dianibjis.Secrctaire aJ/oinl Mr le Dr Llix Ami m I u.eu demander au conii' de lune excuter la dcision du conseil de tiotfr le Lv:t d'un joli drapeau Mr le Dr Ricot, prsident du comt de construction a eu annoncer au comi t directeur qu un contrit at avec des architectes pour l :onstrucl immdiate de la bibliotlh-que el de 1 1 salle de lecture Sur la /,< mlioi lu Secrtaire liraux il u t dcile de dernier une grond fte le jour de la pose de la premire pierre \de cet difice Le comit de construction est charg de I organisation de celte tl qui aura 1 1 So peu On parle de donner le plus grand clat possible celle crmonie. IA voilier tHpublicattuarlira /eudi soir pour Santiago de Cuha prenant fret et passagers. Pour les conditions s'adresser d Mr Enriqaillo Mota, vra tre prcde des prliminaires de conciliation demeure! intructueux. Et avant de sta tuer sur si comptence,la Cour tara ce:te vrithation "111 hmine litlia.K 1 allai, si en droit interne, les tentatives d ai rang jinint l'amiable sont prconsi. plui forte raison ces rgles doi/ent tre observes du is les rapports entre EtatsCi serait taire ^eo. de cas des gards mu'.Uils que CSUX-JI se doivent eutre euz.q 1a ue ne pas lea introduire dans la lgmla'ion internationaleA. T. ( La [in au prochain numro J les Fles Mm du 11 Novembre Ctite anne, l'anniversaire de l'armistice qui a m s lin l'hcrrible guerre qui dvastait l'Europ et hantait le monde entier de on 'ourd cauchemu, mieux que les Allis, a eu pour la liance un tr p'.e caractre national. — En cll.'t, comme a dit le Miniilre de France, si j'ai bonni mmoire, le gouvernement frmais ava t, dans une circulaire du 4 Sep te m bre dernier, fil au ir Novembre la date d; la clbiatio 1 de l'anniver saire de trois granJi vnements 1rs toriques. 1 L'anniversaire de 1 Armistice m t'ant li 1 1 l'eflroyab'.e lut.e de la libit et de la civilisation contre l'imprialisme ar.ogvat et asservisaaiit, et la bnbaii nouvelle, coinmet.anl des atrocits sans nom 2 Le retour h>ureux de l'Alsace el de la Lorraine a la mre Pa ne ; t deux bslles et magn liaues provinces qui, comme autielois aux nmriageides pria: i, passaient avec hommes et choses d'un E at A un autre, comme UQ vil btai! ; V Le cinquantenaire ou l'Age d'or des noces de la Rpublique da | S ptemb.e 1870 avec la France, lie le Rpublique qui par sts ciivars ets.'-> h mines d'Etat l'ont prpare et conduite i li revanch;. L; matia. i sept heures et,demie, dans une simplicit imposante, belle crmonie religieuse la Basilique NJI e Da ne et laquelle assistaient Lturs Gracdcuis l'archevqueConan et l'voue des C-yes, Monseigneur Pichon, tout le Cle*g et les coles congr.'ganistts, le Corps diplomatique,te Gouvernement reprsent par trois Secrtaires d Etat, les associations de S.-cours mutuels et de bien faisan e, du Comit haitien de 1 Alliance franaise et des Combatlants franc lis de la grande Guerre. (S)J y voyait aussi nombre de franais des .deux sexes et beaucojp-d hatiens am'L He la Fran:e. LAbsV'l." pour les soldats franais tt alliV' morts sur les champs de bataille, ta' K donne par l'vjue Fichoa A l'issue''*. •i-^'.'f.'SWe chante par une belle chorale et rehausse par les cuivres sonores et haimonieu de la Musique du Pa'ais, la foule, sur le paiv.s de la Basilique, debout et dcouvert',cout l it rebg eusement lentrainin e et soulevante Marseillai se, laissant pisser dans l'air toujours le mme frisson d'pope et le mme large souille de libert,et la Dessalinienne. sa tille unique, hy.nie hatien, ii ti;r dans l'accent vibrant de l'amoui du sol natal et du dsir impo.ant de le guder pieuseme u des tils. A dix heures, belles rceptions la Lgition de France, vers laque'le conduit une alle donnant une b: le perspective de sous-bois, et dans les beaux salons de laquelle, orns majestueusement d'un magnifique buste de la Rpublique Frannse, entour de palmes, et de celui aux" traits neigques et eipressils de Gambetta,—s panouissaient de char m ml. bouquets de leurs de toutes sortes dans le dcor s'enrichissant d: lipis et de panneaux de chasse d'une beau et d'un prix inestunaqles. La musique du Sminaire Collge jouait alternativement les deux beaux hymnes des "deux pays amis et son riche rpertoiie. Deux vibrants discours, l'accent La Cour Navale d'Enqute Elle 11a pas sig hier* contre no tre attente et cella de plusieursUn de nos confrres avait cepen daut annonc qu'elle aurait tenu sa ce. Un autre explique que la sance a manqu, cause de l'absence d un tmoin cit. Ce tmoin, al il ajoutpeut tre ici aujourd'hui. Ces', en somme, assez.'.bizarre. lin debors de ses sances publi ques, la cour travaille t elle'/ C'eet ce que plusieurs personnes se demandent. (>n compreud combien, en dehors d invitations expresses ou de com muniqus formels, nous manquons d informations ;'i ce sujet. Il :;n.:it, eu elfet, d'instruction criminelle, et ce qui est plus grave, d'instruction criminelle militaire. Il y a de multiples raisons, sans doute, po.11 qu'il ne transpire de tels travaux que juste ce qu'on veut bien nous servir, dans l'intrt mme de la procdure. Nous n'avons donc qu'un mot et qu'un conseil offrir noa lecteurs ; attendre, en souhaitant qu'attendre suit eu !!. % %  ne temps esprer. Un sent dans I air et dans toute l'atmosphie qui s'tend des ctes amricaines aux ntres que ce qui se passa peut tre chose trs grave, puisqu'elle tieut la foia au sort d'un peuple et la rputat'on d'un autre, Attendons donc. mu et touchant, taient prononcs. Lun par le Prsident de la Socit de Secours mutuels etde bienfaisance, Mr Chrie/., incarnant loquemment l'hrosme du pre cornlien et dont le patriotisme ue parait plus rigide aprs celte guerre dvoreuse de tils : l'autre par le fin diseur, le vice-ptsident du com t haitieu de l'Alliance franaise,Mr Charles Bouchereau. Le Ministre y rpondait magistralement et en des termes mouvants. Aprs avoir lait uce belle excursion his.onque i travers le long pass du pays de la lum.re in ellecluelle et de la gloire militaire, disant un mot rapide sur les grandes dates et sur les tapes parcourues par la France monarefrque et dgnie,consulaire et bouleverse, impriale, rayonnante et lulguraule de g oires napolonien Les,mais i la lin ereinte et puise, comme lag r ande cavale indompte |usque li, l'etaic en s'atlaissant sous lui en gmissant ; ouf et en criant g..e au dompt.ur plissant enfin ia douloureu e tape de 1870 et celle rayonnante et ensoleille de gloire ei de tieric dans le sa;riiice_cousenu et qui a con luit a l heureuse et triom phante revanche ; —aprs ce rappel Ue tins douloureux et puis heureux, le M.nstie levait son verre.au cham pign a ei buvar. en faisant des voeux de prosprit pour les deux paya amis et allis naturels, et auxquels lponiaiet les deux dlgus. On est sorti enchant et gardant un agrab.e sou/euir del rception aimable et comtoise et de l'urbanit exquii? de Monsieur le Ministre de Francs el Je Mme Agel d'une compagnie charmante et d'un bel cm-. prebsement A faire les honneurs de son salou. L'rbiuit et compagnie charmante de tous deux qui sont l'honneur de leur beau pays au doux parler et i la bonne manire. Flx DLSROGSSEL Le \2 Novembre 1920 1 / 4i


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05265
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, November 17, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05265

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
foijornffe anne iVo39ffi

PorCau PrincpJ'i*
Merrrr^di 17 Novembre 1H20
D1RECTEDR-PR0PRIETAIRE
jllent-MAGLOIRB,
Magistrat Communal

HNUMEIO 15CBNTIMI1
pou 0) 100
DEPARTEMENTS
G. 2.50
poil u mon 7.00
ITRANGER
|pp]l 801
Quotidien
Ce ne sont pas les divers
genres de vie^que nous
avons embrasss, mais ce
sont.le^dillrentes dis-
positions^ de nos mes
quiJ [fendent la vie plus
ou moins heureuse.
PLUTARQUE
^nonces sont reues au Comptoir In-
lail de Publicit, 9 Rue Tronche, Pi.
^ II, 2}, Ludgite Hil), Londres;
REDACTION; Rue Aniricaine:No,|l^>8
TELSPBOM -''A1
Cour permanente
DE
luslice Internationale
[Secrtariat du Conseil de la
ides Nations vient de livrer
blicit, en supplment du No
.tembre du journal olliciel de
lt, l'avant projet, labor la
de la Cour permanente de
lnternationale crer, lui-
1 prvisions de l'ait. U du
ant, ainsi conu :
lConseil est charg de prpa-
_ projet de Cour permanence
lice internationale et de le sou
iijz membres de la Socit,
|Coar connatra de tous d li
> d'on caractre international
1 prtu ri lui Bourae tront. Elle
ira aussi des avis consultatifs
jkwtdiffrend ou tout point dont
nie Conseil ou l'Assemble "t
1 publication est du plusgrand
tet se reomraande l'aiten
I par l'autorit de ses auteurs,
Net, les membres du comit
Id'entreprendre ce travail ont
lis parmi les plus minen s
(Conus, en raaire de droit
Jional ; ce sont : Lord Philli
i(Gnndt.' Bretugne), MM- Elihu
I(Etats-Unis), de la l'radelle
). Adatci (Japon), Ricci Uu-
. die), liaron Descamp (Bel-
ij,MM bevilaqu* 1 Brsil) rem
par M' Fernandes. Idangerup
vnigi), Loder ( Pays-Bas ) et
lEspagne).
rapport de ce comit, il ressort
bce n'est pas sans peine qu'il eu
lirriv iqx rsultat! obteuus. Mal
|les points de vues nationaux les
divers qui taient reprsents
1 runion, tou es les dcisions
pt prises l'unanimit. N est-ce
lia un indice rconfortant, un
1 prsage pour l'avenir?
1 Socit des Nations a beaucoup
ilogie avec une colidlation
il; inai quoiqu'on en dise, elle
|peot tre qu'un Super-Etaf. En
qualit elle doit avoir tous les
buta ncessaires l'existence de
Bon de ses membres piis en par-
w- Parmi ces attributs, ^aux-
1 il faudra ncessairement'com
dre, plus tard, un territoiie
re a son gouvernement et une
'i arme, vient en premire ligne
RiDiSfttioQ judiciaire base de
interne, ,,ui doit rglei les
1 de ses membres. La Cour
inente de Justice sera le corol
indispensable de cet organisai",
ijoar mieux dire, e le doit tre
Mwre angulaire de l'difice inter
J*J qui est en construction.
, Il Socit des Nations ne
kmh pi8 deljout. S*ns doute lea
brV^ comi l'ont ainsi envi-
ai car ils 0ut bien eu suin de dia-
oetlement la future organisa
lia h r de Ju8''ce Arbitrale
lit iiy?k'C,tte Cour permanente
itr.0D bourgeois, en ou vaut
uiS. i.du co,n"*- ne era pas
Kic rbllr'8e' In*ia une cour
{j* donc, loin d'un collgo d'ar-
" compos dbommes guides
J considra ions politiques, et
lenrir Parties- comme solut'on
iMniT de8 Crapiomis qui ne
>ii 1. 10uJur8 conformes l-
WnH0uve,le cration sera nn
JiJBe Jugea de profession ren
lustice conformment la
Nus il- I0rale- Aloia ^ue a
%,M;arbltra8e de la H-ye est
, ju ,, nouvelle juridiction sera
lPQtLUrtout,e8Etats Par"
ita,nniormaUon et 8 tous ceux
"JJ donn leur adbsion au
'*?i-projet est compos de 02
to
articles prcds ou suivis d un
commentaire interprtt f, et se di-
vise en trois parties : L'organisation
de la cour sa comptence et
sa procdure,
Organisation et fonction-
nement
La cration de la Cour permanan
te de Justice n'exclut pas la Cour de
Jusice Arbitrale del Haye, Celle-ci
continuera fonctionner en son ca-
ractre facultatif-
L'indpendance des Magistrats est
proclame dans la nouvelle juridic
tion- Il3 seront lus par l'assemble
et le conseil de la Socit- Ce raoda
de nomination, n'est pas tranger
aux systmes nationaux. |Une des
conditions inoispensables pour tre
candidat, cest de possder une corn
ptdnce notoira en mit.re da Droit
international.
La Cour se compose de lu mem
b e', dont 11 jutfes titulaires et \
juges supplan'a. L qualit dejugj
ut inrnmpatiele avec, tou 0 autre
fonction relevant de h direction
politique soit nationale, soi. interna
tionale de* E'.ats, e' aussi ave: lea
fonctions d'agent, de consail o d a-
vocat dana aucune alfaire d ordre
interna ioaal II y a d'au'res incom
patibilits relatives qu on rencontre
galement dans lorganisation des
tribunaux ordinaires Lait. 17 les
dut* lit ainsi :
"Ils (les membre) de la Cour) ne
peuvent participer au rglement d'au
cune affaire dans laquelle ils <*ont
antrieurement interv nus comme
agents, conseils ou avocats de l'uue
des parties, membres d'un Tiibunal
national ou international d'une com
mission d'enqute ou tout autre
titre.'
Les juges, quaud ils sont hors de
leur propre .pays, jouissent des in
mes privilges et immunits que les
Agen's Diplomatiques, h ne pour
ront tre relevs dejleurs fonctions
qja s'ils cntcess da rpondre aux
.conditions requises et pour cela il
faut la dcision unanimi des au'.res
collgues-
Le Prsident et le greflisr rside-
ront ai sigede la Co nr qui sera fix
la Haye. La Cour tieni a chique
anns une session fil sauf dis os-
lion contraire, commenc ri le 13
juin, et cetmuera tant que la rle
ne sera pan puis
U y aura, commi dans les jundtc
tions uationales, une- procdure som
maire, en vue de la prompte expdi
tioa des alf tires En ce cas la Cour
se composera de 3 membres. Mais
en sance plnire, elle comprendra
11 iugdB A dfsut de ce nombre, (J
suftiront pour former le quorum.
Comptence
Lacques tpc de comptence est U
pa lie 1a plus dlicate de l'u vre du
Comit. En cette matire il a fallu
tenir compte du Droit International
de lindpendauce des Etats el de la
situation juridique des Nations qni
ne sont pa3 encore Membres de la
Socit, notamment de la position
dos Pirata Unil d'Amrique qui on
sign le trait de Versailles et ne
1 ont pas ratifia. Et vraiment on ne
peut qu'tre merveill de la corap
lence, du tact et de la sagesse qui
ont praid l'laboration de cet e
partie si diltiuile du travai/dont toute
la valeur ressort de la clari deg
A usuels plaideurs la Cour est-elle

Amicale da
Lyce Ption
U comit direc'eur dt cette soctti
s'est runi hier aprs m ./. j heures
et a procd (MX lections .les membres
du nouveaux bureau pour la priode
1920-192/
Ont t lus :
Me Seymour Bradel, prsident
Me Pierre Hudicouft'j-iceprsident
Mr Mexiie, 'trsorier
Mr Htrmann Hraut, Secrtaire
neral
Me Flix Dianibjis.Secrctaire aJ/oinl
Mr le Dr Llix Ami m I u.eu
demander au conii' de lune excuter
la dcision du conseil de tiotfr le Lv:t
d'un joli drapeau
Mr le Dr Ricot, prsident du comt
de construction a eu annoncer au comi
t directeur qu un contrit at
avec des architectes pour l :onstrucl
immdiate de la bibliotlh-que el de 11
salle de lecture Sur la /,< mlioi lu
Secrtaire liraux il u t dcile de
dernier une grond fte le jour de la
pose de la premire pierre \de cet difice
Le comit de construction est charg de
I organisation de celte tl qui aura 1 1
So peu On parle de donner le plus
grand clat possible celle crmonie.
Ia voilier tHpublicattuarlira /eudi
soir pour Santiago de Cuha prenant
fret et passagers.
Pour les conditions s'adresser d Mr
Enriqaillo Mota, reuja Office.
ouverte ? Telle est la question
que se sont pose les membres du
Comit en entamant cefe matie/e.
Pour y rpo dre ils ont recherch
l'tspnt de l'ar 14du Covenant plus
haut reproduit, en ce qui concerne
le caractre du jjs'iciable Est ?e aux
particuliers contra des Etats o seu
lement & des E ats contre de? Etats
La Cour ooonaifra, dit cet article, de
tous diffrends d'un caractre inter-
national que les parties lui soumat-
tront.Un par.icuhem ayant pasl'exer
cice de la snuveiaina politique, il
euevident que sondiffrend avec un
Etat tranger ne peut pas revtir un
caractre international. Ojoiqiele
Comit n'ait pas entirement repou;
se la possibilit da I admission future
d un particulier au droit de citer un
E'at tranger devant la juridiction
laternatioiia'e, elle a dcid q 1a la
Cour connatra des litiges entre litats
C'est ainsi que l'a;t. 32 dit que la
Cour est ouverte aux Etats UM&ttOD
ns l'annexa du Covenant, et
ceux] qui seront ultrieurement en-
trs dans la b jcit d-s Natijis, tt
accs lible aux autres Etats
Les Etats-Unis d'Amrique ont un
rguna particulier, :aat donn leur
situation juridique au regard del
Socit des Nations. Membre origi
naires de cette Socit- ils ont ligne
le Govenan mais ne l'ont pas rati-
ft|< Un espre que C) rg ma n.est
que tjmporaire II a t a:id que
la Cour lenr est ouverte sans autres
conditions que da participer aux
frais da son administration, confor-
mment aux dispositions de l'art 17.
Toute act'on introduite devant la
Coui de justice d>vra tre prcde
des prliminaires de conciliation de-
meure! intructueux. Et avant de sta
tuer sur si comptence,la Cour tara
ce:te vrithation "111 hmine litlia.K 1
allai, si en droit interne, les tentati-
ves d ai rang jinint l'amiable sont
prconsi. plui forte raison ces
rgles doi/ent tre observes du is
les rapports entre Etats- Ci serait
taire ^eo. de cas des gards mu'.Uils
que csux-ji se doivent eutre euz.q 1a
ue ne pas lea introduire dans la l-
gmla'ion internationale-
A. T.
( La [in au prochain numro J
les Fles Mm
du 11 Novembre
Ctite anne, l'anniversaire de l'ar-
mistice qui a m s lin l'hcrrible
guerre qui dvastait l'Europ et han-
tait le monde entier de on 'ourd
cauchemu, mieux que les Allis, a
eu pour la liance un tr p'.e caractre
national. En cll.'t, comme a dit
le Miniilre de France, si j'ai bonni
mmoire, le gouvernement frmais
ava t, dans une circulaire du 4 Sep
te m bre dernier, fil au ir Novembre
la date d; la clbiatio 1 de l'anniver
saire de trois granJi vnements 1rs
toriques.
1 L'anniversaire de 1 Armistice
m t'ant li 1 1 l'eflroyab'.e lut.e de la
libit et de la civilisation contre
l'imprialisme ar.ogvat et asservis-
aaiit, et la bnbaii nouvelle, coin-
met.anl des atrocits sans nom 2 Le
retour h>ureux de l'Alsace el de la
Lorraine a la mre Pa ne ; t deux
bslles et magn liaues provinces qui,
comme autielois aux nmriageides
pria: i, passaient avec hommes et
choses d'un E at A un autre, comme
uq vil btai! ; V Le cinquantenaire
ou l'Age d'or des noces de la Rpu-
blique da | S ptemb.e 1870 avec la
France, lie le Rpublique qui par sts
ciivars ets.'-> h mines d'Etat l'ont
prpare et conduite i li revanch;.
L; matia. i sept heures et,demie,
dans une simplicit imposante, belle
crmonie religieuse la Basilique
NjI e Da ne et laquelle assistaient
Lturs Gracdcuis l'archevqueConan
et l'voue des C-yes, Monseigneur
Pichon, tout le Cle*g et les coles
congr.'ganistts, le Corps diplomati-
que,te Gouvernement reprsent par
trois Secrtaires d Etat, les associa-
tions de S.-cours mutuels et de bien
faisan e, du Comit haitien de 1 Al-
liance franaise et des Combatlants
franc lis de la grande Guerre. (s)j y
voyait aussi nombre de franais des
.deux sexes et beaucojp-d hatiens
am'L He la Fran:e.
LAbsV'l." pour les soldats fran-
ais tt alliV' morts sur les champs
de bataille, ta'K donne par l'vjue
Fichoa A l'issue''*. i-^'.'f.'SWe chante
par une belle chorale et rehausse
par les cuivres sonores et haimonieu
de la Musique du Pa'ais, la foule,
sur le paiv.s de la Basilique, debout
et dcouvert',coutlit rebg eusement
lentrainin e et soulevante Marseillai
se, laissant pisser dans l'air toujours
le mme frisson d'pope et le m-
me large souille de libert,et la Des-
salinienne. sa tille unique, hy.nie
hatien, ii ti;r dans l'accent vibrant
de l'amoui du sol natal et du dsir
impo.ant de le guder pieuseme u
des tils.
A dix heures, belles rceptions
la Lgition de France, vers laque'le
conduit une alle donnant une b: le
perspective de sous-bois, et dans les
beaux salons de laquelle, orns
majestueusement d'un magnifique
buste de la Rpublique Fran-
nse, entour de palmes, et de celui
aux" traits neigques et eipressils de
Gambetta,s panouissaient de char
m ml. bouquets de leurs de toutes
sortes dans le dcor s'enrichissant
d: lipis et de panneaux de chasse
d'une beau et d'un prix inestuna-
qles.
La musique du Sminaire Collge
jouait alternativement les deux beaux
hymnes des "deux pays amis et son
riche rpertoiie.
Deux vibrants discours, l'accent
La Cour Navale
d'Enqute
Elle 11a pas sig hier* contre no
tre attente et cella de plusieurs-
Un de nos confrres avait cepen
daut annonc qu'elle aurait tenu
sa ce. Un autre explique que la
sance a manqu, cause de l'ab-
sence d un tmoin cit. Ce tmoin,
al il ajout- peut tre ici aujourd'hui.
Ces', en somme, assez.'.bizarre.
lin debors de ses sances publi
ques, la cour travaille t elle'/ C'eet
ce que plusieurs personnes se de-
mandent.
(>n compreud combien, en dehors
d invitations expresses ou de com
muniqus formels, nous manquons
d informations ;'i ce sujet.
Il :;n.:it, eu elfet, d'instruction
criminelle, et ce qui est plus grave,
d'instruction criminelle militaire. Il
y a de multiples raisons, sans doute,
po.11 qu'il ne transpire de tels tra-
vaux que juste ce qu'on veut bien
nous servir, dans l'intrt mme de
la procdure.
Nous n'avons donc qu'un mot et
qu'un conseil offrir noa lecteurs ;
attendre, en souhaitant qu'attendre
suit eu !!. ne temps esprer.
Un sent dans I air et dans toute
l'atmosphie qui s'tend des ctes
amricaines aux ntres que ce qui
se passa peut tre chose trs grave,
puisqu'elle tieut la foia au sort
d'un peuple et la rputat'on d'un
autre,
Attendons donc.
mu et touchant, taient prononcs.
Lun par le Prsident de la Socit
de Secours mutuels etde bienfaisance,
Mr Chrie/., incarnant loquemment
l'hrosme du pre cornlien et dont
le patriotisme ue parait plus rigide
aprs celte guerre dvoreuse de tils :
l'autre par le fin diseur, le vice-pt-
sident du com t haitieu de l'Allian-
ce franaise,Mr Charles Bouchereau.
Le Ministre y rpondait magistra-
lement et en des termes mouvants.
Aprs avoir lait uce belle excursion
his.onque i travers le long pass du
pays de la lum.re in ellecluelle et
de la gloire militaire, disant un mot
rapide sur les grandes dates et sur
les tapes parcourues par la France
monarefrque et dgnie,consulaire
et bouleverse, impriale,rayonnante
et lulguraule de g oires napolonien
Les,mais i la lin ereinte et puise,
comme lagrande cavale indompte
|usque li, l'etaic en s'atlaissant sous
lui en gmissant ; ouf et en criant
g..e au dompt.ur plissant enfin
ia douloureu e tape de 1870 et celle
rayonnante et ensoleille de gloire
ei de tieric dans le sa;riiice_cousenu
et qui a con luit a l heureuse et triom
phante revanche ; aprs ce rappel
Ue tins douloureux et puis heureux,
le M.nstie levait son verre.au cham
pigna, ei buvar. en faisant des voeux
de prosprit pour les deux paya
amis et allis naturels, et auxquels
lponiaiet les deux dlgus.
On est sorti enchant et gardant
un agrab.e sou/euir del rception
aimable et comtoise et de l'urbanit
exquii? de Monsieur le Ministre de
Francs el Je Mme Agel d'une com-
pagnie charmante et d'un bel cm-.
prebsement A faire les honneurs de
son salou.
L'rbiuit et compagnie charmante
de tous deux qui sont l'honneur
de leur beau pays au doux parler et
i la bonne manire.
Flx DLSROGSSEL
Le \2 Novembre 1920

1
/
4i


ttf MATIN
L'Incident de 1 Ecole Normale
Vcus cor. naissez srns doute la
charmante tt dsopilante histoire,
conte dans le temps avec tant de
verve par l'inoubliable disert de salon
M- I. Moll.;d'un garde municipal
qui descendit de cheval pour emr-ris
ser son trre|marchard de marrons
au coin de la|rue Mogu.
Un loustivit la scn d'ellusion,
en tut touch et appela sur elle l'at-
tention de deux ou trois passants
Ces deux ou trois passanis provo
qutent un rassemblement,et bientt
toute la rue Mogu (ut en moi.
Cet moi dgnrant en un trop
biuyant encombrement, les agents
de la force publique durent interve-
nir pour dissiper ce rassemblement
de li, panique, rsistances, heurt?,
coups, manifestations, blessures de
quelques individus et dedeux ou
trois agents.
la presse s'empara de la question
en la brodant et en l'envenimant,
selon ses traditions d'ailleurs; puis
la passa i un dput tapageur.
Ce'ui-ci l'amena avec lui la
Chambie un moment c 1rs rel -
lions taient trs tendues entre leca-
binet et leparlement Une interpella-
lion eut heu, qui aboutit a un ordre
du jour dfavorable au cabinet. Chute
dn Gouvernement.
Cette histoire se rapproche un peu,
loutes choses gales d'ailleurs, de
l'incid nt insignifiant en soi de l'F-
cole Normale, mais qui peut avoir
des suites srieuses.
Li directrice de cet tablissement
s'ar ange amiablement avec des pa-
rents de quelques lves retardes
pour que celles-ci soient places dans
un autre tab'issement. Fait aussi
courant et aussi banal qu'un garde
municipal me tant pied a taire pour
tn-brasser ion hre rencontr dans
la tue.
Un c'e nos coclrres est mu du
'ait et le signale. C'est le geste du
loustic.
Enqute, va-et-vient chez h direc
tfICt et chez les parent?, on veut
voir et savoir, moi ehez les uns et
les autres, confrontation presque,gres
mots. Tout cela, c'est le rassemble-
ment et le colletage avec a fo ce
publique.
Correspondance trs arrre entre
le Dpar'ement de 1 Instruction pu-
blique et l'Inspection scolaire; les
grands principes sont invoqu?, la
discipline, les rgles pdageg ques,
la loi, les rglements, les aanciions
et depuis hier, on parle de grave d-
cision attendue. Donc, interpellation
et tout son bruyant attirail.
Un seul point reste jusqu'ici sans
pendant : c'est la chu:t du c binet.
Mais lhistoire n'et peur- re pss
finie.
Nouvelles Etrangres
PARIS. Tous les journaux CLt
presque* .uniquiment reini la pour
les i ccita desce'monies d hier do nt
ils font ref sortir le caractre gian
diose et en quelque sorte religie x.
Ils ee flicitent que la journe 'ut
tu e vritable apothose la ^loire
de la l'utile, de la Rpublique et du
soldat franais. Toub relvent la no-
blesse, la convenance et l'adraireb e
largage de M.Millerand au panthon
et coistatent que la population par
ticipa avec une profonde e'motion
au pieux auniveisaire de la paix glo
rieuse et au cinquantenaire du lgi
me qui nous lo dvoue.
L'Echo de l'aria dit au snjet d'ad-
mission \entuelle des Etats enne
mis dans la socit des nations,pria
cipalement l'Allemagne que le gou
vernemeut Anglais a pi omis formel
lemeut de ne point favoriser c'e lever
l'inteidit dont l'Allemagne est frapp
jusqu' uouvel ordre-
D'autre part Mr Leygues a recom
mand, aux dlgus liai rais de se
retirer de l'assemble ai I on pasie
outre au veto de la 1 rance. Quant
l'Autriche et Bulgarie on incline a
prendre leur gard une a.ilvue
beaucoup clmente en taison de
leur attitude conciliante-
Le charg de France Panama
es nomm chevalier de la lgion
d honneur-La confrence des Binbaa
8adeurs prit connaissance du rap-
poil de la commise loa dj dlimita
lion du lssin du la .Sarre sur I tat
de ses iravaux i et des propoti iors
en vue de rglement des dernires
questions en suspen-. El'e approuva
ltsrappoiti de la commission de
dlimitation, gfrrnano polonaise sur
certaines mod;lications apporter
l frontiie.entre la Prusse orientale
et Dantz'g mise au courant des dilli
cultes survenues dans le rglement
des questions intressant la Houma
nie et la Horgrie. Elle exprima le
de'sirdevoir rtablir les relations
diplomatiques antre 1 s d ux pays.
HuMIv M Trumhitch dc a a aux
journaliste* quen mme t mpi q>.;e
la conclnaioD on do raccord concer
riant la front re Italo VougOG ave
les fondements des relation d amitis
furenL jets. I! affirma que les sacn
lices Yougoslaves ne cach nt aucune
arr.ie pense et que I accord satis
faisant continuera
SEBASTOPOI___En prsence des
forces siqiiieures Rolchviates alla
quant Peitkpop le gnral Wrangel
se Mplii des ligueB avances scr
des propositions principales-
PARIS. Un ladiogremme de lies
cou du 1 ^annonce que des metures
de sant spciale furent piises
Moscou sans donner des indication)
sur la natute de ces natuies. Ce ra
d Otfian me txpoBe longuement quel
les forent rendueB ncessaires par
de prtendues inlrigues pour miner
le reg me Bolch viste.
i i
Dcs
Nous avons appris avec regret la
mort de Frdric Civil, survenue ce
matin deux heures.
Les funrailles aurout lieu demain
matin.
Le convoi part ra de la maison
mortuaire s;se Rue Champ de Mars
8 heures pour se rendre lTa'.i'J'
Ste-Ann\
Le Cabinet de Mes llermann et
Llio Malbranche est transfr Pe-
ts ge de la maison nouvellement
construite et ntue la rai Dams
Destouche*. ci devant Pave, pres-
que, l'angle des rues Dants Destou
elles et Rpublicaine, feule Noid.
Dr Bois
Chirurgien dentiste
Rue du Dr Aubry, prs de l'Ins-
pection.
A Vendre
Une automobile CHEVROLET*
modle 1918 Les offres seront reues
par 1 Ingnieur en Chef de la Direc
tion Gnrale des Iravaux Publics
jusqu'au 25 Novembre 1920 a midi.
L'Automobile pouira tre visite
1 l'Uusine a Glace de Port au Prince
et les offres devront tre envoyes
sous pli cachet et marques Offre
pour auU mobile Chevioi t.
Le paiement doit tre effectu a
la livraon de l'automcbi'e. L'auto
mob.le est complte excep. le m?ga
sinage de la bat erie.
Port au 1 rince.le 1; Novembie 1920
UNE
PASTILLE
VALDA
JE3>.J BOTJCHS
igHinjTOfflj
d&a Maux de Gorire. Enrouements,
Rhumej de Cerveau, Rhumes,
Bronchites, i-tc.
C'est le SOOLAGSMEST INSTANTAN
do l'Oppression,
dos Accs d'Astmve, etc., etc.
C'est le BON PEMDE
pour combattre toutes les
Maladies de la Poitrine.
RECOMHANDATIOHdHoutr IMPORTANCE
DEMANDEZ. EXIGEZ
dans toutes les Pharmacies
Les Vritables
PASTILLES
VALDA
vendues seulement
en BOITES
portant le nom
AVIS
Il est p.-1 venu la connaissais
du Servies d'Hygne Pibliq'ue q 1e
des persornes soutirant Je petite v-
role laissent Por'-au-Pnrce et vo't
ailleurs, dans le but de se ca her
pour n"tre pas isoles i l'Hpital
Gnral.
Ces personnes font un for' irrpa-
rable au peuple en expo tut celles
qui ne sont pas malad \% tre conti
mines. Elles permettent a la mala-
die de se propager et nous enlvent
tor.t contrle-.
Nous devrons pouvoir compter
sur tout le monde.
Il nous fau laide de to s pour
arriver enrayer cet e maladie. Les
personnes envoyes a l'hpit il reoi-
vent de bons sons,une bonne nour
riture, etc Noas ne dsirons que de
les isoler i i mesure qu'elles se r-
tablissent, elies sont envoyie chez
elles Mieux ynt se faire sogner
l'hpital.
* Nous engageons tous milades de
se rendre immdiatement l'hpital.
Nous demandons tout le monde
de rapporter a notre Service les cas
qui parviendraient leur connais*
since, de faire tous les eforts possi-
bles pour arriver isoler celte ma-
ladie et viter toute contamint on.
Journalistes amricains
Poit au Prince
Depuis quelques jours,nous avons
l hoi neur de possder trois journa-
listes amricains : MM S mpion. de
l tSozieted Press Bennett, du Tri
bvnfs et Porest. du (Tnt*.
Ils ont i reus par S E. le Pr
sident d'Haiti et nous croyons savoir
qu ils ont profit de Pocrasion pour
Occasion exceptionnelli
Liquidation
Rabaisse 75o}o chez
MiT0lNfftTALAIIA8|
Sis rue .lu M rgasin Je l'Etat, en facefde Simon VWi
Aoms annonons noire aimable clientle que nous venom >
men'er notre stock de marchandises nouvellement reues et a
liquidation s'coute trs rapidement.Qu'ils s'empiessent doncdV "'
sn frus et coquet s rayons et di faire leurs emplettes de dm*9*
i'nx :*?8im
a ,x
Ruban:8at.coulNo40Cl20,Da,i
No 9 ,10 n
No 12114
No l(j| 18
No 00fl25
Ai cien
Moueseline cojI bar 3-50
Crpon de soie doublarf? 00
Soie lavable couleut 810
Jbeiviet e de toilette 4(8
Serge bleu homme 3500
Serge bleu homme sup 00.00
Casimir carreaux
Casinelte doub lai ^
Crpe de Chine
Cipe georgette
Crpa mie'or
Cipe da Clime bar
Salin liberty
Tassor di foie
Organdi couleur
Nansouk blanc gr lorg
Mousseline barres
Diablement fort
Drill tugsor
Pi 01 le fuprieur
Voile fleura di larg
Monsstiinc blaocha
M'ousseiins banes
Nar.si uk mole
Urill blanu
Simiii blarc
M< rhix
Kaki blanc
lu ki jsnue
f'rill coton couleur
Dcck fil
taoDiot couleur
Hau lie
l'Ianelle
Munelle
[lanelle eupe'rieiire
Flanslli mousseline
Crpon biacc
Ctiapeaux de paille
ilubrn satin co' No 2 p.
No S
No 5 7
t rjr-.gfi.--T
40,00
; 12.00
18 00
18,(0
S5 00
22.00
18,(0
loto
0(0
4(0
4,(0
4
7
Ci
4
3.50
3 50
*
5
,66'j
5
0
4
10
;i se
5
(i
12
15
20
2,50
Vo
Nouv. ]
1.76
4.00
5.00
2.S6
18.00
r.OO
20,00
7.00
10.C0
10,00
13 CC
IV 00
10,00
ftOO
j!:>o
2.&0
2,50
250
3,50
250
2.3fi
2
2 25
2'o0
3
3
50
3
3.50
2,25
050
2 25
3
;i50
7,50
9
11
150
U
t

4.50 3
0 4
5
No 80'30
No 100 35
Ruban pompadou l'aune O.O
* aatin 8
Palm beach sup,l'aur.e20
Lotion Pompais s te 0
Lotion Armour 5
Lotion Colgate 5
Poudre gl av heuppe 3
Chemises homme col li
sup. 18
coulsup20
c blanche sup 20
blanche sup 15
t crre Shice 75
Chen isettes sup 8
Chemisette jours jap 7,50
Chaussettes coton inf 10*
Chausset'es inf- noi es 10
lias cot blancs pr ei.i, 0
Chaussettes lit noir 18
Chaussettes fil r.oirsup 20
Bas noir douze 15
lias noir assort. Pup- lu
lias i o.th supin, llig 20
Cravates repa 0
Cravates repe nuds 5
" blanchbrcdes
Nappe blanche 1 ; m.u 8
Toile blanche pr jupe 5
Chapeaux laine a hotn 25
Corsets femme 18
. 25
35
" ceinture cou 12
oudre Colgate 3
Savon Colgite doi-7.9 10
Bit'elles suprieures 4
12
16
18
26
V
*1
il
3
3
101
12
15
U
*,
50
4!
5
4
121
W l
12
15
4
3
31
- c I
3|
12
10
15
20
7
I
2

v tn'erwiever le Chef de Ii-at.
Noj condolances L? t.mile du jn o.,.. j n
^UQt Jr u La Presse de Port au Prince se pr
A Pare i offiirun btnquet enl'honneur
de nos conirres de la grande presse
tangre a qui nous souhaitons la
bienvenue.
A.vis officiel de la Direciiong-
^nrale des Travaux publics
Le lluieau de l'Ingnieur eu chef
de la Direction Gnrale des Tra-
vaux publics avise le public que le
lieutenant C. A. Trexcl (C) I'-S.N.
est dsign comme Directeur du
Service Hydraulique de PorWu*Prin
ee et des diveises villes de la H-
publ que.
Le lieutenant Trexel aura comme
assistant principal Port au l'iince,
Mi L. O. Gates qui sera le snperin-
tendant du Service Hydraulique de
cette ville.
Nous esprons que le nouveau
Directeur, avec le concours loyal et
einere du pub'ic et de ses uides,
russira bientt 1 amliorer le Bit-
vtCS Hydraulique de l'of- u-1'iince.
Clyde Sioamship
Hompuiiy
( FOREIGN SERVICES )
Le BiS t Lak: Sunrpee est aiten-
d>] ici le 22 du cour;nt veian de
New York via les por s du Norl. Il
la,sera le m.n* pur pour P%tit-
Gcve, Jacmel tt Aquin d'e il con-
tinuera pour D me:ara, Paramaribo,
St Lauient et Cayenne.
l'oit au Pr nce le i<> Novembre iy20
C. F, CLEMENTS agents
Ncrologie
Hier soir est dcde en sa demeure,
sise d Petit Four, Mme Vve I) hter
Roberts, mre de notre ami Henry
lioberts, banquier et Alexandre Ro-
berts; pharmacien. Les funrailles au-
ront Heu cet hpri-mitk, Le convoi
partira de la maison mortuaire pour
se rendre en l'b'i/lise du Sacr Cur.
Xous prsentons nos sincres condo
limes ttutet les familles que cette-
mort met en deuil.
- *-v
IOON ATION
pv'one* le3
I COMPRIMS
c 'SU2SSES
: .LOfAT, Pharmac-'vn,
I, / ti f- fi f-A.-toin
C'EST I.E MELLEK
OES PURGATIFS
PORT-AXJ-PRIN C: G
Al*x.Pl.TRU8; Pharmacia ALBEKTlMI
Pharmacie ou D' Juatin VlAflD
Moujjaiaa bonnes Phonnaciet,
Ce qui nous importe le plus en construisant la voiture 11UPM0BILI
cest de pioduire quelque chose de bon qui donne l'acheteur, sC
toute la cemmodi physique et mentale, tout ce que le constrocts
st capable de crer eu employant beaucoup de temps et d'argent, j
igisfe&ntavec rllexior, en faisant tous ses ellorts et en mettant prott
oue son expiience-
Caraclirittiques d'importance
Bti extin.cment robuste et
rigide-
Carburateur mini de deux
lispositits de u rI;i_
Graissage sous prsitloo,
sondoisantl'bulle.dirtctemeot aux
Blierp. j
Embrayage de fonctionne-
nent souple, Ldale rglable per-
oettant n'eu changer la longueur.
Levier du changement de vi
esse lis 1er g.fonctionne jcourta
:oups d'eioit extrmement faible.
Ressorts demi elliptique..M'
ira longs, lames en vansdium
chrom- -
Direction du type dit denu
irrversible, de constrabiioo rs
buste. .
Culassa de moteurdrronUD
permettant de mtier les loops-
pea et d'enlever le dpt de est
bonne avec facilit- ,
Tonneau et compartirnSDi
avant extrmement spacieux.
Equipement complet en os*
'riaux de premier choix.
te
H y a dans ce paya une rgion disponible lis avsntfgeuse poor
es agents et nous tenons heureux de recevoir des maison* <"'n"1
it 8jlvables, les demandes concer nane celte reprsentation,
srieuse
Hupmobile
rhe HUPP MOTOR CAR CORPORATION DETBOIT
E. U. d'A ,,
Adrtut lelyrauhiuue Codes 'W.
HUIT' DECROIT Lieber A.B C.tetW
&&L.-..
i
\VLSTERN.UN10N.
____^ _________s____________^ ^HM\%^m&^^^
AJ'^iaaui'io.'H'rt ,""' ","" <<<<**">>* dont la plupart aMmen {"louvoie J 'wW&tu'S* *"'*
""' a,,u ", HP'iux de Paria. S oti le premier flacon. Ie$ o-alaUes sentent renatre w


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM