<%BANNER%>







PAGE 1

i.E VITN cejpaya pour la liquidations de sea obli^ai r. SANTA MAHiiAHI'A (tnsnnon Ce de source italienne qu'un en tain optimisme semble ee nianif^ter aang | P milieux ougosiav Trum Jitcli aurait accept toutes les re/en oicationa ilalienneg I.eg miliei x jougoslavea croient pouvoir cooal arer l'accord c mine ma rielle ment concluCiiolitti est paiti dam la aoi.e banta MarRaritn. PAHLs. (m pavoise aujjurd nui vec une patriotique mulation Tous le ditlces publics et de nombreux tablissements piiv* einei f itdpo suun des liuii cercueils qui fu'immdiatement plac sur un afft de canon recouvert de drapeaux t.icolores tandis que li Marseillaise retentissait p lis 1 o-igi se forma encadr de sol dats suivi par une foule norme me et recueillie, le cortge se d.ri gea vers la gare d'o la cercueil par tira pour Pans BOULOGNEl.e coros la so'Jals anglais inconnu qui sea Inbum dans la Cathdrale de Westminster arriva Bou'cg e. Aps la vei le tutiebre il fut embarqu sur un tor pilleur Hiitir.i que. VERDUN. Koch et de nombreux geuiaux et amiraua au milieu d'une populaion recueillie accompeg-. lent le corps du soldat anglais locon nu ju.qj I emh r. a 1re. Ktdi evo qua l'exploit de I arme a-'gaisi e: termina, en disait m adieu e rcen i devant les lestes du soldst anglaia tandis que les troupts rendaient lea honijitis, Avis A partir d'aujourahui le Courrier du Soir disparat.. Mais il parait os le titre de Le Cour, in rhiien avec la co-direction de Monsieur Constant Vieux. A c;ufe de la rouville t an; formation ce pumal p, rai. ri un ptu plus tard aufiu dliui. AVIS Le public et le commerce sont avtssqu pauir du vendredi I >. cou rant le BA2 .R METRO OLiTUN reaterr ouvert tou'e la journfeFaitsDivers OBSEUVATOIKE DU PETIT SEMINAIRE CUL1LCLST MARII/.h FENSEIO NEMENTS METEOROLOGIQUES D,m;nche 14 Novembre iy2c bToalie 761.8 J minimum 21.4 |Ttmpratue ) ( maximum ;2 o Moyenr e diurce, 24 4 Ciel claii le jour et touv it une rartie de la 1 un. PU ie a 7 h 4$ P uvicmue 20 S n m IL.on .de con.Mani J SU11RER Cercle Bellevue Brillante runion hier dtns lia % %  loi a du grand Cercle de l'tu de (iiose c l'assemble gnrale des membres tait convoque aux tins de modifier l'article de statut concernant le mode d lection. Dornavant un comit compos du bureau •n exercice, des anciens prsidents et vice prsidents du Ceicle et de .1 memb.es v.ifieia les dtm.udes d ud mis on qui sont hites et tdm'ettra ou rejettera les candidature*. Les membres design par le aori pour taire par ie de ce cumit d lect.on, sont MM Andr Vieux, UWat, et Lon bazelais.II y a actuellement 1-2 demande d admission. Aprs la sance eut ii. u In grand djeuner mensuel qui runit plus Je Co convives On ne se spara que dans la soire, charms d arable heures passes fg bonne compagnie. Vol audacieux Dans la nuit de samedi au dinun ena un vol a t commis u la place Ste Anne, dans les conditions particulirement surprenantes.— La mai< son rie cemmeice dnomme bric, lrac siti en Lee de I rglise et appui tenant Mt Ftrnand Crepsac, a t (ide d'une f£t.on mthodiqueOn suppoie que les canbiioburs ont du amener avec eux df s btea de chargea afin de pouvoir tranepor ter les objets vols, car le petit magasin a ' lit ralem nt dmnag. (n ny a rien laijs Plus de OOO dollars de marchandises ont t enleves. La ptlice prvenue es", la recher che des auteurs de ce coup de main. Cioix Rouge Amiricano Hatienne Samedi a eu lieu dans les salons de Mme|Wise. fem lie du gnral Wise Chef do la (londarraerie, une runion dans le but d'tablir lea COQ ditions dexistence d'une socit di te Croix Rouge amricano lUitienne Il esboa qre le Ucteur sachejcom ment a pris naissance ce projet: l'en dant sou sjour dernirvu.'nt aux Ktats Unis. Mme Wiee.dans ses rela tio )8. ap, r.t que des valeurs pro/e nant de diverses souscriptions 'ai ni rrommtanment sans emploi C^s ditas valeurs tant destines d fi; ivres humanitaires, lida vint la g 4 n4reuse amricaine de faire profitai no re pays de la cration si u ih d 3 la Cro x Ooi-g*. Le Comit d) l>oit au Prince se compose de cinq pe-sonnilits bai tiennes e de cinq ai. trs pereorw'i tis amcaines, out '. choisi* pour la pemire catgorie MM Clment Ma loire, Seymour l'ralel, rie Laapl uasje, Dr Flix Armand et D Belle gtid.'. Nous donnerons drniau les t 0 oa dea ara.icaln8 qji composait le co nit 11 renseignerom sur tout ce qui aura t dcid pour faire tri 0 npher le pre jet de C |a nouvelle dition de notre co,.ftie ••La nouvelle ll.i i don*, nous pallions la semaine dernire Nous en consciilois la lecture. Nomination Par commission du Prsident de h Rpublique Mr Baroard U eg-ot tee. avocat a t nomm Subsitu' du Commiaraire du Gouvernement prs le Trbunalde I rem re lustai.c de Onauamlnthe tn remplace ment de Mr CbiUtlan Hgulus Mouvement des bateaux — Le sis CUl ON ra fia de Poit au.TriD;e, vers le 17 Nov mbre. — le i(8 GENE/E G N. GOli I HAIS paitiia veis le iK. Ces dtux luviiesjonti destiration de N w-Yok .a A l'Fglise • Ste Tiinrte Belle ciimocie hier-fnatin IE gli e Ste Iiinit de 'Rue linlus Robin i lorrjsioai 112e anniversaire de l'Armistice. Le Service d'action de g'aces a t clbr en ang'ais e: en Iraoaii par les p.steurs Pierre tt Ldouard Jones, et de beaux chants excuts parla chorale de I l.g'ise. Les hymnes nationaux: amricain, (racaif, anglais et baiiien ont t, tour i leur, jcus tar la Musique du Palai*. Peaicoup de cdabilirs prenaient part cette cimonie Broiement Houlcnunt arrt par U commission de Contrle du hnilemcnt jxjurlc Mardi i(. Nbre. 1920. i dix l.ums l'iuui'i du matin. Coudid'Eiai Ani.ur (Umeau n lH ul Eusnc Dcatrel r ar, l ut '' Chnstian Lanorte -"""une Edouard Painwn 1 .Le Matin. Syndical agesu de cl.ni^e Merov l'ierre Ordre desavocati LBoJbMph ( C. 0 "" 1 Paul E. Auiila Nouirc H .lourd Keocr, Dcs Nous avens *p|. na avec rrg r et U mon de Mi lernand Sainte Crcix. neveu du Sculpteur \ >rmll Chat lai et de Tbotis Geinnin, suivenu bie: soir 11 beurea l'Hop.lal g4r.ial. t t.funerailbs suent lien ce soir. Le convoi partira de l'Hpital g\ r.ral peu i se rendie ITgbte S ni te Anne, C pisent faire pirt tient lieu o'inv.tatico. Nos con't lancea a la famille du dfunt La Question de la prohibition Elle continue d'agiter l'opinon et non sans r: ison. A l'h uie actuelle, la presse e| i peu p es unanyne i se rillier i notre opin or. C'est vrai ment tant mieux. 11 n est pas inu'ile de reptoduire la no'e suivante que nous a adresse d; N wYok une des principa'es compaenies d'.xpo'ta tion en relation d'atl lires avec le march haitien. Nous avons s-gaaler plusieurs faillites importantes des maisons d ex poiution faisant principalement 1; ngoce avec la Co'ombe. D; plus, les bmques font des difficults nor mes pour offrir les commodits Je banque aux pays des Aatil'.es et de 1 Amrique du Sud. Vo U certainement une manire de rponse i la suggessioo de M. Fqui'e invitant les conmeronts aurons par la ersi de baisse i entendre avec les banquiers. Seulement, il nous s:mb!e qu'il fau I rait un peu se presser i cir, une fjis que des atl tires auro.it co nmen ce i s'emmincher sur la bise de la si'ua'ioa ac ue le, oi se Loar-ra n cessirim?n', au mom n: d adop er hs mesures rchmes ac uel'e u-int, en ftee didroiti a qu s av^c lesqu ls il taudra certainement compter. Mtis, hilas nous pressons nous j im lis, mena devant li ding r ? L'Anmie Notre aatjgwt tompoa^de* globulea mn^vs ci blnDca i.-s rouu •i-'.-hi ii uoar rir In cnrji>. 1rs blaiica n coinb ntnlu iimlnilii'. (iiiaiid il y anmie on DDHuqae du atuig lea g:lobu \m routes luauquent ploi OH liniin-. De celle faon 1>' sang ne l'fit procuror aaaei de nourriture au corpe. I esl pourquoi I li^uii' devient p Ile el pfljtaDN — lea yeux beruea et lourde —et une Renoa '< ion de tat Ijfui ioten %  e envahit tout le sygt&me Pour vaincre l'aneinie il liiui reapprovisionner lo MIII^ du globales rouges. i eei i'i que Th, Wint of Lift !">"" I • • i : i pouvoir^ mer veille ix.Parce qu'taut uo e/nrataur de aung Win(•.unis ere une abondnn ce il" sang rouge, neuf t>i riche i|ui ramue lea roses aux Joues— doni |M-iil lemeui nux yeux el BUT charge i;ui lu corps d'uue vitalit et d'une vis non velle. i 'rii pour cela que plue il.' |o 000 in.'.lt-iiiiH recommandent Wlncar IUS.* __ ^j Aehctei une bouteille de \\ incarnh Aujourd'hui.Uu j'iit l'i i bteoir IIJIIItoutee KM Pharmacies el chai l'.l M.MtTiN, Agent. COLCMAN OO. Ltd., Wmcti.u. Worfca, HOnWICH. Sucre granul Vient d arriver par le steamerBeren Riz Par le &js Advance, nous recevront lot de RIZ que nous offfrons nos a niables clients. A YESDRECBLZ a %  P.N.GMY&CoIn, Demandez le vin Wini contra CONSTIPATION •. ; :. un., ' % %  %  / %  ** e LL1CIK : ;••'..• A-JIFS L8E> .t.. %  %  .. Le re.omliluant par excellence Le VIN WINOX est un produit phatmo^, de premier ordre et une prparation seule data genre, sa fabrication, le vin mme, hnalm, valeur clinique l altrent. Il diffre absolumm vins dits toniques, communment vendu*. Le WM'O.Y renferme une proportion deiubm azotes suqrieures de \0ofo a celles des vins fcnl ordinaires, ce qui en /au un reconstituant dunea activit, dont tirent le plu* grand profit les 9 cents, les anmiques et les tuberculeux Le vin nutritif \\ INOX est un reconsti'* turel qui renferme une proportion plus ara vraies qualits rcupratws que tout autre semblable, sans l'addi'ion des drogues. U est hautement recommand pat les c* mdicales en Angleterre dans tous les cas itam nvrite, neurasthnie, gastrite, indigestion, grippd vralgie, bronchite,phtisie, tiffuih sment w a s ners ou de eorp*. Prpar par la WIA'OX COMPANY, Um'iei Loadi es Angleterre. En vente en jjros et eu dtail chez. Alphonse Haynes Agent gnral pour la Rpublique d'IItiti.' Avis important Le c Bazar Mtropolitain* annonce sa nombreuse clientle qu'il vient I recevoir par le steamer CARAVELU LEA PEREH/VS sauce demi bouteille or cts 39 ff grande bouteille 69 Avec cela un grand assortiment candies et de bonbons anglais. Viennent d arriver Vrita ble Cognac, Henri lloy % Borde ^JgVi^tsse* deJSfci.tV 24\2 bouteilles. Donb^;Confmn : t Lait Condensi & Malte ISlestlt, chez Savons de toilette Petit-Chat EM GROS CHEZ L. Freelzmann Aggerholtn Vritable grand rabai lilKl. AlAMAlSOft H. SlVEBA i. P* 1 Dnll lil blanc aoglri, alpaga et diagonal noir suprieurs, f.ich de loules nuances et qualits, crpe anglais grande ei soie couleur. largeur, Slnntuiig de soie japonais, Tursor de soie c 0 1 *"^ jufesel pour ccslurr.es hommes, piqu blanc mpl.*l ,, 'geur, percale, voile unis blafC et carreaux, Toile a J our J Julrt schne lleuis, aaiirdie blandie, casimir anglais, molleton w i scie, toile cbemise, coton Irap. eau cii'pe ("e Chine de < ele, etc,



PAGE 1

%  vitoriinj'ann Nos 3932 Port au Prince,Haiti Lundi 15 Novembre 1VG0 pjRfCTEOR-PROPRIETAIRK l^ent-MAGLOIRB jdoisTRAT COMMUNAL tlOUW 15 TII M 3 100 * DEJ ARTEMUSTS 0, 2.50 &. ITRANQBB 7.C0 fcoii a ci. Quotidien C'est avoir dj proit que de stre aperu qu'on a commis une eireur. CARLYLE •nonces sont reues au Comptoir Iri 1 Vji de Publicit, 9 Rua Tronchet, Pi; JI a), Ludgate Hill, LondrerJ REDACTION; RuelAruricaine No, 1£> tELEPHOtsh': 48 %  -?* V jiuisons des Annales Cafrinlressant article que nojborateur et ami R. Consi bien voulu consacrer aux i de Mr Laleau. j de cela, peut tre dx ans, sent Ma b loire, directeur du me remit un manuscrit, et i usez malicieusement de lui oer mon sentiment.C'tait en qnanUine de lignes, un petit ohison et charmant, l'histoire [quittante d'une fillette d IDS. surprise devant son mitraot les dhanchements qui vogue des Banda et des Mais c sont donc Us Clyde Steamship Company Le steamer LAKE S1BAGO est attendu Aquin samedi 20 Novembre o il prendra un chargement de campche ainsi qu'a Urmie, Petit Gove et Saint Marc. Il acceptera (aire escale dans tout autre port haitien o un fret peut lui tre offert pour Chester ou New York Prire de s'adresser promptement a l'Agence Gnuledela Compagnie o le cct du f.t est aux taux rgu lier. C'est une bonce occasion pour la Piovince de faite des petites expditions— voie diiecti— pour Chcster et New York par l'excellent service de Clyde Steemship Company C yde S eamship Company E F CLEMENTS Agent (jarl Lu Sl-Crt IMB Rapidement, puis je recomj,plus lentement.., et sans reliai questions de Clment.le litmetire le petit che(-d œuvre t tait un) Plaisir le meilodu journal. 11 (ut imprim |&e lut publi que longtemps Llcn Laleau tait enco e ikncs.. et son premier essai tre plus tard un rgil connaisseurs, lui eut valu ent, un mauvais point semble lt voir, timide et klccent, traversant pour U dois, le seuil auguste de la i,il avait dix-sep tans au plus I encore son prix d'excellence. „Jt de la table,Hyson Mayard\, ltaux Flix Vincent. Sals tlice de regrette mmoire eut leurs preuves en b v^rtt puis au bout, l'extime r, votre serviteur se cassait la liiivcnttr un tait-divers. tout l'on est quelqu'un, en rdige les taits divers du %  , je toisai donc l'impertiembiirass de son chipe au, u crier gare, franchissait l'en ucie. Clment le nomma 1 Laleau. Les plumes cessrent attr, et le nouveau venu, ft, liment.prit place parmi le doc Wge. Itbtea march depuis... yrau Bord La Danse des Vagues I compter de spirituels dialogues collaboration avec Lger, %  tont de splendides tapes de lie vers une mal rise dont et livre \ Voix Basse est Pa d tre la ralisation, iiatme gure Jusqu'au Bord... ttae nouvelle plus longu qu'in *ate,avec d'indniables qualits ^Jre. qui la sauvent d'un juge ^favorable.) aime encore moins hue des Vagues dont le titre et i|e. me.paraissent n'avoir rien [ %  mra.. J'ai peut-tre le got 'jj.naia^'avoue sans embarras •*oi le livre avec une petite *^. dont les raisons m'imme aujourd'hui. le crains a n'ait t crit sans souci 'Mn rigoureux. EQ tout c s les fMges en sont ternes, a part ** qui est une trouvaille dcLt r* me semble n'avoir pas tir r^oeur profit. Le style manque T-^ucit, il laisse'l'impression f'^ce plus que de l'art. Trop "& de mtaphores, risques ">rs avec sret, mais une suV" lient de l'acrobatie, et ne se %  Jil .qu' la rtlexon, il alour.: rcit de son opuien e plus Formation du Jury Le '.iraga au sort des quatre cent citoyens habiles tie jurs dans la session crim ru lie qui rouvr ra le W Novembre courant tura lieu la Unit-on communale demain matin 10 heures. Service Hydraulique Samed eut il eu l'installation de Mr Gœt/., nomme directeur du -Service hydraulique. D rn rement la Directicn de cet important service avait t confie MM. Auguste Verna et Fernand E.oaard ijui, tout le monde a du constater, ae aont montr la han leur de leur tche* lt est souhaiter q e dbi.a l'intrt de la ville Ha con tu.u nt leur prcieux concours la population qui pour les avoir vus a i'oeuv e, rend hommege leur connaiESbnce des icoindua choses se rattachant au berne Hydraulique. massive qu'lgante. C'est de i'or Sin* doute, mais il y en a aux doigts, au plastron, aux poignet?, au gmt, aux dent', il en sonne aux manches: il y en a t.op vraiment, c'csi un cul?ge qui manque de discition, a moins que ce ne soit un don mais alors 1 on songe tout na.urellement certain roi de Phiygie. J'ai tort put tre, mais en littrature, mes prt ences vont aux Voltaire, aux L'm.itre, aux Franais, 1 ceux qui par.eut une langue pure dont la clart fait toute l'lgance et dont Laleau, dans ses chroniques, au moins, pronve qu'il a le secret. L'analyse ch.z Laleau n'est gu.e protonde, pareeque son observation manque de dairvuyaoce quant aux chose morales ; par contre celte observation braque sur un (art physique en saisit les moindres cot elle s'objective vers un ridicule av c une malice qui s'acharne. Aucun trait n'est omis, et presque toujours l'tude tourne la charge. Me Rara qui n'est en somme que fit tt risible, finit pour tre g oies que i il n'amuse point, il nerve, tt consquence que Laleau n'avait peut tre pas prvue, cest la soci'. ou volue sa muflerie qui pite lire. Lourdot, Lehevre, Larent, Gu rard,sont des personnages plus rels et le chapitre V o ils vivent en se heurtant est un chef-d'œuvre de fine observation et d'ironie souriante. Fin demain Si dans la vie aucun 'plaisir n'est sans mlange, ra.lois aussi la joie succie a la douleur. Cette pense qui peut tre range dans l'ordre naturel de l'existence des hommes et des peuples doit re souvent l'objet d'une protonde mditation pour soutenir toutes les dfaillances et ranimer tout espoir ab ttu. Ainsi aux Gonaives, aux dates des 1er et 2 Novembre qui rappellent les sombres souvenirs, v-quant dans toute tamille la disparition d'un parent ador ou d'un ami aim, la population tristement recueillie a rendu au culte des Saints et des moits ses hommages de respect et de vn ration. Elle se trouvait encore pleinement pntte de ces pieuses pense?, lors que le 2 Novembre apparut inopin ment la musique du PaUisqui, au son d'un air bruyant, a enteri sa trittesse dans le tembeau de ses morts. Requiescat in pace.Amen! De ce moment on tait redevenu i la joie.on iait aux ttes.— C tait l'avant veU'e de la St CHARLES, notre vni pation.— Cette le e devait tre clbte avec un cachet tout particulier et un entrain longtemps en sommeil. Le soir de son arme, la mu;iqje du Pal. is sur l'k el de la P.trie a rgal la population d un ag .b'e concert, tt reut des applaudissements bien mrits. Plissier rvle leur art, leur bon got, et leur donne le miite d'artistes rellement inspires, car on y trouva une merveille d'art et de beaut. La messe a t solennellement clbre. Le Rvrend Pie Carr, cur de St Michel, a olci, ayant le Rvrend 1re Lmoigne, admiNouvelles Etrangres 13 Novembre PAHIS-Millerand effectua aujour d hui sa prenvre" visite officielle qu'il rserva la ville de Paiis.ll fut aclarachaleureusemeiitenserendan >.,.. v.w wo^i! ~-~al'liotel de ville o il tut rett par le nistrateur de Gros Morne pour Diajj Ureau d u conseil municipal Loubet cre, le Sous-Diacre tait le Rvp 0 i nca r, bourgeois, Peret.Leygues, rend Pre Mo zon, administrateur de la Marmelade, et quatre enfants de chœur desservaient. Les psaumes hturgques taient chants par Melles Lancelot et Plissier, accompagnes des lves des soeurs, et leur dlicieuse symphonie semblait transtormer ce lieu saint en la cleste Patrie. Joffre, Ptam, de Dastelneau Pan et le nombreuses personnalits. Aprl l'excution de la "Marseillaise' le prsident du conseil municipal salua Millerand dont il voqua l'nergique attitude en septembre 1915, et termina en disant "Paris ce lbr joyeusement votre lection ceitain que votre magistrature ouvv.v.v • vre une re nouvelle de prosprit* Au cours de la Messe, la musique Repondant.au prfet de la Seine.Mil : I. ... u I. !.. U.Uic mn rtrl i.-._ I .;. l'Ai,.,... Hn mnrol itu la 1111. municipale et ce.le du Palais en oui succsssivement ihauss l'clat; et la g ace des quteuses Melles Clairette Lancelot, Aline Nrette, Mar.e Thi e Turian et Anita Me Gutae a encouiig la nomb.euse assistance lerand lit l'loge du moral de la population Parisienne qui se montra digae de ses auc rea. La France eu tire fut Punisson de la capitaleDans l unit morale de la Patrie. Millerand conclut en renouvelant couiig la nomo.euse ass.siaucc ^Saiwt de se coosacer tout tre eucoie plus gnreuse envers eot r a la D0Dle ra i 88 ioo dont il est Le lendemain Monsieur le Capi taine Knighton et son pouse i l'oc cision de la St C il ARLES, recevaient i c l'Avtnue des Dattes t, en leur demeure, leurs invits parmi lesquels on remarquait les principaux de la ville et des peisonnes de rangs et de distinction. La musique du Palais qui tait sol licite par le Capitaine lui-mme, a ithaus'.e par quelques beaux mor ceaux 1 clat de eti/e rception o l'exquise gentillesse de Mme Knigh ton s'est fait particulirement remar qu La coidialit et la courtoisie dont leurs convives taient l'objet sont une preuve de leur sympathique sentiment rotre socit. Le mme soir, la musique munici pale qui ne compte pas une anne d'existence mais, compos de jeunes gens d'intelligence piecoce, a donn un mervei'.leux concert. Lis applau dissements taient lrntiques. Des compliments taient devenus le seul objet des conversations de la toule en rhonneur et la gloire de leur intressant Directeur, Monsieur Dor villier Charles Olivier, gnralement reconnu pour un mattie de premier ordree • • Arrive enfin le jour de la fte.'L:s organisations furent prpares .aux soins de noUe intressant Magistrat Communal, le t;> aimable Docteur Latoitue. Rien ntait nglig pour le plus grand clat. Le peut sourire qu'il recueillait sur •.on passage des visages amis expri maitntla satistaction qu'on prouvait de ses initiatives et de ses bonnes manires. Vers les 8 heures commenaient les crmonies religieuses. L'Eglise splendidement pare ux soins de la sœur Mathilde... et de Melle Batnx 1 hg se. Le Rvrend Pie Rescounou fit en chair des considrations sur la situation malheureuse du pays tt convia tous a la prire et i U foi. Et, a t il d.l, S;-Charles Borome intercda pour nous. Ses belles paroles, unanimement gotes seront le symbole de notre esprance. A i heures de lapis-midi, dfilait la procession dans nos mes et la statue de St-Lharles semblait les bnir par le repos qu'on en fit daas chaque carrefour aux cris rp ts de Vue S: Charles St Chtier, tuez nous de la misie et en celui des rues Egalitf et Vtrnet t, par 1 initiative e Madame Vve Tetius O.elus, sur de mhel tapis de tl.uis jonchaient l'espace, et des rubans, des coidons aux vives couleurs en tielaces, cioisaient en l'air les deux investi par l'assemble nationale, Millerand quitaih.el de Viila;au milieu d enthousiastes acclamations. WASHINGTON — Le Praident Wilson a annoac formellement ce soir qu'il avait charg le secrtaire Colby au dpartement d'Ltat en sou nom et a aa place de viaiter le br %  il et l'Uruguay pour rendre lea visites que la Praident dea deux rpubliques avaient laites aux Etata Unis. Le praident a ajout qu'il serait heureux ai Colby voulait profiter de Poe casion pour ae reudre a ;liaeuos Aires en rponse la rcente invita tion reue du gouvernement Argen tin.Mr Colby partira sans dou'.e avec aa suite probablement bord d'un navire de guerreLe secrtaire si confr aujourd Uui avec air Daniela au aujet de s JU voyage. PAttlS, Mr J. Daipisz d recteur de la compagnie gnrale trausatluti eitimhs;le repos lut pluspto'ong, Q UQ a A I QO iuiu prsident du cou %  •. !...._• ..'.,.. ilnaiii ml la -.11 .<<..,(,.%.,, lui 1 u n. in lia fallu tm.'tA les vivats lurent plus lpets, ei la cimonie tait devenue plus di fiante. ELfan 3 heures et demie Jla pio cession ugagna 1 Eglise, et dans un UL]fil itceuulemeni i'assutance re ut la bndiction du St-Sacieinetl, Dans la '.oire il y tut grand bal au Cercle dut-">mmerce c se unit une assistance ne fefcffS*x$htlmante tt choisie pour ne se sparer qu' 4 heures du manu. %  eil d'administration de cette socit et succoda a Monsieur Gaaton IMieriu de la fou ;tie dcd la semaine dernire. -mJk LONDRES Mr Cfiamberlan eban cellier de l'chiquier a annonc au lourd'hui aux communes que l'Aile magne avait remis & la commission des rparations dea bons dont le montant eat de aoixante milliards de marks or c eat due euvirou trois milharis di livres starluig au tant a;tuel du etiang). La livraison d* IICU1M •* "••••' —-. — -. — — „-Ce lut U que le Commandant du CJB boue eat coator ne aux presenp New Hampshire, reprsentant l'Ami lions di traite de paix de Vorsaillaa rli Knano retenu oar son vovaiie, A • * 0lQ nl " • propose de les fflW PS h swsar aasr e t M cr ]eies de la population, invita ks iami.lt s au nom de 1 Amiral vis 1er du de la dette ai le* .mole. WASHINGTON.Le gnral Nivelle amiiles au nom de 1 Amiral vis 1er re p. autant te gouvernement Iran e superbe bateau sur lequel il tait j a aa tricentenaire du dbarque monte, en meitatt les chaloupes meut des puritaines a fait auiourleur disposition pendant toute l'apis dbui des visites ofri;iellea au sacr midi du lendemain. t.ir.-sii ter et Daniels au garai Plus de 400 personnes rpondirent Persbiug ainsi qu au imjir giurai son invitation chel di l'Etat aUjif. Le j ginarai Ni Les courtoisies de l'quipage ont velle tait accj.upagui daua sss vi sensiblemen? plu aux isueurs.qu, ** par le prinoe de Bearu enarg empoitrcot apis un t five Oclock lea > un agrable souvenir de Phom me sociable qu'ils apprcient d.ns la haute peisonnalit de l'Amiral Knapp. Et pour c.turer ces jours de fte et dechomagelamusiqueduPaliis offrit encore un brillant concert la popu sieurs problmes qui occupent le d affaires de France, le gnral Col lardt et le.s mamores de U UIIIHJU militaire franais* aux iv.ats Uui. l|LONDK&}. Mr Lioy George dsna son discours au bauquet du Ljrd Mai e au Guild Hall ce soir a discute brivement et nettement et plu gouveruemani eu ce qui cojeerne 1 Allemague il se dclare persuunet le meut aa sfait dea propositions de se Lu m au Palais du Centenaire. Les plus bsaos morceaux de son reper loue lurent excuts sous l'habile Direction de leur chef, M nsieur bel houe, avec une telle prcision, une J telle matrise, qu'on croyait couter trat Communal giya la population, la runion des anciens musiciens de par une eprsenluioti cinmato ce corps. De longs applaudissements graphique aux frais de la commune, couvraient leur talents. 4 Et enfin notre sympa hiquc Maii PE. SAJUUS t w. 4a


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05263
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, November 15, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05263

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
vitoriinj'ann Nos 3932
Port au Prince,Haiti
Lundi 15 Novembre 1VG0
pjRfCTEOR-PROPRIETAIRK
l^ent-MAGLOIRB
jdoisTRAT Communal
tlOUW 15 TII M
3 100
*
DEJ ARTEMUSTS
0, 2.50
&. ITRANQBB 7.C0
fcoii a ci.
Quotidien
C'est avoir dj proit que
de stre aperu qu'on a
commis une eireur.
CARLYLE
nonces sont reues au Comptoir Iri
1 Vji de Publicit, 9 Rua Tronchet, Pi;
ji a), Ludgate Hill, LondrerJ
REDACTION; RuelAruricaine No, 1>
tELEPHOtsh': 48
-?*
V
jiuisons des Annales Ca-
frinlressant article que no-
jborateur et ami R. Cons-
i bien voulu consacrer aux
i de Mr Laleau.
j de cela, peut tre dx ans,
sent Mabloire, directeur du
, me remit un manuscrit, et
i usez malicieusement de lui
oer mon sentiment.C'tait en
qnanUine de lignes, un petit
ohison et charmant, l'histoire
[quittante d'une fillette d
ids. surprise devant son mi-
traot les dhanchements qui
vogue des Banda et des
Mais c sont donc Us
Clyde Steamship
Company
Le steamer LAKE S1BAGO est
attendu Aquin samedi 20 No-
vembre o il prendra un charge-
ment de campche ainsi qu'a Ur-
mie, Petit Gove et Saint Marc. Il
acceptera (aire escale dans tout
autre port haitien o un fret peut
lui tre offert pour Chester ou New
York
Prire de s'adresser promptement
a l'Agence Gnuledela Compagnie
o le cct du f.t est aux taux rgu
lier.
C'est une bonce occasion pour la
Piovince de faite des petites expdi-
tions voie diiecti pour Chcster
et New York par l'excellent service
de Clyde Steemship Company
C yde S eamship Company
E F CLEMENTS
Agent (jarl
Lu Sl-Crt
IMB
Rapidement, puis je recom-
j,plus lentement.., et sans re-
liai questions de Clment.le
litmetire le petit che(-d uvre
t tait un) Plaisir le meil-
odu journal. 11 (ut imprim
|&e lut publi que longtemps
Llcn Laleau tait enco e
ikncs.. et son premier essai
tre plus tard un rgil
connaisseurs, lui eut valu
ent, un mauvais point
semble lt voir, timide et
klccent, traversant pour U
dois, le seuil auguste de la
i,il avait dix-sep tans au plus
I encore son prix d'excellence.
Jt de la table,Hyson Mayard-
\,ltaux Flix Vincent. Sals
tlice de regrette mmoire
eut leurs preuves en b v^r-
tt puis au bout, l'extime
r, votre serviteur se cassait la
liiivcnttr un tait-divers.
tout l'on est quelqu'un,
en rdige les taits divers du
, je toisai donc l'imperti-
embiirass de son chipe au,
u crier gare, franchissait l'en
ucie. Clment le nomma
1 Laleau. Les plumes cessrent
attr, et le nouveau venu, ft,
liment.prit place parmi le doc
Wge.
Itbtea march depuis...
yrau Bord La Danse des Vagues
Icompter de spirituels dialogues
collaboration avec Lger,
tont de splendides tapes de
lie vers une mal rise dont
et livre \ Voix Basse est
Pa d tre la ralisation,
iiatme gure Jusqu'au Bord...
ttae nouvelle plus longu qu'in
*ate,avec d'indniables qualits
^Jre. qui la sauvent d'un juge
^favorable.) aime encore moins
hue des Vagues dont le titre et
i|e. me.paraissent n'avoir rien
[mra.. J'ai peut-tre le got
'jj.naia^'avoue sans embarras
*oi le livre avec une petite
*^. dont les raisons m'-
imme aujourd'hui. le crains
a n'ait t crit sans souci
'Mn rigoureux. Eq tout c s les
fMges en sont ternes, a part
** qui est une trouvaille dcLt
r* me semble n'avoir pas tir
r^oeur profit. Le style manque
T-^ucit, il laisse'l'impression
f'^ce plus que de l'art. Trop
"& de mtaphores, risques
">rs avec sret, mais une su-
V" lient de l'acrobatie, et ne se
Jil.qu' la rtlexon, il alour-
.: rcit de son opuien e plus
Formation du Jury
Le '.iraga au sort des quatre cent
citoyens habiles tie jurs dans la
session crim ru lie qui rouvr ra le
W Novembre courant tura lieu la
Unit-on communale demain matin
10 heures.
Service Hydraulique
Samed eut il eu l'installation de
Mr Gt/., nomme directeur du -Ser-
vice hydraulique.
D rn rement la Directicn de cet
important service avait t confie
MM. Auguste Verna et Fernand
E.oaard ijui, tout le monde a du
constater, ae aont montr la han
leur de leur tche* lt est souhaiter
q e dbi.a l'intrt de la ville Ha con
tu.u nt leur prcieux concours la
population qui pour les avoir vus a
i'oeuv e, rend hommege leur con-
naiESbnce des icoindua choses se
rattachant au berne Hydraulique.
massive qu'lgante. C'est de i'or
Sin* doute,mais il y en a aux doigts,
au plastron, aux poignet?, au gmt,
aux dent', il en sonne aux manches:
il y en a t.op vraiment, c'csi un cu-
l?ge qui manque de discition, a
moins que ce ne soit un don mais
alors 1 on songe tout na.urellement
certain roi de Phiygie.
J'ai tort put tre, mais en littra-
ture, mes prt ences vont aux Vol-
taire, aux L'm.itre, aux Franais, 1
ceux qui par.eut une langue pure
dont la clart fait toute l'lgance et
dont Laleau, dans ses chroniques,
au moins, pronve qu'il a le secret.
L'analyse ch.z Laleau n'est gu.e
protonde, pareeque son observation
manque de dairvuyaoce quant aux
chose morales ; par contre celte ob-
servation braque sur un (art physi-
que en saisit les moindres cot ,
elle s'objective vers un ridicule av c
une malice qui s'acharne. Aucun
trait n'est omis, et presque toujours
l'tude tourne la charge.
Me Rara qui n'est en somme que
fit tt risible, finit pour tre g oies
que i il n'amuse point, il nerve, tt
consquence que Laleau n'avait peut
tre pas prvue, cest la soci'. ou
volue sa muflerie qui pite lire.
Lourdot, Lehevre, Larent, Gu
rard,sont des personnages plus rels
et le chapitre V o ils vivent en se
heurtant est un chef-d'uvre de fine
observation et d'ironie souriante.
Fin demain
Si dans la vie aucun 'plaisir n'est
sans mlange, ra.lois aussi la joie
succie a la douleur. Cette pense
qui peut tre range dans l'ordre na-
turel de l'existence des hommes et
des peuples doit re souvent l'objet
d'une protonde mditation pour sou-
tenir toutes les dfaillances et rani-
mer tout espoir ab ttu.
Ainsi aux Gonaives, aux dates des
1er et 2 Novembre qui rappellent les
sombres souvenirs, v-quant dans
toute tamille la disparition d'un pa-
rent ador ou d'un ami aim, la po-
pulation tristement recueillie a ren-
du au culte des Saints et des moits
ses hommages de respect et de vn
ration.
Elle se trouvait encore pleinement
pntte de ces pieuses pense?, lors
que le 2 Novembre apparut inopin
ment la musique du PaUis- qui, au
son d'un air bruyant, a enteri sa
trittesse dans le tembeau de ses
morts. Requiescat in pace.Amen!
De ce moment on tait redevenu
i la joie.on iait aux ttes. C tait
l'avant veU'e de la St CHARLES,
notre vni pation. Cette le e
devait tre clbte avec un cachet
tout particulier et un entrain long-
temps en sommeil.
Le soir de son arme, la mu;iqje
du Pal. is sur l'k el de la P.trie a
rgal la population d un ag .b'e
concert, tt reut des applaudissements
bien mrits.
Plissier rvle leur art, leur bon
got, et leur donne le miite d'ar-
tistes rellement inspires, car on y
trouva une merveille d'art et de
beaut.
La messe a t solennellement c-
lbre. Le Rvrend Pie Carr, cur
de St Michel, a olci, ayant le
Rvrend 1re Lmoigne, admi-
Nouvelles Etrangres
13 Novembre
PAHIS-Millerand effectua aujour
d hui sa prenvre" visite officielle
qu'il rserva la ville de Paiis.ll fut
aclarachaleureusemeiitenserendan
>.,.. v.w wo^i! ~-~- al'liotel de ville o il tut rett par le
nistrateur de Gros Morne pour Dia- jjUreau du conseil municipal Loubet
cre, le Sous-Diacre tait le Rv- p0incar, bourgeois, Peret.Leygues,
rend Pre Mo zon, administrateur de
la Marmelade, et quatre enfants de
chur desservaient.
Les psaumes hturgques taient
chants par Melles Lancelot et Plis-
sier, accompagnes des lves des
soeurs, et leur dlicieuse symphonie
semblait transtormer ce lieu saint en
la cleste Patrie.
Joffre, Ptam, de Dastelneau Pan et
le nombreuses personnalits.
Aprl l'excution de la "Marseil-
laise' le prsident du conseil muni-
cipal salua Millerand dont il voqua
l'nergique attitude en septembre
1915, et termina en disant "Paris ce
lbr joyeusement votre lection
ceitain que votre magistrature ou-
vv.v.v ...... vre une re nouvelle de prosprit*
Au cours de la Messe, la musique Repondant.au prfet de la Seine.Mil
__:____I. ... u I. !.. U.Uic mn rtrl i.-._ I .;. l'Ai,.,... Hn mnrol itu la 1111.
municipale et ce.le du Palais en oui
succsssivement ihauss l'clat; et la
g ace des quteuses Melles Clairette
Lancelot, Aline Nrette, Mar.e Th-
i e Turian et Anita Me Gutae a en-
couiig la nomb.euse assistance
lerand lit l'loge du moral de la po-
pulation Parisienne qui se montra
digae de ses auc rea. La France eu
tire fut Punisson de la capitale-
Dans l unit morale de la Patrie.
Millerand conclut en renouvelant
couiig la nomo.euse ass.siaucc ^Saiwt de se coosacer tout
tre eucoie plus gnreuse envers eot*r*a la D0Dle rai88ioo dont il est
Le lendemain Monsieur le Capi
taine Knighton et son pouse i l'oc
cision de la StC il ARLES, recevaient
i c l'Avtnue des Dattes t, en leur
demeure, leurs invits parmi lesquels
on remarquait les principaux de la
ville et des peisonnes de rangs et de
distinction.
La musique du Palais qui tait sol
licite par le Capitaine lui-mme, a
ithaus'.e par quelques beaux mor
ceaux 1 clat de eti/e rception o
l'exquise gentillesse de Mme Knigh
ton s'est fait particulirement remar
qu
La coidialit et la courtoisie dont
leurs convives taient l'objet sont
une preuve de leur sympathique
sentiment rotre socit.
Le mme soir, la musique munici
pale qui ne compte pas une anne
d'existence mais, compos de jeunes
gens d'intelligence piecoce, a donn
un mervei'.leux concert. Lis applau
dissements taient lrntiques. Des
compliments taient devenus le seul
objet des conversations de la toule
en rhonneur et la gloire de leur
intressant Directeur, Monsieur Dor
villier Charles Olivier, gnralement
reconnu pour un mattie de premier
ordre-
e

Arrive enfin le jour de la fte.'L:s
organisations furent prpares .aux
soins de noUe intressant Magistrat
Communal, le t;> aimable Docteur
Latoitue. Rien ntait nglig pour
le plus grand clat.
Le peut sourire qu'il recueillait sur
.on passage des visages amis expri
maitntla satistaction qu'on prouvait
de ses initiatives et de ses bonnes
manires.
Vers les 8 heures commenaient
les crmonies religieuses. L'Eglise
splendidement pare ux soins de la
sur Mathilde... et de Melle Batnx
1 hg se.
Le Rvrend Pie Rescounou fit
en chair des considrations sur la
situation malheureuse du pays tt
convia tous a la prire et i U foi.
Et, a t il d.l, S;-Charles Borome
intercda pour nous. Ses belles pa-
roles, unanimement gotes seront
le symbole de notre esprance.
A i heures de lapis-midi, dfi-
lait la procession dans nos mes et
la statue de St-Lharles semblait
les bnir par le repos qu'on en fit
daas chaque carrefour aux cris rp
ts de Vue S: Charles St Chtier,
tuez nous de la misie et en celui
des rues Egalitf et Vtrnet t, par
1 initiative e Madame Vve Tetius
O.elus, sur de mhel tapis de tl.uis
jonchaient l'espace, et des rubans,
des coidons aux vives couleurs en
tielaces, cioisaient en l'air les deux
investi par l'assemble nationale,
Millerand quitaih.el de Viila;au
milieu d enthousiastes acclamations.
WASHINGTON Le Praident
Wilson a annoac formellement ce
soir qu'il avait charg le secrtaire
Colby au dpartement d'Ltat en sou
nom et a aa place de viaiter le br
il et l'Uruguay pour rendre lea
visites que la Praident dea deux
rpubliques avaient laites aux Etata
Unis.
Le praident a ajout qu'il serait heu-
reux ai Colby voulait profiter de Poe
casion pour ae reudre a ;liaeuos Ai-
res en rponse la rcente invita
tion reue du gouvernement Argen
tin.Mr Colby partira sans dou'.e avec
aa suite probablement bord d'un
navire de guerre- Le secrtaire si
confr aujourd Uui avec air Daniela
au aujet de s ju voyage.
PAttlS, Mr J. Daipisz d recteur de
la compagnie gnrale trausatluti
eitimhs;le repos lut pluspto'ong, qUQ a aI QOiuiu prsident du cou
____. !...._ ..'.,.. ilnaiii ml la -.11 .<<..,(,.%.,, lui 1 u n. in lia fallu tm.'tA
les vivats lurent plus lpets, ei la
cimonie tait devenue plus di
fiante.
ELfan 3 heures et demie Jla pio
cession ugagna 1 Eglise, et dans un
UL]fil itceuulemeni i'assutance re
ut la bndiction du St-Sacieinetl,
Dans la '.oire il y tut grand bal
au Cercle dut-">mmerce c se unit
une assistance ne fefcffS*x$htlmante
tt choisie pour ne se sparer qu'
4 heures du manu.
eil d'administration de cette soci-
t et succoda a Monsieur Gaaton
IMieriu de la fou ;tie dcd la se-
maine dernire. -mJk
LONDRES Mr Cfiamberlan eban
cellier de l'chiquier a annonc au
lourd'hui aux communes que l'Aile
magne avait remis & la commission
des rparations dea bons dont le
montant eat de aoixante milliards de
marks or c eat due euvirou trois
milharis di livres starluig au tant
a;tuel du etiang). La livraison d*
IICU1M * "' -. -. -----------------
Ce lut U que le Commandant du cjb boue eat coator ne aux presenp
New Hampshire, reprsentant l'Ami lions di traite de paix de Vorsaillaa
rli Knano retenu oar son vovaiie, A * 0lQ nl" propose de les
fflW PS h swsar aasret M cr
]eies de la population, invita ks
iami.lts au nom de 1 Amiral vis 1er
du de la dette ai le* .mole.
WASHINGTON.Le gnral Nivelle
amiiles au nom de 1 Amiral vis 1er rep. autant te gouvernement Iran
e superbe bateau sur lequel il tait ja aa tricentenaire du dbarque
monte, en meitatt les chaloupes meut des puritaines a fait auiour-
leur disposition pendant toute l'apis dbui des visites ofri;iellea au sacr
midi du lendemain. t.ir.-sii ter et Daniels au garai
Plus de 400 personnes rpondirent Persbiug ainsi qu au imjir giurai
son invitation chel di l'Etat aUjif. Lej ginarai Ni
Les courtoisies de l'quipage ont velle tait accj.upagui daua sss vi
sensiblemen? plu aux isueurs.qu, ** par le prinoe de Bearu enarg
empoitrcot apis un t five Oclock
lea > un agrable souvenir de Phom
me sociable qu'ils apprcient d.ns la
haute peisonnalit de l'Amiral Knapp.
Et pour c.turer ces jours de fte et
dechomagelamusiqueduPaliis offrit
encore un brillant concert la popu sieurs problmes qui occupent le
d affaires de France, le gnral Col
lardt et le.s mamores de U uiiihju
militaire franais* aux iv.ats Uui.
l|LONDK&}. Mr Lioy George dsna
son discours au bauquet du Ljrd
Mai e au Guild Hall ce soir a discute
brivement et nettement et plu
gouveruemani eu ce qui cojeerne
1 Allemague il se dclare persuunet
le meut aa sfait dea propositions de
se
Lu m au Palais du Centenaire. Les
plus bsaos morceaux de son reper
loue lurent excuts sous l'habile
Direction de leur chef, M nsieur bel
houe, avec une telle prcision, une J
telle matrise, qu'on croyait couter trat Communal giya la population,
la runion des anciens musiciens de par une eprsenluioti cinmato
ce corps. De longs applaudissements graphique aux frais de la commune,
couvraient leur talents. 4
Et enfin notre sympa hiquc Maii P- E. SAJUUSt w. .


4a


i.E VITN
cejpaya pour la liquidations de sea
obli^ai r.
SANTA MAHiiAHI'A (tnsnnon
Ce de source italienne qu'un en tain
optimisme semble ee nianif^ter
aang |P* milieux ougosiav Trum
Jitcli aurait accept toutes les re/en
oicationa ilalienneg I.eg miliei x
jougoslavea croient pouvoir cooal
arer l'accord c mine ma rielle
ment conclu-
Ciiolitti est paiti dam la aoi.e
banta MarRaritn.
PAHLs. (m pavoise aujjurd nui
vec une patriotique mulation Tous
le ditlces publics et de nombreux
tablissements piiv* einei Urnes maisons de commerce et des
li<;ades des maisons particulires
dcorent profusion d-ecjssonset
de drapeaux. Malheureusement le
brouillard extraodinairerapnt pais
enveloppe la ville On espre qu il
dissipe demain.
VEHDUN Una crmonie impo
ante eut liea l'occasion du soldat
inconnu qui doit tre inhum sous
lare de triomphe. Marmot et Tliou
myre tous deux mutils de la gierre
et plusieurs dputs galement rauti
ls assistaient cette crmonie
Magmot remit un so dat engag
volontaire dont le frre tut dispara
uo b a |uet qu> f itdpo su- un des
liuii cercueils qui fu'immdiatement
plac sur un afft de canon recou-
vert de drapeaux t.icolores tandis
que li Marseillaise retentissait p lis
1 o-igi se forma encadr de sol
dats suivi par une foule norme
me et recueillie, le cortge se d.ri
gea vers la gare d'o la cercueil par
tira pour Pans
BOULOGNE- l.e coros la so'Jals
anglais inconnu qui sea Inbum
dans la Cathdrale de Westminster
arriva Bou'cg e. Aps la vei le
tutiebre il fut embarqu sur un tor
pilleur Hiitir.i que.
VERDUN. Koch et de nombreux
geuiaux et amiraua au milieu d'une
populaion recueillie accompeg-.
lent le corps du soldat anglais locon
nu ju.qj I emh r. a 1re. Ktdi evo
qua l'exploit de I arme a-'gaisi e:
termina, en disait m adieu e rcen i
devant les lestes du soldst anglaia
tandis que les troupts rendaient lea
honijitis,
Avis
A partir d'aujourahui le Courrier
du Soir disparat.. Mais il parait os
le titre de Le Cour, in rhiien avec
la co-direction de Monsieur Constant
Vieux. A c;ufe de la rouville t an;
formation ce pumal p,rai.ri un ptu
plus tard aufiu dliui.
AVIS
Le public et le commerce sont
avtssqu pauir du vendredi I >. cou
rant le BA2 .R METRO OLiTUN
reaterr ouvert tou'e la journfe-
FaitsDivers
OBSEUVATOIKE
DU
PETIT SEMINAIRE
CUL1LCLST MARII/.h
FENSEIO NEMENTS
METEOROLOGIQUES
D,m;nche 14 Novembre iy2c
bToalie 761.8
J minimum 21.4
|Ttmpratue )
( maximum ;2 o
Moyenr e diurce, 24 4
Ciel claii le jour et touv it une
rartie de la 1 un.
PU ie a 7 h 4$
P uvicmue 20 S n m
IL.on .de con.Mani
J SU11RER
Cercle Bellevue
Brillante runion hier dtns lia
loi a du grand Cercle de l'tu de
(iiose c l'assemble gnrale des
membres tait convoque aux tins
de modifier l'article de statut con-
cernant le mode d lection. Dorna-
vant un comit compos du bureau
n exercice, des anciens prsidents
et vice prsidents du Ceicle et de .1
memb.es v.ifieia les dtm.udes d ud
mis on qui sont hites et tdm'ettra
ou rejettera les candidature*. Les
membres design par le aori pour
taire par ie de ce cumit d lect.on,
sont MM Andr Vieux, U- Wat, et
Lon bazelais.II y a actuellement 1-2
demande d admission.
Aprs la sance eut ii. u In grand
djeuner mensuel qui runit plus Je
Co convives
On ne se spara que dans la soire,
charms d arable heures passes
fg bonne compagnie.
Vol audacieux
Dans la nuit de samedi au dinun
ena un vol a t commis u la place
Ste Anne, dans les conditions parti-
culirement surprenantes. La mai<
son rie cemmeice dnomme bric,
lrac siti en Lee de I rglise et ap-
pui tenant Mt Ftrnand Crepsac, a
t (ide d'une ft.on mthodique-
On suppoie que les canbiioburs
ont du amener avec eux df s btea
de chargea afin de pouvoir tranepor
ter les objets vols, car le petit ma-
gasin a ' lit ralem nt dmnag.
(n ny a rien laijs Plus de OOO
dollars de marchandises ont t en-
leves.
La ptlice prvenue es", la recher
che des auteurs de ce coup de main.
Cioix Rouge Amiricano
Hatienne
Samedi a eu lieu dans les salons
de Mme|Wise. fem lie du gnral
Wise Chef do la (londarraerie, une
runion dans le but d'tablir lea coq
ditions dexistence d'une socit di
te Croix Rouge amricano lUitienne
Il es- boa qre le Ucteur sachejcom
ment a pris naissance ce projet: l'en
dant sou sjour dernirvu.'nt aux
Ktats Unis. Mme Wiee.dans ses rela
tio )8. ap, r.t que des valeurs pro/e
nant de diverses souscriptions
'ai ni rrommtanment sans emploi
C^s ditas valeurs tant destines
d fi; ivres humanitaires, lida vint
la g4n4reuse amricaine de faire
profitai no re pays de la cration si
u ih d 3 la Cro x Ooi-g*.
Le Comit d) l>oit au Prince se
compose de cinq pe-sonnilits bai
tiennes e de cinq ai.trs pereorw'i
tis am- caines, out '. choisi* pour
la pemire catgorie MM Clment
Ma loire, Seymour l'ralel, rie Laapl
uasje, Dr Flix Armand et D Belle
gtid.'. Nous donnerons drniau les
t 0 oa dea ara.icaln8 qji composait
le co nit 11 renseignerom sur tout
ce qui aura t dcid pour faire tri
0 npher le pre jet de C Ain Ticano hai'.ient.e-
Contre l'Incendie
Le et 1 vice d incendie poir la pro
te: ion de la ville oigu is tojt der
n remrnt a ku une pir ie de son
ma.UI command IE ranger
avec les fmds provenant de la sous
cri ion pul 1 qu ouver e cette lin.
Nous c oyons savoir que le Gou
vernement versera bi ntot la valeur
promis, tiquet devait tre fqniva
leu e aux aouacr.'pt on recuillies c'ett
aire lo.ooo dollars-
"La Nouvelle Hati',
Nous avons reu d-puii same1>
|a nouvelle dition de notre co,.ftie
La nouvelle ll.i i don*, nous pal-
lions la semaine dernire
Nous en consciilois la lecture.
Nomination
Par commission du Prsident de
h Rpublique Mr Baroard U eg-ot
tee. avocat a t nomm Subsitu'
du Commiaraire du Gouvernement
prs le Trbunalde I rem re lus-
tai.c de Onauamlnthe tn remplace
ment de Mr CbiUtlan Hgulus
Mouvement des bateaux
Le sis CUl ON ra fia de Poit
au.TriD;e, vers le 17 Nov mbre.
le i(8 GENE/E G N. GOli
I HAIS paitiia veis le iK.
Ces dtux luviiesjonti destiration
de N w-Yok .a
A l'Fglise Ste Tiinrte
Belle ciimocie hier-fnatin IE
gli e Ste Iiinit de '- Rue linlus
Robin i lorrjsioai 112e anniversaire
de l'Armistice.
Le Service d'action de g'aces a t
clbr en ang'ais e: en Iraoaii par
les p.steurs Pierre tt Ldouard Jones,
et de beaux chants excuts parla
chorale de I l.g'ise.
Les hymnes nationaux: amricain,
(racaif, anglais et baiiien ont t,
tour i leur, jcus tar la Musique du
Palai*.
Peaicoup de cdabilirs prenaient
part cette cimonie
Broiement
Houlcnunt arrt par U commission de Con-
trle du hnilemcnt jxjurlc Mardi i(. Nbre. 1920.
i dix l.ums l'iuui'i du matin.
Coudid'Eiai Ani.ur (Umeau
'nlH"ul Eusnc Dcatrel
r"ar,lut'' Chnstian Lanorte
-"""une Edouard Painwn
1 .Le Matin.
Syndical agesu de cl.ni^e Merov l'ierre
Ordre desavocati LBoJbMph
(C.0""1 Paul E. Auiila
Nouirc H .lourd Keocr,
Dcs
Nous avens *p|. na avec rrgret U
mon de Mi lernand Sainte Crcix.
neveu du Sculpteur \ >rmll Chat lai
et de Tbotis Geinnin, suivenu bie:
soir 11 beurea l'Hop.lal g4r.ial.
t t.- funerailbs suent lien ce soir.
Le convoi partira de l'Hpital g\
r.ral peu i se rendie ITgbte S ni te
Anne, C pisent faire pirt tient
lieu o'inv.tatico. Nos con't lancea
a la famille du dfunt
La Question
de la prohibition
Elle continue d'agiter l'opinon et
non sans r: ison. A l'h uie actuelle,
la presse e| i peu p es unanyne i
se rillier i notre opin or. C'est vrai
ment tant mieux. 11 n est pas inu'ile
de reptoduire la no'e suivante que
nous a adresse d; N wYok une
des principa'es compaenies d'.xpo'ta
tion en relation d'atl lires avec le
march haitien.
Nous avons s-gaaler plusieurs
faillites importantes des maisons d ex
poiution faisant principalement 1;
ngoce avec la Co'ombe. D; plus,
les bmques font des difficults nor
mes pour offrir les commodits Je
banque aux pays des Aatil'.es et de
1 Amrique du Sud.
Vo U certainement une manire
de rponse i la suggessioo de M.
Fqui'e invitant les conmeronts
aurons par la ersi de baisse i en-
tendre avec les banquiers.
Seulement, il nous s:mb!e qu'il
fauIrait un peu se presser i cir, une
fjis que des atl tires auro.it co nmen
ce i s'emmincher sur la bise de la
si'ua'ioa ac ue le, oi se Loar-ra n
cessirim?n', au mom n: d adop er
hs mesures rchmes ac uel'e u-int,
en ftee didroiti a qu s av^c lesqu ls
il taudra certainement compter.
Mtis, hilas nous pressons nous
j im lis, mena devant li ding r ?
L'Anmie
Notre aatjgwt tompoa^de*
globulea mn^vs ci blnDca
i.-s rouu - i-'.-hi ii uoar
rir In cnrji>. 1rs blaiica n
coinb ntn- lu iimlnilii'.
(iiiaiid il y anmie on
DDHuqae du atuig lea g:lobu
\m routes luauquent ploi
OH liniin-.
De celle faon 1>' sang
ne l'fit procuror aaaei de
nourriture au corpe. I esl
pourquoi I li^uii' devient
p Ile el pfljtaDN lea yeux
beruea et lourde et une
Renoa '< ion de tat Ijfui ioten
e envahit tout le sygt&me
Pour vaincre l'aneinie il
liiui reapprovisionner lo
miii^ du globales rouges.
i eei i'i que
Th, Wint of Lift
!">"" I i : i pouvoir^ mer
veille ix.Parce qu'taut uo
e/nrataur de aung Win-
(.unis ere une abondnn
ce il" sang rouge, neuf t>i
riche i|ui ramue lea roses
aux Joues doni...... |M-iil
lemeui nux yeux el but
charge i;ui lu corps d'uue
vitalit et d'une vis non
velle. i 'rii pour cela que
plue il.' |o 000 in.'.lt-iiiiH
recommandent Wlncar
IUS.* __ ^j
Aehctei une bouteille de
\\ incarnh Aujourd'hui.Uu
j'iit l'iibteoir iIjiii- toutee
km Pharmacies el chai
l'.l M.MtTiN, Agent.
COLCMAN OO. Ltd.,
Wmcti.u. Worfca, HOnWICH.
Sucre granul
Vient d arriver par le steamerBeren
Riz
Par le &js Advance, nous recevront
lot de RIZ que nous offfrons
nos a niables clients.
A YESDRECBlZ
a

P.N.GMY&CoIn,
Demandez le vin Wini
contra
CONSTIPATION
. ; :.
un., '
/** e
LL1CIK
: ;'.. A-JIFS
. L8E> .t..
..
Le re.omliluant par excellence
Le VIN WINOX est un produit phatmo^,
de premier ordre et une prparation seule data
genre, sa fabrication, le vin mme, hnalm,
valeur clinique l altrent. Il diffre absolumm
vins dits toniques, communment vendu*.
Le WM'O.Y renferme une proportion deiubm
azotes suqrieures de \0ofo a celles des vins fcnl
ordinaires, ce qui en /au un reconstituant dunea
activit, dont tirent le plu* grand profit les 9
cents, les anmiques et les tuberculeux
Le vin nutritif \\ INOX est un reconsti'*
turel qui renferme une proportion plus ara
vraies qualits rcupratws que tout autre
semblable, sans l'addi'ion des drogues.
U est hautement recommand pat les c*
mdicales en Angleterre dans tous les cas itam
nvrite, neurasthnie, gastrite, indigestion, grippd
vralgie, bronchite,- phtisie, tiffuih sment w
a s ners ou de eorp*.
Prpar par la WIA'OX COMPANY, Um'iei
Loadi es Angleterre.
En vente en jjros et eu dtail chez.
Alphonse Haynes *
Agent gnral pour la Rpublique d'IItiti.'
Avis important
Le c Bazar Mtropolitain* annonce
sa nombreuse clientle qu'il vient I
recevoir par le steamer CARAVELU
LEA PEREH/VS sauce demi bouteille or cts 39
. ff grande bouteille 69
Avec cela un grand assortiment
candies et de bonbons anglais.
Viennent d arriver
Vrita ble Cognac, Henri lloy% Borde
^JgVi^tsse* deJSfci.tV 24\2 bouteilles.
Donb^;Confmn:t Lait Condensi
& Malte ISlestlt, chez
Savons de toilette Petit-Chat
EM GROS CHEZ
L. Freelzmann Aggerholtn
Vritable grand rabai
lilKl.
AlAMAlSOft
H. SlVEBA
i. P*1!
Dnll lil blanc aoglri, alpaga et diagonal noir suprieurs,
f.ich de loules nuances et qualits, crpe anglais grande ei
soie couleur.
largeur, Slnntuiig de soie japonais, Tursor de soie c0"1*"^
jufesel pour ccslurr.es hommes, piqu blanc mpl.*- l ,,
'geur, percale, voile unis blafC et carreaux, Toile aJourJJulrt
schne lleuis, aaiirdie blandie, casimir anglais, molleton w
i scie, toile cbemise, coton Irap. eau
cii'pe ("e Chine de
< ele, etc,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM