<%BANNER%>







PAGE 1

LF MATN riJM Hniii |, rrBrnt Famra LES PERSONNES ANMIQUES ont besoin de L'Emulsion de Scott qui plus qu'un mdicament est un puissant aliment concentr, productif de sang. forces et bonne couleur. (Demandez toujours Emulsion de Scott) Dit-tingiiiehod order p'usieura arai rtm et officiels supiiouis, PAPAL I O— Les dth'gus iial;ecs et yrrgoslaves or,l discut aujourdhoi la questoi de Fiume aucun icccd n a pu s'tablir par le pacte de Londres.On rappcite que le com le Sfrrz) aLr it lais.' ei tendre claiifrmnt que si un rcard n'hait pas ci t c u dans quelques jours l Italie a l'inicuton de se prvaloir df| droits qie lui donne le pacte de Londres leronr-u parla France et l Argleerre. WASHINGTON-Mo ris nprsen tant le dpauement d Lit et l'amb ssadei i du lapon reprirent la conIvnr ailles d'Aibaoase l.aforest A'hanise Laforest a tu bitr, de belles et impo antes fum'iUer. La Comp;goiedes FoTpics libres avait tenu honorer l'un de se? plus prestigieui dignit. ire s, et elle l'a fat avec la plus grande solennit. Sa garc'e d'honneur dans une tenue et une discipline irrprochables coiuisait le char tunbre de la Cie ento re de verdure et enrubane de cou leurs nationales. Un ccnvoi nombreux suivit i pied STD qui concerne les drotsjipo* i as aux Ltts similaires ceux des autres trangers. I AKis— Le Conseil national de la ( G I adopta par 72 contre 28 et 2? ;lstent;ons une motion autorisant de jiendie des picaulions contre lis eil mistes obissant i la tro:ftinac intei nationale en dehors de la CGT, loul aui estimant que cette majorit est insuffisante offrit sa dconc:loyen f ,i considrer que malg- les dceptions p3ifois arrresde la v.e, celui qui a su mi tir t'estime de sa gnration ne meurt pas tout entier. litnce se rapportant aux plus im1 U 1 U ' U c imetire en passant devant poitantes clauses eu trait en discus la sU 10n ceDlrale Cu !• %  h mneu s fuientrendus aux dpouiuesde notrt concitoyen. Et malgr 1 heure tardive et la menace de la pluie, le convoi ta t encore nombreux au cimetire c do ; elegis funbres furent prononcs par la ~ie des Pompiers, par Mousieui Denis St Aude, par le lieutenant Montasse et par Vlonsieur S l nio \'incent. l^Cet e manifestt on est rcoaLr IDMiOQ Le bureau du conseil adopta Un,e > a le moignage de ces senti alots par icj voix contre 3 et 22 ment* de reconnaissance et d'admiia en tentions une iroiion exprimant Eon est d un ban exemple pour nos :a ccnfiftCCC daDs le bureau aiusi A part cette pe ite cri.ique, d'ailleurs, tri judicisuu'. Me Auguste a droit toute no te animation et mii e luu le vote de la section qui a partag ses ides tri lui laissant le eoin Ue so choisit iv.\ collaborateurs pour l'excution de eon plan. La route de Ptionvihe Les dernires aveises ont achev de J fonctr la icute de Ptionville en rr..-ne temps qu'elles oct occa s'onn des de'g.i's dans totre char mante itition d t. Ainsi, avant la maison lijgoe Lespinassc, il y a tne crevasse de 100 mtres de Ion gueur sur 2 pieds de profondeur. Nous sigualons ces laits qui de dioit sli 1 qu'il y scit remdi au Lgation d'Allemagne Ncvs iMOBCioni hier que c'tait Ml /'telrrarn qii tait nomm char raux. Nous conseillons la lecture ceux qui s'intressent aux communales. Mariage Avant hier aprs midi a eu i toirs choses lieu i Que les enfants se rjouissent! Le carrouseldontaous annoncions l'arrive s installe actuellement au Champ de M 1rs 1 la mme place o se trouvait 1 autre. Sous l'Influence du "PULMOSERUIKI" LA TOUX SE CALME IMMDIATEMENT. LA FIVRE ET LES SUEURS NOCTURNES DISPARAISSENT. L'OPPRESSION ET LES POINTS DE COT S'ATTNUENT. LA RESPIHATlON DEVIENT PLUS FACILE. L'APPTIT REVIENT. LE SOMMEIL REAPPARAIT. LES FORCES ET L'NERGIE RENAISSENT. EMPLOY DANS LES HOPITAUX. RECOMMAND PAR LA MAJORIT DU CORPS MDICAL FRANAIS. EXPRIMENT PAR PLUS DE 20.000 MEDECINS TRANGERS. * MODE D'EMPLOI. — Tint cuillere caf malin et soir. En V.it dans toutu lu Oroguiriis lt rharnuciii. PHARMACIE DE ROME, M .RUED-ROME.PARIS. ^O On conoit Lien pourquoi la Hupmobile eat parvenue o^fairo a renomme mondiale de voilure de suprieure qualit. La t Vi>!to i, i ta Commodit s'est acquise ce'te rputation uniquement en v.r u on altitude de se in i itenir en bon tat de Btrvice pendant de cnj mois d usage continu, n'ayant besoin que de trs peu d'attenj" n aef part de tncariciens experte• Equipement ordinaire Types de crrresso.iea : Voiture de tourisme cinq places, ou voi tut t.routire deux places' Compteur le-vitesse. Dni ireur lectrique l'hares, lampe de lah'inr, et lanterne arrire. l'aie brise de vue claire en temps pluvieux. Indicateur de niveau d'essence. Trompe lectriqueAra pre mtre. Foite-man'eau etrepo : i-uii^ • l'orte-pneus, jante dd m h Tendelets latraux, Support tendelets pour les portirtaTapis pour le tonneau Capo'e (coire ou kliaki; Compresseue graisee i'ompe, cric, outillage corap Indicateur de p;ession d'huile. Il y a dans ce paya une rgion disponible trs avantfguse ce les agents et nous serions heureux de recevoir des maisons eetiene at sjlvable8, les demandes concernant ceite reprsentation, Hupmobile The HUPP MUTOR CAR CORPORATION DETROl E. U. d'A Adrcm tlgraphique Codes employa HUPP DETROIT Lieber A.B C. ) dijifltj WESTERN UN10NJ Vritable grand raba A LA MAISON H. S1LVRA t mdullaires de l'Empire d'Allema la Communele mariage civil de M le gr e et ron Mr Ldmord lle!mtke. Nous nous empressons de rectifier nctre informahen qui est inexacte. M. Ed. Uelmeke eil chaig d'affaires rd intrim d'Allemagne en attendant l'arrive de Mr Ziteimann qui vient pterdre la dirrction de la Lgation c le ti lie d 4 Envoy ltr;oidinaire tt M niitre Plnipotentiaire. Geoigelte Guignard et de Mr Victor Pandergrast.Les tmoirs taient pour l'pouse : Me Vilius Gervais et Mr Odilon Barau ; et peur l'poux,MM. Saide Kouri et Frtock Widish. La bndiction nup:iale leur a donne le mme jour au Champ de Mars dans les salons de Mr Widish parle distingu Pasteur TurnbulK arisiana Dnll lil blanc anglais, alpaga et diagonal noir suprieurs I b ach de toutes nuances et qualits, crpe anglais grande e' largeur, Slnutung de soie japonais, Tussor de soie coule ul Y, ju;eset pour costumes hommes, piqu blarc mplt el f largeur, percale, voile unis blanc et carreaux, Toile jour et %  selirid Heurs, satinette blanche, Casimir anglais, molleton cou crpe, de Chine de soie, toile chemise, coton drap, caiico ciai ele, etc, DIMANCHE Le Tango de la Mort Mlle Monte Cristo -J at -ii pisodes Entre G. l.X) AVIS Le public et le commerce sont avtBsqu' partir du vendredi 12 cou rant le BAZAH METROPOLITAIN resterr ouvert toute la journeVarits DIMANCHE Le Ddale Ave: Hob.ce 0 Entre



PAGE 1

Q, alfzime Inne rVo '10: )\ DIRFCTETJR-PROPRIETAIRR ClmenMMAflLOIBE JiiOiaTBAT COMMUNAL g NUMEFO 15 CBNTmiS Port au Prince.aiti Samedi 13 Novembre UQO rjo mon UEIARTKVI JSTS prri 1RANCFR Tro! ii moi? •3.' 100 G. 2.50 7.00 801 Quotidien L nonces sont ifi-fs an Comptoir I Lflirni' ^ r VV '* q Ru Tronchet, T S UI9, ai. 2 *' Ludgate Hil), Lon 're*; REDACTION; Rue Amricaine No, U^a filemps heurtnx qu 1 ceux que LirivfrKOi, Mon voisin d'en IP ip/cnlnteur n'prouve aufcfiiig'>e : il if garde danser les jpltffu\ de ?a balance-comme iplod be ut joui do la rcolte %  qoil se lve pour peser le caf [ifCBcen et srns qu'il ait payer le v"i fait n'ier sa balan Puer le veu', c* n'ett pa& ordi %  on autre voin.celui d' ct se ne tel un faim'ant millionnaire : (clients ne vierre it point troub'er locce pa'xtl lis mouches seules luvnt dans sou nv'gesin, et les nes fi' ii IH • ; M entent do ilci'.es le BU k !J %  u^sus. nael !" cebor.liPurdi!re lo'u nps,inoa ili'eur boira mr t>on caf. Mais mtns hommes de plumes : a dire h minus 1^,'i't-. hommes |itD, que b iirons-nciid no re [, ton e not-o rujio H-avo I nom aur i s pria du poi en :D finir : • t noua n mirons | as IliO d trier nnxiss .no avec lill y tO i;ui • no < '.y < O'U Innre Vu-, I • p tite vro'p, une loi m %  r i v.\ eue. Les pi l lutsi p • m 'lit de< nouvelles conm l-s | owLes uou il (tlwp 'i b l'ea.Cut donc-ma laried m K t fjit ait st q n la p tite v. r.j'e q ie de prendra inoavello fj me. Cttte co^ie te ji la part d'une p -te Mr Una n'en aciu ras j doux Ce der ajM'g' sa forme nouvelle, sur Il on a beaucoup d sserte, ne topai trop lnureuxEn tout illeit moins que mu voir ni, Isolateur en dentes e: le mar H rjcepir ce qu'il a plus d'articles % won beutiquier avec la baisse Nie ? Ptut tre Lier, n dis il j >lra chose ; c'est qu'il me fait fdeptrer amz triblement lion qu'on lui a je* sur les ; Plagia; et parkthe. il le ban et lanire b n s'en *nt;je rouve cm me6 ieuie toit [{"•C'est bei tort, en vrit IKf lrop Mr l/0 La,e,u (t [Mttoduul, n. il e dfmd T je ne aaia i-enz d'autu-s, JJi tes in-ocent. tui pren:llc epeiidjiit qui Mr %  Hcoi 0 D P uii8 P a 3 8 t 8 'r d lfi, qui dlS8li 'l a e i njiin ^!'v e c cus d'avoir vol les Plrs. %  i f darae d Pans, il lui L (1 !'^"drt.A.vou /. toat dj ^W Victor Hugo teiait plus ilff 8 '? d ^dre, qw Mr ^ Ie au. Il n'aurait qu a dire a ;.Regardez bien inea maus "ironi*, 1 ?* 8 P cn98 voyez ii '"*! Sar quoi un ju^a vi Sucre granul Vtcnt (V arriver par le steamer Brnice Riz Par le sjs Advance, nous recevrons un lot de RIZ que nous olffronx nos aimabte clients. A VENDRE CULZ P.N.GRAY & Co Inc. %  itrait til m uns jusiu'aux ongles et ses poch"s daus leurs plus petits rpp'is, et prononcerait I innocence l H'14 i vainqueur. Voyais inuiit-niut Monsieur Lon Lilean.diva H • j g y ; — Moia ea oi v ><] %  icc il• d'avoir vol Henri da R4goJer e' Hosemonie Roslanl et h en d autres encore Et o'rtbord. ce qui concerne Henri de Kgnie'', voua l'avez vol ? Mr Laleau. — Je n'ai paa la c'.f de sa maison' l.) Jugi Oi d t que oui c>pen da t ,• vous y tei entr d'un Ciio ou d uie autre. .Mr Laleau-Oai.miis j'avais trouv sa b.blio b)jue farine. L-a Juge Q t'avez voai fait ilor? Mr Lai>ai — J n regird le tneuli'j ai s rian prendre, et j ) sais so; 1 ti B in, f i le j g i on loarlant avec milice. E", lorei pde pinn pendant laquelle il l'eit b au IH les rarin s d'un tabac ea podra n xr c ira ne I encre qu'|osiible de ae pendra ives. Le Prsident del Rpublique Dposa devant la Cour d Enqute Nous pubuo^s. il'ip ci notie :o rre iLi No vell ste* la dposiliaifa'te dvintla Caar d I:iqute pir If Rsident Dut'gienave LCh t d? I E*a( rett r n du, aux Cierips 1) iiaUoei laos aucun appai.r. M poula minil s lation de la Vrr' s el dplace, comma un humble d'oyeo. donnant l'fxtmple de la siatoli it t de la confijn e dan; DO intrt purement uat o al. Le tribuna'oiv e Ii'inc-'.Ehienl ptesent; : L'Ani'ral Miyo, prri J ent. l'Amiral O v, ft le Gnral d division Wendeh C-N;viUi*, membre ; le MqoDyr accusateur Militait; un sno du Tribooil trois jnurna lu tel am'n a n, le Directeur dj Nouvel.i li. Mr llolly serva t d in terorCt ^ Voici les quest os poses i Son Excellence it les rponses qu'el'e y a idlll. Le Pisidct avait tu sou de les pi a ir tt de 1 s crire 1) — E t il j m.us r.'iv i xo't connaissais que d:s mens dhiirien.', sans diitiQCtioo, par les miri* res ou pat h Gendarm ne servant sous les orJres des ma r ines, aient dti corn m s ? II — (>J[ic elleimni non j'entends parler des faite tri$ regrettable per ptrit llinclie, Si .\inrc, la Croix des UouifueU, < la Grande Rivire du Aorrf Stl d ;t p*ot p rite a t tfp 'd de si n eure a luette, une commission char ge dinvestigutr sur ladministration militaire en Hati de l occupation amri mire Sans Joule, la grande Rpublique Etoile* -' o brille louiours de ton plus pur clat comme i un Je ses plus beaux astres, un puritanisme intransi gant — a iuge cette enqute indispensa Ole pour conserve) son beau renom et sauvegarder sa rtsponsabilite devant l'histone et 1 humanit. Celle excellente mesure Ironie gale meut son explication devaut l'attitude h une e! bieinti liante qu'a bien voulu prendre noire gard, entri autres gran d'S Presfes elle, des Etats Unis, hais les en remercions trs tint rment. Maintenant, nous avons tavotr comment s exercera eette enqute et i dut o i praliqui tlle aboutira 1 idant, nous avom un trop haute opinion des membres d cetti commission pour ne pas tre eonvainctts da vanee qu ils mettront cdns leur tnebe la plus grande impartialit et les meilleurs soins — a l'exclusion, bien entendu, des partis intresss et des pusillanimes. T, 4/jl regretter que ees Messieurs n'aient pas assn vcu parmi nous et il ni plus fau^x uue leur sjour ne lui pas Juinlongtu uaure. Leur psycbo luge plus line, assu,\U ,j j$ Celle Je beaucoup d'autres, approfondirait mieux I d u e du peuple hatien, car, en ralit quelque SOrdtdt et humble que j %  .usse la majorit de ee paiple, il possde aussi une dou, parmi ses autres qualits — une il me non moins sensible a la brutahU, l inimite -i la dlo yauti aux vulgaires prjugs, aux mm ,.;/i traitements la privation de ses* droits, Je sa liber tt et Je s m indp n Nou velles Etrangres NEW YOMvJFranc 17,05, Sterliog 3.4o. PARIS, Le ministre de]|Cuba; et de3 colonies donnrent undiner en l'honneur^de Mr et Mme La Torrieo te. iiue'ques amis franais y assis liiiot ainsi que lesdlgus cubains de la Ligue des nations le ministre dans un toast rappela la carrire po litique du snateur et le rle prpon drant qu'il joua avant et pendant la gutre. Son activi r> lut mise au service de la bienfaiaaace et ses eiiorts furent toujours dirigs du ct de la France et de sas allis. Corme remercia et clbra l'union des Cubains au dessus de tous les partis pofitiques sous la direction du nouveau ('rsident. Cosme ajouta qu'il emportait un souvenir impria sable de sou ajour en France et d l'accueil chaleureux et Ira ernel de la Fiance et de CubaCosma l'embarquera a Cherbourg sur l'Aquitaba le Va courant rentrant la Havane Via New Yok. Cosme l'intention (i>' letourner Paris en juin 1991, PARISDaoa le Petit Journal l'ar deu rdute ceraines dclarations con tenues dans l'interview de Focb que te Matin publia hierTardieu affirme tfOrrae rotara ment que Clemenceau dfendit e 1 couvrit Focb a .diverses reprises qnnnd certains allis discutaient les actes du marchalTardieu dclare ^ilemmt que Clemenceau dfendit 11 candidature de Foch quand il est ques ion d'instituer le commande mont unique. PARIS Joubaux de retour d'All magne annona au conseil natonal de la C G T. La couclusioo d'un accord franco allemand en vue d'une collaboration troite parmi les travaille ira pour la reoaissan.ee econo miqu %  den d >ux pays. BREST.L amiral Magulder attach naval a ram'iassade amricaine reuvt solennel emant la dcoratioi du l) — Ya-t il des actes de violence oi d'oppression contre les lluliens. oa contre leurs biens, faits par des personnes du Service Nival, qui aient t ports votre connaissance et ou les a:cuss n'ont pas t jug l s par des Couis Navales R — .V oyoaJ pas eu dnoncer l'Occupation dos actes Je violence ou J oppression, je ne pouvais m intresser savoir si, coupables de ces actes, les personnes en i dans le serviceNav.il taient juges par la Cour Martiale. I). — Au eas o il y aurait de nombreux cas d'homicides i j v st lubies ou d'autres actes injustifiables contre les Hiitiens ou contre leur proprit par les Marines, avfz vous dos moyens ou pareils actes pouvii il vous re rapports R. — Ma rbonse aux Jeux picedents questions explique que \t ne dis bjs Je moyens bom tablir bexisu J autres Ok tes d: que pourraient a. commis les, marim miiete publi que qui les J Jance. lia commis,certes, beaucoup Je fautes. Il conviendrait peut tre Jen rechercher les causes Jms l'exubrance de sa jeunes se cl de sa vitalit — et, particulire meut, dans sa fausse ducation sxiale et poliliq-ic dont se sont rendus respnn sables quelques uns de nos frquents diri gants — lesquels, d ailleurs, par leur mauvaise conduite, se sont faits, sans s'en Jouter, leur Je riment,les premiers, ins'igatiUrs Je nos troubles priodiques. Dan autre cit n >/ aurait-il pis Km d'en accuser aussi certains exotiques nullement scrupuleuc — grands faiseurs d a/j tires et di rvolution — emporlxnl ijiimcat leurs sacs rempli* de notre or et m iculh ds noir sang et de notre sueur. Il n avait auisl plus malheureuse ment une lir/jevart d (airs quelques individus de nos k'Utes Elles devraient compr2ndrj,que, de leur troite union, d leur ma iration et de leur bmne foi dpend le sort de tout pays, varce que,eu'.es, elles psuvent tre ou ne pas tre les principales promotrice du pro grt moral et matriel de la foule a no ni/me. Autant de fautes qui nous rendent si coupabl s aux yeux des Etrangers — "tain aussi autan', d'erreur, de la p%rt de ceua ci qui, pour bien juger notre mentalit propre, ne tiennent pas aatex compte Je ces malheureuses contingences. Ce sont des clnses dont voudront bien se pntrer les honorables M§m> bresde celte Commission. En fi-iissant, formons le souhait que nos Elites fassent dsormais trve lfj en est encore de ses passions, de ses rancunes, de ses querelles, de ses mesquinei ambitions et que celle Uon que UOUH recevons nous devienne profitable pour le prsent et pour f avenir.


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05262
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, November 13, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05262

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Q, alfzime Inne rVo '10:)\
DIRFCTETJR-PROPRIETAIRR
ClmenMMAflLOIBE
JiiOiaTBAT Communal
g NUMEFO 15 CBNTmiS
Port au Prince.aiti
Samedi 13 Novembre UQO
rjo mon
ueiartkVi JSTS
p- rri
1RANCFR
Tro!
ii moi?
3.' 100
G. 2.50
7.00
801
Quotidien
L nonces sont ifi-fs an Comptoir I -
Lflirni' ^ r' VV' '* q Ru* Tronchet, T S
UI9, ai. 2*' Ludgate Hil), Lon 're*;
REDACTION; Rue Amricaine No, U^a
filemps heurtnx qu1 ceux que
LirivfrKOi, Mon voisin d'en
Ip ip/cnlnteur n'prouve au-
fcfiiig'>e : il if garde danser les
jpltffu\ de ?a balance-comme
iplod be ut joui do la rcolte
qoil se lve pour peser le caf
[ifCBcen et srns qu'il ait payer
le v"i fait n'ier sa balan
Puer le veu', c* n'ett pa& ordi
on autre voi- n.celui d' ct se
ne tel un faim'ant millionnaire :
(clients ne vierre it point troub'er
locce pa'xtl lis mouches seules
luvnt dans sou nv'gesin, et les
nes fi' ii ih ; m entent do
ilci'.es le bu k !j u^sus. nael
' cebor.liPurdi!re lo'u nps,inoa
ili'eur boira mr t>on caf. Mais
mtns hommes de plumes :
a dire h minus 1^,'i't-.hommes
|itD, que b iirons-nciid no re
[, ton e not-o rujio H-avo I
nom aur i s pria du poi en
:D finir : t noua n mirons | as
IliO d trier nnxiss .no avec
lill y tO i;ui no < '.y < O'U
Innre Vu-, I p tite vro'p,
une loi m r i v.\ eue. Les pi l
lutsi p m 'lit de< nouvelles
conm l-s | ow- Les uou il
(tlwp 'i b l'ea.Cut donc-ma
laried m k t fjit ait st q n
la p tite v. r.j'e q ie de prendra
inoavello fj me. Cttte co^ie te
ji la part d'une p -te Mr Una
n'en aciu ras j doux Ce der
ajM'g' sa forme nouvelle, sur
Il on a beaucoup d sserte, ne
topai trop lnureux- En tout
illeit moins que mu voir ni,
Isolateur en dentes e: le mar
H
rjcepir ce qu'il a plus d'articles
?won beutiquier avec la baisse
Nie ? Ptut tre Lier, n dis il j
>lra chose ; c'est qu'il me fait
fdeptrer amz triblement
lion qu'on lui a je* sur les
; Plagia; et parkthe.
il le ban et lanire b n s'en
*nt;je rouve cm me6 ieuie toit
[{"C'est bei tort, en vrit
IKf lrop Mr l/0 La,e,u (t
[Mttoduul, n. il e dfmd
T je ne aaia Pjoone parle mne pas on no
[Jfln mot ;;o regarde si cois
l* suant. Mais oi prend
pnemplea d.oite et gsucht
P oaeb lesjittiatures et ton-
11'P?Qe8 Pur P J'jr prouve
tjwq daulres avuut Mr Lon
K12Lfitt4- Mu8 9,il a cam-
[JPWh toutde mme, on est-
"coupable? Les dliti qm
'journellement sont vieux
Iteupl mQiQ et commuQ lou3
ru? V'm ala' dfenjear
ii/ neau Q0" vient avec
i ici adieu, cot duquel il
Ifi iP,lrodie- 0a|. ,e Eonnet
11 ,lour- n'^t ni un paett
un Plagiat, mais une parodie.
iJ?' Mosieur, vois puez fort
n peut vous loucher. Oa sait
L, p'rrodie est nn jeu per.rm,
BIe ,ePa^cluosoit pas
J"nonneur.l>i-enz d'autu-s,
JJi tes in-ocent.
tuipren:llcepeiidjiit qui Mr
Hcoi0 D Puii8 Pa3 8 t8'rd'
lfi, qui dlS8li 'lae i njiin
^!'ve,ccus d'avoir vol les
Plrs.. if! darae d Pans, il lui
L(1!'^"drt.A.vou /. toat dj
^W Victor Hugo teiait plus
ilff8'? d ^dre, qw Mr
^Ieau. Il n'aurait qu a dire a
;.Regardez bien inea maus
"ironi*,1?*8 Pcn98- voyez ii
'"*! Sar quoi un ju^a vi
Sucre granul
Vtcnt (Varriver par le steamer Brnice
Riz
Par le sjs Advance, nous recevrons un
lot de RIZ que nous olffronx
nos aimabte clients.
A VENDRE CUlZ
P.N.GRAY & Co Inc.
itrait til m uns jusiu'aux ongles
et ses poch"s daus leurs plus petits
rpp'is, et prononcerait I innocence
lab e quelque peu plaisant car; ii
du |H",im de 11 igo ou ne venait
pas so:tir lei tours de Note Dune
de Parii.-.^'aine mut oi en tirerait
qai!qm bjaa d pap;8r en rpoi
a ) d h v ^rs an j tr.'ux ; I n potes
jjiei to' j jars des toirs aux di
inev M t s v> l H'14 i vainqueur.
Voyais inuiit-niut Monsieur Lon
Lilean.diva H j g y ; Moi-
a ea oi v ><] icc il d'avoir vol
Henri da R4goJer e' Hosemonie
Roslanl et h en d autres encore Et
o'rtbord. ce qui concerne Henri de
Kgnie'', voua l'avez vol ?
Mr Laleau. Je n'ai paa la c'.f
de sa maison- '
l.) Jugi Oi d t que oui c>pen
da t , vous y tei entr d'un Ciio
ou d uie autre.
.Mr Laleau-Oai.miis j'avais trouv
sa b.blio b)jue farine.
L-a Juge Q t'avez voai fait ilor?
Mr Lai>ai J n regird le tneu-
li'j ai s rian prendre, et j ) sais so;1
ti
B in, f i le j g i on loarlant avec
milice.
E", lorei pde pinn pendant la-
quelle il l'eit b au ih les rarin s d'un
tabac ea podra n xr c ira ne I encre
qu'| a i de, pa'sans miiotenant mida
m Il h loi 01 ae plaint q le vous
l'av /. aus3i vo'J
Mr la e m I ! suis jaintia
eut l.i is sa eba nbre.
Le Juga- Eu tas vous.bien'se
Mr Lale-u Sur, lr. Du reste
ql'jll ce que il lui aurais p- i '.' ses
b s bUni ? Moi, ja ne por o pu al
b ;f, t d'auc me aoite.J't'i d.s chius
Mt'll.
Le Juga On j ire que voas avez
enlev s -s bas uieus
Mr Lsleeu Q l'est ce que j ea
ferais ?
Le Juga Oi lit <| xe vo"s avez.
l'iotiotiofl de .es veu ire Midamu
Ida Faubert.
Mr Lu'eau M rat Ida Faub-rt
est une femma lagiute, elle ne poa
terait paa deijbM de seconde main-,
pardon .' d9 ee ond pied, ifil fdin oo
distingUL'-. elle n'achterait pas dos
bis usags- Et l'on sut que Madame
Rostand n'a jamais o le* siin,
c'est mui9 cause de cela q relie
n'a pas pon le dauil da son mari.
Le Juga Je crois que voui n'a*
vez paa abso'.umen*. tort, et vous
pouvt/. tre mnoca&t.
Er en aessiyintla nez da 8Dn
gvuni tnauclior rouge Ces jeunes
po.oa tmX ce i|u'ili veuleut ; c'est
p lurquoi ils ont dj fart petites lyres
dant llf co'dei saut si caute,, ju il
leur est im;>osiible de ae pendra
ives.
Le Prsident del
Rpublique
Dposa devant la
Cour d Enqute
Nous pubuo^s. il'ip ci notie :o -
rre iLi No vell ste* la dposi-
liaifa'te dvintla Caar d I:i-
qute pir If Rsident Dut'gie-
nave L- Ch t d? I E*a( rett r n
du, aux Cierips 1) iiaUoei laos
aucun appai.r. M pou- la minil s
lation de la Vrr' s el dplace,
comma un humble d'oyeo. don-
nant l'fxtmple de la siatoli it t
de la confijn e dan; DO intrt
purement uat o al.
Le tribuna'oiv e Ii'inc-'.Ehienl
ptesent; : L'Ani'ral Miyo, prriJent.
l'Amiral O v, ft le Gnral d di-
vision Wendeh C-N;viUi*, membre ;
le Mqo- Dyr accusateur Militait;
un sno du Tribooil trois jnurna
lu tel am'n a n, le Directeur dj
Nouvel.i li. Mr llolly serva t d in
terorCt ^
Voici les quest os poses i Son
Excellence it les rponses qu'el'e y
a idlll. Le Pisidct avait tu sou
de les pi a ir tt de 1 s crire
1) E t il j m.us r.'iv i xo't
connaissais que d:s mens dhii-
rien.', sans diitiQCtioo, par les miri*
res ou pat h Gendarm ne servant
sous les orJres des marines, aient
dti corn m s ?
II (>J[ic elleimni non j'entends
parler des faite tri$ regrettable per
ptrit llinclie, Si .\inrc, la Croix
des UouifueU, < la Grande Rivire du
Aorrf Au reproch* une /; fait aux g ns de
n'avoir jarnau tenu le Gouvernement
au courant de foui ce que dit la cla
meur publique, on r-pond ijuon n-ai
gna t, tort ou d raison de tomber
ho us le coup de la Loi Martiale,
/. ; viclinue on leurs parents ne
mont j un us, port leurs dolances,
pareeque lee conducteur de rvolu-
tioni itetaienl e .tendre qu'il n'exie
tait pa : d i Chef d Slal L peajj
s mi quelque rare exception, U
en a dans lu us les pai/i se ;/,
sait bien de la V il M I I II I uai is.
il sattcnliit 'i Sd I r>Stl d ;t p*ot
p rite a t tfp 'd de si n ses bien; mm li ojroas, tell qutlts
a l pratiqu en dpit conseils au Q lover* ment, a d.ma
lieu ava u qui onl
rtai
nement. de 11
i.
Le travail loigne de nous
trois grands maux*:^l'en-
uni. le vice et le besoin.
VOLTAIRE
TSLEPROlst: 48
Ir l lui no
Depuis quelque temps, nous nions
l'honneur et Ut bonne fortune Je recevoir
Ut visite de quelques Amiraux amricains
Aujourd'hui, l'un Jeux, Mr lAmiral
MayO, qui nous avait dj VtUti tout
reenunent, accompagn Je sa grande
flotte, est revenu plus modrment par-
mi nous, bord Ju acbt Le N agua.
\ous saluons sa nou nue avec
doutant blus J enlbous asme.qu llf rside
ii>eure a luette, une commission char
ge dinvestigutr sur ladministration
militaire en Hati de l occupation amri
mire
_ Sans Joule, la grande Rpublique
Etoile* -' o brille louiours de ton
plus pur clat comme i un Je ses plus
beaux astres, un puritanisme intransi
gant a iuge cette enqute indispensa
Ole pour conserve) son beau renom et
sauvegarder sa rtsponsabilite devant
l'histone et 1 humanit.
Celle excellente mesure Ironie gale
meut son explication devaut l'attitude
h une e! bieintiliante qu'a bien voulu
prendre noire gard, entri autres gran
d'S Presfes elle, des Etats Unis, hais
les en remercions trs tint rment.
Maintenant, nous avons tavotr
comment s exercera eette enqute et
i dut o i praliqui tlle aboutira
1 idant, nous avom un trop haute
opinion des membres d cetti commis-
sion pour ne pas tre eonvainctts da
vanee qu ils mettront cdns leur tnebe la
plus grande impartialit et les meilleurs
soins a l'exclusion, bien entendu, des
partis intresss et des pusillanimes.
T, 4/jl regretter que ees Messieurs
n'aient pas assn vcu parmi nous et il
ni plus fau^x uue leur sjour ne
lui pas Juin- longtu uaure. Leur psycbo
luge plus line, assu,\U ,j j$ Celle
Je beaucoup d'autres, approfondirait
mieux Idue du peuple hatien, car,
en ralit quelque SOrdtdt et humble que
j .usse la majorit de ee paiple, il
possde aussi une dou, parmi ses autres
qualits une il me non moins sensible
a la brutahU, l inimite -i la dlo
yauti aux vulgaires prjugs, aux mm
,.;/i traitements la privation de ses*
droits, Je sa liber tt et Je s m indp n
Nou velles Etrangres
NEW YOMvJFranc 17,05, Sterliog
3.4o.
PARIS, Le ministre de]|Cuba; et
de3 colonies donnrent undiner en
l'honneur^de Mr et Mme La Torrieo
te. iiue'ques amis franais y assis
liiiot ainsi que lesdlgus cubains
de la Ligue des nations le ministre
dans un toast rappela la carrire po
litique du snateur et le rle prpon
drant qu'il joua avant et pendant
la gutre. Son activi r> lut mise au
service de la bienfaiaaace et ses
eiiorts furent toujours dirigs du
ct de la France et de sas allis.
Corme remercia et clbra l'union
des Cubains au dessus de tous les
partis pofitiques sous la direction
du nouveau ('rsident. Cosme ajouta
qu'il emportait un souvenir impria
sable de sou ajour en France et d
l'accueil chaleureux et Ira ernel de
la Fiance et de Cuba- Cosma l'em-
barquera a Cherbourg sur l'Aquitaba
le Va courant rentrant la Havane
Via New Yok. Cosme l'intention
(i>' letourner Paris en juin 1991,
PARIS- Daoa le Petit Journal l'ar
deu rdute ceraines dclarations con
tenues dans l'interview de Focb
que te Matin publia hier-
Tardieu affirme tfOrrae rotara
ment que Clemenceau dfendit e1
couvrit Focb a .diverses reprises
qnnnd certains allis discutaient les
actes du marchal- Tardieu dclare
^ilemmt que Clemenceau dfendit
11 candidature de Foch quand il est
ques ion d'instituer le commande
mont unique.
PARIS Joubaux de retour d'All
magne annona au conseil natonal
de la C G T. La couclusioo d'un
accord franco allemand en vue d'une
collaboration troite parmi les tra-
vaille ira pour la reoaissan.ee econo
miqu den d >ux pays.
BREST.L amiral Magulder attach
naval a ram'iassade amricaine re-
uvt solennel emant la dcoratioi du
l) Ya-t il des actes de violence
oi d'oppression contre les lluliens.
oa contre leurs biens, faits par des
personnes du Service Nival, qui
aient t ports votre connaissance
et ou les a:cuss n'ont pas t jugls
par des Couis Navales *
R .V oyoaJ pas eu dnoncer
l'Occupation dos actes Je violence ou
J oppression, je ne pouvais m intresser
savoir si, coupables de ces actes, les
personnes en i dans le serviceNav.il
taient juges par la Cour Martiale.
I). Au eas o il y aurait de
nombreux cas d'homicides i j v st
lubies ou d'autres actes injustifiables
contre les Hiitiens ou contre leur
proprit par les Marines, avfz vous
dos moyens ou pareils actes pou-
vii il vous re rapports
R. Ma rbonse aux Jeux pice-
dents questions explique que \t ne dis
bjs Je moyens bom tablir bexis-
u J autres
Ok tes d: que pourraient a.
commis les, marim miiete publi
que qui les j
Jance.
lia commis,certes, beaucoup Je fautes.
Il conviendrait peut tre Jen rechercher
les causes Jms l'exubrance de sa jeunes
se cl de sa vitalit et, particulire
meut, dans sa fausse ducation sxiale
et poliliq-ic dont se sont rendus respnn
sables quelques uns de nos frquents diri
gants lesquels, d ailleurs, par leur
mauvaise conduite, se sont faits, sans
s'en Jouter, leur Je riment,les premiers,
ins'igatiUrs Je nos troubles priodiques.
Dan autre cit n >/ aurait-il pis
Km d'en accuser aussi certains exoti-
ques nullement scrupuleuc grands
faiseurs d a/j tires et di rvolution
emporlxnl ijiimcat leurs sacs rempli*
de notre or et m iculh ds noir sang
et de notre sueur.
Il n avait auisl plus malheureuse
ment une lir/jevart d (airs quelques
individus de nos k'Utes Elles devraient
compr2ndrj,que, de leur troite union,
d leur ma iration et de leur bmne
foi dpend le sort de tout pays, varce
que,eu'.es, elles psuvent tre ou ne pas
tre les principales promotrice du pro
grt moral et matriel de la foule a no
ni/me.
Autant de fautes qui nous rendent
si coupabl s aux yeux des Etrangers
"tain aussi autan', d'erreur, de la
p%rt de ceua ci qui, pour bien juger
notre mentalit propre, ne tiennent pas
aatex compte Je ces malheureuses con-
tingences.
Ce sont des clnses dont voudront
bien se pntrer les honorables Mm> '
bresde celte Commission.
En fi-iissant, formons le souhait
que nos Elites fassent dsormais trve
- lfj en est encore de ses passions,
de ses rancunes, de ses querelles, de
ses mesquinei ambitions et que celle
Uon que uouh recevons nous de-
vienne profitable pour le prsent et
pour f avenir.


LF MATN
riJMHniii|,rrBrnt
Famra
Les Personnes Anmiques
ont besoin de L'Emulsion de Scott qui plus
qu'un mdicament est un puissant aliment
concentr, productif de sang.
forces et bonne couleur.
(Demandez toujours Emulsion de Scott)
Dit-tingiiiehod order p'usieura arai
rtm et officiels supiiouis,
PAPAL I O Les dth'gus iial;ecs
et yrrgoslaves or,l discut aujour-
dhoi la questoi de Fiume aucun
icccd n a pu s'tablir par le pacte
de Londres.On rappcite que le com
le Sfrrz) aLr it lais.' ei tendre clai-
ifrmnt que si un rcard n'hait pas
ci t c u dans quelques jours l Italie a
l'inicuton de se prvaloir df| droits
qie lui donne le pacte de Londres
leronr-u parla France et l Argleerre.
WASHINGTON-Mo ris nprsen
tant le dpauement d Lit et l'am-
b ssadei i du lapon reprirent la con-
Ivnr ailles
d'Aibaoase l.aforest
A'hanise Laforest a tu bitr, de
belles et impo antes fum'iUer.
La Comp;goiedes FoTpics libres
avait tenu honorer l'un de se? plus
prestigieui dignit. ire s, et elle l'a fat
avec la plus grande solennit. Sa
garc'e d'honneur dans une tenue et
une discipline irrprochables coiui-
sait le char tunbre de la Cie ento -
re de verdure et enrubane de cou
leurs nationales.
Un ccnvoi nombreux suivit i pied
std qui concerne les drotsjipo*
i as aux Ltts similaires ceux des
autres trangers.
I AKis Le Conseil national de la
( G I. adopta par 72 contre 28 et 2?
;lstent;ons une motion autorisant
de jiendie des picaulions contre
lis eil mistes obissant i la tro:-
ftinac intei nationale en dehors de la
CGT, loul aui estimant que cette
majorit est insuffisante offrit sa d-
conc:loyenf,i considrer que malg-
les dceptions p3ifois arrresde la
v.e, celui qui a su mi tir t'estime
de sa gnration ne meurt pas tout
entier.
litnce se rapportant aux plus im- 1U1U'Ucimetire en passant devant
poitantes clauses eu trait en discus la sU 10n ceDlrale Cu ! h mneu s
fuientrendus aux dpouiuesde notrt
concitoyen.
Et malgr 1 heure tardive et la
menace de la pluie, le convoi ta t
encore nombreux au cimetire c
do ; elegis funbres furent prononcs
par la ~ie des Pompiers, par Mou-
sieui Denis St Aude, par le lieute-
nant Montasse et par Vlonsieur Sl-
nio \'incent.
l^Cet e manifestt on est rcoaLr
IDMiOQ Le bureau du conseil adopta Un,e> -a le moignage de ces senti
alots par icj voix contre 3 et 22 ment* de reconnaissance et d'admiia
en tentions une iroiion exprimant Eon est d un ban exemple pour nos
:a ccnfiftCCC daDs le bureau aiusi
tvi\ei sis fonctions. Celui-ci avait
<,l.U'- la salle allumant qu'il lui
tait .mpossible de continuer d'assu
mer ses tendions au milieu ces ca-
lomnies et dts mensonges des extr
mister. Jouhaux 1 rendra une dci-
sion aujourd'hui. Les journaux ne
croient pas qu'il maintiendra sa d-
mission devantladmoiiilrationspon
tane des membres.
ParisUn collaborateur du Jour
nal visita Derchanel qu'il trouva
en excellente saute et tout i lait m
amorphos. L'rx-prsident se ri fusa
toute interview et dit seulement
la joie qu'il eut prouve de partici-
per aux ttes du onze Novembre tt
l'immense regret qu'il ressent d'eu
tre loign.
Pakis a l'occasion du eu quanu-
naire ue la Rpublique* Mi.lerand
gracia lis ouvriers condamns pour
laits dt g c\e ainsi que e rranns tt
2781 militaires dont dtix condam-
na i n oit. Millerand inaugura
l'exposition du cicquantir.ane de la
Rpublique tt la libration de l'Ai.
sace-L"Omiue tunissant les docu-
nents tt scuvtnirs permettant de
retracer tn partie 1 histoire de i,S;c-
1871 ti celle de la evamne tt de la
ULlite des rlovincts indues.
L BRUXtLLE8-L Conseil dis mi-
dimics dsigna flyrrens, Loullet (t
ltontaine arme dlcgui's l'u-
nn bi(e de la iccit Ces raticr.s.
{ S'HASL'OIRGAujnuid'hui eut
lieu devant M.itl de ville la ien i:e
tic uu ItLids bicds prr Us da-
ns de Straircug petr Us icgi-
nittset gtinison dats citte ville.
la icieo.cnie lut luu to piience
ce Monsicui Alapetite commi:iaiie
gtttal. Une foule noi.r.e et en-
Lciisiaste y assistait.
FaitsDivers
Cercle Bellevue
Le Comit rappelle aux membres
du cercle que latroisicme et dernire
convocation pour la modification des
stat auia lieu dimanche 14 Novembre
10 heures du malin.
Amicale du yce
Messuu.s les membres de l'Ami
cale du Lyce l'ction sont _j*A de
ne pas manquer a la runion de de-
main i 9 heures prlwis's au Lyc'".
Nous rappelons ',u'il y sera procd
tt ici'fr'P.iV nudubuieau.
.S gnalons que cous avons reu la
p'aquette couunant les statuts mo
dilis de c te intressante associa
tice.
Une maison dmolir
Nous attirons l'attention du servi
ce technique sur l'tat de dil. lue
ment d'une rrasure situie en face de
la maison des hritiers Roland M -
chel.
Dt giamlcs tissures se font dans
les muraillts et un illcndiement
inattendu peit occasionner de gra-
ves accidents. 11 serait bon dab.ttre
compltement cette mature inutili-
se.
Bulletin de la Commune
de Port cu Prince
Nous avons reu le fascicule juil-
let AciitSeptcmbre 1920 du Bulle-
lin de la Commune de Poil au Pria
ce dite 1 Imprimerie Aug. A. Hi plus 't
A. M. C. E.
Une intressante sance de la
section de la Bibliothque de
[l'Ecolier llailien.
Dimanche 31 Oct, au Lyce Natio-
nal d' vant un pub'ic c l'on temar-
quait des proies enta, Me Grar.ville
Ai:. ;sio a uvelopp le plan ip'il a
labor d'un Manuel *d llistoiie dd
lu Littrature Hatienne Durant un
quart d heure, il a tenu son auditoiie
sous le eh rme d'uo largpge ais
ei pe'suasif. Kt pour se distingier
de ceux qui nient ou atti ment 1 exis
tenci de notre littrature, il s'est
atta.h dmontrer que la langue
dans laquelle nous r.xprimois nos
iaep, no3 sentiments ue nuit pas
l'orig.naiit de nos product ona li t-
raires. Pour rendre coite ^inonatra
tion plus inlrt-ssao e, il a ti- de
l'a tluence de la loi des conqutes
sur la formation de la langue fran-
aise, des considrations trs ap-
plaudies, considia'ions qu il a g-
nralises jusqu' la premire moi-
ti du XVlIe sicle. C'est eo parlant
de cette pci|ue qua le coLfereucier
a le p'us at'i:r l'aUention de son au
di'oiro.
Me U IL iuguate a dmontr en
y important un cacli' t peieonnel que
notre i, u est plus original et
plus national que le thtre franais
de la premire moiti du N Vile si-
cle La psychologie des types que
nous mlions en scne ( si bien celle
de I me bal.ienoe. Les tiios de
Vandt tiesse Imcasee et de Massillon
Coicou ne nous tout pas trangers.
Ils appartiennent 1 otre milieu
Nous les coudoyons clwqne jour.
Ils sont de 110 ru histoire. Les per
sonnuges de Corneille et de Kacine
sont au contraiie 'irs des littra'u
restrangres cl uon point du milieu
o vivaient ces deux grands classi
ques- oussaut- au tort de Joux;
est un hros national. 11 en est de
mme dus autres- Horace, lui eat
romain. Andiomaijue n'est pas une
mre, une pouse franaise.
Le cont:entrer noua a montr
tout cela avec l'aiaance d'un vrai
professeur. Co.nme on le voit- l'ueu
vre qu'il entreprend est importante
et origina'e. Pour quelle to.t corn-
p!!e i.'.im lui demandonp, comme
la Dr J. C. Doisainvil lui en a fait la
remarque, de remplacer dans son
p'anluiude de la Constitution de
KSul par la correspondance des af
fiancli's et dllrard Dumesle> A part
cette pe ite cri.ique, d'ailleurs, tri
judicisuu'. Me Auguste a droit
toute no te animation et mii e luu
le vote de la section qui a partag
ses ides tri lui laissant le eoin Ue
so choisit iv.\ collaborateurs pour
l'excution de eon plan.
La route de Ptionvihe
Les dernires aveises ont achev
de .Jfonctr la icute de Ptionville
en rr..-ne temps qu'elles oct occa
s'onn des de'g.i's dans totre char
mante itition d t. Ainsi, avant la
maison lijgoe Lespinassc, il y a
tne crevasse de 100 mtres de Ion
gueur sur 2 pieds de profondeur.
Nous sigualons ces laits qui de
dioit sli 1 qu'il y scit remdi au
Lgation d'Allemagne
Ncvs iMOBCioni hier que c'tait
Ml /'telrrarn qii tait nomm char
raux.
Nous conseillons la lecture
ceux qui s'intressent aux
communales.
Mariage
Avant hier aprs midi a eu
i toirs
choses
lieu i
Que les enfants se rjouissent!
Le carrouseldontaous annoncions
l'arrive s installe actuellement au
Champ de M 1rs 1 la mme place o
se trouvait 1 autre.
Sous l'Influence du "PULMOSERUIKI"
LA TOUX SE CALME IMMDIATEMENT.
LA FIVRE ET LES SUEURS NOCTURNES DISPARAISSENT.
L'OPPRESSION ET LES POINTS DE COT S'ATTNUENT.
LA RESPIHATlON DEVIENT PLUS FACILE.
L'APPTIT REVIENT.
LE SOMMEIL REAPPARAIT.
LES FORCES ET L'NERGIE RENAISSENT.
EMPLOY DANS LES HOPITAUX.
RECOMMAND PAR LA MAJORIT DU CORPS MDICAL FRANAIS.
EXPRIMENT PAR PLUS DE 20.000 MEDECINS TRANGERS.
*
MODE D'EMPLOI. Tint cuillere caf malin et soir.
En V.it dans toutu lu Oroguiriis lt rharnuciii.
PHARMACIE DE ROME,m.rued-rome.paris.
^O
On conoit Lien pourquoi la Hupmobile eat parvenue o^fairo a
renomme mondiale de voilure de suprieure qualit. La t Vi>!toi,i
ta Commodit s'est acquise ce'te rputation uniquement en v.r u
on altitude de se in i itenir en bon tat de Btrvice pendant de cnj
mois d usage continu, n'ayant besoin que de trs peu d'attenj" n aef
part de tncariciens experte-
Equipement ordinaire
Types de crrresso.iea : Voiture
de tourisme cinq places, ou voi
tut t.- routire deux places'
Compteur le-vitesse.
Dni ireur lectrique
l'hares, lampe de lah'inr, et
lanterne arrire.
l'aie brise de vue claire en
temps pluvieux.
Indicateur de niveau d'essence.
Trompe lectrique-
Ara pre mtre.
Foite-man'eau etrepo:i-uii^
l'orte-pneus, jante dd m h
Tendelets latraux, Support
tendelets pour les portirta-
Tapis pour le tonneau
Capo'e (coire ou kliaki;
Compresseue graisee
i'ompe, cric, outillage corap
Indicateur de p;ession d'huile.
Il y a dans ce paya une rgion disponible trs avantfguse ce
les agents et nous serions heureux de recevoir des maisons eetiene
at sjlvable8, les demandes concernant ceite reprsentation,
Hupmobile
The HUPP MUTOR CAR CORPORATION DETROl
E. U. d'A .
Adrcm tlgraphique Codes employa
HUPP DETROIT Lieber A.B C. ) dijifltj
WESTERN UN10NJ
Vritable grand raba
A LA MAISON
H. S1LVRA
* t
mdullaires de l'Empire d'Allema la Communele mariage civil de M le
gr e et ron Mr Ldmord lle!mtke.
Nous nous empressons de rectifier
nctre informahen qui est inexacte.
M. Ed. Uelmeke eil chaig d'affaires
rd intrim d'Allemagne en attendant
l'arrive de Mr Ziteimann qui vient
pterdre la dirrction de la Lgation
c le tilie d4Envoy ltr;oidinaire
tt M niitre Plnipotentiaire.
Geoigelte Guignard et de Mr Victor
Pandergrast.Les tmoirs taient pour
l'pouse : Me Vilius Gervais et Mr
Odilon Barau ; et peur l'poux,MM.
Saide Kouri et Frtock Widish.
La bndiction nup:iale leur a
donne le mme jour au Champ de
Mars dans les salons de Mr Widish
parle distingu Pasteur TurnbulK
arisiana
Dnll lil blanc anglais, alpaga et diagonal noir suprieurs I
b ach de toutes nuances et qualits, crpe anglais grande e'
largeur, Slnutung de soie japonais, Tussor de soie coule,ulY,
ju;eset pour costumes hommes, piqu blarc mplt el f
largeur, percale, voile unis blanc et carreaux, Toile jour et
selirid Heurs, satinette blanche, Casimir anglais, molleton cou
crpe, de Chine de soie, toile chemise, coton drap, caiico
ciai ele, etc,
DIMANCHE
Le Tango de
la Mort
Mlle Monte Cristo
-j at -ii pisodes
Entre G. l.X)
AVIS
Le public et le commerce sont
avtBsqu' partir du vendredi 12 cou
rant le BAZaH METROPOLITAIN
resterr ouvert toute la journe-
Varits
DIMANCHE
Le Ddale
Ave: Hob.ce 0
Entre


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM