<%BANNER%>







PAGE 1

Nouvelles Etrnflres 9 Novembre ROME— Les milieux politiques considrert que l'entrevue d'niccrstes et 1 socialiste. Ces chilrea ne sout cepondanl pas (Miiii' officielsNKW YOIIK. Le gnral Georges Nivelle arcifn gnralissime des armes frareaisea arriva aujourd'hui a Nfw-York a bord de I* Lorraine. Il vient comme l'on sait reprsenter le gouverne nient frarcaia la clbration du tricentenaire de l'arrive du Mayftower, qui aura heu jeudi ce. lbi dans la ville de New Yoik par deB runions patrio iques et des crmonies religieuses au cours de lt journe et le soir par des banquets. WASHINGTON Le Prsident Wil son a fait hier un.appel pressant la population des K'att-llnia pour qu'elle rponde en nomb e excessif au quatrime appel du la Croix ron ge amiicaine pendant la jnir/aine qui commencera le mme jour de l'armistice Ce mme jour s'ouvrira la souscript'on de 20,000 000 de dollars poar l'rectio 1 d un monument de la Victoire qui sera .'uni truit au Square Pervhing. WASHINGTON — Mr Jules Jolie rand ambassadeur de France ' Wes hington qui tait on cong depuis plusieurs mois t qui plus tar I '-t nomm chef de la mijsion fra%ie* en Pologne aeri de re oui Wellington le 'J4 di ci mois0.1 co np e qu'il portera ave. lui le* deruiies instructions de son gouvernement relatives la r v pion du pacte de la roci. des nations et qu'il eoia put discuter la questiou avec les fonctionnai!es de l'admimtMr^tion Harding auBBifo? que ceux ci entreront un fonctions et seront pits entamer la discussionPAH1S Le roi Alphonse et la reino Victoria d Kspegne .ainvrert hier a Paris avec leur second lits Jai.ne11B OI.I assist ce matin avec leur %  uite au service religieux clbra la chapelle espagnole. Daus l'aprs midi les souverain ; ont astiet aux couises d'Auteuil. > que soient les diltlculta des relations, est de tendre la proa^ri'o gnrale, au bien-tre collectif. Cts rsultats sont l'œuvie de la preFgd Elle rend publiques les ides dont la iibrj discussion est laisse tousElle est la mdiatiice des inem bres du corpa social, 1 entremetteuse de concitoyens. Au tripla point de vue littraire, aocial et politique, le journal nous intresse Son œuvre est gnral, Elle devrait aussi tre paeiliqiieCeui 3 ui tombent dans ls mle, ceux ont les ides n'ont pas prvalu, ceux dont les convictions ont t froisses, mritent aussi bie 1 I admi ration e*. I estime publiques .,ue ceux qui ont triomih 11 est des luttes tellement belles par l'lvation du bat que !e vainqueur et le vaincu se confondent dans une gal) apothose I Etienne Carmarit Le Prsident de fa Rpublique Ri LA Il nous revieat q 1e SJ i E c;!'e ic le Prsident d* la RftpobUqoi a li entenlu hier ma'in pjr I a Cour d'Enqut aux Cisernes o elle a &f on sige 10 Novembre W VSIIING CON LA cour sjpr a I dcida que les liqueurs lgalement obtenue* pour I usage personnel peuvent tre dposes dans un autre hou qua dans la maison du propria taire. PAR LS— Le Matin publie une con versa ion que son collaborateur Sau vein eut nier avec l'och dans le train qui emmenait le marchal Amiens quil allai rendre bommagei aux divisions australiennes qui d fendirent la ville et la sauvrent eu 1918. Le marchal exposa ses souvenirs relatifs la conclusion de la Paix et lis vnements qui provoqurent sa dsignation comme commandant en chef dos armes allies. 11 prcisa notamment qu'il tait partisan de faire du Rhin une t'ron iie nou po litique et 1 occupation de la rive gau (lie du Rhin jusqu' 1 excuiion int gralejdu truite Bail q 1 il ne parvint pas fa ro approuver sa thse par le gouvernement de Clemenceau le marchal eut un Jinstai t l'intention de ue pas aller a Versailles sign r le tiad qu'il rpudiait et qu'il rendit linalement nuis avec la certitude qu'avec ce trait les allemands paie raient en monnaie de singe. l'ocli se plaint d avoir prouv la mauvaise humeur dur dn.la prochaine s s anc du Va cou rant la di' uss.oa des rela'.ioiH avec le Vatica . l\UUS Li%vxas ur,o chap -Ile ardrntl. Le cor ge. ira au pantin on ou le cœur de Qunbelta sera dpos dans lu crypte le cortge ira onuiie sous l'ar. ae triom ; lie ou les restes du so'da incounu seront inhum.. Le dfil des troupes c'turera la Crmonie. l'A RIS La eoofrenci d33 ambassadeurs azamina la question du untriel de gu3 re alltmicd et enterd t les dlgut'n de la commiesiop des rparations ainsi que le rappoit des eODieilliri navals sur la destruc tien ds moteurs Diesel. Foc h assis tait la cunf. rence. PARIS. Le 101 et la r ine d'Espagne et l'Iofent don Jsime quittreut Paris so tendant eu A'gleterre. Ils furent salus I I gare par le repr sentant de la Rpublique. PARIS — Dans le Petit Pariaidn Leygues exposant le programme du Gouvernement coneta'e que malgr qu'elle ait h pus souffert de la gui rre la France vit'oueusi mor. trunl autrava I la ram ardeur qi-au combat lian hit heureis^met t le passage toujours difficile mme poi r ies vainqueuis de la gaerro a la paix. Concernant ls politique oxterimre le gouvernement continuera fortifier ses alliances et examinera dans un sinci'esprit de paix outes les questions frauco allemandes. Leygues estime que lu ligue de-, nations doit devenir ur.o grande for ce et une solide barrire con're h retour de l'imprialisme et du mil de* minis'res au ; %  1 ff.-111 '... VLiJTiCLS H il PilQUI PASTILLES VLDA sont indispensable Jl'ENFANTiri part pur l'cole %  VIEILLARD fi sari prendre fit, aot GRCNCESFERSONNESquie rciilmi 1 bSB ocnipitions pour PRSERVER LECRS CKGAHES RESPIRATOIRES ou pour SOIGNER 1 ftbamet, Maux de Gorge, i. | ; : %  :< %  .ircucliUes Grippe, jniiuonz, Asthme, l upbysto, sic., etc. K&rStLFABTIlBIIIIIIIHI de n'employer que PASTILLES VERITABLES v -ii lin pulameot ni le nom %  ; %  &e* OA '. tariaip Rn tirn'i'n' L*vaQ*l IO r l avol" *onilV ii la FrqnfA out ,*.T-> rie"" do. l'nc vr^ dAja accom ilie di Ur q il I* n-02-im nu giuve-ne mental e*' tout entier dan 1 l'excution du traita qui est en bonne v lie sinsi rj te U roejnstitutiou natij-i^le et l.orkMiisa'ion dt travail et de la prodnnMon, PARIS Siivn i-x?elsior la gr-vprnflTiiin su^^^rai 1 Barr"a am haiealeur a Ut-n- mur remplacer Cmh"n \hnlmnli) de Londres, R0\||-: 1 .-' Airi)ia intnicipale e l*reilA"i* "i' tuoid^n*. L^a li^al .••oii''''i i))n>ii.n obtiennint U mvj > i'4 '• Mi 11 \'\ 'I * l'abonhiu '^ du lii-hn on France so^t t\i o'us ^n pn< f us^i. L"' rai ,r l l^yMinm 0 a'l jf >i^nij c mWCi r)T^ nu* 1 i-e Ailt de l'e-ren" rat" 1 r> >" dcUrmt que 'e* ai-ki de r'i-r u ,")> mni* l g^z d la vill" la Pu ji dnii1^ r.o"*i*Aro-ii fegsl^mSr'^on 1T B^r IM i| d rcit le 'tl ^p d aei h 'oins d'QVi n t ','">rro hien r| i< ro< ch ff^^S aient A pxiriits d> doc'nV'i'a aile m-nts no'.anii'i^ d-^ 1 a s ii"*qn*l d •> mines di> la Inu'e SI4d' et d4 •e • ue deOu-raifd du 21 aot 10 •. Duran'' le tn'or.u tri n stre ** I9fl R'ilii rit f(\ moyenne 536 81H tini d* ch> r boi con r 550, 853 n 191.1 Si t plus dh 01 '\o de %  • ooi'omraatioa en 10'l <\ i fut pins forte que c?"e de 10 l et 1919. Durand t-i natr de li'2> Birlin conaimm "• %  %  '{ d,)'! tounea ds clnr on aoit 01. 7 0| du chdfred^ 1013 %  lors qu Pari ^ ne reo : t que 70 0|0 r'e ses heaoina normaux. Il aat donc hsolumonl ridic lie de repanlredoa infornialion suivent lesquelles le (harhon llvrs par l'M'emisne est empil en tas sur le efaimpde mars oui avant la g erre ne seivit j tma : s d'entrept La hahitants des maisons pr.virennantes se seraient pi i sa Ci'jse de li pon>sire du charbon volant pirtour. Il est tout a fait n'cessai e de rpandre dans, le mm de entier un formel dmenti d-une pareille nouvelle cr Parle beancouo d'IriPRen proattoint dans les jardirs du Champ rin Mars pour r ont jugpr I 1 r la de la vrit des ra ontars aie mrnds sur les approvisionna ments d charbon que fait la France au de; pi us de l'Allemagne. Il APIS La i hambre a repiia ses ira v ux aujourd hui par U diacoarion du proie! de loi tendant au transfstt de !a dpouille du poilu inconnu so!- ''arc de irirm lie La discusion fut \ie et longue et donna lieu a djs imident et des apostrophes vehemenles ent'e les par'isans du liaus'ert au l'ai thon ftes du cinqu ntemi't Je li Ripub ifl lt constituant II pi.e princ>pla d:-; dco ations i'e-t itfeaJcsl sable m^nt. PARISOn dclare prmature U nouvelle parue dans d vers jour IUJX de BruielUs annonant que la prem re rencontie entre les experts al.is et al emanJs chi'gs de dtscu ter la question des rparations aurait lieu i 13 uxelles le 20 courant. BERL'N— La g ve des usinas ectnques de la hiut; S !sie est ter mine. Li g ve des lectriciens de Berlin est en voie de tellement NEW YOK— Fianc 17,10 ; Livre sterling 3 37 25 PARIS— DJ lar 17,29; Livre ster liog 57.93 i/a Faits Div e OESERVATOlRp; PETIT SEMINAIRE 1 sSs Mlle Monte Christo I Cdant aux con breuees deuandea des clients la D irection mit bien r donner "ffrWarrehe le "•••fie pi sod ITC le 3me. — Par nt publi au c Journal Officie!' du lu de ce mois, il est accord le droit d'exercer certains professionnels de la pharmacie iuo mains dd titres universitaires. — Une Commission est nomme poar grer jesqu aux prochaines lections les intrts de 'a Coin mu ne des Bdradres. — Messieurs Hiberts Schwarder, allemand. Mi>xtme Giraud, frangiis t fable Maituier, hollandais,n vue dacqiiirla qualit d hatien ont %  tistai; aux premires formali es exi^"M par U loi en dclarant de vint I autorit comptente qu'ils renoncent leur nationalit iran gre — Hier aprs raidi, le Conseiller Communal Moralisa (aventure a I rocd la clbrtilion du itiatisge de Mr JLlio l'uon avec, Mlle Au ma l'ollas. Baromtre Temprature 1 Moyenne diurne, He lelpir 0Ur „ Bjrometre cons'ant. ISCHERER l'Hpital Gnn Depuis hier cVst o Q d6ll nuel de grandis p frsoon 0 ; b I ants qui vont i l'hpital .J vcciner. *l La frousse g gne gracd ^ et lpHm.e 5 r, r % np j 1 sous une^utre L t L t e m J grfS. ^1 De nouveaux tub s vrcciiJ alndus la semaine prochaine.! Le Moniemr Le No du lourna officiel de Mercredi Membre oublie : — A*i m ; nisiriels. — Arrt accordant erre pleine e --\ nomm Kreste Denis Pointp|our, conJaaJ contumace a la peine capitids. — Arr lornuni une Commissioi pog jusqu'iux prochaiues lections, les ioiertq commune des Haradres. — ArrK 1 accordant le droit d'eicctrl fins provisionnels le la phirmacie non! de titres universitalir'.. — Proces-verbal de vrification de l gourdes de billcls d>"i'i'tiis Tiis pjr \t\ K. H arrivs par le "e.Mier PanatM. Collge Lo iverture Le sympathique Directeur du CollRt-l re nous a fait le pliisir de n*n adn statistique d'Octobre 1.1, 1 Octobre L l'tablissement quil .1 r •. %  -. l'.e.i uie pt bien prsente que M i.li is-on mbliej du 2>e anniversaire Je la fondation du Louverture. Nous lui renouve'ons nos sincres luci] Convocation La Compagnie des po nrreri 'iVes de bl taie prie tous les HKMIO es Je i:n m l'rfrj nir en un : lorme i la 'iaisuii mo tuiiie centre en fi:e de IVe •'' Thimote: i ; prcises pour r.-ndre les il.nri devoirs] Ir ernil Dist-ii aire Atlianase Laloret, ComminJant J.l Eugne D A la Lgation de Prj Co une il avait t annonc, a l'o l'anniversaire de l'armistice ei du cinoo de li Rpublique Franaise, S. E. M. le de France us Mme A?el recevaient hier M des*; beures, dans les Salons d.> la f H y avait foule. Ce tut une rception des plus brilla cours de laquelle Mr et Mine Agel i honneurs de la maison avec leur qui* i habituelle.— Nous nous promettons d'y: La Cour Navale au • Palais Nat Avant-hier matin, accompagns de Blanchard, Envov Extraordinaire eii* nipotentialre des Etats Enis, les Memijll Cour Navale amricaine dont noui l'arrive, on; t reus par S. E. le la Rpublique. Les honneurs ont t rendus aux qui composent cette importante cornai les travaux bass sur la lo\aut* et n* les plus compltes vont s'ouvrir imn Le charg d Affaires aile Contrairement a lntormaiian .u oo i dans les autres journaux, le charg d Afl lemaene qui a t envoy en Hati •* I Helmke, mais bien M Ztemelman. Mr Georges Baus Nous avons revu avec plaisir not.e i Baussan, retonr de son voyage de M Nous souhaitous la bienvenue au cB chitecte du Palais National que ui ont t heureux de retrouva en panaL Mr Jules BosemoMj M. Jules Rosemond qui fait dj sieurs socits trangres nous al vient d'tre nomm membre de i a des Sances. Arts et Belles Ut-res JJ Non en tlicitons vivement notre nNcrologie Nous enregistrons avec 'egrei |i "g.*] excellent am. ATHAN^ lAl-OKESM Commandant de la ooipagnie* ancien administrateur des Finances, n cien dpat, etc. C tait un homme de comme, ce cre dans ses amiti, et dune toorf aie. Comme chef de la CoraWif Port-au-Prince eut admirer en r constances sa bravour, son esprit ment et son courage, LUE Le > Matin salue avec respect jem vaillant comn.andint et du c'toyea | qu'attristrent profondment les dem*l ments. ./. B. IV. t rancis Ol!ers to le*se tor a certain num ber ol years his property, Kue des Miraclaa opposite ihe impiimtrie Nationale, measuring about 50 et oo I et Apply ai his olti.e^Rne du Centre Dr Bois, chirurgien %  Rue du Dr Aubry, pts ^ pection. Soulagamenl et G-WJ n t OI 3! 75 -



PAGE 1

IE MATN Ifilson et company Tilcago ^ West Indies Trading Co, Agent Exclusif pour Hati les produits de Wlson protgent votre table tont mis en conserves sous le contrle et l'inspection du gouverne ment. Le qui garantit doublement leur qualit, Wilsco OUomargarina : beurre de iamille, pour la cuisine et 0 la iji lefabriqu avec des produi's absolumem pur? en usage Si s les plus grands res aurans. MiDigue Ualpure lard la meilleure marque du monde moigie de iamlli marque Sultana prpars spcialement pour les imaU cbaucs, en bai ils el en l^rblancs. Jupiter Kitra I amily Deej bœuf do Iamille en sa i, nu re qualit lira poules piceries en pices de S \3 h r s. frguliu mets poil: coup par pices de b pouce-, m ; s en baril de h 114 no ceaui su vaut Ks go s, toi Bail: l'a I; pic s di lad en saumure, txt a l du cou et des tocs du porc, par morceaux de ti pieds car. es coups su >aut le oids de cuaque morceau. Ctrfied tlams, jambons lmes, style anglais, similaires aux mboDS imports d'Angleterre. Hdtns,Hreal>fasl Bacon and Picnics, style amricain, select.onn e. jball spcialement pour les climats chauds. jjiaudesfunes sont m nutieiisem.nl enveloppes dansde la mous Ocblau he pour leiuprseivation avabld tre mi.e* en paquets. m p oauits de Wileon protgent votretable. West w W APARATOS LF APARATOS LECTRICOS PARA TODOS LOS FINES t te tnirque de f.'j riouc rsi \i pran'ij de la nonne qualit de nos fournitures lectrie |ues VJ n nouvti MfMt ind'une des plus grande stitonns industrielles* <* u monde sera invoqu. dans cet espace chaque semaine \ Des hommes dt2d SnStariSf ,D?l,0,,, 5 Ele ? * %  **•* de nos jours beaucoup I hommes (21 J . n • C(UD0 d n former d-aulr-8 parmi wi propres ra. us Ils oSfteiln.* l e ? au ier l 9i *" n 1es po 8ibll,t3 d *'*** 'trique venir. Riands .va SrM *>£££?&£ r Mi00rcM "*• "•? • eWtn.ation de. El..ffKSiH2!? S ft^Jasqu la consiractH>a d on pati moteor. li smt haIlwMpni n T tn at i rlel A d *? 1 construction de mocl.ine Uinea M oalllr queei sont torts dans l'.tna y.e du cou: de la foiCS .ectriqao* OM MohJ. f li. d Q „ SS ? M in8aIUtion lC r %  ! e M 'che'er des appareil, lectri 1%*%A^%&?!^ VOl!9 0OUVe/ l0l,,jai '* VOaB r Mer lor nu facieor liuman u une nauiiu et d eipsrlaoee pis commun , et touitt reius nous couueitre vos b'soina lois vous choisissez le Weitinghou.. Westinghouse Electric International Co 10."), Uroadway Ni w Voik U SA. A'hene tlgraphia** WSliCOEXPNsw-Yofk Iccasioii exceptionnelle Liquidai ion Rabais de 75ojo chez INTOINE TAL1MAS Sisjrue du Magasin de t'Eta, en face il3 Simon Vieut. 1 annonons notre aimable clientle que noui venons d'wignotre stock de marchandises nouvellement reues e' que notre tvm s'coule trs rapidement. Qu'ils s'empressent donc de visiter Ifrats el coquets rayons et de faire leurs emplettes de fin d'anne. Quand VOU aurez tout essay et que rien n'aura rusi prenez la Solution walerbury / j Prix Ancien -ne coul bar 2-50 jJdeioiedoublarf.7 00 [table couleur 8 Ou Tjd. toilette 4 88 %  a homme 25 00 lihomras.up 00,00 f I carreaux 40,00 Jdoubla g12.00 J Chine 18 00 PPorgeite 18,00 [ %  Wor 2500 %  MCh-ne bar 22.00 ftrtT 18,00 Wioie 1000 couleur 0.00 Mine gr l.rg 4 00 na 5 % %  4 00 4' i 4 8 50 3 50 4,50 5 5 2,55 5 0 4 10 aso 5 •i 12 15 20 2,50 15 barres ., t fort fmprienr ''•"sdl larg • b'aoche J* ban es r*0C kc •* couleur couleur £P*rieare fMeline •Hoc '*• paille ,,ttiQ W No 2j p. 450 No 3 6 No 5 7 Nouv 175 4.0C 5.00 2-25 18.00 35.00 20,00 7.00 10.C0 10,00 13 OC 12 00 10,00 5,00 3.50 2.50 2,50 2,50 3,50 2,50 2 25 2 2-25 2'50 3 3 1.50 3 3,50 2 25 660 2 25 3 3 50 7,5U 12 1,50 H 3 4 5 Ruban sat.coul No40 20 c < No 0 10 N 12 14 No IG 18 No 00 25 No 80 30 No 100 35 Prix Ancien, nouve. uz 14 6 y 12 10 18 26 350 4 14 4.50 3 3 j 10 12 15 U 10 50 4 Ruban p uupade. u l'.uue 0 50 c satin 8 Palm beach sun l'aune20 Lotion l'omi eiaelc 0 Lotion Armour 5 Lotion Colgate 3 Poudre v\ &v houpoe 3 Chemises i homme col !•> c sup. 18 coul sup 20 c blanche sup 20 a blanche sup 15 t crpe Shice 75 Chemisettes .up 8 Chemisette jouis jap 7,50 Chaussettes coton inf 10 Chaussettes infnoi.es 10 Ras cot blanc, pr er f. 0 Chauasetes 111 noir 18 Chaussettes fil noir.up 20 Ras noir douze 15 Ras noir assort, sup* 10 Ras noirs suprieurs 20 Cravates reps 0 Cravates reps noeud. • blanc! brodes 5 Nappe blanche 1 aune 8 Toile blanche pr jupe 5 Chapeaux laine a nom 25 Corsets femme 18 25 3.". ceiniure cou 12 Poudre Colgate 3 Savon Colgate douze recommandeni Wimur achets une bouteille de M'incarnia aujourd'hul.Oii peut l'obtenir dans toutes HM phannadee et cbes r.l I1ABT1M, Agant. COI.BMAN CO Vta., SnMIlli Work., MORWICM. Vritable grand rabais A 1A MAISON U. SlLVEKA Diill lil blanc angla : s, alpaga et diagonal noir suprieurs, ptimb ah de loule* nuances et qualitr*, crpe anglais grande et petite largeur, Shuitoog de soie japonais, Tussor de soie couleur pour jiuesel pour costumes hommes, piqu* blanc simple et double largeur, percale, voile unis blanc, et carreaux, Toile jour et meus seline Meurs, salinete blanche, Casimir anglais, molleton couleur, crpa de Chine de soie, toile chemise, coton a drap, calicots sp ciai elc. etr, Sucre granul Vient d'arriver par le steamer Brnice Riz Par le sjs Advance, nous recevrons un lot d RIZ que nous offfrons nos aimables clients. A YEM)1U:CHLZ P.N.GRAY&oInc,



PAGE 1

LE MATIN* iiBAZAR METROPOLITAIN Maison de confiance Angle de* Unes an Prtrfite et Vants Deslouches Surettes en bocal V rom 0ge fra l§ 2 q wfl W Lard en pot de verre Lard par livre Beurre de pistache Olives gratifies et petites bonUilles Potasse pour nettoyer le parquet Light housc cleanscr Amidon pour te'VB Corn star* h pour bbs j Th t Lipton Savon Bonami pour nettoyer le verre Toutes wrtes de confits Raisins de Corinthe p ir livre iaisins de Corinthe en Inite de l livre Gros raisins Granberry sauce Arrotoires de toute les dimensions Dates en pots deverre Dates en boite de carton Toutes espces de conserve* en ferblane Cileri en ferblane Grande varit dechocolat en tablette Lait Condens Eagle Lait vapor liorden** Lait naturel Borden' Lait vapor t Welson Caeaoen poudre Petit joibpar livre. Vin blanc et rouge, Cravatis de tou'es les nuunces, JantlittLOur hommt, Savons de toilette, Poudre de toilette, Ple denti/rice. Htel Restaurant !/IlV| Restaurant ^o. Mverrr se recommande | 0 n 8Dn bon sin H h cg limit de son c-rvire, ] voyage-us qui V r aPot-auPii ce v trouveront phinfl ss'fchcJ'oo. Peu-.Vn vaincre on n'a (p'.'i pss-r RU No 22i de la Hua Frou nJ bureau des t'prtpli s e ivs'r. . v Condions trs ivanl penses. A S Y IX S,' Propritaire. 3ALAEPATICA Occasion.exceptionnelle A VENDRE Une auto Buick neuve %^j^iJ dtolOfO or 2.20O Tlun tt\itt\ n*ii*h 2emain6 cylindres, 5 passa%JII" Mi IV OCCCf^f ger?, modle 19i0 ayant trs peu roul *' or 1.700 lmkm nn'n tiniffa 2e main, G c.vlirdres, 7 pasUtils UUiU MJwrWsK* sagers, machine lis ptis saute, en"!'on* tal, pneu?, cord neuls or 1X00 Un camion Chevrolet *?£*;& le Nil liepat que est lies recherch comme purg li, I x-lif un b ii li ni lit ne ail pie Ce sel est aussi rec .uwaLd pou ((li %  H conre li i.faisant pour la traitement de 'a , Rue du Quti, Pharmacie F. Sjoun A-un le des Uuesjtouxet du Centn 2 Mdailles d'argem Exposiion de Bruxeles J91Q Laboratoire de Chimie Mdcale Droguerie, Produits chimiques et pharmaceutique Spcialits fi anaises et amricaines. Prparation de toutes ampoules mdicamenteuses stnM et injectables. Spcialits. —Srum nvrosthnique simple et ferruginfiBj lodhydrarg/re. Srum ue Morard remplaant les PH" rcalcihants de Ferrier et de /tobin* Ily a toujours en stock : Nevrosthose' Sirop pecionit j Eiixir de Pensylvanie. Dp



PAGE 1

QuafrziSeanne Ne3929-393G DIRECTEC R-PROPRIETAIRE flment-AfAGLOHIE MAGIST RAT COMMUNAL u NUMEFO 15 CENTIMII Port au PrinccHaiti Jeudi il & Vendredi 12 Novembre 1J0 OlBOIl a; a.oo UK ABTEMBMTc G. 2.50 % 7.0-J ge moi [Trois mon ITFIANGER r^foiiooii 8 01 iDDonces sont reues an Comptoir IoJU,I! de Publicit, 9 Rue Tronchet, Falis, ai, 2j, LudgateHill, Londre.-; Quotidien La nation,comme l'individu, estraboulissint dune large part d'eflortSjQde sacrifices et de dvouement. RENAN REDACTION; Rue Amricaine No, 13 TELEPHONE: 48 %  % %  —* Cour d'Enqute el la Question Americano-Haitienn3 at le monde a pu lire dans no* lition d'avant-hier, sous le titre tdu march, les judicieuses r1 de ceitains exportateurs am 1 sur notre situation politique. ilede les reproduire pour ceux lecteurs auquels la chose a Ikhipper : II, Nous so.nmis heureux d' 1 de bonnes nouvelles a vous Boaiquer.de grande impo; tance que, dont nous nous rjouisainsi que vous en ies apprrr et nous sommes h ureux de fqu'eri notrequalit dloyaux lias et de bons amis d riiiti, I importe ce que l'Occupation, Gestion de la Banque. 01 les 1 ni. de 1 infanterie de m ri [pu produite, "le peuple am iM juste, intelligent et houo: et U ne tolrera, ni injustice, II auxquels on ne puisse rem Ultaition en Hati est ei vcie nir une ques'ion politique La cours de la campagne leclo jttsidenuelle ; et la suite du ici des enquteurs gouverne su venant d'Hati et des rap Il a o'ils ont soumis, nous regret n'avoir constater que \outes ItOKations faites ont t conlir [lnqn'i prsent, l'ensemble du n'a pas t publi ; mais ou pie sur une amlioration imm tde la situation, mme au cours 1 administration qui est au pou 'et est responsable dans une cer m su e des eireurs et des torts it t commis Nous ne croyons que quiconque a Washington de l'autorit se soit rendu lies que ces reprsentants -a?, officieux et intolrants en Menres avaient fait. 'Voai ?JUS apercevrez donc d'un "emeot et d une am iora ion -•Ma sessa.ion d'actes pareils 'lue le dplacement des indivi '1*i sont rellement responsables incidents tt de ces erreurs, 'fensdonc qu' partir de -ntlalibralit que le peuple w dsire toujours accorder 'Wtset tre trait de mme *e trouvera paitaitement J* aux yeuxdu peup'e haitien, f tous personne ne dsire .." %  •icoiji que l'avancement I" Prosprit d Haiti.qui aura son T"t nous sommes de ce nom rl"> lui avons dsir le 'rouble.. plus de \Z*_ lignes manent d'hommes sti amricains et eiles sont }S Octobre dernier. O 'n>ne menu, une Cour den*n J cmeal -^portante nous E2r d ela P ait prcisment du %  w oemect des E'ats-Unis avec ^ sl o d'mvestiguer sur la 'ont les forces de l'Occupation [J l quittes de leur Uche. "P'ecisionsdelaRevuesera donc. I, 11 y a longtemps que M ailleurs que, aux E, 1 P ro -essionnels des al1 du les g n s les mieux inlor(tj( u monde ; car tre bien inforun condition ncessaire du iu "sic, aux Etats-Unis, ce n'est pas comme ei Hati o les b T reaux publics d'information soit trs lo : n et le chemin assz da^reux i parcourir. LS Dpartements amricains sont.au contraire, sous h mu des informiteurs et, avec de la bonne volont, toit le mon Je peut tre renseign. 11 y a peine quelques jour,nous imprimions, d notre c , les lignes suivan'es : . Pour tni part, je repousse ab solununt toute ide de demindes 3g es forrau'es par le Gauver n m vit amricain. A put ce tl co i sidration que ce Gouvernement est un gouvernement civilis, dont le; tendances sont par consquent, co n me celles de toute nation d gne de ce nom, lim tes par la pratique des habitudes internation les, il y a, au surplus, un trait de collaboration intime entre les deux gouvernements qui exclut certa nsment tout abus d* la force.Ctrai fiit.au coarare, forcment des Etats-Uais lesgirdiens elles garants de notre indpendance. En cas de malentendu, il y a i Washington, qui est une parue considrable du cerveau du moni -, des institutions charges de le rappeler ceux qui le peuvent oublier. • %  il n'est donc pas supposible qu'en dehors des dirl cultes aimmis tratives exposes par les pices officielles, il puisse exister aucune instance exorb tante ouverte par le gou vernement amricain.'' U ressort donc jusqu'ici du lap prochement et de la concidence des 'nts que notre optimisme 1 gard des intentionsdu Gouvernement am ricain est en partie justifi et que ce Gouvernement mont e, lgird de notre pays et de notre peuple, des intentions de protection et de bienveillance plus que d'hostilit. Cet'e constation est d'autant plus satisfaisante qu'elle jure trangement avec l'a mesphre de a onllit et de c ciise > entretenue ici comme i dessein. Mais nous ce voulons pas, notre tour, mme fortuitement, donner le change en niant l'existence de certaines d:Incultes administratives pou vant s tre leves entre les services amricains du trait et nos services publics hatiensNous ayons cependant montr que ces difficults iont apparemment en voie de glement a en juger par la matire que le Gou vernement a promis au Conseil d Etat de fournir ses travaux dans le cours de la prsente session extraordinaire Eu oui cas, quand on a diverses besognes 4 accomplir, le plus sage est de commencer par le bout qui se prsente le premier. Notre Gouvernement, par I clat des exposs officiels faits ces jours derniers, paiait surtout proccup du rglement de ces difficults (.dministrativcs telles qu'elles ont ; rendues pub iques, par les communications d;s Pouvoi s publics.Le Gouvernement des E atsL'ois. de son c'., par l'envoi de la Cour dFuqute, semble domin par le dsir de me tre fia i une situation politique mauvaise et aux agissements qui l'ont amen, relguant probablement au second plan la soClyde Steamshp Company Le steamer LAKE SIBAGO Ht attendu Aquin samedi _>o Novembre o il pendra un chargement de campch; a'nsi qu'a I rmie, Petit Go.lve et Snt Ma r c. Il acceptera taire escale dans tout autre port haiten o un fit prut lui 're offert pour Ches'.er ou Nt\v York Prire de s'alresser promptement l'Agence G^oraledeh Compagnie o le cot du fret est aux taux rdu lier. C'est uae bonne occasion pour la Province de faire des pe; I s expditions— voie d rece— pour Chester e: Ne;v York pir l'excellent service de Clyie Steemship Company Clyde S eamship Company E F CLEMEN l'S Agent Gnral lofes sur le journalisme lution des questions a noiodif per te. Nous aurions t e% muvaise ^rc, ne pas appicier celte U-i de considrer lts choses estimant, avec le Gouvernement amiiicain. que la vie, la libert des citoyers. la tranquillit d:s populations et les m uvais traitements dont !< s uns et les autres ont pu avoir t^ victrme,son: chose plus srieuse et plus urgente que la question de la prohibi 101 de monnaies et ange.'es ou celle de sivjir si dis p oje'.s d: loi di llastruc tion publique dbivau* re commanqus aux t j a.tioiar.res amhi cins. En d'autres ttrmes, l'intrt du peuple est plus p,nnd que celui d'i Gouvernement, et quaid les l>b ns primordiales sont violes et les perscutions dchanes con're le peuple dans toutes ses couches, quel ci toyen digne de ce ro:n p;ut se lais ser toucher parles dispositions d une loi sur les m n s OJ J uie autre sur la taxe des autom .l s, ou mne par le fait que ceut qii l'administrent ont t payis M retird de leurs indemnits mtnfoaUef ?... L'autre jour, nous recherchions les causes du conll l actuel, et procdant par limination, nous avons art toutes les causes expo es dans les documents otficiels, pour la double raison qu'elles paraissent dans 1 occurrence d'ordre abso ument secondaire, et que. d'ailleu-, elles parais sent devoir auiomat quement dispa rjitre par le fait mme des nou veaux projets de loi que le Couver nements'est montr dispos,— appeit le dernier message prsidentiel,— dposer sur les bureaux du Conseil d'Etat. Ces causes une (ois limines, nous tions justifis a poser la ques tion : Quelle est h cause du co. il t et en quoi consiste t-elle ? Aujourd hui qu'un vnement aus si considuble que la format on e: l'arrive de la Cour d Enqute am ricaine si hautement compose est un lait accompli, nous sommes 1 peu prs autoriss penser que la vritib'.e question americano hanien ne .ctuelle gt dans la mission c"e cette Cour, et nous devons avec ;n trt en suivre le dveloppement qu'elle se rattache ou non a la ver sion officielle de la crise ou du con Hit. lialgr et qu il it v aimtni Imp flatteur pour noire hitecieur, not publions l arti e de dbw Ut un j mie qui r eut s*: fairt con>iail t tous l* parrainage du Via in ob ni quand mm* d rvler ls taie .m inOUpntU n*, U enhardir et leur donner con fiance. Ce Matin a rvl plus d'un le seen t d. leur Currii'e, Aux mea neuvig sollicites par les luttes de la preste. Ls Matin ouvrit toujours i.ne ac ivitL'ebt l son p:i vi .' %  ge. Lorsque l sympa Inpo directeur du Ttmpsinv. a Mr Anatole France venir g'afsooir ses bureaux pour perticipc r h rdtcUOD de son jour va''e niant! sly! t te trtnaii se put douter du gnc's de ses eiorti. Eilorte, cr il loi fa lai' lecouer eon lodolenct,! llet'.e ro'ichalance n'tait pas le rsultat d'maptitu>ies conscien'es mas d un trop plein in'elkc ue! qui paralysait le talent. I> Ks liflles ides du notre cher cri/Hue se dispersaient avec les nuages roses de son Iuipressiouisme alors indit. Les rves du graud dij luttante se rfugiaient dans les rgions lirumeuscs de l'atmosphre, l, il pouvait goter en paix les dIces que lui procuiait sa pense. Son iioiiine inolfeatif lai fermait l'accs des joies exquises que seul nous laisse la douceur de se donner. Au premier volume de la Vie littraire, il nous entretient des dmarchas g'cieupes de Mr llrard. L<) directeur du lempt lui mit la l'iiuii i la mainLe courage de 1 au teur s'mut. Mais df^j, Il prouva l la troublante initiation des carrires qui nous sont nouvelles* 1. lus toire dt; la collaboration d'.-\nato'e France au Temps est curieuse et r %  • %  -tunt.v Dune part, nons assistons uu rveil du talent; ensuite ses mtamorphoses Un crit. Et 1 on vous harcelle. Et vous rsiste,.. Et les L^ups de boutoir reus et ports par He talent font germer le gou: de la pe.'Honnalit. Ls souvenirs ue ueud collaboration n'ont pis seulement pour motif de reporter ma pense vers les corn inencemenls de imn crivam le plut aim, mais encore e' surtout de trou ver dana ce rapprochement une occasion qui me permette d adresser des remerclments Mr MagloireSans dojte, il me sera toujours charmant de me rappeler les pie mires heures de mes dbuts entant que le journal o j'aurai fait mes premlies armes. Cest pourquoi, au seuil de cette paga o je descends dar:s I arne, IB voudrais con sacrer un paragraphe 1 aimable directeur du Matin. Le chaleureux accueil, l'acceptation spontane qui suivirent mon vœu de travailler au Matin tne retie uent I attention. Elle sera longtemps ixe sur l'homme courto s et sympathique qui me connaissent peine agra pourtant mes hardies pioposi ions. Ce n est pas ici que je dessinerai sou proftl, Dans uue srie du portraits dont la publication n'est i H ds loig te, je reprsenterai en pied l'homme qui je dois beau coup, parce qu'il ma ouvert une carrireS'il ne m'a pas mis la plu me la m nu comme Mr il^rard fm.iit i Ana o e F.ai,ce, en revancli', il sut comprendre quels rv-s eutuousLstos avaient besoin d'clo re, quelle gnreuse ardeur souhaita t a panouir et quel programme enli.i poivait apporter i sou journal une me de "21 ans Devoir su comprendre si bien ce que personne ne lui diaait, d'avoir uecoarag des aspirations si long temps rntretenues: c'est formuler un ac e dd foi en fiveur de ceux qui vu-mu i.t, c'est affirmer son dsir de progrs pour les jeunes. Et de cette affirma ion n est-il paa permis de conc ure I bont de l'homme, aa bienveillance et a son inaltrable amour du beau et du bien. Si je m'abandonnais mon inspi ration, j<* risquerais d'accoider mon aimable Directeur toute la r daC'on d'aojourd'lr)i. Ce sera t, iii.L'i-o tout un b en faible retour la sympathie qu'il m a tmoigne. Mai, j ai voulu seulement m pau cher vers lu. le remeiciei avant de c-in i em-.cima premire p.ge de joaru.lieiin. Qu'il me soit pdtmis de protester eucore une fois de mon attachement & Mr Mag'oire Q a il me soi possible, au cours de celte nouvelle carrire de jostifier de cette considration que j'ai ai facilement acquise/ Une des questions qui proccupaient Anatole France fut de savoir si le journalisme puisait ou tort fiait le talent. L'auteur de la Vie littraire ne fut pas longtemps recouuattre que le lournahsme tait pour notre talent un instrument de dveloppement conscient et de perfection nernent gradu. C'est qu'eu eilet, le travail de rdaction soutenue, le sou ci du bien faire nous acquirent la longue une certaine souplesse de styleun don d'expressioQ an moins d'une facilit moyenne. Des soins lui sont ncessaires pour grandir dana le champ fcond dea ides. Et lore u'il a t faonn par la disciplines u journal, il s panouit radieux reluisant de cette beaut qui rsulte de toute les intempriea dea luttes. Au talent qui veut se former, le journalisme est ncessaire. Il ne saurait possder, sana les preuves de la presse, cutte mule vigueur qui est le cachet des plumes siguiseee aux exigences du journal. Ls bienfaisance du journalisme ne s'exerce pas seule i entsur le talent. Le journal^au point de vue social remplit encore un n le. incontestable. L change des ides, des. seaiiments contribue au dveloppement des tea dauces dune socit. Une action rciproque des membres du corps social assure le progrs de tous. Et comme c est le rve constant de l'hu maine nature de souhaiter uu mieux tre jamaia irralisable, noua sut vons avec intrt les courtee volutions qui s'efTectusnt dana chacun. L'action du journal embrasse encore une sphre bien autrement,gran de que celle dae talents et de la aocitElle s'tend la politique. C est l surtout l'activit principale dea fouillesLe journal, c'est le forum des monarchies tempres autant que dea paya dmocratiaa. La presse, c'est la grande tribune o ae fait cet change de vues et d'i des al ncessaire le bonne orga nisation des Etats, Uu groupe d'noin mes limit ne saurait diriger un peuple II faut le concours clair de tous. Il faut souvent se runir cette tribune pour s'entendra et pour examiner en commun les systmes. Laissons les prjugs. Partageons la franchise de nos vues avenos frres El .si nos opinions sont dfectueuse; et si elles comportent des consquences fcheuses mme loin Uj its. p jjrquoi le aot orgueil de ne vouloir pss se rendre l'vidence des lai b.' Pourquoi le bizarre incon squence d'une retenue; d'une r seive qui atteste bien moine laits chement des opiniona chres que de la mauvaise foi. On oublie tiop qu une socit est un agrgat d'indl vidus dont la dernire pense, quelle*


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05261
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, November 11, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05261

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
QuafrziSeanne Ne- 3929-393G
DIRECTEC R-PROPRIETAIRE
flment-AfAGLOHIE
Magistrat Communal
u NUMEFO 15 CENTIMII
Port au PrinccHaiti
Jeudi il & Vendredi 12 Novembre 1J0
OlBOIl
a; a.oo
UK ABTEMBMTc
G. 2.50
% 7.0-J
ge moi
[Trois mon
ITFIANGER
r^foiiooii 8 01
iDDonces sont reues an Comptoir Io-
ju,i! de Publicit, 9 Rue Tronchet, Fa-
lis, ai, 2j, LudgateHill, Londre.-;
Quotidien
La nation,comme l'indivi-
du, estraboulissint dune
large part d'eflortSjQde
sacrifices et de dvoue-
ment.
RENAN
REDACTION; Rue Amricaine No, 13
TELEPHONE: 48

*
Cour d'Enqute el
la Question Americano-Haitienn3
at le monde a pu lire dans no*
lition d'avant-hier, sous le titre
tdu march, les judicieuses r-
1 de ceitains exportateurs am
1 sur notre situation politique.
ilede les reproduire pour ceux
lecteurs auquels la chose a
Ikhipper :
II, Nous so.nmis heureux d'
1 de bonnes nouvelles a vous
Boaiquer.de grande impo; tance
que, dont nous nous rjouis-
ainsi que vous en ies apprr-
r, et nous sommes h ureux de
fqu'eri notrequalit dloyaux
lias et de bons amis d riiiti,
I importe ce que l'Occupation,
Gestion de la Banque. 01 les
1 ni. de 1 infanterie de m ri
[pu produite, "le peuple am
iM juste, intelligent et houo-
: et U ne tolrera, ni injustice,
II auxquels on ne puisse rem
Ultaition en Hati est ei vcie
nir une ques'ion politique
La cours de la campagne leclo
jttsidenuelle ; et la suite du
ici des enquteurs gouverne
su venant d'Hati et des rap
Ilao'ils ont soumis, nous regret
n'avoir constater que \outes
ItOKations faites ont t conlir
[lnqn'i prsent, l'ensemble du
n'a pas t publi ; mais ou
pie sur une amlioration imm
tde la situation, mme au cours
1 administration qui est au pou
'et est responsable dans une cer
m su e des eireurs et des torts
it t commis Nous ne croyons
que quiconque a Washington
de l'autorit se soit rendu
lies que ces reprsentants
-a?, officieux et intolrants en
Menres avaient fait.
'Voai ?jus apercevrez donc d'un
"emeot et d une am iora ion
-Ma sessa.ion d'actes pareils
'lue le dplacement des indivi
'1*i sont rellement responsables
! incidents tt de ces erreurs,
'fensdonc qu' partir de
-ntlalibralit que le peuple
w dsire toujours accorder
'Wtset tre trait de mme
*e trouvera paitaitement
J* aux yeuxdu peup'e haitien,
f tous personne ne dsire
.."icoiji que l'avancement
I" Prosprit d Haiti.qui aura son
T"t nous sommes de ce nom
rl"> lui avons dsir le
'rouble..
plus de
\Z*_ lignes manent d'hommes
sti amricains et eiles sont
' }S Octobre dernier. O ,
'n>ne menu, une Cour den-
*n j cmeal -^portante nous
E2rdela Pait prcisment du
woemect des E'ats-Unis avec
^slo d'mvestiguer sur la
'ont les forces de l'Occupation
[Jl quittes de leur Uche.
"P'ecisionsdelaRevuesera-
donc. I,
11 y a longtemps que
M ailleurs que, aux E-
, 1 Pro-essionnels des al-
1 du lesgns les mieux inlor-
(tj(u monde ; car tre bien infor-
un condition ncessaire du
' iu "sic, aux Etats-Unis, ce
n'est pas comme ei Hati o les b T
reaux publics d'information soit trs
lo:n et le chemin assz da^reux i
parcourir. Ls Dpartements amri-
cains sont.au contraire, sous h mu
des informiteurs et, avec de la bon-
ne volont, toit le mon Je peut tre
renseign.
11 y a peine quelques jour,nous
imprimions, d notre c , les lignes
suivan'es :
. Pour tni part, je repousse ab
solununt toute ide de demindes
3g es forrau'es par le Gauver
n m vit amricain. A put ce tl co i
sidration que ce Gouvernement est
un gouvernement civilis, dont le;
tendances sont par consquent, co n
me celles de toute nation d gne de
ce nom, lim tes par la pratique des
habitudes internation les, il y a, au
surplus, un trait de collaboration
intime entre les deux gouvernements
qui exclut certa nsment tout abus
d* la force.C- trai fiit.au coarare,
forcment des Etats-Uais lesgirdiens
elles garants de notre indpendance.
En cas de malentendu, il y a i Wa-
shington, qui est une parue consi-
drable du cerveau du moni -, des
institutions charges de le rappeler
ceux qui le peuvent oublier.
il n'est donc pas supposible
qu'en dehors des dirl cultes aimmis
tratives exposes par les pices offi-
cielles, il puisse exister aucune ins-
tance exorb tante ouverte par le gou
vernement amricain.''
U ressort donc jusqu'ici du lap
prochement et de la concidence des
'nts que notre optimisme 1 gard
des intentionsdu Gouvernement am
ricain est en partie justifi et que ce
Gouvernement mont e, lgird de
notre pays et de notre peuple, des
intentions de protection et de bien-
veillance plus que d'hostilit.
Cet'e constation est d'autant plus
satisfaisante qu'elle jure trangement
avec l'a mesphre de a onllit et
de c ciise > entretenue ici comme i
dessein.
Mais nous ce voulons pas, notre
tour, mme fortuitement, donner le
change en niant l'existence de cer-
taines d:Incultes administratives pou
vant s tre leves entre les services
amricains du trait et nos services
publics hatiens- Nous ayons cepen-
dant montr que ces difficults iont
apparemment en voie de glement
a en juger par la matire que le Gou
vernement a promis au Conseil d E-
tat de fournir ses travaux dans le
cours de la prsente session extraor-
dinaire
Eu oui cas, quand on a diverses
besognes 4 accomplir, le plus sage
est de commencer par le bout qui se
prsente le premier. Notre Gouver-
nement, par Iclat des exposs offi-
ciels faits ces jours derniers, paiait
surtout proccup du rglement de
ces difficults (.dministrativcs telles
qu'elles ont ; rendues pub iques,
par les communications d;s Pouvoi s
publics.Le Gouvernement des E ats-
L'ois. de son c'., par l'envoi de la
Cour dFuqute, semble domin par
le dsir de me tre fia i une situation
politique mauvaise et aux agisse-
ments qui l'ont amen, relguant
probablement au second plan la so-
Clyde Steamshp
Company
Le steamer LAKE SIBAGO Ht
attendu Aquin samedi _>o No-
vembre o il pendra un charge-
ment de campch; a'nsi qu'a I r-
mie, Petit Go.lve et Snt Marc. Il
acceptera taire escale dans tout
autre port haiten o un fit prut
lui 're offert pour Ches'.er ou Nt\v
York
Prire de s'alresser promptement
l'Agence G^oraledeh Compagnie
o le cot du fret est aux taux rdu
lier.
C'est uae bonne occasion pour la
Province de faire des pe; I's expdi-
tions voie d rece pour Chester
e: Ne;v York pir l'excellent service
de Clyie Steemship Company
Clyde S eamship Company
E F CLEMEN l'S
Agent Gnral
lofes sur le journalisme
lution des questions a noiodif per
te.
Nous aurions t e% muvaise ^rc,
ne pas appicier celte U-i de
considrer lts choses estimant, avec
le Gouvernement amiiicain. que la
vie, la libert des citoyers. la tran-
quillit d:s populations et les m u-
vais traitements dont !< s uns et les
autres ont pu avoir t^ victrme,son:
chose plus srieuse et plus urgente
que la question de la prohibi 101 de
monnaies et ange.'es ou celle de si-
vjir si dis p oje'.s d: loi di llastruc
tion publique dbivau* re comma-
nqus aux tja.tioiar.res amhi
cins.
En d'autres ttrmes, l'intrt du
peuple est plus p,nnd que celui d'i
Gouvernement, et quaid les l>b ns
primordiales sont violes et les per-
scutions dchanes con're le peu-
ple dans toutes ses couches, quel ci
toyen digne de ce ro:n p;ut se lais
ser toucher parles dispositions d une
loi sur les m n s oj J uie autre sur
la taxe des autom .l s, ou mne
par le fait que ceut qii l'adminis-
trent ont t payis M retird de
leurs indemnits mtnfoaUef ?...
L'autre jour, nous recherchions les
causes du conll l actuel, et procdant
par limination, nous avons art
toutes les causes expo es dans les
documents otficiels, pour la double
raison qu'elles paraissent dans 1 oc-
currence d'ordre abso ument secon-
daire, et que. d'ailleu-, elles parais
sent devoir auiomat quement dispa
rjitre par le fait mme des nou
veaux projets de loi que le Couver
nements'est montr dispos, appeit
le dernier message prsidentiel,
dposer sur les bureaux du Conseil
d'Etat.
Ces causes une (ois limines,
nous tions justifis a poser la ques
tion : Quelle est h cause du co. il t
et en quoi consiste t-elle ?
Aujourd hui qu'un vnement aus
si considuble que la format on e:
l'arrive de la Cour d Enqute am
ricaine si hautement compose est
un lait accompli, nous sommes 1
peu prs autoriss penser que la
vritib'.e question americano hanien
ne .ctuelle gt dans la mission c"e
cette Cour, et nous devons avec ;n
trt en suivre le dveloppement
qu'elle se rattache ou non a la ver
sion officielle de la crise ou du con
Hit.
lialgr et qu il it v aimtni Imp
flatteur pour noire hitecieur, not
publions l arti e de dbw Ut un j mie
qui r eut s*: fairt con>iail t tous l*
parrainage du Via in ob ni quand
mm* d rvler ls taie .m inOUpntU
n*, U enhardir et leur donner con
fiance.
Ce Matin a rvl plus d'un
le seen t d. leur Currii'e, Aux mea
neuvig sollicites par les luttes de
la preste. Ls Matin ouvrit tou-
jours i.ne ac ivit- L'ebt l son p:i
vi .'ge.
Lorsque l sympa Inpo directeur
du Ttmpsinv. a Mr Anatole France
venir g'afsooir ses bureaux pour
perticipcr h rdtcUOD de son jour
va'- 'e niant! sly! tte trtnaii se put
douter du gnc's de ses eiorti.
Eilorte, cr il loi fa lai' lecouer eon
lodolenct,! llet'.e ro'ichalance n'-
tait pas le rsultat d'maptitu>ies
conscien'es mas d un trop plein
in'elkc ue! qui paralysait le talent.
I> Ks liflles ides du notre cher
cri/Hue se dispersaient avec les
nuages roses de son Iuipressiouisme
alors indit. Les rves du graud dij
luttante se rfugiaient dans les r-
gions lirumeuscs de l'atmosphre,
l, il pouvait goter en paix les d-
Ices que lui procuiait sa pense.
Son iioiiine inolfeatif lai fermait
l'accs des joies exquises que seul
nous laisse la douceur de se donner.
Au premier volume de la Vie lit-
traire, il nous entretient des d-
marchas g'cieupes de Mr llrard.
L<) directeur du lempt lui mit la
l'iiuii i la main- Le courage de 1 au
teur s'mut. Mais df^j, Il prou-
va l la troublante initiation des car-
rires qui nous sont nouvelles* 1. lus
toire dt; la collaboration d'.-\nato'e
France au Temps est curieuse et
r ' -tunt.v Dune part, nons assis-
tons uu rveil du talent; ensuite
ses mtamorphoses Un crit. Et
1 on vous harcelle. Et vous rsiste,..
Et les L^ups de boutoir reus et
ports par He talent font germer le
gou: de la pe.'Honnalit.
Ls souvenirs ue ueud collabora-
tion n'ont pis seulement pour motif
de reporter ma pense vers les corn
inencemenls de imn crivam le plut
aim, mais encore e' surtout de trou
ver dana ce rapprochement une oc-
casion qui me permette d adresser
des remerclments Mr Magloire-
Sans dojte, il me sera toujours
charmant de me rappeler les pie
mires heures de mes dbuts entant
que le journal o j'aurai fait mes
premlies armes. Cest pourquoi,
au seuil de cette paga o je des-
cends dar:s I arne, ib voudrais con
sacrer un paragraphe 1 aimable
directeur du Matin.
Le chaleureux accueil, l'accepta-
tion spontane qui suivirent mon
vu de travailler au Matin tne re-
tie uent I attention. Elle sera long-
temps ixe sur l'homme courto s et
sympathique qui me connaissent
peine agra pourtant mes hardies
pioposi ions. Ce n est pas ici que je
dessinerai sou proftl, Dans uue srie
du portraits dont la publication n'est
i h ds loig te, je reprsenterai
en pied l'homme qui je dois beau
coup, parce qu'il ma ouvert une
carrire- S'il ne m'a pas mis la plu
me la m nu comme Mr il^rard
fm.iit i Ana o e F.ai,ce, en revan-
cli', il sut comprendre quels rv-s
eutuousLstos avaient besoin d'clo
re, quelle gnreuse ardeur souhai-
ta t a panouir et quel programme
enli.i poivait apporter i sou journal
une me de "21 ans
Devoir su comprendre si bien ce
que personne ne lui diaait, d'avoir
uecoarag des aspirations si long

temps rntretenues: c'est formuler
un ac e dd foi en fiveur de ceux qui
vu-mu i.t, c'est affirmer son dsir de
progrs pour les jeunes. Et de cette
affirma ion n est-il paa permis de
conc ure I bont de l'homme,
aa bienveillance et a son inaltrable
amour du beau et du bien.
Si je m'abandonnais mon inspi
ration, j<* risquerais d'accoider
mon aimable Directeur toute la r
daC'on d'aojourd'lr)i. Ce sera t,
iii.L'i-o tout un b en faible retour
la sympathie qu'il m a tmoigne.
Mai, j ai voulu seulement m pau
cher vers lu. le remeiciei avant de
c-in i em-.ci- ma premire p.ge de
joaru.lieiin. Qu'il me soit pdtmis
de protester eucore une fois de mon
attachement & Mr Mag'oire Q a il
me soi possible, au cours de celte
nouvelle carrire de jostifier de
cette considration que j'ai ai facile-
ment acquise/
Une des questions qui proccu-
paient Anatole France fut de savoir
si le journalisme puisait ou tort fiait
le talent. L'auteur de la Vie littraire
ne fut pas longtemps recouuattre
que le lournahsme tait pour notre
talent un instrument de dveloppe-
ment conscient et de perfection
nernent gradu. C'est qu'eu eilet, le
travail de rdaction soutenue, le sou
ci du bien faire nous acquirent la
longue une certaine souplesse de
style- un don d'expressioQ an moins
d'une facilit moyenne. Des soins lui
sont ncessaires pour grandir dana
le champ fcond dea ides. Et lore
u'il a t faonn par la disciplines
u journal, il s panouit radieux re-
luisant de cette beaut qui rsulte
de toute les intempriea dea luttes.
Au talent qui veut se former, le
journalisme est ncessaire. Il ne
saurait possder, sana les preuves
de la presse, cutte mule vigueur qui
est le cachet des plumes siguiseee
aux exigences du journal.
Ls bienfaisance du journalisme ne
s'exerce pas seule i entsur le talent.
Le journal^au point de vue social
remplit encore un n le.incontestable.
L change des ides, des. seaiiments
contribue au dveloppement des tea
dauces dune socit. Une action
rciproque des membres du corps
social assure le progrs de tous. Et
comme c est le rve constant de l'hu
maine nature de souhaiter uu mieux
tre jamaia irralisable, noua sut
vons avec intrt les courtee volu-
tions qui s'efTectusnt dana chacun.
L'action du journal embrasse en-
core une sphre bien autrement,gran
de que celle dae talents et de la
aocit- Elle s'tend la politique.
C est l surtout l'activit principale
dea fouilles- Le journal, c'est le fo-
rum des monarchies tempres au-
tant que dea paya dmocratiaa. La
presse, c'est la grande tribune o
ae fait cet change de vues et d'i
des al ncessaire le bonne orga
nisation des Etats, Uu groupe d'noin
mes limit ne saurait diriger un
peuple II faut le concours clair
de tous. Il faut souvent se runir
cette tribune pour s'entendra et pour
examiner en commun les systmes.
Laissons les prjugs. Partageons la
franchise de nos vues ave- nos fr-
res El .si nos opinions sont dfec-
tueuse; et si elles comportent des
consquences fcheuses mme loin
Uj its. p jjrquoi le aot orgueil de ne
vouloir pss se rendre l'vidence
des lai b.' Pourquoi le bizarre incon
squence d'une retenue; d'une r
seive qui atteste bien moine laits
chement des opiniona chres que
de la mauvaise foi. On oublie tiop
qu une socit est un agrgat d'indl
vidus dont la dernire pense, quelle*


Nouvelles Etrnflres
9 Novembre
ROME Les milieux politiques
considrert que l'entrevue d g ut* s italiens et yougosla\es sera d
cisive. Les dbuts concerneront la
fixation de la ligne (forcera d'd-i'i
ve et la consti utioo de Fiume en
Eta indpendant.
ROMEA Rome. .Milan, Gues et
dans toutes les grardes villes de
i'Ialie l'anniversaire de 191S fut ce
lbr avec un en'housiasme in les
criptible.
BER11NLe rapport des experts
l'assemble prussienne relativement
a Pindemnifation de la famille Hc-
heczollern conclut au rejet de la de-
mande sur les biens de la couronna,
mais accorde une indemnit titre
de maison souveraine dchue.
PARIS- Selon le Petit. Parisien,
les ministres seraient unarimes i
fixer i dix huit mois le service miti
taire obligatoire aussitt que les cir
constances le permettront.L'Echo de
Paris annonce que Cambon,ambasa
deur de France i Londres, prendra
irrchainement sa retraite.
- ROME Au cours d'un cor Ait
entre les socialistes nationalistes et
les patriotes la police perquisition
na a la Bourse du Travail de Yrene
1 f saisit des munitions et des bombes
elle effectua de nombreuses ariesta
tions.
CONSTANTIKOPIE-Le gouver
remert turc dans une note adresse
aux puissances, dclare le moment
inopportun pour ra'ifier le trait de
ra:*
WASHINGTON. Suivent Mr Wi-
lim Tyle- secrtaire gnral de la
chambre du Cocgri la nouvelle
Membre comprendra 3C5 rpubli-
cains ISQ d>'niccrstes et 1 socialiste.
Ces chilrea ne sout cepondanl pas
(Miiii' officiels-
NKW YOIIK. Le gnral Georges
Nivelle arcifn gnralissime des ar-
mes frareaisea arriva aujourd'hui a
Nfw-York a bord de I* Lorraine. Il
vient comme l'on sait reprsenter le
gouverne nient frarcaia la clbra-
tion du tricentenaire de l'arrive du
Mayftower, qui aura heu jeudi ce.
lbi dans la ville de New Yoik par
deB runions patrio iques et des c-
rmonies religieuses au cours de lt
journe et le soir par des banquets.
WASHINGTON Le Prsident Wil
son a fait hier un.appel pressant la
population des K'att-llnia pour
qu'elle rponde en nomb e excessif
au quatrime appel du la Croix ron
ge amiicaine pendant la jnir/aine
qui commencera le mme jour de
l'armistice Ce mme jour s'ouvrira
la souscript'on de 20,000 000 de
dollars poar l'rectio 1 d un monu-
ment de la Victoire qui sera .'uni
truit au Square Pervhing.
Washington Mr Jules Jolie
rand ambassadeur de France ' Wes
hington qui tait on cong depuis
plusieurs mois t qui plus tar I '-t
nomm chef de la mijsion fra- %ie*
en Pologne aeri de re oui We-
llington le 'J4 di ci mois- 0.1 co np e
qu'il portera ave. lui le* deruiies
instructions de son gouvernement
relatives la r v pion du pacte de
la roci. des nations et qu'il eoia
put discuter la questiou avec les
fonctionnai!es de l'admimtMr^tion
Harding auBBifo? que ceux ci entre-
ront un fonctions et seront pits
entamer la discussion-
PAH1S Le roi Alphonse et la reino
Victoria d Kspegne .ainvrert hier a
Paris avec leur second lits Jai.ne-
11b oi.I assist ce matin avec leur
uite au service religieux clbra
la chapelle espagnole. Daus l'aprs
midi les souverain ; ont astiet aux
couises d'Auteuil.
>
que soient les diltlculta des rela-
tions, est de tendre la proa^ri'o
gnrale, au bien-tre collectif. Cts
rsultats sont l'uvie de la preFgd
Elle rend publiques les ides dont
la iibrj discussion est laisse
tous- Elle est la mdiatiice des inem
bres du corpa social, 1 entremetteuse
de concitoyens.
Au tripla point de vue littraire,
aocial et politique, le journal nous
intresse Son uvre est gnral,
Elle devrait aussi tre paeiliqiieCeui
3ui tombent dans ls mle, ceux
ont les ides n'ont pas prvalu,
ceux dont les convictions ont t
froisses, mritent aussi bie 1 I admi
ration e*. I estime publiques .,ue ceux
qui ont triomih 11 est des luttes
tellement belles par l'lvation du
bat que !e vainqueur et le vaincu se
confondent dans une gal) apo-
those I
Etienne Carmarit
Le Prsident de fa
Rpublique
Ri LA
Il nous revieat q 1e Sj i E c;!'e ic
le Prsident d* la RftpobUqoi a li
entenlu hier ma'in pjr Ia Cour
d'Enqut aux Cisernes o elle a
?on sige
10 Novembre
W VSIIING CON La cour sjpr a I
dcida que les liqueurs lgalement
obtenue* pour I usage personnel
peuvent tre dposes dans un autre
hou qua dans la maison du propria
taire.
PaR LS Le Matin publie une con
versa ion que son collaborateur Sau
vein eut nier avec l'och dans le
train qui emmenait le marchal
Amiens quil allai rendre bommagei
aux divisions australiennes qui d
fendirent la ville et la sauvrent eu
1918.
Le marchal exposa ses souvenirs
relatifs la conclusion de la Paix et
lis vnements qui provoqurent sa
dsignation comme commandant en
chef dos armes allies. 11 prcisa
notamment qu'il tait partisan de
faire du Rhin une t'ron iie nou po
litique et 1 occupation de la rive gau
(lie du Rhin jusqu' 1 excuiion int
gralejdu truite Bail q 1 il ne parvint
pas fa ro approuver sa thse par
le gouvernement de Clemenceau le
marchal eut un Jinstai t l'intention
de ue pas aller a Versailles sign r le
tiad qu'il rpudiait et qu'il rendit
linalement nuis avec la certitude
qu'avec ce trait les allemands paie
raient en monnaie de singe.
l'ocli se plaint d avoir prouv la
mauvaise humeur d menceau qui ne lui truo goa jtmiii
de rtnitl8 [I rappo te notamment
rj au cours d'une discussion avec
le marchal Doug as II ug et L'oyd
George au sujet des tftdCtifi cm
ployer pour u.ie ollensive Cl'ineu
c au lui imposa silence par os mots
C'est moi seul qui parle au nom du
Gouvernement Franais Foch raconta
galement qu'a Doullens la propo.d
bon de le nonmor giral sjs;ihj
mana du marchal 11 ig soutjuu
par Lo d Milner.
'Clemenceau suggrait de lui con
ti r seulement le cournanlemeiitdes
arme* oprant autour d Aunem.
C'dst devaat lio*i ti c djHdgqae
Cienenceau s'inclina
l ARis La chamtre dclin) diai
crite en t e de so 1 o.ire da j >ur
dn.la prochaine ssanc du Va cou
rant la di' uss.oa des rela'.ioiH avec
le Vatica .
l\UUS L uu projet avec mjdlhiioi dans
l'itiuera re a;cp par le gouverne
ment stipulant qui e c car de Cim-
beta dttlilera som 1 A c de ttion
pli en mne te ru ai qie le coipi
du poilu inconnu. '
l* vltlS. Lo con3il
d. cidi da BOOIH :t re
u projet que le rosir de Gunb t a
si rait transport da s la .adne d 1
11 dts jardins di la are Dnf rt
ttochereau ou les re- .es du poil a 11
connu son' &i">i%vxas ur,o chap -Ile
ardrntl. Le cor ge. ira au pan-
tin on ou le cur de Qunbelta
sera dpos dans lu crypte le cort-
ge ira onuiie sous l'ar. ae triom; lie
ou les restes du so'da incounu se-
ront inhum..
Le dfil des troupes c'turera la
Crmonie.
l'A RIS La eoofrenci d33 ambas-
sadeurs azamina la question du un-
triel de gu3 re alltmicd et enter-
d t les dlgut'n de la commiesiop
des rparations ainsi que le rappoit
des eODieilliri navals sur la destruc
tien ds moteurs Diesel. Foc h assis
tait la cunf. rence.
PARIS. Le 101 et la r ine d'Espa-
gne et l'Iofent don Jsime quittreut
Paris so tendant eu A'gleterre. Ils
furent salus I I gare par le repr
sentant de la Rpublique.
PARIS Dans le Petit Pariaidn
Leygues exposant le programme du
Gouvernement coneta'e que malgr
qu'elle ait h pus souffert de la
gui rre la France vit'oueusi mor.
trunl autrava I la ram ardeur qi-au
combat lian hit heureis^met t le
passage toujours difficile mme poi r
ies vainqueuis de la gaerro a la
paix. Concernant ls politique oxte-
rimre le gouvernement continuera
fortifier ses alliances et examinera
dans un sinci'- esprit de paix outes
les questions frauco allemandes.
Leygues estime que lu ligue de-,
nations doit devenir ur.o grande for
ce et une solide barrire con're h
retour de l'imprialisme et du mil
de* minis'res
au ; 1 ff.-111 '...

VLiJTiCLS H il PilQUI
PASTILLES
VLDA
sont indispensable
Jl'ENFANTiri part pur l'cole
VIEILLARD fi sari prendre fit,
aot GRCNCESFERSONNESquie
rciilmi 1 bSB ocnipitions
pour PRSERVER
LECRS CKGAHES RESPIRATOIRES
ou pour SOIGNER
! 1 ftbamet, Maux de Gorge,
i. | ;::< .ircucliUes Grippe,
jniiuonz, Asthme,
l upbysto, sic., etc.
K&rStLFABTIlBIIIIIIIHI
de n'employer que
PASTILLES
VERITABLES
v -ii lin pulameot
ni le nom
; &e*
OA
'. -
tariaip Rn tirn'i'n' L*vaQ*l IOrl
avol" *onilV ii la FrqnfA out
,*.t-> rie"" do. l'nc vr^ dAja accom ilie
di Ur q il I* n-02-im nu giuve-ne
mental e*' tout entier dan1* l'excu-
tion du traita qui est en bonne v lie
sinsi rj te U roejnstitutiou natij-i^le
et l.orkMiisa'ion dt travail et de la
prodnnMon,
PARIS Siivn i-x?elsior la gr--
vprnflTiiin su^^^rai1 Barr"a am
haiealeur a Ut-n- mur remplacer
Cmh"n \hnlmnli) de Londres,
R0\||-: -1.-' Airi)ia intnicipale
e l*reilA"i* "i' tuoid^n*. L^a
li^al .oii''''i i))n>ii.n obtiennint
U mvj > i'4 ' Mi 11 \'\ 'I h'ur d'i Gini a' PIjw"^m.
Le< .UI*aqAi ita'ians et Y njTO'l :
va-, arrfv int < Sinta llirgri*t
Las conve a'iois officielle? on
rnanwnt snjiiri'hu'.
PMtlS L** n.Tivdies nnan
dues
nir la ',*BS* l'abon-
hiu-'^ du lii-hn on France so^t
t\i o'us ^n pn< f us^i. L"' rai,rl
l^yMinm0* a'ljf>i^nij c mWCi
r)T^ nu* 1 i-e Ailt de l'e-ren" rat"1'
r> >" dcUrmt que 'e* ai-ki de
r'i-ru,")> mni* l g^z d la vill" la
Pu ji d innnii' f,i^ Joir,,,"ix al|>nii1^
r.o"*i*Aro-ii fegsl^mSr'^on 1t B^r
IM i| d rcit le 'tl ^p d aei h 'oins
d'QVint ','">rro hien r|,i< ro< ch ff^^S
aient A pxiriits d> doc'nV'i'a aile
m-nts no'.anii'i^ d-^1 a s ii"*qn*l
d > mines di> la Inu'e SI4d' et d4
e ue deOu-raifd du 21 aot
10 .
Duran'' le tn'or.u tri n stre **
I9fl R'ilii rit f(\ moyenne 536
81H tini d* ch>rboi con r 550,
853 n 191.1 Si t plus dh 01 '\o de
ooi'omraatioa en 10'l <\ i fut
pins forte que c?"e de 10 l et 1919.
Durand t-i natr de li'2> Birlin
conaimm'."'{ d,)'! tounea ds clnr
on aoit 01. 7 0| du chdfred^ 1013
lors qu Pari ^ ne reo:t que 70 0|0
r'e ses heaoina normaux. Il aat donc
' hsolumonl ridiclie de repanlredoa
infornialion suivent lesquelles le
(harhon llvrs par l'M'emisne est
empil en tas sur le efaimpde mars
oui avant la g erre ne seivit j tma:s
d'entrept
La hahitants des maisons pr.vi-
rennantes se seraient pi i sa Ci'jse
de li pon>sire du charbon volant
pirtour. Il est tout a fait n'cessai e
de rpandre dans, le mm de entier
un formel dmenti d-une pareille
nouvelle cr Parle beancouo d'-
IriPRen proattoint dans les jardirs
du Champ rin Mars pourront jugpr
I1 r la de la vrit des ra ontars aie
mrnds sur les approvisionna ments
d charbon que fait la France au de;
pi us de l'Allemagne.
Il APIS La i hambre a repiia ses ira
v ux aujourd hui par U diacoarion
du proie! de loi tendant au transfstt
de !a dpouille du poilu inconnu
so!- ''arc de irirm lie La discusion
fut \ie et longue et donna lieu a
djs imident et des apostrophes ve-
hemenles ent'e les par'isans du
liaus'ert au l'ai thon suis du tranflert sous l'arc de tiiom
plie. Le prsident dut FU?pendre
la stnce ap.s une in ervenliou
loijuenle de L**ygjes le proget du
Gouvernement fu adopt-
PARIS La confrence des tmbas
sadeurs s'occupa de la ques ion des
moteurs d* Diesel La commission
ds < 0.mule ayant dcouveit que
IAIIeu.j?ime demandait la destruj
lien de 3oo noteurt'le goi ve;ne
ment il. u m..l lpordii qu'ils de
vaipnt tre iransforme's peur l'usage
eoumercial, La confience attend
lesci|lment de l'enqu e et de
morda vraisemblablement l'Aile
rrsgnes des garen'ies eur l'utilisa-
tion.
SANTA MARGAR1TA- Les d
U%uls itilier s et yougcslaves 1 nrti t
hur piemire runion ettrai'r-it
del Qiestion de la fio_t re dis
' Alpes J lienecr.
WASHINGluN WiUon a corn
n'.ici travailli r son message an
1 1.1.I au Congrs qui . ioit a l'ouytiture de la piochaire
csitn le six dcembre soit le lecde
nain. Wilion recevra citu em?'ne
N'.r Joubeit, Biliaire de Saint Do-
rr.ingue ; Mr J B amhi, mi itffl d 1
Guatemala t Mr B;eihe. rrinistr;
de Costa R ca. Chaque dpaitement
pipaie tn ee moment sor budg t
qui fra piseci i la prem re an
ne fiscale de la nouvelle edminis
tr.tion rpublicaine ; on estime que
l total up.ssera qudre milliard
de dollars
WASHINGTON- Le 5eci'aire
B kra tait corn A re h nouvelle or
ganisaon de larme rguh e base
sut !a loi de rorganisation de l'ar
n: vote au cours de la dernire
session du co- grs. Elle prvoit une
aime squeutie en temps de prix
avec des eltec il t de 337 22; hom
mes.D'aprs h roavelle organisation
un corps daimte comprendra 79966
hommes, uce division d'in'anttrie
19 ; valerie 6,417 hommes, une brig de
d'infintene 6,153. La Ici stipule que
les EtatlTJ i. sont diviss en neuf
rgions d cops l'aime et ea temps
de guerre ou de m bilisation gu
raie trois armts seront formes.
Cornue l'i 11 ;: i' de paix d; 1 arme
rgulire n'est que de 280 hommes
Mr B k:r eip'i^ue qie les hommes
coaip'.uio'.a res seraient fournis par
la gj-ie na ij.nl: et les rserves or
g m e\
P,\i< 3 La re r 1 luctioo en pltre
de tj oit V w U et liia sur la p'ace
Ue i. -i 1- v 1 e po ir le> ftes du
cinqu ntemi't Je li Ripub ifl lt
constituant II pi.e princ>pla d:-;
dco ations i'e-t itfeaJcsl sable
m^nt.
PARIS- On dclare prmature
U nouvelle parue dans d vers jour
iujx de BruielUs annonant que la
prem re rencontie entre les experts
al.is et al emanJs chi'gs de dtscu
ter la question des rparations aurait
lieu i 13 uxelles le 20 courant.
BERL'N La g ve des usinas
ectnques de la hiut; S !sie est ter
mine. Li g ve des lectriciens de
Berlin est en voie de tellement
NEW YOK Fianc 17,10 ; Livre
sterling 3 37 25
PARIS Dj lar 17,29; Livre ster
liog 57.93 i/a
Faits Dive
OESERVATOlRp;
PETIT SEMINAIRE1
sSs
Mlle Monte Christo
I Cdant aux con breuees deuandea
des clients, la Direction mit bien
r donner "ffrWarrehe le "fie pi
sod ITC le 3me.
Par nt publi au c Journal
Officie!' du lu de ce mois, il est
accord le droit d'exercer certains
professionnels de la pharmacie iuo
mains dd titres universitaires.
Une Commission est nomme
poar grer jesqu aux prochaines
lections les intrts de 'a Coin mu
ne des Bdradres.
Messieurs Hiberts Schwarder,
allemand. Mi>xtme Giraud, frangiis
t fable Maituier, hollandais,n vue
dacqiiirla qualit d hatien ont
tistai; aux premires formali es
exi^"M par U loi en dclarant de
vint I autorit comptente qu'ils
renoncent leur nationalit iran
gre
Hier aprs raidi, le Conseiller
Communal Moralisa (aventure a
I rocd la clbrtilion du itiatisge
de Mr J- Llio l'uon avec, Mlle Au
ma l'ollas.
Baromtre
Temprature1
Moyenne diurne,
Helelpir ,0Ur
Bjrometre cons'ant.
ISCHERER
* l'Hpital Gnn
Depuis hier cVst oQ d6ll
nuel de grandis pfrsoon0;b I
ants qui vont i l'hpital .J
vcciner. *l
La frousse g gne gracd ^
et lpHm.e 5r,r %np j 1
sous une^utre L t Lte mJ
grfS. ^1
De nouveaux tub s vrcciiJ
alndus la semaine prochaine.!
Le Moniemr
Le No du lourna officiel de Mercredi
Membre oublie :
A*i m;nisiriels.
Arrt accordant erre pleine e --\
nomm Kreste Denis Pointp|our, conJaaJ
contumace a la peine capitids.
Arr lornuni une Commissioi pog
jusqu'iux prochaiues lections, les ioiertq
commune des Haradres.
ArrK1 accordant le droit d'eicctrl
fins provisionnels le la phirmacie non!
de titres universitalir'..
Proces-verbal de vrification de l
gourdes de billcls d>"i'i'tiis Tiis pjr \t\
K. H arrivs par le "e.Mier PanatM.
Collge Lo iverture
Le sympathique Directeur du CollRt-l
re nous a fait le pliisir de n*n adn
statistique d'Octobre 1.1, 1 Octobre L
l'tablissement quil .1 r. -. l'.e.i uie pt
bien prsente que M i.li is-on mbliej
du 2>e anniversaire Je la fondation du
Louverture.
Nous lui renouve'ons nos sincres luci]
Convocation
La Compagnie des po nrreri 'iVes de bl
taie prie tous les hkmio es Je i:n m l'rfrj
nir en un:lorme i la 'iaisuii mo tuiiie
centre en fi:e de IVe '' Thimote: i ;
prcises pour r.-ndre les il.nri devoirs]
Ir ernil Dist-ii aire Atlianase Laloret,
ComminJant J.l Eugne D
A la Lgation de Prj
Co une il avait t annonc, a l'o
l'anniversaire de l'armistice ei du cinoo
de li Rpublique Franaise, S. E. M. le !
de France us Mme A?el recevaient hier m
des*; beures, dans les Salons d.> la f
H y avait foule.
Ce tut une rception des plus brilla
cours de laquelle Mr et Mine Agel i
honneurs de la maison avec leur qui* i
habituelle. Nous nous promettons d'y:
La Cour Navale au
Palais Nat
Avant-hier matin, accompagns de
Blanchard, Envov Extraordinaire eii*
nipotentialre des Etats Enis, les Memijll
Cour Navale amricaine dont noui
l'arrive, on; t reus par S. E. le
la Rpublique.
Les honneurs ont t rendus aux
qui composent cette importante cornai
les travaux bass sur la lo\aut* et n*
les plus compltes vont s'ouvrir imn
Le charg d Affaires aile
Contrairement a lntormaiian .u oo i
dans les autres journaux, le charg d Afl
lemaene qui a t envoy en Hati * I
Helmke, mais bien M Ztemelman.
Mr Georges Baus
Nous avons revu avec plaisir not.e i
Baussan, retonr de son voyage de M
Nous souhaitous la bienvenue au cB
chitecte du Palais National que ui
ont t heureux de retrouva en panaL
Mr Jules BosemoMj
M. Jules Rosemond qui fait dj
sieurs socits trangres nous al
vient d'tre nomm membre de i a
des Sances. Arts et Belles Ut-res JJ
Non en tlicitons vivement notre n-
Ncrologie
Nous enregistrons avec 'egrei |i "g.*]
excellent am. ATHaN^ lAl-OKESM
Commandant de la ooipagnie* -
ancien administrateur des Finances, n
cien dpat, etc.
C tait un homme de comme, ce
cre dans ses amiti, et dune toorf
aie. Comme chef de la CoraWif
Port-au-Prince eut admirer en r
constances sa bravour, son esprit
ment et son courage, lue
Le > Matin salue avec respectjem
vaillant comn.andint et du c'toyea |
qu'attristrent profondment les dem*l
ments.
./. B. IV. t rancis
Ol!ers to le*se tor a certain num
ber ol years his property, Kue des
Miraclaa opposite ihe impiimtrie
Nationale, measuring about 50 et
oo I et
Apply ai his olti.e^Rne du Centre
Dr Bois, chirurgien -
Rue du Dr Aubry, pts ^
pection.
Soulagamenl et G-WJntOI ,
3! 75 - n/er la n<
T utf! W'
nat r*
j. espic r
-l!->



IE MATN
Ifilson et company Tilcago
^ West Indies Trading Co, Agent Exclusif pour Hati
les produits de Wlson protgent votre table
tont mis en conserves sous le contrle et l'inspection du gouverne
ment. Le qui garantit doublement leur qualit,
Wilsco OUomargarina : beurre de iamille, pour la cuisine et
0 la iji le- fabriqu avec des produi's absolumem pur? en usage
Si s les plus grands res aurans.
MiDigue Ualpure lard la meilleure marque du monde
moigie de iamlli marque Sultana prpars spcialement pour les
imaU cbaucs, en bai ils el en l^rblancs.
Jupiter Kitra I amily Deej buf do Iamille en sa i,nure qualit
lira pou- les piceries en pices de S \3 h r s.
frguliu mets poil: coup par pices de b pouce-, m;s en baril de
h 114 no ceaui su vaut Ks go s,
toi Bail: l'a I; pic s di lad en saumure, txt a l du cou et des
tocs du porc, par morceaux de ti pieds car. es coups su >aut le
oids de cuaque morceau.
Ctrfied tlams, jambons lmes, style anglais, similaires aux
mboDS imports d'Angleterre.
Hdtns,Hreal>fasl Bacon and Picnics, style amricain, select.onn e.
jball spcialement pour les climats chauds.
jjiaudesfunes sont m nutieiisem.nl enveloppes dansde la mous
Ocblau he pour leiuprseivation avabld tre mi.e* en paquets.
m p oauits de Wileon
protgent votretable.
West
w W APARATOS LF
APARATOS LECTRICOS
PARA TODOS LOS FINES
t te tnirque de f.'j
riouc rsi \i pran'ij
de la nonne qualit de
nos fournitures lec-
trie |ues ,
VJ n nouvti MfMt
ind'une des plus grande
stitonns industrielles*
<*u monde sera invoqu.
dans cet espace chaque
semaine

\
Des hommes
dt2d,SnStariSf,',D?l,0,,,5 Ele? **** de nos jours beaucoup I hommes
(21 J .n "C(UD0 d 'n former d-aulr-8 parmi wi propres ra. us
Ils oSfteiln.* l'"e ? "auier l9i *" n'1es po 8ibll,t3 d *'*** 'trique venir.
Riands .va SrM *>?& rMi00rcM "* "? eWtn.ation de.
El..ffKSiH2!? S ft^Jasqu la consiractH>a d on pati moteor. li smt ha-
IlwMpni n T tn.atirlelAd*?1* construction de mocl.ine Uinea M oalllr
queei sont torts dans l'.tna y.e du cou: de la foiCS .ectriqao*
OM MohJ.fli. dQ SS ?M in8aIUtion lC r ! -e M 'che'er des appareil, lectri
1%*%A^%&?!^ VOl!9 0OUVe/ l0l,,jai'* VOaB r-Mer lor nu facieor liuman
u une nauiiu et d eipsrlaoee pis commun , et touitt
reius nous couueitre vos b'soina
lois vous choisissez le Weitinghou..
Westinghouse Electric International Co
10."), Uroadway Ni w Voik U S- A.
A'hene tlgraphia** WSliCOEXPNsw-Yofk

Iccasioii exceptionnelle
Liquidai ion
Rabais de 75ojo chez
INTOINE TAL1MAS
Sisjrue du Magasin de t'Eta, en face il3 Simon Vieut.
1 annonons notre aimable clientle que noui venons d'wig-
notre stock de marchandises nouvellement reues e' que notre
tvm s'coule trs rapidement. Qu'ils s'empressent donc de visiter
Ifrats el coquets rayons et de faire leurs emplettes de fin d'anne.
Quand vou aurez tout essay et que rien n'aura rusi prenez la
Solution walerbury
-
/
- j
Prix
Ancien
-ne coul bar 2-50
jJdeioiedoublarf.7 00
[table couleur 8 Ou
Tjd. toilette 4 88
a homme 25 00
lihomras.up 00,00
f I carreaux 40,00
Jdoubla g- 12.00
J Chine 18 00
PPorgeite 18,00
[Wor 2500
MCh-ne bar 22.00
ftrtT 18,00
Wioie 1000
couleur 0.00
Mine gr l.rg 4 00
na 5 '.....- 4 00
4'
i
4
8 50
3 50
4,50
5
5
2,55
5
0
4
10
aso
5
i
12
15
20
2,50
15
barres
., t fort
fmprienr
''"sdl larg
b'aoche
J* ban es
r*0C
kc
* couleur
couleur
P*rieare
fMeline
Hoc
'* paille
,,ttiQ W No 2jp. 450
No 3 6
No 5 7
Nouv
175
4.0C
5.00
2-25
18.00
35.00
20,00
7.00
10.C0
10,00
13 OC
12 00
10,00
5,00
3.50
2.50
2,50
2,50
3,50
2,50
2 25
2
2-25
2'50
3
3
1.50
3
3,50
2 25
660
2 25
3
3 50
7,5U
12
1,50
H
3
4
5
Ruban sat.coul No40 20




c
<
No 0 10
N 12 14
No IG 18
No 00 25
No 80 30
No 100 35
Prix
Ancien, nouve. uz
14
6
y
12
10
18
26
350
4
14
4.50
3
3
j
10
12
15
U
10
50
4
Ruban p uupade. u l'.uue 0 50
c satin 8
Palm beach sun l'aune20
Lotion l'omi eiaelc 0
Lotion Armour 5
Lotion Colgate 3
Poudre v\ &v houpoe 3
Chemises i homme col !>
c sup. 18
coul sup 20
c blanche sup 20
a blanche sup 15
t crpe Shice 75
Chemisettes .up 8
Chemisette jouis jap 7,50
Chaussettes coton inf 10
Chaussettes inf- noi.es 10
Ras cot blanc, pr er f. 0
Chauasetes 111 noir 18
Chaussettes fil noir.up 20
Ras noir douze 15
Ras noir assort, sup* 10
Ras noirs suprieurs 20
Cravates reps 0
Cravates reps noeud.
blanc! brodes 5
Nappe blanche 1 aune 8
Toile blanche pr jupe 5
Chapeaux laine a nom 25
Corsets femme 18
25
3.".
" ceiniure cou 12
Poudre Colgate 3
Savon Colgate douze Rretelles suprieure. 4
5
(i
0
4
12
14
9
12
15
I
3
3
I
3
12
10
15
20
150
0
2 DO
L'anmie
Notre sangesl eompoe*des
globules roug< '' Wi.....-
li rougesiwrveiit nour-
rir li1 eorp, l'1- blancs
oombattre la m ladlfi.
tjimii I il y 11 a amie ou
manque de mdu le globu
letj rongea manquem plue
on moins.
l)o cette faon le MDg
ne pi'ui [in ndi'-i- iifM*z 1
nourriture an eorp*. ( 'est
pourquoi la Hgute Jevlenl
paie el pftteute les yeoi
ternes s.'ii.-ntion de Facigu* iuten
M iivaliit tout if sjstooie
Pour rarnrre l'anmU il
l'unt reapurovlsionuar lo
san^ de globules rOnjrps.
t. .-si i( i que
Nous garanlillODi. nous affirmons la guri&on des
Toux, Bronchlt \ Tuberculose, etc.
Convaincrs de celle vrit, les mdecins l'o domen* comme le
TONIQUE le plus BFFICtCE.
WATERRURY CHEMICAL COMPANY
TORONTO NEW ORLEANS MaW-TORI
f ranch J. Martin
A genl gnral pour llaitiEn lace de la Glacire Port m-Prince
Th. Win cf Lift
possde un pouvoir} mer
teilleux. Parce qu'tautun
g4u(*rateur de saiiff In-
enrni. Ofes "!'' aboa lun
m d" sang rouge, ne 1 si
riche qui ramen U*s po* i
aux jouasdonne ce pi il
leintiit aux yen. si sur
chauve tout le corps d'une
vitalit ( d'une ris non
relie, i "eut pour cela que
i.lus de i"...... i''1.' 'illf>
recommandeni Wimur
achets une bouteille de
M'incarnia aujourd'hul.Oii
peut l'obtenir dans toutes
hm phannadee et cbes
r.l I1ABT1M, Agant.
COI.BMAN CO Vta.,
SnMIlli Work., MORWICM.
Vritable grand rabais
A 1A MAISON
U. SlLVEKA
Diill lil blanc angla:s, alpaga et diagonal noir suprieurs, ptim-
b ah de loule* nuances et qualitr*, crpe anglais grande et petite
largeur, Shuitoog de soie japonais, Tussor de soie couleur pour
jiuesel pour costumes hommes, piqu* blanc simple et double
largeur, percale, voile unis blanc, et carreaux, Toile jour et meus
seline Meurs, salinete blanche, Casimir anglais, molleton couleur,
crpa de Chine de soie, toile chemise, coton a drap, calicots sp
ciai elc. etr,
Sucre granul
Vient d'arriver par le steamer Brnice
Riz
Par le sjs Advance, nous recevrons un
lot d RIZ que nous offfrons
nos aimables clients.
A YEM)1U:CHlZ
P.N.GRAY&oInc,


LE MATIN*
iiBAZAR METROPOLITAIN
Maison de confiance
Angle de* Unes an Prtrfite et Vants Deslouches
Surettes en bocal
V rom 0ge fra l 2 q wfl W
Lard en pot de verre
Lard par livre
Beurre de pistache
Olives gratifies et petites bonUilles
Potasse pour nettoyer le parquet
Light housc cleanscr
Amidon pour te'VB
Corn star* h pour bbs j
Th t Lipton
Savon Bonami pour nettoyer le verre
Toutes wrtes de confits
Raisins de Corinthe p ir livre
iaisins de Corinthe en Inite de l livre
Gros raisins
Granberry sauce
Arrotoires de toute les dimensions
Dates en pots deverre
Dates en boite de carton
Toutes espces de conserve* en ferblane
Cileri en ferblane
Grande varit dechocolat en tablette
Lait Condens Eagle
Lait vapor liorden**
Lait naturel Borden'
Lait vapor t Welson
Caeaoen poudre Petit joibpar livre. Vin blanc et rouge, Cravatis de tou'es les nuunces,
JantlittLOur hommt, Savons de toilette, Poudre de toilette, Ple denti/rice.

Htel Restaurant
!/IlV| Restaurant ^o. Mverrr se recommande |0n8Dn
bon s- in H h cg limit de son c-rvire, ] voyage-us qui V r
aPot-auPii ce v trouveront phinfl ss'fchcJ'oo. Peu-.Vn
vaincre on n'a (p'.'i pss-r ru No 22i de la Hua Frou nJ
bureau des t'prtpli s e ivs'r. . v
Condions trs ivanl penses.
A S YIX S,' Propritaire.
3ALAEPATICA

-
Occasion.exceptionnelle
A VENDRE
Une auto Buick neuve %^j^iJ
dtolOfO or 2.20O
Tlun tt\itt\ n*ii*h 2emain6 cylindres, 5 passa-
%JII" Mi IV OCCCf^f ger?, modle 19i0 ayant trs
peu roul *' or 1.700
lmkm nn'n tiniffa 2e main, G c.vlirdres, 7 pas-
Utils UUiU MJwrWsK* sagers, machine lis ptis
saute, en"!'on* tal, pneu?, cord neuls or 1X00
Un camion Chevrolet *?*;&
le Nil liepat que est lies recherch comme purg li, I x-lif
un b ii li ni lit ne ail pie Ce sel est aussi rec .uwaLd pou
((li H conre li i.faisant pour la traitement de 'a des rhuma ne. eh goutte, de la mipraii c, des digesliojt
les, des &ll<* i~i s simia.iesel suilo11 les iics d alcool te t
elV rv s e < e f i parlant \i es agiaLle au got.
Les coin rai d s sont rcuet chez
A. tficlop^Genlil
Pue du Magasint l'Etat i73l
Sans aucun frais de commissions.
Chern Eugne LE BOSS}
h\y>, Rue du Quti,
Pharmacie F. Sjoun
A-un le des Uuesjtouxet du Centn
2 Mdailles d'argem Exposiion de Bruxeles J91Q
Laboratoire de Chimie Mdcale
Droguerie, Produits chimiques et pharmaceutique
Spcialits fi anaises et amricaines.
Prparation de toutes ampoules mdicamenteuses stnM
et injectables.
Spcialits. Srum nvrosthnique simple et ferruginfiBj
lodhydrarg/re. Srum ue Morard remplaant les PH"
* rcalcihants de Ferrier et de /tobin*
Ily a toujours en stock : Nevrosthose' Sirop pecionit j
Eiixir de Pensylvanie.
Dp Reprsentant des Laboratoires Tm
LACTIFERM.- Ferment lactique, coutre allchons g*W
tinales et cutanes.
LVXIRINK. Scop'ifique H* I constiptUr-rl
Cigarettes La Nationale {
Produits de premier choix
Princesse, Encore" L A H A T10 N A L E
Voient chaque jour augmenter leur rputation
illes rivalisent avec les meilleures cigarettes importa
>


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM