<%BANNER%>







PAGE 1

LS MATIN Nouvelles Etrangres 8 NCVJ mire l'A IllS. M illerand ifit ai-joui i i liol la mission militant* M'-idoise vrirfl •* liance pour '.udu r I oiguiutbiu n de I srn.tv SAHAGOSSK. LI geodairaeil* si r put dans un i-.l'.bo'. 11! de Ser^oise un Li 10 d'individus en uainde placer db bombe.Cet individu* piMrnt la fuite et ae rfugirent dans un t < i qu'ils res etrent pmdant qudqms heurei Pois deux ae rendirent, le trouirae fjt tu a cour.8 du fut-il par lea gendarmes. KOMK—Lf. chute des neij^s letlt v la circulation des ti&ua r.ctem n i nt dana la rgion de Ti rm. PARIS L'extraciion du cbaibon dana lea baaaina de la Ht hr a aug mente sensiblement. CONSTATNOPLEWrengel au lait luaBi oprer une retraite sans prouver de grandes perte* l'AKIS. Le "Matin', annonce que l'ambassadeur dan^leterre rentrant h er de Londrea remit au Qoiy d'Or aay une note lelative aux rparations en. rponse la dernire tOggtfliOD du gouvernement franais. La no e a'caite du point de vue irai *ia aur quelques poin s de d taila aana giaude importance. Il y a tout lieu de croire que I accord sera dtonnais facila au auj t du iule respectif de lu commission des rpa rations et des ^ouvernemen s allis dans la fixation dea peiemen s de l'All c iurgneSuivant l'Kcho de Paris la coin mit-Bion des rparatious ufoima le cabinet de Berlin que l'Alleragnc doit livrer l'ententb pendant ui e pricde de quatre mois coofoin mont au rsultat des ngocit o s qui eurent lieu Pana un milliou d i uittre cubes de bois dont TOUCHA) traveiss de railways et 172.0C0 po letri tlgrpphiqoes|pcur la Krorcc ^WAMllNGTON— Le gcial Pu ;ii pg a dclar aujourd'hui que rit n n'a t dcid au jujtt de la date et de 1 Hirraire de son \oyge probab e dats 1-Amrique du Sud., WASHINGTON— Mo. i amb .fi adeur amricain su Japon actuelle m nt en vacances a Wa-hi; g on nj ut un cong de lonanu jours donne par le dpaitement d'Etat peur les consultations dans les questions d'ExtrC-me Orient notamment se rattachant u lgslitcn acti | ron'.c in Californie. } PARIS—La .o.oo;e da Gja'mL CHU une brillante lcepi.cu ea 1 honneur de Monseigneur ho 1 U: ron brebsfl perse nnaits fr. r ises atthtaiei ( a cette icccpiion. I 'AK1S— lo. h inaugura i la Ctth craie d'\m:ens une pLqje rominniii'ivi' u'. 'odits au laliens teints pour 'a delense d'Amians. PARIS— L? t Temps prcise que la 1 rance et la Tchcoslovaquie signrent deux accordspremi ement une convention commerciale deler minant un rgime douanier mutuel garantissant le respect rcip;oque des marques de tabnques (t la libeit des viyageurs commerciaux, Deux e me ment une convenuon glant l'ac cc;d des r. i ways dis deux h a.s sur la b se de 'a convention de Berne. Pal lit* T.l WAS H1KG1 ON— Le Dp artc me nt a t avis que le U. S Cleveland a chou dans la rade de Caifgena, en Cob.i bie II .houa pendant que le pilote du port tait a boid et maigri que tous les tlloris lentes pour le ren flouer n'oni donn de risu Ut,au:un d g t n'a t coi:t.t dins ses œuv es vives Le commandait du i)me district naval a demand d.s rt moiqueurs WASHINGTON— Oit o:d es t graph ques < nt t passs aux S'a lions de recrutement d; l'arme pour constituer immdiatement la seconde divis'on avec son cadre comp'et. LOS ANGELES-Par one dici sion prise par le Conseil ccrr.mj a' de los Argeles le maire a dem n t au Secrtaire Baker de pi er a lf ville Cinq Mille tentes pour servir abr.t'r temporairement la popula tion par suite demanque derr.aisins NEW YORK— La police a txeicune surveillance spciale durai t cette nuit autour de 1 'imiieub e situe l'angle de la 5me Avenue et .Sirr.e Rue h. b ile par Mesdames Vander bip, Ehhu Roo' et d'autres familles remarquables sur la menace rsultant dune communication t' FaitsDivers OBSERVATOIRE DU FET1T SEMINAIRE COLLEGE ST MARTIAL RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES Madi y Nov:rrb.e 1920 Bitorclre 7 63 3 minimum 25 1 Temprature maximum )] 7 Moyeane diurne, 26 ^ Ste-AOM. MailOn mortuaire : BofotM deu lieme avenue. N01 condolances aux familles prouves. — Hier aprs-midi ont eu lieu les lunrailles de MtneVvc WrlKara Audain ne AdlJa Guris. I.i dlunte tit la tante du supplant-juge Lucien.— Nos condolances. Avis 11 m a t vo' dans la mit du 5 Niven b e cr ul Fo t Robert une vache lait ti ee s-us poil bfrairgue lampe 1 la cuisse giuche des let lies C B. le piomets une bonne l compense 1 ce'ui qui me la fer? re ncuver Pwrt au Prince le 8 Novembre 1920 PUI CAD E phonique hite par une femme non identifie de fa re saulercetimmerble PARIS— l e s restes d un soldat frarii; incornu s ront dposs ous 1 Arc de Triomphe la Ch*mtre des D'pu's %  yir.l ainsi d.id par un vole unanim; BAZAR METROPOLITAIN Maison de coniance Amjle {des Rues du Peuple et Dem tes Destouches Surettes en bocal f romane frais 2 qualits Lard en pot de verre I urd par livre Beurre de pistache Olives grandes et petites boiteilUs Potasse pour n-ttoiisr le parquet Light house clccuwer Amidon pour tive Corn starcli pour bbs Th t Lipton Savon Uonaini pour nettoyer le verre Toutes sortes de confits Raisins de Corinthe par livre liaisIns de Corinthe en boite de 1 Uve Gros raisins Granberry sauce Arrosoires d* toutes les dimensions Dites en pots de verre Dates en boite de carton Toutes espces de conserves en ferblanc Cleri en ferblanc Grande varit de chocolat en tablette Lait Condens Eatjle Lait vapor Uorden 1 Luit naturel Uorden'8 Lait vapor t Welson Caeao en coudre. Petit juispar UneVin blanc et rouge, Cravates iltoutes tes nuances, J ai n. tien pour homme, IUH on inoina. De cet t • faon le MMlg ne peut procurer IIHO visiigon hipn lltat eyant tou'es soa d^perd Micei bassin, curie, remit* pto. S adresser M NJ 1738 R ie Courbe. \ CIGARETTES fj Ed ESTEVT PORT-au PRINCE A \eDtire ^ L'ne proprit londs i tum. tonna* P.Ct.vacH A louer Grande maison basse ( meol Roe des Casernes. S'adresser 3; de la dite Rue. Occasionexceplionnell A VENDRE *' %  . l Une auto Buick neuve ^fi? d.Me 19 or 2.200 Une auto Buick^iVl^Ti^ peu roul or 1.701 i Une auto Buick !" -$£ti\ sanle, en bon tal, pneus, cord neuis r ? 2i_ Un camion Chevrolet c JSiii Chez Eugne LE BOSS, 05, Rue du Uuai, TThTT? *ttrtfe M — ~" Grand rabais de 75o\o sur uit assortiment de Cigarettes chez Mi Bigio Frres Angle de." rues Courbe et Fronts-ForU* Anciens prix Nouveaux prix , Murad les KJMU Or 18 Mirjd les 1(XJ0 ;: •alima i lu l'atima liasse n f \Q Hassan 7. C'jn.nlf" ,0 MSSCH *1J PA UM EH IVII En ^r^grta] sas: wu-^^u'^tu^^w.wr. ^. as 8 Prescrit p plui minenia i^/SS



PAGE 1

Quatorzime anne Nos 3928 DIRECTEOR-FROPRIETAIRE OmanMMAGLOIRS MAGISTRAT COMMUNAL Pori'an Prince.Haiti Mercredi 40 Novembre 120 H HVUUO 15 CINT'HI IHBOII s; IOO Crjiaoi ifobmoi* fi RANG1 R G. 2.50 7.CW HoUmoia i 801 Quotidien N'attendez point des cir* constances extraordinaires pour"faiie|de bonnes actions ; sachez user jles situations ordinaires. 1. P, RICHTER lia nonces sont reues au Comptoir Ir>; LJIO,1 de Publicit, 9 Rue Tronchet, F. JjJJ, ai, a), Ludgate Hill, Londres, REDACTION; Rue Aniricaine;No,;i;5 TMLEPHONF: AH —— *— %  lgrvement el Equilibre Budgtaire attnue ront la crise commerciale jisus'ence d'uo individu aua iqoe dans une cho*e qaelcon ijrande ou petite qui peut deve]ic le temps la reprsentation jtue d'un tre humain, il eet acres de douce satislac'ion qui [root l'un comme l'autre, luoe mme mesure, pour tre irea comme une agrable r00 aux amertuues inhrentes a ne en ce bas monde.Et quand [BJ nifeste un pa r eil moment qui jpjrta p'ut'4 l'obje individua MQ' aoi et auquel on a lojd p jusqu' h sentir incarne dans jnwiQde souille.cette satisfaction fiai profondment ressentie, jja'elle touche dans ses naturalUniqucnces pluj qu'une via traction peut sa transmit re inwnf. fut en peu de mots ce qui a ov dans la maison du Ma Dt le grand tmoignage qu a liui apporter discrtement du lettre premier consacre la icominerciale ac ueile, dans le|notre rdacteur M ancier en aftg lt-s causes sou une te h Ti *aabi va'io iravfra laquelle (fan pessimiste ont touch a mal U radical remde dont on immdiate retirera des de celte affreuse situation iaots, producieurs et I Etat i cette fois dans une m.ne Me, iblament soutenu et enco [ poursuivre le but atteindre [necomplis* i lient d'un devo r T use collectif assoit e d un taire, notre rdacteur en chef Murait se montrer indiffrent Me sympathies qui lui 80it 1 en la circonstance, a deraan we I l'habilet du distingu teor un plan d'eneeuible [ %  eiurea htives qui pourraient WJtoa par les directeur des ^M niitieones, 1 amlioration telauitntbble situation, dont jon n'empcherait dans son m le service des dpenses f t Ijuguoni de I Etat de se pourgderr^r compte, dans l'esprit 7 reda cteur linancier, ai cette on, toute justifie sur le %  JW rgulier du liudget, uiu. 8eule8 conditions pas "*on aurait eu passer adopter de3 moyen imrn^capables do changer favoraB . |ff *' re8 en gnral, ce te %  ant point tenu devant l'a. % %  n pratique systme qui, % pour le caB prsent, tra "mplement aon argent de jjaod n est menac de l'en ( %  Mo trou qui tstdans l'autre. y a plus que cela oo n'est l2nh. d,,b rer a u birn re JJfbiqoe depui que de %  "politiques ont in ereia •a Unis d'Amrique convention, dont une des n5 9porlailt a 8eB lance a -raine baita'ion a ff. ? 88 d e P e ur que. peuigj oo oplicement queiconCafOMaieMonrcei, il s'y S oluue diminution. Ce "• w tout tat de c>iuse,toute loccurreuce ne fera que fttdo. /," 9 > a l r le lait de Su niP cl 'aoge moman Frune autre mieux en ;*a'i Q IS 5" w le transi, r !my*J Q a c equ'iieu soi fut %  •liai; '* conQmod Re de ceux id ni ver d un nsufrago. 0I > i4t prj de prir, on ne choisit pas son salut eflet, il eut t peu pratiqua une heure qui rclama toute clrit dj rentrer dans un plaidoyer de mthodes conomiques, lorsqu'on eat la recherche d'un systme purement de circonstance et la fois consistant pouvant prvenir UT plus granJ m I dan* no re milieu de i affa res, to it en reparant qui:qie peu celui qui y a t fait, juste au mo neut o le hasard allait servir so hau i > u < la communaut et 1 Etat lui rn;nv Qroa se donne la peine d*bserver cjBnotooa diriga jusru'aujour il' h .u nos finances un a srie de mo sures irrflchies, ab3olumant enpreintes d'un pur goisma et usant la fougue tous les resaorfs de li machine, tel le taux de la Valensition da a urj argent, Et aiusi faisait, il est arriv que din notre agancemea jono.n-que, lea dfectuosits sont telle* que s^s trou principaux facteurs, monnaie, 'larif et Budjet, sont devenu* cornp' ement najuital/es dans liur point de jonction. Suffi ait-il U vilo.ltisato : de de la gourde aeule d'en oprer le phno noue ? Non. Cependant, il eut uoj p>rai que la tournure des al l aires se nblait exiger, avec d'autre i reouclns administratives, la ii nite di chaag et qiaui le tauxdj 40J O/j vint rgeater U monnaie nao nale, cala ne parut pjint trop dplaire. A cette poque le haaard dans sas nonbreux capricas a /ait pla; le prix des marchandises trangres, d ' principales deuras conomiq tes de la tUpubliq le, d3s proJuits alimentaires de consommation loca le, le cot du aalaire, eufia, celui da I existe n -a locale, da>is un quilibre involontaire, avec ce te ancieune dig position montaire qu'aucun) acien, ce conomique travail dicte. Mais, le hasard n'est point inva riible daaa ce qu'il apporte dans son sac ; cala nous a t largement dmontr dendant ces doux demie res annes. Auasi, on ne s^ra jamais trop sage eu I vitant dans ses corn biuaison. pas plu* un gouvernement qaun parlicul .er,surtout eu ilaiti o les lois couomiqued sont aussi enau celantes que les ressources qa elles ont crs. I.) domaine des finances hiitiennes a t en pariie fait de remblai que la moindio daa:ejto d'eau emporte au loin avec tout ce q ai a'y trojvcCependant en toaTe occasion.nous ne risquerons jamais de procder aventureusemint, en guidant nos mouvements d'aprs celui de 1103 principaux produits d'exportation sur lesquels toute l'conomie haition ne s'tablit t et le caf, en tant le piincipal justju prsent par la forte quantit qui t..-t cultive, nous u'avoni pas marteler outre mesure noire cerveau pour tirer des combi naisons selon ce que la fve vaut par e le mmel'ai exemple, voyons ce que la faveur de son prix en 1918 et 'Jl'J sur les marchs de coosotn matio:: a failli nous a,>portsr,si d'un et) noua n'avions pas dirigs par la Cotiveniion du 12 avnl I9itf; le change arait au uair avec le d il lar au moins pendant toute celte priode. Que de bateaux, en ce laps de lempi qui se striient remonts Coosquetnment.receties et dpenses du budget embrasssant le produit des douanes et des contnbjtioas et le salaire des ioa:tionnmes public*, U p.ie des artisans et manœuvriers, le produit des agricultures de tou'e cultu'es et dts indu.'triei, enfin loa te la Maison haitienre aurait i[ r tribue en espces dollars, c'est 1 d re qua're fois plus qu'a t le Irarail louini et aujouidhui que d s marchs trjngers en ont baiss le> cours a presque rieu, il ea s ra t tout de mme entendu mo m d: cru et d'inquitudes des particuliers el du commerce ou pas du tout. Pourtant, si lidal dans les allaiMf de notre collectivit e^t la mon naie hatienne h parit gile du dollar, pourquoi ne seraiti l pas aussi celui de l'administration publique haiienne qui, seivie paifois par des causes involontanes au milieu de mille gchis qui la caractrisent, a vu dj le rve se raliser tt placer ses rec-ttes et se: dpenses sur cette parit san; que ses direc teurs n'aient eu rien fait pour attein dre ce but 5 Un prem er remue tn nage dans notre tarif nous y amena ra i demi, en avenant qu'il en soit de mme dans noiVhu'Jgtl pour y tre tout en ier. Or don.-, roarquoi la collectivit haitienne qui a tant soutint d'un r gime contraire re.'userait-.'lle ses directeurs le droit d'user d'une force volo..t.u:e en y mettaat aussi de la sienne pour arriver i cette fin er d frayer du m :me coup le caf qu'une srie de mauvaises administra ions a donn en gag: contre des emprunts sans but ? Ce sera le meilleur tour de main qui tari t accompli, surtout en ce te m. s de m ara; m: gn rai qui parait, non sans raison, in quiter taut le mon le. Car 1^ degr vement du cafl et du cacao, et m me celui de toute la srie des autres produits imposs, est le seul d elti Ctce remde de l'heure, et pour qu'il s'etfeciut ,il importe que nos recettes douanires i l'impo titioa soien r d h.'cs s JUS une ttrifactioa en dollars avtc le raii: tarit en cours, dont le quantum qui ea rsultera, garantira not.-j service coaraat et ce lui des 1: npruat>. Ea eftet.une pireille Irajsposition nediminuera nullementietendem.'nt productif d.-s dananea dtni leurs recettes actuelles, au coirs du change i cinq pour un Lo.a de la I L] pro duit des drot. en dollars et e gvur des— ces derniers lua ea do.lar3 dans leur tarification initiale — accu sera la CtiiM du K eveur Giaral une plus value sur celui de l'expor lation, une p u> value susceptib.e a la suite des coasqu:n:es logiques du dgrvement de s augmenter plu tt sous l'action b enf usante d'une plus fotte importation qu'il n'en a t sous le systme de produits im poss a la sortie, Cette nouvelle taril:ation, disons le out de su te, n'est point applicable aux marchandises qui unt sous le coup du droit al valorem qu'une disposition spc a'e abaissera plutt un pour ceot rduisant de mo.u celui du tarif en cours. Autrement, ce serait lo.nber dans lex:id'ua mpo*. quoique provisoire, qui ne peut tre protable au leademeni fiscal. Les droits d impor'ation tant aup ports par le consommateur qui est toute la collectivit, contrairement i ceux d'exp'ortaton qa 1 ne f <•; pent que le prolu leur, il s'en suivra que notre im douan T S il ait rtab'i, q'ie sur les marcha idises rargres s'en ierait mo ns lourd et plus tolra b'e, malgr une surlvation du Tarif, puisqu il irait fiapoer Iule la collectivit ei une quitable rpartition qui en allgera considrablement le poils. Et au surplus, cel allgeaient par le dgrvement marquera le premier et itel encmiagement que les pau/oirs public auront appo t .ai producteurs du sol qui, depuis l'tablissement de la m thoie financire de la Rpublique, oit t en partie les seuls supports les dpenses publiques. Avec la transposition des droitsd importation prlevs en dollars elle dgrvement des produits imposs 1 exportation, quel en serait le rendement annuel ? Ea examinant, pour rpondre cette question, le larif actuel des dro'ts d'importation sous une tarification en dollars," il se trouvera qu'un sac de farine de 196 livres aura .e trappe d'un droit total de quatre dollars quarante trois centimes contre deux dollars sept centimes dont cette marchandise trange e est impose au change de la gourde valorise a 20 cents D'o, une diflrence de deux dollars trente sept centimes qui ira dfinitivement a la surchage du consommateur, contre troi dollars dont sera dcharg le producteur de 100 livres de caf. Consquemment, l'conomie tarifaire] actuelle sur ces deux objets d'i.ii 'ort et i'export confondus ensemble, s'en ressentira d'une diminu.ionide soixante trois centimes or. Mais, htoos-nous de le dire, dans l'application gnrale du Tarif trans pos d aprs notre suggestion, sur un tonnage normal de l'importation calcul ru minimum 1 trente cinq nulle tonnel t. marchandises et une exportation moyenne de soixante millions de livres de caf \fdilut re millions de cacao, .. sera encaiss par le Trsor ; 200000 dollars et environ 2.100000 dollars, ce dernier chiffre provenant des ./; 0/0 de surtaxes du tonnage et du visa, sur unejimportation en valeur de 10,000,000 de dollars, faisant une recette totale de 6,300000 dollars Importation. Celle rforme tarifaire, toute facile daas soa inauguratioa et plus quitable l'gard des contribuables, reste i la fois la pus positive de toutes les conceptions htives qu* puisse inspirer l'actualit, bile appor. te 1 avantage l'Etat, tout en faisan abandon aux producteurs des droits imposant le caf e: le cacao.de recou vrer des receltes douanires sutfsan tes a la marche rgulire du Service Buegltaire et du paiement des intrts et amortissements de la Dette Publique, strvice fortement menac %  ai un deti:tt, en cas de la non exportation de ces produits conomiq e i favoriser. Pour finir, il serait trop long de d re ici toute notre opinion sur ce qui est du systme d: 1 assiette conomique de la Rpublique tant qu'il y en a a redire. Nanmoins, on s'accordera i reconnatre que des changements s'y imposent,telle par exem d i'aboliwon radicale des droits sur fuis ni* 1 — Le buste de loussatnt Lttiverture sera plac sur une de nos places publi pus. Des dmarcks vont tre faites, cette tin, par le Comit directeur auprs du Magistrat Communal de cette ville\ — Uni sous, ri piton, est lance par Me Dm Mine l aval en vue d'avoir les tonds ncessaires d I impression de son nouvel ouvrage: Histoire de la luiratute hiienne. — Jeudi 11 de ce mois il v aura rception la Lgation deirance d l occacon du Cinquantenaire dt la Repu Idique el de l'annivei nairg Je l'armistice. — D aprs les renstignsments commer ciaux, les avis venus du Hdvre concer nant le caf d Hati sont des plus \rrt guhers Le dernier prix cll est de 235 pour le trie No 1 avec acheteurs reser vis. — hier malin, le dtsttngui Evique des Cayes qui a voyag la Capitale pour les alfaires de son diocse, a t reu au Palais par Son Excelleiue Le Prsi dent de la Rpublique. — Les travaux de construction des hangars de la Doudne marchent rapide ment. — A sa runion d'hier, le Comit de l Amicale du Lyce Piton \a pris d'im portantes dcisions "jrelativt^ la bonne marche de Ueuvre. t — %  %  •* %  % %  %  % % % %  % %  %  % % %  Union Nationale des combattants L'Union Natioorle de 0 Combattants (section d'Hati) prie se mein bres, tous le Franais et ami de la France en Ilaiti, de bien vouloir assister a la messe solennelle qn'elle fera ebauter jeudi 11 Novembre cou raot, sept Heures prcise du ma tin en la Masihque Notre-Dime. Vu le caractre officiel que prend cette anna l'anniversaire du 11 No veinure, toutes le Socit! frauai se en Ilaiti se joignent a l'Union Nationale de Comoattant pour In crmonie religieuse du matin. Pour le Comit, ^ Eerd.FAlTON 2 Port au-Prince le 5 Novembre 1920 Avis de dpart La .grande Gueletle Dominicaine "Dubr/ua" partira incessamment pour oantiago de Cuba prenant frta et passager. Prix t.s modre* i'oor les conpition a'adreaaer a Mi E. Mota & l'otage da la A tn ri cam Foreigu ban jk 28S rue H oux.cidevant bonne Foi. j nos denres d'exportation ainsi que l'adoption d'une plus juste rpartition des taxes a l'importation, c e qui i cette dernire fin, n'est possible et ralisable que par l'application ration nellc du Tarif ai valorem. Eafn, soyons patients I En regard de noire vieille routine conomique, un jour viendra que Monnaie, larif et budget de la Rpublique aboutiront a la hn, bras dessus bras des 3 sous, en une parfaite corrlation la rfection gnrale de l'Administra tioa d'Hati. Cette heure ne nous semble pas trop loigne de la pre mire ligne de ce nouveau terrain conomique franchir et qu'aura indiqu le dgrvement de nos produits d'exportation qui ne peuvent plus tolrer le poids des droits dont us sont si anciennement trappes. Ce sera la premire tape, celle toujour difficile accomplir, et elle voudra beaucoup en raison de la peine qu'elle aura donne.


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05260
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, November 10, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05260

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatorzime anne Nos 3928
DIRECTEOR-FROPRIETAIRE
OmanMMAGLOIRS
Magistrat Communal
Pori'an Prince.Haiti
Mercredi 40 Novembre 120

H HVUUO 15 CINT'HI
IHboii s; ioo
Crjiaoi ifobmoi* fi RANG1 R G. 2.50 7.CW
HoUmoia i 801
Quotidien
N'attendez point des cir*
constances extraordinai-
res pour"faiie|de bonnes
actions ; sachez user jles
situations ordinaires.
1. P, RICHTER
lia nonces sont reues au Comptoir Ir>;
Ljio,1 de Publicit, 9 Rue Tronchet, F.
JjJJ, ai, a), Ludgate Hill, Londres,
REDACTION; Rue Aniricaine;No,;i;5
TMLEPHONF: ah
*
lgrvement el Equilibre Budgtaire attnue
ront la crise commerciale
jisus'ence d'uo individu aua
iqoe dans une cho*e qaelcon
ijrande ou petite qui peut deve-
]ic le temps la reprsentation
jtue d'un tre humain, il eet
acres de douce satislac'ion qui
[root l'un comme l'autre,
luoe mme mesure, pour tre
irea comme une agrable r-
00 aux amertuues inhrentes a
ne en ce bas monde.Et quand
[bj nifeste un pareil moment qui
jpjrta p'ut'4 l'obje individua
MQ' aoi et auquel on a lojd
p jusqu' h sentir incarne dans
jnwiQde souille.cette satisfaction
fiai profondment ressentie,
jja'elle touche dans ses natural-
Uniqucnces pluj qu'une via
traction peut sa transmit re in-
wnf.
fut en peu de mots ce qui a
ov dans la maison du Ma
Dt le grand tmoignage qu a
liui apporter discrtement du
lettre premier consacre la
icominerciale ac ueile, dans le-
|notre rdacteur M ancier en
aftg lt-s causes sou une te h
Ti*aabi va'io iravfra laquelle
(fan pessimiste ont touch a
mal U radical remde dont
on immdiate retirera des
de celte affreuse situation
iaots, producieurs et I Etat
i cette fois dans une m.ne
Me,
iblament soutenu et enco -
[ poursuivre le but atteindre
[necomplis* i lient d'un devo r
T use collectif assoit e d un
taire, notre rdacteur en chef
Murait se montrer indiffrent
Me sympathies qui lui 80it
1 en la circonstance, a deraan
we I l'habilet du distingu
teor un plan d'eneeuible
[eiurea htives qui pourraient
WJtoa par les directeur des
^m niitieones, 1 amlioration
telauitntbble situation, dont
jon n'empcherait dans son
m le service des dpenses f t
Ijuguoni de I Etat de se pour-
gderr^r compte, dans l'esprit
7 redacteur linancier, ai cette
on, toute justifie sur le
JW rgulier du liudget,
uiu. 8eule8 conditions pas
"*on aurait eu passer
, adopter de3 moyen imrn-
^capables do changer favora-
B.|ff*'re8 en gnral, ce te
ant point tenu devant l'a.
n pratique systme qui,
% pour le caB prsent, tra
"mplement aon argent de
jjaod n est menac de l'en
(Mo trou qui tstdans l'autre.
" y a plus que cela oo n'est
l2nh. d,,b rer au birn re
JJfbiqoe depui que de
"politiques ont in ereia
a Unis d'Amrique
convention, dont une des
n59porlailt a 8eB lance
, a -raine baita'ion a
ff. ?88'de Peur que. peui-
gj oo oplicement queicon-
CafOMaieMonrcei, il s'y
S oluue diminution. Ce
" w tout tat de c>iuse,toute
loccurreuce ne fera que
fttdo. /,"9 >a lrle lait de
Su niP cl'aoge moman
Frune autre mieux en
;*a'iQIS 5" w le transi, r
!my*JQacequ'iieu soi fut
liai; '* conQmodRe de ceux
id ni ver d un nsufrago.
0I> i4t prj de prir,
on ne choisit pas son salut
eflet, il eut t peu pratiqua une
heure qui rclama toute clrit dj
rentrer dans un plaidoyer de mtho-
des conomiques, lorsqu'on eat la
recherche d'un systme purement
de circonstance et la fois consis-
tant pouvant prvenir ut plus granJ
m I dan* no re milieu de i affa res,
to it en reparant qui:qie peu celui
qui y a t fait, juste au mo neut o
le hasard allait servir so hau i > u <
la communaut et 1 Etat lui rn;nv
Qroa se donne la peine d*bserver
cjBnotooa diriga jusru'aujour
il'h .u nos finances un a srie de mo
sures irrflchies, ab3olumant en-
preintes d'un pur goisma et usant
la fougue tous les resaorfs de li
machine, tel le taux de la Valensi-
tion da a urj argent,
Et aiusi faisait, il est arriv que
din notre agancemea jono.n-que,
lea dfectuosits sont telle* que s^s
trou principaux facteurs, monnaie,
'larif et Budjet, sont devenu* corn-
p' ement najuital/es dans liur
point de jonction.
Suffi ait-il U vilo.ltisato : de
de la gourde aeule d'en oprer le
phno noue ? Non. Cependant, il eut
uoj p>rai que la tournure des al
l aires se nblait exiger, avec d'autre i
reouclns administratives, la ii nite
di chaag et qiaui le tauxdj 40J
O/j vint rgeater U monnaie nao
nale, cala ne parut pjint trop d-
plaire.
A cette poque le haaard dans sas
nonbreux capricas a /ait pla; le
prix des marchandises trangres,
d ' principales deuras conomi-
q tes de la tUpubliq le, d3s proJuits
alimentaires de consommation loca
le, le cot du aalaire, eufia, celui da
I existe n -a locale, da>is un quilibre
involontaire, avec ce te ancieune dig
position montaire qu'aucun) acien,
ce conomique travail dicte.
Mais, le hasard n'est point inva
riible daaa ce qu'il apporte dans
son sac ; cala nous a t largement
dmontr dendant ces doux demie
res annes. Auasi, on ne s^ra jamais
trop sage eu I vitant dans ses corn
biuaison. pas plu* un gouvernement
qaun parlicul .er,surtout eu ilaiti o
les lois couomiqued sont aussi enau
celantes que les ressources qa elles
ont crs. I.) domaine des finances
hiitiennes a t en pariie fait de
remblai que la moindio daa:ejto
d'eau emporte au loin avec tout ce
q ai a'y trojvc-
Cependant en toaTe occasion.nous
ne risquerons jamais de procder
aventureusemint, en guidant nos
mouvements d'aprs celui de 1103
principaux produits d'exportation
sur lesquels toute l'conomie haition
ne s'tablit t et le caf, en tant le
piincipal justju prsent par la for-
te quantit qui t..-t cultive, nous
u'avoni pas marteler outre mesure
noire cerveau pour tirer des combi
naisons selon ce que la fve vaut
par e le mme- l'ai exemple, voyons
ce que la faveur de son prix en 1918
et 'Jl'J sur les marchs de coosotn
matio:: a failli nous a,>portsr,si d'un
et) noua n'avions pas dirigs
par la Cotiveniion du 12 avnl I9itf;
le change arait au uair avec le d il
lar au moins pendant toute celte
priode.
Que de bateaux, en ce laps de
lempi qui se striient remonts !
Coosquetnment.receties et dpenses
du budget embrasssant le produit
des douanes et des contnbjtioas et
le salaire des ioa:tionnmes public*,
U p.ie des artisans et manuvriers,
le produit des agricultures de tou'e
cultu'es et dts indu.'triei, enfin loa
te la Maison haitienre aurait i[ r
tribue en espces dollars, c'est 1
d re qua're fois plus qu'a t le Ira-
rail louini et aujouidhui que d s
marchs trjngers en ont baiss le>
cours a presque rieu, il ea s ra t
tout de mme entendu mo m d: cru
et d'inquitudes des particuliers el
du commerce ou pas du tout.
Pourtant, si lidal dans les allai-
Mf de notre collectivit e^t la mon
naie hatienne h parit gile du
dollar, pourquoi ne serait-il pas
aussi celui de l'administration pu-
blique haiienne qui, seivie paifois
par des causes involontanes au mi-
lieu de mille gchis qui la caract-
risent, a vu dj le rve se raliser tt
placer ses rec-ttes et se: dpenses
sur cette parit san; que ses direc
teurs n'aient eu rien fait pour attein
dre ce but 5 Un prem er remue tn
nage dans notre tarif nous y amena
ra i demi, en avenant qu'il en soit
de mme dans noiVhu'Jgtl pour y
tre tout en ier.
Or don.-, roarquoi la collectivit
haitienne qui a tant soutint d'un r
gime contraire re.'userait-.'lle ses
directeurs le droit d'user d'une force
volo..t.u:e en y mettaat aussi de la
sienne pour arriver i cette fin er d
frayer du m :me coup le caf qu'une
srie de mauvaises administra ions a
donn en gag: contre des emprunts
sans but ? Ce sera le meilleur tour
de main qui tari t accompli, sur-
tout en ce te m. s de m ara; m: gn
rai qui parait, non sans raison, in
quiter taut le mon le. Car 1^ degr
vement du cafl et du cacao, et m
me celui de toute la srie des autres
produits imposs, est le seul d elti
Ctce remde de l'heure, et pour qu'il
s'etfeciut ,il importe que nos recettes
douanires i l'impo titioa soien r
d h.'cs s jus une ttrifactioa en dol-
lars avtc le raii: tarit en cours,
dont le quantum qui ea rsultera,
garantira not.-j service coaraat et ce
lui des 1: npruat>.
Ea eftet.une pireille Irajsposition
nediminuera nullementietendem.'nt
productif d.-s dananea dtni leurs re-
cettes actuelles, au coirs du change
i cinq pour un Lo.a de la I L] pro
duit des drot. en dollars et e gvur
des ces derniers lua ea do.lar3
dans leur tarification initiale accu
sera la CtiiM du K eveur Giaral
une plus value sur celui de l'expor
lation, une p u> value susceptib.e a
la suite des coasqu:n:es logiques
du dgrvement de s augmenter plu
tt sous l'action b enf usante d'une
plus fotte importation qu'il n'en a
t sous le systme de produits im
poss a la sortie,
Cette nouvelle taril:ation, disons
le out de su te, n'est point applica-
ble aux marchandises qui unt sous
le coup du droit al valorem qu'une
disposition spc a'e abaissera plutt
un pour ceot rduisant de mo.u
celui du tarif en cours. Autrement,
ce serait lo.nber dans lex:id'ua
mpo*. quoique provisoire, qui ne
peut tre protable au leademeni
fiscal.
Les droits d impor'ation tant aup
ports par le consommateur qui est
toute la collectivit, contrairement i
ceux d'exp'ortaton qa1 ne f <- ; pent
que le prolu leur, il s'en suivra que
notre im douan t s il ait rtab'i,
q'ie sur les marcha idises rargres
s'en ierait mo ns lourd et plus tolra
b'e, malgr une surlvation du Ta-
rif, puisqu il irait fiapoer Iule la
collectivit ei une quitable rparti-
tion qui en allgera considrable-
ment le poils. Et au surplus, cel al-
lgeaient par le dgrvement mar-
quera le premier et itel encmiage-
ment que les pau/oirs public au-
ront appo t .ai producteurs du sol
qui, depuis l'tablissement de la m
thoie financire de la Rpublique,
oit t en partie les seuls suppor-
ts les dpenses publiques. Avec la
transposition des droitsd importation
prlevs en dollars elle dgrvement
des produits imposs 1 exportation,
quel en serait le rendement annuel ?
Ea examinant, pour rpondre
cette question, le larif actuel des
dro'ts d'importation sous une tarifi-
cation en dollars," il se trouvera qu'-
un sac de farine de 196 livres aura
.e trappe d'un droit total de quatre
dollars quarante trois centimes contre
deux dollars sept centimes dont cette
marchandise trange e est impose
au change de la gourde valorise a
20 cents D'o, une diflrence de
deux dollars trente sept centimes qui
ira dfinitivement a la surchage du
consommateur, contre troi dollars
dont sera dcharg le producteur de
100 livres de caf.
Consquemment, l'conomie tari-
faire] actuelle sur ces deux objets
d'i.ii 'ort et i'export confondus en-
semble, s'en ressentira d'une dimi-
nu.ionide soixante trois centimes or.
Mais, htoos-nous de le dire, dans
l'application gnrale du Tarif trans
pos d aprs notre suggestion, sur
un tonnage normal de l'importation
calcul ru minimum 1 trente cinq
nulle tonnel t. marchandises et une
exportation moyenne de soixante mil-
lions de livres de caf \fdilut re mil-
lions de cacao, .. sera encaiss par le
Trsor ; 200000 dollars et environ
2.100000 dollars, ce dernier chiffre
provenant des ./; 0/0 de surtaxes
du tonnage et du visa, sur unejim-
portation en valeur de 10,000,000
de dollars, faisant une recette totale
de 6,300000 dollars Importation.
Celle rforme tarifaire, toute fa-
cile daas soa inauguratioa et plus
quitable l'gard des contribuables,
reste i la fois la pus positive de
toutes les conceptions htives qu*
puisse inspirer l'actualit, bile appor.
te 1 avantage l'Etat, tout en faisan
abandon aux producteurs des droits
imposant le caf e: le cacao.de recou
vrer des receltes douanires sutfsan
tes a la marche rgulire du Service
Buegltaire et du paiement des int-
rts et amortissements de la Dette
Publique, strvice fortement menac
ai un deti:tt, en cas de la non ex-
portation de ces produits conomi-
q e i favoriser.
Pour finir, il serait trop long de
d re ici toute notre opinion sur ce
qui est du systme d: 1 assiette co-
nomique de la Rpublique tant qu'il
y en a a redire. Nanmoins, on s'ac-
cordera i reconnatre que des chan-
gements s'y imposent,telle par exem
d i'aboliwon radicale des droits sur
fuis ni* 1
Le buste de loussatnt Lttiverture
sera plac sur une de nos places publi
pus. Des dmarcks vont tre faites,
cette tin, par le Comit directeur auprs
du Magistrat Communal de cette ville\
Uni sous, ri piton, est lance par
Me Dm Mine l aval en vue d'avoir les
tonds ncessaires d I impression de son
nouvel ouvrage: Histoire de la luira-
tute hiienne.
Jeudi 11 de ce mois il v aura
rception la Lgation deirance d l oc-
cacon du Cinquantenaire dt la Repu
Idique el de l'annivei nairg Je l'armistice.
D aprs les renstignsments commer
ciaux, les avis venus du Hdvre concer
nant le caf d Hati sont des plus \rrt
guhers Le dernier prix cll est de 235
pour le trie No 1 avec acheteurs reser
vis.
hier malin, le dtsttngui Evique
des Cayes qui a voyag la Capitale
pour les alfaires de son diocse, a t reu
au Palais par Son Excelleiue Le Prsi
dent de la Rpublique.
Les travaux de construction des
. hangars de la Doudne marchent rapide
ment.
A sa runion d'hier, le Comit de
l Amicale du Lyce Piton \a pris d'im
portantes dcisions "jrelativt^ la bonne
marche de Ueuvre. t
* ' '
Union Nationale
des combattants
L'Union Natioorle de 0 Combat-
tants (section d'Hati) prie se mein
bres, tous le Franais et ami de
la France en Ilaiti, de bien vouloir
assister a la messe solennelle qn'elle
fera ebauter jeudi 11 Novembre cou
raot, sept Heures prcise du ma
tin en la Masihque Notre-Dime.
Vu le caractre officiel que prend
cette anna l'anniversaire du 11 No
veinure, toutes le Socit! frauai
se en Ilaiti se joignent a l'Union
Nationale de Comoattant pour In
crmonie religieuse du matin.
Pour le Comit, ^ '
Eerd.FAlTON 2
Port au-Prince le 5 Novembre 1920
Avis de dpart
La .grande Gueletle Dominicaine
"Dubr/ua" partira incessamment
pour oantiago de Cuba prenant frta
et passager. Prix t.s modre*
i'oor les conpition a'adreaaer a
Mi E. Mota & l'otage da la A tn ri
cam Foreigu ban jk 28S rue H oux.ci-
devant bonne Foi. j
nos denres d'exportation ainsi que
l'adoption d'une plus juste rparti-
tion des taxes a l'importation,ce qui
i cette dernire fin, n'est possible et
ralisable que par l'application ration
nellc du Tarif ai valorem.
Eafn, soyons patients I En regard
de noire vieille routine conomique,
un jour viendra que Monnaie, larif
et budget de la Rpublique abouti-
ront a la hn, bras dessus bras des3
sous, en une parfaite corrlation
la rfection gnrale de l'Administra
tioa d'Hati. Cette heure ne nous
semble pas trop loigne de la pre
mire ligne de ce nouveau terrain
conomique franchir et qu'aura
indiqu le dgrvement de nos pro-
duits d'exportation qui ne peuvent
plus tolrer le poids des droits dont
us sont si anciennement trappes. Ce
sera la premire tape, celle toujour
difficile accomplir, et elle voudra
beaucoup en raison de la peine
qu'elle aura donne.


LS MATIN
Nouvelles Etrangres
8 Ncvj mire
l'A IllS.Millerand ifit ai-jouiii liol
la mission militant* M'-idoise vrirfl
* liance pour '.udu r I oiguiutbiu n
de I srn.tv
sahagossk. Li geodairaeil* si r
put dans un i-.l'.bo'. 11! de Ser^oise
un Li 10 d'individus en uainde placer
db bombe.Cet individu* piMrnt la
fuite et ae rfugirent dans un t < i
qu'ils res etrent pmdant qudqms
heurei Pois deux ae rendirent, le
trouirae fjt tu a cour.8 du fut-il
par lea gendarmes.
KOMKLf. chute des neij^s letlt
v la circulation des ti&ua r.ctem
n i nt dana la rgion de Ti rm.
PARIS L'extraciion du cbaibon
dana lea baaaina de la Ht hr a aug
mente sensiblement.
CONSTATNOPLE- Wrengel au
lait luaBi oprer une retraite sans
prouver de grandes perte*
l'AKIS. Le "Matin', annonce que
l'ambassadeur dan^leterre rentrant
h er de Londrea remit au Qoiy d'Or
aay une note lelative aux rparations
en. rponse la dernire tOggtfliOD
du gouvernement franais.
La no e a'caite du point de vue
irai *ia aur quelques poin s de d
taila aana giaude importance. Il y a
tout lieu de croire que I accord sera
dtonnais facila au auj t du iule
respectif de lu commission des rpa
rations et des ^ouvernemen s allis
dans la fixation dea peiemen s de
l'Allciurgne-
Suivant l'Kcho de Paris la coin
mit-Bion des rparatious ufoima le
cabinet de Berlin que l'Alleragnc
doit livrer l'ententb pendant ui e
pricde de quatre mois coofoin
mont au rsultat des ngocit o s
qui eurent lieu Pana un milliou d i
uittre cubes de bois dont TOUCHA)
traveiss de railways et 172.0C0 po
letri tlgrpphiqoes|pcur la Krorcc
^WAMllNGTON Le gcial Pu
;ii pg a dclar aujourd'hui que rit n
n'a t dcid au jujtt de la date et
de 1 Hirraire de son \oyge proba-
b e dats 1-Amrique du Sud.,
WASHINGTON Mo. i amb.fi
adeur amricain su Japon actuelle
m nt en vacances a Wa-hi; g on nj
ut un cong de lonanu jours don-
ne par le dpaitement d'Etat peur
les consultations dans les questions
d'ExtrC-me Orient notamment se rat-
tachant u lgslitcn acti | ron-
'.c in Californie.
} PARISLa .o.oo;e da Gja'mL
chu une brillante lcepi.cu ea
1 honneur de Monseigneur ho1. U:
ron brebsfl perse nnaits fr. r ises
atthtaiei ( a cette icccpiion.
I 'AK1S lo. h inaugura i la Ct-
th craie d'\m:ens une pLqje rom-
inniii'ivi' u'. 'odits au laliens
teints pour 'a delense d'Amians.
PARIS L? t Temps prcise que
la 1 rance et la Tchcoslovaquie si-
gnrent deux accords- premi ement
une convention commerciale deler
minant un rgime douanier mutuel
garantissant le respect rcip;oque des
marques de tabnques (t la libeit
des viyageurs commerciaux, Deux e
me ment une convenuon glant l'ac
cc;d des r. i ways dis deux h a.s sur
la b se de 'a convention de Berne.
Pal lit* T.l
WAS H1KG1 ON Le Dp artc me nt
a t avis que le U. S Cleveland a
chou dans la rade de Caifgena,
en Cob.i bie
II .houa pendant que le pilote
du port tait a boid et maigri que
tous les tlloris lentes pour le ren
flouer n'oni donn de risu Ut,au:un
d g t n'a t coi:t.t dins ses
uv es vives Le commandait du
i)me district naval a demand d.s
rt moiqueurs
WASHINGTON Oit o:d es t
graph ques < nt t passs aux S'a
lions de recrutement d; l'arme
pour constituer immdiatement la
seconde divis'on avec son cadre
comp'et.
LOS ANGELES-Par one dici
sion prise par le Conseil ccrr.mj a'
de los Argeles le maire a dem n t
au Secrtaire Baker de pi er a lf
ville Cinq Mille tentes pour servir
abr.t'r temporairement la popula
tion par suite demanque derr.aisins
NEW YORK La police a txeic-
une surveillance spciale durai t
cette nuit autour de 1 'imiieub e
situe l'angle de la 5me Avenue
et .Sirr.e Rue h.bile par Mesdames
Vander bip, Ehhu Roo' et d'autres
familles remarquables sur la menace
rsultant dune communication t'
FaitsDivers
OBSERVATOIRE
DU
FET1T SEMINAIRE
COLLEGE ST MARTIAL
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
Madi y Nov:rrb.e 1920
Bitorclre 763 3
minimum 25 1
Temprature
maximum )] 7
Moyeane diurne, 26 Ciel clair saut un peu nuageux
l'ao'-midi
Gouttes de p'uie ^ h. 20
Baromtre lgrfment en hausse.
J.SCHERER
UN ECLIPSE DE SOIEIL
WASHINGTON- Selon les as-
uonomes de lObservatoire Navale
une c'ipse paitieUe du soleil sera
visible d'ema;n deneul i onze heurts
Il faudrait chmer demain
Am-c noire cor.lure I.c Nouvelliste nous
denunJons qu'il y ail chanage denuin 11 No-
vembre..! l'occasion de I anniversaiie de l'armistice.
Il faut, en effet, commmorer, comme il con-
vient, le retour de cette grandedate.
Dcs
les funrailles de l.l'ins Thodore 17 un-, tille
de Normil Thodore dcde hier i ,| heures de
l'aprs-midi, auront lieu cet apres-midi en l'I.-
K i>^ Ste-AOM. MailOn mortuaire : BofotM deu
lieme avenue.
N01 condolances aux familles prouves.
Hier aprs-midi ont eu lieu les lunrailles
de MtneVvc WrlKara Audain ne AdlJa Guris.
I.i dlunte tit la tante du supplant-juge
Lucien. Nos condolances.
Avis
11 m a t vo' dans la mit du 5
Niven b e cr ul Fo t Robert une
vache lait ti ee s-us poil bfrairgue
lampe 1 la cuisse giuche des let
lies C B. le piomets une bonne l
compense 1 ce'ui qui me la fer? re
ncuver
Pwrt au Prince le 8 Novembre 1920
PuI CAD E
phonique hite par une femme non
identifie de fa re saulercetimmerble
PARISles restes d un soldat
frarii; incornu s ront dposs
ous 1 Arc de Triomphe la Ch*mtre
des D'pu's yir.l ainsi d.id par
un vole unanim;
BAZAR METROPOLITAIN
Maison de coniance
Amjle {des Rues du Peuple et Dem tes Destouches
Surettes en bocal
f romane frais 2 qualits
Lard en pot de verre
I urd par livre
Beurre de pistache
Olives grandes et petites boiteilUs
Potasse pour n-ttoiisr le parquet
Light house clccuwer
Amidon pour tive
Corn starcli pour bbs
Th t Lipton
Savon Uonaini pour nettoyer le verre
Toutes sortes de confits
Raisins de Corinthe par livre
liaisIns de Corinthe en boite de 1 Uve
Gros raisins
Granberry sauce
Arrosoires d* toutes les dimensions
Dites en pots de verre
Dates en boite de carton
Toutes espces de conserves en ferblanc
Cleri en ferblanc
Grande varit de chocolat en tablette
Lait Condens Eatjle
Lait vapor Uorden1*
Luit naturel Uorden'8
Lait vapor t Welson
Caeao en coudre. Petit juispar Une- Vin blanc et rouge, Cravates il- toutes tes nuances,
J ai n. tien pour homme,
.
L'Anmie
Notn tangoat compote dm
globalaa ruugH ot bltuicn
lea rouget erv#nt uutir
rir lecorp*, h's blanca
combattre la muhuiii'.
t^imnil il y Annote ou
in;iiu|ti<' le MDf( !'. (rlobll
les rousea mantjueiu |>Iuh
on inoina.
De cet t faon le MMlg
ne peut procurer iiho nourriture mu eorp.4 'est
pourquoi la ligute devient
pAieel pAteuee la yeux
ternes et lourds et une
neutial ion de fe I Igufl inten
se envahi) tout le systme
Pour vitiiiiiti l'anAmU il
faut i'eii|i|Mi>visi santi de globules ronges.
L'est ici que
tfhm$&
flS Win. of Ufm
pomds un pouvoir mer
retllsux. Pares qu'tant un
guratsur de sang Win-
carnii cre une aboudau
ce ue sang rouge, oeul et
rirliei|i| liinirlK' li-N roses
aux jouesdoiiiie ce (ltil
lenwnt aux yeoi i sur
charge tout le corps d'une
vitalit il o nue \ie non
\i Ile. I "psi g ti u r relu i|iie
plus le Lu im.ii mdecins
rvcominaiideiii W'incar
nis.
\< lie /. uni- bouteille de
W'inc i :- aujourd'hui.On
l'iui l'obtenir iJuiim luules
ISS l'liillin;i l-'.J MAKTIN. Agent-.
A louer
A l'tion-Villo urie ni>igon hipn
lltat eyant tou'es soa d^perd Micei
bassin, curie, remit* pto.
S adresser m Nj 1738 R ie Cour-
be.
\
CIGARETTES fj
Ed ESTEVT
PORT-au PRINCE
A \eDtire ^
L'ne proprit londs de la conter ance de l m^j,
ftade eur 78 de rrrhrdertr.ii
la rue Docttir Ai |Jfy, ciie -t
du Rstivoir, i oitait le No 181?
lour les ccnditione, n'idrn
Ve SVphrn Aie te au No l'J.v
Rie du l'ei pie.
: -ta
contre
i-
COFtfS"*.; AiOM
pronoz lcj
CLASSES
u. r LO.\r, PharmacisB,]
^'Ante r\
C EST II: vaiLLEO1
!ES J L'Mt Al IFS
roitT- a u-rrti*o3
tJlcr.Vt T U3; e'T'..ie AlBEKIBB
.-h.T.ne' du ,y j*tin tlARU
C ->i tu- m. tonna* P.Ct.vacH
A louer
Grande maison basse ( meol
Roe des Casernes. S'adresser
3; de la dite Rue.
Occasionexceplionnell
A VENDRE
*' .
_ l
Une auto Buick neuve ^fi?
d.Me 19 or 2.200
Une auto Buick^iVl^Ti^
peu roul or 1.701 i
Une auto Buick *-$ti\
sanle, en bon tal, pneus, cord neuis r ,?2i_
Un camion Chevrolet cJSiii
Chez Eugne LE BOSS,
05, Rue du Uuai,
TThTT?-----------*ttrtfe-----M------------------------~"
Grand rabais de 75o\o sur uit
assortiment de Cigarettes chez Mi
Bigio Frres
Angle de." rues Courbe et Fronts-ForU*
Anciens prix Nouveaux prix ,
Murad les KJMU Or 18 Mirjd les 1(XJ0 ;:
alima i lu l'atima *
liasse n f \q Hassan *
7.
C'jn.nlf" ,0msScH
*1J
PA UM Eh IVII En ^r^grta]
sas: wu-^^u'^tu^^w.wr. ^. as--8 -
Prescrit p
plui minenia
i^/SS


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM