<%BANNER%>







PAGE 1

LT y\!\ i i"N et de 1 Italie sont reconnus, sont in diques dans le mme document. Ua a PP r, s que t accord avait t 2LV i5 le dix aol le mme jour de la crmie publique de la signature du trait de paix avec la lurquie quoique l'accord ne oit P*s considr comme secret ; toute lois on ne l'a pas rendu public jusqui maintenant aprs un dlai de mois depuis sa signature. D ap.s ses propres clauses, le document devait entrer en vigueur et tre publi en mme temps que ie trait turc, mais la dette de son application est encore incertaine. bot /nab arborant le drapeau rouge et charg de munitions pour les nationalistes turcs Trbizonde a t coul dans la Mer noire prs de Batoura par un contre torpilleur franais mercredi du heures du soir. D'aprs les avis reus ici au jour d nui le Znaba coul aprs une terrible explosion. 22 hommes de K. 6 ont l lk prisonniers. "AK1S— Le ministre des aflaires trangres a reu de nouvelles dpches confirmant l'extrme gravit de Il position du gnral Wrangel.mais il ne les publie pas pour le moment. On exprime la crainte que la prise par les bolchvistes de Perekop tt du territoire avoismant qui est consi di comme la cl di.stokristhme ne mette srieusement en danger l'existence mme du gnral Wran gel en Crime l'assurance que l'on a dans les milieux franais que Wran gel serait en mesure de se retirer et de maintenir sa position en Crime permet d'esprer maintenant qu'il rsistera a l'assaut des bolchvistes. Mais mme s'il se retire en Cass, le problme d alimentation ae soa arme est difficile a rsoudre et re tomb.ra snr les paules de la Fiance Les iessouices ne la Crime sont in suffisantes pour l'arme du gnral et les milliers de rfugis qui l'ont suivi. WASH1NGTON-D aprs les avo cats intein. totaux une protestation olricielle du Japon contre l'adoption par la Caforoie de la nouvelle ici fonciie contre les trangeis devrait suivre le couis habituel des procdu /es diplomatiquesiune pareille action est-il expliqu serait comparable aux actes d'un avou dans la procduie d-un procs de lo; ; il sauvegardent la position du Japou dans les chan ges diplomatiques. On cioit savoir que le secrtaire Colby tt 1 ambassa ueur Shidera se sont mis d accord pour que la loi de Californie n'ait pas d'effets rtroactifs et ne s'appli que qu'aux nouveaux japonais ve nant aux Ltats Unis : on n'a pu savoir si cet accerd implique un arrt dans l'immigration japonaise comme on l'a du a Tokio. WASHINGTON-!* dpartement d'Eu! faitconntre que les citoyens amricains qui n tout rendus a l'tranger sans passepors am.icains mais avec des documents provenant des reprsentants des nations de leur premire patrie n'ont pas ncessairement perdu leur qualit de Ci toyen amricain mais qu'ils ont gra veraeut compromis leur loyalisme envers les lilats Unis. Les reptsen tants amricains l'tranger dcide ront pour chaque ca particulier lors que l'intress demandera son visa de retour. WASHINGTONLe gouvernement mexicain ayant saisi des mines de chaibon daLs l'Etat de Coahuila le dpartement d'Lut se prparerait a protester. Uuand il a t inform que le gouvernement mexicain n'ex pioiterait ces mines que pendant la grve des ouvriers les compagnies ont envisag cependant comme pro bable une intervention diplomatique des Etati Unis.les mues appartenant a des compagnies amricaines, fran Viises et anglaises. Le dpartement de la Marine a t inform que le p nmandant W. |. Te huna. gouvtr LttSl naval de Samoa, l'est suicide 1 j Novembre. WASHINGTONLprsident Wilaoo a prsent au Mciiftirs Daniels de mtre un cuirass la dis potitioo du prsident lu pour u % i! e que ce dernier compte faire dans la/ane du C mal de Panama k prsident a galement crit Mr IXuitll dotfiit a Monsieur Iltrding Je Yacht prsidentiel May FlOWei pour transporter le prsident lu et sa suite a Hamptan Koads pour se rendre a bord du cuirass Manon. Eugne Lt H. No 34 Port-au-Piince, le 6 Novem. 1920. Situation Gnrale // serait inexact de dire que la situation giurate em pire, une petite lueur semble vouloir ie faire voir, le ca/ arrive des campa g ns en petites quantits,si le planteur ie dcide vendre son caf aux prix dsiioirt actuels, ceci crerait tout de menu un peut mouvement d'affaires tant attendu. Farine. Depuis nofredernier numrro, les cables reut, de la lieckeriones ne signalent aucun changement dans les prix de la farine : Boule liouge S 13. 70 et Uungarian S 13. 3 Cil Port au Prince Sur place la situation reste galement sans i liante ment, les ventessont nulles. Arrivage cette semaine : 100 sacs Savon Babbiti. Le prix du Gold Bar est au/ourd Itui 11 1/2 net la U vre Fob .\ew York par lots de -230 caisses et plus. Champagne Hoederer. Utpui a hausse sur le Champ pqne les pri.i du Ihederer sont cts comme suit : Carte Blanche doux la bouteille 1rs. -22, Grand Vm sec et demi sec la bou eule frs. 23, Extra lh-< 1rs 23 —2 frs en plus pour les £$m\ bouteilles an lieu de 1 franc. Machines crira Underwood. rVoill avons reu par le dernier bateau un nouveau stock de machines crire Lnderu/ood : grand module chariot 8 8 12b' — et port util S 85. pr.ses en magasin Sous avons toujours en stock : Bire de Munich, Vins de Bordeaux,Ci m,ut Allas etc. Intorm fiaan. Taux Chque sur A )' Coton en balle brut Caf tri lel quel 1/2 0/0 5/8 0/0 pr. 94 et or la livre 7 cts or la livre 0 cts or la livre • > cts or la livre A vendre Une proprit fonda et b'issee, de la contenance rie \~> pieds de fagade sur 78 de profondeur, sise la rue Docteur Aubry, ci levant Hue du Kservoir, portant le No 1817. Four les conditions, s'adresser Me Stphen Aleite au No ltftf. la Hue du l'euple. Harding a dclin ,'oftre de Wilson qui lui avait tait tlgraphier qu il mettrait a sa disposition un navne de guerre pour le transporter a Pa nama o le prsident iu dsire faire un voyage. Mr Harding a exprim par tlgramme ses remerciements au pisd:nt Wilson en ajoutant qu'il avait dj pris toutes ses dis positions pour on voyage tt qu'il avait tetenu ses places a bord u-un navire de passigers. MAJUON— Hardrtg a dj com meuc a .nplir la piomesse qu'il a faite pendant sa campagne de con sulter les principaux peisonnages des Etats Unis au sujet d'une nou velle association des nations, il es pre ainsi qu'au moment de son en tre en fonction au mois de Mars il aura pos les bases d'un projet qui pourra obtenir l'assentiment de la nation. Les noms des personnes convoques n'ont pas t pub is mais en annonce l'office de Har dirg que la liste comprend des per sonnes hommes et femme, poss dant une connaissance apptolondie de nos relations exineuies. PAH1S— Une confrence intural lie des organisations leprstniant les combattants al,is du monde s'ouvrira a Parile 28 courant.* Les Etats Unis par l'ti tremise del Le gation amrica ne Paris l'Ange lerre, la Belgique, 1 Italie et la Tche co Slovaquie seiont r< prsents Des invita ions ont envoyes aux or ganisations G.i-cqu s, Japonaises, Polonaises, Portugaises et Yougo Slaves pour qu'elles envoient des reprsents n's W ASU1NGTONL'Ambassadeur anglaise dclara qui lui de la cessa non de la grve ues mineurs les rec trichons du chaibon sont leves. PARIS— Dollar 16.55 i|2 livre sterling 56 27 i|2 CIGARETTES Or ... 6 0 ^ milii* EdESTtiVE PORT-tu t'HINCE de Upai Faits Divers OBSERVATOIRE •DU PETIT SMINAIRE COU EGE ST MARTIAL RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES Diman h 7 Novembre 192c baromtre 761,1 minimum il.6 Temprature maximum j2 7 Moyenne diurne, 26.3 Ciel nuageux toute la journe. Orage passant par le Nord 6 h. Halo solaire i 9 h. Baromre presque constant. J.SCHERER Le Moniteur HH e Numro Je fftroedi du Journal Officiel publie : — Loi ouvraut un crdit de 4,000 dollars .iu Secrtaire d'Etat des Relations lxlrieures pour les Irais de dplacement et le sjour des dlgus de la Rpublique d'Hati i la 1re runion de I Assemble gnrale Je la Socit des Nations a Genve. — Arrt nommant une Commis^on pour grer jusqu'au* prochaines lections, les intrts de la commune de J.icmcl. — Ordonnance du Doyen du Tribunal de lire instance des Cayes filant l'ouvcrtu'e des assises Criminelles. — Procs verbal de brlirant de Deux cent trente cinq mille gourdes Je billets de caisse retraites 26*Octobre 1^20. Lgation d Italie A l'occasion du jlmfl anniversaire di la naissance du Roi d Italie, Sa Majest Victor Kminanutl III, le Charg des Affaires de la Lgation d'Italie, reeeven le 11 Novembre courant, de 10 heures a midi, en sa maison prive, 1200 Ave nue Jhon Brown, ses compatriotes ainsi ,ue les amis Je I Italico Comit hatien de l'Alliance franaise *i [occasion de l'anniversaire de l'armistice du rttour de l'Alsace et la delorraine a la France et du cinquantenaire de la Rpublique, les meiu bres du Comit hatien de 1 Alliance franaise sont, pris d assister J une messe solennelle qui sera" chante jeudi 11 Novembre .1 7 heures prcises du matin, en la Basilique Notre-Dame. A l'issue de celte crmonie, il y aura rception a la Lgation le Prance. Toujours la petite Vrole Hier un nouveau cas a t constat i Santo, plaine du Cul de SJC. Le malade a t Immdiatement transport a l'Bpital GaraL Bilement Roulement arrt par. la commission de Contrle du brlement pour le Mardi 9 Nbre. 1920. x dix heures prcises du matin. Union nationale cup*. Avis Steamer • Offeman d ht| the clevenlhoithU monh^fl passengets dire t i wr s ijJ Conseil d'Etat Tribunal Parquet Commune Prose Syndicat agents de chlnge Ordre des avocats Commerce Notaire Louis Aug. Guillaume Bfflm, Reauvoir Nevers Constant I au....i J l'ainson • Le Ncuvelhstet Aug.Ldm.Paul Lho Joseph Victor Mangonis Pascal Milleiy Dcs Nous enregistrons avec regret la nouvelle de la mort de Geoiges Pothel, dcd hier matin I ge de 51 ans. Ses luniailles auront lieu cet aprs-midi, en la Basil.que Notre Daine. Maison mortuaire: Rue du Poste Marchand No 1032. LK dlunt tait le frre de notre collaborateur Clment Pothel qui nous envoyons, ainsi qu'aux familles prouves, l'expression de nos sympathies — Nous avons appris avec regret la nouvelle de la mort de Pauimon Sam dcd avant hier. Ses lunrailles ont eu heu hier. Nos condolances aux lamtlkrs prouves. Un vol auciacieux IlSamedi apres-nnJi, Mme hugnia Louis a t victime d'un vol audacieux. Un ponefab qui transportait pour elle des marchandises trouva le moyen, chemin taisant, d'enlever du bac une valeur de 62, gouides. Lorsqu' l'arrive Mme Eugnia Louis s'apr ai du de main, l'homme tait dj paru s t Jonn la police. des Combattants ^ e r ? r,heridormatiOD m L Union N liooa'e des Combattants ( secon d Hati ) prie sts mtmbies, '.ous les franais et amis de la France en Hun, de bien vouloir assister .1 la mess-e solennelle qu'e le fera chanter Jeudi u Novem bre courant 1 sept heures prcises du matin en la Bisilique Notre Dame. Po r le Corr.ii, Frd.FATrON Port au-frince le 3 Novembre 1920 HEMORROIDK9 Qurison %  •-:., .>•; • l complote par In POMMADE OU OOCTEUft ZYLOH t %  TOI.F8 FORMAIT b£l\IN>>UE •PROPRETE — C0MN00II OONNi TOUJOURS UN RtSUI.TiT Uboratslrt 1UPR, S, rue Clurles-L.fl i Ktlllli trouver Port au Pia:2 le 8 N^vemb^* 1923 Paul CALICE r*ENTSRiTjg cl MALADIta GAETPO-INTESTIUrQUtRtSON r.r*TMHl % %  • % %  !'! %  '_. .r.r... Morcnre ni 0 !" L| Ita'.uani x(,r,:nnt j'"""""'''' '",'S 'AV!ODOL lK TJS dans i.:.e ! e fl.'ii dortfg. 1 S^ i* l-AMIOUOU CO Itut CoJw coup SANS RIVALES Ce sont les igarett DE L/V NATIOiXALE Apprcies leurjjusl valeur par lesgvrita* Mes connaisseurs.



PAGE 1

Onitrctme anne Nos M926 Port "ai: Prioce.Haiti Lundi S Novembre 192fl DIRECTEDR-PROPRIETAIRE ijment-MAGLOIRE MAGISTRAT COMMUNAL tf HUMER • 1) CEffTIIIl |B OIB a.00 OEPARTMKNT moi jillDOiB 17 RANGER G. 2 50 7.(W 8 01 Quotidien Quelque chose que vous lassiez, faites-le ^propos, faites-le avec la ;deraire exactitude, et jamals supiTlieielleinent. CHESTERP1BLD mnonces sont reues au Comptoir Ir; pnal de Pub'iri'. 9 Rue Tronchrt, Ft. l 9 il, 2J. Ludgate HiFi Londres, REDACTION; Rue Amricaine No, lift* TBLEPHOM A Propos de la Prohibition Aux ^es de Bordeaux liquidations actuelles des stocks mite de la baisse formidable produite sur les marciia lune; un certain norrbro de i commerce de notre plag'sgit do tout le mareb -se trouvent accules ition asstz dsesprante intresser le lise hatien a i qu'elle fait naitre. prob'mes cononi ques o:it particulier (|u'ila naissent mmes et qu.ils ne peuvent quecit pas les ignorerCe M qui tablissent le mieui %  boas: car, et c'est une vrit trop souvent de vue. la fcouomique est surtout uno iobservation. Couvons tout de suite uno dece que nous disons dans wne mmo de baisse qui It aux Etats-Unis, Cette le sait, est en pii.ucipe it le bjsoiu de ilco..ga ion•reli amricain on'tat da ton et une aoihcidoo la tir suite des mesures de liooptises un peu partout, et it ei Kuropo, en vue de one balance commerciale ils puduc io'i amricaine clientle de pieii' urs te Ire en proportion Elle s'eut littiouve expose soit a Mita un ralentissement de |yen de la baisse, wir disposition pour faire •"fus de la clientle subisœms les exigences da la i-Sana douta, ce moyen est We provisoire, car, vu la la main d'œuvre amri ••cot lev des frais de '• I s ateliers et les fabri Pourraient pas longtemps 'f ce rgime de la baisse Jow peut Ira. par, , pre!" j: c'est que, dus des eir ^> pareilles, la produe ion ^Jjerce amricains n aient !" recourir leurs l'ouL"" 1C8 Pour une solution lJ*" 8 8'ave situation. En %  • %  les mesures relatives •"oeb ont t demandes r et votes par eux Ce —5'occasion d'une brillante %  ^ Q lur les avantages et les qu'offrent les pays cultive prive et sur la %  wWicit6 de leurs ma• %  m nous nous bornons '• fit. "Cot i,. j eu et i enchaiue 1 S erie de phnomnes l*E B pr jdu 'teu ce ino^s œ arcllb n egt qu>un3 La vie chre, dune Jjon. ^'et 81 !,!;"' nancirts. co telles is •..-uv.jcitb, telles s £i?r?m le8 c l,arBe8 et l importation. ont ferm L QQ monde les au d au principaux commerce Co2J liricaiD on peut U S Ct tf PortaUou en ^Production et lu fabrica lionsurprises par ce fjheux et t do choses et menaces de fail'iie par dficit de clien le, baissent le prix des produits pour le mettre la porte des achet jrs! a situation se prs n'ant ainsi no3 portes, c ett la faillite imminente pour les commerants de n. tre place qui ont un stock achet sur la base d'un tarif de hausse et qui ne dispo sent pas de moyens financiers leur permettant d'attendre Ils ont semi immdiatement quelremde peut tre appliqu au malaise subit qui en vu hit ainsi les affaires : des mesures rt strictives ayant pour effet de retarder les ellets sur le march ballieo de cette situation extrieure aussi ''vi! qu'ina'tendue. Leur intaYi dans cette dmarche est certes vident. Mais cet int't es'-il contraire celui d9 l'Etat ou celui des consommateurs, c.es.-a due a I intrt public ou> au contraire, i iotit public es -il dan3 es d'accord avec celui des importa* taus que ctttesituation embarras**? C'est ce que nous vouions brivement examinerD'abord 1 intrtd l'Etat. L'intrt da l'Etat ha ien dna cette ques ion est triple : il est d'abord lis :-l; il doit tre envisag, eu second lieu, au point de vue de la bianche d'activit que constitue le commerce; et en troisima lieu, au peint de vue de la consommation. H n'est pas besoin de beaucuoj d'eflorts pour dmontrer que la situation est faite pour restreindre l'importation en ce qui concerne la plupart des articles alfects par la baisseCet e restriction no rurerail elle qu'une parie da 1 exercice administra if qui vient de souvrr, qu'elle serait de nature & exposer U vie normale de 1 Etat pendant si dure et mmo au-del, car les pre miers mois de l'exercice se trouvent tre ceux mmes de larco'te, c est .lutceu*. de notre plus grande im portation, et il va de soi qu'une fois les mois de la rcolte passs, ce n est pas pendant la morte saison que 1 Etat pourrait compter sur uns rparation de son dlicit. Nous prvoyons 1 objection : on peut d re que si on applique 1 1 situation une im sure de prohibition le dlicit dans la lce te douanire u'existera pas moins. Certes, et ces prcisment ce qui prouve que i tout tat de cause 1 Etat a un intrt capital dans la question qui le force intervenir pour ne pas aggraver davphtage une situation qui sannon ce dj aufdsamment mauvaise. | (Un peut encore dire que' ai les importa eurs les plus frapps taient obligs de fermer leurs portes, ce serait tant mieux pour les nouveaux venus qui ne manqueraient pas de venir B'.ablii leur place. Hlas jetez donc les yeux sur la classe de nos commerants t laits dj parues shuatiens antrieures sa char pente la plus rsistante et la plus solide et dites s'il appa.ait que, les commerants actuels disparus; d'autres vieDdroai comme l'envi s'installer sur leurs ruines O sout les capitaux:' o est le crdit? Savez vous de quoi est faite la situation de ceux qui occupent en ce moment U place? Et, en attendant que ce replacement ait lieu, car cela pren drait bien quelqua temps, — cointuent 1 E at vivrait il. lui qui est dj menac de vivre si mal pendant La jours qui s'annoncent? L'intrt fiscal de l'Etat est, n'en paa doutercelui d'un homme d'alE. BERE1X, Propritaire Viennent d'arriver Poires, pommes, eboux fleurs, cleri, rais ris, 'roua Camenb >ri et lioqueorl, huitn -, i faires qui voit tes clients mpnacl : il doit les assster, CM Importateurs qui sont pour lui des clients vieux e habituels, leur ollrir des facilits pour traverser les mnuvas jours. Cest d'ailleurs en principe le moyeu indiqu par la dcision de M. F qi'ire en suggrant aux importa teurs de demmder des arrangeunn 1 leurs banquiers, avec cetie diff rence que le point de vue de air Fquire isole l'intrt de l'Etat eu le montrant comme tranger dan; les arrangements suggrs 11 est certain que les banquiers qui d'ailleurs out particip a la dmarelu dts commerant!ont iatart seconder de leur action celle de l'Etat et il n'est pas probante qu'ils y manquen > A part son intrt fiscall'Etat a un devoir social de protection a exercer dans citte eu constance u l'gard de la cla-.:e d ^commercial comme ailleurs uon^ voyons pren dro des mesures do protection envers toutes les classa qui exercent leur activit dans les affaires. Eu empchant que notre march soif tout coup et bans transition sovani pir un flot de miren m dises acha-es a la bai-se, il permettra aux dten teu s de s'.O kl actuels de las 1 qui dar sans tro<9 do pertes et sans que cette liquidai ou entrains pjur eux la iiua-. Au rea'e, dj le mouvemaut de 1 quidatiou se p. J nonce. Et naturellement les a.luteurs en proliteut. Ma s quel sera pour eux le lendemain de cet; liquidations haiives? .Ne sont-eiLs pis siivies dune rareta de certains articles qui sera la consqueu^e de la miiance et de la prudence que la conjoncture actuelle aura a bon droit inspires aux importateurs.' Cee liquidations, au surplus, n'autou .ailes pas pour effet d accjmuier i s inircnaniii entre les mains d autres commer iiits qui les aeront aolietees en lots pour lei revenue .ux consom uiateuia ave: de bueicea even tuelsqui contrarieront pour ceux-ci les avantages attendus de la baisse amricaine? A la laveur de ce liqui latiois, les comme ints ne jetterou:-iL-i pas sur le march dei stocks J artistes avaris ou de mauvaise ; i .. '•, trompant ainsi le consom utteur et le rendant dapo d'une combinaison ne lui offran'. que des avantages apparents? four toutej ces v msidradoni, nous nous proaonois en lavedr d nne prohibition lira t te, permettant de liquider les socki uc uel.s dans des conditions uvan u,;-a c, pour les cousomma.turs EQ limitaut la durJ de la prolnhi lion, on doane au commerant t U fois 1 occasion de se presser dans l'coulement de son atock et n. M de faire des combinaisons diLto:rta capables de composer leurs pertes. Od prpareraeu outre, la voie au rgime nouveau n de la baisse, en peimettant uos bauquirs, nos commerants et nos Hommes d'affaires de prendre leurs dispositions d'adaptation. Mais cet arrangement na saurait aller Saus une nxatiou et un coutr le des prix de vente et l'gard des articles qui feront lob/ t de la pro hibiuoo, nou* serons obligs de (airs un pas eu arrire pour reveuir au rg ; me en vigueui pendes' la %  ts ra en ce i[ui coni % %  • la i dii ;hi i a t' 1 m ti ir n beisae a< luels au\ n i la situation i or ntsursUne si accs? contre lea iprontenrai et todi eux qi.i tenter^ %  ntdintroduire des nb s dans 1 flon de ce ; pro viso %  ienl prises foui mettre V'o l es tpi'i ; i .s croyo ; i poar en -it v, r dans cette : tons les iol taen jeo, au si rei tables u si ue autn Noai E ;res 7 Kovem PARIS Lei ux de Paris commentant •• ; ii P ecdon amneame : at a dire i-' su,' d ; d ; ai rieur Harding tst uno de! uo !!,.,(•: • do Is Socit dee Na ion telle qu'elle a t tablie fir le pacte de Wil-on L'lecton amricain est au^gi un mauv-us jour pour 1 1 BOcialisme.L is s n. 1 1 ji out tentir da-is le m >nd i Qtter. L'intransigeant dclare quau pOiUC dj vue ti i c'est un su c r It se uteur Uardmg a sou vaut exprim aon amiti pour lu France eu lui dclarant qu e le trouverai) en lui un alliellardlng n'abandoni 'pas lea trsditious qn! unissent le nouvel i;i >uds s 11 France.Les lec lions aux (Etats Unis ont aoasi lu-i mnieux ttuanciers dans l'anxit it 1 incertitude la plus gi inde. Le dollar a mont de tgt points. Les spcuia'.eurd se sont mon trs reservsel les transactions ont t trs cal m s. BSAKIONI Uarding a aujourd'boJ tourne tou.s so i a tant o.i vers le rapoa it ii rcration a/ant da s'occuper do formuler aes projeta dadmioistratioo' Il u ti ite itiou dj taire un vrai voyage qui ii permettra de passer deus imaines de'repos sur les cotes du L'axas tt une samaine dans la ZJOS da canal de Panami avant di i occuper d) choisir SJ.I jabinet <•, de prparer le travail {U 11 se proposa de faire apr- lo ptem: !< %  i ; >rs. uiMiv 1.1 en i ibrs i ra 1 1 1 ren tri IJ b discuura lea rforms loralea. PARIS Le Peut Pa dll IU'JII doubi..' ce iraol se maolfea e parmi les pupute. Les uni rclamant la dise ifS on im.ndia e du proji t s prouvent des pertes les, sur le ir. nt de Smyrne les K?raaliste4 t nt epirent nne oifen sive Descomb ts sanglante se dloulrent Les kemalistes en droute i s graves sur l front srmnieBS les troupes aim ni .mes prirent Sarikamumue. VARSOVir. Le gnral /-Ivouski an !• Janvier les, lections de lu ronsti onr le territoire de la unie centrelo. PARIS — IMusieura journaux an r.oucent qu' la suite de l'entrevue uemand directeur du travail se i-taire du comit central iloilatants des char bannges araient disposs eofiaa in sur la conven lion nationale rclame par la fd ration du sous sol pour fixer dans i i et le rgime du travail. Cette i o serait dit ont dnue do ton ieraent. SALAMANOUE -La grve continue sans in LdenL t )u craint que Us t le mouvement. banques sont gudes par les Il CM,, '.. PARb— Au cours dune ngo:iatioa A laquelle participe le gouvernement tilien les gouvernem mis britannique a francii s'accordrent pour que la p OCC dfl licoumilitaire interallie de co:it le p ;i iiatioa en Turquie so l dvolue pend ni h pie trire pliode cLeti.roa d:ux aus un otii iei gnrai anglais; et oiti.ir conimml^ra aussi ; usembll dei forces allies q il m vs ta di l siti doivent rester tl toanes dans la oae du dtroit. Li prsileacs d; It commission li ni ira s-rait contid pour cou minier n repiisnttet Ira i as Li' i : au lit 11 pria le ace d.: U commisitoi des cneminide fer. P^RIS— L'ie dip;he Je Bjriin annonce ras les goivernem:ati aiisad ii pe'onaii cojclur^.n ua a:cord aui i.i | t I te goaver po 0U '... .i I'OI SJ [i passage i iravs i la Pologu les prtssaaieri i| smmls ^iijjago i. li.. i i ni rci>ro)as d; lie aux autoii'.s alina^adai !• • -.n iJs de L'arme ,: faits p : ioani:rs peojiat U ci pi -,. i itre les balchivietes. PARIS i};.mtJ,ex directeur da sor.-i.: .• i..o tecturs Je U vills J; Par., u: ia. M\R10N— Les tumeurs coicernaac le cabiuc: futur du prsiletu mentonaenDugher'y Maagec rpub i: M ou W.ckirsriain i la |USti Week-, ex membre de U commis* '^on J* la mirine, serait Jisigii pour tedpi temeat dt h marias. Rodgi Rwt K u.v ou llj^ii.'i sacr1 VV i:e je iras ISIS a.^ri 0 'II -ajjjr.i ,'u (rien' u.', : : rcp;tintinl Eh au :om mer ce. i ej autres resa louni pur ,Ci aul s son; .PeiLUiRick. tirjA'n et i<>b os. ,; L r mee, i'Aigleterre u 4 tripla accorl 1 %  • >mj ts r. Is i .%  -. i matnteaii c .-u raqaia. ' Ziiesdins lesquelles \es tutreii. respectili J c U t-'rance r ,.**


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05258
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, November 08, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05258

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Onitrctme anne Nos M926
Port "ai: Prioce.Haiti
Lundi S Novembre 192fl
DIRECTEDR-PROPRIETAIRE
ijment-MAGLOIRE
Magistrat Communal
tf HUMER 1) CEffTIIIl
|Boib a.00
OEPARTMKNT
moi
jillDOiB
17 RANGER
G. 2 50
7.(W
. 8 01
Quotidien
Quelque chose que vous
lassiez, faites-le ^pro-
pos, faites-le avec la ;der-
aire exactitude, et ja-
mals supiTlieielleinent.
CHESTERP1BLD
mnonces sont reues au Comptoir Ir;
pnal de Pub'iri'. 9 Rue Tronchrt, Ft.
l9, il, 2J. Ludgate HiFi Londres,
REDACTION; Rue Amricaine No, lift*
TBLEPHOM
A Propos de la Prohibition Aux ^es de Bordeaux
liquidations actuelles des stocks
mite de la baisse formidable
produite sur les marciia
lune; un certain norrbro de
i commerce de notre pla-
g'sgit do tout le mareb
-se trouvent accules
ition asstz dsesprante
intresser le lise hatien a i
qu'elle fait naitre.
prob'mes cononi ques o:it
particulier (|u'ila naissent
mmes et qu.ils ne peuvent
quecit pas les ignorer- Ce
M qui tablissent le mieui
boas: car, et c'est une vrit
trop souvent de vue. la
fcouomique est surtout uno
iobservation.
Couvons tout de suite uno
dece que nous disons dans
wne mmo de baisse qui
It aux Etats-Unis, Cette
le sait, est en pii.ucipe it
le bjsoiu de ilco..ga ion-
reli amricain on'tat da
ton et une aoihcidoo la
tir suite des mesures de
liooptises un peu partout, et
it ei Kuropo, en vue de
one balance commerciale
ils puduc io'i amricaine
clientle de pieii' urs te
Ire en proportion Elle s'eut
littiouve expose soit a
Mita un ralentissement de
| linution de eon pertonnel.
imagine un ius ant ce que,
P*ya e production intense
lei Etats-Unis, serait cette
frappaut tous les ordres
illeurs/ Ce serait presque la
ipersonueset des familbs
celle des ateliers.
entre deux ma x et plus
leoi entre un plus grand
ii il faut toujours choisir le
liproductiou tt le mareb
se ont mis d'accord pour
f* ce m >yen de la baisse,
wir disposition pour faire
"fus de la clientle subis-
ms les exigences da la
i-Sana douta, ce moyen est
We provisoire, car, vu la
* la main d'uvre amri
cot lev des frais de
' I s ateliers et les fabri
Pourraient pas longtemps
'f ce rgime de la baisse
Jow peut Ira. par, , pre-
j: c'est que, dus des eir
^> pareilles, la produe ion
^Jjerce amricains n aient
* recourir leurs l'ou-
L""1C8 Pour une solution l-
J*"8 8'ave situation. En
les mesures relatives
"oeb ont t demandes
"r et votes par eux Ce
5'occasion d'une brillante
^Q lur les avantages et les
qu'offrent les pays
cultive prive et sur la
wWicit6 de leurs ma-
m nous nous bornons
" ' fit.
"Cot i,. jeu et i enchaiue.
* 1 .Serie de phnomnes
l*EB prjdu'teu ce ino-
^s arcllb n.egt qu>un3
La vie chre, dune
Jjon.
^'et81!,!;"'
nancirts.
co
telles is
. ..-uv.jcitb, telles s
i?r?mle8,cl,arBe8. et
l importation.
ont
ferm
LQQ monde
les
au
d au
principaux
commerce
Co2J'liricaiD. on peut
' U SCt tfPortaUou en
^Production et lu fabrica
lion- surprises par ce fjheux et t
do choses et menaces de fail'iie
par dficit de clien le, baissent le
prix des produits pour le mettre
la porte des achet jrs-
! a situation se prs n'ant ainsi
no3 portes, c ett la faillite imminente
pour les commerants de n. tre place
qui ont un stock achet sur la base
d'un tarif de hausse et qui ne dispo
sent pas de moyens financiers leur
permettant d'attendre Ils ont semi
immdiatement quel- remde peut
tre appliqu au malaise subit qui
en vu hit ainsi les affaires : des mesu-
res rt strictives ayant pour effet de
retarder les ellets sur le march
ballieo de cette situation extrieure
aussi ''vi! qu'ina'tendue.
Leur intaYi dans cette dmarche
est certes vident. Mais cet int't
es'-il contraire celui d9 l'Etat ou
celui des consommateurs, c.es.-a
due a I intrt public ou> au con-
traire, i iotit public es -il dan3 es
d'accord avec celui des importa*
taus que ctttesituation embarras**?
C'est ce que nous vouions brive-
ment examiner- D'abord 1 intrtd
l'Etat.
L'intrt da l'Etat ha ien dna
cette ques ion est triple : il est d'a-
bord lis :-l; il doit tre envisag, eu
second lieu, au point de vue de la
bianche d'activit que constitue le
commerce; et en troisima lieu, au
peint de vue de la consommation.
H n'est pas besoin de beaucuoj
d'eflorts pour dmontrer que la si-
tuation est faite pour restreindre
l'importation en ce qui concerne la
plupart des articles alfects par la
baisse- Cet e restriction no rurerail
elle qu'une parie da 1 exercice ad-
ministra if qui vient de souvrr,
qu'elle serait de nature & exposer U
vie normale de 1 Etat pendant si
dure et mmo au-del, car les pre
miers mois de l'exercice se trouvent
tre ceux mmes de larco'te, c est
.lut- ceu*. de notre plus grande im
portation, et il va de soi qu'une fois
les mois de la rcolte passs, ce
n est pas pendant la morte saison
que 1 Etat pourrait compter sur uns
rparation de son dlicit.
Nous prvoyons 1 objection : on
peut d re que si on applique 11
situation une im sure de prohibition
le dlicit dans la lce te douanire
u'existera pas moins. Certes, et ces
prcisment ce qui prouve que i
tout tat de cause 1 Etat a un intrt
capital dans la question qui le force
intervenir pour ne pas aggraver
davphtage une situation qui sannon
ce dj aufdsamment mauvaise.
| (Un peut encore dire que' ai les
importa eurs les plus frapps taient
obligs de fermer leurs portes, ce
serait tant mieux pour les nouveaux
venus qui ne manqueraient pas de
venir B'.ablii leur place. Hlas !
jetez donc les yeux sur la classe de
nos commerants t laits dj par-
ues shuatiens antrieures sa char
pente la plus rsistante et la plus
solide et dites s'il appa.ait que, les
commerants actuels disparus; d'au-
tres vieDdroai comme l'envi s'ins-
taller sur leurs ruines O sout les
capitaux:' o est le crdit? Savez
vous de quoi est faite la situation
de ceux qui occupent en ce moment
U place? Et, en attendant que ce
replacement ait lieu, car cela pren
drait bien quelqua temps, coin-
tuent 1 E at vivrait il. lui qui est dj
menac de vivre si mal pendant La
jours qui s'annoncent?
L'intrt fiscal de l'Etat est, n'en
paa douter- celui d'un homme d'al-
E. BERE1X, Propritaire
Viennent d'arriver
Poires, pommes, eboux fleurs, cleri, rais ris, 'roua
Camenb >ri et lioqueorl, huitn -, i
faires qui voit tes clients mpnacl :
il doit les assster, cm Importateurs
qui sont pour lui des clients vieux
e habituels, leur ollrir des facilits
pour traverser les mnuvas jours.
Cest d'ailleurs en principe le moyeu
indiqu par la dcision de M. F
qi'ire en suggrant aux importa
teurs de demmder des arrangeunn1*
leurs banquiers, avec cetie diff
rence que le point de vue de air
Fquire isole l'intrt de l'Etat eu
le montrant comme tranger dan;
les arrangements suggrs 11 est
certain que les banquiers qui d'ail-
leurs out particip a la dmarelu
dts commerant!- ont iatart se-
conder de leur action celle de l'Etat
et il n'est pas probante qu'ils y
manquen >
A part son intrt fiscal- l'Etat a
un devoir social de protection a
exercer dans citte eu constance u
l'gard de la cla-.:e d ^commercial-
comme ailleurs uon^ voyons pren
dro des mesures do protection en-
vers toutes les classa qui exercent
leur activit dans les affaires. Eu
empchant que notre march soif
tout coup et bans transition sovani
pir un flot de miren m dises acha-es
a la bai-se, il permettra aux dten
teu s de s'.O kl actuels de las 1 qui
dar sans tro<9 do pertes et sans que
cette liquidai ou entrains pjur eux
la iiua-.
Au rea'e, dj le mouvemaut de
1 quidatiou se p. jnonce.
Et naturellement les a.luteurs en
proliteut. Ma s quel sera pour eux le
lendemain de cet; liquidations haii-
ves? .Ne sont-eiLs pis siivies dune
rareta de certains articles qui sera la
consqueu^e de la miiance et de la
prudence que la conjoncture ac-
tuelle aura a bon droit inspires
aux importateurs.' Cee liquidations,
au surplus, n'autou .ailes pas pour
effet d accjmuier i s inircnaniii
entre les mains d autres commer
iiits qui les aeront aolietees en
lots pour lei revenue .ux consom
uiateuia ave: de bueicea even
tuelsqui contrarieront pour ceux-ci
les avantages attendus de la baisse
amricaine?
a la laveur de ce liqui latiois, les
comme ints ne jetterou:-iL-i pas sur
le march dei stocks J artistes ava-
ris ou de mauvaise ; i .. ', trom-
pant ainsi le consom utteur et le
rendant dapo d'une combinaison ne
lui offran'. que des avantages appa-
rents?
four toutej ces v msidradoni,
nous nous proaonois en lavedr
d nne prohibition lira t te, permettant
de liquider les socki uc uel.s dans
des conditions uvan u,;-a c, pour
les cousomma.turs
Eq limitaut la durJ de la prolnhi
lion, on doane au commerant t U
fois 1 occasion de se presser dans
l'coulement de son atock et n. m
de faire des combinaisons diLto:rta
capables de composer leurs pertes.
Od prparera- eu outre, la voie au
rgime nouveau n de la baisse, en
peimettant uos bauquirs, nos
commerants et nos Hommes d'af-
faires de prendre leurs dispositions
d'adaptation.
Mais cet arrangement na saurait
aller Saus une nxatiou et un coutr
le des prix de vente et l'gard des
articles qui feront lob/ t de la pro
hibiuoo, nou* serons obligs de (airs
un pas eu arrire pour reveuir au
rg;me en vigueui pendes' la ts ra
en ce i[ui coni
' la i dii ;hi i a t'1
m ti ir n
beisae a< luels
au\ n i la situation i
! or ntsurs-
Une si accs?
contre lea iprontenrai et todi eux
qi.i tenter^ ntdintroduire des nb s
dans 1 flon de ce ; pro
viso ienl prises
foui mettre
V'o l es tpi'i ;
i .s croyo ; i poar
en -it v, r dans cette :
tons les iol taen jeo, au si rei
tables u si ue autn
Noai E ;res
7 Kovem
PARIS Lei ux de Paris
commentant ; ii P ecdon
amneame : at a dire
i-' su,' d ; d ; ai rieur Harding tst
uno de! u- o !!,.,(: do Is Socit
dee Na ion telle qu'elle a t tablie
fir le pacte de Wil-on
L'lecton amricain est au^gi un
mauv-us jour pour 11 BOcialisme.L is
s n.11 ji out tentir da-is le m >nd i q-
tter. L'intransigeant dclare quau
pOiUC dj vue ti i c'est un su
c r It se uteur Uardmg a sou vaut
exprim aon amiti pour lu France
eu lui dclarant qu e le trouverai) en
lui un allie- llardlng n'abandoni
'pas lea trsditious qn! unissent le
nouvel i;i >uds s 11 France.Les lec
lions aux (Etats Unis ont aoasi lu-i
mnieux ttuanciers dans l'anxit it
1 incertitude la plus gi inde.
Le dollar a mont de tgt points.
Les spcuia'.eurd se sont mon
trs reservsel les transactions ont
t trs cal m s.
bsAKIONi Uarding a aujourd'boJ
tourne tou.s so i a tant o.i vers le
rapoa it ii rcration a/ant da s'oc-
cuper do formuler aes projeta dad-
mioistratioo' Il u ti ite itiou dj taire
un vrai voyage qui ii
permettra de passer deus imaines
de'repos sur les cotes du L'axas tt
une samaine dans la zjos da canal
de Panami avant di i occuper d)
choisir sj.i jabinet <, de prparer le
travail {U 11 se proposa de faire
apr- lo ptem: !< i ; >rs.
uiMiv 1.1 en i ibrs i ra 111 ren
tri ij b discuura lea rforms
loralea.
PARIS Le Peut Pa dll iu'jii
doubi..' ce iraol se maolfea e parmi
les pupute. Les uni rclamant la
dise ifS on im.ndia e du proji t crdits las autres s un ini n
d-ajournar celce di ic II i m juaqu
janvier.
mLI.N. A i Iv iclnt'ig la ministre
dei n inc i i'i io '.. i i : .
b-iebies alismands davront pa
ttaua retard le piemio. : ira | i
pd i aui e capital. Le produits d
premire tranobe est value a
m ii ren e n|. i lamor
tisseuie.it de la dette tlottaale.
ADH10. I--s souverains parti-
rent dans la aOire a des lia ition de
t'aud ui te roi via tera tiili irand-
CONiTANflN )PJ B. L'ai'.e gau
Jj A'.-nvjj rejoaisi s t*j
t iqne la s d i pont droite il d-
c ai ur.e contio attsque. I n si-
gnale des pertes U ordei des deux
ct .
PARIS. Un radiotlgramme de
M annonce qu'en crtmee un
viole t combat eut lien On signale
m prisonniers prs
ds Is a 'ion desakovaet l'occupa
tion G i nitob Btk.
(NSTANTINOPLE- Lea combats
e tre les Kemali%tes et les torces
Hellniques se poursuivent intensi-
lentdaas le secteur de Hrousse
es II >s prouvent des pertes
les, sur le ir. nt de Smyrne
les K?raaliste4 t nt epirent nne oifen
sive Descomb ts sanglante se d-
loulrent Les kemalistes en droute
i s graves sur l
front srmnieBS les troupes aim
ni .mes prirent Sarikamumue.
VARSOVir. Le gnral /-Ivouski
an ! Janvier les, lections de lu
ronsti onr le territoire de la
unie centrelo.
PARIS IMusieura journaux an
r.oucent qu' la suite de l'entrevue
uemand directeur du travail
se i-taire du comit central
iloilatants des char
bannges araient disposs eofiaa
in sur la conven
lion nationale rclame par la fd
ration du sous sol pour fixer dans
i i et le rgime
du travail. Cette i o serait
dit ont dnue do ton ieraent.
SALAMANOUE -La grve conti-
nue sans in LdenL t )u craint que Us
t le mouvement.
banques sont gudes par les
Il CM,, '..
PARb Au cours dune ngo:ia-
tioa A laquelle participe le gouver-
nement tilien les gouvernem mis
britannique a francii s'accordrent
pour que la p OCC dfl licou-
militaire interallie de co:i-
t le p ;i iiatioa en Turquie
so l dvolue pend ni h pie trire
pliode cLeti.roa d:ux aus un ot-
ii iei gnrai anglais; et oiti.ir
conimml^ra aussi ; usembll dei
forces allies q il m vs ta di l siti
doivent rester tl toanes dans la
oae du dtroit. Li prsileacs d; It
commission li ni ira s-rait contid
pour cou minier n repiisnttet
Ira i as Li' i : au lit 11 pria le ace
d.: U commisitoi des cneminide
fer.
P^RIS L'ie dip;he Je Bjriin
annonce ras les goivernem:ati ai-
isad ii pe'onaii cojclur^.n ua
a:cord aui i.i | t I te goaver
' po 0U '... .i i'oi sj [i passage
i iravs i la Pologu les prtssaaieri
i| smmls ^iijja-
g- o i. li..i i ni rci>ro)as d;
lie aux autoii'.s alina^adai
! -.n iJs de L'arme
,: faits p : ioani:rs peojiat U
ci pi -,. i itre les balchivietes.
PARIS i};.mtJ,ex directeur da
sor.-i.: . i..o tecturs Je U vills J;
Par., u: ia.
M\R10N Les tumeurs coicer-
naac le cabiuc: futur du prsiletu
mentonaen- Dugher'y Maagec r-
pub i: m ou W.ckirsriain i la |USti
Week-, ex membre de U commis*
'^on J* la mirine, serait Jisigii
pour tedpi temeat dt h marias.
Rodgi Rwt K u.v ou llj^ii.'i sacr-
1 VV i:e je iras ISIS a.^ri
0 '- II -ajjjr.i ,'u (ri-
en' u.', : : rcp;tintinl Eh au :om
mer ce. i ej autres resa louni pur
,Ci aul s son; .- PeiLUiRick.
tirjA'n et i<>b os.
,; L r mee, i'Aigleterre
u 4 tripla accorl
1 >mj ts r. Is i .-
-. i matnteaii
c .-u raqaia.
' Ziiesdins lesquelles
\es tutreii. respectili Jc U t-'rance
r ,.**


lt y\!\ i i"N
et de 1 Italie sont reconnus, sont in
diques dans le mme document.
Ua aPPr,s que t accord avait t
2LV i5 le dix aol le mme
jour de la crmie publique de la
signature du trait de paix avec la
lurquie quoique l'accord ne oit
P*s considr comme secret ; toute
lois on ne l'a pas rendu public jus-
qui maintenant aprs un dlai de
mois depuis sa signature. D ap.s
ses propres clauses, le document de-
vait entrer en vigueur et tre publi
en mme temps que ie trait turc,
mais la dette de son application est
encore incertaine.
bot /nab arborant le drapeau rou-
ge et charg de munitions pour les
nationalistes turcs Trbizonde a
t coul dans la Mer noire prs de
Batoura par un contre torpilleur
franais mercredi du heures du
soir. D'aprs les avis reus ici au jour
d nui le Znaba coul aprs une
terrible explosion. 22 hommes de
K.6 ont l lk prisonniers.
"AK1S Le ministre des aflaires
trangres a reu de nouvelles dp-
ches confirmant l'extrme gravit de
Il position du gnral Wrangel.mais
il ne les publie pas pour le moment.
On exprime la crainte que la prise
par les bolchvistes de Perekop tt
du territoire avoismant qui est consi
di comme la cl di.stokristhme
ne mette srieusement en danger
l'existence mme du gnral Wran
gel en Crime l'assurance que l'on a
dans les milieux franais que Wran
gel serait en mesure de se retirer et
de maintenir sa position en Crime
permet d'esprer maintenant qu'il
rsistera a l'assaut des bolchvistes.
Mais mme s'il se retire en Cass,
le problme d alimentation ae soa
arme est difficile a rsoudre et re
tomb.ra snr les paules de la Fiance
Les iessouices ne la Crime sont in
suffisantes pour l'arme du gnral
et les milliers de rfugis qui l'ont
suivi.
WASH1NGTON-D aprs les avo
cats intein. totaux une protestation
olricielle du Japon contre l'adoption
par la Caforoie de la nouvelle ici
fonciie contre les trangeis devrait
suivre le couis habituel des procdu
/es diplomatiquesiune pareille action
est-il expliqu serait comparable aux
actes d'un avou dans la procduie
d-un procs de lo; ; il sauvegardent
la position du Japou dans les chan
ges diplomatiques. On cioit savoir
que le secrtaire Colby tt 1 ambassa
ueur Shidera se sont mis d accord
pour que la loi de Californie n'ait
pas d'effets rtroactifs et ne s'appli
que qu'aux nouveaux japonais ve
nant aux Ltats Unis : on n'a pu sa-
voir si cet accerd implique un arrt
dans l'immigration japonaise comme
on l'a du a Tokio.
WASHINGTON-!* dpartement
d'Eu! faitconntre que les citoyens
amricains qui n tout rendus a l'-
tranger sans passepors am.icains
mais avec des documents provenant
des reprsentants des nations de
leur premire patrie n'ont pas nces-
sairement perdu leur qualit de Ci
toyen amricain mais qu'ils ont gra
veraeut compromis leur loyalisme
envers les lilats Unis. Les reptsen
tants amricains l'tranger dcide
ront pour chaque ca particulier lors
que l'intress demandera son visa
de retour.
WASHINGTON- Le gouverne-
ment mexicain ayant saisi des mines
de chaibon daLs l'Etat de Coahuila
le dpartement d'Lut se prparerait
a protester. Uuand il a t inform
que le gouvernement mexicain n'ex
pioiterait ces mines que pendant la
grve des ouvriers les compagnies
ont envisag cependant comme pro
bable une intervention diplomatique
des Etati Unis.les mues appartenant
a des compagnies amricaines, fran
Viises et anglaises. Le dpartement
de la Marine a t inform que le
p nmandant W. |. Te huna. gouvtr
LttSl naval de Samoa, l'est suicide
1 j Novembre.
WASHINGTON- L- prsident
Wilaoo a prsent au Mciiftirs Da-
niels de mtre un cuirass la dis
potitioo du prsident lu pour u
?i! e que ce dernier compte faire
dans la/ane du C mal de Panama
k prsident a galement crit Mr
IXuitll dotfiit a Monsieur Iltrding
Je Yacht prsidentiel May FlOWei
pour transporter le prsident lu et
sa suite a Hamptan Koads pour se
rendre a bord du cuirass Manon.
Eugne Lt H.
No 34
Port-au-Piince, le 6 Novem. 1920.
Situation Gnrale // serait inexact
de dire que la situation giurate em
pire, une petite lueur semble vouloir
ie faire voir, le ca/ arrive des campa
g ns en petites quantits,si le planteur
ie dcide vendre son caf aux prix
dsiioirt actuels, ceci crerait tout de
menu un peut mouvement d'affaires
tant attendu.
Farine. Depuis nofredernier numrro,
les cables reut, de la lieckeriones ne si-
gnalent aucun changement dans les
prix de la farine :
Boule liouge S 13. 70 et Uungarian
S 13. 3 Cil Port au Prince
Sur place la situation reste galement
sans i liante ment, les ventessont nulles.
Arrivage cette semaine : 100 sacs
Savon Babbiti. Le prix du Gold
Bar est au/ourd Itui 11 1/2 net la U
vre Fob .\ew York par lots de -230
caisses et plus.
Champagne Hoederer. Utpui a
hausse sur le Champ pqne les pri.i du
Ihederer sont cts comme suit :
Carte Blanche doux la bouteille 1rs.
-22, Grand Vm sec et demi sec la bou
eule frs. 23, Extra lh-< 1rs 23 2
frs en plus pour les $m\ bouteilles an
lieu de 1 franc.
Machines crira Underwood.
rVoill avons reu par le dernier bateau
un nouveau stock de machines crire
Lnderu/ood : grand module chariot 8
8 12b' et port util S 85. pr.ses en
magasin
Sous avons toujours en stock : Bire
de Munich, Vins de Bordeaux,Ci m,ut
Allas etc.
Intorm fiaan. Taux
Chque sur A )'
Coton en balle
brut
Caf tri
lel quel
1/2 0/0 5/8 0/0 pr.
94 et or la livre
7 cts or la livre
0 cts or la livre
> cts or la livre
A vendre
Une proprit
fonda
et b'issee,
de la contenance rie \~> pieds de
fagade sur 78 de profondeur, sise
la rue Docteur Aubry, ci levant Hue
du Kservoir, portant le No 1817.
Four les conditions, s'adresser
Me Stphen Aleite au No ltftf. la
Hue du l'euple.

Harding a dclin ,'oftre de Wilson
qui lui avait tait tlgraphier qu il
mettrait a sa disposition un navne
de guerre pour le transporter a Pa
nama o le prsident iu dsire faire
un voyage. Mr Harding a exprim
par tlgramme ses remerciements
au pisd:nt Wilson en ajoutant
qu'il avait dj pris toutes ses dis
positions pour on voyage tt qu'il
avait tetenu ses places a bord u-un
navire de passigers. .
MAJUON Hardrtg a dj com
meuc a .nplir la piomesse qu'il
a faite pendant sa campagne de con
sulter les principaux peisonnages
des Etats Unis au sujet d'une nou
velle association des nations, il es
pre ainsi qu'au moment de son en
tre en fonction au mois de Mars il
aura pos les bases d'un projet qui
pourra obtenir l'assentiment de la
nation. Les noms des personnes
convoques n'ont pas t pub is
mais en annonce l'office de Har
dirg que la liste comprend des per
sonnes hommes et femme, poss
dant une connaissance apptolondie
de nos relations exineuies.
PAH1S Une confrence intural
lie des organisations leprstniant
les combattants al,is du monde
s'ouvrira a Pari- le 28 courant.* Les
Etats Unis par l'ti tremise del Le
gation amrica ne Paris l'Ange
lerre, la Belgique, 1 Italie et la Tche
co Slovaquie seiont r< prsents Des
invita ions ont envoyes aux or
ganisations G.i-cqu s, Japonaises,
Polonaises, Portugaises et Yougo
Slaves pour qu'elles envoient des
reprsents n's
W ASU1NGTON- L'Ambassadeur
anglaise dclara qui lui de la cessa
non de la grve ues mineurs les rec
trichons du chaibon sont leves.
PARIS Dollar 16.55 i|2 livre
sterling 56 27 i|2
CIGARETTES
Or
... 6 0 ^ milii*
EdESTtiVE
PORT-tu t'HINCE
de
Upai
Faits Divers
OBSERVATOIRE
DU
PETIT SMINAIRE
COU EGE ST MARTIAL
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
Diman h 7 Novembre 192c
baromtre 761,1
minimum il.6
Temprature
maximum j2 7
Moyenne diurne, 26.3
Ciel nuageux toute la journe.
Orage passant par le Nord 6 h.
Halo solaire i 9 h.
Baromre presque constant.
J.SCHERER
Le Moniteur
HH e Numro Je fftroedi du Journal Officiel pu-
blie :
Loi ouvraut un crdit de 4,000 dollars .iu
Secrtaire d'Etat des Relations lxlrieures pour
les Irais de dplacement et le sjour des dl-
gus de la Rpublique d'Hati i la 1re runion
de I Assemble gnrale Je la Socit des Nations
a Genve.
Arrt nommant une Commis^on pour g-
rer jusqu'au* prochaines lections, les intrts de
la commune de J.icmcl.
Ordonnance du Doyen du Tribunal de lire
instance des Cayes filant l'ouvcrtu'e des assises
Criminelles.
Procs verbal de brlirant de Deux cent
trente cinq mille gourdes Je billets de caisse re-
traites 26*Octobre 1^20.
Lgation d Italie
A l'occasion du jlmfl anniversaire di la nais-
sance du Roi d Italie, Sa Majest Victor Kmina-
nutl III, le Charg des Affaires de la Lgation
d'Italie, reeeven le 11 Novembre courant, de 10
heures a midi, en sa maison prive, 1200 Ave
nue Jhon Brown, ses compatriotes ainsi ,ue les
amis Je I Italico
Comit hatien de l'Alliance
franaise
*i [occasion de l'anniversaire de l'armistice
du rttour de l'Alsace et la delorraine a la France
et du cinquantenaire de la Rpublique, les meiu
bres du Comit hatien de 1 Alliance franaise
sont, pris d assister j une messe solennelle qui
sera" chante jeudi 11 Novembre .1 7 heures pr-
cises du matin, en la Basilique Notre-Dame.
A l'issue de celte crmonie, il y aura rcep-
tion a la Lgation le Prance.
Toujours la petite Vrole
Hier un nouveau cas a t constat i Santo,
plaine du Cul de Sjc.
Le malade a t Immdiatement transport a
l'Bpital GaraL
Bilement
Roulement arrt par. la commission de Con-
trle du brlement pour le Mardi 9 Nbre. 1920.
x dix heures prcises du matin.
Union nationale cup*.
Avis
Steamer Offeman d ht|
the clevenlhoithU monh^fl
passengets dire t iwr s ijJ
Conseil d'Etat
Tribunal
Parquet
Commune
Prose
Syndicat agents de chlnge
Ordre des avocats
Commerce
Notaire
Louis Aug. Guillaume
Bfflm, Reauvoir
Nevers Constant
I.au....i J l'ainson
Le Ncuvelhstet
Aug.Ldm.Paul
Lho Joseph
Victor Mangonis
Pascal Milleiy
Dcs
Nous enregistrons avec regret la nouvelle de la
mort de Geoiges Pothel, dcd hier matin
I ge de 51 ans. Ses luniailles auront lieu cet
aprs-midi, en la Basil.que Notre Daine. Maison
mortuaire: Rue du Poste Marchand No 1032.
lk dlunt tait le frre de notre collabora-
teur Clment Pothel qui nous envoyons, ainsi
qu'aux familles prouves, l'expression de nos
sympathies
Nous avons appris avec regret la nouvelle
de la mort de Pauimon Sam dcd avant hier.
Ses lunrailles ont eu heu hier.
Nos condolances aux lamtlkrs prouves.
Un vol auciacieux
IlSamedi apres-nnJi, Mme hugnia Louis a t
victime d'un vol audacieux.
Un ponefab qui transportait pour elle des mar-
chandises trouva le moyen, chemin taisant, d'en-
lever du bac une valeur de 62, gouides. Lorsqu'
l'arrive Mme Eugnia Louis s'apr ai du
de main, l'homme tait dj paru
s t Jonn la police.
des Combattants ^er?r,heridormatiOD m
L Union N liooa'e des Combat-
tants ( secon d Hati ) prie sts
mtmbies, '.ous les franais et amis
de la France en Hun, de bien vou-
loir assister .1 la mess-e solennelle
qu'e le fera chanter Jeudi u Novem
bre courant 1 sept heures prcises
du matin en la Bisilique Notre Da-
me.
Po r le Corr.ii,
Frd.FATrON
Port au-frince le 3 Novembre 1920
HEMORROIDK9
Qurison -:., .>; l complote par In
POMMADE OU OOCTEUft ZYLOH
t TOI.F8 FORMAIT bl\IN>>UE
PROPRETE C0MN00II
OONNi TOUJOURS UN RtSUI.TiT
Uboratslrt 1UPR, S, rue Clurles-L.fl i Ktlllli i Ptrt-nu-Prlnc : lu. PETliUS
*******
J. ,-*- CATOR,
Agent. 1
LONM () CASlOi
1 rcliiu ei
Un bateau i v.-pcur qi rgulirement 'a i.gnc.Pottaaj
tt Santiago de Cuba.
Ce bateau vrpeur "Oftcmil
at'erdu ici le 11 courant, ici
le lerderrain 12 di-erfemett
Santiago de (i.ta lu ail k
pa'^agers.
Pour tous riurgtementaii1
ser i
l M. CATOR,
Agent.
Consignai
Avis de dpart
La grande G'etle Dominicaine
"Dubryna" partira incfSBararaent
pour Santiago de Cuba prenant li s
et passager Prix trs modr-
Four les conpitions s'adresser a
Mr E Mota \- l'tage de la Amri
cain Koreign banck 288 rue Koux,ci-
devant Bonne Foi.
A louer
A Ption Ville une maison bien
situ ayant toutes ses dpendances
bassin, cutie, remise, etc.
Sadreeser au No n.'iV Kue Cour-
be.
Compagnie bnri
Tr au satlanti
Le paquebot cSa nant de Fo.t de France et
est attendu jeudi 11 courant et)
tira Vendredi 12 i raidi prcuj
Santiago de Cuba, les Cayes, '
Santo Domingo. Mayaquu,
la Guadeloupe et la Martioiqt
nant et passagers.
Les passagers sont pr venu 1
devront prsenter un certifia
vaccination etqueles billeisdti
ges serout dlivrs jusqu' Jeudi
11 n'en sera pas dlivr le jir
dpart.
Port au Prince S Novembre
L'agent E. ROBELIN
*"
Avis
Il ma t vol dans la nuit du 5
Novembre coul i Pont Robrt une
vache liait tire sous poil braingue
tampe i la disse gtuch des let
trs C. B. ]i promets une borne r
eoaoDeim 1 etlm qui m: la fer/ r>
trouver
Port au Pia:2 le 8 N^vemb^* 1923
Paul CALICE
r*ENTSRiTjg
cl MALADIta GAETPO-INTESTIUr-
QUtRtSON r.r*TMHl !'!'_.
.r.r... Morcnre ni 0'L| "
Ita'.uani x(,r,:nnt j'"""""'''' '",'S
'AV!ODOL lKTJS
dans i.:.e ! e fl.'ii dortfg. -
1 S^ i* l-AMIOUOU CO Itut CoJw
coup
SANS RIVALES
Ce sont les igarett
DE
L/V NATIOiXALE
Apprcies leurjjusl
valeur par lesgvrita*
Mes connaisseurs.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM