<%BANNER%>







PAGE 1

^^^ L'EMULSION de SCOTT est un puissant aliment mdicinal qui par lui mme contiens tous les lments ncessaires pour donner la sant et la force Prennez-la pour vous convaincre. *2S BUDAPEST l.o come Teliki, prLONDRES U er au oir un* %  idem Ju conseil dclara que le ou nD iy..lid tdcult fc'e* proluite qai vernement.apis nuire rjll*xioo,pro retar h |, ; r*lemit fi ni de '\ '(! > 0 ,^n q r, q e JV' ,,:Jr %  • rr rMC 5P* ve de; nvneurs qi'on a-WOltil CM t.t.on du trait de paix par le parleapr3 midi com 4 n pa pr t : cgn ment. .Faits Divers BERLIN. Il dclara qae l'Allema^! u slr }*>• ^^ lugmeatation rm^ne est bris militairement auss' Ce a 'atsse su )ro-.er que hdifh:ul doii-on s'abstenir de toute provoc • ni si-use, cest qu? le cabinet a tion l'gard des reprsentants des tconvo.p poar srunir denin nations tiengres L'orateur ajouta mkt n avant qui les mineurs et le que le gouvernement e*t dcid goaverii;m-nt ne se runissent repiimer toute tentative d'ioteiven couve au. Au dernier moment les Mon allemaude dans la lutte RotIO m i ne urs ont prsent' une nouvelle "wnftirr i %  > %  .... demande qni a oblte* l'ajournement rangements de Riga. taa s du gouvernement Rien n a en PARISLa convention accordant core transpir quint la n.ture d; la Bessarabie la Roumanie teia la nouvelle demande, %  igue demain entre la houmame Dollar 15,65, L ; vre sterling 54 6>. l'Angleterre.la Fiance, 1 Italie et le Japon. VARSOVIE Ou annonce que la Pologne et la Russie ont ra: li l'arrangement de R ga. WASHINGTON— Selon avis de la lgation bolivienne, le gouvernement provi oire de Bolivie lari un emprunt intrieur suffisant pour fournir des fonds pour le paiemert de la dette de 50 millions de francs due la France. La Bolivie ngocie actuellement i Ntw-Yok un emprunt de 15 millions de dollars destins terminer les travaux du chemin de ter panamricain qui doit relier le systme de la Bolivie avec l'Argentine. ^CLERMONT FERRANDLes recherches ptrolires amenrent la dcouverte d'une veine nctable autorisant toutes les esprances. i WASHINGTON—Le Dpartement d'Etal a annonc qu'il avait demand au gouvernement mexicain de prendre des mesures promptes tt effectives pour l'arrestation tt la punitions des assassins de deux citoyens amricains tus a Tampico ^NKWrYOKK— On annonce qte le combat entre Cirpentier et Dempsey aura lieu la Havane. WASHINGTON — Le prsid nt Wilson, parlant a uu groupe de rpublicains tavoiables a la socit des nations i la Maison Blanche auOL'SERVATOIUE DU FET1T SEMINAIRE COLIEGEST MARTIAL RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES Vtndredi 29 Octobre 1920 Baromtre 758,2 minimum 23.5 Temprature maximum )\ 8 Moyenne diurn, 26 6 Giel un peu nuageux le jour, clair la nuit. Baromtre consUnt. J.SCHLRER La Toussaint I.UKI 1er Novembre et mardi 2, se 'clbre ro u les l'tes de La Touutiotet des Morts. Le chmage sera gnral pendant ces ltes que l'on consacra au culte des Morts uue la bataille de l'impitoyable Vie nous a lait trop oublier et dont le souvenir nous remontera intense pendint ces deux jours de trve.— Le Matin ne paratra pas. Hommage la Renaissance la Renaissance a reu hier de Mr et de Mire Bjiley un bouquet ce icses icupes tt lis caries suivantes ainsi coruis dort la premire est adresse Normil Charles 1 Mr et Mme E N. B iley, envoert leurs compliment* la Kinaiffsnee et vous plient de trais rr.ellie ces rrodeses fiiurs aux ac leurs ; elles leurs diroDi tous ne* :entin ents peur l'œuvre et nttre ad miratinn pour l'auteur. 2 Mr et Mme Bailey adiessenl leur* meilleurs compliments aux :>ctt-urs de la Henaissance Ils au jont l'h nniur et le plaisir de :e rendre a chaque reprsentation. Nous osens NOUS demander de r*ousrap;eli au bon iouvenir te M( Normil Chailes et Coicou et d'igrer, Messieurs, nos sentim nls Ui u>lus d-.tiagas. Tha ( Port au Prince ) Enfin!... L'impat'erce du public va prendre fin ce :oir. En elf.t, c'est dfinitive ment ce ?oi' s Pansisna,qu'on aura le plaisir d'admirer le talent des ac leuis de c La Renaissance dans Les deux Viiis Des mesures r gcu euses seront piises coilre tcus ceux qui ne reront pas innui^ de cattes d'intrr. P-\PAVOUTE se iurpasera dans sa nouvelle ctslion ; DEVEINE. Ht le maestro In Baptiste dans ses nouvelles compositions merveillera le public. Section de Bibliothque de l'A M.C. E. Demain matin, a g heures, au Lyce National, ua Section de la Bibliothque de l'Ecolier jourd'hui. a dclar que le prtendu **" d scute Jta d un manuel d'Histoire 1 , r \ ~ de la Littrature Hatienne labor par son prsident Me (iranville Auguste. amricanisme dont on CL tend ant parler maintenant est taux et inveut simplement pour l'usage des lections ; il n'y a qu'une "£. %  £. d'assurer la pait du monde, a dclar 1; prsident, c'est de rendre si dangereuse la ruptuic de la paix du mondequ'aucune nstion n'aura l'audce de lessayer. LONDKES-Une dpche au c Ti mes J venant de Lucerne, dit que l'ancieu toi Constantin sembeagir coir.me s'il occupait le trne de G ce.Pour cette raison on n est pas c:r tain qu'il consente ce que sou dis le pnuce Paul accepte la sucossion du roi Alexandre. ^ATHENES— Des instructions serjut envoyes aujourd'hui parlegou veruement au ministre de Gtci a Beiue pour qu'il informe le prince Paul qu'aux termes de la constitution u est appel succder sur le t.une de Grce sou frre feu le roi Aitxandre. WASHINGTON— Deux reprsen tants des Etats-Unis assiste.ont a la prochaine confrence financire de Bruxelles laquelle le gouvernement allemand tera COJU itre ses moyens de payer les rpaut.oas dut s c y d R Bt '. *>— ''' .. ... * ,. r .!: Nous prsentons nos sympathiques condolaux gouvernements allis Au Ducc B puwueproavs particulirement i parlement d Lut ou disait amourMr Lopold PiacUoat, Rdacteur au Nouveid-iaut que les dtails de la cenfrenl,5te ce n'taient pas encore termins Ce. apr, aprs-midi "auront lieu les lunrailmais que Le dlgus am l .i.aia se ie> du peut Hdouard (Januv* g de 18 mois. raient choisis parmi les membres de D Lc i? nv '' W Jc la Mjison raor,UJirt -** %  . Po-te M.i.hand No S10. U commiiSioo ues iiipajat.ons. u pjUeoi m lieu d'invitation. le public et les journalistes y sont, cordialement invits. Seuls prendront part .1 la discussion les membres inscrits et les particuliers qui ont .. invits a cette fin. Le Mais* Le'prix de cette utile denre dont nous annoncions dernirement la bjinc autant uue la tendance a baisser davantage, est malheureusement reste st.itionnaire. On paie encore 7 > centimes le 5 livres. C'est que le sedui;e du mais dont il y a rellement une grande abonJ uice, n'est pas encore achev, Attendons donc encore un peu. Contre les profiteurs I Maigre la vigilance des agents communaux le public continue .1 tre toujours la victime des vendeurs.— On a dj signal dans un des quotidiens la diminution notab.e de la livre de pain. Nous avons ici mme dnonc la p .itique des marchande^ de lait qui additionnement d eau en grande proportion leur maioundise.— Ces joursci, grice au rabais sur les tissus, les marclmndes au dtail circulent en dbitant d.'s toiles avec UM aune qui tien est pa* un": C'est le mtre qu'elles substituent l'aune. Fianailles Nous avons 'c>, u la cai te des fianailles de Melle 'Jlamhelt. Key avec Mr Dams St-Kome. Nos compliments. Dcs Hier soir est mort a i heures 1 l'ge de 70 ans Mr |oseph Dmostline PtachilUt, ancien dput. Les lunrailles autont lieu cet aprs midi ; lieuio en 1 tglise St-Joep.— Maison mortuaire: Dp irt^meot de rinfrieur AVIS Le public est avis qu'a partir de cette date tcute peisonnc venant de l'tranger en Uiiti c voulant soit r du pay, dot tt, au pralable, vac cme. S llfmS, CAlHARRtS. LARYN&IUS, BRONCHITES. ; SUITES DE COQUELUCHE ET DE ROUGEOLE f / Sous l'Influence du "PULMOSERUM" LA TOUS SE CALME IMMDIATEMENT. LA FIVRE ET LES SUEURS NOCTURNES DISPARAOB' L'OPPRESSION BT LES POINTS DE COTE 8'ATTNUENT LA RESPIRATION DEVIENT PLUS FACILE L'APPTIT REVIENT. LE SOMMEIL RAPPARAT. LES FORCES ET L'NERGIE RENDISSENT EMPLOY DANS LES HOPITAUX. RECOIYIWIAHD PAR I.A MAJORIT DU CORPS MDICAL FRAMCAIIL EXPRISIENTc PAS PLUS D& 20.000 MEDECINS TRANQERf. ** E D'LKPLCI. — Une cuillere caf malin et $alr **> tu Ml dans toute* lit Otiyuirlts t Pkaruclis. PHARMACIE DE ROME,I5.RUHJ"RQME,PARIS. Occasion exceptionnel Y aille Y aille Rabais de 75 o\o chez Antoine M. Talamai Rue du Magasin de l'Etat, en face de Simon Vie A. loin* MTalainna do retour de go i voyage de New-York M sa no nb r euso cliente e ' au public en gnial qu'il a nn stock eti i dis *b ri* 'otites (|'ial.ta, de tou'o fracheur et avec un rabais da] l'ir lus pP aniiena savoirAuciena Nouveaux Ancieai Nous .vons appris avec plaisir la nomii alion de E( le smi Louis Cal lard, c orr.mtcor stl d'Haitia.Manani ( Cubi) Mr Cailard dont on connait Us axeclleDtcs qualits tin certaine ment de la besegne 1 ce poste. Nous lui diessens nos sinc es f I icitati oti^. C pa c\j cliine G. 18 G. Clpa GrtOrgeltj 18 Cr|>e Mteor -'•"> Crptf de chine bira '2'2 Satin libeity 18 Tussor do soie 10 Or^sndia couleur t) Naiisouk blanc 4 Vlousseline baires i Mousseline caireaux 4 Diablenent fort 4 Mousseline coul bai SS0 l'e.'caU supetieurs D Voile Heurs 4 Mousseline blanche "2 DO Moueselire barres 3S0 Nansoi k luole 4-50 Uoutil blauc 5 Mousseline blanche; |*3.50 onnili blanc |~;5 bimili rcae |;L4 ~A> Morlax 2.50 Koki bleu ; 5 Kaki jajine LU^ Uiiil luasor 0 Drill cotou L450 Dnil fli :10 Etamina couleur l\ 3.50 Flanelle L 5 Klane.le 0 Flanelle 12 Flanelle supiieure 15 Flanelle mousseline 20 Crpon blanc 2-50 Uubau eat.coul.No 2 p 4 50 t No 3 0 et divers autiea aititles de choi 10 10 13 12 10 5 3.50 3 50 350 250 2:50 1 75 3 2,50 1 25 2 50 2.50 4 2.25 3 2 1-50 3 .•{•50 350 235 0.25 2.25 3 350 7.50 e 12 1.75 :i 1,50 x qui No 5; 7 No 910 No 12 H No 10 18 No 40 20 '< Nc-66 25 No 8030 No 100 35 Hnban pompadou l'aune 6 Huban satin PealrrbeBch sup 20jj Lotioii Porapia etc, 6 Poudra ^lace houppe 3 Chemises a hr.ui. coul 15 coul aup. 18 H 20 blanches sup. 20 '! 5 crpe de c'uine 75 Chemisette suprieure 6 • 750 jonr joponaaii 10 Chaussettes coton d dz 1C Bas cOte blanc enf Chaussettes etfssts dz 18 • %  fil noir Bas noirs douz 10 20 15 \6 1 Si Bas essortia sup Cravates reps Cravates nouer Ci a vbtea blanch brode! 9 Chapeaux de paille f; J Bche J rpondent au bon got. f CES flirts — IA Comit charg de l'organi Ration de laloteiie pour l'orgue de la Cathdrale, t'availle ac ivoment. L^s bille s d co te lo eiie seiont mis en vent^ ds la semaine prochaine. — un annonce larri\6 prochaine en Hati d t Me Luc Dominique, Coimuissain du Gouvernement prs le Tribunal du Cassation,q lia quitt New York. — Oi '.signale des cas de petite vrole dans i'arrondissciuent de Jac mel —Nous ra..pelon0"4 ue c'est^demaln malin, 8 heures, qu'aura lieu Pa risiana la matine littraire et th traie de l'Association Mixte de l'uiu vre chrtienneLe pob ic et les amis de I n'jvre aoit cordialement invits. Une nouvelle cole d- Commerce est ouverte en cette vill*. No 1017, H >M du Centre, HOU3 la direction de Mr tJ. Lacroix, expert co upUUe. Varits -Parsia DIMANCHE CocanUn La chanson du feu avec Rosine. Entre G 2 00 A vendre Six carreaux de terre cultivs en herbe de Guine entirement clturs, situs Si Martin. S'adresser Hue Getfrard No ms. Service


PAGE 1

Quatorzime anne Nos .'392f Port au Prince.lqifi Samedi 30 Octobre T920 DIRECTED R-PROPRIETAI RE Clmeot-MAGLOIBE MAGISTRAT COMMUNAL lE NUMRO. 15 SPnnw 318 BPAKTEMENTS JTBANGER mois AM =A Quotidien innonces sont reues au Comptoir In; D l de Publicit, 9 Rua Tronchet, Paa, ai, 23. Ludgate Hill, Londres, REDACTION; Rue Amricaine No. Uftjft ^Beaucoup de gens sont morts pour des^uialheurs qui ne sont jamais arrivs. GEFFERSON, Prsident des Etats-Unis TBLEPBONV; $8 ils Pomes de Nouvelles Etrangres Quand voua tifa z liit essay et que rien n'aura russi, prenez la Bi8?e;c'est l.: titre heureux, tmaie. du volume de po le vient do faire diter, eln, Mr l/ion Laleau, i'impri Moderne. anu'.i qu* sur ia couverl'ouviage, une main artiste ot 1 au'^la d'une pelouet des ne alle, bleuissant au clair o, pri d un j>t d eau ii!i lanooiique, uue rveusj et bien -nue, murmurera t des oces, genoux. Et l'on dev.qu'il lui raconte un drain J ses espoirs, ses decevances, gia voix, des sanglots puipendatit que, distruite et loin dchirerait dans le soir, 1 eullamm. Et ce serait l i douloureuse his oire, tout 0 de ce pauvre cœur, colo•grandi dans uue esquisse ique. Mais, hlas nous u'auimaginer ce tableautiu de DOUS ouvrirons le petit livre tux lettres d or, avec seulete tautaisie la tte. aucune lassitude de la pu jWuse. Ce n'oal pas moi qui rep:oche a M' 1 Laleau de ce iioo œuvre n'est pas marque aares qui lui. t vu natre; m de fil a'a 'poiut rempli, selon uue c'b.e, toute la fonctto i |<, qui e*. de rll;er dans vre, les tristesses, les j)ioa, 16 qui traversent U patrie,. 4t Oli non. Ce ne sera %  •* Je stus qu uue t.ila œuvre it ci sereine noblesse, eu mme, mais j 1 comprends qu'un po e ait prfr conioo œuvre lon des brutalits p relle, la guise de ses tebtiruents, de mlancolie lie. Heureux .'es po es de qui semblent avoir sur les M lger bandeau de soie. La "les prserve de certaines vilaoais que bien des choses Bt autour de nous, domin te idylle, voix basse, Mr Lanurruurah .sa fragile bien-ai issravissants pomes d'amour/ cttte musique : Les vts que je t'ai laits 'jens que je te les dise l'esse, comme on se confie un secret appuye .1 mon ame prise. idaut il n tait pas tellement par sa peine et ses chan.u'il n'en endit point les ru'de la revotutiou que subissait Kque franaise. •M, dur*nt ces vingt der%  nnes, des poies vinrent -tootrem de ngliger lajime, ie scausioo des Hmistiches •• technique immuable jus;.Jn Prrnaaae. lia inventrent Me; l'alexandrin libr. Ce •ouveau, selon eux, devait exis ^uuinrae, H ar ues ailitrx v yelles iet de CO Q 80nQ e8 ^J* La strophe tst engendre premier vers, le pluaimpor ft 'BJO volution verba e.# Pour *Jno, la piua grande libert, u nombre du vers, s'il a pour Pwet de rythme musical Ils ^•Jenti'ttticieu vers, des li* Ifjpats coupts par des gulieree, sans vie (,-eraon"lus de letentissan s inauito.. e ? po8rt,lt eur potique JJ T t a autres lo.j que colles WiEf,'" 8 l'eraouiieilea, ^ii8s de Uurs ptnst'es. Pour leur doctrinels eurent quel ffi^PO-eaiVerhat-ten. lien •Jffier Vieie-Grelllu, Gustave sfcrl. peut ier|qu'ils firent KJl U Qe lla,i e nouvelle .qui inquita mme le rB n n 're. Mais dauh i autre, Z H V 0ulut P a couler ceiio sordonne. Lu glorieux Sully Prud'homme surtout mena contre eux, ces briseurs didoles, une campagne ardenteLis lettrs ont encore la mmoire les e lillexions sur 1 Art des vois 1 tude 8avun e sur les fondementa physio logiques de la versiflcatioo.-iJLe pote des Vaines 7 enderesses y aftirmiit que les ressources traditionnelles aulinaieut tous les basoius du cœur toutea les traogeta et nuances de son imenU. Il ne voulut leur accoider aucunes concessions. Il refusa toite la potique du vers libre. Sully rrud homme pour la premire fois, lui le po e de la Justice, c tut injuste avec un bel entrain selon le mo: de Mr Andr Beaunier. A ces attaques brillaotes, les partisans de.* vers nouveaux rpondire it non nui ris brillamment Ils soutinrent quj la sensib.lii moderne, les faons, de seutir, da comprendre ay<*nt volu, le mois d'express on, la m.sure, toute la discipline poti que devait s en ressentir. A leur point d %  vues, pour exprimer, noter, dcrire lis sensations fugaces, tnues, maladives mme, de l ne moJerne, l'instrument sur lequel avait juu Doilsau le grincheux, lia cine, Leiontaine, ne suffisait pluset qu'a I liait en invener no aut eCa novateurs dans livrasse de leur cration rvrent de faite un granl autoiaf dj toas les Arti l'ujiiq ui et dy jjtor leurs auteurs. Mais, lilasl ils devaient s'apercevoir en vie.Hissant que le* moules anti ques i e pouvaient tre remplaces totalement Rvolutionnaires couver t:s, as^ag.s par l'expeii;)nc<\ la plu part d'entre eux, par exemple la geuilJean Moras, Henri dj intimer, Vil Greflin revinrent uux vieux artilices classquea.il saffirmi pour eux qu'aucune lecbuiqaa non velle ne valait liuelab'e puret des rythmes classiques, et que l'motion toutes les sub ilits du cœur et de i'espni, gagnaient et: : exprimes dans la potique aux contours partaiis, aux ait.es untes qui ai tu ciment le rve, h musn|ue, pour les proongar dans linhni oe l'idal. A l heure qu'il est, la Posie Prao Qiist revieui aux vieux moules. 1)J la tentative rvolu.onnaireelle a gard quelques sj'jplesses, s'est agrandie de certaines hirmouies, mais la en >ance dominante, c'est un retour v.rs les sources pures de la trad>tiou. S'il doit exister uu duos po iqae,au moins il luira, travers le vohe de 1 Ordre- Comme cet'.e technique uouvelle devait impressionner Mrl.Mi 1., leaui Avec un engouement excusa ble, il se laissa preudre au chaime du veis libre. Lui aussi, pour Lu rer un amour crepusculaue, il cher eba son lythme personnel, qui u sa loi dans le eu. ur, Il sa moqua des conventions classiques et travailla tous les pomes d A I oix basse pi .-s que, selon les luis de la prosodie rvolutionnaire Personne n'aura le d oit de lui eu laire le reproshe, tant de chefs-d'œuvie sont aprs lui pour le ib i 'iiibe. Un ne pourra t(ue plaider pour ses prlreuceeil eut, en ce mum.ut, le seul pote hatien ma connaissance, qui ait os ce h,rvir avec une cinune si lgante, de la techn q e qoi meurt, Ne tarait ce i|ue pour sa bravoure, nous mi devons une branche e laurier que d'uu geste hautain et las, il haussera jusqu son front paieNon! ce ne ara pas seulement pour cette ctnene que nous lui œn drona le laurier des po.es. -1 Voit, basse conient des .pices d'un seuti meut exquis, d une pudeur dlicate, d'une soullrance plus pntrant!. d'tre mtnue. 28 Octobre PARIS— Les journaux commentent beaucoup la dcision de l'Angleterre de renoncer lux droits que lui donne le trait de Wsailles sur les biens a lemands ub is dans l'en pire britannique. Les journaux regrettent unmmement une semb'ible mesure endant i faire passer la reprise dtl allaite? avant l'excution des rpirationf. Tous les journaux •(priment h craieta que cette mesure s /it i; Q .'u e i affaib'ir la po-t'e des revendications que l'entente \a tre prochainement appele prsen te r au gouvernement allemand au sujet des rparations et des sanctions garanUssmt l'exmtioa de ces rparations. L'i litiative du gouverne ment britannique dit le o Mitin • cte l'Angleterre .uii privilge au dtriment des autres allis pour le Commerce avec l'Allemagne et signifie le re.no i:eoient de toutes les sries des sanctions qui,' pour 'ie ethcices, doivent tre pratiques par tous les signataires du trait de Versailles L'cB'he de Paris dit que le gou verusment franais a l'intention ie p otester aupis du foreiga Ollice et saisir h coa'rencj dae emba e sa dents de cette question estimant que le trait de Versiilles constitue un contrat entre les aliis autint qu'un contrat entre les alli, et les allemands. A l'occasion de. la Mte du moris, nous extradons du dernier o)lum" dt noire collaborateur Mou Laleau A Voix basse la i>i<:ce suiuanle : Solution waterbury ; 3 Noua j^raniissons, nous affirraOui la gurilOD les oue, Bronchite* Tuberculose, etc. Convaincus de celle vrit, les mdecins l'ordoBnent comme'le XOiNJQUEleplua EFFICACE. WATEABURi" CHEMICAL COMPANY Des Moines. TORONTO NEW ORLEANS NEW-YORK Franck J. Martin Agoni gnrai pour llai — b'n lace de la Glacire —Port an-Prince, Les oublis; Tout le jour des visages plies Se sont penchs vers les tomlir d'autres Ji'lii %  ,.' % %  Ont aussi b.-soin qu'on les aime. Ainsi des \ ns que l'Amour Peut-tre a pour toujours broyes Ont garde-, mime en ce grand jour, L'aspect des tombes oublies. L. m LALBATJ L I % % % %  ^ %  C'est un petit Itvrw tout l'risonnant d'amour, tout mouill de larmes, plein de ptales qui tournoient dans les vents du soir. Il dgage un par fum de lubans fans, de Heurs vieillies au colretde lelttes d'amour, un parfum trs lger de boudoir o l on aima purement, vainement, une odeur assoupie de lardin navr d'une pluie line et :ous si doulou reux/ iijuiiir dans une trs vieille estampe, une jeune iiile y est colorie, oh/ si lgrement et puis si fragile, ai douce, petite poupe lasse, sau guine de Fragonard, qu'elle semble n'avoir t cr que pour un maria; ge blanc / Douloureux petit livre qui s'attarde comme un rayon mauve au chaton d une bague, a l'heure o tel un grand ptale fanagonise genoux le soleu; Ses chansons tus tes, elles sont .susures, minaudes. §es mots, envelopps de soie par d ivoirines mains tri douces. Ses pomes, tendus dan3 des divans de sultan-: au velours sombra o ils s'endorment et rvent tout haut de hlas de tresses claires, de baisers, de miel. ( La lin au prochain numro ) STPHEN ALEX.l WASHINGTON.Le gouvernement Cubain a pri le dpinement d'Etat de bien vouloir designer un expert financier un vue d'aid.r la solu non de la situation cubaineCette requte est appuye par le goupe de Baaqniera ]si ont aid linancirement Cuba. WASHINGTON—Le snateur llur dinu dclara IIH }a-nais avoir entendu parler de Vanderlip. ce dernier n'est pa3 son a^ent. Ilirdiug ne connat rien a ia question di-icuie dans les dpches WASHINGTON — La secrtaire Coiby anuonya que le commissaire Youug Itiga informa le depane ment d Eut que Vanderlip lequel ob iut rcemment un3 concession en Sibrie aurai: docljr Lnine qu il repreenlaii le snateur llarding. Lnine aurait ntorm^ l'jnvaia englaia wolls q

Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05253
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, October 30, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05253

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatorzime anne Nos .'392f
Port au Prince.lqifi
Samedi 30 Octobre T920
DIRECTED R-PROPRIETAI RE
Clmeot-MAGLOIBE
Magistrat Communal
lE numro. 15 SPnnw
318
BPAKTEMENTS
JTBANGER
mois AM
=A
Quotidien
, innonces sont reues au Comptoir In;
,Dl de Publicit, 9 Rua Tronchet, Pa-
a, ai, 23. Ludgate Hill, Londres,
REDACTION; Rue Amricaine No. Uftjft
^Beaucoup de gens sont
morts pour des^uialheurs
qui ne sont jamais arrivs.
GEFFERSON,
Prsident des Etats-Unis
TBLEPBONV; $8
ils Pomes de
Nouvelles Etrangres Quand voua tifa z liit essay et que rien n'aura russi, prenez la
Bi8?e;c'est l.: titre heureux,
tmaie. du volume de po
le vient do faire diter, el-
n, Mr l/ion Laleau, i'impri
Moderne.
anu'.i qu* sur ia couver-
l'ouviage, une main artiste
ot 1 au'^la d'une pelouet des
ne alle, bleuissant au clair
o, pri d un j>t d eau ii!i
lanooiique, uue rveusj et
bien -nue, murmurera t des
oces, genoux. Et l'on dev.-
qu'il lui raconte un drain j
ses espoirs, ses decevances,
gia voix, des sanglots pu-
ipendatit que, distruite et loin
dchirerait dans le soir,
1 eullamm. Et ce serait l
i douloureuse his oire, tout
0 de ce pauvre cur, colo-
grandi dans uue esquisse
ique. Mais, hlas nous u'au-
imaginer ce tableautiu de
DOUS ouvrirons le petit livre
tux lettres d or, avec seule-
te tautaisie la tte.
aucune lassitude de la pu
jWuse. Ce n'oal pas moi qui
rep:oche a M'1 Laleau de ce
iioo uvre n'est pas marque
aares qui lui. t vu natre; m de
fil a'a 'poiut rempli, selon uue
c'b.e, toute la fonctto i
|<, qui e*. de rll;er dans
vre, les tristesses, les j)ioa,
16 qui traversent U patrie,.
4t Oli non. Ce ne sera
'* Je stus qu uue t.ila uvre
it ci sereine noblesse, eu
mme, mais j 1 comprends
qu'un po e ait prfr con-
ioo uvre lon des brutalits
p relle, la guise de ses
tebtiruents, de mlancolie
lie. Heureux .'es po es de
qui semblent avoir sur les
m lger bandeau de soie. La
"les prserve de certaines vi-
laoais que bien des choses
Bt autour de nous, domin
te idylle, voix basse, Mr La-
nurruurah .sa fragile bien-ai
issravissants pomes d'amour/
cttte musique :
Les vts que je t'ai laits
'jens que je te les dise
l'esse, comme on se confie un secret
appuye .1 mon ame prise.
idaut il n tait pas tellement
par sa peine et ses chan-
.u'il n'en endit point les ru-
'de la revotutiou que subissait
Kque franaise.
M, dur*nt ces vingt der-
nnes, des poies vinrent
-tootrem de ngliger lajime,
ie scausioo des Hmistiches
technique immuable jus-
;.Jn Prrnaaae. lia inventrent
Me; l'alexandrin libr. Ce
ouveau, selon eux, devait exis
^uuinrae, Har ues ailitrx
* vyelles iet de COQ80nQe8
^J* La strophe tst engendre
premier vers, le pluaimpor
ft'BJO volution verba e.# Pour
*Jno, la piua grande libert,
u nombre du vers, s'il a pour
Pwet de rythme musical Ils
^Jenti'ttticieu vers, des li-
* Ifjpats coupts par des
gulieree, sans vie (,-eraon-
"lus de letentissan s inaui-
to..e?po8rt,lt eur potique
JJTt a autres lo.j que colles
WiEf,'"8 l'eraouiieilea,
^ii8s de Uurs ptnst'es. Pour
leur doctrinels eurent quel
ffi^PO-eaiVerhat-ten. lien
Jffier Vieie-Grelllu, Gustave
sfcrl. peut ier|qu'ils firent
KJlUQe lla,i"e nouvelle
.qui inquita mme le
"rBnn're. Mais dauh i autre,
Z HV0ulut Pa couler ceiio
sordonne. Lu glorieux
Sully Prud'homme surtout mena
contre eux, ces briseurs didoles,
une campagne ardente- Lis lettrs
ont encore la mmoire les e li-
llexions sur 1 Art des vois 1 tude
8avun e sur les fondementa physio
logiques de la versiflcatioo.-iJLe pote
des Vaines 7enderesses y aftirmiit
que les ressources traditionnelles
aulinaieut tous les basoius du cur
toutea les traogeta et nuances
de son imenU. Il ne voulut leur ac-
coider aucunes concessions. Il re-
fusa toite la potique du vers libre.
Sully rrud homme pour la premire
fois, lui le po e de la Justice, c tut
injuste avec un bel entrain selon
le mo: de Mr Andr Beaunier.
A ces attaques brillaotes, les par-
tisans de.* vers nouveaux rpondire it
non nui ris brillamment Ils soutin-
rent quj la sensib.lii moderne, les
faons, de seutir, da comprendre
ay<*nt volu, le mois d'express on,
la m.sure, toute la discipline poti
que devait s en ressentir. A leur
point d vues, pour exprimer, noter,
dcrire lis sensations fugaces, t-
nues, maladives mme, de l ne
moJerne, l'instrument sur lequel
avait juu Doilsau le grincheux, lia
cine, Leiontaine, ne suffisait plus- et
qu'a I liait en invener no aut e-
Ca novateurs dans livrasse de
leur cration rvrent de faite un
granl autoiaf dj toas les Arti
l'ujiiq ui et dy jjtor leurs auteurs.
Mais, lilasl ils devaient s'apercevoir
en vie.Hissant que le* moules anti
ques i e pouvaient tre remplaces
totalement Rvolutionnaires couver
t:s, as^ag.s par l'expeii;)nc<\ la plu
part d'entre eux, par exemple la
geuilJean Moras, Henri dj in-
timer, Vil Greflin revinrent uux
vieux artilices classquea.il saffirmi
pour eux qu'aucune lecbuiqaa non
velle ne valait liuelab'e puret des
rythmes classiques, et que l'motion
toutes les sub ilits du cur et de
i'espni, gagnaient et: : exprimes
dans la potique aux contours par-
taiis, aux ait.es untes qui ai tu
ciment le rve, h musn|ue, pour les
proongar dans linhni oe l'idal.
A l heure qu'il est, la Posie Prao
Qiist revieui aux vieux moules. 1)j
la tentative rvolu.onnaire- elle a
gard quelques sj'jplesses, s'est
agrandie de certaines hirmouies,
mais la en >ance dominante, c'est un
retour v.rs les sources pures de la
trad>tiou. S'il doit exister uu duos
po iqae,au moins il luira, travers
le vohe de 1 Ordre-
Comme cet'.e technique uouvelle
devait impressionner Mrl.Mi 1.,
leaui Avec un engouement excusa
ble, il se laissa preudre au chaime
du veis libre. Lui aussi, pour Lu
rer un amour crepusculaue, il cher
eba son lythme personnel, qui u sa
loi dans le eu. ur, Il sa moqua des
conventions classiques et travailla
tous les pomes d A I oix basse pi .-s
que, selon les luis de la prosodie
rvolutionnaire Personne n'aura le
d oit de lui eu laire le reproshe,
tant de chefs-d'uvie sont aprs lui
pour le ibi.'iiibe. Un ne pourra t(ue
plaider pour ses prlreucee- il eut,
en ce mum.ut, le seul pote hatien
ma connaissance, qui ait os ce
h,rvir avec une cinune si lgante,
de la techn q e qoi meurt, Ne tarait
ce i|ue pour sa bravoure, nous mi
devons une branche e laurier que
d'uu geste hautain et las, il haussera
jusqu son front paie-
Non! ce ne ara pas seulement
pour cette ctnene que nous lui n
drona le laurier des po.es. -1 Voit,
basse conient des .pices d'un seuti
meut exquis, d une pudeur dlicate,
d'une soullrance plus pntrant!.
d'tre mtnue.
28 Octobre
PARIS Les journaux commen-
tent beaucoup la dcision de l'An-
gleterre de renoncer lux droits que
lui donne le trait de Wsailles sur
les biens a lemands ub is dans l'en
pire britannique. Les journaux re-
grettent unmmement une semb'i-
ble mesure endant i faire passer la
reprise dtl allaite? avant l'excution
des rpirationf. Tous les journaux
(priment h craieta que cette mesu-
re s /it i; Q .'u e i affaib'ir la po-t'e
des revendications que l'entente \a
tre prochainement appele prsen
ter au gouvernement allemand au
sujet des rparations et des sanc-
tions garanUssmt l'exmtioa de ces
rparations. L'i litiative du gouverne
ment britannique dit le o Mitin
cte l'Angleterre .uii privilge au
dtriment des autres allis pour le
Commerce avec l'Allemagne et signi-
fie le re.noi:eoient de toutes les s-
ries des sanctions qui,' pour 'ie et-
hcices, doivent tre pratiques par
tous les signataires du trait de Ver-
sailles
L'cB'he de Paris dit que le gou
verusment franais a l'intention ie
p otester aupis du foreiga Ollice
et saisir h coa'rencj dae embaesa
dents de cette question estimant que
le trait de Versiilles constitue un
contrat entre les aliis autint qu'un
contrat entre les alli, et les alle-
mands.
A l'occasion de. la Mte du moris, nous
extradons du dernier o)lum" dt
noire collaborateur Mou Laleau
A Voix basse la i>i<:ce suiuanle :
Solution waterbury
;

.


3
Noua j^raniissons, nous affirraOui la gurilOD les
oue, Bronchite* Tuberculose, etc.
Convaincus de celle vrit, les mdecins l'ordoBnent comme'le
XOiNJQUEleplua EFFICACE.
WATEABURi" CHEMICAL COMPANY
Des Moines.
TORONTO NEW ORLEANS NEW-YORK
Franck J. Martin
Agoni gnrai pour llai b'n lace de la Glacire Port an-Prince,
Les oublis;
Tout le jour des visages plies
Se sont penchs vers les toml Ht leurs soupirs et leurs sanglots
Ont brui parmi des ptales.
Des lvres, tremblantes d'imour.
Ont dit de trs lente prires
Ktiin qu'en l'temel sjour
Leur vie, aux morts, soit moins amere.
lit nul cependant n'a pens
Uue, plus morts que les morts eux me ries.
Les c.cu: |>ir d'autres Ji'lii ,,.',
Ont aussi b.-soin qu'on les aime.
Ainsi des \ ns que l'Amour
Peut-tre a pour toujours broyes
Ont garde-, mime en ce grand jour,
L'aspect des tombes oublies.
L. m LALBATJ
L I ^
C'est un petit Itvrw tout l'risonnant
d'amour, tout mouill de larmes,
plein de ptales qui tournoient dans
les vents du soir. Il dgage un par
fum de lubans fans, de Heurs vieil-
lies au colret- de lelttes d'amour,
un parfum trs lger de boudoir o
l on aima purement, vainement, une
odeur assoupie de lardin navr
d'une pluie line et :ous si doulou
reux/
iijuiiir dans une trs vieille es-
tampe, une jeune iiile y est colorie,
oh/ si lgrement et puis si fragile,
ai douce, petite poupe lasse, sau
guine de Fragonard, qu'elle semble
n'avoir t cr que pour un maria;
ge blanc / Douloureux petit livre qui
s'attarde comme un rayon mauve
au chaton d une bague, a l'heure o
tel un grand ptale fan- agonise
genoux le soleu; Ses chansons tus
tes, elles sont .susures, minaudes.
es mots, envelopps de soie par
d ivoirines mains tri douces. Ses
pomes, tendus dan3 des divans de
sultan-: au velours sombra o ils
s'endorment et rvent tout haut de
hlas de tresses claires, de baisers, de
miel.
( La lin au prochain numro )
STPHEN ALEX.l
WASHINGTON.Le gouvernement
Cubain a pri le dpinement d'Etat
de bien vouloir designer un expert
financier un vue d'aid.r la solu
non de la situation cubaine- Cette
requte est appuye par le goupe de
Baaqniera ]si ont aid linancire-
ment Cuba.
WASHINGTONLe snateur llur
dinu dclara iih }a-nais avoir enten-
du parler de Vanderlip. ce dernier
n'est pa3 son a^ent.
Ilirdiug ne connat rien a ia
question di-icuie dans les dpches
WASHINGTON La secrtaire
Coiby anuonya que le commissaire
Youug Itiga informa le depane
ment d Eut que Vanderlip lequel
ob iut rcemment un3 concession en
Sibrie aurai: docljr Lnine qu il
repreenlaii le snateur llarding.
Lnine aurait ntorm^ l'jnvaia
englaia wolls q tauies propositions conceruaui la
reconnaissance du gouvernement
iiolclivitte.
FAHIS- Loygues reut le gnral
Nivelle qui se rend on mission aux
Etats Unis a l'occasion do la cl-
bration du Tri centenaire d- l'anni-
versaire de..May Floweramenant aux
Etats Unis les premiers migra ils.
PARIS Suivant le New Yotk
Il -rail le canJiJat dmocratique a
la prsidence Cox chercher'?;/. I ap
pui de wilson et de Bryan.Cei pro-
positions auraient l t'aiea a les
personnes qui appruenent wilson
mais on ignore si pareilles demar-
ches fui eut faites auprs de iiryau.
wilson adraaasra un3 procianitiioa
e.i faveur de son parti u .e seuiain^
avant l i cl ure d i la c tmpag m lec
totale mais Cox dii erait que les
lecteurs ousseut cetlfl dclaration
du prsident liaiclij dans leur m-
moire au momout do vot.'i.
LONDitES-Le lunes de Loudres
annonce que le go^verueiueut Espa
gnol lait tous ses eltorta pour arbi-
trer le diUerenil qui a cause la gtve
dsastreuse des tanimses mines tui
via de liio Tiulo.
WASHLNGTON La Dpartement
d Etat est utorm que la dporta
nou des armniens et des grecs a
t rupnses par les Turcs.
WASHINGTON Le secrtaire Col
bj a dit auiourd bui que Mr Lon
Bourgeois priideut du conseil de
U JClt dus na ions,n'avait pat! le
droit de parler au nom des s guatai
res de ia ligue dans la dclaration
qui u faits tuer au sujet de l'article
ui\ La s jc.et des nations ajouta M.
Coliiy est uu contrat couoiu entr
4J mguatai.os et Mr i.jurg-ois ne
peut m rduire m augmenter la res
ponaibilil de cas signa aires
l'AtUS La gouvernement Allemand
a la grande uurprise du conseil de
la Socit des nations a envoy au
bureau de la socit a Londres dix
traites ou accords diplomatiques cou
clua.pir.l'Allemsgae avec diffrentes
puissances depuis le dix janviar
Cette dmarche est le raultat de
l'invitation circulaire envoye tous
les gouvernements except celui
des Soviets par ordre du consul de
la aocit sa runion itome en
Mats dernier.
La socio des nations a mainte-
nant M traits parmi lesquels il y eu
13 envirou envoy* par l'Angle-
terre. La Belgique n'a pas encore
rpondu la demande de la socit
au sujet de la convention militaire
JJsIgH hvc la France.
ATHNES. On annonce officielle
ment |ue le trne de Grce rendu
vacant par la mort du roi Alexandre
seiaolfert.au prince Paul, troisime
hls de l'ex-ltoi Constanttn. On croit
que i Amiral P. Counduriotia ancien
Ministre le la Manne est le fonction
naire du gouvernement l<: plus en
vue pour le poste de rgent- Qu'il
gardera jusqu' ce que le successeur
du IIoi Alexandre qui est mort lundi
soir monte sut ie trne.
NEW-YORK- Le match Carpentier
Dempsoy est dci-J La coctrat sera
sign aujourd'hui D'aprs les clau
aea du con rat les boxeura se ren-
contreront entre le lar fvrier et le
1er juillet l(J2l Les conditions atipu
lent un COmbit de IL) t Kouode
F~m'.-n,Yrrje forte bourae et un tant
pour eeaiinr lesvuea cinma'ogra-
pbiques
Dollar ; 15,7j. S eiiiog8.W 11 !.
38 Octobre 1920
PARIS. Le conseil aupheu;- de
la dfense nationale ae runit dana
la mania sous U prsidence de
Milieiand.Aucune.communication n'a
ete faite mais o i croit que la quea-
tiou de la dur3<5 du service militaire
a t rsolut
MADRID. La conseil des ministres
dcida de lumter actuellement les
oprations au Maroc la cooaolida-
tion des rsultat acquis.
BRUXELLES.A la suite du rapport
dj Tittooi concluant , l'quitable
rpartition des matiroa premires
entre lea membres de la socit, le
conseil invita la comraiaaion l'iuan-
cire conomique enquter aur lea
bdaous des nauona on matires pra
miras et sur les causea dea difticul
tes autres que celles provenant dea
fluctuations du change et do man-
que di crdits que les nationa prou
vent pour se procurer ces matirea-
MADKID-Le gouvernement ayant,
par mesure disciplinaire,rvoqu 57
taotenra dea postas une certame
agitation rgne parmi le peraonnel
des postes.
BARCELONE. La grve dea met-
tallurgiates entrave les aervisea pu.-
bhea. Lea tramways durent suppri-
mer leur service sur certainea ligues
Une bombe place aur la fentre,
d'un couvent caua d'importante
dgts-


^^^
L'EMULSION de SCOTT
est un puissant aliment mdici-
nal qui par lui mme contiens
tous les lments ncessaires
pour donner la sant et la force
Prennez-la pour vous convaincre.
*2S
BUDAPEST l.o come Teliki, pr- LONDRES - U er au oir un*
idem Ju conseil dclara que le ou nD iy..li- d tdcult fc'e* proluite qai
vernement.apis nuire rjll*xioo,pro retarh |,; r*lemit fi ni de '\ '(-
!>.0,^nqr,qeJV',,:Jr rr.rMC5P* ve de; nvneurs qi'on a-WOltil CM
t.t.on du trait de paix par le parle- apr3,midi com4n pa prt: cgn.
ment.
.Faits Divers
BERLIN. Il dclara qae l'Allema- ^!u slr }*> ^^ lugmeatation
rm^ne est bris militairement auss' Ce *a 'atsse su )ro-.er que hdifh:ul
doii-on s'abstenir de toute provoc ni si-use, cest qu? le cabinet a
tion l'gard des reprsentants des tconvo.p poar s- runir denin
nations tiengres L'orateur ajouta mkt n avant qui les mineurs et le
que le gouvernement e*t dcid goaverii;m-nt ne se runissent
repiimer toute tentative d'ioteiven couve au. Au dernier moment les
Mon allemaude dans la lutte RotIO mineurs ont prsent' une nouvelle
"wnftirr i > .... demande qni a oblte* l'ajournement
rangements de Riga. taa's du gouvernement Rien n a en
PARIS- La convention accordant core transpir quint la n.ture d;
la Bessarabie la Roumanie teia la nouvelle demande,
igue demain entre la houmame Dollar 15,65, L;vre sterling 54 6>.
l'Angleterre.la Fiance, 1 Italie et le
Japon.
VARSOVIE Ou annonce que la
Pologne et la Russie ont ra: li l'ar-
rangement de R ga.
WASHINGTON Selon avis de
la lgation bolivienne, le gouverne-
ment provi oire de Bolivie lari un
emprunt intrieur suffisant pour
fournir des fonds pour le paiemert
de la dette de 50 millions de francs
due la France. La Bolivie ngocie
actuellement i Ntw-Yok un em-
prunt de 15 millions de dollars des-
tins terminer les travaux du che-
min de ter panamricain qui doit
relier le systme de la Bolivie avec
l'Argentine.
^CLERMONT FERRAND- Les re-
cherches ptrolires amenrent la
dcouverte d'une veine nctable au-
torisant toutes les esprances.
i WASHINGTONLe Dpartement
d'Etal a annonc qu'il avait deman-
d au gouvernement mexicain de
prendre des mesures promptes tt
effectives pour l'arrestation tt la pu-
nitions des assassins de deux cito-
yens amricains tus a Tampico
^NKWrYOKK On annonce qte
le combat entre Cirpentier et Demp-
sey aura lieu la Havane.
WASHINGTON Le prsid nt
Wilson, parlant a uu groupe de r-
publicains tavoiables a la socit
des nations i la Maison Blanche au-
OL'SERVATOIUE
DU
FET1T SEMINAIRE
COLIEGEST MARTIAL
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
Vtndredi 29 Octobre 1920
Baromtre 758,2
minimum 23.5
Temprature .
maximum )\ 8
Moyenne diurn, 26 6
Giel un peu nuageux le jour,
clair la nuit.
Baromtre consUnt.
J.SCHLRER
La Toussaint
I.ukI 1er Novembre et mardi 2, se 'clbre
ro u les l'tes de La Touutiotet des Morts.
Le chmage sera gnral pendant ces ltes
que l'on consacra au culte des Morts uue la ba-
taille de l'impitoyable Vie nous a lait trop ou-
blier et dont le souvenir nous remontera intense
pendint ces deux jours de trve. Le Matin
ne paratra pas.
Hommage
la Renaissance
la Renaissance a reu hier de Mr
et de Mire Bjiley un bouquet ce
icses icupes tt lis caries suivantes
ainsi coruis dort la premire est
adresse Normil Charles
1 Mr et Mme E N. B iley, en-
voert leurs compliment*- la Ki-
naiffsnee et vous plient de trais
rr.ellie ces rrodeses fiiurs aux ac
leurs ; elles leurs diroDi tous ne*
:entin ents peur l'uvre et nttre ad
miratinn pour l'auteur.
2 Mr et Mme Bailey adiessenl
leur* meilleurs compliments aux
:>ctt-urs de la Henaissance Ils au
jont l'h nniur et le plaisir de :e
rendre a chaque reprsentation.
Nous osens nous demander de
r*ousrap;eli au bon iouvenir te
M( Normil Chailes et Coicou et
d'igrer, Messieurs, nos sentim nls
Ui u>lus d-.tiagas.
Tha ( Port au Prince )
Enfin!...
L'impat'erce du public va prendre
fin ce :oir. En elf.t, c'est dfinitive
ment ce ?oi' s Pansisna,qu'on aura
le plaisir d'admirer le talent des ac
leuis de c La Renaissance dans
Les deux Viiis
Des mesures r gcu euses seront
piises coilre tcus ceux qui ne reront
pas innui^ de cattes d'intrr.
P-\PAVOUTE se iurpasera dans
sa nouvelle ctslion ; DEVEINE.
Ht le maestro In Baptiste dans ses
nouvelles compositions merveillera
le public.
Section de Bibliothque de
l'A M.C. E.
Demain matin, a g heures, au Lyce Natio-
nal, ua Section de la Bibliothque de l'Ecolier
jourd'hui. a dclar que le prtendu **" d'scute" Jta d un manuel d'Histoire
1 r \ ~ de la Littrature Hatienne labor par son
prsident Me (iranville Auguste.
amricanisme dont on cl tend ant
parler maintenant est taux et inveu-
t simplement pour l'usage des lec-
tions ; il n'y a qu'une ".. d'as-
surer la pait du monde, a dclar 1;
prsident, c'est de rendre si dange-
reuse la ruptuic de la paix du mon-
dequ'aucune nstion n'aura l'audce
de lessayer.
LONDKES-Une dpche au c Ti
mes j venant de Lucerne, dit que
l'ancieu toi Constantin sembeagir
coir.me s'il occupait le trne de G -
ce.Pour cette raison on n est pas c:r
tain qu'il consente ce que sou dis
le pnuce Paul accepte la sucossion
du roi Alexandre.
^ATHENES Des instructions se-
rjut envoyes aujourd'hui parlegou
veruement au ministre de Gtci a
Beiue pour qu'il informe le prince
Paul qu'aux termes de la constitu-
tion u est appel succder sur le
t.une de Grce sou frre feu le roi
Aitxandre.
WASHINGTON Deux reprsen
tants des Etats-Unis assiste.ont a la
prochaine confrence financire de
Bruxelles laquelle le gouverne-
ment allemand tera coju itre ses
moyens de payer les rpaut.oas dut s cyd'RBt'. *>''' .. ...
* ,.r, .!: Nous prsentons nos sympathiques condol-
aux gouvernements allis Au D- ucc b puwueproavs particulirement i
parlement d Lut ou disait amour- Mr Lopold PiacUoat, Rdacteur au Nouvei-
d-iaut que les dtails de la cenfren- l,5te' *
ce n'taient pas encore termins Ce. apr, aprs-midi "auront lieu les lunrail-
mais que Le dlgus aml.i.aia se ie> du peut Hdouard (Januv* g de 18 mois.
raient choisis parmi les membres de D Lc i?nv'' W Jc la Mjison raor,UJirt-- **
, Po-te M.i.hand No S10.
U commiiSioo ues iiipajat.ons. u pjUeoi m lieu d'invitation.
le public et les journalistes y sont, cordiale-
ment invits. Seuls prendront part .1 la discus-
sion les membres inscrits et les particuliers qui
ont .. invits a cette fin.
Le Mais*
Le'prix de cette utile denre dont nous annon-
cions dernirement la bjinc autant uue la ten-
dance a baisser davantage, est malheureusement
reste st.itionnaire.
On paie encore 7 > centimes le 5 livres. C'est
que le sedui;e du mais dont il y a rellement
une grande abonJ uice, n'est pas encore achev,
Attendons donc encore un peu.
Contre les profiteurs I
Maigre la vigilance des agents communaux le
public continue .1 tre toujours la victime des
vendeurs. On a dj signal dans un des quo-
tidiens la diminution notab.e de la livre de pain.
Nous avons ici mme dnonc la p .itique des
marchande^ de lait qui additionnement d eau en
grande proportion leur maioundise. Ces jours-
ci, grice au rabais sur les tissus, les marclmndes
au dtail circulent en dbitant d.'s toiles avec UM
aune qui tien est pa* un": C'est le mtre qu'elles
substituent l'aune.
Fianailles
Nous avons 'c>, u la cai te des fianailles de
Melle 'Jlamhelt. Key avec Mr Dams St-Kome.
Nos compliments.
Dcs
Hier soir est mort a i heures 1 l'ge de 70
ans Mr |oseph Dmostline PtachilUt, ancien
dput.
Les lunrailles autont lieu cet aprs midi ;
lieuio en 1 tglise St-Joep. Maison mortuaire:
Dp irt^meot
de rinfrieur
AVIS
Le public est avis qu'a partir de
cette date tcute peisonnc venant de
l'tranger en Uiiti c voulant soit r
du pay, dot tt, au pralable, vac
cme.
S
llfmS, CAlHARRtS. LARYN&IUS,
BRONCHITES. ;
SUITES DE COQUELUCHE ET DE ROUGEOLE f /
Sous l'Influence du "PULMOSERUM"
LA TOUS SE CALME IMMDIATEMENT.
LA FIVRE ET LES SUEURS NOCTURNES DISPARAob'
L'OPPRESSION BT LES POINTS DE COTE 8'ATTNUENT
LA RESPIRATION DEVIENT PLUS FACILE
L'APPTIT REVIENT.
LE SOMMEIL RAPPARAT.
LES FORCES ET L'NERGIE RENDISSENT
EMPLOY DANS LES HOPITAUX.
RECOIYIWIAHD PAR I.A MAJORIT DU CORPS MDICAL FRAMCAIIL
EXPRISIENTc PAS PLUS D& 20.000 MEDECINS TRANQERf.
**
E D'LKPLCI. Une cuillere caf malin et $alr
**>
tu Ml dans toute* lit Otiyuirlts t Pkaruclis.
PHARMACIE DE ROME,i5.ruhJ"rqme,paris.
Occasion exceptionnel
Y aille Y aille
Rabais de 75 o\o chez
Antoine M. Talamai
Rue du Magasin de l'Etat, en face de Simon Vie
A. loin* M- Talainna do retour de go i voyage de New-York M
sa no nbreuso cliente e ' au public en gnial qu'il a nn stock
eti i dis *b ri* 'otites (|'ial.ta, de tou'o fracheur et avec un rabais da]
l'ir lus pP aniiena savoir-
Auciena Nouveaux Ancieai
Nous .vons appris avec plaisir la
nomii alion de E( le smi Louis Cal
lard,corr.mtcorstl d'Haitia.Manani
( Cubi)
Mr Cailard dont on connait Us
axeclleDtcs qualits tin certaine
ment de la besegne 1 ce poste.
Nous lui diessens nos sinc es
f I icitati oti^.
C pa c\j cliine G. 18 G.
Clpa GrtOrgeltj 18
Cr|>e Mteor -'">
Crptf de chine bira '2'2
Satin libeity 18
Tussor do soie 10
Or^sndia couleur t)
Naiisouk blanc 4
Vlousseline baires i
Mousseline caireaux 4
Diablenent fort 4
Mousseline coul bai SS0
l'e.'caU supetieurs D
Voile Heurs 4
Mousseline blanche "2 DO
Moueselire barres 3S0
Nansoi k luole 4-50
Uoutil blauc 5
Mousseline blanche; |*3.50
onnili blanc |~;5
bimili rcae |;l4 ~a>
Morlax 2.50
Koki bleu ; 5
Kaki jajine lU^
Uiiil luasor 0
Drill cotou L450
Dnil fli :10
Etamina couleur l\ 3.50
Flanelle L5
Klane.le 0
Flanelle 12
Flanelle supiieure 15
Flanelle mousseline 20
Crpon blanc 2-50
Uubau eat.coul.No 2 p 4 50
t No 3 0
et divers autiea aititles de choi
10
10
13
12
10
5
3.50
3 50
350
250
2:50
1 75
3
2,50
1 25
2 50
2.50
4
2.25
3
2
1-50
3
.{50
350
235
0.25
2.25
3
350
7.50
e
12
1.75
:i
1,50
x qui
No 5; 7
No 910
No 12 H
No 10 18
No 40 20
'< Nc-66 25
No 8030
No 100 35
Hnban pompadou l'aune 6
Huban satin
PealrrbeBch sup 20jj
Lotioii Porapia etc, 6
Poudra ^lace houppe 3
Chemises a hr.ui. coul 15
coul aup. 18
h 20
blanches sup. 20
'! !5
" crpe de c'uine 75
Chemisette suprieure 6
750
" jonr joponaaii 10
Chaussettes coton d dz 1C
Bas cOte blanc enf '
Chaussettes etfssts dz 18
fil noir
Bas noirs douz
10
20
15
\6
1
Si
Bas essortia sup
Cravates reps
Cravates nouer
Ciavbtea blanch brode! 9
Chapeaux de paille f;J
Bche J
rpondent au bon got.
f CES flirts
Ia Comit charg de l'organi
Ration de laloteiie pour l'orgue de
la Cathdrale, t'availle ac ivoment.
L^s bille s d co te lo eiie seiont mis
en vent^ ds la semaine prochaine.
un annonce larri\6 prochaine
en Hati d t Me Luc Dominique,
Coimuissain du Gouvernement prs
le Tribunal du Cassation,q lia quitt
New York.
Oi '.signale des cas de petite
vrole dans i'arrondissciuent de Jac
mel
Nous ra..pelon0"4ue c'est^demaln
malin, 8 heures, qu'aura lieu Pa
risiana la matine littraire et th
traie de l'Association Mixte de l'uiu
vre chrtienne- Le pob ic et les amis
de I n'jvre aoit cordialement invits.
Une nouvelle cole d- Commerce
est ouverte en cette vill*. No 1017,
H >M du Centre, hou3 la direction de
Mr tJ. Lacroix, expert co upUUe.
Varits -Parsia
DIMANCHE
CocanUn
La chanson du feu
avec Rosine.
Entre G 2 00
A vendre
Six carreaux de terre cultivs
en herbe de Guine entirement
clturs, situs Si Martin.
S'adresser Hue Getfrard No
ms.
Service Pour Gonaives
Mercredi i 5 hfures du matin, i
l'occasion de la St Charles, il y au
ra un dpait du camion
Prix aller retour- 20 dollars.
S'adresser au Garage Ch;nel frres
place Gellrard et A Mr Dussek
DIMANCHE
Les droits de*
Mlle Monte*Ci
ier pisode.-\VM'
Entre
Avis
L'inauguration da moi
ment ng i Bcau,epc *
du chemin de Beudetj.
moire des regretts ThJ*1
louis Laforestne et Lot
u heu Mardi 2 NovemW
8 heures du rnatm
Leurs parents et < w
d'y assister. q^
Port au Pnuce le 29


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM