<%BANNER%>







PAGE 1

t pour 6 :e r t li con'o mmenl i U loi. renvoie la cause et les parties devant le tiiburiil du me me degr de Ticuron. Affaires entendues Celle de A. G. Achile contre Dinicl Ci juste. Monsieur le jug* Mai* gnan entendu en son rapro t le Mi nistre public a conclu a lacibsation de la sentence attaque. Celle de Mme George* joseph contre Mme Dumas Sals. Monsieur le juge Gentil entendu en sou rapport, le Ministre public a conclu £ la dchance du pouivo.. Pais lart suivant est rtndu. Celui qui dclare la dame Gecges Joseph dchu de son pourvoi exerc contre le jugement du tribunal de paix de lrmie en da e du 2, Mai 1920 eu Audience de la 1re section du 13 Q:lcbre 1920 P.sidtnce de Mr le juge iithart Arrts rendus Celui qui casse et annule 1 arrt rendu le 26 Fvrier 1920 parla tribu nal d'Appel de Port au Piioce entre Giadala Kattan et lessieurs Christian Laurent et Justin Casimir, et pour eue statu conformment i la loi, renvoie la cause et les parliesdevant le tribunal d'Appel des Gonaivts Celui qui r jette le pourvoi de Me tfrdy exerce contre l'an et du tribunal d'Appel de Port au Prince en date du 12 Mai 1919 rendu entre lui et le sieur Clment Maigaan Affaires entendues Celle de M.idame veuvr A. Teuch 1er contre Car.l e Vastey tt Edmond Gaspard. Monsieur le juge DtVt emendu en l'expos sommaire de la cause Me Lonce liaiiento, poui la demanderesse en ses cbseivatons le M'ris' e public a coicln A la cassati n Celle du D.cteur Edouard Blaa chaid contie O S:urpa et |. A Mau mus, Squ^tres Liquidateurs Mon sieur 11 juge Champagne enttndu en l'rxpose sommaire de la cause la u'iau u.i > n Je l'affaire cil remise ta piochiine audiciue FaitsDivern OBSERVATOIRE DU PETIT SI MIMA IRE COUEGEST MARTIAL RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES leudi l'A' Octobre 192c Baromtre 758.5 Nouvelles Etranjra.* 27 ocobre TARIS— Le gnral H*yj le confia plueurs journalistes ses imriesnons sur soi voyr.g aux E atsUii-\ 11 se dclara extrmement siluiut et touch de l'accueil chdeureux. sponran et uianime dont il fut l'objet et son sjour f n Amrique ue fut qu une ovat on continuelle Il y constata que 1a E'ance jouit d'un prestige aorme et i! est du p'us grand ialrt pour elle dap prcier tt resserrer cette union. WASHINGTON— Un loaction naire du dpartement d; la guerre annona qu-: la rorgamsatio 1 de la garde nationale et immdiatement nec^sair-;. Un minimum de 427 coo hommes doit taire puiie de 10 gi niaatton ei lemp< d: paix. WASHINGTON—U dpartement d'Etat informe que sevrey Citoyen amricain a t assassin au Maxi que. Le Dpartement cli rge.a La cou Bulat amricain de iNo^aks de de mander aux autor.ts locales de prendre toutes les mesures pssi bled pour apprhender ie meui trier. NEw YORK— Polk ex eoua secr tuiie d'tat subit J'Opraiio/i de l'up l e nduite son ia't cet satisfaisant. HASIIINOTCN — Au cours d'une dis cussion relativement la reconnais sance du nouveau Gvt. Mexicain le dpartement anno:a IU'II attend des preuves plus compltes de sou caractre tt de ses bu a l'administrt ton de la ville.Uae gran .'e maofatatioti eut lieu contre les Litbaaoieoi. Les mtoitestanti jurrent Je dtendre les armes la main l'indpenlance de leur patrie contre l'S USU r p arriv. PARIS —• Del incidents sa produisirent la nuit dernire dans divers quartiers de Pans provoqus par les ouvriers boulangers qui, dans le bat d'empcher le travail de nnil, se rendirent d.vait les boulingeries et commirent des dgts. ATHENES—Le parlement dissous est coavoqu pour j?udi afin d'lire le rgent.L'lection de l'amiral Condounotis parait assure. Les tucrailles du roi amont lieu vendredi. PARIS-Interview par l'agena Elevai sur les prochaines lections,le snateur cubiia Latorriente lclara que comme cubain il est vivement intress aux lections et il espie De (Manufactures ttrac7 Nousr achetoBs des rvJ. 3Coseh3s(i.L8(>| a(J S Cest la fils que redo'i uni les acteurs Lt nous vendons les la n de (A Rtaatua ts c, demn \oir Pari mione et iBazili sianal ~{£8 Interprtation dun aurait irrisisUoie, pii-ces dune galti exubrante tt saint, voil les raisons Je t immense svecis de Ftcanitdat, et Ptl m'entre. Qu'on aille en toute applaudir ces ta lentuettx acteurs. On aura en outre le plaisir d entendre l'apayouie d vis si dernire cration. -...,.„ Orchestre [n Baptiste — Ow trouvera lisbigan, dd laqa nctillerie les cartes d entre ds cet apri\> miii au Ojelqjus-uns de ces articl prix de 2 gourdes au Bureau)du Matin stock, quelques autres ea 1307-, mais le tout commander les clients qui \oudrom les'' %  I Ull [in h vu toute oacuivenceS voude lessive Idal, C1 t.| 2.JO barres; des p^imures et 7 colonial Works; d u savon T cal de Mette; des toilW rubtns de tome beaut des fanas f Ing.-arr 1. des D r 0u plnrmaceui ques X,E D aj de 2 et la ru du Mouillais au .No Service d'aatomobil ii V 0 Lu^ !" em \ ivoiiennes sont Ie3 plus | notre piouiptitude est saui*. Toute all'aire faite par notre] DdMre d-v.ent une se prodiitsLuciDORSLWILlEi IU03. Hue du Magasin de f] Pour Go naves Mercredi i 5 heure; du matin, a 1 occis.oi de la St Ch.r'.es, il y au ra un dpait du camion Prix aller retour 20 dollars. S'adresser au Girag; Chnet f rre' place Getfrard et Mr Dussek Wincarns KT Le dpartemnnt tara prt a. recoo que le ooaveau pr/aident noetoia lu auia le respect de ses auversaires it l'appui de t)us les cioyens tour gouviriier et travailler au bonheur d: saii pays et a;;ioitre 'e pre t g iternational de la Rpublique eub ine. Les mres de famillt Tempiature minimum 25 2 maximum j\ 8 26 6 jour, le Moyenne diurn, Ciel un peu nuageux clair la nuit. Halo faible i i h. Pluie 5 h. 30 m Pluviontre 04, mm. Baromtre constiot. J.SCHERER %  !Norrnnatior\,,-' Par commissionJe S. I-. le Prsident d'Hllil. Me Aurle Colocrt, avoc.it, cliti de Bureau au Dpartement des l'inances, a ite nomme cliel de Division au dit Doparieuieiit, en rcmplaceini.iit e Mr Louis Etticait. Eu saluant le dpart de M. Ktlu'a't qui foor nit au Ministre des l-'iiunces cnvnon vnmi-cinq annes de services dvous, nous llicitons le nouveau chel de di\ ision d'avoir su, par sa comptence et son zle, mriter i.i confiance du ChM de lEiat. L Association Mixte de l'œuvre ( hretienne IAS membres actits, adhrents et d'honotui composant cette socit, ceux des trois sections a la matine littraire et thtrale qdl aur.t lieu, de l'A. M. (*. B> le^ amis, sont invits i Pansiana dimanche ?i Octobie courant, o iieures prcises du Matin sous le Patronage de Mr Clment Magloire, conseiller d honneur I l'occasion du 15e anniversaire de la londation de I Œuvre J^MrJrmie et Mme Luce Archin-Lay UMM t prsidence d'honneur de la manifestation. Le Prsident.— Iloranus Laventure. A propos de la question d eau Nous croyons savoir qu'un appel du Service hydraulique va tre adress a la •population pour lui demander de l'aider a solutionner autant que possible la question d'eau. Cet appel qui demande entre autres d'conomiser l'eau, contient des considration trs judicieuses que nous recommandons a I avance a l'attention du public, P.C. S: Comme les aimes picdentc.-' la P. C. S. a dcid de 1 aire circuler un train entre la gare du Nord et le Port L. is, pendant keaftei Je La Toussaint et de Mou. Les voyages s etTectucont toutes les bautes, Un avis de la compagnie publi ici mime annoncecette bonne nouvelle au public. Naissance Les poux Supplice lils de St-Marc nous annoncent la naissance survenue lundi matin i 1 h. lie leur liis : Louis.— La mere et l'entant se porutii bien. naine la rtconuaissdnce ausfcitt jue le Mexique uu'a donn dea aaiuran ces de la protectiou des aincricaius. Il faut iue le Mexique montre ton uun vouloir de remplir les prloci pales cDligationi IntematioDalee et d'tablir lu loi stipulant lea droits dm rarg*n au Mexique. LiHL'XhIAES Lon Ujur^oia prsideutCa coaaeil do la aocit des na icn;t n'e-t p a cons'd. r par lea bcmmei d'Etat Suropen com me un lment vi el et eateotiel du pec'f. Mr Bonrgeoli idit quii €kt aur |iim gu cit article ail caus un t-tat d'motion toi Ein'a Unie il ajouta que l'article eu question poi vei? re limin sur nuire en ai cure l rn l < l'ticacil de la acc:t de -Sa ton?. HUN11NGT0N — virsioie Occl dettale Le Goovtioenr Coa a anDonn aujoord bo< que s il tait lu piaideut il viendrait a aaieo r au ni heu .m Snat ei lerat avee les an t.ura un ac o:d au siqtt le la eoc; t lea Nations .' cet accord an ait dleimin par le8 lections sna o liale il ett icimsuiubli'e. dit il que l'entre de 1 Ain rique dans la li^ue dea nations puiice tre retarde ausai longtemps. LONDRES —A la clnmb-e de< communea, c" epria m.di. Lloyd Ueorga a dit qu'il avait tout I e spoir que les nc'gcciuliouB actuelles en'te le gouvernement ei lei mineure viterelent la nofeait de fermer un, tribunal charg d examinfr les mail leurs moyens d augtuentatio:i de laproducion du chanon. La plupart des jouria:x expri ment 1 opiU'OU que I union na ionaie dis cheminots a c.dera d ddl'rer la Ki-ti. mai quoi q i'il arrive oo r< croit pas q> e ce te d'eision eera prise av ut irercre i. WASHINGTONL'amb-ssade de Grande Bretagne annonce que la dcision lelative la nomination d un ministre du Canada i waebiog te n dpend et.tio.-etnout du gouver nement Canadion. WASHINGTON Lo dpar liBMt de la guerre inaonce qu i' eet ocee Mire de rorganiser immdietemeot ^ Ptis wm %  Les cloches de la cathdrale de l'oit au Vr\nceenvoyes . l'rame pour lire tefondtiis sont attendues en liait vers la fin d nite a ni'ce — // sera nprismt ii Patuiena a manche ;t Octobre, par l Association M xte de. t'Oit ne Cbrttnne un duime de Coupe Les Deux Douleurs . tt une comeaie — Cest Me Danii-1 qui aie lu Btonnier de l'Ordre dts Avocats de > h remis, — Le Lyce aura bientt son corps de Musique, 1) s rptitions se font, thtt que tour sous U direction intelligente :'rr ae Monsieur l'alcalin. — LaqueStion d embargo sur certains articles a t solutionna e d une faon concluante par le Gouvernement On na (jtt lire les documents y n lotit S publies au tournai officiel. ... -LU— sdial l'ilie du lieu et d incei die. — Le Dpartement de l'Instruction Publique va me lire d< s ouvagts classiques la disposition de la Connu ssion locale de surveilonce scolaire pour tre distribut aux coliers ncessiteux. — Par arrts de Son bxcellence le Prsident de la Rpublique la quotit d hatiens est contre aux sieurs Louis Otto hiil^ feager, allemand el Henri AUcn, angles. — La situation de la nale de la Rpub.ique d llavi au } a'grH DoVale.u'ourimpreM Sptembre de clic anne est publie au --• %  — %  1cmnal olicid — La loi qui accorde un crdit ex traorduiaire pour Us trais aux dlgus de Genve a t vote par le Conseil d Etal dans sa sance de mercredi Toute rnf-i a le souci trs niture'. da vailljr en que la ma! t. i^ne aucun des siens, cependant seule Ie3 geua trs fortuns peu* peimettre devoir un mdecin constamment leur disposition t hacuii de nous ne riaquet-il pas toua lea jours dattrapper qi ihume ou quelque bronchite? On a oubli son parapluie, on rentre' Le produit de la grande loterie par la Juie, lea pieds mouills ou transis de froid ; la livre se Ui eui s'Organise au Cap Hatien devra on est oblige ae s'aliter. i-kf OM \.i r /, ..mttruriin A* I tin ut <2* y a pourtant un moyen bien simple d viter ces i smnr u la f0ntt !" tonfrljt6dde W tNC\U 4 VlS est dtn. ce ci le vrai mdecin del famille. / achat d une pompe ; Le8 ag|>geg a JXlJueU „ peut servir fonl san8 li[mte; e n lemployufc m.bode, on vitera bien dus maladiea. La fatigue, le surmenage, 1 puisement ou l'lat fbrile qui contqueuce normale des i humes auxquels chacun est tlfose, Bisleut pas un traitement au WINCARNIS, traitemeni rpi'agri ble suiv. e pendant quelque temps. Vcus serte/.-vous dprim, fatigu, Bojet des mala ses, rem vous avec da "WINCARNISUn verre Bordeaux uistin si w un meilleur prventif et, dans beaucoup do cas. le s cibque inrw maladies dont la convalescence tend toujours trainer en IOORU Le plus grand tonique et reconnu monde, dlrieux, stimulant, vm s'est ajourne au / novembre28 Ocobre BERLIN— A l'ouverture da roigtes des banquiers allenandsSlmons fit un discours o il dclara que l'Allemagne doit essiyer par une ten tative loyale de convaincre le monde entier du caractre inccceptab'.e du trait de Versailles ATHI-NES— L: Cocieil des mnistres admaa au p f up'e un messa. e txprimani la dou'iur que cau'e a dispaii^on du j*ure souverain sous le rgne duquel la Grce vil s'agrandir son territoire. Le mcs-;ge ajou'e que le 1 r^ du roi dfunt. Wincami Banque Xatio mUfiant. Recommand par plus de 10000 mdecins, llavi au jo Pipai par (.Ol-EVHN Co LU. Angleterre t ranch J. Martin Agent gnral — En i'ac3 de la Glacire — Parian** f: Errulum // convient de relever dans la publication au t Moniteur du Samedi 18 Septembre de celte anne, \o 73 de la Loi du \er Septembre 1920 adoptant le ne Mtrique t m ne systme lgal de ttoids et mesures, une erreur trs un Lait condens Nestl et Berdens Lail vapor Nestl pr la sus dite [010 (. art. : er Octobre ) .ace Paul esl as; l lui succt orUmi 'A**?* nMenv [ & T. r J e der, m lis vu son absence et les raplOits eiistants e-itre la nation et la maison du roi. 1* giuv-*m?meut dcida la convocaiion de la chambre dissoute pour lire ua rgent. Vll.NA— Le gouvernement de G:li^owski organise progressive a l Eu veutecliezi Alfred Vieux, Simon Vieux, LonM^jjjjg^ Aim. B" Lo. Loi fixe au icr, 2c alina H faut lire conviu suit : An 1er 2e alina : Il sera obhga taire sur tout le Urriloue de la Kpw bliqtte partir du ur Oct 1921. tort au Prince le 2H Oct 19JV Auuuste Eli, Merlus l^rne, Ption •'^'j^gi (iire, A.Testerot file. B.& N-Sads ec Lo.vin En gros chez L Prteta km



PAGE 1

Trrrrr fannsi !LLS ^ u t adOnpetable irEtFANT^: i ?ar< ?•' fc,oIe IICILUBO qui $tl padre l', SUAMES PERSONNES qui KiJrttiUrsocfopliiM or PRSERVER M i^ANES RESPIRATOIRES ^ ou pou: SOIGNER ,.. ;.• s. Jforjx rfe Gorge, tat-uw-i:.Bronc ltes Grippe, lailnci z dsrnine, | w, etc., etc. flliLr.ViTiYGiailHlli rit n'employer que PASTILLES VER.TA3LES f, SCIIII I u lit ml Ur nom -wff^ Ba*/ Hum! wnsvouUz avoir du Bay Hum remire q.:alit* ot du ini'leur llifz au Nu l'A.J Hue du M; ;'(> (l'Etat. LUCBOKSINVH LE& Co Agents de M nu facture 8 OccasioiiexcepUouiieHe Grande rduction sur les prix Accourez vite la United Wesl lies Corporation En /ace de la Gar$ Me Donald, Bue duiOuai H. p. DAVIS, Vies prsident PNEUS De la United States Rub l)M Co La meilleure marque USUO 30 x 3 23 7(! t 31 x 4 39.85 c m x 4 40 85 j*i x i ; i 42.00 t 34 x4 • %  M 13 80 t MAIN 33 x 4 44,82 34x4 "S 40 11) c 34 x I 1,-.' 57.00 30 x \ t,-.' 53 70 COHDTlIiKS 34 x 4 02.50 34 x 4 1,2 .S7.UU t 3 x 4 1,2 75C0 Chambre air • GKEY 33 i 3 3.7 • 31 x 4 5 w t 32 x i .") ( M 32x41(3 ;,-5o 33 x 4 (i 50 85 x 4 118 ,7.00 t 34 x 4 7 60 351 1 |ig 8 00 RED 31 x 4 0 00 t 34 x 4 1^> 7.tU f 33 x i Ii2 8,90 Nous avons reu une superbesleelwn de souliers caoutchouts mai que KEDS de la United States Rubber Cempany Venez les voir. iN 8 T.PATI ON pvnnex le3 ^ELOiiT. Rr^andia couleur (i Naoook blanc 4 Mousselu.e baires 4 Mocaaelloa et oeaux 4 Diablement fort 4 MooaatUnecool bar9 00 Percala lopariei^ri 5 Vyile lleura 4 Mousseline bienc lie 250 Mousseline barres .'!,.*>'J Nanaook mole 4-50 Coutil blanc 5 llooaaelioe blanche 3.50 S.mib blanc .") Simili reso 4 ">() Murla'x 2.50 Kcki b'eu ."> Kakijaaoe 6 Dritl uipsor ii Drill ectou 4.50 Uni! lit 10 Ktaii)in. couleur 3.50 I'ICIICIIQ 5 Flapfila u Flanelle |9 Flanelle supiieme 15 Flanelle moaaselide 90 Crpon blaoe 9.50 Uuban BffiCODl.No 9 p 4 .")0 No 3 (i l Nouvearx G. Ki 10 Anciens Nouveau 12 10 5 3.50 2-50 'J.O 2.50 8.50 1 75 3 '_' 50 9 50 '2 50 4 2.25 3 o 1 50 3 3-50 3 50 2 35 6.25 ?.95 3 3 50 7.80 9 12 1.75 3 i.'iO M t • 1 No 5 7 No 9 10 No 12 14 No 10 18 No 40 20 ~No00 25 No 80 30 No 100 3*) Itrban pompadou l'aune 0 Huban BHiin 8 l'ealmbeach sup 20, Lotion l'ompia etc. 0 Poudre glaa houppe 3 Chemises lu-,m. coul 15 •' coul sup. 18 20 blanches sup. '20 15 *' crpe de cuine 75 Chemisette suprieure 0 " 7 60 jour joponnaia 10 Chausseite8Co on ID( dz 10 Kas cte blanc enf 10 Chaussettes enfahts dz 18 . lil noir Bas noirs dot 1 10 90 15 10 20 0 !'u< assoitis sup (havates rpps CravateB nouer fi Cravates blanrh brodes 5 Chapeaux de paille 15 rdcbv 90 et Livtrs Butiis aitic'es de choix qui rpondeut au Ion got 5 0 9 19 14 10 18 20 3.50 4 14 I t.50 2 10 M 15 110 18 50 4 5 5 0 4 12 12 14 9 12 15 4 3 3 V 15 Wilson el company Chicago The West Indies Trading|Co, Agent Exclusif p.ur Haiti / M produits de W tison protgent votre tableUs sont mis en conserves sous le contrle et l'inspection du gouverne ment. Ce qui garantit doublement leur qualit. compltant le produit L'honneur des pregrs industriels modernes raliss ne peut re attribue aux machines et aux mthodes ecientiliques seulement ; car compltant tout cela intervient la force dirigeante qu'est l'homme. Car, ce sont les ressources humaine, l'habilit et l'exprience qui ont perfectionn et opr avec succs eus mthodes et ces inactiineaVoila pourquoi la prpaiaiiou de l'homme constitue un des premiers de* voira et le plus grand exploit du cette ^organisation connue dans le monde BOUS le nom de YVESTlNGllUUSE. Ce fait constitue la plus grand garantie quand on achte un produit quelconque portant le nom de Wl-.si i.NiJIloi -K. VOUS pouvez avoir ia certitude qu'il possde la dure et qu'il ait •uturpttbla de rendre les services quon obtieut des troduits fabriqus par d s hommes comptents. Wesiinghouse Eleclric lntei*nattonal Go { OT, Broadway New-York, U. S A. Adresse tlgraphique: WEMO EXPO, New-Y ^^B^B^B^Bk ^stB^B^B^'^ Westingbouse W W APARATOS ELECTR1CCS Vaa* PARA TODOS LOS FINES WilscoOleoonargarina: beurre de lamllle, pour U cuisine et pour la .able. fabriqu ra des pr.vLi-.hsolument pur, en usage lans les plus grandi rtsi.auraii's. UBO Man'gue tldalpure lard la meilleure marque du monde rnanlgaa de fill m arque SuUana prpars spcialement poules cl mau chauds, en barils et en fa blancs P Jupiter taira hamxly Hee\ bœuf de lamille en sa m ure qualit exlra poules piceries ea pices de 8 13 |c r g q ujft mess f^*. coup par pices de 0 pouces, mis en baril de K) 4 lo 0.0 ceaui su-vaut lea gois, bat Bock Po,k pices da lard en'saumure, extrait du cou et de llanjs du porc, par morceaux de ti pieds canes coups \ant l poids de chaque morceau. <-up< j,u vaut le Certi/ied llams, jambons lmes, slvle anz'ais timiloi^ jambons import! d'Angleterre. 51m,,a,re liants, Brtwkfasi Bacon and l'icmcs, slyie amricain JPIA^I n. A a •mua l spc.alement pour les climats chauds selecUnn e 1 \o3 viandes fumes sont minutieusement enveloppes dansde la mous seline blanche pour leur prservation avant d tre mise en paquets. Les ^produits de Wilson protgent volretable. J*%M



PAGE 1

LU. BRU.' BAZAR METROPOLITAIN Maison de confiance Anyle des Hues du Peuple et Dante Dctouhe annonce sa nombreuse elien tle;.[qu11 vient de recevoir |>ar le dernierbtean un flrand stock de marchandises 'suivante?s : Tard en pat de verre lard par livre Jambon de 5 2 Ivres Toute iorte de pickles Sel fin polir table Sirop pour table Mantyuei oiolne en fer blanc de letde.>\b Mantguepure lard en ferblanc de i et 51b Beurre depUtache en grande et petits verres Amande sales en bocal Lait vayo liordn l 8 Lait ( onden> Bordent LTI de Mali en poudre Bordais Lait vapor t Welson Com starch de la mirque Kingnfootfs \ Raisins de Corinthe par 1 et ij8 livre et ttutcela un prix trs raisonnable. Fous attirons encore une/ois l attention de nos clUfiU sur la bonne qualit de BIRE B LU KDE que y oui Vi ndoni ut U> cm imet 01 la grande toutaUt. Htel Restaurant L'H'el liestauranl de J'^venr se recommande lomi bon soiu et h lg jaril de so i S'rFice, le* voyageurs n a Po t-au-Piince y trouveront pi ine satlacuon. Pours'er vamcie on n'a q p*J89r au No *22D de la Rue Fr"buieau cies i!rpliis erres'.ivs. ~',*-j\ Coud lions li avantageuse* 1 ^£^ A SYLLA, Propritaire. 5ALAEPATICA Assurez vous contre LE i 0 S ;1 IIT.II q ie eA 1res recher. \iS ce m ne purga'plsiat nr li n 1i in h 4 ne a*i \n<>. Ce sel est aussi rec >i Magasin de l'Etat 173t Sans aucun frais de commissions. Adressez-vous la plus forte compagnie des E.(J. p| i a n saC i e T. SjOuH LE HOME INSURANCE Co de N-\ agent gnral ftour Hati ug.'Le BOSSE, Port-au-Prince Trotte/ vot.e Hai'on, votre Ittff sin, vos d'pts au taux le plus jais.nabe. -Aucun Irais fc cmnission ni le courtage payer Il Bat igoff^o s sans, frais par co. wpr ndancr ou ve ez discuter o're problme h< z Bug 1% BOSSE, 95 Bue du Ouai Anale des Rues Roux et du CM 2 Mdailles d'argerc Exposiion de Bnixels tel Laboratoire de Chimie Mdicale Droguerie, Produits chimiques et pharmaceutique^ Spcialits franaises et amricaines. Piparalion de toutes ampoules mdicamenteuses stn et injectables. Spcialits. —Srum r/rosthnique simple et fernigio loJhyirarg/re. Srum ue alorard remplaant les m rca'cdiants de Fvrier et de /obur Il y a toujours en stock : Nevrosthose* Sirop pactonl Elixir de Penvlvanie. ..—-.g Dpositaire du PflEVETIl Reprsentant des Laboratoires Te LACTWERil. Fermant lactijue. eu aire attaetnns t^ tiuales et culauas. ^WARINF.—-S op• -figue ** 1 con'M'pat.n" \ g a r e 11 e Produits de premier choix Princesse, i tare" LA NATIONAL Voient chaque jour augmenter leur rputation Elles rivalisent avec <>s nicillreues cigarettes impon



PAGE 1

Quatorzime ann *e Nos 3020 Port au Prince,Haiti Vendie-Ii 29 Octobre 920 DIRECTEUR-PROPRIETAIRE ClmintMAGLOIRE V! A aisnuf 'COMMUNAL ^ NUMMO 15 CENTiyi* Uoffiis 3.00 Oo mois Trois mon Trois mois ITRANGiiR G. 2.50 7.00 # 801 Quotidien ut annonces sont reues an Comptoir IoLTaonal de Pu blicit 9 Rue Tronchet. F$S 1J19. ax, a. Ludgate Hill, Londre.'J REDACTION; Rue Amricaine No. 135 la grandeur du spectacle dpend de la qualit de l'œil qui le regarde GŒTHE TELEPHOSF: 4$ fonesty the best policy AusaOnduLouvr a LITTERAlUBtJ HATIENNE presse aux Etats Unis et dans I Amrique latine continue de rpandre on cotnm9ntaires sensa feoeU au s-'jut de ce qui se passe Huti. Les rends journaux de York et de Washington aussi loque nos confrres cubains : tEl mode la Marina* El muodo I lus do etc doivent parti. "ullrement iligoala pour l'abondance ci la nt de leurs informations lui tienI, pour l'ardeur d^ leura plaid %  nen vue d'une application loyale ifficaca du trait conforme 1 • lice in ernationale,approprie a \ nias et la dignit d'Hati ud•dante et autonome et qui soit Diineur du Grand Peuple Amrr lus, on peut penser et on pense anlement <{ue toutes ces campa 1 gnreuses ne sont que le fait politiciens n'ayant eu vue que fclirt lectoral du momentainsi que le "Diaro de la %  tua. ( de la Havane / que nous MU cit publiant une intressaute impondance de Washington,coi it!peu prs en ces termes: Oui; pste rpublicaine des K ats pour in ce moment un procs iinpifiMe contre l'administration oocnte propos de l'action amritelle qu'elle est conduite en hn par et pour la National City uUeSnateur llardmg se moiti Ddetnmeat dans sa campagne prielle d'11. ie gnrosit admira •avers le petit peup e non ; mais fut-il pas souhaiter, s'il succde Wilaon.q J au heu de la Ctty Bank n'arrive pas SJ 1 tour avec sa ie lui pour laquelle son admi titioa recjm nencera user des M procds aujourd'hui incni [ftor notre pirf, nou9 pourrions ihcileunot nous laisser gagner h pessimisme bien explicable itoiuie les organes amricains Stlistea comme notre ami The Na et par les journaux nationalmide l'Amrique espagaole : foute '1 ce qui nous laisse plein de CJQ c'est que dans les diflicults Mlles nous avous eu et noua encore pour allis naturels %  wuleinent ceux qui sont enga 'Par tat dans la politique nit re des Etats Uuis.non seulement ftoaucieis qui cherchent leur dana les performances imp)a de leur, gouveruement.rnais [amples industriels qui.iablis eu >i ont besoin, pour prosprer,d J [iftapatlue active de l'indigne et [garaniiea que sa lgislation pro mais de commerants qui, par *it professiounelle, s intres plus au tralic lucratif et rgu qu'aux prjugs de race et querelles entre rpublicains 'Wmocrates. L^P r6Uve de ce que nous disons 15 aite et bien laite. Un se sou de ce que ce journal signalait [U de cela quelques semaiues au de l action mene en notre fa •Uns le prsent conf.it par l A ^n|Foreign Banking Corpora n*5? r la Ha8C0 ltt Me Fadden et | jrea hommes d'alfaires qui, se ,*]jPlacea chez nous la tte J*ndes entreprises permanentes torcs par intrt personnel wmpris.d'ire des observateuia k m au droit ei. de l'intrt des adroit et intrts intimenv ut Kf eurs P ro P r es%  %  ":" est tien sur que Monsieur W 1, 1 le d6, u de l'Assem .nerale des Actionnaires Ue ne tardera pas se rendre j 1 accroissement de crdit uahs que de immenses pro toi* l 8 que 8a compagnie est b a tirer des tmoignages de loyale amiti r c miment donns au Pays par Mr EE iott et son collabo rateur JJlo, de l'utile popularit qu'ont gagoo H la Compagnie des agents Comme MM. lirignac, Chili, Von Schilling et d'autre3 au milieu de la population laborieuse de la Plaine du Gui de Sac. Dans un mme ordre d'ide*, noue avons, en ce moment sous les yeux, des correspondances de corn m ssionn ores et de grandes firmes amricaines, correspondances que le dernier-bateau a apportes en quant t imposante de nombreux commuints de la place. C esl uu cri unanime de protestation et un engagement la confiance qui nous viennent de ces businessmen d'aprs lesquels les effets de la crise mondiale en Haiti se sont trouv? singulirement aggravs du fait des conditons politiques qui jus qu'a ce jour ont prvalu i;i. Oa en jugera par l'extrait suivant d'une R:vue du march reue par de nombreux commerants d'une grande maison d'expo.tat ons de New-Yo k : La situation en Hti est en voie de devenir une question pohtque dans les EV.ats. Au cours d; h campagne lectorale prsidentielle et a la suite du reour ici des enquteuis gouvernementaux venant d'Hati et d.*s rappo ts qu'ils ont soumij. nous regrettons d'avoir constater qu'il semblerait que toutes les accusations laites ont t conBrmes lusqu'i ptsent l ensemble du rapport n'a pas t publi ; mais on compte sur une amlioration immdiate de la situation, mne au cours de l'administration qui est au pouvoir et est responsable, dans une certaine mesure, des erreurs et des tons qui ont t co.nmis. Nous ne croyoas pa que quiconque Washington ayant Us l'autorit se soit rendu compte de ce que ces reprsentants hautains, officieux et intolrants en tous genres avaient fat, v ous vous apercevrez donc d'un changement^ une am'.io raun immdiate, la cessation d'actes pareils ainsi que le dplacement des individus qui sont rellement responsables de ces incidents et de ces erreurs mal heureux.Nous esprons djuc qu' parut de maintenant la libell que le peuple amricain dsire toujours accorder aux autres et tre trau de mme manire se trou veia parfaitement justifie et mrite aux yeux du peuple haitien, car cbe^ nouspersonne ne dsire voir et n'a a cœhr que l'avancement et la prosprit d'Hati qui aura son heure et nous avons t et sommes de ce nombre qui lui avons toujours dsir tout le bien possible ainsi que nous serons toujours heureux de contribuer dans toute la mesure de notre pouvoir a ce rsultat Nous venons justement dlentaratr la question des taux postaux entre nos deux pays, avec notre service postal. Le pou des lettres de NewYork i Haiti est > centimes Ponce. Le taux des lettres pour Cuba, Sto Domingo, Poito-Kico, la Jamaque, toutes les possessions anglaises Uans les Antilles, les Kpub.iques de Panama et du Mexique aussi bien que la Grande liretagne, Terre-Neuve et le Canada ainsi que la Nouvelle Zlande est de 2 centimes. C'est notre taux postal rgulier poar l'intrieur de notre pays et il est.applique.comme de juste, de mme a Porto Rico, Vous trouverez Irs prJdut dlicate et exquis de la Parfumerie Vivaudou Coffret* bien prsents pour cadeaux de fianailles, d'anmversai res, et",, faouii i jusqu' 20 dol. Chaque coffret contient une boite de poudre, une lolinn, un extrait, un saion et dt l'eau dentifrice. Vous trouverez galement de la ParfUmerie Colgate jrCo hjxcdlentcs conditions i Le rcit de l'administrateur Suite et Fin St Thomas et Ste Croix, aussi bien que les Iles Vierges et les PhilippinesNtre Directeur des Postei Gnrales nous intorme que la raison pmr laquelle il n'y a pas eu de chan gement de taux pour Haiti est que les Autorits postales d'Hati avaient retus de considrer la question ef d'abaisser le liux du port sur les lettres changes entre Htii et les Etats-Lois... (S)Seabjard Trading Uj-npany N-Y En nous g;rdant de nous livrer i aucune rthxion dans un sens ou dans l'autre au suj-.t de c:tte correspondince, noj; te ions nanmoins au rer/aitention lui ce qai aytrouve touchant les Postes et le tarif postal. Il convient aussi de dire que chaque fois qu'au sujet d'une semblable question de tard les fonctionnaires Jauiens du Gouvernement ou du Conseil d'Etat hiurdai.-nt des obser vations judicieuses comme celles COD tenues dans l'extrait que nous repro daisoasces imprudents et impudents malgr leur responsabilit naturelle et lgale dans leurs affaires nationales, taient frapps 00 menacs des toudres du pouvoir temporel. Souri itons aussi que la dmission rceate .et inattendue du contrleur amricain des Postes ait la signification d'une prochaine rforme ration nelle dans le tarif postal. Nous n'achve.ons pas cette chronique sans toaligntl la remarque consolante faite par la Seabord ira ding Company qu'aux Etats-Unis personne ne dsire voir et n'a i cujjr que l'avancement et la prosprit d'Haiti , ce qui vient i l'appui de la croyance qu'atli me constamment notre journal que ma'gr des erreurs et des fautes dplorables, chez ce grand peuple amricain, il y a une grande majorit dsiieuse de se conformer i la rgle formule par Eranklin :c LHoan t est la meilleure des politiques . Socit Loiimien'iaie d Haiti New Orlans &, South American S. S. Co Le steamer COLUMBIA sera ici vers le 1er Novembre prochain et repartira probablement le mme jour prenant la malle, fret et passa gers pour : Guadeloupe, Martinique, Laguaira Puerto Cabcllo, Puerto Columbia, Cristobal, Puerto Limon, Puerto Barrios & New Orlans. Port au Prince le 28 Octobre iyao •Jnelques annes se passrent. Excellent avait rompu depuis long temps avec Jeanne qui ri.tomba la vulgaire prostitution de ses db ts et qui. depuis longtemps, ne donue plus signe de viePeut-tre est-elle morte quelque hart. Excellent 'ait de l'Ariibonile Un jour, une rvolution clata dans le No d : il s'y jeta et arriva Port au Prince dans l'tat maior du nouveau chef. Il joua si bien qu'il devint le familier du Palais, puis 1 ami intime du Prsident, son conseiller cout. Il n'avait aucun litre, aucune situation officielle, mais il tait de ceux l dont la protection tait indispen sable pour avoir la confiance du Jhef. fi n'tait rien et il tait tout, car il fsisai,t e'. dfaisait les ministresparticipir aux dcisions les plus graves, assista t aux dlibrat ons du Conseil d^s Sacr air. s d Eta', exerearr. sur le Prsident une puissance ocelle, une attraction vraiment magique A mesure q^eson inilaence grandiassjbune inquitude s'insinuait 6n moi Je le savais vindicatif et je trem biais pour Matret. J'appelai mon ami je lui dis mes craintes. -— Ne t'inquite pas, mon Vieux. Excellent et mot nous sommes deve nus de bons amis. Il m'a mme pro mis son concoure, — Vrai, u ne t abuses pas ? — Qu'est"JS qui te prend? — A ta place, ie me mfierais. Un soir o 1 sonna te couvre-feu huit heures. Lee promeneurs apeurs se htaient par les rues troites, prolilant sur le sol des ombres tragiques. Des patrouilles infeataieGt dj la ville, et la clameur des qui vive reten issait lugubre dans le disert des quartiers ensoiameills. Je trouvai en rentiant. un billet anonyme m'annonant l'arrestation de mon ami. J'tais atterr. Je devi nai sans hsitatiou la main qui avait frapp. Le lendemain j,e commenai les dmarches. J'allai voir -i ministre de l'Intrieur, ie Chef de la police, le commandant d'arroudiisemjnt. Je commis I imprudence de crier mon indignation ce dernier qui m eovo ya tout bonnement rejoindre Mairet en prisonJe ne vous ^souhaite pas. mon fils, de connatre la prison, mais vous ne saurez tout de mme quelque chose puisque vous tes hatien -Oui, vous saurez la torture d'tro sans nouvelles de ce qui se pBsee au de hors, d tre rduit pier des propagandes qui vous ailolont, |etes votre intention dans le carr de la cour par des voix criminelles et avines. Vous saurez aussi l'angoisse mortelle de nuits infimestroubles de cris inconuus, de rumeurs confuse*, de chuchotements mystrieux et par intervalles, de bruite de croa ses de fusils contre les portes et surtout des p osj e j clefs tournant dam lee verrous. Je revois Maire inquiet, nerveux, co de moi et je l'entends encore me dire : — Nous ne sortirons pas d'ici avant longtemps. — Voyons, tu te montes la tte. Qu'est-ce qui ie t'ai: croire a? Bien, coute, me ditil brusquement, pale de terreur, 11 avait cru entendre la voix d'Excellent. Une nuit que fatigus, abrutis d motion de toutes sortes, nous dormions un peu, nous lmes rveills par un cii atroce c l'arma aux pieds un de ces cria de mort que Ion croira t un homme incapable de pousier. — Qa y at.il ? demandai je & Mairel? — -Ne parle pas, dit-il. Et tandis que les grosses clefs tournaient dans les serrures rouille*, des coups de feu clatrent au om. — Uestlali\ murmurs Mairet, Un nous fit sortir. Le carr de la cour tait envahi de militaires dguenills. D'autres prisonniers s'y trouvaient dj. Un officier tira de sa poche une feuille Je papier et se mit a lire la clart de la lune qui, l-haut, dans le ciel sans nuage, voluai paisiblement Le fi -il exprs ? il lisait mal, avec une lenteur exasprau e. dfigurant les noms, s arrtant, se reprenaut, au point que nous mourions d'angoisse, ne sachant si nous tions ou nou aur la liste. — Jeen\. Jean... Louis bgayait-il, Mairet. ^h.' non. oui., non... Mairet Mairet... Ou ne cita pas mon nom. — En avant, matehel Dix prisonniers furent conduite, escorts d une cinquantaine de soldats dont les baonnettes tiucelalaut ou teux crois*. Ah! mon Cher; Je n'oublierai jamais le reg*rd chavir, ananti, que me jeta Mairet. La fusillade continuait crpiter la lune brillait toujours dans le ciai qui >ait devenu plus pur. Je n ai plus revu mon pauvre ami mon pauvre ami. Il s arrta. Une violente motion se peignit sur sou visageIl reprit : — Puisque voue m'avez dit que vous comptes pouser Mademoiselle Mairet, je vous ai raconte tout cela BHO que vous sachiez les ennemis de votre futuie famille. Vous pouvez vous retirer, et faites cette lettre ajouta-t-il en tendant 4 Jacques une feuille de papier annote. u, .AT, Fkux COURTOIS Extrait de Deux Pauvres Petites Pilles, lomau hatien. "* Chronique judiciaire En cassation Audience de la 2e section du 14 Octobre 1920 Prsidence du vice prsident Anselme Artts rendus ; Celui qui ordonne un supplment d'inforrrtatmn contre Achille Pierre Loais, juge de paix de Torbeck, dit q^u'il sera procd par les mmes magistrats R. Chalvir et C. Lon qui ont dj procd linformajon, lesquels se conformeront la Celui qui dit qu'il n'y a pu lieu i suivre contre le Magistrat Dfsmangles. en consquence renvoie le dit Magistrat hors de cours. Celui qui casse et annule pour excs de pouvoir le jugement du tri bunal de paix de l'Anse d'Amault 5., enlre ,0se P h ,fan P, *c et Uolc |ean, eu date du j Mai i 9 a 0


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05252
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, October 29, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05252

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatorzime ann*e Nos 3020
Port au Prince,Haiti
Vendie-Ii 29 Octobre 920
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE
ClmintMAGLOIRE
V! a aisnuf 'Communal
^ NUMMO 15 CENTiyi*
Uoffiis 3.00
Oo mois
Trois mon
Trois mois
ITRANGiiR
G. 2.50
7.00
# 801
Quotidien
ut annonces sont reues an Comptoir Io-
LTaonal 'de Publicit. 9 Rue Tronchet. F$S
1J19. ax, a. Ludgate Hill, Londre.'J
REDACTION; Rue Amricaine No. 135
la grandeur du spectacle
dpend de la qualit de
l'il qui le regarde
GTHE
TELEPHOSF: 4$
fonesty the best policy AusaOnduLouvr
a
LITTERAlUBtJ HATIENNE
presse aux Etats Unis et dans
I Amrique latine continue de
rpandre on cotnm9ntaires sensa
feoeU au s-'jut de ce qui se passe
Huti. Les rends journaux de
York et de Washington aussi
loque nos confrres cubains : tEl
mode la Marina* El muodo I lus
do etc doivent parti."ullrement
iligoala pour l'abondance ci la
nt de leurs informations lui tien-
I,pour l'ardeur d^ leura plaid
nen vue d'une application loyale
ifficaca du trait conforme 1
lice in ernationale,approprie a \
nias et la dignit d'Hati ud-
dante et autonome et qui soit
Diineur du Grand Peuple Amrr
lus, on peut penser et on pense
anlement <{ue toutes ces campa
1 gnreuses ne sont que le fait
politiciens n'ayant eu vue que
fclirt lectoral du moment-
ainsi que le "Diaro de la
tua. ( de la Havane / que nous
mu cit publiant une intressaute
impondance de Washington,coi
it!peu prs en ces termes: Oui;
pste rpublicaine des K ats pour
in ce moment un procs iinpi-
fiMe contre l'administration o-
ocnte propos de l'action amri-
telle qu'elle est conduite en
hn par et pour la National City
uUeSnateur llardmg se moiti
Ddetnmeat dans sa campagne pr-
ielle d'11.ie gnrosit admira
avers le petit peup e non ; mais
fut-il pas souhaiter, s'il succde
Wilaon.q j au heu de la Ctty Bank
n'arrive pas sj 1 tour avec sa
ie lui pour laquelle son admi
titioa recjm nencera user des
m procds aujourd'hui incni
[ftor notre pirf, nou9 pourrions
ihcileunot nous laisser gagner
h pessimisme bien explicable
itoiuie les organes amricains
Stlistea comme notre ami The Na
et par les journaux nationalm-
ide l'Amrique espagaole : foute
'1 ce qui nous laisse plein de cjq
c'est que dans les diflicults
Mlles nous avous eu et noua
encore pour allis naturels
wuleinent ceux qui sont enga
'Par tat dans la politique nit
re des Etats Uuis.non seulement
ftoaucieis qui cherchent leur
dana les performances imp-
)a de leur, gouveruement.rnais
[amples industriels qui.iablis eu
>i ont besoin, pour prosprer,d j
[iftapatlue active de l'indigne et
[garaniiea que sa lgislation pro
" mais de commerants qui, par
*it professiounelle, s intres
plus au tralic lucratif et rgu
qu'aux prjugs de race et
querelles entre rpublicains
'Wmocrates.
L^Pr6Uve de ce que nous disons
15 aite et bien laite. Un se sou
de ce que ce journal signalait
[U de cela quelques semaiues au
de l action mene en notre fa
Uns le prsent conf.it par l A
^n|Foreign Banking Corpora
n*5?r la Ha8C0 ltt Me Fadden et
| jrea hommes d'alfaires qui, se
, ,*]jPlacea chez nous la tte
J*ndes entreprises permanentes
torcs par intrt personnel
wmpris.d'ire des observateuia
km au droit ei. de l'intrt des
adroit et intrts intimenv ut
Kf eurs ProPres-
":" est tien sur que Monsieur
W1,1le d6,u de l'Assem
.nerale des Actionnaires Ue
ne tardera pas se rendre
, j 1 accroissement de crdit
uahs que de" immenses pro
toi*l. 8 que 8a compagnie est
b* a tirer des tmoignages de
loyale amiti r c miment donns au
Pays par Mr E- E iott et son collabo
rateur JJlo, de l'utile popularit
qu'ont gagoo H la Compagnie des
agents Comme MM. lirignac, Chili,
Von Schilling et d'autre3 au milieu
de la population laborieuse de la
Plaine du Gui de Sac.
Dans un mme ordre d'ide*,
noue avons, en ce moment sous les
yeux, des correspondances de corn
m ssionn ores et de grandes firmes
amricaines, correspondances que
le dernier-bateau a apportes en
quant t imposante de nombreux
commuints de la place.
C esl uu cri unanime de protesta-
tion et un engagement la confian-
ce qui nous viennent de ces busi-
nessmen d'aprs lesquels les effets
de la crise mondiale en Haiti se sont
trouv? singulirement aggravs du
fait des conditons politiques qui jus
qu'a ce jour ont prvalu i;i.
Oa en jugera par l'extrait suivant
d'une R:vue du march reue par
de nombreux commerants d'une
grande maison d'expo.tat ons de
New-Yo k :
La situation en Hti est en voie
de devenir une question pohtque
dans les EV.ats. Au cours d; h cam-
pagne lectorale prsidentielle et a
la suite du reour ici des enquteuis
gouvernementaux venant d'Hati et
d.*s rappo ts qu'ils ont soumij. nous
regrettons d'avoir constater qu'il
semblerait que toutes les accusations
laites ont t conBrmes lusqu'i
ptsent l ensemble du rapport n'a
pas t publi ; mais on compte sur
une amlioration immdiate de la
situation, mne au cours de l'admi-
nistration qui est au pouvoir et est
responsable, dans une certaine me-
sure, des erreurs et des tons qui ont
t co.nmis. Nous ne croyoas pa
que quiconque Washington ayant
Us l'autorit se soit rendu compte
de ce que ces reprsentants hautains,
officieux et intolrants en tous gen-
res avaient fat,vous vous apercevrez
donc d'un changement^ une am'.io
raun immdiate, la cessation d'ac-
tes pareils ainsi que le dplacement
des individus qui sont rellement
responsables de ces incidents et de
ces erreurs mal heureux.Nous esprons
djuc qu' parut de maintenant la
libell que le peuple amricain d-
sire toujours accorder aux autres et
tre trau de mme manire se trou
veia parfaitement justifie et mrite
aux yeux du peuple haitien, car cbe^
nous- personne ne dsire voir et n'a a
chr que l'avancement et la pros-
prit d'Hati qui aura son heure et
nous avons t et sommes de ce
nombre qui lui avons toujours d-
sir tout le bien possible ainsi que
nous serons toujours heureux de
contribuer dans toute la mesure de
notre pouvoir a ce rsultat
Nous venons justement dlentaratr
la question des taux postaux entre
nos deux pays, avec notre service
postal. Le pou des lettres de New-
York i Haiti est > centimes Ponce.
Le taux des lettres pour Cuba, Sto
Domingo, Poito-Kico, la Jamaque,
toutes les possessions anglaises Uans
les Antilles, les Kpub.iques de Pa-
nama et du Mexique aussi bien que
la Grande liretagne, Terre-Neuve et
le Canada ainsi que la Nouvelle Z-
lande est de 2 centimes. C'est notre
taux postal rgulier poar l'intrieur
de notre pays et il est.applique.com-
me de juste, de mme a Porto Rico,
Vous trouverez Irs prJdut
dlicate et exquis de la
Parfumerie Vivaudou
Coffret* bien prsents pour ca-
deaux de fianailles, d'anmversai
res, et",, faouii i jusqu' 20 dol.
Chaque coffret contient une boite
de poudre, une lolinn, un extrait,
un saion et dt l'eau dentifrice.
Vous trouverez galement de la
ParfUmerie
Colgate jrCo
hjxcdlentcs conditions i
Le rcit de l'administrateur
Suite et Fin
St Thomas et Ste Croix, aussi bien
que les Iles Vierges et les Philippi-
nes-
Ntre Directeur des Postei Gn-
rales nous intorme que la raison
pmr laquelle il n'y a pas eu de chan
gement de taux pour Haiti est que
les Autorits postales d'Hati avaient
retus de considrer la question ef
d'abaisser le liux du port sur les
lettres changes entre Htii et les
Etats-Lois...
(S)Seabjard Trading Uj-npany N-Y
En nous g;rdant de nous livrer
i aucune rthxion dans un sens ou
dans l'autre au suj-.t de c:tte corres-
pondince, noj; te ions nanmoins
au rer/aitention lui ce qai aytrouve
touchant les Postes et le tarif postal.
Il convient aussi de dire que cha-
que fois qu'au sujet d'une semblable
question de tard les fonctionnaires
Jauiens du Gouvernement ou du
Conseil d'Etat hiurdai.-nt des obser
vations judicieuses comme celles cod
tenues dans l'extrait que nous repro
daisoasces imprudents et impudents
malgr leur responsabilit naturelle
et lgale dans leurs affaires nationa-
les, taient frapps 00 menacs des
toudres du pouvoir temporel. Sou-
ri itons aussi que la dmission r-
ceate .et inattendue du contrleur
amricain des Postes ait la significa-
tion d'une prochaine rforme ration
nelle dans le tarif postal.
Nous n'achve.ons pas cette chro-
nique sans toaligntl la remarque
consolante faite par la Seabord ira
ding Company qu'aux Etats-Unis
personne ne dsire voir et n'a i
cujjr que l'avancement et la prosp-
rit d'Haiti , ce qui vient i l'appui
de la croyance qu'atli me constam-
ment notre journal que ma'gr des
erreurs et des fautes dplorables,
chez ce grand peuple amricain, il y
a une grande majorit dsiieuse de
se conformer i la rgle formule par
Eranklin :c LHoan t est la meil-
leure des politiques .
Socit Loiimien'iaie
d Haiti
New Orlans &,
South American S. S. Co
Le steamer COLUMBIA sera ici
vers le 1er Novembre prochain et
repartira probablement le mme
jour prenant la malle, fret et passa
gers pour :
Guadeloupe, Martinique, Laguaira
Puerto Cabcllo, Puerto Columbia,
Cristobal, Puerto Limon, Puerto
Barrios & New Orlans.
Port au Prince le 28 Octobre iyao
Jnelques annes se passrent.
Excellent avait rompu depuis long
temps avec Jeanne qui ri.tomba la
vulgaire prostitution de ses db ts et
qui. depuis longtemps, ne donue
plus signe de vie- Peut-tre est-elle
morte quelque hart.
Excellent 'ait de l'Ariibonile Un
jour, une rvolution clata dans le
No d : il s'y jeta et arriva Port au
Prince dans l'tat maior du nouveau
chef. Il joua si bien qu'il devint le
familier du Palais, puis 1 ami intime
du Prsident, son conseiller cout.
Il n'avait aucun litre, aucune situa-
tion officielle, mais il tait de ceux
l dont la protection tait indispen
sable pour avoir la confiance du
Jhef. fi n'tait rien et il tait tout,
car il fsisai,t e'. dfaisait les minis-
tres- participir aux dcisions les
plus graves, assista t aux dlibra-
t ons du Conseil d^s Sacr air. s
d Eta', exerearr. sur le Prsident une
puissance ocelle, une attraction
vraiment magique
A mesure q^eson inilaence gran-
diassjbune inquitude s'insinuait 6n
moi Je le savais vindicatif et je trem
biais pour Matret. J'appelai mon ami
je lui dis mes craintes.
- Ne t'inquite pas, mon Vieux.
Excellent et mot nous sommes deve
nus de bons amis. Il m'a mme pro
mis son concoure,
Vrai, u ne t abuses pas ?
Qu'est"JS qui te prend?
A ta place, ie me mfierais.
Un soir o 1 sonna te couvre-feu
huit heures. Lee promeneurs apeu-
rs se htaient par les rues troites,
prolilant sur le sol des ombres tra-
giques. Des patrouilles infeataieGt
dj la ville, et la clameur des qui
vive reten issait lugubre dans le
disert des quartiers ensoiameills.
Je trouvai en rentiant. un billet
anonyme m'annonant l'arrestation
de mon ami. J'tais atterr. Je devi
nai sans hsitatiou la main qui avait
frapp. Le lendemain j,e commenai
les dmarches. J'allai voir -i ministre
de l'Intrieur, ie Chef de la police, le
commandant d'arroudiisemjnt. Je
commis I imprudence de crier mon
indignation ce dernier qui m eovo
ya tout bonnement rejoindre Mairet
en prison-
Je ne vous ^souhaite pas. mon fils,
de connatre la prison, mais vous
ne saurez tout de mme quelque
chose puisque vous tes hatien -Oui,
vous saurez la torture d'tro sans
nouvelles de ce qui se pBsee au de
hors, d tre rduit pier des pro-
pagandes qui vous ailolont, |etes
votre intention dans le carr de la
cour par des voix criminelles et
avines. Vous saurez aussi l'angoisse
mortelle de nuits infimes- troubles
de cris inconuus, de rumeurs con-
fuse*, de chuchotements mystrieux
et par intervalles, de bruite de croa
ses de fusils contre les portes et sur-
tout des posjej clefs tournant dam
lee verrous.
Je revois Maire inquiet, nerveux,
co de moi et je l'entends encore
me dire :
Nous ne sortirons pas d'ici
avant longtemps.
Voyons, tu te montes la tte.
Qu'est-ce qui ie t'ai: croire a?
Bien, coute, me ditil brusque-
ment, pale de terreur,
11 avait cru entendre la voix d'Ex-
cellent.
Une nuit que fatigus, abrutis d
motion de toutes sortes, nous dor-
mions un peu, nous lmes rveills
par un cii atroce c l'arma aux pieds
un de ces cria de mort que Ion
croira t un homme incapable de
pousier.
Qa y at.il ? demandai je & Mai-
rel?
-Ne parle pas, dit-il.
Et tandis que les grosses clefs
tournaient dans les serrures rouil-
le*, des coups de feu clatrent
au om.
Uestlali\ murmurs Mairet,
Un nous fit sortir. Le carr de la
cour tait envahi de militaires d-
guenills. D'autres prisonniers s'y
trouvaient dj. Un officier tira de
sa poche une feuille Je papier et se
mit a lire la clart de la lune qui,
l-haut, dans le ciel sans nuage,
voluai paisiblement Le fi -il ex-
prs ? il lisait mal, avec une lenteur
exasprau e. dfigurant les noms,
s arrtant, se reprenaut, au point
que nous mourions d'angoisse, ne
sachant si nous tions ou nou aur
la liste.
Jeen\. Jean... Louis bgayait-il,
Mairet. ^h.' non. oui., non... Mairet
Mairet... '
Ou ne cita pas mon nom.
En avant, matehel
Dix prisonniers furent conduite,
escorts d une cinquantaine de sol-
dats dont les baonnettes tiuce-
lalaut ou teux crois*. Ah! mon
Cher; Je n'oublierai jamais le reg*rd
chavir, ananti, que me jeta Mairet.
La fusillade continuait crpiter
la lune brillait toujours dans le ciai
qui >ait devenu plus pur.
Je n ai plus revu mon pauvre ami
mon pauvre ami.
Il s arrta. Une violente motion
se peignit sur sou visage-
Il reprit :
Puisque voue m'avez dit que
vous comptes pouser Mademoiselle
Mairet, je vous ai raconte tout cela
bho que vous sachiez les ennemis
de votre futuie famille. Vous pouvez
vous retirer, et faites cette lettre
ajouta-t-il en tendant 4 Jacques une
feuille de papier annote.
u- .at, Fkux COURTOIS
Extrait de Deux Pauvres Petites
Pilles, lomau hatien. "*
Chronique judiciaire
En cassation
Audience de la 2e section
du 14 Octobre 1920
Prsidence du vice prsident Anselme
Artts rendus ;
Celui qui ordonne un supplment
d'inforrrtatmn contre Achille Pierre
Loais, juge de paix de Torbeck, dit
q^u'il sera procd par les mmes
magistrats R. Chalvir et C. Lon
qui ont dj procd linforma-
jon, lesquels se conformeront la
Celui qui dit qu'il n'y a pu lieu
i suivre contre le Magistrat Dfs-
mangles. en consquence renvoie le
dit Magistrat hors de cours.
Celui qui casse et annule pour
excs de pouvoir le jugement du tri
bunal de paix de l'Anse d'Amault
5.,enlre ,0sePh ,fan P,*c et
Uolc |ean, eu date du j Mai i9a0


t pour 6 :e rt li con'o mmenl i
U loi. renvoie la cause et les parties
devant le tiiburiil du me me degr
de Ticuron.
Affaires entendues
Celle de A. G. Achile contre Di-
nicl Ci juste. Monsieur le jug* Mai*
gnan entendu en son rapro t le Mi
nistre public a conclu a lacibsation
de la sentence attaque.
Celle de Mme George* joseph
contre Mme Dumas Sals. Monsieur
le juge Gentil entendu en sou rap-
port, le Ministre public a conclu
la dchance du pouivo.. Pais lar-
t suivant est rtndu.
Celui qui dclare la dame Gecges
Joseph dchu de son pourvoi exerc
contre le jugement du tribunal de
paix de lrmie en da e du 2, Mai
1920 eu
Audience de la 1re section
du 13 Q:lcbre 1920
P.sidtnce de Mr le juge iithart
Arrts rendus
Celui qui casse et annule 1 arrt
rendu le 26 Fvrier 1920 parla tribu
nal d'Appel de Port au Piioce entre
Giadala Kattan et lessieurs Christian
Laurent et Justin Casimir, et pour
eue statu conformment i la loi,
renvoie la cause et les parliesdevant
le tribunal d'Appel des Gonaivts
Celui qui r jette le pourvoi de
Me tfrdy exerce contre l'an et du
tribunal d'Appel de Port au Prince
en date du 12 Mai 1919 rendu entre
lui et le sieur Clment Maigaan
Affaires entendues
Celle de M.idame veuvr A. Teuch
1er contre Car.l e Vastey tt Edmond
Gaspard. Monsieur le juge DtVt
emendu en l'expos sommaire de la
cause Me Lonce liaiiento, poui la
demanderesse en ses cbseivatons
le M'ris' e public a coicln A la
cassati n
Celle du D.cteur Edouard Blaa
chaid contie O S:urpa et |. A Mau
mus, Squ^tres Liquidateurs Mon
sieur 11 juge Champagne enttndu
en l'rxpose sommaire de la cause la
u'iau u.i > n Je l'affaire cil remise
ta piochiine audiciue
FaitsDivern
OBSERVATOIRE
DU
PETIT SI MIMA IRE
COUEGEST MARTIAL
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
leudi l'A' Octobre 192c
Baromtre 758.5
Nouvelles Etranjra.*
27 ocobre
TARIS Le gnral H*yj le con-
fia plueurs journalistes ses im-
riesnons sur soi voyr.g aux E ats-
Uii-\ 11 se dclara extrmement si-
luiut et touch de l'accueil chdeu-
reux. sponran et uianime dont il
fut l'objet et son sjour f n Amri-
que ue fut qu une ovat on conti-
nuelle Il y constata que 1a E'ance
jouit d'un prestige aorme et i! est
du p'us grand ialrt pour elle dap
prcier tt resserrer cette union.
WASHINGTON Un loaction
naire du dpartement d; la guerre
annona qu-: la rorgamsatio 1 de la
garde nationale et immdiatement
nec^sair-;. Un minimum de 427 coo
hommes doit taire puiie de 10 gi
niaatton ei lemp< d: paix.
WASHINGTONU dpartement
d'Etat informe que sevrey Citoyen
amricain a t assassin au Maxi
que. Le Dpartement cli rge.a La cou
Bulat amricain de iNo^aks de de
mander aux autor.ts locales de
prendre toutes les mesures pssi
bled pour apprhender ie meui trier.
NEw YORK Polk ex eoua secr
tuiie d'tat subit J'Opraiio/i de l'up
lenduite son ia't cet satisfaisant.
Hasiiinotcn Au cours d'une dis
cussion relativement la reconnais
sance du nouveau Gvt. Mexicain
le dpartement anno:a iu'iI attend
des preuves plus compltes de sou
caractre tt de ses bu a
l'administrt ton de la ville.Uae gran
.'e maofatatioti eut lieu contre les
Litbaaoieoi. Les mtoitestanti jur-
rent Je dtendre les armes la main
l'indpenlance de leur patrie contre
l'S USUrp ZUAIOT U.i radiotigramri
de Moscou anuoice que le comit
excutif eeairal panruiss ratifia par
2.S vois cDjtre du lai prli ninaires
de nx ave: U Polgie.
PARIS- Simonin, :harg! d'affr-
rs de Fraa:^ Fan uni s'embarqai
Si.it Ni?, ure sur le oaquebot Na-
varre a detiaatio.i di ColOO.
PARIS Le Conseil des ministres
dtigaa le goiral Franchetd'Ksperey
pour reprsenter la F fan a aux fune-
raillei tu roi rie G ce.
PARIS Un noaveiu convoi de
rapa'ns civil* de Kussie co.npo
de 7; lu urnes, lmures et enfants
e> arriv.
PARIS Del incidents sa pro-
duisirent la nuit dernire dans di-
vers quartiers de Pans provoqus par
les ouvriers boulangers qui, dans le
bat d'empcher le travail de nnil, se
rendirent d.vait les boulingeries et
commirent des dgts.
ATHENESLe parlement dissous
est coavoqu pour j?udi afin d'lire
le rgent.L'lection de l'amiral Con-
dounotis parait assure. Les tuc-
railles du roi amont lieu vendredi.
PARIS-- Interview par l'agena
Elevai sur les prochaines lections,le
snateur cubiia Latorriente lclara
que comme cubain il est vivement
intress aux lections et il espie
De (Manufactures ttrac7
Nousr achetoBs des rvJ.
3Coseh3s(i.L8(>|a(JS
Cest la fils que redo'i uni les acteurs Lt nous vendons les la n
de (A Rtaatuatsc, demn \oir Pari mione et iBazili
sianal ~{8
Interprtation dun aurait irrisisUoie,
pii-ces dune galti exubrante tt saint,
voil les raisons Je t immense svecis de
Ftcanitdat, et Ptl m'entre.
Qu'on aille en toute applaudir ces ta
lentuettx acteurs. On aura en outre le
plaisir d entendre l'apayouie d vis si
dernire cration. -...,.
Orchestre [n Baptiste Ow trouvera lisbigan, dd laqa nctillerie
les cartes d entre ds cet apri\> miii au Ojelqjus-uns de ces articl
prix de 2 gourdes au Bureau)du Matin stock, quelques autres ea
1307-, mais le tout commander
les clients qui \oudrom les''
I Ull [in
h vu toute oacuivence- S
voude lessive Idal, C1t.|
2.jO barres; des p^imures et 7
colonial Works; du savon T
cal de Mette; des toilW
rubtns de tome beaut des
fanas f Ing.-arr 1. des Dr0u
plnrmaceui ques X,E D aj
de 2
et la ru
du Mouillais au .No
Service d'aatomobil iiV0Lu^em
\ ivoiiennes sont Ie3 plus |
notre piouiptitude est saui*.
Toute all'aire faite par notre]
DdMre d-v.ent une se
prodiits-
LuciDORSLWILlEi
IU03. Hue du Magasin de f]
Pour Go naves
Mercredi i 5 heure; du matin, a
1 occis.oi de la St Ch.r'.es, il y au
ra un dpait du camion
Prix aller retour 20 dollars.
S'adresser au Girag; Chnetfrre'
place Getfrard et Mr Dussek
Wincarns
KT
Le dpartemnnt tara prt a. recoo que le ooaveau pr/aident noetoia
lu auia le respect de ses auversaires
it l'appui de t)us les cioyens tour
gouviriier et travailler au bonheur
d: saii pays et a;;ioitre 'e pre t g
iternational de la Rpublique eu-
b ine.
Les mres de famillt
Tempiature
minimum 25 2
maximum j\ 8
26 6
jour,
le
Moyenne diurn,
Ciel un peu nuageux
clair la nuit.
Halo faible i i h.
Pluie 5 h. 30 m
Pluviontre 04, mm.
Baromtre constiot.
J.SCHERER

!Norrnnatior\,,-'
" Par commission- Je S. I-. le Prsident d'Hllil.
Me Aurle Colocrt, avoc.it, cliti de Bureau au
Dpartement des l'inances, a ite nomme cliel de
Division au dit Doparieuieiit, en rcmplaceini.iit
e Mr Louis Etticait.
Eu saluant le dpart de M. Ktlu'a't qui foor
nit au Ministre des l-'iiunces cnvnon vnmi-cinq
annes de services dvous, nous llicitons le
nouveau chel de di\ ision d'avoir su, par sa com-
ptence et son zle, mriter i.i confiance du
ChM de lEiat.
L Association Mixte de
l'uvre ( hretienne
Ias membres actits, adhrents et d'honotui
composant cette socit, ceux des trois sections
a la matine littraire et thtrale qdl aur.t lieu,
de l'A. M. (*. B> le^ amis, sont invits
i Pansiana dimanche ?i Octobie courant, o
iieures prcises du Matin sous le Patronage de
Mr Clment Magloire, conseiller d honneur I
l'occasion du 15e anniversaire de la londation de
I uvre
J^MrJrmie et Mme Luce Archin-Lay UMM
t prsidence d'honneur de la manifestation.
Le Prsident. Iloranus Laventure.
A propos de la question d eau
Nous croyons savoir qu'un appel du Service
hydraulique va tre adress a la population pour
lui demander de l'aider a solutionner autant que
possible la question d'eau. Cet appel qui de-
mande entre autres d'conomiser l'eau, contient
des considration trs judicieuses que nous re-
commandons a I avance a l'attention du public,
P.C. S:
Comme les aimes picdentc.-' la P. C. S. a
dcid de 1 aire circuler un train entre la gare du
Nord et le Port L- . is, pendant keaftei Je
La Toussaint et de Mou. Les voyages s etTec-
tucont toutes les bautes,
Un avis de la compagnie publi ici mime an-
noncecette bonne nouvelle au public.
Naissance
Les poux Supplice lils de St-Marc nous an-
noncent la naissance survenue lundi matin i 1 h.
lie leur liis : Louis. La mere et l'entant se por-
utii bien.
naine la rtconuaissdnce ausfcitt jue
le Mexique uu'a donn dea aaiuran
ces de la protectiou des aincricaius.
Il faut iue le Mexique montre ton
uun vouloir de remplir les prloci
pales cDligationi IntematioDalee et
d'tablir lu loi stipulant lea droits
dm rarg*n au Mexique.
LiHL'XhIAES Lon Ujur^oia
prsideutCa coaaeil do la aocit
des na icn;t n'e-t p a cons'd. r par
lea bcmmei d'Etat Suropen com
me un lment vi el et eateotiel du
pec'f. Mr Bonrgeoliidit quii kt aur
|iim gu cit article ail caus un t-tat
d'motion toi Ein'a Unie il ajouta
que l'article eu question poi vei? re
limin sur nuire en ai cure l rn
l < l'ticacil de la acc:t de -Sa
ton?.
HUN11NGT0N virsioie Occl
dettale Le Goovtioenr Coa a an-
Donn aujoord bo< que s il tait lu
piaideut il viendrait a aaieo r au ni
heu .m Snat ei lerat avee les an -
t.ura un ac o:d au siqtt le la eoc;
t lea Nations .' cet accord an ait
dleimin par le8 lections sna o
liale il ett icimsuiubli'e. dit il que
l'entre de 1 Ain rique dans la li^ue
dea nations puiice tre retarde
ausai longtemps.
LONDRES A la clnmb-e de<
communea, c" epria m.di. Lloyd
Ueorga a dit qu'il avait tout Iespoir
que les nc'gcciuliouB actuelles en'te
le gouvernement ei lei mineure vi-
terelent la nofeait de fermer un,
tribunal charg d examinfr les mail
leurs moyens d augtuentatio:i de la-
producion du chanon.
La plupart des jouria:x expri
ment 1 opiU'OU que I union na ionaie
dis cheminots a c.dera d ddl'rer
la Ki-ti. mai quoi q i'il arrive
oo r< croit pas q> e ce te d'eision
eera prise av ut irercre i.
WASHINGTON- L'amb-ssade de
Grande Bretagne annonce que la
dcision lelative la nomination
d un ministre du Canada i waebiog
te n dpend et.tio.-etnout du gouver
nement Canadion.
WASHINGTON Lo dpar liBMt
de la guerre inaonce qu i' eet ocee
Mire de rorganiser immdietemeot
^

Ptis wm
- Les cloches de la cathdrale de
l'oit au Vr\nceenvoyes . l'rame pour
lire tefondtiis sont attendues en liait
vers la fin d nite a ni'ce
// sera nprismt ii Patuiena
a manche ;t Octobre, par l Association
M xte de. t'Oit ne Cbrttnne un duime
de Coupe Les Deux Douleurs . tt
une comeaie
Cest Me Danii-1 qui aie lu
Btonnier de l'Ordre dts Avocats de
> h remis,
Le Lyce aura bientt son corps
de Musique, 1) s rptitions se font, thtt
que tour sous U direction intelligente


:'rr
ae Monsieur l'alcalin.
LaqueStion d embargo sur certains
articles a t solutionna e d une faon
concluante par le Gouvernement On
na (jtt lire les documents y n lotit S
publies au tournai officiel.
... -LU .
sdial
l'ilie du lieu et d
incei die.
Le Dpartement de l'Instruction
Publique va me lire d< s ouvagts classiques
la disposition de la Connu ssion locale
de surveilonce scolaire pour tre dis-
tribut aux coliers ncessiteux.
Par arrts de Son bxcellence le
Prsident de la Rpublique la quotit
d hatiens est contre aux sieurs Louis
Otto hiil^ feager, allemand el Henri
AUcn, angles.
La situation de la
nale de la Rpub.ique d llavi au }
a'grH DoVale.u'ourimpreM Sptembre de clic anne est publie au
' --.....- 1cmnal olicid
La loi qui accorde un crdit ex
traorduiaire pour Us trais aux dlgus
de Genve a t vote par le Conseil
d Etal dans sa sance de mercredi
Toute rnf-i a le souci trs niture'. da vailljr en que la ma!
t. i^ne aucun des siens, cependant seule Ie3 geua trs fortuns peu*
peimettre devoir un mdecin constamment leur disposition
t hacuii de nous ne riaquet-il pas toua lea jours dattrapper qi
ihume ou quelque bronchite? On a oubli son parapluie, on rentre'
__Le produit de la grande loterie par la Juie, lea pieds mouills ou transis de froid ; la livre se Ui
eui s'Organise au Cap Hatien devra on est oblige ae s'aliter. -i-kf OM ,
\.ir /, ..mttruriin A* I tin ut <2* y a pourtant un moyen bien simple d viter ces i
smnr u la f0ntttonfrljt6dde WtNC\U4VlS est dtn. ce ci le vrai mdecin del famille.
/ achat d une pompe ; Le8 ag|>geg a JXlJueU peut servir fonl san8 li[mte; en lemployufc
m.bode, on vitera bien dus maladiea.
La fatigue, le surmenage, 1 puisement ou l'lat fbrile qui
contqueuce normale des i humes auxquels chacun est tlfose,
Bisleut pas un traitement au WINCARNIS, traitemeni
rpi'agri ble suiv. e pendant quelque temps.
Vcus serte/.-vous dprim, fatigu, Bojet des mala ses, rem
vous avec da "WINCARNIS- Un verre Bordeaux uistin si w
un meilleur prventif et, dans beaucoup do cas. le s cibque inrw
maladies dont la convalescence tend toujours trainer en iooru
Le plus grand tonique et reconnu
monde, dlrieux, stimulant, vm
s'est ajourne au / novembre-
28 Ocobre
BERLIN A l'ouverture da roi-
gtes des banquiers allenandsSlmons
fit un discours o il dclara que
l'Allemagne doit essiyer par une ten
tative loyale de convaincre le mon-
de entier du caractre inccceptab'.e
du trait de Versailles
ATHI-NES L: Cocieil des m-
nistres admaa au pfup'e un messa.
e txprimani la dou'iur que cau'e
a dispaii^on du j*ure souverain
sous le rgne duquel la Grce vil
s'agrandir son territoire. Le mcs-;ge
ajou'e que le 1 r^ du roi dfunt.
Wincami
Banque Xatio m- Ufiant. Recommand par plus de 10000 mdecins,
llavi au jo Pipai par (.Ol-EVHN Co LU. Angleterre
t ranch J. Martin
Agent gnral En i'ac3 de la Glacire Parian**
f:
Errulum
// convient de relever dans la publi-
cation au t Moniteur du Samedi 18
Septembre de celte anne, \o 73 de la
Loi du \er Septembre 1920 adoptant le
ne Mtrique t m ne systme lgal
de ttoids et mesures, une erreur trs un
Lait condens Nestl
et Berdens
Lail vapor
Nestl
pr
la sus dite
[010 (. art.
: er Octobre
)
.ace Paul esl as; l lui succ- torUmi 'A**?* 'nMenv[&T.rJe.
der, m lis vu son absence et les rap-
lOits eiistants e-itre la nation et la
maison du roi. 1* giuv-*m?meut d-
cida la convocaiion de la chambre
dissoute pour lire ua rgent.
Vll.NALe gouvernement de G:-
li^owski organise progressive a l
Eu veutecliezi Alfred Vieux, Simon Vieux, LonM^jjjjg^
Aim. B"
Lo.
Loi fixe au
icr, 2c alina
H faut lire conviu suit :
An 1er 2e alina : Il sera obhga
taire sur tout le Urriloue de la Kpw
bliqtte partir du ur Oct 1921.
tort au Prince le 2H Oct 19JV
Auuuste Eli, Merlus l^rne, Ption '^'j^gi
(iire, A.Testerot file. B.& N-Sads ec Lo.vin
En gros chez
L Prteta km


Trrrrr
fannsi *!LLS
^ut adOnpetable
irEtFANT^: i ?ar< ?' fc,oIe
IICILUBO qui $tl padre l',
SUAMES PERSONNES qui
KiJrttiUrsocfopliiM
or PRSERVER
M i^ANES RESPIRATOIRES
^ ou pou: SOIGNER
,.. ;. s. Jforjx rfe Gorge,
tat-uw-i:.Bronc ltes Grippe,
lailnci z dsrnine,
| w, etc., etc.
flliLr.ViTiYGiailHlli
rit n'employer que
PASTILLES
VER.TA3LES
f, SCIIII I u lit
ml Ur nom
-wff^____
Ba*/ Hum!
wnsvouUz avoir du Bay Hum
remire q.:alit* ot du ini'leur
llifz au Nu l'A.J Hue du M; ;'(>
(l'Etat.
LUCBOKSINVH LE& Co
Agents de M nu facture 8
OccasioiiexcepUouiieHe
Grande rduction sur les prix
Accourez vite la
United Wesl lies Corporation
. En /ace de la Gar$ Me Donald, Bue duiOuai
H. p. DAVIS, Vies prsident
PNEUS
De la United States Rub l)M Co
La meilleure marque
USUO 30 x 3 23 7(!
t 31 x 4 39.85
c m x 4 40 85
j*i x i ; i 42.00
t 34 x4 - m 13 80
t MAIN 33 x 4 44,82
34x4 "S 40 11)
c 34 x I 1,-.' 57.00
30 x \ t,-.' 53 70
COHDTlIiKS 34 x 4 02.50
34 x 4 1,2 .S7.UU
t 3 x 4 1,2 75C0
Chambre air
GKEY 33 i 3 3.7
31 x 4 5 w
t 32 x i .") ( M
32x41(3 ;,-5o
33 x 4 (i 50
85 x 4 118 ,7.00
t 34 x 4 7 60
351 1 |ig 8 00
RED 31 x 4 0 00
t 34 x 4 1^> 7.tU
f 33 x i Ii2 8,90
Nous avons reu une superbesleelwn de souliers caoutchouts mai que
KEDS
de la United States Rubber Cempany
Venez les voir.
iN 8 T.PATI ON
pvnnex le3
^ELOiiT. R E / || .- (-- totu
3* A .' ^ **
fwj: ,' T': ':-' f''!'-i ^^
L'inacgurtlion du modttta me
HtO(Cl rt'^ Henutppcs ( a l'en!
momi
trie
Beudet ). A la m.'!
es Thomas pria fils
yo, au
ra lu u Mardi 2 Novmbifl p.o hain,
C i 8 bruts du malin
Ltuts patenta et amil (Obt pris
y iSUlcr.
f du ch'. min de
?jK m< ire des rt ^r:
h-lcuis Lat'nrt- fie et lue t'a'
pre"- W? ;,
Aanm.<" --u .: .' ..'i-- : '; m
1001 i. ; ;_ _?t t au Pnnce le 29 O.tcb e 1920
!
Mnfl
S...

'''':
ii
4uac /srwie
de Paru
Articles nouvellement reut
Bibelots l statuettes en Oronzr,
lias de fil pour dames, Uas di's
cotes pour enfantStSylUaires ha-
tiens par Edmond Chenet, Ma-
nuel d'Hygine par le docteui
dation Uitleneour, Produits de
t'Abb Suuiy : Jouvntre, drages,
hyg'niltnc des dames ete.

<^bJ^*
-r
JB.
JH
%
m
&
cr v-i
:^3^

ry\:77

m
H
m
m
\-'tr
m
\ ^
L'n" nouvel aspect
d une des plu sgrandes
institutions industrielle j
dumonde serainvoque
dans l'-et espacediaque |
e maire
L'Homme
^ Cette marque 3c la
brique est la garanti
de la Donne qualit de
nos Fournitures lec-
trie lues
Occasion exceptionnelle
Yaille Yaille
Ribais de 75 o\o eJiez
Antoine M. Talamas
Rue du Magasin de l'Etat, en face de Simon Vieux
Antoine M-,Talamas de retour de son voyage de New-York annonce A
sa nombreuse clientle e* au public en ttntai qu'il a un stock de ojtr
eba dises de toutes qualits, de toute fracheur et avec un rabais de 75 010
sur les prix anciens savoir-
Anciens
G. 18
18
Glpe d chine
Crpe Geor^ette
Clpe Mtor 25
Crpe de chine bais 98
Satin liberly 18
Tussor de soie 10
<>r^andia couleur (i
Naoook blanc 4
Mousselu.e baires 4
Mocaaelloa et oeaux 4
Diablement fort 4
MooaatUnecool bar- 9 00
Percala lopariei^ri 5
Vyile lleura 4
Mousseline bienc lie 250
Mousseline barres .'!,.*>'J
Nanaook mole 4-50
Coutil blanc 5
llooaaelioe blanche 3.50
S.mib blanc .")
Simili reso 4 ">()
Murla'x 2.50
Kcki b'eu .">
Kakijaaoe 6
Dritl uipsor ii
Drill ectou 4.50
Uni! lit 10
Ktaii)in. couleur 3.50
I'IciicIIq 5
Flapfila u
Flanelle |9
Flanelle supiieme 15
Flanelle moaaselide 90
Crpon blaoe 9.50
Uuban BffiCODl.No 9 p 4 .")0
No 3 (i
l
Nouvearx
G. Ki
10
Anciens Nouveau
12
10
5
3.50
2-50
'J.O
2.50
8.50
1 75
3
'_' 50
9 50
'2 50
4
2.25
3
o
1 50
3
3-50
3 50
2 35
6.25
?.95
3
3 50
7.80
9
12
1.75
3
i.'iO
M
t
1
No 5 7
No 9 10
No 12 14
No 10 18
No 40 20
~No00 25
No 80 30
No 100 3*)
Itrban pompadou l'aune 0
Huban BHiin 8
l'ealmbeach sup 20,
Lotion l'ompia etc. 0
Poudre glaa houppe 3
Chemises lu-,m. coul 15
' coul sup. 18
20
blanches sup. '20
15
*' crpe de cuine 75
Chemisette suprieure 0
" 7 60
" jour joponnaia 10
Chausseite8Co on Id( dz 10
Kas cte blanc enf 10
Chaussettes enfahts dz 18
. lil noir
Bas noirs dot 1
10
90
15
10
20
0
!'u< assoitis sup
(havates rpps
CravateB nouer fi
Cravates blanrh brodes 5
Chapeaux de paille 15
rdcbv 90
et Livtrs Butiis aitic'es de choix qui rpondeut au Ion got
5
0
9
19
14
10
18
20
3.50
4
14
I t.50
2
10
M
15
110
18
50
4
5
5
0
4
12
12
14
9
12
15
4
3
3
V
15
Wilson el company Chicago
The West Indies Trading|Co, Agent Exclusif p.ur Haiti
/ M produits de Wtison protgent votre table-
Us sont mis en conserves sous le contrle et l'inspection du gouverne
ment. Ce qui garantit doublement leur qualit.
compltant le produit
L'honneur des pregrs industriels modernes raliss ne peut re attri-
bue aux machines et aux mthodes ecientiliques seulement ; car compl-
tant tout cela intervient la force dirigeante qu'est l'homme.
Car, ce sont les ressources humaine, l'habilit et l'exprience qui ont
perfectionn et opr avec succs eus mthodes et ces inactiinea-
Voila pourquoi la prpaiaiiou de l'homme constitue un des premiers de*
voira et le plus grand exploit du cette ^organisation connue dans le monde
bous le nom de YVESTlNGllUUSE.
Ce fait constitue la plus grand garantie quand on achte un produit
quelconque portant le nom de Wl-.si i.NiJIloi -k. Vous pouvez avoir ia
certitude qu'il possde la dure et qu'il ait uturpttbla de rendre les servi-
ces quon obtieut des troduits fabriqus par d s hommes comptents.
Wesiinghouse Eleclric
lntei*nattonal Go{
OT, Broadway New-York, U. S A.
Adresse tlgraphique: WEMO EXPO, New-Y
^^B^B^B^Bk ^stB^B^B^'^
Westingbouse
W W APARATOS ELECTR1CCS Vaa* PARA TODOS LOS FINES
WilscoOleoonargarina: beurre de lamllle, pour U cuisine et
pour la .able. fabriqu ra des pr.vLi-.hsolument pur, en usage
lans les plus grandi rtsi.auraii's. ubo
Man'gue tldalpure lard la meilleure marque du monde
rnanlgaa de fillmarque SuUana prpars spcialement poules
cl mau chauds, en barils et en fa blancs P
Jupiter taira hamxly Hee\ buf de lamille en sa ,mure qualit
exlra pou- les piceries ea pices de 8 13 |crg q
ujft mess f^*. coup par pices de 0 pouces, mis en baril de
K) 4 lo 0.0 ceaui su-vaut lea gois,
bat Bock Po,k pices da lard en'saumure, extrait du cou et de
llanjs du porc, par morceaux de ti pieds canes coups \ant l
poids de chaque morceau. <-up< j,u vaut le
Certi/ied llams, jambons lmes, slvle anz'ais timiloi^
jambons import! d'Angleterre. 51m,,a,re
liants, Brtwkfasi Bacon and l'icmcs, slyie amricain jpIa^i n. a a
mua l spc.alement pour les climats chauds selecUnn e

1
\o3 viandes fumes sont minutieusement enveloppes dansde la mous
seline blanche pour leur prservation avant d tre mise en paquets.
Les ^produits de Wilson
protgent volretable.
J*%M


LU. BRU.'
BAZAR METROPOLITAIN
Maison de confiance
Anyle des Hues du Peuple et Dante Dctouhe
annonce sa nombreuse elien
tle;.[qu11 vient de recevoir |>ar
le dernierbtean un flrand stock
de marchandises 'suivante?s :
Tard en pat de verre
lard par livre
Jambon de 5 2 Ivres
Toute iorte de pickles
Sel fin polir table
Sirop pour table
Mantyuei oiolne en fer blanc de letde.>\b
Mantguepure lard en ferblanc de i et 51b
Beurre depUtache en grande et petits verres
Amande sales en bocal
Lait vayo liordnl8 '
Lait ( onden> Bordent
LtI de Mali en poudre Bordais
Lait vapor t Welson
Com starch de la mirque Kingnfootfs
\ Raisins de Corinthe par 1 et ij8 livre
et ttutcela un prix trs raisonnable.
Fous attirons encore une/ois l attention de nos clUfiU sur la bonne qualit de BIRE
B LU KDE que y oui Vi ndoni ut U> cm imet 01 la grande toutaUt.
Htel Restaurant
L'H'el liestauranl de J'^venr se recommande lomi
bon soiu et h lg jaril de so i S'rFice, le* voyageurs n '
a Po t-au-Piince y trouveront pi ine satlacuon. Pours'er
vamcie on n'a q p*J89r au No *22d de la Rue Fr"-
buieau cies i!rpliis erres'.ivs. ~',*-j\
Coud lions li avantageuse*1. ^^
A SYLLA, Propritaire.
.
5ALAEPATICA
Assurez vous contre LE
i 0 S ;1 IIt.iI q ie eA 1res recher. \iS ce m ne purga'plsiat
nr li n 1i in h 4 ne a*i \n<>. Ce sel est aussi rec > iffi-uit cul e lii i fa sant prur la traitement de la ronsti
des rhumal'i n e e U go it'e, de 11 ni naine, dos digcstiooi
le.c, les Ile io s simi u.ies et surtout les xr.s d alcool Ce
eff rvc s -h... e H partant trs agrable au got.
Le coin nand.s sont retlej chez
A. Victor Gentil
l'.ue d>i Magasin de l'Etat 173t
Sans aucun frais de commissions.
Adressez-vous la plus forte compagnie des E.(J. p|iansaCie T. SjOuH
LE HOME INSURANCE Co de N-\
agent gnral ftour Hati
ug.'Le BOSSE, Port-au-Prince
Trotte/ vot.e Hai'on, votre Ittff sin, vos d'pts au taux le plus jais.nabe.
-Aucun Irais fc cmnission ni le courtage payer
Il Bat igoff^o s sans, frais par co. wpr ndancr ou ve ez discuter o're problme h< z
Bug 1% BOSSE, 95 Bue du Ouai
Anale des Rues Roux et du CM
2 Mdailles d'argerc Exposiion de Bnixels tel
Laboratoire de Chimie Mdicale
Droguerie, Produits chimiques et pharmaceutique^
Spcialits franaises et amricaines.
Piparalion de toutes ampoules mdicamenteuses stn
et injectables.
Spcialits. Srum r/rosthnique simple et fernigio
loJhyirarg/re. Srum ue alorard remplaant les m
rca'cdiants de Fvrier et de /obur
Il y a toujours en stock : Nevrosthose* Sirop pactonl
Elixir de Penvlvanie.___..-.g
Dpositaire du PflEVETIl
Reprsentant des Laboratoires Te
LACTWERil. Fermant lactijue. eu aire attaetnns t^
tiuales et culauas.
^WARINF.-S op -figue ** 1 con'M'pat.n"
\
g a r e 11 e
Produits de premier choix
Princesse, i tare" LA NATIONAL
Voient chaque jour augmenter leur rputation
Elles rivalisent avec <>s nicillreues cigarettes impon


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM