<%BANNER%>







PAGE 1

LC ma un 1.V* IJIM :iiuuuiuuilui:i:t.iliu ttku* Lgf PERSONNES ANMIQUES ont besoin de L'Emulsion de Scott qui plus qu un mdicament est un puissant aliment concentr, productif de sang, forces et bonne couleur. (Demandez toujours Emulsion de Scott) llHWHIIIIllliyiHIMMUIIliiliUlllf HlklUUW < iinm—m:mn'ni dit dis Blftl Unis Le gouvernement c'a pas encore donr son approba tion i la proposition des banquiers amricains pour remdier a la situa tion finano'eactuelle.Les banquiers *nt propos d'acheter des bons du Tu'ior mis par le gouvernement cubain. WASHINGTONLe service de sant amricain tait connatre qu' paitir du premier Novembre prochain les aroplanes entrant aux Etats• Unis et venant des pays trangers seront soumis aux mmes lgles de 3 uarantaine que les navires venant es ports trangers. EL PASO— Le gouverneur O. A. Larriozolo de l'Etat de New Mexico et le gouverneur Thomas E Champ bell de 1 Ktal d'Arizone se sont joints aujourd'hui au gouverneur W. P. Hobby du Texas pour demander que le nouveau gouvernement du Mexique soit reconnu par les Etats Lais. Des tlgrammes ont t envoys i cet effet *u prsident Wilson le priant instamment d?gir dan? ce senr. NEW YORK La Compagnie gn raie Transatlantique annonce la cra tion d'un service direct de New York 4 Hamburg sans escales tt vice versa par ses paquebots Caroline et c Niagara autrefois atfects la ligne de Bordeaux.Le premier dpaa pour Hamburg aura heu le 27 O.ti bre par la Caroline. D'aude pan le c Roussiilon > de la me.ne compagnie est attendu aujourd'hui vena l de Marseille par voie de Gibtatar.il repartira sous peu de jours pour le Havre. 2* Octobre WASHINGTON-A la confrence internationale les dlgus amricains demandrent que les anc ens cibles allemands de l'Atlantique reliant les Etats-Unis et l'Allemagne soient replics leur position d'avant guerre rendant l'Amrique les com munications directes avec l'Allemagne, il semble que les dlgus anglais s'opposent la demande am ricaine. Les reprsentants des deux nations taisant partie de la commission charge de s'occuper de la ques tion poursuivent. On croit gnrale ment qu'au cas d'insurgs la c mi nuation de la confrence sera inutile PARIS Selon le .Matin les ngo dations de la France et de l'Angleterre sur la question des rparations progressent trs favorablement et seraient pts daboutir. PARIS On apprend de Bruxelles que Lloyd Geotge aurait exprim a Delacroix soc avis que tous les chefs des gouvernements allis devraient aller Genve ? uivre les travaux de la ligne des Lations sans y partiel psr. Le gouvernement Yougoslave informe oticiellement la FranceTAn gtetcue et l'Italie que ses troupes re curent l'ordre d'vacuer les territoi res dernirement occups. PARIS Le Petit Parisien apprend de Rome que la police continue agir nergiquement contre les anar trustes. Tous les postes frontires re curent l'ordre d'interdire les dlgus russes pntier en Italie. La police arrta a Livourne un propagandiste russe. BU ) Avis du Service Hydraulique Les abonns aesseivis par les sour ces Plsance et Cerisisr sont aviss que l'eau sera arrte toute la jouine de Mercredi 27 O;tobre pour cause de rparations urgentes, N. us recevons la Mr la M orpeau. lettre suivante Je Ouvrages hatiens %  institut de France Tort au Prince, le 23 octobre 1990 Mon cher Directeur, Par t ois lettres en date du 17 Bep terobie dernisr, Mr le Prsident de l'iustiiut de France, par l'organe du chtt du Secrtariat Mr K. Rgnier, m'accusait rception, me remerciait de l'envoi des ouvrages intituls Payes de Jeunesse'el de tui.Lne •* „ g" so g c y r\ W P* r fci p* t -t en a* T3 D 9 ST. H 2 %¡ r> n m S* %  six m e deux >3 cr3 -*-. a nngues dollars £3 n ut -a "2 w 00 et %  e £ 'X. s: VI n 3 n> > C %  — -, 1 1 • J^---^ f^-, Or 8 00 le millier* Ed ESTEVE $Co PORT-au PRINCE Baromtre Temprature 759minimum 20,9 maximum ; 1 9 Moyenne diurn, 26.; Ciel clair jusqu' midi et nuageux ensuite. Pluie apis 10 h. Pluviorr tre 4,6 m.m. Baiom'.rc :onstint. J.SCHERER noa [O L'Imprimerie .i mon j-.-!c du Sacrt Cottf jppjrlient rENTERITES: .' I.UUL'H... CASTRO -INTISTIMALIfc DiarrUevorlo'.inourrii>Boiia,Enturlto uiuoo1 %  uombruneuaL', I.IIIBP ul"iii.< ; Conutlpatlon, At*>ideiilk j|i)' n.l'culalroK. llvr typhode, lliailirsiilil'aH.i.Acn.EozAiiia, Furoncles, tu. | GUIRISON CERTAINE MT l'u^aije de I' ii JLoHLUS PUISSANT XNTISEPTIQ01 • an* Mercure ni enivre /IiMliiit'i/ lArtflleni I I'(UMI# mieiitnaU, i lk iii.se • I %  SO IOO (.'oui te %  > par jour ju'ANIODOL. INTERNE! ilm uni' lan Je I'> Ifl J urai,|cr. I B''i< AHl-UUU -o l'.u. Coa (uiJt.Parii liyan 4* Barber Inc Avisent le piblic et le commerce que Mr Dorai-lvan ne lait plus Dartie de la maison l'.yau ft tlaiber Inc 1 ort au-Prince. ui d'aucune de ses branches et agences en Daiti. RYAN & BARBER loc. Le Moniteur Lv Numro du.Journal Officiel de BWtdi 25 publie : — Avis ministriel. — Arrts confrant la qualit a'uainens aux sieurs Kraooii Alexii Latour, franris et Dib Salitn Bttroni, syrien. — Conseil a 1-tat.— Sances aes 18, J et 50 Juin 1930. — Procs-verbal do brlement de Cent au mille gouraes de billets de caisse retraits ( 19 Octobre 1920. | — Tableau aes valeurs reues de la B.N.K.H. et de celles livres JUN flemme par la COOMBUs on de contrle Uu itetrait jusqu'au Ilo Septemb:e lyao. — Correspondance c.iange entre le Receveur Gnral aes Douanes et le Secrtaire A'fM aes Finana et au Commerce relative i la crise que traverse actuclleiucm le march haitien. Nouveaux haitiens Les sieurs rranois Alexis Latour, trancais et U D Salim Batrom, syrien, ont reipi les lornialits exiges pai la loi dans le but d'acqurir la qualit a hatiens. Bulletin d9 la Chambra da Commerce Nous avons reu le lascile dt Juillet-Aot 1920 au bulletin ae la Chambre de Commerce franaise a Main. Nous en conseillons vivement la lecture. Paiement Nous croyons savoir que toutes les pices soni pries pour que L* paieme t au mois d'Octobre commence aprs-demain 2* Octobre. U laut lhciter les Pouvo 1 s Publics d avoir pris cette mesure qui permettra aux tonctionnaires et employs publics de bien passer les lies ae La Toussaint et aes Morts. On redemande les 2 Fefs Tous ceux qui ont assist a la aernire reprtentation aes i Pift •> Pansiana en dkjui.m-i.ir. avec insistance une nouvellk.reprsentation. Caant ces noniDrcuses* sollicitations les acteurs de la Renaissance veulent bien donner satislaction au public. Les 2 Fls seront aonc reprsents une nouvelle fois a Parisiana le .HUM. )0 Octobre courant. Au haut de la rue St-Honor Les liabitanis au quartiei situ a l'extrmit est de la rue St-llouore nous prient a'attirer I attention de qui de droit sur le niauvai. tat de la (hausse en cet enaroit. Dl qu'il a plu, le quartier est impraticable surtout au aela du pont situ prs de .a maison de Me Aurle Colbert. L,a krosine est en haussa On signale une hausse excessive sur la Krosine qui, de Uou/e gouraes se vena Oix huit gourdes le lerblanc. Oc soixante centimes le litre est mont a une gourde et plus. Comment expliquer cette hausse ? • Le mais est en baisse les propiietaires de chevaux se rjouissent de la baisse de cette importante denre, dont la hausse avait jet le dsarroi dans les tamilles. La marmite de > livres de mais est acscenaue de une gourde .1 >o centimes et une abondante production permet d'attendre de plus bas prix. Brlement Ce matin il a t livr aux riamines -,j,ooo gourdes de billets dtriores ce qui porte a ),a24, 000 le chiilre des valeurs retraites a ce )Our. Corporation des lypos lemembres du Conseil d'Aaiumistration de la Corporation des Typos, sont convoqus pour lundi 1er Novembre prochain t> heures du soir, chez le trsorier, Itue pave.— Le Prsident. Tlgramme funbre Lue dpche du Cap nous annonce la mort do Mme Limprvil llemnon, survenue hier. • Condolances aux famille) prouves. — Le eJournal Officiel du '23 de ce mois, informe que le Ministre des Travaux Publics est charg par intrim du Dpartement de9 Finances et du Commerce. — Par arrts de Son Excellence le Prsident de la Rpublique la qua lit d'hai ien a t confre aux sieurs Krarais Alexis latour, franais, et Dib Salim Aatroni, syrien. — Nous sommes sollicits de demander qu'une nouvelle reprsen ration de Fl Candidaf'et de"Ft' Ministre" soi offeita au public par les talentueux acteurs de la ItenaisBance — Une grande centrale sucrire sera installe prochainement Du gotroa. —D'aprs les renseignements com merciaux le prix des articles a enco re baiss cate semais* et le maras me qui existait dj dans lea a(l commerciales s est de accentu. ~ Le gouverneur de la ft r Mr Lejeune, vient d'tre proma cer del Lgion d'Honneur—L Orgue doter la Caihdr Port au Prince cotera cent francs. Des ftts et une grande I rie seront organises bientt en i de trouver celte valeur—Le vapeur Brnice a db Port de Paix '.O migrs biiij revenus de Cuba. —Sous la prsidence du ce dant Kugne D^gind.le Coniiili miniatratioa de la Compagnie] Pompiers a teuu sance hier g %  ——— Arpenteui-Gomtrej Il 13, Avenue John.JLalal Occasion exceptionnel! Yaille Yaille Rabais de 75 o\o chex Antoine M. Talamas Rue du Magasin de l'Etat, en face de Simon Vieux Antoine M-Talamas de retour de ion voyage de NewYordena sa nombreuse clientle e au public en gnial qu'il a un stock i cha dises de toutes qualits, de toute fraicheur et avec un rabais de sur les prix anciem ; savoir. Anciens G. 18 18 Avis Matrimonial Le soussign avise le puolic qu'il n'est plus responsable des actes et actions de son pouse ne Sainina Finclnnot, pour cause d'incompatibilit de caractre.— L'oe action en divorce va lu tre incessamment intente Antqor SYLVAIN Crpe da chine Cr06;Georgetta Crpe Mtor 25 Crpe de chine bars 22 Satin Uberty ^J 18 Tussor de soie, 10 Organdis couleur 4 Nausouk blanc 4 Mousseline barres 4 Mousseline carreaux \ Diablement fort 4 Mousseline coul. bai2.50 Perais suprieurs 5 Voile Meurs 4 Mousseline blanche 2 50 Mousseline barres SAQ Nansouk mole 4-50 'Joutil blanc 5 -^ Mousseline blanche .1.50 oimili blanc 5 bnnili ruse 4.50 ; M or la'x 2.5U Koki bleu 5 Kaki jaune 0 Dnii tuasor o Drdl coton 4.50 Dnil til lu Ftatniua couleur 3.50 Flanelle 5 tlaue.lt) (j Flanelle Y2 Flanelle supiieure 15 Flanelle mousseline 20 Crpon blanc 2-50 Duban lftbCMl.tta 2 p 4 50 No 3 0 Nouveaux G. 10 10 Anciens i> 13 12 10 5 3X>0 250 2.50 2,50 2.50 1.75 3 2.&0 1.16 2.50 2.50 14 2.26 3 2 1-50 3 3-50 3-50 2.35 0.25 2.25 3 35U 7.50 9 12 1.75 3 i,50 lias assortis sup Cravates reps Cravates nouer \ Cravates blanch brodes Chapeaux de paille A sch et divers autres articles de choix qui rpondent au bon goui. X It tt t< tt No 5 7 NoUlU No 12 H No 16 18 No 40 20 No06£> No 80 30 No 100 35 Ruban pompadou l'aune 6; Ruban satin JJ Pealmbeach sup **. Lotioti Pompia etc. Poudra glace hooppe •* Chemises a hBm. coul w • coul sup. tt M 20 blanches sup. 2? t • 15 •' crpe de chine 75 Chemisette suprieure ,. •< i.w '• jour jopoifnsis 10 Chaussettes coton int dz v> Bas cte b^anc enf Chaussette s enfaBja z til noir Bas noirs douz 10 18 £8 la ltt '30 %  61 % 



PAGE 1

Quatorzime nn'Nos 391' P> rt au Prince.Htti Mardi 26 Octo brl^ plRECTEUR-PROPRIETAIRE rjioent-MAGLOIRE MAGISTRAT COMMUNAL a NUMERO 15 MHTIMt ffll* 0QU9 ^KPRTEMENTJ |0Oi> 1 moi ITRANGER G. 2.50 7.00 ^QQOil 8.01 QuoHdien Il faut tacher que la principale, qualit qui clate en nous soit la bont et que notre esprit ne serve qu' la taire paratre. inDonces sont reues au Comptoir toi Mal de Publicit, 9 Rua Troochet |^.,,, ai. 23. Ludgate Hill. Londres, NICOLE REDACTION; Rue Amricaine No, 196b TELEPHOMCySZT Station Commerciale alarmants %  vendre Barils idts pour alcool. S'adresser au Comptoir Franc lis A.S. une dernire visite que ["collaborateur tiancicr a faite il dernier dans toute la rgion pœnierce, dans les quartiers Place de la faix, du bord de qu' 1 extrmit de la rue Hre o se trouvent groups [Il importateurs et les grosses i de la ville, -1 est sorti efla1 protonJ marasme dans lequal JJJJ notre commera d'impor^Unt chez leacouiniorcints en que chez ceux qui tout tn Dus alimentaires. [eQet, dans l'uuo et l'autre ap,la mvente est gnrale, dt[es stocks d'une certaine ime,malgr des prix de solde et au-dessous du revient. Une 1 situation, si elle devait conDe peut ne pas provoquer flis rouira dont ies eonsquen [NTOQt sans limite, empirant !*pour un trs loug temps dan* l collectivit dj absolument [et presque sans travail. anxieux da voie co .'jurer %  u plus vi e, nous avons 14 le clairvoyant ami, dont (connaissons la comptence en Mre, pour en analyser les b>lem causes et le remde cad attnuer la crise actuelle, gi ce que d autres ressouras tardivos la 1 J U plus radicales, ot la dtourner compltement 1 ne croyons point commettre indiscrtion eu douuant ici %  tance ce que notre collabo%  daiisua claithabituelle.nous pou celui, noua dit il, qui a oble mouvement du commerce durant la longue priode 1 grande guerre et pendant laie commerce des changea 1 paya producteurs s'tait prea farrte, surtout avec notre pays, ot place aux gros achats des moments belligrants, il se liera avec quel oian dsinvolte [an avait subitement repris les les relations trots mois avant ice dfinitive du li Novem U18Cela fut tout naturel tt une consquence logique funenaient tant de necea8i.es imites de part et d'autre, aprs j annes de privatioas imposes, [Donc, il se produisit un besoin Jidinaire de matires premire s imauulac ures trop vue dmiliEn elfes du tour au lendede la suspension des hostilits [fo licenciement des combattants aus plutt encombrantetrois ; cinquante millions d'iudividua chant se vtir et ; se bottiner le moadeavecplusde luxe qu'au une population franaise ie Jt sou caf fortement sucr noire qualit ayant la prt 1 devint en grande demande, la de l'existence de chacun, lot libre cours a sou got ei [PUaioos rfrnes maritalement mt plus de quatre annes conotives; raboliuon trop prmaturs restrictions officielles, toutes 'grandes causes et ces regretta'erreurs allaient tre plutt 1110 Dment p.oti tables aux pays dont l'conomie reliant saurai se coton. Ssul le campche ne s'tai 1 plus relev de son anantissement de la demande enfivre des'centies manufacturier aprs le grand excs qu'il eut dans son cours en 1916. Quant au cotonil fut pouss une exagration de prix gale celui de la vritable laine avant lo conilit europen: c tait par ici de la pure bamboche, si Ion nous permet cette vuigaire expression, cl da la misre locale que nos exagrations en tout rendront plus apparente. Mais on ne s'apercevait p*s que tout en vendant cfr?r ce quon avait vendre, on se mit acheter aussi cher, sinon plus, ce qu'on n'avait pas. U 11e vraio furia anima notre impor tation; chaque navire venant des EleU-Uois, dbarquait un plein char gement sur nos quais. Au mit man ger qu' nous vtir, en aussi gros IHSUS que de lins, les uns aussi chers que 1 .•••> autres; et „comme an Allemagne et eu France aprs la guTre, de nouveaux riches surgirent du sol de Port-au-Prince et de quel qu s villas de provinca aussi gros et fabuleux qu'taient les profits raliss. Aussi, de S>.M2 tonnes, l'importa tion de 1918 1919 acmsait u 1 tonnage de OO.IAV) environnon compris le tonnage exonrer C' ait courir trop vite sur une route trop longue, pleine da Cisse-coa* d'o les plus presss ne sont jamais revenus. Vip.u.' les cbose3 semble it avoir tourn; c'est le revers de la mdaille qui se montre partout, en Europe comme aux Etats-Unis; car la paix M l'on semblait exploiter, parait u'lie point venue encore; la guerre m litaire tait place la guerre cono nuque plus difficile vaincre. Alors, c'est la dbcle politique, sociale, conomique et moutaire qui mena ce de vaincre vainqueurs et vaincus de l'autre et agrraen e dun esprit nouveau qui traverse le cerveau humain, sous le souille d'un principe social qui dplace et drange tout dans la communaut et met.uni un antagonisme inquitant entre le capi lai et le travail, deux facteurs complmentaires de la pioduction nationale. %  (Tairai avec l'extrintir, dans la crainte que le ls-rvoir ne se vide trop aisament; et Cube, le pays relativement le plus riche du monde, tant par sa production sucrier* que par sa valeur iramob.bore agricole, volU-face subi e des alTnircs loitement menaces par la baisse dn sucre, mettant par rpercussion les plus grosses maisons et les B mques locales, en retard de. chances jusqu' obliger ie gouvernement cubain, heureusemmtavis. dclarer un moratorium limitatif. De sorte qu la suite do ce grand revirement gnral dont les consquences vont s) taire sentir plus lourdement sur les pays qui dpendant de ces g os marchs, Pcono" mis de la Uoub que. si peu assu" re, ne saurait n'en tre pas uran le avec ?o;i Caf et sou cacao direc tement louches par ce dsarroi linau cier extrieur et devenus mme inex portables par la faiblerse de leuis prix d'achat et de ralisation et d-s droits de sortie douiilssont imposas Comment se fait-il que nous ne passions mieux tenir U tourmente pour si peu qu'elle nous touche? Ne devrioua noua pas nous eu tirer nel de nos anciennes obligations, en otant un re! prolit oes basoins crs par le conflit europen tt enfin,noas relever comma les auires sur les ruines des puissances belligrant! Mais non, il est crit, ce nous soin ble, que rien ne doit changer dans le milieu ; nous devons nous complaire dans nos habitudes plus q.e centenaires de gouvernement et lais Bar aller la barque comma le commande le veut, t'as de plan bien d' lini ; il devient diliicile de soiienter en pareille condition. Aussi, il arrive que pariculiers et gouvernement dans leurs moindres mouvement ne font que des erreurs qui deviennent avec l'adage latin un Bay Rum Si vous voulez avoir du Ray Hum de premire qaalit et du meilleur prix, allez au No 190Q Hue du Msga sin de l'Etat. LUC DORSINVILLE & Co Agents de Manulactures Nouvelles Etrangres nit OoWe est trop troite ut simple p mi qu eile eu offre un su un cot quelconque d-i se* p ir ei Dans le domuna du'bieu il ne suffit que de vouloir pou< que tout s accomplisse, la voiO'it„devrait tre notre moteur esfeniiel. A cette amlioration rclame corps et cris par les dtenteurs de loris stocks surpris par une mvente caractristique avec des chances en 'souffrance, deux mesures oftl ciellea s'imposent, dont [essentielle sera celle qui rendra possible l'ex portation du caf et du cacao, deux I roduits qui sont absolument frapp s par une baisse sans prcdent l' tranger. 1 Un moratorium res tnctif portant sur les crances com mereielea et hypotcaires jusqu cette date et applicable qu'au dessus da deux cents dollars. Cela aura pour effet de mettre le commerant, pris dans nu • indisponibilit momeu tano, l'abri des poursuites et de la faillite '2 e le dgrvement doua nier du Caf et du Cacao rop chre et 1 excs d m.poitatiousdebrimborions dprciant davantage le tranc an dehors dout l'missou en dedans ne peut s'anter net avec un budget de dpenses plus crasant que du temps de la gurie, maigre l'aide des nouvelles taies eu exercice, aux Ents-Uois. des dbiteurs officiels hguiaut pour des b.liions et des billions, alourdissant les portefeuilles et raiiiaut l'argent I£\ 0 ? L 11 to'he.OQtre principal FWU oexporta.ion qui est le taie, Cp'Ws{possibilit ni de Tacheter ce qui parait corner 1 conomie du "et Fie lembarquert l'extravajmce hchiasisme pays don: le gouverne OM [JjW'xdLuiopeluidouna un qj ta i !" Jusqu' irsnte six d(}l t. ,l r "en fut d. "ea produits tels que p. le cacao, le ricin. uavaganct )urs t dfUrs ment depuia quatre mois a mis com vus les placeurs cat.ra qui sont „. u i.,h Q r/m Biiii,-lUiuinas les jusqu' prsent les plus imposs, [ mETmir+S&S S-C r C onr?eSrd^U coulidranLeu let, t aut sauvegarder lrea nra.1.,," .11*: !" ,' u ^ r a K au *uu Fdrale de l Union amenant ta lois les inlr s directs de Etat. uleuiTtle tuaTueutune suspenaion dan. les Ca au s.ra pas un p.oblem, ; la vie comme il reste jusqu'ici lapriucipalcperptuel domaine devant" ensevelir production sur laquelle pivote toute tion tait trs grave.Monsieur Lloyd tous ceux qui s'y lixerout. —• ,uel1 conomie nationale s il en disparat Geoige montre toujours le mme qu'un des ntres du nombre des dis c'est tout qui degumgole avec lui. Depuis l'ouveituie des livraieous.le c le s'aChteer:premire main tiois cents or et le cacao, deux cents la livre ; cela signifie pratiquement, a ct de la cheit des nnicliandises. du sucre, du Talia et du tabac, que les producteurs t'e cet deux lves ce s'en occiq 1 tout (.oint et eu lais aeroot les jruits sur p>ed et sous ailuts la p urt des rats et dis chauve-souus qui, en Us man. 11• n'en teyeiont 1 i-s les dioits a l'itat. Dcnc, si on ooit consideitr que ce dlgivcncDt D o oceotata aura comme consquence duecle et immdiate, la icalisation de ces pioduits d'exportation, avec une plus value de nois dollars peur le caf et de deux dollars vingt cinq pour le cacao par et ut livre, ci si PU 1 midi e que ce simple geste remet a la ci'cniation pus de quatie millions de dollars allait infallibleii • lit aux arbats de marchandises dont le rer ouvellement (amnera 'au TiBor bai ien l'quivalent de en dgivement au compte d impt ta Itou, celle ci menace de 8'anter si aucune pra que mesure n'ir.ter vient dans lacnse actuelle. La mesure n'est pas une cbimre : ce dgivement n'est pas au dessus des moyens actuels du iiaor dont le compte Ueceveur Gnral accuse au crdu de l'Etat plus de quatre millions de dollars. Ce.te balance est plus que suffisante pour t'adopter et cou muer en mine.lempa rgulirement le Seivice Hudglaire de Ltoili et oprer le paiement dea in rts arriis de la Del e lutneuie, en attendant que ses con9parus, divan satit • ne nous plaignons pas tiop : en Hati chacun a t>a rcompense dans les hauts et les bas du milieu. %  cCepu.dui. 1 dans la sph e dea affaires, cot de cette insouciance native, uoui avons r.n objectif nette ment dessin que l'on peut rsumer aiuti : Veudie cher et acheter ben maich. Mail celle llieoiie eBt fui.es:e la ^luiahi et tcmpoite ces inconvnients CcoLCuiqtes qui la longue, IDCOO incctiit uaii b arda et Ciicuta ; quai.d celui qui doit acbe.er est pauvie l'eu ie qui vend ne ptut que le devenirAutsi, quel acte, en somme, le rsultai des gits Lemfitta leluB dans ces lemps demiert: le fruit ue ces spculations sur lea ii meubles v< 1 di s au u i le de F ur vroie valeui 7 U ett lpeigce appe le cous soutenir au temps d'iliciie. et quel prcit .otabie dnus I eco mie beuieona peut donne 1 un individu qui .1 bui.-e le libvail de douze I eim s conue le salaire de vagi cen tiines ? et croit ou capaLle de |6| B m des tueurs, \ider 1 s stocks tur pltce avtc de inx de gueue devant cette dispaiite i.ersisiaule dans l'aiouomie sjciale baitiei.ne'.' Peuple pauvre, commence pauvre. C'est uue maxime' E.i toat cas,la situa ioc actuelle qui et Une d'abord aux piodact urs, ensuite auxeommerants ayant stock u es point difficile a amliorer, si x q i oui un devoir remplir en ige souci d'exploier toutes les voies qui pourraient conduira une entente possible et rien ne sera nglig par 'r gouvernement. Tant les otnciers que le 'pays tout entier attendent avec anxit la discussion d'o doit sortir la dcision que doit prendre le gouvernement i la suite de l'ultimatem lanc par les cheminots et auquel les ouvriers des transports ont peu prs adhr. Les dlgus de l'union natioaale des cheminots .aient en sance ce matin et ont d clar qu'ils a.tendaient une rponse du premier ministre la communication qu ils lui ont euvove hier et dans laquelle il tait dit que les cheminots qui.feraient le travail diman che minuit si le ditirend n'tait pas rgl.Des ngociations pour sou rg meut ont t en amee.s. WASHIMGTON La premire san ce de la convention annuelle de FAmencan Bankers Association a t tenue aujourd'hui Les critiques qui ont t laites rcemment par le con mV.eur des finances Monsieur Williams a l'adressa de certaines maisons d 'banque de New York ont provo que l'adoption d'un rapport condam nant les attaques dangereuses faites par cerines personnes contre le cr queuces logiques, avant la clture de l'an o fiscale, drainent la baisse Publique, a contre valeur exo nro par un rveil du commerce d'importation qui aura 6t, par la suite sauv de la Catastrophe dont on le dit menac. -;•


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05249
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, October 26, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05249

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatorzime nn'Nos 391'
P> rt au Prince.Htti
Mardi 26 Octo
brl^
plRECTEUR-PROPRIETAIRE
rjioent-MAGLOIRE
Magistrat Communal
a NUMERO 15 MHTIMt
ffll* 0QU9
^KPRTEMENTJ
|0Oi> 1 moi ITRANGER G. 2.50 7.00
^QQOil 8.01

QuoHdien
Il faut tacher que la prin-
cipale, qualit qui clate
en nous soit la bont et
que notre esprit ne serve
qu' la taire paratre.
inDonces sont reues au Comptoir toi
Mal de Publicit, 9 Rua Troochet |^.-
,,, ai. 23. Ludgate Hill. Londres,
NICOLE
REDACTION; Rue Amricaine No, 196b
TELEPHOMCySZT
Station Commerciale alarmants * vendre
Barils
idts
pour
alcool.
S'adresser au Comptoir Franc lis A.S.
une dernire visite que
["collaborateur tiancicr a faite
il dernier dans toute la rgion
pnierce, dans les quartiers
Place de la faix, du bord de
qu' 1 extrmit de la rue
Hre o se trouvent groups
[Il importateurs et les grosses
i de la ville, -1 est sorti efla-
1 protonJ marasme dans lequal
jjjj notre commera d'impor-
^Unt chez leacouiniorcints en
que chez ceux qui tout tn
Dus alimentaires.
[eQet, dans l'uuo et l'autre ap-
,la mvente est gnrale, dt-
[es stocks d'une certaine im-
e,malgr des prix de solde et
au-dessous du revient. Une
1 situation, si elle devait con-
De peut ne pas provoquer
flis rouira dont ies eonsquen
[NTOQt sans limite, empirant
!*pour un trs loug temps dan*
l collectivit dj absolument
[et presque sans travail.
, anxieux da voie co .'jurer
u plus vi e, nous avons
14 le clairvoyant ami, dont
(connaissons la comptence en
Mre, pour en analyser les
b>lem causes et le remde ca-
d attnuer la crise actuelle,
gi ce que d autres ressouras
tardivos la 1jU plus radicales,
ot la dtourner compltement
1 ne croyons point commettre
indiscrtion eu douuant ici
tance ce que notre collabo-
daiisua claithabituelle.nous
pou celui, noua dit il, qui a ob-
le mouvement du commerce
durant la longue priode
1 grande guerre et pendant la-
ie commerce des changea
1 paya producteurs s'tait prea
farrte, surtout avec notre pays,
ot place aux gros achats des
moments belligrants, il se
liera avec quel oian dsinvolte
[an avait subitement repris les
les relations trots mois avant
ice dfinitive du li Novem
U18- Cela fut tout naturel tt
une consquence logique
funenaient tant de necea8i.es im-
ites de part et d'autre, aprs
j annes de privatioas imposes,
[Donc, il se produisit un besoin
Jidinaire de matires premire s
imauulac ures trop vue dmili-
En elfes du tour au lende-
de la suspension des hostilits
[fo licenciement des combattants
aus plutt encombrante- trois
; cinquante millions d'iudividua
chant se vtir et; se bottiner
le moadeavecplusde luxe qu'au
une population franaise ie
Jt sou caf fortement sucr
noire qualit ayant la prt
1 devint en grande demande, la
de l'existence de chacun,
lot libre cours a sou got ei
[PUaioos rfrnes maritalement
mt plus de quatre annes con-
otives; raboliuon trop prmatu-
rs restrictions officielles, toutes
'grandes causes et ces regretta-
'erreurs allaient tre plutt 1110
Dment p.otitables aux pays
dont l'conomie reliant
saurai se
coton. Ssul le campche ne s'tai1
plus relev de son anantissement
de la demande enfivre des'centies
manufacturier aprs le grand excs
qu'il eut dans son cours en 1916.
Quant au coton- il fut pouss une
exagration de prix gale celui de
la vritable laine avant lo conilit eu-
ropen: c tait par ici de la pure
bamboche, si Ion nous permet cette
vuigaire expression, cl da la mi-
sre locale que nos exagrations en
tout rendront plus apparente. Mais
on ne s'apercevait p*s que tout en
vendant cfr?r ce quon avait ven-
dre, on se mit acheter aussi cher,
sinon plus, ce qu'on n'avait pas.
U 11e vraio furia anima notre impor
tation; chaque navire venant des
EleU-Uois, dbarquait un plein char
gement sur nos quais. Au mit man
ger qu' nous vtir, en aussi gros
ihsus que de lins, les uns aussi
chers que 1 .> autres; et comme an
Allemagne et eu France aprs la
guTre, de nouveaux riches surgirent
du sol de Port-au-Prince et de quel
qu s villas de provinca aussi gros
et fabuleux qu'taient les profits
raliss.
Aussi, de S>.M2 tonnes, l'importa
tion de 1918 1919 acmsait u 1 ton-
nage de oO.IAV) environ- non compris
le tonnage exonrer C' ait courir
trop vite sur une route trop longue,
pleine da Cisse-coa* d'o les plus
presss ne sont jamais revenus.
Vip.u.' les cbose3 semble it avoir
tourn; c'est le revers de la mdaille
qui se montre partout, en Europe
comme aux Etats-Unis; car la paix
m l'on semblait exploiter, parait u'-
lie point venue encore; la guerre
m litaire tait place la guerre cono
nuque plus difficile vaincre. Alors,
c'est la dbcle politique, sociale,
conomique et moutaire qui mena
ce de vaincre vainqueurs et vaincus
de l'autre et agrraen e dun esprit
nouveau qui traverse le cerveau
humain, sous le souille d'un principe
social qui dplace et drange tout
dans la communaut et met.uni un
antagonisme inquitant entre le capi
lai et le travail, deux facteurs com-
plmentaires de la pioduction na-
tionale.
(Tairai avec l'extrintir, dans la
crainte que le ls-rvoir ne se vide
trop aisament; et Cube, le pays
relativement le plus riche du monde,
tant par sa production sucrier* que
par sa valeur iramob.bore agricole,
volU-face subi e des alTnircs loite-
ment menaces par la baisse dn
sucre, mettant par rpercussion les
plus grosses maisons et les B mques
locales, en retard de. chances
jusqu' obliger ie gouvernement cu-
bain, heureusemmtavis. dclarer
un moratorium limitatif.
De sorte qu la suite do ce grand
revirement gnral dont les cons-
quences vont s) taire sentir plus
lourdement sur les pays qui dpen-
dant de ces g os marchs, Pcono"
mis de la Uoub que. si peu assu"
re, ne saurait n'en tre pas uran
le avec ?o;i Caf et sou cacao direc
tement louches par ce dsarroi linau
cier extrieur et devenus mme inex
portables par la faiblerse de leuis
prix d'achat et de ralisation et d-s
droits de sortie douiilssont imposas
Comment se fait-il que nous ne
passions mieux tenir U tourmente
pour si peu qu'elle nous touche? Ne
devrioua noua pas nous eu tirer nel
de nos anciennes obligations, en
otant un re! prolit oes basoins crs
par le conflit europen tt enfin,noas
relever comma les auires sur les
ruines des puissances belligrant!
Mais non, il est crit, ce nous soin
ble, que rien ne doit changer dans
le milieu ; nous devons nous com-
plaire dans nos habitudes plus q.e
centenaires de gouvernement et lais
Bar aller la barque comma le com-
mande le veut, t'as de plan bien d'
lini ; il devient diliicile de soiienter
en pareille condition.
Aussi, il arrive que pariculiers et
gouvernement dans leurs moindres
mouvement ne font que des erreurs
qui deviennent avec l'adage latin un
Bay Rum !
Si vous voulez avoir du Ray Hum
de premire qaalit et du meilleur
prix, allez au No 190Q Hue du Msga
sin de l'Etat.
LUC DORSINVILLE & Co
Agents de Manulactures
Nouvelles Etrangres
nit OoWe est trop troite ut simple
p mi qu eile eu offre un su un cot
quelconque d-i se* p ir ei Dans le
domuna du'bieu il ne suffit que de
vouloir pou< que tout s accomplisse,
la voiO'itdevrait tre notre moteur
esfeniiel.
A cette amlioration rclame
corps et cris par les dtenteurs de
loris stocks surpris par une mvente
caractristique avec des chances
en 'souffrance, deux mesures oftl
ciellea s'imposent, dont [essentielle
sera celle qui rendra possible l'ex
portation du caf et du cacao, deux
I roduits qui sont absolument frap-
p s par une baisse sans prcdent
l'tranger. 1 Un moratorium res
tnctif portant sur les crances com
mereielea et hypotcaires jusqu
cette date et applicable qu'au dessus
da deux cents dollars. Cela aura
pour effet de mettre le commerant,
pris dans nu indisponibilit momeu
tano, l'abri des poursuites et de
la faillite '2e le dgrvement doua
nier du Caf et du Cacao aux lins de limi er le prolit des in
termediaires habituels entre produc
teurs et exportateurs jusqu au 31
juin l'J'21. et emicher rigoureuse
men le jeu apcu'atif sur place sur
ces deux denres, ta\orises autre
lin.
Ce ddouanement va naturellement
au prolit du planteur qui doit 're,
en tout tat de cause, le premier
jouir de la sollicitude des pouvoirs
publics et de i Ut ut dont il a t mjus
lement le nourricier principal* Avec
les prix actuellement pratiqus
I extrieure caf hatien est le plus
frapp par cette baisse cuuse des
dioits dont il est grev la soitie.ei
."j;0ctob;e
WASHINGTON- Le ministre de
Chine aux Etats-Unis quitta cette
ville pour New Yoik o il s'embar-
qurra prochainement a destination
de la France.
WASHINGTON Le bureau f-
dral horticulture ouvrira le 20 d-
cembre une enqute publique pour
considrer la mise en quarantaine
des fruiti et lgumes provenant de
Cuba, des les Bahamas, de la Ja-
maque de la zone de Panama, de
Costarica, des Indes, des Philippines,
de Ceylan ei de Java a tin d'emp-
cher la mouche noire de se propager
aux Etats Unis. Il ne serait pas ques
tion d'embargo mais les marchan-
dises seraient examines avant leur
admission aux Etats-Unis.
PARISRente ; 0/0 34.75. Livre
sterling j3,?o /[2
PARIS Monsieur Lejeune gou-
verneur de U Guyane est promu ol-
ti. er de la Lgion d'honneur.
NEW-YORK-- Franc ij.j.Livrs
sterling 1,44.
24 Octobre
NEW-YORK L; vice-amiral
Olennoo et les officiers de la marine
amricaine offrirent un banquet en
l'honneur du capitaine Conrado. Les
officiers Warshop N'inas et (ierales
ainsi que de nombreuses personna-
lits taient prsentes. Des discours
fuient prononcs.
WASHINGTON- Les Etsts-Unis
acceptrent l'invitation faite par la
ligue des nations de dsigner un
membie pour la commission de r-
gler le dillrend des les Aland.
LONDRES- Ouestionn cet aprs
midi la Chambre des Communes
sur la question de la grve par Mon
sieur Honar L,w, le chet du gonver
nement s'est refus la discontinuer.
Il s'est content de dire que la situa
Jjngisles
Clment atteinte, ne
nj-'ur du mme coup,
Par
|*at
ici, nous avons constat Corn-
enjambe fut grande : di six-
Un nouvel inventaire se dresse
devant chaque peuple, chaque Etali
petits et grands, chacun laiss so,
mme, oubliant mme que hier qubl
quts-uus d tntre eux se aient hb60
cis pour la cause commune. Kn
affaire 1 se dit-on, chacun pour soi.
Et quoi I Un AUemague, dprcia-
tion mcioyable du mark, obligeant
ce pays industriel par excellence
prohiber pour uuiemps indtermin
presque son exportation et restiein
dra du mme coup sou importation,
eu Augte erre, mesures violeutes
rentran. le peuple dans l'ancienne
vie de mthode, enrayant les grves
ouvrires et touffant ce souiil ; d -
maucipation de ses riches colonies,
c se plus algue que durant l'poque
balhgeraute, ni fiance, restrictions
Uiveises devant eudigutr e'i rebords
de la vie >rop chre et 1 excs d m.-
poitatiousdebrimborions dprciant
davantage le tranc an dehors dout
l'missou en dedans ne peut s'anter
net avec un budget de dpenses plus
crasant que du temps de la gurie,
maigre l'aide des nouvelles taies eu
exercice, aux Ents-Uois. des dbi-
teurs officiels hguiaut pour des
b.liions et des billions, alourdissant
les portefeuilles et raiiiaut l'argent
I\0? L*11 to'he.OQtre principal
fwu oexporta.ion qui est le taie,
Cp'Ws{possibilit ni de Tacheter ce qui parait corner 1 conomie du "et
Fie lembarquert l'extravajmce hchiasisme pays don: le gouverne OM
[JjW'xdLuiopeluidouna un qj
ta i Jusqu' irsnte six d(}l
t. ,l'r" "en fut d.
"ea produits tels que
p. le cacao, le ricin. ,
uavaganct
)urs
t dfUrs
ment depuia quatre mois a mis com vus les placeurs cat.ra qui sont
. ui.,hQr/m Biii- i,-- lUiuinas les jusqu' prsent les plus imposs,
[ mETmir+S&S S-C rConr?eSrd^U coulidranLeu let,taut sauvegarder
lrea nra.1.,," .11*: ,'u^r a" Kau*uu Fdrale de l Union amenant ta lois les inlr s directs de Etat.
uleuiTtle tuaTueutune suspenaion dan. les Ca au s.ra pas un p.oblem, ; la vie
comme il reste jusqu'ici lapriucipalc-
perptuel domaine devant" ensevelir production sur laquelle pivote toute tion tait trs grave.Monsieur Lloyd
tous ceux qui s'y lixerout. ,uel- 1 conomie nationale s il en disparat Geoige montre toujours le mme
qu'un des ntres du nombre des dis c'est tout qui degumgole avec lui.
Depuis l'ouveituie des livraieous.le
c le s'aChteer:premire main tiois
cents or et le cacao, deux cents la
livre ; cela signifie pratiquement, a
ct de la cheit des nnicliandises.
du sucre, du Talia et du tabac, que
les producteurs t'e cet deux lves
ce s'en occiq 1 tout (.oint et eu lais
aeroot les jruits sur p>ed et sous
ailuts la p urt des rats et dis
chauve-souus qui, en Us man.
11 n'en teyeiont 1 i-s les dioits
a l'itat. Dcnc, si on ooit consideitr
que ce dlgivcncDt dooceotata
aura comme consquence duecle
et immdiate, la icalisation de ces
pioduits d'exportation, avec une
plus value de nois dollars peur le
caf et de deux dollars vingt cinq
pour le cacao par et ut livre, ci si
pu 1 midi e que ce simple geste re-
met a la ci'cniation pus de quatie
millions de dollars allait infallible-
ii lit aux arbats de marchandises
dont le rer ouvellement (amnera 'au
TiBor bai ien l'quivalent de en
dgivement au compte d impt ta
Itou, celle ci menace de 8'anter
si aucune pra que mesure n'ir.ter
vient dans lacnse actuelle.
La mesure n'est pas une cbimre :
ce dgivement n'est pas au dessus
des moyens actuels du iiaor dont
le compte Ueceveur Gnral accuse
au crdu de l'Etat plus de quatre
millions de dollars. Ce.te balance
est plus que suffisante pour t'adop-
ter et cou muer en mine.lempa r-
gulirement le Seivice Hudglaire de
Ltoili et oprer le paiement dea
in rts arriis de la Del e lut-
neuie, en attendant que ses con9-
parus, divan satit ne nous plai-
gnons pas tiop : en Hati chacun a
t>a rcompense dans les hauts et les
bas du milieu.
'cCepu.dui.1, dans la sph e dea
affaires, cot de cette insouciance
native, uoui avons r.n objectif nette
ment dessin que l'on peut rsumer
aiuti : Veudie cher et acheter ben
maich. Mail celle llieoiie eBt fu-
i.es:e la ^luiahi et tcmpoite ces
inconvnients CcoLCuiqtes qui la
longue, IDCOO incctiit uaiibarda et
Ciicuta ; quai.d celui qui doit acbe.er
est pauvie l'eu ie qui vend ne ptut
que le devenir- Autsi, quel acte, en
somme, le rsultai des gits Lemfi-
tta leluB dans ces lemps demiert:
le fruit ue ces spculations sur lea
ii meubles v< 1 di s au u i le de F ur
vroie valeui 7 U ett lpeigce appe
le cous soutenir au temps d'ilici-
ie. et quel prcit .otabie dnus I eco
mie beuieona peut donne 1 un indi-
vidu qui .1 bui.-e le libvail de douze
I eim s conue le salaire de vagi cen
tiines ? et croit ou capaLle de |6| b
m des tueurs, \ider 1 s stocks tur
pltce avtc de inx de gueue de-
vant cette dispaiite i.ersisiaule dans
l'aiouomie sjciale baitiei.ne'.' Peuple
pauvre, commence pauvre. C'est uue
maxime'
E.i toat cas,la situa ioc actuelle qui
et Une d'abord aux piodact urs,
ensuite auxeommerants ayant stock
u es point difficile a amliorer, si
x q i oui un devoir remplir en
ige
souci d'exploier toutes les voies qui
pourraient conduira une entente
possible et rien ne sera nglig par
'r gouvernement. Tant les otnciers
que le 'pays tout entier attendent
avec anxit la discussion d'o doit
sortir la dcision que doit prendre
le gouvernement i la suite de l'ulti-
matem lanc par les cheminots et
auquel les ouvriers des transports
ont peu prs adhr. Les dlgus
de l'union natioaale des cheminots
.aient en sance ce matin et ont d
clar qu'ils a.tendaient une rponse
du premier ministre la communi-
cation qu ils lui ont euvove hier et
dans laquelle il tait dit que les che-
minots qui.feraient le travail diman
che minuit si le ditirend n'tait
pas rgl.Des ngociations pour sou
rg meut ont t en amee.s.
WASHIMGTON La premire san
ce de la convention annuelle de FA-
mencan Bankers Association a t
tenue aujourd'hui Les critiques qui
ont t laites rcemment par le con
mV.eur des finances Monsieur Wil-
liams a l'adressa de certaines maisons
d 'banque de New York ont provo
que l'adoption d'un rapport condam
nant les attaques dangereuses faites
par cerines personnes contre le cr
queuces logiques, avant la clture
de l'an o fiscale, drainent la
baisse Publique, a contre valeur exo
nro par un rveil du commerce
d'importation qui aura 6t, par la
suite sauv de la Catastrophe dont
on le dit menac.


-;


lc ma un
1.V* IJIM
:iiuuuiuuilui:i:t.iliu
ttku*
Lgf Personnes Anmiques
ont besoin de L'Emulsion de Scott qui plus
qu un
mdicament est un puissant aliment
concentr, productif de sang,
forces et bonne couleur.
(Demandez toujours Emulsion de Scott)
llHWHIIIIllliyiHIMMUIIliiliUlllf
HlklUUW
<
iinmm:mn'ni
dit dis Blftl Unis Le gouvernement
c'a pas encore donr son approba
tion i la proposition des banquiers
amricains pour remdier a la situa
tion finano'eactuelle.Les banquiers
*nt propos d'acheter des bons du
Tu'ior mis par le gouvernement
cubain.
WASHINGTON- Le service de
sant amricain tait connatre qu'
paitir du premier Novembre prochain
les aroplanes entrant aux Etats
Unis et venant des pays trangers
seront soumis aux mmes lgles de
3uarantaine que les navires venant
es ports trangers.
EL PASO Le gouverneur O. A.
Larriozolo de l'Etat de New Mexico
et le gouverneur Thomas E Champ
bell de 1 Ktal d'Arizone se sont joints
aujourd'hui au gouverneur W. P.
Hobby du Texas pour demander que
le nouveau gouvernement du Mexi-
que soit reconnu par les Etats Lais.
Des tlgrammes ont t envoys i
cet effet *u prsident Wilson le
priant instamment d?gir dan? ce
senr.
NEW YORK La Compagnie gn
raie Transatlantique annonce la cra
tion d'un service direct de New York
4 Hamburg sans escales tt vice versa
par ses paquebots Caroline et
c Niagara autrefois atfects la
ligne de Bordeaux.Le premier dpaa
pour Hamburg aura heu le 27 O.ti
bre par la Caroline. D'aude pan le
c Roussiilon > de la me.ne compa-
gnie est attendu aujourd'hui vena l
de Marseille par voie de Gibtatar.il
repartira sous peu de jours pour le
Havre.
2* Octobre
WASHINGTON-A la confrence
internationale les dlgus amri-
cains demandrent que les anc ens
cibles allemands de l'Atlantique re-
liant les Etats-Unis et l'Allemagne
soient replics leur position d'avant
guerre rendant l'Amrique les com
munications directes avec l'Allema-
gne, il semble que les dlgus an-
glais s'opposent la demande am
ricaine. Les reprsentants des deux
nations taisant partie de la commis-
sion charge de s'occuper de la ques
tion poursuivent. On croit gnrale
ment qu'au cas d'insurgs la c mi
nuation de la confrence sera inutile
PARIS Selon le .Matin les ngo
dations de la France et de l'Angle-
terre sur la question des rparations
progressent trs favorablement et se-
raient pts daboutir.
PARIS On apprend de Bruxelles
que Lloyd Geotge aurait exprim a
Delacroix soc avis que tous les chefs
des gouvernements allis devraient
aller Genve ? uivre les travaux de
la ligne des Lations sans y partiel
psr. Le gouvernement Yougoslave
informe oticiellement la FranceTAn
gtetcue et l'Italie que ses troupes re
curent l'ordre d'vacuer les territoi
res dernirement occups.
PARIS Le Petit Parisien apprend
de Rome que la police continue
agir nergiquement contre les anar
trustes. Tous les postes frontires re
curent l'ordre d'interdire les dlgus
russes pntier en Italie. La police
arrta a Livourne un propagandiste
russe.
BU -------)
Avis du Service
Hydraulique
Les abonns aesseivis par les sour
ces Plsance et Cerisisr sont aviss
que l'eau sera arrte toute la joui-
ne de Mercredi 27 O;tobre pour
cause de rparations urgentes,
N. us recevons la
Mr la M orpeau.,
lettre suivante Je
Ouvrages hatiens
institut de France
Tort au Prince, le 23 octobre 1990
Mon cher Directeur,
Par t ois lettres en date du 17 Bep
terobie dernisr, Mr le Prsident de
l'iustiiut de France, par l'organe du
chtt du Secrtariat Mr K. Rgnier,
m'accusait rception, me remerciait
de l'envoi des ouvrages intituls
Payes de Jeunesse'el de tui.Lne de%Piti Hociale Anthologie hatienne
des potes contemporains 1904 1920
et m'annonait qu'ils avaient t d-
poss dans la Bibliothque de l'Ins-
titut. Vous- ave/, t assez aimable
pour porter le fait la connaissance
des lecteurs du Matin et Mr E.Lt-
roy avocaf, eu a, profit pour vom
c.ire la lettre parue dan votre No
d hier.
Mr Leroy a d probablement m a-
voirfut dt\ l'honneur de lire mes
Payes (te Jeunesse et de Fui Le vo-
lume se termine justement par une
page consacre aux cantines scolai-
res et intitule : Une uvr de PU&
Sociale-
Je les avais de la sorte b ptisss.
Mr L3foy a d aussi lire mon An
Ihologie tt constater qu a l'une des
pages de garde du volume se trouve
cet e mention ; Du mime auteur,
P i/es de jeunesse et di Foi. (I VolQQM
imprimerie du Sacr Cur. Port au
Prince 1919 ). F ne o-uvre de Pilii
Sociale (biochure en faveur des can
tines scolaires. Prface, articles, en-
tremets. Imprimerie du Sacr Cur
(1/ Port au Prince.
Cela revient dire que je rclame
comme mappartauati'. de la 0 u.ln
re eu question la prtface. des arti
des et des entrefilets. Nul n'ignore
d'ailleurs la part que j ai prise la
ralisatou des cantines.
1.1 brochure tait presque acheve
cous m'a direction, quaud je reors
de Mr Alphe Alphonse alors pr
aident du Comit de la laissa d N
Fcoles de tort au Prince, un article
de Mr Leroy consacr aux cantines
Cela a permis a Mr Leroy dcrire
de la brochure a binette la pub.i
catioo dd la juelld et le Minis re de
llnsuruc ion publiqu a et les injin
bres de la Commission Communal*
et moi, nous avons collabo- notmi
ment
Compliments distingus,mon cher
Directeur,
Louis MORPEAU
FaitsDivers
OBSERVATOIRE
DU
PETIT SEMINAIRE
COLLEGE ST MARTIAL
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
.Lundi 2) Octobre; 1920
3 5 ^. s*- e
s c
0 e s: a, c& m le
s t &
B ^
-1 **l ta ce
1 CD r-0
C!
1 H t > *
g" so g
c y r\ W P* r fci* p* t -t en a*
T3 D 9 ST. H 2 ? r> n m S-
six m e deux
>3 cr3 -*-. a
nngues dollars 3 n ut -a "2 w 00
et e
'X. s:
VI n 3 n> > C -, 1 1
, J^---^
f^-,
Or 8 00 le millier*
Ed ESTEVE $Co
PORT-au PRINCE
Baromtre
Temprature
759-
minimum 20,9
maximum ; 1 9
Moyenne diurn, 26.;
Ciel clair jusqu' midi et nuageux
ensuite.
Pluie apis 10 h.
Pluviorr tre 4,6 m.m.
Baiom'.rc :onstint.
J.SCHERER
noa
[O L'Imprimerie
.i mon j-.-!c
du Sacrt Cottf jppjrlient
rENTERITES:
.' I.UUL'H... CASTRO -INTISTIMALIfc
DiarrUevorlo'.inourrii>Boiia,Enturlto uiuoo-1
uombruneuaL', i.iIibp ul"iii.< ; Conutlpatlon,
At*>ideiilk j|i)'-n.l'culalroK. llvr typhode,
lliailirsiilil'aH.i.Acn.EozAiiia, Furoncles, tu. |
GUIRISON CERTAINE MT l'u^aije de I'
ii
JLoHLUS PUISSANT XNTISEPTIQ01
an* Mercure ni enivre
/IiMliiit'i/ lArtflleni I i'(umi# mieiitnaU,,
i lk iii.se I- SO IOO (.'ouite> par jour
ju'ANIODOL. INTERNE!
ilm uni' lan Je I'> Ifl J urai,|cr.
I B''i< AHl-UUU -o l'.u. Coa (uiJt.Parii
liyan 4*
Barber Inc
Avisent le piblic et le commerce
que Mr Dorai-- lvan ne lait plus
Dartie de la maison l'.yau ft tlaiber
Inc 1 ort au-Prince. ui d'aucune de
ses branches et agences en Daiti.
RYAN & BARBER loc.
Le Moniteur
Lv Numro du.Journal Officiel de BWtdi 25
publie :
Avis ministriel.
Arrts confrant la qualit a'uainens aux
sieurs Kraooii Alexii Latour, franris et Dib
Salitn Bttroni, syrien.
Conseil a 1-tat. Sances aes 18, j et 50
Juin 1930.
Procs-verbal do brlement de Cent au
mille gouraes de billets de caisse retraits ( 19
Octobre 1920. |
Tableau aes valeurs reues de la B.N.K.H.
et de celles livres jun flemme par la COOMBU-
s on de contrle Uu itetrait jusqu'au Ilo Septem-
b:e lyao.
Correspondance c.iange entre le Receveur
Gnral aes Douanes et le Secrtaire A'fM aes
Finana et au Commerce relative i la crise que
traverse actuclleiucm le march haitien.
Nouveaux haitiens
Les sieurs rranois Alexis Latour, trancais et
U d Salim Batrom, syrien, ont reipi les lor-
nialits exiges pai la loi dans le but d'acqurir
la qualit a hatiens.
Bulletin d9 la Chambra da
Commerce
Nous avons reu le lascile dt Juillet-Aot
1920 au bulletin ae la Chambre de Commerce
franaise a Main.
Nous en conseillons vivement la lecture.
Paiement
Nous croyons savoir que toutes les pices
soni pries pour que L* paieme t au mois d'Oc-
tobre commence aprs-demain 2* Octobre.
U laut lhciter les Pouvo 1 s Publics d avoir pris
cette mesure qui permettra aux tonctionnaires et
employs publics de bien passer les lies ae La
Toussaint et aes Morts.
On redemande les 2 Fefs
Tous ceux qui ont assist a la aernire repr-
tentation aes i Pift > Pansiana en dkjui.m-i.ir.
avec insistance une nouvellk.- reprsentation.
Caant ces noniDrcuses* sollicitations les ac-
teurs de la Renaissance veulent bien donner sa-
tislaction au public.
Les 2 Fls seront aonc reprsents une nou-
velle fois a Parisiana le .hum. )0 Octobre cou-
rant.
Au haut de la rue St-Honor
Les liabitanis au quartiei situ a l'extrmit est
de la rue St-llouore nous prient a'attirer I atten-
tion de qui de droit sur le niauvai. tat de la
(hausse en cet enaroit.
Dl qu'il a plu, le quartier est impraticable sur-
tout au aela du pont situ prs de .a maison de
Me Aurle Colbert.
L,a krosine est en haussa
On signale une hausse excessive sur la Kro-
sine qui, de Uou/e gouraes se vena Oix huit
gourdes le lerblanc. Oc soixante centimes le litre
est mont a une gourde et plus.
Comment expliquer cette hausse ?
Le mais est en baisse
les propiietaires de chevaux se rjouissent de
la baisse de cette importante denre, dont la hausse
avait jet le dsarroi dans les tamilles.
La marmite de > livres de mais est acscenaue
de une gourde .1 >o centimes et une abondante
production permet d'attendre de plus bas prix.
Brlement
Ce matin il a t livr aux riamines -,j,ooo
gourdes de billets dtriores ce qui porte a ),a24,
000 le chiilre des valeurs retraites a ce )Our.
Corporation des lypos
le- membres du Conseil d'Aaiumistration de
la Corporation des Typos, sont convoqus pour
lundi 1er Novembre prochain t> heures du soir,
chez le trsorier, Itue pave. Le Prsident.
Tlgramme funbre
Lue dpche du Cap nous annonce la mort
do Mme Limprvil llemnon, survenue hier.
Condolances aux famille) prouves.
Le eJournal Officiel du '23 de
ce mois, informe que le Ministre
des Travaux Publics est charg par
intrim du Dpartement de9 Finan-
ces et du Commerce.
Par arrts de Son Excellence
le Prsident de la Rpublique la qua
lit d'hai ien a t confre aux
sieurs Krarais Alexis latour, fran-
ais, et Dib Salim Aatroni, syrien.
Nous sommes sollicits de
demander qu'une nouvelle reprsen
ration de Fl Candidaf'et de"Ft'
Ministre" soi offeita au public par
les talentueux acteurs de la Itenais-
Bance
Une grande centrale sucrire
sera installe prochainement Du
gotroa.
D'aprs les renseignements com
merciaux le prix des articles a enco
re baiss cate semais* et le maras
me qui existait dj dans lea a(l
commerciales s est de
accentu.
~ Le gouverneur de la ftr,
Mr Lejeune, vient d'tre proma
cer del Lgion d'Honneur-
L Orgue doter la Caihdr
Port au Prince cotera cent
francs. Des ftts et une grande I
rie seront organises bientt en i
de trouver celte valeur-
- Le vapeur Brnice a db
Port de Paix '.O migrs biiij
revenus de Cuba.
Sous la prsidence du ce
dant Kugne D^gind.le Coniiili
miniatratioa de la Compagnie]
Pompiers a teuu sance hier
g-
Arpenteui-Gomtrej
Il 13, Avenue John.JLalal
Occasion exceptionnel!
Yaille Yaille
Rabais de 75 o\o chex
Antoine M. Talamas
Rue du Magasin de l'Etat, en face de Simon Vieux
Antoine M-Talamas de retour de ion voyage de NewYordena
sa nombreuse clientle e au public en gnial qu'il a un stock i
cha dises de toutes qualits, de toute fraicheur et avec un rabais de
sur les prix anciem ; savoir.

Anciens
G. 18
18
Avis Matrimonial
Le soussign avise le puolic qu'il n'est plus
responsable des actes et actions de son pouse ne
Sainina Finclnnot, pour cause d'incompatibilit
de caractre. L'oe action en divorce va lu tre
incessamment intente
Antqor SYLVAIN
Crpe da chine
Cr06;Georgetta
Crpe Mtor 25
Crpe de chine bars 22
Satin Uberty ^J 18
Tussor de soie, 10
Organdis couleur 4
Nausouk blanc 4
Mousseline barres 4
Mousseline carreaux \
Diablement fort 4
Mousseline coul. bai- 2.50
Perais suprieurs 5
Voile Meurs 4
Mousseline blanche 2 50
Mousseline barres SAQ
Nansouk mole 4-50
'Joutil blanc 5 -^
Mousseline blanche .1.50
oimili blanc 5
bnnili ruse 4.50 ;
M or la'x 2.5U
Koki bleu 5
Kaki jaune 0
Dnii tuasor o
Drdl coton 4.50
Dnil til lu
Ftatniua couleur 3.50
Flanelle 5
tlaue.lt) (j
Flanelle Y2
Flanelle supiieure 15
Flanelle mousseline 20
Crpon blanc 2-50
Duban lftbCMl.tta 2 p 4 50
No 3 0
Nouveaux
G. 10
10
Anciens
i>
13
12
10
5
3X>0
250
2.50
2,50
2.50
1.75
3
2.&0
1.16
2.50
2.50
14
2.26
3
2
1-50
3
3-50
3-50
2.35
0.25
2.25
3
35U
7.50
9
12
1.75
3
i,50
lias assortis sup
Cravates reps
Cravates nouer \
Cravates blanch brodes
Chapeaux de paille A
sch
et divers autres articles de choix qui rpondent au bon goui.
X
It
tt
t<
tt
No 5 7
NoUlU
No 12 H '
No 16 18
No 40 20
No06>
No 80 30
No 100 35
Ruban pompadou l'aune 6;
Ruban satin JJ
Pealmbeach sup **.
Lotioti Pompia etc.
Poudra glace hooppe *
Chemises a hBm. coul w
coul sup.
tt m 20
" blanches sup. 2?
t 15
' crpe de chine 75
Chemisette suprieure
,. < i.w
' jour jopoifnsis 10
Chaussettes coton int dz v>
Bas cte b^anc enf
Chaussettes enfaBja z
- til noir
Bas noirs douz
10
18
8
la
ltt
'30
61


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM