<%BANNER%>







PAGE 1

jt^sft N'Importe L'Age Eii#* toujourv 1 itr mrqu pour prendre avec bnfice la lgitime EMULSION DE SCOTT productive de forces, vigueur, et nergie. = •*< Nouvelle s Etra ngres Faits Divers 19 octobre PARIS, 17 — Le tiil t oa des syndicats des thtres a ordonn la glvc des employs de trois thtres. Ouand l'ordre parvint au thtre de Cluny la reprserut on fut aussitt arite. Le th tre Dj;zet n'ouvrit f ias ses poites. Au ihire Antoine es employs n'cbirent pcs l'ordre de give le directeur leur ayant accord toutes leurs demandes concernant les salaires. PARIS— La France, dsirant encourager les importations de charbons amricains a dcid d'lever de 100 i i)0 trancs par tonne la remise accorde aux impoitateurs sur les drcts d'entre. Cette dcision restera en vigueur jusqu'en jinvier prochain. Les compagnies du gaz et des chemins de fer ont des stocks de charbon peu prs gaux ceux d'avant gutrre. PARIS— Suivant une dpche de Beme, l'ex-roi Constantin se prparerait a exploiter la situaticn cre en Grce par la grave maladie de son fi s le roi Alexandre L'ex :oi projeterait de rentrer en Grce pour revendiquer le trne. Les autorits suisses prennent des prcautions serieuses pour djouer le complot qui se trame en Suisse contre le rgime actuel existant en Gice. L'tat du roi Aleiandre s'est aggrav hier.mais ce matin les symptmes graves taient moins prononcs. PARIS— La confrence des passepoits examina la question du visa de sortie et du visa de transit A 1 unanimit, elle dcida de proposer la suppression du visa de soitie. Concertant le visa de transit moi. s de motit exceptionnel il serait accord automatiquement sans enqute et sur la impie \ue du pays de destina tion La dure du visa .-erait gale la duie de celui du pays de destination. PARIS. Ce matin eut lieu la facult de midi en e une confrence aur les mthodes permettant de dterminer l'irafection "bacil'aire de la tubercu'cie par la morb dite et la mortalit constates dans tous les pais. Un nombre considiable de cou-, munications furent fauei par plu •leurs dlgus notamment pat lu docteur Naiarro dlgu de la ttepu blique Argentine et par le docttur Manor des E ats UnisAprs me c discussion laquelle prirent part diffrente! personnalits l-accoidse ralisa sut la doctiine fiai aiso base aur la valeur des signes daus culUtioo et la valeur il %  cutirac tion chez les enfants an l'absence du liacille de Koch dans les ^cracliats ou les sections du foyer bacillaire. Demain le congrs consaciera sa sance au proMme de la propliy laiie. ATHKNES, L'Etat du Roi Si! tou jours sneuxet inspire une grande inquitude. ROME. Le congs d archologie inaugura tes travaux en prsence de 300 congressistes. Courrier maritime Le steamer Advance de la ligne Panama venart de Ntw-Yok est entr ce matin. 11 laisse ce soir pour les ports du Nord. — Le s eamer Fauna de la ligne hollandaise laisse ce soir pour tous les ports du Sud et Curaao — Le s eamer Armor de la gn hollandaise a laiss New-Yok a M courant en route pour les ro\. u Nord et Port-au-Princej OBSERVATOIRE DU PEUT SEMINAIRE COLLEGE ST MARTIAL RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES Lundi 18 Octobre 192c Baromtre 760.1 minimum 23,3 Temprature maximum )\ 5 Moyenne diurne 26.5 Ciel un peu nuageux jour et nuit, couvert 8 h. Orage a 8 h. 20 m.' Pluviomtre o 8 mm. Baiom:re presque constant. J.SCHERER Douzime Budegtaire NOJS crivions •iernicrcineni que l.i Budget de 1 exercice I91 1-1921 D'ayant pu pu cire voie, celui de l'exercice prcdent a t prolong par un arrt de S. li. le Prsident d'Ifeti. Cei irrit vient d'tre publi au Moniteur. On y voit la mnme dea crdits a rpartir entre les diffrent! dpaitements ministrie s pour le service courant du mois d'Octobre 1920 s'lve G. \J2 119.54 monnaie nationale et P. 215, (96.90413 or amricain. Nouveaux hatien De nouv.-aux trangers viennent de renplir les tonn alits exiges pai la loi en vue d acqurir la qualit d'haitleni. Ce sont MM Siegfried VMassa, anglai; n et rsidant au Uep*Hal ien et Georges II. Gmdner, anglais n i Inaguc et l.idant a Port-de Paix. A la Citadelle de Milot Notre confrre Lts Annales Capoises annonce oue c'est en ma, durant les vacances de Pques, qu'aura lieu le grand plerinage a la Citadelle Lafrire. Une plaque commmorative de la mort du roi Christophe sera pose sur le-, murs de la vieille lortcresse au cours de ce plerinage. Le Moniteur Le numro de Samedi i<< Octobre du Journal Otciel pub.ie Avis ministriels. — Conseil d'Etat. Sance du 7 Juin 19:0. — Arrt de douzime des dpenses d'Octobre 1920. Monsieur Benoit Couba Ce malin nous avons revu avec plaisir notre jeune CL sympathique ami Ifcnuu Couba revenu d hurope ou il avait ; pour affaire*. Il a rapport un beau stock des plus jolis articles choisis pr lui dans les plus grands magasins parisiens. Nous avons t trs heureux de le revoir en bonne sant et lui souhaitons la bienvenue et bon succs. A propos de la crise commerciale Il est bon de signaler un important article paru en deuxime page dans le dernier numro de Haiii Commerciale • touchant la c ise grave ; "",','>," > v ene n "ire monde des affaires. Contra: renient a 1 opinion gnralement admise, notre conhre qui s'est acquis une li grande autorit dans les questions de finances et de commerce, pense qu'il y a lieu de prendre en considration la demande faite par certains importateurs il'une intervention de I Etal pour conjurer les redoutables eltets de la crise. Finances hatiennes a llaiti Commerciale^ entreprit dep*5 deux •emiincs la publication d'une srie dan de-, d'une haute porte documentaire et doctrinale Bui la situation hnancire du pays. Nous en rtcommsndoni vivement la lecture 'tous ceux qui ont la responsabilit des finances Dut) iques. Dcs Bat dcd i heures de l'aprs-midi Joseph Castaning. Ses funrailles auront lieu eet aprs midi en la bas li |ue Notre Dame Maison mortuaire : Rue du Montalais. Bi lement Ce matin il a t livr aux llanimes Cent dix nulle gourdes de billetl dtriors; ce qui porte i cinq millions neui cent quatre vingt neuf mille gourdes le chiffra des iillets retraits ce jour. Manages Dans les salons des poux f'ernand I.arneux, aux Caves, aura lieu le 37 Octobre courant, le mariage de Me le Ani.k Larriens, leur fille ateo Mi Stepbeo Va re. le iefcfe Jeaiiiy Rut Brttagui So 918 c|o Mme FHANGtC DYER Broderie, Lingerie, Robe, Layette, liai de-robes pour marie etc. :s reuoutaes Vv euafs deui U l la Cest dcidment saurai s ir qu'aura I eu Parisiana la tte qu'organisent Us ucleurs de a La Renaissance . On sait dj qu'il sera reprsent c l't candidat et c bif nrnutrd t. Les prparatifs font entrevoir le plus grand succs pour ce'te f'.e dont les car tes d entre ne sont qu' 2 gourdes. — C'est aujourd hui,^ quatre lieu res, qu'aura lieu l'inauguration de I colo primaire fonde en cet'e ville par le Grand Orient d'Ilaiti sous le vocable Ignace Fresnel — Avant hier sont dbarqus tant la Capitale (ju'aux Cayes de nom breux migrs hatiens venant de Cuba — Il se confirme, d'apis le cablo grammes reus, que la baisse de nos P'nd'iits sur Ien marchs trangers s'accentue de plus eu plus. — Le sympathique commerant d la Riif du quai, Mr Eugne L bos^ praide un comit charg de recmi lir dei fonds — par sousenp t'or.s publiques — pour la Corapa guie d j s Pompiers — "En excution de la dcision Communale, beaucoup do voitures p-jb'iqups en mauvais eut ont t remit0i oeuf parleurs propritaire!. — Samedi toir, l'auteur beau portrait de la grande artiste accompagn de cette notice : a Madame avec Germaine Lubin qui vient de crer avec succs l'Opra le rle de la Reine de Volupt dans le beau diame lyrique de M. Vincent d Indy La Lgende de Saint Cihistopbe . Ajou'ons que Mtdame Germaine Lubin a eu, en mar dernier, avec sa voix d'or i'un charme crole particu li ement enchanteur, un norme suc? dans Ibais sur la mme scne de l'Opra. Offre de Service Mr Charles St CLOUD.Irgnieur Mcanicien dip'oin de Pensyvania Co 1 ge, aprs un ;(jour de 12 ans aux lftats Unie d'Amrique, o llre ses : 11 vices comme lrgr-ieurMcsnkieu f.( dplacerait su besoins pour n'im porte localit! Bonne rfrences No. 1622 Rue Kpublicaice Port au Piince. Louis Villemenay Notaire De retour de son voyage de France annonce i sa nombieuse clieoile qu'il a reprit l'eiercice de sa pioies non On le trouvera toujours en sou cabinet de la rue duCentre. \! Boulangerie Centrale LOPE B VEKA Bue Rpublicaine' en face de la Poste Monsieur Lope Rivera aviie sa cli enile qu' paiti du 15 octobre cou rant, la l.vre de pain est livre o,^o centimes •:tGARETTE Or 6.001emilli„ Ed ESTEVE& P0RT-.U mm Viennent d'arriver chez A. Victor Gentil P.ue du Magasin de l'Etat 1731 Souliers _j Souliers] Di'couvf ris j .unes et bruns talons caoutchouts, dernira m Souliers dcouverts pou. darres. Aotre fameuse Teinture Vgtale et instantane pour clievrru aucun danger, na contieiiln ; plomb, ni argent, etc. Prix du flacon : 1 dollar Joaimy Cordasco 319, Hue \des Fronts*lort% % 18e Avenue, — P. 0. Box 2 Port-au-Prince, Hati. Ventes sensationnelles avec ijrands rabais laissant de gros bnfices aux pluspresss. Assoriimenls trs complet d'articles pour Coidoniierie et marchands cordonniers.] Vous rouverez yalemen en sock : L Pe niuie Ceif, chaussettes, machines coudre 1 et2fllj.| Acc-.ssciics pour automobiles, ar icles aiaills, fournitures ai pour maleiitis, cirage Grillin et de la clbre marque 1 pour souliers de toutes lts nuances etc. etc. Pressez-vous, car ces prix ne Si pas mintenus longtemps Le Purgatif Idal c'eut la Pilule du D r D ehaut 147, Rue du Faubourg Soint-Dsnis Parte Paella prendre, Na Doaaaitanl aucun prtptratlf, 1 elle ne provoque jamai* ae ig^L •apprlmanf^tflftt, |etll ne dthc'.ite pas le malade. N 1 '• • ; ! de repos a la chambre, ; ••' %  % %  ; I. t.iLsc MCUe pert,? de temps. t'i'-' li gna irai M siiiii IU i re i, ci: t %  ' %  % % %  %  %  % %  i \ in...i, n.oina chr. D0SS ..-.ijMivE, a a a piiuic* I A\*TIVE, I pilule. ^OOfi ITIi ATION %  : les met *x!mtm \M d' ..rmacien, .m* C [ L L S 0 H I De Manufactures Etr Agence gnri MfO'Ji, Rue du Magasin de t\ iVoussommes mesuredel excuter pour ncs amis les i meran s des commandes dej chandises suivantes aui Unis d'Amrique : Toileries Unes, toileries' res. quincaillerie, proisionij gnra', l'arme, savon, pf ns, iogram du MichagiJ duits pharmaceuiiques iV.W du Michigan Peintures WP Works, bay-rum 0. floroni homas, planche, ciment,J articles pour bateaux, LuM Carbon Remover de la Carolina pour chasser le ciw des moteurs d'autos sans II* neiioyageLa Maison accep.e en des commandes pour liJ centrale et occidenlaleNos termes sont les plus noire piinptitude est saiMi nos conditions gnrales son] meilleures. 1 Dans vos courses, rserva minute pour passer nous 'j ce ne sera pas du temps perag AgentsdeManutacturesW*



PAGE 1

3uit rzl rime anne N<£ 391 1 Port au'Priuce.Haiti Mardi 19 Octobre 1930 plRgCTEDR-FROPRIETAIRE [Cment-MAGLOIRK MAGISTRAT COMMUNAL f* N JUER0 D CENTiMt G. 2.0U il UEi'ARrEMhMTi G; 2.M fOll JTRANGh 7.00 ^ mois 8.01 Quotidien L'homme parlait est celui qui sait chaque jour inventer sa propre vertu et chaque jour offrir ses frres un don nouveau,le travail, mme le plus humble, mme le plus obscur tend la beaut et orne le monde. Gakrielc D'ANNUNZIO Laoac's soot reues au Comptoir In' Lil 'Je Publicit, 9 Rue Troochet, Pi^ Hj,i, 2j, Ludgate Hill, Londres, REDACTION; Rue Amricaine No. 1** TELEPHO!sk':"iS Rapport du Gnrai Lejanne Dfiiii ma U Au Secrtaire Daniel 9 8 (n Les bandes de voleurs disperss fSUfl\ UUH UUUVtJll lepillj (filions du a vteur 11 adi itrei contre l'adrainistrati tDg'oQ 5 Octobre. —Joaphus ^cr'tairn de h Marine, fit fboi une nouvelle rplique irdiog tion linedela Marine en 11 u'.i, l public un rapport du gViRDA. Lejeune, commandant Ides Marines Cor.s qui vient iutrtr Washing on prs un jd investira ion des conditions I Rpublique noire. | rapport du gnral Lje ine iiG-'xteno dmontre qua le-* IN ont intelligemment. jloui.afficaceraent e' courageusetnmpli leur raiisionCette mis ltii la suppression du banii lit la maintien de la paix et do Ire, appjr. cons'ate que la situa%  point de vue • i-- banditisme ien main de faon mag s les indignes ont. bien par les officiers amliora hommes. cala quelques semaines, Waire Uauie.s, en publiant lot le texte du ru port de i communications furent ^relativement nu orps dej |lo H ni quelque*-unes de TJunications aient cJcu1 donner 1 impression que Ma chargs de la mission taraient t cruels et inliuK que leur conduito avait iiiie par une absence de %  ce et de considration l indignes de l'Ile, 1 jour o les premieis marines "Virent en Hati en 1915, et tant la paix et la tranquillit [nalneureux paye, les ordres "•par moi taient uniforme officiers de se considrer Ras frres des hatiens eu' aider ce peuple voisins Mot oppress par les banI rvolutions et le intrigues. I pai possible de supprimer notions et les bandits sans i ffl*is la force employer. *• directions, ue devait 1 tre • lea cas absolument nces *> quelques exceptions prs ara et tas bommes excut! lettre tet ordre et furent eu^les de bienveillance PpUcmoo duo devoir dtf oblicaiondes critiqu s sur ICI en Hati, je chargeai le ueurgee Rarnett qui avait >r gnral commandant des corps depuis le dbarque• premiers mannea en Hati | de prparer un rapport 'des opranous en Haiti. Ce qui ara iucessammeut prt fWura mules lea oprations Juin 11)20, poque a ' gural lian.o t, cessa l.a dirigeante des marines uaaitt que le rapport sera J il sera reudu public. %  kjjwae poout, je donnai de3 ""cuons au mBjor gnral l' ce moment chef des i.uac WSi de taire un rapport sur "*: oprations depuis le jour J"! eQ be en fonction. 11 .eut %  P our mission de v siter Ha i, JJ une tourne d inspection et ••PPorter lea condi ions du paya T" r p rod*iQn d'aprs la tra"•* <* notre confrre L elssor. ce moment l. Il revient de s in voyage et soi rapport est rendu p i bli %  arujourd bui. Durant l'occupition d'Hati par lea marines, tl y a eu des rencontre* ave: lei banditsPans que ques ca 3 lea ordma du min'Stre de la marine et d i ( h t -la m.mnes corps ne furent point suivis, mais dans c a q elq tel cas nresdes ordres furent donoa auaatt que ces informait )iia fuœnt connues Washington d inveatigaer s fond, des punitions devant ire inll ges pour tout tort ou crime commis par les officiers a nri i na ou leurs lnmines. Ces questions seront traites dans la rapport du guial Rarnett. Rapport du gnral Lejeune Voici la partie essentielle du rapport du gnral (/-jeune. 1. — En excution de vos instructions verbales, ,e aoume-t votre information et a votre comidratioa, un rapport conviant la priode dputa laq "-lie je pris le commaudj mmt daa unmes corps et concer nant l's conditions affectant la situa tion mi'itaire en 11 Ci. 1 Lt Rpublique d Hati est un nay3 d'un endue approximative de 1J miles carrs Le pays est trs inoatJgoeux Erre las ranges dea grandes montagies s'tendent des valles arroses, d uneexiraordinaire feililit et habites par une popula non dens i. Hati est exceptionnelle ment bien adiptt pou: tes activits de bindes de band.t. Ea fait durant toute l'histoire d lla:i le banditisme a toujou s prvalu, les banda se recrutant de ,cruninels chapps et d'une c'aase d h jram >a qui p;vferont vivre en volanc lus travailleurs indus rieux et paciti pies au I eu de gagner leu • pain par reur propre travail. Le banditisme a ' un des plus grau la maux auxquels s'est heurt le peuple bitieo, non seulement causa das torts fa ts au peuple par las dprdaiions des ban d ts. mais encore parce qu'ils formaient les noyaux des soi-lisant armes rvolutionnaires qui ont ai aouveiit dvast le pays et tremp son sol da sang. La mission dea marines atitions en Hati est la auppre-ision dubanJiiiame et le main tien dJ la paix et de la tranquillit. J — Tous les rappHta recis au quirer gnral dos maiinea co ps uepuis m nnninatioi comme mijjr gnerai commaniant ont iuliqu que la situation ce point de vue aamhorejrapidement et.que les conditions du point de vue dis ma nues corps taient trs aatiafaiaa it:Cependant en vue d re pleinement inform relativement aux atfai rea dus mannes corps, il fut excellent pour moi da visiter Haiti et de faire une inspection peraonnille dea mariner qui y ao.it c.ntonis. Je pr cedji a ce ts inspection au mois de septembre en compagnie du brigadier gnral S D.Uuttler qui m'as aista dam mon inspec ion. Trouve humaine l'administration do Hussel-Les ma.iuea en HA i eout commande par le colonel John H Russei.un officiar ca pable, jjs.e et humain. Je trouvai uurant mon inspection que non aeulemetit il avait pris la situalbn au point de vue du banditisme plus h ut parl dune faon magistrale, mais Les membres de l'Union syndicale du Corps de Sant (mdecins, pharmaciens, dentistes et 8ages'femines) sont aviss que la sance trimestrielle se tiendra l'Hospice St Franco!* de Sales le vendredi tl octo bre courant 4 1(2 heures do l'a prs midi. Ordre du j nu : le questions ird reesaut la c rporation Bo Coinmunica ions scieniliques Clinique du DrHyson Grand Pue No 1344 A ct de Monthrun Elle CONSULTATIONS tous les jours. Le matin de 7 9 heures. L'aprs-midi de 3 5 heures. LES CONSEILS DE MELANIK encore qu il avait envoy les in?truc iona lej pus oettea, rq erant On traitement bienveillant d-s habi* tants par nos hom.LesSis officiera subalternes fx.utreut ses ioairuc bons d une fjgon consciencieuse tt loyaleIci suit la chronologie dae vnements dans le rapport duA gnral dans lequel, apra avoir dt-ill son inspection des troaps e: de la gendarmerie, il dcrit sa visite l'ortau Prince le '< sepiembre au Prsident d'Haiti qui "fit une adresse dans laquelle il |logia l'œuvre des marines et do la gendarmerie eu Hati et expiima m gratitudeen corps des marints pour avoir mainnu la paix et la iraoqukllt da s le payeJe rpondis ladiesse. Le pr Bideut dcora alors le brigadier gnral Humer de la meJaille militaire d'Haiti en rcompense des distingus services rendus au pays en organisant, quipant, eutraiuant et commaudan la gendarmerie.. Aprs avoir laiss l'ori-au l'.ince, le gnral Lejeune visita Mirebalaia et l.ascahobas, Remercis par les citoyens d Haiti. Lu ces deux e.idroLs, dit-il, nous fmes itus par de grandes dlga tidus d'citoyens Lailiens condui tes par d>s autorits loca'es qui nous prsentrent des adresses ex^Ouelques consils divers que je cueille dans me notes culinaires, con e!s qui, \ l'espre, vous imr ss^ront^ Voici, par exemple, une excellente sauce pour rep senter. au d|*OOei de famille, les t tondu (roidis qui restent du dl.nr de la veille v'ous mettez, dans UQ deni-litre de lait, un ognon dcoup, une pince de se', quatre graias de poivre, et vous laissez ces ingrdients divers ensemble pendant une demi-heure. Alois, vous passez le lait et vous le faites bouiliir '. puis, vous le versez sur une demi-livre de piin finement m e t. Vous mefez le tout dans une caserole avec un bo i morceau de beurre : vous remuez pendant trois ou quatre minute; jusqu' ce que le mlange soit tr> chaud, vitmt qu'il ne vienne a bouillir. Vous dressez la viande dcoupe en tranches sur cette sauce exquise. Deux cuilleres de crme remplaceront le beurre avec avantage. Si \ou; avez quelques ia>tes d$ poisson, prenez quatre œufs durs hachs menu, une assile de r z cuit pont et vous m'.ang z le poisson, dbanas de la p:au tt des artes et rduit en hachis, av^c les œufs et le riz Assaisonnez de sel et de poivre biauc, m t'ez dans une casserole saut, elle tonnera une boule ronde ou ovale. Laissez cuire une demiheure. Cela s'appelle des cqunats et c'est import de Russie. Un vieil adag: culinaire nous d chaud. Ce tune a,-e_ feu dessous et d.-ssns et plat, appel kegeree est trs 'J K pici aux Indes dont il est o.iginai les marines en maintenant la paix et le bon oidre, ce qui permet aux travailleurs indus rieux et pacifiques du pays de cultiver leurs fer mes et dj vaquer leurs affaires s tes roolaatatio Ji rpondis cm cune de ces adresses et flicitai p.'iit annul, il est esBeu tial pour le bien tre d Haiti que la prsente disposition dea forces des marines corps dans I intrieur de meure inchange. Dana mou inspection des marines je confrai avec beaucoup d hatiens ton tiouiidires parmi lesquels le prsident et le cabinet, avec d'au cendres rouges autour, ou plus sim plement drns un four avec feudoux. Pour servir on renverse sur un plat. Voici la recette du gigot apprt selon les traditions castillanes: vous dcoupez de la ch tir maigre de porc en petits morceaux et vous les faites frire lgrement dans un pole avec des oignons en tranches et du sain doux ; puis, vous y joigae/. de la chair maigre de mouton— paitie du gigot— dcoupe menu aussi. Vous retirez ces viandes i demi cuites et vous en achevez la cuisson en les met'a-u dans une marmite avec eau, carottes, navets, cleri, panais, pi ments, poireaux et beaucoup d'pi ces. Pour servir, vous dressea sur un plat et vous entourez d'oeufs durs revenus dans dif bjuillon, alternant avec des pinces de persil. L: tout se couvre d'amandes cuites i l'eau de cpres. MELAN1E lies haitiens sans position officielle petites bandes qui campent dans lea des prir

Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05243
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, October 19, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05243

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
3uitrzl
rime anne N< 3911
Port au'Priuce.Haiti
Mardi 19 Octobre 1930
plRgCTEDR-FROPRIETAIRE
[Cment-MAGLOIRK
Magistrat Communal
f*
NJUER0 D CENTiMt
G. 2.0U
il
UEi'ARrEMhMTi
g; 2.m
fOll JTRANGh 7.00
^ mois 8.01
Quotidien
L'homme parlait est celui
qui sait chaque jour inven-
ter sa propre vertu et cha-
que jour offrir ses frres
un don nouveau,le travail,
mme le plus humble,
mme le plus obscur tend
la beaut et orne le
monde.
Gakrielc D'ANNUNZIO
Laoac's soot reues au Comptoir In- '
Lil 'Je Publicit, 9 Rue Troochet, Pi^
Hj,i, 2j, Ludgate Hill, Londres,
REDACTION; Rue Amricaine No. 1**
TELEPHO!sk':"iS
Rapport du Gnrai Lejanne Dfiiii ma U
Au Secrtaire Daniel98 (n
Les bandes de voleurs disperss
fSUfl\ UUH UUUVtJll lepillj
(filions du a-vteur 11 adi
itrei contre l'adrainistrati
tDg'oQ 5 Octobre. Joaphus
^cr'tairn de h Marine, fit
fboi une nouvelle rplique
irdiog
tion
linedela Marine en 11 u'.i,
l public un rapport du gVi-
rdA. Lejeune, commandant
Ides Marines Cor.s qui vient
iutrtr Washing on prs un
jd investira ion des conditions
IRpublique noire.
| rapport du gnral Lje ine
iiG-'xteno dmontre qua le-*
in ont intelligemment. jlou-
i.afficaceraent e' courageuse-
tnmpli leur raiision- Cette mis
ltii la suppression du banii
lit la maintien de la paix et do
Ire,
appjr. cons'ate que la situa-
point de vue i-- banditisme
ien main de faon mag s
les indignes ont. bien
par les officiers amli-
ora hommes.
cala quelques semaines,
Waire Uauie.s, en publiant
lot le texte du ru port de
i communications furent
^relativement nu orps dej
|lo H ni quelque*-unes de
TJunications aient cJcu-
1 donner 1 impression que
Ma chargs de la mission
taraient t cruels et inliu-
K que leur conduito avait
iiiie par une absence de
ce et de considration
l indignes de l'Ile,
1 jour o les premieis marines
"Virent en Hati en 1915, et
tant la paix et la tranquillit
[nalneureux paye, les ordres
"par moi taient uniforme
officiers de se considrer
Ras frres des hatiens eu-
' aider ce peuple voisins
Mot oppress par les ban-
I rvolutions et le intrigues.
I pai possible de supprimer
notions et les bandits sans
i ffl*is la force employer.
* directions, ue devait 1 tre
lea cas absolument nces
*> quelques exceptions prs
ara et tas bommes excut-
! lettre tet ordre et furent
eu^les de bienveillance
PpUcmoo duo devoir dtf
oblicaiondes critiqu s sur
ici en Hati, je chargeai le
ueurgee Rarnett qui avait
>r gnral commandant des
corps depuis le dbarque-
premiers mannea en Hati
| de prparer un rapport
'des opranous en Haiti. Ce
qui ara iucessammeut prt
fWura mules lea oprations
* Juin 11)20, poque a
' gural lian.o t, cessa
l.a dirigeante des marines
uaaitt que le rapport sera
,J. il sera reudu public.
kjjwae poout, je donnai de3
""cuons au mBjor gnral l-
' ce moment chef des i.ua-
cWSi de taire un rapport sur
"*: oprations depuis le jour
J"! eQbe en fonction. 11 .eut
"Pour mission de v siter Ha i,
JJ une tourne d inspection et
PPorter lea condi ions du paya
T" rprod*iQn d'aprs la tra-
"* <* notre confrre L elssor.
ce moment l. Il revient de s in
voyage et soi rapport est rendu p i
bli arujourd bui.
Durant l'occupition d'Hati par
lea marines, tl y a eu des rencontre*
ave: lei bandits- Pans que ques ca3,
lea ordma du min'Stre de la marine
et d i ( h t -la m.mnes corps ne fu-
rent point suivis, mais dans c a
q elq tel cas nresdes ordres furent
donoa auaatt que ces informa-
it )iia funt connues Washington
d inveatigaer s fond, des punitions
devant ire inll ges pour tout tort
ou crime commis par les officiers
a nri i na ou leurs lnmines. Ces
questions seront traites dans la
rapport du guial Rarnett.
Rapport du gnral Lejeune
Voici la partie essentielle du rap-
port du gnral (/-jeune.
1. En excution de vos instruc-
tions verbales, ,e aoume-t votre
information et a votre comidra-
tioa, un rapport conviant la priode
dputa laq "-lie je pris le commaudj
mmt daa unmes corps et concer
nant l's conditions affectant la situa
tion mi'itaire en 11 Ci.
1 Lt Rpublique d Hati est un
nay3 d'un endue approximative de
1j miles carrs Le pays est trs
inoatJgoeux Erre las ranges dea
grandes montagies s'tendent des
valles arroses, d uneexiraordinaire
feililit et habites par une popula
non dens i. Hati est exceptionnelle
ment bien adiptt pou: tes activits
de bindes de band.t. Ea fait durant
toute l'histoire d lla:i le banditisme
a toujou s prvalu, les banda se
recrutant de ,cruninels chapps et
d'une c'aase d h jram >a qui p;vferont
vivre en volanc lus travailleurs in-
dus rieux et paciti pies au I eu de
gagner leu pain par reur propre
travail. Le banditisme a ' un des
plus grau la maux auxquels s'est
heurt le peuple bitieo, non seule-
ment causa das torts fa ts au
peuple par las dprdaiions des ban
d ts. mais encore parce qu'ils for-
maient les noyaux des soi-lisant
armes rvolutionnaires qui ont ai
aouveiit dvast le pays et tremp
son sol da sang. La mission dea
marines atitions en Hati est la
auppre-ision dubanJiiiame et le main
tien dJ la paix et de la tranquillit.
J Tous les rappHta recis au
quirer gnral dos maiinea co ps
uepuis m nnninatioi comme mi-
jjr gnerai commaniant ont iuli-
qu que la situation ce point de
vue aamhorejrapidement et.que les
conditions du point de vue dis ma
nues corps taient trs aatiafaiaa i-
t:- Cependant en vue d re pleine-
ment inform relativement aux atfai
rea dus mannes corps, il fut excel-
lent pour moi da visiter Haiti et de
faire une inspection peraonnille dea
mariner qui y ao.it c.ntonis. Je
pr cedji a ce ts inspection au mois
de septembre en compagnie du bri-
gadier gnral S D.Uuttler qui m'as
aista dam mon inspec ion.
Trouve humaine l'adminis-
tration do Hussel- -Les ma.iuea
en Ha i eout commande par le co-
lonel John H Russei.un officiar ca
pable, jjs.e et humain. Je trouvai
uurant mon inspection que non aeu-
lemetit il avait pris la situalbn au
point de vue du banditisme plus
h ut parl dune faon magistrale, mais
Les membres de l'Union syndicale
du Corps de Sant (mdecins, phar-
maciens, dentistes et 8ages'femines)
sont aviss que la sance trimestri-
elle se tiendra l'Hospice St Fran-
co!* de Sales le vendredi tl octo
bre courant 4 1(2 heures do l'a prs
midi.
Ordre du j nu : le questions ird
reesaut la c rporation Bo Coinmuni-
ca ions scieniliques-
Clinique du DrHyson
Grand Pue No 1344
A ct de Monthrun Elle
CONSULTATIONS tous les jours. Le matin de 7 9 heures.
L'aprs-midi de 3 5 heures.
LES CONSEILS DE MELANIK
encore qu il avait envoy les in?-
truc iona lej pus oettea, rq erant
On traitement bienveillant d-s habi*
tants par nos hom.Les- Sis officiera
subalternes fx.utreut ses ioairuc
bons d une fjgon consciencieuse tt
loyale-
Ici suit la chronologie dae vne-
ments dans le rapport duA gnral
dans lequel, apra avoir dt-ill son
inspection des troaps e: de la gen-
darmerie, il dcrit sa visite l'ort-
au Prince le '< sepiembre au Prsi-
dent d'Haiti qui "fit une adresse
dans laquelle il |logia l'uvre des
marines et do la gendarmerie eu
Hati et expiima m gratitude- en
corps des marints pour avoir main-
nu la paix et la iraoqukllt da s le
paye- Je rpondis ladiesse. Le pr
Bideut dcora alors le brigadier g-
nral Humer de la meJaille militaire
d'Haiti en rcompense des distin-
gus services rendus au pays en or-
ganisant, quipant, eutraiuant et
commaudan la gendarmerie..
Aprs avoir laiss l'ori-au l'.ince,
le gnral Lejeune visita Mirebalaia
et l.ascahobas,
Remercis par les citoyens
d Haiti.
' Lu ces deux e.idroLs, dit-il, nous
fmes itus par de grandes dlga
tidus d'- citoyens Lailiens condui
tes par d>s autorits loca'es qui
nous prsentrent des adresses ex-
^Ouelques consils divers que je
cueille dans me notes culinaires,
con e!s qui, \ l'espre, vous im-
r ss^ront^ Voici, par exemple, une
excellente sauce pour rep senter. au
d|*OOei de famille, les t tondu (roi-
dis qui restent du dl.nr de la veille
v'ous mettez, dans uq deni-litre de
lait, un ognon dcoup, une pince
de se', quatre graias de poivre, et
vous laissez ces ingrdients divers
ensemble pendant une demi-heure.
Alois, vous passez le lait et vous le
faites bouiliir '. puis, vous le versez
sur une demi-livre de piin finement
m e t. Vous mefez le tout dans
une caserole avec un bo i morceau
de beurre : vous remuez pendant
trois ou quatre minute; jusqu' ce
que le mlange soit tr> chaud, vi-
tmt qu'il ne vienne a bouillir. Vous
dressez la viande dcoupe en tran-
ches sur cette sauce exquise. Deux
cuilleres de crme remplaceront le
beurre avec avantage.
Si \ou; avez quelques ia>tes d$
poisson, prenez quatre ufs durs ha-
chs menu, une assile de r z cuit
pont et vous m'.ang z le poisson,
dbanas de la p:au tt des artes
et rduit en hachis, av^c les ufs et
le riz Assaisonnez de sel et de poi-
vre biauc, m t'ez dans une casserole
saut, elle tonnera une boule ronde
ou ovale. Laissez cuire une demi-
heure. Cela s'appelle des cqunats
et c'est import de Russie.
Un vieil adag: culinaire nous d Le poisson a toujours eu ce pri-
vilge que les grands se mlent dt
le savoir apprter, aussi en est le
got beaucoup plus exquis que la
chair . Or. lorsqu'on tait cuire un
poisson dans de l'eau, si l'on veut
le rendre plus ferme qualit tort
apprciab'e ou ajoutera uu petit
morceau d'alun i l'eau, au moment
o elle commencera bouillir. Le
poisson jettera, en outre, son huile
st son cume. Il ne cou'ractera au-
cun got de l'adiitioa de l'alun.
Quand on fera rtit un poisson,
pour qu'il soit moins sec.on le met-
tra bien sur le gril aprs l'avoir
graiss de b:urre, ou plutt d'huile
mais sans (M dessous. Ou le cou
vrira d'une tourtire en tle, charge
de braise ardente. Ou aura soin de
le retourner pour le faire cuire ga
lemeni. De cette manire on obtient
une cuisson parfaite.
Si vous avez un brochet, prparez-
le aux choux : Faites cuire votre bro
chet i demi, dans de l'eau sale, et,
dans une autre casserole,uu ou deux
choux dans de l'eau. Quand choux
et brochet suiit refroidis, dsossez le
brochtt, Beurrez alors une casserole
trs fortement sur le beurre, semez
du poivre. Mett /. ensuite une cou-
che de choux, un iit de chair de
brochet et toujours ainsi. Assa;son
nez chaque couche de poivre et d'un
peu de sel. Le demier lit doit tre
primant leur g.ande apprciation avec assez de beurre oour humecter compos de choux lecouverts d'une
?i,p!e.0i ^^JSSHL'S le tout faites chauffer en reiouruant couche de beurre. Achevez de ta-re
sanscesse et servez C:> chaud. Ce tune a,-e_ feu dessous et d.-ssns et
plat, appel kegeree est trs 'jk
pici aux Indes dont il est o.iginai
les marines en maintenant la
paix et le bon oidre, ce qui permet
aux travailleurs indus rieux et paci-
fiques du pays de cultiver leurs fer
mes et dj vaquer leurs affaires
s tes roolaatatio Ji rpondis cm
cune de ces adresses et flicitai p Bounetlemeut chaque membre des
diga ions.
Je trouvai 11 i uatui militaire, dit
le gnral Lej juue. dans une oxcel
lente couditiuu et un tat de paix et
de traraquih. s'.endant dans le pays
jNouj traversa ues le paya sans une
garde et ne trouva n^s aucune unir
que d'hos liit de la part des indig
ns. Les mari ues et gendarmes sta-
t onues dans riutrieur du pays, en
voient des patrouilles sous le com
mandement dolliera. Ces patrouil-
las Visi e :t oues les a i: ions du
v*\i noa seu emmt pour prvenir
(e 'bandi isme mais aussi pour
tmoiguer aux iod gues qu il seront
protgs d s dprdations des ban
dits Cela a t d'un heureux effet,
et travers Haiti nous trouvmes
les indig.ies au t avail C-Rivant
leurs fermes et portant leurs pro-
duits au match.
il n'y a p-s nvin-enai t d ; lortea
bandes de bandits ; l^ menace la
ecurit oiau ui certain upuure de
ic
Voici la recette d'un potage exctl
lent.Dlayez un demi-litre de farine
avec des jaunes d'of*, d;s bancs,
du bouillon, de la muscade rpe,
du g os pjivie Ay.z une casserole,
remplie aux lois quarts du bouillon
trs chaud, boui Uot. Eaites-y tom-
ber, en la poussant du doigt, votre
pte liquide par cuilleres. En glis-
3
patrouille de gendarmas ft engage
avec uue d. oandes et la diapersa
et Louis Nord, lo dernier leaders
bandit importaut. tuf tu.
Juaqua cj que le banditisme soit
compl:em>.'iit annul, il est esBeu
tial pour le bien tre d Haiti que la
prsente disposition dea forces des
marines corps dans I intrieur de
meure inchange.
Dana mou inspection des marines
je confrai avec beaucoup d ha-
tiens ton tiouiidires parmi lesquels
le prsident et le cabinet, avec d'au
cendres rouges autour, ou plus sim
plement drns un four avec feudoux.
Pour servir on renverse sur un plat.
Voici la recette du gigot apprt
selon les traditions castillanes: vous
dcoupez de la ch tir maigre de porc
en petits morceaux et vous les faites
frire lgrement dans un pole avec
des oignons en tranches et du sain
doux ; puis, vous y joigae/. de la
chair maigre de mouton paitie du
gigot dcoupe menu aussi. Vous
retirez ces viandes i demi cuites et
vous en achevez la cuisson en les
met'a-u dans une marmite avec eau,
carottes, navets, cleri, panais, pi
ments, poireaux et beaucoup d'pi
ces. Pour servir, vous dressea sur un
plat et vous entourez d'oeufs durs
revenus dans dif bjuillon, alternant
avec des pinces de persil. L: tout
se couvre d'amandes cuites i l'eau
de cpres.
MELAN1E
lies haitiens sans position officielle
petites bandes qui campent dans lea des prir montagnes et vivent de rapines.Elles existe travers Hati un fort senti
disparaissent g aduelliinanf Un fait meut de gratitude aux manuea pour
encourageant est que beaucoup le uieu eue des travailleurs indue-
d ucieus baniitsont volontairement trieux et pacifiqu.a et que, en aom
quitt les moutagues et travaillent, me, un acntiment amical existe chez
11 n'y a pas longtemps, une petite l habitant pour lea marines.
A vendre chez jrf
SUEMTOB & Co'
Peintuie blanche en pte
Peiuture compose de toutes les
coaleurs
Venus # emails
Indurine
des prix exceptionnels.

r

MA


jt^sft
N'Importe L'Age
Eii#* toujourv
1 itr mrqu
pour prendre avec bnfice
la lgitime
EMULSION DE SCOTT
productive de forces, vigueur,
et nergie.
=
*<
Nouvelles Etrangres Faits Divers
19 octobre
PARIS, 17 Le tiil t oa des
syndicats des thtres a ordonn la
glvc des employs de trois thtres.
Ouand l'ordre parvint au thtre de
Cluny la reprserut on fut aussitt
arite. Le th tre Dj;zet n'ouvrit
fias ses poites. Au ihire Antoine
es employs n'cbirent pcs l'ordre
de give le directeur leur ayant ac-
cord toutes leurs demandes concer-
nant les salaires.
PARIS La France, dsirant en-
courager les importations de char-
bons amricains a dcid d'lever de
100 i i)0 trancs par tonne la remise
accorde aux impoitateurs sur les
drcts d'entre. Cette dcision restera
en vigueur jusqu'en jinvier prochain.
Les compagnies du gaz et des che-
mins de fer ont des stocks de char-
bon peu prs gaux ceux d'avant
gutrre.
PARIS Suivant une dpche de
Beme, l'ex-roi Constantin se prpa-
rerait a exploiter la situaticn cre
en Grce par la grave maladie de
son fi s le roi Alexandre L'ex :oi
projeterait de rentrer en Grce pour
revendiquer le trne. Les autorits
suisses prennent des prcautions se-
rieuses pour djouer le complot qui
se trame en Suisse contre le rgime
actuel existant en Gice. L'tat du
roi Aleiandre s'est aggrav hier.mais
ce matin les symptmes graves
taient moins prononcs.
PARIS La confrence des passe-
poits examina la question du visa de
sortie et du visa de transit A 1 una-
nimit, elle dcida de proposer la
suppression du visa de soitie. Con-
certant le visa de transit moi. s de
motit exceptionnel il serait accord
automatiquement sans enqute et
sur la impie \ue du pays de destina
tion La dure du visa .-erait gale
la duie de celui du pays de desti-
nation.
PARIS. Ce matin eut lieu la fa-
cult de midi en e une confrence
aur les mthodes permettant de d-
terminer l'irafection "bacil'aire de la
tubercu'cie par la morb dite et la
mortalit constates dans tous les
pais.
Un nombre considiable de cou-,
munications furent fauei par plu
leurs dlgus notamment pat lu
docteur Naiarro dlgu de la ttepu
blique Argentine et par le docttur
Manor des E ats Unis- Aprs me
c discussion laquelle prirent part
diffrente! personnalits l-accoidse
ralisa sut la doctiine fiai aiso ba-
se aur la valeur des signes daus
culUtioo et la valeur il cutirac
tion chez les enfants an l'absence du
liacille de Koch dans les ^cracliats
ou les sections du foyer bacillaire.
Demain le congrs consaciera sa
sance au proMme de la propliy
laiie.
ATHKNES, L'Etat du Roi Si! tou
jours sneuxet inspire une grande
inquitude.
ROME. Le congs d archologie
inaugura tes travaux en prsence de
300 congressistes.
Courrier maritime
Le steamer Advance de la ligne
Panama venart de Ntw-Yok est en-
tr ce matin. 11 laisse ce soir pour
les ports du Nord.
Le s eamer Fauna de la ligne
hollandaise laisse ce soir pour tous
les ports du Sud et Curaao
Le s eamer Armor de la gn -
hollandaise a laiss New-Yok a m
courant en route pour les ro\. u
Nord et Port-au-Princej
OBSERVATOIRE
DU
PEUT SEMINAIRE
COLLEGE ST MARTIAL
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
Lundi 18 Octobre 192c
Baromtre 760.1
, minimum 23,3
Temprature
" maximum )\ 5
Moyenne diurne 26.5
Ciel un peu nuageux jour et
nuit, couvert 8 h.
Orage a 8 h. 20 m.'
Pluviomtre o 8 mm.
Baiom:re presque constant.
J.SCHERER
Douzime Budegtaire
Nojs crivions iernicrcineni que l.i Budget de
1 exercice I91 1-1921 D'ayant pu pu cire voie,
celui de l'exercice prcdent a t prolong par
un arrt de S. li. le Prsident d'Ifeti. Cei ir-
rit vient d'tre publi au Moniteur. On y voit
la mnme dea crdits a rpartir entre les diff-
rent! dpaitements ministrie s pour le service
courant du mois d'Octobre 1920 s'lve
G. \J2 119.54 monnaie nationale et P. 215,
(96.90413 or amricain.
Nouveaux hatien
De nouv.-aux trangers viennent de renplir les
tonnalits exiges pai la loi en vue d acqurir la
qualit d'haitleni.
Ce sont MM Siegfried V- Massa, anglai; n
et rsidant au Uep*Hal ien et Georges II. Gmdner,
anglais n i Inaguc et l.idant a Port-de Paix.
A la Citadelle de Milot
Notre confrre Lts Annales Capoises an-
nonce oue c'est en ma, durant les vacances de
Pques, qu'aura lieu le grand plerinage a la
Citadelle Lafrire.
Une plaque commmorative de la mort du
roi Christophe sera pose sur le-, murs de la vieil-
le lortcresse au cours de ce plerinage.
Le Moniteur
Le numro de Samedi i<< Octobre du Journal
Otciel pub.ie .
Avis ministriels.
Conseil d'Etat. Sance du 7 Juin 19:0.
Arrt de douzime des dpenses d'Octo-
bre 1920.
Monsieur Benoit Couba
Ce malin nous avons revu avec plaisir notre
jeune cl sympathique ami Ifcnuu Couba revenu
d hurope ou il avait ; pour affaire*. Il a rap-
port un beau stock des plus jolis articles choisis
pr lui dans les plus grands magasins parisiens.
Nous avons t trs heureux de le revoir en bon-
ne sant et lui souhaitons la bienvenue et bon
succs.
A propos de la crise
commerciale
Il est bon de signaler un important article pa-
ru en deuxime page dans le dernier numro de
Haiii Commerciale touchant la c ise grave
; "",','>," >vene n"ire monde des affaires. Contra:
renient a 1 opinion gnralement admise, notre
conhre qui s'est acquis une li grande autorit
dans les questions de finances et de commerce,
pense qu'il y a lieu de prendre en considration
la demande faite par certains importateurs il'une
intervention de I Etal pour conjurer les redouta-
bles eltets de la crise.
Finances hatiennes
a llaiti Commerciale^ entreprit dep*5 deux
emiincs la publication d'une srie dan de-,
d'une haute porte documentaire et doctrinale
Bui la situation hnancire du pays.
Nous en rtcommsndoni vivement la lecture
'tous ceux qui ont la responsabilit des finances
Dut) iques.
Dcs
Bat dcd i heures de l'aprs-midi Joseph
Castaning. Ses funrailles auront lieu eet aprs
midi en la bas li |ue Notre Dame Maison mor-
tuaire : Rue du Montalais.
Bi lement
Ce matin il a t livr aux llanimes Cent dix
nulle gourdes de billetl dtriors; ce qui porte
i cinq millions neui cent quatre vingt neuf mille
gourdes le chiffra des iillets retraits ce jour.
Manages
Dans les salons des poux f'ernand I.arneux,
aux Caves, aura lieu le 37 Octobre courant, le
mariage de Me le Ani.k Larriens, leur fille ateo
Mi Stepbeo Va re.
le iefcfe Jeaiiiy
Rut Brttagui So 918
c|o Mme FHANGtC DYER
Broderie, Lingerie, Robe, Layette,
liai de-robes pour marie etc.
:s reuouta-
es Vv
euafs deui
U l la
Cest dcidment saurai s ir qu'aura
I eu Parisiana la tte qu'organisent Us
ucleurs de a La Renaissance .
On sait dj qu'il sera reprsent
c l't candidat et c bif nrnutrd t.
Les prparatifs font entrevoir le plus
grand succs pour ce'te f'.e dont les car
tes d entre ne sont qu' 2 gourdes.
C'est aujourd hui,^ quatre lieu
res, qu'aura lieu l'inauguration de
I colo primaire fonde en cet'e ville
par le Grand Orient d'Ilaiti sous le
vocable Ignace Fresnel
Avant hier sont dbarqus tant
la Capitale (ju'aux Cayes de nom
breux migrs hatiens venant de
Cuba
Il se confirme, d'apis le cablo
grammes reus, que la baisse de nos
P'nd'iits sur Ien marchs trangers
s'accentue de plus eu plus.
Le sympathique commerant
d la Riif du quai, Mr Eugne L
bos^ praide un comit charg de
recmi lir dei fonds par sousenp
t'or.s publiques pour la Corapa
guie djs Pompiers
"En excution de la dcision
Communale, beaucoup do voitures
p-jb'iqups en mauvais eut ont t
remit0i oeuf parleurs propritai-
re!.
Samedi toir, l'auteur frotte a t tt par ses collgues du
Club des Treize-
On nous demande d'attirer l'at
tantion du Service Tchrtl]ae de la
Ville sur le u au vais tat des route*
qui conduisent la .lme et la
4me Avenue de Molosse.
- Le Courrier d'Europe nous a
apron la tris e nouvelle de la mort
de Mme Bronler, survenue Fans
le dix s< ptembre deroier.Lt regrett e
dfi nie fut la pt:rente de l'pouse
de do re rs didtingu ami, Ih Dr
Lon Audain,Chevalier de la Lgion
d'Honneur. Nul condolances,
La Guyanne franaise aie bonheur
de compter a l'Acadmie rationale
de musique de France, parmi les
toi'es de cet Opra unique au mon-
de, une artis'e de premier ordre,
dansja personne ]eune et belle de
Mme Germaine Lub'n.
Le numro de Juin des Lectures
pour tous ( pge 1224 ) contient un
tr> beau portrait de la grande artiste
accompagn de cette notice : a Ma-
dame avec Germaine Lubin qui vient
de crer avec succs l'Opra le rle
de la Reine de Volupt dans le beau
diame lyrique de M. Vincent d Indy
La Lgende de Saint Cihistopbe .
Ajou'ons que Mtdame Germaine
Lubin a eu,en mar dernier, avec sa
voix d'or i'un charme crole particu
li ement enchanteur, un norme
suc? dans Ibais sur la mme scne
de l'Opra.
Offre de Service
Mr Charles St CLOUD.Irgnieur
Mcanicien dip'oin de Pensyvania
Co1 ge, aprs un ;(jour de 12 ans
aux lftats Unie d'Amrique,ollre ses
: 11 vices comme lrgr-ieurMcsnkieu
f.( dplacerait su besoins pour n'im
porte localit! Bonne rfrences No.
1622 Rue Kpublicaice Port au
Piince.
Louis Villemenay
Notaire
De retour de son voyage de France
annonce i sa nombieuse clieoile
qu'il a reprit l'eiercice de sa pioies
non
On le trouvera toujours en sou
cabinet de la rue duCentre.
\!
Boulangerie
Centrale
LOPE B VEKA
Bue Rpublicaine' en face de la Poste
Monsieur Lope Rivera aviie sa cli
enile qu' paiti du 15 octobre cou
rant, la l.vre de pain est livre
o,^o centimes
:tGARETTE
Or 6.001emilli
Ed ESTEVE&
P0RT-.U mm
Viennent d'arriver chez
A. Victor Gentil
P.ue du Magasin de l'Etat 1731
Souliers _j Souliers]
Di'couvf ris j .unes et bruns talons caoutchouts, dernira m
Souliers dcouverts pou. darres.
Aotre fameuse Teinture Vgtale et instantane pour clievrru
aucun danger, na contieiiln; plomb, ni argent, etc.
Prix du flacon : 1 dollar
Joaimy Cordasco
319, Hue \des Fronts*lort%%
18e Avenue, P. 0. Box 2 Port-au-Prince, Hati.
Ventes sensationnelles avec ijrands
rabais laissant de gros bnfices
aux pluspresss.
Assoriimenls trs complet d'articles pour
Coidoniierie et marchands cordonniers.]
Vous rouverez yalemen en sock : L
Pe niuie Ceif, chaussettes, machines coudre 1 et2fllj.|
Acc-.ssciics pour automobiles, ar icles aiaills, fournitures ai
pour maleiitis, cirage Grillin et de la clbre marque 1
pour souliers de toutes lts nuances etc. etc.
Pressez-vous, car ces prix ne Si
pas mintenus longtemps
Le Purgatif Idal
c'eut la
Pilule du DrDehaut
147, Rue du Faubourg Soint-Dsnis Parte
Paella prendre,
Na Doaaaitanl aucun prtptratlf,
1 elle ne provoque jamai* ae ig^L
apprlmanf^tflftt,
|etll ne dthc'.ite pas le malade.
N1 ' ; ! de repos a la chambre,
; ''; i. t.iLsc MCUe pert,? de temps.
t'i'-' li gna irai M siiiiiIUirei,
ci:- t'' '' i\in...i, n.oina chr.
D0SS .- .-.ijMivE, a a a piiuic*
I A\*TIVE, I pilule.
^OOfi ITIi ATION
: les
met *x!mtm
\M d' ..rmacien,
.m*
C [ L L S 0 H
I

De Manufactures Etr
Agence gnri
MfO'Ji, Rue du Magasin de t\
iVoussommes mesuredel
excuter pour ncs amis les i
meran s des commandes dej
chandises suivantes aui
Unis d'Amrique :
Toileries Unes, toileries'
res. quincaillerie, proisionij
gnra', l'arme, savon, pf
ns, iogram du MichagiJ
duits pharmaceuiiques iV.W
du Michigan Peintures WP
Works, bay-rum 0. floroni
homas, planche, ciment,J
articles pour bateaux, LuM-
Carbon Remover de la
Carolina pour chasser le ciw
des moteurs d'autos sans II*
neiioyage-
La Maison accep.e en
des commandes pour liJ
centrale et occidenlale-
Nos termes sont les plus
noire piinptitude est saiMi
nos conditions gnrales son]
meilleures. 1
Dans vos courses, rserva
minute pour passer nous 'j
ce ne sera pas du temps perag
AgentsdeManutacturesW*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM