<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN he Pierre Paul De rclamant riars 'on procs coutre l'Ktat I intervention du seul et^vrai piopritaire do 1 unmeuble de la rue des Fronts Fort a. 11 faut voir dans ce prcca la main de Dieu et rpter avtc le Bol pio phte f tue lumire trille dans les tnbres four ceux qui ont le cteur droit. Car, malgr les sages conseils de son consul, mal, r la* sommation faite dans le temps Emilia Joseph d'avoir reprendre les clefs de la maisoD Cordasco s'attaqua l'Etat et fit une procdure qui, devant n'importe quel tribunaljei dans n'importe 3uel pays, ne pouvait aboutir qu' la cision du tribunal de Ire instance de l'oit au PrinceH doit tre, au contraire, trs heu reux qu'il n'ait pas t condamn, ainsi que cela se pratique aux E -L'. a une forte amende pour avoir viol la loi mre du pays. Car nous lisons souvent dans les journaux amricains de nombreuses dcisions judi ciuires, condamnant des peines exorbitantes des trangers qui ont viol ou essay d'luder les lois am ricaines. Les trangers qui vivent parmi nous doivent se mettre en garde contre les courtiers nonpateDtsqui, pour raliser une commission, si minime soitellp, les embarquent dans des allaires tnbreuses sans mme leur laisser le UmpB de la rflexion. nue Godasco sache que dsormais l'Ktat ne peut plus transiger avec lui; quil ne se laissn donc pas do nouveau duper tardes courtiers non patents qui veulent encore le faire chanter, L'Etat ayant soulev la question d ordre public, aucun tribunal ne saurait appliquer la loi autrempnt que ne l'a fait le tribunal de lie instance de l'ortau Princ-p Mt'me %  'il y avait, dans les circonstances de la cause, un texte de loi pouvant tre invoqu I en laveur de Cordasco ce qui n'a i a* pos&ib'e — ce texte ne saurait valoir sur la letre de la Constitu nliien plus Cordasco ayant rclam linterveuti de Pierre Paul au procs et c • i ci ayant clnng^ des conclusions tant avecCordasro qu'avec l'Eta", l'Etat ne peu, sans nuire aux intita d'une partie en cause, signer aucun compromis avec Cordasco. C'est donoen vain que des maitres Chanteurs se prvalent dune prtendue iniluenoe pour continuer soutirer de l'argent celui qui a succomb en Ire instance et qui suc combera partout, tant donn le texte impratif del Constitution. C'est encore en vain qu'essayant de rgulariser ce qui e*t nul de nullit d'inexistence. Cordasco s'est fait vendre par E milia Joseph sous l'empire de la Constitution de PUS un bien dj vendu au raraeCordas co sous le rgime de la Constitution de 1WJ et en fraude de cette Cons titution. C'est 4 avec cette mme constitution de 1018 en main qa'oo lui apprendia que la loi n'a pas d'ef/et r troactif; que cest en vertu de ce principe consacr par l'article 12 de ia dernire Constitution que Mr le Prsident de la Rpublique,lu pour sept ans sous l'empire de la const tution de 188i>. doit continuer son mandat jusqu'en 1932, encore que la Constitution de 11)18 limite la dure du mandat prsidentiel a quat-e annes. CTst seulement dans l'intrt de la vent et de la loi que je vous adresse la prsente, mon cher conhreLe reste, je le laisse aux int reass.Car Mr Cordasco a en face de lui un luiteur infatigable, dont l'utr gie est sans gal et la tnacit pro verbiale. Ce n'est donc pas nous qui apprendrons aux uns et aux autres que, quand le bon droit est de son cot, Mr Pierre l aul ne ee laisse pomt bafouer et il est capable de se faire entendre bien haut et trs loin pour le respect de ce bon droit. S'il a conclu, comrao, d'ailleurs il l'a tait; ce qu'il soit remis en possession de 84 maison, sauf restituer Cordasco les 7.000 dollars verss dans le temps pour prix de l'immeuble, il a donc concili le v ru de la loi avec les intrts de Cordasco. .11 n'a donc laiss aucune issue li c itique. \, Veuillez agrer etc• Peters Baveau ^ Publicisic, Daecteur de La Nouvelle llaiii* UNE BOITE Dl VRITABLES PASTILLES VALDA bien employe, uUlise a propos PRSERVERA votre Gorge, vos Bronches, vos Poumons COMBATTRA vos Rhumes, Bronchites, Grippe, Innuenza, Asthme, Emphysme, etc. MAIS SURTOUT BXHHBZ BUSH LES VRITABLES PASTILLES VALD Al vendues seulement en BOITES portail t le nom 25 I nuageux et Hier aprs-midi,nos pompiers ont excut des manœuvres d'incend e er.tre les Rues 1) :stouches et Killick. — Par arrt du Prsident de la Ripnb iqueune commission est nom m<*e pour grer jusqu'aux prochaines lections, les intrts de la Cm mune de Grand-Go-ive. Au cours d'une runion d co-n menants banquiers, tenue la Bin que samedi dernier, certaines dispositions ont t prises concernant la resiriction de l'impoitaiion de plusieurs catgories de nos maichr.d ses. Noue confrre Les Varits d peint le m?rasme dans lequel se trou ve le <-ommerce capo's pu suite du manque de consom i at on. — Us pres et m es de fami'.le se plaignent, X juit titre, d; la hausse exagre du pr x des hv SI classiques. — Le C;rcle Bellevue o: g anse pour le 17 de ce mois, un petit djeuuer qui sera suivi d'un grand b il. ce sera partie remise au Pttit Club. L'o.chestre du miestio Lan Baptiste se lera entendre. — On parle de limUlUtioo pro chaine d'une Bttgtl dans le Nord. — Le grand birquet quoll r e t les Membies de l'Association du Pttit Sminaire Collge Saint Maitul aura heu au Instaurant Deieix le 19 de ce mois, 7 heures. La cotist.on est de Deux collais. La boulai gt rie Centrale dbite uu pain laison de quarante cectimts la livre. Oue les autres boulangers tassent le rrine geste Une brave paysanne a mis au monde deux entanis,p:s du march de la place Sai te Anne. Le total ts billets retirs de la cuculation s'lve i 5,879,000. Les piopntauts dont le mauvais tat dts maisons constitue un danger pubhc ont t invits les fane rparti ou dmolir comme le prescrit l'ani communal rgissant la matiie. — On annonce l'arrive depuis hier de MePiadel. Des tounstes, en giand nombre, sont armes ici ce matin. — La tKenaissance-Revue parait demain. Elle coaendia d'ir.tressaales matires. Ou trouvera les numros ds 8 h; de l'aprs-midi l'.rnp. du MATIN FaitBDivers PETIT SEMINAIRE COLLEGE ST MARTIAL RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES leudi 14 Octobre 192c -Baromtre 759-8 Temputure Moyenne diurne Ciel clair la matine couvert partir de 5 h. Eclairs et tonnerre. Pluie 7 h.50 m. ^Pluviomtre 56,2 m. Baromtre lgrement en hausse. J.SCHERER Mr Edgard Eliott Pai le S|S • Gorgas de la Ligne Panama est arn. ce matin, entre autres passagt-rs, M. hdgar 1-liott, prsident de la llaytian American Sugar Co. ... Nous avons dit, dans un de nos derniers numros et tout le monde sait combien M. Eliott s est rvl particulirement ces jours-ci, un iranc ami de notre pays. C'est pour cela >|ue la Kotary Club dont il est aussi le Prsident et le principal Iondateur avait dcid que tous les membres de la socit iraient l'accueillir a son arrive au ne laissera pas passer cette occasion de souhaiter la bienvenue M. liliott et sa (Maille arrive en mme temps que lui. . Le sympaihique homme d'ailaires amricain peut se persuader que les haitiens de cœur lui accordent toujours, comnmie a tous les trangers respectait autant que lui des intrts et de la dignit de notre pays, les sentiments d'une partantestime et d une profonde gratitude. Cin Varits Soire des plus russies hier I Cln-Vrits o, malgr le mauvais temps il y avait une assistance nombreuse.— <> Lilnna est rellement un film d une grande beaut. La belle Franc**! Bertini, la talentueuse artiste italienne lut applaudie pendant toute la soire par un public entirement conquis. On partit enchant d'averti assist a unr si magnifique reprsentation. L,a fte du 16 Parisiana Bile s'annonce brillante, la fte q ie l'Amicale de Petit Sminaire donne au protit de I BiablUsement.— L'organisation en e>t partaite. Ceux-l qui sont avides de saines distractions auront, en allant demain-soir a l'an>iana, de quoi se rincer le.prit. Ce sont nos artistes les plus distingues qui tiennent les meilleurs rle. Nous engageons la pubuc a aller en taule a assister cette fte qui sera, n'en pas douter, l'une des soires le* plus grandioses de la saison" A l'Ecole de Mdecine \'oici les nouveau rsultats qui u.it t obtenus la session extraordinaire d-exunens de Nicole Nationale de Mdecine et d; Pharmacie. Ont russi : je examen de MJeciae (le partie).— Ptrus 2e examen de Pharmacie.— ftion. ;e examen de Pharmacie.Duboarg, Gdffrrrd, Ba/.ile. Five o'clock: Tea L'entrain qui sest manifest a la^Kriucre soire du Cercle Port-au-1'rineiencontinuera sans nul doute la petite rcepticmyfn.une qu'uil're le dit Cercle s.-, nijnK're>/Ji.n.inche pro cliain de > heures a ;s hiun Remerc Mr et Mme Jean JStfpbyr, lejrs entants cl la mille, remercient *K% vivement les Membres du Corp> judiciaire, ceux des diiirentes congrgations religieuses, le Elve do l'Bcole Normale d'ii.stituirices et lous les amis tint del Capitale que de la Province .qui ont bien voulu partager avec eux la perte cruelle qu'ils ont prouve dans la personne de leur regrette .Marie Blisabeth Lucia Zphyr. Ils remercient galement Sa Crandeur Monseigneur Beauger, Mr 1J Chanoine Jan, les Hvrends l'eres Cuillas, Benoit, lierar.ger et Pejsin ainsi que les tilles de la Sagesse uu Sacr-Ceur de l'urgeau qui, en cette douloureuse circonstance, leur ont donn une marque de relle sympathie. A tous ils envoient en retour l expression mue de leur sincre et proionde gratitude. H ^ O -. I • -*-*. TUgggSB i tGAlETTES II CuDcron & Caraeron Co. % • '= jan* I, BRITlSH-AMEriCAH TOBCCO CO, \% MGccwr,t, Cm,ro C IM IMCO. '/ %  % Or 9 60 le millier Ed ESTEVEQCQ PORT-au-PRINCE L'occupation d'Hi par les EtalsUabl toucherait sa iii brej La f e qup le Cercle Hellevue offro au Petit Club dimanche matin quoique d'un corac:re intinn s'au nonce cotnmo un t;iand burcsllapp' \o\\\ 111 Joyi ux eu ivives que lo d-jef.rier sera aorvi 8 h. 1 ( 2 pr c ses. Les membres du Cercle qui d s peuples figurant au pacte nirent umem-r des amii doivent ea L 'R ue de3 nations WASHINGTON 21 Septem. u cours de ses discours lecto: M. Harding, candidat rpubL la prsidence de Etats Unis, pul de l'incompatibilit de la Inique de M. Wilson Hati les clauses de libre dtermia virer le Comit au plui tard samedi matiu JS Lej vis Uurs doiv-nt tie ihacrits sur lo retiaii'u d oi.tij pjn^uu mem bre. / Ce te petite rumorf constitue une originalit dans jn6i ftes moniai. negKM dehop^d la tsh'e oflicielle, le djeuuoiyera Beivi par pttues tables quil <>A iiti|Kj.-.-'iljl'' de retenir lavancrt auprs du Grant. orchestre du Hœitro JEAN BAITIS 1 K t-e fera ontendie 1 f dant et aprs le repas, car nos mondaius comp eut se bvrtr av c entrain aux plaisirs de ce "uiorniug' dancing'. M. Colby, secrtaire d'Eta', en rponse une dclaration da quelle il dit que le gouverne esr re nu tue fin i l'occm d'Hiiti aussitt que les buts saats pour lesqueh les htats avaient entrepris cette occupai! auront t atteints L\ t.he que les Etats Unis entreprise liait! en vertu d'uni cord touche i a fia L* MATIN de PARIS I 22 Septembre ij 9 Boulangerie Centrale LOPE RIVERA Rue Rpublicaine' en tact de la Poste Monsieur Lope Rivera avise sa di enile qu' parti du 15 octobre cou rant, la livre de pain est livre 1 0,70 centimes. aji .. %  %  %  %  i l -. %  — ^ Offre de Service Mr Charles St CLOUD.lngaieur Mcanicien diplm de Pensyvinia Collge, aprs un sjour de 12 ans aux Etats Unie d'Amrique, otlre ses services comme Ingnieur Mcanicien se dplacerait au besoins pour n'im poite localits Bonne rfrences No. 1^22 Rue Rpublicaine Port au Ptince. Nouvelles Etraogres PARCABIK 15 O:tobre WASHINGTON La crise financ re dans laquelle se dbat actuellement la Havane est juge comme grave pas tous les fonctionnaires du Dpar ten-MMii du commerce des Etats Unia CeB mmes tonctionnaii e s attribuent la cause de cette situation la baia ae des prix du sucre qu'l'excitaiion gnral provoque par l'approche des lections' CORK 13 — Au lever'du jour une ternble attaque a t effectue par des KpulH cair s arms contre le quartier gnral de la police qui n'tait dtendu que par 33 agents de U police et 28 civiULes dtails manquent Lire dans l'article d'hier en Mr Pierre 'Brvilk Rendus, les paysans regagnent leur de c Vieux Moulin par Les habitants, un par un, regagnent Itajl Le Vieux Moulin par VI Que l'Amour asservit le cœur le plu rdj Printemps par Mais Amour qui commande au cour I Selon Ptrarque par Avis On demande un bureit quatre ou six tirois, trois cl Adressez les offres au M journal. A rrive Est entr ce matin le steamer Gorgas de la ligne Panama venant de New-Yok avec les passagers suivants : • Gai Me Int'ie, F Dillirgham Geo vanni de Malties, Mr et Mme C. E. Elliot, P. B. Liles, F. |. Martin, D. 11 Norton, Mme Leill Poole. Mme lennie Kennon, P. Rogivue, Von Franz Schilling. Mme F V. Schilling. W. Smith, Cail Schrot. Alfred 2V. Ci 1912 Rue du Magasin de! Annonce ses araii etua vient de recevoir par, €Caravelle,un stock de de Vin blanc et Rouge. Bordeaux. Prix dfiant touMi rence. ,, . Ui Spcialit Vin blanc de W Uqueure Sirop ChampP* CON contre STIPATIO % Panamas / JJROSkDEUlL CHEZ LOPE RIVERA Soire\Thtrale Uue le Tout Poit au-Prince qui s'ennuie se prpare A aller assister Samedi 2} du courant la reprsentation par les acteurs de la Renaissance dts deux comdies locales d; MSillon COICOJ t Ff Candidat et PM ministre 1 Les rptitions, malgr la pluie, marchent activement. Louis Villemenay Notaire Di retour de sou voyage de France annonce sa nombreuse chen le qu'il a repris l'exercice de sa proies SIOA On le trouvera toujours en son cabinet de la rue du C-mtie. A vendre chez SHEMTOB & Co Pdiatute Manche eu pte Peiuture compose de touios les couleurs Venus tt mail liitluriiie des prix exceptionnels. %  . ~ ~i •*'



PAGE 1

a MATIN Cigarettes La Nationale Produits de premier choix \ Princesse, Encore" LA NATIONALE Soient chaque jour augmenter leur rputation Elles rivalisent avec les meilleures cigarettes importes Wincarnis ET is mres de familles • • \ lato a le souci trs naturel de veiller ce que la maladie n at Boa des iens, cependant seuls les gaus trs fortuns peuvent se )d'avoir un mdecin ronetammeat leur disposition, idenou ne riaqu6-t-il pas tous les jours d'attrapper quelque iqoelque bronchite? On a oubli son parapluie, on rentre tremp lie, las pieds mouills ou transis de froid ; la livre se dclare et [tif de a'aliter. Mutant un moyen bien simple d'viter ces indisposition?, eat dans ce cas le vrai mdecin del famille, a quels il peut servir sont sans limite; en l employant avec jOn vitera bien des maladie. •iM, le surmener, 1 puisement ou l'tat fbrile qui sont la ^ %  c* normale des iliumes auxquels chacun est expos, ne r •• an traitement au WINCAKNIS, traitement aussi facile, leauive pendant quelque temps notez-vous dprim, Utigu, sujet des raala ses, rentrez chez "Ida WINCARNISUn verre Bordeaux matin et soir sera .er prventif et, dans beaucoup de cas. le s cilique iufaillible de %  dont li convalescence tend toujours trainer en longueur. Il)/Vf 1 a a 1*0 ^ e P lus 'l rand unique et reconstituant du tW/IAf ICC niond,-, dlicieux, stimulant, vivi/unt et !• Recommand par plus de iO OCll mdecins. Prpar par COLEMAN Co Ltd, Angleterre r branck J. Martin Ageot gnral — En face cie la Glacire — Port-au-Prince R. Lawrence Smith xport & Import Go Nous a vons en stock un peut lot de : Fer, Ciment Edison, — Ficelle Clous, Diill couleur Accessoires en. ailles pour : Chambies DE BAINS ET CUISINES, etc. Noire maison est tablie sur cette place depuis 1917 et toutes les com mandes de nos clients ont toujours eu noir: prompte et meilleure attentior>. Ouot l'ons soumises sur demandes. Conditions avantageuses. W. G. DOdGER Manager pro ton Viennent d'arriver chez, A. tfelor Gentil Vue du Magasin de l'Etai 1731 Souliers Souliers EWcout ils jaunes et bruns talonscaou'ehouts, dernier* modeSouliers dcouverts pour darres. /Votre fameuse Teiulure Vgtak et instantaue pour cliev*ux, sans aucun danger, ne copient ni plomb, ni argent, etc. Prix du flacon : 1 dollar h ranch J'. Martin _j ^gnral tin face de la Glacire — Port-au-Prince \ •. .•CL,. PERSONNE DE 11 C'Y SASSCUI'IU sa COU-! ET CHEVEUX. D.TRbr. FT* 1. I ara i. oyeux • n de eoulror Mmat ivoi I I J < %  < %  %  i|'..i{ Il 11 ^PELO-LSINA^ 1 i 11 n connae, pour /' '• '•• •• MU ... Ici C|,CVCUX uleur qui l'ont ** %  >r, veilleur cftevvux ...I & %  : %  ;!.•, m %  ' -t." o.Tnt "","•'"" o„i • 1 •' %  %  %  ,!..-. nnl %  PPl •• de U l'I l.o.|.isiN\ •• I mrMM , • %  % % % %  : %  e. V *JC ' , fc,fm, 5 fc "r^nerici , ,, n t | ; %  %  ' %  %  < %  I '.mandez!, I OUROtA PHARMACAL C0.. b- New Yorl {j S. A. m Ti: Si vous tes sujelsaux wt .Hh unies et Bronchites %  j,. Si vous redouez une infection pulmonaire Ww votre orgauisme eu tat do dfense PAU LA solution walerbury fePTIUUK puissante! RECONSTITUANT incomparable \ u ^'attendez ras d'tre pus gravinunt atteint : %  teux vaut prvenir que gurir WATERBUUY CHEMICAL COMPANY [.,, Des Mornes. Iowa-gg ru -s y/tnatm APARATOS tinhouSe ELECTRICOS ^^FARATODOS LOS FINES r Cette nuroue de la brique est la garantie' de la nonne qualit de : | nos Fojrnitur esilectri 4ues. J0Vne institution internationale L habilit, l'invention et les recherches dans'i'art de l'ingnieur, une main-d'u'.uvre parfaite: veil les plus grandi facteurs aujourd'hui dans le monde lectrique. I e Westiogliouie Electric a.russi introduire dans sesprodui's l'idal et les principes de l'Institution lesquels sont : Se maintenir toujours en avant dans .le mouvement du dvelop pement lectuque. De combiner toute espce d'appareil capable dp rduire le cot de production et de distribution du courant lectrique. De construire des maenines employant des courants lectriques capables de satisfaire tous les besoins humains d'une faon la plus conomiqueD'entourer ces produits de toutes les garantes de bonne qualit •t durabilit. -„,, Cts principes ont .cre un courant d'ailaires immense qui de •• sice.fabnque et distribue plus de 600,000 articles distincts. Le WestinghouseEieciric construit depuis des locomotives, gnrafeur et moteurs jusqu'aux produits qui rendent la vie du mnage moins laborieuse sans oubner les milliers de petites fournituoes employes par les lectriciens-praticiens. v Q Westinghouse Electric International Co m Adresse 10J; BroadwayJ New-York, U. SWlyraphique : WEMCO EXPO, NEw-ork. Un nouvel aspect d'une des plus grandes institutions industrielles du monde sera invoque dans cet espace chaque semaice. /witriNOMOut^ %  \. nicniic / M ;j~i \f



PAGE 1

L1 MATIN Ll BAZAR METROPOLITAIN Maison de confiance angle des lius du Peuple ci fkmf* Bestonches Nous venons de recevoir un trs grand stock de provisions et des meilleures marques. Gream o( wheat Avoine blanc Fleura ue mtis t orn flake en petites et en grandes boites Savons pour nettoyer les verret fromage amricain trs (rais fromage suisse tis fraie Epbuv d Sa uer Km u l (ehOh crote ) / orck et pois en fer blanc Portai e pour nettoyer le ptaneher Shrcdded wheat trs agrable avjc du liit Noisette Vermicelles Sard ne ave' tiquettes d'or bire hollandaise SUetsla bouteille Bire anglaise, marque Barelay' London Nais aOi s mt*8t en s od. //'.<' tri yran le quantit de CEO OL %  7S en U b'ellet d' lohe Maison, tolre Magasin. >es di'pt.-. aujtauz le plus raisonab'eAucun Irais de ceciission ni de courtage payer Renseignez ^o s sans frais par correspondance o:'. venez discuter voire r probl-me chez Eng. LE BOSSE, 95 Hue du Onai Hojel Restaurant % Hjel liea'auraul de. Mveirr se ivrommande i on soin pi ta rg ilaril de son service, les voyaeenr ^ Po t au-Piinc p V trouveront pi 'oyageors q. t pleine san^cuon p ou J viincie on na qw' passer au No 225 de la Ruo l-Y r bur< su dt i •'j rfB a 'errestn s. ' ;i loi; d iio s Lra avant geuses. A S^ LLA, Proprxlrire. i lux Armes de Pari linturi instantan* pou* cheveux. Bijouterie Fix P de l'abb .Sou\v:Jouvence. b*gifoftine, Dur Clique, DraaiJu Doloosian, Baume du Mauci.er, cli>usseues lil tourhmnJ cadfis, 18,22 rouera, mouclio rs 1 t'sle lil pour d*rre To3 li et coton, flanelles, gilets de llanelle pour tommes X nacre et argent, cuiussures pour dmes, leather bripf case riurpo r daines, brassards deuil, jarretelle? et jarreUerw li urs, H su atiqueuour jarretire. ATTS bands Munk tenir les mancacs des (heaiscs ) Spcialits pnarmaceutiqL (joudron de Guyot, pprazine M s dy, quinium LalisraauBu IL H, anioJoi externe, IVr Vigor, cwiar I ebœuf, sircp D la scp chloral de Folle, Salsepareille Bris ol, elixir Virginie Mi comprim s Lacozymaje, earyilrmne Dethan,comp inis d'asn perles d'lher du iJr ClfiUn, Pa^ol, blobo 1 grains da V a N Bravais Empltre i)iachylon gomm Pte de li. ubargiern du Dr Rot8, magnsie calcine en petites bius, pilules Fructirj s Vichy. mulsion Scoit gfapd t peli: llacoa. Santal Mout*rde en 'euilles. Jobol Coton hyd ophile en boite duoei Gaze MU pV, laloteel ioJo'orme, lotio.i Ptrole llahu iniil contre la cbt3 des cbe eux. 1 TM1 l*< Cupraijfc Coiiobiase de soufre, huile S.iH£MUUli,& thre.Cacodylate de Strvclinine.^ Thermo a tres et seringues de Luer. produits chimiques %&£ chauz.jilap borate de s;ude. sulfate leireux, manne eu soi heu es <;' te ., enreas en soru s, prcipit rouge c ucre de laiil d'amendes acires, alcoolat le mousse compos. Sa ons an is3ptiqucs l'acide pi ionique et eu subirai Ei quinquina rouge, co:a, essence d'anis, Extraits pour liqueurs £s| cbe grJle, vanillePour sirops : pche, orgeatiue, concenirl ina.iiaiine. Bonillca'eur pour alcool (.!(.'()grammesdebonilinej un hectolitre d'alcool). Tuls caou'.choucSpour irrigateor. Bit et 'uues. Almanach liichette. Patch pour automobile. Angle des Rues Roux et du Centx. 2 Mdailles d'argect Exposiion de Bruxelles i91( Laboratore de Chimie Mdicale Droguerie, Produits chimiques et pharmaceutiquesSpcialits fianaises et amricaines. Prparation de toutes ampoules mdicamenteuses strili et injectables. ., Spcialits. -— Srum nvrosthnique simple et ferrugineut] lodbydrarg/reSrum de Morard remplaant les pa


PAGE 1

Qaatorziraanne Nos.3908 DIRECTEUR-PROPRIETAIRE j]mat-MA6LOIRE MAGISTRAT COMMUNAL £ NUMER ) 15 CENrmti [ i B mois s; 2.00 )EPAttTEUEMT3 I rrou moi G. .£2.50 ^7.00 ETRANGER L mnonces sont reues au Comptoir la. Wtoal 'de Publicit, 9 Rue Tronche, Pi. U19. . 2 *. Ludgate Hill, Londres, Port'.c.i Prince,I8iti Vendredi 15 Octobre lifiO La civilisation nponrprindpe, non le profil, mais la justice, non la hume, mais la charit. Gabriel HANOTAUX Quotidien RKDACTION; Ruo ArurirainelNo. i::..s TELBPUOMMfl Du travail |i des quotiJiaiis de Port-auijoie il y a quelques jouis, jd cri d'alarniel a pos une „jon terrible : Daus l'effroyaBe d i nr<-t9 divers et dms BMiui.' puur la vie o (3 pain l'on mangera devra .re ravi utre bouc lie, quelle sera la siia de l'Hatien Jainio c>.te ,_de palier et je prfre qu'on me dissimule rien du danger. _poorquoi auiiona-nous peur de jiwoir d efforts et de luttes ? |ooi avoir dress devant noua de la uioit :' Ne voyez. dooc pas la constante prepade ceux qui demain devront ir ces combats ? Nous ne s*puprts ? Oui vous la dit '.' iax, en ce moment sont par11 ceux qui parlent t,t crivent ;iement l'aurais, Tous ou me tous le Ua;guinenl, les prpar: Oue lest celui qui au lotnegait daciilographier une f Les professeurs de compta' M peuvtnt p.!us recevoir d :leor cadre est rempli, in autos sont montspar des tore hatiensDais I93 ateliers inique ils son: la mijorit. %  fUanquee.iIs sontuombruix. te bureaux publics, on leur ^lidirectiou des plus nupor. Jwrices. Aux Usines de la Sum lea proprits de' cette lie leur endurance,leur ner [ont assur toutes les pruIptices.Et vous ma diUs qu'il Ttpw prpars.' Oue leur tuutEde plus 7 Uii-dn me dire, co qui man oe sera peut ;ro pas la m, ni l'endurance ni lin •. ui l'nergie : ce sera le • Usinent a sa valeur-Tis pat bien t et cela gtce ble activit de Mr Eiiotc, le %  ide la Sugar et de son enor l JUabora-eur Mr Brignac, le Pique directeur de la p. C S. [Wons voir s'inaugurer chez i. 8 !" 16 ? e traVdll > l> P ul iwTaau: la coostrucuon eu jewcbeniins de fer. Jtnous avoue vu quo dj i'Jff entrepris de changer J ligne JB-zo-on Mariani. K5 D e 8a,t ^ ,,ja ,a rttnrt proie la rude monte de w'JM da trop nombreux {jnore.l'nerg que Drec eur r.Ub a UouV.et avec "raison, WD8 parcourant la Grenu wioute sa longueur encon.H circulation et dparaient %  puits aitsiens o 1 4mVr Q I y ( 8 uppter ef3DCCr 8 "' Ei ^'a.quez preud une U^ e ^ alt petites proprits 'avoisinant led lairei de la Sugar sont arroses. Linbiiant se sert des roau s pour le transport de ses denres, Les_petits propiittairos re;o.vi 11 de la m. 1.1.-; %  leuts usines na gu.e soinnoleutes travaillent ferme auj uid'hui. Kt partout, perte do vie, verdissent les grands champs de canne, attendant la rcolte pro chane. ;\on, hommes des chnnps, ou viiers des villep, jeunes gens, pipa nz votre nergie, nous allons avoir du travail.Retroussons nos manches, f t, batdis, uiettous. nous y rsoument. courageusement. C'est l qu'est l salut. Frocb'inemjutja vous parlera: dq projet de loi rela 'f aux Chemins de For dpos hier au Conseil d Lu en m ue temps que le Message Prsider tiol. Sil y a surabondance de marchjndtsea nous, les consommateurs, nous vous l'avouons Ir n.htmeir, nous manquons de tout. lit jamais la ma'MiciM lance i nos premiers paren's ne s'est si p'ein-raent raliste : c'est i la sueur, et abondante, s'il vous niait, de noire fiontq ire noir, niions no:rC pain. 11 y a seulemenl que dans le but de faire des prolits... un peu forcs, vous avez entass des marchandises dans votre magasin et vous vous effarouchez 1 la seule ide de les vendre moins cher que vous n'aviez compt. L'. consommateur ne doit pas pur de vo re... imprvoyance, (/est que l'on se console difficile ment de la perle d'une illusion. . Nous devons dire, la louange des commerants,que tous n'ont pas partag les vues de leutl confrres. Un honorab'e commerant de eette place a protest contre cette ptition aux tendances, .[eu morales. Nous nou". associons pleinement i ce beau geste et ne doutons pas que Monsieur Maamoi, dont nous connaissons les sentiments levs,m: tienne aucun compte de cet'e prte tion de getu qui voudraient, sur la mi re gnral ; dita.r leur fortune, Que l'on restreigne l'importation des arti les de luxe, ce n'est pas nous qui nous en plaindrons, puisque le meilleur moyen de conjurer cette ctise de la vie ch e est encore d; se pM r des choses ajgj ne sont pas de ncessit immdiate. Miii il tst malheureux que des g?ns trouveat que nous payons notre pain quo idien trop boa march lors que dji, faute d'arg:n, nous ne DUOgtOll pas notre faim, lorsque nos enfa.iti ne peuvant aller en classe parce que nous n'avons pas les moyens de leur fournir des vtenu m s. La ptiiioi de messieurs les corn mrants dnote, en outre, uns traoge comprhension des choses. Ils semblent croire de bouue loi que la miss on do; dirigeants est de pro tger leurs iutits contre les cocsommateers. Nous ne leur dirons pas que c'est le contr*ire qui doive se raliitr. Nous n'avons aucune tendance, au bolchvisme. Mais nous leur disons simplement que cette protection doit surtout s'tendre i cette dernire classe, la seule intressante en l'esp:e. C'est pourquoi, la ptition d? nos hommes d'afture; sera tout simplement... jcie au paiicr, Et tout sera pour le mieux... Port-aihP inco, le 13 Octobre 1920, Don cher confrre, L'appari-ton du proche 1 numro de la Nou/elle II 1 l n^ rouv 'nt pas avoir lieu assez a temps pour publier avec tout l'intrt du raoiDPir. certai'is dtails sur l'allaire l,k'tat Cor iisco Pierre Paul, je viens user des colonnes da votre journal pour relaver une inexactitude qui s'est gliqase dans la nota parue dans votre dition du II Ocobre courant sous la ruuri pia Autour d un immu Ole. four avoi", en ma qualit de jour naliste, suivi les dbats et la lecture de toutes les pices du tribunal de Ira Instance de ce ressort, je suis mme d'affirmer que ce n'est pas Antoine Pierre-Paul qui avait vendu sa maison de la rue dea l'rontst'orts: Si vous connaissiez les circonstan Ces dans lesquelles cette vente aviit '. laite, vous n hsiteriez pas pon sor.coinrao moi quo le juge impartial et comptent qui a prononc la d Cision publie dans t I, Eaior des 8 et !) du courant, a t uon seule ment l'interprte lidle de la volont du lgislateur hatien, ruais eacore la Mua stre de la Justice divine. Voici ce qui ressort des pices et conclusions lues pendant I instance par les diverses parties en cause et des dclarations de Mr Antoine Pierre-Paul que j'ai interview. t# maison de U rue des fronts Forts avait cot M r Antoine Piano P.aul qui l'a uijdilije et embilhe, plus de douze m,lie dollars (,12-UjO) a uue poque ou les proprits et le^ loyers taient relativement boa march. En Fvrier 1915, elle fut loue par bail I li at i raison de 1JU dollars par mois. En avril de la mmo anne, feu Vilbruu Guillaume alors ('rsident da la-Rpublique, fit oftrir Pierre Paul l-UJU dollar* de la maison. Ceiui-ci rfutaEn Novembre suivant, uue Offre plus avant.geuse fut faite au propritaire qui la lepoussa galement. Mais tro.a mois aprs, la suite des vnements du .'> Janvier llilb, fa maison fut vandue pour la modique somme de 7 OUO dollars Ni ola3 Cordasco. S tta a/an t mise a prix Pierre Paul dut se cacher. Tout no DiUi'Ion do courtiers non patent* vraie nuede sauterolles.prolUantdes tnalti ;urs de ce demi -r, assumrent Mme Pierre Paul et Mi Georges S). ray qn l'assistait, et Isor tirent enteud.'e qu on allait ordonner la saisie et la veute d tous les biens de Perre Pau, lutaunant dj la maison de la rue des Fronts Forts qui servait da local l'.Ujninistrauon des Finanas da cet arrondissament. Ges courtiers drosss, sans doate par la vantable intress qui avait l'uni 04ren sur l'numeubie de la rue des Fronts Forts, mirent tout en œuvre pour faire aboutir leur combinaison. Cne crance de six cents dollars en faveur de Charles Maignan fut prsente Mme Pierre Paul pour tre teinte sans dlai. L'on savait cependant que Mr Antoine Pierre Paul avait, tant Port-au-Prince qu'aux Cayes, des biens libies de t mtescharges et hypothques et dont le moins important pouvait permettre de raliser une somme plus quo suffisante pour payer la crance de Maignsn et d'autres, s'il y en avait. L'on savait aortool qu a l'poque, il y avait en dpt la lianque .Nationale plus de quatre mois de loyers repisen tant au moins six cents dollars. L'on savait enlin que. vu l'absence de son mari qui tait oblig de se mette couvert, Mme Pierre Paul aurait pu obtenir de n'importe quel tribunal un dlai moral pour acquitter l'obligation souscrite Maignan et qu'au surplus elle aurait pu donner dlgation sur les loyers dont le montant tait eu dpt la Banque* Mais les courtiers uon patents qui se dmenaient alors pour Uordasco recoururent l'argument irrsistible qui devait faire llclnr Mme Pierre Paul et sou conseiller Mr Soray : On allait ordonner U saisie el la vente de la maison de la rue desfrroats l-orls poar acquitter um amende de 'Jo.UUU dt-Uars. Lu 4 pauvre Mme Pierre Paul qui ne se possdait pas alors, vu la situation plus que dsasprauto dans laquelle se trouvait sou man, gr*v ment compromis, dissit-ou, dans l'allaire du 0 Janvier, signa l'ac e de ve.ite de la maison de la Rua des Frouta-Foru eu laveur de Cordasco, croyant sauver ce qui pouvait tre sauv. Ainsi, cette maison qui avait cot un peu plus de 12.WJ0 dollars Pierre Paul I poque o elle tait loue 70dol par mois maisqu il avait relusde vendre pour l Uju dollar ea Avril VUS et pour 17.000 eu ,\ovemore de la mme anne, fut don ne a Cordasco avec un bail de l dollars par mois pour la somme relativemjut modique de 7 0rJdul Uuand, eu Septembre lid Mr Pierre Paul fut sorti sam et sauf de sa cacnette, sans avoir t conda.unnP I amende, ni l'emprisonne ment, Codasco eut quelque inquitude sur la vahdi de lact de vente consentie en sa Uveur. Il •'attendait toujours ce que Pierre" Paul Ut auuulercei acte de vente, tant don ns lea circonstances dans lesquMie, U veute avait eu lieu et le dol uui v avait prsid, al avait, pi U8 SZl toas.exprim sescraintes i cet gard Mais un cet tain scrupule avait em • Pierre Paul vraiment ls d attaquer lact pass en faveur" d blinda Joseph, alias Cordasco Ne voiU-. il pas jue Cordasco lui m.ue se oliu-gea de .taenuer ta ta


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05240
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, October 15, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05240

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Qaatorziraanne Nos.3908
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE
j]mat-MA6LOIRE
Magistrat Communal
NUMER ) 15 CENrmti
[ i B mois s; 2.00
)EPAttTEUEMT3
I rrou moi
G. .2.50
^7.00
ETRANGER
L mnonces sont reues au Comptoir la.
Wtoal 'de Publicit, 9 Rue Tronche, Pi.
U19. . 2*. Ludgate Hill, Londres,
Port'.c.i Prince,I8iti
Vendredi 15 Octobre lifiO
La civilisation nponrprin-
dpe, non le profil, mais
la justice, non la hume,
mais la charit.
Gabriel HANOTAUX
Quotidien
RKDaCTION; Ruo ArurirainelNo. i::..s
TELBPUOMMfl
Du travail
|i des quotiJiaiis de Port-au-
ijoie il y a quelques jouis,
jd cri d'alarniel a pos une
jon terrible : Daus l'effroya-
Be dinr<-t9 divers et dms
BMiui.' puur la vie o (3 pain
l'on mangera devra .re ravi
utre bouc lie, quelle sera la si-
ia de l'Hatien Jainio c>.te
,_de palier et je prfre qu'on
me dissimule rien du danger.
_poorquoi auiiona-nous peur de
jiwoir d efforts et de luttes ?
|ooi avoir dress devant noua
de la uioit :' Ne voyez.
dooc pas la constante prepa-
de ceux qui demain devront
ir ces combats ? Nous ne s*-
puprts ? Oui vous la dit '.'
iax, en ce moment sont par-
11 ceux qui parlent t,t crivent
;iement l'aurais, Tous ou
me tous le Ua;guinenl, les
prpar: Ouelest celui qui au
lotnegait daciilographier une
f Les professeurs de compta'
M peuvtnt p.!us recevoir d -
:leor cadre est rempli, in
autos sont monts- par des
tore hatiens- Dais I93 ateliers
inique ils son: la mijorit.
fUanquee.iIs sontuombruix.
te bureaux publics, on leur
^lidirectiou des plus nupor.
Jwrices. Aux Usines de la Su-
m lea proprits de' cette
lie leur endurance,leur ner
[ont assur toutes les pru-
Iptices.Et vous ma diUs qu'il
Ttpw prpars.' Oue leur tuut-
Ede plus 7
Uii-dn me dire, co qui man
oe sera peut ;ro pas la
m, ni l'endurance ni lin
. ui l'nergie : ce sera le
Usinent a sa valeur-Tis
pat bien t et cela gtce
ble activit de Mr Eiiotc, le
ide la Sugar et de son enor
lJUabora-eur Mr Brignac, le
Pique directeur de la p. C S.
[Wons voir s'inaugurer chez
i.8!"16 ?e traVdll> l> Pul
iwTaau: la coostrucuon eu
jewcbeniins de fer.
Jtnous avoue vu quo dj
i'Jff entrepris de changer
J ligne JB-zo-on Mariani.
K5 D.e 8a,t ^,,ja ,a rttnrt'
proie la rude monte de
w'JM da trop nombreux
{jnore.l'nerg que Drec eur
r.Ub a UouV.et avec "raison,
WD8 parcourant la Grenu
wioute sa longueur encon.-
H circulation et dparaient
jwuri va tre chang, ht
Jjoe bras haitiena seront
g"ce giand travad. Sous
SntBupet,i tralns fai"
BJje public en ville seront
,p,r es cars a tractions
fcp-M"court, je ne puis
K'av,w MM no:u"
L ee\\ qUB

AliSaJoildllLouvre Ptisserie Franaise

Un troblrae bien angoi;rant dont
la solution, quoique pressante, ne
semble pas devoir tre trouve de
sitt, est celui de la vie chre. Chi
que semaine, presque chaque jour,
les plus ingnieuses thories sont
exposes dans les joumus u l'on
lirait vraiment tent de croire qu'il
ny a qu-1 le vouloir pour que lut
de choses actuel cesse.
Mais il suffit malheureusement de
sortir de chez soi pour rencontrer
dans la rue des figures hves qui
crient la faim, pour entendie les do-
lances de pres et mies de famille
qui Remissent du dsquilibre jet
dans leurs budgets par la chert des
choses.
Et pendant ce temps. Ui mercantis
j ubi'ent...
Mail il s'agit bien de cela Il nous
est revenu qUB six ou hua com-
me-anls de la place, mus par je ne
sais quel met t (peut- 1e trouvent-
ils leurs proli s insuffisants ) ont
adress uns ptition au foucl.onnaire
competeat pour lui demanderqu'uoe
iestr.ctioo soit apport?, jusjj a nou
vel ordre, a l'importation des tiuus
et de la farine, sous l'tonnant pi-
texte que ces produits se trouvent
en trop grande quanti' sur la Pla-
ce. Des banques mme seraient d'ac-
cord dars ce sens /
C' st a n'y pas croire / Vouloir res
treindie l'importation de la farine,
produit alimentaire de premire n-
cessit et des tissus, quelle aberra-
liOfl !
Dji, avec la prtendue abondance
qui existe, nous payons ces ai 1 ides
trop cher, et bien souvent dans les
familles, il est pnible de le consta-
ter, On rogne sur la nourriture puur
se procuiei l'indispensable leuille de
vigne que messieurs les commet
an:s nous dbitent a des prix si
txoibiuuts.
Mais, s'il y a abondance de pro-
duits alimentaires et de tissus, pour-
quoi vous obstinez vous a tenir vos
prix d aussi inaccessibles h-uteur,
en di proportion absolue avec vos
prx de rtvien; ? Faites m ri bai*,
content 2 vous d'un bctlice honn-
te et raisonnable et vous virrez une
chose dont vous seiez tout tonns,
c'eit que votie stock de marchandi-
ses dont il vous arrive rarement d'-
couler qutlque chos'*, contte son pe
sant d'oi, il est vrai, s'coulera tout
seul.
Car, c'est la touie la question.
Vous trouvre* les produits
dlirais et exuuis dfia
Parfumerie Viv^udou
de Paris
Co//ret< bien prsents pour ca-
deaux de fianiHs, d'anniversai
res, de, depuis 1 jusqu' O dol.
tkaque coffret contient uns boite
de poudre, une lotion, un. extrait,
un savon et de. l'eau dexti/rice.
Vous trouverez galement de la
Parfumerie
Colgate $ Co
ht ce I lentes condition*
Monsieur Richard Peters
Dout la lpulilion n'tsl plis ? l'aire a le plaisir d'annonce sa
clientle el ses ami* qu'ils trouveront chez lui au Xo 1422 Hue de
l Kftn il ainsi qu'au ll'gli 1/l'eBar R p4loune lui et citez .Messieurs
Eug.DtMnd H Co (Jrand'liue Xo fel3 en face de la Halle Sud du
1 arche de la Place Valliere loules sorfei le ptisserie.
Pour les comma: des le Baptme et mariage on pourra s'adresser
toujours chez Deffand Co
t'ondiliow exceplionnelleigeol avantageuses
A propos de l'affaire
- i'Elit Perre-Paui
r
[JJJroni voir dans tout que
T.nVaKUe8 P^^esses- Je
Fmn u .voil ce MU" Mr
lNriioliaborateur r "ri
irH T leB Prop'Wtca
Pliv.,, tb,furcetions de voie
Ci hi ,U,U1" ^ urre*-
tatl; le8,oute sillonnent
EJ'fcWne. Une ca:.al-sa
v wuque des p'us moden.e
''* e tau ,des Piaioa*
5*e> puits aitsiens o 1
4mVrQIy(8uppter- ef3DC-
Cr8"' Ei ^'a.quez
preud une U^e ^alt

petites proprits
'avoisinant led lairei de la Sugar
sont arroses. Linbiiant se sert des
roau s pour le transport de ses den-
res, Les_petits propiittairos re;o.-
vi 11 de la m. 1.1.-; , leuts usines na
gu.e soinnoleutes travaillent ferme
auj uid'hui. Kt partout, perte do
vie, verdissent les grands champs
de canne, attendant la rcolte pro
chane.
;\on, hommes des chnnps, ou
viiers des villep, jeunes gens, pipa
nz votre nergie, nous allons avoir
du travail.Retroussons nos manches,
ft, batdis, uiettous. nous y rso-
ument. courageusement. C'est l
qu'est l salut.
Frocb'inemjutja vous parlera: dq
projet de loi rela 'f aux Chemins de
For dpos hier au Conseil d Lu
en m ue temps que le Message
Prsider tiol.
Sil y a surabondance de marchjn-
dtsea nous, les consommateurs, nous
vous l'avouons Ir n.htmeir, nous
manquons de tout.
lit jamais la ma'MiciM lance i
nos premiers paren's ne s'est si p'ei-
n-raent raliste : c'est i la sueur, et
abondante, s'il vous niait, de noire
fiontqire noir, niions no:rC pain.
11 y a seulemenl que dans le but
de faire des prolits... un peu forcs,
vous avez entass des marchandises
dans votre magasin et vous vous ef-
farouchez 1 la seule ide de les ven-
dre moins cher que vous n'aviez
compt. L'. consommateur ne doit
pas pur de vo re... imprvoyance,
(/est que l'on se console difficile
ment de la perle d'une illusion. .
Nous devons dire, la louange
des commerants,que tous n'ont pas
partag les vues de leutl confrres.
Un honorab'e commerant de eette
place a protest contre cette ptition
aux tendances, .[eu morales.
Nous nou". associons pleinement
i ce beau geste et ne doutons pas
que Monsieur Maamoi, dont nous
connaissons les sentiments levs,m:
tienne aucun compte de cet'e prte
tion de getu qui voudraient, sur la
mi re gnral ; dita.r leur fortune,
Que l'on restreigne l'importation
des arti les de luxe, ce n'est pas
nous qui nous en plaindrons, puis-
que le meilleur moyen de conjurer
cette ctise de la vie ch e est encore
d; se pM r des choses ajgj ne sont
pas de ncessit immdiate.
Miii il tst malheureux que des
g?ns trouveat que nous payons notre
pain quo idien trop boa march lors
que dji, faute d'arg:n, nous ne
DUOgtOll pas notre faim, lorsque
nos enfa.iti ne peuvant aller en
classe parce que nous n'avons pas
les moyens de leur fournir des vte-
nu m s.
La ptiiioi de messieurs les corn
mrants dnote, en outre, uns
traoge comprhension des choses.
Ils semblent croire de bouue loi que
la miss on do; dirigeants est de pro
tger leurs iutits contre les coc-
sommateers.
Nous ne leur dirons pas que c'est
le contr*ire qui doive se raliitr.
Nous n'avons aucune tendance, au
bolchvisme.
Mais nous leur disons simplement
que cette protection doit surtout
s'tendre i cette dernire classe, la
seule intressante en l'esp:e.
C'est pourquoi, la ptition d? nos
hommes d'afture; sera tout simple-
ment... jcie au paiicr,
Et tout sera pour le mieux...
Port-aihP inco, le 13 Octobre 1920,
Don cher confrre,
L'appari-ton du proche 1 numro
de la Nou/elle II 1 l n^ rouv 'nt
pas avoir lieu assez a temps pour
publier avec tout l'intrt du rao-
iDPir. certai'is dtails sur l'allaire
l,k'tat Cor iisco Pierre Paul, je viens
user des colonnes da votre journal
pour relaver une inexactitude qui
s'est gliqase dans la nota parue dans
votre dition du II Ocobre courant
sous la ruuri pia Autour d un immu
Ole.
four avoi", en ma qualit de jour
naliste, suivi les dbats et la lecture
de toutes les pices du tribunal de
Ira Instance de ce ressort, je suis
mme d'affirmer que ce n'est pas
Antoine Pierre-Paul qui avait vendu
sa maison de la rue dea l'ronts-
t'orts:
Si vous connaissiez les circonstan
Ces dans lesquelles cette vente aviit
'. laite, vous n hsiteriez pas pon
sor.coinrao moi quo le juge impartial
et comptent qui a prononc la d
Cision publie dans t I, Eaior des
8 et !) du courant, a t uon seule
ment l'interprte lidle de la volont
du lgislateur hatien, ruais eacore
la Mua stre de la Justice divine.
Voici ce qui ressort des pices et
conclusions lues pendant I instance
par les diverses parties en cause et
des dclarations de Mr Antoine
Pierre-Paul que j'ai interview.
t# maison de U rue des fronts
Forts avait cot M r Antoine Piano
P.aul qui l'a uijdilije et embilhe,
plus de douze m,lie dollars (,12-UjO)
a uue poque ou les proprits et
le^ loyers taient relativement boa
march.
En Fvrier 1915, elle fut loue par
bail I li at i raison de 1JU dollars
par mois.
En avril de la mmo anne, feu
Vilbruu Guillaume alors ('rsident
da la-Rpublique, fit oftrir Pierre
Paul l-UJU dollar* de la maison.
Ceiui-ci rfuta- En Novembre sui-
vant, uue Offre plus avant.geuse fut
faite au propritaire qui la lepoussa
galement.
Mais tro.a mois aprs, la suite
des vnements du .'> Janvier llilb,
fa maison fut vandue pour la mo-
dique somme de 7 OUO dollars
Ni ola3 Cordasco.
S tta a/an t mise a prix
Pierre Paul dut se cacher. Tout no
DiUi'Ion do courtiers non patent*
vraie nuede sauterolles.prolUantdes
tnalti ;urs de ce demi -r, assumrent
Mme Pierre Paul et Mi Georges S).
ray qn l'assistait, et Isor tirent en-
teud.'e qu on allait ordonner la saisie
et la veute d tous les biens de
Perre Pau, lutaunant dj la mai-
son de la rue des Fronts Forts qui
servait da local l'.Ujninistrauon
des Finanas da cet arrondissament.
Ges courtiers drosss, sans doate
par la vantable intress qui avait
l'uni 04ren sur l'numeubie de la
rue des Fronts Forts, mirent tout en
uvre pour faire aboutir leur com-
binaison.
Cne crance de six cents dollars
en faveur de Charles Maignan fut
prsente Mme Pierre Paul pour
tre teinte sans dlai.
L'on savait cependant que Mr
Antoine Pierre Paul avait, tant
Port-au-Prince qu'aux Cayes, des
biens libies de t mtes- charges et
hypothques et dont le moins im-
portant pouvait permettre de rali-
ser une somme plus quo suffisante
pour payer la crance de Maignsn
et d'autres, s'il y en avait. L'on sa-
vait aortool qu a l'poque, il y avait
en dpt la lianque .Nationale plus
de quatre mois de loyers repisen
tant au moins six cents dollars. L'on
savait enlin que. vu l'absence de son
mari qui tait oblig de se mette
couvert, Mme Pierre Paul aurait pu
obtenir de n'importe quel tribunal
un dlai moral pour acquitter l'o-
bligation souscrite Maignan et
qu'au surplus elle aurait pu donner
dlgation sur les loyers dont le
montant tait eu dpt la Banque*
Mais les courtiers uon patents qui
se dmenaient alors pour Uordasco
recoururent l'argument irrsistible
qui devait faire llclnr Mme Pierre
Paul et sou conseiller Mr Soray :
On allait ordonner U saisie el la
vente de la maison de la rue desfrroats
l-orls poar acquitter um amende de
'Jo.UUU dt-Uars.
Lu 4pauvre Mme Pierre Paul qui
ne se possdait pas alors, vu la si-
tuation plus que dsasprauto dans
laquelle se trouvait sou man, gr*v
ment compromis, dissit-ou, dans
l'allaire du 0 Janvier, signa l'ac e de
ve.ite de la maison de la Rua des
Frouta-Foru eu laveur de Cordasco,
croyant sauver ce qui pouvait tre
sauv. -
Ainsi, cette maison qui avait cot
un peu plus de 12.WJ0 dollars
Pierre Paul I poque o elle tait
loue 70dol par mois maisqu il avait
relusde vendre pour l Uju dollar
ea Avril VUS et pour 17.000 eu ,\o-
vemore de la mme anne, fut don
ne a Cordasco avec un bail de l
dollars par mois pour la somme
relativemjut modique de 7 0rJdul
Uuand, eu Septembre lid Mr
Pierre Paul fut sorti sam et sauf de
sa cacnette, sans avoir t conda.u-
nnP I amende, ni l'emprisonne
ment, Codasco eut quelque inqui-
tude sur la vahdi de lact de vente
consentie en sa Uveur. Il 'attendait
toujours ce que Pierre" Paul Ut
auuulercei acte de vente, tant don
ns lea circonstances dans lesquMie,
U veute avait eu lieu et le dol uui v
avait prsid, al avait, piU8 SZl
toas.exprim sescraintes i cet gard
Mais un cet tain scrupule avait em
Pierre Paul vraiment ls
d attaquer lact pass en faveur"
d blinda Joseph, alias Cordasco
Ne voiU-. il pas jue Cordasco lui
m.ue se oliu-gea de .taenuer ta ta-


LE MATIN
he Pierre Paul De rclamant riars
'on procs coutre l'Ktat I intervention
du seul et^vrai piopritaire do 1 un-
meuble de la rue des Fronts Fort a.
11 faut voir dans ce prcca la main
de Dieu et rpter avtc le Bol pio
phte f tue lumire trille dans les
tnbres four ceux qui ont le cteur
droit.
Car, malgr les sages conseils de
son consul, mal, r la* sommation
faite dans le temps Emilia Joseph
d'avoir reprendre les clefs de la
maisoD Cordasco s'attaqua l'Etat et
fit une procdure qui, devant n'im-
porte quel tribunaljei dans n'importe
3uel pays, ne pouvait aboutir qu' la
cision du tribunal de Ire instance
de l'oit au Prince-
H doit tre, au contraire, trs heu
reux qu'il n'ait pas t condamn,
ainsi que cela se pratique aux E -L'.
a une forte amende pour avoir viol
la loi mre du pays. Car nous lisons
souvent dans les journaux amri-
cains de nombreuses dcisions judi
ciuires, condamnant des peines
exorbitantes des trangers qui ont
viol ou essay d'luder les lois am
ricaines.
Les trangers qui vivent parmi
nous doivent se mettre en garde
contre les courtiers nonpateDtsqui,
pour raliser une commission, si
minime soitellp, les embarquent
dans des allaires tnbreuses sans
mme leur laisser le UmpB de la
rflexion.
nue Godasco sache que dsormais
l'Ktat ne peut plus transiger avec
lui; quil ne se laissn donc pas do
nouveau duper tardes courtiers non
patents qui veulent encore le faire
chanter,
L'Etat ayant soulev la question
d ordre public, aucun tribunal ne
saurait appliquer la loi autrempnt
que ne l'a fait le tribunal de lie
instance de l'ortau Princ-p Mt'me
'il y avait, dans les circonstances
de la cause, un texte de loi pouvant
tre invoqu I en laveur de Cordasco
ce qui n'a i a* pos&ib'e ce texte
ne saurait valoir sur la letre de
la Constitu n-
liien plus Cordasco ayant rclam
linterveuti de Pierre Paul au
procs et c i ci ayant clnng^ des
conclusions tant avecCordasro qu'a-
vec l'Eta", l'Etat ne peu, sans nuire
aux intita d'une partie en cause,
signer aucun compromis avec Cor-
dasco.
C'est donoen vain que des maitres
Chanteurs se prvalent dune pr-
tendue iniluenoe pour continuer
soutirer de l'argent celui qui a
succomb en Ire instance et qui suc
combera partout, tant donn le
texte impratif del Constitution.
C'est encore en vain qu'essayant
de rgulariser ce qui e*t nul de
nullit d'inexistence. Cordasco s'est
fait vendre par'Emilia Joseph sous
l'empire de la Constitution de PUS
un bien dj vendu au raraeCordas
co sous le rgime de la Constitution
de 1WJ et en fraude de cette Cons
titution.
C'est 4avec cette mme constitu-
tion de 1018 en main qa'oo lui ap-
prendia que la loi n'a pas d'ef/et r
troactif; que cest en vertu de ce
principe consacr par l'article 12 de
ia dernire Constitution que Mr le
Prsident de la Rpublique,lu pour
sept ans sous l'empire de la cons-
t tution de 188i>. doit continuer son
mandat jusqu'en 1932, encore que
la Constitution de 11)18 limite la du-
re du mandat prsidentiel a quat-e
annes.
CTst seulement dans l'intrt de
la vent et de la loi que je vous
adresse la prsente, mon cher con-
hre- Le reste, je le laisse aux int
reass.Car Mr Cordasco a en face de
lui un luiteur infatigable, dont l'utr
gie est sans gal et la tnacit pro
verbiale. Ce n'est donc pas nous
qui apprendrons aux uns et aux
autres que, quand le bon droit est
de son cot, Mr Pierre l aul ne ee
laisse pomt bafouer et il est capable
de se faire entendre bien haut et
trs loin pour le respect de ce bon
droit.
S'il a conclu, comrao, d'ailleurs il
l'a tait; ce qu'il soit remis en pos-
session de 84 maison, sauf resti-
tuer Cordasco les 7.000 dollars
verss dans le temps pour prix de
l'immeuble, il a donc concili le
v ru de la loi avec les intrts de
Cordasco.
.11 n'a donc laiss aucune issue
li c itique.
\, Veuillez agrer etc-
Peters Baveau
^ Publicisic,
Daecteur de La Nouvelle llaiii*

une boite
Dl
VRITABLES
PASTILLES
VALDA
bien employe, uUlise a propos
PRSERVERA
votre Gorge, vos Bronches,
vos Poumons
COMBATTRA
vos Rhumes, Bronchites,
Grippe, Innuenza,
Asthme, Emphysme, etc.
MAIS SURTOUT
BXHHBZ BUSH
LES VRITABLES
Pastilles VALD Al
vendues seulement
en BOITES
portail t le nom
25 I
nuageux et
Hier aprs-midi,nos pompiers ont
excut des manuvres d'incend e
er.tre les Rues 1) :stouches et Killick.
Par arrt du Prsident de la
Ripnb iqueune commission est nom
m<*e pour grer jusqu'aux prochai-
nes lections, les intrts de la Cm
mune de Grand-Go-ive.
Au cours d'une runion d co-n
menants banquiers, tenue la Bin
que samedi dernier, certaines dispo-
sitions ont t prises concernant la
resiriction de l'impoitaiion de plu-
sieurs catgories de nos maichr.d -
ses.
Noue confrre Les Varits d
peint le m?rasme dans lequel se trou
ve le <-ommerce capo's pu suite du
manque de consom i at on.
Us pres et m es de fami'.le
se plaignent, X juit titre, d; la
hausse exagre du pr x des hv SI
classiques.
Le C;rcle Bellevue o:ganse
pour le 17 de ce mois, un petit d-
jeuuer qui sera suivi d'un grand b il.
ce sera partie remise au Pttit Club.
L'o.chestre du miestio Lan Bap-
tiste se lera entendre.
On parle de limUlUtioo pro
chaine d'une Bttgtl dans le Nord.
Le grand birquet quollre t
les Membies de l'Association du Pt-
tit Sminaire Collge Saint Maitul
aura heu au Instaurant Deieix le 19
de ce mois, 7 heures. La cotist.on
est de Deux collais.
__La boulai gt rie Centrale dbite
uu pain laison de quarante cecti-
mts la livre. Oue les autres boulan-
gers tassent le rrine geste !
__ Une brave paysanne a mis au
monde deux entanis,p:s du march
de la place Sai te Anne.
__Le total ts billets retirs de
la cuculation s'lve i 5,879,000.
__Les piopntauts dont le mau-
vais tat dts maisons constitue un
danger pubhc ont t invits les
fane rparti ou dmolir comme le
prescrit l'ani communal rgissant
la matiie.
On annonce l'arrive depuis
hier de MePiadel.
__Des tounstes, en giand nom-
bre, sont armes ici ce matin.
La tKenaissance-Revue parait
demain. Elle coaendia d'ir.tressaa-
les matires.
Ou trouvera les numros ds 8 h;
de l'aprs-midi l'.rnp. du MATIN
FaitBDivers
PETIT SEMINAIRE
COLLEGE ST MARTIAL
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
leudi 14 Octobre 192c
-Baromtre 759-8
Temputure
Moyenne diurne
Ciel clair la matine
couvert partir de 5 h.
Eclairs et tonnerre.
Pluie 7 h.50 m.
^Pluviomtre 56,2 m.
Baromtre lgrement en hausse.
J.SCHERER
Mr Edgard Eliott
Pai le S|S Gorgas de la Ligne Panama est
arn. ce matin, entre autres passagt-rs, M. hdgar
1-liott, prsident de la llaytian American Sugar
Co. ...
Nous avons dit, dans un de nos derniers num-
ros et tout le monde sait combien M. Eliott s est
rvl particulirement ces jours-ci, un iranc ami
de notre pays. C'est pour cela >|ue la Kotary Club
dont il est aussi le Prsident et le principal Ion-
dateur avait dcid que tous les membres de la so-
cit iraient l'accueillir a son arrive au Malheureusement son dbarquement qui n'avait
t prvu que pour 8 heures 112 a eu lieu vers
7 heures, ce qui empcha la maniiestauon de
sympalhie projete.
' Nanmoins Le Matin > ne laissera pas passer
cette occasion de souhaiter la bienvenue M.
liliott et sa (Maille arrive en mme temps que
lui. . .
Le sympaihique homme d'ailaires amricain
peut se persuader que les haitiens de cur lui ac-
cordent toujours, comnmie a tous les trangers
respectait autant que lui des intrts et de la di-
gnit de notre pays, les sentiments d'une partant-
estime et d une profonde gratitude.
Cin Varits
Soire des plus russies hier I Cln-Vrits
o, malgr le mauvais temps il y avait une as-
sistance nombreuse. <> Lilnna est rellement
un film d une grande beaut. La belle Franc**!
Bertini, la talentueuse artiste italienne lut applau-
die pendant toute la soire par un public enti-
rement conquis.
On partit enchant d'averti assist a unr si ma-
gnifique reprsentation.
L,a fte du 16 Parisiana
Bile s'annonce brillante, la fte q ie l'Amicale
de Petit Sminaire donne au protit de I BiablU-
sement. L'organisation en e>t partaite. Ceux-l
qui sont avides de saines distractions auront, en
allant demain-soir a l'an>iana, de quoi se rincer
le.prit.
Ce sont nos artistes les plus distingues qui
tiennent les meilleurs rle.
Nous engageons la pubuc a aller en taule a as-
sister cette fte qui sera, n'en pas douter,
l'une des soires le* plus grandioses de la saison"
A l'Ecole de Mdecine
\'oici les nouveau rsultats qui u.it t obte-
nus la session extraordinaire d-exunens de
Nicole Nationale de Mdecine et d; Pharmacie.
Ont russi :
je examen de MJeciae (le partie). Ptrus
2e examen de Pharmacie. ftion.
;e examen de Pharmacie.- Duboarg, Gdffrrrd,
Ba/.ile.
Five o'clock: Tea
L'entrain qui sest manifest a la^Kriucre
soire du Cercle Port-au-1'rineiencontinuera
sans nul doute la petite rcepticmyfn.une qu'ui-
l're le dit Cercle s.-, nijnK're>/Ji.n.inche pro
cliain de > heures a ;s hiun
Remerc
Mr et Mme Jean JStfpbyr, lejrs entants cl la
mille, remercient *K% vivement les Membres du
Corp> judiciaire, ceux des diiirentes congrga-
tions religieuses, le Elve do l'Bcole Normale
d'ii.stituirices et lous les amis tint del Capi-
tale que de la Province .qui ont bien voulu par-
tager avec eux la perte cruelle qu'ils ont prou-
ve dans la personne de leur regrette .Marie
Blisabeth Lucia Zphyr.
Ils remercient galement Sa Crandeur Monsei-
gneur Beauger, Mr 1j Chanoine Jan, les Hv-
rends l'eres Cuillas, Benoit, lierar.ger et Pejsin
ainsi que les tilles de la Sagesse uu Sacr-Ceur
de l'urgeau qui, en cette douloureuse circons-
tance, leur ont donn une marque de relle
sympathie.
' A tous ils envoient en retour l expression
mue de leur sincre et proionde gratitude.
H
^
O
- -. I
.

-*-*.
TUgggSB i
tGAlETTES II
CuDcron & Caraeron Co. %
'= jan* I, BRITlSH-AMEriCAH TOBCCO CO, \%
MGccwr,t, Cm,ro CIMimCo. '/%
Or 9 60 le millier
Ed ESTEVEQCq
PORT-au-PRINCE
L'occupation d'Hi
par les EtalsUabl
toucherait sa iii
brej
La f e qup le Cercle Hellevue
offro au Petit Club dimanche matin
quoique d'un corac:re intinn s'au
nonce cotnmo un t;iand burcs-
llapp' \o\\\ 111 Joyi ux eu ivives que
lo d-jef.rier sera aorvi 8 h. 1(2 pr
c ses.
Les membres du Cercle qui d s peuples figurant au pacte
nirent umem-r des amii doivent ea L'Rue de3 nations
WASHINGTON 21 Septem.
u cours de ses discours lecto:
M. Harding, candidat rpubL
la prsidence de Etats Unis,
pul de l'incompatibilit de la
Inique de M. Wilson Hati
les clauses de libre dtermia
virer le Comit au plui tard samedi
matiu jS
Lej vis Uurs doiv-nt tie ihacrits
sur lo retiaii'u d oi.tij pjn^uu mem
bre. /
Ce te petite rumorf constitue une
originalit dans jn6i ftes moniai.
neg-
Km dehop^d la tsh'e oflicielle, le
djeuuoiyera Beivi par pttues tables
quil <>a iiti|Kj.-.-'iljl'' de retenir
lavancrt auprs du Grant.
orchestre du Hitro Jean Bai-
tis 1 k t-e fera ontendie 1 f dant et
aprs le repas, car nos mondaius
comp eut se bvrtr av c entrain aux
plaisirs de ce "uiorniug' dancing'.
M. Colby, secrtaire d'Eta',
en rponse une dclaration da
quelle il dit que le gouverne
esr re nu tue fin i l'occm
d'Hiiti aussitt que les buts
saats pour lesqueh les htats
avaient entrepris cette occupai!
auront t atteints
L\ t.he que les Etats Unis
entreprise liait! en vertu d'uni
cord touche i a fia
L* Matin de ParisI
22 Septembre ij
9
Boulangerie
Centrale
LOPE RIVERA
Rue Rpublicaine' en tact de la Poste
Monsieur Lope Rivera avise sa di
enile qu' parti du 15 octobre cou
rant, la livre de pain est livre 1
0,70 centimes.
aji ..-il-. ^
Offre de Service
Mr Charles St CLOUD.lngaieur
Mcanicien diplm de Pensyvinia
Collge, aprs un sjour de 12 ans
aux Etats Unie d'Amrique, otlre ses
services comme Ingnieur Mcanicien
se dplacerait au besoins pour n'im
poite localits Bonne rfrences No.
1^22 Rue Rpublicaine Port au
Ptince.
Nouvelles Etraogres
PARCABIK
15 O:tobre
WASHINGTON La crise financ re
dans laquelle se dbat actuellement
la Havane est juge comme grave
pas tous les fonctionnaires du Dpar
ten-MMii du commerce des Etats Unia
CeB mmes tonctionnaiies attribuent
la cause de cette situation la baia
ae des prix du sucre qu'l'excitaiion
gnral provoque par l'approche
des lections'
CORK 13 Au lever'du jour une
ternble attaque a t effectue par
des KpulH cair s arms contre le
quartier gnral de la police qui
n'tait dtendu que par 33 agents
de U police et 28 civiU- Les dtails
manquent
Lire dans l'article d'hier en
Mr Pierre 'Brvilk
Rendus, les paysans regagnent leur
de c Vieux Moulin par
Les habitants, un par un, regagnent Itajl
Le Vieux Moulin par VI
Que l'Amour asservit le cur le plu rdj
Printemps par
Mais Amour qui commande au cour I
Selon Ptrarque par
Avis
On demande un bureit
quatre ou six tirois, trois cl
Adressez les offres au M
journal.
A rrive
Est entr ce matin le steamer
Gorgas de la ligne Panama venant
de New-Yok avec les passagers sui-
vants :
Gai Me Int'ie, F Dillirgham Geo
vanni de Malties, Mr et Mme C. E.
Elliot, P. B. Liles, F. |. Martin, D.
11 Norton, Mme Leill Poole. Mme
lennie Kennon, P. Rogivue, Von
Franz Schilling. Mme F V. Schilling.
W. Smith, Cail Schrot.
Alfred 2V. Ci
" 1912 Rue du Magasin de!
Annonce ses araii etua
' vient de recevoir par,
Caravelle,un stock de *
de Vin blanc et Rouge.
Bordeaux. Prix dfiant touMi
rence. ,, . Ui
Spcialit Vin blanc de W
Uqueure Sirop ChampP*
CON
contre
STIPATIO
%
Panamas /
JJROSkDEUlL
CHEZ LOPE RIVERA
Soire\Thtrale
Uue le Tout Poit au-Prince qui
s'ennuie se prpare A aller assister
Samedi 2} du courant la reprsen-
tation par les acteurs de la Renais-
sance dts deux comdies locales d;
MSillon Coicoj t Ff Candidat et
PM ministre 1 Les rptitions, mal-
gr la pluie, marchent activement.
Louis Villemenay
Notaire
Di retour de sou voyage de France
annonce sa nombreuse chen le
qu'il a repris l'exercice de sa proies
SIOA
On le trouvera toujours en son
cabinet de la rue du C-mtie.
A vendre chez
SHEMTOB & Co
Pdiatute Manche eu pte
Peiuture compose de touios les
couleurs
Venus tt mail
liitluriiie
des prix exceptionnels.



.
.
~ ~i *'


a MATIN
Cigarettes La Nationale
' Produits de premier choix
\ Princesse, Encore" LA NATIONALE
Soient chaque jour augmenter leur rputation
Elles rivalisent avec les meilleures cigarettes importes
Wincarnis
ET
is mres de familles
\

lato a le souci trs naturel de veiller ce que la maladie n at
Boa des iens, cependant seuls les gaus trs fortuns peuvent se
)d'avoir un mdecin ronetammeat leur disposition,
idenou ne riaqu6-t-il pas tous les jours d'attrapper quelque
iqoelque bronchite? On a oubli son parapluie, on rentre tremp
lie, las pieds mouills ou transis de froid ; la livre se dclare et
[tif de a'aliter.
Mutant un moyen bien simple d'viter ces indisposition?,
eat dans ce cas le vrai mdecin del famille,
a quels il peut servir sont sans limite; en l employant avec
jOn vitera bien des maladie.
iM, le surmener, 1 puisement ou l'tat fbrile qui sont la
^c* normale des iliumes auxquels chacun est expos, ne r
an traitement au WINCAKNIS, traitement aussi facile,
leauive pendant quelque temps
notez-vous dprim, Utigu, sujet des raala ses, rentrez chez
"Ida WINCARNIS- Un verre Bordeaux matin et soir sera
.er prventif et, dans beaucoup de cas. le s cilique iufaillible de
dont li convalescence tend toujours trainer en longueur.
Il)/Vf 1 a a 1*0 ^e Plus 'lrand unique et reconstituant du
tW/IAf ICC niond,-, dlicieux, stimulant, vivi/unt et
! Recommand par plus de iO OCll mdecins.
Prpar par COLEMAN - Co Ltd, Angleterre
r. branck J. Martin
Ageot gnral En face cie la Glacire Port-au-Prince
R. Lawrence Smith xport & Import Go
Nous avons en stock un peut lot de :
Fer, Ciment Edison, Ficelle
Clous, Diill couleur
Accessoires en.ailles pour :
Chambies DE BAINS ET CUISINES, etc.
Noire maison est tablie sur cette place depuis 1917 et toutes les com
mandes de nos clients ont toujours eu noir: prompte et meilleure atten-
tior>.
Ouot l'ons soumises sur demandes. Conditions avantageuses.
W. G. DOdGER
Manager pro ton
Viennent d'arriver chez,
A. tfelor Gentil
Vue du Magasin de l'Etai 1731
Souliers Souliers
EWcout ils jaunes et bruns talonscaou'ehouts, dernier* mode-
Souliers dcouverts pour darres.
/Votre fameuse Teiulure Vgtak et instantaue pour cliev*ux, sans
aucun danger, ne copient ni plomb, ni argent, etc.
Prix du flacon : 1 dollar
h ranch J'. Martin _j
^gnral tin face de la Glacire Port-au-Prince
. \ .
.CL,. PERSONNE
DE
11 C'Y
SaSSCUI'IU sa
COU-!
_____ ET
CHEVEUX. !
D.TRbr.
FT*
1. .
I ara i.
oyeux
n de eoulror Mmat ivoi I
I J << i|'..i- {
Il 11
^PELO-LSINA^1
i
11 n connae, pour
/' ' ' MU ... Ici C|,CVCUX
uleur qui l'ont
** >r,veilleur
cftevvux ...I &
: ";!., m
'....... -t." o.Tnt
"","'"" oi 1 ' ,!..-. nnl
PPl de U l'I l.o.|.isiN\
i mr-
MM : ,SI-,'A nt M| juniia dfaut,
22 ' ptrablt .le ,0111e
'. U ne duit pi.
Ae loll i>e. V
*JC ,fc,fm,5fc* "r^nerici ,
,,n, t| ; '' ' < ' I'.mandez!,
I OUROtA PHARMACAL C0.. b--
New Yorl {j S. A. m
Ti:
Si vous tes sujelsaux
wt .Hh unies et Bronchites
j,. Si vous redouez une infection pulmonaire
Ww votre orgauisme eu tat do dfense
PAU LA
solution walerbury
fePTIUUK puissante! RECONSTITUANT incomparable
\u ^'attendez ras d'tre pus gravinunt atteint :
*teux vaut prvenir que gurir
WATERBUUY CHEMICAL COMPANY
[.,, Des Mornes. Iowa- -gg
r >u -s y/tnatm
APARATOS
tinhouSe
ELECTRICOS ^^FARATODOS LOS FINES
r Cette nuroue de la
brique est la garantie'
de la nonne qualit de:|
nos Fojrnitur esilectri .
4ues.
J0Vne institution
internationale
L habilit, l'invention et les recherches dans'i'art
de l'ingnieur, une main-d'u'.uvre parfaite: veil les plus grandi
facteurs aujourd'hui dans le monde lectrique.
I e Westiogliouie Electric a.russi introduire dans sesprodui's
l'idal et les principes de l'Institution lesquels sont :
Se maintenir toujours en avant dans .le mouvement du dvelop
pement lectuque.
De combiner toute espce d'appareil capable dp rduire le cot
de production et de distribution du courant lectrique.
De construire des maenines employant des courants lectriques
capables de satisfaire tous les besoins humains d'une faon la
plus conomique-
D'entourer ces produits de toutes les garantes de bonne qualit
t durabilit. -,,
Cts principes ont .cre un courant d'ailaires immense qui de
sice.fabnque et distribue plus de 600,000 articles distincts. Le
WestinghouseEieciric construit depuis des locomotives, gnrafeur
et moteurs jusqu'aux produits qui rendent la vie du mnage moins
laborieuse sans oubner les milliers de petites fournituoes emplo-
yes par les lectriciens-praticiens. v ___Q
Westinghouse Electric
International Co
m
Adresse
10J; BroadwayJ New-York, U. S-
Wlyraphique : WEMCO EXPO, NEw-ork.
Un nouvel aspect
d'une des plus grandes
institutions industrielles
du monde sera invoque
dans cet espace chaque
semaice.
/witriNOMOut^
\. nicniic /
M
;j~i
\f


L1 MATIN
Ll
BAZAR METROPOLITAIN
Maison de confiance
angle des lius du Peuple ci fkmf* Bestonches
Nous venons de recevoir un
trs grand stock de provisions
et des meilleures marques.
Gream o( wheat
Avoine blanc
Fleura ue mtis
t orn flake en petites et en grandes boites
Savons pour nettoyer les verret
fromage amricain trs (rais
fromage suisse tis fraie
Epbuv d
Sa uer Km u l (ehOh crote )
/ orck et pois en fer blanc
Portai e pour nettoyer le ptaneher
Shrcdded wheat trs agrable avjc du liit
Noisette
Vermicelles
Sard ne ave' tiquettes d'or
bire hollandaise SUetsla bouteille
Bire anglaise, marque Barelay' London
Nais aOi s mt*8t en s od. //'.<' tri yran le quantit de CEO OL ' 7S en U b'ellet d'
l ^j^-
SE- - V^ ~ ^r^^^j *^W
^5wKW^tt**W5Sfc5i^
E^iae*8iKH13E25E^*^t*itter--3^
mtii in wminm i i iim n ii nr iM. i i i
Vous trouverez des cercueils
tous polis permettant dlivrer
le travail 1 heure aprs.
Guillaume Duchatellier
2JQ4, Grai d'Rue. pris de la Gare du Nord
Assurez vous contre LE F EU
^dressez-vous la plus forte compagnie desE.U
LE HOME INSUZUNCE Co de N-
agent gnral pour Hati
Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince
Protgez >ohe Maison, tolre Magasin. >es di'pt.-. aujtauz le plus raisonab'e-
Aucun Irais de ceciission ni de courtage payer
Renseignez ^o s sans frais par correspondance o:'. venez discuter voirerprobl-me chez
Eng. LE BOSSE, 95 Hue du Onai
Hojel Restaurant
% Hjel liea'auraul de. Mveirr se ivrommande i
on soin pi ta rg ilaril de son service, les voyaeenr ^-
Po t au-Piincp V trouveront pi
'oyageors q.
t pleine san^cuon pou. J
viincie on na qw' passer au No 225 de la Ruo l-Yr
bur< su dt i 'j rfB a 'errestn s. ;i"
loi;d iio s Lra avant geuses.
A S^ LLA, Proprxlrire.
i
lux Armes de Pari
linturi instantan* pou* cheveux. Bijouterie Fix P
de l'abb .Sou\v:Jouvence. b*gifoftine, Dur Clique, DraaiJu
Doloosian, Baume du Mauci.er, cli>usseues lil tourhmnJ
cadfis, 18,22 rouera, mouclio rs 1 t'sle lil pour d*rre To3
li et coton, flanelles, gilets de llanelle pour tommes X
nacre et argent, cuiussures pour dmes, leather bripf case
riurpo r daines, brassards deuil, jarretelle? et jarreUerw
li urs, H su atiqueuour jarretire. Atts bands Munk
tenir les mancacs des (heaiscs )
Spcialits pnarmaceutiqL
(joudron de Guyot, pprazine Msdy, quinium LalisraauBu
IL H, anioJoi externe, IVr Vigor, cwiar I ebuf, sircp D la
scp chloral de Folle, Salsepareille Bris ol, elixir Virginie Mi
comprim s Lacozymaje, earyilrmne Dethan,comp inis d'asn
perles d'lher du iJr ClfiUn, Pa^ol, blobo1, grains da VaN
Bravais Empltre i)iachylon gomm Pte de li. ubargiern
du Dr Rot8, magnsie calcine en petites bius, pilules
Fructirj s Vichy. mulsion Scoit gfapd t peli: llacoa. Santal
Mout*rde en 'euilles. Jobol Coton hyd ophile en boite duoei
Gaze mu pV, laloteel ioJo'orme, lotio.i Ptrole llahu iniil
contre la cbt3 des cbe eux.
1 TM1 l*< Cupraijfc Coiiobiase de soufre, huile
S.iHMUUli,& thre.Cacodylate de Strvclinine.^
Thermo a tres et seringues de Luer.
produits chimiques %&
chauz.jilap borate de s;ude. sulfate leireux, manne eu soi
heu es <;' te ., enreas en soru s, prcipit rouge cucre de laiil
d'amendes acires, alcoolat le mousse compos.
Sa ons an is3ptiqucs l'acide pi ionique et eu subirai Ei
quinquina rouge, co:a, essence d'anis,
Extraits pour liqueurs s|
cbe grJle, vanille- Pour sirops : pche, orgeatiue, concenirl
ina.iiaiine. Bonillca'eur pour alcool (.!(.'()grammesdebonilinej
un hectolitre d'alcool). Tuls caou'.choucSpour irrigateor. Bit
et 'uues. Almanach liichette. Patch pour automobile.
Angle des Rues Roux et du Centx.
2 Mdailles d'argect Exposiion de Bruxelles i91(
Laboratore de Chimie Mdicale
Droguerie, Produits chimiques et pharmaceutiques-
Spcialits fianaises et amricaines.
Prparation de toutes ampoules mdicamenteuses strili
et injectables. .,
Spcialits. - Srum nvrosthnique simple et ferrugineut]
lodbydrarg/re- Srum de Morard remplaant les pa rcalcifiants de Ferrier et de /iobin*
Iliy a toujours en stock : Nevrosthose' Sirop pectortl,
Elixir de Pensylvani*.
Dpositaire du PREVElSlTl!L\
Reprsentant des Laboratoires T(
L1CT1FERM. Ferment lactique, contre altections gastt^
tinales et cutanes.
L \XARI\E.Scopcifique de* la constipation!
Joauny Cordasco
:U9, Rue *de* Fronts-torts,
iS Avenue, P. () Box 2 Port-au-Prince, Haitji
Ventes sensationnelles avec granwl
rabais laissant de gros bnfices J
aux pluspresss.
Assonmenls tns complet d'articles poun
Coidoniierie et marchands cordonDieriH
Vous ro'iverez jileiiK'n en sock : jgi
Pe'nture Cerf, chu ssettes, machines coudraie ; ;,
Acctcirjs pour automoh l-s, ar ichs Raill--, fourururatl
lour maleitfS, cirage 'tirilliai et d-3 la clbre nnrque
pour souliers d^ toutes tes nuances etc. etc.
Prexsex-rous, car ces pr'r ne w
pas maintenus longtemps


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM