<%BANNER%>







PAGE 1

LU MATIN CROYEZ-LE, POUR LES ENFANTS, il n'y a rien de tel L'EMULSION DE SCOTT 42 Faits Divers Mouvement maritime Le steamer Fauoa de la ligne hollandaise ayant laiss New-Yok le 5 courant pou' Port-au-Prince, via les ports du Nord, est attendu PETIT SEMINAIRE COLLEGE ST MARTIAL RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES Mercredi 13 0:tobre 1920 Baromtre 7 6/. 0 994 27 4 our et minimum {Temprature ( maximum Moyenne diurne Ciel un peu nuageux ojve.'l 9 h. Eclairs et tonnerre. Pluie 8 h )) m. Pluviomtre 28,0 m. Baromtre en Mue. J.SCHERER Le Moniteur Le No du Journal Offidi d'hier publie : Avis ministriels. -i fcf fycOOgtiiH I., qualit d'iuitien au s eur rerdirund Mldaro Hollandais. Arrt nommant une Commission pour rar. ;us qu aux prochaines lections, les in.Vs le la commune de (Jrand-Goav* Pocrvverhal de brulement de Cent quatr•u'ai.^T'n'.o lc K Urdes dc b,llm 5 fOnam ( > Octobre 1720. Procs verbal dc vriiication de colis de formules de passeport reues par la Banque pour compte du Gouvernement. H p Bmtitm. Brulement avai.t-l„er matin. ,| a t livr aux tiammes uni valeur de 190 000 .gourdes; ce qui poite a S-8/9-ooo gourdes le montent des billets retirs de la circulation. A i'Ecole de Mdecine 1 r n ?^? 0U V' ,n 0,,S F*"**! dennons les rsultais des examens a TKcolc de M dec.r.e. 1 our la 1re journe voici les noms des tudiants uui ont russi : Mdecine fie examen, M partie i.Jourdan Perrier. hl.e, Casscus. Jean. Svl.ain JOUr,Un }C examen >e partie—Torchon. Hosemond. ^41 examen.Prigord, (l.lk-,, Fontus. W Association Amicale du Petit Sminaire Collge t. r %  Jt St Martial Le Comit d organisation de la PtC du 16 Octobre convie cordialement les Dmes patronesses, les Commissaires-et les Demoiselles d'honJ u r,i " ;ii,io K-inrale qui aura lieu au rhatre Par.s.ana vendredi, 11 du courant, de 4 i 7 heures du soir.^ Messieurs les Membres de la Presse voudro ,t bien honorer galement cette runion de leur prsence. Le public est avis que, par dcision du Comit de I AM.ciat.ou Amicale du l'etit-Sminaire. .1 ne sera tus vendu plus de cartes d'entre que la '.al e de Harilinu ne contient de place. I.n consquence, les amis sont pris de se procurer leurs cartes a lavance. Ils en trouv-ront ches les I mes pa.roi.esses. chtl le Trsorier de la Sociele, et a la Maison Brouud. aU orchestre du maestro | ... 41 Jn Baptiste . Sf. l 0Ciii, n J J souper qui se donnait a l-llotcl Montagne lorchestte du maest.o Jn-Uaptijte se Ut cuiendie dans leiBUM bguux morceaux de son tperioire. Nous croyons savoir que cest cet orchestre qui jouera au cercle Hcllcvue d.nuuche matin.Cette matine sera donc un plein succs Mr Edgard Elhott Par le s|s,(iorga> sera ici demain matin le n-mpathique Mr klliott, prsident de la HASCO qui est accomj>agu de sa tan ille. ici le mme jour pour touslej ports du Sud, Curaio et l'Europ. — Le S t y Colon de la Panant i venant de Cristobil est attendu ici le 16 ou 19 Octobre et partira le mne jour pour New York. Boulangele Centrale LOPE RIVERA Mm lipublicnine. en face dt la Poste Monsieur Lope Rivera avise sa cli entle qu'a parti du 15 octobre cou rant, la livre de pain est livre 0,40 centimes. 1 Atelier spcial pour la rparation de machines crire L Expert soussign a le plaisir d'informer le public et le com-nerc% ses clients en puticulie*, qu'il vient d ouvrir dliait.vcmeni l'angle des Rues du Centre et des Csars, un atelier dnomm ; Atelier Spcial pour la rparation des machines crire. Un: pra ique de plus de six ans lui permet d'assurer aux propritaires de t TYrEWklThR que les conditions essentielles pour la consirvaHon et le pertecliounaunt normal des Machines inre, dpendent de leur bonne tenue au double point de %ue de la propret il du fixffgt des ressorts du mcanisme. Voultz vous que ves msebines crire soient toujours en tat de tonc lionuemeni et se conseivcnt le plus lorg'emps poiib'e ?— Conr 1 les sans rctud aux bons soins du soussig doDtlespreuvesdecapac i sort dt)a bien connues. Quel que soit l'tat ou la msrque de la M.chine qu'on lui appore. il la nettoie,la rixe ou la lpare en trs peu de temps tt aux conditions les plus avant gcuses. Inutile de due combien les succs dans les travaiTi qui lui sont confi r tant par les durits de la Capitale q ie de la Province, sont satisfaisants. En outre, en cours de Sinog aphie et de Dactylographie est ouvert au dit atelier et une Sectioj sjci.le s'occupe des ttavaux dactylogiaphiqies de tous genres. L'Atelier est ouvert tous les j un de 7 a' 9 du m: tin et dc t i 6 du sou, samtdi, dimanche et jours lents except. Pcrl-au-l rnce, le 12 octobre 1920 Hnoch B RI.M', exp.rt. Offre de Service Mr Charles St CLOUD.Ingnieur Mcan cien dip'om de Peosyvania Cj'ge. aprs un sjour de r2 ans aux Etats Unie d'Amrique, offre ses services comme Ingnieur Mcanicien se dplacerait au besoins pour n'im porte localits. Bonne rfrences No 1622 Hue Rpublicaine Port au Prince. h Pour gurir ou viter MIGRAINES • CONSTIPATION iONG ES I.ONS-ETOURD'iSE MENTI EMBARRAS GASTRIQUE IL SUFFIT de prendre . l'un EHAUT A PARIS ml i. •m V U ai En vertu d'ordre de Monsieur W. S. rVatthews lr. Reprsentant du Receveur Gnral de la Douane.il sera procd a la verte i l'encan des mar chand ?es suivante."; '. dt\aat les por tes de|liDouane le Vendredi 15 Oc o bre prochain i 10 heures du matin. Se'on l'article 39 de la loi des douanes : G P.Petit Godve 1 caisse de stvon par I.eke Sunape 20 luin 1920. I. Rr lies l'aibatics i p?qcet sachets 15 par Hodges du 23 mai 1920. D B. Pitit-Gcave r/2 l ai il mes potk par Gorgas 2 fvrier 1920 L I) P. Cap 1 marque 5 sacs de r ; z s?ns maque par AJv*nce 1 / ac1920 1 chaire i main Mauh Maitinique sans a .trs marques. Moi tbiun EUE, E-canteur public. Varits CE SOIR Quand on aime %  ie. .*.e et (Je |)ifiodt8 Ktitn'o G 2.00 • L^ S Ou tWT >r 4 TVRKISH QLENO il Cuweron & CameronCT" 5 •• *£t 1, Mim. twCiU1 r0B CC0 f Or 9 60 le milite Ed KSTEVE&C POR-au-PRlNCE GRANDE MAISON de Commission Nous avons en stock un Ficelle. p Hit lot de Fer, Cimnet Eiison Clous Dirll couleur Ac:esfo'r eeemmaiilfa pour chambie> DE BAINS ET CUISINPS, etc. Nol-e mrisjn fst tablie sur cette place depuis 1917 et toutes les mande, de nos clients ont ic;ujours ea notre promp'.e et meilleure l't tior-. O.ol tiom soumis s sur demandes. Conditions avantageuses. il. Lawrence Smith Export & lmpo. t G*i W. G. DUGGER Manpger pro ten %5-$] Cin-Varits t & AusalonduLouvre Vous trouverez les produits dlicats et exquis de la Parfumerie Vivaudou de Paris Co/fret* bien prfenti pour cadeaux de fiaaiUt, d'anmvtrsni res, etc, depuis 1 jusqu' SU dol Chaque coffret contient une boite de poudre, une lolion t un extrait, un savon et de l'eau dentifrice. Vous trouverez t'y dment del Parfumerie \ Colgate Sf Co \ Excellentes conditions Fr; Dccsca Bfrtini D.NS LE ROLE DE LILIANA QjB^i • OjBSi ?^BWf> *wm Ptisserie Franaise Consultes votre nn- rotai div. SIITPS l.i peau et li AJUii. daue IM Hpitaux de Parle. 1>> le premier De. ou, lu malaUe >enlcot renatre eu eux uat >• uWce Vloi sieur Bkhtrd Peters Dont lirpuh'tVnnVsiplis > aire a le plaisir dinnontj cliciille ot ses .-mis qu'ils trouveront chez lui au bol *-r, ^ l'Pgaiii riDfi aii'-u I1--I, Ufe Bar Ke. Bonne foi et ciiez n wj Eu9.Df.9anU ft Co Grand Rue No lol3 en face de la tiaiw %  l^rch* de h Plare V^lli^re loutfs sortes de ptisserie. J Pour If s (omn ar des de Bapme el mariage on pourra loi jours (h zDcgaUU&Co conditions exceptionnellement avantageuse.



PAGE 1

Quatorzime anne Nos 39G7 Port au frioce.Haitj DIRECTEUR-PROPRIETAIRE S ^M Qment-MAGLOIRE MAGISTRAT COMMUNAL u NUUERO 15 CENTIMM DEPARTEMENTS On mis Trois moi Trois moiB CTRANGER G. 2.50 7.0U b0( [M annonces sont reues au Comptoir Icuunonal de Publicit, 9 Rue Tronchet, PaJeti9, 21, 23, Ludgate Hill, Londres, Quotidien REDACTION; Rue Amricaine No, lat Jeudi 14 Octobre 1920 TELEPH0M?: 9 J8 C'est le peuple et les potes qui ont,! rouv les plus belles images pour exprimer ou pour exp qaer nos sensations, 110s'^aspirations, nos tats psycbolocjiques.On 1 encontre chaque instant dans le. antjage courant les expressions qui ne sont que la traduction populaire des concepts philosophiques. Maurice DONNAY *-nouvelles Etrangres pARCAlilK 14 Octobre ATHENES— D'apis l'opinion ds lidtciDS qui soigntnt le roi Alexac de Gice seule la forte constituai du monarque parviendra vain %  1 maladie qui fui cause deitteoeat par la morsure d'un sit%  t Cette maladie est entie aujourhoidics la phase critique. On inleqne le gouvernement est alari Le conseil des ministres s'est lui pour envisager l'administrant du P avs au cas ou l etat d Q IC1 •graverait. BRUXELLES— Suivant une inter Utioa du bureau de la presse monbegriae un aiteutai a t commis pu personne du rgent Je Serbie idaat son voyage en Bosnie. Une libe fut lance sur le train qui luneniit le rgent de Scrajevo.Deux ngoos turent dwuits sans que le Drincesoult ic le moindre mal. RIGA— Le .trait prliminaire d'or luuceetde pix a t sign par les sjgus russes et polonais. NtWYORK-D.:iis un match de |seentre Carpentier et Levin.ky, premier est so r U vainqueur par I lormidable kaockjul unies le Istrime round. BERLINLe cjb.net allemand a Unit l'unanimit de voter le pro II tendant a rduire les lra:s du ndutag. Ces trais seront doraant supportes par les tats de la stidratton a'.lenunde.Ds instruc ont t transmises cet eiet commissaire du Keichstag JDUBLIN— D'apis une note pule par le secrtaire du dpaueMtaes ir.formaticns, le public est taau que dans le cas o les attadiriges contie le service des pies et autres services publics ne cadraient pas fin cts se:vices ctsWt de fonctionner dans les disWo les attaques continueraient, maire de Co k est a L d intxtimit. DUBLIN— Les troupes a:g'aises ttiDUtnt leur perquisition. Elles •t'reit jusqu'aux maisons parMi ei les coles o les pupiHj' turent soigneusement fouills pil y* s longuement interrogs. *AK1S— Le pisidcnt de la ligue "ions a tlgraphi au chet de %  usion militaire envoye eu Li[Mie lui demandant des nforma sur Its vnements survenu* dans le bu. de c ore ce n:: St. %  \ A vendre chex SUEMTOB^ Co Peintu.e I.lancli3 en plej l re coiiipcst de luuiea les colleurs Veruis dmailJ tndurine 'P"x exceptionnels. l0U8 £.3 Villemenay Notaire : 0 r elour dtion voyage de France Ce • sa nomb.euse A propos d' A Voix basse Rponse Pierre Hrville ss mm De -> repris kli ditnile 1 exercice de sa pretts iicuvtra loujours en sou m[ ^ la rue du Centre. Je ne m'arrterai pas la premire partie de 1 article que .M. Brville a consacr au \omme ;do ;v ri de M. Lon LsteaCi dont i'ui ou d^j entre tenir le lecteurs du t Maria ,tonie ce te partie a ant qu un parallle inutile entre la vi" littraire de l'auteur d A Voix basse et de celle du romancier de Romulus CoucouMu outre, il s y trouve des insinuations qui n'ont rien dmler avec la littrature. Mlles eontsi fiel leuses que Ion croirait que lir Lon Liteau ebt I ennemi de Mr Pierre brvilio et qu'elles rappellent ces deux vers d'une inspiration rare qui brillent aux premiies pages de Quand elle aime ( Pice en un acte de y r Pierre Brville ; ..l'.avs de tripotage Comme j'escompterais ma part de 1 hritage. odi en regrettant que Mr Pietin BrtvUIe n'ait pas i ),;-• bon. lappu d3 ses affirmations, de citer les ver* inharmonieux, les stropli s m us cadence, prosu-ques iju'it d t avoir trouv! dans lu recueil de Mr Laieau I j voudrais m'entendre avec lui sur U question d.s reminicences. li cite des vers du Mr Laieau qui d'aprl lui se rapprocheraient trop au point le vue du sentiment; ou de laforme de quelques, uns de ceux de liosemonde Grard et d'Henry lia tailla, cela ne prouverait qu'une chose, c'est que des potes, sexpii mant dans la mmo langue, peuvent avoir des impressions pareilles > t arriver les iencre dans le m.ne rythma, avec peu prs, les mmes mots. Les exemples dailleurs sont nombreux Mr Hrvillo connat certainement ce vers clbre : Miin; quand l'oiseau marche, on sent qu'il a des ailes, il ignore peut tre Cet autre de 15audeiaire ; Mme quand elle marche, on dirait qu'elle danse. Je tais cted t Mr lirevnle de cou naine par cœur la ,Mort du Loup o Ion rencontre ces vers : Gmir, pleurer, prier est galement lche, l'ais nergiqueiiieni ta longue et lourde tache Dans la voie ou le sort a voulu t'appelai Puis aprs comme moi soutire et meur> sans parler et cependant Leconte de Liste n'a til pas crit : Soi> comme un loup blss qui se tait pour mourir lit qui mord le rouleau d-' oa gueule qui saigne, et puis ce vers de Kivoire : Si Iraiche qu'a l'entendre on M d-sa tr N est-il pad tout entier dua une pice de Uichepin ? M. Andr Lamand a publia, ces U-Cpi derniers, u:i volume Sous le ci iu reyard dAihni, dontla Minerve tranvise du 1er Avril a dit le plus grand bien. Il s'y trouve ces vers que Mr B.viile a d lire, peuutre : il mourut les doigts joints sur sa poitrine et celle Qui l'aimait tant, au soir, vint doucement po>cr, Sur la lace du mort, un mouchoir de dentelle, Alin que ce beau iront qui connut son lui.cr, Ces lvres el ce. veux tournes vers le myslre Ne lussent pas souilles au contact de la icrru. Mr Marius Audre, aprs avoir not que ces vers taient nbpirs de la strophe castillane suivante : hlle mourut et sur son visage, Je jetai un mouchoir Afin que la terre ne toucht point La bouche que |'ai baise a ajoute : tUne patelle manire d'enrichir la posie franaise d'une beaut traugeie me refit de joie. Je vais maintenant ci er au hasard quelques autres reminiceuces cle bres : Samain crit : Dans la tort du Kve et de l'Enchantement Apis Moras qui a trouve : Dans la tort du Charme et dn l'Enchantement. Mr Brville. puisqu'il parle de Henry Bataille, doit peuttre le bien connaitre. Sait-il que ce vers de la Fontaine de Pilit; l.t le-, larmes auisi pleurent de mus quitter a t inspir par cet autre des l'au i/rw fyurt d} la Valmore lit puis nos pleurs coulaient de nous quitter. Henry Bataille dans uns autre i i e du Beau voyag que Mr Brville n*a peut-tre pas lu, a ces d^ux vers • Les doux nom i q :e Marthe et Mar.e/ Les do u mots que mprts et passe! et cependair M Sylviin Uonmariage n'a-t-il pas dans un deees po ries Trouver des no us plus chers que Jeanne et Marie Trouver_dcs moi', plus dous que morte et oublie Rostand, au 1er acte de Gyiano; fait dire son hros, s'adressent aux dames : Inspirez-nous des vers, mais n'en crive/ pas S'tait-il souvenu que Le Bran avait crit, avant lai, s'atlressant aus s; Q des dantes : Inspire/., mais n'crive/ pas. BLostend crit encore dan3 ses Souvenirs Vagies : lu espoir qui n'taii peut ttr. qu'un d vi dans (Rsticdoes e M. Banmariage, nous lisons : D un imOUI qui n'taii, hilas qu'un dsir. Altred de Virfny a oie : a la vie est un accident r ombre entre deux sommeils infinu- Aprs lui, Anatole France sixpnun ainsi : La vie est une lunaire entre deux Ombres in/inies Dans un sonnet sur lt Ville K'.ernelle, Qaevdo, ua pote espagnol crit ; Tu cherches Home dans l(omc'< 6 vjyntjeur el dans Rome mme tu ne peux trouver Home 0 Hune de toute ta yrandeur; de toute ta l>eaulc. tu us perdu a qui tait p mnanent et eolidc et cequi /uttoujours l es! teuldemturt' Un pott polo i.113, Sztrzyneki, dit dans son Kpr.ai'he de Rome : c 0 voyageur qui veux voir Home dans Rome, cependant ta ne peux pus voir Usine dans lljin' mmeCe qni tait irnmobiU s est croul, Ce qui latt mol'.le demeure. bit un pote franais MLouis Li'.er, de 1 lusiitu a en dernier lieu crit ces vers .Tu cherches Home en vain dans ses propre uurail'es O voyageur ptOtil et tu la cherches en vain. Si cela vous plat, Mr liraville, parlons main enant dea poies luitiens, Mr Cliarlcs Moravia dbute a nsi son Conte mlancolique : Ma soeur, un rossignol aimait une pou tte et uue pice de Goppe qu'a imite l'auteur des < Kosea ,.•'. Camlias > commence ainsi ; Un liseron, madame, aimait une lauvete l'aul Variai as daus Gieeu. crit ; Voici des fruits, des fleuri, des feuilles ci des hranchen, Et puis voici mon COMI qui ne bat que pour vous Louis Henry Durand, un de nos potes I ;s plus harmonieux, com mence ainsi son Bouquet Je lui disais ; Voici des fleurs, de grands lys b:ancs, Des roses, des jasmins,Jesc hrysantlimes pile Voici des diaitunts, de sapmrs, les opales Et a puisvoki iii-ni c.cur anxieux et tremblant' Cjtio reunuiceuje empche-t-elle • Bauquft d'tre un chdfd tuiivre '.' Oacaud a ce vers Je voudtais d'une amie.aux yeux cosleur de song.i Maurice Magie a ielui-ci l'en une amie,un soir, avx yeux couleur de songe Mr Diuucies Vieux a trouv ce vers On sent dans l'air *.iler des agonies Aprs que Verluren eut crit O.i entendait dans l'air rier des agonies Pourtant M. Damjcl Vieux ne conuaisj9it pas alors ta pice du pote belge. Lt II. Pierre Breviile lui-mrm — puioqu il faut le ctief on si mauvaise compagnie — n'ai il psi roproluit -G Monsieur Auguste Boiamy. Pi idnt du Tribunal de CssssttOD, s laisi New York pour l'Luiope. C'est lui qui do i reprsenter, comme on le sait,l'a Rpublique dllaiti a la premire confrence de la ligue des naiions qui se tiendra ... Gtn.e le IS no-'rmbre prochain. — On annonce pour demain l'arti ve Port au Prince Mr Sala, le sym pathique homme d'ail lires — On n'oubliera pas que c'est ce so'r qu aura lieu irrvoc.b ement la grande reprsentation a Cin Va r ts o il sera exib le beau film i alic-Q : Liiian?,. — Le Moniteur dhier publi, entre autres, un tlgtm'me de Mon sieur Lescot.notte Consul de Antilla Cubi, confirmant la nouvelle de la perte corps et bien du bateau Hutie Koberts de Port de Port de Paix. — Loa Louis, en ellet, est le seul ma te'.ot sauv. — Les clients de Varits devront conserver leur tickets ce soir. Les numros des ickets serviront au tira ge d'un riche collrtt de partirai Vi vaudou qui sera rafl pendant la reprsenta'ion. presqu'eo entier ce veri de llrdia Mais Amour qui commande au COAU le plus rebelle Euti'autres vere, Mr Vaval dans le' Vieux Moulin crit • Les habitants un par un regagnent leur case. Kt Mr Ureville api es lui, crit Rendus, les baigneurs regagnent leur chaumire. Dans la pice qu uu pur il adres sait uu rossignol? Voici le vers de Mr Ureville : Que l'Amonriassenrit le cœur le plus rebelle. Le Matin du Ci tiare 1//12Son Vieux Moulin nesilpai la pho oartphie —mais en moin'* baau* — du Vieux Moulin ds M Vaval? Vous voyez. donc,\l. BreviUa qu'o deso uid toujours de .quelquun, Ecoutez La bruyre vous IJ rapppler -e Horace \>u Despraux la dit avant vous. Je le crois sur votre parole mais je l ai dit commi mienff puis je pas penser aprs une chofe vraie et que d autres eicorepsns %  ron' apritmoit Puisqu'on d.l nue vous .os pote, brville. vous devez certa' n m.jiu savoir que votre confrre Alfred d9 Musse", qui l'on reprochait de pasticher byrou, rpondit aussi ses agresseurs R>en n'appartient rien, tout appartient a tous Il faut tre ignorant comme un maure dcote l'our se natter de dire une seule parole Uue personne, ici-bis, n'ait pu dire avant vous. C'e imiter quelqu'un que de planter des chous. Mai ileiiari le ciun re de Lœtttie siura-i'ij qu'o a loujours des uni trs. Ut tant est de savoir loa choi sir. Lt n'aurai .1 pas quelque le mords si un jeu e adolescent, un jour s' ns.)iie de ces v*ra qu'il cri Vit m soir o pour lui parler la At.i -o portait un caraco Si nous vivons ainsi dans les privations. Le dnuement, cm grce ma rvolutions, Aux rvolutions souvent ritres 1 Car nous expdiions oous mmes nos denres. Nos affaires roulaient sur IOO.OO dollars liaaui au\ combinaisons toi-mme en avait l'ait. ,..Moire marchand de lait Que la renvoie encore. ...Il n'a pas lait le lcid i S'il (allait m'attardar cette dtscus siou sur laquede JJ ne reviendrai pai — jo crois 11, brevilloassj^ in lelligsnt pour re dni — j i lui citerais ejcore d'autres rencoolres qui prouveu; que le cjeur lia nain est pareil sous toute J les lattttuies. l pourra. lui rappeler h eitore e\)uptedei classi>ue3 du Wlle Bieola qui c allumaient leur llimbaau au soleil de l'antiquit. Muuiaianl, il us ne resti plu %  1 i i jjuiiaiter a M. l'ierre Li.jvrliu Armour and Oompany PROVISION. Les prix s raain" tennent New York sans change rneoi, sauf en ce qui concerne le haanf en Bblqui a hauss de dcl1 00 Nous ne saurions nous sventu rer mettre aucun avis RU sujet do ces dernires hausses successives,et si elles sont fondes sur la loi de 44 aftYe et de la demande, ou si le hausses ont parement spculative La rcolte de mai est bonne aux Etats-Unis, ce qu; devrait correspon dre i une baisse sur la bitailD autre part plusieurs articles de jour naux spciaux s'acodent pour dire que lei s'ocks soat rduits pour ce qui noire co.iuaissan :e n'a pis t contredit. Nous avons un hou stock d article de toilette et de parfumerie ; savoa Uns spcialement appropris pour les ttes de lins d'anne. Port au Prince — Caf • Les der mers cables reus du Havre donnent fres 210 pour le tri et 20 fes poulie machine pierr ceci s'entend pour caf ancienne rcolte prix nominal sans acheteurIci. tes a^.ivages restent sans importanceCjton. La llaiii est oie on ce rao ment Ire 550 au Havre Cacao.Les derniers cours donnent fres 155 lort de Paix March encore calme Caf 80(55 Livraison tis faiblo cette semaineC^cao sec : 13['lii centimes Ricin; 10,13 cts baissant. .Mn',1,: i.i-iH : Affaires pas brillantes sans doute ; mais a en juger par les joornaux et les rapports qui nous parviennent des villes voisiues nous ne sommes pas. parai'-il, les plus plaindre Ces mois dernire les principales maison de la place ayant sys.inatiquameut refus d'at h ter et commander au del de leurs besoin immdiats elles eu trouvent maintenant' bien aujour d ltui que tous les prix baisseut et qu'on peut Be pourvoir en Haiti mailerr compta qu' New York. CifTri 1 dollars. Camp me 4Q gourdes Jacmel ; N vv Vork n'offre plue que 11 dollars fab 0[0 livre Trie Sir place, h unrch a pass succee s vsment de 30 28 puis 35 giaa 0|0 Ihs beaux de Chvres : March faible *l gourde et S) centimes la livre Derniers ours Livre Sterlina; J.iJ •.'j franc 14,80 Marrk 1.57 Evercices de pompiers Cet aprs-midi, \i public aura le plaisir d'admirer d biaux eier:ue$ qu'exculeroat I;s b.aves pjn.Jiers A la rue des Casernes. tjuo je n ai pas l'honneur de coanai tre personnellement et dont j ai cit des vers au cours de cet article, d ar river, lorsque paratra la Hmte terni ItUUe.i noua donner le mme im prostijns d'art e: da beaut que nous avons prouve* e i itoompi gaie d.l Voix basse. Ssrrit-ce-. lui souhuler l'impossi ble'.'NoasIe dirou, un jour. Georges VILLtfiFit.VNGHE N. B. — Pour mmoire, nous prions le lecteur de rectifier ces vers d'Avoix bisse que Mr Pierre Rre ville a cit de travers : lit de ne p.iavoir nouer les gesces de leurs mains J'avais peur de troubler l'attente de leurs cuears Il ranimer aussi nuire amjur endormie, Ces v;rs s? trouvent aiasi dm \e M: isil i.VI. Lieu : ; pjjtfjir nDaer les gs-.ci J ; | C4ri n ,ij, Il dj trjj er ,\: i.: e Je : i c eK u la i us c i l/r u 1 0 % 


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05239
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, October 14, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05239

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatorzime anne Nos 39G7
Port au frioce.Haitj
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE S^M
Qment-MAGLOIRE
Magistrat Communal
u NUUERO 15 CENTIMM
DEPARTEMENTS
On mis
Trois moi
Trois moiB
CTRANGER
G. 2.50
7.0U
b0(
[m annonces sont reues au Comptoir Ic-
uunonal de Publicit, 9 Rue Tronchet, Pa-
Jeti9, 21, 23, Ludgate Hill, Londres,
Quotidien
REDACTION; Rue Amricaine No, lat
Jeudi 14 Octobre 1920
TELEPH0M?:9J8
C'est le peuple et les po-
tes qui ont,! rouv les plus
belles images pour expri-
mer ou pour exp qaer
nos sensations, 110s'^aspi-
rations, nos tats psycbo-
locjiques.On 1 encontre
chaque instant dans le.an-
tjage courant les expres-
sions qui ne sont que la
traduction populaire des
concepts philosophiques.
Maurice DONNAY
.
- *--
nouvelles Etrangres
pARCAlilK
14 Octobre
ATHENES D'apis l'opinion ds
lidtciDS qui soigntnt le roi Alexac-
de Gice seule la forte constitu-
ai du monarque parviendra vain
1 maladie qui fui cause dei-
tteoeat par la morsure d'un sit-
t Cette maladie est entie aujour-
hoidics la phase critique. On i-
nleqne le gouvernement est alar-
i Le conseil des ministres s'est
lui pour envisager l'administra-
nt du Pavs au cas ou l'etat dQ IC1
graverait.
BRUXELLES Suivant une inter
Utioa du bureau de la presse mon-
begriae un aiteutai a t commis
pu personne du rgent Je Serbie
idaat son voyage en Bosnie. Une
libe fut lance sur le train qui
luneniit le rgent de Scrajevo.Deux
ngoos turent dwuits sans que le
Drincesoult ic le moindre mal.
RIGA Le .trait prliminaire d'or
luuceetde pix a t sign par les
sjgus russes et polonais.
NtWYORK-D.:iis un match de
|seentre Carpentier et Levin.ky,
premier est sorU vainqueur par
I lormidable kaockjul unies le
Istrime round.
BERLIN- Le cjb.net allemand a
Unit l'unanimit de voter le pro
II tendant a rduire les lra:s du
ndutag. Ces trais seront doraa-
nt supportes par les tats de la
stidratton a'.lenunde.Ds instruc
ont t transmises cet eiet
commissaire du Keichstag
JDUBLIN D'apis une note pu-
le par le secrtaire du dpaue-
Mtaes ir.formaticns, le public est
taau que dans le cas o les atta-
diriges contie le service des
pies et autres services publics ne
cadraient pas fin cts se:vices cts-
Wt de fonctionner dans les dis-
Wo les attaques continueraient,
maire de Co k est a L d in-
txtimit.
DUBLIN Les troupes a:g'aises
ttiDUtnt leur perquisition. Elles
t'reit jusqu'aux maisons par-
Mi ei les coles o les pupi-
Hj' turent soigneusement fouills
pily*s longuement interrogs.
*AK1S Le pisidcnt de la ligue
"ions a tlgraphi au chet de
usion militaire envoye eu Li-
[Mie lui demandant des nforma-
sur Its vnements survenu*
dans le bu. de c ore ce n::
St.
\
A vendre chex
SUEMTOB^ Co
Peintu.e I.lancli3 en plej
*lre coiiipcst de luuiea les
colleurs
Veruis d- mailJ ,
tndurine
'P"x exceptionnels.
l0U8
.3
Villemenay
Notaire
:.0relour dtion voyage de France
Ce sa nomb.euse
A propos
d' A Voix basse
Rponse Pierre Hrville
ss mm
De
-> repris
kli
ditnile
1 exercice de sa pretts
- iicuvtra loujours en sou
m[ ^ la rue du Centre.
Je ne m'arrterai pas la premire
partie de 1 article que .M. Brville a
consacr au \omme ;do ;v ri de M.
Lon LsteaCi dont i'ui ou d^j entre
tenir le lecteurs du t Maria ,tonie
ce te partie a ant qu un parallle
inutile entre la vi" littraire de l'au-
teur d A Voix basse et de celle
du romancier de Romulus Cou-
cou- Mu outre, il s y trouve des
insinuations qui n'ont rien dmler
avec la littrature. Mlles eontsi fiel
leuses que Ion croirait que lir Lon
Liteau ebt I ennemi de Mr Pierre
brvilio et qu'elles rappellent ces
deux vers d'une inspiration rare qui
brillent aux premiies pages de
Quand elle aime ( Pice en un
acte de y r Pierre Brville ;
..l'.avs de tripotage
Comme j'escompterais ma part de 1 hritage.
odi en regrettant que Mr Pietin
BrtvUIe n'ait pas i ),;- bon. lappu
d3 ses affirmations, de citer les ver*
inharmonieux, les stropli s m us
cadence, prosu-ques iju'it d t avoir
trouv! dans lu recueil de Mr Laieau
I j voudrais m'entendre avec lui sur
U question d.s reminicences.
li cite des vers du Mr Laieau qui
d'aprl lui se rapprocheraient trop
au point le vue du sentiment; ou de
laforme de quelques, uns de ceux de
liosemonde Grard et d'Henry lia
tailla, cela ne prouverait qu'une
chose, c'est que des potes, sexpii
mant dans la mmo langue, peuvent
avoir des impressions pareilles > t
arriver les iencre dans le m.ne
rythma, avec peu prs, les mmes
mots. Les exemples dailleurs sont
nombreux -
Mr Hrvillo connat certainement
ce vers clbre :
Miin; quand l'oiseau marche, on sent qu'il a
des ailes,
il ignore peut tre Cet autre de 15au-
deiaire ;
Mme quand elle marche, on dirait qu'elle danse.
Je tais cted t Mr lirevnle de cou
naine par cur la ,Mort du Loup o
Ion rencontre ces vers :
Gmir, pleurer, prier est galement lche,
l'ais nergiqueiiieni ta longue et lourde tache
Dans la voie ou le sort a voulu t'appelai
Puis aprs comme moi soutire et meur> sans parler
et cependant Leconte de Liste n'a t-
il pas crit :
Soi> comme un loup blss qui se tait pour
mourir
lit qui mord le rouleau d-' oa gueule qui saigne,
et puis ce vers de Kivoire :
Si Iraiche qu'a l'entendre on M d-sa tr
N est-il pad tout entier dua une
pice de Uichepin ?
M. Andr Lamand a publia, ces
U-Cpi derniers, u:i volume Sous le
ci iu reyard dAihni, dontla Minerve
tranvise du 1er Avril a dit le plus
grand bien. Il s'y trouve ces vers
que Mr B.viile a d lire, peuutre :
il mourut les doigts joints sur sa poitrine et celle
Qui l'aimait tant, au soir, vint doucement po>cr,
Sur la lace du mort, un mouchoir de dentelle,
Alin que ce beau iront qui connut son lui.cr,
Ces lvres el ce. veux tournes vers le myslre
Ne lussent pas souilles au contact de la icrru.
Mr Marius Audre, aprs avoir not
que ces vers taient nbpirs de la
strophe castillane suivante :
hlle mourut et sur son visage,
Je jetai un mouchoir
Afin que la terre ne toucht point
La bouche que |'ai baise !
a ajoute : tUne patelle manire
d'enrichir la posie franaise d'une
beaut traugeie me refit de joie.
Je vais maintenant ci er au hasard
quelques autres reminiceuces cle
bres : Samain crit :
Dans la tort du Kve et de l'Enchantement
Apis Moras qui a trouve :
Dans la tort du Charme et dn l'Enchantement.
Mr Brville. puisqu'il parle de
Henry Bataille, doit peuttre le bien
connaitre. Sait-il que ce vers de la
Fontaine de Pilit;
l.t le-, larmes auisi pleurent de mus quitter
a t inspir par cet autre des l'au
i/rw fyurt d} la Valmore
lit puis nos pleurs coulaient de nous quitter.
Henry Bataille dans uns autre i i e
du Beau voyag que Mr Brville n*a
peut-tre pas lu, a ces d^ux vers
Les doux nom i q :e Marthe et Mar.e/
Les do u mots que mprts et passe!
et cependair M Sylviin Uonmariage
n'a-t-il pas dans un de- ees po ries
Trouver des no us plus chers que Jeanne et Marie
Trouver_dcs moi', plus dous que morte et oublie
Rostand, au 1er acte de Gyiano;
fait dire son hros, s'adressent
aux dames :
Inspirez-nous des vers, mais n'en crive/ pas
S'tait-il souvenu que Le Bran
avait crit, avant lai, s'atlressant aus
s; q des dantes :
Inspire/., mais n'crive/ pas.
BLostend crit encore dan3 ses
Souvenirs Vagies :
lu espoir qui n'taii peut ttr. qu'un d
vi dans (Rsticdoes e M. Ban-
mariage, nous lisons :
D un imOUI qui n'taii, hilas qu'un dsir.
Altred de Virfny a oie : a la vie est un
accident r ombre entre deux sommeils
infinu- Aprs lui, Anatole France
sixpnun ainsi : La vie est une
lunaire entre deux Ombres in/inies
Dans un sonnet sur lt Ville K'.er-
nelle, Qaevdo, ua pote espagnol
crit ;
Tu cherches Home dans l(omc'< 6
vjyntjeur el dans Rome mme tu ne
peux trouver Home 0 Hune de toute
ta yrandeur; de toute ta l>eaulc. tu us
perdu a qui tait p mnanent et eolidc
et cequi /uttoujours l es! teuldemturt'
Un pott polo i.113, Sztrzyneki, dit
dans son Kpr.ai'he de Rome :
c 0 voyageur qui veux voir Home
dans Rome, cependant ta ne peux pus
voir Usine dans lljin' mme- Ce qni
tait irnmobiU s est croul, Ce qui
latt mol'.le demeure.
bit un pote franais M- Louis L-
i'.er, de 1 lusiitu a en dernier lieu
crit ces vers .-
Tu cherches Home en vain dans ses propre
uurail'es
O voyageur ptOtil et tu la cherches en vain.
Si cela vous plat, Mr liraville,
parlons main enant dea poies lui-
tiens, Mr Cliarlcs Moravia dbute
a nsi son Conte mlancolique :
Ma soeur, un rossignol aimait une pou tte
et uue pice de Goppe qu'a imite
l'auteur des < Kosea ,.'. Camlias >
commence ainsi ;
Un liseron, madame, aimait une lauvete
l'aul Variai as daus Gieeu. crit ;
Voici des fruits, des fleuri, des feuilles ci des
hranchen,
Et puis voici mon COMI qui ne bat que pour vous
Louis Henry Durand, un de nos
potes I ;s plus harmonieux, com
mence ainsi son Bouquet
Je lui disais ; Voici des fleurs, de grands lys
b:ancs,
Des roses, des jasmins,Jesc hrysantlimes pile ,
Voici des diaitunts, de sapmrs, les opales
Etapuisvoki iii-ni c.cur anxieux et tremblant'
Cjtio reunuiceuje empche-t-elle
Bauquft d'tre un chdfd tuiivre '.'
Oacaud a ce vers
Je voudtais d'une amie.aux yeux cosleur de song.i
Maurice Magie a ielui-ci
l'en une amie,un soir, avx yeux couleur de songe
Mr Diuucies Vieux a trouv ce vers
On sent dans l'air *.iler des agonies
Aprs que Verluren eut crit
O.i entendait dans l'air rier des agonies
Pourtant M. Damjcl Vieux ne
conuaisj9it pas alors ta pice du
pote belge.
Lt II. Pierre Breviile lui-mrm
puioqu il faut le ctief on si mauvaise
compagnie n'ai il psi roproluit
-G
Monsieur Auguste Boiamy. Pi
idnt du Tribunal de CssssttOD, s
laisi New York pour l'Luiope. C'est
lui qui do i reprsenter, comme
on le sait,l'a Rpublique dllaiti a la
premire confrence de la ligue des
naiions qui se tiendra ... Gtn.e le
IS no-'rmbre prochain.
On annonce pour demain l'arti
ve Port au Prince Mr Sala, le sym
pathique homme d'ail lires
On n'oubliera pas que c'est
ce so'r qu aura lieu irrvoc.b ement
la grande reprsentation a Cin Va
r ts o il sera exib le beau film
i alic-Q : Liiian?,.
Le Moniteur dhier publi,
entre autres, un tlgtm'me de Mon
sieur Lescot.notte Consul de Antilla
Cubi, confirmant la nouvelle de la
perte corps et bien du bateau Hutie
Koberts de Port de Port de Paix.
Loa Louis, en ellet, est le seul ma
te'.ot sauv.
Les clients de Varits devront
conserver leur tickets ce soir. Les
numros des ickets serviront au tira
ge d'un riche collrtt de partirai Vi
vaudou qui sera rafl pendant la
reprsenta'ion.
presqu'eo entier ce veri de llrdia
Mais Amour qui commande au COAU le plus
rebelle
Euti'autres vere, Mr Vaval dans le'
Vieux Moulin crit
Les habitants un par un regagnent leur case.
Kt Mr Ureville api es lui, crit
Rendus, les baigneurs regagnent leur chaumire.
Dans la pice qu uu pur il adres
sait uu rossignol?
Voici le vers de Mr Ureville :
Que l'Amonriassenrit le cur le plus rebelle.
Le Matin du Ci tiare 1//12-
Son Vieux Moulin nesilpai la
pho oartphie mais en moin'* baau*
du Vieux Moulin ds M Vaval?
Vous voyez. donc,\l. BreviUa qu'o
deso uid toujours de .quelquun,
Ecoutez La bruyre vous Ij rappp-
ler -e Horace \>u Despraux la dit
avant vous. Je le crois sur votre parole
mais je l ai dit commi mien- ff puis
je pas penser aprs une chofe vraie et
que d autres eicorepsns ron' apritmoit
Puisqu'on d.l nue vous .os pote,
brville. vous devez certa'nm.jiu
savoir que votre confrre Alfred d9
Musse", qui l'on reprochait de pas-
ticher byrou, rpondit aussi ses
agresseurs !
R>en n'appartient rien, tout appartient a tous
Il faut tre ignorant comme un maure dcote
l'our se natter de dire une seule parole
Uue personne, ici-bis, n'ait pu dire avant vous.
C'e imiter quelqu'un que de planter des chous.
Mai ileiiari le ciun re de Ltttie
siura-i'ij qu'o a loujours des uni
trs. Ut tant est de savoir loa choi
sir. Lt n'aurai .1 pas quelque le
mords si un jeu e adolescent, un
jour s' ns.)iie de ces v*ra qu'il cri
Vit m soir o pour lui parler la
At.i -o portait un caraco
Si nous vivons ainsi dans les privations.
Le dnuement, cm grce ma rvolutions,
Aux rvolutions souvent ritres1
Car nous expdiions oous mmes nos denres.
Nos affaires roulaient sur ioo.oo dollars
liaaui au\ combinaisons toi-mme en avait l'ait.
,..Moire marchand de lait
Que la renvoie encore. '
...Il n'a pas lait le lcid i
S'il (allait m'attardar cette dtscus
siou sur laquede jj ne reviendrai
pai jo crois 11, brevilloassj^ in
lelligsnt pour re dni j i lui
citerais ejcore d'autres rencoolres
qui prouveu; que le cjeur lia nain
est pareil sous toute j les lattttuies.
l pourra. lui rappeler h eitore
e\)uptedei classi>ue3 du Wlle
Bieola qui c allumaient leur llimbaau
au soleil de l'antiquit.
Muuiaianl, il us ne resti plu
1 i i jjuiiaiter a M. l'ierre Li.jvrliu
Armour and Oompany
PROVISION. Les prix s raain"
tennent New York sans change
rneoi, sauf en ce qui concerne le
haanf en Bbl- qui a hauss de dcl-
1 00 Nous ne saurions nous sventu
rer mettre aucun avis ru sujet do
ces dernires hausses successives,et
si elles sont fondes sur la loi de 44
aftYe et de la demande, ou si le
hausses ont parement spculative
La rcolte de mai est bonne aux
Etats-Unis, ce qu; devrait correspon
dre i une baisse sur la bitail- D au-
tre part plusieurs articles de jour
naux spciaux s'acodent pour dire
que lei s'ocks soat rduits pour ce
qui noire co.iuaissan :e n'a pis
t contredit.
Nous avons un hou stock d article
de toilette et de parfumerie ; savoa
Uns spcialement appropris pour
les ttes de lins d'anne.
Port au Prince Caf Les der
mers cables reus du Havre donnent
fres 210 pour le tri et 20 fes poul-
ie machine pierr ceci s'entend pour
caf ancienne rcolte prix nominal
sans acheteur- Ici. tes a^.ivages
restent sans importance-
Cjton. La llaiii est oie on ce rao
ment Ire 550 au Havre
Cacao.Les derniers cours donnent
fres 155
lort de Paix March encore calme
Caf 80(55 Livraison tis faiblo cette
semaine-
C^cao sec : 13['lii centimes Ricin;
10,13 cts baissant.
.Mn',1,: i.i-iH : Affaires pas brillantes
sans doute ; mais a en juger par
les joornaux et les rapports qui
nous parviennent des villes voisiues
nous ne sommes pas. parai'-il, les
plus plaindre Ces mois dernire
les principales maison de la place
ayant sys.inatiquameut refus d'a-
t h ter et commander au del de
leurs besoin immdiats elles eu
trouvent maintenant' bien aujour
d ltui que tous les prix baisseut et
qu'on peut Be pourvoir en Haiti
mailerr compta qu' New York.
Cif- Tri 1 dollars. Camp me 4Q
gourdes
Jacmel ; N vv Vork n'offre plue
que 11 dollars fab 0[0 livre Trie
Sir place, h unrch a pass succee
s vsment de 30 28 puis 35 giaa
0|0 Ihs
beaux de Chvres : March faible
*l gourde et S) centimes la livre
Derniers ours Livre Sterlina; J.iJ
.'j franc 14,80 Marrk 1.57
Evercices de pompiers
Cet aprs-midi, \i public aura le
plaisir d'admirer d biaux eier:ue$
qu'exculeroat I;s b.aves pjn.Jiers A
la rue des Casernes. .
tjuo je n ai pas l'honneur de coanai
tre personnellement et dont j ai cit
des vers au cours de cet article, d ar
river, lorsque paratra la Hmte terni
ItUUe.i noua donner le mme im
prostijns d'art e: da beaut que
nous avons prouve* e i itoompi
gaie d.l Voix basse.
Ssrrit-ce-. lui souhuler l'impossi
ble'.'NoasIe dirou, un jour.
Georges VILLtfiFit.VNGHE
N. B. Pour mmoire, nous
prions le lecteur de rectifier ces vers
d'Avoix bisse que Mr Pierre Rre
ville a cit de travers :
lit de ne p.iavoir nouer les gesces de leurs mains
J'avais peur de troubler l'attente de leurs cuears
Il ranimer aussi nuire amjur endormie,
Ces v;rs s? trouvent aiasi dm \e
m: isil i.- VI. Lieu :
; pjjtfjir nDaer les gs-.ci J; |C4ri ,n,ij,
Il dj trjj er ,\: i.: e Je : i c eK
u la i us c i l/r u
1 0



LU MATIN
CROYEZ-LE,
POUR LES
ENFANTS,
il n'y a rien de tel
L'EMULSION DE SCOTT
42
Faits Divers Mouvement
* maritime
Le steamer Fauoa de la ligne
hollandaise ayant laiss New-Yok
le 5 courant pou' Port-au-Prince,
via les ports du Nord, est attendu
PETIT SEMINAIRE
COLLEGE ST MARTIAL
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
Mercredi 13 0:tobre 1920
Baromtre 76/.0
994
27 4
our et
, minimum
{Temprature
( maximum
Moyenne diurne
Ciel un peu nuageux
ojve.'l 9 h.
Eclairs et tonnerre.
Pluie 8 h )) m.
Pluviomtre 28,0 m.
Baromtre en Mue.
J.SCHERER
Le Moniteur
Le No du Journal Offidi d'hier publie :
- Avis ministriels.
--ifcffycOOgtiiH I., qualit d'iuitien au s eur
rerdirund Mldaro Hollandais.
- Arrt nommant une Commission pour
rar. ;usqu aux prochaines lections, les in.Vs
le la commune de (Jrand-Goav*
- Pocrvverhal de brulement de Cent quatr-
u'ai.^T'n'.o lc KUrdes dc b,llm 5
fOnam ( > Octobre 1720.
- Procs verbal dc vriiication de colis de
formules de passeport reues par la Banque pour
compte du Gouvernement. H p
- Bmtitm.
Brulement
avai.t-ler matin. ,| a t livr aux tiammes
uni valeur de 190 000 .gourdes; ce qui poite a
S-8/9-ooo gourdes le montent des billets retirs
de la circulation.
A i'Ecole de Mdecine
1 rn.,?^?0UV',n'0,,S F*"**! dennons
les rsultais des examens a TKcolc de M
dec.r.e. 1 our la 1re journe voici les noms des
tudiants uui ont russi :
Mdecine fie examen, M partie i.- Jourdan
Perrier. hl.e, Casscus. Jean. Svl.ain JOUr,Un'
}C examen >e partieTorchon. Hosemond.
^41 examen.- Prigord, (l.lk-,, Fontus. W
Association Amicale du
Petit Sminaire Collge
t. r Jt St Martial
Le Comit d organisation de la PtC du 16
Octobre convie cordialement les Dmes patrones-
ses, les Commissaires-et les Demoiselles d'hon-
J u .r,i";ii,io" K-inrale qui aura lieu au
rhatre Par.s.ana vendredi, 11 du courant, de 4
i 7 heures du soir.^ *
Messieurs les Membres de la Presse voudro ,t
bien honorer galement cette runion de leur
prsence.
Le public est avis que, par dcision du Comit
de I AM.ciat.ou Amicale du l'etit-Sminaire. .1
ne sera tus vendu plus de cartes d'entre que la
'.al e de Harilinu ne contient de place.
I.n consquence, les amis sont pris de se pro-
curer leurs cartes a lavance. Ils en trouv-ront
ches les I mes pa.roi.esses. chtl le Trsorier
de la Sociele, et a la Maison Brouud.
aU orchestre du maestro |
... 41 Jn Baptiste
. Sf. l'0Ciii,n JJ souper qui se don-
nait a l-llotcl Montagne lorchestte du maest.o
Jn-Uaptijte se Ut cuiendie dans leiBUM bguux
morceaux de son tperioire.
Nous croyons savoir que cest cet orchestre
qui jouera au cercle Hcllcvue d.nuuche matin.-
Cette matine sera donc un plein succs
Mr Edgard Elhott
Par le s|s,(iorga> sera ici demain matin le
n-mpathique Mr klliott, prsident de la HASCO
qui est accomj>agu de sa tan ille.
ici le mme jour pour touslej ports
du Sud, Curaio et l'Europ.
Le Sty Colon de la Pana-
nt i venant de Cristobil est attendu
ici le 16 ou 19 Octobre et partira le
mne jour pour New York.
Boulangele
Centrale
LOPE RIVERA
Mm lipublicnine. en face dt la Poste
Monsieur Lope Rivera avise sa cli
entle qu'a parti du 15 octobre cou
rant, la livre de pain est livre
0,40 centimes.
1
Atelier spcial pour
la rparation de
machines crire
L Expert soussign a le plaisir d'in-
former le public et le com-nerc% ses
clients en puticulie*, qu'il vient
d ouvrir dliait.vcmeni l'angle des
Rues du Centre et des Csars, un
atelier dnomm ; Atelier Spcial
pour la rparation des machines
crire.
Un: pra ique de plus de six ans
lui permet d'assurer aux propritai-
res de t TYrEWklThR que les
conditions essentielles pour la consirva-
Hon et le pertecliounaunt normal des
Machines inre, dpendent de leur
bonne tenue au double point de %ue de
la propret il du fixffgt des ressorts du
mcanisme.
Voultz vous que ves msebines
crire soient toujours en tat de tonc
lionuemeni et se conseivcnt le plus
lorg'emps poiib'e ? Conr 1 les
sans rctud aux bons soins du sous-
sig doDtlespreuvesdecapac i sort
dt)a bien connues.
Quel que soit l'tat ou la msrque
de la M.chine qu'on lui appore. il
la nettoie,la rixe ou la lpare en trs
peu de temps tt aux conditions les
plus avant gcuses.
Inutile de due combien les succs
dans les travaiTi qui lui sont confi r,
tant par les durits de la Capitale q ie
de la Province, sont satisfaisants.
En outre, en cours de Sinog a-
phie et de Dactylographie est ouvert
au dit atelier et une Sectioj sjci.le
s'occupe des ttavaux dactylogiaphi-
qies de tous genres.
L'Atelier est ouvert tous les j un
de 7 a' 9 du m: tin et dc t i 6 du
sou, samtdi, dimanche et jours le-
nts except.
Pcrl-au-l rnce, le 12 octobre 1920
Hnoch B Ri.m', exp.rt.
Offre de Service
Mr Charles St CLOUD.Ingnieur
Mcan cien dip'om de Peosyvania
Cj'ge. aprs un sjour de r2 ans
aux Etats Unie d'Amrique, offre ses
services comme Ingnieur Mcanicien
se dplacerait au besoins pour n'im
porte localits. Bonne rfrences No
1622 Hue Rpublicaine Port au
Prince.
h
Pour gurir ou viter
MIGRAINES CONSTIPATION
iONG ES I.ONS-ETOURD'iSE MENTI
EMBARRAS GASTRIQUE
IL SUFFIT de prendre
. l'un touk lo: d-ui Jour eeulemcnt
une Piiuit du D" Dehaut
147,rue du Faub St-Denis. Paris
UaisilIjiiteL^rlesYritWes
qui son? tout tell btancheft
et sur chacun^ d.jqe!lce KM met
*>EHAUT A PARIS
ml i.
m V

U
ai
En vertu d'ordre de Monsieur W.
S. rVatthews lr. Reprsentant du Re-
ceveur Gnral de la Douane.il sera
procd a la verte i l'encan des mar
chand ?es suivante."; '. dt\aat les por
tes de|liDouane le Vendredi 15 Oc o
bre prochain i 10 heures du matin.
Se'on l'article 39 de la loi des
douanes :
G P.Petit Godve 1 caisse de stvon
par I.eke Sunape 20 luin 1920.
I. Rr lies l'aibatics i p?qcet sa-
chets 15 par Hodges du 23 mai
1920.
D B. Pitit-Gcave r/2 l ai il mes
potk par Gorgas 2 fvrier 1920
L I) P. Cap 1 par Panama 3; mai 1923
P. Nicolas 1 caisse meubUs efle's
passsp rs p r Prins Frdric ILndrik
10 sct 1920
P ( 4056 ) r balle i ses par
Prias William ilh 9 fvrier 1923 nia
nifeit au No 7 Europe Caigo 40
Baies
L A P 1 balle sacr par FiVdgM
du 23 Janvier 1420 Manilest dit L A
P. 1/2 12 bags Ol. s3
E D Marchai**] ) caisses machines
coudre par |uno 11 avril 1919
M B. 1 caisse de cacao par Prins
der nerlanden 4 act 1919 non ma-
nifeste
1 balle a sacs sans rra'ques. ) far-
deaux de baient* saurs par Gorgas
ij juillet 1920, la caisse de hartegs
sans marques
I B C S: Marc r ballot papier 7
M B r cVttfl de neutre pu Priai
Der NcdtrlcnJcn 4 aot 1919 sao>
marque
5 sacs de r;z s?ns maque par AJ-
v*nce 1 / ac- 1920
1 chaire i main Mauh Maitini-
que sans a .trs marques.
Moi tbiun EUE,
E-canteur public.
Varits
CE SOIR
Quand on aime
ie. .*.e et (Je |)ifiodt8
Ktitn'o G 2.00

L^S
Ou
tWT
>r4
TVRKISH
QLENO
il
Cuweron & CameronCT" 5
" *t 1, Mim.twCiU1 r0B,CC0 f
Or 9 60 le milite
Ed KSTEVE&C
POR-au-PRlNCE
GRANDE MAISON
de Commission
Nous avons en stock un
Ficelle.
p Hit lot de Fer, Cimnet Eiison
Clous Dirll couleur
Ac:esfo'r eeemmaiilfa pour chambie>
DE BAINS ET CUISINPS, etc.
Nol-e mrisjn fst tablie sur cette place depuis 1917 et toutes les
mande, de nos clients ont ic;ujours ea notre promp'.e et meilleure l't
tior-.
O.ol tiom soumis s sur demandes. Conditions avantageuses.
il. Lawrence Smith Export & lmpo. t G*i
W. G. DUGGER
Manpger pro ten
%5-$]
Cin-Varits
t
&
AusalonduLouvre
Vous trouverez les produits
dlicats et exquis de la
Parfumerie Vivaudou
de Paris
Co/fret* bien prfenti pour ca-
deaux de fiaaiUt, d'anmvtrsni
res, etc, depuis 1 jusqu' SU dol
Chaque coffret contient une boite
de poudre, une loliont un extrait,
un savon et de l'eau dentifrice.
Vous trouverez t'y dment del
Parfumerie
\ Colgate Sf Co
\ Excellentes conditions
Fr; Dccsca Bfrtini
D.NS LE ROLE DE LILIANA
QjB^i
OjBSi
?^BWf>
*wm
Ptisserie Franaise
Consultes votre nn- 8IROP ot DESCHICNS
(& l'Hrinojlohln. 1 0
Prescrit par plus de fc l'A Docteurs d!
plus ^miae'iti du Monde entie. dan*
r ___. ,____^ NEM.E. NEURASTHENIE NiH.ESM, M*l*D;ES
^,^*J^^ ^^^^ ^ i" ^ ^ O^MJM a. POi!l.CiALCsCEMCI SUKMENGf..lr
m a I fiande rruf et am frrrujinrui dont la plupart l.lii.rut le> rotai div. sIItps l.i peau et li -
AJUii. daue Im Hpitaux de Parle. 1>> le premier De. ou, lu malaUe >enlcot renatre eu eux uat > uWce
Vloi sieur Bkhtrd Peters
Dont lirpuh'tVnnVsiplis > aire a le plaisir dinnontj
cliciille ot ses .-mis qu'ils trouveront chez lui au bol *-r, ^
l'Pgaiii riDfi aii'-u I1--I, Ufe Bar K- e. Bonne foi et ciiez nwj
Eu9.Df.9anU ft Co Grand Rue No lol3 en face de la tiaiw
l^rch* de h Plare V^lli^re loutfs sortes de ptisserie. J
Pour If s (omn ar des de Bapme el mariage on pourra
loi jours (h zDcgaUU&Co
conditions exceptionnellement avantageuse.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM