<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN \ "i rimnwn n'i J JEui'i^;„.mii..^c„.-,.LJi..am,,f Wfl ||a i |||||l| M||M[[|||b|||| ^ mm,,*. LES PERSONNES ANMIQUES ont besoin de L'Emulsion de Scott qui plus qu'un ^ mdicament est un puissant aliment concentr, productif de sang, forces' et bonne couleur. (Demandez toujours Emulsion de Scott) 429 • MOmumm-auiium Secrtairerie d'Etat DES Relations Extrieures Communiqu A la suite de l'information publie dans la Presse de Port au Pricce disant que par ordre du Gouvernement militaire de la Rpublique Dominicaine nos nationaux habitant la rgion trontire taient expulss par 1* force de leurs demeures, la Secrtaiie ne d'Etat des Relations Extrieures avait de suite tlgraphi la Lga tion d Haiti Santo Domingo pour demander des renseignements. Notre Lgation a fait savoir que jamais aucun ordre de ce geure n'a vait t donn et que sitt inform de cette nouvelle, le Gouvernement de la Rpublique Dominicaine avait immdiatement pass des instructions pour une enqute et la lpres tion des abus qui, la faveur de 1 Ordre Militaire No 37t> sur l'immigration, pourraient eire commit dans la rgion trontire contre noa concitoyensPort au Prince, le !) Octobre -1920 P 1 i _. Parisiana DEMAIN LE SAUT LE3 MONSTRES da l'AIR DOMINO ROUGE 13e et 1 te pisodes Entre G. l.io (01 11 Varits DEMAIN ZYTE Drame en e parties avec RobiDe. SERPENTIN A TORT DE SUIVRE LES FEMMES Entre G. 2.00 Mouvement des navires Ligne Panama : Le steamer Gœ thas i est attendu ici le vendredi 15 du courant, veaaot de Crisiobal. Poitn I^TTT/^^^ et partira le mme jour prenant fret JC llSUlVSrS el Passagers pour New-York Le steamer Colon est attendu ici le 1H ou le 19 Octobre, venant de Cristobal et continuera pour NewYork, prenant fret et passagers. Le stenner tOorgss" a laiss New York hier H du courant directement pour Poil au Pnuce. Ligne hollandaise.Le steamer Fau ni est parti de New York le du courant pour les ports d'Haiii. •w PETIT SEMINAIRE COLLEGE ST MARTIAL RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES Vendredi 8 Octobre 1920 Baromtre 760./ | minimum 22,7 Temprature maximum j),i Moyenne diurne" I27.9 Ciel clair la ma ine, couvrit a pattir de 2 h. Baromtre en hausse. J.SCHERER Accident d'auto JJc.'.Ji, vers 9 heures du nutin. I'JUIO conduite par le ciiaurieur Mcvs dmodait de l'tion-Ville a une vitesse exagre quand, l'cnirce de la ville.a peu de dimnos de la statue de St-Plene, elle se prcipita, Bandit, dans le lossc 1 qui t se poursuivent rapidement. Celle d'hier soir a donne des rsultats .satislaisauts. Nous pouvons d'ores et dj ailirmer que cette lue sera uu vrai rgal. D'autre part nous cro)ons savoir que Air FoOui Paul distribue les rles des Mystres de Portuii-Prince , petite revue des sone locales. On connat d)u le talent de MtPaul, nul doute que cette pente revue aura du succs.— Nous j reviendrons. Mariage Avant hier a eu lieu le mariage civil Melle Malte Rcilier, fille de leu Charles Keiher, Chci de Service a la banque Nationale de la Rpublique •l'Hati et Je Madame ne Caet|Cns, avec Monsieur Lon R. l'hebaud, commeiant, hls de tcu Robert Thbaud. Magistrat Communal des Gonaives et Ai Madame ne Siourn. Les tmoins taient, du c de la raane: MM. H. Desrue, son onde et hug Miot; poui le mari : MM. F. Sjourn, son OOC e et Morel, avocat.— La bndiction nuptiale a t doniuc ce mat n, 16 heures, en la basilique NotreDame. Nous renouvelons nos meilleurs vaux de ion |cur aui nouveaux poux. Croix des Bouquets S'il y a assez, de passagers le ca mion laissera 5 h i ;2 pour Croit des Bouquets dimanche malin' Aller retour F. liO or CAMION VILLE Lundi commence le service de la ville. Voir tas plaquai htel de France Caves de Bordeaux,s M Our. MIDI Manque National.lltel de France Rue du Quai, des Csars, Cuves de Bordeaux, rue Pave, Champ de Mars, Petit Four, l'ont Cl rmont, Bois Chne, .'Sacr Cœur, Tuigeau, Terminus, Proprit Dalencour, fur geau. Plaa Se Louis, Chemin dbg Dalles. Ducoste, Champ ce Mars Ville. Deux heures parcours contraire. MIDI ET QUART Danque National.lltel de France Rues du Quai, des Csais. Laves de Bcrdeaux, ,Rue Pave, Laine jusqu' la proprit Stacker, Rue Uoisrcnd Tonnerre, liois Verna, Chemin des Dalles,font Cleimonr,Boute Doc'eur An Main, Champ de Mais, Ville Deux heurts et demie, parcours contraire. PRIX Ville—Champ de Mars, Ville—Lalue P.or 0,."0 Impassa Lavaud, Sacr Cœur, Pont Clermont. 0,7i Stecker Boisrjnd Tonnerre Haut Turgeau 1 00 Pharmacie Cette pharmacie qui est une dts plus ar ciennec de l'oi tau-Prince tt qui appartenait Monsieur Polh* manu, bien connu dans le pay?, avait t squestre comme tous les biens allemands. Mise en vente der nirement, elle tut achete par Mr O. Brandi, un d.s directeurs de la Royal Bank of Canada. Le public a vu avec plaisir la rouverture de la Tharmacie Centrale sous la direction intelligente de Mon sieur Leyr. Centrale De ManufactureslEtrangres Avis matrimonial Le soussign annonce au public et au ccmmeice ntre plus respon sable des ici-i et actions de son pouse Mme Sylvestre ne Nczida lim Pierre pour cause d'incompatibilit de en r ictre, une action en divorce devant lui tre intente. Port-au-Prince, le 9 Octobre ryao. Sylveitre PRUDENT Vente l'encan Il sera pi r cd lundi 11 Octobre 10 heures du matin, Rue du Quai, ingle de la rue Travtrsire. la vente l'enct D des articles suivants: x gros boucante de tabac noir caisses u'.illumettes, marque Globe. caisses nVumeltes marque Gold Mdal. 4 caisses d'aliuirettes, marque Dandy. caisses d allume't s, marque Bleu Rabon. caisses d'allumettes, marque Clemat. caisses d'allumettes caisses de 12 bouteilles de vieux cogueo lot de savon de toilette sup rieur. 1 lot de pu iimade Excelento. Montbiuu ELIE Eucautur public. '.) 5 5 11 18 B I 1 UAgence gnrale \ i90$, Hue du Magasin de Œtat, A'oussomme* mesure Je Ci re excuter pour nos amis I JS commerai) s des ommandes de nef chdiidises suivantes au* EtatsUnis d'Amrique : Toileries lines, toileries ordinal res, (pjincanlerie, provisions en gnra', farine, savon, parfume ries, iugram du Michagm, pro duils plitrniac juiiques iV.h,. U.H du Miclngan Peint in s Colonial YVo'ks, luy-rum O. /tanin ieSt Ihomas, pianch* cnnenl, 1er. articles pour bateaux, Lubjicaut Cari ion Hmiover de la Soulli Caroliua pour chasser le ca.bone des moteurs d'aulos sans Irais de nettoyage. La Maison acrep'.e en outie des commandes pour l'Kuiope centrale et occidemale.Nos termes sont les pks Long*, notre piomptituie est sans gair, nos conditionS^nralcS son. les meilleures. Dans vos courses, rserve/, une minute pour passer nous vwir, ie ne sera pas du temps petdu. Luc DOHS1NVILLL A Co Agents de Manufactures trangres Alfred N. Cook 1012 Rue du Magasin de PE at Annonce ses amis et clients qu'il vient de recevoir par le steamer Caravelle,un stock de 35 barriques de Vin blanc et Rouge. Extra Je Bordeaux. Prix dliant toute concur rence. Spcialit Vin blar.c de Messo. Li jueurs Sirop Champ ig ne. J"r] maladies dont la convalescence tend toujours tramer en looRU-Jur^i W li ///1 11 /e Le plus grand tonique et reconst^ VW IUCUIU18 m l dei J dllcieuXt \Umubni, wwr* jOrltfiant. li/command par plus de 10000 ndecins. Pipar par COLtifcUN & Co Ud, Angleterre Franck J. Martin Agenx gnral — Eu lace de la Clacire — Port-au-P DC 1" k



PAGE 1

Quatorzime anne No 3903 Port au Prince.Haiti Samedi 9 Octobre C930 DIRECTEUR-PROPRIETAIRE Clment-MAGLOIRE MAGISTRAT COMMUNAL Lfc NUMERO 15 CENTIMI3 DEPARTEMENTS Pniuoii hou mon G. 2.50 i 7.0U CTRANQER I^Dioii ; %  •_ 8,00P la toDonces sont reues au Comptoir Inponil de Publicit, 9 Rue Tronchet, PaE 31, ai, Ludgtte Hill, Londres, Il n'} a de pires sourds que ceux qui ne veulent entendre, et de pires aveugles que ceux qui ne veiilent point voir. Les ECRiTURES Quotidien REDACTION; Rue Amricaine No. i:ui TEf.EPHOI^r'tS ^B* COUPS D3 GRIFFE Jlement les paysans achtent jet les bourgeois la vendent: lyiins, profitant de la plus vaqaise par les produits du sol, 1 gros f ITort pour passer de la ia de fermier et de locataire %  tonditioa de propritaire exploi oar leur compte. Or, c'est le st que choisit la C.G. T. pour fnne extension la terre du muveur de la nationalisation, live ne fait pas partie d'un fprogrammu doctrinal et tho* lavauiment prpar et concerta ralite est d'ordre plus Le sociahsma se tend que sans h s paysans il est ble de tenter une rvolution; prend alors la conversion iques Bonhomme en mettant mtier 1 tude d un projet de (aliaition des terres manant .Liuoat. l'iiBeDce du projet ; 1.1. Le sol devient la proprit [, inalinable et indivise de 1. L'exercice du droit de Mt conli l'administra%  oasr La proprit individuelle i un simple droit d exploif d'oau fruit." vaincre les raistacces ini* Laanat prvoit une priode lie ans pendant laquelle la prive subsistera et se fa aprs dcsMais, aprs ma, Uni! tout le monde *• converti. commission communale, coin conseil municipal et de -lus distribuera les paiIcoltiver, nommera et rvoJlMploitanis, encaissera les M la tcolte et les rparliw habitants. Le conseil le professeur d'agricui •epattemeut sont chargs |uer auprs de cette coni•graire toutes les modifiesnipioitaiion qui seraient jj-C'est beau comme l'amit rellement le cas de le Me professeur dparteinen, jcul ure mia part — cela wra des sicles en arrire 'tache la g be, travai.-^ ne retirer quune faible L nuits de son travail.Avec tepaj saune reviendrait tire de proprit pei maigre part qu'il avait Nt termine ainsi s '-Alors m* espii 8 songent bru ae la classe ouvrire pour Jdei servitudes capita%  M Uit pas inutile de monmt son corapie nore u IliZ,UQ *ord profond K' ement de choses et ^•compris mieux H de la vie." Ipoor *•. que per JtftSf"! nieux ^ P er Worara e '• v,e .P" cepeu I, f. e P^duii de igoisme "r' 111 ^ des hommt noire ^propnt agraire est le %  JOB volution qui re.t tor.n„ PU1 "?, ftnte lent eur des ,fj. H ne tient aucun m... DOtlOQ dominame H f tult, ve le soi a toujours W llr dtVeDlr le maitre, que Wair T J0ura dsir deve htiiiir* uo 8e souvient ^'Wore, lee t tlorts scuUiu 'tr 4 ui, sous l>nCentury Est le nom d'une nouvelle Machine crira que j'ai A offrir ZVr h leCient f Ie CVl Ur e machine S** moyenne ES II! */?" ,cstravaux (| es mandes mtcrTioft*. A part cela p n '^eiaiieporlaiive en un moment pour tre fidle 8t utile compagnon des Voyageurs. A pari ces avantapes, elle pn a un MMft%m5vl ni> u,n i d onn V* JepuisollrirlaMacl.iuc crire lahivIUlti a or P. aa. vp£ n u n l?z r Vos a mis a su i el ** ret'e merveilleuse machina & venez la voir fonctionner chez L. Preetzmann Aggerholm Petites nouvelles Nou velies Etrangres PARCABtK 1.000 dollars gagner Telle eu la valeur que la maison EVANS SONS LESCHER & WE3B de Liverpool s'engage i payer la personne qui tablira de manirt irlfutable que les Pastilles Evans ne Sant pas les meilleures dans le mon de entier pour la gurison radicale et instantane des cas les plus obsti ns de Rhume, Toux, Enrouemmt et des affections de la gorge e.i gnral. N'attendez pas que les maladies dont la toux qui vous agite est le symptme dgnrent en maladies pulmonaires. Toute personne qui frquente les cinmas, tout professeur d':ole et tous ceux qui sont astreint vivre dans des agglomrations ou qui sont exposs des changements brusques de temprature doivent tre munis d'une boite de Pastilles Evans.— Demandez en a votre pharmacien, insistez auprs de lui jusqu' ce qu'il vous en fournisse. Menacez le, au besoin, de lui t;r votre clientle Les Pastilles Evans sont le mde cin qui soignera votre uraille sans rclamer d'honoraires. Elles sont excellentes pour les entants. Mode d'emploi : 5 10 pastilles par jour. Prix de la boite : 3 gourdes Ptix spcial pour les actifs en gro. W. QUlNTiN WILLIAMS Saint Marc Seul reprsentant en Haili cien rgime, dtenait la terre pour se dbarrasser des survivances de la directe seigneuriale" dont les privi lges seigtieuriaux taient la manifestation Il parait ne pas sa souve~ mi" non plus que ce sont les paysans qui,su 1789,imputients de voir 1 apothose de la propii. prive enfla libre des servitudes, ont accul la noblesse cette nuit du 4 aot qui ne fit en ralit, qu'enregistrer in disparition de privilges dj dispa rus en faitEnfin, MLaunat devrait savoir que, plus prs de noua, le paysan russe accept le carcan des soviets, parce qu ils lui out don n en proprit la terre russe arrach aux grands seigneurs ou aux communauts agraires M.P. de Laa Cases, qui noue lait connaitre ces dtails dans "l'Ame franaise'' rappelle avec esprit ce vieux proverbe paysan ; que c'est l'une de la commune qui eBt tooj urs le plus mal soigj", et termine par ce seul mot de ia fin qui puisse tre dit aprs examen d'un pareil projet Je n'ai pas l'honneur de connatre le distingu technicien qu'est M. Lau natMais s'il veut bien, dans une commune rurale de son choix, orga niser une runion contradictoire sur le programme cg iste de la mise en tutelle des paysans, je suis son homme. . J ai 1 ide qu'on ne s'ennuiera psi. ARl A Voix Basse PETITS I-OMES PAR LON LA.LEAU (Suite & Fin) Malgr la division de l'auteur *J VOtX basse ne comprend qae trois parties. Dans la premier*, le pote est i la recherche de l'Amour qu'ua soir sur si route, il rencontra. Il l'appela de tou-i les cm de si voix, mais le Dieu passa, les yeux baades et sourd aux appels du poie. H y a dans celte premire partie, un peut pone, Lai mlancolique qui mrite les honneurs de la citation. Oyez ; I La petite till, au bord du chemin, A pris la fleur biunclie dans sa blanche main, l-a petite lille, entre ses doigts pales, lin a, lentement, fltri les pitates. Il La petite fille, au bard de la route A pris tout mon aeur et mon me toute Puis, la petite lille. sans souci, A Iroiss mon c>xur et mon me aussi. Nous croyoas qu'il est impossible M. Lon Lileau de relire ces vers stns qu'en lui ne bruisse un sanglot. La seconde partie s'ouvre par un pome en Vtti libres inspir, paraitil, par le passage 1er. de! j mnes files qui se promnent au Lhimp de Mars m se disant : Leurs reves de bon'ieur ou leurs bonheurs passs Et cest peut tre paimi ces jeunes tilles qui ont parad devant ses regards cblouis, leurs g*r:es et leur lgance que M. Lon Laleau a choisi Celle q 1 t A voix basse est ddi. Le pote rencontre encore l'Amour et cette fois, le Dieu lui lani la flche qui, comme dans une cb'.e, tremble encore dans son cœur. Et c est du sang tomb de sa blessure qu'il fit les pomes de la secoade partie qui sont des joyeaux, vraiment. Le pote s'enfivre, il chante Celle de qui son me est prise, h chante sa chevelure, ses mains, ses regards qui se font si doux jusqu' tre des baisers d'me. Malgr son extrme discrtion, le pote s'enilarame, 01 sent lui monter aux lvres, a l'adresse de l'Aime, le vers triomphal de Thophile de Viau lit quand ton ceil est clos, tout meurt dans l'univers. Nous avions eu le dessein arrt de taire goter les petits pomes de cette secoade partie par des extraits. La meilleure preuve de leui pe r tection, c'est noire embairas i en tirer des citations, impossible de choisir. Et pourtant une citation s'impose — Le Message Prsidentiel i l'adresse du Conseil d'Etat, annonc depuis plusieurs jours par nos conf res Le Nouvelliste et c Le Cour rier du soir , sera probablement prsent acette assemb ee a la sance de luudi. A la confrence mdicale de lundi dernier, i St Franco s de Sales, prirent pat : Messieurs les Docteurs Mathoa, Paul Salomon. Cam lie, Domond, Lechaud, Coicou, Roy, Armani, Sjourn, phi'miciea et Mme G. Sylvie, sage-femme — A la sance de demain i Pari^ siana prendront aussi part les membres de la Section de la bibliothque de l'Ecolier haitien. — Notre confrre Le Nouvelliste a annonc la nomination de Monsieur Helmke comme charg d'atfaires d'AUemagne en llaiti. — C'est une surprise qu'orgtn sent les dvous membres de l'Amicale du Sminaire pjur la tte du 16. Que les amiteurs se pressent, les places sont limites. — Il n'est pas trop tard de prsen ter nos hommages Mr Lhnsson, l'occasion du 23e anniversaire de la fondation du Collge Louverture. Le dvou Institu'eit a reu 1 celle occasion des marques deu-ourage ment divers : t grammes, canes etc. — C'est ce soir que le granl cercle mondain du Champ de Mus ouvre la srie des t es de la saison par un grand Bal doit l'organisation ne laissint rien i dsirer, promet le plus clatant succs. — Avec la nominat ou du chirg d'Aft lires d'Allemagae.no're lgation Berlin sera bientt rtablie. Ou ptrle de M. Nord [n loseph pour occuper ce poste important. On se rappelle qu'il fut dj charg d'affaires Berlin sous ies gouvernements de Sam et de Nord Alexis. Intimit Nous sommes a La Coupe.U pleut et c'est Septembre, Fr's de la table, jouent mes deux petites soeurs. La lampe, i leurs cheveux, met des luisances d ambre, lit mon coeur,peu a peu,s'imprgne de douceur. Il pleut avec lureur sur La Coupe endormie, Lt ma mre, trsjdoucemcnt, parle de toi. De t.i mre, hlas morte, et qui fut son amie... Ht la pluie et le vent assourdissent sa voix... Pour dire tes attraits, elle a des mots si tendres Qu'il me semble que tu es son cniant dj... Et c'<'st si doux, si doux, que je crois, i l'entendie Que tu es la, tout prs de moi presqu'en mes bras. Il pleut toujours.Le vent a des plaintes extrmes, Ma mre, a ses rcits, mle encore ton nom. Je la sens m'aimer mieux de savoir que je t'aime, lit '.ou qom a sa lvre est presqu'une chanson. Les pomes de la troisime partie sont des fantaisies o il y a beaucoup d'art, beaucoup de grces, de pattum. de musique et parfois aussi des larmes qui bien vite, s'essuient. M. Lon Laleau est un des plus tins de nos potes et il demeurera notre pote de la tendresse et du silence. t./ voix basse* stxz longtemps, croyons-nous, un livre trs cher aux esthtes toujours avides d-eflels d'art et de beaut et trs cher aussi aux amoureux pareeque le pote y a rendu palpable, si on peut dire, la tendresse de leur me et fix l'loquence de leurs silences. Et n'est-ce pas l'occasion de rappeler que tous nous devons aimer les potes, car c'est cause des vers que les baisers sont doux. I 8 Octobre •WASHINGTON. La population t tile de Etats-Uuia a augment de l.'l.T l i),.s'fj habitants soit une augmen tation de li j|0 sur le dernier recen sment. VAUSOVIK.JDes informations disent que l'armistice entre e joui de Uice. Le tuaue est toujuuoursabattu.D'aprs le dernier b uiatiu de sauta publie l'tat du maire de Cork ne s'est pas amlior. Cl cil) v Mi-:\l ;n La presse annonce que' Fernacd Igliesas Calde ron, envoy .extraordinaire du Hexi qua aux ,l£tats-Uuis, a prsent sa amiision. Capdndaut dans les bureaux du palais prsidentiel et ceux des ministres on demain cette nou velle. RIO DK JANEIRO. Aprs une brve sauce le snat brsilien approuva le projet de loi en vertu duquel il est confr au roi de Balgiqua le titre da ci oyen du Rrsil autorisant galement 1 rection d'un monument pour commmorer la visite du roi des Belges la Rpublique Brsilienne. HAVANE. Le socitaire d'Etat eu ver.u d un dcret rcent a nomme les reprsentants cubains pour le congrs de la Ligue des Nations. ar=l •*< Avis Efl vue de l'existeuce de la Petite Vrole Cuba et a la Jamaque les mesures sanitaires auivautes sont adoptes : Jusquce qua l'on puisse vacci 11er les pasiagers avant leur dbarquement, les bateaux venant de Cu~ b i et de la Jamaque ne pourron 1 dbarquer quj ceux qui auront prou v qu'ils ont t vaccins ou ont t dj atteints Ue la petie vrole. Tous les autre passagers doivent tre mis eiiquaruutaine pour li jours, compter de la uate du jour de leur dpart de Cuba ou de la Jamaque. Les bateaux seront mis eu quarantaine pour le mme nombre de jours moins qu ils dsirent laisser Haitj. Di atelier visiter G, Nous avons eu l'occasiou dejvisiter rtelier de cordonnerie dirig par Mr Ernest Camille .la Gracd' Rue No 1308 et noua avons constat qua lea articles livrs par cette maison ne se laissent pas surpasser par les similaires trangers. On y fabriqua des chaussures et des sandales, dernier cri, dune finesse et d'une solidit remarquabless. Les amateurs gagneraient visiter cet atelier'


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05236
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, October 09, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05236

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatorzime anne No 3903
Port au Prince.Haiti
Samedi 9 Octobre C930
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE
Clment-MAGLOIRE
Magistrat Communal
Lfc NUMERO 15 CENTIMI3
DEPARTEMENTS
Pniuoii
hou mon
G. 2.50
i 7.0U
CTRANQER
I^Dioii ;_ 8,00P"
la toDonces sont reues au Comptoir In-
ponil de Publicit, 9 Rue Tronchet, Pa-
E 31, ai, Ludgtte Hill, Londres,
Il n'} a de pires sourds
que ceux qui ne veulent
entendre, et de pires aveu-
gles que ceux qui ne veii-
lent point voir.
Les ECRiTURES
Quotidien
REDACTION; Rue Amricaine No. i:ui
TEf.EPHOI^r'tS
^B*
COUPS D3 GRIFFE
Jlement les paysans achtent
jet les bourgeois la vendent:
lyiins, profitant de la plus va-
qaise par les produits du sol,
1 gros f ITort pour passer de la
ia de fermier et de locataire
tonditioa de propritaire exploi
oar leur compte. Or, c'est le
st que choisit la C.G. T. pour
fnne extension la terre du
muveur de la nationalisation,
live ne fait pas partie d'un
fprogrammu doctrinal et tho*
lavauiment prpar et concer-
ta ralite est d'ordre plus
Le sociahsma se tend
que sans h s paysans il est
ble de tenter une rvolution;
prend alors la conversion
iques Bonhomme en mettant
mtier 1 tude d un projet de
(aliaition des terres manant
.Liuoat.
. l'iiBeDce du projet ;
1.1. Le sol devient la proprit
[, inalinable et indivise de
1. L'exercice du droit de
Mt conli l'administra-
oasr
La proprit individuelle
i un simple droit d exploi-
f d'oau fruit."
vaincre les raistacces ini*
Laanat prvoit une priode
lie ans pendant laquelle la
prive subsistera et se
fa aprs dcs- Mais,aprs
ma, Uni! tout le monde
* converti.
commission communale, coin
conseil municipal et de
-lus distribuera les pai-
Icoltiver, nommera et rvo-
JlMploitanis, encaissera les
m la tcolte et les rparli-
w habitants. Le conseil
le professeur d'agricui
epattemeut sont chargs
|uer auprs de cette coni-
graire toutes les modifies-
nipioitaiion qui seraient
jj-C'est beau comme l'ami-
t rellement le cas de le
Me professeur dparteinen-
, jcul ure mia part cela
wra des sicles en arrire
'tache la g be, travai.-
-^ ne retirer quune faible
L nuits de son travail.Avec
tepaj saune reviendrait
* tire de proprit pei-
maigre part qu'il avait
Nt termine ainsi s '-Alors
m* espii 8 songent bru
ae la classe ouvrire pour
Jdei servitudes capita-
MUit pas inutile de mon-
mt son corapie nore u
IliZ,- UQ *ord profond
K'ement de choses et
^compris mieux
H de la vie."
Ipoor
*.
que per
JtftSf"!,nieux ^ Per"
Worara e ' v,e.P" cepeu
I, f.e P^duii de igoisme
"r'111^ des hommt noire
^propnt agraire est le
Job volution qui re.t
tor.nPU1"?,ftnte lenteur des
,fj. H ne tient aucun
* m... DOtlOQ dominame
H f tult,ve le soi a toujours
WllrdtVeDlr le maitre, que
Wair TJ0ura dsir deve
htiiiir* uo 8e souvient
^'Wore, leet tlorts scu-
Uiu'tr4ui, sous l>n-
Century
Est le nom d'une nouvelle Machine crira que j'ai A offrir
ZVrhleCientfIe- CVl Ure machine S** moyenne
ES II! */?" ,cstravaux (|es mandes mtcrTioft*. A part cela
pn ''^eiaiieporlaiive en un moment pour tre fidle 8t utile
compagnon des Voyageurs. A pari ces avantapes, elle pn a un
MMft%m5vlni> u,nidonn V* JepuisollrirlaMacl.iuc
crire lahivIUlti a or P. aa.
vpnun*l?z r Vos.amis a" suiel ** ret'e merveilleuse machina &
venez la voir fonctionner chez
L. Preetzmann Aggerholm
Petites nouvelles
Nou velies Etrangres
PARCABtK
1.000 dollars gagner
Telle eu la valeur que la maison
EVANS SONS LESCHER & WE3B
de Liverpool s'engage i payer la
personne qui tablira de manirt ir-
lfutable que les Pastilles Evans ne
Sant pas les meilleures dans le mon
de entier pour la gurison radicale
et instantane des cas les plus obsti
ns de Rhume, Toux, Enrouemmt
et des affections de la gorge e.i g-
nral.
N'attendez pas que les maladies
dont la toux qui vous agite est le
symptme dgnrent en maladies
pulmonaires.
Toute personne qui frquente les
cinmas, tout professeur d':ole et
tous ceux qui sont astreint vivre
dans des agglomrations ou qui sont
exposs des changements brusques
de temprature doivent tre munis
d'une boite de Pastilles Evans.
Demandez en a votre pharmacien,
insistez auprs de lui jusqu' ce
qu'il vous en fournisse. Menacez le,
au besoin, de lui t;r votre clientle
Les Pastilles Evans sont le mde
cin qui soignera votre uraille sans
rclamer d'honoraires. Elles sont
excellentes pour les entants.
Mode d'emploi : 5 10 pastilles
par jour.
Prix de la boite : 3 gourdes
Ptix spcial pour les actifs en
gro.
W. QUlNTiN WILLIAMS
Saint Marc
Seul reprsentant en Haili
cien rgime, dtenait la terre pour
se dbarrasser des survivances de la
directe seigneuriale" dont les privi
lges seigtieuriaux taient la mani-
festation Il parait ne pas sa souve~
mi" non plus que ce sont les paysans
qui,su 1789,imputients de voir 1 apo-
those de la propii. prive enfla
libre des servitudes, ont accul la
noblesse cette nuit du 4 aot qui
ne fit en ralit, qu'enregistrer in
disparition de privilges dj dispa
rus en fait- Enfin, M- Launat devrait
savoir que, plus prs de noua, le
paysan russe accept le carcan
des soviets, parce qu ils lui out don
n en proprit la terre russe arra-
ch aux grands seigneurs ou aux
communauts agraires
M.P. de Laa Cases, qui noue lait
connaitre ces dtails dans "l'Ame
franaise'' rappelle avec esprit ce
vieux proverbe paysan ; que c'est
l'une de la commune qui eBt tooj urs
le plus mal soigj", et termine par
ce seul mot de ia fin qui puisse tre
dit aprs examen d'un pareil projet
Je n'ai pas l'honneur de connatre
le distingu technicien qu'est M. Lau
nat- Mais s'il veut bien, dans une
commune rurale de son choix, orga
niser une runion contradictoire sur
le programme cg iste de la mise
en tutelle des paysans, je suis son
homme. . J ai 1 ide qu'on ne s'en-
nuiera psi. ARl
A Voix Basse
Petits i-omes par LON LA.LEAU
(Suite & Fin)
Malgr la division de l'auteur *J
VOtX basse ne comprend qae trois
parties. Dans la premier*, le pote
est i la recherche de l'Amour qu'ua
soir sur si route, il rencontra. Il
l'appela de tou-i les cm de si voix,
mais le Dieu passa, les yeux baades
et sourd aux appels du poie.
H y a dans celte premire partie,
un peut pone, Lai mlancolique qui
mrite les honneurs de la citation.
Oyez ;
I
La petite till, au bord du chemin,
A pris la fleur biunclie dans sa blanche main,
l-a petite lille, entre ses doigts pales,
lin a, lentement, fltri les pitates.
Il
La petite fille, au bard de la route -
A pris tout mon aeur et mon me toute
Puis, la petite lille. sans souci,
A Iroiss mon c>xur et mon me aussi.
Nous croyoas qu'il est impossible
M. Lon Lileau de relire ces vers
stns qu'en lui ne bruisse un san-
glot.
La seconde partie s'ouvre par un
pome en Vtti libres inspir, parait-
il, par le passage 1er. de! j mnes
files qui se promnent au Lhimp
de Mars m se disant :
Leurs reves de bon'ieur ou leurs bonheurs passs
Et cest peut tre paimi ces jeunes
tilles qui ont parad devant ses re-
gards cblouis, leurs g*r:es et leur
lgance que M. Lon Laleau a choi-
si Celle q 1 t A voix basse est d-
di.
Le pote rencontre encore l'Amour
et cette fois, le Dieu lui lani la
flche qui, comme dans une cb'.e,
tremble encore dans son cur. Et
c est du sang tomb de sa blessure
qu'il fit les pomes de la secoade
partie qui sont des joyeaux, vrai-
ment.
Le pote s'enfivre, il chante Celle
de qui son me est prise, h chante
sa chevelure, ses mains, ses regards
qui se font si doux jusqu' tre des
baisers d'me. Malgr son extrme
discrtion, le pote s'enilarame, 01
sent lui monter aux lvres, a l'a-
dresse de l'Aime, le vers triomphal
de Thophile de Viau ,
lit quand ton ceil est clos, tout meurt dans
l'univers.
Nous avions eu le dessein arrt
de taire goter les petits pomes de
cette secoade partie par des extraits.
La meilleure preuve de leui pertec-
tion, c'est noire embairas i en tirer
des citations, impossible de choisir.
Et pourtant une citation s'impose !
Le Message Prsidentiel i l'a-
dresse du Conseil d'Etat, annonc
depuis plusieurs jours par nos con-
f res Le Nouvelliste et c Le Cour
rier du soir , sera probablement
prsent acette assemb ee a la sance
de luudi.
A la confrence mdicale de lun-
di dernier, i St Franco s de Sales,
prirent pat : Messieurs les Docteurs
Mathoa, Paul Salomon. Cam lie,
Domond, Lechaud, Coicou, Roy,
Armani, Sjourn, phi'miciea et
Mme G. Sylvie, sage-femme
A la sance de demain i Pari^
siana prendront aussi part les mem-
bres de la Section de la biblioth-
que de l'Ecolier haitien.
Notre confrre Le Nouvellis-
te a annonc la nomination de
Monsieur Helmke comme charg
d'atfaires d'AUemagne en llaiti.
C'est une surprise qu'orgtn -
sent les dvous membres de l'Ami-
cale du Sminaire pjur la tte du
16. Que les amiteurs se pressent,
les places sont limites.
Il n'est pas trop tard de prsen
ter nos hommages Mr Lhnsson,
l'occasion du 23e anniversaire de
la fondation du Collge Louverture.
Le dvou Institu'eit a reu 1 celle
occasion des marques deu-ourage
ment divers : t grammes, canes
etc.
C'est ce soir que le granl cer-
cle mondain du Champ de Mus
ouvre la srie des t es de la saison
par un grand Bal doit l'organisation
ne laissint rien i dsirer, promet le
plus clatant succs.
Avec la nominat ou du chirg
d'Aft lires d'Allemagae.no're lgation
Berlin sera bientt rtablie. Ou
ptrle de M. Nord [n loseph pour
occuper ce poste important. On se
rappelle qu'il fut dj charg d'af-
faires Berlin sous ies gouverne-
ments de Sam et de Nord Alexis.
Intimit
Nous sommes a La Coupe.U pleut et c'est Sep-
tembre,
Fr's de la table, jouent mes deux petites soeurs.
La lampe, i leurs cheveux, met des luisances
d ambre,
lit mon coeur,peu a peu,s'imprgne de douceur.
Il pleut avec lureur sur La Coupe endormie,
Lt ma mre, trsjdoucemcnt, parle de toi.
De t.i mre, hlas morte, et qui fut son amie...
Ht la pluie et le vent assourdissent sa voix...
Pour dire tes attraits, elle a des mots si tendres
Qu'il me semble que tu es son cniant dj...
Et c'<'st si doux, si doux, que je crois, i l'en-
tendie
Que tu es la, tout prs de moi presqu'en mes
bras.
Il pleut toujours.Le vent a des plaintes extrmes,
Ma mre, a ses rcits, mle encore ton nom.
Je la sens m'aimer mieux de savoir que je t'aime,
lit '.ou qom a sa lvre est presqu'une chanson.
Les pomes de la troisime partie
sont des fantaisies o il y a beau-
coup d'art, beaucoup de grces, de
pattum. de musique et parfois aussi
des larmes qui bien vite, s'essuient.
M. Lon Laleau est un des plus
tins de nos potes et il demeurera
notre pote de la tendresse et du
silence.t./ voix basse* stxz longtemps,
croyons-nous, un livre trs cher
aux esthtes toujours avides d-eflels
d'art et de beaut et trs cher aussi aux
amoureux pareeque le pote y a ren-
du palpable, si on peut dire, la ten-
dresse de leur me et fix l'loquen-
ce de leurs silences. Et n'est-ce pas
l'occasion de rappeler que tous nous
devons aimer les potes, car c'est
cause des vers que les baisers
sont doux. I
8 Octobre
WASHINGTON. La population
t tile de Etats-Uuia a augment de
l.'l.Tli),.s'fj habitants soit une augmen
tation de li j|0 sur le dernier recen
sment.
VAUSOVIK.JDes informations di-
sent que l'armistice entre et les Polonais s-'ra sign R ga
incessamment. De mme source on
apprend que lors de l'arrive Riga
des dlgus Polonais et llusses la
population tOCQeUUt des d'gus
des deux pays avec des marques
vUibles d'vii.n msi.'.si'-.a. Tous les
journaux da Riga expriment leur
grande satisfaction de voir 1 armistice
la veille d tre sign et prdisent
que la Pologne aprs toutes les vicia
situdas de son histoire va commea-
cer. vivre en paix pour toujours.
VARSOVIE. Les coiubas entre
Polonais et rtusses ont cess.
IIA VAN A. Li gr/e des chemins
da far a t dclare dans la partie
nord de Lamaguey. Jusqu' prsent
cette grve n'attecte aucunement le
trafic des trains et des voyageurs de
la ligne centrale
LONDRES Le maire de Cork est
entr dans le <'>e joui de Uice. Le
tuaue est toujuuoursabattu.D'aprs
le dernier b uiatiu de sauta publie
l'tat du maire de Cork ne s'est pas
amlior.
Cl cil) v Mi-:\l ;n La presse an-
nonce que' Fernacd Igliesas Calde
ron, envoy .extraordinaire du Hexi
qua aux ,ltats-Uuis, a prsent sa
amiision. Capdndaut dans les bu-
reaux du palais prsidentiel et ceux
des ministres on demain cette nou
velle.
RIO DK JANEIRO. Aprs une br-
ve sauce le snat brsilien approuva
le projet de loi en vertu duquel il
est confr au roi de Balgiqua le
titre da ci oyen du Rrsil autorisant
galement 1 rection d'un monument
pour commmorer la visite du roi
des Belges la Rpublique Brsi-
lienne.
HAVANE. Le socitaire d'Etat eu
ver.u d un dcret rcent a nomme
les reprsentants cubains pour le
congrs de la Ligue des Nations.
ar=l
*<
Avis
Efl vue de l'existeuce de la Petite
Vrole Cuba et a la Jamaque les
mesures sanitaires auivautes sont
adoptes :
Jusquce qua l'on puisse vacci
11er les pasiagers avant leur dbar-
quement, les bateaux venant de Cu~
b i et de la Jamaque ne pourron1
dbarquer quj ceux qui auront prou
v qu'ils ont t vaccins ou ont t
dj atteints Ue la petie vrole. Tous
les autre passagers doivent tre
mis eiiquaruutaine pour li jours,
compter de la uate du jour de leur
dpart de Cuba ou de la Jamaque.
Les bateaux seront mis eu quaran-
taine pour le mme nombre de jours
moins qu ils dsirent laisser Haitj.
Di atelier visiter
G,
Nous avons eu l'occasiou dejvisi-
ter rtelier de cordonnerie dirig
par Mr Ernest Camille .la Gracd'
Rue No 1308 et noua avons consta-
t qua lea articles livrs par cette
maison ne se laissent pas surpasser
par les similaires trangers. On y
fabriqua des chaussures et des san-
dales, dernier cri, dune finesse et
d'une solidit remarquabless. Les
amateurs gagneraient visiter cet
atelier'


LE MATIN
\
"i rimnwn n'i
JJEui'i^;.mii..^c.-,.LJi..am,,fWfl||ai|||||l|,M||M[[|||b|||| ^mm,,*.
Les Personnes Anmiques
ont besoin de L'Emulsion de Scott qui plus
qu'un ^ mdicament est un puissant aliment
concentr, productif de sang,
forces' et bonne couleur.
(Demandez toujours Emulsion de Scott)
429

MOmumm-auiium
Secrtairerie d'Etat
DES
Relations Extrieures
Communiqu
A la suite de l'information publie
dans la Presse de Port au Pricce di-
sant que par ordre du Gouvernement
militaire de la Rpublique Domini-
caine nos nationaux habitant la r-
gion trontire taient expulss par 1*
force de leurs demeures, la Secrtaiie
ne d'Etat des Relations Extrieures
avait de suite tlgraphi la Lga
tion d Haiti Santo Domingo pour
demander des renseignements.
Notre Lgation a fait savoir que
jamais aucun ordre de ce geure n'a
vait t donn et que sitt inform
de cette nouvelle, le Gouvernement
de la Rpublique Dominicaine avait
immdiatement pass des instruc-
tions pour une enqute et la lpres
tion des abus qui, la faveur de
1 Ordre Militaire No 37t> sur l'immi-
gration, pourraient eire commit
dans la rgion trontire contre noa
concitoyens-
Port au Prince, le !) Octobre -1920
p1 i _. -
Parisiana
DEMAIN
LE SAUT
LE3 MONSTRES da l'AIR
DOMINO ROUGE
13e et 1 te pisodes
Entre G. l.io
(01 11
Varits
DEMAIN
ZYTE
Drame en e parties avec RobiDe.
SERPENTIN A TORT DE
SUIVRE LES FEMMES
Entre G. 2.00
Mouvement
des navires
Ligne Panama : Le steamer G
thas i est attendu ici le vendredi
15 du courant, veaaot de Crisiobal.
Poitn I^ttt/^^^ et partira le mme jour prenant fret
JC llSUlVSrS el Passagers pour New-York
Le steamer Colon est attendu ici
le 1H ou le 19 Octobre, venant de
Cristobal et continuera pour New-
York, prenant fret et passagers.
Le stenner tOorgss" a laiss New
York hier H du courant directement
pour Poil au Pnuce.
Ligne hollandaise.Le steamer Fau
ni est parti de New York le du
courant pour les ports d'Haiii.
w
PETIT SEMINAIRE
COLLEGE ST MARTIAL
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
Vendredi 8 Octobre 1920
Baromtre 760./
| minimum 22,7
Temprature
maximum j),i
Moyenne diurne" I27.9
Ciel clair la ma ine, couvrit a
pattir de 2 h.
Baromtre en hausse.
J.SCHERER
Accident d'auto
JJc.'.Ji, vers 9 heures du nutin. I'juio conduite
par le ciiaurieur Mcvs dmodait de l'tion-Ville
a une vitesse exagre quand, l'cnirce de la
ville.a peu de dimnos de la statue de St-Plene,
elle se prcipita, Bandit, dans le lossc1 qui
t Mme Lamartine Camille, teninic du sympathique
Docteur Camille et ses deux entants.
Recueillis dans les autos du Magistrat Com-
munal de Port-au-Prince et de Mr Chs. Pierre,
Mme Camille, tortemem contusionn au poignet
et ses entants purent regagner leur demeure, a la
Kue Rpublicaine.
Hier matin, on a vu avec tonnemtnt une
auto portant le .No ;o tale dans la rigole du
Cimetire, tout prs du pont en maonnerie qui
conduit a la Rue l-leury Butiner, trriie le Ci-
metire extrieur.
Des gens du quartier ont dclar que la voiture
tait passe une premieie lois toute vitesse.
L'accident a du arriver au retour, [eu i!e temps
aprs.
A. M. C. E.
Les membres de la kciion de la Kii)liothque
de I Bec Bar hatien sont invites a la sance
solennelle que la Section de Secours Scolaire du
l'.. h. tiendra a l'arisiana demain matin a 10
hcuies. Le Prsident, Giaavilk Angustc.
Fortune ae mer
Une dpche de Antilia annonce que la ga-let-
te Haute de Port-dc-Paix, a t perdue corps
et biens entre liaracaoa et Cagonuinbi. In seul
matelot a t sauv.
.La Renaissance!
Les rptitions des Deux Fl > se poursui-
vent rapidement. Celle d'hier soir a donne des
rsultats .satislaisauts. Nous pouvons d'ores et d-
j ailirmer que cette lue sera uu vrai rgal.
D'autre part nous cro)ons savoir que Air FoOui
Paul distribue les rles des Mystres de Port-
uii-Prince , petite revue des sone locales.
On connat d)u le talent de MtPaul, nul doute
que cette pente revue aura du succs. Nous
j reviendrons.
Mariage
Avant hier a eu lieu le mariage civil Melle Ma-
lte Rcilier, fille de leu Charles Keiher, Chci de
Service a la banque Nationale de la Rpublique
l'Hati et Je Madame ne Caet|Cns, avec Mon-
sieur Lon R. l'hebaud, commeiant, hls de tcu
Robert Thbaud. Magistrat Communal des Go-
naives et Ai Madame ne Siourn.
Les tmoins taient, du c de la raane:
MM. H. Desrue, son onde et hug Miot; poui
le mari : MM. F. Sjourn, son OOC e et Morel,
avocat. La bndiction nuptiale a t doniuc
ce mat n, 16 heures, en la basilique Notre-
Dame.
Nous renouvelons nos meilleurs vaux de ion
|cur aui nouveaux poux.
Croix des Bouquets
S'il y a assez, de passagers le ca
mion laissera 5 h i ;2 pour Croit
des Bouquets dimanche malin'
Aller retour F. liO or
CAMION VILLE
Lundi commence le service de la
ville.
Voir tas plaquai htel de France
Caves de Bordeaux,s m Our.
MIDI
Manque National.lltel de France
Rue du Quai, des Csars, Cuves de
Bordeaux, rue Pave, Champ de
Mars, Petit Four, l'ont Cl rmont,
Bois Chne, .'Sacr Cur, Tuigeau,
Terminus, Proprit Dalencour, fur
geau. Plaa Se Louis, Chemin dbg
Dalles. Ducoste, Champ ce Mars
Ville. Deux heures parcours con-
traire.
MIDI ET QUART
Danque National.lltel de France
Rues du Quai, des Csais. Laves de
Bcrdeaux, ,Rue Pave, Laine jusqu'
la proprit Stacker, Rue Uoisrcnd
Tonnerre, liois Verna, Chemin des
Dalles,font Cleimonr,Boute Doc'eur
AnMain, Champ de Mais, Ville
Deux heurts et demie, parcours
contraire.
PRIX
VilleChamp de Mars,
VilleLalue P.or 0,."0
Impassa Lavaud, Sacr
Cur, Pont Clermont. 0,7i
Stecker Boisrjnd Tonnerre
Haut Turgeau 1 00
Pharmacie
Cette pharmacie qui est une dts
plus ar ciennec de l'oi tau-Prince tt
qui appartenait Monsieur Polh*
manu, bien connu dans le pay?,
avait t squestre comme tous les
biens allemands. Mise en vente der
nirement, elle tut achete par Mr
O. Brandi, un d.s directeurs de la
Royal Bank of Canada.
Le public a vu avec plaisir la r-
ouverture de la Tharmacie Centrale
sous la direction intelligente de Mon
sieur Leyr.
Centrale De ManufactureslEtrangres
Avis matrimonial
Le soussign annonce au public
et au ccmmeice ntre plus respon
sable des ici-i et actions de son
pouse Mme Sylvestre ne Nczida
lim Pierre pour cause d'incompa-
tibilit de en r ictre, une action en
divorce devant lui tre intente.
Port-au-Prince, le 9 Octobre ryao.
Sylveitre PRUDENT
Vente l'encan
Il sera pi r cd lundi 11 Octobre
10 heures du matin, Rue du Quai,
ingle de la rue Travtrsire. la
vente l'enct d des articles suivants:
x gros boucante de tabac noir
caisses u'.illumettes, marque
Globe.
caisses nVumeltes marque
Gold Mdal. 4
caisses d'aliuirettes, marque
Dandy.
caisses d allume't s, marque
Bleu Rabon.
caisses d'allumettes, marque
Clemat.
caisses d'allumettes
caisses de 12 bouteilles de
vieux cogueo
lot de savon de toilette sup
rieur.
1 lot de pu iimade Excelento.
Montbiuu ELIE
Eucautur public.
'.)
5
5
11
18
B
I
1
UAgence gnrale \
i90$, Hue du Magasin de tat,
A'oussomme* mesure Je Ci re
excuter pour nos amis I js com-
merai) s des ommandes de nef
chdiidises suivantes au* Etats-
Unis d'Amrique :
Toileries lines, toileries ordinal
res, (pjincanlerie, provisions en
gnra', farine, savon, parfume
ries, iugram du Michagm, pro
duils plitrniac juiiques iV.h,. U.H
du Miclngan Peint in s Colonial
YVo'ks, luy-rum O. /tanin ieSt
Ihomas, pianch* cnnenl, 1er.
articles pour bateaux, Lubjicaut
Cari ion Hmiover de la Soulli
Caroliua pour chasser le ca.bone
des moteurs d'aulos sans Irais de
nettoyage.
La Maison acrep'.e en outie
des commandes pour l'Kuiope
centrale et occidemale-
.Nos termes sont les pks Long*,
notre piomptituie est sans gair,
nos conditionS^nralcS son. les
meilleures.
Dans vos courses, rserve/, une
minute pour passer nous vwir,
ie ne sera pas du temps petdu.
Luc DOHS1NVILLL A Co
Agents de Manufactures trangres
Alfred N. Cook
1012 Rue du Magasin de PE at
Annonce ses amis et clients qu'il
vient de recevoir par le steamer
Caravelle,un stock de 35 barriques
de Vin blanc et Rouge. Extra Je
Bordeaux. Prix dliant toute concur
rence.
Spcialit Vin blar.c de Messo.
Li jueurs Sirop Champ ig ne.
' ygw^ GRIPPES. CATHARRES, LARYNGITES
jg ..^ BRONCHITES.
f f "; ^V\ SUITES DE CO0UELUCHE ET DE ROUGEOLE
BAILiLY
Sous l'Influence du "PULMOSERUi"
LA ttni ET LES SUEURS HOOTuSSSK.
i.'Or*-MSS10N ET LES POINTS DE COT 8'*WW.
la LaeihATmw devient plu" li*.""1"-
L'APPTIT REVIENT rM,lt*"
LE SOMMEIL REAPPARAIT
LES FORCE ET L'NERGIE RENAISSE!,,
*?
EMPLOY DANS LES HOPITAUX.
RECOIOAND PAR LA MAJORIT DU CORPS MDICAI ...
EXPERI-EUTE PAR PLUS DE 20.000 MEDECINS TRA
MODE D'EMPLOI. Um cuilUrU caf ,, #|gfc
Ea 1*t\e d:i,s tcuU; di Orogueriii it ftanMeiu.
PHARMACIE DE ROME.,5
RUE D*. ROME, PJ
Si
P3

O
as

Or 8.00 le millier
Ed ESTEVESt
PORTau-PRINCE
Wiiicarnis
ET
Les mres de famill
v Toute mre a le aouci trB naturel de veiller ce que la nMl
tei^ne aucun "des dieu-, cependant seuls les gens trs fortun! pM*
penutttre d'avoir un mdecin constamment leur disposition.
Chacun de nom ne riaquet-il pas tous les jours d'attrappar
rhume ou quelque bronchite? On a oubli son parapluie, oorentrfi
par la pluie, les pieds mouills ou transis de froid; la livre se
on est oh i d s'aliter.
xv'.Uu.v0!011"*"1 u" moyen bien simple d'viter ces indU
WINLAHNIS est dans ce cas le vrai mdecin del famille.
Les usines a jxqutla il peut servir sont sans limite; en lmploy
mthode, on viter bien des maladies.
La tatigue, le tui mnage, I puisement on l'tat fbrile qui
consquence normale des rhumes auxquels chacun est eipow.
sistent pas un traitement au WINCAKNIS, traitement tu
qusgrable nnvie pendant quelque temps. ,r-1
Vous sentrx-vom dprim, fatigu, sujet des malaises, reiur
voua avec da WINCARNIS- Un verre Bordeaux mstio JJfJ
un meilleur piveotif et, dans beaucoup de cas. le s cifiqae ">J"r]
maladies dont la convalescence tend toujours tramer en looRU-Jur^i
W li ///1 11 /e Le plus grand tonique et reconst^
VW IUCUIU18 mldei JdllcieuXt \Umubni, wwr*
jOrltfiant. li/command par plus de 10000 ndecins.
Pipar par COLtifcUN & Co Ud, Angleterre
Franck J. Martin
Agenx gnral Eu lace de la Clacire Port-au-PDC1"
k


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM