<%BANNER%>







PAGE 1

LF MATIN Nouvelles Etrangres FaitsDiveiS PAR CABLE 8 Octobre MADRID—L'quiptge du cuirass espagnol Alphonse Mil aprs avoir visit Cuba et les Etals Unis est ren tr en Espagne o il a tait pat de sa profonde satisiaction pour les rceptions et les (tes qui turent faites en son honneur. Pour cette raison, le premier ministre du cabinet espagnol est all personnellement chtz le ministre des Etats Unis a Madrid pour le prier de bien vouloir remercier son pays pour l'accueil cordial rserv aux membres de l'quipage du cuirass Alphonse XIII. L; premier ministre fit une visite semblable au ministre de Cuba Madrid. CONSTANT1NOPLE— Plus de dix mille prisonniers ainsi qu'une grande quantit de matriel de guerre ont t capturs par les troupes du gnral Wrangel dans la zone minire de Donneis et Usova. PARIS— D'aprs une dpche de Varsovie les hostilits entre les armes bolchvistes et polonaises sont termines depuis vendredi pass sur les bases fondamentales de l'armistice, PARIS*-Suivant des informations parvenues quelques journaux de la capitale le gouvernement italien aurait refus l'autorisation au roi Constantin de Grce de pntrer en territoire italien. PARIS— On apprend que l'exKromprinz d'Allemagne a ajout un nouveau ile son grand et vari rpertoire en s'emplcyant comme seirurier dans une fonderie. Il a dj commenc i travailler et a plac sa premire serrure. MADRID— L; correspondant de l'agence Reuter Madrid a envoy un cblogrsmme dans lequel il est dit que sur divers points de la fron tire portugaise il est question d'une grve gnrale d'un caractre rvolu tionnaue. RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES Jeudi 7 Octobre 1920 Baiomlre 7 61 4 minimum 32,3 iJ(Tempiature maximum >>< 2 Moyenne diurne" 25.7 Ciel plus ou moins couvert jour et nuit. Pluie 6 h.^40 Pluviomtre hlPro. Eclairs et tonneire. Barom'.re constant. J.SCHERER Sance sollennelle Les membres des Sections Pdagogie. Je la Bibliothque, le conseil d'administration de l'A. M. C. H.les instituteurs et institutrices, les membres de 1 Œuvre Chrtienne, les anus sont tous pris d'assister la sance Solennelle de la Section de Secours scolaire du Corps Knseitfnant qui sera donne I Parisiana dimanche 10 du courant a 9 heures du Matin. ce prsident, |H. Laventure. I| A l'Ecole de Droit C'est hier, comme nous 1 annoncions, qu'a t ouveite la session extraordinaire d'es.unens a l'hcole Nationale de Droit. Le sous-inspecteui Lalcau tait prsent. Ont russi : lac anne.— L. Namson, L.Barthlmy, ROC, li. Trouilloi, St-Louis, lliomas. Ont t reus licencis : Mlesky, Pratt, L. Ulanc. Li .cole du soir de l'A.M.Ctj. C'est le lundi 11 Octobre courant, qu'aura heu l'ouverture de lh.ole du soir du portail lit Joseph organise par 1 A. M. C. H. Un personnel entirement dvou travaillera a cette cole dont l'utilit ne saurait tre mise en doute. Ecole Jean Marie Guilloux Il nous revient qu'au dernier Conseil tenu par les Frres de l Instruction Chrtienne, le cher Frre l-ierre-AlpIiouse a t nomm Directeur de l'Ecole Nationale Jean Marie (iuilloux.. C'est un excellent choix; le promu estun instituteur aussi comptent que dvou. Nous lui adressons nos sincres compliments et nos VCH8 de succs. Oortiiicat de lins d'tudes primaires C'est lundi 11 octobie huit MUGI du matin que commencont au sige de I Inspection scolaire les examens pour 1 oiuenuon du certilicat d'tudes primaires. A cette Session extraordinaire se prsenteront les candidats que le sort 11 avait pas favoris en Juillet dernier. L.e W. C. du Marche en haut Les habitants de la zone du march en haut nous prient d'attirer l'attention de qui de droit sur l'iai du NV. C. situ au milieu du march. Il s'en dgage les soirs des gu nausaoonds que la moindre brise rpand, i.u attendant qu'on ait de l'eau pour livrer ie nouveau W. C. au pub ifi ,.e pourrait-on pas combler ou lermer l'ancien. Le tnbaaal de p*ix section sud a, dans son audience du 6 Ocobie courant rendu les jugements suivants sous la pus decce du juge Louis Komulus. Dame Ste'la lsaac contre Chaumette. Celui qui rejette l'e. c-ptioa soultve par le dtendeur tt l'appointe a rpondre au fond. — Borgella Camille cont: Maie Th. Roy. v-eiui qui ordonne queies f taities paratront personnelle ment a a barre de ce tr.buiul pou: la mt nitesu'ion de li vent l'audience du lundi n ou ce ni ai t — Fl.x Fiai contre P. P. Piflll Louis. Celui qui .v.ndue dioit or uonne au demandeur de prouver qu'il habite la partie nord di. la ville — Dame T. Prophte centre V. Delbeau. Celui qui condamne le d feideur piyer u valeur r.c am; lui accord.: pour ce (aire la L:ulti de s'en librer en 2 tetmes gmi et mensuels. — A. Durand contre 11 S'.eplisoa Celui qui donne dfaut contre le d fendeur et pour le prolit le cou damne payer la valeur rclam; — A, Durand contre Alf. Holly. Mme jugement que le prcdera. — P. Auxilla contre Dupuy N'ouil l. Mme jugement — Salomoa Perrier contre Edgard Bowen. C lui qui cotdimce le d tendeur, me ne par coip> a payer la somme de 3 ) do lais et a 2u gourdes de dommages intrts. — Lonee Djpiton contre D D linois. Celui qui condamne le df'cn d:ur payer la valeur icLmue lui accorce la la.u l de s'en-libeicr par des termes mensuels de 6 do.lars fret o • ES ES 'y. aOr 8.00 le millier Ed ESTEVE$ PORT-au-FRINCE Alfred IV. Cooke ,1912 due Ua Magasin de I E-at Ainiui.ro s $68 unis et il:: qu'.l v eut do recevoir par 1 Cne trjrque de li brique esl la ^.irjniic de ta oonne qualM di nos Fournilur eslectri.|ues. Westinyhouse l'n nouvel aspect d'une des plus grandes institutions industrielles du monde sera invoque dans cet espace chaque semaire. i %  gnie le leader dans Vingt et uco fiLriques, six cent acres de ter" rain, cmquBnte mille ouviierp, treis cen* mille e8pce8 de produit?; voil lo tableau qui ee oriente votre imaginati )o quand VOLS voyf/. les mots WESTINGHOUSE ELECTRICAjoute/. | cette vision la conception d'une grande habilit dans 'e lectrique, et vous eurez une ide de cette 0igt>Diiiti0Q qui est le leader le champs de l'lectricit. Le WESTINGHOUSE ELECTRIC se prtej.laire des^quipements lectriques qui rpondent tous les besoin d'une faon parfaite des prix dilant toute conutrence. Sou plus grand but est de 6e maintenir toujours la hauteur des progts fsits sur le teirain de l'lectricit et de produire toujours tout ce qu'il y a de mieux.Voil pourquoi le Westinghouse est une garantie de bonne qualit. Westinghouse Appareils lectriques pour fous les usages.' •JfJ^ s Bro8boacotBdetao ^sTs d'allom t ttGold Mdtl r-eiii d'al!am ette Dan i y d'Bl'umette, caisses a> U UJ „ ssirsa-caisses de U **"* vieux cegi-ac jlelll 1 lot de savon de rieur. 1 lot d 9 5 11 :. 0 :t 2 "^ -* s



PAGE 1

TE MATIN Cigarettes La Nationale Produits de premier choix Princesse, Encore" L A N A T 1 0 N A L E Voicntchaque jour augmenter leur rputation Elles rivalisent avec les meilleures cigarettes importes oTOanervant furie voiture Huiraobile, voua serez tonn de inmmodi' qu'elle vous oiTre et de son fonctionnement extrmfonomiqueKlle pee rao n de 1135 kg. L* kilomtrage ur aallon d'essence d aprs le rapport que les Hupraobt'nous eo font, est de 49 kilomtres ( soit; 10 km 500 par litre) It moins. Equipement ordinaire de carrosseries — Indicateur de pression d'huile. Trompe lectrique. Ampremtre Porte-manteau et repose-oiede. Forte-pneus, jante de rcrit-f?e. Tendelets latraux — Supports de tendeletapour les portires. Tapis pour le tonneau. Capote noire ou kakiCompresseur graisse. Pompe, cric, outillage complet. i ire de tourisme cinq plaira roiture routire deux %  Compteur de vitesse IDtorreur lectrique. [tarei, lampe de taLlier et %  mie arrire. [nwbriie de vue claire en %  pi pluvieux. udicateor de niveau d'essence. Hupmobile IHUPP MOTOR CAB CORPORATION DETROIT E. U. d'A. t t Adrem ilarapCique C


PAGE 1

LE MATIN s BAZAR METROPOLITAIN Maison le confiance Angle des Hues du Peuple et Dante* Destoucheb Nous venons de recevoir les marchandises suivantes: • H tllarcloy's London Loyer Bire allemande Etiyltsh Brown Stout G rpe Juive Pommes de terre 7 centimes or la livre Saucitse de Vienne Moulin caf Sovons pour teindre les Untjes Pipes Cartes jouer Hamacs Toutes sortes de poudres Arrts pour crayons et plumes Jambons Uisortis Pudding en ferblanc Petit pois en paquet Lard en pot de verre Fil pour crochets Papier attrape mouches .. Vous trouverez des cercueils tous polis permettant dlivrer le travail 1 heure aprs. Guillaume Duchatellier 2101, (irahd'Rue. prs de la (iare du Nord Assurez vous contre LE FEU Adressez-vous la plus forte compagnie desjj] # J LE HOME INSURANCE Co de N^Y agent gnral pour Hati Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince Protgez votre Maison, votre Magasin, tos dpts aujaux le plus iaiscnab'eAucun Irais de m\m ni de courtage payer R.nseignez-vous sans frais par conespondance ou venez discuter votre problme chez Eug. LK BOSSE, 95 Hue du Ouai Htel Restaurant B/Hcl IWaurant de, l'avenir se recommande C'o:dtio. s trs avantageuses. A.SYLLA, Propritaire. &--Aux Armes de Pari7einluresjnsantanees pour clnveux. Bijouterie Pi l'abb .SW.V:louvence, h)gi>nitine, Duiuiine.i J" DVoroslao, Baume du Marinier, thiusstites 61 g "' Cadets, 18|22 nouces, mouchons b liste fil pour da fit et cotjn, llanelles, gilets de llanelle pour homme'"" nacre et argent, chaussures pour dames, leather brief carJ. I lieur poar daines, brassards deuil, jarretelle &f et javet' *1 ri urs, Tissu a-tique pour jarretire. A rms bands (!,'? tenir les maitcaes des chemises ) iooei| Spcialits pharmaceutiq boudron d ; Guyol, pipon.zine Midy.Jquinium LabaraauV li, amoJol externe, iW Vigor, ca iar Lebœuf.sinn ru cp chloral d3 Foll-, Salsepareille Hnstol, elixir Virginia comprims Lact02yinate, eury h inn Dethan,tomp imsd'< p rie* d'ther du Dr CL i tin, Pagol, tilobo 1 grains dj \i Bravais. Empltre Dnchyloii gomm Paie de il. ubertir duDrllO:S, magnsie cal; inee en petites bits, piluK Fructines Vich?. mulsion fcoti grand et pdr, llacoj. Sani EL s J ce & Ampoules Moutarde en euilles. Jubol Loiou l^dophila eu boite d un Gaze simple, -alole ei ijdoforuie, lotion Ptrole llaha contrla cht3 des du eux. Cuprase. Coliobiase de sojfie. hnl phree-cacody ae de S rvehnine, iQeni.oo.t'ts et seringues de LuerJ produits chimiques ^> chaux jalap borate de Sjude. tulla.c le leux, manne tu su. hou es ut' >eu, encens en sorus, picipil rougs* c uciedeliij d'amandes jouces, alcoolat de luenssd compos. Sa ors an iseptiqut s l'acide plruque et au subim. quinqjina louge, coa, ts


PAGE 1

Quatorzime anne No 3002 Port au Princt,Hati Vendredi 8 Octobre 1930 DIRECTEUR-PROPRIETAIRE QmeDt-AfAGLOIRK MAGISTRAT COMMUNAL U NUMERO 15 CENriMM a LOQ ly, moi Ufci'ARTEliEWTS fctOii. km t" 011 fTRANGtR &* DOU G. 2.50 e 7.00 800 Quo'idien KBonces sont reues au Comptoir hL a i 'de Publicit, 9 Rue Tronchel, Pil jTai, ai, Ludgate Hill, Londres, REDACTION; Rue Amricaine No, IcJbB TKIKPHUSF:-'** Voulez-vous des mes raisonnables ou sans raison? —Nous voulons des mes raisonnables.— Pourquoi, alors, ne cherchez-vous point les avoirVG'estque nous les avons.Alors pourquoi vous querellezvous?Pourquoi5vois-je, parmi vous, des partis contraires SOCRATE [oapp est en train (l'enquter sur AusaloliLouvr 1 inibroglio|de la Banque CAUSESIE MEDICALE juiirxt n t envoy pour solution )iHnlta o se trouvent enga latin'de la City liant.ipnvilijes de la Banque sont [dmller financier proteste con paiement la Banque dun \t* les dpts du Gouvernement WubiogioD, Sept. 19. niril en retraite llarry SKnapp Marine des htats-fjnis, a t Jen Hati eu miasion diploina i't politique du Gouvernement ttyer de rarueuer l'accord Il Gouvernement ii.iticn, la Nationale dont le atock a t rcemment achet [ %  National City Bank de NewIct antres intrts tn contlit ilepsy* et si possible, d'amhoIsiituation polit que et linauciie 1 cette Rpublique. I rapporte que I amiral Knapp v deaiiuation depuis quel Ijoors. Iforal John A. Lejeune, cornlit du Marine Corps a aussi |n mission en Hati pendant (i semaines, mais aa mission llntpecter la force amricaine ipation e* d'en taire rappoit t.ire Daniela. 1 gnral Lejeune lit et a au clair liions de aauvagerie et au1 accuaationB pro lutes coutre laanaes. Knapp, quoique oflicu r sine, a t envoy en Hati • un reprsentant du DparteI d'Etat plus eocore que comme 'laentant du Dpartement de situation quia motiv l'onvci [Mirsl Koapp eat n du dtir wdaQ8 certains cercles en d'liminer de la Banque NidHaiti les intris trangers. Bloque Nationale d Hati a t • par la National City Bai k wet les intrts franais. 1 VODS appris d'une haute officielle cette nuit que et tte ^,|[P 0 donn lieu au bruit iMijatiional City Bank s'est 1111 ^•s ressources d'Hati tandis Wjteaire, selon lopinionex' %  I ssus-dite source ofllcielle •al City ha k a t surtout dana ses agissements au %  une situation diificile. J Qu'il a t expliqu cette [* %  nn cercle officiel le goupil lisiUeo, longtemps avant firmes amricains y furent on l'jio, accordient un contrat la Banque Nationale possde par des in:r s franais. Sous l'emprise de ce contrat la Manque Nationale devint une Banque dmission, le Gouvernement d H iti y ueposau eea fonds moyennant un intrt de J pour 100 sur ces dpts Rcemment la National City Bank. de N w-Vo.k tut conseille d acheter le stock des avions frmaises de la Banque Nationale et acquit de cette faon las droits et privilges attachs son contratDes objections s levrent contre le transfert de la Banque Natioaa'e ia N ional City Baofc et, d ipte ce qu'on comprend, eeito transac tion dpljl une autre institut.on, ia baaque.Royale du Canada, Le bruit qu'une dlgation hatien ne est venue a "Washington pour protester n'a pu tie continu cette nuit. Un haut fonctionnait e du Dparte lient d'Etat a du qu l ne con uait rien de cette dlgation et la in ne dclaration a i faite par des fonctionnaires du Dpartement de la Marine. Cependant, ce qui a - dit plus haut e. d autres aspects du problme llnane attendait depuis plus d un i ceux qui lisent connaissent Ib? mraiie dc 1 au leur qui C 7 ll l est enc re— i'mt feu ] trM actives et au l our rjH dbuta au Matin par i ** contes o lobservaIT n J. une imagina'ion trs vive d brillante. On se souvient encore de ses articles de critique o ttl impartialement, il di tribuait qui les mentait des loges ou des blmes. U s'est attir tis sensiblement l'esme toujours grandissante des le. trs pour les man.festations var es de son talent, une intelligence agile, aiso, ingnieuse et pour les nombreuses qualits qui. dans tous ses crits, sont dployes avec tant de juvr.le m.ltrise. Qui n'a pas encore i l'esprit l'accueil bienveillant et combien mrit que fit la critique i la Pluie et le beau temps i, un acte de comdie mo derne tt tout rcemment i la *Danse des iagues* ? Nous croyons M. Loj Laleau trop conuu peur ini;t.r XxvanUge sur sa carrire lit lraire qui est un: des plus belles de la gnrajouet i coup sr la plus llirissan te. Aprs le succs trs vit de la < Hanse des values qui en dpit de certaines ingits, offre* les plus rares et les plus bues qualits, quel ques uns avaient souhait que M. Laleau se consacrt nettement au ro man d'observation. Certes, ceux l qui avaient souhait; quM ft ainsi n'avaient pas pens, un instant, com bien le to t serait graad pour ce qu'on a coutume d'appeler la httra lure hatienne, si M. Lon Laleau avait jet au feu, les joyaux qui com posent *A voix basse*. Avant de commencer l'analyse que noir nous promet ons de doia r des pomes de M Liteau, nous 'e non-; a dire omb en nous avons heureux de v'a/oir pis trouv dans ce li %  ivre d*s hymnes au sablier ou des stances au sucrin Oa est rest trop longtemps coire— et cela persis'e encore, parait-il— que pour tre un pote haitien, on est oblig de m'fre pntout de 1a cou'eur lo cale. Cette, erreur a fourvoy plus d'un, car ils sont rzres.ceux qui com me Oiwald Durand, comme Constantin Miyard ou comme Lon Louhis, arriven' nous donner dais ce genre des petits pomes qui runis sent les qualits qui en font des Chefs d'oeuvre, Il nous serait prfra ble de voir s'augmenter le nombre de nos poles qui comme MM, Etzir Vilaire, Dimocli Vieux, Nerva La taillade. L. Henry Durand et Mme Ma Panbtr, nous livrent teur me, nous confe-sent leurs joies et leurs douleurs et nous disent les sensa tons qu'i s reoivent du monde ex teneur au lieu de voir s'paissir da vaniuge la masse dj compacte et s'extasient, sans virtuosit aucune, devant la beaut toujours pare. Ile d'un Hiiioinbin. 11 n'y a pas non plus dans A voix basse les vers parnassiens si chtrJ i Se y mou r l'raJel et i Franck Lass gue, qui malgr leur beaut donne i i leur auteur l'air d'un tis bon l ve qui imite avec une sagesse pa trop reftoidie. M. Laleau n'a pas non plus comme les ralistes port toute l'acuit de sa vision dans l'ait du portrait Comme M. Damoc's V.eux qui d'ailleurs est le seul, cb-z nous, ave: qui l'auteur de A voix basse a de relles affinits, M. Lon Laleau a prdr au vers bloquent des roman tques et i celui trop clatant de. parnassiens.le vers au ry'hme lluide, au nombre incertain, aux rimes i i cerain'f ht cette so:t: d'imprcision Ht convienl-ellepas mieux aux petits pomes o chante et palpite 1 m: amoureuse si follement prise de leur auteur ? Car vous n'rgnorez ->as que A voix basse est un recueil de \ers d'amour ddi l entant trs chre, trs douce et trs lasse. Hrouuz le poie confesser lui mme ce que sont ses vers : Leur mubique est le timbre Je ta voix Et ce qui brille i leurs rimes, c'est u prunelle. .Si leur air, d'un MDglot, sattnste quelquefois, C"equ'.ussi la Souffrance y met ".e ritournelle. G. (Fin a demain) U ii de mer Le bam de mer est un bain froid ( / uni nature particulire, ou plutt une vritable douche froide; car les bains trs rapides, d une dure de quelques minutes, permettant une raction tranche de s'tablir aussitt, sont les bains de mer dont les bcn'ices bydrotbt'rapiqui s sont les plus certains. L eau de mer peut, en outre, tre considre comme une eau minrale des blus nergiques, chlorure-sodtque forte, altrante d la f is et reconstituante, c'est d-dire profondment modificatrice : telle est surtout l'a lion des bains de mer brolongs. o la natation ioue galement un rle rmportant. Enlin, l air vivifiant de la mer, icet* te grande nourricire, et les motiens morales dtermines par son spectacle, agis ent puissamment sur l organisme, ainsi que le changemiit des condition* chmatologiqties. La mer a t considrs juste titre, comme le na'urel spcifique contre la cachette urbaine, la malarij des villes. Sous si bienfaisante indue ne, la nutrition compromise ne larde pas d s amliorer : 1 1 lustre Lannec, aprs avoir tudi l action rparait ice de l air marin sur la muqueuse des bronebes allait jusqu' tnvisiger la mer comme capable d enrayer l implacable phtisie Scoutetten attribuait l action des bains de mer des phnomnes de nature iltclro•magne tique. il expliquait ainsi leurs etfets d'ex* citation dans les paralysies et l irrtation nerveuse qu ils causent frquemment cbt^ h s frles organismes fminins Cette irri talion accompagne de nvralgies cons tipation et brisement de forces, ncessit souv.nl la suspension des pratiques bal niait es et l administration der d'ogues antisbasmodiques Les bains de mer sont dangereux cb~ les sujets irritables, et cbfJL ceux dont la raction sanguine est vive. Us s mt conIre-indiqus absolu/mit lpoque mens truelle, pendant les premiers mo.s de la grosses e et au moment de l ge critique. La prdisposition aux congestions, lafioplexie, aux vertiges aux hmorragies iiternes ( c.iiihements et vomissements de sang, pertes uti mes, ele ), les varls d asthme et de maladies dt potinni tendance congestive; l'anmie extrmeavec disposition syncopales; l albumine; les mtrites ulcreuses; enfin, et par dessus tout, les maladies du citur et des gros vaisseaux : telles sont les autres contre-indications gnrales. Il faut aussi interdire les bains de mer ceux qui sortirent ou ont souffert de rwalotlies d oreilles, ainsi qu'aux sujtts fbriles ou porteurs de maladies cutanes aigus Us bains de mer sont utiles pour modifier les ukros ataniques et Us plaies de maui aise nature; mais ils n ont qu une action fugace et passagre, qu il tant se garder de prolonger. tout il baigner les tout petits enfants} Gnralement, jusqu. sept ou huit ans, nous ne le conseillons pas. Les petits en fants supportent mal la balnation man rtne, cause du peu a ampleur des rac lions vitales dans ces organisations si fragiles. Cependant, les bbs peu ner veux peuvent tre plongs quelques secondes dans la mer, une minute suffit pour un enfant de trois ans. Pour des raisons analogues, Us vieillards feront b.en de s abtlemr des bains de mer. II faut redouter avec soin, dan§ luge avanc, toute excita tion vice: t Le viellard doit modrer l'intensit de sa vie, s'il veut en aug mentir la dure , a dtt excellemment Hveille-Parise. Les bains de mer nli-iuds tac mmes sont mauvais

Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05235
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, October 08, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05235

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatorzime anne No 3002
Port au Princt,Hati
Vendredi 8 Octobre 1930
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE
QmeDt-AfAGLOIRK
Magistrat Communal
U NUMERO 15 CENriMM
a LOQ
ly, moi
Ufci'ARTEliEWTS
fctOii.
km t"011
fTRANGtR
&*
DOU
G. 2.50
e 7.00
800
Quo'idien
KBonces sont reues au Comptoir h-
Lai 'de Publicit, 9 Rue Tronchel, Pil
jTai, ai, Ludgate Hill, Londres,
REDACTION; Rue Amricaine No, IcJbB
TKIKPHUSF:-'**
Voulez-vous des mes rai-
sonnables ou sans raison?
Nous voulons des mes
raisonnables. Pourquoi,
alors, ne cherchez-vous
point les avoirVG'estque
nous les avons.- Alors
pourquoi vous querellez-
vous?- Pourquoi5vois-je,
parmi vous, des partis
contraires
SOCRATE
[oapp
est en train (l'enquter sur AusaloliLouvr
1 inibroglio|de la Banque
CAUSESIE MEDICALE
juiirxt n t envoy pour solution
)iHnlta o se trouvent enga
latin'de la City liant.-
ipnvilijes de la Banque sont
[dmller financier proteste con
paiement la Banque dun
\t* les dpts du Gouvernement
WubiogioD, Sept. 19.
niril en retraite llarry S- Knapp
Marine des htats-fjnis, a t
Jen Hati eu miasion diploina
i't politique du Gouvernement
ttyer de rarueuer l'accord
Il Gouvernement ii.- iticn, la
Nationale dont le atock
a t rcemment achet
[National City Bank de New-
Ict antres intrts tn contlit
ilepsy* et si possible, d'amho-
Isiituation polit que et linauciie
1 cette Rpublique.
Irapporte que I amiral Knapp
v deaiiuation depuis quel
Ijoors.
Iforal John A. Lejeune, corn-
lit du Marine Corps a aussi
|n mission en Hati pendant
(i semaines, mais aa mission
llntpecter la force amricaine
ipation e* d'en taire rappoit
t.ire Daniela.
1 gnral Lejeune lit et a au clair
liions de aauvagerie et au-
1 accuaationB pro lutes coutre
laanaes.
Knapp, quoique oflicu r
sine, a t envoy en Hati
un reprsentant du Dparte-
I d'Etat plus eocore que comme
'laentant du Dpartement de
situation quia motiv l'onvci
[Mirsl Koapp eat n du dtir
wdaQ8 certains cercles en
d'liminer de la Banque N-
idHaiti les intris trangers.
Bloque Nationale d Hati a t
par la National City Bai k
wet les intrts franais.
1 vods appris d'une haute
officielle cette nuit que et tte
^,|[P0 donn lieu au bruit
iMijatiional City Bank s'est 1111
^s ressources d'Hati tandis
Wjteaire, selon lopinionex-
'Issus-dite source ofllcielle
al City ha k a t surtout
dana ses agissements au
une situation diificile.
, J Qu'il a t expliqu cette
[* nn cercle officiel le gou-
pil lisiUeo, longtemps avant
firmes amricains y furent
on l'jio, accordient un
contrat la Banque Nationale pos-
sde par des in:r s franais. Sous
l'emprise de ce contrat la Manque
Nationale devint une Banque d-
mission, le Gouvernement d H iti y
ueposau eea fonds moyennant un
intrt de J pour 100 sur ces dpts
Rcemment la National City Bank.
de N w-Vo.k tut conseille d acheter
le stock des avions frmaises de la
Banque Nationale et acquit de cette
faon las droits et privilges atta-
chs son contrat-
Des objections s levrent contre
le transfert de la Banque Natioaa'e
ia N ional City Baofc et, d ipte
ce qu'on comprend, eeito transac
tion dpljl une autre institut.on,
ia baaque.Royale du Canada,
Le bruit qu'une dlgation hatien
ne est venue a "Washington pour
protester n'a pu tie continu cette
nuit. Un haut fonctionnait e du D-
parte lient d'Etat a du qu l ne con
uait rien de cette dlgation et la
in ne dclaration a i faite par
des fonctionnaires du Dpartement
de la Marine.
Cependant, ce qui a - dit plus
haut e. d autres aspects du problme
llnane 1 excitation dans car.ains cercles en
Hati et il y a d'autres lments
dans la .situation qui ont motiv la
dcision des Secrtaires Colby et
Dauiels d'envoyer 1 amiral Koapp en
Haiti pour se rendre compte, de la
situation.
Un privilge dont jouissait la Ban
que Nationale, celui de faire payer
par le Gouvernement d'Hati ' pour
uu sur ses fonds dposs a la Ban
que ligire dans le prsent dsaccord
de vues en Hati. Le colonel Me
Uhenny, conseiller financer amii
cain du Gouvernement d'Haiti est
oppos au paiement de ces intrts.
Ouels que soien l<*s droits a<*quis
par la National Si y Bank par l'a-
chat des actions de la B .que Na-
tionale, il pou' :re aftirme, sur
I autorit da l'information obtenue
d'un ii-ut fonctionnaire cette nuit,
que la National City Bank n'a reu
uu Gouvernement d-js Etats Unis
aucuu pouvoir sur les liuances ha-
tiennes. Les droits et \\ pouvoirs
dont jouit la Niioual Cty Bank,
Comme il a t expliqu par un haut
fonctionnaire, taient ceux qui oui
t couferes par te Gouvernement
hatien aux intrts franais dans la
Banque Nadonale, lesquels ont t
transfra la City Bank.
H y a quelques annes, le Gouver
nemeut hatien mit d-s bons sur
lesquels il s'engageait a payer des
intrt?.
Le Gouvernement d'Haiti ayant
manqu ses engagements de salis
faire a s-es obligations envers l'ran
K".r, il en rsulte la ngociation d'un
accord .-.nquel s employa l'inliience
du Gouvernement anrhain.d'aprt'-a
lequel accord un cons-ilter linancier
fut nomm prs du Gouvernement
d'HaiM sur la rtcommandalion du
Dpartement d'I'.tat.
Le colonel Me Htnnny exerce et
a exerc depuis quelque temps Otite
foncion.
Le colonel Me Illienny a t op-
pos au paiement la National Cily
Bank par le Gouvernement d'uu
intrt sur les dp s du Gouverne
ment d'Haiti comme cela se pra i
quait au temps o la Banque ait
aux mains des intrts franais-
L'amiral Knapp est en train de ho
mettre en contact avec les foie ion
naires du gouvernement haitie <,
Ministre aricalOj le Conseiller
financier amricain et d'autres q i
la situation co cerne e. ses instruc
bons sont de sthorcer d arriver, s'il
est possible une solution juste et
satisfaisants poir les deux parties.
Il y a trois tonnes de gouverna
ment en H-uti, le tpuirernam-ut in-
digne di'igi par un Prsident et
un ongrq le gouvernement du
conseiller financier et aussi l'Occa
pation militaire, sous les ordres d ot
liciers amricain.
Les < Mannes furent envoys en
Hati aprs que la guerre monliale
eut clat uu moment o l'Aile ua
goe regardait du ct d Hati et que
le banditisme ava t cr un'tat d in-
scurit dans ces iles. Le but dclar
de l'envoi des marines tait de main
tenir I ordre. Cela, ils 1 ont fait, pen
sent de hauts oflieiers de la marine.
Le Gouvernement amricain a un
mini s re tn Hati dans la personne
d Arthur Bailly Blanchard. On com-
prend que l'amiral Knapp clans sa
prsente mission a des pouvoirs su-
prieurs ceux du ministre amri-
cain. 11 s'occupera non seulement
des pressants problmes linanciers,
mais aussi des autres points de la
situation y compris les affaires de
gouvernement et l'emploi des forces
d'infant ..ne de marine-
Le l'isid tt Wilson et le Secr-
taire Colby om tudi pendant quel
que temps le problme haitien-
L'amiral Knapp a t envoy dans
la Kpubli me noire en une mission
..uas -secrte et n taient les atta-
ques faites rcemment par des lea-
, ders rpublicains et d'autres sur les
ac ivits amricaines en Haiti, il est
douteux que les faits concernant
1 envoi de Knapp dans celte ile au
raient connus de quelque temps
encore.
t Ntw-Yok Tiras} du 20 Sept.
Vous trouverez les produits
dlicats et eiq lit il: lu
Parfumerie Vivamlou
de Paris
Coffret* bien prsente pour ew
deauc de fianailUt, d'anniversai
rut, tte, depuis I jusqu' 2) dol.
Chaque coffret contient une boite
de poudre, une lotion, un extrait,
un savon et dit Hein dentifrice.
Vous trouverez g dment de la
Parfumerie
Colgate $ Co
excellentes conditions
Voix Basse
hT POtMES HAR LON LALGAU
1 paru le volume de vers
1 "ou Laleau que fiv eus.-
> attendait depuis plus d un
i ceux qui lisent connaissent
Ib? mraiie dc 1 au leur qui
C 7 ll l'est encre i'mt
feu ]trM actives et au lour-
rj- H dbuta au Matin par
i ** contes o lobserva-
ITnJ. I ** > une imagina'ion trs vi-
ve d brillante. On se souvient enco-
re de ses articles de critique o ttl
impartialement, il di tribuait qui
les mentait des loges ou des bl-
mes. U s'est attir tis sensiblement
l'esme toujours grandissante des
le.trs pour les man.festations var es
de son talent, une intelligence agile,
aiso, ingnieuse et pour les nom-
breuses qualits qui. dans tous ses
crits, sont dployes avec tant de
juvr.le m.ltrise.
Qui n'a pas encore i l'esprit l'ac-
cueil bienveillant et combien mrit
que fit la critique i la Pluie et le
beau temps i, un acte de comdie mo
derne tt tout rcemment i la *Danse
des iagues* ? Nous croyons M. Loj
Laleau trop conuu peur ini;t.r Xx-
vanUge sur sa carrire lit lraire qui
est un: des plus belles de la gnra-
jouet i coup sr la plus llirissan
te.
Aprs le succs trs vit de la
< Hanse des values qui en dpit de
certaines ingits, offre* les plus ra-
res et les plus bues qualits, quel
ques uns avaient souhait que M.
Laleau se consacrt nettement au ro
man d'observation. Certes, ceux l
qui avaient souhait; quM ft ainsi
n'avaient pas pens, un instant, com
bien le to t serait graad pour ce
qu'on a coutume d'appeler la httra
lure hatienne, si M. Lon Laleau
avait jet au feu, les joyaux qui com
posent *A voix basse*.
Avant de commencer l'analyse que
noir nous promet ons de doia r
des pomes de M Liteau, nous 'e
non-; a dire omb en nous avons
heureux de v'a/oir pis trouv dans
ce li ivre d*s hymnes au sablier
ou des stances au sucrin Oa est rest
trop longtemps coire et cela
persis'e encore, parait-il que pour
tre un pote haitien, on est oblig
de m'fre pntout de 1a cou'eur lo
cale. Cette, erreur a fourvoy plus
d'un, car ils sont rzres.ceux qui com
me Oiwald Durand, comme Cons-
tantin Miyard ou comme Lon Lou-
his, arriven' nous donner dais ce
genre des petits pomes qui runis
sent les qualits qui en font des
Chefs d'oeuvre, Il nous serait prfra
ble de voir s'augmenter le nombre
de nos poles qui comme MM, Etzir
Vilaire, Dimocli Vieux, Nerva La
taillade. L. Henry Durand et Mme
Ma Panbtr, nous livrent teur me,
nous confe-sent leurs joies et leurs
douleurs et nous disent les sensa
tons qu'i s reoivent du monde ex
teneur au lieu de voir s'paissir da
vaniuge la masse dj compacte et
s'extasient, sans virtuosit aucune,
devant la beaut toujours pare.Ile
d'un Hiiioinbin.
11 n'y a pas non plus dans A voix
basse les vers parnassiens si chtrJ i
Se y mou r l'raJel et i Franck Lass
gue, qui malgr leur beaut donne i
i leur auteur l'air d'un tis bon l
ve qui imite avec une sagesse pa
trop reftoidie.
M. Laleau n'a pas non plus com-
me les ralistes port toute l'acuit
de sa vision dans l'ait du portrait
Comme M. Damoc's V.eux qui
d'ailleurs est le seul, cb-z nous, ave:
qui l'auteur de A voix basse a de
relles affinits, M. Lon Laleau a
prdr au vers bloquent des roman
tques et i celui trop clatant de.
parnassiens.le vers au ry'hme lluide,
au nombre incertain, aux rimes i i
cerain'f ht cette so:t: d'imprcision
Ht convienl-ellepas mieux aux petits
pomes o chante et palpite 1 m:
amoureuse si follement prise de
leur auteur ? Car vous n'rgnorez ->as
que A voix basse est un recueil de
\ers d'amour ddi
l entant trs chre, trs douce et trs lasse.
Hrouuz le poie confesser lui mme
ce que sont ses vers :
Leur mubique est le timbre Je ta voix
Et ce qui brille i leurs rimes, c'est u prunelle.
.Si leur air, d'un MDglot, sattnste quelquefois,
C"equ'.ussi la Souffrance y met ".e ritournelle.
G.
(Fin a demain)
U ii de mer
Le bam de mer est un bain froid
(/ uni nature particulire, ou plutt une
vritable douche froide; car les bains
trs rapides, d une dure de quelques
minutes, permettant une raction tran-
che de s'tablir aussitt, sont les bains
de mer dont les bcn'ices bydrotbt'rapi-
qui s sont les plus certains. L eau de mer
peut, en outre, tre considre comme
une eau minrale des blus nergiques,
chlorure-sodtque forte, altrante d la
f is et reconstituante, c'est d-dire pro-
fondment modificatrice : telle est surtout
l'a lion des bains de mer brolongs. o
la natation ioue galement un rle rm-
portant.
Enlin, l air vivifiant de la mer, icet*
te grande nourricire, et les motiens
morales dtermines par son spectacle,
agis ent puissamment sur l organisme,
ainsi que le changemiit des condition*
chmatologiqties.
La mer a t considrs juste titre,
comme le na'urel spcifique contre la ca-
chette urbaine, la malarij des villes.
Sous si bienfaisante indue ne, la nutri-
tion compromise ne larde pas d s am-
liorer : 11 lustre Lannec, aprs avoir
tudi l action rparait ice de l air marin
sur la muqueuse des bronebes allait jus-
qu' tnvisiger la mer comme capable
d enrayer l implacable phtisie Scoutetten
attribuait l action des bains de mer
des phnomnes de nature iltclromagne
tique. il expliquait ainsi leurs etfets d'ex*
citation dans les paralysies et l irrtation
nerveuse qu ils causent frquemment cbt^
h s frles organismes fminins Cette irri
talion accompagne de nvralgies cons
tipation et brisement de forces, ncessit
souv.nl la suspension des pratiques bal
niait es et l administration der d'ogues
antisbasmodiques
Les bains de mer sont dangereux cb~
les sujets irritables, et cbfJL ceux dont la
raction sanguine est vive. Us s mt con-
Ire-indiqus absolu/mit lpoque mens
truelle, pendant les premiers mo.s de la
grosses e et au moment de l ge critique.
La prdisposition aux congestions, la-
fioplexie, aux vertiges aux hmorragies
iiternes ( c.iiihements et vomissements
de sang, pertes uti mes, ele ), les va-
rls d asthme et de maladies dt potin-
ni tendance congestive; l'anmie extr-
meavec disposition syncopales; l albumine;
les mtrites ulcreuses; enfin, et par des-
sus tout, les maladies du citur et des
gros vaisseaux : telles sont les autres
contre-indications gnrales. Il faut aus-
si interdire les bains de mer ceux
qui sortirent ou ont souffert de rwa-
lotlies d oreilles, ainsi qu'aux sujtts f-
briles ou porteurs de maladies cutanes
aigus Us bains de mer sont utiles
pour modifier les ukros ataniques et
Us plaies de maui aise nature; mais ils
n ont qu une action fugace et passagre,
qu il tant se garder de prolonger.
tout il baigner les tout petits enfants}
Gnralement, jusqu. sept ou huit ans,
nous ne le conseillons pas. Les petits en
fants supportent mal la balnation man
rtne, cause du peu a ampleur des rac
lions vitales dans ces organisations si
fragiles. Cependant, les bbs peu ner
veux peuvent tre plongs quelques se-
condes dans la mer, une minute suffit
pour un enfant de trois ans.
Pour des raisons analogues, Us
vieillards feront b.en de s abtlemr des
bains de mer. II faut redouter avec
soin, dan luge avanc, toute excita
tion vice: t Le viellard doit modrer
l'intensit de sa vie, s'il veut en aug
mentir la dure , a dtt excellemment
Hveille-Parise. Les bains de mer
nli-iuds tac mmes sont mauvais "*iW||^
M*.,n*qi-;
-
-
- -
Vftri |


LF MATIN
Nouvelles Etrangres FaitsDiveiS
PAR CABLE
8 Octobre
MADRIDL'quiptge du cuirass
espagnol Alphonse Mil aprs avoir
visit Cuba et les Etals Unis est ren
tr en Espagne o il a tait pat de
sa profonde satisiaction pour les r-
ceptions et les (tes qui turent faites
en son honneur. Pour cette raison,
le premier ministre du cabinet espa-
gnol est all personnellement chtz
le ministre des Etats Unis a Madrid
pour le prier de bien vouloir remer-
cier son pays pour l'accueil cordial
rserv aux membres de l'quipage
du cuirass Alphonse XIII. L; pre-
mier ministre fit une visite sembla-
ble au ministre de Cuba Madrid.
CONSTANT1NOPLE Plus de
dix mille prisonniers ainsi qu'une
grande quantit de matriel de guer-
re ont t capturs par les troupes
du gnral Wrangel dans la zone
minire de Donneis et Usova.
PARIS D'aprs une dpche de
Varsovie les hostilits entre les ar-
mes bolchvistes et polonaises sont
termines depuis vendredi pass sur
les bases fondamentales de l'armisti-
ce,
PARIS*-Suivant des informations
parvenues quelques journaux de
la capitale le gouvernement italien
aurait refus l'autorisation au roi
Constantin de Grce de pntrer en
territoire italien.
PARIS On apprend que l'ex-
Kromprinz d'Allemagne a ajout un
nouveau ile son grand et vari
rpertoire en s'emplcyant comme
seirurier dans une fonderie. Il a dj
commenc i travailler et a plac sa
premire serrure.
MADRID L; correspondant de
l'agence Reuter Madrid a envoy
un cblogrsmme dans lequel il est
dit que sur divers points de la fron
tire portugaise il est question d'une
grve gnrale d'un caractre rvolu
tionnaue.
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
Jeudi 7 Octobre 1920
Baiomlre 761 4
minimum 32,3
iJ(Tempiature
' maximum >>< 2
Moyenne diurne" 25.7
Ciel plus ou moins couvert jour
et nuit.
Pluie 6 h.^40
Pluviomtre hlP- ro.
Eclairs et tonneire.
Barom'.re constant.
J.SCHERER
Sance sollennelle
Les membres des Sections Pdagogie. Je la
Bibliothque, le conseil d'administration de l'A.
M. C. H.les instituteurs et institutrices, les mem-
bres de 1 uvre Chrtienne, les anus sont tous
pris d'assister la sance Solennelle de la Sec-
tion de Secours scolaire du Corps Knseitfnant
qui sera donne I Parisiana dimanche 10 du
courant a 9 heures du Matin. ce prsident,
|H. Laventure.
I| A l'Ecole de Droit
C'est hier, comme nous 1 annoncions, qu'a t
ouveite la session extraordinaire d'es.unens a
l'hcole Nationale de Droit.
Le sous-inspecteui Lalcau tait prsent.
Ont russi : lac anne. L. Namson, L.Bar-
thlmy, ROC, li. Trouilloi, St-Louis, lliomas.
Ont t reus licencis : Mlesky, Pratt, L.
Ulanc.
Li .cole du soir de l'A.M.Ctj.
C'est le lundi 11 Octobre courant, qu'aura heu
l'ouverture de lh.ole du soir du portail lit Joseph
organise par 1 A. M. C. H.
Un personnel entirement dvou travaillera
a cette cole dont l'utilit ne saurait tre mise
en doute.
Ecole Jean Marie Guilloux
Il nous revient qu'au dernier Conseil tenu par
les Frres de l Instruction Chrtienne, le cher
Frre l-ierre-AlpIiouse a t nomm Directeur
de l'Ecole Nationale Jean Marie (iuilloux..
C'est un excellent choix; le promu estun ins-
tituteur aussi comptent que dvou.
Nous lui adressons nos sincres compliments
et nos VCH8 de succs.
Oortiiicat de lins d'tudes
primaires
C'est lundi 11 octobie huit MUGI du ma-
tin que commencont au sige de I Inspection
scolaire les examens pour 1 oiuenuon du certili-
cat d'tudes primaires.
A cette Session extraordinaire se prsenteront
les candidats que le sort 11 avait pas favoris en
Juillet dernier.
L.e W. C. du Marche en haut
Les habitants de la zone du march en haut
nous prient d'attirer l'attention de qui de droit
sur l'iai du NV. C. situ au milieu du march.
Il s'en dgage les soirs des gu nausaoonds que
la moindre brise rpand, i.u attendant qu'on ait
de l'eau pour livrer ie nouveau W. C. au pub ifi
,.e pourrait-on pas combler ou lermer l'ancien.
Le tnbaaal de p*ix section sud a,
dans son audience du 6 Ocobie
courant rendu les jugements sui-
vants sous la pus decce du juge
Louis Komulus.
Dame Ste'la lsaac contre Chau-
mette. Celui qui rejette l'e. c-ptioa
soultve par le dtendeur tt l'ap-
pointe a rpondre au fond.
Borgella Camille cont: Maie
Th. Roy. v-eiui qui ordonne queies
ftaities paratront personnelle ment a
a barre de ce tr.buiul pou: la mt
nitesu'ion de li vent l'audience
du lundi n ou ce ni ai t
Fl.x Fiai contre P. P. Piflll
Louis. Celui qui .v.n- due dioit or
uonne au demandeur de prouver
qu'il habite la partie nord di. la ville
Dame T. Prophte centre V.
Delbeau. Celui qui condamne le d
feideur piyer u valeur r.c am;
lui accord.: pour ce (aire la L:ulti
de s'en librer en 2 tetmes gmi et
mensuels.
A. Durand contre 11 S'.eplisoa
Celui qui donne dfaut contre le d
fendeur et pour le prolit le cou
damne payer la valeur rclam;
A, Durand contre Alf. Holly.
Mme jugement que le prcdera.
P. Auxilla contre Dupuy N'ouil
l. Mme jugement
Salomoa Perrier contre Edgard
Bowen. C lui qui cotdimce le d
tendeur, me ne par coip> a payer la
somme de 3 ) do lais et a 2u gourdes
de dommages intrts.
Lonee Djpiton contre D D
linois. Celui qui condamne le df'cn
d:ur payer la valeur icLmue lui
accorce la la.u l de s'en-libeicr par
des termes mensuels de 6 do.lars
fr-
et
o
ES

ES
'y.
a-
Or 8.00 le millier
Ed ESTEVE$
PORT-au-FRINCE
Alfred IV. Cooke
,1912 due Ua Magasin de I E-at
Ainiui.ro s $68 unis et il:- : qu'.l
v eut do recevoir par 1 fCaravellt,uu itock de 35 baruquee
de Vin bltiuc et Rouge. l'A Ira ij
bordeaux. 1 ii\ dliant 100M CODQuf
reiice.
Spcialit Vin biauc de Messo.
Liqueur Sirop- Champague.
Si vous tes sujets aux
Rhumes et Bronchites
Si aous redeuez une il Itction pulmonaire
Mliez voire oryauisme en tal do diens
PAR LA
Solution walertur
lYTiSEFIlQUE puissant et RECONSTITUANT incoj
Natle ntz ; os 'iite plus gravtmtnt altcinl :
Mieux vaut prvenir que gurir
WATERBURY CHEMICAL COMPANY
Des Moines. Iowr
TORON 1U NEW-YORK NEW URLF.ANJ
Franck J. Martin
Agent gnral lin face de la Glacire - Porlau-Print.
Avis Commercial
l'ai l'honneur d'informer le com-
merce que mes relations d'outie mer
ont t traosfr a
MESSIEURS BRUNO TE1CHMANN
NACHFOLGER.
( Maison (onde en 1862 )
De cette place, que Monsieur C
VOIGT, au refois tabli aux Cayes
assistera de son exprience des allai
res d'Haiti.
Hambourg, le i$Act 1620
LOUIS REICHWAGEN
En vous rfrant l'avis de la
maison Louis Reichwageo, nous
avons tabli, avec 1 aide de Monsieur
C. Voigt, un Dpartement spcial
pour les altaires avec la Rpublique
d'Uaiti.
Hambourg, le 15 aot 1920
Huxter 12
BRUNO TEICHMANN
NACHFOLGER
l'dg avanc, turtout lorsque les vieil
lards souffrent de la vessie /ait fr
quent et pour ainsi dire normal clt :
eux Aprs quelques bains, l irritation
vticale augmente et les urines d vien
nenl sanglantes. Les bains de mer
chauds sont, au contraire, une pici
euse ressource pour les infants ub-
set, scrofulsux, rhumatisants, coxol
giques ou atteints de tumeurs blanches.
On peut les conseiller avec succs aux
diabtiques et albummurtques; enfin,
ils s appliquent fort bien aux femmes
grosses de cinq mois au moins, qui
Jieuvent sur.s danger se baigner dans
a mer.
lt rsum les bains d' mer consti
tu?ni la [ois l'une des dslraciicm
les plus compltement hyginiques
pour les habitants ilts grar.d s vill s
et l'une dis rtssourcts les plus el/icua*
et les plus nerg.ques de 11 mdecine
moderne. C'est ce double peint le vue
qu'il faut les envisager.
Docuur L.
Varill
CE SOIR
LE MASQUE AUX
DENIS BIAMJ
'.1 pisodes
MISSION DE JUDJ
,2e partie'
Entre G. U>
Cne trjrque de li
brique esl la ^.irjniic
de ta oonne qualM di
nos Fournilur eslectri-
.|ues.
Westinyhouse
l'n nouvel aspect
d'une des plus grandes
institutions industrielles
du monde sera invoque
dans cet espace chaque
semaire. i
gnie
le leader dans
Vingt et uco fiLriques, six cent acres de ter"
rain, cmquBnte mille ouviierp, treis cen* mille
e8pce8 de produit?; voil lo tableau qui ee oriente votre imaginati )o
quand vols voyf/. les mots WESTINGHOUSE ELECTRIC-
Ajoute/. | cette vision la conception d'une grande habilit dans 'e
lectrique, et vous eurez une ide de cette 0igt>Diiiti0Q qui est le leader
le champs de l'lectricit.
Le WESTINGHOUSE ELECTRIC se prtej.laire des^quipements lectriques
qui rpondent tous les besoin d'une faon parfaite des prix dilant toute
conutrence. Sou plus grand but est de 6e maintenir toujours la hauteur des
progts fsits sur le teirain de l'lectricit et de produire toujours tout ce qu'il
y a de mieux.Voil pourquoi le Westinghouse est une garantie de bonne qualit.
Westinghouse
Appareils lectriques pour fous
les usages.'
Westin
\^f JtL APARATOS ELECTRICOS
ouse
PARA TODOS LOS FINES
contre
,_____ la
CONSTSPATK
prenez les ,
COMPBIMJU
SUISSE!
de DELORT, ?}*%
lt9, ^5^""
C'EST LE MElLLlOij
AU..PITB0B; P^-*?
Pharmsel JflB
et toutes le* tonno*_f
m _
Vente U
U sera procd looiMj
iOheureedum.t.R2
l'angle de la ru Traw
vante l'encid *> JfJ^
s Bro8boacotBdetao
^sTs d'allomttt-
Gold Mdtl
r-eiii d'al!amette-
Daniy. d'Bl'umette,
caisses a>UUJ
ssirsa--
caisses de U **"*
vieux cegi-ac jlelll
1 lot de savon de
rieur.
1 lot d
9
5
11
:.
0
:t
2
"^
-* s *


TE MATIN
Cigarettes La Nationale
Produits de premier choix
Princesse, Encore" L A N A T10 N A L E
Voicntchaque jour augmenter leur rputation
Elles rivalisent avec les meilleures cigarettes importes
oTOanervant furie voiture Huiraobile, voua serez tonn de
inmmodi' qu'elle vous oiTre et de son fonctionnement extrmf-
onomique- Klle pee rao n de 1135 kg. L* kilomtrage
ur aallon d'essence d aprs le rapport que les Hupraobt-
'nous eo font, est de 49 kilomtres ( soit; 10 km 500 par litre)
It moins.
Equipement ordinaire
de carrosseries Indicateur de pression d'huile.
Trompe lectrique.
Ampremtre
Porte-manteau et repose-oiede.
Forte-pneus, jante de rcrit-f?e.
Tendelets latraux Supports
de tendeletapour les portires.
Tapis pour le tonneau.
Capote noire ou kaki-
Compresseur graisse.
Pompe, cric, outillage complet.
i ire de tourisme cinq pla-
ira roiture routire deux
Compteur de vitesse
IDtorreur lectrique.
[tarei, lampe de taLlier et
mie arrire.
[nwbriie de vue claire en
pi pluvieux.
udicateor de niveau d'essence.
Hupmobile
IHUPP MOTOR CAB CORPORATION DETROIT
E. U. d'A. t t
Adrem ilarapCique C unon n&'rA/xX Lieber A. 1. U. o- dition
WESTERN UNION
HUFF DKTH01T
La Maison
P.N.GRAY & COMPANY Inc.
A Port-au Prince
le plaisir de prsenter au public
et au eommmerce sa nouvelle
marque de farine:
SOLEIL
GRAYLUND
Joanny^Cordasco
319, Hue des Front s-Fort if,
^Avenue, P. 0 Box 2 Port-au Prince, Hati.
Ne sensationnelles avec grands
^a/s laissant de gros bnfices
aux plus presss.
aliments tr complet d'articles pour
tdonuerie et marchands cordonniers.
Vous rouverez yaleinen en sock :
Jture Cerf j, chaussettes machines coudre 1 el i?fils.
jwts pour autoiiiob.leF,articles eaiaills, fournitures assorties
liftiers, cirage Grilliu et de la clbre marque lEllax
Pour souliers de toutes if s nuances etc. etc.
tex-i/oii8, car ces prix ne seront
pas maintenus longtemps,
Cette marque appartient exclusive-
ment notre maison. Malgr la
qualit tout fait suprieure, le prix
est trs raisonnable.
Messieurs les Boulangers-
Failes un essai, vous en serez con-
tents et vous nous reviendrez.
P. N. GRAY & Company
Century
Est le nom d'une nouvelle Machine crire que j'ai ollrir
mon aimai le clientle. Cet une machine de graudeor moyenne
pouvant lai e tous les travaux des grandes machines. A part cela
elle peut tre faite portative en un moment pour tre fidle 8t utile
compagnon des loyagfurs. A part ces avantage?, elle en i un
autre qui est son prix, tant donn que je puis ollrir la Machiuc
crire UENTURY or P. o5
Demandez vos amis au sujel de ceite merveilleuse machina &
venez la voir fouctionner chez
L. Preetzmann Aggerholm -
Avis
La chaloupe Saint|AndreVpartira
probablement wodredi ponr* Mira
gone, Ai.se Veau et Jermie pre-
nant lu malle et des r^sagera*'
L'heure exacte du dpart ara fixs
ultnun rmoni et avis en sera donn
par cette mme voie-
Pour tous renseignements.a'edrea-
er
SOCIT COMMEKCIALE D'HATI
i'ori-aii-l'rince. le 4 Octobre 19AJ

, m*

-
^.. m- ;##**


LE MATIN
s
BAZAR METROPOLITAIN
Maison le confiance
Angle des Hues du Peuple et Dante* Destoucheb
Nous venons de recevoir les
marchandises suivantes:

h
tllarcloy's London Loyer *
Bire allemande
Etiyltsh Brown Stout
G rpe Juive
Pommes de terre 7 centimes or la livre
Saucitse de Vienne
Moulin caf
Sovons pour teindre les Untjes
Pipes
Cartes jouer
Hamacs
Toutes sortes de poudres
Arrts pour crayons et plumes
Jambons Uisortis
Pudding en ferblanc
Petit pois en paquet
Lard en pot de verre
Fil pour crochets
Papier attrape mouches
..

Vous trouverez des cercueils
tous polis permettant dlivrer
le travail 1 heure aprs.
Guillaume Duchatellier
2101, (irahd'Rue. prs de la (iare du Nord
Assurez vous contre LE FEU
Adressez-vous la plus forte compagnie desjj]#J
LE HOME INSURANCE Co de N^Y
agent gnral pour Hati
Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince
Protgez votre Maison, votre Magasin, tos dpts aujaux le plus iaiscnab'e-
Aucun Irais de m\m ni de courtage payer
R.nseignez-vous sans frais par conespondance ou venez discuter votre problme chez
Eug. LK BOSSE, 95 Hue du Ouai
Htel Restaurant
B/Hcl IWaurant de, l'avenir se recommande
C'o:dtio. s trs avantageuses.
A.SYLLA, Propritaire.
&---
Aux Armes de Pari-
7einluresjnsantanees pour clnveux. Bijouterie Pi
l'abb .SW.V:louvence, h)gi>nitine, Duiuiine.i J"
DVoroslao, Baume du Marinier, thiusstites 61 g "'
Cadets, 18|22 nouces, mouchons b liste fil pour da
fit et cotjn, llanelles, gilets de llanelle pour homme'""
nacre et argent, chaussures pour dames, leather brief carJ. I
lieur poar daines, brassards deuil, jarretelle ? et javet' *1
ri urs, Tissu a-tique pour jarretire. Arms bands (!,'?
tenir les maitcaes des chemises ) iooei|
Spcialits pharmaceutiq
boudron d ; Guyol, pipon.zine Midy.Jquinium LabaraauV
li, amoJol externe, iW Vigor, ca iar Lebuf.sinn ru
cp chloral d3 Foll-, Salsepareille Hnstol, elixir Virginia
comprims Lact02yinate, eury h inn Dethan,tomp imsd'<
p rie* d'ther du Dr CL i tin, Pagol, tilobo1, grains dj \i
Bravais. Empltre Dnchyloii gomm Paie de il. ubertir
duDrllO:S, magnsie cal; inee en petites bits, piluK
Fructines Vich?. mulsion fcoti grand et pdr, llacoj. Sani
EL
s j
ce
&
Ampoules
Moutarde en euilles. Jubol Loiou l^dophila eu boite d un
Gaze simple, -alole ei ijdoforuie, lotion Ptrole llaha
contrla cht3 des du eux.
Cuprase. Coliobiase de sojfie. hnl
phree-cacody ae de S rvehnine,
iQeni.oo.t'ts et seringues de LuerJ
produits chimiques ^>
chaux jalap borate de Sjude. tulla.c le leux, manne tu su.
hou es ut' >eu, encens en sorus, picipil rougs* cuciedeliij
d'amandes jouces, alcoolat de luenssd compos.
Sa ors an iseptiqut s l'acide plruque et au subim.
quinqjina louge, coa, ts Extraits pour liqueurs^
che grlie, vanilb- Pour sirops: i lie, orgeatiae, conc^
ma.iaiiue Bunillcateui pour alcooUliA) grammes de bond
un hectolitie d'alcool). Tuh's ctoutchoi'c;pour ir.igateur.
et t!mes Ainianich llarheile. PatJi pour aulomrbile.
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle des Rues Roux et du C'en]
2 Mdailles d'aryect Exposiion de Bruxelles f|
Laboratore de Chimie Mdicaleg|
Droguerie, Produits chuxi jues et pharmaceutique
Spcialits franaises et amricaines. '
Prparation ue toutes ampoules mdicamenteuses St
et injectables.
Spcialits. Srum Lvrosthmque simple et ferrugii
lodhydrarg/re. Srum ue Morard remplaant les *
recatcihanis de Kerrier et de /iobin*
II.y a toujours en stock : Nevrosthose' Sirop pecu
Ehxir de Pensylvanie.
Dpositaire du PREVEM1\
Reprsentant des Laboratoires T(
LACT1FERM. ferment lactique, contre altections
tinales et cutanes.
LAXARINtfi.Sopr.iHque de la contipaUo"t
t/-m
GAR\GE FORD
West Iodie Trading G*
( Rue du Centre, coio rue Pve
Atelier de Rparatio\
A.Larreyre
Ingnieur mcanicien. Ancien Chef d'atelier dune
d'automobile de l'arme franaise.
Nous verons de recevoir des garnilures(tresses) P^^
transmission b OliD, que nous sommes prts vous Voser .
ment, i^
NiuvlUs bandes de [transmission permettant lere
garnitures sans dmonter le grand couvercle de la OOt
Ouvert tous les dimanches pour /-s ventes .<
C A SOU M 1JL1LE 0tU



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM