<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN ftliltl iuri[,s 1 ; ft00d,,,lar?flaflnpr — Lundi .1 bures IIP 1 ;i D • i n idi eut lieu a I Hospice S l : ran (,• is de Sales une imi-miante runion des incubes de |tsiy Mdical cl du bureau y n d • . 1 des mdecins pioros de la livre rrplive qui svit i Poil-au l'rmce. Nous donnerons le compte-rendu d* celle runion dans une prochaine dition — On signale I incurie des gtOf qui IODI de 1 entre du ^rand got de l'Avenue lohn Brtwn, en lace de la maison du Dr Coicoo, un vrilalie dpotoire. — Les cambrioleur o.it recoin n 8oc leuis coups <'e mains. La nai; un de Mme Yvt-T. A S.Sarn a la Kue FfOO, a ' dvalise. — -C'est au)Ourd'hui que rg'ernentairement tt cor lormment a la date de la convocation, le Bureau du Conseil dKtJ, . lu la dernire sance, entre en fonction. s — Les ta (Us ri se rjouiront d'arprendre qu'avec l'arrive de Melle Talcy il y a actuellement a Varits un siock de 61ms de premire marque. Remerciment* Mr HermannHraux, Directeur du Lyce, a le plaisir d'anroncer tous ctui qui avaien: bien voulu rpondre a son appel, Pme dernire, que la commande d instruments de musique est arrive. Le i r oduit del souscription (}20 dollais ) a peimis l'acquisition de 2 Cornets i piston 2 Oarinet'.es Bochu i Alto i Ba'yton 2 Basses i Contrebasse I Caisse plate i Grosse caisse II remercie vivement les gnreux souscripteur, 0.1'ticulircrnent S. Ex. le Prsidert de la Rpublique MM. les S*er*Utrei d Eut I). B.*llegarde, B Dart g'enave, F. require, L. Roy, Me Dinache, Chef du Ca,binet du Pisident. Me C Benoit, ancien Ministre. Rv Pre Brang=r ttc Port au Piicce, le 5 O.cbre 1920 Service de Reproduction au duplicateur A l'Ecole Spciale de StnoDiCtylographie Tell* est la valtur que U mai1 oalc cl in'tantare des cas les plus obs ns de Rhume, Tint, Enrouement ei des affections de la gorge en gnital. N'atiendtz pas que les maladies dent la toux qui vous agite est le lyrnptrne dgnrent en maladies ] ulmonaires. Toute personne qui Irquen e les cinmas, tout professeur d'cole et tous ceux qui sont astreints a vivre dans des agglomrations ou qui sont exposs des crungements brusques de temprature doivent tre munis dune boit: d? Pastilles Evans.— Demandez en votre pharmacien, insistez aup ? de lui |usqu*l ce qu'il vous eu fournisse. Menacez le, au besoin, de lui ter votre cliente : Les Pastilles Evans sont le md: cin qui soignera vot'e nmille san rclamer d'honoraires. Elles sont excellente? pour les enfants. Mode d'emploi : 5 10 pastilles p*r jour. Prix de la boite : 2 gourdes Piix spcial pour les acha's en VV. QUINT,N WILLIAMS Saint Marc Stul reprsentant en Haiti FaitriDivera On trouvera acheter les billets de la Loterie, de Grand Gore, r.ntraide Communale, llmprimerie du Malin et de l'rtOr au prix de trois gourdes <2 O Q§ OBSERVATOIRE DU PETIT SEMINAIRE COL1 EGE ST MARTIAL RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES Mardi 3 O:'obre 1920 Baromtre 76; 2 minimum 22 4 (Temprature maximum )2 } Moyenne diurne 27 3 Ciel lt' b iemeiit COL vert jour et nuit. Ha'o solaire le jour, lunaire la nuit. Baiom'.re lgrement en IbaUlf. J.SCHERER La Renaissaxice l._s nembrea de cette toto thtrale se prp.itcnt reprsenter Les deux Fefs la isiaDi le :> courant, les rptitions marche*! actiwment. D'autre part la llevue de la socit paraitra la semaine prochaine. Dcs lliit soir est Uei dans M maison. Kue du Minuta de l'htat, Mon-icur Aiturtasc NicoUs. Les funrailles au:ont lieu aujourd'hui a :i heures a I BgHtf St-|osepli. C.ondolaikts ses pirents. : Au salon duLolivre La Direction de l'Ecole Spcia le de Stno-Dadylogruphu a thon neur d aviser les commet canttt che/s d'administration*, directeurs if cole, suprieurs d'institutions y ous trouverez les produits ri le public en gnral, quelle .^Ucais et eiquis de la vient d'annexer ltoblisn-mint %  >.#,.,,.-;* Vivimlnii an service de REPROQUCl ION l <* rIua trie WlVAUUOU AL DUPLILAlAmuridi lop „ de Pans pareille plut per/eClionn en son ^I)rel< bien prites pour ciZnre du monde gru auquel, il deauxde /! inradte. d amwrrm iSZssibtS dobttmr.ur.e /OU le m etc, depuis \ JUMU 20 doi. dich prpar, vlue de DU copies Choqu !" llret cannent une boite la Jimie du hJle ^produire. ** Poudre, une lotion, un extrait, s Le su vice se charge de la prparation des lettres arculairess momorandums. indurs, enttes de lettres, rclames, revues, listes de prix, pr grammes, bulletins, catalogues ttc, etc d des auditions excepHunntlies. Des modles des travaux dj excuts sont e.th\bs aux intresss qui en font la demandeLes commandes sont excutes immdiatement %  .... I..V. ..I 1 ; 1 U. . . coy 1 El f „ .... 1 .. t, SU CHEY1 uX ,. %  ,. d. .'ri tipfti ..... C4 UMM 1^ raie 1 %  I -ii %  '' .:. %  Ci f nt 1.1 1 U C I. ^ llf I ..." Mil i ulon de U PEI O-l 11 M < 1 lit ]..•' • i>< 1.. '. I 1 I : ou 1. : e r . r ipj'i .Ici d.c T::E OIBKtA PHAIMACAL co. ir Kew Yor S. A.. C •s a^ f P X 3 90 a ~ e?^k M ? ES O & s Mouvement maritime I e paquebt l CARAVELLE partira mercredi 6 courant prerant fret et pissageis pour Cap-Haitien tt le Havre. Port-au Prince le 27 oc ob e 1920 E. RBELIN, agent et ci *$ m P y Or 8.00 le millier Ed ESTEVE fCo PORT au-PRINCE Avis In fhsloi pe Saint Anfr*lpartira probablement vendredi pour Mnagonr, Ane Vean et Jrmie pie P.t iu ma'le e v des pp'st^ersL*b#ora extete do dpart aara hxes ultiipurea ent et avis en sera donn par cette n erre voiePour 101 a tensfc'gufments.i.'ediebBAI* SuClT COMMERCIALE D'HATI Port-au-Prince, le 4 Octobre L92U Joanny Coi dasco :>19, Rue de Fronts-torts, iSe Avenue, — P. O Box 2 Port-au-Prince, [Hat. Vente* sensationnelles avec grands rabais laissant de gros bnfices aux plus presss, f Assortiments tr complet d'articles peur Cordonnerie et marchands cordonniers. Vous trouverez galement en stock : Pe'nlure a Cerfi, chaussettes, machres coudre 1 et^ili. Accfssc ir s pour automob les.ar icl j s e uaill, lounuuires astniL pour maleiiers, cir?^ 'Griflin et de ia c'N'bre marque lEll'ax* pour sonli M de loules P s nuances ec. etc. 1 Pressez*tous, car ces prix ne seroi pas maintenus longtemps un savon et'de l'eau dentifrice. Yous trouverez gilement de la Parfumerie Colgaie cfCo Excellentes conditions t Demande d l cmploi Jeune homme, si HBO* dactylographe, dsire tie employ. S adresser au bureau au Matin*. J'ai trouv 1 Enfin le rerr.le elfi:ace pour tou tes les fivres, le (a-an qui s'y rappoile et de toutes les maladies provenant dt / rnptirtt du fsfW. M. A WlNTfcR Yous t ru/ 1 z ce rfmie dans toutts les pharmacies et chez Mr lh St Coud jeul agent rour Huti 1622 Rue RcpLb'.icaiie Poit au-Prince. Coumltf* voira tndtoio sur la SIROP DE DESCHIENS ( l'IIouioKloblnvj 0 Prescrit par | lus de *> i> Doctcnts des plua nnnents du Monde enti. MM ANEMIE MEUSTHNIE. FAIM-ESSE, MALADIE 9m — . ^„ T. ^w T -=— ^— • POIIHINE.COHVALESCENCE. SUKMEIUOE.Hr bZ-rlTnr U i.n,lr (.-mutin"! dont I plupart .Liment |M .oies digf.ll.cs.MIs r 'lu'-',' Adsslf d.u. Isa Mplwvu d P*rls W le ft%wU "">", Ici Baladas enU'f'1 raJlr n eu une is u..u>un La Maison ] P. N. G R A Y & COMPANY Inc. A\\Port-nu Pince le plaisir de prsenter au public et aireommmeree saJnouvelle | marque dejarine: SOLEILS (iRAYLUND Geltejinnarqo appartient exclusivej ment notre maison. Malgr qualit tout fait suprieure, le pri est trs raisonnable. 1 *. Messieurs les Boulangers. Faites un essai, vous en serez coflj lents et vous nous reviendrez. P. N. 6R\Y& Company



PAGE 1

w->rz : $Tn na No W) Port fi Prince. Hati Mercredi 6 Octobre 19! DIRECTEUR-PROPRIETAIRE flW6fiMMA6L0IRE MAGISTRAT COMMUNAL %  > MltfEf-0 l5 "TlUa ggmois S? 2.00 DE! ARTEMEMT1 froia moi ITRANGER G. 2.50 7.00 / tfOil n> oi8 8.00 S'il t'tait lait injure, essaie si lu pourras trouver quelques bonnes voix par lesquelles tu puisses recouvrer ton droit sans que tu tis?es guerre. Saint LOUIS Quotidien L lDD oDces sont ieufs au Comptoir nal o> Publicit, 9 Kui Tronche!, Comptoir I' ; rnuncnr, y nue Tfoochet, FII, 2}, Lud^ate Hill. l.ondre?, REDACTION;JRue Amricaine No. 13&8 TtLKPBOMt:48 %  9* |Les Etats-Unis ne favorisent pas le \ii Mit jjttB Cily Bank en Hati, dclare olby Nou velles Etrangres |l,& a jiotements du Prsident d'Hati [spluiieurs autres fonclonnaires Il pas t pays. Bien que aucun ri ne nous ait fait au sujet CMte accusation, dans aucune ation formelle, les autorits di Iqoaletuit est vrai et que les o'oot pas t pays par oridaJobn A. Me l henriy conseiller tor prs du Gouvernement to. [U National City Bank a la plus 'ipartie des actions de la BanNationale d Ha i, laquelle, en de ion contrat est la seule lire des fonds douaniers et Mn effet, agit en qualiti de treWre du gouvernement insr.Uiie. [UDpartement d'Eiat sonnent Mr %  oy et continuera le soutenir iloDgteraps quil le croira juste %  es dcisionsMe llhonny a la le paiement des autorits unes parce qu'elle ru veulent excuter leurs obligations di i da tiai. La dclaration en dit : La tiiualion des Ess "o ce qui concerne ses reli avec Hati ne doit pas tre p *e8oua uu (aux jour corrme elle 'D ce moment par une campa'poitiquequi prsente des faits inconsistants et sans vracit. Ce pays a assum une mission qui n'a qu'un but bienveillant. Ce'te mission a t entreprise pour le bien do Peuple lUtiuti et avec son asss.ii timent: elle lut eo isscrN dsm us trai intf-v'iiu eulreles d>n\ Pays. J,9 trava I que les Etais-' nu • en trepris de taire est sa lin, et quand il sera achev, ce gouvernement espre se retire! • Dm l accomplissement de ce devoir et dans le but seulement d'aller le peupio lui ien, les EtstS'Unis. • ou'efois avec l'assentiment complet do l'opinion publiqie, dans ce pays, occuprent la vil!} do Po tau-Prince le A Septembre 1915. Quelques jours aprs une coaven Mon lut signe pir les deux gouvernements exprimant lo dsir mutuel des deux pays de resserrer leurs liens d'amiti en vue de Isof avan taue commun. L s mts-Uuis a'obUgsnt a assister Hati dans trois buu spciaux : cooprer avec le gouvernement liai ien en pla ut les revenus et les finances d'il -d i sur une base stable, aider lu gouveruemeut n tion maintenir la tranquillit sur tout le territoire de la Rpublique et ausouta banque arn'icaine de premM classe en pays Loin u iuimdiitement les recef.es douanires ot n'est pas no" plus l arbi ra :inancir en Hnti Elle D eierca aucun contrle sur les emprunts, le cours du change ou sur le* tr::usac ions commerciales comme elle en a 6t6 cense. Elirait du New-York Times du :il Septembre PJJO. ]{pouse d s M. L). Daniels Aux accusations portes conlr-3 lui par Mr Harding concor aant Haiti'et SlDomingue. M Le vibrant appel da Souvellisle noua a caus un grand satisfaction; mais l exclusivisme de l auteur en ne parlant que du paimenL des intrts du* sur les'l lires d emprunts seulement peut sans le rouloir sans doute garer l'opinion. Lt litres d Emprunt* ne 80 U pas la seule partie >a-r>'e de la Dette turieure dont le paitment des intrts ds su//irait d lui seul pour rtablir l crdit haititn et /aire entrer le pactole dans tntes les bourses. Il y a eti de ces emprunts daulns litres aussi respectables et revtus comme eux de toutes les gar twH tt de i (Joe. fail-on de la Dette vraiment OOnrolid celle-l de la commission Simhour :' {Loi du *2\)novembre 1915) dont te chiflre a t fix aprs examen, et dont les intrts courent depais le 1er Janvier 1914. ijae fait on ds L Dette Flottante viri/ie elle aussi par la Commission hquire et dont le rapport n a jamais vu le jour'! Ces deux dernires parties de la Dette Intrieure sont constitues par des crances sur l Etat dues en majeure part e pour appointements, location, indemnits et autres obliyn lions tacres quen anua cas Ion ne saurait renier. Ces c/Jcts se troarent entre les mains d anciens servi.eurs de l Etal hatien rduits aupturd liai la misre et de petits commen/anis menacs de jaillile. traq^r tipqjl City Bii'k dans I obtention do piivll^es orr-d •mouopo'p, le Dpartem mt tout le temps qu d a cru opportun d'exercer une influence, l'a emp'oye pou: emp:her plu't que la National Ci.y Bank ne jouisse d aucuns privilges ou monopole La National Ci y Bsok possde 50 pour cent du stock d) la Binqne Na'io mue da la Rpubliq ie d'HlIti, et l'anne dernire quand l mnrob tion du I) m;v teio .nt l.il demande par la Naional d'y l!.n;k lans le bat d'obWashiugtong, 19 — Pour rpondre l'attaque d i snateur llarding qui disait que l'Administration de Saint Domingue et d Haiti tait inconstitutionnellemenl dirige, M. Daniels dclara dans un rapport hier que les Etats-Unis administrent les allai res de ces deux pays conformment aux obligations de la Convention. Le seul bit poursuivi par l administration navale de ces deux pays a t. ajouU le Secrtaire, la stabilit et la sret des habitants qui ont t gouverns par des bandits qui ont toujours fait de leur gouvernaient une fuce. Le Secrtaire dclara qu'il e*t tn n qu'un snateur amn :ain ait pu ajouter foi une si injuste rlUxion sur les membres du Corps de la Marias eu lUi i U annoii, on oune, qu une iuvestigitio i p irsonnlle onjla.ti et Si-Djmingie a faite par le maj jr-gn> s ral ALejsuos, Commanda-ir de la Mariue Corps qui laissa Washington dans ce but, il y a une semaine. Ex'raitdu tWashing'on Star du 19 Septembre UMnX On voudrait louer POUR UN MOIS Une maison meuble Turge'au, Bois Viras ou Peu de Chose— dans les ptix moyens. Adresser les oihes au bureau du ournal. Alfred JV. Cooke lflra Rue du Magasin do l'E-at Annona ses amis et clients qu il vient d i recevoir par le steamer tCaravelle'.un stock de .'!"> barriques da Vin blanc et lljuge. Kxtra io Bordeaux. Prix dliant toute concur rence. Spcialii Vin biauc de Messo. Lui leurs Sirop. Champagne. C'est que M: ETIONS TOLITIOUFS ET SOCIALES rtiff, seserl de la IttrcW pour la parti bokhvute fnee la tyrannie•mt.H ses lits icvdutiormsires. L'arme qui se bt maintenan en On tan qutl dtgte d'puisement Pologne.tait primitivement destine etdsiisrcaie, les bolchvistes ont obtigei les paysans au travai. foreccul leur malheureux pays. Ils se eont maintenus au pouvo.r par la peui qu inspirent ieais gardes de corps. Rien ne. permet d'espier encoie qu'ils solci t dcids aubs'iluer au lglise die atonal quils o.i c TlI "i ave snna rnn.niter les tuer au lgiuie die tonal quilso.it rempli de Ritioni vec E^ d^u dt U'ubonHOl qui seul offrirait des gaqui n'ont qi S. SSiScrsnd f.i. t uni rantlta de dure uC de droi b f1 W **& ^i0Q • !" :.! l "*i "r.-.^u! Non seulement les bolchvistes glaise en toc iet KXut^ rent la ruine de la Russie, mais |Lmoticn que cet acte d'indpenses organises pour lattoduire eu fc? a *iS a la Cha,ib.e P ds !" -" *"* de ***** POmunes I tnnnpmant mi il n nar lloa aOCiala. ^ovoqt'.rche ^premier mims l. P*f I britannique est mme !>>. ne s'exphque "unement. l3Ut %  Pcisle.neut vis par la propace. t.'aaLt aux ides qui iuspirent la politique trangre de la direction uu parti bolchviste les voici Elle veut porter eo Asie un coup mo tel l'impriahs ne anglais. Moscou est rempli de dlgus trangers qui parlout mille laugiea diffrentes et 'un seul dsir ; celui de uouio et 1 influence au touslisnx. Bans toutes les grandes villes d'EKOpS les jrvolutionn^ires Rus aea out'des agmts lui son. CbargeS m tin le p:ochuu avec ces internationalistes Lloyd J -o gs u hsite pas c'oof-jrer, esprant carter par dtS discours et des entrevues la menace laquelle les rcents succs des armes rouges ont douu de la consistanceLa marcha des lui :!i Wistes sur Varsovie a mme veill eu Allema gne des espoirs nouveaux ijue les sfinss du Reich oprent leur liai sou avec lie trjupes de l'iotsky, qu'elles aident au contiaire les Allis a les craser, la ru tit escompt par l'Allemagne es: le mme c'est la perspective d'chapper sux e jti iiio.ia du Trait de Versailles et da pouvjir de nouveau discuter d'gal a gal avec I EntenteLes alleuuuds.tout b'ouis par ce beau rfS, ne se fo.it pas faute d'an noucic dj la conclusiou d'une alhaacu avec l Auglerre etj|la Russie, sliisncs qui permettra 1 Allemagne PAR C.ABl E j Octobre MILAN— La presse annonce que les panons et ouvriers sont arrivs un partait accord sur toutes les questions qui taient demeures en bospeos. H.iiRKNCE Plus de trois mille ouvriers mineurs de l'le Belbs la hauteur de la cote occidentale italienne cinquante milles au Sud de Livourne ont dcid de former une organisation pour la cration d'une cooprative pour l'adrainis ration des mines qui appartiennent l'Etat. ROME Les paysans sont appropris et ont occup douze nouvelles grandes proprits avec leur terrain qui n'taient pas cultivs PALKRMK. I) aprs une information manent d'un journaliste corres pondant en cet e ville il paraitrsit que presque toutes les terres de la Sicile ont t occupes de la mme mamre qu'elles le lurent Rome. GNES Les arrestations des lments anarchistes impliqus dans les rcents dsordres continuent. Armand Borchi un des chefs anarchistes a suscit une grve gnrale pour protester contre l'action psrsly satrice > ystmatique ;d u travail ordonn par le patronnt re qui porte un pijudice norme la classe ouvrirePERNAMBUCO. Le roi des Belges est arriv ici ce matin & bord d'un vapeur anglais. Le roi est descendu terre en civil et il ne fut pss rscon nu psr la foule CUNSTANT1NOPLE. L'hritier prsomptif du trne de Turquie Tent j de mettre, lin ses jours dans la nuit de jeudi en absorbent uu poison violentUn domestique entr inopinment daus la chambre du dsespr eut le temps de se saisir de la coupe qui contenait le poison avant que l'hritier du trne l'ait appoit ses lvres Ce dernier avait crit une lettre cachete au sultan daus laquelle il lui annonait sa dtermination et ses dernires volon tsOn croit que le prine a attent sa vie devant le dsespoir que loi causait la situation de son paya. CONSTANTINOPLE. Le sultans crit une lettre aux nationalistes les suppliant de former un accord troit entre eux pour sauver les restes de 1 Empire, suivant de nouvelles intor mations il semble qu'une dictature terme va'tre tablie Constsutioo pie, des mesures rigoureuses seront prises s l'gard des lments perturbateuis. Les tioupes grecques ont relev les troupes anglaises IsmidVARSOVIE. Au nord est de Grod no les Polonais ont franchi le fleuve et sont arrivs .moiti de chemin de Vil liaUne communication officielle annonce que ls poursuite des divisions ennemies en droute continue. Suivant les renseignements donns par l'Etat major Polonsis •2h

Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05233
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, October 06, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05233

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
w->rz:$Tn na No W)
Port fi Prince.Hati
Mercredi 6 Octobre 19!
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE
flW6fiMMA6L0IRE
Magistrat Communal
> MltfEf-0 l5 "TlUa
ggmois S? 2.00
DE! ARTEMEMT1
froia moi ITRANGER G. 2.50 7.00 /
tfOil n>oi8 8.00
S'il t'tait lait injure, es-
saie si lu pourras trouver
quelques bonnes voix par
lesquelles tu puisses re-
couvrer ton droit sans que
tu tis?es guerre.
Saint LOUIS
Quotidien
L lDDoDces sont ieufs au Comptoir
nal o> Publicit, 9 Kui Tronche!,
Comptoir I' -
, ; rnuncnr, y nue Tfoochet, F-
II, 2}, Lud^ate Hill. l.ondre?,
REDACTION;JRue Amricaine No. 13&8
TtLKPBOMt:48
9*
|Les Etats-Unis ne favorisent pas le \ii Mit jjttB
Cily Bank en Hati, dclare olby
Nou velles Etrangres
|l,& litrriert les accusai tous.
Mufliqve la politique du Gouver-
lUidmet que le Prsident de la Pi-
tyu< peut attendre non salai'-e.
\lApaument lut arrt, parce que
\nni avec les Etal I nia 'ut viol,
ligue le Secrtaire d Etat.
|fihiogton, 20 Septembre. Dans
jdclaration publie te soir, le
internent d'Etat dnie solennell"-
jllrs accusations rendue pu-
qoei i aavoir que la National City
KHiNewliork a ieu un anpui
i du Gouvernement des Kte t- -
no vue d tablir sa succuisale
I Ha i.
[Cm accusations manes de Mr
iy, prsident de la Cour de
Hlion d'Hati et do Mr l'radfl,
IMOCatha'ien.soutUnnentqiiB les
tmtf. d'accord avec la Nation!
J, ont aaisi le contrle de toutes
liMsources d'ILiti.
M autre accusation est que l> a
jiotements du Prsident d'Hati
[spluiieurs autres fonclonnaires
Il pas t pays. Bien que aucun
ri ne nous ait fait au sujet
CMte accusation, dans aucune
ation formelle, les autorits di
Iqoaletuit est vrai et que les
o'oot pas t pays par or-
idaJobn A. Me l henriy conseiller
tor prs du Gouvernement
to.
[U National City Bank a la plus
'ipartie des actions de la Ban-
Nationale d Ha i, laquelle, en
de ion contrat est la seule
lire des fonds douaniers et
Mn effet, agit en qualiti de tre-
Wre du gouvernement insr.Uiie.
[UDpartement d'Eiat sonnent Mr
oy et continuera le soutenir
iloDgteraps quil le croira juste
es dcisions- Me llhonny a
la le paiement des autorits
unes parce qu'elle ru veulent
excuter leurs obligations di i
da tiai. La dclaration en
dit : La tiiualion des Ess
"o ce qui concerne ses rel-
i avec Hati ne doit pas tre p
*e8oua uu (aux jour corrme elle
'd ce moment par une campa-
'poitiquequi prsente des faits
inconsistants et sans vracit.
Ce pays a assum une mission
qui n'a qu'un but bienveillant. Ce'te
mission a t entreprise pour le bien
do Peuple lUtiuti et avec son asss.ii
timent: elle lut eo isscrN dsm us
trai intf-v'iiu eulreles d>n\ Pays.
J,9 trava I que les Etais-''nu en
trepris de taire est sa lin, et quand
il sera achev, ce gouvernement es-
pre se retire!
Dm l accomplissement de ce de-
voir et dans le but seulement d'aller
le peupio lui ien, les EtstS'Unis.
ou'efois avec l'assentiment complet
do l'opinion publiqie, dans ce pays,
occuprent la vil!} do Po tau-Prince
le A Septembre 1915.
Quelques jours aprs une coaven
Mon lut signe pir les deux gouver-
nements exprimant lo dsir mutuel
des deux pays de resserrer leurs
liens d'amiti en vue de Isof avan
taue commun. L s mts-Uuis a'o-
bUgsnt a assister Hati dans trois
buu spciaux : cooprer avec le
gouvernement liai ien en pla ut les
revenus et les finances d'il -d i sur
une base stable, aider lu gouverue-
meut n tion maintenir la tranquil-
lit sur tout le territoire de la Rpu-
blique et aus du peup'e h-i i^n Les tat-.-Unis a
entirement employ son nergie
aux buts di son occupation don" le
rsultai est une tranquillit complte
existe dans toute la Rpublique
En ce qui conc rue ces allguions
qui or.t paru rcsaxneot dms la
presse givoir que la National City
Bank de New-Yo- k a reu un appui
illicite de ce gouvernement quant
sa branche en Hati, les faits sont
les suivants : Aucune ossmance ou
appui n'a t donn a la National
City Bank d'Hati autre que !es avau
isgss accords a >outa banque arn-
'icaine de premM classe en pays
Loin tenir de plus grands intrts dans
la Bloque francise l'approbation
d* ce gouvernement fut seulement
donne aprs quo la Ndional City
Banque accepta csrtsto*! modih:a-
lions importantes dans le contrat de
la Banque Nuimae de la Rpubli
q ie d 114 i et tout ce a lut Lit dans
les intrts du peuule hatien, et
pour llrainertont mn topole k venir. r0"1"1
La Nrional City BiOk ne contrle 'a ,Lo
DIS di-O'iement <>u iuimdiitement
les recef.es douanires ot n'est pas
no" plus l arbi ra :inancir en Hnti
Elle d eierca aucun contrle sur les
emprunts, le cours du change ou
sur le* tr::usac ions commerciales
comme elle en a 6t6 cense.
Elirait du New-York Times du :il
Septembre PJJO.
]{pouse d s
M. L). Daniels
Aux accusations portes con-
lr-3 lui par Mr Harding
concor aant Haiti'et
SlDomingue.
MLe vibrant appel da Souvellisle
noua a caus un grand satisfaction;
mais l exclusivisme de l auteur en ne
parlant que du paimenL des intrts
du* sur les'l lires d emprunts seulement
peut sans le rouloir sans doute garer
l'opinion. Lt litres d Emprunt* ne
80 U pas la seule partie >a-r>'e de la
Dette turieure dont le paitment des
intrts ds su//irait d lui seul pour
rtablir l crdit haititn et /aire entrer
le pactole dans tntes les bourses. Il
y a eti de ces emprunts daulns
litres aussi respectables et revtus
comme eux de toutes les gartwHtt de
i
(Joe. fail-on de la Dette vraiment
OOnrolid celle-l de la commission
Simhour :' {Loi du *2\)novembre 1915)
dont te chiflre a t fix aprs exa-
men, et dont les intrts courent depais
le 1er Janvier 1914.
ijae fait on ds L Dette Flottante
viri/ie elle aussi par la Commission
hquire et dont le rapport n a jamais
vu le jour'!
Ces deux dernires parties de la
Dette Intrieure sont constitues par
des crances sur l Etat dues en
majeure part e pour appointements,
location, indemnits et autres obliyn
lions tacres quen anua cas Ion ne
saurait renier. Ces c/Jcts se troarent
entre les mains d anciens servi.eurs de
l Etal hatien rduits aupturd liai
la misre et de petits commen/anis
menacs de jaillile.
traq^r
tipqjl City Bii'k dans I obtention do
piivll^es orr-d mouopo'p, le D-
partem mt tout le temps qu d a cru
opportun d'exercer une influence,
l'a emp'oye pou: emp:her plu't
que la National Ci.y Bank ne jouisse
d aucuns privilges ou monopole La
National Ci y Bsok possde 50 pour
cent du stock d) la Binqne Na'io
mue da la Rpubliq ie d'HlIti, et
l'anne dernire quand l mnrob tion
du I) m;v teio .nt l.il demande par la
Naional d'y l!.n;k lans le bat d'ob-
Washiugtong, 19 Pour rpondre
l'attaque d i snateur llarding qui
disait que l'Administration de Saint
Domingue et d Haiti tait inconstitu-
tionnellemenl dirige, M. Daniels
dclara dans un rapport hier que
les Etats-Unis administrent les allai
res de ces deux pays conformment
aux obligations de la Convention.
Le seul bit poursuivi par l admi-
nistration navale de ces deux pays a
t. ajouU le Secrtaire, la stabilit
et la sret des habitants qui ont
t gouverns par des bandits qui
ont toujours fait de leur gouvern-
aient une fuce.
Le Secrtaire dclara qu'il e*t tn
n qu'un snateur amn :ain ait pu
ajouter foi une si injuste rlUxion
sur les membres du Corps de la
Marias eu lUi i U annoii, on ou-
ne, qu une iuvestigitio i p irsonnlle
onjla.ti et Si-Djmingie a faite
par le maj jr-gn>sral A- Lejsuos,
Commanda-ir de la Mariue Corps
qui laissa Washington dans ce but,
il y a une semaine.
Ex'raitdu tWashing'on Star du
19 Septembre UMnX
On voudrait louer
POUR UN MOIS
Une maison meuble Turge'au,
Bois Viras ou Peu de Chose dans
les ptix moyens.
Adresser les oihes au bureau du
ournal.
Alfred JV. Cooke
lflra Rue du Magasin do l'E-at
Annona ses amis et clients qu il
vient d i recevoir par le steamer
tCaravelle'.un stock de .'!"> barriques
da Vin blanc et lljuge. Kxtra io
Bordeaux. Prix dliant toute concur
rence.
Spcialii Vin biauc de Messo.
Lui leurs Sirop. Champagne.
C'est
que M:
ETIONS TOLITIOUFS
ET SOCIALES
rtiff, seserl de la IttrcW pour la parti bokhvute fnee la tyrannie-
mt.H ses lits icvdutiormsires. L'arme qui se bt maintenan en
On tan qutl dtgte d'puisement Pologne.tait primitivement destine
etdsiisrcaie, les bolchvistes ont obtigei les paysans au travai. for-
eccul leur malheureux pays. Ils se
eont maintenus au pouvo.r par la
peui qu inspirent ieais gardes de
corps. Rien ne. permet d'espier en-
coie qu'ils solci t dcids aubs'i-
luer au lglise die atonal quils o.ic
.TlI"i ave snna rnn.niter les tuer au lgiuie die tonal quilso.it rempli de
Ritioni vec E^ d^u dt U'ubonHOl qui seul offrirait des ga- qui n'ont qi
S. SSiScrsnd f.i. t uni rantlta de dure uC de droi' bf1W **&
^i0Q .:.!l"*i "r.-.^u! Non seulement les bolchvistes glaise en toc
iet
KXut^ rent la ruine de la Russie, mais
|Lmoticn que cet acte d'indpen- ses organises pour lattoduire eu
fc? a *iS a la Cha,ib.ePds ** -" *"* de *****
POmunes I tnnnpmant mi il n nar lloa aOCiala.
^ovoqt'.rche ^premier mims l.,P*fI britannique est mme
!>>. ne s'exphque "unement. l3Ut Pcisle.neut vis par la propa-
ce. t.'aaLt aux ides qui iuspirent la
politique trangre de la direction
uu parti bolchviste les voici Elle
veut porter eo Asie un coup mo tel
l'impriahs ne anglais. Moscou est
rempli de dlgus trangers qui
parlout mille laugiea diffrentes et
'un seul dsir ; celui de
uouio et 1 influence au
touslisnx.
Bans toutes les grandes villes
d'EKOpS les jrvolutionn^ires Rus
aea out'des agmts lui son. CbargeS
m tin le p:ochuu
avec ces internationalistes
Lloyd j -o gs u hsite pas
c'oof-jrer, esprant carter par dtS
discours et des entrevues la menace
laquelle les rcents succs des
armes rouges ont douu de la con-
sistance-
La marcha des lui :!i Wistes sur
Varsovie a mme veill eu Allema
gne des espoirs nouveaux ijue les
sfinss du Reich oprent leur liai
sou avec lie trjupes de l'iotsky,
qu'elles aident au contiaire les
Allis a les craser, la ru tit es-
compt par l'Allemagne es: le mme
c'est la perspective d'chapper sux
e jti iiio.ia du Trait de Versailles et
da pouvjir de nouveau discuter d'-
gal a gal avec I Entente-
Les alleuuuds.tout b'ouis par ce
beau rfS, ne se fo.it pas faute d'an
noucic dj la conclusiou d'une
alhaacu avec l Auglerre etj|la Russie,
sliisncs qui permettra 1 Allemagne
PAR C.ABl E
j Octobre
MILAN La presse annonce que
les panons et ouvriers sont arrivs
un partait accord sur toutes les
questions qui taient demeures en
bospeos.
H.iiRKNCE Plus de trois mille
ouvriers mineurs de l'le Belbs la
hauteur de la cote occidentale ita-
lienne cinquante milles au Sud de
Livourne ont dcid de former une
organisation pour la cration d'une
cooprative pour l'adrainis ration des
mines qui appartiennent l'Etat.
ROME Les paysans sont appro-
pris et ont occup douze nouvelles
grandes proprits avec leur terrain
qui n'taient pas cultivs
PALKRMK. I) aprs une informa-
tion manent d'un journaliste corres
pondant en cet e ville il paraitrsit
que presque toutes les terres de la
Sicile ont t occupes de la mme
mamre qu'elles le lurent Rome.
GNES Les arrestations des l-
ments anarchistes impliqus dans
les rcents dsordres continuent.
Armand Borchi un des chefs anar-
chistes a suscit une grve gnrale
pour protester contre l'action psrsly
satrice > ystmatique ;d u travail or-
donn par le patronnt re qui porte
un pijudice norme la classe
ouvrire-
PERNAMBUCO. Le roi des Belges
est arriv ici ce matin & bord d'un
vapeur anglais. Le roi est descendu
terre en civil et il ne fut pss rscon
nu psr la foule
CUNSTANT1NOPLE. L'hritier
prsomptif du trne de Turquie
Tent j de mettre, lin ses jours
dans la nuit de jeudi en absorbent
uu poison violent- Un domestique
entr inopinment daus la chambre
du dsespr eut le temps de se sai-
sir de la coupe qui contenait le poi-
son avant que l'hritier du trne l'ait
appoit ses lvres Ce dernier avait
crit une lettre cachete au sultan
daus laquelle il lui annonait sa
dtermination et ses dernires volon
ts- On croit que le prine a attent
sa vie devant le dsespoir que loi
causait la situation de son paya.
CONSTANTINOPLE. Le sultans
crit une lettre aux nationalistes les
suppliant de former un accord troit
entre eux pour sauver les restes de
1 Empire, suivant de nouvelles intor
mations il semble qu'une dictature
terme va'tre tablie Constsutioo
pie, des mesures rigoureuses seront
prises s l'gard des lments pertur-
bateuis. Les tioupes grecques ont
relev les troupes anglaises Ismid-
VARSOVIE. Au nord est de Grod
no les Polonais ont franchi le fleuve
et sont arrivs .moiti de chemin
de Vil lia- Une communication offi-
cielle annonce que ls poursuite des
divisions ennemies en droute conti-
nue. Suivant les renseignements
donns par l'Etat major Polonsis
2h souniers cent; canons ont t captu-
rs-
RIGA. Les Polonais sont arrivs a
un accord prliminaire avec ls Li
thuanie. Ls nouvelle ajoute que les
forces Polonaises occupent actuelle
ment le fleuve l'lia dans la rgion an
nord est de G odio-

dorgmiser sois
mouvement hbera'.eur.
Cela n'empche qub leurs repr- de rarou/er ses fro:it;es o lentales
ofticiels auront pour mis de I 14
sen ans
Qce a to-jonrs dclar qu'elle
gaude deB Sove;t3.
Voici, ce sujet; quelles
siou d'eu-rer en pourparlers av.c
sonl lea las gouvernements europens, atin
aede
WNn.T*V Jour8 aeciare qu e Vrti.-i r-aauiet Quelles sont lea lei gouvernements europens, atin
j18ffl reconnatre ^^^^^^ d'obtenir une .acte reconnaissance
K < a? m^TUnn ^ "deaT'o^aLfes italiens, dont M QJQt il. o U besoin pour rendre con
hfc^uffi^?i-rL: 'Kc-tuie de la direction du situation conomie-
Bien qu'il ne liill i accorder aucun
crdit de telles lgmJea, les hsi*
Ution* dd M Lloyd Ceo-ge vis & ftl
di goivernemeni eoviuste provo
UOOQI UU malaise nos pnib e. ..
L KOS1USCKU
Varits
CE SOIR
Quand on aime
1er, 2e et .;.: pisodes
Entre
G. 2 00
Avec BON PRIME 1 00


LE MATIN
ftliltl iuri[,s1;ft00d,,,lar?flaflnpr
Lundi .1 bures iIp 1 ;i d i -
n idi eut lieu a I Hospice S l:ran
(, is de Sales une imi-miante ru-
nion des incubes de |tsiy Mdical
cl du bureau y n d . 1 des mdecins
pioros de la livre rrplive qui
svit i Poil-au l'rmce. Nous donne-
rons le compte-rendu d* celle ru-
nion dans une prochaine dition
On signale I incurie des gtOf
qui IodI de 1 entre du ^rand got
de l'Avenue lohn Brtwn, en lace de
la maison du Dr Coicoo, un vrila-
lie dpotoire.
Les cambrioleur o.it recoin
n 8oc leuis coups <'e mains. La
nai; un de Mme Yvt-T. A S.Sarn a la
Kue FfOO, a ' dvalise.
-C'est au)Ourd'hui que rg'e-
rnentairement tt cor lormment a la
date de la convocation, le Bureau du
Conseil dKtJ, . lu la dernire
sance, entre en fonction.s
Les ta (Us ri se rjouiront
d'arprendre qu'avec l'arrive de Melle
Talcy il y a actuellement a Varits
un siock de 61ms de premire mar-
que.
Remerciment*
Mr HermannHraux, Directeur du
Lyce, a le plaisir d'anroncer tous
ctui qui avaien: bien voulu rpon-
dre a son appel, Pme dernire,
que la commande d instruments de
musique est arrive.
Leiroduit del souscription (}20
dollais ) a peimis l'acquisition de
2 Cornets i piston
2 Oarinet'.es Bochu
i Alto
i Ba'yton
2 Basses
i Contrebasse
I Caisse plate
i Grosse caisse
II remercie vivement les gn-
reux souscripteur, 0.1'ticulircrnent
S. Ex. le Prsidert de la Rpublique
MM. les S*er*Utrei d Eut I). B.*lle-
garde, B Dart g'enave, F. require,
L. Roy, Me Dinache, Chef du Ca,-
binet du Pisident. Me C Benoit,
ancien Ministre. Rv Pre Bran-
g=r ttc
Port au Piicce, le 5 O.cbre 1920
Service de
Reproduction au
duplicateur
A l'Ecole Spciale de Stno-
DiCtylographie
Tell* est la valtur que U mai EVANS SONS I ESCHER & WEBB
de 1 iverpoo s'engpge i payer i D
rrWcnne qui tablira de man;:e ir-
icfutablc que les Pastillai li.'Ans ne
sont pas les ineillru'c dans le mon
de entier pour l.i gucii.'on 1 >1 oalc
cl in'tantare des cas les plus obs
ns de Rhume, Tint, Enrouement
ei des affections de la gorge en g-
nital.
N'atiendtz pas que les maladies
dent la toux qui vous agite est le
lyrnptrne dgnrent en maladies
] ulmonaires.
Toute personne qui Irquen e les
cinmas, tout professeur d'cole et
tous ceux qui sont astreints a vivre
dans des agglomrations ou qui sont
exposs des crungements brusques
de temprature doivent tre munis
dune boit: d? Pastilles Evans.
Demandez en votre pharmacien,
insistez aup ? de lui |usqu*l ce
qu'il vous eu fournisse. Menacez le,
au besoin, de lui ter votre cliente :
Les Pastilles Evans sont le md:
cin qui soignera vot'e nmille san
rclamer d'honoraires. Elles sont
excellente? pour les enfants.
Mode d'emploi : 5 10 pastilles
p*r jour.
Prix de la boite : 2 gourdes
Piix spcial pour les acha's en
VV. QUINT,N WILLIAMS
Saint Marc
Stul reprsentant en Haiti
FaitriDivera
On trouvera acheter les billets
de la Loterie, de Grand Gore,
r.ntraide Communale, llmpri-
merie du Malin et de l'rtOr au
prix de trois gourdes
<2
O
Q
OBSERVATOIRE
DU
PETIT SEMINAIRE
COL1 EGE ST MARTIAL
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
Mardi 3 O:'obre 1920
Baromtre 76; 2
minimum 22 4
(Temprature
maximum )2 }
Moyenne diurne 27 3
Ciel lt'biemeiit col vert jour et
nuit. *
Ha'o solaire le jour, lunaire la
nuit.
Baiom'.re lgrement en IbaUlf.
J.SCHERER
La Renaissaxice
l._s nembrea de cette toto thtrale se pr-
p.itcnt reprsenter Les deux Fefs la i-
siaDi le :> courant, les rptitions marche*! ac-
tiwment.
D'autre part la llevue de la socit paraitra
la semaine prochaine.
Dcs
lliit soir est Uei dans m maison. Kue du
Minuta de l'htat, Mon-icur Aiturtasc NicoUs.
Les funrailles au:ont lieu aujourd'hui a :i
heures a I BgHtf St-|osepli.
C.ondolaikts ses pirents.
: Au salon duLolivre
La Direction de l'Ecole Spcia
le de Stno-Dadylogruphu a thon
neur d aviser les commet canttt
che/s d'administration*, directeurs
if cole, suprieurs d'institutions yous trouverez les produits
ri le public en gnral, quelle .^Ucais et eiquis de la
vient d'annexer ltoblisn-mint >.#,.,,.-;* Vivimlnii
an service de REPROQUCl ION l <*rIua trie WlVAUUOU
AL DUPLILAlAmuridi lop de Pans
pareille plut per/eClionn en son ^I)rel< bien prites pour ci-
Znre du monde gru auquel, il deauxde /! inradte. d amwrrm
iSZssibtS dobttmr.ur.e /OU le m etc, depuis \ JUMU 20 doi.
dich prpar, vlue de DU copies Choqu llret cannent une boite
la Jimie du hJle ^produire. ** Poudre, une lotion, un extrait,
s
Le su vice se charge de la pr-
paration des lettres arculairess
momorandums. indurs, enttes
de lettres, rclames, revues, listes
de prix, pr grammes, bulletins,
catalogues ttc, etc d des auditions
excepHunntlies.
Des modles des travaux dj
excuts sont e.th\bs aux intres-
ss qui en font la demande-
Les commandes sont excutes
immdiatement

* ....
I..V. ..I
1 .

; 1
U. . . .
coy 1
El
f .... 1 .. t,
SU
CHEY1 uX
,. ,. .
d. .'ri tipfti
..... C4 UMM 1^
!' raie ,r.'..ui I .: 11 <]iii roui
, l.r kl mi 1.. Uk u-
' .. -i '.. ui .mi L
i 11 ti i.. IPU(, eu
M .*> 1 I -i- i '' .:.'" Ci f nt
, 1.1 1 U C I. ^ llf I ..." Mil i
ulon de U PEI O-l 11 M
< 1 lit ]..'.......... i><
1.. '. I 1 I :
ou 1. : e r .r ipj'i .- Ici d 1 LU 1 SINA ne i.it Jamais dfaut,
i.i.r.ie dans 1.1 ca* les r-''i rcbcllfS, Bwf
doit tie li|-corr.p.~;TTie iii..-{,arab!c i!c toute
pemonre i i a : ir i. ble de t. iletw.
' j i Phsrraactcs, iirorueric et
I':n fi '. ) i ..!.!. Dnandss-la
Oj'/Urd'l i i .-. et la ticivi.z |jA, criws-nosM ui don-
n^nt lc_ r Iiraetioa ue vjt: ului |
;^r<.ihe i".ui..ia>.c
t::e OIBKtA phaimacal co. ir
Kew Yor S. A..
C

s
a^ f
P
X 3
90 a
~ e?^k
M
?
ES
O .

&
s
Mouvement
maritime
I e paquebt l CARAVELLE par-
tira mercredi 6 courant prerant fret
et pissageis pour Cap-Haitien tt le
Havre.
Port-au Prince le 27 oc ob e 1920
E. RBELIN, agent
et
ci
*$
m

P

y
Or 8.00 le millier
Ed ESTEVE fCo
PORT au-PRINCE
Avis
In fhsloi pe Saint Anfr*lpartira
probablement vendredi pour Mna-
gonr, Ane- Vean et Jrmie pie
p.- t iu ma'le ev des pp'st^ers-
L*b#ora extete do dpart aara hxes
ultiipurea ent et avis en sera donn
par cette n erre voie-
Pour 101 a tensfc'gufments.i.'edieb-
BAI*
SuClT COMMERCIALE D'HATI
Port-au-Prince, le 4 Octobre L92U
Joanny Coi dasco
:>19, Rue de Fronts-torts,
iSe Avenue, P. O Box 2 Port-au-Prince, [Hat.
Vente* sensationnelles avec grands
rabais laissant de gros bnfices
aux plus presss, f
Assortiments tr complet d'articles peur
Cordonnerie et marchands cordonniers.
Vous trouverez galement en stock :
Pe'nlure a Cerfi, chaussettes, machres coudre 1 et^ili.
Accfssc ir s pour automob les.ar icljs e uaill, lounuuires astniL
pour maleiiers, cir?^ 'Griflin et de ia c'N'bre marque lEll'ax*
pour sonli M de loules P s nuances ec. etc.
1
Pressez*tous, car ces prix ne seroi
pas maintenus longtemps
un savon et'de l'eau dentifrice.
Yous trouverez gilement de la
Parfumerie
Colgaie cf- Co
Excellentes conditions
t
Demande dlcmploi
Jeune homme, siHbo*dactylogra-
phe, dsire tie employ.
S adresser au bureau au Matin*.
J'ai trouv 1
Enfin le rerr.le elfi:ace pour tou
tes les fivres, le (a-an qui s'y rappoi-
le et de toutes les maladies prove-
nant dt / rnptirtt du fsfW.
M. A WlNTfcR
Yous t ru/ 1 z ce rfmie dans
toutts les pharmacies et chez Mr
lh St Coud jeul agent rour Huti
1622 Rue RcpLb'.icaiie Poit au-Prin-
ce.
Coumltf* voira tndtoio sur la
SIROP de DESCHIENS
( l'IIouioKloblnvj 0
Prescrit par | lus de *> i> Doctcnts des
plua nnnents du Monde enti. MM
ANEMIE MEUSTHNIE. FAIM-ESSE, MALADIE
_ 9m . ^ t. ^w t -=- ---------- ^ POIIHINE.COHVALESCENCE. SUKMEIUOE.Hr
bZ-rlTnr U i.n,lr (.-mutin"! dont I plupart .Liment |M .oies digf.ll.cs.MIs r 'lu'-','
Adsslf d.u. Isa Mplwvu d P*rls W le ft%wU "">", Ici Baladas enU'f'1 raJlr n eu une is u..u>un
La Maison ]
P. N. G R A Y & COMPANY Inc.
' A\\Port-nu Pince
le plaisir de prsenter au public
et aireommmeree saJnouvelle |
marque dejarine:
SOLEILS (iRAYLUND
Geltejinnarqo appartient exclusivej
ment notre maison. Malgr
qualit tout fait suprieure, le pri
est trs raisonnable.
1 *.
Messieurs les Boulangers.
Faites un essai, vous en serez coflj
lents et vous nous reviendrez.
P. N. 6R\Y& Company


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM