<%BANNER%>







PAGE 1

/ \ N'Importe L'Age 4M •?5I*- pour prendre avec bnfice la lgitime EMULSOM DE SCOTT productive de forces, vigueur, et nergie. FaitBDivers OBSERVATOIRE PI HT SEMINAIRE COLUGEST MARTIAL PENSETONEMENTS METEOROLOGIQUES Vendiedi 1er Octobie 1920 Baromtre 761.8 minimum 22,7 %  Tempiatuie maximum )i,i Moyenne dimni' 27 6 Ciel r.ua b tux le jeur couvtit la DUt. Orage au Sud a j h. et au Noid a 7 hdaicmiic constat.!. ;.SCHERBR Un nouvel Orchestre Sous la direction etu mettra Jn-IJjptiste, il viral de K lornier .> I'..I:-JUPrinceun uou\el preheatre philharmonique avec quelque:, ircieni '11 UMciens du I'JUIS. Cet OUbCMIC Vt lerj 1 nu 11UIL" |rour la premire loti demain bon au Cercle Bciievne, Ull connat MiCI i.i comptence du niaeMio Ji.-UapiiMc qui %  Ue| lait : es pi cuves pour qu'on pLiMC itrc asMu du luccid: cette eniteprisr. les examen s a 1 .tcoie de Droit La nation extraordinaire itcsaratni .1 l'iitole et U1011 'OUMIIJ le mercredi 0 Octobre courant, a lu heures Uu n atui au nouveau lu.n HC 1 t.coie en lace du Mute du l'etuSchnuuiie I ollcge. Le Collae-Louverture —** La mtaiae prochaine, le Collegc-Louvertuic a uia vingt cinq .ini:ct> d'esittCnC*. Des Ollllictl u'tBlasuoai patte ur uttbanci ti tonDirccttui a su vaincre toutes les tfilfcultca pout maintenu e preitige de cet utile cuMisscmeni. Nous lui udtc>on> Ma meilleure COmpiilDCDUa Amicale au Lyce Petion La runion miuuite le Amicale du Lyce Fction aura lieu de main DintaoehC ; octobre II heure prcite du matin au Lyce NaticnaL Lui die du jour compoite : L'ouvenuie ue l'Aucmble Gnrale par Mr 'J\. Uoucbereau, vice prtldenr; Uapport du hecrMitu-Gorai, Mi 11. Hraui; Kappuit du 'Pretoria Mi MexUc. Une bonne ide C'est celle (|u on a eue de dplacer la tontaine de la pla.e Mc-Anne. l-.lle gnai:,en tllet, cons deral'ltmcnt la Circulation ues VOiturtl a la rue M-Hoi oie uout ont poursuit la rclcction depuis quelques joint. La fontaine a.remplace pideux rob'Mti q ii bordent la rue. Mort subite 1.C nomm Molon Honor qui occupait Us touctious d'attach au crmonial du L/rparu* ment des Uel.itious Baierteurea, est tomb mou trier eu -r-it liant des numeios du MooilCUl I la Lgation de l'rance. Ses tunerauie* ont eu lieu aujoutd'hui. t'iaxiailles N'ous avons ru.u le laire pat dis flanaillct de Melie l.ucc Roua avec Mr Pierre Uaiily. Mariage Ce manu, a -, hcurei .1 eu heu le mariage civil de Melie Rene Htbart avec Mr Marcel Uuchatelher. Les tmoins taient, pour la marie : MM. Horace hlhiait et Aug. CiabrltU pour le marie : MM. I.dmond de l.espin.isse il rVbel Lger. AI heuies, en ILglise du Sacr-l.eur de Turge.iu a eu lieu la crmonie icliguu'.c. l'a:rain et marraine %  Mr Maurice Cnrtei et Mme i.inill. litharl, mre de la inariee. Nous renouvelons au charmant couple nos meilleur „ vieux de bonheur. Les lections qnraies i l'tiiuu Prince. AVIS H l'orUu-Prince, le '2' O ctobre 1020 Les conducteurs de voitures aulo mobile sont aviss que la licence. de chaulleur leur sera dlivre, taM aucune rtribution, par le Bureau de la Police Nanmoins len iuiresss auiont pisenter la quittance de l'Admima tiHliou communale constatant qu ils ont pay leur patente et ils recevront leur licence giatis. H. F HlCKt Chef de lu Police No charge of two dollars erill be made l'or cbautleur'a Itcenee by tliis bureau. Thia licence Will s iil be required in accoidaine witli Arts. M and 1J of ihe Trtltic it.'gulatious but will b3 given free. k U. F. HICKKV Chiff Je Police J'ai trouv! EofiD le remde elfcace pour toutes les fivres le flau qui s'y rappo le et de louies les maladies provenant de / / in puret du Sang. M. A W 11< Vous trcUjFcrci ce remde dans toutes les ; liarmacies et chez Mr |h. St Cloud eul rgent pour llaili 1622 Rue Rt ] oblicaine Poit-au-Prince. Parisiana * i^wie La A 01rUNCUE lUn MK'ct'"7 000 pieda, de la 11 ai-on Aibeil En ne 1 :.n et 1! UU Le rgi.*tre d*in*criplitp de 1E cole ind c strie Ue tt de l'Ecole du Ba Hmrnl et ouve 1 au ^e de l't bli'i.ftment fors le? j'urs de 9 heu res midi. Le conc urs d admission e:t fix au lundi 4 Ot bie 1920. \ itiiiiciii d^rrivu ebti Max Mon sa 11 lo Chameaux paille et /mire, dull couleurs, cout'l matelas, cravates, papier hyginique, gtUU de /huit lie, du mises /ranraises pli et en couleurs, culeutu Zphyr* fuux'cele, inuutlioirs taie et colon, bas de soie et mener n iliuuiselles soie tl fil, serviettes de bat n nappes et su luettes tUmossiei bretelle* 11 jitrritelles, couvr'lits et tapu UiainpaijneNous assir-t ) %  ..-; eu ce icoment un dplacement de I axe de la civilisation. l'diiu l'antiquit, cet axe tait cois titu parla Mditerrane sur les nvee de laquelle re9pieudireui tour toi r les civilisations gyptienne, grecque et romaioe. Puis 1 axe, de maritme devint commentai. La civilisation e> t l'Europe pour centre, limite par l s empires turcs et inoscovitej. hile se dpltti.a vers l'Est quand il n y a pas uncore bieu longtemps, la Russie etjMD prolongement sibne 1 taisaient ti^uie de detenseers de 1 Europe cunlie un ventuel puni jaune. La guene est venuc.au cours de laquelle) l'Allemagne, avec les atrocits comimees en Eiancu et en Belgique, les torpillages do la t Lusi tania et des uavires hpitaux, l'emploi de gez asphyxiants etc, etc.. replongea le monde dans une barbatre scieuuliquement oivaniEe. A l'Eet encore, maintenant, le bol cnyisiim maure actuel de la liussie, mai que un lecul du pregrf bien plus qu une tape francbie vers le bonheur universel. A l Ouest au contraire le pecticle est rconfortent et la civiliesiioa humaine appaiau comme tant pr.i.c 1 paleuieut cemeeutre actuellement rar les deux bords de l'Ailantique. .;^Cet ocau joue le rle qu'aesuma daus l'autiqui la Mditerrane. D'un cte dus pays neut8, pleins d'avenir, en plein essor.qui au C0U.II du \l\e sicle ont pus couscituce d'eux-mmes ; de l'autre, les nations de l'Europe occidentale et lAlrique civilise par ellesLa lMiti.ee, un milieu de tous, a un grand rle jouer et occupe une si luation piiviigie; De l'autre c>t. sa laugue en de hors uu Cauada est parle daus ses colonies de SSiiot Pierre et Miquelou de la Liouadeloupu, de la Marti.nque et de la iiuyat.e,ut CE; trs rpanuue au Mexique, au Brsil et en Argen une. Linipoi tance de s pajs de langue ane.aue est non moins remarqua ble : lies biilaumquts, Nigeria, ntn que du Sud, Canada, Etala Unis, Trmidad, Guyane. L'espagnol et le portugais avec les paya u Luiope, d Altiquer tt d'Amri que ou 1 s sent parls, unt aussi une pat licgoietique consiuerabie. En raison ue la lacilu pour ceux qui parlent ces deux dernires lan gus u'uppiudre le franais, il sein nie que si< a titre on langue auxihui re, 1 enseignement ici d l-engleie, la du frtnelei tait suivant les payt, cbligaioire, la dillusion de ces deux ;, i. L. s permettrait tous lea habi lame des paya nveiains de 1 Allant 1 que, de communiquer entre eux. Le piogrii des moyens de loco mut.OQ lend de plus en plus rap picViirr les d stances. Le XI Xe sicle a vu percer les grandd canaux de Suez e: de Prnama Le sicle verra sans doute construire utux grands tuuue.s, coasuuire deux grands tunnels, l'un oua la Marche l'uulre rehanl pii de Gitraltar le Maroc a lEspague, l'Euiupe a 1 AtnqueLe dvuloppemeul du.'rail peiinot ira lexpiess Loudres Dvkar. de dnninnar encore la ui* ance tntiu l'Europe et l'Amrique de SudAinsi l'At'antique jouera le rie de ia Mditetanee dans I antiquit et les listancea entre, par exouq le, Liveipool et New York ou lior leaux et Riu seront seusiblemtnt gales comme temps de uaveisee u ce qu'talon', il y a deux mille ai.s les voyages par mer ue mille ai.s n j voyages par mer de Marseille Car thage ou de Rome eu t litucie. 1.0 i-du Atiau ique est a pi t sent i'exe de la CivilisationLes nations GRIPPS. CATHARKES, LARYNGITE, DRONCHITtS SUITES Ile COQUELUCHE ET DE ROUGEOLE. SOU l'influena du PULMOERUM" I.A TOUX SB CALMI". IMMEDIATEMENT L FBEVKE ET LES SUEUrtS WOCTUhKES DISPARAISSENT. L'OPPRESSION ET LES POINTS DE COT S'ATTENUENT L'AI'IT.TIT KEVIENT. LE SOMMEIL LEAPP^HAIT LES FOACBS E£ LENEUGIE RENAISSENT. EMPLOYE DKS IES HOPITAUX RECO.V-ANDE PAR LA MA1CRITE DU CORP MEDICAL FRANAIS. AP-REtir. PAU PLUS DE iO.000 KtDEC.NS TRANCEgJ 3VIOT>K D'KMPLOI Un cuiller cal main i t(l > El VESTE, DANS TOMES LEi IMOBBttB ET PHARMACIES PIIKIE BE PE. 15. lit k Buvz l Dlicieuse V t. r-j>ar?r< A&3a'.iik£at liivtt ne tt&ttitru mi eu oo .Viti' lioisvori ineotnpon d'une so\eni %  iluisf .lllij .-l 1 .... %  •. 1 %  il.--. 'Mu'-, %  : ITi%  ara inatontaninaat ans f.u ri famwotaIon •%  vi-is.'m' tlmp amanl uttacuiilaaa u. I-HUITA .1 iiiv UN litl : ..''PU. Exiftl xnrtoiilIr ti.i'ti l-r'i.m i';o •'•.qui '':ut faraUU an troriuu %  r/Mf, iln tt tgrtMt Ut'cBM : hiac:(i.l.-, Ir.Ui.u! ;l Ji— a't! u.iUU'.iCRap r aa o niaiiui : e. urptou Pwuaoo-ilanioo • VAILLANT ot BOUET, %  1720. hto .• Z.y./^-.l-l'Elsl. — PI/K-ju-rMKlE des Revue Deux Mondes t;, rut Je I Lnivtrnti, Paris SOMMAHE DE LA I I VKAISON DU 1er Seitunb.e 1920 Nos Grands Chefs.— Le Marchal lollre, Gabriel Hmotaux, de l'Ace demie franaise. Ll Colonel Habry ksV lie d'Or.II. La K'surtc tion de Caitb ge, Louis Bertrand Le Manoir — D ux me partie, lohn Gai; Aor'hy Cinquante an.de politique exl rieur; Ai d.e Lben Franco s Bulcz l la Comdie l'ran aisr, Ker. Doumic, de lAcadmie franaise Senes de mteuis ltc'oraIe. f .— Lo liiKANCKR ejj lr. 47 ir. 24 lr. 50 Lis ahonuimtnlj partait du ltr et du 1} de t'i'iqu* mois frik lu Numiro 4 lr. ;o— lranger ; lianes qui le bordent sont disliues avoir fles rapport conomiques et moraux de P'UB eu plup frquents et quelque Congia reuuna uu jour pour la 8ai;ve^bidd uu le dveloppement d'iutits communs, les reprsentants de c-. pays pour l'oigauisatiOD en attetidaut (|ue se ralise l. rve universel de Wilsun, dune tSociei • Us Natious uveraine de 1 Atlautiiue Mrdiane de la QvillsaUon. CIGAREHES Or 4 801emillis EdESTEVE PORT-au-PRINCE Mouvement mari Le paquebot CARAVEIli Stn-Iuan de Porto Rica le j* r^nt est attendu ici samedi j bre. L'itinraire sera tab'i i du paqurbot. Port-au Prince le 27 sept" E. ROBEUHj Le steamer ADVANCEdej Panama est atiendu ici if ;o septembre i / heures r midi el repartira demaia ports du Sud. le steamer PANAMA Colon putira pour New M O:to'>re. , Les Gœeletes iDabry'J, Conception en rade,partoprenant passagers d.rec"" Santiago de Cuba. Pour tous iM_.y.^ %  •adrester J. MCAT0R.1 du Magasin de l'EutLis 1e Panama: Le stej*M vance t lajsse aJo a / d .J% Prince pour les ports d IW mal, prenant frets et osssr Le steamer "' naffl n 8 r u au-PrinceleJducoar.^^ directement poiu*New^ Ecole des Sm Appliques > d'admission est me au l D 1 Le registre c ioscriptioa J au sige de l'Etablisse^ * Port U Pnace W 2 < 1920



PAGE 1

rjimoanue.Ao Job/ Port au Prince,Hati —s SameJi 2 Octobre fvOO piRgCTEOR-PROPRIETAIRE jjujueiit-MGLOIRE J( A GISTRAT COMMUNAL ILS rjlOi' N tmco i5cENriMis a; i.oo DKFAftTE4*MTr iDicii quoi IfRANGEh G. 2.50 7.00 • 800 [-nonces sont reues au Comptoir lt> 1 d de Publicit, 9 Rue Tronchet, Pl JI( 2}, Ludgate Hill, Londres, Quotidien REDACTION; Rue Amricaine No. 1358 Causerie conomique 1 le vague de baisse qui a IHX rivages amricains, et Upercussion s'est fait sentir [•nncip&ux inarcha des maoirea —ceux des textiles .00111 a sans doute apporfi matrielle que nous ne ripions pas en attribuant ment et la spculation, aepartie, lu CIHH europen jfli que les banques de ta refusassent tre plus complices de ces ma,en coupant les 1 redits sur let en exigeant le rembour avarjcea faites, pour [lri'able liquidation s'en si 1 prix de cousomtnation iicbe\i ne sauraient, du 1 longtemps encore, tn tre Meioeat influencs; la tvai-iase n'a g-.r eu, dans 1, que ce rsultat et ; l'ancommaud.s qu'avaient icsminergacts aux usiniers œinufacturiers L'interm.iItt (ITet, prtend bmiimer ]ebamp de toute hausBH d?s (premire?, sans tenir comp bis auxquels il a pu [la marchandise disponible 1 agasias; mais il n'Admet rtcipioqae : s'il y a baissa re premire, il entend, le se rpercute EUT les lil, avoir vendu aux p:ix l'eors escompts par lui "lavait achet des cours r cela, il suspend les n phnomne paradoxal ~ 1 assistous : en suite des toi de la guerra et Je sou iconsotuma'ion en vie ha ncessit de produire tut impeuBP, cepend int, terre et en Belgiqua. par on voit les usiniers dcre ihott timei, c'est-id.re lu "4e la journe de huit Ii9u '(•lia de ne pas avoir portes! J**, une baisse brut que sur les maiires pre140e le commerce se tient 6, et que l'industrie se m un arrt partiel entrai [Jwiil lduit. Ce ne peut TMiuiion au problme de n. Elle eat ailleurs, et, au 1 moins compliqueElle " volont du consomma Nne saurait s'y mprendre, Wœe pas obstinment les previdence : 1 parc fai'e "wtent, il subsiste que I Eu jotinrr ses rserves. Sa Wvt8 ett au surplus coosi"^•Ifiibhe par la dispari millions d hommes qui [•J 'Orces vives. Ceux qui j, to obtenu de travailler ( !" D e peroit,d8lors.que m tre par des mubuiei la production que '.'e dlicat aiuei creusa? 'iwphsie, c'est celui qui 1er deuiaridor aux voi* OUS manque, mais il [Jjmeut onreux cause '^ee normes des changes Pga sont fonction ues Werre, q UO n ne pourrait '^f parla bauquerou e. Piou ia, pour l'Europe L *• e pose selon les donVivl : le relour ' b ^n gwt-snerr-e est imposante, eui 1 marcn! extrieurs lu '. la surproduction sa reauction des heuits de V | qua don faire le cou rr uonQable? .>Se restrem Clment. *ent conomique est SiVINS BOISSONS Bordeaux rouge en barriques et par caisses Bordeaux blanc en barriques et par eusses Bordeaux rouge lin Tivoli Bordeaux rouge lin Le B lardin Bordeaux rouge lin Cardinal Bo'detrx rouge lin Grand Seigneur, Petit Caillou Vieux Chape 1 un & Fin bouquet. • Fin* d'fispagne de Malaga Majagatn barriques et en misses de I2|l bouteilles Madre en baniquei et en cajss's de I2t1 bouteilles Moselle] liu en barrique' et en caisses de 12(1 bouteilles Ope/o rouge et blanc en cuises Champagne Charles Heidieck Deniiser, fiol amiicain el brut T 4l il*1i t~< Marie Brizard, L. /Vlcolleau, Nuyens 8t Co, J-JUJU i €# o Crm de menthe, Cacao, anisatte, Saint Vincent de Pari — excellent #£//> &f /* Hollandaise — Z H B — brune et blonde MM**si ls rranftiie — Brasserie de la Meuse. JGrfpe Juice, Apple Juica (excellents rofraichitsemenla) End'axlchez : MM. U. fiN> aadakCo, Simon Vieux, A Bcha, Bazar Mtropolitain. Pi'ion Pignat, Marias Berne, Lonce Hls Aim, A. 1ment /ils. En gros chez L Freelznra ggerholm c* prix, Ki outre, la vie sera certainement moins chre, car l'oilre pOQIT, de la sorte, devenir plus abondante que la demande. Ht il faudra bien dj dans la priode transitoire des stocks existant?; que les intermdiaires consentent des ra tapour s'en dbarrasser Antre meut, que deviendrait leur crdit t Qu'on ne se berce pas d'illusions : la baisse, mme parce moyen hroi que, ne sera pas considrable, car les prix des charbons,des transports resteront levs, et il serait chimri qne de croire qu'on pt revenir, fl-ce dans des circona ances normales — et nous en sommes loin encore! — sur les augmentations r'e salairesMais on aura ainsi permis l'Europe de ne plus acheter ailleurs que le strict ncessaire do baisse de certains produits qui auront besoin de s'couler Et surtout, le dfait en production, d eux pertes en vies humaines, la destruction de riches rgions industrielles, aux revendications ouvrires, sera com peua par le ftacrifiO*. aoinm • toute lger, qui; fera le consommateur eu appliquant la UUre le conseil d iiarpapon, qui est bien plus d un bornai ) de b)u sensque d un a.'are ; qu'il faut mai ger pour vivre et non pas vivre pour manger Pour Croix des Bouquets Le premier dpait peur la fte du Rosaire aura lieu Samedi six heu res et demie.il y aura 3 dparts, dimanche 4 heures 5 1)3 et 7 heures du matin. l'iix 1.00 dollar pour ces voyagss A cause du nomore restreint de place 11 faut que d aujourd'hui on achte son Ucktt car il n'y aura de place que pour ceux qui en seront munis. Service d'automobile POQB GKAND-GOAVE A l'occasion de la fte St Franois le camion laissera Port au Pnace a y heures 1 j2 du matin et dimanche 1 heures du soir. L tribunil de paix section nord a, dans ?on audi.'t.ce du 28 S?ptemb e courait. renJu les jugements suivants sous la prsidence du juge A. StL. — Alatsil'on Doftcifl contre les poux Stnio Coutard et Denis Ar mand. Celui qui dit et ddire que U saisie exi.ution du trente Aot expir eif.'Ctttf a la requte d^s dames Stnio Coutard e D. Armandl'a ete en veftu d'untitrequinecoacerne pasMassi'.'.on Doracin, fait i < jonction au gardien Lamry de remettie au sieur Doraciu les objets et animaux saisis, rejette .esdommiges intrs clams C3n'ri les dites dmes vu que dan; les -rcoustinces pr entes les fauus commises ni leur sont pa impu.ables condamne les d tes dames aof dpem et ordonne lex cation provisoire du prsent juge ment moy:aaant caution en cas d'appib — Raphi 1 Franois contre Eva r-iti D.rvllc. Celui qui condamne le dfendeur api>erau demandeur par toutes les voies de droit et sans dlai la sus dite somme de 30 gourdes, moat..n: le l'obligation souscrite — Pam!'.-' R.udan contre H.mry H Mayard. Celui qui doaoi dfiut contre le dhndeuret pojr le pro ht dorme ace h demanderesse de la rduction de sa c/canc; a 3 gour des vu le versement ta t par le cit, en co:isqae:;:ecoodamr.e ce dernier i verser saus dlai ia sus due valeur sans prjudice des loyeil bus et choir P. c. s. A l'oc:aaion de la Fte Patronal* de la Croix des Bouquets le Diman che ;J courant, h Public est provenu qa'uu train|supDl^nentare partira de h Gare du Nord 0 limes. A. M. et de la Croii des Bouq'iuts 3 heures :io p.m. Lv DIKKCTION 0.1 lei ait bien des eboses si fou croyait moins i'iuipossible. TE LE PNOM': As CAUSERIE FEMININE Les programmes otliciels des croies primaires disent que l'ducation physique, l'ducation intellectuelle et l'ducation morale des levs sont l'objet de la sollicitude constante du personnel enseignant. Celui-ci veille soigneusement i ce que les enfants s'habituent a obseiver, en toutes circonstances, les rgles de la biensance. Tout le monde ne proclame t-il pas que la mission de 1 instituteur n'est pas uniquement de communiquer des connaissances intellectuelles, mais consiste principalement former des caractres ? ht pourtant, dans la ralit, on constate que la jeunesse ne (ait pas prcisment preuve du savoir-vivre que l'on est en dioit d'exiger d'elle. Au loni, l'cole moderne est enco.e trop diomine par le dsir d'instruire, tt oublie souvent de faire l'ducation de l'enfance. Cette critique s'adresse beaucoup plus au programme qu'aux matres, en ce sens que le rglement et l'horaire les obligent i porter presque toute leur atteu'io 1 sur les branches d'enseignemen', et ne leur laissent gure le temps de s'occuper utilement de la tormation morale. Il y a, d'ailleurs, un f lit caractristique signaler. Les programmes d'enseignement ont t reviss a plusieurs repiises dj et, chaque fois 01 a jug ncessaire de les tendre, soit en y ajoutant des lubriques nouvelles, soit en dveloppant lies matires anciennes. Ils ont pris ainsi une extension exagre, contre laquelle il importe de ragir. Quand verra-t-on une commission de revision d'un programme scolaire rduire celut-ci ea laguant ce qui e>t inutile ou exces;it, afin de permettre aux lves de comprendre et d assimiler les matires, afin aussi de uoaner au personnel enseignant le temps de s'occuper la fois de Fins tru: ion et de l'ducation ? F. fuul que la culture morale puisse 're poursuivie efficacement l'cole; pour cela, il est indispensable de complter la mthois o:ca>:onnelie qui se p.ai.que aujourd'hui, par un enseignement moral organis tt systmatique. Cette ncessit s'impose au quatrime deg comme l'cole prim ire, dans l'enseignement techn que, comme l'cole moyenne, 1 1 aih.e omme i 1 cole normale, i larme comme dans l'enseignement gnrai. Mais que l'on accorde en mme tem/> %  aux miitres de tous les degrs le temps de se consacrer i cet.e ducation morale que le programme appelle avec raisou, t lœuvre la plus non e, la plus importante de la mission du personnel enseigaat.1 . Et que, partout, dans ies familles et l'cole, on veille d'une manire p rmanente faire acqurir le tavoif viv.c aux enfants e aux adolescents. Ne nglige-ton par. vraiment trop de leur donner l'habitude de la pra tique des petit devoirs ? Elirez da 1 • un prau ou une cour d'cole, vous y verrez des papiers i terre, des ins:nptions sur les murs ; pourquoi les lfM n ont-ils pas le r:pect de leu: co'.t comme ils ont ou dviaient avoir le respect de leur habitation ? Observez de-. IkVM qui en KUI a l'e.u.c pat un temps de Nouvelles Etrangre r*ARICABlE 1er Octobre PARIS— feLa couDe^GordorTBn"net a t dispute btampes eu trois tours de piste. L'amiicain Schroder dut atterrir aprs le premier tour, son moteur ne fonctionnant plus. Le franais Lecointe lit les 300 kilomtres en une heure six minutes dixsept secondes, c'est-i-dire une moyenne de 271 kilomtres i l'heure. Romanet finit les 300 kilomtres en une heure 39 minutes 30 secondes. Les autres concurrents abandonnient la course. PARIS— Ou a nomm chevalier de la lgion d'honneur la marquise de Noailles a ainsi que Madame |ouvenel. PARIS—Des tlgrammes de flicitations arrivent tous les jours l'Elyse de la pat des principaux souverains et hommes d Etat. ORLEANS—Le congres de la|con fdration gnrale du travail s'est ouvert hier. La premire session a eu pour objet la vrification des mandats avant de commencer toute discussion. La premire session donne l'impression que les extrmistes taient trs fortement reprsents dans cette assemble. PARIS— Le reprsentant de c l'Eclair > eut une conversation avec l.eygues durant laquelle il a obtenu quelques indications sur le program me du nouveau ministre des allaires trangres en ce qui concerne la Syrie.Leygues approuve compltemeut l'attituac et la politique du gnral Couraud. PARIS—Le Matin annonce que l'amiral l)um:suil qui est parti rcemment de Foulon pour l'est de la Mditerranne o il devait remplacer l'amiral Debon a t charg dassuer l'excution du trait de Sevrs. PARIS— L'Oici.l publi un d; cret supprimant les restrictions sur fussenes. BRUXELLESA la confrence il-c njm que le d.gu franais A vnal dclare que la discussion s'tend trop surja politique intrieure des nations. La dlgation franaise demande une rsolution tendant i terminer la discussion rapide des affailes Mercredi 'A comi s'occup.ra de !• question du change. pluieoudeboue;combien y et: a-t'il qui s'essuient les pieds ? Laissez des lves seuls en classe.nese rendront; ls pas coupables d'actes de mauvais gr, aussi b.eu les jeunes gens de dix huit ans que ceux de douze ans? Pourquoi les lves, quand l'institu teur ou le professeur est absent, croient-ils devoir donner l'exemple del mauvaise conduite?Et combien de faits plus inquitants pourraient tre signals, dns les coles de filles comme dans celles de garons, dans les tablissements frquents par les enfants de la bourgeoisie et de la classe aiss, comme dans les coles populaires ? La formation morale a besoin d'tre intensifie : maintenant plus que jamais, elle doit proccuper les pa rents et les matres. Un etlort consi drable doit tre fait si nous voulons donner i la jeunesse les qualits et les sentiments qui sont les caractns 1 ques du type de 1 homme accom pli. Accentuons l'ducation morale dans la tamille ; instituons l'cole un enseignement moral... Suzanne CARON / s


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05230
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, October 02, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05230

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
rjimoanue.Ao Job/
Port au Prince,Hati
s
SameJi 2 Octobre fvOO
piRgCTEOR-PROPRIETAIRE
jjujueiit-MGLOIRE
j(Agistrat Communal
Ils
rjlOi'
Ntmco i5cENriMis
a; i.oo
DKFAftTE4*MTr
iDicii
quoi
IfRANGEh
G. 2.50
7.00
800
[-nonces sont reues au Comptoir lt>
1 d de Publicit, 9 Rue Tronchet, Pl
JI( 2}, Ludgate Hill, Londres,
Quotidien
REDACTION; Rue Amricaine No. 1358
Causerie conomique
1
le vague de baisse qui a
Ihx rivages amricains, et
Upercussion s'est fait sentir
[nncip&ux inarcha des ma-
oirea ceux des textiles
.00111 a sans doute appor-
fi matrielle que nous ne
ripions pas en attribuant
ment et la spculation,
aepartie, lu cihh europen
jfli que les banques de
ta refusassent tre plus
complices de ces ma-
,en coupant les 1 redits sur
let en exigeant le rembour
avarjcea faites, pour
[lri'able liquidation s'en si 1 -
prix de cousomtnation
iicbe\i ne sauraient, du
1 longtemps encore, tn tre
Meioeat influencs; la tva-
i-iase n'a g-.r eu, dans
1, que ce rsultat et ; l'an-
commaud.s qu'avaient
icsminergacts aux usiniers
inufacturiers L'interm.i-
Itt (ITet, prtend bmiimer
]ebamp de toute hausBH d?s
(premire?, sans tenir comp
bis auxquels il a pu
[la marchandise disponible
1 agasias; mais il n'Admet
rtcipioqae : s'il y a baissa
re premire, il entend,
le se rpercute eut les
lil, avoir vendu aux p:ix
l'eors escompts par lui
"lavait achet des cours
r cela, il suspend les
n phnomne paradoxal
~ 1 assistous : en suite des
toi de la guerra et Je sou
iconsotuma'ion en vie ha
ncessit de produire
tut impeuBP, cepend int,
terre et en Belgiqua. par
on voit les usiniers dcre
ihott timei, c'est-id.re lu
"4e la journe de huit Ii9u
'(lia de ne pas avoir
portes!
J**, une baisse brut que
sur les maiires pre-
140e le commerce se tient
6, et que l'industrie se
m un arrt partiel entrai
[Jwiil lduit. Ce ne peut
TMiuiion au problme de
n. Elle eat ailleurs, et, au
1 moins complique- Elle
" volont du consomma
Nne saurait s'y mprendre,
We pas obstinment les
previdence : 1 parc fai'e
"wtent, il subsiste que I Eu
jotinrr ses rserves. Sa
Wvt8 ett au surplus coosi-
"^Ifiibhe par la dispari
millions d hommes qui
[J 'Orces vives. Ceux qui
j, to obtenu de travailler
(Deperoit,d8lors.que
m tre par des mubuiei
la production que
'.'e dlicat aiuei creusa?
'iwphsie, c'est celui qui
1er deuiaridor aux voi-
* ous manque, mais il
[Jjmeut onreux cause
'^ee normes des changes
Pga sont fonction ues
Werre, qUOn ne pourrait
'^f parla bauquerou e.
. Piouia, pour l'Europe
L * e pose selon les don-
Vivl : le relour 'b^n
gwt-snerr-e est imposante,
eui 1 marcn!* extrieurs
lu '. la surproduction sa
* reauction des heuits de
'V|. qua don faire le cou
rruonQable? .>Se restrem
Clment.
*ent conomique est
SiVINS BOISSONS !
Bordeaux rouge en barriques et par caisses
Bordeaux blanc en barriques et par eusses
Bordeaux rouge lin Tivoli *
Bordeaux rouge lin Le B lardin
Bordeaux rouge lin Cardinal
Bo'detrx rouge lin Grand Seigneur, Petit Caillou Vieux Chape
1 un & Fin bouquet.
Fin* d'fispagne de Malaga
Majagatn barriques et en misses de I2|l bouteilles
Madre en baniquei et en cajss's de I2t1 bouteilles
Moselle] liu en barrique' et en caisses de 12(1 bouteilles
Ope/o rouge et blanc en cuises
Champagne Charles Heidieck
Deniiser, fiol amiicain el brut
T 4l il*1i t~< Marie Brizard, L. /Vlcolleau, Nuyens 8t Co,
J-juju i # o Crm de menthe, Cacao, anisatte, Saint
Vincent de Pari excellent
#//> ?/* Hollandaise Z H B brune et blonde
MM**si ls rranftiie Brasserie de la Meuse.
JGrfpe Juice, Apple Juica (excellents rofraichitsemenla)
End'axlchez : MM. U. fi- N> aadakCo, Simon Vieux, A
Bcha, Bazar Mtropolitain. Pi'ion Pignat, Marias Berne, Lonce
Hls Aim, A. 1ment /ils.
En gros chez
L Freelznra ggerholm
c* prix, Ki outre, la vie sera cer-
tainement moins chre, car l'oilre
pOQIT, de la sorte, devenir plus
abondante que la demande. Ht il
faudra bien dj dans la priode
transitoire des stocks existant?; que
les intermdiaires consentent des ra
ta- pour s'en dbarrasser Antre
meut, que deviendrait leur crdit t
Qu'on ne se berce pas d'illusions :
la baisse, mme parce moyen hroi
que, ne sera pas considrable, car
les prix des charbons,des transports
resteront levs, et il serait chimri
qne de croire qu'on pt revenir,
fl-ce dans des circona ances nor-
males et nous en sommes loin
encore! sur les augmentations r'e
salaires- Mais on aura ainsi permis
l'Europe de ne plus acheter ailleurs
que le strict ncessaire do baisse
de certains produits qui auront be-
soin de s'couler Et surtout, le d-
fait en production, d eux pertes
en vies humaines, la destruction
de riches rgions industrielles, aux
revendications ouvrires, sera com
peua par le ftacrifiO*. aoinm toute
lger, qui; fera le consommateur eu
appliquant la UUre le conseil
d iiarpapon, qui est bien plus d un
bornai ) de b)u sensque d un a.'are ;
qu'il faut mai ger pour vivre et non
pas vivre pour manger
Pour Croix
des Bouquets
Le premier dpait peur la fte du
Rosaire aura lieu Samedi six heu
res et demie.il y aura 3 dparts, di-
manche 4 heures 5 1)3 et 7 heures
du matin.
l'iix 1.00 dollar pour ces voyagss
A cause du nomore restreint de
place 11 faut que d aujourd'hui
on achte son Ucktt car il n'y aura
de place que pour ceux qui en seront
munis.
Service d'automobile
POQB GKAND-GOAVE
A l'occasion de la fte St Franois
le camion laissera Port au Pnace a
y heures 1 j2 du matin et dimanche
1 heures du soir.
L tribunil de paix section nord
a, dans ?on audi.'t.ce du 28 S?p-
temb e courait. renJu les jugements
suivants sous la prsidence du juge
A. StL.
Alatsil'on Doftcifl contre les
poux Stnio Coutard et Denis Ar
mand. Celui qui dit et ddire que
U saisie exi.ution du trente Aot
expir eif.'Ctttf a la requte d^s da-
mes Stnio Coutard e D. Armandl'a
ete en veftu d'untitrequinecoacerne
pasMassi'.'.on Doracin, fait i au gardien Lamry de remettie au
sieur Doraciu les objets et animaux
saisis, rejette .esdommiges intrs
clams C3n'ri les dites dmes vu
que dan; les -rcoustinces pr entes
les fauus commises ni leur sont
pa impu.ables condamne les d tes
dames aof dpem et ordonne lex
cation provisoire du prsent juge
ment moy:aaant caution en cas
d'appib
Raphi 1 Franois contre Eva
r-iti D.rvllc. Celui qui condamne
le dfendeur api>erau demandeur
par toutes les voies de droit et sans
dlai la sus dite somme de 30 gour-
des, moat..n: le l'obligation souscrite
Pam!'.-' R.udan contre H.mry
H Mayard. Celui qui doaoi dfiut
contre le dhndeuret pojr le pro
ht dorme ace h demanderesse de
la rduction de sa c/canc; a 3 gour
des vu le versement ta t par le cit,
en co:isqae:;:ecoodamr.e ce dernier
i verser saus dlai ia sus due valeur
sans prjudice des loyeil bus et
choir
P. c. s.
A l'oc:aaion de la Fte Patronal*
de la Croix des Bouquets le Diman
che ;J courant, h Public est prove-
nu qa'uu train|supDl^nentare par-
tira de h Gare du Nord 0 limes.
A. M. et de la Croii des Bouq'iuts
3 heures :io p.m.
Lv DIKKCTION
0.1 lei ait bien des eboses
si fou croyait moins
i'iuipossible.
TE LE PNOM': As
CAUSERIE FEMININE
Les programmes otliciels des cro-
ies primaires disent que l'ducation
physique, l'ducation intellectuelle
et l'ducation morale des levs sont
l'objet de la sollicitude constante du
personnel enseignant. Celui-ci veille
soigneusement i ce que les enfants
s'habituent a obseiver, en toutes cir-
constances, les rgles de la biensan-
ce.
Tout le monde ne proclame t-il
pas que la mission de 1 instituteur
n'est pas uniquement de communi-
quer des connaissances intellectuel-
les, mais consiste principalement
former des caractres ? ht pourtant,
dans la ralit, on constate que la
jeunesse ne (ait pas prcisment
preuve du savoir-vivre que l'on est
en dioit d'exiger d'elle.
Au loni, l'cole moderne est en-
co.e trop diomine par le dsir d'ins-
truire, tt oublie souvent de faire l'-
ducation de l'enfance. Cette critique
s'adresse beaucoup plus au program-
me qu'aux matres, en ce sens que
le rglement et l'horaire les obligent
i porter presque toute leur atteu'io 1
sur les branches d'enseignemen', et
ne leur laissent gure le temps de
s'occuper utilement de la tormation
morale.
Il y a, d'ailleurs, un f lit caractris-
tique signaler. Les programmes
d'enseignement ont t reviss a
plusieurs repiises dj et, chaque
fois 01 a jug ncessaire de les
tendre, soit en y ajoutant des lu-
briques nouvelles, soit en dvelop-
pant lies matires anciennes. Ils ont
pris ainsi une extension exagre,
contre laquelle il importe de ragir.
Quand verra-t-on une commission
de revision d'un programme scolaire
rduire celut-ci ea laguant ce qui
e>t inutile ou exces;it, afin de per-
mettre aux lves de comprendre et
d assimiler les matires, afin aussi de
uoaner au personnel enseignant le
temps de s'occuper la fois de Fins -
tru: ion et de l'ducation ?
F. fuul que la culture morale puisse
're poursuivie efficacement l'co-
le; pour cela, il est indispensable de
complter la mthois o:ca>:onnelie
qui se p.ai.que aujourd'hui, par un
enseignement moral organis tt sys-
tmatique. Cette ncessit s'impose
au quatrime deg comme l'cole
prim ire, dans l'enseignement tech-
n que, comme l'cole moyenne, 1
1 aih.e omme i 1 cole normale, i
larme comme dans l'enseignement
gnrai.
Mais que l'on accorde en mme
tem/> aux miitres de tous les degrs
le temps de se consacrer i cet.e du-
cation morale que le programme ap-
pelle avec raisou, t luvre la plus
non e, la plus importante de la mis-
sion du personnel enseigaat.1 .
Et que, partout, dans ies familles
et l'cole, on veille d'une manire
p rmanente faire acqurir le tavoif
viv.c aux enfants e aux adolescents.
Ne nglige-ton par. vraiment trop
de leur donner l'habitude de la pra
tique des petit devoirs ?
Elirez da 1 un prau ou une cour
d'cole, vous y verrez des papiers i
terre, des ins:nptions sur les murs ;
pourquoi les lfM n ont-ils pas le
r:pect de leu: co'.t comme ils ont
ou dviaient avoir le respect de leur
habitation ? Observez de-. IkVM qui
en kui a l'e.u.c pat un temps de
Nouvelles Etrangre
r*ARICABlE
1er Octobre .
PARIS feLa couDe^GordorTBn"-
net a t dispute btampes eu trois
tours de piste. L'amiicain Schroder
dut atterrir aprs le premier tour,
son moteur ne fonctionnant plus. Le
franais Lecointe lit les 300 kilom-
tres en une heure six minutes dix-
sept secondes, c'est-i-dire une mo-
yenne de 271 kilomtres i l'heure.
Romanet finit les 300 kilomtres en
une heure 39 minutes 30 secondes.
Les autres concurrents abandonnient
la course.
PARIS Ou a nomm chevalier
de la lgion d'honneur la marquise
de Noaillesaainsi que Madame |ou-
venel.
PARISDes tlgrammes de fli-
citations arrivent tous les jours
l'Elyse de la pat des principaux
souverains et hommes d Etat.
ORLEANSLe congres de la|con
fdration gnrale du travail s'est
ouvert hier. La premire session a
eu pour objet la vrification des
mandats avant de commencer toute
discussion. La premire session don-
ne l'impression que les extrmistes
taient trs fortement reprsents
dans cette assemble.
PARIS Le reprsentant de c l'E-
clair > eut une conversation avec
l.eygues durant laquelle il a obtenu
quelques indications sur le program
me du nouveau ministre des allaires
trangres en ce qui concerne la Sy-
rie.Leygues approuve compltemeut
l'attituac et la politique du gnral
Couraud.
PARISLe Matin annonce que
l'amiral l)um:suil qui est parti r-
cemment de Foulon pour l'est de la
Mditerranne o il devait remplacer
l'amiral Debon a t charg dassu-
er l'excution du trait de Sevrs.
PARIS L'Oici.l publi un d;
cret supprimant les restrictions sur
fussenes.
BRUXELLES- A la confrence
il-c njm que le d.gu franais A v-
nal dclare que la discussion s'tend
trop surja politique intrieure des
nations. La dlgation franaise de-
mande une rsolution tendant i ter-
miner la discussion rapide des affai-
les Mercredi 'a comi s'occup.ra de
! question du change.
pluieoudeboue;combien y et: a-t'il
qui s'essuient les pieds ? Laissez des
lves seuls en classe.nese rendront;
ls pas coupables d'actes de mauvais
gr, aussi b.eu les jeunes gens de
dix huit ans que ceux de douze ans?
Pourquoi les lves, quand l'institu
teur ou le professeur est absent,
croient-ils devoir donner l'exemple
del mauvaise conduite?Et combien
de faits plus inquitants pourraient
tre signals, dns les coles de filles
comme dans celles de garons, dans
les tablissements frquents par les
enfants de la bourgeoisie et de la
classe aiss, comme dans les coles
populaires ?
La formation morale a besoin d'-
tre intensifie : maintenant plus que
jamais, elle doit proccuper les pa
rents et les matres. Un etlort consi
drable doit tre fait si nous voulons
donner i la jeunesse les qualits et
les sentiments qui sont les caractns
1 ques du type de 1 homme accom
pli.
Accentuons l'ducation morale dans
la tamille ; instituons l'cole un
enseignement moral...
Suzanne CARON
/
s

.


/
\ N'Importe L'Age

4M
?5I*-
pour prendre avec bnfice
la lgitime
EMULSOM DE SCOTT
productive de forces, vigueur,
et nergie.
FaitBDivers
OBSERVATOIRE
PI HT SEMINAIRE
COLUGEST MARTIAL
PENSETONEMENTS
METEOROLOGIQUES
Vendiedi 1er Octobie 1920
Baromtre 761.8
minimum 22,7
Tempiatuie
maximum )i,i
Moyenne dimni' 27 6
Ciel r.uabtux le jeur couvtit la
DUt.
Orage au Sud a j h. et au Noid
a 7 h-
daicmiic constat.!.
;.SCHERBR
Un nouvel Orchestre
Sous la direction etu mettra Jn-IJjptiste, il
viral de K lornier .> I'..i:-ju-Prince- un uou\el
preheatre philharmonique avec quelque:, ircieni
'11 UMciens du I'jUis. Cet OUbCMIC Vt lerj 1 nu 11-
uil" |rour la premire loti demain bon au Cercle
Bciievne,
Ull connat MiCI i.i comptence du niaeMio
Ji.-UapiiMc qui Ue| lait : es pi cuves pour qu'on
pLiMC itrc asMu du luccid: cette eniteprisr.
les examen s a 1 .tcoie de Droit
La nation extraordinaire itcsaratni .1 l'iitole
et U1011 'oumiij le mercredi 0 Octobre cou-
rant, a lu heures Uu n atui au nouveau lu.n HC
1 t.coie en lace du Mute du l'etuSchnuuiie
I ollcge.
Le Collae-Louverture**
La mtaiae prochaine, le Collegc-Louvertuic
a uia vingt cinq .ini:ct> d'esittCnC*. Des Ollllictl
u'tBlasuoai patte ur uttbanci ti tonDirccttui
a su vaincre toutes les tfilfcultca pout maintenu
e preitige de cet utile cuMisscmeni.
Nous lui udtc>on> Ma meilleure COmpiilDCDUa
Amicale au Lyce Petion
La runion miuuite le Amicale du Lyce
Fction aura lieu de main DintaoehC ; octobre
II heure prcite du matin au Lyce NaticnaL
Lui die du jour compoite :
L'ouvenuie ue l'Aucmble Gnrale par Mr
'J\. Uoucbereau, vice prtldenr;
Uapport du hecrMitu-Gorai, Mi 11. Hraui;
Kappuit du 'Pretoria Mi MexUc.
Une bonne ide
C'est celle (|u on a eue de dplacer la tontaine
de la pla.e Mc-Anne. l-.lle gnai:,en tllet, con-
s deral'ltmcnt la Circulation ues VOiturtl a la rue
M-Hoi oie uout ont poursuit la rclcction depuis
quelques joint.
La fontaine a.remplace pi- deux rob'Mti
q ii bordent la rue.
Mort subite
1.C nomm Molon Honor qui occupait Us
touctious d'attach au crmonial du L/rparu*
ment des Uel.itious Baierteurea, est tomb mou
trier eu -r-it liant des numeios du MooilCUl I
la Lgation de l'rance.
Ses tunerauie* ont eu lieu aujoutd'hui.
t'iaxiailles
N'ous avons ru.u le laire pat dis flanaillct de
Melie l.ucc Roua avec Mr Pierre Uaiily.
Mariage
Ce manu, a -, hcurei .1 eu heu le mariage
civil de Melie Rene Htbart avec Mr Marcel
Uuchatelher.
Les tmoins taient, pour la marie : MM. Ho-
race hlhiait et Aug. CiabrltU pour le marie :
MM. I.dmond de l.espin.isse il rVbel Lger.
AI heuies, en ILglise du Sacr-l.eur de
Turge.iu a eu lieu la crmonie icliguu'.c. l'a:-
rain et marraine Mr Maurice Cnrtei et Mme
i.inill. litharl, mre de la inariee.
Nous renouvelons au charmant couple nos meil-
leur vieux de bonheur.
Les lections qn-
raies La question des leciioiis gnra*
les proccupe 4 un haut degr !e
public dans tous les poiuls du payr.
l)o paitout, en effet, on r'erit au
l'rsidout pour demander si les hc
tions doivent avoir lieu en Janvhr
1098.
Nous avons jug utile de donner
des ienseignements ce sujet et
nous avons t les puiser bonne
source.
Aujourd liui nous sommes en rar-
aure d'alliriuer que les lections du
Janvier 1U22 se feront en toute liber
t et sous la protection de l'autoiit.
L'Atlantique o.ve
nouveau de la Civili-
sation.
Varits
DIMANCHE
MATER DOLOROSA
avec Eauuy Lyrie
Entre a. S oo
Headqaarter
G cuti arme rie llaili
O'tice ot the Chit-1 ol Police
IHtlnct t>i l'tiiuu Prince.
AVIS
H
l'orUu-Prince, le '2'Octobre 1020
Les conducteurs de voitures aulo
mobile sont aviss que la licence.
de chaulleur leur sera dlivre, taM
aucune rtribution, par le Bureau de
la Police
Nanmoins len iuiresss auiont
pisenter la quittance de l'Admima
tiHliou communale constatant qu ils
ont pay leur patente et ils recevront
leur licence giatis.
H. F HlCKt
Chef de lu Police
No charge of two dollars erill be
made l'or cbautleur'a Itcenee by tliis
bureau. Thia licence Will s iil be
required in accoidaine witli Arts. M
and 1J of ihe Trtltic it.'gulatious but
will b3 given free.
kU. F. HICKKV
Chiff Je Police
J'ai trouv!
EofiD le remde elfcace pour tou-
tes les fivres le flau qui s'y rappo -
le et de louies les maladies prove-
nant de / /in puret du Sang.
M. A W 11<
Vous trcUjFcrci ce remde dans
toutes les ; liarmacies et chez Mr
|h. St Cloud eul rgent pour llaili
1622 Rue Rt ] oblicaine Poit-au-Prin-
ce.
Parisiana * i^wie
La
A01rUNCUE
lUn MK'ct'"-
7 000 pieda, de la 11 ai-on Aibeil
En ne 1 :.n et 1! UU
Le rgi.*tre d*in*criplitp de 1E
cole ind c strie Ue tt de l'Ecole du Ba
Hmrnl et ouve 1 au ^e de l't
bli'i.ftment fors le? j'urs de 9 heu
res midi.
Le conc urs d admission e:t fix
au lundi 4 Ot bie 1920.
\ itiiiiciii d^rrivu ebti
Max Mon sa 11 lo
Chameaux paille et /mire, dull couleurs, cout'l matelas, cravates,
papier hyginique, gtUU de /huit lie, du mises /ranraises pli et en
couleurs, culeutu Zphyr* fuux'cele, inuutlioirs taie et colon, bas de
soie et mener n iliuuiselles soie tl fil, serviettes de bat n nappes et
su luettes tUmossiei bretelle* 11 jitrritelles, couvr'lits et tapu
Uiainpaijne-
Nous assir-t )..-; eu ce icoment un
dplacement de I axe de la civilisa-
tion.
l'diiu l'antiquit, cet axe tait cois
titu parla Mditerrane sur les nvee
de laquelle re9pieudireui tour toi r
les civilisations gyptienne, grecque
et romaioe. Puis 1 axe, de maritme
devint commentai. La civilisation e> t
l'Europe pour centre, limite par l s
empires turcs et inoscovitej.
hile se dpltti.a vers l'Est quand il
n y a pas uncore bieu longtemps, la
Russie etjMD prolongement sibne 1
taisaient ti^uie de detenseers de
1 Europe cunlie un ventuel puni
jaune. La guene est venuc.au cours
de laquelle) l'Allemagne, avec les
atrocits comimees en Eiancu et en
Belgique, les torpillages do la t Lusi
tania et des uavires hpitaux, l'em-
ploi de gez asphyxiants etc, etc..
replongea le monde dans une bar-
batre scieuuliquement oivaniEe.
A l'Eet encore, maintenant, le bol
cnyisiim maure actuel de la liussie,
mai que un lecul du pregrf bien
plus qu une tape francbie vers le
bonheur universel.
A l Ouest au contraire le pecticle
est rconfortent et la civiliesiioa hu-
maine appaiau comme tant pr.i.c1
paleuieut cemeeutre actuellement
rar les deux bords de l'Ailantique.
.;^Cet ocau joue le rle qu'aesuma
daus l'autiqui la Mditerrane.
D'un cte dus pays neut8, pleins
d'avenir, en plein essor.qui au C0U.II
du \l\e sicle ont pus couscituce
d'eux-mmes ; de l'autre, les nations
de l'Europe occidentale et lAlrique
civilise par elles-
La lMiti.ee,un milieu de tous, a un
grand rle jouer et occupe une si
luation piiviigie;
De l'autre c>t. sa laugue en de
hors uu Cauada est parle daus ses
colonies de SSiiot Pierre et Miquelou
de la Liouadeloupu, de la Marti.nque
et de la iiuyat.e,ut ce; trs rpanuue
au Mexique, au Brsil et en Argen
une.
Linipoi tance de s pajs de langue
ane.aue est non moins remarqua
ble : lies biilaumquts, Nigeria, ntn
que du Sud, Canada, Etala Unis,
Trmidad, Guyane.
L'espagnol et le portugais avec les
paya u Luiope, d Altiquer tt d'Amri
que ou 1 s sent parls, unt aussi une
pat licgoietique consiuerabie.
En raison ue la lacilu pour ceux
qui parlent ces deux dernires lan
gus u'uppiudre le franais, il sein
nie que si< a titre on langue auxihui
re, 1 enseignement ici d l-engleie,
la du frtnelei tait suivant les payt,
cbligaioire, la dillusion de ces deux
;, i. l. s permettrait tous lea habi
lame des paya nveiains de 1 Allant 1
que, de communiquer entre eux.
Le piogrii des moyens de loco
mut.OQ lend de plus en plus rap
picViirr les d stances. Le XIXe
sicle a vu percer les grandd canaux
de Suez e: de Prnama Le sicle
verra sans doute construire utux
grands tuuue.s, coasuuire deux
grands tunnels, l'un oua la Marche
l'uulre rehanl pii de Gitraltar le
Maroc a lEspague, l'Euiupe a 1 A-
tnque-
Le dvuloppemeul du.'rail peiinot
ira lexpiess Loudres Dvkar. de
dnninnar encore la ui* ance tntiu
l'Europe et l'Amrique de Sud-
Ainsi l'At'antique jouera le rie
de ia Mditetanee dans I antiquit
et les listancea entre, par exouq le,
Liveipool et New York ou lior leaux
et Riu seront seusiblemtnt gales
comme temps de uaveisee u ce
qu'talon', il y a deux mille ai.s les
voyages par mer ue mille ai.s n j
voyages par mer de Marseille Car
thage ou de Rome eu t litucie.
1.0 i-du Atiau ique est a pi t sent
i'exe de la Civilisation- Les nations
GRIPPS. CATHARKES, LARYNGITE, DRONCHITtS
SUITES Ile COQUELUCHE ET DE ROUGEOLE.
SOU l'influena du PULMOERUM"
I.A TOUX SB CALMI". IMMEDIATEMENT
L FBEVKE ET LES SUEUrtS WOCTUhKES
DISPARAISSENT.
L'OPPRESSION ET LES POINTS DE COT S'ATTENUENT
L'AI'IT.TIT KEVIENT. LE SOMMEIL LEAPP^hait
LES FOACBS E LENEUGIE RENAISSENT.
EMPLOYE DKS IES HOPITAUX
RECO.V-ANDE PAR LA MA1CRITE DU CORP
MEDICAL FRANAIS. '
AP-REtir. PAU PLUS DE iO.000 KtDEC.NS TRANCEgJ
3VIOT>K D'KMPLOI
Un cuiller cal main i t(l>
El VESTE, DANS TOMES LEi IMOBBttB ET PHARMACIES
PIIKIE BE PE. 15. lit k
Buvz l Dlicieuse V t.
r-j>ar?r<
A&3a'.iikat
liivtt ne tt&ttitru mi eu oo
.Viti' lioisvori ineotnpon d'une so\eni
iluisf .lllij .-l 1 .... . 1 il.--. 'Mu'-, .. : ITi-
ara inatontaninaat ans f.u ri famwota-
Ion -! vi-is.'m' tlmp amanl uttacuiilaaa u.
i-HUITA .1 iiiv un litl : ..''PU.
Exiftl xnrtoiilIr ti.i'ti l-r'i.m i';o '.qui '':ut
faraUU an troriuu r/Mf, iln tt tgrtMt
Ut'cBM : hiac:(i.l.-, Ir.Ui.u! ;l Ji a't! u.iUU'.iC-
Rapraaoniaiiui : e. urptou Pwuaoo-ilanioo
VAILLANT ot BOUET,
1720. hto . Z.y./^-.l-l'Elsl. PI/K-ju-rMKlE
des
Revue
Deux Mondes
t;, rut Je I Lnivtrnti, Paris
SOMMAHE DE LA IIVKAISON
DU 1er Seitunb.e 1920
Nos Grands Chefs. Le Marchal
lollre, Gabriel Hmotaux, de l'Ace
demie franaise. Ll Colonel Habry
. ksV lie d'Or.- II. La K'surtc
tion de Caitb ge, Louis Bertrand
Le Manoir D ux me partie,
lohn Gai; Aor'hy
Cinquante an.- de politique exl
rieur;, Ai d.e L- ben
Franco s Bulcz l la Comdie l'ran
aisr, Ker. Doumic, de lAcadmie
franaise
Senes de mteuis ltc'oraIe.f.
L ( Juin luillet 1920 ), Georges Le
chai lier
Entre deux jardin. Deuxime par
tte, Mine Periens
Le r*r')culartyne Bavarois* I.
L\ bavire et fsnope, Julien Ko
vire
Ltratures trarirts.-- Une
grar de dame anglaise a Berlin, Louii
billet.
Revue litUriiie. Un nouveau
loman de M. Htniy Bordeeux, Ad
di Besunier.
Chionique de la quinzaine His
toiie jol.tque Raymond Poin.ar
ue l'Acadm e fian*ise
PRIX DE L'ABONNEMENT
Un an Six mois Timt mou
Paria, Se-inr,
.Viiie-ci-Uisc Bfl lr. ,0 lr. 21 fr.50
IJhpARThMFNTS,
et Cotanka ranakea 6 fr. 44 0. 21 fr. >o
liiKANCKR ejj lr. 47 ir. 24 lr. 50
Lis ahonuimtnlj partait du ltr et du 1} de
t'i'iqu* mois
frik lu Numiro 4 lr. ;o lranger ; lianes
qui le bordent sont disliues avoir
fles rapport conomiques et moraux
de p'ub eu plup frquents et quelque
Congia reuuna uu jour pour la
8ai;ve^bidd uu le dveloppement
d'iutits communs, les reprsen-
tants de c-. pays pour l'oigauisatiOD
en attetidaut (|ue se ralise l. rve
universel de Wilsun, dune tSociei
Us Natious uveraine de 1 Atlautiiue
Mrdiane de la QvillsaUon.
CIGAREHES
Or 4 801emillis
EdESTEVE
PORT-au-PRINCE
Mouvement
mari
Le paquebot CARAVEIli
Stn-Iuan de Porto Rica le j*
r^nt est attendu ici samedi j
bre. L'itinraire sera tab'i i
du paqurbot.
Port-au Prince le 27 sept"
E. ROBEUHj
Le steamer ADVANCEdej
Panama est atiendu ici if
;o septembre i / heures r
midi el repartira demaia
ports du Sud.
le steamer PANAMA
Colon putira pour New M
O:to'>re. ,
Les Geletes iDabry'J,
Conception en rade,parto-
prenant passagers d.rec"" *
Santiago de Cuba.
Pour tous iM_.y.^
adrester J. M- CAT0R.1
du Magasin de l'Eut-
Lis 1e Panama: Le stej*M
vance t lajsse aJoa/d.J%
Prince pour les ports d IW
mal, prenant frets et osssr .
Le steamer "',naffln8r!u
au-PrinceleJducoar.^^
directement poiu*New^
Ecole des Sm
Appliques >
d'admission est me au lD1
Le registre c ioscriptioa J
au sige de l'Etablisse^*
Port u Pnace W 2<
1920



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM