<%BANNER%>







PAGE 1

LE MAT\ T L'EMULSIQN Je SGOTT Hier 10 heures ont comparu a h b?rre du Tribunal de Paix Section Nord ; les Drs Lechaud et Annoual, sous l'inculpation de violation du texte de la loi du 6 Aot 1886. Rglementant le Seivice d'Hygine. Le Tribunal tait prsid par le supplant Juge Dersalines, assist du greffier H. Chancy La salle regorgeait d'un monde fou. On y remarquait, entre au'res, des mdecins, avocats, fharma ciens etc. Le Tribunal aprs avoir rempli les formalits obligatoires, a inteirc_ g le Dr Lechaud sur le fait qu'on lui reproche. je surveiUais daris i mmiUe ou au re Nouvelles Etranares 11 dclare-que le Dr ZAnnoual n F art d au res c propos desquels tait pas le mdecin t'raitant et de tlSSt PW !* **"£?"* mande a tre seul mis en cause dcvo,r v,s VIS du u, y mdlcal Mais le Dr Annoual ne put s'em pcher de demander au Tribunal Le ^Septembre dernier le jury quelle est la maldie contagieuse medlcai au complet a t iniorm de est un puissant aliment mdicinal qui par lui mme contiens tous les lments ncessaires | pour donner la sant et la force j Prennez-la pour vous convaincre. F aita Divers l'A H CABI 28 Septembre Les btiments de la douane inonds ROME 28 Septembre— Le TOI VlC Hier, aprs la rande averse de la journe, le lor Emmanuel a Sign aujourd'hui Major Hickey. Chef de la Police, par tlphone, qu'il a eu i traiter et dont la dnon %  existence d'une hvre ruptive qui )e n0U veau trait :.vec l'Autriche On aver,it la Sujion Centrale des Pompiers que l'eau ciation lui est obligatoire. La loi du %  *** teint 5 membres d'une ta ; gn ore encore le contenu de ce trai' XSSJSTS^ilLSn la * 6 Aot 1886 est nettement prcise i i&ille. Aprs Iexamen de ces cas, la le cet gard, aussi demande-t-il au Ser vice d'hyg'ne de dire les cas conta gieux qu'il n'a pas signals, car dans la loi qu'il a en main et que le Ser vice inveque il n'en a soign aucun jusqu'ici permanente se rendirent sur les gar lieux avec le CHICAGO-Le parti Rpublicain ;;;^iei de iaCon, P ., g nie.eau variole carte, le Jury mdical linvi ....... ,...., la 1P mAH.rin !••;£_ Am M*J . WUWIJJVu pin HVWIWII tunents n'tait plus ou un immense lac ou fl taie mdecin traitant de cette a au cours de la campagae lectorale atteignait jusquVqaeai pied 4e hauteur. mille i taire le ncessaire prs le accuse le Prsident Wiison d'avoir Ce ne tut qu'apres un travail acharn que l'on Service d'hygine et lu. mme, le Uff „ Chine au Japon. S^SiLVl: dW. "*"' Jury, en a lait rapport au Dparte ment de l'Intrieur dont il relve. — Le Dr Lechaud invoque lui Ce, dans le but d'/iter une pid aussi le mme texte de loi que le Dr Annoual. 11 n'est pas vrai, dit-il, qu'il ait soign des cas contagieux chez. Mr Laurenceau. Si cette mala die existe, c'est la faute du Service mie quelle qutlle soit a la ville de Port au Prince. Je pense que notre conduite en la circonstance a t correcte et que nous n'avions viol aucune loi. Aussi nous demandons mirefoisdanslecoursd'une pratique vieille de vingt et une annes deja. .l'tais peiplexe ne sachant i quel diagnostic m'arrter, je ne pouvais pas cliniquement penser la variole, l'ruption n'en ayant pas les carac lres et l'tat gnral du malade ne pouvant m'imposer ce diagnostic, le ne pouvais pas non plus penser a la varicelle, allection bnigne existant presque i l'tat endmique en Htiti je priai a.ors le lendemain mon cou Itre le Dr Annoual daller voir le malade avec moi. Aprs examen, une discussion sur le diagGostic dit lrentiel de la maladie s'leva entre nous— la variole tait carte. — nous n'tions pas encore d'acco d le Dr Annoual penchant pour la va ricelle, je ne partageai pas l'avis d; mon conirre. le ne siv. is donc quelle tiquette attacher cette ma ladie. |e retournai le lendtmii chez Laurenceau voir la marche de h ma lad e. Le cas n'tait pas plus gta\e. il 's'amliorait mme, la itre .u jeune homme tait a son chevet; elle est anglaise, sage femme, ayant t wur^dans Us hpitaux de Ivrgston. Je lui demandai si elle connaissait la maladie en face de laquelle nous nous trouvions. Elle me pondiu qu'lle la connaissait parfaite meurt; qu'elle avait eu i la soigner plus d'une fois et m'a donn un nom anglais que je ne me rappelle pas, Elle m'a allum que si elle trouvait une feuille du nom de mamnan ouann • elle se taisait tort de remettre ton garon sur pied d'ici ; ou 4 jours* Cette feuille a t trouve, elle s'en est setvie et son fils a t guri Cette maladie, a telle dil, n'est pas la variole. Rassut, plus ou moins, je me contentai de lui don uer quelques conseils et dcid de me tenir au courant de la marche de la maladie en vitant par une dclaration intempestive d'affoler la population Dans la suite, j ai appi:s que notre co-.sul d Haiti Kingston, le Dr Dominique avait fait rapport a son gcuveinement de l'existence a ia amaique dune pidmie qui y svissait:K wa cow pox qu i nef ut pas confondre avec small pox, petite vrole. Or, le service d'hy^ne avait t prvenu temps, pour prendre des mesures contre les bateaux ve nant de Kingston, lesquels pouiraient propager la maladie ici. Aucunt me sure sans doute ira t prise et la maladie y a t introduite Cette maladie tant inconnue en Hati, jj n'ai donc pas viol la loi du 6 Aot 1886 en cela dclarant pas De plus, la Chine au japon. aspirer l'eau qui fur rejete dans les gots. Ce COPENHAGUE— Une maniftStatravail, commence 4 lis i|-de l'aprs-midi, tion s'est produite la suite de Patdur :' lt e ncore matin '. a al,euies apr : nuit, ., ,. l-ort heureusement; u n y a aucun Seul sttriDUtlOn du pni descrime des |eux gn .iltr. Ds le commencement *!e la crue, sous olympiques au rraitre d armes HaFictive direction de MM. Msthews et Creager, 1. une quipe s'tait occupe de mettre ce sret les , marchandises .en dpt qui ont pu tre entireLes rclamants soutiennent que ment prserves. son concurrent Danois a t de beau >'irmi ccux qui apportrent leurs concoursem. • k .1 press pour aider I œuvre de sauvetage, nous 1 M~A*C* coup suprieur et ils font ressortir devon$ F UI1C lliauion prtfculira a l'nergique les raisons ae ce procs ae tenaance que trop sou\ent ?u cots des jeux Commandant de u compagnie det Pompiers, olympique* le luiy tait preuve de -\ lr Eus* 0 *Dgand. au vice-omiiundani. Mr. *.. . • r ... A. Mc-Culuc ainsi qu au Major Hickey. Chel partialit en laveur des Athltes d la PcJke qui ne mStuaereni pat leurs eibrti personnels. Le dvouement et le courage des pompiers turent admirables. Huit heuies durant, sans ,dlaillancr, ils travaillrent, les pieds dins lean. O.i j.t que cette inondation est due a une Infiltration des ratudemer, provoque par les pluies lie 10 dentiers jours. Divorce lier a onre heurta S t prononc, par le Magistral Communal, la dissolution du mariage de .\!r Lon Metceron et de Mme Lucilia V'erna. d'hygine. Le jour de l'arrive du fils de qu'on semble vouloir nous faire Mr Laurenceau, celui ci me pria d'aller le voir. Je l'ai trouv couch A la suite dis dclarations du Dr allis ayant la fivre et une ruption de Lechaud, le 'tribunal, aprs en avoir BEiiNE— Le gouvernement Suite boutons dont je n'ai pu dterminer illibr, commet le lurv Mdical, seul a dcid de ne pas rtablir les rt lala natuie etque je voyais pour lapre appel en connatre, aux fins de rdi tions dip'oinstiqces avec le GouverPolice Ade* Port-au-Prince, Hu??? 1 ^ 29,1920'^ POLICE NoTtPttl .Inaccordancewm^Vu 1 oinB trahie rgulation, t 8l| *"> in Le Moniteur, 3/K 1. invited 10 the fo.towSJ 1.— Patents for ail !', b. iMuert at the BarJSi and upon the receipt J$A appheanta thall pjt8 p t \M tea to the bureau of^ lrl hey will be further iZ? K to drive and the officia* l— The co8t of ihe *T, qu.red for private aad pi, ciea will be Eve dollar. iSa ThecoBtofoneisgTnl (^): the .pnceof public bS 1 vate or public carts ta X i S dollar gold(LW) andJof' buaaes, aixty cems (U.OO) A J Aludividually, chaofCf or driver of any private or vehicle will be required to m haulleur a licence accordiol law Ihecoatof thewlicJS be two dollars (2.U0) Ara Cil lias is i:i addulon to uj, J the patentes required by ihl mune and the cost of ihi tag also required. 4— In order to evoid en and to facilitate keepiog the 1 of licenses issued ail applicsi be required to give numbiri denco and llia atreet opon the same is located. 5. -— For tlia convenieoca 1 public the Bureau of Police 1 opened for U13 issue of lie tag 1 uncil further notice, foiiowin^ hours and bat tobr lit, 1920 : y a. a., to 1 p, m. ;i p. m. to j p. m, BF.HICK1 ger un rapport sur l affaire Et par ces cames et motifs, h Tribu nal sitrseoit se prononcer en attendant le sus dit rapport ne ment Bolchvite L'envoy spcial de Lnine a essay de (aire leven r le Gouvernement Suisse sur atte dcision. L'envoy va tre invit a qutcr le territoire national. Cette marque de commerce est le signe caractri>lique lu pro urs qui a t accompli' dans le dveloppement de l'imlustrie lectrique. C'est la marque qu' un gnial esprit a donne au inonde et c'est votre garantie dans choses dr l'lectricit ^Vestinghouse Electric International Cb. \ 165 Broadway, Nueva York, E. U.^A. Direction cable*rfica: Wemcoexpo, New^York^ j %  y AVIS DE POLld En conformit de U loi culatiou Jea voitures pal cVloniteur* du .'U Juillet cu tention du public est tlirei qui suit : 1. — Les patentes pour dlivres par le Bureau c seront prsentes su tiureul Police pour l'obtention des de cliauHeurs ou de coche dliviauct) de3 plaqaep. 2. — Les plaques d'autos ou publiques coteront cinq 1 (5) ls paire, la plaque pour 1 dette, deux et de.ii dollar] Celle pour voiture publique,! piivi ou public, un dolH celle pour voiure prive, centiuies (U-ou, mooaaitai 3. — Tout,chaufl*ear, qoTjl pritaire ou.uon de la 'Oi* conduit, doit tre munidetoj requise par la loi. Cette If*" 1 tera deux dollars (2) or aana prjudice del Ptento la Commune et da pmj u laque4Pour viter teatti et faciliter l'enregistrar cences delitrees, les de" licences doivent tre • ou uuineio de la maison 1 sionneire et du nom 1 ett titue cette miiton. 5. A partir du 1er ebam et jusqu' public contraire, le Bureau ifcvteia ouvert au pubwi vraoce de licences et voilures aux heures sur 8 a. iu: 1 p. tHEADOU^TlgL tcn.tre 1920. fc Les conducteurs de vow aviss qu'ils doiveot se P" Bureau de U Police pour" leurs cartes de cocherCette carte ne leur; que d'aprs un certificat Gnral. •, Les conducteurs de von mobiles sont invits t PI Bureau de la police lew conducteur d'Auto, i l'Arrt Comrnnnal e lvrier 1919F ujClJ Jeune ^^jfXT 1 phe, dsire tre PW S'adresser auburea 1 • * s\ %  %  ^t.



PAGE 1

L'MTTN as Vn ter* de lys s^%Agg Crme ^ nuc-rf* fracheur o Jeunesse. „ m M s'rsssi E, .. %  %  • •% % *"< M Tsiaaeiy*.'"••%  ". rx< eomptMe ma rasai ton" r'mftourssmenr tsm MT drmtr.de du Carnet A Inuir du U* HcymupUon. Embellit. efface les Rides. ARYS 3, tue de la Paix. Psr.a Toutes Parfumeries et Grands Magasins FraiiCO-Haitien Agent gnral pour Hati 1720, Rue du Magasin de l'Etat. m G\R4GE FOKD West Indie Tradii {) G ( Rue du Centre, coin rue Pave ) Atelier de Rparation A. RARREYRE 18 venons de recevoir des iitnres(ti este) pour bandes transmission iORu, que nous sontp prts avons poser trs rapidement. ivellcs bandes de Irons mission [ermelle remplacement des garnitures sus •nier le grand couvercle de la bo'e* M tous les dimanches pour les ventes de lSOLME, HUILE, (RAISSE. bernent maritime -Jjiebot CARAVELLE arriv •wo de Porto.Rico le 26 cou %  "•ondoie, samedi 2 O:io•traireseratab'i l'arrive Pool. Grince le a 7 serjtembre 1920 E. ROBEL IN, agent JJ2ADVANCEdelaligne %  fcslv. enda ici aujourd'hui T !" *\* heures de .'aprs ,j"a demain pour les ***er PANAMA venant de > •tira pour New York le i Pour C*oix des Bouquets le premier dpart pour la (te du Rosaire aura lieu Samedi a six heu res et demie.il y aura 3 dparts, dimanche 4 heures 5 i[2 et 7 ktB'ti du matin. Prix 1 00 Joll.tr pour ces voyages A ciuse du nombre restreint de place 11 faut que ds aujourd'hui on achte sou Ucktt car il n'y aura de place que pour ceux qui en seiout munis. Service d'automobile POUR GRAND GOAVE A l'occasion de la fte St Franois le camion laissera Port au Prince a 9 heures rj2 du matin et dimanche 7 heures du soir. •w*^ J h^Kjp ,. ta fOu: (/ %  OfccntM 1 'h r ''sine. 4 eii MMi H lu .. iJtgi " f'" 1 •'. • %  lh> 'i >' f .s .!••;. Mc'iile, i rj t rn| ,.:..... rj-i racJrte •• 1 k %  .-> Ce qui 11.: % %  •>..%  • ; 1 U 11 c':... : % .(. ...... briMumttri I :. -.ut. Il leur fan tuw d 1 % vicie, u VJ-I 1 frvi• M • I e s'a .' .if. .-v {* .' vu .1 kl Il .. urt,o< utlui iie.iiei i 'iduaenieni., C\ !tl3lS. U leur II r .t. et mesura tu Mti.i.i.a.ii i'u... Indissoluble, par rurodonat. dont !<• pouvoir dissolvant. 37 .'ois plui actif que ia lllhine et absolument inoiUo•If. a remplace' cette dernire. l.i ? rfesitur Lancer et ux ancien prsident de l'Ara. <1L 1 e ie M --in" f P l'a rVcommand dans son Tu K.BK 1 j.'-... i; .si • ;,. d nombreux nuitres. S Rjittmatiimti C '.V:_. -.c %  r : ^sms I -, / <. ^1~£ 1 ;-""' \::^;-"l^^ I :kfctfi Ml l%M >.I#l t je Mif. te* . hMCt*| ic 1 W>< et la GOUTTE L'OPINION MEDICALE : • Administr i l'oecaslon des pouaaaa s.ges dans la goutte. IUROOONAIJ n a aucun relentiss'ment factieux, comme le aallcylaies, rien des effets dangereux, redoutables parfois, du colchique et de la colchlalne. Les douleurs perdent rapidement de leur culte et la dure mme de la pousse eat parfois trs noUbicment abrge • D' F. MORIL. Mderln major de I" cl. en relrslle. ancien mdecin des hpitaux de la marine ei des colonies J'ai fait us-igc de l'URODONAL aur un h xnmej d";ge moyen, souffrant d'atuques r'.il.e* de goutte Le rsultat fut tre bon pendant une attaqje aigile parce que le malade reasenllt moins de douleurs qu'habituellement, et. en continuant la cure J'ai pu eonatater que les attaques venaient de mosns en iTM ' et !"• n lon Intervalle de temps. • D' Je in SENETINEU, Basllicanova. L'UKCrJONALr/olijeaineWrrtaWeeeilgnit urlqur \acliJt urtqai.urattt tt oitlalts -.'.:.., L'URODONAL nettoie le rein, I. .-j le foie et le articulations. Il as •OttfHH les art;'-s et vite l'obsit.* Comptoir FRANCO-HATIEN Reprsentant pour ia Rpublique d'Haiti 1720 Rue du Magasin de VEtat jYtaxwell Fifth Avenue ^pf or the Boulevard i/f Des Lamas 5me Avenue ou Bouievard des marnassclffffiW Dnp Idoa les piyi t dans tootai les coudiiion, / jW?-y* f ** la MAXWEI I. BVPI fait la rpu'al on d'une grande fy ldolirit de lonc ionne-ment. C'est parce qu'elle eat simple et bonne. La qualit de chaque pice a t minutieusement vrifie et chaque travail concernent la oons'rut'tion. soigneunement contrl. ,1^1,, Elle contient tout ce qui eit essentiel et rien de eupeitlu. De la rsultent une conomie de fonctionnement, une rgularit de service, une lacili' de conduite tt vno li garce d'aspect qui donnent i la MAXWELL une lorce attrayante univereelltinent ritientie. % MURAD&SONI Poit-au-1'rince, Hati >— MAXWELL MOTOR SALES CORPORATION WEST INDIES: Adtesse WgraphiqU : Serrice x d f xvorlanon cUMCU 7*. Hroadway. N-W Avis Les Gaeletes €Dubrya-&Maru Conception en rade.partiront Samedi prenant passagers directement 'pour Santiago de Cuba. l'our tous les renseignements s'adreaser I. M. GVTOH, 1009. rue du Magasin de 1 Et tEcole Iodustrielle Le tegistre d'inscrintion de PE cols industrielle et de l'Ecole du Ba timent est ouvett au sige de Pta blissenKnt tous les jours de y hou res midi. Le concours d admission eit fix au lundi 4 Octobre 1920. Paisiana LA MAUVAISE PLAISANTER!^ D oprrfa lea imeressions de Flammanon sur le cSpiritisme >. LE DROIT D--L'EPOUSt; Grand drame social. L I



PAGE 1

L E MATIN BAZAR METROPOLITAIN Maison de confiance Angle des Hues du Peuple et Dant Destouches Nous venons de recevoir les marchandises suivantes: t Barclay's London Lager Bire allemande English Bvown Stoat Orape Juice Pommes de terre 7 centimes or la livre Snucifise de Vienne Moulin caf Soyons pour teindre Ifi linjes Pipes Cartes louer / Hamacs Toutes sortes de ftoudres Arrts pour crayons et plumes Jambons assortis Pudding en ferblanc Petit pois en paquet Lard en pot de verre fil pour crochets i s Papier attrape moueke -r* Vous trouverez des cercueils tous polis permettant dlivrer le travail heure aprs. Guillaume Diichatellier StOi, Grand'Rue. prs de la (iare du Nord Assurez vous contre LE EEU ^dressez-vous la plus forte compagnie des£J # J J # LE HOME INSURANCE Co de N- agent gnral pour Hati Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince Frotgez votie Maison, ^olre Magasin, vos dpts au|laux le plus raiscnab'ej Aucun Irais k omission ni de courtage payer Ranseiguez-vous sans fiais par correspondance ou venez discuter voire problme chez Eug LE ROSSE, 95 Rue du Quai Htel Restaurant L'Htel Restauranl de. l'avenir se recommande i l)on soin et la rgulant." de son service, les voyageurs po Poitau-Purce y trouveront pleine saiiMaci'on Phn J"* vaincre on n'a qu' pusser au Nu 225 de la Hue i- S€n buieau des tlgraphe* terrestres. Qu P' CondiliOi s trs avantageuses. A SYLLA, Propritaire. Aux Armes de Paris eintures .instantanes pour cheveux. Bijaulerie P D. de l'abb SIHPV: Jouvence, h\giniline, Durtiique Dr.? i Doloroslao, Baume du Marinier, chaussettes lil' nn. 114 cadels, I8|2g rouces, mouchoirs bu sle fil pour darrT TT* lil et coton, flanelles, gilets de flanelle pour bomm P 5 | nacre et argent, Chaussures pour lames, leather brief (Si \ K i leur pour daines, brassards deuil, jarretelles et jarrei • ri uns, Tissu a tique pour jarretire. A rras bands


PAGE 1

^jime anne No 3395 Port au Prince,H; iii Jeudi 30 Septembre 1920 pmlCTEUR-PROPRIETAIRE gment-MAGLOIRE JUAGISTUAT COMMUNAL t B0J HUMERO 15 CENTIMES sj r.oo OEPAHTEMENTS G! 2.50 7.00 i{ 8.00 ,0011 ITRANGER l|poii L'esprance est un emprunt tait au bonheur. i. -ponces sont reues au"Coroptoir In „i| 'Je Publicit, 9 Rue Tioncbef, PaII, 2); ludgate Hill, 1 onJi, -, Quotidien^ REDACTION; Rue Amricaine No, 13H TELEPHOiW: 48 %  SH!*Chronique lion |de 1 emprisonnement ifrrs Fabio Fiilo fit MaCabrera, lo premier, ifldecteur et le second eur du joarnal cLas .Voit SintoDomingo. il s'est IIIIDB toutes les Amriques ,ible action de presseLes „ns de Presse en Argentine, [en Uruguay, au Mexique et 1 l'Amrique du Nord enjdes p 'liions au Prsident |poar obtenir l'largissement Idsi journalistes. feoga pote dominicain est devant la Cour martiale publi un crit pairioti • iWractioa d'un ordre milir il Presse. de la solidarit latino ot de la solidarit jourlet littraire, tous les orga ftanuue espagnole se sont l'affaire et c'est l'envi na le renvoi hors de f prvenus. listes hatiens, nous pu perdre do vue que li avec le Peuple domi wc tes patriotes est enplu troue. Pinaque de la solidarit de inique la solidarit de la fortune, Nous devons joinvoix celles de tous les gnreux de ce continent lit en faveur des journaainiciins poursuivis et en conditions politiques plus chez le Peuple frre. • 's dt la manne, y compris %  *T. sont unanimes apJN<"|. d'abord mise par le fgdelUtab, quePort.auyldelile d'Hati, serait •w me excellente base mrait djmitiv la puissance **"'" mer des Carabes * au Comit des affaires ** Unat l acquisition de ce WS maritimes haut grads 'Umleston. Caroline du %  *** yu une pareille base pro* faon absolue le canal de "Principale de cette proposi %  m" 0 base actuelle Quantar' n tpasasst.i bien situe Vf jamment large our Us ;*£* Le seul moyen d'obtenir m[Mdacheter I l ie o elle *a:bat doit cire fait de la d f"t Comme Hati est "Pus 182, ,/ conm u' l M capitale, ayant r*df ioo.000 habitants, il X e iacb at puisse aboutir. Mtrficic de 10 000/;//•27 )< allants, en grande \^re pur k fameux fi*'le, Hati est comme m *xiQrdins du monde. The Negro World Que penser du problme chinois :' Il est peu de questions au sujet desquelles l'opinion mondiale ait aussi copieusement draisonn, (.tuand clata le soulvement de la Chine centrale et mridionale en 1911. on crut qu'il y fallait voir la consquen ce d'une inli tratiou dj avnnco des ides librales de l'Occident. Ou s imagine que les popula ions chinoises manifestaient la volont de vivre dsormais en rpublique. Pure fantasmagorie que tout cela. La rvolution chinoise ne se plie pas ainsi aux cadres de notre pense occidentale Ella a t dans son prinepe quelque chose de beaucoup plus grossier, plus arrir et moins idaliste que nos rvolutions d'Eu rope. Elle prsente un mlange bizarre de barbarie lointaine et de modernisme, de libralisme thori que et de tyrannie asiatique. Et au degr o elle eu est arrive, le rgime qu'elle a cr la Chine est devenu quelque chose d'informe qui n'a plus de nom dans aucune langue, si ce n'est ceiui d anarchie et de dcomposition. Deux causes conjugues ont surtout provoqu la rvolution : d' bord la faiblesse du pouvoir imprial reprsent par le petit Empereur Pou Vi g de six ans,, et un prince rgent, au caractre falo', tantt gau chement autoritaire, tantt inoppor tunment veule. En second lieu, le mcontentement de la masse des petites 'Mis, dcims par des calamits diverses, scheresses, inonda lions, pidmies et crass depuis plusieurs annes par les charges qu'imposait la politique rformiste : construction de casernes, d'coles, de prisons, d'usines, crations mili taires suppression de la culture du pavot opium. C'est cette hostili t des foules contre le rformil'.e otliciel qui a port son paroxysme le sentiment anti-mandchou. Ainsi, bien loin d'tre l'explosion de modernisme laquelle les < Jeunes Chinois „ont voulu nous faire croi re, la rvolution a t une vague de raction, une leve de bouchers de toute la vieil.e Chine. De l la rapidit avec laquelle, dans la seconde moiti de liril, lu rvolte se propagea dans la rgion du Fleuve Dieu. La prsidence de SOQ'Yat-Sen, plaque sur ce l'interne de rpublique, ne duia qu'un feu de puiil ,• Un vit bientt que 1 ancien parti de i.i rvolution n'avaii rien de commun avec les aspirations des peuples' Ces aspirations se traduisent en ce'te simple formule : La dvolution devint proroptement une vasto entre prise de brigandage, o les soldats de l'arme rgulire se distingurent par. ICUIHT. mont par leur avidit et leur cynisme La Chiue entre fut le Ih re d'horreurs qui font rellement plir celles des bolclivister, CVst qu'ici nous ne sommes plis aux portes de 1*0 lent, mais dans l'orient extime. Il faut lire, pour s'en co .va incie, les peintures ho ri liin'e.-, sous la plume des tmoin.--, des scnes d'mceadie, des meurtres et mme de canubalisme qui-dso lrei.t les piovinces de l'Ouest et surtout le S-T.houtn. On soit comment, dans ce te tour meule, la Cour affole lit appel,pour sauver la monarchie, QSQ Chi Kr, et comment cet homme d'Etrt profita de cette mission de couliau ce pour dbarquer la dynastie et se mettre sa placeYuan comprenait fort bien qu'une rpublique n'tait pas encore viable eu Chine, parce que la prparation intellectuelle du peuple y tait iusuftisante. Viennent d'arriver chez Max Monsanto Chapeaux paille et feutre, dtill couleurs, coutil matelas, cravates, papier hyginique, gilet* de flanelle, chemises franaises pli et en couleurs, caleons zphyr, faux-cols, mouchoirs tot et coton, bas du soie et merceris, chaussettes soie et fil, serviettes de bain, nappes et serviettes damasses bretelles et jarretelles, couvre-lit* et tapis. Champagne. Pourtant Yuan Sbi ECaJ houa dins se tentative pour devenir empe eur lui-mme et dans son impuis sance remettre I ordre dans lu chaos de son piys, il sa suicida. Deouis la disparition do cet h mime, le dernier qui nit eu dilauo.iet du prs ige, la datgrgs ion de la Chiue n a cess de l'aggraver, De vri'ables chefs de bande, tr avait il en gnraux, la tte d'armes per sonnellea,couquirent et ranonneQt pjur leur propre compte, ries pro viices entires que leurs tioup-s pillent et ravagent sans merciOn a mme vu un Je ces c condottieri s'emparer, en Itfti, de Pkin et rtablir sur le trne la dynastie mand cluue, jusqu ce que sel confieras ligus contre lui l'aient abattu leur tour. Et voil liai ans que la Chine est ce rgion peu prs con'inu de pillag-, d) guerre, ^inscurit Aussi se tioiK -elle dans un tat de faiblesse extrme, dont la polttque japu.iais • est toute prte tirer parti pour exploiter cette prodigieu se mine de rnanres prem re. et ce dbouch commercial unique au monde. CAUSERIE ECONOMIQUE le AusalonduLouvre Vous trouverez les produits dlicats et exquis de la Parfumerie Vivaudou de Paris Coffret* bien prsents pour cadeaux de fianailles, d'anniversai res, etc, depuis 1 jusqu' 20 dol. Chaque coffret contient une boite de poudre, une laiton, un extrait, un savon et de l'eau dentifrice. Vous trouverez galement de la Parfumerie Colgate ACo Vi cellentes conditions ^ %  %  On s'est alarm ces jours ci de bruits sourds concernant une repris: d activai des anciens vagabonds cacot. Empressons nous de dire qu'il nui est rien. Depuis que gni.e aux e§cris de l Occupa lion les derniers chets qui tenaient la campagne 0 t fait leur soumission les rgions du nord et les rgions de I Est sont tranquilles Nanmoins, d aprs ce que nous avons appris dune source autortse,des voleurs de grand chemin oprant seuls ou par trots ou quatre pillent les /ennes isoles ou dvalisent les voyageurs C'est ainsi qu la dtile du 24 /m de ces brigands particulirement redout des populations laborieuses a t surpris /> ir la gendarmerie dins la rgion de terrier Rouge, Comme ce brigand du nom de f.vusnor Raphal tentait de rsiter par les armes aux agents de l'ordre,il fut atteint d'une b.die qui le tua. \011s soibailons qu'on en finisse coin plclement bientt avec ces oui liws et ces pillards On se rappelle le mot — I impratif plutt— de Henderson, le chef des travail istfs an ;m : la victohe de dmocraties molefd H sur lu prussianisme fodal doit, pour que la paix durable s'institie, lever le proltariat l'association avpc le patronat, Sous quelle forme? Naturel* 1 -m ut, tout le monde a pens la classique parocipatiou du personnel ouvrier aux bnfices dea entreprises. Solution sduisante, mais qui. l'application, se heurte des d flicul ts telles que certains esprits poi tifs la dcrtent chimrique. Il est donc intressant d'examiner ce que devient un tel projet mis en dtail sur le papier. M. Spinetta. l'ingnieur de la verrerie ouvrire d'Alhi.a eu le courage de sortir de la facile phrasologie, il nous apporte un essai de ralisation qui peut, tout le moins, servir de base de discussion et suggrer les modifications pour que la solution apparaisse possible. C'est ce titte que nous le retenons. MSpinetta pose eu piiucipe que la participation aux bnfices ne peut re ralise sans le co toi %  et la ges ion des travailleurs. H distin gue quatre lments qui, concourant la marclie et la prosprit des entreprises,doivent y tre intresss le capi al, le travail manuel,le 'ravail intellectuel, la collectivit.Kl il pise en principe que < quutri ne objat la collectivi es" l'objet essentiel un 1 i"l tous les autres doivent sa rattacher Le fond social serait, n -loi notre auteur, composa de Gj 10 d a :ti in souscrites et ennrennut libres en numraire, et de V J > d notion d> travail attribues la Socit commerciale cooprative de main d'oa 1 vre" personnel et capital cartables, compose de tour les ouvriers et de tou9 lei employs. Ces i,iu d'actions seraient donnes au personnel, sans aucun versement correspondant, et aie penor,neT aurait la facult de souscrire ues action numraires, grce auxquelles s augmenterai |SJ (pourcentage de geitiou en sorte que, linale neot il pourrait s'assurer la nui jn m n ; au sein du ConseilA chaqne augmentation Vienne it d'arriverpar dernier bte in : Sucre blanc granul, en sacs de ^D'J Ib Ris de Saigon iVo /, en sacs de 109 Ib Tabac en feuilles, marque cCimiuie il f tui Le loul .les prix 1res avantageux. Le lot £era rapidement eott1 VeneM chex P. H. Gray & Co de capital, il serait cr un nombre d'actions de 'travail gal eus deux tiers des actions no velles de capi tal. La rpartition des bulces n'aurait aucun rapport avec la constitution du capital. 5 o|0 seraient prlevs pour la coustilution de la rserve lgale ce prl/emeot cesserait d tre obligatoire quand il aurait atteint le dixime du capital social. Un premier dividende, repr sentant l'intrt annuel 0 0|0 du montant libr des actions non amorties serait aervi aux actionnai res de capital. Si les bnficei rali ses ne permettaient pas cecie rpar tition, les bnlices dea anne* sui vantes ne pourraient eu tre h y pu tnques. 20 o|o seraient ensuite pr levs Indliniment pour constituer un fonds de prvoyance et de rser ve exiraordi nuire L'excdent se ait enlin rparti Comme suit 1 J lu 0|O au conseil d administration .2 Uow somme sufiijaute pour donner une caisse de retraite et de prvoyance sociale, 10 0|0 du montant total des salaires, appointements tixes ou pro portionnels, gratilications, etc saoa que, comme tout a 1 heure pour le dividende des actionnaires de capital, linsufiiianca d'un exercica put crditer las exercices suivants;'! D L'j s jide, qui irait aux actions de capi tal, aux travi'i uurs miuuels et intellectuels de la socit, sus ayant droit de la ollectivit. l'onc tt %  ifparti ion. on adopterait la rgla (fe salaires respectifs savoir ceiui des actions da capital, 0|o du mou tant ho r des ac ions non amorties, celui des travailleurs, exprim par le montant mme du solde. Li part, revenant aux actions, c JUS titierait le dividende supplmentaire cjlle des travailleurs sertit remise au conseil d'administration de la socit coopra' ive de main d'oivre c.illo de la collectivit appartiendrait de droit, aux ludas, aux elforts faite ou faire, individuels ou collectifs, soit pour la rduction gaerale des f irix de rvist de tout produits par a cration de richesses noivelles, soit par I invention, soit par le perfecnnnnement technique de l'on UU ge, du matriel, des mthodes de de travail, soi: par l'tude et la mise en m ivre de tous inoyeos pro prs fa miter la circulation dea valeurs d enange. ecu parfois aux client! ou aux commues dont il* dpendent. L'assemble gnrale, sur la pro position du conseil d'administration, indiquerait les individualits ou le collectivits bnficiaires et le mon tant de leur part. Tout cela, inipir par ce qu'on pourrait appeler un collectivisme u au-iii-, est diicutai.le, mais pour rait et devrait en tout cas tre discu t. Il est temps de sortir des ides gnrales et de a'anter quelques formules pratiques.


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05228
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, September 30, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05228

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
^jime anne No 3395
Port au Prince,H; iii
Jeudi 30 Septembre 1920
pmlCTEUR-PROPRIETAIRE
gment-MAGLOIRE
jUagistuat Communal
t
B0J
HUMERO 15 CENTIMES
sj r.oo
OEPAHTEMENTS
G! 2.50
7.00
i{ 8.00
,0011
ITRANGER
l|poii
L'esprance est un em-
prunt tait au bonheur.
i.
-ponces sont reues au"Coroptoir In
i| 'Je Publicit, 9 Rue Tioncbef, Pa-
II, 2); ludgate Hill, 1 onJi, -,
Quotidien^
REDACTION; Rue Amricaine No, 13H
TELEPHOiW: 48
SH!*-
Chronique
lion |de 1 emprisonnement
ifrrs Fabio Fiilo fit Ma-
Cabrera, lo premier,
ifldecteur et le second
eur du joarnal cLas .Vo-
it SintoDomingo. il s'est
IiIidb toutes les Amriques
,ible action de presse- Les
ns de Presse en Argentine,
[en Uruguay, au Mexique et
1 l'Amrique du Nord en-
jdes p'liions au Prsident
|poar obtenir l'largissement
Idsi journalistes.
feoga pote dominicain est
devant la Cour martiale
publi un crit pairioti
iWractioa d'un ordre mili-
r il Presse.
de la solidarit latino
ot de la solidarit jour-
let littraire, tous les orga
ftanuue espagnole se sont
l'affaire et c'est l'envi
na le renvoi hors de
f prvenus.
listes hatiens, nous
pu perdre do vue que
li avec le Peuple domi
wc tes patriotes est en-
plu troue.
Pinaque de la solidarit de
inique la solidarit de la
fortune, Nous devons join-
voix celles de tous les
gnreux de ce continent
lit en faveur des journa-
ainiciins poursuivis et en
conditions politiques plus
chez le Peuple frre.
's dt la manne, y compris
*t. sont unanimes ap-
JN<"|. d'abord mise par le
fgdelUtab, quePort.au-
yldelile d'Hati, serait
w me excellente base
mrait djmitiv la puissance
**"'" mer des Carabes
* au Comit des affaires
** Unat l acquisition de ce
WS maritimes haut grads
'Umleston. Caroline du
*** yu une pareille base pro-
* faon absolue le canal de
"Principale de cette proposi
m"0 base actuelle Quanta-
r'ntpasasst.i bien situe
Vf jamment large our Us
;** Le seul moyen d'obtenir
m[Mdacheter Ilie o elle
*a:bat doit cire fait de la
df"t Comme Hati est
"Pus 182, ,/ conm
u' l m capitale, ayant
r*df ioo.000 habitants, il
Xe iacbat puisse aboutir.
* Mtrficic de 10 000/;//-
27)< allants, en grande
\^re pur k fameux
fi*'le, Hati est comme
m*xiQrdins du monde.
" The Negro World
Que penser du problme chinois :'
Il est peu de questions au sujet des-
quelles l'opinion mondiale ait aussi
copieusement draisonn, (.tuand
clata le soulvement de la Chine
centrale et mridionale en 1911. on
crut qu'il y fallait voir la consquen
ce d'une inli tratiou dj avnnco
des ides librales de l'Occident.
Ou s imagine que les popula ions
chinoises manifestaient la volont
de vivre dsormais en rpublique.
Pure fantasmagorie que tout cela.
La rvolution chinoise ne se plie
pas ainsi aux cadres de notre pen-
se occidentale Ella a t dans son
prinepe quelque chose de beaucoup
plus grossier, plus arrir et moins
idaliste que nos rvolutions d'Eu
rope. Elle prsente un mlange bi-
zarre de barbarie lointaine et de
modernisme, de libralisme thori
que et de tyrannie asiatique. Et au
degr o elle eu est arrive, le r-
gime qu'elle a cr la Chine est
devenu quelque chose d'informe qui
n'a plus de nom dans aucune lan-
gue, si ce n'est ceiui d anarchie et
de dcomposition.
Deux causes conjugues ont sur-
tout provoqu la rvolution : d'
bord la faiblesse du pouvoir imprial
reprsent par le petit Empereur
Pou Vi g de six ans,, et un prince
rgent, au caractre falo', tantt gau
chement autoritaire, tantt inoppor
tunment veule. En second lieu, le
mcontentement de la masse des
petites 'Mis, dcims par des cala-
mits diverses, scheresses, inonda
lions, pidmies et crass depuis
plusieurs annes par les charges
qu'imposait la politique rformiste :
construction de casernes, d'coles,
de prisons, d'usines, crations mili
taires suppression de la culture du
pavot opium. C'est cette hostili
t des foules contre le rformil'.e
otliciel qui a port son paro-
xysme le sentiment anti-mandchou.
Ainsi, bien loin d'tre l'explosion de
modernisme laquelle les < Jeunes
Chinois ont voulu nous faire croi
re, la rvolution a t une vague de
' raction, une leve de bouchers de
toute la vieil.e Chine.
De l la rapidit avec laquelle,
dans la seconde moiti de liril, lu
rvolte se propagea dans la rgion
du Fleuve Dieu. La prsidence de
SOQ'Yat-Sen, plaque sur ce l'interne
de rpublique, ne duia qu'un feu de
puiil , Un vit bientt que 1 ancien
parti de i.i rvolution n'avaii rien de
commun avec les aspirations des
peuples'
Ces aspirations se traduisent en
ce'te simple formule : La dvolution
devint proroptement une vasto entre
prise de brigandage, o les soldats
de l'arme rgulire se distingurent
par.icuIht. mont par leur avidit et
leur cynisme La Chiue entre fut
le Ih re d'horreurs qui font relle-
ment plir celles des bolclivister,
CVst qu'ici nous ne sommes plis
aux portes de 1*0 lent, mais dans
l'orient extime. Il faut lire, pour
s'en co .va incie, les peintures ho ri
liin'e.-, sous la plume des tmoin.--,
des scnes d'mceadie, des meurtres
et mme de canubalisme qui-dso
lrei.t les piovinces de l'Ouest et
surtout le S-T.houtn.
On soit comment, dans ce te tour
meule, la Cour affole lit appel,pour
sauver la monarchie, QSQ Chi
Kr, et comment cet homme d'Etrt
profita de cette mission de couliau
ce pour dbarquer la dynastie et se
mettre sa place- Yuan comprenait
fort bien qu'une rpublique n'tait
pas encore viable eu Chine, parce
que la prparation intellectuelle du
peuple y tait iusuftisante.
Viennent d'arriver chez
Max Monsanto
Chapeaux paille et feutre, dtill couleurs, coutil matelas, cravates,
papier hyginique, gilet* de flanelle, chemises franaises pli et en
couleurs, caleons zphyr, faux-cols, mouchoirs tot et coton, bas du
soie et merceris, chaussettes soie et fil, serviettes de bain, nappes et
serviettes damasses bretelles et jarretelles, couvre-lit* et tapis.
Champagne.
Pourtant Yuan Sbi ECaJ houa
dins se tentative pour devenir em-
pe eur lui-mme et dans son impuis
sance remettre I ordre dans lu
chaos de son piys, il sa suicida.
Deouis la disparition do cet h mime,
le dernier qui nit eu dilauo.iet
du prs ige, la datgrgs ion de la
Chiue n a cess de l'aggraver, De
vri'ables chefs de bande, tr avait il
en gnraux, la tte d'armes per
sonnellea,couquirent et ranonneQt
pjur leur propre compte, ries pro
viices entires que leurs tioup-s
pillent et ravagent sans merci- On a
mme vu un Je ces c condottieri
s'emparer, en Itfti, de Pkin et r-
tablir sur le trne la dynastie mand
cluue, jusqu ce que sel confieras
ligus contre lui l'aient abattu leur
tour.
Et voil liai ans que la Chine est
ce rgion peu prs con'inu de
pillag-, d) guerre, ^inscurit Aus-
si se tioiK -elle dans un tat de
faiblesse extrme, dont la polttque
japu.iais est toute prte tirer
parti pour exploiter cette prodigieu
se mine de rnanres prem re. et ce
dbouch commercial unique au
monde.
CAUSERIE ECONOMIQUE
le
AusalonduLouvre
Vous trouverez les produits
dlicats et exquis de la
Parfumerie Vivaudou
de Paris
Coffret* bien prsents pour ca-
deaux de fianailles, d'anniversai
res, etc, depuis 1 jusqu' 20 dol.
Chaque coffret contient une boite
de poudre, une laiton, un extrait,
un savon et de l'eau dentifrice.
Vous trouverez galement de la
Parfumerie
Colgate A- Co
Vi cellentes conditions
^

On s'est alarm ces jours ci de bruits
sourds concernant une repris: d activai
des anciens vagabonds cacot. Empres-
sons nous de dire qu'il nui est rien. De-
puis que gni.e aux ecris de l Occupa
lion les derniers chets qui tenaient la
campagne 0 t fait leur soumission les
rgions du nord et les rgions de I Est
sont tranquilles
Nanmoins, d aprs ce que nous avons
appris dune source autortse,des voleurs
de grand chemin oprant seuls ou par
trots ou quatre pillent les /ennes isoles
ou dvalisent les voyageurs C'est ainsi
qu la dtile du 24 /m de ces brigands
particulirement redout des populations
laborieuses a t surpris /> ir la gendar-
merie dins la rgion de terrier Rouge,
Comme ce brigand du nom de f.vusnor
Raphal tentait de rsiter par les armes
aux agents de l'ordre,il fut atteint d'une
b.die qui le tua.
\011s soibailons qu'on en finisse coin
plclement bientt avec ces oui liws et
ces pillards
On se rappelle le mot I impra-
tif plutt de Henderson, le chef
des travail istfs an ;m : la victohe
de dmocraties molefd h sur lu
prussianisme fodal doit, pour que
la paix durable s'institie, lever le
proltariat l'association avpc le pa-
tronat, Sous quelle forme? Naturel*
1 -m-ut, tout le monde a pens la
classique parocipatiou du personnel
ouvrier aux bnfices dea entrepri-
ses. Solution sduisante, mais qui.
l'application, se heurte des d flicul
ts telles que certains esprits poi -
tifs la dcrtent chimrique. Il est
donc intressant d'examiner ce que
devient un tel projet mis en dtail
sur le papier.
M. Spinetta. l'ingnieur de la ver-
rerie ouvrire d'Alhi.a eu le courage
de sortir de la facile phrasologie, il
nous apporte un essai de ralisation
qui peut, tout le moins, servir de
base de discussion et suggrer les
modifications pour que la solution
apparaisse possible. C'est ce titte
que nous le retenons.
M- Spinetta pose eu piiucipe que
la participation aux bnfices ne
peut re ralise sans le co toi et
la ges ion des travailleurs. H distin
gue quatre lments qui, concourant
la marclie et la prosprit des
entreprises,doivent y tre intresss
le capi al, le travail manuel,le 'ravail
intellectuel, la collectivit.Kl il pise
en principe que < quutri ne objat
la collectivi es" l'objet essentiel
un 1 i"l tous les autres doivent sa
rattacher
Le fond social serait, n -loi notre
auteur, composa de Gj 10 d a :ti in
souscrites et ennrennut libres en
numraire, et de V, J > d notion d>
travail attribues la Socit com-
merciale cooprative de main d'oa 1
vre" personnel et capital carta-
bles, compose de tour les ouvriers
et de tou9 lei employs. Ces i,iu
d'actions seraient donnes au per-
sonnel, sans aucun versement cor-
respondant, et aie penor,neT aurait
la facult de souscrire ues action
numraires, grce auxquelles s aug-
menterai |sj (pourcentage de geitiou
en sorte que, linale neot il pourrait
s'assurer la nui jn m n ; au sein
du Conseil- A chaqne augmentation
Vienne it d'arriver- par dernier bte in :
Sucre blanc granul, en sacs de ^D'J Ib
Ris de Saigon iVo /, en sacs de 109 Ib
Tabac en feuilles, marque cCimiuie il f tui
Le loul .les prix 1res avantageux. Le lot era rapidement eott-1.
VeneM chex
P. H. Gray & Co
de capital, il serait cr un nombre
d'actions de 'travail gal eus deux
tiers des actions no velles de capi
tal.
La rpartition des bulces n'au-
rait aucun rapport avec la cons-
titution du capital. 5 o|0 seraient
prlevs pour la coustilution de la
rserve lgale ce prl/emeot ces-
serait d tre obligatoire quand il
aurait atteint le dixime du capital
social. Un premier dividende, repr
sentant l'intrt annuel 0 0|0 du
montant libr des actions non
amorties serait aervi aux actionnai
res de capital. Si les bnficei rali
ses ne permettaient pas cecie rpar
tition, les bnlices dea anne* sui
vantes ne pourraient eu tre h y pu
tnques. 20 o|o seraient ensuite pr
levs Indliniment pour constituer
un fonds de prvoyance et de rser
ve exiraordinuire L'excdent se'ait
enlin rparti Comme suit 1 J lu 0|O
au conseil d administration .- 2 Uow
somme sufiijaute pour donner une
caisse de retraite et de prvoyance
sociale, 10 0|0 du montant total des
salaires, appointements tixes ou pro
portionnels, gratilications, etc saoa
que, comme tout a 1 heure pour le
dividende des actionnaires de capi-
tal, linsufiiianca d'un exercica put
crditer las exercices suivants;'! D L'j
s jide, qui irait aux actions de capi
tal, aux travi'i uurs miuuels et in-
tellectuels de la socit, sus ayant
droit de la ollectivit. l'on- c tt
ifparti ion. on adopterait la rgla
(fe salaires respectifs savoir ceiui
des actions da capital, 0|o du mou
tant ho r des ac ions non amorties,
celui des travailleurs, exprim par
le montant mme du solde.
Li part, revenant aux actions,c jus
titierait le dividende supplmentaire
cjlle des travailleurs sertit remise
au conseil d'administration de la
socit coopra'ive de main d'o- ivre
c.illo de la collectivit appartiendrait
de droit, aux ludas,aux elforts faite
ou faire, individuels ou collectifs,
soit pour la rduction gaerale des
firix de rvist de tout produits par
a cration de richesses noivelles,
soit par I invention, soit par le per-
fecnnnnement technique de l'on UU
ge, du matriel, des mthodes de
de travail, soi: par l'tude et la
mise en m ivre de tous inoyeos pro
prs fa miter la circulation dea
valeurs d enange. ecu parfois aux
client! ou aux commues dont il*
dpendent.
L'assemble gnrale, sur la pro
position du conseil d'administration,
indiquerait les individualits ou le
collectivits bnficiaires et le mon
tant de leur part.
Tout cela, inipir par ce qu'on
pourrait appeler un collectivisme
u au-iii-, est diicutai.le, mais pour
rait et devrait en tout cas tre discu
t. Il est temps de sortir des ides
gnrales et de a'anter quelques
formules pratiques.


LE MAT\T
L'EMULSIQN Je SGOTT
Hier 10 heures ont comparu a
h b?rre du Tribunal de Paix Section
Nord ; les Drs Lechaud et Annoual,
sous l'inculpation de violation du
texte de la loi du 6 Aot 1886. R-
glementant le Seivice d'Hygine.
Le Tribunal tait prsid par le
supplant Juge Dersalines, assist du
greffier H. Chancy
La salle regorgeait d'un monde
fou. On y remarquait, entre au'res,
des mdecins, avocats, fharma
ciens etc.
Le Tribunal aprs avoir rempli
les formalits obligatoires, a inteirc- _.....__________________________________
g le Dr Lechaud sur le fait qu'on-------------------------------------- -
lui reproche. je surveiUais daris immiUe ou au re Nouvelles Etranares
11 dclare-que le Dr ZAnnoual n Fart,d'aures c propos desquels ---------------
tait pas le mdecin t'raitant et de tlSSt PW-!* **"?"*
mande a tre seul mis en cause dcvo,r v,s VIS du 'u,y mdlcal
Mais le Dr Annoual ne put s'em
pcher de demander au Tribunal Le ^Septembre dernier le jury
quelle est la maldie contagieuse medlcai au complet a t iniorm de
est un puissant aliment mdici-
nal qui par lui mme contiens
tous les lments ncessaires
| pour donner la sant et la force
j Prennez-la pour vous convaincre.
F
aita Divers
l'A H CABI
28 Septembre
Les btiments de la douane
inonds
ROME 28 Septembre Le TOI VlC Hier, aprs la rande averse de la journe, le
---- ..... lor Emmanuel a Sign aujourd'hui Major Hickey. Chef de la Police, par tlphone,
qu'il a eu i traiter et dont la dnon existence d'une hvre ruptive qui )e n0Uveau trait :.vec l'Autriche On aver,it la Sujion Centrale des Pompiers que l'eau
ciation lui est obligatoire. La loi du *** teint 5 membres d'une ta ;gnore encore le contenu de ce trai- 'XSSJSTS^ilLSn la *
6 Aot 1886 est nettement prcise i i&ille. Aprs Iexamen de ces cas, la le
cet gard, aussi demande-t-il au Ser
vice d'hyg'ne de dire les cas conta
gieux qu'il n'a pas signals, car dans
la loi qu'il a en main et que le Ser
vice inveque il n'en a soign aucun
jusqu'ici
permanente se rendirent sur les
gar
lieux avec le
CHICAGO-Le parti Rpublicain ;;;^iei de iaCon,P.,gnie.-
eau
variole carte, le Jury mdical linvi ....... ,....,
la 1p mAH.rin !;_ Am m*J . WUWIJJV- u pin hvwiwii tunents n'tait plus ou un immense lac ou fl
taie mdecin traitant de cette a au cours de la campagae lectorale atteignait jusquVqaeai pied 4e hauteur.
mille i taire le ncessaire prs le accuse le Prsident Wiison d'avoir Ce ne tut qu'apres un travail acharn que l'on
Service d'hygine et lu. mme, le Uff Chine au Japon. S^SiLVl: dW. "*"' '
Jury, en a lait rapport au Dparte
ment de l'Intrieur dont il relve.
Le Dr Lechaud invoque lui Ce, dans le but d'/iter une pid
aussi le mme texte de loi que le
Dr Annoual. 11 n'est pas vrai, dit-il,
qu'il ait soign des cas contagieux
chez. Mr Laurenceau. Si cette mala
die existe, c'est la faute du Service
mie quelle qutlle soit a la ville de
Port au Prince. Je pense que notre
conduite en la circonstance a t
correcte et que nous n'avions viol
aucune loi. Aussi nous demandons
mirefoisdanslecoursd'une pratique
vieille de vingt et une annes deja.
.l'tais peiplexe ne sachant i quel
diagnostic m'arrter, je ne pouvais
pas cliniquement penser la variole,
l'ruption n'en ayant pas les carac
lres et l'tat gnral du malade ne
pouvant m'imposer ce diagnostic, le
ne pouvais pas non plus penser a la
varicelle, allection bnigne existant
presque i l'tat endmique en Htiti
je priai a.ors le lendemain mon cou
Itre le Dr Annoual daller voir le
malade avec moi. Aprs examen,
une discussion sur le diagGostic dit
lrentiel de la maladie s'leva entre
nous la variole tait carte.
nous n'tions pas encore d'acco d ,
le Dr Annoual penchant pour la va
ricelle, je ne partageai pas l'avis d;
mon conirre. le ne siv. is donc
quelle tiquette attacher cette ma
ladie.
|e retournai le lendtmii chez
Laurenceau voir la marche de h ma
lad e. Le cas n'tait pas plus gta\e.
il 's'amliorait mme, la itre .u
jeune homme tait a son chevet; elle
est anglaise, sage femme, ayant t
wur^dans Us hpitaux de Ivrgston.
Je lui demandai si elle connaissait la
maladie en face de laquelle nous
nous trouvions. Elle me pondiu
qu'lle la connaissait parfaite meurt;
qu'elle avait eu i la soigner plus
d'une fois et m'a donn un nom
anglais que je ne me rappelle pas,
Elle m'a allum que si elle trouvait
une feuille du nom de mamnan
ouann elle se taisait tort de remettre
ton garon sur pied d'ici ; ou 4
jours* Cette feuille a t trouve,
elle s'en est setvie et son fils a t
guri Cette maladie, a telle dil,
n'est pas la variole. Rassut, plus ou
moins, je me contentai de lui don
uer quelques conseils et dcid de
me tenir au courant de la marche
de la maladie en vitant par une
dclaration intempestive d'affoler la
population Dans la suite, j ai appi:s
que notre co-.sul d Haiti Kingston,
le Dr Dominique, avait fait rapport
a son gcuveinement de l'existence
a ia amaique dune pidmie qui y
svissait:K wa cow pox qu i nef ut
pas confondre avec small pox, petite
vrole. Or, le service d'hy^ne avait
t prvenu temps, pour prendre
des mesures contre les bateaux ve
nant de Kingston, lesquels pouiraient
propager la maladie ici. Aucunt me
sure sans doute ira t prise et la
maladie y a t introduite Cette
maladie tant inconnue en Hati, jj
n'ai donc pas viol la loi du 6 Aot
1886 en cela dclarant pas De plus,
la Chine au japon. aspirer l'eau qui fur rejete dans les gots. Ce
COPENHAGUE Une maniftSta- travail, commence 4 lis i|-- de l'aprs-midi,
tion s'est produite la suite de Pat- dur:'lt e,ncore matin'. a.al,euies apr:nuit,
., ,. l-ort heureusement; u n y a aucun Seul st-
triDUtlOn du pni descrime des |eux gn.iltr. Ds le commencement *!e la crue, sous
olympiques au rraitre d armes Ha- Fictive direction de MM. Msthews et Creager,
1. une quipe s'tait occupe de mettre ce sret les
, marchandises .en dpt qui ont pu tre entire-
Les rclamants soutiennent que ment prserves.
son concurrent Danois a t de beau >'-irmi ccux qui apportrent leurs concoursem-
. k .1 press pour aider I uvre de sauvetage, nous
1 m~A*c* coup suprieur et ils font ressortir devon$FUI1C lliauion prtfculira a l'nergique
les raisons ae ce procs ae tenaance que trop sou\ent ?u cots des jeux Commandant de u compagnie det Pompiers,
olympique* le luiy tait preuve de -\lr Eus*0*Dgand. au vice-omiiundani. Mr.
*.. . r ... A. Mc-Culuc ainsi qu au Major Hickey. Chel
partialit en laveur des Athltes d la PcJke qui ne mStuaereni pat leurs eibrti
personnels.
Le dvouement et le courage des pompiers
turent admirables. Huit heuies durant, sans ,d-
laillancr, ils travaillrent, les pieds dins lean.
O.i j.t que cette inondation est due a une
Infiltration des ratudemer, provoque par les
pluies lie 10 dentiers jours.
Divorce
lier a onre heurta S t prononc, par le Ma-
gistral Communal, la dissolution du mariage de
.\!r Lon Metceron et de Mme Lucilia V'erna.
d'hygine.
Le jour de l'arrive du fils de qu'on semble vouloir nous faire
Mr Laurenceau, celui ci me pria
d'aller le voir. Je l'ai trouv couch A la suite dis dclarations du Dr allis
ayant la fivre et une ruption de Lechaud, le 'tribunal, aprs en avoir BEiiNE Le gouvernement Suite
boutons dont je n'ai pu dterminer illibr, commet le lurv Mdical, seul a dcid de ne pas rtablir les rt la-
la natuie etque je voyais pour lapre appel en connatre, aux fins de rdi tions dip'oinstiqces avec le Gouver-
Police Ade*
Port-au-Prince, Hu???1
^ 29,1920'^
. POLICE NoTtPttl
.Inaccordancewm^Vu1
oinB trahie rgulation, t8l|*">
in Le Moniteur, 3/K
1. invited 10 the fo.towSJ-
1. Patents for ail !',
b. iMuert at the BarJSi
and upon the receipt J$A
appheanta thall pjt8p't\M
tea to the bureau of^lrl
hey will be further iZ?K
to drive and the officia*
l The co8t of ihe *T,
qu.red for private aad pi,
ciea will be Eve dollar. iSa
ThecoBtofoneisgTnl
(^): the .pnceof public bS1
vate or public carts taXi S
dollar gold(LW) andJof'
buaaes, aixty cems (U.OO) A J
A- ludividually, chaofCf
or driver of any private or
vehicle will be required to m
haulleur a licence accordiol
law Ihecoatof thewlicJS
be two dollars (2.U0) Ara Cil
lias is i:i addulon to uj, J
the patentes required by ihl
mune and the cost of ihi
tag also required.
4- In order to evoid en
and to facilitate keepiog the 1
of licenses issued ail applicsi
be required to give numbiri
denco and llia atreet opon
the same is located.
5. - For tlia convenieoca 1
public the Bureau of Police 1
opened for U13 issue of lie
tag 1 uncil further notice,
foiiowin^ hours and bat
tobr lit, 1920 :
y a. a., to 1 p, m.
;i p. m. to j p. m,
B- F.HICK1
ger un rapport sur l affaire
Et par ces cames et motifs, h Tribu
nal sitrseoit se prononcer en attendant
le sus dit rapport
ne ment Bolchvite L'envoy spcial
de Lnine a essay de (aire leven r
le Gouvernement Suisse sur atte
dcision. L'envoy va tre invit a
qutcr le territoire national.
Cette marque de commerce est
le signe caractri>lique lu pro
urs qui a t accompli' dans
le dveloppement de l'imlustrie
lectrique. C'est la marque qu'
un gnial esprit a donne au
inonde et c'est votre garantie
dans choses dr l'lectricit

^Vestinghouse Electric International Cb.
*

\
165 Broadway, Nueva York, E. U.^A.
Direction cable*rfica: Wemcoexpo, New^York^ j
y
AVIS DE POLld
En conformit de U loi
culatiou Jea voitures pal
cVloniteur* du .'U Juillet cu
tention du public est tlirei
qui suit :
1. Les patentes pour
dlivres par le Bureau c__
seront prsentes su tiureul
Police pour l'obtention des
de cliauHeurs ou de coche
dliviauct) de3 plaqaep.
2. Les plaques d'autos ,
ou publiques coteront cinq 1
(5) ls paire, la plaque pour 1
dette, deux et de.ii dollar]
Celle pour voiture publique,!
piivi ou public, un dolH
celle pour voiure prive,
centiuies (U-ou, mooaaitai
3. Tout,chaufl*ear, qoTjl
pritaire ou.uon de la 'Oi*
conduit, doit tre munidetoj
requise par la loi. Cette If*"1
tera deux dollars (2) or
aana prjudice del Ptento
la Commune et da pmj
u laque-
4- Pour viter teatti
et faciliter l'enregistrar
cences delitrees, les de"
licences doivent tre
ou uuineio de la maison 1
sionneire et du nom 1
ett titue cette miiton.
5. A partir du 1er
ebam et jusqu' public
contraire, le Bureau
ifcvteia ouvert au pubwi
vraoce de licences et
voilures aux heures sur
8 a. iu: 1 p. t-
HEADOU^TlgL
tcn.tre 1920. .fc
Les conducteurs de vow
aviss qu'ils doiveot se P"
Bureau de U Police pour"
leurs cartes de cocher-
Cette carte ne leur;
que d'aprs un certificat
Gnral. ,
Les conducteurs de von
mobiles sont invits t PI
Bureau de la police lew
conducteur d'Auto,
i l'Arrt Comrnnnal e
lvrier 1919- F ujClJ
Jeune ^^jfXT1
phe, dsire tre PW
S'adresser auburea
1
* s\
^t.


L'MTTN
as Vn ter* de lys s^%Agg
Crme ^
nuc-rf*
! fracheur
o Jeunesse.
m M s'rsssi
E, Ilimeur, ctmr
t wiiirel, rose
ai Brun'. "'
^clir. rschel
PB.......'
pMaOely*
,Tnn4tly ..
iTn*iy> ..- *- %?*"<
m Tsiaaeiy*.- '"- "- .
rx< eomptMe
ma rasai ton" r'mftourssmenr
tsm mt drmtr.de du Carnet
A Inuir du U* HcymupUon.
Embellit.
efface
les Rides.
ARYS
3, tue de la Paix. Psr.a
Toutes Parfumeries
et Grands Magasins
FraiiCO-Haitien
Agent gnral pour Hati
1720, Rue du Magasin de l'Etat.
m
G\R4GE FOKD
West Indie Tradii {) G
( Rue du Centre, coin rue Pave )
Atelier de Rparation
A. RARREYRE
18 venons de recevoir des
iitnres(ti este) pour bandes
transmission iORu, que nous sont-
p prts avons poser trs rapidement.
ivellcs bandes de Irons mission [ermel-
le remplacement des garnitures sus
nier le grand couvercle de la bo'e*
M tous les dimanches pour les ventes de
lSOLME, HUILE, (RAISSE.
bernent
maritime
-Jjiebot CARAVELLE arriv
wo de Porto.Rico le 26 cou
"ondoie, samedi 2 O:io-
traireseratab'i l'arrive
Pool.
Grince le a7 serjtembre 1920
E. ROBEL IN, agent
JJ2ADVANCEdelaligne
fcslv. enda ici aujourd'hui
T*\* heures de .'aprs
,j"a demain pour les
***er PANAMA venant de
>
tira
pour New York le i
Pour C*oix
des Bouquets
le premier dpart pour la (te du
Rosaire aura lieu Samedi a six heu
res et demie.il y aura 3 dparts, di-
manche 4 heures 5 i[2 et 7 ktB'ti
du matin.
Prix 1 00 Joll.tr pour ces voyages
A ciuse du nombre restreint de
place 11 faut que ds aujourd'hui
on achte sou Ucktt car il n'y aura
de place que pour ceux qui en seiout
munis.
Service d'automobile
POUR GRAND GOAVE
A l'occasion de la fte St Franois
le camion laissera Port au Prince a
9 heures rj2 du matin et dimanche
7 heures du soir.
w*^
J h^Kjp
,. ,
ta fOu: (/ OfccntM 1 'h r ''sine. 4
eii MMi h lu .. iJtgi .
" f'"1 '. ' lh> 'i >' f .s .!;.
Mc'iile, i rj t rn| ,.:..... rj-i
racJrte 1 k .->
Ce qui 11.:>..- ; 1 U 11 c':... :% .(. ......
briMumttri, I :. -.ut.
Il leur fan
tuw d 1
?vicie, u Vj-i 1
frvi-
M I
e s'a
-
.' .if. .-v {*
.'
vu
.1
kl
Il ..
urt,o< utlui iie.iiei i
'iduaenieni.,
C\ !tl3lS.
U leur II r .t. .
et mesura tu Mti.i.i.a.ii i'u...
Indissoluble, par rurodonat. dont !< pouvoir dissolvant.
37 .'ois plui actif que ia lllhine et absolument inoiUo-
If. a remplace' cette dernire.
l.i ? rfesitur Lancer et ux ancien prsident de l'Ara.
<1l 1 e ie M --in" f P l'a rVcommand dans son
Tu k.bk -1. j.'-... i; .si ;,. d nombreux nuitres.
S
Rjittmatiimti
C
.....'.V:_. -.c
. r :
^sms
I -, / <. ^1~
1 ;-""' \::^;-"l^^
I ,
.....:- kfctfi
Ml l%M .
>.- I#l t je Mif. te*
. hMCt*| ic 1 W><
et la GOUTTE
L'OPINION MEDICALE :
Administr i l'oecaslon des pouaaaa
s.ges dans la goutte. IUROOONAIj n a aucun
relentiss'ment factieux, comme le aallcy-
laies, rien des effets dangereux, redoutables
parfois, du colchique et de la colchlalne. Les
douleurs perdent rapidement de leur culte
et la dure mme de la pousse eat parfois
trs noUbicment abrge
D' F. MORIL.
Mderln major de I" cl. en relrslle. ancien mdecin
des hpitaux de la marine ei des colonies
. J'ai fait us-igc de l'URODONAL aur un
h xnmej d";ge moyen, souffrant d'atuques
r'.il.e* de goutte Le rsultat fut tre bon
pendant une attaqje aigile parce que le ma-
lade reasenllt moins de douleurs qu'habituel-
lement, et. en continuant la cure J'ai pu
eonatater que les attaques venaient de mosns
en iTM ' et !" "n lon Intervalle de
temps.
D' Je in Senetineu, Basllicanova.
L'UKCrJONALr/olijeaineWrrtaWeeeil-
gnit urlqur \acliJt urtqai.urattt tt oitlalts
-.'.:..,
L'URODONAL nettoie le rein,
I. .-j le foie et le articulations. Il as
OttfHH les art;'-s et vite l'obsit.*
Comptoir FRANCO-HATIEN
Reprsentant pour ia Rpublique d'Haiti
1720 Rue du Magasin de VEtat
jYtaxwell
Fifth Avenue
^pf or the Boulevard
i/f" Des Lamas
5me Avenue ou Bouievard des marnas-
sclffffiW Dnp Idoa les piyi t dans tootai les coudiiion,
/ jW?-y*f** la MAXWEI I. bVpI fait la rpu'al on d'une grande
fy ldolirit de lonc ionne-ment.
C'est parce qu'elle eat simple et bonne. La qualit
de chaque pice a t minutieusement vrifie et chaque travail concernent
la oons'rut'tion. soigneunement contrl. ,1^1,,
Elle contient tout ce qui eit essentiel et rien de eupeitlu. De la rsultent
une conomie de fonctionnement, une rgularit de service, une lacili' de
conduite tt vno li garce d'aspect qui donnent i la MAXWELL une lorce
attrayante univereelltinent ritientie. %_______
MURAD&SONI
Poit-au-1'rince, Hati >
MAXWELL MOTOR SALES CORPORATION WEST INDIES:
Adtesse WgraphiqU : Serricexdfxvorlanon
cUMCU 7*. Hroadway. N-W
Avis
Les Gaeletes Dubrya-&Maru
Conception en rade.partiront Samedi
prenant passagers directement 'pour
Santiago de Cuba.
l'our tous les renseignements
s'adreaser I. M. GVTOH, 1009. rue
du Magasin de 1 Et t-
Ecole Iodustrielle
Le tegistre d'inscrintion de PE
cols industrielle et de l'Ecole du Ba
timent est ouvett au sige de Pta
blissenKnt tous les jours de y hou
res midi.
Le concours d admission eit fix
au lundi 4 Octobre 1920.
Paisiana
LA MAUVAISE
PLAISANTER!^
D oprrfa lea imeressions de Flamma-
non sur le cSpiritisme >.
LE DROIT D--- L'EPOUSt;
Grand drame social.
' L
I


LE MATIN
BAZAR METROPOLITAIN
Maison de confiance
Angle des Hues du Peuple et Dant Destouches
Nous venons de recevoir les
marchandises suivantes:
t Barclay's London Lager
Bire allemande
English Bvown Stoat
Orape Juice
Pommes de terre 7 centimes or la livre
Snucifise de Vienne
Moulin caf
Soyons pour teindre Ifi linjes
Pipes
Cartes louer /
Hamacs
Toutes sortes de ftoudres
Arrts pour crayons et plumes
Jambons assortis
Pudding en ferblanc
Petit pois en paquet
Lard en pot de verre
fil pour crochets
i s Papier attrape moueke
-r*
Vous trouverez des cercueils
tous polis permettant dlivrer
le travail heure aprs.
Guillaume Diichatellier
StOi, Grand'Rue. prs de la (iare du Nord
Assurez vous contre LE EEU
^dressez-vous la plus forte compagnie desJ#JJ#
LE HOME INSURANCE Co de N-
agent gnral pour Hati
Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince
Frotgez votie Maison, ^olre Magasin, vos dpts au|laux le plus raiscnab'ej
Aucun Irais k omission ni de courtage payer
Ranseiguez-vous sans fiais par correspondance ou venez discuter voire problme chez
Eug LE ROSSE, 95 Rue du Quai
Htel Restaurant
L'Htel Restauranl de. l'avenir se recommande i
l)on soin et la rgulant." de son service, les voyageurs po
Poitau-Purce y trouveront pleine saiiMaci'on Phn J"*
vaincre on n'a qu' pusser au Nu 225 de la Hue i- Sn
buieau des tlgraphe* terrestres. Qu' P'
CondiliOi s trs avantageuses.
A SYLLA, Propritaire.
Aux Armes de Paris
eintures .instantanes pour cheveux. Bijaulerie P d.
de l'abb Sihpv: Jouvence, h\giniline, Durtiique Dr.? i
Doloroslao, Baume du Marinier, chaussettes lil' nn.114
cadels, I8|2g rouces, mouchoirs bu sle fil pour darrT TT*
lil et coton, flanelles, gilets de flanelle pour bommP 5|
nacre et argent, Chaussures pour lames, leather brief (Si \K
i leur pour daines, brassards deuil, jarretelles et jarrei
ri uns, Tissu a tique pour jarretire. Arras bands tenir les manches des che ms: s ) aiJue8
Spcialits pharmaceutiq
Goudron h Guyol, p-prazine M!dy,!quinium Ldiaraqul
IL H, aniodol externe, Nar Vigor. c:atar I ebu-iif, rir n S, i
sjcp cbloral de Follet, Salsepareille Rris'ol, elixir Viroiniil
comprims Lacfozymase, euryihmme Dethan.iomn inUiftl
nnle* d'ther du Dr Cbit.n, P^gol. tilobo', .r,ains dvT
Itravan. Empltre /Jnchylon gomm Pte do 11. ubercier J
du Dr Ross, magnsie cakine en petites I ivs, pilules
Fiuctines Vieil*. Emulsion ScAl grand t peij- n--con. SanbJi
Moutarde en re illes. Juhol Colon liyd ophile en boite d'une!
Gaz3 simple, salole el io loforme, loiiou Ptrole llahu iWl
contre la cht^ des ch eux. *'
Ampoules Z^^V^j
Thermoxtres et seringues de Luir.
produits chimiques lllt^T
chaux, jalap. borate de s.ude, sult'ae leireux, manne en iL,
liu es r'e sn, encens en sortes, prcipit rouge- 'uciede lait
damandes .-louc.es, alccola de mlisse compos. '
Sa ons aniisptiqu(s l'acide phnique et aii subim. Eiti
quinquina rougi', co?a, (steoce dants,
Extraits pour liqueurs^
che grlle, vanillv Pour sirops: r.d'19, orgeatiue, concm
ma.idanue. Bonillcaleur pour alcool ClVOgnnunesdebonim
un hecloliiie d'alcool). TulMs.caoutchoucJp'ir ir.igaleur. bil
et t'iues, Almamch llarheite. Pat.h pour automobile.
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle des Rues Roux et du CenU
2 Mdailles d'argert Exposijon de Bruxelles 1910]
Laboralore de Chimie Mdicale
Droguerie, Produits chimiques et pharmaceutiques.
Spcialits franaises et amricaines.
Prparation de toutes ampoules mdicamenteuses stril
et injectables. ,
Spcialits. Srum nvrosthnique simple et ferruginei*]
lodhydrarg/re. Srum ue Morard remplaant les paqur-
rcalcifiants de Ferrler et de itobin'
ll.y a toujours en stock : Nevrostheose' Sirop pectoral,
Elixir de Peusylvatiic.
Dpositaire du PREVEMHh\
Reprsentant des Laboratoires Ti
LACT1FERM. Ferment lactique, contre atlections tfaitt]
finales et cutanes.
L\XARIN Joanny Cordasco
319, Rue des Fronts-Borti,
18e Avenue, P. 0 Box 2 Port-au-Prince, flIaiM-
Ventes sensationnelles avec grana\
rabais laissant de gros bnfices
aux plus presss.
Assortiment trs complet d'articles poul
Cordonnerie et marchands cordonnief&|
Vous trouverez galement en stock : g.
Peinture Ceif, chaussettes, machines coudre 1 y
Accssoires pour automoli les. article maill*. fournitures
tour malloliers, cirage (iriftm et de la clbre marque
pour souliers de toutes les n-iances etc. etc.
Pressez-vous, car ces prix ne sa
pas maintenus longtemps
*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM