<%BANNER%>







PAGE 1

LE MATIN — I Tromper L'Organisme Pour Plaire au Palais c'est ce que font beaucoup de personnes qui prennent des toniques alcoholiques quand en ralit ce que leur organisme a besoin c'est L'EMULSION DE SCOTT ff Puissant aliment et mdecine sans le m faux estimulant de l'alcohol. HiiM~.*+** \ J articles mentionns ci-dessus. Je vous prie de laire publier la prsente communication dansle t Mo nitcur et la transmettre la presse. Veuillez agrer. Monsieur le Secrtaire d'iitat, l'issurance de ma parfaite considration, (S.) |ohn Me ILHENNY, CiliL/ Conseiller Financier. Pour copie contorme : Le Chef de bureau au Dpartement des Finances. COLBERT 24 Septembre 11)20 Au Conseiller Financier l'ort-aul'rince Monsieur le Conseiller, Je vous accuse rception de votre lettre NU F. 3-40, du 2$ Septembre couran*. dont le contenu a mrit ma plus srieuse attention. Le Dpartement des Finances, n'est jamais rest nidifirent lu si lualion qui pourrait natre, un ino ment donn, dune certaine pnurie de gourdes sur notre march. 11 •ppiliendait surtout qu'aux appro eues de l'poque des fortes livi aisons de caf Septembre, Ocobre les fauteurB de crise montaire ne provoquasse! t une raifaction lactice des gourde?, et qu'il ne tentassent par tous les moyens de faire renatre 1 ins abilit du change qu'ils avaient pu crer en Octobre, Dcembre 1919, au mpris de la Convention du \'2 Avril de la mmo anneVtre lettre du 2?. Septembre No Nouvelles Etrangre F. 3.40, apportant une preuve nou %  %  ***'***• velle de l'intrt que vous prenez la question, je vous annonce, Monsieur le Conseiller, que j'en ai auto ris la publication au Moni'eur et dans les quotidiens, selon le dsir que voua m'en exprimez, et qu'il en sera fait autant de la prsente rpon se du Dpartement des Finance. Kecevfz, Monsieur le Conseiller, mes meilleures salutations. (Sign) Fleury FQU1RE Secrtaire d'Etat des Finances MSE. AC Tour copie conlorme : Le Chef de liareau %% Finances: COLULlVr av. Inauguration d'une Ecole Nous avons t informs que la crmonie de la remise des clefs de la maison d Kcolo de la l'Iace SainteAnne aura heu lundi prochain, a 10 heures et demi*) du matin, au local de 1 Etablissement. Cette crmonie sera prside par le Ministre de l'Instruction publique; Mr Dants liellegarde. FaitsDivers CetU situation, la vrit, avait pu tre, opportunment et h'ureuse ment conjure par la mesure prise en Dcembre 1 '. 1 '. d accord avec le Conseiller Financier par intrim, don oant force libratoire illimite au dollar, amricain. IJDepuis lors, c'est dire depuis prs de dix mois le dollar amricain fait 1 oflice de monnaie d or bai.ienne, la crise n'existe plus et il y a toutes chances qu'elle ne tevieu dra pas, les rgit met. ts de lompU, achats, etc. en gourdes se faisant eu or americaiu sans d fticull aucune, et rciproquement. Il suit de l,Monsieur le Conseiller et je suis neuteux de constater que le dernier paragraphe de votre lettre le reconnat foi mollement,que toute possibilit de crise est non seulement vite,mais icarte dsormaisTout de mme, et puisque la Ban que est oblige, en vertu de l'article u de la couvention du 12 avril 11)10, dmettra les billets dlinitif^ jusqu' concurrence de Gourdes 'J0.U00 000 : comme d'autre part, lue motifs invoques par elle jusqu'au commencement de r.'-.'O. pour expli quer le retard qu'elle mettait dans l'excution de cet article 0, ces motifs ne peuvent plus tre invoqus ; t comme enlin la complote excution du dit article ne pouvait aucu' uemeut tre nuisible, et qu un bien pouvait en tre obtenu au contraire. S our toutes ces raisons runies, ld lpartement des Finances lit toutes les diligences ncessaire?, auprs de la Manque comme auprs du Conseiller financier l'effet de hter la Tenue doa billets dfinitif s de G. 1 et 1 gourdes et de les avoir avant la reolie. Cela est attest par les dpches du Dpartement en dates des 1 juillet, 11 ut 24 Aot 1920,Nos 263?, 1W8, 17U9 et lrfDO adresses respectivement vous et la itau que 11 ,1e Dpartement a eu la satisfac tuin de voir aboutir de faon satisfaisant ses pressantes dmarches, ainsi qu'il ressort de la le.tre de la Umque au No 30, du 9 septembre de la vtre, au No E.9B.31,da 10 Sep. 19J0 ; des dpches responsives du Dpartement au Nos 310 et 1911, du 14 Septembre \VH, respectivement adresses vous et la Manque, le tout publie au "Journal Officiai" du Mercredi, \i> Septerabie, No 09, et reproduit par les quotidiens de Port au Prince. OBSERVATOIRE DU PETIT SEMINAIRE COLLEGE ST MARTIAL RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES Vend'edi 24 Septembre 1920 Baromtre 7 6l -5 minimum 22,7 maximum j2,? Moyenne diurne 26.0 Ciel as ez clair le jour, couvert la nuit. Pluie sur le' l ieu. Ionnerre. Pluviomtre 1,2 mm. Baromtre constant. J.SCHERER Comit de la caisse des; Ecoles l.e Comit del Caisse des Ecoles a tenu scUKfl lucr aprs-midi l'Htel Communal. Ames la sanction du damer procts-verbal. le Cniiit a arrte son Budget des dpenses pour l'Exercice 19*0-19.11 l'leuntiG. .:too. Puis, sur la proposition de son Prsident, Mr Clment Magloire, le Comit a ddit uaii.-.ter les tonds disponibles a fchai des chaussures, vtements et livres classiques qui seront distribue* aux levs indigent! J l'occasion de la icouverture des classes. .... Les comptes du Trsorier du Cornue, Monsieur le Chanoine J. M. |an, out t examins et arAssistaient cette sance Mme Suirad Villard, Arthur St L, Dr P. Dalencourt. Membres du Comit, Clment Magloire. Magistrat Communal, Prsident et Monsieur le Clunoice J. M. Jan, SecrtaireTrsorier. Mr L. A. Roumer BtJ'armi les passa-ers arrivs par le S[S LaKe Narka , de la ClydC Line se trouve Mr !.. A. Roumer, Consul de France Jrcmie. Nous lui souhaitons un heureux sjour parmi nous. JMr Roger Rouzier Nous avons revu avec beaucoup de plaisir noue charmant ami 1 loger Rouzier, Consul Gnral de lklgique a Jremie qui passsera quelques jours a la Capitale. Nous lui adressons nos meilleurs souhaits de bienvenue. La Petite Vrole ... la Jamaque l n avis d J Service d'flvg ene, public dans notre dition d'aujourd'hui, annonce l'existence de la petite vrole a la Jamaique. l-n consquence, la quaransune a t tab.ie contre cette ile dans tous les ports d'Ihiti. Dcs Les lunrailtes de Olivia Mcnunu, |8 an;, dcide ce matin a Heures, auront heu DM aprs midi, m l'Eflue Ste-Anne. le convoi partira de la maison mortuaire, a l'angle des rues du Champ de Mars et de l.i Runion. ,_ Ne, wondoican>.cs aux lanullos prouvs. l'A H CABIE 24 Sap.'cmb'e UDIN'K— A ciuse des pluies torrentielles plusieurs rive? d bOf de ent dans le voi'inage d'UIine. Plusieurs maisons se sont eflondres. Les comTiunicitioos sont interrompues sur plusieurs en.iroits. VARSOVIE— On annonce que II cavalerie polonaise sur les bords de la rivire Xbu:h a occup Koroao. Au nord du Pripet les polonais ont occup Priziny et Linowslu taisant 1000 ptiso.iniers et capturant un im portant butin. PARIS— Hinotaux, membre Je l'Acadmie frani s-, a d:ot du grand cordoa de la lgion d honneur. PARISLes ministres et les sous secrtaires S runiront demain sous la prsidence de Millerand. Clemenceau, ex-pisident du conseil, est parti pour l'Inde. 1! a laiss Paris hier soir pour Mirseille. PARIS— Le Petit Parisien dit qu'avant son dpart pour l'Inde Ci menceau a dclar qu'a son point de vue M lleiand est l'homme qu'il (ut pour reprsenter la France cl que si Mi'leiand est la candidature lui Clemenceau vde/it avec plaisir peur Millcand PARIS D.iis le ici Ut 10 pour l'lection p.s dentielhPret obtint 157 voix et bourgeois 11;. CONSTANTINOPLE— Le cornmuniqu du 19 de arme de Wran gel annonce que l'aime russe au .-,ud continue t'clliusive occupant Pologifl it lais, ni 200 prisonniers. Les troup?s ont fg L meut captur 25 canons. D.us la direction d'Alekandrevk eU'ei ont perc les lignes Geibe bcig.Djutseta k csp'uranl.iioo prisonniers, 10 mitrailituses tt il canon:. Li pour^ure de plusieurs trains transposait des munitions continue. AZOF— Pendant ua comb-t naval dis ciolseurs mises oot mil g de t'es srieuses pertes trois bateaux rouges et les ont lemoiqu Mariopol. Avis CURE RESPIRATOIRE GRIPPES. CATHlMEI. URYI6ITE, BROICHIT SUITES DE COQUELUCHE ET BE ROUGEOLE e BATLLY Sous l'Influence du WMOSHWir IA TOCX SE CALME IMMDIATEMINT. %  A FIEVRE ET LBS SUEURS NOCTURNIS DISPARAISSENT. L'OPPRESSION ET LES POINTS DE COT S'ATTENUENT. LA RESPIRATION DEVIENT PLUS FACILE. L'APPETIT REVIENT. LE SOMMEIL RAPPARAT., LES FORCES ET LNER6IE RENAISSENT. •> EMPLOY DANS LES HOPITAUX. RECOMMAND PAR LA MAJORIT DU CORPS MDICAL FRANAIS. APPRCIPAR PLUS DE 20.000 MEDECINS TRANGERS MODE D'EMPLOI Une cuillirie cafi matin ti soir M U Vlltl, diai tutu lis Droguiriu it ttirnaciii LABORATOIRES A. BAILLY gg 15, RUE DR ROME, PARIS 5=J EB B a =BB .->.. %  > W H. Silvera Diagonal D ir suprieur alpaga noir suptieur Toseor pour hoirmes et ( p our dames Casimir anglais Palm-beat b de loute* luaucea et qualits |. l( | -, | l |. in0i VOI'P blanc. — Satinette l.'anc—Toile;i jour, Moujst'.lin! fleura et mouches p m 7 0 iip cheniFe. —Satin ciime noirj — Perdl | noir pour jupes. — Coron drap.—Crpe anglais Kaki blaoc— Empicements denteUet. Shantung j ponais pour chemises ei robes .'; Chaussettes soie hommes, etc. Toile ;*i 1 ilif! teuil Prix exceptionnels De La Tranquillit* D'Esprit Du Touriste p ,OUR retirer de vos pneus le maximum de kilomtres, ayez l'oeil sur lei petits ennuis—et impchez-les de Pur tUifl de l existence de Kala QOW pox ( l'etde Vr*U ) (t la Jamaque, il n( tabli par la -prsente, Quar&nklin contre cette Ile, dans tous les port d Hati. Les aijents des bateaux sont aviss que Us passif/ers pour llaiti doivent tre vaccins avant leur embarquement, moins que cet derniers prouvent qu ils aient acquis l immunit, parcequaijam t dj atteints de la maladie ou qu ils aient t vaccins p/u sieurs /ois dans une anne. 130 W. B. EATON %  ^Adjoint de l ingnieur charg au Servie National d'Hygine Publique. Les Accessoires Firestone font partie do service extraqu'offre seselients la maison Firestone. Bien des pneus ont fourni un supplment de kilomtres longtemps aprs avoir dpass la "limite d'age"-c'e8t tout simplement parce que leurs sages propritaires avaient toujours prt un ncessaire dos commodes et excellents Accessoires de Pneus Le Maximum de Kilomtres par Fggg L. Preetzman Aggerholm Port-au-Prince Nouvelles du (iural Lejeuue et du Colonel Butler L Gnral lohn A Le)eune,Gommandant des U. S Marines Corps et le Colonel S. D Butler, Commandant des Matines dans ltal de Virginie sent part s la nuit dern e pour les Etats Unis boid d'un destroyer amricain. lis ont parcouru plus de 6 coo milles en moins d'un mois. Les honneurs militaires leur ont t rendus au d; IM par les Marines et par la taufarc. Viennent d'arriver chet \. Victor Gentil P.ue du Magasin de l'Etat i^t Souliers S ul e Z>\ Dcouverts jaunes et bruns talons caoutchouts, a ^ -Soutier dcouverts pour w* Notre fameuse m ,-,f/irt# Teinture Vgtale instan*^ Pour rli-^veux;sans aucun danger, ne coQtieat niplo \ 0 u>: • PrU du fiacon 1 u



PAGE 1

Quatorzime anne No 3891 Port au Prince,Haiti Samedi 25 Septembre 1920 DIRCTEDR-PROPRIETAIRK Qinent-MAGLOIRE MAGISTRAT COMMUNAL & NUMERO 15 CENT1IIIS jjj mois 3." i 00 OEPARTEMfcriTS rn moi" G. 2.50 'fcooii 7.00 ITRANGER tioii moia • 8.00 L mnonces sont reues au Comptoir In Looil 'de Publicit, 9 Rue Ticocher, Pi: W 21, 2], Ludgate HM, Londrei, Qtmiidien Ne vous htez jamais trop; marchez d'au pas tranquille dans la voie moyen* ne : c'est£celle qui conduit la vertu. THOGN1S REDACTION; Rue Amricaine No, l& T^.7.^.7 //o^^ %  48 Chronique [foutle monde connat l'anecdote icet lpbant qui, pour se veuger isiteur mil appris, va puiser f/eindaus sa (rompe et l'asperge IDD vrai dluge. Les btes sont 1 donc capables de ruses raalijet plaisanteries bonnes ou lises? On peut, du moins metil leur actif toute sorte de tours ressemblent beaucoup, nous ici les plus curieux, d'aprs {observations des savants uatust que la gourmandise, le 1 coafortable. du logis bien i et douillet, est de nature raquer toutes sortes d'ides 1 rsolutions heureuses nos les btesJugez-en par l'exeiu i voici : c'tait un chien qui Ides gots de sybarite et cou habituellement sur un palier [ffemitr tage d'une grande maiL *i e par plusieurs locataires: l natelaa consistait en un tapis l sou usage. Dr, un sois, on .•de mettre ce tapis en place. de BOU couchage ordinaire, finquiet. ae sachant ce que cela (dire, le chien se mit 4 courir l'escalier comme un fou et psjusqu'au quatrime tageLa 'I on paillKhsoi!, sans doute, I trouva-t-il 1 objet sa cou • car, aaus vergogne, ni scru il l'en empara, le descendit 9, ae coucha dessus st t enlin, calme et satisfait 1 loua ces gaillards dlurs, en possdait un, il y s ivtogtsje d'aimts, qui en aurait itr aux plus roublards de son l: c'tait ur. singe. embarrasser, on le mit au d'au tang, dans un ilt ne pouvait communiquer 1 rivage oppos qu'au moyen 1 nrqoe, dans le fond de lat reposait l'extrmit d'uue cor s par l'autre bout au bord g. Qu'allait taire le nauM troubler, notre singe exaquelque temps la situation, ~nt dans sa cervelle arrte suvte.il sauta dans la barque torde et aborda comme aule faire le plus adroit matelot. que cel, faire un nœud a We demaude une certaine n, .? n ce lair sens des rali Milne-Edwards avait .nz, lequel, pour se dk•e balanait & une corde. Ile tait trs longue, on y tœw. Toutefois elle rasait le 118 nge inspecta le nœud •Tri,"? 0 •' en IU un semblable w balancer tout loisir. lCl i D oos n'avons observ CKL q u ur e ingniosit m eux par l'instinct de la wiou ou de bieu tre. N'y a •œteux et ne peut-on prendre "••nimaux en llagrant dlit de J[ ooa dpens et de jouer a ri!o r m itr e. de mauvaises ne*/ mJ'Jf. m 'icieux corbeau dont r&in M ke raconte les face Es a UCU11 -"esptet pour la mm lajustice.ee cerbeau se •troubler chaque t les CL I e 'udience. il s intro Ils.. lle P ar une fentre l'iS 1 lait Eur 'a grande ta^.renversait leB encriers, -,? n ^-"tf-pluraes et ne fai Ha k "e donner de bons *S* eDC0re ce F err oneur, qui. ayant reu de tier UUS) 1.000 dollars gagner Telle est la valeur que la maison EVANS SONS LESCHER & WEBB de Liverpoo! s'engage 4 payer la personne qui tablira de manire irlfutable que les Pastilles Evans ne soct psts les meilleures dans le mon de entier pour la gurison radicale et instantane des cas les plus obsti ns de Rhume, Toux, Enrouement et des allchons de la gorge en gnral. N'attendez pas que les maladies dont la toux qui vous agite est le symplme dgnrent en maladies pulmonaires. Toute personne qui frquente les cinmas, tout prolesseur d'cole et tous ceux qui sont astreint, vivre dans des agglomrations ou qui som exposs des changements brusques de temprature doivent tre munis d une boite de l'astilles Evans.— Demandez-en votre pharmacien, insis ez auprs de lui jusqu' ce qu'il vous en fournisse. Menacez le, au besoin, de lui ler votre clientle Les Pastilles Evans sont le mde cin qui soignera votre famille sans rclamer d'honoraires. Elles sont excellentes pour les enfants. Mode d'emploi : 5 i 10 pastilles par jour. Prix de la boite : 2 gourdes Prix spcial pour les achats en gros. W. QUINTIN WILLIAMS Saint Marc Seul reprsentant en Haili CAUSERIE MEDICALE %  j Convocation Les acteurs de la Renaissance qui interprtent la belle comdie de leu Massillon Coicou les 2 Ft >,sont pris de se runir k lundi 27 courant pour continuer les rptit-ons qui ont t suspendues cause du mauvais temps. Piiie d'eue prsents 6 heures prcises. Le BUREAU K p T,P r, ^*i'e, trs %  w daller chercher Parisiana DEMAIN DOM NO ROUGE Me rt lSa pisodes LA CAMARGO d Alfic-d de M11-set Entre G. 1.00 paire de gants sur un meuble dans 11 ie pice vo sine de celle o il BU trouvait, revint avec... une perruque toute pareille la chevelure qui ornait le front de son maitre. Et ce sing, dont ,e imitre, un vitU\ garon tr mticuleux, habitait un rex du chausse dans uue rue siUneieuse d un vieux faubourg. Ayant t quelque psu corrig pour une nfiec. oa lgue aux convenuces, le singe rsolut de su veuger. Aptes avoir Ouvert uno portefeutre donnant sur uuu tts petite cour, il ouvrit les u ui.irds o lu linge b'iage&K en piles. >lrs les rideaux de la garde-iobe, puis dmnagea mthodiquement lus pantalons aux plis impeccables, les chemises plas'rous rmjaatueux, les chipeaux de soie, les gauls en peaux une, porta out cela dins la cour, disposa les elfe s par couches et ceci fait, biudit sur un roOiuei eau et l'ouvrit tout grand. Lorsque matre et valet ru JI mon t, le dsastre tait sans reirde. • Il se passe queiquefjis des mo's pendant lesquels les convalescents resten: exposs tous les dangers, soit qu'il se soit produit dis rcidives ou des re:hutes, soit que certaines j.ompiicut.ons graves vitnneLt nc-ssihr une nouvel'es convalescence. Il y a doa; un puissant iu:ert i connatre les rgies qui Joivent prsider au traitement des couvalescers. Ce n'est pas par les drogues que :e trait;meut s'tablit : ici, comme dans bien des cas, l'hygine a presque tous les droits. L'alimentatio.i, dabor.l, doit tre rgulirement surveille. Elle devra tre progressive comme quantit et comme qualit : en partant des bouillons maigres et de poulet, ou s'lvera peu a peu aux bjuillonsde viande, aux potage, aux confitures, au lait, aux œufs frais et p.u cuits. Oa exigera des repas tis lgers,ouil frquents — six par jour environ; le malade devra mcher avec soin tous les aliments, et .0 squi les forces digesliVw's seront un p.u rtablies, l'es omac pourri choisir jusqu' un ceitain point les aliments qu'il prfrera. Mais oa ne se pliera aux volonts tyranniquss de cet orgaoe^i' personnel", qu'autant que ces volonts ne sont pas prjudiciables au convalescent: c'est a'une qu'fl faudra prendre comme b ise des aliment ; rparateurs, le lait— et particulirement celui de la dernire portion de la traite — le jus de viande crue, les viandes de mouton et de bœuf giilles et peut cuites, les poissons fa les d grer, les tervelies de jeunes animaux, Ici confiture-, tic, mus ces aliments seront mangs avec du pain bien cuit et bien Jtv. Les corps gras ont souvent une grande utilit dans l'alimentation des convalescents ; ce matriaux de combustion sont, d'ailleurs, gnralement b:eu supports par l'organis me dont les puissances d assimilation et de rnovation nutritive sont souvent exagres. L'huile de toie de morue est le type des corps gras ; c'est un aliment !o:nuttur par excellence, qui excite la renaissance intime des tissus, principrlement parce qu'il reprsente, sous un volume res tteint, uu nutriment d'uae richesse extrmt; c'est ce qui tait de l'huile de foie de morue le remJe par excellence i la pauvret de lcoaomie.la misre phyiio ogique Quand l'uuiiedt foie de morue est mal tolre ce qui e. 1 rare, en somme on trouve dan le loie gras des volailles, les huitres de bonne qualit, le burre bien trais et adi.uonn de sel marin, etc, des corps g as de moindre valeur, mais d uni utilit indniable. Parmi les miii:am;uts que l'oa P --.crit dins la convalescence, il faut citer en premire bgne les terrugineui.qui sont d:s ex;itaats toujours utiles la rgnration du liquide sangu.n, mais qui dmmdent tre adro.tement mani ; les prparatioas de phosphate de chiux qui aiient i la nutrition du systme os.eux et sont en mne t:mps de bons moJilicateurs des tissus ner veux, etc^ Un miracle de la science h La grande cantatrice, Mme Melba.se fait entendre par T. S P dans les principales villes d'Europe Le grand journal anglais, le DaUy Mail, a organis, le mois dernier.uri grand cooceit par tlphonie sans fil. L9 SUCCJ fut complet. Dire que cette inulliplicution de la voix humaine, que ce rgal musical et radio lectrique est un miracle de la sciuu ce, et l'un dos plus beaux, n'a rien d'exagr. Madrid, S ockholin.Koun, Christia nie, lierhn et Varsovie ont entendu la VJIX inervoilluiisj du Mine Melba qui a pu tre perc; au simultanment datu touts les villes et points de l Ocan situ* dain un rayon de ItfUO kilomtres autour de lastatioa radiohlgrapliiquj Marconi situe (Jh^tmslord o se lit l'mission. Ko effet, l'illustre cantatrice chau t*k Ctielmsford, en Angleterre.cau tru de T. S. F., taudis que quelques privilgisrcoutaient,Levallois,obli geamment conseills dans le manie meut dlicatdes appareils rcepteurs et et clairement documents par M. Poisson, l ingnieur de la station franaise de T. S. F. Le Petit groupe de prolanes en tait encore .s'marveiller de l'ing niosit des appareils, dont l'un reoit les ondes sans cadre et asn 8 antenne.quand, tous la fois,quati e ou cinq appareils tmoignrent du prodige.leurs pavillons se renvoyant la voix du Mme Melba. peine altre de mesure eu mesure par l'acompagnement intempestif de petites espigleries atmosphriques, cons quence de l'orageJamais rien de semblable n'uvait t ralis. Une information Jj 1 1 inexacte Contrairement i l'information pu blie en dernire heure hier soir par notre confrre cLe Courrier du Soir, la nouvelle de la dmission du Ca binet est inexacte. Les Secrtaires d'Etat que nous avons vus ce malin nous ont dclar qu'ils ne savent absolument rien de cette dmission. On arrivera ainsi reconstituer la masse ssngnine, et, par suite, presque tous les phnomnes morbides d'ordre nerveux s vanouiront : car le sang est le vrai modrateur des. nerfs, lantispasraodiquo par excel-f lence. Les convalescents, plus que tous| autres individus, ont besoin d aration et de soleil, ua promenades eii d'exercices en plein air c'est pour| eux surtout que vie et Lumire sonl deux ides corrlatives. Mais il ne faut pas oublier que la] peau du convalescent est fort sensi-' ble et l'on doit viter soigneusement pour lui les refroidissements de tout <;enre>surtout le froid aux pieds et aprs les repas. Dans le but du modilieV l'tat de la peau, on consumera la gymnastique, les frictions lus m issu/ %  les bains et principalemect l'hydrothrapie raisonue et %  derHlflque, qui, on modifiant la cir eu,ation capillaire de la peau, aura la plus heureuse influence sur los fonctions do cet important, organe ut,par suite, sur la nutrition entire. Enlin, cas diverses pratiques, auront l'avantage de provoquer et de rgulariser le sommeil. ce baume du la VlU %  Docteur ENous neVH* du Dpartement des Fintnett les ptaoM suivantes avec prire de publier: RipueuaurD HATI BUREAU DU CONSEILLER FINANCIER No E ; 40 Port-au-l'rince,le 22 septembre 1920 Monsieur le Secrtiire dEtat des Finances & du Commerce Palais des Ministres Monsieur le Secrtaire d'Etat, Mon attention a t attire sur des articesd: presse concernant la situatioa des gourdes dans le Pays, lesquels ont t videmment crits sans renseignements prcis ou complets sui le sujet. Une certaine apprhension a certainement t cause par la publication de ces articles, et je dsire donc vous aviser des laits suivants. A la date du 15 Septembre 1920, la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati avait rettr de la circula tio 1 des vieux billets d'une valeur totale de 5.130.000 gourde;. Il y a ac'-uellemeot en circulation, sans compter les nouveaux billets reu* de New-York les deux ssmaines passes : Billets provisoires de uae et de deux gourdes 11.5^,000 Billetsdhnitifsde iogdes 970,000 Total 72,525.000 La Banque Nationale de la Rpublique d'Hati rend compte qu'elle a dans ses bureaux principaux Portau-Prince et dans ses diverses succursales un total de 5,500,000 gourdes, dont les quatre-cinquimei sont constitus de billets provisoires et de monnaie de nickel. De plus,comme je vous l'ai dclar dans ma lettre du 10 Septembre; des billets de deux gourdei d'une valeur totale de 1,000 000 de gourdes devaient tre expdis de New-York le 9 Septembre et une mme somme le 16 S*pt:mbre. Ces deux evpditions, se montant a /.000.000 de gourdes ont t reues.et seront suivies d'expditions hebdomadaires des mmes sommes jusqu' ce qu'un total de $. 000 000 de gourdes en billets de deux ait t reu.L:s expditions de billets d'une gourde commenceront pendant la premire quinzaine dO:tobre avec 1 000.000 de billets et seront suivies d expditions hebdomadaires jusqu' ce qu'on total de 7 500.000 gourdes en billets d'une gourde ait t reu. [Si les vapeurs quittent New-York suivant leurs prvisions, la Banque Nationale de la Rpublique d'Hati aura reu la date du 1; Octobre I1920, un total de 5.500.000 gourdes [en billets neufs d'une et de deui 'gourdes, et les expditions continueront aprs comme il est indiqu cidessus jusqu' ce que la somme foule autorise par l'Accord de la Rorme Montaire ait t atteint;. U2I. Banque Nationale de la Rpublique dHaiti m'informe galement qu au Usa d'une apparente raret de .Gourdes actuellement, la quantit de Gourdes qu'elle dtient augmente. |e suis donc assur que la sitnat on des Gourdes ne doit causer aucune apprheasion ni au Gouvernement ni au Commerce, et j'espre que cet expos dtaill de la situalon apaisera les craintes qui ont pu tre causes par la publication des '** •*-' %  . -J**-T'-^ ^


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05224
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, September 25, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05224

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatorzime anne No 3891
Port au Prince,Haiti
Samedi 25 Septembre 1920
DIRCTEDR-PROPRIETAIRK
Qinent-MAGLOIRE
Magistrat Communal
& NUMERO 15 CENT1IIIS
jjj mois 3." i 00
OEPARTEMfcriTS
rn moi" G. 2.50
'fcooii 7.00
ITRANGER
tioii moia ____________ 8.00
L mnonces sont reues au Comptoir In
Looil 'de Publicit, 9 Rue Ticocher, Pi:
W 21, 2], Ludgate HM, Londrei,
Qtmiidien
Ne vous htez jamais trop;
marchez d'au pas tran-
quille dans la voie moyen*
ne : c'estcelle qui conduit
la vertu.
THOGN1S
REDACTION; Rue Amricaine No, l&
T^.7.^.7,//o^^ 48
Chronique
[foutle monde connat l'anecdote
icet lpbant qui, pour se veuger
isiteur mil appris, va puiser
f/eindaus sa (rompe et l'asperge
idd vrai dluge. Les btes sont
1 donc capables de ruses raali-
jet plaisanteries bonnes ou
lises? On peut, du moins met-
il leur actif toute sorte de tours
ressemblent beaucoup, nous
ici les plus curieux, d'aprs
{observations des savants uatu-
st que la gourmandise, le
1 coafortable. du logis bien
i et douillet, est de nature
raquer toutes sortes d'ides
1 rsolutions heureuses nos
les btes- Jugez-en par l'exeiu
_ i voici : c'tait un chien qui
Ides gots de sybarite et cou
, habituellement sur un palier
[ffemitr tage d'une grande mai-
L *i e par plusieurs locataires:
l natelaa consistait en un tapis
l sou usage. Dr, un sois, on
.de mettre ce tapis en place.
de bou couchage ordinaire,
finquiet. ae sachant ce que cela
(dire, le chien se mit 4 courir
l'escalier comme un fou et
psjusqu'au quatrime tage- La
'I on paillKhsoi!, sans doute,
I trouva-t-il 1 objet sa cou
car, aaus vergogne, ni scru
il l'en empara, le descendit
9, ae coucha dessus st
t enlin, calme et satisfait
1 loua ces gaillards dlurs,
en possdait un, il y s
ivtogtsje d'aimts, qui en aurait
itr aux plus roublards de son
l: c'tait ur. singe.
embarrasser, on le mit au
d'au tang, dans un ilt
ne pouvait communiquer
1 rivage oppos qu'au moyen
1 nrqoe, dans le fond de la-
t reposait l'extrmit d'uue cor
s par l'autre bout au bord
g. Qu'allait taire le nau-
m troubler, notre singe exa-
quelque temps la situation,
~nt dans sa cervelle arrte
suvte.il sauta dans la barque
torde et aborda comme au-
le faire le plus adroit matelot.
que cel, faire un nud a
We demaude une certaine
n,.?n ce.lair- sens des rali
Milne-Edwards avait
.nz, lequel, pour se dk-
e balanait & une corde.
Ile tait trs longue, on y
tw. Toutefois elle rasait le
118 nge inspecta le nud
Tri,"?0 ' en IU un semblable
w balancer tout loisir.
lCli Doos n'avons observ
ckL qu'ure ingniosit
m eux par l'instinct de la
wiou ou de bieu tre. N'y a
teux et ne peut-on prendre
"nimaux en llagrant dlit de
J[ ooa dpens et de jouer a
ri!or mitre. de mauvaises
ne*/
mJ'Jf. m'icieux corbeau dont
r&in *Mke raconte les face
Es a.UCU11 -"esptet pour la
mm lajustice.ee cerbeau se
troubler chaque t les
CL Ie 'udience. il s intro
Ils.. "lle Par une fentre
l'iS1 lait Eur 'a grande ta-
^.renversait leB encriers,
-,?n ^-"tf-pluraes et ne fai
Ha k "e donner de bons
*S* eDC0re' ce Ferr-
oneur, qui. ayant reu de
tier
UUS)
1.000 dollars gagner
Telle est la valeur que la maison
EVANS SONS LESCHER & WEBB
de Liverpoo! s'engage 4 payer la
personne qui tablira de manire ir-
lfutable que les Pastilles Evans ne
soct psts les meilleures dans le mon
de entier pour la gurison radicale
et instantane des cas les plus obsti
ns de Rhume, Toux, Enrouement
et des allchons de la gorge en g-
nral.
N'attendez pas que les maladies
dont la toux qui vous agite est le
symplme dgnrent en maladies
pulmonaires.
Toute personne qui frquente les
cinmas, tout prolesseur d'cole et
tous ceux qui sont astreint, vivre
dans des agglomrations ou qui som
exposs des changements brusques
de temprature doivent tre munis
d une boite de l'astilles Evans.
Demandez-en votre pharmacien,
insis ez auprs de lui jusqu' ce
qu'il vous en fournisse. Menacez le,
au besoin, de lui ler votre clientle
Les Pastilles Evans sont le mde
cin qui soignera votre famille sans
rclamer d'honoraires. Elles sont
excellentes pour les enfants.
Mode d'emploi : 5 i 10 pastilles
par jour.
Prix de la boite : 2 gourdes
Prix spcial pour les achats en
gros.
W. QUINTIN WILLIAMS
Saint Marc
Seul reprsentant en Haili
CAUSERIE MEDICALE
j Convocation
Les acteurs de la Renaissance qui
interprtent la belle comdie de leu
Massillon Coicou les 2 Ft >,sont
pris de se runir k lundi 27 cou-
rant pour continuer les rptit-ons
qui ont t suspendues cause du
mauvais temps.
Piiie d'eue prsents 6 heures
prcises.
Le BUREAU
K pT,Pr,^*i'e, trs
w daller chercher
Parisiana
DEMAIN
DOM NO ROUGE
Me rt lSa pisodes
LA CaMaRGO
d Alfic-d de M11-set
Entre G. 1.00
paire de gants sur un meuble dans
11 ie pice vo sine de celle o il bu
trouvait, revint avec... une perruque
toute pareille la chevelure qui
ornait le front de son maitre.
Et ce sing, dont ,e imitre, un
vitU\ garon tr mticuleux, habi-
tait un rex du chausse dans uue
rue siUneieuse d un vieux faubourg.
Ayant t quelque psu corrig pour
une nfiec. oa lgue aux convenu-
ces, le singe rsolut de su veuger.
Aptes avoir Ouvert uno portefeutre
donnant sur uuu tts petite cour,
il ouvrit les u ui.irds o lu linge
b'iage&K en piles. >lrs les rideaux
de la garde-iobe, puis dmnagea
mthodiquement lus pantalons aux
plis impeccables, les chemises
plas'rous rmjaatueux, les chipeaux
de soie, les gauls en peaux une,
porta out cela dins la cour, disposa
les elfe s par couches et ceci fait,
biudit sur un roOiuei eau et l'ou-
vrit tout grand. Lorsque matre et
valet ru ji mon t, le dsastre tait sans
reirde.
Il se passe queiquefjis des mo's
pendant lesquels les convalescents
resten: exposs tous les dangers,
soit qu'il se soit produit dis rcidi-
ves ou des re:hutes, soit que certai-
nes j.ompiicut.ons graves vitnneLt
nc-ssihr une nouvel'es convales-
cence. Il y a doa; un puissant iu:e-
rt i connatre les rgies qui Joivent
prsider au traitement des couvales-
cers. Ce n'est pas par les drogues
que :e trait;meut s'tablit : ici, com-
me dans bien des cas, l'hygine a
presque tous les droits.
L'alimentatio.i, dabor.l, doit tre
rgulirement surveille. Elle de-
vra tre progressive comme quantit
et comme qualit : en partant des
bouillons maigres et de poulet, ou
s'lvera peu a peu aux bjuillonsde
viande, aux potage, aux confitures,
au lait, aux ufs frais et p.u cuits. .
Oa exigera des repas tis lgers,ouil
frquents six par jour environ; le
malade devra mcher avec soin tous
les aliments, et .0 squi les forces
digesliVw's seront un p.u rtablies,
l'es omac pourri choisir jusqu' un
ceitain point les aliments qu'il pr-
frera.
Mais oa ne se pliera aux volonts
tyranniquss de cet orgaoe^i' person-
nel", qu'autant que ces volonts ne
sont pas prjudiciables au convales-
cent: c'est a'une qu'fl faudra prendre
comme b ise des aliment ; rparateurs,
le lait et particulirement celui
de la dernire portion de la traite
le jus de viande crue, les viandes de
mouton et de buf giilles et peut
cuites, les poissons fa les d grer,
les tervelies de jeunes animaux, Ici
confiture-, tic, mus ces aliments se-
ront mangs avec du pain bien cuit
et bien Jtv.
Les corps gras ont souvent une
grande utilit dans l'alimentation
des convalescents ; ce matriaux de
combustion sont, d'ailleurs, gnra-
lement b:eu supports par l'organis
me dont les puissances d assimila-
tion et de rnovation nutritive sont
souvent exagres. L'huile de toie de
morue est le type des corps gras ;
c'est un aliment !o:nuttur par excel-
lence, qui excite la renaissance inti-
me des tissus, principrlement parce
qu'il reprsente, sous un volume res
tteint, uu nutriment d'uae richesse
extrmt; c'est ce qui tait de l'huile
de foie de morue le remJe par
excellence i la pauvret de lcoao-
mie.la misre phyiio ogique Quand
l'uuiiedt foie de morue est mal tolre
ce qui e. 1 rare, en somme on trouve
dan le loie gras des volailles, les
huitres de bonne qualit, le burre
bien trais et adi.uonn de sel marin,
etc, des corps g as de moindre va-
leur, mais d uni utilit indniable.
Parmi les miii:am;uts que l'oa
P --.crit dins la convalescence, il faut
citer en premire bgne les terrugi-
neui.qui sont d:s ex;itaats toujours
utiles la rgnration du liquide
sangu.n, mais qui dmmdent tre
adro.tement mani ; les prpara-
tioas de phosphate de chiux qui
aiient i la nutrition du systme
os.eux et sont en mne t:mps de
bons moJilicateurs des tissus ner
veux, etc^
Un miracle
. de la science
h
La grande cantatrice, Mme
Melba.se fait entendre par
T. S P dans les princi-
pales villes d'Europe-
_ Le grand journal anglais, le DaUy
Mail, a organis, le mois dernier.uri
grand cooceit par tlphonie sans
fil.
L9 succj fut complet. Dire que
cette inulliplicution de la voix hu-
maine, que ce rgal musical et radio
lectrique est un miracle de la sciuu
ce, et l'un dos plus beaux, n'a rien
d'exagr.
Madrid, S ockholin.Koun, Christia
nie, lierhn et Varsovie ont entendu
la vjix inervoilluiisj du Mine Melba
qui a pu tre perc; au simultanment
datu touts les villes et points de
l Ocan situ* dain un rayon de
ItfUO kilomtres autour de lastatioa
radiohlgrapliiquj Marconi situe
(Jh^tmslord o se lit l'mission.
Ko effet, l'illustre cantatrice chau
t*k Ctielmsford, en Angleterre.cau
tru de T. S. F., taudis que quelques
privilgisrcoutaient,Levallois,obli
geamment conseills dans le manie
meut dlicatdes appareils rcepteurs
et et clairement documents par M.
Poisson, l ingnieur de la station
franaise de T. S. F.
Le Petit groupe de prolanes en
tait encore .s'marveiller de l'ing
niosit des appareils, dont l'un re-
oit les ondes sans cadre et asn8
antenne.quand, tous la fois,quatie
ou cinq appareils tmoignrent du
prodige.leurs pavillons se renvoyant
la voix du Mme Melba. peine alt-
re de mesure eu mesure par l'a-
compagnement intempestif de petites
espigleries atmosphriques, cons
quence de l'orage- Jamais rien de
semblable n'uvait t ralis.
Une information Jj
11 inexacte
*
Contrairement i l'information pu
blie en dernire heure hier soir par
notre confrre cLe Courrier du Soir,
la nouvelle de la dmission du Ca
binet est inexacte.
Les Secrtaires d'Etat que nous
avons vus ce malin nous ont dclar
qu'ils ne savent absolument rien de
cette dmission.
On arrivera ainsi reconstituer la
masse ssngnine, et, par suite, pres-
que tous les phnomnes morbides
d'ordre nerveux s vanouiront : car
le sang est le vrai modrateur des.
nerfs, lantispasraodiquo par excel-f
lence.
Les convalescents, plus que tous|
autres individus, ont besoin d ara-
tion et de soleil, ua promenades eii
d'exercices en plein air c'est pour|
eux surtout que vie et Lumire sonl
deux ides corrlatives.
Mais il ne faut pas oublier que la]
peau du convalescent est fort sensi-'
ble et l'on doit viter soigneusement
pour lui les refroidissements de
tout <;enre>surtout le froid aux pieds
et aprs les repas. Dans le but du
modilieV l'tat de la peau, on con-
sumera la gymnastique, les frictions
lus m issu/ !, les bains et principa-
lemect l'hydrothrapie raisonue et
derHlflque, qui, on modifiant la cir
eu,ation capillaire de la peau, aura
la plus heureuse influence sur los
fonctions do cet important, organe
ut,par suite, sur la nutrition entire.
Enlin, cas diverses pratiques, auront
l'avantage de provoquer et de rgu-
lariser le sommeil. ce baume du la
VlU
Docteur E-
Nous neVH* du Dpartement des
Fintnett les ptaoM suivantes avec pri-
re de publier:
Ripueuaur- d Hati
BUREAU
DU CONSEILLER FINANCIER
No E ; 40
Port-au-l'rince,le 22 septembre 1920
Monsieur le Secrtiire dEtat
des Finances & du Commerce
Palais des Ministres
Monsieur le Secrtaire d'Etat,
Mon attention a t attire sur
des articesd: presse concernant la
situatioa des gourdes dans le Pays,
lesquels ont t videmment crits
sans renseignements prcis ou com-
plets sui le sujet. Une certaine ap-
prhension a certainement t cause
par la publication de ces articles, et
je dsire donc vous aviser des laits
suivants.
A la date du 15 Septembre 1920,
la Banque Nationale de la Rpubli-
que d'Hati avait rettr de la circula
tio 1 des vieux billets d'une valeur
totale de 5.130.000 gourde;. Il y a
ac'-uellemeot en circulation, sans
compter les nouveaux billets reu*
de New-York les deux ssmaines pas-
ses :
Billets provisoires de uae
et de deux gourdes 11.5^,000
Billetsdhnitifsde iogdes 970,000
Total 72,525.000
La Banque Nationale de la Rpu-
blique d'Hati rend compte qu'elle a
dans ses bureaux principaux Port-
au-Prince et dans ses diverses suc-
cursales un total de 5,500,000 gour-
des, dont les quatre-cinquimei sont
constitus de billets provisoires et
de monnaie de nickel. De plus,com-
me je vous l'ai dclar dans ma lettre
du 10 Septembre; des billets de deux
gourdei d'une valeur totale de 1,000
000 de gourdes devaient tre exp-
dis de New-York le 9 Septembre
et une mme somme le 16 S*pt:m-
bre. Ces deux evpditions, se mon-
tant a /.000.000 de gourdes ont t
reues.et seront suivies d'expditions
hebdomadaires des mmes sommes
jusqu' ce qu'un total de $.000 000
de gourdes en billets de deux ait t
reu.L:s expditions de billets d'une
gourde commenceront pendant la
premire quinzaine dO:tobre avec
1 000.000 de billets et seront suivies
d expditions hebdomadaires jusqu'
ce qu'on total de 7 500.000 gourdes
en billets d'une gourde ait t reu.
[Si les vapeurs quittent New-York
suivant leurs prvisions, la Banque
Nationale de la Rpublique d'Hati
aura reu la date du 1; Octobre
I1920, un total de 5.500.000 gourdes
[en billets neufs d'une et de deui
'gourdes, et les expditions continue-
ront aprs comme il est indiqu ci-
dessus jusqu' ce que la somme fo-
ule autorise par l'Accord de la R-
orme Montaire ait t atteint;.
U2I. Banque Nationale de la Rpu-
blique dHaiti m'informe galement
qu au Usa d'une apparente raret de
.Gourdes actuellement, la quantit
de Gourdes qu'elle dtient augmen-
te. |e suis donc assur que la sitna-
t on des Gourdes ne doit causer au-
cune apprheasion ni au Gouverne-
ment ni au Commerce, et j'espre
que cet expos dtaill de la situa-
lon apaisera les craintes qui ont pu
tre causes par la publication des
'**
*-'.. -J**- -T- '-^ ^


LE MATIN

I
Tromper L'Organisme
Pour Plaire au Palais
c'est ce que font beaucoup de personnes qui
prennent des toniques alcoholiques quand en
ralit ce que leur organisme a besoin c'est
L'EMULSION DE SCOTT ff
Puissant aliment et mdecine sans le
m faux estimulant de l'alcohol. ,
HiiM~.*+**
\
J
articles mentionns ci-dessus.
Je vous prie de laire publier la
prsente communication dansle t Mo
nitcur et la transmettre la presse.
Veuillez agrer. Monsieur le Se-
crtaire d'iitat, l'issurance de ma
parfaite considration,
(S.) |ohn Me ILHENNY,
CiliL/ Conseiller Financier.
Pour copie contorme :
Le Chef de bureau au Dpartement
des Finances.
COLBERT
24 Septembre 11)20
Au Conseiller Financier
l'ort-aul'rince
Monsieur le Conseiller,
Je vous accuse rception de votre
lettre NU F. 3-40, du 2$ Septembre
couran*. dont le contenu a mrit
ma plus srieuse attention.
Le Dpartement des Finances,
n'est jamais rest nidifirent lu si
lualion qui pourrait natre, un ino
ment donn, dune certaine pnurie
de gourdes sur notre march. 11
ppiliendait surtout qu'aux appro
eues de l'poque des fortes livi ai-
sons de caf Septembre, Ocobre
les fauteurB de crise montaire ne
provoquasse! t une raifaction lacti-
ce des gourde?, et qu'il ne tentas-
sent par tous les moyens de faire
renatre 1 ins abilit du change qu'ils
avaient pu crer en Octobre, Dcem-
bre 1919, au mpris de la Conven-
tion du \'2 Avril de la mmo anne-
Vtre lettre du 2?. Septembre No Nouvelles Etrangre
F. 3.40, apportant une preuve nou *'***'*** *
velle de l'intrt que vous prenez
la question, je vous annonce, Mon-
sieur le Conseiller, que j'en ai auto
ris la publication au Moni'eur et
dans les quotidiens, selon le dsir
que voua m'en exprimez, et qu'il en
sera fait autant de la prsente rpon
se du Dpartement des Finance.
Kecevfz, Monsieur le Conseiller,
mes meilleures salutations.
(Sign) Fleury FQU1RE
Secrtaire d'Etat des Finances
MSE. AC
Tour copie conlorme :
Le Chef de liareau %% Finances:
COLULlVr av.
Inauguration
d'une Ecole
Nous avons t informs que la
crmonie de la remise des clefs de
la maison d Kcolo de la l'Iace Sainte-
Anne aura heu lundi prochain, a 10
heures et demi*) du matin, au local
de 1 Etablissement.
Cette crmonie sera prside par
le Ministre de l'Instruction publique;
Mr Dants liellegarde.
FaitsDivers
CetU situation, la vrit, avait
pu tre, opportunment et h'ureuse
ment conjure par la mesure prise
en Dcembre 1 '. 1 '. d accord avec le
Conseiller Financier par intrim,don
oant force libratoire illimite au
dollar, amricain.
IJDepuis lors, c'est dire depuis
prs de dix mois le dollar amri-
cain fait 1 oflice de monnaie d or
bai.ienne, la crise n'existe plus et il
y a toutes chances qu'elle ne tevieu
dra pas, les rgit met. ts de lompU,
achats, etc. en gourdes se faisant eu
or americaiu sans d fticull aucune,
et rciproquement.
Il suit de l,Monsieur le Conseiller
et je suis neuteux de constater que
le dernier paragraphe de votre lettre
le reconnat foi mollement,que toute
possibilit de crise est non seule-
ment vite,mais icarte dsormais-
Tout de mme, et puisque la Ban
que est oblige, en vertu de l'article
u de la couvention du 12 avril 11)10,
dmettra les billets dlinitif^ jus-
qu' concurrence de Gourdes 'J0.U00
000 : comme d'autre part, lue
motifs invoques par elle jusqu'au
commencement de r.'-.'O. pour expli
quer le retard qu'elle mettait dans
l'excution de cet article 0, ces mo-
tifs ne peuvent plus tre invoqus ;
t comme enlin la complote excu-
tion du dit article ne pouvait aucu'
uemeut tre nuisible, et qu un bien
pouvait en tre obtenu au contraire.
Sour toutes ces raisons runies, ld
lpartement des Finances lit toutes
les diligences ncessaire?, auprs de
la Manque comme auprs du Con-
seiller financier l'effet de hter la
Tenue doa billets dfinitif s de G. 1 et
1 gourdes et de les avoir avant la
reolie. Cela est attest par les d-
pches du Dpartement en dates
des 1 juillet, 11 ut 24 Aot 1920,Nos
263?, 1W8, 17U9 et lrfDO adresses
respectivement vous et la itau
que
11 ,1e Dpartement a eu la satisfac
tuin de voir aboutir de faon satis-
faisant ses pressantes dmarches,
ainsi qu'il ressort de la le.tre de la
Umque au No 30, du 9 septembre
de la vtre, au No E.9B.31,da 10 Sep.
19J0 ; des dpches responsives du
Dpartement au Nos 310 et 1911, du
14 Septembre \VH, respectivement
adresses vous et la Manque, le
tout publie au "Journal Officiai" du
Mercredi, \i> Septerabie, No 09, et
reproduit par les quotidiens de Port
au Prince.
OBSERVATOIRE
DU
PETIT SEMINAIRE
COLLEGE ST MARTIAL
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
Vend'edi 24 Septembre 1920
Baromtre 76l-5
minimum 22,7
maximum j2,?
Moyenne diurne 26.0
Ciel as ez clair le jour, couvert la
nuit.
Pluie sur le'lieu.
Ionnerre.
Pluviomtre 1,2 mm.
Baromtre constant.
J.SCHERER
Comit de la caisse des; Ecoles
l.e Comit del Caisse des Ecoles a tenu sc-
UKfl lucr aprs-midi l'Htel Communal.
Ames la sanction du damer procts-verbal. le
Cniiit a arrte son Budget des dpenses pour
l'Exercice 19*0-19.11 l'leuntiG. .:too.
Puis, sur la proposition de son Prsident, Mr
Clment Magloire, le Comit a ddit uaii.-.-
ter les tonds disponibles a fchai des chaussures,
vtements et livres classiques qui seront distribue*
aux levs indigent! j l'occasion de la icouver-
ture des classes. ....
Les comptes du Trsorier du Cornue, Monsieur
le Chanoine J. M. |an, out t examins et ar-
Assistaient cette sance Mme Suirad Villard,
Arthur St L, Dr P. Dalencourt. Membres du
Comit, Clment Magloire. Magistrat Communal,
Prsident et Monsieur le Clunoice J. M. Jan,
Secrtaire- Trsorier.
Mr L. A. Roumer
BtJ'armi les passa-ers arrivs par le S[S LaKe
Narka , de la ClydC Line se trouve Mr !.. A.
Roumer, Consul de France Jrcmie.
, Nous lui souhaitons un heureux sjour parmi
nous.
JMr Roger Rouzier
Nous avons revu avec beaucoup de plaisir noue
charmant ami 1 loger Rouzier, Consul Gnral de
lklgique a Jremie qui passsera quelques jours
a la Capitale. .
Nous lui adressons nos meilleurs souhaits de
bienvenue.
La Petite Vrole ...
la Jamaque
l n avis d j Service d'flvg ene, public dans notre
dition d'aujourd'hui, annonce l'existence de la
petite vrole a la Jamaique.
l-n consquence, la quaransune a t tab.ie
contre cette ile dans tous les ports d'Ihiti.
Dcs
Les lunrailtes de Olivia Mcnunu, |8 an;, d-
cide ce matin a Heures, auront heu DM aprs
midi, m l'Eflue Ste-Anne.
le convoi partira de la maison mortuaire,
a l'angle des rues du Champ de Mars et de l.i
Runion. ,_ .
Ne, wondoican>.cs aux lanullos prouvs.
l'A H CABIE
24 Sap.'cmb'e
UDIN'K A ciuse des pluies tor-
rentielles plusieurs rive? d!bOf
de ent dans le voi'inage d'UIine.
Plusieurs maisons se sont eflondres.
Les comTiunicitioos sont interrom-
pues sur plusieurs en.iroits.
VARSOVIE On annonce que II
cavalerie polonaise sur les bords de
la rivire Xbu:h a occup Koroao.
Au nord du Pripet les polonais ont
occup Priziny et Linowslu taisant
1000 ptiso.iniers et capturant un im
portant butin.
PARIS Hinotaux, membre Je
l'Acadmie frani s-, a d:ot du
grand cordoa de la lgion d hon-
neur.
PARIS- Les ministres et les sous
secrtaires s runiront demain sous
la prsidence de Millerand.
Clemenceau, ex-pisident du con-
seil, est parti pour l'Inde. 1! a laiss
Paris hier soir pour Mirseille.
PARIS Le Petit Parisien dit
qu'avant son dpart pour l'Inde Ci
menceau a dclar qu'a son point de
vue M lleiand est l'homme qu'il (ut
pour reprsenter la France cl que si
Mi'leiand est la candidature lui
Clemenceau vde/it avec plaisir peur
Millcand
PARIS D.iis le ici Ut 10 pour l'-
lection p.s dentielhPret obtint 157
voix et bourgeois 11;.
CONSTANTINOPLE Le corn-
muniqu du 19 de arme de Wran
gel annonce que l'aime russe au
.-,ud continue t'clliusive occupant
Pologifl it lais, ni 200 prisonniers.
Les troup?s ont fg L meut captur
25 canons. D.us la direction d'Ale-
kandrevk eU'ei ont perc les lignes
Geibe bcig.Djutseta k csp'uranl.iioo
prisonniers, 10 mitrailituses tt il
canon:. Li pour^ure de plusieurs
trains transposait des munitions
continue.
AZOF Pendant ua comb-t na-
val dis ciolseurs mises oot mil g
de t'es srieuses pertes trois ba-
teaux rouges et les ont lemoiqu
Mariopol.
Avis
CURE RESPIRATOIRE
GRIPPES. CATHlMEI. URYI6ITE, BROICHIT
SUITES DE COQUELUCHE ET BE ROUGEOLE
e
BATLLY
Sous l'Influence du WMOSHWir
IA TOCX SE CALME IMMDIATEMINT.
A FIEVRE ET LBS SUEURS NOCTURNIS
DISPARAISSENT.
L'OPPRESSION ET LES POINTS DE COT
S'ATTENUENT.
LA RESPIRATION DEVIENT
PLUS FACILE.
L'APPETIT REVIENT.
LE SOMMEIL RAPPARAT.,
LES FORCES
ET LNER6IE RENAISSENT.
>
EMPLOY DANS LES HOPITAUX.
RECOMMAND PAR LA MAJORIT DU CORPS
MDICAL FRANAIS. APPRCI-
PAR PLUS DE 20.000 MEDECINS TRANGERS
MODE D'EMPLOI
Une cuillirie cafi matin ti soir
M
U Vlltl, diai tutu lis Droguiriu it ttirnaciii
LABORATOIRES A. BAILLY
gg 15, RUE DR ROME, PARIS 5=J
EB B
a
=BB
.->..> W
H. Silvera
Diagonal d ir suprieur
alpaga noir suptieur
Toseor pour hoirmes et(pour dames
Casimir anglais
Palm-beat b de loute* luaucea et qualits
|.l(| -, |l|.in0i Voi'p blanc. Satinette l.'ancToile;i jour,
Moujst'.lin! fleura et mouches
p m 70iip cheniFe. Satin ciime noirj Perdl
| noir pour jupes. Coron drap.Crpe anglais
Kaki blaoc Empicements denteUet.
Shantung j ponais pour chemises ei robes .';
Chaussettes soie hommes, etc.
Toile ;*i
1
ilif!
teuil
Prix exceptionnels
De La Tranquillit*
D'Esprit Du Touriste
p
,OUR retirer de vos pneus le maximum
de kilomtres, ayez l'oeil sur lei
petits ennuiset impchez-les de
Pur tUifl de l existence de Kala
QOW pox ( l'etde Vr*U ) (t la Ja-
maque, il n( tabli par la -prsente,
Quar&nklin contre cette Ile, dans tous
les port d Hati.
Les aijents des bateaux sont aviss
que Us passif/ers pour llaiti doivent
tre vaccins avant leur embarquement,
moins que cet derniers prouvent
qu ils aient acquis l immunit, parce-
quaijam t dj atteints de la mala-
die ou qu ils aient t vaccins p/u
sieurs /ois dans une anne.
130 W. B. EATON
^Adjoint de l ingnieur charg au
Servie National d'Hygine Publique.
Les Accessoires Firestone font partie do
service extraqu'offre seselients la maison
Firestone. Bien des pneus ont fourni un
supplment de kilomtres longtemps aprs
avoir dpass la "limite d'age"-c'e8t tout
simplement parce que leurs sages propri-
taires avaient toujours prt un ncessaire
dos commodes et excellents
Accessoires de Pneus
'
Le Maximum de Kilomtres par Fggg
L. Preetzman Aggerholm
Port-au-Prince
Nouvelles du
(iural Lejeuue et
du Colonel Butler
L Gnral lohn A Le)eune,Gom-
mandant des U. S Marines Corps et
le Colonel S. D Butler, Comman-
dant des Matines dans ltal de Vir-
ginie sent part s la nuit dern e
pour les Etats Unis boid d'un des-
troyer amricain.
lis ont parcouru plus de 6 coo
milles en moins d'un mois.
Les honneurs militaires leur ont
t rendus au d; im par les Marines
et par la taufarc.
Viennent d'arriver chet
\. Victor Gentil
P.ue du Magasin de l'Etat i^t
Souliers SuleZ>\
Dcouverts jaunes et bruns talons caoutchouts, a ^
-Soutier dcouverts pour w*
Notre fameuse m ,-,f/irt#
Teinture Vgtale instan*^
Pour rli-^veux;sans aucun danger, ne coQtieat niplo \0u>:
PrU du fiacon 1 u


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM