<%BANNER%>







PAGE 1

LP MAT'X ^== Celui oui achte L'ENIULSON DE SCOTT achte le meilleur aliment mdicinal que la science a produit en cinquante ans. Il n'est pas possible d'obtenir les effets curatifs de l'huile de foie de morue en aucune autre forme. (Prennez garde d'obtenir toujours VEmuhion t§ Scotf) — % % % %  %  %  ent ennemi de l'Injustice et Jo 'iniquit, fit entendre se voix la tribune du .Snat des Ktats Unie. L honorable .Snateur King lit enten are aussi, dans un auire ordre d'i des, la voix de la Loyiquo et de la MaisonDovant W ^nreuaa explosion du aeut.ment Amricain, l'ambaaBadeur u Angleterre crut devoir prendre la paroie pour aunoncer queilaUrandu Urotague avait vit soigneusement de dtruire la Souverainet de i'ERien que 1 Ambassadeur lritanui que eut tait cette dclaration Was Dington.Mr Daliour disait, deux mois plus tard, au Parlement ac-lais uu sujet de l'Eyypto : 'La suprmatie britannique existe ; la suprmatie britannique sera maintenue. (ue personne, soit le Chef des Nationalistes SiadZaghloul Pacha, prsident de la Commission Egyptienne a la Confrence de Vei sailles, lut convi par toute la Mission Milner a se rend e Londr.s pour causer. Il arriva le 5 juin dernier. Et c'est la conciusio.i diit prendre fin demain matin. Il y jura mette chante I Ste-Anne 6 heurai a l'iane Je laquelle il y aura L-iiJietion Ju Saint-Sacrement. Kecensoement scolaire ^En vertu de la loi sur l'obligation loolairadea comminioni de lecenacemeni Se* en mi 1 j'alkr i l'Ecole ont t formei hier p soin Je 1 I 1 Scolaire. S ;Les lettres son: expedu ird'hni m,me et ICI la remaine prochaine |a commiaslona te mettront i l'oeuvre. I llca cm |Ui.iu'au ;i oc:obre p)ur remettre leurs rai'poiu. M .Nou> leur souliaiious Je 11 bonne be t OgnC, OU nom u lei enfants qui parcoureni DOS rues aui licurea de cl. „, Bulletia religieux "Nous avons reu le fasdcule Aot-Septasabre lojo Je cette importante puj.icatiou rellgieuM dont nous recommandoni la lecture). „ |Nouvelles fontaines i ppartemeni dan Travaux Publica prenant JU les justes dolances Je la population I Util placer pu ic> MUS Ju service nyc'riLiiquc des tontainu dans les quartlan MV vanu ai ucs l-rou et JJ Montalais, PI e Je u Cathdrale, etc. Cette mesure s'imposait depuis lon^'tein, oa M i eut ,ue 'en rjouir. Les meilleures oigarottos Tous lits tumeurs sont J'accorJ pour recounaitre que les cigarettes de • l.i Nationale sont les meilleures qu'on puisse trouver actuellement sur la place. leur j;rauJe varit leur.Jounc le privilge Je' pin e i tous les gots. On tait en effet, qu'il y a les • Naturel t, les Princesses , les Encore etc. Choisisse/, vos cigarettes parmi ces marques ei vous serez toujours satisfaits. 1 a Dette Intrieui N us r.ous n i >ocions la demande que tont une nouvelle lois la plupart Je DOS COnlrres a m d'obtenir Je ceux qui ont en main la direction des affaires publiques — le pue. lient Jes intiets Je la Dette Intrieure. On fait que c'est en titres Je cttte Jette que tous les ens qui, die/ nou-, avaient les moyens d'pargner, platii nt leurs conomies. Ce service Jepu:s trip longtemps moraturi a mis les lamilles dans la plus gpande gne. u' commerce et toutes les .1! Mires eu ont soullert aussi, ; ar rpercussion I01.ee. Il est vident que Js quoi aura pay les intrts sur ces titres, c'est Ju capital qui entrera i nouveau dans la circulation et le lis; en bn ficiera largement. Ne peut-oa pas croire que le fisc en a un 1 grand oui en ce moment ? la Eglise Ste-Asme aura ses cloches .\ la suite Jenotre Simple m se au point a imeJi, le .pjblic apprendra avec plaisir que sur les dmarches du prsident d'honneur Je 1 euvre clutienne, M Jrmie. l'incident survenu propos Je, lot K Je l'Eglise Ste Anne .1 t dos. Ds que le, liste* de souscriptioi do.>t le relit t su .pendu seront rem outre ami Laventure lera rapport an Conseil d'administration ^j 1 Vssociation et remettra les Vileui |ui .oit recueillies pour la commtnde des clociies Comme on le %  t, a 111 avion 1 raison .1 • 1 re que tout l'an logei. Mariages Hier aprs-mid ont eu lieu les mariages civils I : idoan i rj.i.ou avec Meile Anne U •'" !-• .t lient .i 1 cot Je l'poux :.\1M. ADtOine IIJ..M ut et M Termitus, du cot de Icpouse -i vi. c..'. %  thel et Chs. Uelva. -i l-v I.'J 1 l'.iiioricue lardines. — Les tmoins taient Ju cite Je l'pCMR : MM. A Andr et Eugne Paul; Ju cot de l'pouse MM. Itobert (ordon et l). Hyppnliie. Fianailles N tecu U carte de m tilles Je M % %  A y, : H idelin avec Mr .. pu. Melle i ) tavie de • crfton avec Mr le Docteur rluls Lon. No compliments. La question d'eau N IUS lOmrneS en mesure d'annoncer que Js les premiers jours de |j semaine prochaiuc une le partie Je l'eau Je Diquini sera dve J.irs la canalisation de Hi/oton. 1 1 1 TURKISH %  Mil.,.. ULENO Or 9 60 le millier EdESTE\E& POUT-au-PRlNCE Rhumes anciens et rcents, Toux, Brcnch .Santjtadicileinerit gurie par la SOLUTION WATEIt UIIV : Qoi donne d^s POUMONS ROBUSTES e rvient le TUBERCULOSE. Ce produit jouit dune dputttion UDivi r.-r |p, SOLUTION WATEBBBRY :A base de Crosote et de Gsiacol, Huila d-> Foie deM orue, DiRestivo Ferrofints, EztSFri non Permente : llypophosplutea Composs, Extraits de Cerii.5'! tus, bubstance AiotD8iiqu ^euae.m Mieux vaut prvenir que quirlrl WATERBUHY CHEMICAL COMPANY %  M tvn vr ,, v n .„. Ues Moines. Iow rOROMD NEW-iOltk NEW ORLKAli Franck J. Martin Agenttfh.ral— in (ace de la Glacire — Porlau-m Nauvelea Eiranjres l'Ait CABLE 22 Septembre PARtS— lii raison de .ses importmtes occupatiocs.h mai.hal Foch m peutra p.s piendre part a la con firence de C'avelnod le 2.7 courant. Le geral F'ayolie, accompagn du colouel Roquin, repnisentera l'arme franaise. Ces officiers s'embjiqueront sur La Sivoie . HLRL1M— La commissioi ioterallie en Silsie a dcouvert d'impor lants dpts d'armes tl de munitions. RO.Viti— Uns une interview Giolilti dclara que le* rsultats de la cenifreace d A?\-les-Kaius ont dpas se ses pfevisujs LJolitiirJtl''.og: de Monsieur Millerand. ROM1-— Le gouvernement italien (ait cooatttfi soa ioteotioa de contrla les utiles et ateliers o le travail s'tait ant par suite du dsaccord suiveau entre les patrons tt les ouvrieis. Cttte mtsure a caus une excellente impiession et la p'upart des iablissemeuli ont repus la mar che iiorm ils PARIS— Les raemb es du parlement qui arrivent 1 Paris se font tous l'echo du ds r croi>sint de leurs etcurs dt voir M lliraud accep ir ii candidature pour lOHinuer ia politique :i bnham nt entame. Bourgeois a dfinitivement rctuic d fi r; candidat malgr l'insistance de Millerand et de Raoul Pret. Les journaux pronosliqoeot qu'une imporanlo dmonrtratbn parlementaire: modifiera l'atiiiuda de Millerand. L'aŒjvrea dclare que Uiiaad est 1 Il tte du parti favorable i la candi dature de Millerand. PARIS—Lvissetnbje oa ioaale ist convoque pour yud. 2; :ourant a 1? heures. VARSOVIE— Les polonais continueut leur .-.va-ice sur tout le fiont occupant p'usitjurs villes tt faisant de nomb eus piisenniers PARIS l:o lepoosc au tU'g'am* med'A l-s baias pj r Mtileraod et Ciio.i ti, Lcyd George rpondit qu'il partag:ait tuiiremect l'opinion que l'cnUn e ta plus uoite tntre la Fran ce, 1 l'alie et l'Angleterre est lodis peus-b e pour la solution rapide des problmes emopens et le rt-blise DCBl eooaf'et de la paix ainsi que la itpiise des leutioni am cales in lernatiooalcs. PARIS-Le conseil de la ligue des nafo.is a adup e 1 unanimit la motion invitant le prsident de' nommer une commission qui reeher criera les antcdents suscepiibles d datrei le conseil s fin de solutionner la quebttOn des i^-s d'Aland. LONSTANTiNQPLE— L'arm/e du gnral Wrangel a ri-pris son offensive vi. t .rieuse P'uaie'irs villes ont t o.cupes. Trois rgiments ennemis ont capturs. Li poursuite inoeœii co tiuae. PAR S— On anuonce par TSF. l'arrive des dlgus polonais i RiA VI..VDI;I: # Une Automobile Ford et Un piano S adresser, aprs 0 heures du soir tm No 1101 de la rue U. Avis Commercial Pendant mon absence M.\M. mnryKuppfc et Paul Bartoli auront la ^rucui aUon de ma mmson (G, ami Htel de France ) et signerort oyontement. P. PATRl/i Savez-vous ce qu'on d\ Que le meilleur reronstitti li sant, le tneillew toniqu\ VIN BEEb M KO A', CM de viande, quita ei phost C'est vrai. Que le W V Si-RiPU\ riche en tannin, contient m sonnes anmies, latiga^s,A\ blit l'Iiann mie des /onctions res. ti'tlt encore vrai. Uuele 1A t'U, produit de vgtaux choisis des mot de la Suisse, trs bon cot dysp'-psia et les maux de Cesi donne ceux qui l'emploie temt /rais et une mine riot parait que c'est bien vrai Savant inlormation$,sir „ 1 fJiDIPMTIOlif'.D!rt*f3 1 V;'." .1 •' 1 -,*'•,£ MI'H: .< r. F mus **J£. W ''jfK-V' 1 '* V 1 1 ~W* • ^* *^_ CE SOIR^ ,.,/ CAMILLBDESM0JIj3 Drame historique e 'Tf Ducroquet a vol la •> Comique Le Mauvais gnie (i.anddtaraepoi?" n L Entre G •



PAGE 1

M MATIN U J-. ^ ., juel if A PU 6 :ii Mf (J.i •:. ,'fl. La gOutte WT-CJ '•. dur, %  >. I' r ,„ -"-T, e ...„,. ••waaaawran •• ifmjfue d. .., • ,.,. U out, ,. e n ,!nd i .;'. .,-,,,, laciae u ligue e: |-t urtlea Ce qui InurtBM %  •• . •.. je \^ trtquenttrop frcfrf uHovt, Il Ir buter froid d Pal i. |'a -commando dsns son (f^ uter des bonn.s inosea.a'aUn .| %  -. ; „ ... W*A'**t4rv et U ,. ... "c^ S r enU u "' e ^ '' %  <"' ••• r-.-i --.-. bi o, „, TRAITijI u U.0T1K, Hua lihumiti+.nei Gracttt A ri irio-Sc Uros Afortura N.- -Ei.Cliat.cI. :r. v..uc de '• tienNAL et ta GOUTTE Commun,... %  *: • . -Ctmif g. MtdKlM .. krtltOOi Acat'tav. ut, Sclertes L'OPINION MEDICALE • Adm.nislre l'occasion des tousteet aigurs dans la goutte, l'UHOUONAX n'a aucun rtUntissirnenl fliruu, comme le atllcy. laies, rien de* tOeti Jan* freux, redoutable parfois, du colchique al Je la colchldine. Les douleurs pfrdcnt rapidenifni de leur acuit et la dur-: niTe de la psse est parfait trs notablement aJ>r|fe • D* Y. MOtUL Mdecin m.ijor de t— cl. m retraite, ancien n>*decin ors hpitaux de la marine et des colonies • J'a> fait usige de l'URODONAL sur un tiomn-e d'ge nioven. souffrant d'altauuet rpte de goutte Le fiaultat fut trs bon pendant una attaqua g. i> el .'ri Ul) long IlitervalU de tanna• D' Jtci. SLSETiNca, Uasilicino*a. L'URODONAL rtalist an* Virltoblt imi. gn* ur\'i;r a. (ce urlqct. lirait et eulatti'. ...... ; g^y du ^fv^ L'URODONAL nettoie le rein. la :'J le foie et letf articulations. Il as^ii %  OVfrtit les arti** et vite l'obsit^ Cou;(JU:( ^^S4j-, yNJOU Le flacon, I" 33 Ir. ; I" flacon-rucluiiK', f 10 Ir. 50 ineU : P*rlet-lui Je moi, Premier Oui, Rose sans fin, l'Amour da.it le Cctur, L'Anneau merveilleux, f" 38 f.. 50 ; le flaccn-rcclame, I" 10 fr. bO rttiU : Œillet, Rose, Violette, Munoso, Jasmin, Cyclamen, Lilas. Muguet, f" !'> Ir. ; le flacoii-rti:..;u' f' ij fr. 'M lif Frauco-Haitien Agent gnral pour Hati 1720, lim? du Magasin do l'Etat* > DE LA VRAIE BIRE La BIRE FRONTENAC est une bire parfaite, d'un bouquet savoureux, I dlicieuse et de la mme force qu'avant la guerre. s. Elle a le bouquet riche et savoureux si ncessaire la vraie bire. N Demandez-la dans tous les htels et restaurants. ^ 4 FRONTENAC TIQUETTE ROUGE : boisson saine et savoureuse. • FRONTENAC TIQUETTE V BLEUE: "Spciale", l'aristocrate de toutes les bires, elle possde une le^ gre saveur de vin. N .• '^ %  "y Sr* k. ..V5 S*t?Mwtf/ Moer. Mu FRONTENAC BREWERIES, LTD. Montral S 3> \ Comptoir FKANCO-HAITIEN Bepraentant pour ia Rpublique d'Hati 1720 Rue du Magasin de l'Etat commerce J OLCA&YVXSII, Traction sre et conomique Us pro rilaj fg de voitures de coiaruer "• MAXWELL consid rcol qu lie f „t fait un bon placement en achtent ces voituien. ll d rtnl que IM Maxwell, DCD seulement rduit leuis dpeLsee, unis kir largie encore beaucoup d'ennui*Ce r est puH riirplercent parce ngten>pe que !ca auires vctimea ou fonciionneLt plus ooromi r %  ^H iVO ai.' IfM VVIIUIfl V" a-aa • %  BWWM.— pr*tit> wwvi /||J| quemci t.muis parce qu'elles leur eulvent le KOLCi de l'iccerlitude de %  u arche et de la livraison. Qosllfl que toit la besogne a faire, ils savent paifaiteinem que Mavwell I excutera. Mur ad & Son l'O'l au-l'rince, Hati MAX* EU MOTOR SALES CORtOBATON WKS1' IND1ES ^dteau Wgropkiqui : svr./ce IixvorUmon UMCO ~'t, Uroadway, N..* l de Maltis & £% R eprsentants Four la Rpublique f/'/(ai(i nef!



PAGE 1

L v M*TIN BAZAR METROPOLITAIN Maison de confiance Angle des Rues du Peuple et Dante* Destouehet Nous avons maintenant eu slock tout ce dont on peut avoir n- i i 131 i M besoin dans une maison Dattes en pots dune livre Dattes pleines Dattes en paquets d'une livre Prunes en paquet d'une livre Prunes en pots de verre Jieurre de pistache Chocolats t Wnitman's Sunbeam marshmaltrw pour gteaux Withmari* t Cerises Sardines en sauce de lomitede Californie Toutes tories de jambons Oignons Pommes de terre Souricire Lunettes pour soleil Combinaison de crayons et de plaines avec ellace Acide borique Adressez-vous au BAZiR M'lROPOUlAIN.et on mus donnera pleine satisfaction *\.%.-v£mm Vous trouverez des cercueils tous polis permettant dlivrer le travail 1 heure aprs. Guillaume Duchatellier 2101, (irarul'Rue. pr de la (tare dtf Nord Htel Restaurant eu L'Hte) lidauraiil de. IMyenir se recommande | bon soin ri h ri g larit de son service, le* voyageurs dS Pot-auPi ce jr trouveront pleine wuiHiciioii. Pon?*' vaiuore on n'a <| i passer au Ko 121!) de la Rue Kna. bureau des 'ajrl)li*i terrestres. Ul PConditions trs avantageuses. A SYLLA. Propritaire Grand Htel de Frana le p/and Htel de France i le plaisir d'anno"or i sa c lii I br. use rt choisie qu'il vient de recevoir par Caravelle d M „;„!''' choix de toutes les qualits u vins de. Vin rouge Gourdes 0 le g a \\ t blnnc Uarsac Gourdes 10 le asl Des vins en bouteilles rouges et blancs Vermouth franais ( Genre %  Quinquina des Princes et le fameux du Cap Corse au quinquina. Vins mousseux Jt CHAMPAGNE Lqueurs franaises Marie Brizard Le tout des prix trs modr P. PPATRIZI la Maison Paul E. Auxila RUE DU MiGASIN DE L'ETAT HT TRAVERS A RBTJ ( HAUSSURES lia es pour hommes, femmss et entants COR FTS Irarais d^nieis modles ( Ligne normale) CRETONNES BT RIDEAUX. PALM-BEACH8 u 1 (JSSORS de Shanlung, DEN ri'.i l ES v. l.-nc enuces et sur tulle AI/H brtdte et tmpicement, 2'!"!! M h .' OU J,e ' Hs x s ; nces aiveisesJHouppes suprieim OREILLERS plumex, Mousiquaires, 1) as toilr, coton, Toile a draps, CHEMISES, Chemisettes, Caleons, ( OUV RE-l 1TS piqu, Couvertures'de lainr, I Khi E de Chiot C epon de soie, Georgelt, tOILIS un-set fantaisie, liloffes pour jupes, KATINi-.S. (iabard ne, Serges cossais Drillf, MALE! IhS OB VOYAGt, Colliers tantiisie, RUBANS, Cltvate, .Sweaters, Jupes et Corsages. H AS e-. ObaOMftte.', en fi* soie, simili, coton, Chapeau de paille et de laine etc. Anqle tles^Itues Roux et du ( enU 2 Mdailles d'arejert Exposiion de Bruxelles 19i( Laboratoire de Chimie Micale j Droguerie, Produits chimiques et pharmaceuuqu*. Spcialits franaises et amricaines. Prparation de toutes ampoules mdicamenteuses st -21 et injectables. Spcialits. — Srum i.vrostnmque simple et ferrugineii lodhydrarg/reSrum ue itiorard remplaant les paqi rcalcifiants de Ferrier et de Robin' Il.y a toujours en stock : Nevrostheose' Sirop pectonli Elixir de Peusylvanie. L Lpnsitaire du FREVEMU] Reprsentant des Laboratoires 1( LACTIFEKM.—Ferment lactique, contre atlections u linales et cutanes. MXi RNK,—Soporifique de 1 COBfHptlkwt Cigare! La Nationale Produits de premier choix Princesse, Encore" LA NATIONALE Voient chaque jour augmenter leur rputation Elles rivalisent avec les meilleures cigarettes importa



PAGE 1

Quatorzime anne No 3680 Por! au PrinceTIaiti Jeudi 23 Septembre 1830 DIRECTEUR-PROPRIETAIRE flnent-MAGLOIME MACISTRAT COMMUNAL gHUMlKO 15 CIOTIIIB hujcii EPAUTEMICWTS Li moi 4TRA.NGEH %  trou mois G; 2O G. 2.DO 700 .nntinit sol tenes au Comptoir In'1 -de Poblicii, y Rue Tiorcfcet, Pi-j E il, 23, Ludgate Hill, Lonc'res, Quotidien C'est la ralit qui nous fait croire au rve. Henry BATAILLE RLDACTION; Rue Amricaine No. 13u8 TELEPHONE. 48 •i— %  %  _. %  %  %  L'Indpendance de %  Monsieur le Directeur, Toujours les mmes calembredai ns humanitaires invoques hypocri teineut par le Mercantilisme pour voiler loppreasioi du Droit par la Force / La France ne poursuivit aucune ac ;ipnLe Parlement Iran(;ai3 retusa d la lancer dans cette rprhen* si 1 J • entreprise. L Angleterre la poursuivit seule, pour son propre compte, v-, ul i 0 ,, ,, r Slx mois aprs que cette note de {^nationaux.. Us n existent P r e ,c on gnreuse et humanitaire eut t envoye au gouvernement Khdiva', la llo.te anglaise bombai' dait Aixaudrie; des troupes anglai* ses dbarquaient Apis la grande victoire d'Ll Kb.r, ou les tioupes britanniques si couvrirent d'une gloire incomparable, l'Occupation britannique commenait. Les dclarations aussi commeraient. Moi, Amiral commandant la Flotte britannique, communiquait l'amiral oeymour au Khdive ciois opportun de confirmer une lois de plus et sans il %  i a Votre Altesse que le gouvernement de la Grande Bretagne n a pas I intention de fane la conqute de l'EgypteIl a pour seul but de protger Votre Altesse et le peuple gyptien contre des rebelles. De pareilles assurances furent encore donnes au Monde par les Mimstiei anglais du haut de la tribune du Parlement. Lord Gladstone proclamait luimme que les tioupes buuuniquea seraient retires d'Egypte aussitt quo les circoustances le permettraient, qu'il tait contre • U doctrine au i annexion O il tait contre cela, en raison de toute la conliance inspire a 1 Europe et au Monde en gnral et que si un engagement peut tre plus solennel et plus sacr qu'un autre, une saintet parti entire, dans ce cas, nous contraint l'observer, Libraux et Conservateurs st suc cdrer.t au Pouvoir, A l'envi, ils rptrent les mmes assurances, fondes sur la saintet de leurs obli qaiiojis. L Occupation militaire de 1 Egypte qui n'tait que temporaire et provi soire et qui devait cesser eu 1888, dure encore; chaque anuj amenant pour la .souverainet de ce malheureux peuple une nouvelle dfaite tjuel llomie crira jamais le long etdouloureux inaityrologe gyp tien depuis 1'Occupaiion britannique? (.lui dira jamais non seulement les ruines matnellts amonceles, nou seulement les vies humaiues fauches comme eu se jouant, mais encore les soutirauces morales eu duies, quelquefois passivement, souvent stoquement, mais toujouis av JC 1 esprance d'un changeaient, avec la Foi que le Passe dominerait un jour 1 Avenir.' i; tir tiens e Musulmans, oub.iant toute haine ou dis inction confession uelle, ont vcu depuis 40 ans bien tt, uans le Culte indfectible de la Patrie rdime. Bnlin 191'* vint; l'agression injuste des Lmpires Centraux contre la Franco La dcence des dlations *j nen t, le 0 Janvier" 1882, une paciliques ne permet plus de dire active des gouvernements l'attaque de la Barbarie contre la "o et de France lit savoir CivilisationDputa lb82, un gr-nd empire s'tait dvelopp au centre de i;Eu ro|>e. La puissance de son gnie commercial avaU bit ses tribuiai.es le reste du Monde. Une puissaure militaire et navale de premier o.dre semblait assurer ad multos anno* la m d'une importance consid Kent de se passer et il ne me Kl que le public en ait t 1 il eit vrai que dans ce peys, E international est born par oares de la Rpublique. C'est de partie la cause des mal.lia patrie. Le pub ic, tout du dirigeants d ailleurs, i pu qu'il doive j internationaux foulques menus tnpot8gea loE domine l'esprit de jalousie Maigrement : c e6t toute l'ali OQ de la politique lmilienne. nt l'on ne peut pas siinBgi 'endue du mal qu se cre, ji cette radiilrenee ayatmati il cette ignorance condamnable le monde, quant i la rac Itcaaaaire et invitable qu'eItB c faits internationaux i rapports entre Nations, atttujour du danger que l'on .elleque Ion peut compter t'que les Ane ens appelaient la Gentium, comme ail iposuble de ne songer fouibir ne de dfense qu a la minute olog'que et prcise J'engpger t vraiment gouverner un peu|to pratiquai.t la politique du idini la mangeoire. fmu vous parer de la recouace de 1 Indpendance de I Epar l'Acgleterre. J'emploie & le mot c reconnat!e au i mot i accorder , parce que ptodance ne s'accorde pasLes comme les cliotes doivent fleur pudeur et leur tiert. ^'Indpendance de l'Egypte est ut accompli, d'aprs un reuaeitotduLondon Times, je tiens surtout montrer dterminante que viennent ndie cet vnement le Snat • Eiats-Unis et le Couvcrneniei.t |Biatoire de l'Egypte est gnra [connue. Jamais, depuis l'Ai.. paya n'a t asservi mur fpi plus de peuples divers. La t de la Por e Ottomane ypte fut i tablie au comme n du Lie sicle, api es qie •Ali en eut chaes les ALy venaient, & leur tour, d'en vestiges de l'expdition •parte. >>e percement de 1 isthme de j*r la. Grand Franais Ferdi'Uuepa,i a cupidii des Anglais ['•ypte se ralluma : il fAllait r PVODQC britannique fut la 1 a la route la plua courte aux lndja Orieutales. l!i ut vers l'anue 1881, le ieu s tait repli sur "e. avait pris une plu* grau cience de sou tle histon [J* Jflorta d'Arabi-Pacha pour !" tion d'un gouvernement "uoncel purent corps et les B e rationalistes du momeut cilfA 1 tiUe le mouvement [ %  ncertme^t patriote. La mena W'es exploitationa capita tre conjure. 'pouvait [tavaii "de gyptien f leur ltoluWierver par leurs tions 'O're de choses tabli en Contre toute caute de tom •intrieure et extrieure, Jetaient pas, expliquait la assurance donne tubli 1 d leuis internions formel pipondrance de son gnie iucoutea 'tgard dtourneiaient les table. Mais le grand mal. c'est que j^jjuxquels le gouvernement dans toute cne construction colos expos, aale, comme dans toua ces cliatau K gom 1-ouvait tre dagea de la Force, I lment princi pat manquait : Un peu de souflle chrtien. La gr.nde proccupation des dirigeants d.1 Empire d AUemagae tait de ne pas tre dtrn de l'hgmonie du Monde. Pour y russir, ils avaient institu dans chaque grand pays une organisation propre daus le but de veiller i la dlense du Waterhnd C'est aiusi que dans le vaste empire des Indes et des possessions au deli des mers de la Couronne Britannique, sou principal concurrent, l'Empire d'Allemagne avait dpos l'tincelle de la raction, Si bien qu'aux premieis coups qui branlrent ea Iiurope l'Edifice des Allis, on entendit le ctpitement de l'incendie. A de trs violentes rpressions suc cdrent un rgime plus doux, de s traitements moins inhumains et des promesses plus srieuses d'amlioration pour l'avenir. Ea Egypte, le Khdive Abbas Hilmi, qui i jou un si grand lle dans les affaires Rolo Pacha, Cii laux et consorts,tait cnti depuis longtemps dans les desseins de Guillaume 11. Les soupons s'tant prciss, le Kh dive tut dpos et remplac par Hussein* Kamil Pacha. Husstia Kamil Pacha un des descendants de la famille de MhmetAli tait un dsabus.Ag de p us de 6o ans. il tait parmi les Egyptiens qui avaiert accept comme un (ait accompli la domination bntannique. Sans philosophie, sans esprance, les annes avaient pass sur sa tte sans laisser dans son me laconhanceque toute violation du Droit comporte le germe mme de son redressement sinon de son chtiment. C'tait un rsign. Il ce nourrissait aucune ambition pour sa patrie. Sans souci de son prestige personnel, il ne pouvait pas en avoir pour ses i

Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05222
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, September 23, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05222

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Quatorzime anne No 3680
Por! au PrinceTIaiti
Jeudi 23 Septembre 1830
DIRECTEUR-PROPRIETAIRE
flnent-MAGLOIME
Macistrat Communal
gHUMlKO 15 CIOTIIIB
hujcii
EPAUTEMICWTS
Li moi
4TRA.NGEH
trou
mois
g; 2o
G. 2.DO
700
.nntinit sol tenes au Comptoir In-
'1 -de Poblicii, y Rue Tiorcfcet, Pi-j
E il, 23, Ludgate Hill, Lonc'res,
Quotidien
C'est la ralit qui nous
fait croire au rve.
Henry BATAILLE
RLDACTION; Rue Amricaine No. 13u8
TELEPHONE. 48
- i_.'
'
L'Indpendance de
Monsieur
le Directeur,
Toujours les mmes calembredai
ns humanitaires invoques hypocri
teineut par le Mercantilisme pour
voiler loppreasioi du Droit par la
Force /
La France ne poursuivit aucune
ac ;ipn- Le Parlement Iran(;ai3 retusa
d la lancer dans cette rprhen*
si 1 j entreprise.
L Angleterre la poursuivit seule,
pour son propre compte,
v-, ,ul i0 ,, ,, r Slx mois aprs que cette note de
{^nationaux.. Us n existent Pr e,c on gnreuse et humanitaire
eut t envoye au gouvernement
Khdiva', la llo.te anglaise bombai'
dait Ai- xaudrie; des troupes anglai*
ses dbarquaient Apis la grande
victoire d'Ll Kb.r, ou les tioupes
britanniques si couvrirent d'une
gloire incomparable, l'Occupation
britannique commenait.
Les dclarations aussi commer-
aient. Moi, Amiral commandant la
Flotte britannique, communiquait
l'amiral oeymour au Khdive ciois
opportun de confirmer une lois de
plus et sans il ! i a Votre Altesse
que le gouvernement de la Grande
Bretagne n a pas I intention de fane
la conqute de l'Egypte- Il a pour
seul but de protger Votre Altesse
et le peuple gyptien contre des
rebelles.
De pareilles assurances furent en-
core donnes au Monde par les Mi-
mstiei anglais du haut de la tribune
du Parlement.
Lord Gladstone proclamait lui-
mme que les tioupes buuuniquea
seraient retires d'Egypte aussitt
quo les circoustances le permet-
traient, qu'il tait contre U doc-
trine au i annexion O il tait contre
cela, en raison de toute la conliance
inspire a 1 Europe et au Monde en
gnral et que si un engagement
peut tre plus solennel et plus sa-
cr qu'un autre, une saintet parti
entire, dans ce cas, nous contraint
l'observer,
Libraux et Conservateurs st suc
cdrer.t au Pouvoir, a l'envi, ils
rptrent les mmes assurances,
fondes sur la saintet de leurs obli
qaiiojis.
L Occupation militaire de 1 Egypte
qui n'tait que temporaire et provi
soire et qui devait cesser eu 1888,
dure encore; chaque anuj amenant
pour la .souverainet de ce malheu-
reux peuple une nouvelle dfaite
tjuel llomie crira jamais le
long etdouloureux inaityrologe gyp
tien depuis 1'Occupaiion britannique?
(.lui dira jamais non seulement les
ruines matnellts amonceles, nou
seulement les vies humaiues fau-
ches comme eu se jouant, mais
encore les soutirauces morales eu
duies, quelquefois passivement,
souvent stoquement, mais toujouis
avjc 1 esprance d'un changeaient,
avec la Foi que le Passe dominerait
un jour 1 Avenir.'
i; tir tiens e Musulmans, oub.iant
toute haine ou dis inction confession
uelle, ont vcu depuis 40 ans bien
tt, uans le Culte indfectible de la
Patrie rdime.
Bnlin 191'* vint; l'agression injuste
des Lmpires Centraux contre la
Franco La dcence des dlations
*jnent, le 0 Janvier" 1882, une paciliques ne permet plus de dire
active des gouvernements l'attaque de la Barbarie contre la
"o et de France lit savoir Civilisation-
Dputa lb82, un gr-nd empire
s'tait dvelopp au centre de i;Eu
ro|>e. La puissance de son gnie
commercial avaU bit ses tribuiai.es
le reste du Monde. Une puissaure
militaire et navale de premier o.dre
semblait assurer ad multos anno* la
m d'une importance consid
Kent de se passer et il ne me
Kl que le public en ait t
1 il eit vrai que dans ce peys,
E international est born par
oares de la Rpublique. C'est
de partie la cause des mal-
.lia patrie. Le pub ic, tout
du dirigeants d ailleurs, i
pu qu'il doive
j internationaux
foulques menus tnpot8gea lo-
E domine l'esprit de jalousie
Maigrement : c e6t toute l'ali
oq de la politique lmilienne.
nt l'on ne peut pas siinBgi
'endue du mal qu se cre,
ji cette radiilrenee ayatmati
il cette ignorance condamnable
le monde, quant i la rac
Itcaaaaire et invitable qu'e-
ItB c faits internationaux
i rapports entre Nations,
atttujour du danger que l'on
.elleque Ion peut compter
t'que les Ane ens appelaient la
Gentium, comme ail
iposuble de ne songer fouibir
ne de dfense qu a la minute
olog'que et prcise J'engpger
t vraiment gouverner un peu-
|to pratiquai.t la politique du
idini la mangeoire.
fmu vous parer de la recou-
ace de 1 Indpendance de I E-
par l'Acgleterre. J'emploie &
le mot c reconnat!e au
i mot i accorder , parce que
ptodance ne s'accorde pas- Les
comme les cliotes doivent
fleur pudeur et leur tiert.
^'Indpendance de l'Egypte est
ut accompli, d'aprs un reuaei-
totduLondon Times,
je tiens surtout montrer
dterminante que viennent
ndie cet vnement le Snat
Eiats-Unis et le Couvcrneniei.t
|Biatoire de l'Egypte est gnra
[connue. Jamais, depuis l'Ai.-
. paya n'a t asservi mur
fpi plus de peuples divers. La
t de la Por e Ottomane
ypte fut i tablie au comme n
du Lie sicle, api es qie
Ali en eut chaes les Al-
y venaient, & leur tour, d'en
vestiges de l'expdition
parte.
>>e percement de 1 isthme de
j*r la. Grand Franais Ferdi-
'Uuepa,ia cupidii des Anglais
['ypte se ralluma : il fAllait
r PVODQC britannique fut la
1 a la route la plua courte
aux lndja Orieutales.
l!iut vers l'anue 1881, le
ieu s tait repli sur
"e. avait pris une plu* grau
cience de sou tle histon
[J* Jflorta d'Arabi-Pacha pour
"tion d'un gouvernement
"uoncel purent corps et les
Be rationalistes du momeut
cilfA1 tiUe le mouvement
[ncertme^t patriote. La mena
W'es exploitationa capita
' tre conjure.
'pouvait
[tavaii
"de
gyptien
f leur ltolu-
Wierver par leurs tions
'O're de choses tabli en
Contre toute caute de tom
intrieure et extrieure,
Jetaient pas, expliquait la
assurance donne tubli
1 d leuis internions formel pipondrance de son gnie iucoutea
'tgard dtourneiaient les table. Mais le grand mal. c'est que
j^jjuxquels le gouvernement dans toute cne construction colos
expos, aale, comme dans toua ces cliatau
K
gom
1-ouvait tre
dagea de la Force, I lment princi
pat manquait : Un peu de souflle
chrtien.
La gr.nde proccupation des diri-
geants d.- 1 Empire d AUemagae tait
de ne pas tre dtrn de l'hgmo-
nie du Monde.
Pour y russir, ils avaient institu
dans chaque grand pays une organi-
sation propre daus le but de veiller
i la dlense du Waterhnd
C'est aiusi que dans le vaste em-
pire des Indes et des possessions au
deli des mers de la Couronne Bri-
tannique, sou principal concurrent,
l'Empire d'Allemagne avait dpos
l'tincelle de la raction, Si bien
qu'aux premieis coups qui branl-
rent ea Iiurope l'Edifice des Allis,
on entendit le ctpitement de l'in-
cendie.
A de trs violentes rpressions suc
cdrent un rgime plus doux, de s
traitements moins inhumains et des
promesses plus srieuses d'amliora-
tion pour l'avenir.
Ea Egypte, le Khdive Abbas Hil-
mi, qui i jou un si grand lle dans
les affaires Rolo Pacha, Cii laux et
consorts,tait cnti depuis longtemps
dans les desseins de Guillaume 11.
Les soupons s'tant prciss, le Kh
dive tut dpos et remplac par Hus-
sein* Kamil Pacha.
Husstia Kamil Pacha un des des-
cendants de la famille de Mhmet-
Ali tait un dsabus.Ag de p us de
6o ans. il tait parmi les Egyptiens
qui avaiert accept comme un (ait
accompli la domination bntannique.
Sans philosophie, sans esprance, les
annes avaient pass sur sa tte sans
laisser dans son me laconhanceque
toute violation du Droit comporte
le germe mme de son redressement
sinon de son chtiment.
C'tait un rsign.
Il ce nourrissait aucune ambition
pour sa patrie. Sans souci de son
prestige personnel, il ne pouvait pas
en avoir pour ses i compattiotes.
Aussi, bien qu'aprs evoir dpos
Abbas-liilmi, l'Angleterre et procla
m un protectorat sur l'Egypte, ce
qu'elle avait toujours hsit faire
Hussein Kamil Pacha accepta-t-il
le titre de Sultan d'Egypte.
Toutefois, il fallait conjurer toute
agitation dans le peuple gyptien,
pareille i celle qui avait eu lieu dans
l'Inde.Ayant prlev de llnde pour
renforcer son front europen lescom
bat'ants qu'elle redoutait d'avoir con
tre elle, l'Angleterre renouvela au
peuple gyptien toutes les assurances
donnes autretois par l'Amiral Sey-
mour, lord Cranviile.lord Salisbury.
Au sujet de l'accession au trne du
nouveau Sultan, le Roi George V
lui adressa ce message :
e A l'occasion de l'entre de Votre
Altesse dans ses hautes fonctions, je
dsire prsenter Votre Altesse l'ex-
pression de ma sincre amiti et
l'assurance de mon appui inaltrable
pour sauvegarder [intgrit de l'E-
gypte et assurer son bien-tre et sa
prosprit futurs.
c Votre Altesse est appele i se
charger des responsabnnei de ses
hautes fonctions en une crise grave
dans la vie natona.e de l'Egypte, et
j'ai la conviction que vous serez ca-
pable, avec la coopration de vos mi
nistres et la protection de la Grande
Bretagne, de triompher heureuse-
meut de toutes les inlluences qui
che.chent i dtruire 1 Ihptulance de
1 bgypte d !a toilUDe, la Ubtttt
ei le lonheur du peuple.
Ea rponse, le Sa lin lemercii vi-
vement le Koi pour .* ssurance de
son pt.ieux appui pour la sau'e-
garde de ItnUgriti et de 1 indpendance
de 1 Egypte.
Miis 1 Bgyptt, avons-nous u;i,tait
un Etat sous la suzerainet de la
Porte. Elle payait, dans le pass au
Grand Turc nn tribut annuel i eu
virou trois millions de d. sis.
Ce lien de suzerainet tiit deve-
nu plutt fictif, mais restait quand
mme un rapport de droit.
Eu mme temps que l'Egypte d-
clarait la guerre aux ennemis de
l'Angleterre, elle dclara la guerre i
la Turquie.
Dsormais l'Egypte tait parmi les
puissances allies et associes qui
luttaient contre les Empires Cen-
traux. Elle tait dans le groupe des
puissances allies et associes qui
vainquirent tt accordrent l'armistice
du n Novembre 1918 pai leur man
dataire commun, le marchal Eoch.
Par le fait, 1 Egypte avait vaincu
la Turquie, sa Sjuveraine et le lien
juridique de vassalit s'vanouissait.
Tel est le lait. Tel est aussi le
Droit.
Comment tout cela allait-il eue
traduit dans le Trait de Paix ?
Personne ne doit oublier qu'en
1914, le Monde vivait comparaive-
ment heureux dans sa tranquillit
anne, son iron peace,lorsque l'Aile
magne, dbordante d ambiMon guei-
rire, dchaioa celte tempie qui
faillit oui renverser. Les Puissances
qui reprsentrent la Civihsitiou
dans cette guerre avaient accep
la lutte sans aucune ambition,
sans aucune pense de lucre ni
d'intrt individuel. L'enjeu de ce
duel gigantesque tait le Droit des
Nationalits opprimes. Et les Etats
Unis ne remportrent des champs
de bataille europens que les cida-
\ tes de ses enfants morts pour ce1
idal-
Les giandsprincipes espi'incipesg
nreuxet libraux avaient t clames
auiquatioventspai touales Ministres
et Chefs d E a s de loua les grands
Pays."Nous ne combattons pas pour
nous seuls, mais pour la civilisation
lies la cause des petits l-.lals, la cau-
se de tous cee pays qui dsirent
dvelopper la civilisation qui leur
est propre, leur manire, suivant
leurs ideals particuliers, saus l'mter
vention d aucun agresseur insolent
et non autoris."
Discours de A. J. lialfour. 19 No-
vembre l'-'i K
Nous ne nuus 'prterons pas, uous
n'hsiterons pas,jusqu ce que nous
ayons assur aux petites Nations
leur charte d indpendance, et au
Monde en gnral, une mancipation
lin.i.e du rgne de la force.
Discours de II IL Asquith,]/-) no-
vembre 1915"
C'est croire que toues les petites
Nations ont assures, l'heure
actuelle, de leur charte d'indpen-
dance, puisque, depuis le 11 uovem
brt lois, la guerre est arrte.
Plus tard, le 9 novembre 1910. b?
mme Crand Homme disait au Par
lemeut c Cette guerre est entre
autres choses, peut-tre puis-je
dire avant tout une guerre pour
l .niancipation des petits Etats. La
paix, quand elle viendra, doit tre
une i ai.\ qui dilieia sur des fonda-
tions sres et stables,la scurit des
faibles, les liberts de l'Europe et uu
avenir de libert pour le Monde-
Tre /.e mois plus ard, le mme
premier ministre disait encore :
Nous devons, par tous les moyens
posiibles, montrer de plus en plua
clairement que les aeuls buta pour
lesquels nous comba tona sont la
libert et la justice pour le monde
entier, par une confdration de
grands et petits Etata possdant toua
dos droits gaux.
C'ait croire que Page dor allait
revenir sur la terre Tout noua tait
pi omis Pensez-donc'A World safe for
denwcracy and the ri'jht of self deter-
mination.
Aussi bien,les Egyptiens n'hsitrent
pas fournir leur pat au grand u-
vre de la rdemption de l'humanit.
Ils fournirent leur argent, leure tra
vaux en nature et plus d'un million
d nommes la cause dea allie.
A la aignature de 1 armistice, le
gouvernement Egyp ien forma une
i.ommission qui devait aller siger
aux grandes aasisea de Versailles
Mais ce pauvre Peuple devait go-
ter une fois de plua Tamertune de
cette conatatatiou humaine.
Sic vos non vobia.. .

Les Membres de la Commission
furent empche de quitter le terri
toire gyptien.
Ou protesta. On cria. Pour cal-
mer ces clameurs, les Autorits An
glaises firent procder l'arrestation
de quatre des Commissaires gyp-
tiens, qu elles envoyrent dans un
camp de concentration l'Ile de
Malte, cot des encemis qu'ils
venaient de combattre, mditter en.
semble sur le "riegt of self dterrai,
nation'*.
L'agitation atteignit son comble.
Des rvoltes clatrent partout au
printemps de 1919. Alors, le Couver
nement anglais adopta une masure
inolliente : il fut permis la com-
mission de partir pour la France.
Elle partit pour Paris avec le cahier
de aea rclamations et de aes reveo
dications. bien saupoudrea dea im-
prcations voc frea par les Grands
de la Terre en faveur des Petits
Etats.
Ce document ne fut ni reu ni lu
par personne. Et la Commission ne
sigua pas la confrence.
Et le Trait de Paix, qui devait
-tre, d'aprs le Kigbl, honorable
Asquith le code des tondationa sres
et aiablea sur lesquelles dt repo-
ser la scurit des taib es, comporte
plutt cette monatruo! ; la recou
naissance par tous les Etata signa
tairas- Hati y comprise du protec
torat de l'Angleterre sur l'Egypte.
Comment, tant parvenue au laite
de ces hauteurs de l'idal, d o Ton
(loi n me tout, 1 Humanit a telle pu
fane cette rgreasion honteuse ? un
Tamre dsillusio 1 qu'inspire une
telle dfaite pour la Conscience Uni
verselle? L Idal n existe donc pas?
Seul 1 Intrt exiate, puisque aeul
l'intrt domine iea raliaauona hu-
mnues V
Touiours est il qu' la auite de
ces vnements ie mcontentement
fut grand en Egypte. Le Gouverne-
ment Anglais comble la mesure en
pourvoyant aea officiera dmobiliss
de lucratives sincures en Egypte,
dont les moindres rapporteut deux
cent dollars par moia au.grand dtri
ment des reguicolea qui peinent et
suent pour payer ces apanages.
Des manifcstationa eurent lieu.
Les rpressions furent cruelles. Le
sang coula-
Une censure aussi habile que ri-
goureuse fut tablie par Iea autorits
anglaises Intaninques. Toutes com-
munications avec l'Extrieur furent
interrompues. Nul au Monde n'a pn
se douter dea scnes atroces dont
l'Egypte a t le thtre. <
Maia h providence veillait soua ia
forme d'uu citoyen amricain. C'eat
en elTet par le New York Herald
que le Public Amricain tu; renaei
gn. C'est le Correspondant de guer
re du New York Herald, le Dr Wil-
liam T. EUiB, qui rendit compte de
la situation.
11 y eut une vive motion au r*
cit de toua cea dramea mouvants.
Le peupie Amricain, na j-


LP MAT'X
^==
Celui oui achte
L'ENIULSON de SCOTT
achte le meilleur aliment mdicinal que
la science a produit en cinquante ans.
Il n'est pas possible d'obtenir les effets
curatifs de l'huile de foie de morue en
aucune autre forme.
(Prennez garde d'obtenir toujours VEmuhion t Scotf)

ent ennemi de l'Injustice et Jo
'iniquit, fit entendre se voix la
tribune du .Snat des Ktats Unie.
l honorable .Snateur King lit enten
are aussi, dans un auire ordre d'i
des, la voix de la Loyiquo et de la
Maison-
Dovant W ^nreuaa explosion du
aeut.ment Amricain, l'ambaaBadeur
u Angleterre crut devoir prendre la
paroie pour aunoncer queilaUrandu
Urotague avait vit soigneusement
de dtruire la Souverainet de i'E-
Rien que 1 Ambassadeur lritanui
que eut tait cette dclaration Was
Dington.Mr Daliour disait, deux mois
plus tard, au Parlement ac-lais uu
sujet de l'Eyypto : 'La suprmatie
britannique existe ; la suprmatie
britannique sera maintenue. (ue
personne, soit dehois de l'Egypte, ne Be trompe
sur ce principe cardinal du Gouver
Jiement de Sa Majest.
On devine quelle tait la person
ne en dehors de l'E-ypte" le Minis-
tre visait.
"Toutefois, dit uu publiciste.com-
me il est dillicile qu'un pays jouisse
de sei droits ouivraiKs et Boit, en
mme tumps, soumis tranger* le Ciouveicernent des Etats
Lois s'en est tenu l'annouci de
Ambassade et aux assurances roya
les, eu ce qu'il appelle lj s-raltai
protectorat, Six Bernmes aprs la
dclaration de Mr l'altour.le s Dec.
11, le Secrtaire dEtat Lansint;
dclarait, son tour : Il est admis
que la Grande Rrta^ne a 1 intention
de meltre excution les assuia:.cts
donnes par le Hui Georgu V d-Ati-
gleterre. au dernier Sulian d Eyvpte,
telles qu'elles OGt Cl publies dans
le limes do Londres, du '2\ Dtctra
bre lui *.
L'tait l la rponss de Mr Roh i,
Lansing aux protestations des Sca-
teurs Amer cams coutre la conduite
des Anglais eu Egypte.
,;Le mme publiciste lait remarquer
que les Etats Unis ont entendu par
la bien indiquer que leur reconnais
sauce du pro:o:turut commemesute
du temps do guerre, ne devait pas
tre interprte comme un acquitte
ment la duitrucuon penuanente
del Souveramet d'un Eiat que la
Lrando breugnu avait pi omis de
dfendre.
I
Il ne iaui pas qu'un pub ic enclin1
concevoir dts solutions taciles s'i-
niagine que toutes les diiiicults in-
ternationales toieut itsticiabes de
8oiutioiiS simplistes.
Ull Le nation uo peut donner *ucun
ordie une autie- Dans U Socit
des Nations, car il y a une Socit
des Nations indpendante de toute
cratiou aitilicielle ; la Sociabilit
existe enliu les Nauucs autuut qu'tn
lie les individus, dans I Socit
des Nations, ce qui mun.tient le bon
ordre, c'est une torto d'Inteldi. cipn
ne obiecnve qui veut que Ion ue
dvie pas des Rgles du Droit m de
la Voie du Juste. Le rwpeui des En
gayeuients librement ccntraca'e, la
crainte du panure ; la decun?idera-
tiou des autres Nattons, la desattec-
lion de ses propres reBSji lissants
sont au'ant de saneliuns du Droit
International. ..
ta II est donc certain que la prodi
yeuse publicit nauguite par
le New ^oik lieraiJ, yiuce uu Dr
William 1- El.s, suivie de la inotea
tation des Suaeurs des Etats Luis.
laquelle rpondu le Stcre aire d Etat
Lansmg, n ont pas pour peu contri-
bu exciter la bonnt volont de la
Chancellerie britannique-.i _..,,;;;.,,;
Aveit.e comme e. e a u'.e par i'ex-
plusion du mjoii.entemeut du Peu
pie Egyptien, insu une de la dsap-
probation du Lia d Peuple Auicii-
cain, f Angleterre a lecum devant le
uejtssit d craser .'Migypte. -'iny
Ne recevant que lei rapports de
ses fonctionnaires dont c'est lu
tvt de mnager leuis grasses pi
bendea, le Gouvernement An^iah
avait Mm par :roiie sincrement ci ie
le protectorat sur 1 Egypte avait t
acceptj ave.* reconnaissance par
tout le Peuple Egyptien-Maid il rso
lut. au mois de janvier dernier d'en-
voyer lord Milner. une autorit mo
raie du Royaume, enqut sur Us
lieux mmes et essayer do trouver
un terrain d'entente avec les Natio
nalistss'
Le rappoit de lord Milner vint;e> le
Chef des Nationalistes SiadZaghloul
Pacha, prsident de la Commission
Egyptienne a la Confrence de Vei
sailles, lut convi par toute la Mis-
sion Milner a se rend e Londr.s
pour causer. Il arriva le 5 juin der-
nier. Et c'est la conciusio.i d conversations qui a permis au Times
de Londres ^d'anr.oucer, dans .son
dition du 2; aot qu'un accord
doni les termes sont crits re:ounait
l'indpendaace de l'Egyp.e par la
Grande Bretagne.
Paix aux hommes de boane vo-
lout !
Cette solution doit rmuir toas
ceux qui sont des fervents du Droit
international. Il ne se peut pas que-,
ap:: quatre uns d'dlorts pour le
triomphe d un principe, apii que le
Monde a coanu les pires horreurs ;
que tint de millions d'hommes ont
t f.iuches.'a l'autre de la vie; que
tant de mines nutiie ks ont t
accumules,-t n'est pas possible que
le Droit soil mconnu et bafou.
Hiimcii- a tous ceux qui l'ont
la.t triompher. Honneur et gloire au
Peuple Amricain I
AltectueusemeLt vo ir,
Pierre IHUDICOURT
Aucun Btonnier de 1-ordre dei avoeai
Membre de U Cour Permanent Je u Haye
Membre de? l'American Institate 01 international
Il A
Faits Divers
PETIT SEMINAIRH
COLLEGl: ST MARTIAL
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
JMe c eJi 22 Septembre 1920
baromtre
1*1. i
)kminimum 22,8
Tepiprature ^
( maximum ;2,4
Moyenne diurne 26.0
2,Qel nuageux jusqu' midi et
couvert ensuite.
MPluie i 2 h. 15 tt vtn^lei y h.
Pluviomtre 6,4 mm.
Uarom.re constant.
J.SCHEiR
Notre Dame de La Merci
.' (.'. ; demain vendredi juv se cclobrc U fw
Je Notre Dame Je La Merci. On i.iit qu'une
aeuvaine i>iit prendre
fin demain matin. Il y jura mette chante I
Ste-Anne 6 heurai a l'iane Je laquelle il y
aura L-iiJietion Ju Saint-Sacrement.
Kecensoement scolaire
^En vertu de la loi sur l'obligation loolairadea
comminioni de lecenacemeni Se* en mi 1
j'alkr i l'Ecole ont t formei hier p
soin Je 1 I 1 Scolaire.
S;Les lettres son: expedu ird'hni m,me et
ici la remaine prochaine |a commiaslona te
mettront i l'oeuvre. I llca cm |Ui.iu'au ;i oc:o-
bre p)ur remettre leurs rai'poiu.
M.Nou> leur souliaiious Je 11 bonne betOgnC, OU
nom u lei enfants qui parcoureni dos
rues aui licurea de cl.
, Bulletia religieux
"Nous avons reu le fasdcule Aot-Septasabre
lojo Je cette importante puj.icatiou rellgieuM
dont nous recommandoni la lecture).
|Nouvelles fontaines
i ppartemeni dan Travaux Publica prenant
ju les justes dolances Je la po-
pulation I Util placer pu ic> MUS Ju service
nyc'riLiiquc des tontainu dans les quartlan mv
vanu ai ucs l-rou et Jj Montalais,
PI e Je u Cathdrale, etc.
Cette mesure s'imposait depuis lon^'tein,
oa M i eut ,ue 'en rjouir.
Les meilleures oigarottos
Tous lits tumeurs sont J'accorJ pour recounai-
tre que les cigarettes de l.i Nationale sont
les meilleures qu'on puisse trouver actuellement
sur la place.
leur j;rauJe varit leur.Jounc le privilge Je'
pin e i tous les gots. On tait en effet, qu'il
y a les Naturel t, les Princesses , les En-
core etc.
Choisisse/, vos cigarettes parmi ces marques
ei vous serez toujours satisfaits.
1 a Dette Intrieui
N us r.ous ni>ocions la demande que tont
une nouvelle lois la plupart Je DOS COnlrres
a m d'obtenir Je ceux qui ont en main la direc-
tion des affaires publiques le pue.lient Jes in-
tiets Je la Dette Intrieure. On fait que c'est
en titres Je cttte Jette que tous les ens qui,
die/ nou-, avaient les moyens d'pargner, pla-
tii nt leurs conomies.
Ce service Jepu:s trip longtemps moraturi a
mis les lamilles dans la plus gpande gne. u'
commerce et toutes les .1! Mires eu ont soullert
aussi, ; ar rpercussion I01.ee.
Il est vident que Js quoi aura pay les in-
trts sur ces titres, c'est Ju capital qui entrera i
nouveau dans la circulation et le lis; en bn
ficiera largement.
Ne peut-oa pas croire que le fisc en a un 1
grand oui en ce moment ?
la Eglise Ste-Asme aura
ses cloches
.\ la suite Je- notre Simple m se au point a
imeJi, le .pjblic apprendra avec plaisir que
sur les dmarches du prsident d'honneur Je
1 euvre clutienne, M Jrmie. l'incident surve-
nu propos Je, lot K Je l'Eglise Ste Anne .1
t dos.
Ds que le, liste* de souscriptioi do.>t le re-
lit t su .pendu seront rem
outre ami Laventure lera rapport an Conseil
d'administration ^j 1 Vssociation et remettra les
Vileui |ui .oit recueillies pour la commtnde
des clociies
Comme on le t, a 111 avion 1 raison .1 1 re
que tout l'an logei.
Mariages
Hier aprs-mid ont eu lieu les mariages civils
I : idoan i rj.i.ou avec Meile Anne
U '" !- .t lient .i 1 cot Je l'-
poux :.\1M. ADtOine IIj..m ut et M Termitus, du
cot de Icpouse -i vi. c..'. thel et Chs. Uelva.
-- i l-v I.'- j 1 l'.iiioricue lardines.
Les tmoins taient Ju cite Je l'pCMR : MM.
A Andr et Eugne Paul; Ju cot de
l'pouse MM. Itobert (ordon et l). Hyppnliie.
Fianailles
N tecu U carte de m tilles Je
M A y-,: H idelin avec Mr .. pu.
Melle i ) tavie de crfton avec
Mr le Docteur rluls Lon.
No compliments.
La question d'eau
N IUS lOmrneS en mesure d'annoncer que Js
les premiers jours de |j semaine prochaiuc une
le partie Je l'eau Je Diquini sera dve
J.irs la canalisation de Hi/oton.

1 1 1
TURKISH
Mil.,..
ULENO

Or 9 60 le millier
EdESTE\E&
POUT-au-PRlNCE
Rhumes anciens et rcents,
Toux, Brcnch
.Santjtadicileinerit gurie par la SOLUTION WATEIt
UIIV : Qoi donne d^s POUMONS ROBUSTES e
rvient le TUBERCULOSE. Ce produit jouit dune
dputttion UDivi r.-r |p, "
SOLUTION WATEBBBRY :A base de Crosote et de
Gsiacol, Huila d-> Foie de-Morue, DiRestivo Ferrofints, EztSFri
non Permente : llypophosplutea Composs, Extraits de Cerii.5'!
tus, bubstance AiotD8iiqu ^euae.m
Mieux vaut prvenir que quirlrl
WATERBUHY CHEMICAL COMPANY
M'tvn vr,,vn.. Ues Moines. Iow .
rOROMD NEW-iOltk NEW ORLKAli
Franck J. Martin
Agenttfh.ral in (ace de la Glacire Porlau-m
Nauvelea Eiranjres
l'Ait CABLE
22 Septembre
PARtS lii raison de .ses impor-
tmtes occupatiocs.h mai.hal Foch
m peutra p.s piendre part a la con
firence de C'avelnod le 2.7 courant.
Le geral F'ayolie, accompagn du
colouel Roquin, repnisentera l'arme
franaise. Ces officiers s'embjique-
ront sur La Sivoie .
HLRL1M La commissioi ioter-
allie en Silsie a dcouvert d'impor
lants dpts d'armes tl de muni-
tions.
RO.VitiUns une interview Gio-
lilti dclara que le* rsultats de la
cenifreace d A?\-les-Kaius ont dpas
se ses pfevisujs LJolitiirJtl''.og: de
Monsieur Millerand.
ROM1- Le gouvernement italien
(ait cooatttfi soa ioteotioa de con-
trla les utiles et ateliers o le tra-
vail s'tait ant par suite du dsac-
cord suiveau entre les patrons tt les
ouvrieis. Cttte mtsure a caus une
excellente impiession et la p'upart
des iablissemeuli ont repus la mar
che iiorm ils
PARIS Les raemb es du parle-
ment qui arrivent 1 Paris se font
tous l'echo du ds r croi>sint de
leurs etcurs dt voir M lliraud ac-
cep ir ii candidature pour lOHinuer
ia politique :i bnham nt entame.
Bourgeois a dfinitivement rctuic
d fi r; candidat malgr l'insistance de
Millerand et de Raoul Pret. Les
journaux pronosliqoeot qu'une im-
poranlo dmonrtratbn parlementai-
re: modifiera l'atiiiuda de Millerand.
L'ajvrea dclare que Uiiaad est 1
Il tte du parti favorable i la candi
dature de Millerand.
PARISLvissetnbje oa ioaale ist
convoque pour yud. 2; :ourant a
1? heures.
VARSOVIE Les polonais conti-
nueut leur .-.va-ice sur tout le fiont
occupant p'usitjurs villes tt faisant
de nomb eus piisenniers
PARIS l:o lepoosc au tU'g'am*
med'A l-s baias pjr Mtileraod et
Ciio.i ti, Lcyd George rpondit qu'il
partag:ait tuiiremect l'opinion que
l'cnUn e ta plus uoite tntre la Fran
ce, 1 l'alie et l'Angleterre est lodis
peus-b e pour la solution rapide des
problmes emopens et le rt-blise
DCBl eooaf'et de la paix ainsi que
la itpiise des leutioni am cales in
lernatiooalcs.
PARIS-Le conseil de la ligue
des nafo.is a adup e 1 unanimit
la motion invitant le prsident de'
nommer une commission qui reeher
criera les antcdents suscepiibles d
datrei le conseil s fin de solutionner
la quebttOn des i^-s d'Aland.
LONSTANTiNQPLE L'arm/e
du gnral Wrangel a ri-pris son of-
fensive vi. t .rieuse P'uaie'irs villes
ont t o.cupes. Trois rgiments
ennemis ont capturs. Li pour-
suite inoeii co tiuae.
PAR S On anuonce par TSF.
l'arrive des dlgus polonais i Ri-
a Vi..vdi;i:#
Une Automobile Ford
et
Un piano
S adresser, aprs 0 heures du
soir tm No 1101 de la rue U.
Avis Commercial
Pendant mon absence M.\M.
mnryKuppfc et Paul Bartoli
auront la ^rucui aUon de ma mm-
son (G, ami Htel de France ) et
signerort oyontement.
P. PATRl/i
Savez-vous
ce qu'on d\
Que le meilleur reronstitti
li sant, le tneillew toniqu\
VIN BEEb M KO A', cm
de viande, quita ei phost
C'est vrai.
Que le W V Si-RiPU\
riche en tannin, contient m
sonnes anmies, latiga^s,A\
blit l'Iiann mie des /onctions
res.
ti'tlt encore vrai.
Uuele 1A t'U, produit
de vgtaux choisis des mot
de la Suisse, trs bon cot
dysp'-psia et les maux de Cesi
donne ceux qui l'emploie
temt /rais et une mine riot
parait que c'est bien vrai
Savant inlormation$, choses qui viennent de fira
vendent chez b. CtlEIUEt
Centrtk'
Arrive
Est erlr hier soir le stc&n
tb ue 1. ligie hollandaise
de Ni w-York et des pons d
avec les p\ssag;r suivants:
Djoie Laiochs, Miia
Sopme Chcntt. Christian M
Gh. Lanceloi, M. P. li'iand,F
chardon, H. Garmant.WauoDi
iul-s Obrosse, Valer.line Vil
A. Ooug.
11 a laiss 1 midi pour W
du Sud et Guraao.
/i,WW'a&'fc.'T. S*:
NOUVEAUX ALAM8
' OEROY FILS f
, >sir 1
fJiDIPMTIOlif'.D!rt*f3
1 V;- '.- .1 - -1-,*',
* mi'h: .< r. f mus **J.
W ''jfK-V'1'* V1*1 ~W* ^* *^_
CE SOIR^ ,.,/
CAMILLBDESM0JIj3
Drame historique e 'Tf
Ducroquet a vol la >
Comique .
Le Mauvais gnie
(i.anddtaraepoi?"nL
Entre G"
-


M MATIN
U
J-. ^ .,
juel
if
A PU
6 :ii Mf (J.i :. ,'fl.
La gOutte WT-CJ '. dur, >. I' r- , -"-T,e ...,.
waaaawran ifmjfue d. .., ,.,.
U out, ,. en ,!nd i.-.;'. .,-,,,,
laciae u ligue e: |-t urtlea
Ce qui InurtBM . .. j- e\^
trtquenttrop frcfrf uHovt,
Il Ir
buter
froid
d H leur faudra en outre, vacuer le trop plata, uu fur
in !.J?eM" '" ?.l1,!n,n*n, ViM* urUJu* Mlurellirncnl
indluoluble, p.r l-urodonal. dont le pouvoir dissolvant,
H fois plus actif que la lithina ei absolument laofftm-
if. a remplac cet!- fltrnfra.
Le .-o eseur Laar.raajx, ancien prsident de l'Aca-
dn:. ; Mdecina > Pal i. |'a -commando dsns son
(f^
uter des bonn.s inosea.a'aUn .| -. ,;. ...
W*A'**t4rv et U ,. ... ,
"c^S!,'r"enU- u"'e^ ''<"' r-.-i --.-. bi o, ,
TRAITijI u U.0T1K, Hua
lihumiti+.nei
Gracttt
A ri irio-Sc Uros
Afortura
N.- -- Ei.Cliat.c-
I. :r. v..- uc de ' tien-
NAL
et ta GOUTTE
Commun,... *:
. -Ctmif g. MtdKlM
.. krtltOOi
Acat'tav. ut, Sclertes
L'OPINION MEDICALE
Adm.nislre l'occasion des tousteet
aigurs dans la goutte, l'UHOUONAX n'a aucun
rtUntissirnenl fliruu, comme le atllcy.
laies, rien de* tOeti Jan* freux, redoutable
parfois, du colchique al Je la colchldine. Les
douleurs pfrdcnt rapidenifni de leur acuit
et la dur-: niTe de la psse est parfait
trs notablement aJ>r|fe
D* Y. MOtUL
Mdecin m.ijor de t cl. m retraite, ancien n>*decin
ors hpitaux de la marine et des colonies
J'a> fait usige de l'URODONAL sur un
tiomn-e d'ge nioven. souffrant d'altauuet
rpte de goutte Le fiaultat fut trs bon
pendant una attaqua g nda ressentit moins de douleur* qu'habituel-
le,,ent et, en continuant la aura, J'.i pu
ronctt'er ou* les attaques venslfni de moins
en ,ii>. i> el .'ri Ul) long IlitervalU de
tanna-
D' Jtci. SLSETiNca, Uasilicino*a.
L'URODONAL rtalist an* Virltoblt imi.
gn* ur\'i;r a. (ce urlqct. lirait et eulatti'.
.......... ...... ; g^y du
^fv^
L'URODONAL nettoie le rein.
la :'j le foie et letf articulations. Il as-
^ii OVfrtit les arti** et vite l'obsit^ '
Cou;(JU:( ^^S4j-,
yNJOU
Le flacon, I" 33 Ir. ; I" flacon-rucluiiK', f 10 Ir. 50
ineU : P*rlet-lui Je moi, Premier Oui, Rose sans fin, l'Amour da.it le Cctur,
L'Anneau merveilleux, f" 38 f.. 50 ; le flaccn-rcclame, I" 10 fr. bO
rttiU : illet, Rose, Violette, Munoso, Jasmin, Cyclamen, Lilas. Muguet,
f" !'> Ir. ; le flacoii-rti:..;u' f'- ij fr. 'M

lif Frauco-Haitien
Agent gnral pour Hati
1720, lim? du Magasin do l'Etat*
>
De La VRAIE
BIRE
La BIRE FRONTENAC est une
bire parfaite, d'un bouquet savoureux, I
dlicieuse et de la mme force qu'avant
la guerre. s.
Elle a le bouquet riche et savoureux si
ncessaire la vraie bire. N
Demandez-la dans tous les htels et *
restaurants. ^4
FRONTENAC TIQUETTE
ROUGE : boisson saine et savoureuse.

FRONTENAC TIQUETTE V
BLEUE: "Spciale", l'aristocrate de
toutes les bires, elle possde une le^
gre saveur de vin. N
. '^
"y
Sr*

k.
..V5
S*t?Mwtf/
Moer.Mu
FRONTENAC
BREWERIES, LTD.

Montral
S

3>
\
Comptoir FKANCO-HAITIEN
Bepraentant pour ia Rpublique d'Hati
1720 Rue du Magasin de l'Etat

commerce JoLCA&yVxsII,
Traction sre et conomique
Us pro rilaj fg de voitures de coiaruer " MAXWELL consid
rcol qu lie f t fait un bon placement en achtent ces voituien. ll
d rtnl que Im Maxwell, dcd seulement rduit leuis dpeLsee, unis
kir largie encore beaucoup d'ennui*-
Ce r est puH riirplercent parce >ngten>pe que !ca auires vctimea ou fonciionneLt plus ooromi
* r ^h iVO ai.' IfM VVIIUIfl V" a-aa bwwm. pr*tit> wwvi /||J|
quemci t.muis parce qu'elles leur eulvent le KOLCi de l'iccerlitude
de u arche et de la livraison.
Qosllfl que toit la besogne a faire, ils savent paifaiteinem que
Mavwell I excutera.
Mur ad & Son
l'O'l au-l'rince, Hati
MAX* EU MOTOR SALES CORtOBATON
WKS1' IND1ES
^dteau Wgropkiqui : svr./ce IixvorUmon
UMCO ~'t, Uroadway, N..*
l de Maltis & %Reprsentants
Four la Rpublique f/'/(ai(i
nef!


Lv, M*TIN
BAZAR METROPOLITAIN
Maison de confiance
Angle des Rues du Peuple et Dante* Destouehet
Nous avons maintenant eu slock
tout ce dont on peut avoir
n-
i
i 131 i
M
besoin dans une maison
Dattes en pots dune livre
Dattes pleines
Dattes en paquets d'une livre
Prunes en paquet d'une livre
Prunes en pots de verre
Jieurre de pistache
Chocolats t Wnitman's
Sunbeam marshmaltrw pour gteaux
Withmari* t
Cerises
Sardines en sauce de lomitede Californie
Toutes tories de jambons
Oignons
Pommes de terre
Souricire
Lunettes pour soleil
Combinaison de crayons et de plaines avec ellace
Acide borique
Adressez-vous au BAZiR M'lROPOUlAIN.et on mus donnera pleine satisfaction
*\.%.-vmm
Vous trouverez des cercueils
tous polis permettant dlivrer
le travail 1 heure aprs.
Guillaume Duchatellier
2101, (irarul'Rue. pr de la (tare dtf Nord
Htel Restaurant
eu
L'Hte) lidauraiil de. IMyenir se recommande |
bon soin ri h ri g larit de son service, le* voyageurs dS-
Pot-auPi ce jr trouveront pleine wuiHiciioii. Pon?*'
vaiuore on n'a <| i passer au Ko 121!) de la Rue Kna.
bureau des 'ajrl)li*i terrestres. Ul P-
Conditions trs avantageuses.
A SYLLA. Propritaire
Grand Htel de Frana
le p/and Htel de France i le plaisir d'anno"or i sa clii I
br. use rt choisie qu'il vient de recevoir par Caravelle dM ;!'''
choix de toutes les qualits u vins de.
Vin rouge Gourdes 0 le ga\\
t blnnc Uarsac Gourdes 10 le asl
Des vins en bouteilles rouges et blancs
Vermouth franais ( Genre
Quinquina des Princes et le fameux
du Cap Corse au quinquina.
Vins mousseux Jt CHAMPAGNE
Lqueurs franaises Marie Brizard
Le tout des prix trs modr
P. P- PATRIZI
la Maison
Paul E. Auxila
RUE DU MiGASIN DE L'ETAT HT TRAVERS
A RBTJ
( HAUSSURES lia es pour hommes, femmss et entants
COR FTS Irarais d^nieis modles ( Ligne normale)
CRETONNES bt RIDEAUX.
PALM-BEACH8 u 1 (JSSORS de Shanlung,
DEN ri'.i l ES v. l.-nc enuces et sur tulle
AI/H brtdte et tmpicement,
! 2'!"!! Mh.'OU,J,e' Hsxs;nces aiveisesJHouppes suprieim
OREILLERS plumex, Mousiquaires,
1) as toilr, coton, Toile a draps,
CHEMISES, Chemisettes, Caleons,
( OUV RE-l 1TS piqu, Couvertures'de lainr,
I Khi E de Chiot C epon de soie, Georgelt,
tOILIS un-set fantaisie, liloffes pour jupes,
KATINi-.S. (iabard ne, Serges cossais Drillf,
MALE! IhS OB VOYAGt, Colliers tantiisie,
RUBANS, Cltvate, .Sweaters, Jupes et Corsages.
H AS e-. ObaOMftte.', en fi* soie, simili, coton,
Chapeau de paille et de laine etc.
Anqle tles^Itues Roux et du ( enU
2 Mdailles d'arejert Exposiion de Bruxelles 19i(
Laboratoire de Chimie Micale j
Droguerie, Produits chimiques et pharmaceuuqu*.
Spcialits franaises et amricaines.
Prparation de toutes ampoules mdicamenteuses st-21
et injectables.
Spcialits. Srum i.vrostnmque simple et ferrugineii
lodhydrarg/re- Srum ue itiorard remplaant les paqi
rcalcifiants de Ferrier et de Robin'
Il.y a toujours en stock : Nevrostheose' Sirop pectonli
Elixir de Peusylvanie. L
Lpnsitaire du FREVEMU]
Reprsentant des Laboratoires 1(
LACTIFEKM.Ferment lactique, contre atlections u
linales et cutanes.
MXi RNK,Soporifique de 1 COBfHptlkwt
Cigare!
La Nationale
Produits de premier choix
Princesse, Encore" LA NATIONALE
Voient chaque jour augmenter leur rputation
Elles rivalisent avec les meilleures cigarettes importa


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM