<%BANNER%>







PAGE 1

J_L nui miiioiiaiffi&.iiiaui^niac.,, .A^.^ito.ii.i^BuaJBiciar:j3r.3iaii!k.:iJLi3 LES PERSONNES ANMIQUES ont besoin de L'Emulsion de Scott qui plus qu'un mdicament est un puissant aliment concentr, productif de sang, forces et bonne couleur. (Demandez toujours Emulsion de Scott) a. fc n> %> N ti _.aic rv a. O" .1 O •— f "3 /> itS.? > u 3 . r _— < a /— %  N u = a < S. 1 r O r. ! j! — C •. %  >. — %  •" sr S* < . S § s. c n !ui*i'jii;,s)!aiiximaamii:iira:B^^ roiiKttMuui'itUimja'.. %  wa ETD S FatRDivers Nouvelles Etrangre OBSERVATOIRE DU PEUT SEMINAIRE COMlCIiS MARTIAL RENSET" NEMENTS METEOROLOGIQUES Lundi 2oSept. 000 foni os de charbon dont les 4,5 on' •'* *'* livrs la b'rarco. BEYROUTH. leun rai Gourand a l'ait son entre Aleo an in lion d une foule en'housia^te acclama 1 In France. PARIS Le consei! de h ligua d< s Dationsa'eit runi erjourdho socs la prsider.c* do M l.on l!ourgpoi<\ L'Angleterre, la Grce,lo Japon I Itaiif. i;i Relgiaue, lo Brtll. I Etpspne la Sude et II Kinlard %  taient reur sentes L^ conseil a exsmio la qaea tion des il? Aland e n pris courais sauce du roprnrt fur l'administra tion <' n Dltftn de la SarrP. ALKP — Le tinr! Gouraud a pro • an l'autonomie de la province d'Alop sou le protcc'o:at de la Le Lieut. Colonel I.ittle Nous prsentons nos sincres souh.iiis de UeB' venue au sympathique Colonel Little qui revient A >on poste *pres une absente de quelques semaine. ix Colonel Utile qui commande Mhel les environs est un officier de grande culture, Je farfaife distinction et un lovai ami de notre pays. Budqet prorog On sait que le Budget de l'exercice iv'ioat n'a pu ne prsent au Pouvoir Lgislatil au court de la dernire session ordlralre. Comme il ne peu y avoir de solution le continuit dans les affaires publique*, le Praideni de la Hpublique, par un arrt publi an Moniteur, vient de proroger pour cet exercice le Budget des Nous et Moyens de l'exercice iy 191920. Brlement Ce matin to heures il a t livr aux flrenies a(>> ooo goutd.s de billets de l'ancienne mission. Comme on le voit le oprations du Retrait marchent activement. Billets de 2 gourdes arrivs Hier, par le S|S Alliant* %  de la Ligne Paaiama sont arrivs 10 caisses de papier .monnaie .menant ensemble >oo oo billets de a gourdes, ce qui donne Utl total de 1 million. |Nomination Religieuse C'est le l're Shtall QIM Mgl l'Archevque s'.ent de nommer Cur de Cabaret. Ancien cur d'Euwry, le !'• Sinais apportera a la cure de Cabaret l mme llC et le mme dvouement qui le caractrisent. Tentative de suicide A j Iteures Maximilicn Laioclie a tent de se tuicide.en se tirant un coup de revolver. La balle se I^V-L dans le sein gauche. Son ri*c-t pas alarmant. On IgnON In cause* de cet acte dsespi. ( Varits ) Franc.*. VARSOVIE— le trial du bulin lait p:r les polonais es: de* etnt mille prisonniers 245 canon 0 et 1,100 mif trailW'iisPS.Ces chitlres sont officiels. PARISLe COOieil dh l gi •: des nations a t reu par la municipalit de Parii.Lfl membres ont rppos leur ligoatore sur le livre d'o MADRID— La cour darsisesc'e Valeocil a co.iJamn M pucl Unarnune, ancien recteai de l'Universit iie Saamanque, 16 ans de piron pour dlitde lse majest. BRi:SL\U— l.a Reischwcir s rendu ce matin les honneurs mih aires devint le consulat d* Pfgaci en pr sence du prsiieut /immer. PAR SANS FIL 21 Sepunbre 1020 i ENSACOLA.Les rorrs des ol liciers victimes d'une coliis'o 1 d':i ropiaaes nmedi deraler, ont li trouvs hier par une compaqiic de recherches oiganise par la Station Navale Arienne PARIS.— Millcrand a accept au jourd'hui a tre candidat lt Prsi dence de la RpDbliqa: succidint DeschaneL VVash'og'on —L'appareil siantog a phe de 1 Univets't de Georget>wa a enregistr aujourd'hui des troubles 1 sismisques ayant eu heu A 5,;oo milles de Washington. Londres— Uoe dpc:!ie de Rame Dpart Tr sU'mfr Amrr • de la i'prp h.o'l r d: ise a ai^ •' hier 3pti>-m ; di ivcc les prssfgers suivants a dslina lier, vie : FORT DE-PAIX— Mm t( Bttrlii P. S W l'irm. S. Maxime, N Csysrd, At?cB un et un enhnt, Melle M. Auguste Mme Ceci ia Ff*er ^t un e:)f;i-t, Mme Sa;;tini et erian: Sceur Lot i Mtion Phi^r publie; € Saut poMwonj afftrtntr mainte' mortours d titres n nient pas encore subir les lenteurs dune commission qui, se lui te Untement t PS %  a • %  *• B g si •J — %  t -o II" S' %  -• %  5-8 a 3 0 5££ IA S 3 • v> •O C* n a rt %  O M S S r w < „ w ro • n ~a c*.1 r -< fi m S n >ri "* * -1 >i, e-, r ~ s Ci c*v < .. : : m a M n m a S i s ro — i. s< U a n -, 3 1J-1 3 H .1 r-r 1>n 3 c: n M /b O C %¡ LEND MFETTES I Ca ^ r ^&Clr^n^P '2 •..s^.., b K, r W Wl)|CW %  Or 9 60 1emillie7 EdESTEVErCt PORT-eu-PRlNCE Varits CE SOIR i^ES MYSTtiRES: DE NEW-YORK 1 '0 Pt '..Me pisodes;* LE MASQUE AUX DENTS BLANHES ii pisode La so : ro d'hier coatrari" par la pluie sera dotlne naiciGii li y sera reprsent C fil* lai US Pan rallie Vous te pri d'assister aux funr. le; d Marie Luce Car il.1 Amiti, decde. biei si ir, 20 S?rtembre cou iaiit a /1 heur s du soir. LYntenement aura litu aujourd'hui 21, i trois heures de releve. Le :onvoi partira de la maison kTOttgaire, sise au Champ de Mat e lltenanfe a Paiisiana, peur ci dte lt Basilique Notre Dame* De la part des poux Tules tJ n-ppd et leurs enfants, des Prul Larjque. des fatrilies Ai_ Rcsrtrond. Toseph, Lcly, Fori] Vii', Lubin, Dupont Day, AugusliD.llugucsCaseosetdel les autres parents. Avis de divom H fft poit la connaissance! sieur loseph Antoine Glaude, ad lement i Cuba qu'une requte] divorce, pifente par Madame! PincKomhe, Monsieur leDoyn 'I ribunal de premire instsocel Port au Princf, a t suivie: corn plissement des foimalits] et que le dit Tribunal a dience du 7 Octobre 1920 mission de la demande tn dii Fat i Tort au Prince, I* ?6 aca* RPAL IL*. z.L.-Wauum--s**-* rii La crise prsidentielle en L 1 railCe. Ait que les dil6:uWs"entre employ's Moiihii'.ui Milletand a visit Mon Rieur Deschanel Rambouillet. Le Prsident a wiiorm v.lilleiaiid de sa dcisiou de prsenter sa dmission %  pour causo de sa sanl et lui a coin musique le message qu'il adressa a cet eftet aux chambres. Milleraud fera connatre cet'e d cisioii i ces COllgOM au conseil de cabinet qui sura lieu demain. Mille tand confrera ensuite avec Mesaieurs Bourgeois et l'eret pour tixer m t J > au,in .s QhOSkDFAJlL CIIFZ LOI li RIVERA PLUS l'L'l ISANt AHl'lSKrTlQUE| .i-i. HtNBN til <:ulr I, : f -.4 \nt


PAGE 1

worzime anne No 3387 Porl"au Prince.IInili Mradi 21 Septembre 1920 DIRICTEOR-PROPRIETAIRE Qment-MAGLOIRE .MAGISTRAT COMMUNAL ^NUMEIO l5cfimiiw G; 200 J moi ilEl'i-ttTiili.WrS p mon fiUANGKh TroiB mou Gi 2 50 • UU lonoBces soni reues au Comptou.InlD al de Publient, y Rui 'liotchtt, Fa : il, a}, Ludgate Hill, Uidrc, |U0 Il 19 Quotidien REDACTION; Rue Amricaine No, 13;>8 Si quelqu'un livrait ton corps la discrtion da premier venu, tu en serais indign. Pourtant, lu ne IOUJJIS poiut d'abandonner ton aine en permettant au premier qui te dit des injures de la troubler et de l'irriter son gr. EPILTKTE TELSPBOMCi'AS Chronique toi W l le rle important qua tlgraphie 6ans I' 1 dans la i guerre. Avec les armes iblesd'aujourd'hui, l'immense \ thtre? d'opration, de communication ou Eirolsiion d'autan ne sont plus itj.Aussi a-ton recouru abou au sans lil, que l'on a exjireaientpertectionn etdont russi liminer, bemblet-il, optai iucuuvnients. _iils guerre russo japonaise, jTis. K, alors presque sis avait largement mise par les belligrants; I ous ceux Iule saisibsuui rcit qu'a (ait de la course la mort de Bti'J Ro'ljestveriBUy, se souisplaintes incessantes ior io sujet des communications nient tbiouihes ut iliisiDosait ce que cela sigmlie. IN parages o les chaug s 11. sont icufs, il anive que • — ou les ondes — s'a* Dise mlent les unes eux rendant les communications lbenibles. Il y a ce que les i appellent une < salade n'arrive p.us aujourd'hui, ni '.rnsui ter.e Car. ;i la suite ses reclieicli js, on a russi mre un appareil qui permet t d'carter plu'ot, les oudas oues vagues t u'appar.epuilcliauge ou la trans que report l oprateur Avec de plas, les appels et M dsvienuent beaucoup Sa parle ion est tille oprateur peu', entrer en corn ""M avec une station des xilomues de d.stauce, %  nnautre appareil de T.S F. bavec une au le s ation, dans le lame loc-1 au PU. woit les avantage — uo siici que la gain de tempa — "ritece progrs. L'appuP'ua, peut contrler lec iujei .llserau trop Bt ici en quoi consistait 81 comment on le cons %  ?• aullira de dire qu'il jJ^Pcher l'ennemi de taT' touto une ^ae a'fupcli.i do percer le la IU Il g a quelques jours de cela nous annoncions le retuur de Mr Brignac le Super-Intendant de la P. C S. et nous disions que pendant son se/our aux Etal CrittA il s'tait occup d'une commande de machines pour la Compagnie du Wharf, la Haytian American Suqar Co et la P C. S. Il a t souvent et juste titre fait beaucoup de critiques contre la l'.L.S. Aoil .sommes Us premiers << reconnatre I utilit publique de cette corn pagnie, aussi nous riavpn jamais cess de suivre cette exploitation d le tra/ic de ses ligne*', nous jiouvons ajjirmer que cette Compagnie qui existe depuis une vingtaine d annes environ a un matriel msuf/isant et un tarif drisoire qui sur certains points mrit dtre modifi. Si nous rclamons la 1'. C S un service plus rgulier, des Cars mieux amnajes, des locomolaes en bon clal de fonctionne ment, il est aussi juste et iquitabls que les Pouvoirs Public* s'occupent de donner celte Compagnie les mogens pour g arriver II est un tait indniable c'est que depuis quelque temps tous les ejfjrts du Co>iseil d administration de cette Compagnie tendent a ce but,c'est pourquoi nous insistons pour deminder une entente enta le Uouucrnemint et la Compagnie dans le but : 1 Q de lIcclri/icatij t di la lui ne des ti'amiuags dont lesgs'niie est dsutt, car il faut bien se rappeler que ce matriel dd'.e •lj de l**ii et que de l avis d s experts, dans aucun pays du monde, tl nest permis de continur d exposer la vie des passagers avec un matriel si us A notre avis c est mme un tour de fone de la part des ingnieurs dt lu Compagnie p iur diriger ce Ira fie; 2 l tlargusem ni de la voie car d est reconnu que la voie troite est uns des^causesdes irrgularits du service, 3 le renouvel'emmt du matriel corresp aidant la nouvelle vo.e ^ standard gage ) voie it 1 ro3J .NOMS cronons que des pourparlers ont t dj entrepris pat le S;rtaire d'Itai da travaux Publia dans ce sjnt i". qu: si laxord inlerri ni un proj t de Modification sera diposi m dt UMII le Conseil d E at. Arpenteur % %  Gomtre Il 15, Avenue |oha lirowu ( Lalue) rideau des prparatifs. Mille mots la muni'. % %  C oU'dire 108 mots U seepude. Cuille Untistique, en vrit. En mors et eur du panier 1 bandes, un a-jprreil tfl ismaitant c. %  t-; vitesse cojvri rat d ix mtrs dj papier CIHJH seoiud-?. Se tlgare-t-03 la rvolauon que pourra appaiter la T. S' F dans le loarutiismi et plus ipoisleraeat l'iaurxtiUOTi, le joar o pareille transmis non pourra se faire rgi hreme.i Une rvas anglaise a fa t, a ce pio iO.-,le calcjl que le coneuu du l\m's 1 %  grand quotiJieu de Londres, avec 'A) ou iJO normes pages de texe serr —pourrait tre tiansmis ant llnei allait pas inain en efl'jt da toi'o la politique suivre IJ^a^d d) Il il> Allait 0.1 par %  ivfer dun lavje librah aaiv'e ngureusemair. depuis 18 >7 ? OJ bien, en justifiant le massacre d'An ritsar et en couvrant le gnral Uyer, voalait-on iMOgortr um re nou velle, oelle de 1a manire forte? (jail y ait eu hsi ation, <|ae la plupait des coa'i looniatee aient abamloim leur chef, cela montre bien et l'cmbirras actuel d- Anglerre. ot les coaraoti Jivera q .1 lagitent et l'iia certitude pnible o elle se trouva au isuj il de la (lg e de conduite quqmposo le danger asiatique. Pour l'Inde, on elle', comme pour le reste du monde, la guerre parait avoir ouvert oœ priode nouvelle ; ou eu tout cas. alla a li.tt l'volution da facteurs qui n'ta.ent gore aupa lavant qi' ltat de gai mesAvec un sons remarquable da l'oppa %  u nit, fortifi pat trois s cles u'exprience, la Grande Bretagne a senti depuis longtemps qu'elle devait lcher la main et taire des cou disions sriausas au na tonalits soui sa domination. Djpaia la gtan. da rvolte da 187, on n'avait pas encore vu ds rforma aussi inipor taata qua celle qui lu: vota par les canmunos on DJcambre 1919. Voici co nuient l'apprcie d'ailleurs |un mioent sjcioogia, danajan livre tri.Approi le dclin de l'Europe* La rforma ne touche pa* uu gouverne meut central qui demeure toujours aux .u ii J du vica voi et du l'arle nimt impiiil Mats elle raout.dns le sans .1 une vritable autonomie, le g ouve.ne mut doi neuf provinces qui possdent dj des conseils lgis lacifs. Do certain nombre dj ques nous deinouteiit soastraites aux asse.nbl^'s provinciales tant qu'elles n'auro 1 pas ac pais une pleine exp rieuce des affaires. Mais oa leur r serve certains dpa;teinmls ou leur comptence u*. leur cou rle pour root s'exercer ; taxa ion provinciale, administration rurale et urbaine, ins trueliou publique,hygine,travaux pu bhes d'ordre jeconJaire.Ces ailaires seiout du resdjitd'unmiaisire.dont les membres devront ire choisis par le lus de l'aBsembie et possder leur confiance. Si l'exprience rus Bit pour ces ailnbutions limites, ou pourra abou ir au self goverument complet. Ainsi mrit et M'labore la solutui dune Inde autonome. On voit qu'il n'y a rien li d J tyian aiqua eiq-ie lit anglais, si expar.s daus l'art de manager les transactions ea mati.'e d'ai.uiniatratio 1 colo iale, seturcent de ta m 1 ire ntf la pi,; ;• Mais il s imbie q te les hab.LinU da 1 Inde souiit ; ; i-as par des Hpraucaa dmasares-Cir une telle concession ira pas m s un ter me l'agitation. Fait grave, le* provinces du Nord Oient, le l'eu n, h Cichmire, ont t particulirement tioub.e. Le rveil du nationalismi musulman, beaucoup plus dangereux que le na tionalisna hindou, ua pajt plu* tre ni. tir, tout cala se produit alors que 1 Asie 1 neneure tout en 1re se ttou va en proie une effervescence crois saute. La l'use, la Msopo.amie, la S/ne regimbant contre la mtiu misa et. a: g e, et trouvent dana lis intii gus bolctivietei un redoutable appui.Oi: comprend que l'Aagleterre siuqaile 11 vaut la peine a examiner ce qaest Plr.de pour elle, et ce qu'elle est pour l'Iode, en mme tenus que les points forte 6t les points faible J de sa d Jininatio 1. On en pourra m:eux iagtr daus quel ami s'orienta l'avenir. Ma gr ld loyalismj de l Inde pen> daut la guerre, m tigr 1 l'aide qu'elle a appor.e, sous loi"an d ; troupes, de travailleurs e: de dons eu aigeut, au c Hadj britannioae. la situatiou il ; 11 •m u grave et il r; l -i beaucoup de d J.,:C-J pour ijuu la solution soit mens biouL. B. L'Amiral Knapp au faillis Nallouai i Hier matin l'Amiral Kuapp a eu une loague entrevue avec le Prsident de la Hpublique. UiQl les milieux b.en informs, ou u .t optimiste, et la certitude se prcise qua le conllit actuel qui avait mo'.iv la convoyt on du Conseil dl.tat est en vois d'arrangement. Nous paitageons cet.e conii .ucc. Parisiana ILUDI CAMILLE DtiSMO JLtNS Ura ua biatoriqa ) eo I actes Du: 03 let a vol la Jaoonba Comique Le Mauvais gnie Grand dtarne poignant Entre G 1.00 Un des petits travers de nos classes intermdiaires c'est de se donner dans la publicit d'avis plut on moins bizarres, plus ou moins saugrenus. Si on savait i quel ridicule on sexpose lorsqu'on livre au pu %  blic ces petits (ails qui ne l'intressent gure, on en aurait pris longtemps son parti et on ne s'exposerait pas a les voir rpter si souvent. Il s'agit ici des avis matrimoniaux, il y en a sur tous les tons et de toutes les formes. Monsieur al-il eu maille partir avec Madame, les mots les plus durs s'changent entre les parties et ce qui s'tait pass jusqu'ici entre les quatre murs d'une enambre vient sans gne aucuae se drouler devant le grand public par unavis intempestif livr 1 un Jno> quotidiens : .le soussign d • clare au pub'.ic ea particulier et au commerce en gnral n'tre plus res ponsable des actes et actions de Mr X ou de Mme Z pour. . incompatibilit dcaractre . cause grave... abandon dj toit conjugal. . svices. . infidlit, etc, etc t et comme sanc ion, la mme pour tous ces avis, 1 attendant qu'une actioo en divorce lui soit intente.• Le public rit et se payi la tte de ces gens sim pic, qui taraient mieux (ait de laver le linge sale en famille. L'avis est rpt trois lois dans une semaine, moyennant finances bien entendu, et une qu.n/ une aprs un contre av.s, toujours ave: de nouveaux Irais apprend ce boa public que lavis est et demeure rapport. . oa a t induit en eneui sur le compte du conjoint. . le toit marital est regagn. . on a t pouss ... on est revenu a de meil eur> sentiments, etc, etc —Nous demandons g'ce de ces avis et contre-avis.A'orsque tout tait toae, le bon public ne savait rien. Une so.te de discrtion entourait les aveux, on se les murmurait i voix basse de crainte que ie voisin ne les entendit tt de crainte que le bonheur ne s'envolt, Que signifiant ces avis et quelle est leur valeur lgale ? Simples sont ceux qui croient que ces avis dlient aussi tacitement que l'on s'tait jur dterneiles amouts Le chemin le plus court-que nous conseillons,c'est celui de la chambre de rtlexion du Doyen, car votre fera m: aura beau contracter des dettes ou des. . liaisons scandaleuses, vous, mari, vous tes personnel ement et lgalement responsable de ses actes et actions. Ses dettes sont vtres, vous tes le pre de* entants de ses amis, lesquels enfants d'ailleurs auront dtoit a votre hr.tage. Eo vrit, croyez-moi, si vous you lez. Vous n'avez qu'une chose faire: accompagn de votre conseil.rendezvous au temple de Thirais, exposez li vos griefs et que, quelques semai ns aprs en parcourant les chroni ques des Triubnaux ou les comptes rendus officiels de la Commune on apprenne, qui la date du .. il a t prononc le divorce de X et de Y et tout sera dit. Clment POTHSu I I I 'Mll l 1 ..-IU La Tension Rouzier ( Mire if si clientle avec son annexe le conlort le plus agrable aux voyageurs. Champ de Mura. I v A


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05220
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, September 21, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05220

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
worzime anne No 3387
Porl"au Prince.IInili
Mradi 21 Septembre 1920
DIRICTEOR-PROPRIETAIRE
Qment-MAGLOIRE
.Magistrat Communal
^numeio l5cfimiiw
g; 200
J moi
ilEl'i-ttTiili.WrS
p mon
fiUANGKh
TroiB
mou
Gi 2 50
UU
lonoBces soni reues au Comptou.In-
lDal de Publient, y Rui 'liotchtt, Fa:
il, a}, Ludgate Hill, Uidrc,
|U0
Il 19
Quotidien
REDACTION; Rue Amricaine No, 13;>8
Si quelqu'un livrait ton
corps la discrtion da
premier venu, tu en serais
indign. Pourtant, lu ne
ioujjis poiut d'abandonner
ton aine en permettant au
premier qui te dit des in-
jures de la troubler et de
l'irriter son gr.
EPILTKTE
TELSPBOMCi'AS
Chronique

toi
Wl le rle important qua
tlgraphie 6ans I'1 dans la
i guerre. Avec les armes
iblesd'aujourd'hui, l'immense
\ thtre? d'opration,
de communication ou
Eirolsiion d'autan ne sont plus
itj.Aussi a-ton recouru abou
au sans lil, que l'on a ex-
jireaientpertectionn etdont
russi liminer, bemblet-il,
optai iucuuvnients.
_iils guerre russo japonaise,
jTis. K, alors presque sis
avait largement mise
par les belligrants; I ous ceux
Iule saisibsuui rcit qu'a (ait
de la course la mort de
Bti'J Ro'ljestveriBUy, se sou-
isplaintes incessantes ior
io sujet des communications
nient tbiouihes ut iliisi-
Dosait ce que cela sigmlie.
In parages o les chaug s
11. sont icufs, il anive que
ou les ondes s'a*
Dise mlent les unes eux
rendant les communications
lbenibles. Il y a ce que les
i appellent une < salade

n'arrive p.us aujourd'hui, ni
'.rnsui ter.e Car. ;i la suite
ses reclieicli js, on a russi
mre un appareil qui permet
t d'carter plu'ot, les oudas
oues vagues t u'appar.e-
puilcliauge ou la trans
que report l oprateur Avec
de plas, les appels et
M dsvienuent beaucoup
Sa parle ion est tille
oprateur peu', entrer en corn
""M avec une station des
xilomues de d.stauce,
nnautre appareil de T.S F.
" bavec une au le s ation,
, dans le lame loc-1 au
PU.
woit les avantage uo si-
ici que la gain de tempa
"rite- ce progrs. L'appu-
P'ua, peut contrler lec et l'operateur reut ta
compte si tBosi on Jus sont
Pr d'autres que par on
; l'autre bout du li ,
"jure. Il peut alors cojpor U
on. r
Jfn, plus que p.rtout ail
'utdes commun,ca'iois ou
Fwsaissions ranios Autsi
jorc d'arrver la limite
l dai:8 ce domaine. Et il
'ur qu' moins d'uue d-
pliant totaiem en, leurs
QdesdpclKs.onnepour
"teindra mieux.
Jff exemple, Woolw.oh
nuis avec lesquels on a
Plus de mille mots U
jetait, SjoutoiHle, l'excjp-
ian alwau ag coin mu
J^ la"gag) miliuue ou
' es uigjntoat et un,
F* Particulier, tpieut dos
.Jia a des mouvements
a cours d une ollensive.
question parvinrent
. Patent re excuts, au
^o* allemands.
rs de leuis ofteniivea,
"ba?rttab:'r co ^uou *'
cirage do sans lil eu
>iujei.llserau trop
Bt ici en quoi consistait
81 comment on le cons
? aullira de dire qu'il
jJ^Pcher l'ennemi de
taT' touto une ^ae a-
'fupcli.i do percer le
la IU
Il g a quelques jours de cela nous
annoncions le retuur de Mr Brignac le
Super-Intendant de la P. C S. et
nous disions que pendant son se/our
aux Etal CrittA il s'tait occup d'une
commande de machines pour la Com-
pagnie du Wharf, la Haytian American
Suqar Co et la P C. S.
Il a t souvent et juste titre fait
beaucoup de critiques contre la l'.L.S.
Aoil .sommes Us premiers << recon-
natre I utilit publique de cette corn
pagnie, aussi nous riavpn jamais
cess de suivre cette exploitation d le
tra/ic de ses ligne*', nous jiouvons aj-
jirmer que cette Compagnie qui existe
depuis une vingtaine d annes environ
a un matriel msuf/isant et un tarif
drisoire qui sur certains points mrit
dtre modifi. Si nous rclamons la
1'. C S un service plus rgulier, des
Cars mieux amnajes, des locomolaes
en bon clal de fonctionne ment, il est
aussi juste et iquitabls que les Pou-
voirs Public* s'occupent de donner
celte Compagnie les mogens pour g
arriver II est un tait indniable c'est que
depuis quelque temps tous les ejfjrts
du Co>iseil d administration de cette
Compagnie tendent a ce but,c'est pour-
quoi nous insistons pour deminder
une entente enta le Uouucrnemint et
la Compagnie dans le but : 1Q de l-
Icclri/icatij t di la lui ne des ti'amiuags
dont lesgs'niie est dsutt, car il faut
bien se rappeler que ce matriel dd'.e
lj de l**ii et que de l avis d s ex-
perts, dans aucun pays du monde, tl
nest permis de continur d exposer la
vie des passagers avec un matriel
si us A notre avis c est mme un
tour de fone de la part des ingnieurs
dt lu Compagnie p iur diriger ce Ira fie;
2 l tlargusem ni de la voie car d
est reconnu que la voie troite est uns
des^causesdes irrgularits du service,
3 le renouvel'emmt du matriel cor-
resp aidant la nouvelle vo.e ^ stan-
dard gage ) voie it 1 ro3J
.Noms cronons que des pourparlers
ont t dj entrepris pat le S;rtaire
d'Itai da travaux Publia dans ce
sjnt i". qu: si laxord inlerri ni un
proj t de Modification sera diposimdt
umiI le Conseil d E at.
ArpenteurGomtre
Il 15, Avenue |oha lirowu ( Lalue)
rideau des prparatifs.
Mille mots la muni'. ' C oU'-
dire 108 mots U seepude. Cuille
Untistique, en vrit. En mors et
eur du panier 1 bandes, un a-jprreil
tfl ismaitant c. t-; vitesse cojvri
rat d ix mtrs dj papier cihjh
seoiud-?. Se tlgare-t-03 la rvolauon
que pourra appaiter la T. S' F dans
le loarutiismi et plus ipoisleraeat
l'iaurxtiUOTi, le joar o pareille
transmis non pourra se faire rgi
hreme.i Une rvas anglaise a fa t,
a ce pio iO.-,le calcjl que le coneuu
du l\m's 1 ! grand quotiJieu
de Londres, avec 'A) ou iJO normes
pages de texe serr pourrait tre
tiansmis tt demie,avec l'appareil en question.
Poor calui-Cl une dpche de 2000
motj est ano p'aieunterie /
Disons en terminant que, durant
U guerre, ou a galement beaucoup
tuoie U question du raccord da la
T. S V, avec les appa eils de ti-
graplue ordinaire. On a russi
tia. stormer en uq rien de temps
la* bureaux lil en otiiees de siiis
lil. L un et l'autre systme, d'ailleuis,
peuvent fonctionner cote Ctl et
parai lment.
Bonne Occasion
Il QOOJ reste quelques paires de souliers caoutchouts de dillientes
gltodeori pour liommes, femmes et entai ta de la marque
Unted States RublesCo
Veiu/. les voir avant qu'ils soient puis.
Pria dfiant toute concurrence.
Unite West Indies Corporation
. H.P. DAVIS, Vice-prsident
En face de la Compagnie Me Donald.
1 propos d'avis
POLITIQUe TRANGRE
Les anglais il
A projos de lt fus lia le dj'Amrit'
sur, dans Ih Cachauilre o le gnral
llycr a eu U mtiu pla't un peu tour
di. U Chambre des Connmes, I au
tre 1 mr, s es', diviss- i'm s'en est
fallu 'que II. Lloyd Qsorgi 83 v t
abindo'm par sa majorit pour
avoir frapp I gnral Dyer le
gouveruement n'a t siuv que pur
l'appoint du parti libral et des c la-
biir mei t.
Ui s-accorde m^r cet vae.
111 ml pir flirmtn''* comme fort im-
por>ant llnei allait pas inain en
efl'jt da toi'o la politique sui-
vre IJ^a^d d) Il il> Allait 0.1 par
ivfer dun lavje librah aaiv'e
ngureusemair. depuis 18 >7 ? Oj
bien, en justifiant le massacre d'An
ritsar et en couvrant le gnral Uyer,
voalait-on iMOgortr um re nou
velle, oelle de 1a manire forte? (jail
y ait eu hsi ation, <|ae la plupait
des coa'i looniatee aient abamloim
leur chef, cela montre bien et l'cm-
birras actuel d-- Anglerre. ot les
coaraoti Jivera q .1 lagitent et l'iia
certitude pnible o elle se trouva
au isuj il de la (lg e de conduite
quqmposo le danger asiatique.
Pour l'Inde, on elle', comme pour
le reste du monde, la guerre parait
avoir ouvert o priode nouvelle ;
ou eu tout cas.alla a li.tt l'volution
da facteurs qui n'ta.ent gore aupa
lavant qi' ltat de gai mes-
Avec un sons remarquable da l'op-
pa unit, fortifi pat trois s cles
u'exprience, la Grande Bretagne a
senti depuis longtemps qu'elle de-
vait lcher la main et taire des cou
disions sriausas au na tonalits
soui sa domination. Djpaia la gtan.
da rvolte da 187, on n'avait pas
encore vu ds rforma aussi inipor
taata qua celle qui lu: vota par les
canmunos on DJcambre 1919. Voici
co nuient l'apprcie d'ailleurs |un
mioent sjcioogia, danajan livre
tri.Approi le dclin de l'Europe* La
rforma ne touche pa* uu gouverne
meut central qui demeure toujours
aux .u iij du vica voi et du l'arle
nimt impiiil Mats elle raout.dns
le sans .1 une vritable autonomie,
le gouve.ne mut doi neuf provinces
qui possdent dj des conseils lgis
lacifs. Do certain nombre dj ques
nous deinouteiit soastraites aux
asse.nbl^'s provinciales tant qu'elles
n'auro 1 pas ac pais une pleine exp
rieuce des affaires. Mais oa leur r
serve certains dpa;teinmls ou leur
comptence u*. leur cou rle pour
root s'exercer ; taxa ion provinciale,
administration rurale et urbaine, ins
trueliou publique,hygine,travaux pu
bhes d'ordre jeconJaire.Ces ailaires
seiout du resdjitd'unmiaisire.dont
les membres devront ire choisis par
le lus de l'aBsembie et possder
leur confiance. Si l'exprience rus
Bit pour ces ailnbutions limites, ou
pourra abou ir au self goverument
complet. Ainsi mrit et M'labore la
solutui dune Inde autonome.
On voit qu'il n'y a rien li d j tyian
aiqua eiq-ie lit anglais, si expar.s
daus l'art de manager les transac-
tions ea mati.'e d'ai.uiniatratio 1
colo iale, seturcent de ta m 1 ire
ntf la pi,; ; Mais il s imbie q te les
hab.LinU da 1 Inde souiit ;; i-- as par
des Hpraucaa dmasares-Cir une
telle concession ira pas m s un ter
me l'agitation.
Fait grave, le* provinces du Nord
Oient, le l'eu n, h Cichmire, ont
t particulirement tioub.e. Le
rveil du nationalismi musulman,
beaucoup plus dangereux que le na
tionalisna hindou, ua pajt plu* tre
ni.
tir, tout cala se produit alors que
1 Asie 1 neneure tout en 1re se ttou
va en proie une effervescence crois
saute. La l'use, la Msopo.amie, la
S/ne regimbant contre la mtiu misa
et.a: g e, et trouvent dana lis intii
gus bolctivietei un redoutable
appui.Oi: comprend que l'Aagleterre
siuqaile 11 vaut la peine a exami-
ner ce qaest Plr.de pour elle, et ce
qu'elle est pour l'Iode, en mme
tenus que les points forte 6t les
points faiblej de sa d Jininatio 1. On
en pourra m:eux iagtr daus quel
ami s'orienta l'avenir.
Ma gr ld loyalismj de l Inde pen>
daut la guerre, m tigr1 l'aide qu'elle
a appor.e, sous loi"an d ; troupes,
de travailleurs e: de dons eu aigeut,
au c Hadj britannioae. la situatiou
il ; 11 m u grave et il r; l -i beaucoup
de d j.,:c-j pour ijuu la solution soit
mens biou-
L. B.
L'Amiral Knapp au
faillis Nallouai i
Hier matin l'Amiral Kuapp a eu
une loague entrevue avec le Prsi-
dent de la Hpublique.
UiQl les milieux b.en informs,
ou u .t optimiste, et la certitude se
prcise qua le conllit actuel qui avait
mo'.iv la convoyt on du Conseil
dl.tat est en vois d'arrangement.
Nous paitageons cet.e conii .ucc.
Parisiana
ILUDI
CAMILLE DtiSMO JLtNS
Ura ua biatoriqa ) eo I actes
Du: 03 let a vol la Jaoonba
Comique
Le Mauvais gnie
Grand dtarne poignant
Entre G 1.00
Un des petits travers de nos clas-
ses intermdiaires c'est de se donner
dans la publicit d'avis plut on
moins bizarres, plus ou moins sau-
grenus. Si on savait i quel ridicule
on sexpose lorsqu'on livre au pu
blic ces petits (ails qui ne l'intres-
sent gure, on en aurait pris long-
temps son parti et on ne s'expose-
rait pas a les voir rpter si souvent.
Il s'agit ici des avis matrimoniaux,
il y en a sur tous les tons et de tou-
tes les formes. Monsieur al-il eu
maille partir avec Madame, les
mots les plus durs s'changent entre
les parties et ce qui s'tait pass jus-
qu'ici entre les quatre murs d'une
enambre vient sans gne aucuae se
drouler devant le grand public par
un- avis intempestif livr 1 un J-
no> quotidiens : .le soussign d
clare au pub'.ic ea particulier et au
commerce en gnral n'tre plus res
ponsable des actes et actions de Mr
X ou de Mme Z pour. . incompati-
bilit d- caractre . cause grave...
abandon dj toit conjugal. . svi-
ces. . infidlit, etc, etc t et comme
sanc ion, la mme pour tous ces
avis, 1 attendant qu'une actioo en
divorce lui soit intente. Le public
rit et se payi la tte de ces gens sim
pic, qui taraient mieux (ait de la-
ver le linge sale en famille. L'avis
est rpt trois lois dans une semai-
ne, moyennant finances bien enten-
du, et une qu.n/ une aprs un contre
av.s, toujours ave: de nouveaux Irais
apprend ce boa public que lavis
est et demeure rapport. . oa a t
induit en eneui sur le compte du
conjoint. . le toit marital est rega-
gn. . on a t pouss ... on
est revenu a de meil eur> sentiments,
etc, etc Nous demandons g'ce de
ces avis et contre-avis.A'orsque tout
tait toae, le bon public ne savait
rien. Une so.te de discrtion entou-
rait les aveux, on se les murmurait
i voix basse de crainte que ie voisin
ne les entendit tt de crainte que le
bonheur ne s'envolt,
Que signifiant ces avis et quelle
est leur valeur lgale ? Simples sont
ceux qui croient que ces avis dlient
aussi tacitement que l'on s'tait jur
dterneiles amouts Le chemin le
plus court-que nous conseillons,c'est
celui de la chambre de rtlexion du
Doyen, car votre fera m: aura beau
contracter des dettes ou des. . liai-
sons scandaleuses, vous, mari, vous
tes personnel ement et lgalement
responsable de ses actes et actions.
Ses dettes sont vtres, vous tes le
pre de* entants de ses amis,lesquels
enfants d'ailleurs auront dtoit a vo-
tre hr.tage.
Eo vrit, croyez-moi, si vous you
lez. Vous n'avez qu'une chose faire:
accompagn de votre conseil.rendez-
vous au temple de Thirais, exposez
li vos griefs et que, quelques semai
ns aprs en parcourant les chroni
ques des Triubnaux ou les comptes
rendus officiels de la Commune on
apprenne, qui la date du .. il a t
prononc le divorce de X et de Y et
tout sera dit. Clment POTHSu
I I I 'Mlll 1 ..-IU
La Tension Rouzier
( Mire if si clientle avec son
annexe le conlort le plus agrable
aux voyageurs.
Champ de Mura.
I
' v
A


j_l nui
miiioiiaiffi&.iiiaui^niac.,,
.A^.^ito.ii.i^BuaJBiciar:j3r.3iaii!k.:iJLi-
3
Les Personnes Anmiques
ont besoin de L'Emulsion de Scott qui plus
qu'un mdicament est un puissant aliment
concentr, productif de sang,
forces et bonne couleur.
(Demandez toujours Emulsion de Scott)
a.
fc
n>
%> N
ti _-
.a- i-
c
rv
a.
O" .1
O
*
f "3
/> it-
S.?
>
u 3
. r _
<
a
/ N
u -
_ = a <
S. 1 r O
r. ! j! "
_ C
. >.
" sr S*
< .
S s.
" c
* n
!ui*i'jii;,s)!aiiximaamii:iira:B^^
roiiKttMuui'itUimja'..
wa
ET-
D S
FatRDivers Nouvelles Etrangre
OBSERVATOIRE
DU
PEUT SEMINAIRE
COMlCIiS MARTIAL
RENSET" NEMENTS
METEOROLOGIQUES
Lundi 2oSept Baromtre 761 7
Temprature
I
J mini
num 21 )
[ maimum ||,a
Moyenne diurne 26 o
Ciel un peu DUfgeui jusqu' 5
h, et couvert ensuite.
Pluie d'or;ge sur le lieu -, kl
40 m.
Pluviomtre 12,6 mm.
Baromtre contant.
J.SCHERER
21 Septembre
pap cabi r.
PABIS l.'Aliom:'/no u remis aux
allis pendant l* trois d'aot 1.'.*7r>.
000 foni os de charbon dont les 4,5
on' '* *'* livrs la b'rarco.
BEYROUTH. leun rai Gourand
a l'ait son entre Aleo an in lion
d une foule en'housia^te acclama-1
In France.
PARIS Le consei! de h ligua d< s
Dationsa'eit runi erjourdho socs
la prsider.c* do M l.on l!ourgpoi<\
L'Angleterre, la Grce,lo Japon I Ita-
iif. i;i Relgiaue, lo Brtll. I Etpspne
la Sude et II Kinlard taient reur
sentes L^ conseil a exsmio la qaea
tion des il? Aland e n pris courais
sauce du roprnrt fur l'administra
tion <'n Dltftn de la SarrP.
ALKP Le tinr! Gouraud a
pro an l'autonomie de la province
d'Alop sou le protcc'o:at de la
Le Lieut. Colonel I.ittle
Nous prsentons nos sincres souh.iiis de UeB'
venue au sympathique Colonel Little qui revient
A >on poste *pres une absente de quelques semaine.
ix Colonel Utile qui commande Mhel
les environs est un officier de grande culture,
Je farfaife distinction et un lovai ami de notre
pays.
Budqet prorog
On sait que le Budget de l'exercice iv'ioat
n'a pu ne prsent au Pouvoir Lgislatil au
court de la dernire session ordlralre.
Comme il ne peu y avoir de solution le con-
tinuit dans les affaires publique*, le Praideni
de la Hpublique, par un arrt publi an Mo-
niteur, vient de proroger pour cet exercice le
Budget des Nous et Moyens de l'exercice iy 19-
1920.
Brlement
Ce matin to heures il a t livr aux flre-
nies a(>> ooo goutd.s de billets de l'ancienne
mission.
Comme on le voit le oprations du Retrait
marchent activement.
Billets de 2 gourdes arrivs
Hier, par le S|S Alliant* de la Ligne Pa-
aiama sont arrivs 10 caisses de papier .monnaie
.menant ensemble >oo oo billets de a gourdes,
ce qui donne Utl total de 1 million.
|Nomination Religieuse
C'est le l're Shtall QIM Mgl l'Archevque
s'.ent de nommer Cur de Cabaret.
Ancien cur d'Euwry, le !' Sinais apportera
a la cure de Cabaret l mme llC et le mme
dvouement qui le caractrisent.
Tentative de suicide
A j Iteures Maximilicn Laioclie a tent de se
tuicide.- en se tirant un coup de revolver.
La balle se I^v-l dans le sein gauche. Son
ri*c-t pas alarmant.
On IgnON In cause* de cet acte dsespi.
( Varits )
Franc.*.
VARSOVIE le trial du bulin
lait p:r les polonais es: de* etnt mille
prisonniers 245 canon0, et 1,100 mif
trailW'iisPS.Ces chitlres sont officiels.
PARIS- Le COOieil d- h l!gi :
des nations a t reu par la munici-
palit de Parii.Lfl membres ont rp-
pos leur ligoatore sur le livre d'o ,
MADRID La cour darsisesc'e
Valeocil a co.iJamn M pucl Una-
rnune, ancien recteai de l'Universit
iie Saamanque, 16 ans de piron
pour dlitde lse majest.
BRi:SL\U l.a Reischwcir s ren-
du ce matin les honneurs mih aires
devint le consulat d* Pfgaci en pr
sence du prsiieut /immer.
PAR SANS FIL
21 Sepunbre 1020
i ENSACOLA.- Les rorrs des ol
liciers victimes d'une coliis'o 1 d':i
ropiaaes nmedi deraler, ont li
trouvs hier par une compaqiic de
recherches oiganise par la Station
Navale Arienne
PARIS. Millcrand a accept au
jourd'hui a tre candidat lt Prsi
dence de la RpDbliqa: succidint
DeschaneL
VVash'og'on L'appareil siantog a
phe de 1 Univets't de Georget>wa a
enregistr aujourd'hui des troubles1
sismisques ayant eu heu A 5,;oo
milles de Washington.
Londres Uoe dpc:!ie de Rame
Dpart
Tr sU'mfr Amrr de la i'prp
h.o'l-rd: ise a ,ai^,' hier 3pti>-m;di
ivcc les prssfgers suivants a dslina
lier, vie :
Fort de-Paix Mmt( Bttrlii P.
S W l'irm. S. Maxime, N Csysrd,
At?c- B un et un enhnt, Melle M.
Auguste Mme Ceci ia Ff*er ^t un
e:)f;i-t, Mme Sa;;tini et erian: Sceur
Lot i Coxa-vis Melle Edith Stors',
O. P. loues, i:. Stempel, |h. Guy
Clarle-.
f e rgl&ment de
notre IleHe
Intrieure
Noire co1rhi I 0 Couner -uSoir,
da* <)> Mtion Phi^r publie;
Saut poMwonj afftrtntr mainte'
m queet un de la D Ile nlirievre, d'une
source trh certaine noue avons apprit
qn nne Commis ion va tre iriHtue
pour Li rvision le cette dlie et ta li-
'l uidation,
S'lre 0 nfrire promet de fournir
ibientt des rentuignemenl* plut amplet
et plue prdi ce su/et
RouhaHont que celle information
| soit vraie et que nos intressants i>or-
tours d titres n nient pas encore
subir les lenteurs dune commission
qui, se lui te Untementt
PS a
* B
g si -
J
t -o

II"
S' -
5-8
_a 3
0 5
ia S 3
v>
O C*
n a
rt O M
S S r
w <
w ro
n ~a
c*- .1 r -<
fi m S
n >ri "* *
-1 >i, e- -,
r
~
s
Ci
c*v
<
..

:
:
m a
M
n
m
a
S *
i s
ro i.
s< U a
n -, 3
1- J- -1 3
H .1 r-r 1>-
n
3
c:
n
M
/b
O
C
? lend
MFETTES I
. Ca^r^&Clr^n^P '2
..s^..,bK,r,W.Wl)|CW,
Or 9 60 1emillie7
EdESTEVErCt
PORT-eu-PRlNCE
Varits
CE SOIR
i^ES MYSTtiRES:
DE NEW-YORK
1 '0 Pt '..Me pisodes;*
LE MASQUE AUX
DENTS BLANHES
ii pisode
La so:ro d'hier coatrari" par la
pluie sera dotlne naiciGii li y sera
reprsent
C fil* lai US
Pan rallie
Vous te pri d'assister aux fun-
r. le; d Marie Luce Car il.1 Amiti,
decde. biei si ir, 20 S?rtembre cou
iaiit a /1 heur s du soir.
LYntenement aura litu aujour-
d'hui 21, i trois heures de releve.
Le :onvoi partira de la maison
kTOttgaire, sise au Champ de Mate,
lltenanfe a Paiisiana, peur ci
dte lt Basilique Notre Dame*
De la part des poux Tules tJ
n-ppd et leurs enfants, des
Prul Larjque. des fatrilies Ai_
Rcsrtrond. Toseph, Lcly, Fori]
Vii', Lubin, Dupont Day,
AugusliD.llugucsCaseosetdel
les autres parents.
Avis de divom
H fft poit la connaissance!
sieur loseph Antoine Glaude, ad
lement i Cuba qu'une requte]
divorce, pifente par Madame!
PincKomhe, Monsieur leDoyn
'I ribunal de premire instsocel
Port au Princf, a t suivie:
corn plissement des foimalits]
et que le dit Tribunal a
dience du 7 Octobre 1920
mission de la demande tn dii
Fat i Tort au Prince, I* ?6 aca*
RPAL
il*. z.L.-Wauum--s**-*
rii
La crise prsiden-
tielle en L1 railCe. Ait que les dil6:uWs"entre employ's
Moiihii'.ui Milletand a visit Mon
Rieur Deschanel Rambouillet. Le
Prsident a wiiorm v.lilleiaiid de sa
dcisiou de prsenter sa dmission
pour causo de sa sanl et lui a coin
musique le message qu'il adressa a
cet eftet aux chambres.
Milleraud fera connatre cet'e d
cisioii i ces COllgOM au conseil de
cabinet qui sura lieu demain. Mille
tand confrera ensuite avec Mes-
aieurs Bourgeois et l'eret pour tixer
bras.
Le conseil des ministres dcid
de convoquer les chambres pour
entendre le message de Ucschanol
mardi prochain. Les amis de Mille-
isnd s'etforcent de tane revenir le
Prsident du conseil sur sa dcision
de ns pas accepter la candidaluie
prsidentielle Le Matin dit qu au eu
tVlillerand n'accepterait pas tre
candidat.la lutte serait ties rude en-
tre Jonart et Raoul fret.
Millerand a expos se collgues
du cabinet les taisons qui I obligent
refuser la candidature Pi essen-
tielle il daire continuer 1 ouvre
i dtnimsliahve commet ce comme
I rsident du conseil,
e". ttavaillcurs de mtaux prirent In
samedi soir, et qu'o 1 lai arriv a
une entente sur tous la; points ex-
ceptv sur le doit de disposer des
travailleurs.
La Pologne et la Russie se sont
accordes luopendra l^s hostilts
pendant l'enqute et la dcision du
rapport par le QODIill do 11 L'g'ii
des Nations-
NEW-YORK. Ld-vin Fischer,
l'ancienne toile du Ternis Mtro-
politain arrt llamiltom Ou'ario
dans la question de la csrte poatale
avertissant l'explosion du Wall Street
est arriv ici ce matin pccorapsgn
par des dtectives de New-York et
de llamillor.
Il parait que sa strur deux jours
avant l'tsplOsioOi avait demand
la cour que son hre Bdwin fut en-
voy dans une maison de sant et
que sa demande lut trjete.
BAZAR METROPOLITAIN
<:
mVt li
Panamas/
r-.'i^- .
rt RIAtAI '-L- ,
;
..lion.

Mil' au, I ' '" :
eUCKISON t fT-i.-'i.-. r.ir i < it r_
*-^aStJ
'A

1 A I V
'.;.-:>
m
t
J>au,in .s
QhOSkDFAJlL
ciifz loi li rivera
PLUS l'L'l ISANt AHl'lSKrTlQUE|
.i-i. HtNBN til <:ulr
I, : f -.4 \nt a u tout <^ bQ olOOrni"" pa' J,ur
-Ai'llODOL INTERNE
Il 1rs i'''-
iison de confiance
Ingle des Unes du Peuple et Dants Destouehei
Nous avons maintenant en stock
tout ce dont on peut avoir
besoin dans une maison
Dattes en pots d'une livre
Dalles pleines \
Dattes en paquets d'une livre
Prunes en paquets d'une livre
Prunes en^ipots de verre
Beurre de pistache*
Chocolats t Whitmais
Sunbeam mur*hmallow pour gteaux
fVithman** *
Cerises ] # .
Sardines en sauce de tomate de CalH^rnW
Toutes sortes de jambons
Oifjnons J
Pommes de terre
Souricirei
Lunettes pour soleil e
Coinbiuaison de crayons et de plumes avec eu
Acide borique
Ad rasez-vous au BAZAR MIHOPOLIIAIN et on vous donnera pleine saMI^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM