<%BANNER%>







PAGE 1

Lh M"riN Faits Divers Nouvelles Etrangres Communiqu Septembre. r-'idcle u cette loi organique, le Conseil Communal de cette ville s'est runi Mercredi soir et a examine, discute et vot le Kudget de la Commune de Port-au-l'rince pour l'iixercice 19.0 ai. K|A cette laborieuse sance ou les Ixmseiilers ominique.Ernest c. Antoine, Sorav, Oupiess\, l'ainson, uventure prirent tour a tour Ja paro.e pour dtendre les interuj des contribuables assistait Monsieur le Major li. 1-. Hickey, Officier Conseil de la Commune. Convocation Les membres acti!>,adhrentset d'Honneur des deux sections ainsi que 1rs anus de l'Association Mixte de l'Œuvre Cnrtienne sont pries d assistar la sance solennelle qui seia donne Dimanche 19 Septembre courant a 9 heure, du matin a 'occasion du qui.i/ieme anniversaire de lins. lallation du Prsident d honneur Monsieur jrmie. La confrence d usage qui sera prononce par le Docteur Bmm. Jeannot a pour su|et : La gnration qui grandit et son adaptation a l'actualit mondiale. Le Prsident Beratiui Laventura Une bonne nouvelle Des lettres arrives hier annoncent une bai^-e sur toutes les provisions alimentaires a NeVork. 11 laut esprer que bientt cette baisse ait une rpercussion sur les produits similaires eu Hati. Manœuvres de pompiers Hier aj>res-imdi, le nouveau commandant de la Compagnie des Kompiers accompagne uu Conseil d'administration et de la garde permanente auxquels a taient joints d'autres pompiers en exercices ont t laire des manca mes eu portail de Logane. Toutes les pompes taient mises en jeu. Ces manœuvres ont donn d'excellents r.ultata dont entre autres le major Hickey flicita le commandant Dgand. En 1 honneur de, N.D. de Lameroio Depuis hier a commenc en l'Eglise Site-Ame la ncuvaine en l'honneur de.N.H. de Lemercle. Des messes b.is> sont dites chaque matin a S heures 1; dans cette ^glise eu le z 1, jour del lte il y aura messe chante .1 6 heures. 17 StpfcmbirHAK1S Le Petit I aiisitm dit que la France tt la Belgique lenient dis pose coder une partie du cliar bon allemand l'Italie pour l'aider dans la crise actuelle. GENEVE. La crmonie de Tincu ^uration du monument lev la mmoire de l'aviateur Chaviz a eu heu ; u JOUI -J hu. Les aviateurs de plus de dix nations dillrentes y ont pus part. CONSTANTINOPLELe gnral Wrangtl annonce qu'une urigade liolchviste y cempus son tat major a t Ctpiur dai:sj la province de Kkatermslav. ; A IX LES BAINS, Apis l entrevue de cet aprs midi avec Uioliiti, Mille rand reut les reprsentants de la presse auqieis il dclara que les conversations avec le premier minis tte armais avaient tte trs cordiales. L'accuid de la France,;de l'Aogltler re et de 1 Italie est jug indispensa bie pour miinienir la paix du mon de et 1 excution des traitsAu eu Jet de la Hursie. Mr Milierand dit que bien avant sou aiiive au pou voir les allis avaient tu.ee une I;, %  e suivie. Il repte que 'a Franco ;.o veut pus de propagande Bolchevik e sur ton ternioiie.A propos de l'Adri atiqOfl Monsieur Milierand es mu que,tous ie8 ellorts doivent lenaie; i\ peisuader les Italiens et lea YougO Slaves de la ncessit de liquider les questions litigieuses entre eux et pour le bien des deux peuples. Au sujet do la couereuce de Ueuve Mr Milierand a dclar que l'ouverture des travaux lixe au beize eat main tenant impossible avat-t la coulren ce de Bruxelles. Il est donc noces saire d'ajourner la confrence de Genve ei peut tre mme la supnmer. Dollar 13.34 Remerciements La iamille Hd. Lksca et tous les autres paier.ls et allis remercient lous les amis de Saint Marc et des atlres villes qui leur ont tmoign leurs sincres allchons TOCCUMOU de la mort de leur ugreit Edouard Clesca. Ils leur prsentent Texpiession mue de leur vive grt.tude. Saint Marc 10 Septembre 19M r • %  i\ [Our BOM cas-talM d uomolta par I • L— — J \ poMMA:>K DU OOCTEUt 2 "LOit 1 Kl Tl/Br KCKM.VNT btlli. J / •rFL'yRLTE — CGKMOOilE DONNE TOUJOURS UN RSULTAT I Latara'olr OUPR. 85, n:e Ch;rl. S-LJIIU:I REDUIT <8r Parl-nu-Princo : Aie. PETRUS le Conseil d Administration de la Compagnie des Pompiers Libn s de la Capitale pe liit le devoir de dcla rer tjue la Commission qa'il a dci d de former ea Farco du 18 eu cours a pour mission d'enquter purement tt limpUment ittT la disparition des quipemen s do la dite Compagnie T. Il n'entre point dans se* i' ten'ions en prenant celte mesure adtuini tralive qui limpoaalt dil-oisser ni les honorables m-mbres de l'an cicn Consed d'adimuistraiion de Mr. I.uders Moie qui ont eœpoit avec eux l'efcUme tt la rtconnaissance de la population, ni cetx de l'anciinne CommibSion prside par Mr G. II. Jacob e qui ont rendu des lerviCGI appiciables IOBQVM des l'om pier8. 1.000 dollars gosier Avis ".;Mad.;me Veuve Edouard Clesca. en^on nom et aux noms de esfiljci et lils mineurs, et Messieurs Mau r ice el Iranck Clesca eu leur/ roin p.opie, t-us agissant comme hritiers de leu Ed. Clesca, leur poux et pre dcd, d'un commun accord, ne changeant en rien le cours rgulier des atlaires de la maisoa d. Clfsca Saint Marc, donnent et conlirment la direction gnrale dej ulbires de la maison Ed. Clesca, a-titr d'associ grant Mr Mauuce EJ. Ciejca. La Maison EJ. Clesca poursuivant son couis habituel d'altaires prend la rouvelle raison sociale : M. Ed. Clesca & Co Successeurs de Ed. Clesca Saint Marc, le 13 Septembre 1920 Les Successeurs de Ed. Clesca M. Ed. CLESCA i\ Co Teiie est la valeur qu? la mr'on EVANS SONS LESCHER iv WEBB de Liverpco! :.'e.?^age i p;yer i la persoane qui tablira de manire 11lfu able que les Pas'.illes Evan. ne sont pas Ici meiKtuies dans le mon de entier pour la gurison rad cale et instantane des cas les plus cbsti ns de Rhanic, Toux, Hnrouement et dei affections de la gorge e;i gnra!. N'attende/, pas que l.s maladies dont la toux qui VOUS agite e r -t le symplme dgnrent en nul-dies pu raonaires. Toute personne qui Ire'quer. e les cinmas, (OUI piolcsstur d'cole tt tous ceux qui sont ...:,.:.: i \ivie dans des igglomtatioDS on qui sent uposs a ues changernenis biusi;uts de tempeiaiu.'e do.\tnt tie nuans d une boite de Pastilles Evsns.— Demandez en votre pharmacien, insis es au pie; ce lui jusqu' ce qu'il vous en louinir.se'. Menaciz le, au besoin, de lui tei vette clientle Les Pastilles Evans sont le mede cin qui soigneia \ctre famillesaos relamer d'honoraires. Elles soit excellentes peur les enki.ts. Mod d emploi : 5 1 10 pas'illcs pr.r jour. Prix de la 1 ci e : 2 : oirdes Eux spcial peur les uJ;as in gios. W. QU1NTIN WILLIAMS b.it.t MJ;C Seul :> pssutar.t en lia ti La lie vue de Genve Voulez, vous suivie l'histoire de la Grmde Gurie, U marche sur Piris et la batailic de li Marne pal le G nral Von K'.u.k ? Lisez la Revue e Genve pno dique auquel colLbo-e I s crivains les plus itrmaq'-iables de tous les pays Publiera dans ses premiers num ros : romans, nouvelle a, articles et tudes de Mauiice Bah ta, lleniy de Rej.;nicr, loseph C^nnd, Eenero tte Tour IJUS ies rtusei^nementj con cernant la vente et ies abcunerr.enis s'adresser a Mr lieniy Ambuid au Mai^asin L'esse Monsanto Ssa*"*Mouvement maritime Est entr hier matin le steamer c Gen. Gtethals de la ligne Panama, venant de New-York avec JS tonnes de marchandises, 109 sacs de correspondance et les 4 pasragers suivants : Walter G. Dugger, G. DaccaireL Lieutenant l-'riedraan, L. Labis. U a laiss hier soir pour Cristobal. "•—Le steamer tOtb de la ligne hol'andaise a laiss New-York le 12 courant via les ports du Nord. U est attendu ici probablement le 21 courant et laissera le mme jour pour Petit-Goive, lrmie, Oyes, Aquin, Jacmel, Curaao et 1 Europe-. Varits CM SOI H j_.ES MYSTi-RES DE NEW-YOBK 15e et 16e pisode ; LE MASQUE AUX DEMT3 BLANHES Je pisode Entre G. 1.00 Kg. •6 ; a o m M Si %  KN -< S — I C/3 t • ^ R s: s. %  g 3 S H -s Ci. •* i* r^. ,_. ft. •n 0 '--• u. A05 __ 0 ^ c %  T ^ Ci_ - n> •j> C^ •— R co !/> -t :. s % %  i %  & C * •a ^ •E et 5 S ^_ .OJ a •* —_ — o ~. 3 £ ~ • -& '— Ci S" o sssa^a. S' I 3 GMBH Or 8.COie millier EdESTEVE&c PORT-au-PRINCi r. lucarnis ET Les Convalescents Il anive n nllitureuftinent chac nous de tomber malade pour un plus ou meina lon^ et dVtre ainsi de garder le lit ou !i chambre. Au hou: d'un coi!tii:i temps, la m. est passe; rnHis on reste puis, saat tt sens epplit. on se trame du lit leuil. du latte ml au ht. Cet itat [eu longer pendtfnt loigttmps, C'est pr inewi a'o s qu'il importe de donner convalescents, de temps autre, on de "Wincarnis De la sorela Ci i tique, coi sculive une ma!ad ; e peut Ont considrab.eraent courte, vite Voulez vous essayer de rdoul quelques JOUIS uneconvalescence qa lemp."crdmuirc, durerait plusieurs sema Fuites uu essai de WLNelAIINIS. Aliment idal du convalescent, i d'extrait do malt, extrait da viande \ieux l'orto, le II LNCAh.NIS vous too par la rapidit) de ton action, C'ett le coup de louel, le Eiimulant BBire au %  %  :\<,; et i'eetomac aprs maladie. Apptit, bonn 1 d.gestion et vig-reur u. itsuituta luauitfdiate de ce iraitemeot a domicile'. B ^ttiaf* •jie "' e >rai recoLsiiiuanl naturel, dli lllCtA *tlo s .icLulaul, viviliaiit 01 loriiliantt verre dnniie une nouvelle vigueur et auieuoie la s>anlKecomi d uar p!u< de 1UUM indeciusPrpare par COLEMAN&GQ Aoglle.fe. Lpul gnral chez iranck J. Martin Agent pour Llaili,— Port-au-Priuce Sor l'ordre das S^quebtre? Li(juidateurs. paitirdu 90 (vingt)Septttn bre courant, li l'harinacie Centrale resteia ouver.e tou9 les jours, le dimanche exctpt, de 10 (dix)hcures midi. Les produits toxiques ne seront vendus qu'aux personms uutorisoes les revendre, mais les entre el les spcialits seiont livrs n'importe quelle personne tt par n'importe quelle quantit. Seuls seront mis en vente les pro duits reconnus bous. Peil*an?Prioce;le loi Sept^rr lue 1 Lu Squtitrei [Auidateun 0. SGAHFA es A. J. MAUMUiij Docteur HYSON MM Grand'Rue A cot de Montbrun Elle Cousuttations de 7|| lires .a. m. et de 3 5p. Tous les jours di m anche e xceptj lihumcs anciens et rcent, f Toux, Broncto SonLjaJicament guria par la SOLUTION WATER Z 1 ,!-^ UbHY : nui donne des POUMONS ROBUSTES et 10^-ff: prvient la TUBERCULOSE. Coproduit jouit d.une; lepitiation universelle. SOLUTION WATLUBBUY :A base de Crosote et de ^, Gaiacol, Huile de Foie de Morue, Digeative Ferments, ^ l ^ff l, ^Eop non Fermente : Hypophosphitea Composs, ExtralJ M W" a > tup, Substance Aiomaiiqu •Mieux vaut prvenir que guen WATERBURY CHEMICAL COMPANY Des Mo.ne. Jg^ TORONTO NEW-YOBK NK> *S Iranck J. UarW Agent gnral — tin face de la Glacire P r[a



PAGE 1

;.f MATTN <'' *' %  + .•.• I •. Y : Il I V linpatpobt**adh£rnte.'w W/VK : dlicat, consmrVa a f\ I •'•••' %  • unsss, embellit, tfface feu rfd ; %  tAlFPMCir.il [gros MAGASINS 4MOM CRSOs c.-.-lrr Ktassuriea fM /* HY£ s. P-uc de la f'aix. F.VIUS I K -~^ww— %  .>^-'-V*J— ^>-*' •%  • %  • "sr^^ %  r Fraiico-Hailien *40inf gnral pour Hati Jiue duMagasin de l'Etal. Sal tieptica ow tes h8 commandes sont reues n8 aucuns fraie de combinaison Victor GENTIL toedu Magasin de l'Etat No 1731 En coaiIruittOt !a UUFM0B1L&, nos ingnieurs se proccupent toujuuin ..a point du vue sous lequel le conducteur envisage la cluse. Les HaumobiLfetea ont lieu d lie Ile s de l'apparence, do U co.nuiodi^. de la puissance, dd ta solidi et da fonMhnnement 'onomique de leurs voitures. Brefs dtails Type^; de carrosseries. — Voiiurt i" tourisme "> place, voinr* routire '2 places. E'opatt^ment. — 119 'pouces ( v. n M) Cy Un ires. — ojatre, [ondus en un W&I bloc, culaeae diuon tal)': •tf/r*g : 3 1|4 Douces, courte o l ( *J pouces(&HrOrnm) Mise en marche et clairage — Systme lectrique, de deux noitAi. Alluma ie — Par ma^ieto liauie UuniOO, Carburateur. Rglable. Amene de combustible Systme di dpression (de viie) Graissage. — Son* pression, par pompa. Embrayaga. — Do_ type dis^aes sec* t sans graissage )• Sept p'aques. Pneus — SiJx [05mm du type talons; ou 39 x I pouces de ctfs droi sJantes dmontable!. Roues. — lia b lis ( du type ar.illene). Couleur.— Carrosserie. I!eue ou grise. SI VOUS SOUFFREZ Hupmobile TheHUPP MOTOR CAR CORPORATION DETROIT E. U. d'A. I rm$ ilg-apSique Codes employ HUIT DTROIT Lieber A. B. C. Je dition VVKSTERN UNION il (ont VOUS Soigner uiim.-diMIIIV'C haleine, rot. .1 d'apptit, ptretae, sont JciU IHIIUIIC, mauvais I ...t.i.ir.r el Mie, Mnt quel-iuc unt .es dia dcsoires L.IMIWIWI. Lt foi* ett un de organe If plu* I .: .! .'M eorpa humain, ri il ilmjiade une mention toute particulire et LE "SIRQRSSM "ORINOKA" OU MOINE AQUILES 'r '• \ Inqufur InTincMe *\~ toute* lt aflcciioni du I ie. S< i cAusciU -i le i ulut de longues innet d'< KO runents. Il *t bkf 1> i nu de< Int comme le plnl sr. lr plue rapide, -t le plut i .nu. SA il ! %  Bfl > i r1*u toUtet If* lut-iltruir DruSU** rici t f*l.4.rniM il-.— I>i ni^nclex le l\iet. TH C ORMOKA iilARMACAL CO., loc KfW TORK. U. 1 1, • if. '^ *^ \*J X.'^/^JL-P'KJrl^ 1 l.i %  ul l '—"' !J. MmnM e rliumatiamc. BVM Icqu t r.. iJu ..il ;r• atlo(| %  ligue pare que le mainte ressenti! uns de douleurs tiu'hahiiurilement. et. en continuant la cure. J'ai pu r :•: '. •••'•r que V .. .i'.t.. ; • \ • lient de moins %  • is et ec un lonfl intervalle de ', .i i. D* Jeifl SsiriTlNBli, a nasllicanova. LURODNAL rlaUtt un VrliabUiali.r.lv urlque (acide urlque. urattset exalatts LURODONAL nettoie le rein, ic foie et te# articulations. Il as* ... ,, ... soup'it les nrtt^s et vite l'obsit.* Comptoir FRANCO-HATIEN Reprsentant pour ia Rpublique d'Haiti 1720 Bue du Magasin de l'Etat A de Mattis & C,leprsentants Four la Rpublique d'Hpiii



PAGE 1

LE MATIN BAZAR MER0P0LITA1N Maison de confiance Angle des Rues du Peuple et Douts De s touche Chose jamais vue en Hati La Maison vient d'trs dote d'an nouveau syslme qui vite aux clienh li pein d'aller la caisse pour payer leurs achats. Ln disioitif connu tous le n$m 'le C4SR Ci Hlili'Ji (porte espce ) transporte au caissier la note et l'arg ni p%.ur les articles achets 0 ropvoii aux clients le bordereau ainsi que la monnaie. Oulre cela, nous avons reu aussi un grand stock le marchandises nouvelles, parmi lesquelles se trouvent des MluEOGBk PffS, machine top r, / c mettant de tuer aidant de coptes que l'on coudra d'un seul original. Bonbons de chocolat Cruches en verre pour eau Amidon Prunes Poudre de sucre Sirop Karo Pches desschs Argenteries Papeterie Presses pour pomme de terre Moulins viande Colliers pour chiens Cravates pou* hommes trayon imitation aryent Porte monnaie m Vous trouverez des cercueils tous polis p ?r met tant dlivrer le travail heure aprs. Guillaume Duchtellier 2:101, Grand'Rue. prs de la Gare du Nord Htel Restaurant L'Htel lie auranl de, M venir se recommande i b?n soin FI li rg tarif de son service, les voyageurs • :i Po t-au Piirce v trouveront pl^in* satisfaction Prn! vaincre on n'a <| i'a p c S ser au No 225 de la Rue l->>n Sen bureau des l'jtrfphea 'errestres. ^ Condilioi.s trs avantageuses A SYLLA, Propritaire] Grand Htel de Franci Le g-ard Il'el de Fiance a le plaisir d'annorcer sa riI breuse et choisie qu'il vient de recevoir par Caravelle t.. „. fnt I cWx de toutes le. qualits F tavelle des vins de pr l Vin rouge Gourdes 0 fe qall t blunc Bar sac Gourdes 10 le (mil Des vins en bouteilles roupes et blancs Vermouth franais ( r nr M Quinquina des Princes et le fameux du Cap Corse au quinquina. Vins mousseux U CHAMPAGNE Lqucurs franaise. Marie Brizard Le tout ;. des pis trs modr p PPATRIZI La Maison Paul fi. Auxila RUE DU M&GASIN DE L'ETAT KTTRAVEBSIjJ A RETJ rn U rli"? ,iS 1]n \ V CU ornict, femmes et entants, COR IIS franca-a dernier* moc'c'.s ( Lien; normale CRETONNES ET RIDEAUX K normale / iwtS%S H8 i" i;sso S de Shantung, DENT El LhS v I enc tnnees et i Ur uH, AIZH: 1)(,I,C .t empicemeat, ORFl nTS 0 ^"' L7S M nCC -' diveises -'Houppes suprieures UKclLltRS plumes, Mcuiquaiies, Draoa iole, coton, Toile a draps • CHEMISES. < hsmiacttes*, Cilroi r C S' R !'"VT S Fiq ."-' CouVe ures'de lain,, vS'r. "'*• ( epon de soie C-eorge-lr. \01ii S i,r, s et tantaiiie, Etoffes peur ni ne KA I IXi-.S. Gfcbaidine, Serges cossais Dn%' ftSF? !" 'VOYAG, rColl^iiSisle: ui h Crav , 1 "' SW ". Jupes et Corsawi. BAS et OSaotMlicf, eu fil, soir, simili, coton, Ch.-.peau de paille et de laine etc. tarmacie A /;.''* ri PS Bues Rnnx"1 du (ntrl ^ Mfd iiile<5 d'argjrt Exposiion de Bruxelles i9l0( "Imi-Hioifri iU f.hiuiif Mdicale j[ Ui-oguene, Produis chimiques et pharmaceutiques. Spcialits franaises et amricaines. Prparation d-< toiues ampoules mdicamenteuses strilii et injectables. Spcialits. — Srum rvrostnnique simple et ferrugina.'| lodhydrarg/re. Srum ae lllorard remplaant le pi rcalcifiants de Ferrier et de Robin' Il Y a toujours en stock : Nevrostheose' Sirop pectoral, Elixir de Pensylvanie. Dpositaire du PHEVENTYL Reprsentant des Laboratoires Ti LACTIFFH V — F erment lactique, contre alinions ffastro) finales et cutanes. /, WIRIIVR.— Sronrifique de la con*tiDtlnCigar Vatio n aie Produits de premier choix Princesse,Fncore" LA NATIONALE Voient chaque jour augmenter leur rputation Elles rivalisent avec les meilleures cigarettes imports!



PAGE 1

totoitime anne No 'M\ : au Prince,Haiti Vendredi 17 Septembre 1920 piRFCTFDR-HROPRIETAIRE \ m ^ m GLOIRE MAGISTRAT COMMUNAL u M JimO j 5 CENTIMES G: 200 [Œfll DEPARTEMENTS ,11018 iuici> fTRANGEK G. 2O • 700 800 .nonces sont reues au Comptoir Iri £ t P, biicit, 9 Rue Tronche t, Pi. 2i 23, Ludgate Hill, Londre;, Quotidien Le bonheur ne se donne pas : il s'change. REDACTION: Rue Amricaine No, Vd TELEPHOSt: ib Causer.e mdicale La taui udfliBi la faimtle pavillon uape bisse l'organisme, I aliment son secours et jt la nutrition comme un sensation d'abord agrable 1,0 souvenir gustatif, la laun I rapidement, douloureuse. L rside aos le sysime icemral .c'est pourquoi l'ole tabac et d'autres agents. ne encphah, diminuent limem l'apptit. utsupporte mal 1 abstinence: >OQBC (aua^i peu rapaee qu'il areusemeiiL dou au peint iLgesUf), rclame, avec ner(Uiinei.talion lquente.mais iquiutite doit eue pouriftit ja.ll tau', en ttet, ds l'tn[discipliner l'apptit, combinitntipalbies cupiiciieuses de ; e t liabituer cet organe ARONAUTIQUE ET AMAiioN Audacieiu bandits Gendarmerie d'Haili L AYioii in mi noir Un vol d1 cent mille, dollars New "York Plusieurs prsents offerts par le pape ont disparu SpriiiL; Lake Bcacb ( \av Jersey ), aot. — La rsidence d t de M. Martin Maloney, de Philadelphie, un marquis du pape, a d dvalise vendredi soir, pendant que M Maloney se ton • vait SOUS la Proche de sa maison, avec plusieurs d SCS invits, parmi lesquels son ami, le cardinal Gibbons, de Baltimore. Des biioux, de lai^enterie tt diffrents autres ailicles estims d lOO OOO dollars ont t enlevs et jusqu'ici les recherches de la police oui infructueuses. Les dtectives chargs des recherches prtendent qit i moins que les voliuis liaient des complices panai le pe-sonnel domestique de la maison, ils natraient iodes rgulier es, qui ter ont pus os commettre un vol dans une maipour la sanle a venir. son dont i es lumires taient encore tonadulte, l'apptit se rpartit tes allumes. Au nombre des objets volis se trouvent plusieurs prsents o/ltrts par le pale a Ai il a Xlme Miilomv et qu ils considraient comme n axant pas de prix. Un dit que le cardinal Gibbons aurait t lui mme victime du vol, mats le mou trou repas seulement : m'a plus besoin de tuai.,;c croissance, u.uis Rimpielib matriaux d'entretien 1 1, jp\w, a lors, essentiellement au nui le taux de .1 activit suivant ausbi les sais< ns, m, les tempraments. L'hirenseignement ua pu tre confirm. %  acclrant toutes It-s coiubus l'appci'. La nouruture froide devra tre plus [plus abondante que celle de bilieux ont frquemment lioipatient, l'es omuc dans D, comme on dit vulgaue iicjeti iympa,biques cl sden iP Tous les domestiques ont eu questionns. Plusieurs d'entre eux sont dcpws nombre d annes au service de la tamil. le Maloney et lai ri de tous soupons Ils sont unanimes dclarer n'avoir vu Personne rder autour de la maison. Quonju il en soit, des voleurs y ont bien pntr, sans forcer m portes ni fentres [ alccoli r qufcs,' les nervs et ne laissant aucune trace de leur pasIttt l'appela irrgulier et casage. L enqute se poursuit. L'abondance alimentaire et •e des ressources de la € %  %  "" %  %  %  "Il ((moussent peu peu i appo l'u faim; disait un p&uvre au fiipineuu sur le seuil d'un lut A-t-il de la chance. Cet Hripaata le barou;. Le pauttoœffiBDt plus d'tir que le "iconcutne aussi davuntag-; v un coi traste ehoquai l, • .dj par La\oit>itr, l'hon.jouit dur e aboidance ai.19), phytiquement, lui est oie qu u le et que la nam* leg lattes de nos instituIwcialtg, deetinpit plu'.Ot uu %  boiierx/ |illard marge souvent plutt Usine que par apptit cette mesure est d engager les travailleur s Pw: u gouimandiee. comme dpenser leur argent dans les itabhsPcha, eat le dernier lil auquel sements soviet en rendant impossible la Wdu le bonbeur n'exister. formation d la richesse prive. MNrer poirtant et rfrner _____ _~~—— Puants vers ia vie table. ... .... .. mjM Jeot tunestes a cet ge. CbOS te!e(l rauhlUUes ^entretient et se rgle par leurt lixe dans lia repas xKtO.SS aot-On annoi.ce.aujour > %  cents personnes noye li-ins les rcentes Le papier-monnaie n'a de valeu: que pendant un mois Copenhague $ juin.— La Rusue sovitique exi ci intente un ncuveau papier' monnaie de couleur, ia cculeur variant chaque moi. aptes lequel le bttltl n'a plus de valeur. Le tCeniral New dit que le but de on. t inondations qui ia sont produitts a I i!e Sakaliue. P rgulier au prand air muti A hni Nroihrapie suivie de trocdhU1 que qL [Jnee. Unz le8 f ei u, n eH et %  wjets nerveux..l'ingnieuse Pjnets, les alimeu'.s Itoids, J'onnemenls agiables, pour pi souvent, vaincre l'inertie gde mesfi-e Gaster Coravant le repas et quelques gouttes l D5r d'oeuvres, piquauli ut de noix vomique, en temtuie, im ; (1 que les crevettes, huimdisUiuei t auj aravunt, redieaae *. melon, cornichons, peu ront I epp it niouss et objie.11 li^t gard, jouer un 'Ole va SBHB due qusdulieB et vuillturis Conseille aussi avec suc'cs, doivent toi-jouia eorlir de teble avec "e coite. Il no faut jamais un reste d'apptir.C'est la une1 rgla ' pica, uui dvclopicnt d hygine quia sa raison dtre a 'Hpht, pour le rtioer aa haute unpoi.an:e piatique,. fc JoBni u langue est reccu Contre h s fn. pales des dyspepti ^Pii endu.t. il importe qaes et CM ccnv.U.acen ;. je p.es '^'eillaidT.TirbU de bouil prendre dans un dtmi-veire d'eau. "KfMae, pus une heure Docteur L. Vous ne voulez plus de liftratora de guerre ? Vous en avez par dessus la tte ?. Vous pourriez avo r raisor, ma ioi. Mais, si vous savez l'ar glais et que veus preniez p'aisir aux ri':;ls pictls de cet humeur • britannique, de c.tte blague i hoid si particulire, lisez le bovquin oie vient de publier un aviatat r ar \\\.<, l(o Walooslcy, qui a fait comme tel la campagne de l'Est-Africsio. Ccal au dbui de l'an ne 1 e 19K) seu1 rrent que les Anglais st o^u ertnt 1 mvoyer quelques aprareils en Alaqoc dentale. Le /er Fvrier, notre homme, avec son escadrille, dbaiqaait Mbuguni, en p'tine b:oussr. Le commandant du corps expd:tionnaue, en voyant arriver ces ciseaux, tomb.it des nues— par v ympaihic pour eux, sans Hou'e— : — Que venez-vous i. ici ? demandc-t-il Et quel est l'idiot qui veus envoie dans ce pys o il ny a ritn faire pour les aroplanes ? C'omm-nt its aviatturs. L'quipage de Mbtguni s'etlora de prouver 1 ce pessimiste, qu'en dpit de 'a brousse, des pannes et de la chaleur, il tait pocsib.e de faire de !a bonne OUVllge eu Afnque. L'ellet moral des avions iur les naturels tait p od;g'cux, partit il. Les porteurs et les t akans ( ioldats ) de l'ennemi— qui n'avait pas daroplane— dsertrent en maise, consterns par ces oiseaux diaboliques qui du haut des nuges devenaient sur eux bom bes tt llechet e.— qu'on employait tncore a celte coqae.Uo ollic.eralUmand prisonnier dclarait i ce pro pes que si les Anglais avaient ru six ou hu t escadnhts an lieu d'une seule, la campsgne aurait t termine in 1917 dj. Pour nten^ ii r l'Jl.l poduit sur les aviateur?, ^es aviattuis passrent lturs appaiei's r.ux cculcuu criardes et l**tl':oi cm di j cir.tures violentes repiieotai t des ttes de dragon la gncnle rougioyante et aux dent- blanches r.oimes. Ln dpit des tlloils faits par les Allemands pour rassurer Unis aakaiil , ceuxci, i la vue des t dragons volams . jetaient leurs fusils et se dispersaient dans la brousse.Les pcrleurslaisaient de mme avec leurs charges. Le ravitaillement en essence ne fut pss toujours licik11 devint mme un moment donn txtraordinairement dillicile.C la d autant plus que les porteurs indignes jouient plus dune lo s de mauvais tours aix avialeui:. U;i beau jour, p^r exemple, une loite co'orne de ravitaillement en b.rzire atteignait Mbuguni o l'on aiter.da.l avec impatience la picieuse anilt II n'tn restait presque pus. Uii s'empressa donc de taire prendit des b dons apports par la coionne au magasin Puis on paya les porteurs qui se dispersrent plus rapidement que de coutume Au heu de rester en groupes sur la pUce, de faieevdes achats am siore-j de la staticr, ils gagnrent promptement le large. Un ^'expliqua bien't leur hte. Persuads que le contenu des bidons qu'ils transportaient .aient de l'eau potable— qu'on devait faire \.-nir de distances parfois invraisemUn vol d'une oud-ce iuouie a t commis hier un peu avant midi dsns les bureaux de la Schonfeld Manotactniing Ccmpany. situs ru Ne. 71 Nassau l'reet. New Yoi\. Deux individus pntrrent dans les bureaux de la dite compagnie et, aprs avoir lanc une poigne de poivre dans les yeux de M Samuel S:honfeld, prsident, s'emparrent d'un portefeuille contenant des pierles prcieuses d'une valeur de 100, ooe dollars Leur coup 1; t, ces audacieux ban dits prirent la fuite. Lissarl M. S.bonleld tendu sur !e parquet par les coups qu'i's hi avaient assns. Il tait environ 11 heures moins le qoait, quand deux individus se prsen'renl aux bureaux del S:hon teld Company. Le prsident, M. Schonfeld, tait s.tul ce moment. Ils lui dirent qu'ils dsiraient examiner quelques belles pierres qu'ils destinaient i un collier. M. Schonlcld invita les deux hom mes le suivie dans son bureau pi i v. 11 lira d'un colre toit un porte feuille convenant des pierres et diamants, mais, comme il allait (ouvrir n des deux hommes lui lana un vigoureux coup de poing dans 1 esto mac, puis un autre sous le menton En mme temps, M. Schonfeld rece vait une poigne de poivre dans les veux. Aveugl et a moiti assomm, M. Schonfeld s'affaissa sur le parquet C'est ce moment que les bandits, en possession du prcieux coiteeuille, prirent la fuite Des personnes attires par les cris de la victime accoururent, d l'ordre tut immdiatement donn de fermer les portes du baliment. La police prvenue arriva sur les lieux, mais ne put arrter qu'un individu qui vendait de taux billets pour une lte de chant. Hien qu'il ne soit pas souponn d'avoir pris pat i CCI auJacieux attentai, il a t gard la dscOStlloa del justice pour rpondre de sen peu honorable trafic p* blab'.es— provenant du \')assa, ces ingnient tamanti les avaient tranquilement vides i quelques kilomtres de leur point de dpart.Cons ternes de voir que c'tait autre chose, mais allgs malgr tout d'un grand poids, ils trimbalrent les bidons vides jusqu' une petite rivire, peu de distance de Mbuguni. L, ils refirent le plein... d'eau potable / lit c'est pourquoi ils avaient tant de hte i se drober aux remerciements et aux flicitations des blancs du poste Entra deux reconnaissances, M. Walmsley, qui est grand chasseur.ne manquait pas de prendre son fusil et de partir en qute de gibier. 11 lui arriva de se trouver en face de lions quand il cherchait des pigeons pour son souper. En Afrique, on a de ces su;prises. 11 lui arriva aussi bien souvent de se perdre dans la brousse qui est presque impntrable certaines poques de l'anneL;s vtements dchirs par ies ronces, la figure en sang, les mains corches, il regagnait le camp o soi suprieur le iecevait, en guise de panade,avec un bon savon. Sur quoi, notre chasseur, 1 son tour, prenait le sien, se plongeait dans son tub > et jurait qu'on ne l'y prendrait plus. . jusqu' la prochaine lois •' K. GULV.V Avis trs important Tou'es les licences pour port d'armes prenant lin le \o Septembre 1920. ceux qui en sont porteurs sont aviss qu'ils doivent renouve 1er leur permis. Si dans un dlai de jo jours aprs le )o Septembre 1920 ceux qui ont une licence ne la re nouvellent pas, ils seront poursuivis par le tribunal militaire de la mme faon que ceux qui sont en posses sion d armes caches Les porteurs de licences s'adresse ront au Cliet de la Police Port au Prince, et au Commandant du Dpartement ou du 1).strict dans le; autres villes ; ils montreront l'arme dcrit dans le permis qu'ils avaient ob'enu, en donnant les raisons pour lesquelles ils dtmandeut le renouvellement de la licence qui se fera sans aucun frais U semble oppoitnn d'aviser tous ceux qui possdent des armes teu de quelque nature que ce soit, d'avoir prendre une licence pour elles. L'absence de cet'e licence sera considie par les autorits comme une mauvaise intention contre la scurit publique, et un jugement par la Cour Prvotale s'ensuivra immdiatement G. W. EMORY Commandant Gendarmerie d llaili Vu et approuv : F. M. W1SE Chii de la Gendarmerie d Hati Pensyluania Caf Propritaire Mm' Blanche Dpars Crme la glace, sorbet;, Sand wiches, Conserves et toutes sortes de boissons. Allez i cet tablissement situ la rue Pave et pourvu de toutes Us commoiits medernes. Service d'Hygine Ce Service a des raisons suffisantes pour croire que la lv / reivphoide tend intluer plus ou moins dans tous les pays, chez les hatiens aussi bieu que les tungers, particulirement dans les ports d'entre, tel que celui de Port au Prince ou l'entre et la sortie d'individus' sont trs frquentes. 11 y a eu plusieurs cas posa tifs de livre typhode. Parmi les haitiens, il y a eu des cas reconnus par des mdecins de cette localit de livre intestinale, d'inteclion intestinale, etc .. Ces cas, quoique n'ayant pas t dclars des cas de typhoide s'accompagnent de symptmes et de fivre semblables,—quant aux genre et i la dure, — ceux de la typhoide et de la paratyphoide, et devront d sormais nous paratre suspects. C'est pourquoi ce Bureau dsire avertir la population de l'existence* probable d'une infection typhoide et demande que tout cas suspect soit port notre attention. Nous recommandons aussi de faire bouillir l'eau devant servir la bois son, de ne pas y mettre de glace et de ne pas manger de vgtaux noncuits ou des fruits exposs i la contamination. Tous les plats et ustensiles devant servir i la prparation ou i la consomrrat'Xm des aliments et boissons doivent tre lavs l'eau chaude. Prenez vos prcautions l'avance tt vitez une longue et srieuse maladie


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05217
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, September 17, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05217

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
totoitime anne No 'M\
: au Prince,Haiti
Vendredi 17 Septembre 1920
piRFCTFDR-HROPRIETAIRE
\m^m GLOIRE
Magistrat Communal
uMJimO j 5 CENTIMES
g: 200
[fll
DEPARTEMENTS
,11018
iuici>
fTRANGEK
G. 2O
700
800
.nonces sont reues au Comptoir Ir-
i t P, biicit, 9 Rue Tronche t, Pi.
2i 23, Ludgate Hill, Londre;,
Quotidien
Le bonheur ne se donne
pas : il s'change.
REDACTION: Rue Amricaine No, Vd
TELEPHOSt: ib
Causer.e mdicale
La taui
udfliBi la faimtle pavillon
uape bisse l'organisme,
I aliment son secours et
jt la nutrition comme un
sensation d'abord agrable
1,0 souvenir gustatif, la laun
I rapidement, douloureuse.
L rside aos le sysime
icemral .c'est pourquoi l'o-
le tabac et d'autres agents.
ne encphah, diminuent
limem l'apptit.
utsupporte mal 1 abstinence:
>oqbc (aua^i peu rapaee qu'il
areusemeiiL dou au peint
iLgesUf), rclame, avec ner-
(Uiinei.talion lquente.mais
iquiutite doit eue pouriftit
ja.ll tau', en ttet, ds l'tn-
[discipliner l'apptit, combin-
itntipalbies cupiiciieuses de
;et liabituer cet organe
aronautique et AMAiioN Audacieiu bandits Gendarmerie d'Haili
L AYioii in mi noir
Un vol d-1 cent mille, dollars
New "York
Plusieurs prsents offerts par
le pape ont disparu
SpriiiL; Lake Bcacb ( \av Jersey ),
aot. La rsidence d t de M. Mar-
tin Maloney, de Philadelphie, un mar-
quis du pape, a d dvalise vendredi
soir, pendant que M Maloney se ton
vait SOUS la Proche de sa maison, avec
plusieurs d SCS invits, parmi lesquels son
ami, le cardinal Gibbons, de Baltimore.
Des biioux, de lai^enterie tt diffrents
autres ailicles estims d lOO OOO dol-
lars ont t enlevs et jusqu'ici les recher-
ches de la police oui infructueuses.
Les dtectives chargs des recherches
prtendent qit i moins que les voliuis
liaient des complices panai le pe-sonnel
domestique de la maison, ils natraient
iodes rgulier es, qui ter ont pus os commettre un vol dans une mai-
pour la sanle a venir. son dont ies lumires taient encore ton-
adulte, l'apptit se rpartit tes allumes.
Au nombre des objets volis se trou-
vent plusieurs prsents o/ltrts par le pa-
le a Ai il a Xlme Miilomv et qu ils
considraient comme n axant pas de prix.
Un dit que le cardinal Gibbons aurait
t lui mme victime du vol, mats le
mou trou repas seulement :
m'a plus besoin de tuai-
.,;c croissance, u.uis Rimpie-
lib matriaux d'entretien1 1, jp-
\w,alors, essentiellement au
nui le taux de .1 activit
suivant ausbi les sais< ns,
m, les tempraments. L'hi- renseignement ua pu tre confirm.
acclrant toutes It-s coiubus
l'appci'. La nouruture
froide devra tre plus
[plus abondante que celle de
bilieux ont frquemment
lioipatient, l'es omuc dans
d, comme on dit vulgaue
iicjeti iympa,biques cl sden
iP
Tous les domestiques ont eu question-
ns. Plusieurs d'entre eux sont dcpws
nombre d annes au service de la tamil.
le Maloney et lai ri de tous soupons
Ils sont unanimes dclarer n'avoir vu
Personne rder autour de la maison.
Quonju il en soit, des voleurs y ont bien
pntr, sans forcer m portes ni fentres
[ alccolirqufcs,' les nervs et ne laissant aucune trace de leur pas-
Ittt l'appela irrgulier et ca- sage. L enqute se poursuit.
L'abondance alimentaire et _____
e des ressources de la "".....""-Il
((moussent peu peu i appo
l'u faim; disait un p&uvre au
fiipineuu sur le seuil d'un
lut A-t-il de la chance. Cet
Hripaata le barou;. Le pau-
ttoffiBDt plus d'tir que le
"iconcutne aussi davuntag-;
v un coi traste ehoquai l,
.dj par La\oit>itr, l'hon.-
jouit dur e aboidance ai.-
19), phytiquement, lui est
oie qu u le et que la na-
m* leg lattes de nos institu-
Iwcialtg, deetinpit plu'.Ot uu
'boiierx/
|illard marge souvent plutt
Usine que par apptit cette mesure est d engager les travailleur s
Pw: u gouimandiee. comme dpenser leur argent dans les itabhs-
Pcha, eat le dernier lil auquel sements soviet en rendant impossible la
Wdu le bonbeur n'exister. formation d la richesse prive.
MNrer poirtant et rfrner _________~~
Puants vers ia vie table. ... .... .. mjM
Jeot tunestes a cet ge. CbOS te!e(l rauhlUUes
^entretient et se rgle par
leurt lixe dans lia repas xKtO.SS aot-On annoi.ce.aujour
> cents personnes
noye li-ins les rcentes
Le papier-monnaie n'a de va-
leu: que pendant un mois
Copenhague $ juin. La Rusue so-
vitique exi ci intente un ncuveau papier'
monnaie de couleur, ia cculeur variant
chaque moi. aptes lequel le bttltl n'a plus
de valeur.
Le tCeniral New dit que le but de
on. t
inondations qui ia sont produitts a
I i!e Sakaliue.
P rgulier au prand air muti A,hni
Nroihrapie suivie de troc- dhU1' que qL
[Jnee. Unz le8 feiu,neH et
wjets nerveux..l'ingnieuse
Pjnets, les alimeu'.s Itoids,
J'onnemenls agiables, pour
pi souvent, vaincre l'inertie
gde mesfi-e Gaster Cor- avant le repas et quelques gouttes
lD5r d'oeuvres, piquauli ut de noix vomique, en temtuie, im
*;(1 que les crevettes, hui- mdisUiuei t auj aravunt, redieaae
*. melon, cornichons, peu ront I epp it niouss et objie.11
li^t gard, jouer un 'Ole va sbhb due qusdulieB et vuillturis
Conseille aussi avec suc'cs, doivent toi-jouia eorlir de teble avec
"e coite. Il no faut jamais un reste d'apptir.C'est la une1 rgla
' pica, uui dvclopicnt d hygine quia sa raison dtre a
'Hpht, pour le rtioer aa haute unpoi.an:e piatique-
,.fcJoBni u langue est reccu Contre h s fn. pales des dyspepti
^Pii endu.t. il importe qaes et Cm ccnv.U.acen ;. je p.es
'^'eillaidT.TirbU de bouil prendre dans un dtmi-veire d'eau.
"KfMae, pus une heure Docteur L.
Vous ne voulez plus de liftratora
de guerre ? Vous en avez par dessus
la tte ?. Vous pourriez avo r rai-
sor, ma ioi. Mais, si vous savez
l'ar glais et que veus preniez p'aisir
aux ri':;ls pictls de cet humeur
britannique, de c.tte blague i hoid
si particulire, lisez le bovquin oie
vient de publier un aviatat r ar \\\.<,
l(o Walooslcy, qui a fait comme
tel la campagne de l'Est-Africsio.
Ccal au dbui de l'an ne1 e 19K) seu-
1 rrent que les Anglais st o^u ertnt
1 mvoyer quelques aprareils en Ala-
qoc dentale. Le /er Fvrier, notre
homme, avec son escadrille, dbai-
qaait Mbuguni, en p'tine b:oussr.
Le commandant du corps expd:-
tionnaue, en voyant arriver ces ci-
seaux, tomb.it des nues par .vym-
paihic pour eux, sans Hou'e :
Que venez-vous i. ici ? deman-
dc-t-il Et quel est l'idiot qui veus
envoie dans ce pys o il ny a ritn
faire pour les aroplanes ? C'om-
m htibes de } u trea ?. ht les pau-
nts ?. Et l'euence ? lit paiati t: pa*
t.ta.,.
Celte rceplicn chahuieuse n'-
mut re>-nt its aviatturs. L'quipage
de Mbtguni s'etlora de prouver 1
ce pessimiste, qu'en dpit de 'a
brousse, des pannes et de la chaleur,
il tait pocsib.e de faire de !a bon-
ne OUVllge eu Afnque.L'ellet mo-
ral des avions iur les naturels tait
p od;g'cux, partit il. Les porteurs et
les t akans ( ioldats ) de l'enne-
mi qui n'avait pas daroplane
dsertrent en maise, consterns par
ces oiseaux diaboliques qui du haut
des nuges devenaient sur eux bom
bes tt llechet e. qu'on employait
tncore a celte coqae.Uo ollic.eral-
Umand prisonnier dclarait i ce pro
pes que si les Anglais avaient ru six
ou hu t escadnhts an lieu d'une
seule, la campsgne aurait t termi-
ne in 1917 dj.
Pour nten^ ii r l'Jl.l poduit sur
les aviateur?, ^es aviattuis passrent
lturs appaiei's r.ux cculcuu criardes
et l**tl':oi cm di j cir.tures vio-
lentes repiieotai t des ttes de dra-
gon la gncnle rougioyante et aux
dent- blanches r.oimes. Ln dpit
des tlloils faits par les Allemands
pour rassurer Unis aakaiil , ceux-
ci, i la vue des t dragons volams .
jetaient leurs fusils et se dispersaient
dans la brousse.Les pcrleurslaisaient
de mme avec leurs charges.
Le ravitaillement en essence ne fut
pss toujours licik- 11 devint mme
un moment donn txtraordinaire-
ment dillicile.C la d autant plus que
les porteurs indignes jouient plus
dune lo s de mauvais tours aix
avialeui:. U;i beau jour, p^r exem-
ple, une loite co'orne de ravitaille-
ment en b.rzire atteignait Mbuguni
o l'on aiter.da.l avec impatience la
picieuse anilt II n'tn restait pres-
que pus. Uii s'empressa donc de
taire prendit des b dons apports par
la coionne au magasin Puis on paya
les porteurs qui se dispersrent plus
rapidement que de coutume Au heu
de rester en groupes sur la pUce, de
faieevdes achats am siore-j de la
staticr, ils gagnrent promptement
le large. Un ^'expliqua bien't leur
hte. Persuads que le contenu des
bidons qu'ils transportaient .aient
de l'eau potable qu'on devait faire
\.-nir de distances parfois invraisem-
Un vol d'une oud-ce iuouie a t
commis hier un peu avant midi
dsns les bureaux de la Schonfeld
Manotactniing Ccmpany. situs ru
Ne. 71 Nassau l'reet. New Yoi\.
Deux individus pntrrent dans
les bureaux de la dite compagnie et,
aprs avoir lanc une poigne de
poivre dans les yeux de M Samuel
S:honfeld, prsident, s'emparrent
d'un portefeuille contenant des pier-
les prcieuses d'une valeur de 100,
ooe dollars
Leur coup 1; t, ces audacieux ban
dits prirent la fuite. Lissarl M.
S.bonleld tendu sur !e parquet par
les coups qu'i's hi avaient assns.
Il tait environ 11 heures moins
le qoait, quand deux individus se
prsen'renl aux bureaux del S:hon
teld Company. Le prsident, M.
Schonfeld, tait s.tul ce moment.
Ils lui dirent qu'ils dsiraient exa-
miner quelques belles pierres qu'ils
destinaient i un collier.
M. Schonlcld invita les deux hom
mes le suivie dans son bureau pi i
v. 11 lira d'un colre toit un porte
feuille convenant des pierres et dia-
mants, mais, comme il allait (ouvrir
n des deux hommes lui lana un
vigoureux coup de poing dans 1 esto
mac, puis un autre sous le menton
En mme temps, M. Schonfeld rece
vait une poigne de poivre dans les
veux. Aveugl et a moiti assomm,
M. Schonfeld s'affaissa sur le parquet
C'est ce moment que les bandits,
en possession du prcieux coite-
euille, prirent la fuite
Des personnes attires par les
cris de la victime accoururent, d
l'ordre tut immdiatement donn de
fermer les portes du baliment. La
police prvenue arriva sur les lieux,
mais ne put arrter qu'un individu
qui vendait de taux billets pour une
lte de chant. Hien qu'il ne soit
pas souponn d'avoir pris pat i
CCI auJacieux attentai, il a t gard
la dscOStlloa del justice pour
rpondre de sen peu honorable tra-
fic _________________
p*
blab'.es provenant du \')assa, ces
ingnient tamanti les avaient tran-
quilement vides i quelques kilo-
mtres de leur point de dpart.Cons
ternes de voir que c'tait autre chose,
mais allgs malgr tout d'un grand
poids, ils trimbalrent les bidons vi-
des jusqu' une petite rivire, peu
de distance de Mbuguni. L, ils refi-
rent le plein... d'eau potable /
lit c'est pourquoi ils avaient tant
de hte i se drober aux remercie-
ments et aux flicitations des blancs
du poste !
Entra deux reconnaissances, M.
Walmsley, qui est grand chasseur.ne
manquait pas de prendre son fusil
et de partir en qute de gibier. 11 lui
arriva de se trouver en face de lions
quand il cherchait des pigeons pour
son souper. En Afrique, on a de ces
su;prises. 11 lui arriva aussi bien
souvent de se perdre dans la brousse
qui est presque impntrable cer-
taines poques de l'anne- L;s vte-
ments dchirs par ies ronces, la fi-
gure en sang, les mains corches, il
regagnait le camp o soi suprieur
le iecevait, en guise de panade,avec
un bon savon.
Sur quoi, notre chasseur, 1 son
tour, prenait le sien, se plongeait
dans son tub > et jurait qu'on ne
l'y prendrait plus. . jusqu' la pro-
chaine lois ' K. GULV.V
Avis trs important
Tou'es les licences pour port
d'armes prenant lin le \o Septem-
bre 1920. ceux qui en sont porteurs
sont aviss qu'ils doivent renouve
1er leur permis. Si dans un dlai de
jo jours aprs le )o Septembre 1920
ceux qui ont une licence ne la re
nouvellent pas, ils seront poursuivis
par le tribunal militaire de la mme
faon que ceux qui sont en posses
sion d armes caches
Les porteurs de licences s'adresse
ront au Cliet de la Police Port
au Prince, et au Commandant du
Dpartement ou du 1).strict dans le;
autres villes ; ils montreront l'arme
dcrit dans le permis qu'ils avaient
ob'enu, en donnant les raisons pour
lesquelles ils dtmandeut le renou-
vellement de la licence qui se fera
sans aucun frais
U semble oppoitnn d'aviser tous
ceux qui possdent des armes teu
de quelque nature que ce soit, d'a-
voir prendre une licence pour
elles. L'absence de cet'e licence sera
considie par les autorits comme
une mauvaise intention contre la
scurit publique, et un jugement
par la Cour Prvotale s'ensuivra
immdiatement
G. W. EMORY
Commandant Gendarmerie d llaili
Vu et approuv :
F. M. W1SE
Chii de la Gendarmerie d Hati
Pensyluania Caf
Propritaire Mm' Blanche Dpars
Crme la glace, sorbet;, Sand
wiches, Conserves et toutes sortes
de boissons.
Allez i cet tablissement situ
la rue Pave et pourvu de toutes Us
commoiits medernes.
Service d'Hygine
Ce Service a des raisons suffisan-
tes pour croire que la lv/reivphoide
tend intluer plus ou moins dans
tous les pays, chez les hatiens aussi
bieu que les tungers, particulire-
ment dans les ports d'entre, tel que
celui de Port au Prince ou l'entre
et la sortie d'individus' sont trs fr-
quentes. 11 y a eu plusieurs cas posa
tifs de livre typhode. Parmi les
haitiens, il y a eu des cas reconnus
par des mdecins de cette localit de
livre intestinale, d'inteclion intesti-
nale, etc .. Ces cas, quoique n'ayant
pas t dclars des cas de typhoide
s'accompagnent de symptmes et de
fivre semblables,quant aux genre
et i la dure, ceux de la typhoide
et de la paratyphoide, et devront d
sormais nous paratre suspects.
C'est pourquoi ce Bureau dsire
avertir la population de l'existence*
probable d'une infection typhoide et
demande que tout cas suspect soit
port notre attention.
Nous recommandons aussi de faire
bouillir l'eau devant servir la bois
son, de ne pas y mettre de glace et
de ne pas manger de vgtaux non-
cuits ou des fruits exposs i la con-
tamination.
Tous les plats et ustensiles devant
servir i la prparation ou i la con-
somrrat'Xm des aliments et boissons
doivent tre lavs l'eau chaude.
Prenez vos prcautions l'avance
tt vitez une longue et srieuse ma-
ladie


Lh M"riN
Faits Divers Nouvelles Etrangres Communiqu
OBSERVATOIRE
DU
PETIT SEMINAIRE
COLLEGE ST MARTIAL
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
Jeudi 16 Septembre 1920
baromtre 759-8
i.minin
rr a :. 11
.wimum 24,7
temprature
tf maximum j<, 4
Moyenne diurne 28 9
Ciel clair jour et nuit, sauf nua-
geux vers 4 h.
Eclairs au Nord-Est a 8 h. pm.
Baromtre en baisse.
J.SCHERER
Les Candidats la prsidence
de Cuba
Aux rcentes lections qui ont eu lieu au sein
des Conventions respective du pjrtis Libral et
du paru couervateur, Ici rsultats suivants ont,
t obtenus :
Pour le parti libral le dcsigoado a la pr-
sidencia .. est le nujor-geiia.il Jom Miguel Go-
Gouit^ et le candidat a la Vive prsidence,
Monsieur Miguel Arango y Mautilla.
D'autre part le parti conservateur a choisi
connue candidat a la prsidence le gnral Rafal
Montalvo et connue candidat a la vice prsidence
le Docteur Hicardo Doli.
Oa dit que cette dernire combinaison du
parti a conservador est celle qui jouit de la
sympathie et de l'appui Je 1 administration actuelle
tandis que les noms des champions libraux ani-
ment le Pays d'une ardente livre nationaliste.
Du point de vue de I intrt comme du point
de vue du sentiment, liaiti est lie par des liens
chaque |our plus t.oits i sa sn-ur cubaine. Nous
ne pouvons que laire des veux pour que ces
brlantes comptitions s'excutent dans l'ordre
lgal et qu'elles n'aient aucune issue l.cheuse
touchant l'clatante piosprit qui fait la lorce
de la Hpublique voisine.
Puisque nous participons et qu'il nous iaut
participer .i l'veil de la solidarit latino-amri-
caine, puisque i-ous laisons reposer tant d'espoirs
sur l'amiti cubano-haitienne, nous pensons que
notre excellent et distingu aivi le colonel Ben*
conio voudra bien, l'occasiou tenir, l'opinion
l.aitienne informe sur cette question des lec.
lions prsidentielles a Cuba qui ne saura.t nous
lalatei indiffrents.
Conseil Communal
D'aprs l'article 68 de la loi sur les Conseils
Communaux, le Hudj.;et de chaque Commune,
propos par le Magisliat Communal est vote an-
nuellement par le Conseil et soumis a l'Admi-
nistration suprieure des le l > Septembre.
r-'idcle u cette loi organique, le Conseil Com-
munal de cette ville s'est runi Mercredi soir et a
examine, discute et vot le Kudget de la Com-
mune de Port-au-l'rince pour l'iixercice 19.0 ai.
K|A cette laborieuse sance ou les Ixmseiilers
ominique.Ernest c. Antoine, Sorav, Oupiess\,
l'ainson, uventure prirent tour a tour Ja paro.e
pour dtendre les interuj des contribuables assis-
tait Monsieur le Major li. 1-. Hickey, Officier
Conseil de la Commune.
Convocation
Les membres acti!>,adhrentset d'Honneur des
deux sections ainsi que 1rs anus de l'Association
Mixte de l'uvre Cnrtienne sont pries d assistar
la sance solennelle qui seia donne Diman-
che 19 Septembre courant a 9 heure, du matin
a 'occasion du qui.i/ieme anniversaire de lins.
lallation du Prsident d honneur Monsieur jr-
mie. La confrence d usage qui sera prononce
par le Docteur Bmm. Jeannot a pour su|et :
La gnration qui grandit et son adaptation a
l'actualit mondiale. Le Prsident
Beratiui Laventura
Une bonne nouvelle
Des lettres arrives hier annoncent une bai^-e
sur toutes les provisions alimentaires a Ne-
Vork.
11 laut esprer que bientt cette baisse ait une
rpercussion sur les produits similaires eu Hati.
Manuvres de pompiers
Hier aj>res-imdi, le nouveau commandant de
la Compagnie des Kompiers accompagne uu
Conseil d'administration et de la garde perma-
nente auxquels a taient joints d'autres pompiers
en exercices ont t laire des manca mes eu por-
tail de Logane.
Toutes les pompes taient mises en jeu.
Ces manuvres ont donn d'excellents r.ul-
tata dont entre autres le major Hickey flicita
le commandant Dgand.
En 1 honneur de,
N.D. de Lameroio
Depuis hier a commenc en l'Eglise Site-Ame
la ncuvaine en l'honneur de.N.H. de Lemercle.
Des messes b.is> sont dites chaque matin a
S heures 1; dans cette ^glise eu le z 1, jour de-
l lte il y aura messe chante .1 6 heures.
17 Stpfcmbir-
HAK1S Le Petit I aiisitm dit que
la France tt la Belgique lenient dis
pose coder une partie du cliar
bon allemand l'Italie pour l'aider
dans la crise actuelle.
GENEVE. La crmonie de Tincu
^uration du monument lev la
mmoire de l'aviateur Chaviz a eu
heu ; u joui -J hu. Les aviateurs de
plus de dix nations dillrentes y ont
pus part.
CONSTANTINOPLE- Le gnral
Wrangtl annonce qu'une urigade
liolchviste y cempus son tat ma-
jor a t Ctpiur dai:sj la province
de Kkatermslav. ;
AIX LES BAINS, Apis l entrevue
de cet aprs midi avec Uioliiti,Mille
rand reut les reprsentants de la
presse auqieis il dclara que les
conversations avec le premier minis
tte armais avaient tte trs cordiales.
L'accuid de la France,;de l'Aogltler
re et de 1 Italie est jug indispensa
bie pour miinienir la paix du mon
de et 1 excution des traits- Au eu
Jet de la Hursie. Mr Milierand dit
que bien avant sou aiiive au pou
voir les allis avaient tu.ee une I;, e
suivie. Il repte que 'a Franco ;.o
veut pus de propagande Bolchevik e
sur ton ternioiie.A propos de l'Adri
atiqOfl Monsieur Milierand es mu
que,tous ie8 ellorts doivent lenaie; i\
peisuader les Italiens et lea YougO
Slaves de la ncessit de liquider les
questions litigieuses entre eux et
pour le bien des deux peuples. Au
sujet do la couereuce de Ueuve Mr
Milierand a dclar que l'ouverture
des travaux lixe au beize eat main
tenant impossible avat-t la coulren
ce de Bruxelles. Il est donc noces
saire d'ajourner la confrence de
Genve ei peut tre mme la supn-
mer. Dollar 13.34
Remerciements
La iamille Hd. Lksca et tous les
autres paier.ls et allis remercient
lous les amis de Saint Marc et des
atlres villes qui leur ont tmoign
leurs sincres allchons Toccumou
de la mort de leur ugreit Edouard
Clesca.
Ils leur prsentent Texpiession -
mue de leur vive grt.tude.
Saint Marc 10 Septembre 19M
r i\
[Our bom cas-talM d uomolta par I L J
\ poMMA:>K DU OOCTEUt 2 "LOit
1 Kl Tl/Br KCKM.VNT btlli. J
/ rFL'yRLTE CGKMOOilE
DONNE TOUJOURS UN RSULTAT
I Latara'olr OUPR. 85, n:e Ch;rl. s-LjIIU:i REDUIT <8r
Parl-nu-Princo : Aie. PETRUS
le Conseil d Administration de la
Compagnie des Pompiers Libn s de
la Capitale pe liit le devoir de dcla
rer tjue la Commission qa'il a dci
d de former ea Farco du
18 eu cours a pour mission d'enqu-
ter purement tt limpUment ittT la
disparition des quipemen s do la
dite Compagnie
T. Il n'entre point dans se* i' ten'ions
en prenant celte mesure adtuini
tralive qui limpoaalt dil-oisser
ni les honorables m-mbres de l'an
cicn Consed d'adimuistraiion de Mr.
I.uders Moie qui ont epoit avec
eux l'efcUme tt la rtconnaissance de
la population, ni cetx de l'anciinne
CommibSion prside par Mr G. II.
Jacob e qui ont rendu des lerviCGI
appiciables Iobqvm des l'om
pier8.
1.000 dollars gosier
Avis
".;Mad.;me Veuve Edouard Clesca.
en^on nom et aux noms de esfiljci
et lils mineurs, et Messieurs Maurice
el Iranck Clesca eu leur/ roin p.o-
pie, t-us agissant comme hritiers
de leu Ed. Clesca, leur poux et p-
re dcd, d'un commun accord, ne
changeant en rien le cours rgulier
des atlaires de la maisoa d. Clfsca
Saint Marc, donnent et conlirment
la direction gnrale dej ulbires de
la maison Ed. Clesca, a-titr d'asso-
ci grant Mr Mauuce EJ. Ciejca.
La Maison EJ. Clesca poursuivant
son couis habituel d'altaires prend
la rouvelle raison sociale :
M. Ed. Clesca & Co
Successeurs de Ed. Clesca
Saint Marc, le 13 Septembre 1920
Les Successeurs de Ed. Clesca
M. Ed. CLESCA i\ Co
Teiie est la valeur qu? la mr'on
EVANS SONS LESCHER iv WEBB
de Liverpco! :.'e.?^age i p;yer i la
persoane qui tablira de manire 11-
lfu able que les Pas'.illes Evan. ne
sont pas Ici meiKtuies dans le mon
de entier pour la gurison rad cale
et instantane des cas les plus cbsti
ns de Rhanic, Toux, Hnrouement
et dei affections de la gorge e;i g-
nra!.
N'attende/, pas que l.s maladies
dont la toux qui VOUS agite er-t le
symplme dgnrent en nul-dies
pu raonaires.
Toute personne qui Ire'quer. e les
cinmas, (OUI piolcsstur d'cole tt
tous ceux qui sont ...:,.:.: i \ivie
dans des igglomtatioDS on qui sent
uposs a ues changernenis biusi;uts
de tempeiaiu.'e do.\tnt tie nuans
d une boite de Pastilles Evsns.
Demandez en votre pharmacien,
insis es au pie; ce lui jusqu' ce
qu'il vous en louinir.se'. Menaciz le,
au besoin, de lui tei vette clientle
Les Pastilles Evans sont le mede
cin qui soigneia \ctre famillesaos
relamer d'honoraires. Elles soit
excellentes peur les enki.ts.
Mod d emploi : 5 1 10 pas'illcs
pr.r jour.
Prix de la 1 ci e : 2 : oirdes
Eux spcial peur les uJ;as in
gios.
W. QU1NTIN WILLIAMS
b.it.t Mj;c
Seul :> pssutar.t en lia ti
La lie vue de Genve
Voulez, vous suivie l'histoire de la
Grmde Gurie, U marche sur Piris
et la batailic de li Marne pal le G
nral Von K'.u.k ?
Lisez la Revue e Genve pno
dique auquel colLbo-e I s crivains
les plus itrmaq'-iables de tous les
pays
Publiera dans ses premiers num
ros : romans, nouvelle a, articles et
tudes de Mauiice Bah ta, lleniy de
Rej.;nicr, loseph C^nnd, Eenero tte
Tour Ijus ies rtusei^nementj con
cernant la vente et ies abcunerr.enis
s'adresser a Mr lieniy Ambuid au
Mai^asin L'esse Monsanto
Ssa*"*-
Mouvement
maritime
Est entr hier matin le steamer
c Gen. Gtethals de la ligne Pana-
ma, venant de New-York avec js
tonnes de marchandises, 109 sacs
de correspondance et les 4 pasragers
suivants :
Walter G. Dugger, G. DaccaireL
Lieutenant l-'riedraan, L. Labis.
U a laiss hier soir pour Cristobal.
"Le steamer tOtb de la ligne
hol'andaise a laiss New-York le 12
courant via les ports du Nord. U
est attendu ici probablement le 21
courant et laissera le mme jour
pour Petit-Goive, lrmie, Oyes,
Aquin, Jacmel, Curaao et 1 Euro-
pe-.
Varits
CM SOI H
j_.ES MYSTi-RES
DE NEW-YOBK
15e et 16e pisode ;
LE MASQUE AUX
DEMT3 BLANHES
Je pisode
Entre G. 1.00
Kg.
6 ;
a
o
m
M

-
" Si
KN -< S
I C/3 t
^ R s:

s.
g -
3 S
H -s
Ci. *
i* r^.
,_. ft.
n
0 '--

u. A-
05 __
0 ^
c
T ^
Ci_ -
n>
j> C^
-

R
co
!/>

-t
:.

s
i &
C *
a ^
E et 5
S ^_
.OJ
a* * _
o ~.
3
~ -& '
Ci
S"

o
sssa^a.
S'
I

3
GMBH
Or 8.COie millier
EdESTEVE&c
PORT-au-PRINCi
r.
lucarnis
ET
Les Convalescents
Il anive n nllitureuftinent chac
nous de tomber malade pour un
plus ou meina lon^ et dVtre ainsi
de garder le lit ou !i chambre.
Au hou: d'un coi!tii:i temps, la m.
est passe; rnHis on reste puis, saat
tt sens epplit. on se trame du lit
leuil. du latte ml au ht. Cet itat [eu
longer pendtfnt loigttmps, C'est pr
inewi a'o s qu'il importe de donner
convalescents, de temps autre, on
de "Wincarnis De la sore- la
Ci i tique, coi sculive une ma!ad;e
peut Ont considrab.eraent courte,
vite Voulez vous essayer de rdoul
quelques jouis une- convalescence qa
lemp."- crdmuirc, durerait plusieurs sema
Fuites uu essai de WLNelAIINIS.
Aliment idal du convalescent, i
d'extrait do malt, extrait da viande
\ieux l'orto, le II LNCAh.NIS vous too
par la rapidit) de ton action,
C'ett le coup de louel, le Eiimulant
BBire au .:\<,; et i'eetomac aprs
maladie.
Apptit, bonn1 d.gestion et vig-reur
u. itsuituta luauitfdiate de ce iraitemeot a domicile'.
B^ttiaf* jie "'e >rai recoLsiiiuanl naturel, dli
lllCtA *tlo s.icLulaul, viviliaiit 01 loriiliant- t
verre dnniie une nouvelle vigueur et auieuoie la s>anl- Kecomi
d uar p!u< de 1UUM indecius- Prpare par COLEMAN&Gq
Aoglle.fe. Lpul gnral chez
iranck J. Martin
Agent pour Llaili, Port-au-Priuce

Sor l'ordre das S^quebtre? Li(jui-
dateurs. paitirdu 90 (vingt)Septttn
bre courant, li l'harinacie Centrale
resteia ouver.e tou9 les jours, le
dimanche exctpt, de 10 (dix)hcures
midi.
Les produits toxiques ne seront
vendus qu'aux personms uutorisoes
les revendre, mais les entre el les
spcialits seiont livrs n'importe
quelle personne tt par n'importe
quelle quantit.
Seuls seront mis en vente les pro
duits reconnus bous.
Peil*an?Prioce;le loi Sept^rr lue 1
Lu Squtitrei [Auidateun
0. SGAHFa es A. J. MAUMUiij
Docteur HYSON
MM Grand'Rue
A cot de Montbrun Elle
Cousuttations de 7||
lires .a. m. et de 3 5p.
Tous les jours
__dimanche exceptj
lihumcs anciens et rcent,
f Toux, Broncto
SonLjaJicament guria par la SOLUTION WATER Z1,!-^
UbHY : nui donne des POUMONS ROBUSTES et 10^-ff:
prvient la TUBERCULOSE. Coproduit jouit d.une;
lepitiation universelle.
SOLUTION WATLUBBUY :A base de Crosote et de ^,
Gaiacol, Huile de Foie de Morue, Digeative Ferments, ^l^ffl,^Eop
non Fermente : Hypophosphitea Composs, ExtralJ M W"a >
tup, Substance Aiomaiiqu -
Mieux vaut prvenir que guen
WATERBURY CHEMICAL COMPANY
Des Mo.ne. Jg^
TORONTO NEW-YOBK NK> *S
Iranck J. UarW
Agent gnral tin face de la Glacire Pr[a


;.f maTtn
. <''

*' + ..
I .
Y
:
Il
I V
linpatpobt**adhrnte.'w w/Vk :
dlicat, consmrVa a f\ I '' .
unsss, embellit, tfface feu rfd ;
tAlFPMCir.il
[gros magasins
4MOM CRSOs c.-.-lrr Ktassuriea fM
/* HY s. P-uc de la f'aix. F.VIUS
IK-~^ww.>^-'-v*j ^>-*' - "sr- ^^ *
r Fraiico-Hailien
*40inf gnral pour Hati
Jiue duMagasin de l'Etal.

Sal tieptica
owtes h8 commandes sont reues
n8 aucuns fraie de combinaison
Victor GENTIL
toedu Magasin de l'Etat No 1731
En coaiIruittOt !a UUFM0B1L&, nos ingnieurs se proccupent
toujuuin ..a point du vue sous lequel le conducteur envisage la
cluse. Les HaumobiLfetea ont lieu d lie Ile s de l'apparence, do U
co.nuiodi^. de la puissance, dd ta solidi et da fonMhnnement
'onomique de leurs voitures.
Brefs dtails
Type^; de carrosseries.
Voiiurt i" tourisme "> place,
voinr* routire '2 places.
E'opatt^ment. 119 'pou-
ces ( v. n M)
Cy Un ires. ojatre, [ondus
en un W&I bloc, culaeae diuon
tal)'-: tf/r*g : 3 1|4 Douces,
courte o l(*J pouces(&HrOrnm)
Mise en marche et clai-
rage Systme lectrique, de
deux noitAi.
Alluma ie Par ma^ieto
liauie UuniOO,
Carburateur. Rglable.
Amene de combustible-
Systme di dpression (de viie)
Graissage. Son* pression,
par pompa.
Embrayaga. Do_ type
dis^aes sec* t sans graissage )
Sept p'aques.
Pneus SiJx [05mm du
type talons; ou 39 x I pouces
de ctfs droi s- Jantes dmon-
table!.
Roues. lia b lis ( du type
ar.illene).
Couleur. Carrosserie. I!eue
ou grise.
SI VOUS SOUFFREZ
Hupmobile
TheHUPP MOTOR CAR CORPORATION DETROIT
E. U. d'A.
. I rm$ ilg-apSique Codes employ
HUIT DTROIT Lieber A. B. C. Je dition
VVKSTERN UNION
il (ont VOUS Soigner uiim.-di-
Miiiv'c haleine, rot.
.1
d'apptit, ptretae, sont Jci-
U IhiiuIic, mauvais I
...t.i.ir.r el Mie, Mnt quel-iuc unt
.es dia dcsoires L.imIwiwi.
Lt foi* ett un de organe If plu*
I .: .! .'m eorpa humain, ri il ilmjiade
une mention toute particulire et
Le "SIRQRSSm
"ORINOKA"
OU MOINE AQUILES
'- r ' \ Inqufur InTincMe *\~ toute*
lt aflcciioni du I ie. S< i cAusciU
-i le i ulut de longues innet
d'< ko runents. Il *t
bkf 1> i nu de< Int comme
le plnl sr. lr plue rapide, -t le plut
i .nu. Sa
il !.
Bfl > i r1*u toUtet If* lut-iltruir DruSU**
rici t f*l.4.rniM il-. I>i ni^nclex le l\iet.
THC ORMOKA iilARMACAL CO., loc
KfW TORK. U. 11,'

!
if.
'^*^


\*J X.'^/^JL-P'KJrl^ 1
l.i , ul l '"' !j. MmnM e rliumatiamc. bvm Icqu
t r.. iJu ..il ;r i i Mjtti eat rJone.es An ds compta, une forme de l'u
i. .'!'.e, o'eat-iv-dlre le roaipolM&neuient ou sa.ig \,u
Ce ru! Inures.se le.i g.iuifeux c'jst do c-avoir qu'ils /.s-
t. ..}!../. ir..o u'':'i,:; uriyvt.
'! leur (kudrt, tout 6 berd. s-- mettri tu rgime, n'-
bueor des bonne* choses, iiNde,trulTes et de bour*
? ;.:i. 'i \rr:ra-dry il l gtitlft, tout vitent 1rs re-
-.!.:,. i, faire de l'exerciea de ftrec. brler lojr-j
en outre, vacuer le trop plein, eu fur
'; a mesure i ll nanl l'ectdi urlijue, naturellement
: r i'Urodonal. d cuvoli .i.ssolvant,
i' '......... i .' a te la iiitilni I un lumenl moffen-
: If, | r*i II '.'
' ;'. :.. en "r, ;..: prsident d; l'Aca-
' nande dans son
. .,..,. -, ni .. it. i^ i.onibrcux nulires

Ml
- '.-



^ s ^9"
r.,yr:^
eu Oeuttev.
CuTimortl.i
mon imj?. .
AcsstsiM oc Stitrcri
.. lotMvtn i"W).
Iv
ex la GOUTTE
L'OPINION MKDICALP
- Administr 6 l'occasion J.- pousses
aigOi'sdans la goutte, l UKcUONAL. n'* aucun
retentissement fAcheux, eomme Its saiicy-
laii"- rien les effets dangereux, redoutebiee
iirfcis, du Colchique et de la ro!< hldlne Les
douleury perdent rapid^mt-ni d' ieur acuit
et la dure mime de II DOUtCe est parfois
tre-j notablement arj(e. -
D' F. Mokel.
atedrcln major de ! cl. en retraite, ancien mdecin
de ti^ltaux de la marine et d,i tolonlel
. J'ai fait u*iRe da fURODONAL sur un
homme d'ge nuiven, soviffruiit d'attanues
rptes de goutti Le rsultat fut iresbon
pchdsnl Ui > atlo(| ligue pare que le ma-
inte ressenti! uns de douleurs tiu'hahiiuri-
lement. et. en continuant la cure. J'ai pu
r :: '. 'r que V .. .i'.t.. ; \ lient de moins
is et ec un lonfl intervalle de
', .i i. -
D* Jeifl SsiriTlNBli, a nasllicanova.
LURODNAL rlaUtt un VrliabUial-
i.r.lv urlque (acide urlque. urattset exalatts .
LURODONAL nettoie le rein,
ic foie et te# articulations. Il as*
..... ... ,, ...
......
soup'it les nrtt^s et vite l'obsit.*
Comptoir FRANCO-HATIEN
Reprsentant pour ia Rpublique d'Haiti
1720 Bue du Magasin de l'Etat

A de Mattis & C,leprsentants
Four la Rpublique d'Hpiii


LE MATIN
BAZAR MER0P0LITA1N
Maison de confiance
Angle des Rues du Peuple et Douts De s touche
Chose jamais vue en Hati
La Maison vient d'trs dote d'an nouveau syslme qui vite aux clienh li pein d'aller
la caisse pour payer leurs achats. Ln disioitif connu tous le n$m 'le C4SR Ci Hlili'Ji
(porte espce ) transporte au caissier la note et l'arg ni p%.ur les articles achets 0 ropvoii
aux clients le bordereau ainsi que la monnaie.
Oulre cela, nous avons reu aussi un grand stock le marchandises nouvelles, parmi
lesquelles se trouvent des MluEOGBk PffS, machine top r, / c mettant de tuer aidant
de coptes que l'on coudra d'un seul original.
Bonbons de chocolat
Cruches en verre pour eau
Amidon
Prunes
Poudre de sucre
Sirop Karo
Pches desschs
Argenteries
Papeterie
Presses pour pomme de terre
Moulins viande
Colliers pour chiens
Cravates pou* hommes
trayon imitation aryent
Porte monnaie
m
Vous trouverez des cercueils
tous polis p ?r met tant dlivrer
le travail heure aprs.
Guillaume Duchtellier
2:101, Grand'Rue. prs de la Gare du Nord
Htel Restaurant
L'Htel lie auranl de, M venir se recommande i
b?n soin fI li rg tarif de son service, les voyageurs
:i Po t-au Piirce v trouveront pl^in* satisfaction Prn!
vaincre on n'a <| i'a pcSser au No 225 de la Rue l->>n Sen
bureau des l'jtrfphea 'errestres. ^
Condilioi.s trs avantageuses
A SYLLA, Propritaire]
. Grand Htel de Franci
Le g-ard Il'el de Fiance a le plaisir d'annorcer sa ri- I
breuse et choisie qu'il vient de recevoir par Caravelle t.. . fnt I
cWx de toutes le. qualits F tavelle des vins de prl
Vin rouge Gourdes 0 fe qall
t blunc Bar sac Gourdes 10 le (mil
Des vins en bouteilles roupes et blancs '
Vermouth franais (r.nr M
Quinquina des Princes et le fameux
du Cap Corse au quinquina.
Vins mousseux U CHAMPAGNE
Lqucurs franaise. Marie Brizard
Le tout ;. des pis trs modr
p- P- PATRIZI
La Maison
Paul fi. Auxila
RUE DU M&GASIN DE L'ETAT KTTRAVEBSIjJ
A RETJ
rnUrli"?,iS 1]n\VCU ornict, femmes et entants,
COR IIS franca-a dernier* moc'c'.s ( Lien; normale
CRETONNES et RIDEAUX K normale /
iwtS%SH8i" i;ssoS de Shantung,
DENT El LhS v Ienc tnnees et iUr uH,
aizh: 1)(,i,c .t empicemeat,
ORFl nTS0^"' L7Sm nCC-' diveises-'Houppes suprieures
UKclLltRS plumes, Mcuiquaiies,
Draoa iole, coton, Toile a draps
CHEMISES. < hsmiacttes*, Cilroi
rCS'R!'"VTS Fiq."-' CouVeures'de lain,,
vS'- r. "'* (' epon de soie. C-eorge-lr.
\01ii S i,r, s et tantaiiie, Etoffes peur ni ne
KA I IXi-.S. Gfcbaidine, Serges cossais Dn%'
ftSF?'VOYAG, rColl^iiSisle: '
ui h Crav,1"' Sw". Jupes et Corsawi.
BAS et OSaotMlicf, eu fil, soir, simili, coton,
Ch.-.peau de paille et de laine etc.
tarmacie
A /;.''* rips Bues Rnnx"1 du (ntrl
^ Mfd iiile<5 d'argjrt Exposiion de Bruxelles i9l0(
"Imi-Hioifri iU f.hiuiif Mdicale j[
Ui-oguene, Produis chimiques et pharmaceutiques.
Spcialits franaises et amricaines.
Prparation d-< toiues ampoules mdicamenteuses strilii
et injectables.
Spcialits. Srum rvrostnnique simple et ferrugina.'|
lodhydrarg/re. Srum ae lllorard remplaant le pi
rcalcifiants de Ferrier et de Robin'
Il Y a toujours en stock : Nevrostheose' Sirop pectoral,
Elixir de Pensylvanie.
Dpositaire du PHEVENTYL
Reprsentant des Laboratoires Ti
LACTIFFHV.Ferment lactique, contre alinions ffastro)
finales et cutanes.
/, WIRIIVR. Sronrifique de la con*tiDtln-
Cigar
Vatio n aie
Produits de premier choix
Princesse,Fncore" LA NATIONALE !
Voient chaque jour augmenter leur rputation
Elles rivalisent avec les meilleures cigarettes imports!


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM