<%BANNER%>







PAGE 1

LE ton 1 1 ', Un teint de b N'importe L'A Elites toujours ctl marque pour prendre avec bnfice la lgitime EMULSION DE SCOTT productive de forces, vigueur, et nergie. *r ~* Nouvelles Etrangres Le Colonel llill l) Septembre FttYUrantii de la l>oi holUnJi / "ouveau tremblement daise. venant de Ww Yoik est re' ' loum parmi QOOf, aprs une absenressenti a Heygio Net JSilDllil on annonce de iarin riioaia • j • %  7. • • et un Braod nombre de ViC 'ime 8 S A* ^ "55 D V 0 "'^ l :# %  l'AHlS. L'tmbaiitdeor Rl'pmand H,U ,he,dU D W l m at ^1 Ouest arn.-u un chque .le cent m'Ile tres que rous avons x htuuux de Mreprsentant riodemoid pour 1RS voir en bonne sant. dommage imtriele causs au consulat de France B ealatf VARSOVIE. (Communiqu oiiicifl du b) i.a Hiuation est ioeblQga suite Iront Uiiiuiinen. Il y a eu quelques reucontrea sur \o* lignes enneroies mais lea at'eqaea o.tt repouasees. MAYNCE Milleraod avec sa su'te ea( arriv cet %  prs raidi ici. vienner t oe mw OI k, il y aune Focn a don-i une splendide parais baisse cor.Mf'rab'e fur la taiinr,' l:u La question de pain On se p'tint b aucoip de la prtitesse de p'ins et de la rmrvais ouain Ue la tatice. I:t tcpcndai t, d'apis les mirmrhUs qui ncus vitnnet t de New Yo k, F^i ta Divers OBSERVATOIRi; DU PETIT SflINAIRE COLIEGEST M\RTI/L RENSEIGNEMENTS M ET OKOLCGIQUES Lundi t) Seplemb e 1920 Baromtre Te mp eu tare en son honneur. Millorand a vi.s't les casernes ou les soldats l'ont longuement acclam. PARIS -Le prince Constantin litd ZlWlII est dcd. BRUXELLES Ll commission dos ail 1 es traagd es a dcid que lundi De la croix.s'expliquera sur les lsulttia des ugcciationa la tes Parii' L'Etoile dit ; qu'aprs cb didrouia Je gouvernement Heine donnera cer laiuament EO.I approbation ei limtive soi I accord Itanco-bel^e. KO.wK Les Jourraux ar, nor.ee nt (jue Ciohlti s'tst chan d aml orer lu situation a Milan n Turir;il tu die la question des mtallurgistes et olfie aux deux parties une nouvelle solution laquelle trrivera sans doute DtSVavitWH a tre acceMe. VARSOVIE. Lis troupes lolciiv ala oprant dsni la direction de ,, .. Vladiini Volyna 01.l eoull'eit de lpu;s hier 5oir,on est sans nouniaudes ptiies I es troupes pclontiv.-l.cs de Mr Silamr, un des merases ODl travarr la rive ue la Bug e' bres les plus connus de la colon-e ont occup Jt kdOQWka en faisan' J(JO syrienne tab'i sur cette p'a;e depa s prisonniers. de nombreuses annes. Xhl.l.Ks De la Croix a prRappoi' a t tait par repe ne d> mandant j lus d aussi loi s app ovisionr err.ents i'Ami que. Lcn'ir.e la ancoccv uctie entire le t \'ouvflli:te dans son nurrro d hier It Service d'hygine prend ac ttellemen el'eicelU r, tes m<£ lirepeur emic.her 'utilisation de !a farine tviiit lOrrettcns le \ceu que l'adrri oislration de :on co' fasse !e cict aire f cur obliger les boulsrgetl liver du | ai %¡ ten poid 11 y a d'ail'ems in aric cemmu nal eu vigueur qu'on ferait bien de ne pas oublier pour re pas tombe 1sous le coup de la ici. 76/ 9 minimum 22,7 maximum }\,i 27 5 ne Mr Salam aent sen isppoit au couteil des mi instrea sur les conversations qu'il eut avec Millerand sur la question itua0'polonaise ainn que sur la questiou des rpaiallonsLe conseil a donn OII approbation et l'accerd t conclu entre lea tals Dljoil gorani frsnsis et Belge. PARISLa deleg tion des chevaliers de Colomb visita |elhe sen a famille I? police qui enqute sur celte my 1 lrieuse disparition OJ ne cioii pas tre en pr^en e d'un cnmc, Mr Salam ayant lais>c a Padiessede son f.ie un billet c il ra.sure les siens iut son dpart dont il ne donne pas pouiUnt les net t>. Des gens bien irlo;ms sffitneut ouartiei-gnral de l'cole militaire, que le sympathique commeiant a Le miiechal dclara cfie l'ami de obl aimptomeBl des ingestions l'Amrique et rappela le bon travail d 0Icie li:lline <*ODt le secut ceptntileciu pendant la gueire par les dant n a P as * blcn &* tsii EtatS-UDif. 11 eipiirre le dsir de Attendons le dnouent.nt del.. voir Us dmocrates frarais et amricains tioilimcnt unis. Plus laid Us chevalieis de Cdfomb vuitrent le cimetire de i'iepus et dposient une couionne sur le monument de Lstsystte. PARIS Cet ap:s-midi les chevaliers de Colomb ont t re^us .1 City Hall. D llrents notables de la deigetiofl ont t t dcotes. Ce oir ttlta lieu un banquet olleit par les chtvaliers de Colomb sous II prsidence de Lelevre micitr de la guer ie. URl\LLlLS-tLa Nation Belge. att.or.ee que l'aaord militaire sera atnorc auiouid hui. BLR1 IN— On annonce qu'on a dcouvert a Litutt de grands dio's da mes lOOUna t 100 000 fusils et jqooopces de ditfrents canons. i.ts aimes ent t dtruites. BRUXELLES— DiLcioix dclare qu',1 ui letrum trs tstuUil de la iecp ion conne en son honneur 1 Pans et SBfiODCe Itntente haimo meuse q 1 t. i t en're la Fiance cl laBegqeCur la question lutscpolor aise cCLcermct les tpaaMocs Uelacioix a cclai etie en plein ac.od ivtc MnUracd. La commission d s Upar. I ens yigf-ia a Pans. Les iiiploiiuits .1 ls ia un cntit!ont le 1)U. ebei Gci-ve peur tudier belle .Ktniuie Funrailles Cet .ipics-nnJi .luioiu lieu Iw lunraillcs Je Marquci Jo-Chwlc ieidi liiermaiin. l.c ton'.01 partira Je l.i nuison iuum.iire, M tue de ll'.giln pour se rendre en II Cathdrale — Nis condolance-. Vicuiitiit d'arriver par dernier bateau U /. do Saigon, Tabac en feuilles, Put-us et ctiainbies a ait Ajixt tio toutts les i. : L1 • i. U).,.-. Le tout ii> s 1 nx ns avai tag-ux. t. N.GRA i\ COMPANi l.NC. Varits CK S01B i^ES MYSTERES UE IJ.EW-YOPK lJe et 10e pisodes LE MASQUE AUX DEMIS EUANCHES tfe piacdei Kntite G. l.LO les piopon ions de la commission. Bhi \i i.i.ii— Lac o d militai:s (rincobtlgt est coi liim. LULLAK 14,08 l/a. C-D Moyenne diurne C>el clair jour et nui", fort nuageux vers les $ h. Orage au nord a 7 h. Baro n.rs constant. J.92HERBR A la Croix des Missions Il v avali loule ce matin i la Croix-des-Miuions pour la l't Je l'Kxaltatioas de laSte-Croix. Les abords de "Eglise taient pavoiaea. Aprs la mes e de 7 heures au cours de laquelle 10 enfantssesoDi approchs poui la premire lois de l.i Sainte l'ahie, il y eut procession. La grand'meise 1 t clbre par le pre Lelur. vicaire -i St-Joseph et le sermon de circonstance l'ail p.ir w pre Paul, secrtaire-gnral de l'archevch. L.MI, et choiri tait le mystre de la Croix On entendit des chants rnagnifiques excuts sous !a direction du maestro Anstobule. Puis i.neuictioii et salut du Saint Sacrement. Kl ce lut, aprs les crmonies religieuses, des promenades, bals et autres amusements qui ont toujours faits de cette Me l'une des plus agra bies de nos ltes champires. Accident d'auto Ce matin l'auto ponant le No 17, et monte parle cii.iuiieur Scott avait laiss la Croix des Missions avec passants quand non loin rie l cite veisa les quatre lers en lair. La petite Lina Arclier, 7 ans. qui se trouvait sur sou | asage a t 1 renverse e\ contusionne a la lace et auN |ambes. Les j passagers om t relevs lilnt et sauts. Lytire pastorale do Sa Saintet Benoit XV Au punie de toutes les Eglises paroissiales, chaque dimanche, est lue u lettre postorale sut la nu de u grande guerre.—C'est un document important qui mriterait d tre mis >ous les yeux de tous. ui partie qui a t lue dimanche dernier i ix Basilique Notre-Dame a trait la grande charit avec laquelle les peup.es vaincus doivent tre iraus H est recommanda aux crivsinr, nu.1 tes, journaliste! e.c la plus <'.inde modranon dans leurs crits. Nuus tac arons, pour nos lecteurs, d'expliquer plus amplement le sujet de cette lettre pastorale. M. Uanielon Kigaud Nous a\o:is l iKuieux de .unstaler qu" la suite de 1 accident u auto dont t t victime 1 re auii Candeion Kigaud, son tat s'est 1111mdiatemeni amlior, il ne lui reste plus que quelques lgres contusions et il .1 pu depuis hier reoit des amis. Nous .e ;ci citons le son prompt rtablissement. A .a Compagnie ds Pompiers llict so.r sur une convocation du Coinmandant de .a COU > .les fompuis Libres, les Membres du Louctl picnaiei 1 coutaut avec la commission charge d'enquter sur u disfarition de l'quipement M la Compagnie, Apres ue justes ODSCrvatiouS du Conseiller tlsson e. quelques changes, de vue, cette commission .1 lie ainsi loiniec. Le conseiller UCO. Lue, prsident, lomcier !.. Ljiontant, secrtaire, et le conseiller Cinna I Jniond rapporteur. Prenaient part .1 cette runion les reprsentants du n Malin et de %  1 Lssor • Ecno des Gonaives Jeudi Seinier, -1 septembre dans les salons de Mme Ve Auy. veina, ic Magistral Coiuuiuiul, AI W lr Justin Luloitue a pmeede au mariage liviloc .Mr Joseph Itikoul W:C Meiie Martha \ erna. LOI tmoins du cal de la marie taient r Mm. U\ U. Des. Liiino Allen, EujSM Dbrosse \ugusun Acascas. Ceux uu mari MM. Louis Itourgain, l.mm. r, WilUarn Woel, Allred Lcgculre. Le :auieUi suivant KS martes OCI t conduits .: I autel par Mr l). U. Jacques et Mme Ltuvo Al en. — lous nos sounaiij de bonheur a I'iuuriessani toupie, Mariage Nous u^ons eu le plaisir de recevoir le lauepari eu mariai e ue Mad emoi selle Kachei Stlvera avec Monsiem Mbefi Uayan. la crmonie nuptiale aura lieu le dimanche 19 Septembre couraui o heuies de l'aprs-muli %  u domicile de MM. l)avan c Abkbol 1 maison Uesir DcsiandctJ |) Peu de Chose. • N ..ut ewu^.e. Conserve la Fracheur >} de? la Jeunesse. • • %  nwr: "i Crme TcinrtelTj Vol ou tiile d'eisa' Pou U nTeindcly 1 blancbe, ekau rote naturel, ros pour brun', rr%  ih-j' clair, rttliel V Ibncei — a Boin IVinddy.. Eau I r -, :. :> .. &f "--_-^. )% Lan I m.u. .v. .._ -,•• - P ,, S.von Teiudclys.. 'v> %  :. A. Fardtlloulcs teintes) • ,•**. x Taxe comprit t Aucun rnuoi contre remboursement Tnvoi iur drmandr du CJrntl de Beaut du U' IteyinonUon, Embeltitl effac* tes Ride 3. tue de la Paix. r>j Toutes Parforr.crifs et Grands MIT uini i'-f' Frauco-Haitiei Agint gnral j;ciir Hati 1720, Hue dvMagasin de VEtaU Joanny Cordasco •310, Hue des Fronts-torts, a8e Avenue, — P. 0. Eox 2 Pcrt-au Piince, Hati. Ventes sensationnelles avtcgram rabais laissant de gios bnficet avx plus pret, Assorliiccm lis coiD|ilit o'anicles poi Cor demis! rie ti luarclianils cordounier^ Vous trouverez jaleinenl en stock : Peinture ( Cet fa, chacsselies, machines coudre 1 el Access iies pour auiomob les ar ici s f maill -, l'ourniluittl pour malle:in.% eu; %-t 'lrillia et (h la clbre nnrqae I peur %  oc 1 i v* de louies t s n ances e!c, eta Si YeVuf 'es fuje's aux lihumes et Bronchites Si \ous redouiez ui3 infcCiicn pulmonaire Mettez vutie orgtuisme eu etai djdiei PAU LA Soiuiioii Walerbur; B\T18EPTiqUE puifs.ni et REC0NS T 1TU\M incon^ i\'a'itnMZ pasd'irt ptus ijravenitnt atteint : WATERBURY CHEMICAL COMPANI L)ea Moines. Iow TORONTO NEW-YORK NEW OBUS Iranck J. Martin gqtlgtniral — l'.n ja-ie de la Glacire — PorwP"* TIMBRES POSTE POUR COLLECTIONS PaohA ,es Timb "'3 d'Katl par quantits. We JJ ( U dOnete mcttrc 6chanti n ons V ec prix par 100 et ^r iaw* m THODORE CHAMPION, 13, rue Dr.v • ^



PAGE 1

LE MATIN VOUS TES INTERESSES v Dans celle ** POUR FAIRE DE Ll PLACE POUR Notre nouveau stock de marchandises Nous vendons notre stock actuel de heck Massa assorti 23 Pouces bleu Prescotf Si a m P. or 7.50 7.85 9.00 5.50 La ven ommencera i Le Mercredi, 15 Septembre chez 41 EU %  %  X | pgle des Rues Houx et Courbe



PAGE 1

%  1 MATIN l'tre dote d'un tioweau tyslmt qui ci'e aux clients h peine d'aller '-leurs achat. Ln dispositif connu sous U nom de. C \8n liAiililvjR ri* fa ,.,, y......,,.. / . ,. ., I'... ..,.,.. _„... /.. ... >' !.. L..;_ .1 J /.a Maison tient d la caisse, pour pa^er leurs ucHals. Un dispositif connu sous U nom de. U \SH iJAtititl'.ti (vorte espce ) transport au minier ii note et l'argent peur les articles achets t l rapport aux clients le bordereau ainsi que U monnaie Ou\re. cela, nou* avant reu aum un g*and ttoth de marchanilns nounlle-, parmi lesquelles se trouvent des MlMEOGH\P[lS, n actinie copier, permettant de tuer autan/ de copies que Ion ro ira dun seul original. Bombons de chocolat Cruches en verre pour eau Amidon Prunes Poudre de sucre Sirop Karo Pcha* desschs Argenteries Papetei le Prennes pour pomm do (erre Moulins viande Collleis pour chiens Cravaten pou* hommes trayons imitation argent Por.e monnaie BAZAR METROPOLITAIN | Htel Restaurant Maison de confiance Angle des Hues du l\upe et Danfs Oeslouche t Chose jamais vue en Hati %  LHteJ l^.iauraiil (c. l'avenir se r.romi nanr in • bon son ri la r/gdlaiifc de son service, le vovaw ' 8 N 1 o t au Pi ce v trouveront pleine satisfactionD qui ^ vaincre un n'a ql pisser au No 1^5 de laB.,,'p C,,r H bureau des l'gfipli a 'erfesfres. erou m (or.dilioiiS trs avantageuses. A SVLLA, Propritaire. Grand Htel de r r anei Le g'iDd Hd el de F.ance a le plaisir d'annoncer i , .• breaM ,i choisie qu'il vent de recevoir par Carav lie d'^'i choix de toutes les qualits ^-veiie des TIQ S d e ^ VU rouge Gourdes' 9 le aniu t blanc Harsac Gourdes 10 h^n Des vins en bouteilles roup.s et blancs V"" vermouth franais f r * Quinquina des Princes ee fa£B£ du Cap Corse au quinquina. Vins mousseux *t Cil Ml'AGNE Lqueurs trariise Maii* Brtzard M tout i dts prix trs rrodi f 'PPATRIZI .• La Maison Paul E. Auxila RUEDUMIG/SIN DE L'ETATETTR4VE PALM BEACH8 BT TUSSORS de Shantun %  Dj-NIKLLES valenciennces et sur ull • AIZE bred^e et empiccaitat, 1 OI10NS Poudres, Essences divic H „ i %  ORfclLl ERS plume,. Mou'qurs UPP ^^ l) a-s toile, coton, Toile diipi ( HEMISES, Chemisettes, d'ecoin f RE l' d %  Chili •.( -epon de SOie G eor elle. R?mv<; r U ? i nt *"i e Etoks Plm Vil '"f'' %  *?.** Ju P es * Cors P ei U j tau dfailli t: de lame etc. Vous trouverez des cercueils lotis polis permettant dlivrer le travail i heure aprs. Guillaume Duchatellier 2101, Or^iVRue. pr< del (i are du Nord Pharmacie F. SEJIME Angle des Rues Roux et du Centn 2 iiodailles d'argert Exposiion de Bruxelles *910 Laboratoire de thmie Mdicale Droguerie, Produit! chimiques et pharmaceutiques. Spcial u es franaises et amricaines. i rparation de toutes ampoules mdicamenteuses strilisa c ,. et injectables, bpc ans. —Srum nvrosthnique simple et ferrugineut. 1 lodliydrarg/re. S Jrum ue .tiorard remplaant les paqufltj lcalcifianis de Ke.-rier et de fiobiw llj a toujours en stock : NefronheW Sirop pectonl, Elixir de Pens',Ivani\ Dpotitaire du PHEVEMYL Ht prsentant des Laboratoires Te" lAlTIFERM. J erment lactiqj i twAMan r.' ra,es et cutane*. / AXJ1UNK,— .t-pcifique de la constipation: coati e aillions giitr.) Cigarettes La LVa t i o n aie Produits de premier choix rracBM,((Encore" LA NATIONALE Voient chaque jour augmenter leur rputation Elles rivalisent avec les meillt ures cigarettes import!



PAGE 1

lOfljtorz' jm fnrNo :; H Port au Prii El 'i %  P^^^ Mardi 14 Septembre 1920 DIRCTED R-PROPRIETAi RE Ofprfit-MAflLOIRE MAGISTRAT COMMUNAL / U NUMERO 15 CE i ooii c: 2.00 i)t)ARTE^EMfS coi ni moi! G. i 250 700 ffTRANGER poli • 800 Fais ce que (u s lis tre honnte, sans en attendre aueuoe gloire. Usonces sont reues au Comptoir la BBJI de Publicit, 9 Rue Tronche, rail, sj, Ludgate Hi!l, Londres, PROPOS PERDUS Quotidiet DEMOPHILE REDACTION; Rue Amricaine No, 1368 TELEPHONE. 43 \ Table Un'cSF 33 sage/u ires dner Met. 1 joreon auquel s'adressait ne lit mine de baisser petit le nez, commo il eonici'oyen d neuf ans que BO^onJo. Mois connue j a tout pi es de lui, je l'enteu Iroininalaii mi-voix : fui est bien gil d aller dner uioe, je ne demande pas dy lier. lie nous l'apprend : il ne lioteivenir etvra une mande sa progniture et la ^oitura 11. t scomme ce vol in I10 :ore de sa conque la maman et le dos lie lai deuiand 1 borquoi asu dit tout l'h, u Migirnen)) 1 (pie tu ne lui pas niicix que d'aller 1 cuisine 7 V, u tra humiaron gentilhomme de ton ' la cuisina. (•ce que, toi aussi.tu vas mo 1 HrcQon ? 'mais je voudrais s voir. luen / j'aime mieux diner \ ,par qu U cui ine on rfiinioger comme je veux, lia avais ce quoi me wvatiouat Tions-toi droit 1 de bruit avec ta cuiller.. 1 pas te coudes sur U me coupe pas ses pomme- (Jwec son couteau, etc. C'est IdiMck da se tenir bien Bdifcile que ,-i devient enpde manger.. tdamoa inieut pour raison 1 sauvage comme L'Jtaq M, et j'ai Uni par lui dire > le crains, no I a pas beau! Ni Que c'est tub e que Wiil.nomrne bien lev. %  Minent, il Q -tait pas asspz pour le faire, mais il auprpoadre qu'a c omnte • ton peu de gens bien iejwplua compliqu,e.i effet Mie politesse de U tibl: la dernire iuvontio 1 f vivre. jwte priodiquemen'.aujour •cadence de la cuisine. Wpe'iU plats mijotes d'au Vieux plats classiques: M mode, 'e freandeau J{ Wbelott*. la matelot e, h %  fuie saumon laCh-in. [fPonletMarenuo ? Il sem. a 't raison. Dans la vie •Dteet presse qu est la Naitresies de maison 'temps de veiller, en JX %  gout 6ul leur cuisi Wtapp.ennen: de mou.s w mtier ou perdei.t la H tous nous nous h.biS en plus nous cun t J„ P fet *nheux et vulgai ^fetmaograilles Aussi ^Mutparlois.darslta de vieux auteurs, quel %  lur les lepas d'autrefois jMJ.oupir qui fait au gaieurriidibonqu'i [ ,w ta cuisine est moins l^aavame, il semble J d nerg d aujourd'hui liinj' Pendre, beaucoup ^ %  l eceux dil y acin dm P r e XC p:on8, naturelle ^7 dont le principal W V nver :il,on d j;' u -en.it 0 ufcilment %  *•?. I8 ou Frdric "liW 8autav, c Argen, ?Met 'Jie: les soupers de DoclcnrUYSOx-; ll\\ Grand'Une A ct de Montbrun Et te —* CHRONIQUE ArHve de L. Hfimii ]ons s de / 9 lires a.ni.el de35p.m Tous les jours dimauche excepl. \*>m Uiid tu u e de Mme Geollrin Si le luxe d la tabla n'a pas auymeot, au oilet, u ^aat siugulie mei.t rafiiu. L;s mets ont moins •ucculeut,mais 'a t on dont ou les prsente est InQnimedt plus agra ble et plus contoitable. A une poqu relative uent rappro chj de nous, les plus granis per soiinages se cou luisaient tau:e comme de vritab!ea gjinfres, et ign iraient los pi a 1 |ua d J propret qui UOUB paraiaieot lmau nes. Soog / qae l'oaage de la fourchette n'a commenc se riomdre qut vrai, LJ M les convives les plue coniidraoei les y aient in.s les pie mecs. Cependant, de vieille date la civilit reco il anode', do no pre.i die lui alinums qj'avec trois ditgti et ii l'allement d b Hoaux reprocoe tu cbioce.ier Sgaier < di uiioger h plue malpropremeat du moni.-. de sor e que CJU fut mal au cisar*. C'est paicd que le cluiuelur dcuiro sa vianles 0 se lave le3 m nus da .y lasauce.il et d n'y plju^jr qie ie bjut des doigtsSdBgta que nous sommes alo s sous le tgae de Louis XIII, l'poq is di .'ho el de Kambotiillet, it que la France commeeut donner le ton a l'Europe. L lub.tude de nuigec avec ses doigts et de se' .'es p DgsrdansU SJUCJ tte t a'aillears. 1 un vi-elitineut rp n-iu:que"coruc.r i l'eau et.ui .i'-'s les ch.i'eaux U tu; 10 d'annoncer le di';er Oa S allait lav;r t C tait la iormui comme avant api es le repas. Aprs, on s c 1 rctd compte, ces ?blunons en commun, dont il rtste d'ailleurs qu.l^ue chose dans la coutume de pasber ds toi. la lia du diner, taient ab olument indispecs.bles. Avant^ c'ita't une gaiarhe n utyells de pro pftt. %  H taut, dit un traie de c.vilit', se laver en p es nce les un. des aut es, quand n.ne on n'en aurait pas be Oii), afin que v.eux avec s< qa ls 0:1 m les u ns dans le pi t ne puiiient dou'cr ii elles sont u.tles R n ie p'oi rvlateur del ,:e c i. Itn io s,' e'ail eu ?, que ces traits de cvibt. L: pus u dbre u'cu re eux, au Xv'.e s .ie, le Qilatbs , p.iu eu itali-en 1341, et aussitt traduit ims tOuhs Les UPJ ,dn t cj^u'il 'Uit pas hou^le de segrutt r i table et quil fallait e'abiteuii !: cracher autan' que pdwible > S i faut en venir la, ajout; l'i 1 ;n aut'ur. < quoi le fasse d^ qu slqus gentille faon Puis eacd-e : t>J .us ne devons pas pren Ire d v goulment que le san<;! 0 t en v :-. %  comme celui qui se h.itoi. I 1 it COitraiot de perdre haleine e d; so-ill er, c-. qui c.use ennui el reg-et to.-l-: U CJmptgnie, Avoue q i. s: f-ne que so'.C la CU'Sins au; c 10 :. l.l.ji doTioi maogiait micquyt vritmeot d'.igment Mo'es que c.-s rats ne sout en ussg; que dioi le^ p;yles pus civiliss kl p!u^ polics de 1 E;r p. Eu Italie, en hsp gne, en rnaoce, dans les Paye i! . en Allemagae, ou ignore ces raffioemen s-li. U i rg'ement de 164a, en vigueur dans le Landgraviit d'AIiae, recommandait aux otfi:iers iov tes i dioer ch*z ua archiduc c de p seoter leurs civ.iil; i ion Altesse en tenue propre et de ne point arrivera moiti ivres, de ne pas boire spies chaque morceau car ainsi on se grise trop vite, d: ne pis jeter les oi sur U table, de ne pas cracher sut l'assiette, ni se moucher dans la nappe, et enfui de ne pas bjire trop bestialement au point di rouler BOUS la table — V'oiii, 'ira-loi. c;!; socit polie da Vv'HL sicle, don-. 01 OOJS reb.tlei oreilles Ce; bsllei dmes et cer gt 1 : i, s ; euri av lieut des m ce ara d.' rustres .' Il ne (attirait pis sy tromper. Oe 1 %  socit tait, en r.'hte. trs polie, mais 1a polite'Sfl ttai si on peut dire.esscntiellement dcorative, ^et des mots el'e ghsssil .u\ senti* 'menifl .elle butait p-s encore drus les ge.stts de la vie physijue.,. SAPHO VA mirai Knapp Hier, vers il lires de l'aprs-midi est entr dans i.oire rade un bteau Oc gurie amricain ayant son bord 1 amiral Knapp Comme nos lu.leirs lort d| appris par les Up< I es d hier, le Dpartement do id A,aune des Etata Unis a nomm lemiial Knapp pour remplacer l'aILIIUI bnowden comme reprsoLtaut navel en llei'i. Un uoit te rappeler que l'Amiral Kiupp avti Jassui les services du gOQxb oemtoi don imcaio avant la Lomiottioo de l'Amua. Soowden. Il qui;ta banto Uoiuugo apis la conclusion de l'anuistice et fut l'un des chefs de l etc.die qui conduisit le Prsident vVUaOQ eu France. Il avait auparavant, avec les airuiaux blffll LI BttDSOO, itpiseni la marine de guerre amiicaioe dans le service de putrouille interalli de I AllaiiUque, en coopration avec les maiiiu s britanuique et trauaise. C'est donc un personnage de haut rang que nous avons l'honueur de poisuer parmi nous. Les .-alves r glementaires ont ete tires en sou boni eut En lui loubaitant la bienvenue, m 03 tonnons le vœu que gr;e a. sou exprience, eon esprit de justice, les relations soient uea meilleures entre les gouvernements amricain et hatien et que 1 aide amricaine, da ,b u pleine limite du truite.assuru lo alement le dveloppement eono nuque et la stabilit de noire pays. nrir-aMMi -^ : vis I.'l.ispc.'io.i scoiiire de Port auP(ince donne avis aux intresss que, conformment la dpche du Dpartement de l'Instruction publique da'e du n Septembre courant, au NJ 1749, les examens, pour l issstoa ik.no dmaire auront lieu dans l'ordre au Vifll ; Otrt.hcit d'tudes primair;s le u 0;tcb.e, 15 evets lmentaire et suprieur : 1 ccir.^r. Lrtifi:st d'tuiei secondaires dss siiues le 18 Octobre^ C rtificat di premi r cycle le 18 0 bre Le registre as est OJv : .de 10 heures midi. un ne peut p'i-8 ee le dissimuler : le n:ouviccnt dclai:cli en Irlande I u les roi n-l mers a pus l'ampleur ci n lvolutii p. AU ra qu eu 1 1 mi nt c la pueire ce 191 a 1 ; %  : %  l, ii s rvolu ic-nnaires remblaient o^'e une minorit rgi able eu Irlai de, la nm^e se bornenti rclamer le vote riu bomo rle, ou ne peul ni r que les rpubheains irlandais se soc t empars, depuis lois, do tous les pouvoirs 1 oblics 11. 1 aercent, en lait leur auU sur : lie enti e, l'exception Ni I I i">lice, ni la gendai ; ' a nent plus r %  tablir lurdio et le tribunaux eux m imes sont dsarms par lea jurys, qu les yeux ferm la, ucquiiteni tous les coupables Devant colle si lai deux cour^nts PO dessinent 1 n Angleterre. Le % %  0| lim tes es| eut encore reuouer le lien 1 omit enire elles Ls 11 s li itanni 1 .o-. Ils reman ent t le projet de home rule, m dj dans ces demirea annes. Aprs y avoir in< troduii deux parlements, uu pour 1 Ulater et un pour le re^.io de I Irlande, M W-lter Long vient d'accep'.er un amendement y Introduisent en outre doux snata. Cette solution hybride apaisera t-ell ; les rvolutionnaires? Evidemmeut non. Quand ou voit combien, dan un pays paisible, un snat et an parlement ont souvent de peine • eu endre, on se d mande corn1 t deux snats el doux parlent nts pai viendraient luire bon m ;e iJa;:s un puvs anssl proton •i iroob que l'I;lande.' Ce m 1 istre psrlementaire cjuatre • 1 ue signerait plus une loi, ni un arrt 1 et ce serait l'anarchie. Ce I 1 l ce que pense 'ord !' %  '... Gecil. A i isi vi a .1 do propo ' : a du home eu son Uea et place, I it qui atteint cotio fois I extra n 1 limit 1 des CJ;IC S li Lord liage G c I p 0 0 s au gouv irnemeat ai g os d b I r le pass d'un seul trau et dabord rla question a 10 : point de d put 11 domande la convocat 00 d une assem 1 itei laise, lus au ays oui propi rtionnel, '.v c mandat de pi ri Ile-menu 1 1 proiot de 1 l pour io g mverneme it de l'Irlan 1 1. Cote libi it serai ace irde oble : Isa Bianfinera y lenl Itb : nt, occopaut bre de siges qui leur seraient accord la psi les lections e'. ils auraient mme le droit dy fane lar| bliq ie indpendant) de l*irlandv, bi la ludjont leur est favori, ble. Le proje quel qu'il soit, vot par fassemble irlandaise, cette assemble ne serait pas dissoute avant d tre tombO d'SCCQid avec h parut de Weatminaler sur un statut a.-n- par h s dans pays. 11 fiat recoopabre qu il est lm I le cett l I os (j r une libert plual tolue aux Irl mmo que, ai 1 %  •. 0 av ut il %  uppli | y a dix ans, la auestlo 1 de l Irlande am i l rsolue pj ir le plus grand bien de tous, tftair, lo : C J urne • rait heurtVn|Uf ne croj ii, i cor: rduc mie des ir r la vie tt uoutendeiit pas renoncer a cet ioaqU> lemnlre aHmo!.^ Aucune condition n'aurait t impose par la France ou les Ftats-TJnis Mexico, 22 a-t.— D aprs U *1Lraido, /< %  prsident Je la Huertu a auiton.c qu aucune condition pour la rt' connaissance du gouvtmtnunt mexicain n'avait t itnpo ce pat Us Etats Unisou la trna e l.e gouvernement mexicain, aurait, dit te prsident de la iiuerta. donne toutes garanties aux nations trangres, nt. bert be pas a violer sr\ promesses et ne p> use pas que ces n,:Uons aient aucune raison de nous imposer des cunJittom portant atteinte a notre dignit, Suivant Excelsior 1, on^e Amriaws it un sujet britannique ont t enlevs par i\dro Zamora qui a e'.i rit cuiwent n la tt d'un soulvement dans '. Etal de falisco. espoir. Si mme lo piojet a B | on j llugti Cecil tait adopte, nous avons la coevictiou que 1 Sa^ftaiblS COQStitaan.o irlandaise voterait la rpubli que indpendant* une forte majo11 a, solutior, que le parlement anglais oa p->ut accep'er et I ou ne t;ra\; e isi qu'approfondir le goullre ar-ut les deux pays. L autre courant qm se dessine est celui q ii pousse | Angleterre t reiriri lli.nnie par la lorce en. y envoyant de* troupes et en prelaot U lo. uuiMale dans luute 1 IqA de I Ile. Solution violente rpugne uu libralisme des. Anijiais, q ii n'ont cess de coniamner les procds de milita:isteaprussiens. Quoi quil advienne, la queation irrive aujourd hui t nt culminant, et eue e.t de 1 grave de toute < u^. nt le


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05214
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, September 14, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05214

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
lOfljtorz'
jm fnrNo :; H
Port au Prii El 'i
P^^^
Mardi 14 Septembre 1920
DIRCTED R-PROPRIETAi RE
Ofprfit-MAflLOIRE
Magistrat Communal /
U NUMERO 15 CE* i
ooii c: 2.00
i)t)ARTE^EMfS
coi ni moi! G. i 250 700
ffTRANGER poli 800
Fais ce que (u s lis tre
honnte, sans en attendre
aueuoe gloire.
Usonces sont reues au Comptoir la
bbjI de Publicit, 9 Rue Tronche, ra-
il, sj, Ludgate Hi!l, Londres,
PROPOS PERDUS
Quotidiet
DEMOPHILE
REDACTION; Rue Amricaine No, 1368
TELEPHONE. 43

\ Table
Un'cSF33 sage/u ires dner
Met.
1 joreon auquel s'adressait
ne lit mine de baisser
petit le nez, commo il eon-
ici'oyen d neuf ans que
BO^onJo. Mois connue j -
a tout pi es de lui, je l'enteu
Iroininalaii mi-voix :
fui est bien gil d aller dner
uioe, je ne demande pas
dy lier.
lie nous l'apprend : il ne
lioteivenir etvra une ma-
nde sa progniture et la
^oitura 11. t s- comme ce
vol in I10 :ore de sa con-
que la maman et le dos
lie lai deuiand 1
borquoi as- u dit tout l'h, u
Migirnen)) 1 (pie tu ne
lui pas niicix que d'aller
1 cuisine 7 V, u tra humi-
aron gentilhomme de ton
' la cuisina.
(ce que, toi aussi.tu vas mo
1 HrcQon ?
'mais je voudrais s voir.
luen / j'aime mieux diner \
,par qu U cui ine on
rfiinioger comme je veux,
lia avais ce quoi me
wvatioua- t Tions-toi droit
1 de bruit avec ta cuiller..
1 pas te coudes sur U
me coupe pas ses pomme-
(Jwec son couteau, etc. C'est
IdiMck da se tenir bien
Bdifcile que ,-i devient en-
pde manger..
tdamoa inieut pour raison
' 1 sauvage comme L'Jtaq
M, et j'ai Uni par lui dire
> le crains, no I a pas beau!
Ni Que c'est tub e que
Wiil.nomrne bien lev.
Minent, il q-tait pas asspz
pour le faire, mais il au-
prpoadre qu'a c omnte
ton peu de gens bien ie-
jwplua compliqu,e.i effet
Mie politesse de U tibl:
la dernire iuvontio 1
f vivre.
jwte priodiquemen'.aujour
cadence de la cuisine.
Wpe'iU plats mijotes d'au
Vieux plats classiques:
M mode, 'e freandeau
J{ Wbelott*. la matelot e, h
fuie saumon laCh-in.
[fPonletMarenuo ? Il sem.
a't raison. Dans la vie
Dteet presse qu est la
Naitresies de maison
'temps de veiller, en
JX gout' 6ul' leur cuisi
Wtapp.ennen: de mou.s
w mtier ou perdei.t la
h tous nous nous h.bi-
S en plus nous cun
t J Pfet*nheux et vulgai
^fetmaograilles Aussi
^Mutparlois.darslta
de vieux auteurs, quel
lur les lepas d'autrefois
jMJ.oupir qui fait au
gaieurriidibonqu'i
[,w ta cuisine est moins
l^aavame, il semble
Jdnerg d aujourd'hui
liinj' Pendre, beaucoup
^l eceux dil y acin
dmPre.XC!p:on8, naturelle
^7 dont le principal
W Vnver*:il,on d
j;'u-en.it 0 ufcilment
*?. I8 ou Frdric
"liW8autav,'c Argen,
?Met'Jie: les soupers de
DoclcnrUYSOx-;
ll\\ Grand'Une
A ct de Montbrun Et te
*
CHRONIQUE ArHve de
L. Hfimii
]ons
s de / 9
lires a.ni.el de35p.m
Tous les jours
dimauche excepl.
\*>m
Uiid
tu 'ue
de Mme Geollrin
Si le luxe d la tabla n'a pas auy-
meot, au oilet, u ^aat siugulie
mei.t rafiiu. L;s mets ont moins
ucculeut,mais 'a t on dont ou les
prsente est InQnimedt plus agra
ble et plus contoitable.
A une poqu relative uent rappro
chj de nous, les plus granis per
soiinages se cou luisaient tau:e
comme de vritab!ea gjinfres, et
ign iraient los pi a 1 |ua d j propret
qui uoub paraiaieot lmau nes.
Soog / qae l'oaage de la fourchette
n'a commenc se riomdre qu commencement da XVIIImi sicle.
Avaut cette po [ue, ou aaiaiaiait la
Viacde pleines mai s, et l'on y
dcooptitr*6 peti s morceaux avec
8)11 couteau. Qaaot aux dchets, on
ls jettait tout siino emeni derrire
s ii, iHHsaot mi domestiques ie aoio
de balayer o,a un uoudicea aprj le
r.'pae. car je parie, bien eotendu, ..ie
l.\ plus haute aoci , djs princes.
des ujbles, des risaea bourgeois
J liqu'aux environs de l'ij'j_ d ail
leurs,ie plus honntes geoi mettent
la miin dans le pat, un obseivan ,
il e>t vrai, lj m les convives les plue
coniidraoei les y aient in.s les
pie mecs. Cependant, de vieille date
la civilit reco il anode', do no pre.i
die lui alinums qj'avec trois ditgti
et ii l'allement d b Hoaux reprocoe
tu cbioce.ier Sgaier < di uiioger
h plue malpropremeat du moni.-.
de sor e que cjU fut mal au cisar*.
C'est paicd que le cluiuelur dcuiro
sa vianles 0 se lave le3 m nus da .y
lasauce.il et d n'y plju^jr qie ie
bjut des doigts-
SdBgta que nous sommes alo s
sous le tgae de Louis XIII, l'po-
q is di .'ho el de Kambotiillet, it
que la France commeeut donner
le ton a l'Europe. L lub.tude de
nuigec avec ses doigts et de se' .'es
p DgsrdansU sjucj tte t a'aillears. 1
un vi-elitineut rp n-iu:que"coruc.r
i l'eau et.ui .i'-'s les ch.i'eaux U
tu; 10 d'annoncer le di';er Oa S allait
lav;r t C tait la iormui comme
avant api es le repas. Aprs, on s c 1
rctd compte, ces ?blunons en com-
mun, dont il rtste d'ailleurs qu.l^ue
chose dans la coutume de pasber
ds toi. la lia du diner, taient
ab olument indispecs.bles. Avant^
c'ita't une gaiarhe n utyells de pro
pftt. ' H taut, dit un traie de c.vi-
lit', se laver en p es nce les un. des
aut es, quand n.ne on n'en aurait
pas be Oii), afin que v.eux avec s<
qa ls 0:1 m les u ns dans le pi t
ne puiiient dou'cr ii elles sont u.t-
les "
R n ie p'oi rvlateur del ,:e
c i. Itn io s,' e'ail eu ?, que ces traits
de cvibt. L: pus u dbre u'cu re
eux, au Xv'.e s .ie, le Qilatbs ,
p.iu eu itali-en 1341, et aussitt
traduit ims tOuhs Les UPJ ,dn t
cj^u'il 'Uit pas hou^le de segrutt r
i table et quil fallait e'abiteuii !:
cracher autan' que pdwible > S i
faut en venir la, ajout; l'i 1 ;n
aut'ur. < quoi le fasse d^ qu slqus
gentille faon Puis eacd-e : t>J .us
ne devons pas pren Ire d v
goulment que le san<;!0t en v :-. .
comme celui qui se h.i- toi. I 1 it
COitraiot de perdre haleine e d;
so-ill er, c-. qui c.use ennui el reg-et
to.-l-: U CJmptgnie,
Avoue q-i. s: f-ne que so'.C la
CU'Sins au; c 10 :. l.l.ji doTioi
maogiait micquyt vritmeot d'.ig-
ment Mo'es que c.-s rats ne sout
en ussg; que dioi le^ p;y- les pus
civiliss kl p!u^ polics de 1 E;r p.
Eu Italie, en hsp gne, en rnaoce,
dans les Paye i! . en Allemagae, ou
ignore ces raffioemen s-li. U i rg'e-
ment de 164a, en vigueur dans le
Landgraviit d'AIiae, recommandait
aux otfi:iers iov tes i dioer ch*z ua
archiduc c de p seoter leurs civ.iil;
i ion Altesse en tenue propre et de
ne point arrivera moiti ivres, de
ne pas boire spies chaque morceau
car ainsi on se grise trop vite, d: ne
pis jeter les oi sur U table, de ne
pas cracher sut l'assiette, ni se mou-
cher dans la nappe, et enfui de ne
pas bjire trop bestialement au point
di rouler bous la table
V'oiii, 'ira-loi. c;!; socit
polie da Vv'HL sicle, don-. 01
oojs reb.tlei oreilles Ce; bsllei d-
mes et cer gt 1 : i, s ; euri av lieut
des m ce ara d.' rustres .'
Il ne (attirait pis sy tromper.
Oe 1 socit tait, en r.'hte. trs
polie, mais 1a polite'Sfl ttai si on
peut dire.esscntiellement dcorative,
^et des mots el'e ghsssil .-.u\ senti*
'menifl .elle butait p-s encore drus
les ge.stts de la vie physijue.,.
SAPHO
VA mirai Knapp
Hier, vers il lires de l'aprs-midi
est entr dans i.oire rade un bteau
Oc gurie amricain ayant son
bord 1 amiral Knapp Comme nos
lu.leirs lort d| appris par les
Up< I es d hier, le Dpartement do
id A,aune des Etata Unis a nomm
lemiial Knapp pour remplacer l'a-
iliiuI bnowden comme reprsoLtaut
navel en llei'i.
Un uoit te rappeler que l'Amiral
Kiupp avti Jassui les services du
gOQxb oemtoi don imcaio avant la
Lomiottioo de l'Amua. Soowden. Il
qui;ta banto Uoiuugo apis la con-
clusion de l'anuistice et fut l'un des
chefs de l etc.die qui conduisit le
Prsident vVUaOQ eu France. Il avait
auparavant, avec les airuiaux blffll
li BttDSOO, itpiseni la marine de
guerre amiicaioe dans le service
de putrouille interalli de I AllaiiU-
que, en coopration avec les ma-
iiiu s britanuique et trauaise.
C'est donc un personnage de haut
rang que nous avons l'honueur de
poisuer parmi nous. Les .-alves r
glementaires ont ete tires en sou
boni eut-
En lui loubaitant la bienvenue,
m 03 tonnons le vu que gr;e a.
sou exprience, eon esprit de justice,
les relations soient uea meilleures
entre les gouvernements amricain
et hatien et que 1 aide amricaine,
da ,b u pleine limite du truite.assuru
lo alement le dveloppement eono
nuque et la stabilit de noire pays.
nrir-aMMi -^ :
vis
I.'l.ispc.'io.i scoiiire de Port au-
P(ince donne avis aux intresss
que, conformment la dpche du
Dpartement de l'Instruction publi-
que da'e du n Septembre courant,
au Nj 1749, les examens, pour l
issstoa ik.no dmaire auront lieu
dans l'ordre au Vifll ;
Otrt.hcit d'tudes primair;s le u
0;tcb.e,
15 evets lmentaire et suprieur
: 1 ccir.^r.
Lrtifi:st d'tuiei secondaires dss
siiues le 18 Octobre^
C rtificat di premi r cycle le 18
0 bre
Le registre as est oj-
v': .de 10 heures
midi.
un ne peut p'i-8 ee le dissimuler :
le n:ouviccnt dclai:cli en Irlande
I u les roi n-l mers a pus l'ampleur
ci n lvolutii p.
AU ra qu eu 1 1 mi nt c la pueire
ce 191 a 1 ;: l, ii s rvolu ic-nnai-
res remblaient o^'e une minorit
rgi able eu Irlai de, la nm^e se
bornenti rclamer le vote riu bomo
rle, ou ne peul ni r que les rpu-
bheains irlandais se soc t empars,
depuis lois, do tous les pouvoirs
1 oblics 11. 1 aercent, en lait leur au-
U sur : lie enti e, l'exception
Ni i i i">lice, ni la gen-
dai;" a nent plus r
tablir lurdio et le tribunaux eux
m imes sont dsarms par lea jurys,
qu les yeux ferm la, ucquiiteni tous
les coupables
Devant colle si lai deux cou-
r^nts po dessinent 1 n Angleterre.
Le 0| lim tes es| eut encore re-
uouer le lien 1 omit enire elles
Ls 11 s li itanni 1 .o-. Ils reman ent
t le projet de home rule,
m dj dans ces
demirea annes. Aprs y avoir in<
troduii deux parlements, uu pour
1 Ulater et un pour le re^.io de I Ir-
lande, M W-lter Long vient d'ac-
cep'.er un amendement y Introdui-
sent en outre doux snata.
Cette solution hybride apaisera
t-ell ; les rvolutionnaires? Evidem-
meut non. Quand ou voit combien,
dan un pays paisible, un snat et
an parlement ont souvent de peine
eu endre, on se d mande corn-
1 t deux snats el doux parle-
nt nts pai viendraient luire bon
m ;e iJa;:s un puvs anssl proton
i iroob que l'I;lande.' Ce
m 1 istre psrlementaire cjuatre
1 ue signerait plus une loi, ni un
arrt1 et ce serait l'anarchie.
Ce I 1 l ce que pense 'ord
!''... Gecil. A i isi vi a .1 do propo
' ' : a du home
. eu son Uea et place,
I it qui atteint cotio fois
Iextra n 1 limit 1 des cj;ic s li
Lord liage G c I p 0 0 s au gou-
v irnemeat ai g os d b I r le pass
d'un seul trau et dabord rla ques-
tion a 10 : point de d put 11 do-
mande la convocat 00 d une assem
1 itei laise, lus au
ays oui propi rtionnel, '.v c mandat
de pi ri Ile-menu 1 1 proiot de
1 l pour io g mverneme it de l'Irlan
1 1. Cote libi it serai ace irde
oble : Isa Bianfinera y
lenl Itb : nt, occopaut
' bre de siges qui leur seraient
accord la psi les lections e'. ils
auraient mme le droit dy fane
lar| bliq ie indpendant) de
l*irlandv, bi la ludjont leur est favo-
ri, ble.
Le proje quel qu'il soit, vot par
fassemble irlandaise, cette assem-
ble ne serait pas dissoute avant
d tre tombO d'SCCQid avec h par-
ut de Weatminaler sur un statut
a.-n- par h s dans pays.
11 fiat recoopabre qu il est lm
I le cett l I os (j r une
libert plu- al tolue aux Irl
mmo que, ai 1
......0 av ut il uppli | y a dix
ans, la auestlo 1 de l Irlande am i
l rsolue pj ir le plus grand bien
de tous, tftair, lo : C J urne
rait heurt- Vn-
|Uf ne croj ii,
i
cor:
rduc mie des ir
r la vie
tt uoutendeiit pas renoncer a cet ioaqU> lemnlre aHmo!.^
Aucune condition n'aurait t
impose par la France ou
les Ftats-TJnis
Mexico, 22 a-t. D aprs U *1L-
raido, /< prsident Je la Huertu a au-
iton.c qu aucune condition pour la rt'
connaissance du gouvtmtnunt mexicain
n'avait t itnpo ce pat Us Etats Unis-
ou la trna
e l.e gouvernement mexicain, aurait,
dit te prsident de la iiuerta. donne
toutes garanties aux nations trangres,
nt. bert be pas a violer sr\ promesses et
ne p> use pas que ces n,:Uons aient aucu-
ne raison de nous imposer des cunJi-
ttom portant atteinte a notre dignit,
Suivant Excelsior 1, on^e Amri-
aws it un sujet britannique ont t
enlevs par i\dro Zamora qui a e'.i
rit cuiwent n la tt d'un soulvement
dans '. Etal de falisco.
espoir. Si mme lo piojet aB |onj
llugti Cecil tait adopte, nous avons
la coevictiou que 1 Sa^ftaiblS COQS-
titaan.o irlandaise voterait la rpubli
que indpendant* une forte majo-
11 a, solutior, que le parlement an-
glais oa p->ut accep'er et I ou ne
t;ra\; e isi qu'approfondir le goullre
ar-ut les deux pays.
L autre courant qm se dessine est
celui q ii pousse | Angleterre t re-
iriri lli.nnie par la lorce en.
y envoyant de* troupes et en pre-
laot U lo. uuiMale dans luute
1 IqA de I Ile. Solution violente
- rpugne uu libralisme des.
Anijiais, q ii n'ont cess de coniam-
ner les procds de milita:istea-
prussiens.
Quoi quil advienne, la queation
irrive aujourd hui t
nt culminant, et eue e.t de
1 grave de toute
< u^. nt le


LE ton 11.',

........- Un teint de b
N'importe L'A
Elites toujours
ctl marque
pour prendre avec bnfice
la lgitime
EMULSION DE SCOTT
productive de forces, vigueur,
et nergie.
*-r~*
Nouvelles Etrangres Le Colonel llill
l) Septembre
FttYUrantii de la l>oi holUn-
Ji / "ouveau tremblement daise. venant de Ww Yoik est re-
' loum parmi QOOf, aprs une absen-
ressenti a Heygio Net
JSilDllil on annonce de iarin riioaia j 7.
et un Braod nombre de ViC'ime8 S A* ^ "55 D,V"0"'^ l:#
l'AHlS. L'tmbaiitdeor Rl'pmand H,U ,he,dU DWl*m'at ^1 Ouest
arn.-u un chque .le cent m'Ile tres que rous avons x htuuux de M-
reprsentant riodemoid pour 1rs voir en bonne sant.
dommage imtriele causs au con-
sulat de France B ealatf
VARSOVIE. (Communiqu oiiicifl
du b) i.a Hiuation est ioeblQga sui-
te Iront Uiiiuiinen. Il y a eu quel-
ques reucontrea sur \o* lignes enne-
roies mais lea at'eqaea o.tt re-
pouasees.
MAYnce Milleraod avec sa
su'te ea( arriv cet prs raidi ici. vienner t oe mw oi k, il y aune
Focn a don-i une splendide parais baisse cor.Mf'rab'e fur la taiinr,' l:u
La question de pain
On se p'tint b aucoip de la prti-
tesse de p'ins et de la rmrvais
ouain Ue la tatice. I:t tcpcndai t,
d'apis les mirmrhUs qui ncus
vitnnet t de New Yo k,
F^i ta Divers
OBSERVATOIRi;
DU
PETIT SflINAIRE
COLIEGEST M\RTI/L
RENSEIGNEMENTS
M ET OKOLCGIQUES
Lundi t) Seplemb e 1920
Baromtre
Te mp eu tare
en son honneur. Millorand a vi.s't
les casernes ou les soldats l'ont lon-
guement acclam.
PARIS -Le prince Constantin litd
ZlWlII est dcd.
BRUXELLES Ll commission dos
ail 1 es traagd es a dcid que lun-
di De la croix.s'expliquera sur les
lsulttia des ugcciationa la tes
Parii'
L'Etoile dit ; qu'aprs cb didrouia
Je gouvernement Heine donnera cer
laiuament eo.i approbation ei limtive
soi I accord Itanco-bel^e.
KO.wK Les Jourraux ar,nor.eent
(jue Ciohlti s'tst chan d aml orer
lu situation a Milan n Turir;il tu
die la question des mtallurgistes et
olfie aux deux parties une nouvelle ,
solution laquelle trrivera sans doute DtSVavitWH
a tre acceMe. '
VARSOVIE. Lis troupes lolcii-
v ala oprant dsni la direction de ,, ..
Vladiini Volyna 01.l eoull'eit de lpu;s hier 5oir,on est sans nou-
niaudes ptiies I es troupes pclonti- v.-l.cs de Mr Silamr, un des mera-
ses ODl travarr la rive ue la Bug e' bres les plus connus de la colon-e
ont occup Jt kdOQWka en faisan' J(jO syrienne tab'i sur cette p'a;e depa s
prisonniers. de nombreuses annes.
Xhl.l.Ks De la Croix a pr- Rappoi' a t tait par
repe ne d> mandant j lus d aussi loi s
app ovisionr err.ents i'Ami que.
Lcn'ir.e la ancoccv uctie entire
le t \'ouvflli:te dans son nurrro
d hier It Service d'hygine prend ac
ttellemen el'eicelU r, tes m< lire- peur
emic.her ,'utilisation de !a farine
tviiit lOrrettcns le \ceu que l'adrri
oislration de :on co' fasse !e cict
aire f cur obliger les boulsrgetl
liver du | ai? ten poid .
11 y a d'ail'ems in aric cemmu
nal eu vigueur qu'on ferait bien de
ne pas oublier pour re pas tombe1-
sous le coup de la ici.
76/ 9
minimum 22,7
maximum }\,i
27 5
ne Mr Salam
aent sen isppoit au couteil des mi
instrea sur les conversations qu'il
eut avec Millerand sur la question
itua0'polonaise ainn que sur la
questiou des rpaiallons- Le conseil
a donn oii approbation et l'accerd
t conclu entre lea tals Dljoil
gorani frsnsis et Belge.
PARIS- La deleg tion des cheva-
liers de Colomb visita |elhe sen
a famille
I? police qui enqute sur celte my1-
lrieuse disparition
Oj ne cioii pas tre en pr^en e
d'un cnmc, Mr Salam ayant lais>c
a Padiessede son f.ie un billet c
il ra.sure les siens iut son dpart
dont il ne donne pas pouiUnt les
net t>.
Des gens bien irlo;ms sffitneut
ouartiei-gnral de l'cole militaire, que le sympathique commeiant a
Le miiechal dclara cfie l'ami de obl aimptomeBl des ingestions
l'Amrique et rappela le bon travail d"0Icie li:lline <*ODt le secut ceptn-
tileciu pendant la gueire par les dant n'a Pas * blcn &*tsii-
EtatS-UDif. 11 eipiirre le dsir de Attendons le dnouent.nt del..
voir Us dmocrates frarais et am-
ricains tioilimcnt unis. Plus laid
Us chevalieis de Cdfomb vuitrent
le cimetire de i'iepus et dposient
une couionne sur le monument de
Lstsystte.
PARIS Cet ap:s-midi les che-
valiers de Colomb ont t re^us .1
City Hall. D llrents notables de la
deigetiofl ont tt dcotes. Ce oir
ttlta lieu un banquet olleit par les
chtvaliers de Colomb sous II prsi-
dence de Lelevre micitr de la guer
ie.
URl\LLlLS-tLa Nation Belge.
att.or.ee que l'aaord militaire sera
atnorc auiouid hui.
BLR1 IN On annonce qu'on a
dcouvert a Litutt de grands dio's
da mes lOOUna t 100 000 fusils et
jqooopces de ditfrents canons.
i.ts aimes ent t dtruites.
BRUXELLES DiLcioix dclare
qu',1 ui letrum trs tstuUil de la
iecp ion conne en son honneur 1
Pans et SBfiODCe Itntente haimo
meuse q 1 t. i t en're la Fiance cl
laBegqeCur la question lutsc-
polor aise cCLcermct les tpaaMocs
Uelacioix a cclai etie en plein ac-
.od ivtc MnUracd. La commission
d s Upar. I ens yigf-ia a Pans. Les
iiiploiiuits .1 ls ia un cntit!ont le
1)U. ebei Gci-ve peur tudier
belle .Ktniuie !
Funrailles
Cet .ipics-nnJi .luioiu lieu Iw lunraillcs Je
Marquci Jo-Chwlc ieidi liiermaiin.
l.c ton'.01 partira Je l.i nuison iuum.iire,
M tue de ll'.giln pour se rendre en II
Cathdrale Nis condolance-.
Vicuiitiit d'arriver par
dernier bateau
U /. do Saigon, Tabac en feuilles,
Put-us et ctiainbies a ait Ajixt tio
toutts les i. : L1 i. U).,.-.
Le tout ii> s 1 nx ns avai tag-ux.
t. N.GRa i\ COMPANi l.NC.
Varits
CK S01B
i^ES MYSTERES
UE IJ.EW-YOPK
lJe et 10e pisodes ,
LE MASQUE AUX
DEMIS EUANCHES
tfe piacdei
Kntite G. l.LO
les piopon ions de la commission.
Bhi \i i.i.ii Lac o d militai:s
(rincobtlgt est coi liim.
LULLAK 14,08 l/a.
C-D
Moyenne diurne
C>el clair jour et nui", fort nua-
geux vers les $ h.
Orage au nord a 7 h.
Baro n.rs constant.
J.92HERBR
A la Croix des Missions
Il v avali loule ce matin i la Croix-des-Miuions
pour la l't Je l'Kxaltatioas de laSte-Croix. Les
abords de "Eglise taient pavoiaea. Aprs la
mes e de 7 heures au cours de laquelle 10 en-
fantssesoDi approchs poui la premire lois de
l.i Sainte l'ahie, il y eut procession.
La grand'meise 1 t clbre par le pre
Lelur. vicaire -i St-Joseph et le sermon de circons-
tance l'ail p.ir w pre Paul, secrtaire-gnral
de l'archevch. L.- mi,et choiri tait le mystre
de la Croix On entendit des chants rnagnifiques
excuts sous !a direction du maestro Anstobule.
Puis i.neuictioii et salut du Saint Sacrement.
Kl ce lut, aprs les crmonies religieuses, des
promenades, bals et autres amusements qui ont
toujours faits de cette Me l'une des plus agra
bies de nos ltes champires.
Accident d'auto
Ce matin l'auto ponant le No 17, et monte
parle cii.iuiieur Scott avait laiss la Croix des
Missions avec passants quand non loin rie l
cite veisa les quatre lers en lair.
La petite Lina Arclier, 7 ans. qui se trouvait
sur sou | asage a t1 renverse e\ contusionne
a la lace et auN |ambes. Les j passagers om t
relevs lilnt et sauts.
Lytire pastorale do
Sa Saintet Benoit XV
Au punie de toutes les Eglises paroissiales,
chaque dimanche, est lue u lettre postorale sut
la nu de u grande guerre.C'est un document
important qui mriterait d tre mis >ous les yeux
de tous.
ui partie qui a t lue dimanche dernier i ix
Basilique Notre-Dame a trait la grande charit
avec laquelle les peup.es vaincus doivent tre
iraus H est recommanda aux crivsinr, nu-
.1 tes, journaliste! e.c la plus <'.inde modra-
non dans leurs crits.
Nuus tac arons, pour nos lecteurs, d'expliquer
plus amplement le sujet de cette lettre pastorale.
M. Uanielon Kigaud
Nous a\o:is l iKuieux de .unstaler qu" la
suite de 1 accident u auto dont t t victime
1 re auii Candeion Kigaud, son tat s'est 1111-
mdiatemeni amlior, il ne lui reste plus que
quelques lgres contusions et il .1 pu depuis hier
reoit des amis.
Nous .e ;ci citons le son prompt rtablisse-
ment.
A .a Compagnie ds Pompiers
llict so.r sur une convocation du Coinman-
dant de .a COU > .les fompuis Libres, les
Membres du Louctl picnaiei 1 coutaut avec la
commission charge d'enquter sur u disfarition
de l'quipement m la Compagnie,
Apres ue justes ODSCrvatiouS du Conseiller tlsson
e. quelques changes, de vue, cette commission
.1 lie ainsi loiniec. Le conseiller UCO. Lue, pr-
sident, lomcier !.. Ljiontant, secrtaire, et le
conseiller Cinna I Jniond rapporteur.
Prenaient part .1 cette runion les reprsentants
du n Malin et de 1 Lssor
Ecno des Gonaives
Jeudi Seinier, -1 septembre dans les salons de
Mme Ve Auy. veina, ic Magistral Coiuuiuiul,
AI W lr Justin Luloitue a pmeede au mariage
liviloc .Mr Joseph Itikoul w:c Meiie Martha
\ erna.
LOI tmoins du cal de la marie taient r
Mm. U\ U. Des. Liiino Allen, EujSM D-
brosse \ugusun Acascas.
Ceux uu mari MM. Louis Itourgain, l.mm.
r, WilUarn Woel, Allred Lcgculre.
Le :auieUi suivant ks martes OCI t conduits
.: I autel par Mr l). U. Jacques et Mme Ltuvo
Al en. lous nos sounaiij de bonheur a I'iu-
uriessani toupie,
Mariage
Nous u^ons eu le plaisir de recevoir le laue-
pari eu mariai e ue Mademoiselle Kachei Stlvera
avec Monsiem Mbefi Uayan.
la crmonie nuptiale aura lieu le dimanche
19 Septembre couraui o heuies de l'aprs-muli
u domicile de MM. l)avan c Abkbol 1 maison
Uesir DcsiandctJ |) Peu de Chose.
N" ..ut
ewu^.e.
Conserve
la Fracheur
>} de? la Jeunesse.
nwr: "i
Crme TcinrtelTj
Vol ou tiile d'eisa'
Pou U n- Teindcly
1 blancbe, ekau
rote naturel, ros
pour brun', rr-
ih-j' clair, rttliel V
Ibncei......... *a
Boin IVinddy.. '
Eau I r -, :. :> .. '?" "--_-^. )%
Lan I m.u. .v. .._ -, -P ,,
S.von Teiudclys.. 'v> ':. A.
Fardtlloulcs teintes) ,**. x
Taxe comprit t
Aucun rnuoi contre remboursement
Tnvoi iur drmandr du CJrntl
de Beaut du U' IteyinonUon,
Embeltitl
effac*
tes Ride
3. tue de la Paix. r>j
Toutes Parforr.crifs
et Grands Mit uini
i'-f'
Frauco-Haitiei
! Agint gnral j;ciir Hati
1720, Hue dvMagasin de VEtaU
Joanny Cordasco
310, Hue des Fronts-torts,
a8e Avenue, P. 0. Eox 2 Pcrt-au Piince, Hati.
Ventes sensationnelles avtcgram
rabais laissant de gios bnficet
avx plus pret,
Assorliiccm lis coiD|ilit o'anicles poi
Cor demis! rie ti luarclianils cordounier^
Vous trouverez jaleinenl en stock :
Peinture ( Cet fa, chacsselies, machines coudre 1 el
Access iies pour auiomob les ar ici s f maill -, l'ourniluittl
pour malle:in.% eu; %-t 'lrillia et (h la clbre nnrqae I
peur ' oc 1 i v* de louies t s n ances e!c, eta
Si YeVuf 'es fuje's aux
lihumes et Bronchites
Si \ous redouiez ui3 infcCiicn pulmonaire
Mettez vutie orgtuisme eu etai djdiei
PAU LA
Soiuiioii Walerbur;
B\T18EPTiqUE puifs.ni et REC0NST1TU\M incon^
i\'a'itnMZ pasd'irt ptus ijravenitnt atteint :
WATERBURY CHEMICAL COMPANI
L)ea Moines. Iow .
TORONTO NEW-YORK NEW OBUS
Iranck J. Martin
gqtlgtniral l'.n ja-ie de la Glacire PorwP"*
TIMBRES POSTE POUR COLLECTIONS
PaohA ,es Timb"'3 d'Katl par quantits. We JJ ( ,
U dOnete mcttrc 6chantinons ,Vec prix par 100 et ^r iaw* m
THODORE CHAMPION, 13, rue Dr.v ^


LE MATIN
VOUS TES INTERESSES
v
Dans celle
**
POUR FAIRE DE Ll PLACE POUR
Notre nouveau stock de marchandises
Nous vendons notre stock actuel de
heck Massa assorti 23 Pouces


bleu
Prescotf
Si a m .






P. or 7.50
7.85
9.00
5.50
La ven
ommencera
i
Le Mercredi, 15 Septembre chez
41
EU

, X |
pgle des Rues Houx et Courbe


1 MATIN
l'tre dote d'un tioweau tyslmt qui ci'e aux clients h peine d'aller
'-leurs achat. Ln dispositif connu sous U nom de. C \8n liAiililvjR
ri* fa ,.,, y......,,.. / .___.,. ., I'.....,.,.. _... /.. ... >' !.. ___L..;_ .1-------------J-
/.a Maison tient d
la caisse, pour pa^er leurs ucHals. Un dispositif connu sous U nom de. U \SH iJAtititl'.ti
(vorte espce ) transport au minier ii note et l'argent peur les articles achets tl rapport
aux clients le bordereau ainsi que U monnaie
Ou\re. cela, nou* avant reu aum un g*and ttoth de marchanilns nounlle-, parmi
lesquelles se trouvent des MlMEOGH\P[lS, n actinie copier, permettant de tuer autan/
de copies que Ion ro ira dun seul original.
Bombons de chocolat
Cruches en verre pour eau
Amidon
Prunes
Poudre de sucre
Sirop Karo
Pcha* desschs
Argenteries
Papetei le
Prennes pour pomm do (erre
Moulins viande
Collleis pour chiens
Cravaten pou* hommes
trayons imitation argent
Por.e monnaie
BAZAR METROPOLITAIN | Htel Restaurant
Maison de confiance
Angle des Hues du l\upe et Danfs Oeslouche
t Chose jamais vue en Hati

LHteJ l^.iauraiil (c. l'avenir se r.rominanrin
bon son ri la r/gdlaiifc de son service, le vovaw '8N
1 o t au Pi ce v trouveront pleine satisfactionD qui^
vaincre un n'a ql pisser au No 1^5 de laB.,,'pC,,r H
bureau des l'gfipli a 'erfesfres. erou m
(or.dilioiiS trs avantageuses.
A SVLLA, Propritaire.
Grand Htel de rranei
Le g'iDd Hd el de F.ance a le plaisir d'annoncer i , .
breaM,i choisie qu'il vent de recevoir par Carav lie d'^'i
choix de toutes les qualits ^-veiie des tiqs de ^
VU rouge Gourdes' 9 le aniu
t blanc Harsac Gourdes 10 h^n
Des vins en bouteilles roup.s et blancs V""
vermouth franais fr *
Quinquina des Princes ee faB
du Cap Corse au quinquina.
Vins mousseux *t Cil Ml'AGNE
Lqueurs trariise Maii* Brtzard
M tout i dts prix trs rrodi
f'- P- PATRIZI
. . -


La Maison
Paul E. Auxila
RUEDUMIG/SIN DE L'ETATETTR4VE
PALM BEACH8 bt TUSSORS de Shantun
Dj-NIKLLES valenciennces et sur ull
AIZE bred^e et empiccaitat,
1 OI10NS Poudres, Essences divic h i
ORfclLl ERS plume,. Mou'qurs UPP" ^^
l) a-s toile, coton, Toile diipi '
( HEMISES, Chemisettes, d'ecoin
f RE l'd Chili.( -epon de SOie, Geor elle.
R?mv<; rU?,int*"ie' Etoks Plm
Vil ,' '"f'' *?.** JuPes * Cors Pei
U j tau dfailli t: de lame etc.

Vous trouverez des cercueils
lotis polis permettant dlivrer
le travail i heure aprs.
Guillaume Duchatellier
2101, Or^iVRue. pr< del (i are du Nord
Pharmacie F. SEJIME
Angle des Rues Roux et du Centn
2 iiodailles d'argert Exposiion de Bruxelles *910
Laboratoire de thmie Mdicale
Droguerie, Produit! chimiques et pharmaceutiques.
Spcial u es franaises et amricaines.
i rparation de toutes ampoules mdicamenteuses strilisa
c ,. et injectables,
bpc ans. Srum nvrosthnique simple et ferrugineut. 1
lodliydrarg/re. S Jrum ue .tiorard remplaant les paqufltj
lcalcifianis de Ke.-rier et de fiobiw
llj a toujours en stock : NefronheW Sirop pectonl,
Elixir de Pens',Ivani\
Dpotitaire du PHEVEMYL
Ht prsentant des Laboratoires Te"
lAlTIFERM. J erment lactiqj
i twAMan r.' ra,es et cutane*.
/ AXJ1UNK, .t-pcifique de la constipation:
coati e aillions giitr.)
Cigarettes La LVa t i o n aie
Produits de premier choix
rracBM,((Encore" LA NATIONALE
Voient chaque jour augmenter leur rputation
Elles rivalisent avec les meillt ures cigarettes import!


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM