<%BANNER%>







PAGE 1

VQle.-voua lire un des dernire suer, '-s de I.if). airie ? 1 asetz au bu reau du cMATIN i £l demandez : Us leons^militaires de la Guerre. J ar le Cou mandant Cl Bouvard. Prface par le Marchal I tant. Ce livre a jour oLjet de donner une claire intelligence des enseignements inilitairea de la gueire.Ctiecun a beaucoup vu, ruai* dans un ceicle restreint. Pour le reste, noua rou en rapportons hop souvent des ide primes ou des opinions prconuesNfastes avant et pecdatt la guerre nos ignorances, certains espoirs rua si injustifis que certaines craintes, pourraient I tre encore demain. Cet ouvrage comprend trois par. tien. D'abord une tude des questions ezlra-militairesdont la solution importe tant pour la conduite d'une guerre moderne : mobilisation de la inain-d u-uvie. mobilisation agricole et financire, mesures conomiques et ravitaillement. Une deuxime par tie est contacree i tude de l'outil de guerre ( intanteiie.arullerie.criars blinds, avion, gnie et cavalerie ) et du problme .capital de la cooidinatiou dea forces, tude mettant en valeur l'volution veis un rnachinis me tous les jours plus graDd.La dur nire partie enlin, consacre ce qu'il est convenu d'appeler la at-ntegie, tudie les conditions dans lesquelles le haut commandement doit mouvoir des masses innombrables. Vivant, | concn:', constamment inspire des exemples de la guerre, cet ouvrage rpond la question ; comment la France set elle dfen due ? et claire I avenir de toutes les Jn.ona d un lourd paes. de 9 E'i / 9 Docteur HYSO 1344 Grand Rue A eAt de Mont brun Consultations hres a.ni.el de j Tous les jours 'dimanche except. s a,) p. m Faits Divers Nouvelles Etrangres OBSERVATOIRE DU PETIT SEMINAIRE CO'-lEGEST MARTIAL RENSEU*NtMEMTS METEOROLOGIQUES Miidi 7 Septembre 1^20 762 \ B.romlre Temprature minimum maximum ;; 9 Moyenne diu'nt 2a o Ciel un peu nu.'; eux le clair la matine. O ge passant par 1: Sud baioraire pierque conshnt. J SCHEROR jour, h. isMiiund et Deiaaox lihunies anciens et rcents* t mis d'accord sur les ques,,, w* loux, BronehU Sont radicalement guris par la SOLUTION WA'EU liUHV : Qui donne des POUMONS ROBUSTES et Aj, 6 prvient la TUUKKCULOSK. Ce produit jouit d'une --'%  r.'putatiou universelle. 4 -<^ SOLUTION vVATftHBBRY :A base de Crosole et de GiiiCOl, llu.le de Foio de MtfQ, Digssive Ferments, ErM 1, non Fermente : HypophospliUs Composs, Ext:aiu de Cerised'Fnr tus, Subetinoe Aiomaqu L'Etat indpendant de Hume M. Whilnty IV airen es' son reprsentant officiel. On annonce la nomination de M. • Whitney Warren, architecte New York et a Dos on, comme reprsentant officiel en Amrique du commandant il An u ai '.10 ut du gouver nemeni de Kiume. Le message adress M. Whitney WrrtC est ainsi conu ; Le commandant d'Annuozio et le conseil national vous nomment reprsentant otliciel de J'iuina eu Amrique. Vos lettres de ciance vous seiont envoyes par courrier M Wdrren est connu comme l'un des plus ardents d tenseurs des aspirations de ritaiiedar.8 I Adriatique. Tries 1 e li Aot. — D'Aununzio a dclar que l'tablissement de l'Etat libre -•' indpendant de Fiume tait imminent et qu'il projetait d'tendre ses limites iueqaala ligne de dmarcation Wilson emre les territoire italien et vougo-slaves. Une aune dpche annonce que lea relations sont rompues entre le conseil national de Kiume et d Anuunzio. Washington, 14 aot.—Lu rponse du Japon la note amricaine prolestant contre l occupation par le \apon de la partie nord de I lu Sakhalme, a t reue avjourdbui par le dpartement d'Etat. La note est longue, par ait-il, et traite tond la politique japonaise en Sibrie. Ce document ainsi que la note amricaine seront probablement rendus publics la semaine prochaine. Pour la Prophylaxie et la Morale La Police vient Je fa re une rjtle dont *.* rjouiront tous ceux qui ont montre quelque SOUCi Je l'hygine sociale et uc h prophylaxie Je malulie contagieuses. Hier, en cttet, un," loule considrable de tilles de joie ont M apprhende et mises en lieu sur, en attendant que des meures gnrales soient prises en vue Ue rglementer la pro. munon. Depuis trop ldUKtemps ces mesures taient ncessaires La petite et la grande avaria eauteot des ravages eiirciiiemenl n quittant-, ltaux de la moii'idit est, de ce chet,iifrayuitj comme en tont loi les statistique^ mdicale!. Si l'on Mage, au surpis.au point dj vue social qui s'anaclic cette I oporiaote question on ne peut qu'applaudir a la mesure d'hier et a toutes celles qui doivjut are pu es pour !J sauvegarde des nKawi et la prote4oo de la Mat Pudique pourvu que ces nicsures, par des rapports de police consciencieux, n'atteignent qae les vritables prostitues. Sur la ligne Bizton-Carieiour Lue cUertM at ptaCU au liois W'itv a Martissant pour les BtWtOI de la r.C S. Le Irain de lli/oton l'y ar u.ni pour U re de l'eau, voila donc uue nouvelle stat on dont b nelicieront les voyageurs Foor l'couieniant des eaux pluviales Nous signalons a l'attention de q n dedroit la bouclic d'egot place .1 Uxtr mu d.III. tel de France Cl donu.uii sur la rue Ji Qui. Lav.rse de samedi a deiiuntie qu cl e mente d H agrandie, i.e volunre des taux pluviales, n i'U pu s'y dverser totalement, sjnt montes dans cette rgion a une hauteur trop considcrab.e. jNotre JJiapeau Nous avons Itu du Cap-ilaiticn une nontrence ptononcaan dut Bleu et Rouge le 16 Mai i-l-'o par Mr Christian Wcrlcigh et traitant du Drapeau national. Compliments a I au:eur pour son travail consciencieux tait de conviction et de patriotisme. Dcs Les funrailles de Uavanac Arnaud dcd hier auroir. lieu aujourd'hui en l'Eglise Bapt i st e Le convoi partira M 1- maison mortuaire s se, rue de la Rvolution, prs la rue Si Honor. Nos sincres condolcansesauN parents prouvs. — Lst morte ce matin la mre de Meliaillv, iac de yans.— Funrailles cet aprs-midi. S.HS.M B l'ne intressante s.ance a eu Heu dimanche dernier i la Socit Hatienne de Secours Mutuels et de Uicnlais.uice. La commission de revUion des statuts dont le prsideni est le Dr F. Coll et le rapporteur Dr C. Doucct a dpos son rapport qui a t discut et adopt.— Le Dr p CoW,^conseiller, a t lu vice prsident et le Dr G. Uoucet, conseiller, de cette association. Depcne lunhre Un tlgramme nous appiend la mort, survenue lnci J la Petite Rivire de l'Aitibonite, du Dr llolophcrne Duviella bien connu a l'oit auPrinc*. Le Dr/Dr Duvilla qui lut mdecin a I hpital militaire tXCTCait M piotcss.on a la l'te-Rivire' Xos coniloleances a sa lanllle et particulirep mt a son lire Me .abus Duvicl'.i. La Renaissance Les membres du Uuieau de la • Hc:iai>san.e sont convoques pour demain |cudi a > Il t\i he/. le Secrtaire, rue du Mont.ilais, pour une communication iinponantc. ci Scptm.b:e PARIS— Uue'ques recl Cca ions peu impo tantes seront apportes au texte du trait militaire tranco-b Ige avjnijdtre d t vemect appiouv par les deux rta ions. l'A RIS 2i,o se sout mis a accora sur les q tions conomiques in iessant les deux pays. NI'w—Les thivalieis de Colomb aniveoant de .\lunaco ont t reus par a municipalit I's pailiroat Utrnain j. 0{ r Paiis. l'AHlS — Le temps dment la ncu vel.'e d'apr* laque le Lloyd George aurait reu l'mir Fa J cal u Lucenie. 11 assure que l'emir tst encore Milan et i|jles auiorit a suisses ne parais s in t pas ns dposes 1 adme lie sur le terti oir suisse. l'AlliS. — Le ^ijuverntmeui ayant aim i attention de Dully, ruproseu t* nt du pir.i rpublicain irlandais sur lai diconviiieuts i|ui pourraient rmilerde la propigaudfl irlanJaise sur le territoire iia;:ais celui-ci a jug,< prfrable de se rendre en beigiqufDAN 'l'ZK. Un 'ient de s.urco aile uiifjdo qu le Presideut Tcwer a demande iJj,uuo botnaiti de iMfort, Plusieuis naviies d guerre franc us et anglais sont aruvs ici. fAttlS — Le 11 novembre est U daie ixee pour clbrer le ome auuiversaire de la troisime H.-publi que. Naiiinuins la juuine du septembre u t indique par de nombreuses le es. L?s joiinauxii reut i>asoi t ir l'oeuvre du goovorotj niHrit Itpublicain au cots du demi sicle cuul et baucojp ont ligna l la concidence de cete date aveu la gtaudu ba aille de la alarue. Pansylvania Caf Propritaire Mmt Blanche Dpars Crme i la glace, sorbet-, Sandwiches, Ccnse:ves et toutes sortes de boisions. Allez i ci t tablissement situ la lue Pave et pourvu de toutes les comrroJits modernes. VIS Sur l'ordre des Squestres Liquidateurs, paitirdu ^u (vingl)Septem bie courant, la Pharmacie Centrale itsteia ouv,eru; tous les jours, le dimanche ixc< pt, de 10 (dix;heun a inid Lea produits toxiques ne seront vendus qu 'eux personnes autorises les .'eveiHiit'. mais les autres et les spciaius seront livrs n'importe quelle personne et par n'importe quelle quantit. Seuls seront mis en vente les preduis reconnus bons. Peil-dU-Pnnce;le lerSeptemb e lli.O Les Squestrai Liquidateurs 0. SCAliPA & A. J. M AU M US ,. CIGARETTES" Or le 4 80 millier EdESTEVE PORT au-PRINCE •'-: ;.'•. Mieux vaut prvenir que qurir WVmifcll'RY CHEMICAL COMPANY Des Moines, lowr TORONTO NEW-YORK | N E\V ORLKANS Franck J. Martin Agentgnral— lin face de la (glacire — Port-au-Prince, Vins d'Italie Vi is Mine et rouga d'Italie, rc^tirateur .lu Vsuve" par d4 barrique. 1'*ix et (jualit dliant toute conurrem'C. En vente chez A. de Matteis $ Co Rtpritertanu de la Maison Carlo aifle de Nuples. 9B X. I JS. L . Ill %  !! % % %  ittentioi] —"^ coince !.. CON8TffpATrOtM prenez U ooM*n\mkn SUISSES d, DKLORT. riir.rn,. ien, 1VJ, /fl.•-;., ,.... „ Jlne C'BST LE MEII.1 rur PORT-A XJ -7R1NOS ... T.PF.TKU3. Plein.ne AI.BKHTIM ^ Phansac'a 1t*< IPs / df.nM.Le Bazar des GeatlameD, pour venir en aide aux vrais et tumeurs qui, ddpu'8 des w up*. s ver uetit par de vaines rechi trouver dj b n SUlFuill ^iTLse lit fin de leur annoncer n'ont plus s'iuquiiUer, sensible leur -iFo NS, il a embrass cause et leur apporte ( la ralisai on dis rves;. Scaferlati suprieur De prparation franaise, la fameuse marque i A leaiind^e porla'eur des tabacs des manufactures de Œta' de France. ht IJazar, vouant d mner unejpreu e indiscutable que son esi I • meilleur qu'on puisse trouver, met gracieuse ment la lion de* amateurs lUJ) pqjatf de cigarettes Scafarlali sup qu'ils peu* en i r Uoier partir de oJ3ur au No MJ, I^ueB Foi, local du Biz r. Franois Letellier Seul agent l dise La Pension Rouzier oire > sa clientle aire ioo annere lecouiort le plus igrabia aux vojageurp. Champ de Mars. Varits CE soxa LES DEUX GOSSES floues c. t.oo i— Le steamer < Colon de la ligne Fanama tv rrtr ce rratio, il laisse ret aprs-midi directement pour NewYok. AKIANI.. a laiss Amsterdam le !2 art, att-ndu ici le io Septembre. Repartira le mme jour pour Gnantanamo,Santiagode Luba.Maazanila. K.neston et Guatemala. AR1NS PREDERlfH HliNDRICH |}Uff) it U Cict.i. Lait Condense! Joanny Cordasco 310, Rue \des Fronts-torts. ] iNj Avenue, — P.JO. Boa 2 Port-au-Prince, IlaiU. le/i t es sensationnelles avecyrana* rabats laissant de gros bnfices j aux plus presss. Assortiment trs complet d'articles pouf | cordonnerie et marchandsVordonoiers Vous trouverez galement en stock : g Peinture c Gai fi, chaussettes, machines coudre J l cceaaiiiei pour aulomob.hs.ar icle-s ejiaill. fournitures as "ji pour mtUltfliei*, cirage 'Griltiui et de la c^lt'bre inarque pour oulieij de toutes le n-ances etc. etc. Lait vapor L Preetzmann Aggerholm jfe.wS35 Buptn. ur I iand^ rnif et nu fHrruKin.'ui dont la plupart il.|innl las oi 1 **'* u>aa•• %  "** A4aia dw m uopliau a Part.frs le preiwr Oavun, le* oal*a* uleot '" V.



PAGE 1

r^im anne No 376 Toit au Fnrcc,iiaiti I JJCTEOR-FROPRIETAIRE ^ntMAGLOlRK JUGISTFAT COMMUNAL flUUO 15 CENriMM G: 2.00 DEPARTEMENTS fTRANGEa Ipoii G. 2.rvu 7UU • 800 -C e$ sont reues au Comptoir h '• lTpubiicit, 9 R* Troochet, P. ,t }, Ludgate HiJ], Londret; Quotidien} Nous souffrons be ucoup mnager, sans compter 'PiUcolieis de chaque expo I manifeitation la plus cla J'telligenc; et du got des Parisiens de la nouveaut, crateurs de choses char "licales desquelles dpen entres industries de pro la soierie,des tofte-s, 1S dei tapisseries, de la Jlameublement, etc.. '1 imagination et de l'esWive des grands artistes V inventent, les modles, Jf*-> et, en un mot, font rai: | e s, sna l de la pros£> s si l'on savait en tirer r %  Ffement permettre ces giive et d audace de tra Russir i, Roman de Louis de Robert G. 6 75 cLedrame mystrieux du thtre de l'ans 7 >o .... Mais Vivre par Marcel Berger 575 Psychologie du raisonnemeit par E. Keignand 15 Le systme d Anstote par U. tiamelin 16 Dans lts util du Sud par L. R. Stevenson 7 /o L'Ile heureuse par Avesnes 7 30 L'Ame trangre, Marcelle Adam ) 7; Vbrepar It Di Serge Voionoit 10 Latte blanche pur |ean Cocteau 0 Petit manuel uu parlait avanttrier p.r Piene Mac Orian 4 50 La dermie tsarine par Ch. et H. Omeasa 6 La tragdie Sibrienne, J.Lasies 7 jo Psychologie de la guerre par rieary Spont 7 00 Leons de la Guerre ; L'Aronautique par Ct Uitlieb 9 00 Leons de la Guerre ; Alimentation et lavitaillement parK LigendieNoo Leons de la Guerre. L'industrie Irau aise pai L. Guillet et |. Durand y 00 Ltjns de la Guerre. Les leons mi lita res de la Guerre par Ct Bouvard 9 00 1 e< ons de la Gueire.Maiineet g uerre r avale par Cne dilej VaschalUe y 00 La bataille de Poch par Raymond Recouly 5 00 O va 1 ou ? pai Ren Besnard 0 00 La rsurrection de la chair par iiemy Boideaux 7 co Alctste par Andr Gybal 5 00 i i uli par Rou ain Rolland b 00 L coutume des anctres par Charles Renel 5 00 La danse sur le feu et l'eau Hlie Faure 6 00 le soif il se lve par Iules Mary 5 00 Anatomie sentimentale Porto Riche S 00 N.ole marie e par Mathilde Alanic 675 l'.aiur de Cluti-auxet de grandes mai sonsjeux nouveaux BaroQoeStatf 3 00 La dansa devant le miroir, Franois de Cu el 2 ]j La lemme noimale dans la socit nouvelle 3 50 L?s crivain; contemporains de l'Amrique espagnole ; 7J Huit jouis a V/maillei par Paul Guiycr 10 A/acamb.ia par Caello Ne.lo S OJ Le corn nandemeat unique par Mcrmeix 7 00 Les peup.es d'uitr ne Orient* La Gline 6 i) Dialogues d hier par Maurice Donnay 6-75 NJS potes et la pense de leur temps 3 00 Srie O 60 centimes La closerie des gn s, Fred. Sou li. Chatte.ton, Aured ue Vigny, ta vite Viiic, L. B. Picard. Le Lncvalier a la mode, Dancouil. Louis XI, Ga simu Delavigne. Le bjnhomme ji dis, llemy Margar Les leons de danse. Valse hsitation les nouveaux pas du tango, la valse le triple bostou a G I 2J La R.vue des deux mondes 2 50 La Revue universelle 2 50 London News 1 50 Le Matin* le |oumal, ie Petit Parisien, les 7 Nos 1 os Le Figaio, le Temps, l'Excelsior les 7 Nos 1 75 mm i l'ai visit ce Salon avec le cortge Olticiel qui accompag ia:t M. et Mme Dischanel. l'avais ruisi i me glisser entie les huissiers de la Prsidence e. les agents de poice, beaucoup trop nombreux, jusque derrire la prsidente.M. Honort, ministre de l'Instruction Publique et Jes Beaux-Arts, celui auquel nous devons la fiction de Iheure d't, mme en hiver, donnait le bras i Mme Deschanei. M. lioaorat, surnom n le camirade Jwk , pour avoir arrt; le soleil, est un grani homme brun, d'aspect svre.U.'puis que \i le vo.s i la Chimbre, je ne t'tVAtl jiuttil vu sourire. L'autre jour, au buttet du Salon, lorsqu'il ol( it une coupe c e Champagne a la prs.deiite, son v.sage souaam s claira et u nous apparut gracieux. C'est qu'il veaait ds vo r tant d cliosei lgint;s, groupes avec art, en compagne de la prem re d^s Parisien les, que son me svre eu tiit Ijuts rasserak. Gomment ae pas voir la vie en IOSJ d ns le dcor magaique du hall des granis magasins, o chaque maLon avait rivalis d'inginioiil dans la mise en scae d.s toilettes les p.'OJ exquises et les plus troublantes I. .. ARSENE Pau unis/ Paaauias / Pour Homme-, et pour Dmes j f Chez Lonide SOL\GES Rue Courbe, Tout '.re cr tbit une rgle ; h s ai cm. s a'agt^ent pour tonner des coi(B stlon lea lois de la tolition et de l'allinitc ; les ubiits bout lOOttODf dans leur course travers I espace par les lois de la gravitation et de la p. sari eur ; les vgtaux se d ;vi loiipeut dans I liarmuuie de leurs prupoi MOUS ; les animaux qui suit pourvus dosoiis suivent leuis mstinctS' 1 | i icou Istoot dans le p aiiir, daus u r c 1 iciie de la jooli suiee qui sat.sfsu uuis appet't 5 ,leur t:,.-il)...; %  L liouiuij qui est un aui mal, u donc des sens,d'o l'attrait ues pies sensuelles • mais il est uus si un "ai mal ramo.iuabie' 1 et le xeicico di sa lenaib.lit est ^oiidi uu ma par une facult suprieure, U raison qui devient 'la 101 do sa vie %  et l'exprim , se maniles'e par la conscieuceUa tait domine to 1 os le3 existen ces humaines, savoir, que des dsvu is corresponde .t dea droits, des besoins. Suis tir* ses besonu, exercer ses Iroi'.s.-ans se soucier des dioi.s et les b.'sj.us d auirui.c'estvi vreendehorsdela.ci.c est glorifierOQ monstrueux egol ue. 1 imitation d la Oete dont le p!a sir r^ie les sens parce qu alle ne coonaisseot pas la iaisun. La vie u.i %  de l'homme consiste les dompter puur rottliser le b.6D. Ce bien, c'est ce qui convient la nature parlaite C'est l'harmonie, l'intgrit, ia puret, ce qui donna a la vie sa plus uaute vaieur. L'or est pur quaud il ol sans alhage, l'air quand il est sans microbes, l'eau MOI souillure, le vin saus mlange le cœur quaud il ignore le ViOt le goul quand il exclut le i.u 1, la cous cience tjuaud elle est sans supinsmes, les uiucura sont puies quaud elles sont nettee. De sorte qu ou aboutit cette cou Cluoion que la loi de la vie humaine est la puiet dans les penses et lea actes et que si chacun vivait selon Une bien curieuse exprience de tlphonie sans ril vient d'tre russie par la Compagnie Marconi et par le al.y Mail . Un reporter de ce journal rtut un petit appareil qu'on lui prsenta comme un rcepteur de tlphouie sans lil. Puis il fut invu aller ae piouienur la campagne, o il voudrait. Aucun itinraire in lui fut impos. Oi lui recommanda s mpiemeni de porter l'appireil sous sou giletjet de ne point s e 1 dessaisir. A'ora que notre homme dambulait tranquillement parmi les bruyres eu il m s uue vingtaine de kilo no res du centre de la City . il fut BOoditn interpelle par la voix de so 1 dut de service, vuix paraissant sortir du mystrieux apoareil : U.i i.ondie, disait catte voix, vient d clater la Syuagogie d tl 1 HiBhoptgitj. A'U./. y tout u^ auite et voyez d? q 101 il retourna. bit le prem, •> %  reporter appel son service par nn appareil nidividue', de T. S. f. se hta vers la plus P o:he stac on, songeant certaineuien qu'ave: cas uiveutions diaDoliques il sera disorinus impossible de s'isoler uu seul instant du tourbillon dei ailiireaA lieu paisiuks vacances/ Le progri voua a tan, %  %  %  %  1 ^ 1 u m . Lu petite entente Elle OH form', par la 'lchco~ Hlovajuie, la Serbie el la Huma*i. Rome li Aon • — D.apra le iGior nale d'itoha d aujourd bai. un accord a t couclu eutte les gouverii.j.i..Miis de i'iague, Ujlgiada et Buchareat, qu on appelle la petite entente pour la dfense muiuellu de la Tchco Slovaquie, la Serbie et la loumame cotitie la Russie ou des eunems dans les Balkans, Ce journal d • laie que l'heure acDi l'usage du tabac ffJM^.^SSUBS! SUMtSLiStSHS Vue bravt Anglais vient Je mourir l dgi de 1 c 8 uns. Cette centenaire jumait la t)ipe depuis l'ge Je i/uaranle ans. Celle pipe Je terre blanchi ne lui cota qu un penny Un ne connaissait pat, celU poque l, encore, la vie chre. Pendant soix vite huit ans, mistress A/un Bran um ne laissa pour ainsi Jire pas elem.tre sa pipe, qui devint brune puis noue —tnpassant par toutes les gammes du noir, depuis le noir multre iii-qu au noir f ,ire part. Comme celuici e ail atteint 1 1 pipe et sa propritaire S teignirent Idoles tes deux \011s Aidions celte petite bit cire la Limite contre [abus du tabac Sut Joute que celle ligue ne rponde que si misiras Mary li/winam navait pas fam elle aurait peut tre atteint tdge Je Mathan'ain qui mourut comme chacun sait, loge respectable Je y6y ans. D oit il taui conclure que cette histoire, comme toutes les histoires, J ailleurs, ne pro tue tun.. Vente (taueau E 1 vertu d ordre de Mr Geo A. l'ayue, u„e..t ue la l'ioyds, 11 seia procde ie vendredi 1U baptembie a li; Denre du matin en face du bu reau du port .1 la vente l'encan des ar'.ichs suivons : OU sacs environ de farine avarie 1 glaces urises, da grands morceaux de ruarhie H our tombe. Moiitbruu Kl.IL Lucautur; public sur la terre dans un collge de jus. tice et d hoi.tieur.il s'en laut que ce magnifique rsultat soit obtenu. La Justice est le plus souvent subordonne l'iuiiv. propre, l'boo neur aux conveuauces particulires. N'admet on pas deux uiorules dilt rentes pour les deux sexes '.' Les pi tiites mulaonnantcs piodi^ues a celles qui sont sorues du dioit che uni) ne dviaient elles pas s'apiyli quer aux hommes "tombe", dgra ues, dchus .'N'taient ils pus uuh g-?s de vivre la "loi iiumaue ', de Chtier leurs sens '.' So imeilre la aau Huaht a la 101 morale 1 la conscicace n'est pas seulement le devoir d uue poitiou de I iiuma:i:te, mais de tou e 1 nu ,lande.

Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05209
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, September 08, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05209

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
r^im anne No 376
Toit au Fnrcc,iiaiti
I jjcteoR-FROPRIETAIRE
^ntMAGLOlRK
jUgistfat Communal
flUUO 15 CENriMM
g: 2.00
departements
. fTRANGEa
Ipoii
G. 2.rvu
7UU
800
-Ce$ sont reues au Comptoir h '
lTpubiicit, 9 R* Troochet, P.
,t }, Ludgate HiJ], Londret;
Quotidien}
Nous souffrons be ucoup
et1 nous jouissons peu du
beaucoup que nous avons.
REDACTION; Kue,Amricaine No, KuS
'IKLrU'UOM-' .,
fBE DE PARIo
Grands succs la
CAUSERIE FEMININS
Une curieuse appli
cation de la
1 i!)r6lirip dll SVIllilt '^ '' homalie tlphonie 9GM fil
lu douterait pas du tout
Ljlagive gnrale. P2ris a
oii habituelle et ses h-
a nombreux, car on voit
caravanes en automo-
[onsmeet les taxis recom-
travailler srieusement.
I Paris est triste. Malgr
les htes de Paris s'en-
ce qu'on observe rigou-
lk couvre (eu dix heures
_ moyen de souper, de
ion lgance et de cher-
KDUtions, toul ce qui lai-
de l'aris avant la
lion ce qui attire les riches
lieAmricains du Nord et
[ilors.comme ils s'ennuient
lont lait quelques achats,
vont... Bruxelles o
ge.tacile, gaie, dpour-
rrctioLS.
nous manquons d un
let notamment de char
ise sociale que nous tra
ipoint fiite pour am-
ittuires. Aussi, n'ose-t on
protester contre le rgime
t impo. a la ville de
des plaisirs. Cependant
ilemtyen de dvelopper
liions tt d amliorer notre
Ide dcourager les Anglo
j nous rapportaent un
Urgent qu'ils ont gagn
pais cinq ans. L:s mil-
mient et voil qu'on les
l'occasion, ces jours de -
cours d une enqute que e
anser avec les directeurs
magasins de nouveauts,
couturiers clbres de la
Paix, avec des antiquaires,
inanims dclarer qu:
prenaient bonne tournure
dilncuits de se procurer
?tt de trouver de la main
On allait repartir, on re-
voici que certaines char
nouvelles menacent de
(mettre.
Hl'opim sme des princes
ttde la nouveaut, des
lart Uacais, ne se dcou
lune demandent qu'une
veair nous les tran-
'* les retenir Paris.
torplus, ils viennent de
[Vus sont capables de tous
aitistiques et financiers.Ils
' Saloi des Arts appli -
* $te installation, qui
K* la terrasse des Tuileries
11 me de Rivoli, depuis
["qu'au Louvre, et qui
ln d'un million cons-
>mnager, sans compter
'PiUcolieis de chaque expo
I manifeitation la plus cla
J'telligenc; et du got des
Parisiens de la nouveaut,
crateurs de choses char
"licales desquelles dpen
entres industries de pro
la soierie,des tofte-s,
1S dei tapisseries, de la
Jlameublement, etc..
'1 imagination et de l'es-
Wive des grands artistes
V inventent, les modles,
Jf*-> et, en un mot, font
rai: |e s,snal de la pros-
>s si l'on savait en tirer
r Ffement permettre ces
giive et d audace de tra-
Russir i, Roman de Louis de
Robert G. 6 75
cLedrame mystrieux du
thtre de l'ans 7 >o
.... Mais Vivre par
Marcel Berger 575
Psychologie du raisonnemeit
par E. Keignand 15
Le systme d Anstote par
U. tiamelin 16
Dans lts util du Sud par
L. R. Stevenson 7 /o
L'Ile heureuse par Avesnes 7 30
L'Ame trangre, Marcelle Adam ) 7;
Vbrepar It Di Serge Voionoit 10
Latte blanche pur |ean Cocteau 0
Petit manuel uu parlait avan-
ttrier p.r Piene Mac Orian 4 50
La dermie tsarine par
Ch. et H. Omeasa 6
La tragdie Sibrienne, J.Lasies 7 jo
Psychologie de la guerre par
rieary Spont 7 00
Leons de la Guerre ; L'Aro-
nautique par Ct Uitlieb 9 00
Leons de la Guerre ; Alimentation
et lavitaillement parK LigendieNoo
Leons de la Guerre. L'industrie Irau
aise pai L. Guillet et |. Durand y 00
Ltjns de la Guerre. Les leons mi
lita res de la Guerre par
Ct Bouvard 9 00
1 e< ons de la Gueire.Maiineetguerre
r avale par Cne dilej VaschalUe y 00
La bataille de Poch par
Raymond Recouly 5 00
O va 1 ou ? pai Ren Besnard 0 00
La rsurrection de la chair par
iiemy Boideaux 7 co
Alctste par Andr Gybal 5 00
i i uli par Rou ain Rolland b 00
L coutume des anctres par
Charles Renel 5 00
La danse sur le feu et l'eau
Hlie Faure 6 00
le soif il se lve par Iules Mary 5 00
Anatomie sentimentale
Porto Riche S 00
N.ole marie e par Mathilde Alanic 675
l'.aiur de Cluti-auxet de grandes mai
sonsjeux nouveaux BaroQoeStatf 3 00
La dansa devant le miroir,
Franois de Cu el 2 ]j
La lemme noimale dans la
socit nouvelle 3 50
L?s crivain; contemporains de
l'Amrique espagnole ; 7J
Huit jouis a V/maillei par
Paul Guiycr 10
A/acamb.ia par Caello Ne.lo S oj
Le corn nandemeat unique par
Mcrmeix 7 00
Les peup.es d'uitr ne Orient*
La Gline 6 i)
Dialogues d hier par
Maurice Donnay 6-75
Njs potes et la pense de
leur temps 3 00
Srie O 60 centimes
La closerie des gn s, Fred. Sou
li. Chatte.ton, Aured ue Vigny, ta
vite Viiic, L. B. Picard. Le Lncvalier
a la mode, Dancouil. Louis XI, Ga
simu Delavigne. Le bjnhomme ji
dis, llemy Margar
Les leons de danse. Valse hsitation
les nouveaux pas du tango, la valse
le triple bostou a G I 2J
La R.vue des deux mondes 2 50
La Revue universelle 2 50
London News 1 50
Le Matin* le |oumal, ie Petit
Parisien, les 7 Nos 1 os
Le Figaio, le Temps, l'Excelsior
les 7 Nos 1 75
mmi
l'ai visit ce Salon avec le cortge
Olticiel qui accompag ia:t M. et Mme
Dischanel. l'avais ruisi i me glisser
entie les huissiers de la Prsidence
e. les agents de poice,beaucoup trop
nombreux, jusque derrire la prsi-
dente.M. Honort, ministre de l'Ins-
truction Publique et Jes Beaux-Arts,
celui auquel nous devons la fiction
de Iheure d't, mme en hiver,
donnait le bras i Mme Deschanei.
M. lioaorat, surnom n le cami-
rade Jwk , pour avoir arrt; le
soleil, est un grani homme brun,
d'aspect svre.U.'puis que \i le vo.s
i la Chimbre, je ne t'tVAtl jiuttil
vu sourire. L'autre jour, au buttet
du Salon, lorsqu'il ol( it une coupe
c e Champagne a la prs.deiite, son
v.sage souaam s claira et u nous
apparut gracieux. C'est qu'il veaait
ds vo r tant d cliosei lgint;s,
groupes avec art, en compagne de
la prem re d^s Parisien les, que son
me svre eu tiit Ijuts rasserak.
Gomment ae pas voir la vie en iosj
d ns le dcor magaique du hall
des granis magasins, o chaque
maLon avait rivalis d'inginioiil
dans la mise en scae d.s toilettes
les p.'OJ exquises et les plus trou-
blantes I. ..
ARSENE
Pau unis/
Paaauias /
Pour Homme-, et pour Dmes j
f Chez Lonide SOL\GES
Rue Courbe,
Tout '.re cr tbit une rgle ;
h s ai cm. s a'agt^ent pour tonner
des coi(B stlon lea lois de la toli-
tion et de l'allinitc ; les ubiits bout
lOOttODf dans leur course travers
I espace par les lois de la gravitation
et de la p. sari eur ; les vgtaux se
d ;vi loiipeut dans I liarmuuie de
leurs prupoi mous ; les animaux qui
suit pourvus dosoiis suivent leuis
mstinctS' 1 | i i- cou Istoot dans le
p aiiir, daus u r c 1 iciie de la jooli
suiee qui sat.sfsu uuis appet't5,leur
t- :,.-il)...; . L liouiuij qui est un aui
mal, u donc des sens,d'o l'attrait
ues pies sensuelles mais il est uus
si un "ai mal ramo.iuabie'1 et le
xeicico di sa lenaib.lit est ^oiidi
uu ma par une facult suprieure,
U raison qui devient 'la 101 do sa
vie et l'exprim , se maniles'e par
la conscieuce-
Ua tait domine to 1 os le3 existen
ces humaines, savoir, que des ds-
vu is corresponde .t dea droits,
des besoins. Suis tir* ses besonu,
exercer ses Iroi'.s.-ans se soucier des
dioi.s et les b.'sj.us d auirui.c'estvi
vreendehorsdela.ci.c est glorifierOQ
monstrueux egol ue. 1 imitation d
la Oete dont le p!a sir r^ie les sens
parce qu alle ne coonaisseot pas la
iaisun. La vie u.i de l'homme con-
siste les dompter puur rottliser le
b.6D.
Ce bien, c'est ce qui convient
la nature parlaite C'est l'harmonie,
l'intgrit, ia puret, ce qui donna a
la vie sa plus uaute vaieur. L'or est
pur quaud il ol sans alhage, l'air
quand il est sans microbes, l'eau
MOI souillure, le vin saus mlange
le cur quaud il ignore le ViOt le
goul quand il exclut le i.u 1, la cous
cience tjuaud elle est sans supins-
mes, les uiucura sont puies quaud
elles sont nettee.
De sorte qu ou aboutit cette cou
Cluoion que la loi de la vie humaine
est la puiet dans les penses et lea
actes et que si chacun vivait selon
Une bien curieuse exprience de
tlphonie sans ril vient d'tre rus-
sie par la Compagnie Marconi et par
le al.y Mail . Un reporter de ce
journal rtut un petit appareil qu'on
lui prsenta comme un rcepteur
de tlphouie sans lil. Puis il fut
invu aller ae piouienur la cam-
pagne, o il voudrait. Aucun itin-
raire in lui fut impos. Oi lui re-
commanda s mpiemeni de porter
l'appireil sous sou giletjet de ne
point s e 1 dessaisir.
A'ora que notre homme dambu-
lait tranquillement parmi les bruy-
res eu il m s uue vingtaine de
kilo no res du centre de la City .
il fut BOoditn interpelle par la voix
de so 1 dut de service, vuix parais-
sant sortir du mystrieux apoareil :
U.i i.ondie, disait catte voix,
vient d clater la Syuagogie d
tl 1 HiBhoptgitj. A'U./. y tout u^ auite
et voyez d? q 101 il retourna.
bit le prem, > reporter appel
son service par nn appareil nidivi-
due', de T. S. f. se hta vers la plus
P o:he stac on, songeant certaine-
uien qu'ave: cas uiveutions diaDo-
liques il sera disorinus impossible
de s'isoler uu seul instant du tour-
billon dei ailiirea-
A lieu paisiuks vacances/ Le pro-
gri voua a tan,
. 1 ^ 1 u m.
Lu petite entente
Elle OH form', par la 'lchco~
Hlovajuie, la Serbie el
la Huma*i.
Rome li Aon D.apra le iGior
nale d'itoha d aujourd bai. un ac-
cord a t couclu eutte les gouver-
ii.j.i..Miis de i'iague, Ujlgiada et
Buchareat, qu on appelle la petite
entente pour la dfense muiuellu
de la Tchco Slovaquie, la Serbie et
la loumame cotitie la Russie ou
des eunems dans les Balkans,
Ce journal d laie que l'heure ac-
Di l'usage du tabac ffJM^.^SSUBS! SUMtSLiStSHS
Vue bravt Anglais vient Je mourir
l dgi de 1 c 8 uns.
Cette centenaire jumait la t)ipe depuis
l'ge Je i/uaranle ans.
Celle pipe Je terre blanchi ne lui co-
ta qu un penny Un ne connaissait pat,
celU poque l, encore, la vie chre.
Pendant soix vite huit ans, mistress
A/un Bran um ne laissa pour ainsi
Jire pas elem.tre sa pipe, qui devint
brune puis noue tnpassant par toutes
les gammes du noir, depuis le noir multre
iii-qu au noir f ,ire part. Comme celui-
ci e ail atteint 11 pipe et sa propritaire
S teignirent Idoles tes deux
\011s Aidions celte petite bit cire la
Limite contre [abus du tabac, Sut Jou-
te que celle ligue ne rponde que si mis-
iras Mary li/winam navait pas fam
elle aurait peut tre atteint tdge Je Ma-
than'ain qui mourut comme chacun
sait, loge respectable Je y6y ans.
D oit il taui conclure que cette histoire,
comme toutes les histoires, J ailleurs, ne
pro tue tun..
Vente (taueau
E 1 vertu d ordre de Mr Geo A.
l'ayue, ue..t ue la l'ioyds, 11 seia
procde ie vendredi 1U baptembie a
li; Denre du matin en face du bu
reau du port .1 la vente l'encan des
ar'.ichs suivons :
OU sacs environ de farine avarie
1 glaces urises, da grands mor-
ceaux de ruarhie Hour tombe.
Moiitbruu Kl.IL
Lucautur; public
sur la terre dans un collge de jus.
tice et d hoi.tieur.il s'en laut que ce
magnifique rsultat soit obtenu.
La Justice est le plus souvent su-
bordonne l'iuiiv. propre, l'boo
neur aux conveuauces particulires.
N'admet on pas deux uiorules dilt
rentes pour les deux sexes '.' Les pi
tiites mulaonnantcs piodi^ues a
celles qui sont sorues du dioit che
uni) ne dviaient elles pas s'apiyli
quer aux hommes "tombe", dgra
ues, dchus .'N'taient ils pus uuh
g-?s de vivre la "loi iiumaue ', de
Chtier leurs sens '.' So imeilre la aau
Huaht a la 101 morale 1 la conscicace
n'est pas seulement le devoir d uue
poitiou de I iiuma:i:te, mais de tou e
1 nu ,lande. ce devoir es. viole 1 Qu'arrive t'il de
l'tre doi.t lajoJisaauce es. la aeie
loi
d msister sur lexecution du pacte de
Loudrea, tout en laiaaaut Kiuuu
s uccuperde sapropreiudpeudance.
Faille 1 Y aille!
Chez ETESSE MONSANTO
Chipeaux pour horam;s, tiuires,
paille i pour garonnets, fillettes, gai
mes et (ormes pour dames,
peinture gros et dtail
Bonbons assortis.
is vivant leur v,e pourrait on faire
cet loge .'
Ce qui est plus puisjaut que tou
01'.' Sa voljnte saltaibli ; aoa ctuur t 'tropbie; si seusiuilit se parvenu; Fraooii d assise disait ses lrrea
Al oaa prcher- U parcourait silen
c. \;rii;.u.ni les rues de la vule et sa
vue seule tait un discours loquent
La tenue parle plus haut qj toute
parole.
U ne faut pas considrer la vie
comme le train d'une pure mcani
que. d'une machine & produire des
s..! organes vhiculent des maladies
lunciinuiahies ; la ruine, les larmes,
le deuil s'emparent de so. loyer. La
mal Bocial amsi caus est lucom-
mousureble. Mirambeau mourant
avouai; qu'il tait impossible d'va
luer le tort lait ia chose publique
par ses drgiemeuid
nu'est ce eaooie qui vivre sa vie iouiasances et du luxe ce u'est pas le
C eat dire ce lait, au lieu ue dire ce qui es. et de
fane ce qu'oudoit : c'eei se confor*
mer en tout la mode d'aller daus
lea runions, de voir les spectacles,
d arborer I -s tjiluttes qui ion.
de suivre les coaveraa'.ions d-
d-.c'.icir les nouues m"'iis et emp
cnent de ioihser les actes d-'.hdea'.
Uau.e d.aail do Ljatriie "6)0 re
ya d tit si pu qu'il donne la paix.
Oe coup'teu J U04UTIM t de I. .
u avait d une bte de somme : et
n'et pas mme leffort don tre
simpleinant raiscmuable, mais Lac
liou la plus, sublime qui se uerouie
daus le monde,l'osant % la volont.
RQumisj la loi de lellan pour 1
co.iquo.e du vrai, du beau ut du
bien, pour lhaimonie du droit et de
la raison, de I ordre esjuuel rvl
la eoosciaocc pire, spauagas di
l'tre humain perfectionn-
Suzanne CAUUN


VQle.-voua lire un des dernire
suer, '-s de I.if). airie ? 1 asetz au bu
reau du cMATIN i l demandez :
Us leons^militaires
de la Guerre.
J ar le Cou mandant Cl Bouvard.
Prface par le Marchal I tant.
' Ce livre a jour oLjet de donner
une claire intelligence des enseigne-
ments inilitairea de la gueire.Ctiecun
a beaucoup vu, ruai* dans un ceicle
restreint. Pour le reste, noua rou
en rapportons hop souvent des
ide primes ou des opinions
prconues-
Nfastes avant et pecdatt la guerre
nos ignorances, certains espoirs rua
si injustifis que certaines craintes,
pourraient I tre encore demain.
. Cet ouvrage comprend trois par.
tien. D'abord une tude des ques-
tions ezlra-militairesdont la solution
importe tant pour la conduite d'une
guerre moderne : mobilisation de la
inain-d u-uvie. mobilisation agricole
et financire, mesures conomiques
et ravitaillement. Une deuxime par
tie est contacree i tude de l'outil
de guerre ( intanteiie.arullerie.criars
blinds, avion, gnie et cavalerie ) et
du problme .capital de la cooidi-
natiou dea forces, tude mettant en
valeur l'volution veis un rnachinis
me tous les jours plus graDd.La dur
nire partie enlin, consacre ce
qu'il est convenu d'appeler la at-n-
tegie, tudie les conditions dans
lesquelles le haut commandement
doit mouvoir des masses innombra-
bles.
Vivant, | concn:', constamment
inspire des exemples de la guerre,
cet ouvrage rpond la question ;
comment la France set elle dfen
due ? et claire I avenir de toutes les
Jn.ona d un lourd paes.
de
9
E'i
/
9
Docteur HYSO
1344 Grand Rue
A eAt de Mont brun
Consultations
hres a.ni.el de
j Tous les jours
'dimanche except.
s a,) p. m
Faits Divers Nouvelles Etrangres
OBSERVATOIRE
DU
PETIT SEMINAIRE
CO'-lEGEST MARTIAL
RENSEU*NtMEMTS
METEOROLOGIQUES
Miidi 7 Septembre 1^20
762 \
B.romlre
Temprature
minimum
maximum ;; 9
Moyenne diu'nt 2a o
Ciel un peu nu.'; eux le
clair la matine.
O ge passant par 1: Sud
baioraire pierque conshnt.
J SCHEROR
jour,
h.
is- Miiund et Deiaaox lihunies anciens et rcents*
t mis d'accord sur les ques- ,,, w*
loux, BronehU
Sont radicalement guris par la SOLUTION WA'EU
liUHV : Qui donne des POUMONS ROBUSTES et Aj, 6
prvient la TUUKKCULOSK. Ce produit jouit d'une --'-'
r.'putatiou universelle. 4-<^
SOLUTION vVATftHBBRY :A base de Crosole et de
GiiiCOl, llu.le de Foio de MtfQ, Digssive Ferments, ErM 1,
non Fermente : HypophospliUs Composs, Ext:aiu de Cerise- d'Fnr
tus, Subetinoe Aiomaqu
L'Etat indpendant
de Hume
M. Whilnty IVairen es' son
reprsentant officiel.
On annonce la nomination de M.
Whitney Warren, architecte New
York et a Dos on, comme reprsen-
tant officiel en Amrique du com-
mandant il Anuai '.10 ut du gouver
nemeni de Kiume.
Le message adress M. Whitney
WrrtC est ainsi conu ;
Le commandant d'Annuozio et
le conseil national vous nomment re-
prsentant otliciel de J'iuina eu
Amrique. Vos lettres de ciance
vous seiont envoyes par courrier
M Wdrren est connu comme l'un
des plus ardents d tenseurs des as-
pirations de ritaiiedar.8 I Adriatique.
Tries1 e li Aot. D'Aununzio a
dclar que l'tablissement de l'Etat
libre -' indpendant de Fiume tait
imminent et qu'il projetait d'tendre
ses limites iueqaala ligne de d-
marcation Wilson emre les territoi-
re italien et vougo-slaves.
Une aune dpche annonce que
lea relations sont rompues entre le
conseil national de Kiume et d An-
uunzio.
Washington, 14 aot.Lu rpon-
se du Japon la note amricaine proles-
tant contre l occupation par le \apon de
la partie nord de I lu Sakhalme, a t
reue avjourdbui par le dpartement
d'Etat.
La note est longue, par ait-il, et traite
tond la politique japonaise en Sibrie.
Ce document ainsi que la note amricai-
ne seront probablement rendus publics
la semaine prochaine.
Pour la Prophylaxie et la
Morale
La Police vient Je fa re une rjtle dont *.* r-
jouiront tous ceux qui ont montre quelque SOUCi
Je l'hygine sociale et uc h prophylaxie Je ma-
lulie contagieuses.
Hier, en cttet, un," loule considrable de tilles
de joie ont M apprhende et mises en lieu
sur, en attendant que des meures gnrales
soient prises en vue Ue rglementer la pro. mu-
non.
Depuis trop ldUKtemps ces mesures taient n-
cessaires La petite et la grande avaria eauteot
des ravages eiirciiiemenl n quittant-, ltaux de
la moii'idit est, de ce chet,iifrayuitj comme en
tont loi les statistique^ mdicale!.
Si l'on Mage, au surpis.au point dj vue
social qui s'anaclic cette I oporiaote question
on ne peut qu'applaudir a la mesure d'hier et a
toutes celles qui doivjut are pu es pour !j sau-
vegarde des nKawi et la prote4oo de la Mat
Pudique pourvu que ces nicsures, par des rap-
ports de police consciencieux, n'atteignent qae les
vritables prostitues.
Sur la ligne Bizton-Carieiour
Lue cUertM at ptaCU au liois W'itv a Mar-
tissant pour les BtWtOI de la r.C S.
Le Irain de lli/oton l'y ar u.ni pour U re de
l'eau, voila donc uue nouvelle stat on dont b
nelicieront les voyageurs
Foor l'couieniant des eaux
pluviales
Nous signalons a l'attention de q n de- droit la
bouclic d'egot place .1 Uxtr mu d.- III.tel
de France Cl donu.uii sur la rue Ji Qui. Lav.r-
se de samedi a deiiuntie qu cl e mente d H
agrandie, i.e volunre des taux pluviales, n i'U
pu s'y dverser totalement, sjnt montes dans
cette rgion a une hauteur trop considcrab.e.
jNotre JJiapeau
Nous avons Itu du Cap-ilaiticn une nont-
rence ptononcaan dut Bleu et Rouge le 16
Mai i-l-'o par Mr Christian Wcrlcigh et traitant
du Drapeau national.
Compliments a I au:eur pour son travail cons-
ciencieux tait de conviction et de patriotisme.
Dcs
Les funrailles de Uavanac Arnaud dcd hier
auroir. lieu aujourd'hui en l'Eglise Baptiste. Le
convoi partira M 1- maison mortuaire s se, rue
de la Rvolution, prs la rue Si Honor.
Nos sincres condolcansesauN parents prouvs.
Lst morte ce matin la mre de Meliaillv,
iac de y- ans. Funrailles cet aprs-midi.
S.HS.M B
l'ne intressante s.ance a eu Heu dimanche
dernier i la Socit Hatienne de Secours Mutuels
et de Uicnlais.uice.
La commission de revUion des statuts dont le
prsideni est le Dr F. Coll et le rapporteur Dr
C. Doucct a dpos son rapport qui a t dis-
cut et adopt. Le Dr p. CoW,^conseiller, a
t lu vice prsident et le Dr G. Uoucet, con-
seiller, de cette association.
Depcne lunhre
Un tlgramme nous appiend la mort, sur-
venue lnci J la Petite Rivire de l'Aitibonite, du
Dr llolophcrne Duviella bien connu a l'oit au-
Princ*.
Le Dr/Dr Duvilla qui lut mdecin a I hpital
militaire tXCTCait M piotcss.on a la l'te-Rivire'
Xos coniloleances a sa lanllle et particulire-
p mt a son lire Me .abus Duvicl'.i.
La Renaissance
Les membres du Uuieau de la Hc:iai>san.e
sont convoques pour demain |cudi a > Il t\i
he/. le Secrtaire, rue du Mont.ilais, pour une
communication iinponantc.
ci Scptm.b:e
PARIS Uue'ques recl Cca ions
peu impo tantes seront apportes au
texte du trait militaire tranco-b Ige
avjnijdtre d t vemect appiouv
par les deux rta ions.
l'A RIS
2i,o se sout mis a accora sur les q
tions conomiques in iessant les
deux pays.
NI'wLes thivalieis de Colomb
aniveoant de .\lunaco ont t reus
par a municipalit I's pailiroat Ut-
rnain j. 0{ r Paiis.
l'AHlS Le temps dment la ncu
vel.'e d'apr* laque le Lloyd George
aurait reu l'mir Fa J cal u Lucenie.
11 assure que l'emir tst encore
Milan et i|j- les auiorit a suisses ne
parais s in t pas ns dposes 1 ad-
me lie sur le terti oir suisse.
l'AlliS. Le ^ijuverntmeui ayant
aim i attention de Dully, ruproseu
t* nt du pir.i rpublicain irlandais
sur lai diconviiieuts i|ui pourraient
rmilerde la propigaudfl irlanJaise
sur le territoire iia;:ais celui-ci a
jug,< prfrable de se rendre en
beigiquf-
DAN'l'ZK. Un 'ient de s.urco aile
uiifjdo qu le Presideut Tcwer a
demande iJj,uuo botnaiti de iMfort,
Plusieuis naviies d guerre franc us
et anglais sont aruvs ici.
fAttlS Le 11 novembre est U
daie ixee pour clbrer le ome
auuiversaire de la troisime H.-publi
que. Naiiinuins la juuine du
septembre u t indique par de
nombreuses le es. L?s joiinauxii
reut i>asoitir l'oeuvre du goovorotj
niHrit Itpublicain au cots du demi
sicle cuul et baucojp ont ligna
l la concidence de cete date aveu
la gtaudu ba aille de la alarue.
Pansylvania Caf
Propritaire Mmt Blanche Dpars
Crme i la glace, sorbet-, San-
dwiches, Ccnse:ves et toutes sortes
de boisions.
Allez i ci t tablissement situ
la lue Pave et pourvu de toutes les
comrroJits modernes.
VIS
Sur l'ordre des Squestres Liqui-
dateurs, paitirdu ^u (vingl)Septem
bie courant, la Pharmacie Centrale
itsteia ouv,eru; tous les jours, le
dimanche ixc< pt, de 10 (dix;heun a
inid .
Lea produits toxiques ne seront
vendus qu 'eux personnes autorises
les .'eveiHiit'. mais les autres et les
spciaius seront livrs n'importe
quelle personne et par n'importe
quelle quantit.
Seuls seront mis en vente les pre-
duis reconnus bons.
Peil-dU-Pnnce;le lerSeptemb e lli.O
Les Squestrai Liquidateurs
0. SCAliPA & A. J. M AU M US
,.
Cigarettes"
Or le 4 80 millier
EdESTEVE
PORT au-PRINCE
'-:
;.'.
Mieux vaut prvenir que qurir
WVmifcll'RY CHEMICAL COMPANY
Des Moines, lowr
TORONTO NEW-YORK |NE\V ORLKANS
Franck J. Martin
Agentgnral lin face de la (glacire Port-au-Prince,
Vins d'Italie
Vi is Mine et rouga d'Italie, rc^tirateur .lu Vsuve" par d4
barrique. 1'*ix et (jualit dliant toute conurrem'C.
En vente chez
A. de Matteis $ Co
Rtpritertanu de la Maison Carlo aifle de Nuples.
9BX.IJS. L -
. Ill_ !!
ittentioi] !
"^
coince
!.. .
CON8TffpATrOtM
prenez U
ooM*n\mkn
suisses
d, DKLORT. riir.rn,. ien,
1VJ, /fl- .-;., ,.... Jlne
C'BST LE MEII.1 rur
PORT-A XJ -7R1NOS
... T.PF.TKU3. Plein.ne AI.BKHTIM
^ Phansac'a tOl>1t*< IPs / df.nM.-
Le Bazar des GeatlameD, pour venir en aide aux vrais et
tumeurs qui, ddpu'8 des w up*. s ver uetit par de vaines rechi
trouver dj b n SUlFuill ^iTLse lit fin de leur annoncer
n'ont plus s'iuquiiUer, sensible leur -iFons, il a embrass
cause et leur apporte ( la ralisai on dis rves;.
Scaferlati suprieur
De prparation franaise, la fameuse marque i A leaiind^e
porla'eur des tabacs des manufactures de ta' de France.
ht IJazar, vouant d mner unejpreu e indiscutable que son
esi I meilleur qu'on puisse trouver, met gracieuse ment la
lion de* amateurs lUJ) pqjatf de cigarettes Scafarlali sup
qu'ils peu* en i r Uoier partir de oJ3ur au No Mj, I^ueB
Foi, local du Biz r.
Franois Letellier
Seul agent
l
dise
La Pension Rouzier
oire > sa clientle aire ioo
annere lecouiort le plus igrabia
aux vojageurp.
Champ de Mars.
Varits
ce soxa
LES DEUX GOSSES
floues c. t.oo
i
Le steamer < Colon de la ligne
Fanama tv rrtr ce rratio, il laisse
ret aprs-midi directement pour New-
Yok.
aKIANI.. a laiss Amsterdam le
!2 art, att-ndu ici le io Septem-
bre. Repartira le mme jour pour
Gnantanamo,Santiagode Luba.Maa-
zanila. K.neston et Guatemala.
AR1NS PREDERlfH HliNDRICH
|}Uff) it U Cict.i.
Lait Condense!
Joanny Cordasco
310, Rue \des Fronts-torts. ]
iNj Avenue, P.JO. Boa 2 Port-au-Prince, IlaiU.
le/ites sensationnelles avecyrana*
rabats laissant de gros bnfices j
aux plus presss.
Assortiment trs complet d'articles pouf |
cordonnerie et marchandsVordonoiers
Vous trouverez galement en stock : g
Peinture c Gai fi, chaussettes, machines coudre J l
cceaaiiiei pour aulomob.hs.ar icle-s ejiaill. fournitures as "ji
pour mtUltfliei*, cirage 'Griltiui et de la c^lt'bre inarque
pour oulieij de toutes le n-ances etc. etc.
Lait vapor
L Preetzmann Aggerholm
_________jfe.wS35
Buptn. ur I iand^ rnif et nu fHrruKin.'ui dont la plupart il.|innl las oi 1**'* u>aa "**
A4aia dw m uopliau a Part.- frs le preiwr Oavun, le* oal*a* uleot '"
V.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM