<%BANNER%>







PAGE 1

Il'l — •*** a——a %  • %  • Nous devons ni^naler que la ean ce d tiier du Conseil d Ktat ai attendue n'a pas amn les laits extraordinaires auxquels r. vaient les eeprits pas trop surexcite. Ou a remarqu que dans l'auditoire il y avait des gens venus des localits les plus loignes. Depuis la veille, des autos charges emmenaient des voyageurs des Caves, de Miragone, de i'etit Gcve, des Gouaives et de Saiul-Marc. Une foule considrable emplissait le l'alun* du Corps Lgislatif. Aprs la constitution du bureau quand lui donn lecture du Message de S. K. le Prsident, on remarqua et on comrnen'a beaucoup le fait Imprvu que le Cabinet ne s tait pas prsen t pour la leciure du Message constitutionnel au Conseil Lgislatif. C'est l'occasion pour nous d'engager le public-conformment a l'appel fait par le Prsident Darliguenave, a attendre dam* le calme et avec confiance l'issue des ngociations qu dmne, Une atmosphre d'excitation n'est pas celle qui convieut pour le rglement des questions diplomatiquesI.u sagesse du l'rsideut et sa modration bien connues ont dj sauv uotre \m\ h de mcomptes graves. Faisons lui contiance; persuadoutnous qu'il ttouvera les moyens de conduire les diflicults du moment des arrangements honorables et avantatfr'ux pour l pays. Tous ses collaborateurs quels qu ils >oisit, doivent l'y aider et le peuple, lui aussi, dont sa politique lisbdu a di'-j sauvegard I Indpendance, doit te garder tant des craintes ch muques que des excs d enthousiasme capahiee, les uns ou les autrts, de fane pe.dre au Pouvoir responsable na sienit. son bon sens et ta conh; ici en soi. %  J"! JUS Tromper L'Organisme Pour Plaire au Palais c'est ce que font beaucoup de personnes qui prennent des toniques alcoholiques quand en ralit ce que leur organisme a besoin c'est L' EMULSION DE SCOTT Puissant aliment et mdecine sans le faux estimulant de l'alcohoL. i L. -^ Nouvelles Etrangres PaitsDiVGTS Varits CE SOltt ,ES MYSTERES DE NEW-YORK 10e, I le et 12e pisodes Entre G. 1.00 Nos Hles La Journe d hier Nous annoncions hier l'arrive la Capitale du Gnral Lejeune.Com mandant en chet des Mannes Corps, accompagn du Gn r al Battit, anc.ea chet de la Gendarmene dHaiii La pnhtn.e de t;ls personnages n'a pas manqu de donner lieu des manifestations de sympa! h e. Hier matin, a huit heures, il y eut au Champ de Ittft, dtvant les Tribunes, une revue 'un bataillon de la Gendarmerie qui dltila avec beaucoup de discipline :t excuta avec un ensemble partait, les volutions du piogramme,A midi, le Gnral Lejeune rendit visite au Prsident de la Rpublique. 11 tait accompagn du gnral Butler.Salu par les sonnenes auxquelles lui donnent dioit son titie et son rang, le Gnral est reu par le Chet de i Etat entour de tous ses minisires. Le Prsident Darliguenave fait un discours de bienvenue auquel r pond le iicnei.u Lejeune. L.e Gnral Butler dcor Le Piesidcui piouie de la cuconstance pour cilm la mdaille militaire au Gnrai Builer pour les services qu'il eut a rendre eu qualit de 1.1 n i ue la Gt ndarmeiieLe Gnral, tics emu, lemeicie en leimes heureux. Au moment o le Gnral Lejeune recevait les honneurs a sa sortie du Palais, une salve partie du Port •National le salua. Concert A ) heure*, la Musique du Palais orint un coiKtrt chev. le Ma|or Vandergnlt au 6 nral butler.Le concert ne put tiu que vers 7 h-.u es du soi'* Leur dpart Cest probablement demain merciedi que partira le gnral Lejeuu.' qui visitera tous les postes de Marine Coips jusqu' bainl Domiogue vil il se tenu psi voie de t.ne. 7 Septembre XIENTSIN— Far suite du peu de rcolte,dix millions d'iisbraols eont MiciiM'i'-s de lainiiit'. A llonan Sliac^ tun et Tonili des familles entires se sont suicides PARIS — Les obsques du cardinal Amette ont eu lieu ce matin an milieu d'une afluerce considrable. Monsieur Deschanel tait reprsent par les prsidents de la Chambre • t du Snat. Cinq cardinaux, de r ombreux Kvques, Monsieur Millerand. lui ambassadeurs des Ktsts Unis, de Grande Bretagne et d Espagne airni que IJ Marchal l'lain taient pr..stntF. PAllS. L'autonomie de la Syrie a t proclams le premier Septembre par le gnral Couraud. Une loule immense assistait la crmonie uonnant la France la preuve de sou attachement. Le lige rouveau du gouvernement sera lieyrouth. PAHIS-Monsieur Deschanel a n aujourd'hui Monsieur Bichclf min stre d Autriche qui lui a prsent ses lettres de [crance. VAIISO\ IK.Le gnral if aller a pu bli un ordre du jour exprimant la giatitude de la Pologne pour l'l'lica ce collaboration des of liciers franchis attachs l'Etat major polonais. l'AlUS1/ ministre des affaires rangerea a annonc officiellement qoe I Allemagne avait accept toutes les dtiuandes del France au sujet des 1 cidenls de Breslau. PAlilS Le ministre des travaux publics a inform olficiellenieni que T Aile magne avait accept toutes les demui des de la France au sujet des inc.dei ts de lireslau. PARIS— Le.ministre des travaux publics a inform officiellement qie la rgion de la Hbur avait fourni du charbon pendant le mois d'ac 11 Revue des Deux Mondes 1;, rue de l'Universit, Paris SOMMAIRE DP LA LIVRAISON DU 1er Aot 1920 Lettres au Cardinal Mathieu, Perdinard Brunire Hier tt demsin.— II. L? paysan Emmanuel Labat. Les cœurs gravitent. Dernire patie, Charles Gniaux. Le crime d'Pkaterinburg, N. de Berg-Poggenpohl Au pays Breton.— II. Ave; kl p cheurs, Andr Chevrillon, de 1-Aca demie franaise Souvenirs de la Bataille d'Arrae ( Octobre 1914 ).— I... Ct Marcel Jauneaud Pascal et le Discours sur les pas ions de l'Amour ... Victor Giraud Autour d'une conlrence.— lm prebsions de Spa Raymond Re cou'y Les relations intellectuelles entre Francs et Pologne, Andr Lien'.enberger M. le Gnral Lyautey a 1 Acide mie franaise Henry Bidou Revue hliraire— Barnave et la reine Andr Beaunier Revue Dramatique.— Le Maiire Ren Doumic. de l'Acadmie Iran aise OBSERVATOIRE DU PETIT SEMINAIRE COLLEGE ST MARTIAL RENSEIGNEMENTS METEORLOGIQUFS Lundi 6 Septembre 1920 t La Pension Rouzier Offre •> sa clientle avec son Mine>e le conlort le pi s ag alle au* voyageur?. ( Irmpde Mais.' riii(6na CIGARETTES Or le 4 80miiTer EdESTEVE PORT-au-FRINCE B.romlre T-. mpiature 762 minimum 2?,o ( maximum ;; <> Moyenne diurne 280 Citl plus ou moins nuageux l'aprvmidi et la nuit.clair la matine. Eclairs le soir. Barorairc constant J.bCHERER Autour des lection'; en Coges I.Ll"i.-. III.-. ir. Nicolas I'L-ICH.I, chevalier Rose Croix et lloysl-lrche, ancien icr surveil1101 et incisa Reprsentant de la Respecta le Loge Les C eun Uni 1 Mo 14 : A l'iionneur Jtf soilic IL'I les bienveillants sut Irages Jes illustre! ei Membres de l'ai ier Les Cceurs-Unis No 14 .m* proch inti lections qui auront lieu au courant de ce mo t, au V-'iiOr.iui de la loge oour l'exercice 10201 ti — ( roupe de (rires La vie chre On signale une certaine hausse du prix des rvuls qu'on est ol-iig de payer, :ik ne la c.tmpa ne, o>o centimes les ira Il v .1 la certainement des mancvuxres de reveiMeuses contre les.] telles des mesures svres devraient eue prises La Solidarit La sance de dimanche de la soiiJarit a . comme touiours tre:. intressante LePrsident 1 annonc qu il a crit aux EtatsUnis pout lu commande du stock d outils de tous les mtiers tutl sera la proprit collective de I leuvre, mais ijui, en .'orme wm sus S'atutr, sera l'usage de chaque socitaire artisan moyennant certaines conditions. U'autre part pour largir son action et remplis un de ses buts essentiels qui consiste .1 dvelopper l'esprit de prvoyance, le not de I pargne ct le sens de la mutualit dans la population ouvrire, la Socit a dcid a l'unanimit de repuuier tout caractre maonnique et de ne pas exiger qu'on soit aliili une Loge pour devenir un de tes membres. Au surplus, un appel a t tait tout le monde ouvrier pour obtenir une grande quantit d'adhsions Il est certain que ces adhsions ne leron: pas dfaut vue que la raison dtre de la socit est de runir et organiser les travailleurs, les moyens eollectiis de: dfense tant naturellement plus efficaces que les seuls moyens individuels. Une commission a t tonne pour examiner les comptes trimestriels du Trsorier. L'encaisse Je la socit est aujourd'hui asse. leve et elle s'occupe d'ouvrir bientt sa propre salle de runion. Funrailles Bal dcde hier a midi Mme Clurles Girand, ne Maitida Rigaud, dans sa 70e anne. Ses fuurauies auront lieu cet aprs-midi. Le convoi partira de la Maison mortuaire, Rue de l'EglilS No &i.\ pour se rendie en l'Iigiisc Stc-Aiine — Nos condolances — Auront galement lieu les lunrailles de Josphine :>:-liii.ure.decde ce matin i l'ge de BO .111s Le convoi partira dfl la m a i S O O mortuaire sise lue Je lgalit!, IJel-air ) pour ;e rendre en l'Kglhe Cathdrale. Bilement Il .1 t brl ce matin par les soins de la Commission du brulement G. ij.000 de billets pes anciennes m.ssions. Remeciements Nous remercions bien sincrement tuas les amis et allis qui ont bien voulu nous tmoigner des marques et sympathie en dposant des heurs ct des couronnes sur la tombe de notre icureti II. M. Mica, dcde, — ainsi que tous ceux qui taient prsents -ux luner.iilles, — et qui nous ont adresse Jes cartes, tlgrammes ct ictires Ue condolances CD -e;.e douloureuse circonstance. Nous prsentons 1 rxpression de notre uve gratitude a PEtat major du t-'ield et General llcspital. Mme H. M. Shea et un ille. Wincaniis ET Les Convalescents Il arrive mai!;euieueement chsfl nous de tomber niblade tour DO plus ou moins long et dV-tre ainsi de garder te lit ou la cl.ambre. Au bout d'un certain temps, la nul est passe; mnis on reste puis, san (t kuns gppdlil. un se trane du liti teuil. du lui. U i il au lit. Cet ttat peu I longer pondant longtemps, C'est prd meut ai.) qu'il importe de donna convalescents, de temps autre, on de Wincaniis Do la sorela p|| critique, cons^oative une maladie peui erre considrablement courle, vite. Vu ii. /. vous essayer de rdsj quelques jouis une couvaleaceoceqsl temps ordinaire,durerait plusieurs seau Faites un essai de W1NCARNIS. Aliment deol du convalescent, d'extrait de malt, extrait de vianda vieux lorto, le HINJAHNISvoastM par la rapidit de sua action. i C'est lo coup de fouet, le stimulant pane au sang et l'estomac aprs maladie. Apptit, bonne digestion et viguem B 7iiTi77.btiTarrmiiidials de ce traitement domicile. IJM rwftmwSa L* p rai reconstituant naturel, uiH V M lCŒVlllb simulant, viviliant et iortiliint lh Kecoa smuiant, viviliant et verre donne uoejicmVelle figjeur et amliore la saniKec de pir plu* de 10.0.JJ mdeciusi J repire pir LObLMA.N & Angleterre, i/pot gnral chez branch J. Martin Agent pour Uaili,— Port-au-Fnnce (a) iUentioi) Le Bazar des Giitlemea, p^ur venir en aide aux vrais et fumeurs qui, depuis des temps, s ver uent par de vaines recoi a tro jver d i 1) 3.1 SC iFiSK -, iTI. se lu m de leur anaoDffl n'ont plus s'iuqu ter, sens h.e leur elloris, il a emorts cause et leur apporte ( la ra isation des reves;. Scaferlati suprieur De prparation iruwjaise, Iqjameuse marque < ^f^J* portauiurlfti tabacs des manufactures ae Ihla detra \ L- Bazir, voulant djuuer uuejpreuve udiscuiah e ques esl 1< meilleur, iu'011 puis;e irouve-, mei grdcieuseuitJQi a ondea.in'.cu s I.UJ) piqaa^ de cigarettes ^lerta" sup qu'ils peu.e.i*. re 1 imer parlir de e ) jjur au iVo l"J. u n Foi, local du U /.ir. ... Franois Letellier Seul agent + Dpart Hier ont inn i destint on de N.w Yoik par le steamer Panama, les p'ssagers suivants: O Liit, C. F, Cunnind Vi M A v Chronique de la quinzin;.His œ ^ p Lles ; M : lle Kevest."M. toire politique Raymond Poin.ar | aco! p ^ ( de l'Acadmie franaise PRIX DE L'ABONNFMEN f Un an Six mois Trois tnoh Paris, Seint, Seine i-i-Dise s O Ir. .o Ir. ^l fr.$0 ui -i'.\K i.Mts rs, et Colouic Frmaciists K ir. 1 fr. *J "• > J ETRASi.hK y Ir. 47 lr M '' • Us dbonnumnts patient du lir et du i, de %  fM mois s/rii uu Nuimiro 4 U, joiitranjjer ^ itan^s Joanny Cordasco 310, Rue des Front s-fort*, 18a Avenue, P.O. Box 2 Port-au-Prince, U^ Ventes sensationnelles avec yw rabais laissant de gros beneps* aux plus presse. Assortiment trs complet d'articles J Coidouuerie et marchauds cordoani Vous trouverez galement en stock : gl j Peinture Ceii*. chausseltt-s, mafliuies a epu'"ftures4 Kneer, Mme J. F. Noys. Melles A. Accessoires pour automobiles,ar ii'les euiaill. I0UI e ,fcj ei M. Boutin, Mr A. Boulin, H. Le pour mailetiers, cir; ge 'lirifliu et da la ctJebre 1 bosi. uour ioulieti de toutes Us manefi etc, ci aco^ ) P. Rogvue, \V. M Heild, R. A. Constantine, H. B. Birnes, P. Fo re t, M. Ft ois, Mister G Franois, Melle R. Goulding, 11. |. Thompson, lred tt Charles K.klin, J il. Messmao, O. |. Foster



PAGE 1

fcC MAI IN irands succs la Librairie du Matin URODONAL Roman de Louis de G. 6 ; 3 ieux du 7 50 i Russir Brime "yf tr W de l'aris Mais Vivie par "jlogiedu raisonnement R.'igoand jtme dAristote par iHirnelio il(ja:ers du Sud par [l Stevenson twoieuse par Avesnes trangre. Marcelle Adam 5 7; ,MI lt D. Serge Voioncif 10 liBche pai Jean Coceau 6 .pscuel du paifait avarLa danse sur le feu et le. u Elle Faure f 00 le soleil se lve par foin Mary 5 00 Aoatomie sentimentale Porto Rch. 800 5 7S ^>CJlemiri.eparMathildeAanic6 75 Plaisir de Chteauxti degra d:smui sonsjeuxnouveamta onaeStatKoo La danse devant le miroir, Franois de Cmel Lalerame noimale dans socit nouvelle Les crivains corrempoiains de l'Amrique espagnole Hun jours Versailles par Paul Guiycr Aiicamb.ra par Caello Netto La MutU procMfl, MM0 le rhumatir n-eue! elle ne saurai irt confondue, da la disttose arji %  que ..T f out lf e 1 l J I0nc \ eD ln c e oc • '' > "cefoi IOIMJ neemie, c *si-4-d!re Je l'empciaoun; ..-. t ,,u 1 ? or lac,de urique el les urates #.,£?. SSi lnter i ,s : eutteux C'S j.; aatoir qu*;n /_brtqventtrcp d'acide urique. 15 16 7io 7 50 2 75 3 50 3 7; ddrh'ta. """ """ J il leur faudra, en outre, vacuer le trop pl< n au fur et a mesure en liminant l'acide urique. naturelle I maasr.niDle, par ITrodonal. dont le rouvoir dissolvant, J< cit pli-* actif rue lu lllhine el absolument inofrenur, a rciouc cette dernire : : **r La ., an I-T prsident de d 1 •• .. i : ; 10 ji, pu l'iene Mac Odan 4 50 Le commandement unique par 00 (HBirc isance par e tH. Omesa 6 ddie Sibrienne, J.Las'es y ;o iologie de la gueirc par y Sport 7 co jsde li Guerre L'A ojtique par Ct U theb 9 00 de h Guirie A' Mermeix Les peuples d'i'.it,me Orient La Chine Dialogues d hier par Maurice Donna? Nos potes et la pense de leur temps 00 (: / > Tu:. ; M i _.. _„_..:.. Rhumatismes Gravil A HrioSclir& N -r Et Chaulai) 8, rui ll( 1 .. *'ll .S %  l'Aetommaixi dans son iiomb'cjx mallrea. *75 3 00 Hat!" >jri&*m%*' P* I i C mrunl.! ci | s / %  **! il MiimM > yC^S "•'>"'•'-''€ 10*'. Oiisfr ACII 2 50 Comptoir FRANCO-HATIEN Reprsentant pour ta Rpublique d'Hati Rue du Magasin de l'Etat 1720 / V.U LUQUCn i>ews c 0 ipar Andr GvbaJ 5 00 Le Mt.in, ie [oumal, le Petit jjjrRorrain Kolkcd 6 o, Parisien, les 7 Noa 1 a-, mt des anctre, par Le Figaio, le laaip,, l'Fxcelsior 5 00 les 7 Nos La Maison A. Victor Gentil ilisRenti Hue du Magasin de F Etat Xo /73 / Vient de recevoir les inarcliaudises suivantes: Matriel complet d'lectricit^ Lampes de toutes dimensions, fil, sockdtf, COOQeCiiog plugs, fuse plugs, snap switclies, etc. Lampes de luxe pour salo s, ljouigeoir<-r*bre. Repartira le mme jour pour lectricit pour tables dfl nuit et piano*, lampel a '(Gnanuiiarao, Santiago de L,uba,Maneltclncit pour huss et buggj. Accessoires pour bicyclettes Moyeux d avu.it el d'anlre,pdales en caoutchouc el en fer,manches, pompes, ciacksons, cimeut clipsmiires aiul lubes l'ourciiei.etc,, Pompes pour autoe ; Amtneters, lampes pour phares d'aulos. tjJ TAPIS el Descentes de lit de toutes dimensions ;j Articles de Bazar Miroirs, boulons de toutes qualits, brosses dents, brosses^fa tte, porte-plumes, crayons, taille ci avons automatiques, boites de papier lettres, sacs main pour dtmes, porleincnnaie, boulons pressions, peigne de toutes qualits, elemfhtmiHGR p0Ur ''. on:1,,ies chetnisettes.^calei'ons, breJGENERAL Ci 1 111AL, attendu de Nc\v-Yoik le t> beptembie.' ^ARIANE, a laiss Amsterdam le 12 aot, attendu ici le 10 Scpiemzantlla. Kingston ei Guatemala. AR1NS FKHDliKICH HliNDRICIl attendu le 22 Octobre. l.\ T e\v-Orleans & South V fi %  ,•.>'.', N • %  • • •• 'v. • %  •--. %  •. E • •;, %  %  ni \ \S '.\ v • t. %  %  %  ire [Idale Beaut du Teint 9td> fia !" Impcteabic, adhrente, d'un parfum dlicat, conSft/l ta fraichsur de la iiumssti. embellt, efface les rides f I coQne un teint do lys eouiir rindln itlanchc,chair, ro< i.nurrl, rose pour lirunc nchel clair. ra-hi lunce. : 4 fr.M) ; feo, fr CM -:IHliuidel) 4" V). feo, 0 Ip — p.ji ou iubr .'!• u fr 'S : f<>. •' lr %  H; B • eindr; Un 'to | t feo. 4 fr ; :lj. fr Iro. Il fr H fr ; feo. la fr Savon Teinilely 4 fr 40 "flriys 3 lr 30 H'i Tcindely• H I. Fardi (luulei iemlrx 4 fr 4il:fco.Sfr iTojccom^rue. ( A ^miBirn 1 *0*JHWJ Au.un tmti contre zrmbourteinenj ARYS 3, Rue de la Paiz, PARIS Fraiico-Haitien *9 en t gnral pour Hati ftOfltue duMagasin de 'Etat telles, chaussettes, jareloiles. casnnir. ceiutares, chapeaux de feutre etde pail le. m Mg^^ Un, fort lot de cravates "Dernire mode pour hommes. So u tiers C r ora '" es ' e^ "" e, et 1,bs : ; Waf*irt/*Oj2 en P rc e' a ,lu l,e taMe, 42 pices, or UJQQ OCf Vl^K/a Tasses cal et chocolat. Serviettes J SawT u appes el S3, ,ieltes ltnt*l'< l,e L,e,lx '' ,res el tu > a ux en Caoutchouc de rechange, AJUUIi* iolle en eaou'.ctiouc pour lits pour malades. Parapluies, ombrelles, pardessus eaoutchouc avec capuchons ele, La Maison a toujours enstoch au magasin: du NMR VlGORtfoml la rputation n'est plus faire, vente en gros. Demandez le parfum Koura Parfum nu/strieux de l'Orient, en vogue en Europe. Coffret de luxe, Uoiteen salin, essence, eau de toilette, savon, sachet. Rrixor.OO. Vins d'Italie Vins blanc et rouge d'Italie, rgnrateur du Vsuve] par demi barrique. P'ix et qualit dliant toute concurrence. En vente tihem A. de Mattel $ Co Reprsentants de la Maison Carlo eufle de Naples, Ainer icau Sieauisliip lio Le steamer tCULUMBlA et attendu ici de Nouvelle Orlans le 7 du courant.11 leparura piobabiemeni le mme jour pour : ^_<'uaelojpe, .Maitinique, Lj Guai ra, fuerio-Labcllo, Cuuao, FuertoColumbia, Ciiaiobal, Fueito-Li.mon, Fuerto-riarrios ei Nouvelle Orlans. %  |li prendra la malle et les passagers Wpour ces divers ports.et du fret pour les deux premieis seulement. ^ Fort-au-Fnnce.le 4Sepumbreiy2o 'i. SOCIT CoMiiBKaaLB D'HATI, Agents Panamas J. Panamas ) Four Hommes, et pour Dames (LJ s Chez Lonide SOLAGhS Hue Courbe. Le Purgatif Idal 1 c'est la Pilule du D r D ehaut 147, Rv du Faubourg Coint-Oinit Pari Facile prendre. Nu necessltunl 10008 pKparatlf, clic ne provoque jamais de dgoSL Soppi lin,.rit !.i dl •(.•, ell; ne dbilite pu le malade. NVxlftcantpnsdere;>o*.. I.i itiambre, | elle i.c cause aucune perte de temps. PIOl .iiii'.i <\'\i: us IM slmlialres, elle e.'t, par consquent, moins cotre. DOSL. : PunoATivE. a a a piiuiaa LAXATIVC, I pilule. A de Mattis & C% Reprsentants Pour la Rpublique d'Hati



PAGE 1

LE y A TIN r n* BAZAR METROPOLITAIN Maison de confiance Atujle des Hues du Peuple et Dants Destouches Nous avons reu par dernier bateau un stock complet de (marchandises comprenant : Coion Hydrophileaseptique J%lpaquetdelet2onces Teinture d'Iode Poudre de toilette Mavis et Lady AIa\v de Vivaudon Paris Naphtaline en boule pour inscris Godets en aluminium pour coliers et voyageurs Purgatif EMJS fruit Sait Soustaclies de toutes nuances Jarretires pour hommes Chaussettes pour hommes boutons pour manettes Btoises dents de 15 20 centimes Brosses pour barbes # qualits Cordonnets Cortcelli Ecopes en aluminium pour farine eJe Hottes en fe*blanc pour pain Balais S quatiti \ Miroirs 3 qualits Atlrappe mouches en toile mtallique Il Sacs de voyage en peau de vache / Grand Htel de France Le etaud Htel de France a le plaisir d'ancoOc er i sa clientle na. i breuse et choisie qu'il vient de recevoir par Caravelle des vins de i^Zl chox de toutes lts qualits (| Vin rouge Gourdes 9 le gallon t blanc Bar sac Gourdes 10 legalJon Des vins en bouteilles rauges et blancs ] Vermouth franais ( Genre Ho% Pmt Quinquina des Princes et le fameux tj, du Cap Corse au quinquina. Vins moasseux tt CHAMPAGNE L queurs Iranaises Marie Bnzard Le tout dts prix tii modr P. P. PATRIZI iiuuu ij.uin A..?5. WBtV Articles Choisis Pour ia Toilette et Parfums Prfrs. On peut juger du raffinement d'une personne par le choix qu'elle fait d'articles exquis pour sa toilette et par son parfum favori. Les parfums dr fabrication franaise Tentation et Rve, sont employs seulement, par les personnes raffines, alsantas et dt bon got qui savent distinguer ce iui est vraiment bon. Le dlicieux Savon Orinoka n'a pas d'gal pour la toilette et le bain; sou parfum exquis et sa douceur inimitable l'ont fait le prfr des personnes de peau dlicate. 11 est antiseptique et prvient toute infection de la peau. Employez-le uns feu et \ous ne douterez plus. La Crme Orinoka e.-t nue spcialit pour dtruire les boutons et vers du nez *• u fracheur d'un ptale de rose. La Pendra Orinoka peut la figura ?st l'idal poi.r une dame de gots raffins; clic est rafrachissante fine, parfume eu un mot dlicieuse. La Pte Orinoka est merveilleuse pour blanchir sur-le-champ l?s dent. l>s plus taches; l'haleine prend une odeur agrable et elle donne toute la bombe une douce sensation de COmforL La Flora Bella est une Lotion Tonique pour faire pousser les ebeveux. Elle extermine les pellicules et n'importe quelle autre maladie du cuir chevelu. "ec son OSSCe les chCYCOX deviennent luisants, sciiteiit bon et ondulent naturellement. Tiiut.'i .'/- Phtrmnciet. Vreouf't' '•* Ptfmmir ltt ftmind NW cr'.hs. Pimau'H ll ujourihui n.ivjiis de la meilleure qualit des prix raisonnables. Venez voir et vous serez stisfaitu. Pharmacie F. SEJOURNE Antjle des Rues Roux et du Centn\ 2 Mdailles d'argect Exposiion de Bruxelles f910 Laboratoire <1 <;hiuiia Mdicale Droguerie, Produite chimiques et pharmaceutiques. Spcialits fianaises et amricaine. Prparation de toutes ampoules mdicamenteus s siriri et injectables. Spcialits. — Srum nvrosthnique simple et ferrugineux' loihydrarg/re. Srum ue ittorard remplaant le paqu*] rtaiciliants He Fvrier et de itobiu* Il y a toujours en stock : Nevrosthose' Sirop pectoral, Elixir de Pensylvanb. Dpositaire du PHEVENT1L Reprsentant des Laboratoires Te\ LACTlf£RM.—Ferment lactique, contre aile-,lions finales et cutanes. L\XAR "^* p i "*Scrp'.fique dalf con'iotlp Cigarettes La Wationale Produits de premier choix Princesse)), i Encore" L A N A T I Q H A L E Voient chaque jour augmenter leur rputation Elles rivalisent avec les meilleures cigarettes in. 1 ??-^



PAGE 1

Ljjfiim anne No 3o75 Porl au Prii Jaiti Mardi 7 Septembre 1920 jjBSCTEOR-PROPHlETAIRK l^et-MAGUIBK MAGISTRAT COMMUNAL .NUMRO 15 nu G: 3.00 poil 0EPAATEMEKTS G. 2.50 IL. i 7,00 gtuOlS fl RANGER 0 SIX) bgil mces sont reues au Comptoir h •de Publicit, 9 RU-J Tronchet, P. "ai 3 3. Ludgate Hill, Londrer, Quotidien REDACTION; Rue.Arur.caine No, tto Rij'er ses actions, (jirJer la loi du devoir, suivre la uature.i LUCAIN TELEPHOM: •*• jETTfiS UTILES Mas ,(it partie de ces produits M tlU 80US Un vo,ume ment les proprits r;:| de l'aliment complet. plus riche que le fro • rniUreB grasses, le mas 1 par cette particularit, plus Jjpir, laiiuiem complet. Le digestion taeile, surtout ans organismes. Sa tant merveille la rg„ forces des convales[H puise.el l'alimenta m ceux dont l'estomac est i. Les pis do inbij grills avec de I eau, l'orme ut agrable La lauue hue j1 douce, lgre et prl'ra'ntres cimes dout elle a liTiQtages tans en avoir l ^ S H Ufi MCJ ue citron leur uorangerPilez l Me de Port-anPrince Suivant les dispositions le la nouvelle loi sut' 1A rgit dat Impositions Diiectes c L'imi-t loealil tit peru partir du 1er Octobre au Jl Dcembre, par le Receveur Comtnuuai, au Bureau d la Commune. UAL8 Id mOil qui prcde Is date du LiC Uctobie, le bureau de fi Recette Communale enverra a chique coutribuable sa feuilie de coutributlO!. l'jss ce dUi, les retardataires seiou sur la dnonciation da rteee vear Commu ai, eojdamuos par e Juge ue faix (MM amende de U Ou ceutimos par chaque |our de retard, plus 1U o 4 y du muutaut de l impt, Ds rtuepUOQ de cette feuille do contribution, les intresss qui auraient des observations a taire valoir concernant la valeur locative de leurs immeubles sont invites sa prsenter au bureau do la Commune sis a l'augle des bues Ferou et du Peuple, Ue 'J a ' heures, aux lins do 8'eiuen'dre avec l'Admimstration, l'art au-l'nuce.le 7 Septembre l'j,'J Le Magistrat Gotnmuuai, CLMENT M1GLOIRE Voul c>TOOt lira un des dtcaiera succs de lib aine '.' Fatacz ai bu reau nu MATIN I demandez Alimentation et Ravitaillement. par U. Legtndrt, Dr s-scn : <> Krfact oar Gb. bichet. meinlne do 1 AcadmSt des Scitnctt. Parmi les questions qui se p'os nt, il n'ju est pas di plus aagoiaeaote que celle de TAinne;itatio.:. L II ara i nu produit elle assez pour s %  u l rir '? La guerre a in s tous les peuples e.i prsence des difficults lt plu complexes et U Fraoct t8t dant une ei'uatin que rend particul %  ment pnible la tourprodoc l'augmentatioo Je la consomm tti la crise des transports, la crise d s changes. Fii trois chjpitres.l'auteur montre d'abord 10s n'soins de < :. n • de I homme, pus U consommation de la France comprt ses produo lions et ses chauge* et, e lo.l'or BaoiiaUoo du ravitail'emQut pendant la guerre depuis les mesures prises par la gouvornomout jusqu'aux efforts des eavanti etdei techniciens. Dius un dernisr chapitre, il expose la situation actuelle et ce qu'elle serailemain.j 11 tait DOttatirt que cette (juestion qui touch3 notre cenornie nationiiie tout entire et au sujet d3 laquelle tant d'erreurs so sont multiplies, fut expose par un physiologiste avis, doubl d'un statiiiicienjpradiut. Qet ouvrage, d'une brlante actua lit, coostitjj un rsum unique des statistiques loi plus routosdes bilans uea d,verses productions, des donnes suPaLCombroment des denres.le mcanisme des pnx.fr'.s. chsnges 11 est iodiiptaaabie tous ce.ix qui veulent coaoaHrt lensem. b e du proh Ht e : t s ir.ties-.eut au rtablisteinende la prjs. it natio nalo. ( /A h Kfiiu (Us Deux Mon.il s ) \ aille Y aille l Chez EUSSE MONSANTO Clnp^aux piur ho:nm;s, tmtrcs, pailles pour garooatts, fillttttf, gr nies et formes pour dames, peinture gros et dtail bonbons assortis. ]J r jusqu' consistance ItTnn .? DitJ,te u rouleau ^elie goubieu miuco. AUTO BUICK neuve Modle 1921 Prix: 2.250 Chez Eug. Le Bosse Lan DOQip e]jHc ilropa U y a quelques mois, de* spda1 tes tr> connns des Etais Uni?, d'Anglet^ne, de France, de 8lisse, et:., se sont lunis dit!renle< reBS. Fi plupart de ces dlgus avaient a.sisie conme con>eillers t cho q ns de leurs gouvernements rts p:ctifs i la conlerence de la paix, Paris. Ils paraissent avoir quelque comptence, en raison de leurs traviux an'iieurs e, aussi, parce qu'ils n'ignorent rie.i des difficults dans ;uelles se dbattent 1? plupart des pays atteints par le conilit monditl. C'tal Li raison poor laquelle ou doit •i:der quelque intrt au mmoi.inmn quils ont rdig et qui, apis avoir t soumis— en 1 a*.iv.er— aux d ilre:Vs go i/ernemeats, vient d're publi. PJUI iameaer m p:a despoir dais l'espr t des p:uples, es J.oiom'Stes ti'h site.-.t p.; demander que soie rtabl 1 1 got dutraviil,qae l'ef • f u indi [ 1 soit encourag et que cha:jn p ir.e rsiioanab emen; jouir du fru.t d.-so i travail. Le moyen d'atteindre ce but, en s'en tenant aux collectivits,c'est l'cntraids mternaioiale Voili qui nois loigne de ce carac-re exctasll e: exagrment personoel que l'on reneontre dans l''.'olution conomque actuelle. Mais couinent ea venir cette entr'aide internationale ? Comment cier, dans nos vies sociale et conomique, nurques de tant d'essences d'intrt, si rntiques, et, peut-tre, si abusive cette atmosphre dans laquelle il sera possible d'entrevoir le retour de la vie a des conditions plus normales Suivant les conomistes que nous citons, il est des moyens radicaux. Etd'abord.ilJiUt arrter et combattre l'augmentation constante des missions depapie: ctdei dettes publiques el.'.;ugmer.taiio.i co suctequi en d coule. La rlac ion des co .sommations excessives et l'augmentation de h pioductioa et des impo s oa; rec inuues comme les remdes les p'.aj tf:ces. sinou les seu:s. S'ils ne sont pa3 appiiqu p;omp:emeni, il est craindre que la dp.eciation de l'argent ne continue ea taisant disparatre les ressources accumules et en tendant peu peu, mais sans ajret, la banqueroute et l'anarchie sur l'hurope. il impor.e que nul pays ne soit considr comme un doueur solvabie, s'il ne ramne ses dpenses courantes au niveau de ses recettes, provenant des impts et des revenus normaux. A toute vidence, l'Allemagne et 1 .lUtriche devroot supporter une charge plus lourde, mais sens qu'il y ait danger pour elles, dans l'intrt mme de leurs crar.c.ers. Parmi les piy ieux, il en ts. dont les coud t.o^s conom.ques sont extremement graves etuui devront atteindre ia limite de leuj pacil dimpo's. La situitiori de ces ceux pays devra tre examine avec la mme ide de maintenu les impts dans les limites qu'ils puissent sans aboubr au chaos huauc er et au dsordre social. Au ,-oint de rut a.. ..,,. Agence Gnrale De Manufactures Etrangres 1905, Rue du Magasin de l'Etat. Nous sommes mesure de {aire excuter pour nos aoiis les commun; mis ues cumulandes di m u chiii Jisjs suivantes aux Ktais l D d Amrique : 'iodenes fuies, toileries ordi Dairetj quincaillerie, provisions eu gnral, farine* savon, pari'u mens, mgram du Uichigan. pro duiis pharinaceuiiquei \'.lvD.A. du Michigan l'einttes Colouia. Works, birruui ( l. Bornn da Si Tuo nas, plincln, cuin-nl, hrt Articles pour bateau, Labiictfll Carbon limover Ue la Souili larolina pour chasser le carlione des moieura d'autos sans Irais dd nettoya LM la Maison accepte en outre des commandas pour 1 Europe cjutralc el occidentale. xNos termes sont les plusjon^s, nuire promptitude est sans gale, m> conditions gnrales sont les meilleures. INtos vos coures, rssnrat une minute pour passer nous voir, ce ne s ira pas au temps perdu.; LUC UOKSIXVlLLK Go SgenU eu Manufactures trangres La Me Maison Vient d' nstaller une succursale PriOM-VlLLB en face Usines Francis Grand choix de rubans, deotelles, brodenes, tissus lgers, tulles partu men, bonbons, caries postales, fils coudre, i broder, boutons pressions, chaussures, etc. etc. di.;les, il convient de retenir de prcises suggestions. La balance de ces dettes acte lausse. 11 laut dbarrasser le bilan universel de certains e ment! tieufs que,accentuent le dlit de certains pays. Mus ces propositions doit s'ajout-.r l'valuation de la vie de dni un. de 1a vie normale. Celle-ci tara les exgencei p.us lojrde^.Ccst pourquoi, ;o,sque les dpenses des ditttreais piys dliarope 4 uront t ramenes dans les liants de leur cipacue d-impo.s, ej| lorsque le fardeau des dettes ealre les nitioas aura t ramen i uue hm.te supporta ble, il taudu iu.iier les moyens de leur fourmi Ici fonds de roulement, ncessaires pour qu Us puissent re pieadre leurs impo.tations. rouv.it uiasi le cycle de leurs cluages com. merciaux, rtablir leur capacit pro ductive et rorganiser leur systme monfiire. Il n'est pas question de nassiltei qu'un seul pays, m mme quua seul groupement des pays ahs pendant lu fl/3irt. Les intrts ue t aie i .'.>..o;,,, et mme ceux du mo.ice ent-.er, sont en jeu. La plus grand; partie des fonds doit tre n 1 -.oiiremeut tournie par les pays dont la balance commerciale et les changes sont favorables. 1 edes sont, dans leurs grandes li. les -oaclusijiis de ces couoUes ne manquent poin: gouttai p us d'un conseil dont on ferait bien, ici et ailleurs, de s'inspire.. '"*'


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05208
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, September 07, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05208

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Ljjfiim anne No 3o75
Porl au Prii Jaiti
Mardi 7 Septembre 1920
jjBSCTEOR-PROPHlETAIRK
l^et-MAGUIBK
Magistrat Communal
.numro 15 nu
g: 3.00
poil
0EPAATEMEKTS g. 2.50
Il. i 7,00
gtuOlS
fl RANGER
0 SIX)
bgil
mces sont reues au Comptoir h
de Publicit, 9 Ru-j Tronchet, P.
"ai 3 3. Ludgate Hill, Londrer,
Quotidien
REDACTION; Rue.Arur.caine No, tto
Rij'er ses actions, (jirJer
la loi du devoir, suivre
la uature.i
LUCAIN
TELEPHOM:
**
jETTfiS UTILES
* Mas
,(it partie de ces produits
M tlU 80US Un vo,ume
ment les proprits
r;:| de l'aliment complet.
plus riche que le fro
rniUreB grasses, le mas
1 par cette particularit, plus
Jjpir, laiiuiem complet. Le
digestion taeile, surtout
ans organismes. Sa ta-
nt merveille la rg-
forces des convales-
[H puise.- el l'alimenta
m ceux dont l'estomac est
i. Les pis do inbij grills
avec de I eau, l'orme ut
_ agrable La lauue hue
j1 douce, lgre et prl'ra-
'ntres cimes dout elle a
liTiQtages tans en avoir l [ola tsit cuire deux lieuies
it, on la aupondre de
l'avoir coule eu bouillie
[Ut graiss ds beurre trais
1 ensuite au tour,
ses contres ou moed
IM le mais, et .- .v.b avoir
Ibiaterie, il fournit de trs
i, dlay dans les velu-
ntifs, tels que le bo-il'ou,
C. Un en retire aussi des
^ torique les puules 1 ayant
lia tamise pour eu extiaire
lia plus tine. Cette semou
lgre, n'a ni 1 jreie
laueitum- de 1 avoine,
oaii du trouent et me-
nace sous ce point de
ide maie, dpouills de
1 et de leurs bourses,
Ifria dans la ptc, lormeut
MUelleal- Moulus grossie-
[ttiys daus du lai', ils
ibon poUge. Les grains
il, ramollis dais l'eau,
de leur peau 1 aide d'un
dd mortier de bois et
prparent comme des
ioa as mettent dans le
iVoici.d ailleurs, quelques
fcoliQiiies de prpara ion
Indurine ils foules les couleurs
A 0 dollars le quart de 100 livres
A vendre chez
CAUSERIE ECONOMIOUL1

r
Shemtob & Co
Coupez en morceaux, mette/, sec
sur une tounire ou une plaque et
faites cuire a petit tdu clestus et
dessous. Serve/- saupoudra/, de su-
cre* Ou peut mettre la pte d'un
seul morceau et dessiner des lo-
sanges.
Escoton. Faites une bouillie
ave.- de l'eau, lgrement sale et du
mais Faites cuire vingt minutes eu
remuant et versezJar.s un t-lat creux.
LiiBsez un jour, coupez en tranches,
passez dans de la tanne ordinaire,
faites frire, saupoulrez de sucre et
servez chaud-
Gteau de mas. Faites une
bouillie lgrement paisse avec du
lait sucr et de la farine de mais
que vous jetez en pluie dans le lait
bouiiUnt. Four un litre de lait, il
faut compter 100 grammes de mal*.
Sucie vanill a volont- Quand la
bouillie est faite, ajoutez sept ou
huit amandes amres, et deux ou
trois ueuls. Ueurrez uue moule, eu-
duise/. de caramel el mettez au four,
M F.la NIE
-j--; de mais. Faites
grammes di beurre. Ml-
ai ternae 4UU gninmes
Omsls. faites un pues au
Muse/.-/deux ueuis; dl-
i pois ajoutez le beuu -
pince e sel, lOu gram
[re on poudre- iruvadltz
**rez deux dcilitres dj
Mimez travailler la pats
[quelle sou lisse, beurrez
* a tartelettes, i emplisse*
M-Beurrez legreinentie
11 Uite* cuire a bon four
'minutes. Servez chaud.
fi?"" FftUea uue bouillie
5?,n',i ,alt sucre, eu
Mme daus du lait guer et
pourriez jusqu' pte paia
Ufeu, mettez cette paie
u7*'8 hns en donnant la
fjwuui. Houltz et iicelez
EJJBtt bien serrs. Jetez
Jw et laissez cuire jus-
iC*0"entiez la pde bien
Pjtf. dfaites les linges;
r'rs u joilH 8auCi8feuUb
f? lue \bus coupe* eu
I saupoudrez de.
riMe5de mais. Prenez
Kn8 *,l.lne',U01 : ma,H'
RU\1UJ "> ^
S h UfiMCJ ue citron
leur uoranger- Pilez
l Me de Port-an-
Prince
Suivant les dispositions'le la nou-
velle loi sut' 1a rgit dat Impositions
Diiectes
c L'imi-t loealil tit peru partir
du 1er Octobre au Jl Dcembre, par
le Receveur Comtnuuai, au Bureau
d la Commune.
Ual8 Id mOil qui prcde Is date
du LiC Uctobie, le bureau de fi Re-
cette Communale enverra a chique
coutribuable sa feuilie de coutribu-
tlO!.-
l'jss ce dUi, les retardataires
seiou sur la dnonciation da rteee
vear Commu ai, eojdamuos par e
Juge ue faix (MM amende de U Ou
ceutimos par chaque |our de retard,
plus 1U o4y du muutaut de l impt,
Ds rtuepUOQ de cette feuille do
contribution, les intresss qui au-
raient des observations a taire valoir
concernant la valeur locative de
leurs immeubles sont invites sa
prsenter au bureau do la Commune
sis a l'augle des bues Ferou et du
Peuple, Ue 'J a ' heures, aux lins do
8'eiuen'dre avec l'Admimstration,
l'art au-l'nuce.le 7 Septembre l'j,'J
Le Magistrat Gotnmuuai,
Clment M1GLOIRE
Voul c>TOOt lira un des dtcaiera
succs de lib aine '.' Fatacz ai bu
reau nu MATIN I demandez
Alimentation et
Ravitaillement.
par U. Legtndrt, Dr s-scn : <> .
Krfact oar Gb. bichet. meinlne do
1 AcadmSt des Scitnctt.
Parmi les questions qui se p'os nt,
il n'ju est pas di plus aagoiaeaote
que celle de TAinne;itatio.:. L II ara i
nu produit elle assez pour s u l
rir '? La guerre a in s tous les peu-
ples e.i prsence des difficults lt
plu complexes et U Fraoct t8t dant
une ei'uatin que rend particul -
ment pnible la tourprodoc
l'augmentatioo Je la consomm tti .
la crise des transports, la crise d s
changes.
Fii trois chjpitres.l'auteur montre
d'abord 10s n'soins de < :. n
de I homme, pus U consommation
de la France comprt ses produo
lions et ses chauge* et, e lo.l'or
BaoiiaUoo du ravitail'emQut pendant
la guerre depuis les mesures prises
par la gouvornomout jusqu'aux
efforts des eavanti etdei techniciens.
Dius un dernisr chapitre, il expose
la situation actuelle et ce qu'elle se-
railemain.j 11 tait DOttatirt que
cette (juestion qui touch3 notre
cenornie nationiiie tout entire et au
sujet d3 laquelle tant d'erreurs so
sont multiplies, fut expose par un
physiologiste avis, doubl d'un sta-
tiiiicienjpradiut.
Qet ouvrage, d'une brlante actua
lit, coostitjj un rsum unique des
statistiques loi plus routos- des
bilans uea d,verses productions, des
donnes su- PaLCombroment des
denres.le mcanisme des pnx.fr'.s.
chsnges 11 est iodiiptaaabie tous
ce.ix qui veulent coaoaHrt lensem.
b e du proh Ht e:t s ir.ties-.eut au
rtablisteinen- de la prjs. it natio
nalo.
( /A h Kfiiu (Us Deux Mon.ils )
\ aille Y aille l
Chez EUSSE MONSANTO
Clnp^aux piur ho:nm;s, tmtrcs,
pailles pour garooatts, fillttttf, gr
nies et formes pour dames,
peinture gros et dtail
bonbons assortis.
]Jr jusqu' consistance
ItTnn .?DitJ,te *u rouleau
^elie goubieu miuco.
AUTO BUICK neuve
Modle 1921
Prix: 2.250
Chez Eug. Le Bosse
Lan
DOQip e]jHc ilropa
U y a quelques mois, de* spda-
1 tes tr> connns des Etais Uni?,
d'Anglet^ne, de France, de 8lisse,
et:., se sont lunis dit!renle< re-
BS. Fi plupart de ces dlgus
avaient a.sisie conme con>eillers
t cho q ns de leurs gouvernements rts
p:ctifs i la conlerence de la paix,
Paris. Ils paraissent avoir quelque
comptence, en raison de leurs tra-
viux an'iieurs e, aussi, parce qu'ils
n'ignorent rie.i des difficults dans
;uelles se dbattent 1? plupart des
pays atteints par le conilit monditl.
C'tal Li raison poor laquelle ou doit
i:der quelque intrt au mmo-
i.inmn quils ont rdig et qui,
apis avoir t soumis en 1 a*.i-
v.er aux d ilre:Vs go i/ernemeats,
vient d're publi.
Pjui iameaer m p:a despoir
dais l'espr t des p:uples, es J.oio-
m'Stes ti'h site.-.t p.; - demander que
soie rtabl 11 got dutraviil,qae l'ef
f u indi [ 1 soit encourag et que
cha:jn p ir.e rsiioanab emen; jouir
du fru.t d.-so i travail. Le moyen
d'atteindre ce but, en s'en tenant
aux collectivits,c'est l'cntraids m-
ternaioiale Voili qui nois loi-
gne de ce carac-re exctasll e: exag-
rment personoel que l'on reneontre
dans l''.'olution conomque actuel-
le.
Mais couinent ea venir cette
entr'aide internationale ? Comment
cier, dans nos vies sociale et cono-
mique, nurques de tant d'essences
d'intrt, si rntiques, et, peut-tre,
si abusive cette atmosphre dans
laquelle il sera possible d'entrevoir
le retour de la vie a des conditions
plus normales
Suivant les conomistes que nous
citons, il est des moyens radicaux.
Etd'abord.ilJiUt arrter et combattre
l'augmentation constante des mis-
sions depapie: ctdei dettes publiques
el.'.;ugmer.taiio.i co suctequi en d
coule. La rlac ion des co .somma-
tions excessives et l'augmentation de
h pioductioa et des impo s oa; re-
c inuues comme les remdes les p'.aj
tf:ces. sinou les seu:s. S'ils ne
sont pa3 appiiqu p;omp:emeni, il
est craindre que la dp.eciation de
l'argent ne continue ea taisant dis-
paratre les ressources accumules et
en tendant peu peu, mais sans
ajret, la banqueroute et l'anarchie
sur l'hurope.
il impor.e que nul pays ne soit
considr comme un doueur solva-
bie, s'il ne ramne ses dpenses cou-
rantes au niveau de ses recettes,
provenant des impts et des revenus
normaux.
A toute vidence, l'Allemagne et
1 .lUtriche devroot supporter une
charge plus lourde, mais sens qu'il y
ait danger pour elles, dans l'intrt
mme de leurs crar.c.ers.
Parmi les piy ieux, il en
ts. dont les coud t.o^s conom.ques
sont extremement graves etuui de-
vront atteindre ia limite de leuj
pacil dimpo's. La situitiori de ces
ceux pays devra tre examine avec
la mme ide de maintenu les im-
pts dans les limites qu'ils puissent
sans aboubr au chaos huauc er et au
dsordre social.
Au ,-oint de rut a.. ..,,.
Agence Gnrale
De Manufactures Etrangres
1905, Rue du Magasin de l'Etat.
Nous sommes mesure de
{aire excuter pour nos aoiis les
commun; mis ues cumulandes di
m u chiii Jisjs suivantes aux Ktais
l d d Amrique :
'iodenes fuies, toileries ordi
Dairetj quincaillerie, provisions
eu gnral, farine* savon, pari'u
mens, mgram du Uichigan. pro
duiis pharinaceuiiquei \'.lvD.A.
du Michigan l'einttes Colouia.
Works, birruui ( l. Bornn da Si
Tuo nas, plincln, cuin-nl, hrt
Articles pour bateau, Labiictfll
Carbon limover Ue la Souili
larolina pour chasser le carlione
des moieura d'autos sans Irais dd
nettoya
LM
la Maison accepte en outre
des commandas pour 1 Europe
cjutralc el occidentale.
xNos termes sont les plusjon^s,
nuire promptitude est sans gale,
m> conditions gnrales sont les
meilleures.
INtos vos coures, rssnrat une
minute pour passer nous voir, ce
ne s ira pas au temps perdu.;
LUC UOKSIXVlLLK Go
SgenU eu Manufactures trangres
La Me Maison
Vient d' nstaller une succursale
PriOM-VlLLB en face Usines Francis
Grand choix de rubans, deotelles,
brodenes, tissus lgers, tulles partu
men, bonbons, caries postales, fils
coudre, i broder, boutons pressions,
chaussures, etc. etc.
di.;les, il convient de retenir de pr-
cises suggestions. La balance de ces
dettes acte lausse. 11 laut dbarras-
ser le bilan universel de certains
e ment! tieufs que,accentuent le d-
lit de certains pays.
Mus ces propositions doit s'a-
jout-.r l'valuation de la vie de d-
ni un. de 1a vie normale. Celle-ci
tara les exgencei p.us lojrde^.Ccst
pourquoi, ;o,sque les dpenses des
ditttreais piys dliarope 4uront t
ramenes dans les liants de leur
cipacue d-impo.s, ej| lorsque le far-
deau des dettes ealre les nitioas au-
ra t ramen i uue hm.te supporta
ble, il taudu iu.iier les moyens de
leur fourmi Ici fonds de roulement,
ncessaires pour qu Us puissent re
pieadre leurs impo.tations. rouv.it
uiasi le cycle de leurs cluages com.
merciaux, rtablir leur capacit pro
ductive et rorganiser leur systme
monfiire. Il n'est pas question de
nassiltei qu'un seul pays, m mme
quua seul groupement des pays
ahs pendant lu fl/3irt. Les intrts
ue t aie i .'.>..o;,,, et mme ceux du
mo.ice ent-.er, sont en jeu. La plus
grand; partie des fonds doit tre n
1'-.oiiremeut tournie par les pays
dont la balance commerciale et les
changes sont favorables.
1 edes sont, dans leurs grandes li-
. les -oaclusijiis de ces couo-
Ues ne manquent poin:
gouttai p us d'un
conseil dont on ferait bien, ici et
ailleurs, de s'inspire.. .
- '"*'



Il'l ***
aa *'
Nous devons ni^naler que la ean
ce d tiier du Conseil d Ktat ai atten-
due n'a pas amn les laits extraor-
dinaires auxquels r. vaient les eeprits
pas trop surexcite.
Ou a remarqu que dans l'audi-
toire il y avait des gens venus des
localits les plus loignes.
Depuis la veille, des autos charges
emmenaient des voyageurs des Ca-
ves, de Miragone, de i'etit Gcve,
des Gouaives et de Saiul-Marc.
Une foule considrable emplissait
le l'alun* du Corps Lgislatif. Aprs
la constitution du bureau quand lui
donn lecture du Message de S. K.
le Prsident, on remarqua et on
comrnen'a beaucoup le fait Imprvu
que le Cabinet ne s tait pas prsen
t pour la leciure du Message cons-
titutionnel au Conseil Lgislatif.
C'est l'occasion pour nous d'enga-
ger le public-conformment a l'appel
fait par le Prsident Darliguenave,
a attendre dam* le calme et avec
confiance l'issue des ngociations
qu dmne,
Une atmosphre d'excitation n'est
pas celle qui convieut pour le rgle-
ment des questions diplomatiques-
I.u sagesse du l'rsideut et sa mo-
dration bien connues ont dj sauv
uotre \m\ h de mcomptes graves.
Faisons lui contiance; persuadout-
nous qu'il ttouvera les moyens de
conduire les diflicults du moment
des arrangements honorables et
avantatfr'ux pour l pays. Tous ses
collaborateurs quels qu ils >oisit,
doivent l'y aider et le peuple, lui
aussi, dont sa politique lisbdu a di'-j
sauvegard I Indpendance, doit te
garder tant des craintes ch mu-
ques que des excs d enthousiasme
capahiee, les uns ou les autrts, de
fane pe.dre au Pouvoir responsable
na sienit. son bon sens et ta con-
h; ici en soi.
J"! JUS
Tromper L'Organisme
Pour Plaire au Palais
c'est ce que font beaucoup de personnes qui
prennent des toniques alcoholiques quand en
ralit ce que leur organisme a besoin c'est
L'EMULSION DE SCOTT
Puissant aliment et mdecine sans le
faux estimulant de l'alcohoL. ,
i
L.
-^
Nouvelles Etrangres PaitsDiVGTS
Varits
CE SOltt
,ES MYSTERES
DE NEW-YORK
10e, I le et 12e pisodes
Entre G. 1.00
Nos Hles
La Journe d hier
Nous annoncions hier l'arrive
la Capitale du Gnral Lejeune.Com
mandant en chet des Mannes Corps,
accompagn du Gnral Battit, an-
c.ea chet de la Gendarmene dHaiii
La pnhtn.e de t;ls personnages n'a
pas manqu de donner lieu des
manifestations de sympa! h e.
Hier matin, a huit heures, il y
eut au Champ de Ittft, dtvant les
Tribunes, une revue 'un bataillon
de la Gendarmerie qui dltila avec
beaucoup de discipline :t excuta
avec un ensemble partait, les volu-
tions du piogramme,-
A midi, le Gnral Lejeune rendit
visite au Prsident de la Rpublique.
11 tait accompagn du gnral But-
ler.Salu par les sonnenes auxquelles
lui donnent dioit son titie et son
rang, le Gnral est reu par le Chet
de i Etat entour de tous ses minis-
ires. Le Prsident Darliguenave fait
un discours de bienvenue auquel r
pond le iicnei.u Lejeune.
L.e Gnral Butler dcor
Le Piesidcui piouie de la cucons-
tance pour cilm la mdaille mili-
taire au Gnrai Builer pour les ser-
vices qu'il eut a rendre eu qualit de
1.1 n i ue la Gt ndarmeiie- Le Gnral,
tics emu, lemeicie en leimes heu-
reux.
Au moment o le Gnral Lejeu-
ne recevait les honneurs a sa sortie
du Palais, une salve partie du Port
National le salua.
Concert
A ) heure*, la Musique du Palais
orint un coiKtrt chev. le Ma|or Van-
dergnlt au 6nral butler.Le concert
ne put tiu que vers 7 h-.u es du soi'*
Leur dpart
Cest probablement demain mer-
ciedi que partira le gnral Lejeuu.'
qui visitera tous les postes de Mari-
ne Coips jusqu' bainl Domiogue
vil il se tenu psi voie de t.ne.
7 Septembre
XIENTSIN Far suite du peu de
rcolte,dix millions d'iisbraols eont
MiciiM'i'-s de lainiiit'. A llonan Sliac^
tun et Tonili des familles entires se
sont suicides
PARIS Les obsques du cardi-
nal Amette ont eu lieu ce matin an
milieu d'une afluerce considrable.
Monsieur Deschanel tait reprsent
par les prsidents de la Chambre t
du Snat. Cinq cardinaux, de r om-
breux Kvques, Monsieur Millerand.
lui ambassadeurs des Ktsts Unis, de
Grande Bretagne et d Espagne airni
que Ij Marchal l'lain taient pr..-
stntF.
PAllS. L'autonomie de la Syrie a
t proclams le premier Septembre
par le gnral Couraud. Une loule
immense assistait la crmonie
uonnant la France la preuve de
sou attachement. Le lige rouveau
du gouvernement sera lieyrouth.
PAHIS-Monsieur Deschanel a n
aujourd'hui Monsieur Bichclf min s-
tre d Autriche qui lui a prsent ses
lettres de [crance.
VAIISO\ IK.Le gnral if aller a pu
bli un ordre du jour exprimant la
giatitude de la Pologne pour l'l'lica
ce collaboration des ofliciers fran-
chis attachs l'Etat major polonais.
l'AlUS- 1/ ministre des affaires
rangerea a annonc officiellement
qoe I Allemagne avait accept toutes
les dtiuandes del France au sujet
des 1 cidenls de Breslau.
PAlilS Le ministre des travaux
publics a inform olficiellenieni que
T Aile magne avait accept toutes les
demui des de la France au sujet des
inc.dei ts de lireslau.
PARIS Le.ministre des travaux
publics a inform officiellement qie
la rgion de la Hbur avait fourni du
charbon pendant le mois d'ac 11 .
Revue
des Deux Mondes
1;, rue de l'Universit, Paris
SOMMAIRE DP LA LIVRAISON
DU 1er Aot 1920
Lettres au Cardinal Mathieu, Per-
dinard Brunire
Hier tt demsin. II. L? paysan
Emmanuel Labat.
Les curs gravitent. Dernire pa-
tie, Charles Gniaux.
Le crime d'Pkaterinburg, N. de
Berg-Poggenpohl
Au pays Breton. II. Ave; kl p
cheurs, Andr Chevrillon, de 1-Aca
demie franaise
Souvenirs de la Bataille d'Arrae
( Octobre 1914 ). I... Ct Marcel
Jauneaud
Pascal et le Discours sur les pas
ions de l'Amour ... Victor Giraud
Autour d'une conlrence. lm
prebsions de Spa..... Raymond Re
cou'y
Les relations intellectuelles entre
Francs et Pologne, Andr Lien'.en-
berger
M. le Gnral Lyautey a 1 Acide
mie franaise Henry Bidou
Revue hliraire Barnave et la
reine Andr Beaunier
Revue Dramatique. Le Maiire
Ren Doumic. de l'Acadmie Iran
aise
OBSERVATOIRE
DU
PETIT SEMINAIRE
COLLEGE ST MARTIAL
RENSEIGNEMENTS
METEORLOGIQUFS
Lundi 6 Septembre 1920
t
La Pension Rouzier
Offre > sa clientle avec son
Mine>e le conlort le pi s ag alle
au* voyageur?.
( Irmpde Mais.'
riii(6na
!
CIGARETTES
Or le 4 80miiTer
EdESTEVE
PORT-au-FRINCE
B.romlre
T-. mpiature
762
minimum 2?,o
( maximum ;; <>
Moyenne diurne 280
Citl plus ou moins nuageux l'a-
prvmidi et la nuit.clair la matine.
Eclairs le soir.
Barorairc constant
J.bCHERER
Autour des lection'; en Coges
I.l- l"i.-. III.-. ir. Nicolas i'l-ich.i, chevalier
Rose Croix et lloysl-lrche, ancien icr surveil-
1101 et incisa Reprsentant de la Respecta le
Loge Les C eun Uni 1 Mo 14 :
a l'iionneur Jtf soilic il'i les bienveillants sut
Irages Jes illustre! ei Membres de l'ai -
ier Les Cceurs-Unis No 14 .m* proch inti
lections qui auront lieu au courant de ce mo t,
au V-'iiOr.iui de la loge oour l'exercice 1020-
1 ti ( roupe de (rires
La vie chre
On signale une certaine hausse du prix des
rvuls qu'on est ol-iig de payer, :ik ne la c.tm-
pa ne, o>o centimes les ira
Il v .1 la certainement des mancvuxres de re-
veiMeuses contre les.] telles des mesures svres
devraient eue prises
La Solidarit
La sance de dimanche de la soiiJarit a .
comme touiours tre:. intressante
Le- Prsident 1 annonc qu il a crit aux Etats-
Unis pout lu commande du stock d outils de
tous les mtiers tutl sera la proprit collective
de I leuvre, mais ijui, en .'orme wm sus S'atutr,
sera l'usage de chaque socitaire artisan mo-
yennant certaines conditions.
U'autre part pour largir son action et remplis
un de ses buts essentiels qui consiste .1 dvelop-
per l'esprit de prvoyance, le not de Ipargne
ct le sens de la mutualit dans la population
ouvrire, la Socit a dcid a l'unanimit de
repuuier tout caractre maonnique et de ne pas
exiger qu'on soit aliili une Loge pour devenir
un de tes membres.
Au surplus, un appel a t tait tout le monde
ouvrier pour obtenir une grande quantit d'adh-
sions Il est certain que ces adhsions ne leron:
pas dfaut vue que la raison dtre de la socit
est de runir et organiser les travailleurs, les
moyens eollectiis de: dfense tant naturellement
plus efficaces que les seuls moyens individuels.
Une commission a t tonne pour examiner
les comptes trimestriels du Trsorier. L'encaisse
Je la socit est aujourd'hui asse. leve et elle
s'occupe d'ouvrir bientt sa propre salle de ru-
nion.
Funrailles
Bal dcde hier a midi Mme Clurles Girand,
ne Maitida Rigaud, dans sa 70e anne.
Ses fuurauies auront lieu cet aprs-midi.
Le convoi partira de la Maison mortuaire,
Rue de l'EglilS No &i.\ pour se rendie en l'Ii-
giisc Stc-Aiine Nos condolances-
Auront galement lieu les lunrailles de
Josphine :>:-liii.ure.decde ce matin i l'ge de
BO .111s Le convoi partira dfl la maiSOO mor-
tuaire sise lue Je lgalit!, IJel-air ) pour ;e
rendre en l'Kglhe Cathdrale.
Bilement
Il .1 t brl ce matin par les soins de la
Commission du brulement G. ij.000 de billets
pes anciennes m.ssions.
Remeciements
Nous remercions bien sincrement tuas les
amis et allis qui ont bien voulu nous tmoigner
des marques et sympathie en dposant des heurs
ct des couronnes sur la tombe de notre icureti
II. M. Mica, dcde, ainsi que tous ceux qui
taient prsents -ux luner.iilles, et qui nous
ont adresse Jes cartes, tlgrammes ct ictires Ue
condolances CD -e;.e douloureuse circonstance.
Nous prsentons 1 rxpression de notre uve
gratitude a PEtat major du t-'ield et General llcs-
pital. Mme H. M. Shea et un ille.
Wincaniis
ET
Les Convalescents
Il arrive mai!;euieueement chsfl
nous de tomber niblade tour do
plus ou moins long et dV-tre ainsi
de garder te lit ou la cl.ambre.
Au bout d'un certain temps, la nul
est passe; mnis on reste puis, san
(t kuns gppdlil. un se trane du liti
teuil. du lui. U i il au lit. Cet ttat peuI
longer pondant longtemps, C'est prd
meut ai.) qu'il importe de donna
convalescents, de temps autre, on
de Wincaniis Do la sore- la p||
critique, cons^oative une maladie
peui erre considrablement courle,
vite. Vu ii. /. vous essayer de rdsj
quelques jouis une couvaleaceoceqsl
temps ordinaire,durerait plusieurs seau
Faites un essai de W1NCARNIS.
Aliment deol du convalescent,
d'extrait de malt, extrait de vianda
vieux lorto, le HINJAHNISvoastM
par la rapidit de sua action. i
C'est lo coup de fouet, le stimulant
pane au sang et l'estomac aprs
maladie.
Apptit, bonne digestion et viguem
B7iiTi77.btiTarrmiiidials de ce traitement domicile.
Ijm rwftmwSa L*p *rai reconstituant naturel, uiH
VMlCVlllb simulant, viviliant et iortiliint lh
Kecoa
smuiant, viviliant et
verre donne uoejicmVelle figjeur et amliore la sani- Kec
de pir plu* de 10.0.JJ mdecius- iJrepire pir LObLMA.N &
Angleterre, i/pot gnral chez
branch J. Martin
Agent pour Uaili, Port-au-Fnnce
(a)
iUentioi) !
Le Bazar des Giitlemea, p^ur venir en aide aux vrais et
fumeurs qui, depuis des temps, s ver uent par de vaines recoi
a tro jver d i 1) 3.1 SC iFiSK -, iTI. se lu m de leur anaoDffl
n'ont plus s'iuqu ter, sens h.e leur elloris, il a emorts
cause et leur apporte ( la ra isation des reves;.
Scaferlati suprieur
De prparation iruwjaise, Iqjameuse marque < ^f^J*
portauiurlfti tabacs des manufactures ae Ihla detra\ .
L- Bazir, voulant djuuer uuejpreuve udiscuiah e ques
esl 1< meilleur, iu'011 puis;e irouve-, mei grdcieuseuitJQi a
ondea.in'.cu s I.UJ) piqaa^ de cigarettes ^lerta" sup
qu'ils peu.e.i*. re 1 imer parlir de e ) jjur au iVo l"J. u n
Foi, local du U /.ir. ... -
Franois Letellier
Seul agent
+
Dpart
Hier ont inn i destint on de
N.w Yoik par le steamer Panama,
les p'ssagers suivants:
O Liit, C. F, Cunnin-
d
Vi M A v
Chronique de la quinzin;.- His ^ p Lles;M:lle Kevest."M.
toire politique Raymond Poin.ar |aco!. p ^(
de l'Acadmie franaise
PRIX DE L'ABONNFMEN f
Un an Six mois Trois tnoh
Paris, Seint,
Seine i-i-Dise sO Ir. .o Ir. ^l fr.$0
ui -i'.\K. i.Mts rs,
et Colouic Frmaciists K ir. 1 fr. *J " >J
ETRASi.hK y Ir. 47 lr- M ''
Us dbonnumnts patient du lir et du i, de
fM mois
s/rii uu Nuimiro 4 U, jo- iitranjjer ^ itan^s
Joanny Cordasco
310, Rue des Front s-fort*,
18a Avenue, P.O. Box 2 Port-au-Prince, U^
Ventes sensationnelles avec yw
rabais laissant de gros beneps*
aux plus presse.
Assortiment trs complet d'articlesJ
Coidouuerie et marchauds cordoani
Vous trouverez galement en stock : gl j
Peinture Ceii*. chausseltt-s, mafliuies a epu'"ftures4
Kneer, Mme J. F. Noys. Melles A. Accessoires pour automobiles,ar ii'les euiaill. I0UI e ,fcj
ei M. Boutin, Mr A. Boulin, H. Le pour mailetiers, cir; ge 'lirifliu et da la ctJebre 1
bosi. uour ioulieti de toutes Us manefi etc, ci
aco^) P. Rogvue, \V. M Heild, R.
A. Constantine, H. B. Birnes, P.
Fo re t, M. Ft ois, Mister G Fran-
ois, Melle R. Goulding, 11. |.
Thompson, lred tt Charles K.klin,
J il. Messmao, O. |. Foster




fcC MAI IN
irands succs la
Librairie du Matin
URODONAL
Roman de Louis de
G. 6 ;3
ieux du
7 50
i Russir
Brime "yftr
W de l'aris
Mais Vivie par
"jlogiedu raisonnement
R.'igoand
jtme dAristote par
iHirnelio
il(ja:ers du Sud par
[l Stevenson
twoieuse par Avesnes
trangre. Marcelle Adam 5 7;
,mi lt D. Serge Voioncif 10
liBche pai Jean Coceau 6
.pscuel du paifait avar-
La danse sur le feu et le. u
Elle Faure f 00
le soleil se lve par foin Mary 5 00
Aoatomie sentimentale
Porto Rch. 800
5 7S ^>CJlemiri.eparMathildeAanic6 75
Plaisir de Chteauxti degra d:smui
sonsjeuxnouveamta onaeStatKoo
La danse devant le miroir,
Franois de Cmel
Lalerame noimale dans
socit nouvelle
Les crivains corrempoiains de
l'Amrique espagnole
Hun jours Versailles par
Paul Guiycr
Aiicamb.ra par Caello Netto
La MutU procMfl, MM0 le rhumatir n- -eue!
elle ne saurai irt confondue, da la disttose arji que
..T fout,lf ,e1l JI0nc\eD 'ln c'e oc'',> "cefoi ioImJ
neemie, c *si-4-d!re Je l'empciaoun; ..-. t ,,u 1 ? or
lac,de urique el les urates
#.,?. SSi lnteri,s* : eutteux c's j.; aatoir qu*;n /_-
brtqventtrcp d'acide urique.
15
16
7io
7 50
2 75
3 50
3 7;
ddrh'ta. """ """J
il leur faudra, en outre, vacuer le trop pl< n au fur
et a mesure en liminant l'acide urique. naturelle I
maasr.niDle, par ITrodonal. dont le rouvoir dissolvant,
J< cit pli-* actif rue lu lllhine el absolument inofren-
ur, a rciouc cette dernire
: : **r La ., an i-t prsident de
d1- .. i: ;
10
ji, pu l'iene Mac Odan 4 50 Le commandement unique par
00
(HBirc isance par
etH. Omesa 6
ddie Sibrienne, J.Las'es y ;o
iologie de la gueirc par
y Sport 7 co
jsde li Guerre L'A o-
jtique par Ct U theb 9 00
de h Guirie A'
Mermeix
Les peuples d'i'.it,me Orient
La Chine
Dialogues d hier par
Maurice Donna?
Nos potes et la pense de
leur temps
00
(- :
/ >
Tu:. ;Mi _.. __..:..
Rhumatismes
Gravil
A HrioSclir&
N -r Et Chau-
lai) 8, rui
ll( 1 .. *'ll .S
l'Aet-
ommaixi dans son
. iiomb'cjx mallrea.
*75
3 00

Hat!"
>jri&*m%*'

P* I i C mrunl.! ci
| s / ' **! il MiimM
> yC^S "'>"''-'' 10*'.
. Oiisfr Acii ef /a GOUTTE
L'OPINION MEDICALE :
Administr t l'occasion dea pousses
|0< s dans la goutte. lUHODONAA n'a aucun
r< lotissement fcheux, comme lea aallcy-
lates, rien des effets dangereux, redoutables
parfois, du colchique et de la colchldlne Lea
douleurs perdent rapidement de leur acuit
el la dure n.'me de U pousse eat parfois
trs notablement abrge
IV F. Montx.
fctdecln major de t" cl. en retraite, ancien mdecin
e% hpitaux de la marine ri des colonie!
. J'ai fait u.ige de l'DRODONAL aur un
homme d'Age moven. souffrant d'attaques
r-'ptea de goutte Le rsultat fut trs bon
P'MiJant un attaq -e tajOej parce que le ma-
! nie ressentit r.-olns de douleurs qu'habituet-
! ment, et, en contlnuaot la cure, j'ai pu
eoneUter nue |ea attaques venaient de moins
en me is el -oc un long intervalle de
lcmpf
D' Jetil SOMIWHI, a rtaslllcanov.
L'tIRCnON AL riatis un VirltabU sat-
ine urique acide urique. uratet et oialotn .
... _:it U*
Go\ ..tcjt
lunentaiioa <^Aria A n on
fanent parR.Lfg-nd.-e .s 00 n3 d 60 intimes
fiic la Guerre.L u.uustrie iraa La closerie des gents, Fred. Son
ipti L Guillet et |. Durand 9 00 'f- chatterton, Airred de ViLjny." Fe
s de la Guerre. Les lions mt- 'ile vl|e. L. 13. Ficard. Le Lucvaiier
ide la Guene par
louvard 9 00
ide la Guerre. Ma ri ne et guerre
kparCne . Fie | Vaschalde 900
tille de Foch par
pmoni Recouly 5 00
.'URODONAL nettoie le rein,
L. ._ le foie ct lea articulations. Il as
souf'it les artres et vite Tobsit^.'
un ? pai Ren Besnard 6 00 La K.vue d;s deux mondes
irrectioa de la chair par Li Kevue universelle
n Uo.'deaux 7 co LonJcn Mewj
la mode, Dancourt. Louis XI, Ci
simir Delavigne. Le bonhomme ia
dis, lleuiy Murgar
Les leoas de danse. Valse hsitation
les nouveaux p^s du tango, la valse
le triple bostoa i G 1 2>
2 50
Comptoir FRANCO-HATIEN
Reprsentant pour ta Rpublique d'Hati
Rue du Magasin de l'Etat 1720
/ V.U LUQUCn i>ews c0
ipar Andr GvbaJ 5 00 Le Mt.in, ie [oumal, le Petit
jjjrRorrain Kolkcd 6 o, Parisien, les 7 Noa 1 a-,
mt des anctre, par Le Figaio, le laaip,, l'Fxcelsior
5 00 les 7 Nos -
La Maison
A. Victor Gentil
ilisRenti

Hue du Magasin de F Etat Xo /73 /
Vient de recevoir les inarcliaudises suivantes:
Matriel complet d'lectricit^
Lampes de toutes dimensions, fil, sockdtf, COOQeCiiog plugs, fuse
plugs, snap switclies, etc. Lampes de luxe pour salo s, ljouigeoir<-r*bre. Repartira le mme jour pour
lectricit pour tables dfl nuit et piano*, lampel a '(Gnanuiiarao, Santiago de L,uba,Man-
eltclncit pour huss et buggj.
Accessoires pour bicyclettes
Moyeux d avu.it el d'anlre,pdales en caoutchouc el en fer,manches,
pompes, ciacksons, cimeut clipsmiires aiul lubes l'ourciiei.etc,,
Pompes pour autoe ;
Amtneters, lampes pour phares d'aulos. tjJ
TAPIS el Descentes de lit de toutes dimensions ;j
Articles de Bazar
Miroirs, boulons de toutes qualits, brosses dents, brosses^fa
tte, porte-plumes, crayons, taille ci avons automatiques, boites de
papier lettres, sacs main pour dtmes, porleincnnaie, boulons
pressions, peigne de toutes qualits, ele-
mfhtmiHGR p0Ur ''.on:1,,ies' chetnisettes.^calei'ons, bre-
JGENERAL Ci 1 111AL, attendu de
Nc\v-Yoik le t> beptembie.'
^ARIANE, a laiss Amsterdam le
12 aot, attendu ici le 10 Scpiem-
zantlla. Kingston ei Guatemala.
AR1NS FKHDliKICH HliNDRICIl
attendu le 22 Octobre.
l.\Te\v-Orleans & South
V fi ',.>'.', N' 'v. --. .
E ;, ni \\S '.\ v t.
ire
[Idale

Beaut
du Teint
.
9td> fia
Impcteabic, adhrente, d'un parfum
dlicat, conSft/l ta fraichsur de la
iiumssti. embellt, efface les rides
f
I
coQne un teint do lys
eouiir rindln itlanchc,chair, ro< i.nurrl, rose pour lirunc
nchel clair. ra-hi lunce. : 4 fr.M) ; feo, fr Cm -:ih- liuidel) .
4" V). feo, 0 Ip p.ji ou iubr .'! u fr 'S : f<>. ' lr H;"B
eindr;
Un
'to |t
feo. 4 fr ; :lj. fr Iro. Il fr
H fr ; feo. la fr Savon Teinilely 4 fr 40 .
"flriys 3 lr 30
H'i Tcindely H I.
Fardi (luulei iemlrx 4 fr 4il:fco.Sfr iTojccom^rue.
(
A
^miBirn
1 *0*JHWJ
Au.un tmti contre zrmbourteinenj
ARYS
3, Rue de la Paiz, PARIS
Fraiico-Haitien
*9ent gnral pour Hati
ftOfltue duMagasin de 'Etat
telles, chaussettes, jareloiles. casnnir. ceiu-
tares, chapeaux de feutre etde pail le. m Mg^^
Un, fort lot de cravates
"Dernire mode pour hommes.
So u tiers Cr "ora'"es' 'e^""e, et 1,bs : ;
Waf*irt/*Oj2 en Prce'a',lu l,e taMe, 42 pices, or UJQQ
OCf Vl^K/a Tasses cal et chocolat.
Serviettes J SawTuappes el S3,',ieltes
ltnt*l'< l,e L,e,lx '',res el tu>aux en Caoutchouc de rechange,
AJUUIi* iolle en eaou'.ctiouc pour lits pour malades.
Parapluies, ombrelles, pardessus eaoutchouc avec capuchons ele,
La Maison a toujours enstoch au magasin: du NMR VlGORtfoml
la rputation n'est plus faire, vente en gros.
Demandez le parfum Koura
Parfum nu/strieux de l'Orient, en vogue en Europe. Coffret de luxe,
Uoiteen salin, essence, eau de toilette, savon, sachet. Rrixor.OO.
Vins d'Italie
Vins blanc et rouge d'Italie, rgnrateur du Vsuve] par demi
barrique. P'ix et qualit dliant toute concurrence.
En vente tihem
A. de Mattel $ Co
Reprsentants de la Maison Carlo eufle de Naples,
Ainer icau Sieauisliip lio
Le steamer tCULUMBlA et at-
tendu ici de Nouvelle Orlans le 7
du courant.11 leparura piobabiemeni
le mme jour pour :
^_<'uaelojpe, .Maitinique, Lj Guai
ra, fuerio-Labcllo, Cuuao, Fuerto-
Columbia, Ciiaiobal, Fueito-Li.mon,
' Fuerto-riarrios ei Nouvelle Orlans.
|li prendra la malle et les passagers
Wpour ces divers ports.et du fret pour
les deux premieis seulement.
^ Fort-au-Fnnce.le 4Sepumbreiy2o
'i. Socit CoMiiBKaaLB d'Hati,
Agents
Panamas J.
Panamas
)
Four Hommes, et pour Dames (LJ
s Chez Lonide SOLAGhS
Hue Courbe.
Le Purgatif Idal 1
c'est la
Pilule du DrDehaut
147, Rv du Faubourg Coint-Oinit Pari
Facile prendre.
Nu necessltunl 10008 pKparatlf,
clic ne provoque jamais de dgoSL
Soppi lin,.rit !.i dl (.,
ell; ne dbilite pu le malade.
NVxlftcantpnsdere;>o*.. I.i itiambre,
| elle i.c cause aucune perte de temps.
PIOl .iiii'.i <\'\i- : us Im slmlialres,
elle e.'t, par consquent, moins cotre.
DOSL. : PunoATivE. a a a piiuiaa
LAXATIVC, I pilule.
A de Mattis & C% Reprsentants
Pour la Rpublique d'Hati


LE y A TIN
r n*
BAZAR METROPOLITAIN
Maison de confiance
Atujle des Hues du Peuple et Dants Destouches
Nous avons reu par dernier
bateau un stock complet de
(marchandises comprenant :
Coion Hydrophileaseptique J%lpaquetdelet2onces
Teinture d'Iode
Poudre de toilette Mavis et Lady AIa\v de Vivaudon Paris
Naphtaline en boule pour inscris
Godets en aluminium pour coliers et voyageurs
Purgatif Emjs fruit Sait
Soustaclies de toutes nuances
Jarretires pour hommes
Chaussettes pour hommes
boutons pour manettes
Btoises dents de 15 20 centimes
Brosses pour barbes # qualits
Cordonnets Cortcelli
Ecopes en aluminium pour farine eJe
Hottes en fe*blanc pour pain
Balais S quatiti \
Miroirs 3 qualits
Atlrappe mouches en toile mtallique
Il Sacs de voyage en peau de vache / '
Grand Htel de France
Le etaud Htel de France a le plaisir d'ancoOcer i sa clientle na. i
breuse et choisie qu'il vient de recevoir par Caravelle des vins de i^Zl
chox de toutes lts qualits (|
Vin rouge Gourdes 9 le gallon
t blanc Bar sac Gourdes 10 legalJon
Des vins en bouteilles rauges et blancs ]
Vermouth franais ( Genre Ho% Pmt .
Quinquina des Princes et le fameux tj,
du Cap Corse au quinquina.
Vins moasseux tt CHAMPAGNE
L queurs Iranaises Marie Bnzard
Le tout dts prix tii modr
P. P. PATRIZI
iiuuu ij.uin------

A..?5. WBtV
Articles Choisis Pour ia Toilette et Parfums
Prfrs.
On peut juger du raffinement d'une personne par le choix
qu'elle fait d'articles exquis pour sa toilette et
par son parfum favori.
Les parfums dr fabrication franaise Tentation et Rve, sont
employs seulement, par les personnes raffines, alsantas et dt
bon got qui savent distinguer ce iui est vraiment bon.
Le dlicieux Savon Orinoka n'a pas d'gal pour la toilette et
le bain; sou parfum exquis et sa douceur inimitable l'ont fait le
prfr des personnes de peau dlicate. 11 est antiseptique et
prvient toute infection de la peau. Employez-le uns feu et
\ous ne douterez plus. *
La Crme Orinoka e.-t nue spcialit pour dtruire les boutons
et vers du nez souvent lui font perdra tout !0!i charma. Cette Crme en mma
temps qu'elle blanchit la peau loi donna la pure> * u fracheur
d'un ptale de rose.
La Pendra Orinoka peut la figura ?st l'idal poi.r une dame
de gots raffins; clic est rafrachissante fine, parfume eu un
mot dlicieuse.
La Pte Orinoka est merveilleuse pour blanchir sur-le-champ
l?s dent. l>s plus taches; l'haleine prend une odeur agrable et
elle donne toute la bombe une douce sensation de COmforL
La Flora Bella est une Lotion Tonique pour faire pousser les
ebeveux. Elle extermine les pellicules et n'importe quelle autre
maladie du cuir chevelu. "ec son OSSCe les chCYCOX deviennent
luisants, sciiteiit bon et ondulent naturellement.
Tiiut.'i .'/- Phtrmnciet. Vreouf't' '* Ptfmmirltt ftmind NW cr'.hs.
Pimau'H ll ujourihui n.i 0 ni ttl Im/Serj ora:ii lut i ..v (MWM titraulit. ^ j:
r.krie.. THE ORINOKA PHARMACAL CO., Inc., N.wY.rt a l a. I
i^
La Maison
Paul E. uxila
RIE Dr MIG4SIN DE L'KTaT ErTRAVERSIRI
A rku
CHAUSSURES liies pour hommes, femmes et enfant*,
CORNETS frarvs derniers moaies ( Ligne normale)
( KM TONNES HT RIDEAUX
PALM-BEACH8 et '1USSORS de Sha^tung,
DENTELLES v. lencitnnces et sur lulle,
AIZE brode et empicement,
LOTIONS Poudres, Essences diveises Houppes suprieure!
OREILLERS plumes, Mousiquaires,
Draps toile, coton, Toile draps,
CHEMISES. Chemisettes, Caleons,
COUVRE-LITS piqu, Couvertures de laine,
f REPE de Chine, C epon de soie, Geoigette,
VOILES unis et fantaisie, Etoffes pour jupes,
RATINlS, Gbardne, Serges cossais, Dnllr,
MOLETTES de VOYaGl, Colliers fantaisie,
RUBANS. Cuvtes, Sweaters, Jupes et Corsjges.
B\S et Chaussettes, en fi1, soie, simili, coton,'
Chaptau de paille et de laine etc.
Htel Saint-Joseph
ET
Bar Hati
Propritaire : Adrien Salomon
Port-au-Prince, Bue du Maaasin de FJat, No \337.
Pars cet tablissement on trouVerr des chambres loueretdi
boi>vjiis de la meilleure qualit des prix raisonnables.
Venez voir et vous serez stisfaitu.
Pharmacie F. SEJOURNE
Antjle des Rues Roux et du Centn\
2 Mdailles d'argect Exposiion de Bruxelles f910
Laboratoire <1 <;hiuiia Mdicale
Droguerie, Produite chimiques et pharmaceutiques.
Spcialits fianaises et amricaine.
Prparation de toutes ampoules mdicamenteus s siriri
et injectables.
Spcialits. Srum nvrosthnique simple et ferrugineux'
loihydrarg/re. Srum ue ittorard remplaant le paqu*]
rtaiciliants He Fvrier et de itobiu*
Il y a toujours en stock : Nevrosthose' Sirop pectoral,
Elixir de Pensylvanb.
Dpositaire du PHEVENT1L
Reprsentant des Laboratoires Te\
LACTlfRM.Ferment lactique, contre aile-,lions
finales et cutanes.
L\XAR,"^*pi"*Scrp'.fique dalf con'iotlp
Cigarettes La Wationale, .
Produits de premier choix
Princesse)), i Encore" L A N A TIQ H A L E
Voient chaque jour augmenter leur rputation
Elles rivalisent avec les meilleures cigarettes in.1!??-^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM