<%BANNER%>







PAGE 1

Lfc MM in [^Conseil d'Etat le Conseil, selon 1s convocation du Prsideui de is Rpublique, s'est runi ce matin et a ainsi loi m son bureau : S. Archer, prsident; C. Sambour et L, Alexis, 1er et i!e secrtaire. Il a t donn lecture d'un Messa lie du Chef de l'Etat expliquant que par suite dei {changes de notes et correspondsnce qui se poursuivent actuellement, le Messsge donnsnt le but d i u cou voeu'ion n'a pu tre soumis aujourd'hui. Il demande au Grand Corps de se tenir en perma nanceCe qui est vot et la sance leve. *'^* M % %  % %  %  % % %  % % %  %  a ^ Faits Divers OBSERVATOIRE DU PETIT SEMINAIRI: COLLEGE SI MARTIAL RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES Dimanche 5 Septembre 1920 Baron.clie 761,7 La Maison A. Victor Genlil Hue du Magasin ie l'Etal Xo F7$l Vient de recevoir les marchandises suivantes: Matriel complet d'lectricit Lampes de toutes dimensions, lit, sok6's, Connecting plues, fuse pluga, snap iwi eues, etc. Lampes de luxe pour salois, beurgeoirs lectricit pour tal:es de nuit et piauos, lampe* lectricit pour buts et buggy. Accessoire pour bicyclettes Moyeux d'ava.it et d'an lrep laies en caoutchouc et en fer, manches, pomprs, clackson?, cimeul ciipsrnlires and tubes lburchej.elc, Pompes pour autos Ammelers, lampes pour phares d' tos. TAPIS et Descentes de lil de toutes dimensions Articles de Bazar brofset boites 1 Miroirs, boulons de toutes qualits, brosses dents, tte, porte-plumes, crayons, taille crajoul automatiques, papier letties, sacs main pour dmes, porte-monnaie, boutons pressions, peigne de toutes qua its, etc pour hommes, chemisettes, caleons, --telles, chausseurs, jaietedes, Casimir. Moyenne diurne 20/ , .. Ciel clair, saut nuageux l'apte* lures, chapeaux le leutie etde pafl le. Temputure n-iinimum 22,4 maximum ;;.t Chem ises bitcemUNE BOITE VRITABLES PASTILLES mua bien employe, uUlise a propos PRSERVERA votre Gorge, vos Bronches, vos Poumons COMBATTRA vos Rhumes, Bronchites, Grippe, Influenza, Asthme, Emphysme, etc. MAIS SURTOUT EXIGEZ BfBH LES VRITABLES PASTILLES VALDAj vendues seulement en BOITES portant le nom I • •. %  ,... 1 •CIGARETTES Or le 4 80 millier EdESTEVEA PORT-au-PRINCE midi. Orage au Ncd 7 h. Baromtre lgrement en baisse. I.SCHERER Prochaines ftes Hier au cours de la messe la chapelle du Muni Carmel i Bizoton, le cur annona pour les pfentiers jours d'Octobre une grande lte qui aura lieu en ville au profit de la chapelle D'un autre coi nous croyons savoir qu'une icte champtre s organise a lli/otcn lille sera dts pius (ttrayuiei et se donnera dans la Jernii-re semaine de Septembre. — Les Un fort lot de cravates Dernire mode pour homme-. ^/lt#/l/>y*C l )0Ur nom,nes 'cm 1119 et bbsV/* siti / • 00 en porcelaine le laMe, 42 pices, or U.0 *3tf €/Ct^? Tasses cal et a chocolat. Serviettes % g gl* U 3ppes e lSJ,vielles E>/%/I*U iu.re pjrar |l6*i Ombr II' S, DrdiSSus eaOUtdlO 1C UYeC CSDUChODg CtC, pour la plus gra^erusst, de cette ete. ^ Maivm atou j oun ensl0C h aU mif/m: dllNt.fi HGORfrM Demandez le parfum Koura nUciu, le diunt tait avasugoueiMiM Parfum mi/slrieu c de [Orient, en coque en huropeLoiret de luxe, sa dan vue.T d s e e : P 1 1 !!s l,U no s TiT^'i b ite Saiin > —**<* eaU %  l iletle > SIVOn SUchet l>TlX 0T 000 Ncrologie mer aprs midi, un nombres convoi O l'on la rfutation n est plus a faire, vente en gros. remarquait les p'.us>;iands reprsentant! del socit port-au-princieiine aCCOtDpKgnait a si c'ernire demeure Lou". Constant Gentil, dcid la veille L'J0 de 76 ans. Ministre des t-.nances sous le Gouvernement Nord AI coonu A tous les p.irentsct allis, nous adressons l'exptes: cueillis. L'urne dpouille, eccuse 138 votan'sL voix sont ainsi rparties : Mrs Eug. Dgind,77 votes, C9n 34, Doeasu 22, Ciepsjc 1 Mtellus 1, Koy 1 tt blan-s 2 Mr £ug. D^gsnd ayant cb cru la majorit des suilrages est preelam Commandant de la Comp?gnie des 6 S pien.be PARIS—La loi martiale a t p C; clamp dans la Lhhuanie. PARIS— L'Allemagne a accepi to'itfs IM dimandes de rparatioi s v^,.„u,uu.w. „ .a ^r-K-i-'rDtsenlfS p a r le gouvernemeni fian Pompiers au milieu des vivats fia PW*BDS %  %  , .. tinups 1 usiitsnet Cl,s concernant les derniers incidenis tiques assistante Rre$la. Un journal de la Sine Lorlre du iour se poursuivant, f" rrs iau __„' x M A r— poursuivant on passe a l'lection du Vice Corn mandint. Les bulletins sont distri bues et recueillis comme ment. L'urne dpouille da gue dure Nous croyons savoir qu'ils votin s : aucu 1 des candidat n'a la sous laisseront aprs demain Mer.jedi. Nous leur souh. itons un agrab'e sjour parmi nous. 1 es lections la Cie des Pompiers majorit il y a ballctage en -re Durasse Mac Guilie et Crepsac. A un d u xime tour de scruln Mac Gufe obtient 54 voix et son concurrent Ducasse 39. En vertu de ce vote Me et O'w annonce que Midame Desctnnel. sur la demande de Monsieur "rcJem Milliard, ?urait ottnu de son maanie iii ' un Ut ,e de dm,ss,OD ^ Ul seraU acuellement en poss sion de Milleranl d qu celui-ci utiliserait apis avoir onvi une olui on certain s que 10'S d'plorratiques Les am s de Monsieur Peschanel dmentent formel'fment la nouvelle. BBRUN— Monsieur Simons a d Eug. Dqand l'emporte 77 voix sur 138 par c'est au mieu evs applaudisse ^ cmbltttI|l ,, Ku * Allemagne et qu'A accompagne, du Lommandint e 't fiK^MBW t des sov:ets du v,ce commandant. Ap;e 1 de ha SOJ gttjj go erDment de ., L. sance s'ouvre hier a dix heu leureux discours pour U p •Utioa ffi!$lij&m a n, Uxis-.ence res et demie sous la prsidence de de serment. M. G facob remit les d>un uait S£Crcl ave c la Russie et M. G. Jacob, entour des membres de la Commission charge de grer ncessit de ge dans la d rectien de Chom a t comp' cment arrte sur la Bug. A l'est d e .Lembeig, les bolchvistes ont t ; repousses au d U de la Bap". Les troupes polonaises sont entr s a Souva ki. libRLIN— Simons a inform am bissadeurde France que le gouver nement allemand acceptait toutes Us demandes de rparations maintenues car le g' umnemrut franais pour les ircid n's suivenus i "Breslau Ces drrrsode* ne di'Krent que sur un point ds la note du 31 aot. Le g)i vememrtit freni.ais prenant en cor • sid^ration les cbjec'ions consiitution n< Iles nvoquOeB pour l'intervention de la Chancellerie a cotuenti ce qi e les xcuses soient prsentes a laiiil>aB"Mde y*r le mir.ibtre t'rustien des afiaiies trar gres et de llatlicur 1 STRFSJ. Les dlgue anglais, ita 1 ers et allemands qol doivent pnm je psrl lu conter-u ce l'uur fixer If s [onditions du pakœeut des avan ces l'llemcgr.e pour la fournitoie du fl'srbon Font arrivas icijlUCRRNE L'Emir Feycal a dcid i.e ce pas ai. tire visite ^Lloy Geor ge. BERLIN. L^ ministre des slftirei ^trergresa eltif I ambassadeur de France qui a fnit ressortir le caratt e modr dCB demandes de lpa rati.i.a de la Fia ce tt a insist pour leur ex'cu ion ir.twiale. L* esbioel a dcid ce ppia in di de rpondre la note franaise. BERLIN La r r< B?e e-ira en a 6 rai que les derr 1 ndes de 11paratior R de la Fran e sont partiCOliarriDM t se\ es seule I .^ journaux focialia tes dclaieo 1 que i.es demandes sor t asso/. raiooDablei< PARIS Dpits 1 J.u nal le rcuvel ambs-Kl( ur ahuraid ira admis prsmier s-s lettr* s de cr^an ce que <|and la Frunce aura nn sstisfacuon pcor tts u.c:dent8 te Rratlsa PARIS '0 c rrfffiuniaiirt officiel polonais annonce que l'arme r'e liudionijea i cr mp rrrent crase au rours des op ( ra'.io: s du 29 aont au 1er eapt iiil"'. Dollard : I i 38. Mouvement maritb GENERAL C.ŒTHAL. atttndil New-Yok le 8 Septembre. ARIANE a laiss Amsifrdmj 13 ao', attendu ici le 10 Sepi bre. Repanira le mme jeur Gnantanamc,Santiagode Uuba,L zaniHa. Kingston et Guaimala. AR1NS FREDERICH HENDRIC attendu le 22 Octobie. NewOrlcans & Sol AmericanStearnshipI Lesteamtr tCOLUMBIAi esti tendu ici de Nouvelle Orlans du courant.Il repartira probables le mme jour pour : (•uadcloupe, Martinique.Lt G ra, Puetto-Cabello, Cuuao, Poe Columbia, Cristobal, Puerto Lifl Pueito-Barrios et Nouvelle OtU H prendra la malle et les pau pour ces divers portstt du fit les deux premiers seulement. Port au Prince,le 4 Septembre^ Soc r COMMERCIALE D'HATI,! AgetH ANIODOl La plus puissant Sans Mercure ni OnlW* lulvant l* Strf*U_> W: r.:—, Chimiste d. llo.tltut MJJ( Dtruit iniUnUnment too t M y rwfj Faata. iee Socit df MMI0O0L. S, RM * ***** En V.nt : Tpat M le rtt.oi*" LH i ension Rouri OlTre 9 ** clif-nfle^wc fcnnexeljcoiforilepl..agf] aux fojsger*. himp de Mars. les intrts de la Compagnie des Pompiers. Assistance des plus nombreuses. Etaient prsents cette runion : Mr Barnave Dartiguenave, secrtaire d Etat de l'Intrieur. Mr Clment Msg'oire, maire de la Ville de Port au Piioe ; le major Hickev. oifr cier Conseil de la Commrne, MV. Normil Charles, je supplait du magstrat communal et Ed. Painson conseiller communal La sance ouvert.' aprs constata ;ion de la majorit, on donne lecture 0 1 correspondance. Mr l'on %  Koy, annonce l'assemble qu'il n'est pas candidat. Aprs lecture de certains articles des rglements, Mr lacob, fit dans un beau discourt, que nous 'ebe ions de publier, lespos gnral de la Compagnie Libre dts Pompiers. Fuis on passa au deuxime point de l'ordre du jour pour l'lection du LoiuuiaQdap pl. n .u .., nouveau, lu J !" -,^',..„ „ .. "^J*"Z^SZtiTZ "XMH i C t nv q e avec nulle. Il au nouveau conseil auquel nous soubiitooi les plus grands succs dans l'accomplissement de sa lourde tache a en outre insist sur \\ tiite connatre aux allis et spciale roent la France Us limites de la capacit financire de l'Allemagne. VARSOVIE—Le communiqu officiel pnot.ee qu' la suite d'une attaque de pane par le gnral Halle l'arme Budienny a t entirement dtruite. Quelques rares dta ., pour lettr I avnement M trvn.' i. _„ i c hanrer au dupe Benoii XV, 1rs Options chiments ont seuls pu eenaprer au jttorc leur-, couleurs. dsastre D'suue pari. 1 ofrensive coin i?ui:.e par !a douzime arme rouAnniversaire papal Aujourd'hui Je St l'ierre et consulats ont A ceue occasion • Le Mun %  lorme (kl VOMIS les plus linclts pool Sa Sainte et 1 L^liie. Vins d'Italie Vins blanc et rWf d'Italie, rgnrateur .lu Vsuve^ par btrrifltM. l'iix et qualit dliant toute concurrence. En vente chtz Ade Malteis $ Cp Reprsertamsde li Muism Cir7o WM le Saptes. demi Joannj Cordasco MO, Rue de* Fronts-forte, 18e Avenue, — P. O. Box 2 Port-au-Prince, Ha* Ventes sensationnelles avfctjr<* ni rabais hissant de gros bn/M* aux plus presss. Assortiment 1res complet d'articles p ur | Cordonnerie et marchands cordonnier* Vous trouverez galement en stock : j Peinture Cort, chanssettes, machines coudre i asS rtl Accessoiie* pour aulQAuob Ifs.ariclas -naaills. lourni.ui ^ pour malL ieis, cirage 'Grillin i et de la clbre imm peur o 1 i r de toutes l*s n-'ances etc, etc. Pressez-vous* car ces pris }e 8Ci ^ pas maintenus longtemps



PAGE 1

b* t0 ^ime anne AO 00/4 Port au Fnnce.Haiti Lundi 6 Septembre 1920 piRCTECR-PROPRIETAIRE l^entMAGLOIBE JIAGISTBAT COMMUNAL NUMERO 1 5 CENTIMH ** G: 300 DEPARTEMENTS . G. 2.50 7.00 CTRANGEK Mal • 8.00 -apoces sont reues au Comptoir la*\ ye Publicit, 9 Rue Tronchet, P;L 2), Ludgate Hill, Londret, Quotidien Ou draisonne quand on veut toujours connatre les raisons. Frdric NIETZSCHE i'< REDACTION; Rue Amricaine No. ltf E AU MATIN f S Pari?, 3 Aot 1PL>0. ille rconfortante nous u ue ; la crise de la vie w enraye dans le Nouveau Le§ prix qui suivaient une annote se sont subitement iu point de provoquer une Ubaisse, n'atteignant d'ndea marchandises quell'ett tendue aux denreeB; ique elle a gagn le Japon jrre; on la pressent ici et constate sur certains aria moins. le. ce n'est pas une r„prix des tissus, da l'huile dt la trbentine qui nous ftxiatence beaucoup plus tout un commenctout. Et en attendant que ^phnomne se manifeste objets d'un uea^e plus couquoi ne pas su ljoair de I nous uppor ki l'our_ ne pas proliter des les nous donne cet incident conomique? \ comme une des causes 1, le refus des banques de continuer leurs craxapareurs, d o ncessit tft se dbarrasser des lesquels ils comptaient Mais la circonstance qui le phnomne et qui a ilement inspir l'afitude iars,.c'e*t l'attitude rsoirama eun eux-mmes Il c salopette > | our m des vtements des ifs. en limitant les achats iodiipenaable. ils ont forc arints rduire leurs exi JlUtncertes n tait plus limitait seulement le courage lit on petit sacrifice rao: es sacnhce n'a pas tard ll rcompense, •loir jeter le discrdit sur qui vivent du nfgore. il aafn mer que bien des •ont actueil ment venon prix fort au-dessus or: de lavis de certains x-mmes, les oeufs, oar fourniraient encore aux pou'es un prix rmun taient livrs pour la leor cot actuel Mais convaincre un fermier "•r un ( Uu f ;JO centime 1 trouve amateur douza irminez piu:,',t j a popula J* clieier a ce taux ou %  i rduire sa coosora*fn quelque temps : la W tita.e. %  •lirez que tout le monde %  passer dœufa: d'ac joo pourrait certeg eQ JMCO'JP moins, E: il en K de choses 1 Ce qui Vwtre malheur, c'est que m Citoyens, sous prtax e quoi ne veuleut rian ire quelques rares g fortuue. habitus ?' et "u^quels la ^meme Q'a pas appris gw train de vie^•surtout ces mprisa ^J* riches, jetant par por P ttr ent qui semble P iqaua parcp qu'ils tte "oo coupable. E! u Die r encore, un mra>. payer huit francs h>i* J' 6 *' et 8e Iier Hrt. ?. f rauca une !i vre de J" B U mment diabl vou J*ec de tels jean-foutre ?o reprendre son Quuri II? wrait.e pi| paia lia No P Indurine de toutes les couleurs A 0 dollar8 le quart de 100 livres A vendre chez Sheiitob & Co Le Major-Gnral Lejeune Samedi est arriv POIt-M prince, venaut des Etats-Unis, le MjorGnral Joun A Lpjeune. Goramandaut du Corps des Marines Washington. 1.9 Cetera! Lejaune est un des br'llants officiel de l'armie ainri caine qui prirent part la grande guerre europen"" Il Commande devant Paria, les 50006 et Ome brigades amricaines et sut faire admi rer, ca poste important, son iutr pido courage. Nous souhaitons la bienvenue au distingu Major Gnral dont le sjour pami nous ne sera pas de loDgiie dure et qui. aprs Hati. doit visitar Porto Rico, Saint Uomingue d'ui probablement, il partira poui' la Chine. COUPS DE GRIFFE Le •.EB Asthme Stiulaftemont et Currisou pr Ifl CIGARETTES %  u li POUDRB If la W. Toutes Pn M r It-Uurt. 20, MHS :•/' %  U : i %  i. ESPIC sur chique c (. rtlt, ESPIC %  5^^ Trois beaux livres Viennent d're reus la Librai lie du < Matin Vivre, Dr Serge Voronotf, G. 10 Psychologie de la Guerre, Henry Sport G. 7 Mais vivre I roman, Marcel Berger G. 5 73 Panamas/ Panamas f Pour Hommes, et pour Dimes Chez Lonide SOLAG6S Rue Courbe. bnit si quelque bon bougre flanquait en I air fraises et haricos verts achets ce prix-l 1 Ce ne sont point seulement les riches qui sont responsables de ces petits scandales. Il y a aussi certai ns catgories de travailleurs manuels et certains mnages ouvriers — ceux-l surtout qui comptent deux ou treia hommes qui trapportenU — auxquels les gros salaires d'aujourd nui donnent le vertige et qui d pensent sans compter. Tous ceux-l sont des agents de vie chra. Et c'est eux qu'il faudrait convertir. Le riche devrait songer qu en restreignant ses dpenses'il concourt au bnfice de la collecti vite : il fait en somme un aumne la ma.--.si), aqmne d auta-it plus aise que lui-mme en protite. (Juant l'ouvtier assez bien pay pour vivre dans iahondance, il devrait comprendre, cette poque, surtout o l'on parle tarit de tmllda rite qu en menant une existence df) grand seigneur il accrot'l dtresse des citoyens mQins. bien lotis que lui. AitlS De notre Correspondant Un petit livre tout fait amusant viem de paraitre. Il s'intitule c Le Journalisme en vingt levons f et il a pour auteur mon excellent confire Robert de Jouve el. Robert da Jouyenel excelle dans le genre rosse, et je ne len.aime que davamag-. parce que n'est paa rosse qui veut Li rosserie est un art subtil, m lis pour le pratiquer il faut avoir de* dons spi ciaux. Nagure — c'est dire avant Ja guerre—quelques pions appartenant plus ou moins notre profession, avaient fond une cjle de journalis me. Jouveuel aftirme et il a raisji que c'tait uns duperie, car 01 ne forme pas des journalistes ainsi que des dajtyios et des comptables dans une cole Pigijr quelconque, en expliquant ue pauvres na.fs les trucs du reportug) ou les ficelles de la chronique. Le journa:isma s'apprend par la pratique, si l'on a des dispositions naturelles et le feu sacre ltjoiit de Jouvenel na pas la prtention d enseigner le journalisun en vingt Iei;oid,comme,d'autres vois appreuuent l'anglais — quils disjnl/ dans le mme temps, mais il initie le public et les aspirants journalistes aux arcanes de lapresse.A vrai dire, cette tude d une psychologie sv e s applique bien plus la presse pari sienne qu'aux journaux de proviuce. Ainsi les types de directeur, de coin mandilaires et d'administrateur de grands journaux que nous prsente Jouveue., el qui sont d'un vri. sat Bissante qu ou peutfacilement matre des uo.ii) clnque paragraphe, s)nt desJpersmuaiKes du ^boulevard. Il d'y a p?*, dans nos grandes villes de proviuce, de gans qui fjnden: ou achtent un journal pour lancer une spculation OJ pour s'accorder un luxe.On na trouverait pas davantaga dans les dpartements, l'entrepreneur qui cro un orgiue pour avoir des concessions,! homme du uunde qui veut re directeur de journal pour rgenter les thtres. Mais on retrouve an province ce type normal et ns honorable : c Les hommes pratiques qui ont considr le jour nalmma comma uae entreprise coinm r -u.o ordinaire, ont pris eux m< m.'sia direc ion d juurnal m mx et i s ont le plus sou veut fuit leur fortune . Et il n'y a rien l que de trj normal. Mais ce qui est duua criante vrit duus le petit livre da Jouvenel, c'est l'expose da U situation misera ble faite souvent aux radacleurs, sur tout dans les grands, journaux du l'aris. . Il t nivo quils aient des ides, du temprameui, du talent, mais iU ont peu d'occisioli d en faire tala ge. .VJ IV'.IM des bj-iognes ingra te ( ils n'ont uas le droit d'avoir des TELKPHOM: Vosiezvous lire on des derniers succs de L'b'airie ? 1-asstz au bu reau du N'A n N et demandez ; L'Industrie .Franaise L'Œuvn d'hier, L'Effort Je demain,par Lou (anilt, Professeur au Conservatoire des Arts et Mtiers et l'Lcole Centrale, Drjdes Ktudes tech n que s au Ministre du Cce et de lindustrie ; *tJean Durand, Proies feur suppliant l'Ecole Centrale. Aprs une tude sur la situation de nos industries en 1019 et sur le r<>le da nos colonies, les auteura expient l'influence de la guerre et mettent en valeur l'admirable raction qui nous a permis de rpondre aux besoins des armes. Knli 1, dans une troisime partie, ils tudient les prob mes actuels de la p oducion. Les rapports de la science et de l'in dustrie.les mthodes franaises d-or ganisation du travail et la standardi sati MI l'ense'gnement technique, la question des brevets, les rgimes douaniers, sont 'objet de chapitres d'un particulier intrt. Mr Lou Cuillet qui eut, en 1919, 1 > lourde tctie de rdiger le Rapport gnral sur l'industrie lranaise, sa situation, son avenir, publi par le Ministre du Commet ce. a su. avec la prcieuse ro'laboration de M.Jesn Durand, crire un hvro vivant, aussi remarquable par les vues gnrales que par la prcision des rensaigna ments statistiques De nombreux schmas rsumet t, sous la foc usa la plus frappante,uue documentation unique qui constitue la premier inventaire prcis de l'in dustrie franaise qui ait t prsent au grand public. C est surtout en priode de crise qu'il convient de voir clair ; ceux qui liront ce livre verront que, mal gr nos difticuts, il serait insens d mconnaitie les immenses res1 mrces da la France et qu'aprs tant d exhortations thoriques nous som mes, effectivement, capables de pro duire. ( De la Rei ue des Deux Mondes ) opinions qui leur soient propres, f ependaot.ils croient' four mission. La patron, qm les paie nul.les ignore et ne dcouvre par hasard leur exis tence qu' l'occasion da leurs erreurs Cependant ils sont dvous la maison qui les emploie. Naturellement, il n'en va pas ainsi dans les journaux de province. Mais passons-.. Passons au chapi tre o Jouvenel fait la psychologie du lectmr du journal.Ces' trs amu sant. Le lecteur ouvre son journal avec conlianca et le parcourt sans se permettre une critique et un doute il a la Fol. 'Pourvu qu'on ne heurte pas les lecteurs dans quelques uns da leurs prjugs essentiels, pourvu surtout qu'on ne les dioute pas par des innovationsc D ai leurs, |1 au'eur affirme qu'il n'y a pas, en Frince.de journaux de parti, pour cette raison essentielle qu'il n'y a plus de partis .Seul,ajoute fil, le socialisme possde un organe ofdciel, LKun.ii'.m! mais il est lu Rurtc.ut par des bourgeois, et les neufdiximas des sociabstes lisent le Malins, le Petit Parisien Tout cela est parfaitement exact et notre CQafrfe est un observateur sagice Son amusaut peu; hvro ao termina par des conseils a. ses camarades "1,3 journalisie, crit Jouveop' n ou heacn d'tre tra p''.lqui ni QVa.pt dou d'un sens critique tia aigu. Il est prenable d'crire en franais, m^ oe n'est en aucune manire indispensable .. Je m'arrte, car je m'ap^rvois. qu'avec Jouvenel. no,ua "pihnona un peu les bgonias' comme on dit. AJUS Revue du March Armoar and Company fort au Prince le 4 Septembre 1920 PROVISION,L*B cbles de New York n'annoncent aucun changement dans les prixSur place les affaires sont calmes et les ventes minimes. De plus il y a tooioura dee vendeurs qui lchent leurs marchaa dises au deaaous de la parit de> New loi k les rsoltata ne tarderont pas un jour ou l'autre se faire seu tir au dtrimant de ceux qui pratiquent ce systme. Le gaspillage est criminel; voil ca que dit Mr P. D Armour ses direc leurs de succursaes. SAVON Le Canari est toujours a i-2 h'.' cents net lob New York avec tendance a la hausseDerniers taux de change Lst. 3,00 Mlk 102 Fret 11 M Port au Prince. Caf Le march est toujours mactif et les entres em caf nouveau sont presque nulles. Noua n'avons aucune transaction sur place signaler. Le Havre cable cette aemaine S9§ conditions du Havre avec le dollar 14,40 tandia que le prix de 20 dont lu fres de plus prvalait lorsque le dollar tait a I*. La situation reale inquitant et on est sous I impression que le cale baisse avec le franc. Des Conaives — Caf nouveau el vieux 30 tendance faible. No i8 Poil au Princ, le 4 Sep. iyio La semaine a t des plus ealmes, de tous nos correspondants c'est le mime rapport qui nous parvient; affaires nul' les. farine: NfUf n'avons pas eu de cble celte umatm. Les prix, de la place sont plulot faibles; le stock actuel est dewiron 14 a du lieuirs pitct^cs du matin. ConeU d'ti* Arthur Mameai rli Aaal Hugfqe Dectrel PfWI Henry Tcifeage Loniraune Edouard Painson. f' 6 5 * Ix Nouvelliste S nj.cat agents de chinge Men Faubcrt Ordre des avocats Clattes bouchereau Commerce p iU i E. Ausila Vmm pasc! Milles


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05207
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, September 06, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05207

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
b*t0
^ime anne ao 00/4
Port au Fnnce.Haiti
Lundi 6 Septembre 1920
piRCTECR-PROPRIETAIRE
l^entMAGLOIBE
. jiagistbat Communal
NUMERO 1 5 CENTIMH
** g: 300
DEPARTEMENTS . g. 2.50 7.00
CTRANGEK Mal 8.00
-apoces sont reues au Comptoir la-
*\ ye Publicit, 9 Rue Tronchet, P;-
L 2), Ludgate Hill, Londret,
Quotidien
Ou draisonne quand on
veut toujours connatre les
raisons.
Frdric NIETZSCHE
i'<
REDACTION; Rue Amricaine No. ltf
E AU MATIN f
S
Pari?, 3 Aot 1PL>0.
ille rconfortante nous
uue ; la crise de la vie
wenraye dans le Nouveau
Le prix qui suivaient une
annote se sont subitement
iu point de provoquer une
Ubaisse, n'atteignant d'-
ndea marchandises quel-
l'ett tendue aux denreeB;
ique elle a gagn le Japon
jrre; on la pressent ici et
constate sur certains ar-
ia moins.
le. ce n'est pas une r-
prix des tissus, da l'huile
dt la trbentine qui nous
ftxiatence beaucoup plus
tout un commenc-
tout. Et en attendant que
^phnomne se manifeste
objets d'un uea^e plus cou-
quoi ne pas su ljoair de
I nous uppor ki l'our-
_ ne pas proliter des les
nous donne cet incident
conomique?
\ comme une des causes
1, le refus des banques
de continuer leurs cr-
axapareurs, d o ncessit
tft se dbarrasser des
lesquels ils comptaient
Mais la circonstance qui
le phnomne et qui a
ilement inspir l'afitude
iars,.c'e*t l'attitude rso-
irama eun eux-mmes
Il c salopette > | our m
des vtements des
ifs. en limitant les achats
iodiipenaable. ils ont forc
arints rduire leurs exi
JlUtncertes n tait plus lim-
itait seulement le courage
lit on petit sacrifice rao-
: es sacnhce n'a pas tard
ll rcompense,
loir jeter le discrdit sur
qui vivent du nfgore. il
aafn mer que bien des
ont actueil ment ven-
on prix fort au-dessus
or: de lavis de certains
x-mmes, les oeufs, oar
fourniraient encore aux
pou'es un prix rmun
taient livrs pour la
leor cot actuel Mais
convaincre un fermier
"r un (Uuf ;jo centime 1
trouve amateur douza
irminez piu:,',t ja popula
J* clieier a ce taux ou
i rduire sa coosora-
*fn quelque temps : la
W tita.e.
lirez que tout le monde
* passer dufa: d'ac
joo pourrait certeg eQ
JMCO'JP moins, E: il en
K de choses 1 Ce qui
Vwtre malheur, c'est que
m Citoyens, sous prtax e
quoi ne veuleut rian
ire quelques rares
g fortuue. habitus
?' et "u^quels la
^meme Q'a pas appris
gw train de vie-
^surtout ces mprisa
^J* riches, jetant par por
P ttrent qui semble
P iqaua parcp qu'ils
tte "oo coupable.
E! u- Dier encore, un
mra>. payer huit francs
h>i* J'6*' et 8e Iier
Hrt. ?.frauca une !ivre de
J"BUmment diabl vou
J*ec de tels jean-foutre
?o reprendre son Quuri
II? wrait.e pi| paia
lia
NoP
Indurine de toutes les couleurs
A 0 dollar8 le quart de 100 livres
A vendre chez
Sheiitob & Co
Le Major-Gnral Lejeune
Samedi est arriv POIt-M prince,
venaut des Etats-Unis, le MjorG-
nral Joun A Lpjeune. Goramandaut
du Corps des Marines Washing-
ton.
1.9 Cetera! Lejaune est un des
br'llants officiel de l'armie ainri
caine qui prirent part la grande
guerre europen"" Il Commande
devant Paria, les 50006 et Ome bri-
gades amricaines et sut faire admi
rer, ca poste important, son iutr
pido courage.
Nous souhaitons la bienvenue au
distingu Major Gnral dont le
sjour pami nous ne sera pas de
loDgiie dure et qui. aprs Hati.doit
visitar Porto Rico, Saint Uomingue
d'ui probablement, il partira poui'
la Chine.
COUPS DE GRIFFE
Le
.EB
Asthme
Stiulaftemont et Currisou
pr Ifl CIGARETTES u li POUDRB
If la W. Toutes Pn M r It-Uurt. 20, MHS
:/'- U : i i. ESPIC sur chique c (. rtlt,
ESPIC
5^^
Trois beaux livres
Viennent d're reus la Librai
lie du < Matin
Vivre, Dr Serge Voronotf, G. 10
Psychologie de la Guerre,
Henry Sport G. 7
Mais vivre I roman,
Marcel Berger G. 5 73
Panamas/
Panamas
f
Pour Hommes, et pour Dimes
Chez Lonide SOLAG6S
Rue Courbe.
bnit si quelque bon bougre flan-
quait en I air fraises et haricos
verts achets ce prix-l 1
Ce ne sont point seulement les
riches qui sont responsables de ces
petits scandales. Il y a aussi certai
ns catgories de travailleurs ma-
nuels et certains mnages ouvriers
ceux-l surtout qui comptent deux
ou treia hommes qui trapportenU
auxquels les gros salaires d'aujour-
d nui donnent le vertige et qui d
pensent sans compter.
Tous ceux-l sont des agents de
vie chra. Et c'est eux qu'il faudrait
convertir. Le riche devrait songer
qu en restreignant ses dpenses'il
concourt au bnfice de la collecti
vite : il fait en somme un aumne
la ma.--.si), aqmne d auta-it plus
aise que lui-mme en protite.
(Juant l'ouvtier assez bien pay
pour vivre dans iahondance, il de-
vrait comprendre, cette poque,
surtout o l'on parle tarit de tmllda
rite qu en menant une existence df)
grand seigneur il accrot'l dtresse
des citoyens mQins. bien lotis que
lui.
AitlS
De notre Correspondant
Un petit livre tout fait amusant
viem de paraitre. Il s'intitule c Le
Journalisme en vingt levons f et il a
pour auteur mon excellent confire
Robert de Jouve el. Robert da Jou-
yenel excelle dans le genre rosse, et
je ne len.aime que davamag-. parce
que n'est paa rosse qui veut Li ros-
serie est un art subtil, m lis pour le
pratiquer il faut avoir de* dons spi
ciaux.
Nagure c'est dire avant Ja
guerrequelques pions appartenant
plus ou moins notre profession,
avaient fond une cjle de journalis
me. Jouveuel aftirme et il a raisji
que c'tait uns duperie, car 01 ne
forme pas des journalistes ainsi que
des dajtyios et des comptables dans
une cole Pigijr quelconque, en
expliquant ue pauvres na.fs les
trucs du reportug) ou les ficelles de
la chronique. Le journa:isma s'ap-
prend par la pratique, si l'on a des
dispositions naturelles et le feu sacre
ltjoiit de Jouvenel na pas la pr-
tention d enseigner le journalisun
en vingt Iei;oid,comme,d'autres vois
appreuuent l'anglais quils disjnl/
dans le mme temps, mais il initie
le public et les aspirants journalistes
aux arcanes de lapresse.A vrai dire,
cette tude d une psychologie sv e
s applique bien plus la presse pari
sienne qu'aux journaux de proviuce.
Ainsi les types de directeur, de coin
mandilaires et d'administrateur de
grands journaux que nous prsente
Jouveue., el qui sont d'un vri. sat
Bissante qu ou peutfacilement matre
des uo.ii) clnque paragraphe, s)nt
desJpersmuaiKes du ^boulevard. Il
d'y a p?*, dans nos grandes villes de
proviuce, de gans qui fjnden: ou
achtent un journal pour lancer une
spculation oj pour s'accorder un
luxe.On na trouverait pas davantaga
dans les dpartements, l'entrepre-
neur qui cro un orgiue pour avoir
des concessions,! homme du uunde
qui veut re directeur de journal
pour rgenter les thtres. Mais on
retrouve an province ce type normal
et ns honorable : c Les hommes
pratiques qui ont considr le jour
nalmma comma uae entreprise coin-
m r -u.o ordinaire, ont pris eux m<
m.'sia direc ion d juurnal fondaient < il* l'ont .,e.-e par des pro
cd^s v. > m mx et i s ont le plus sou
veut fuit leur fortune . Et il n'y a
rien l que de trj normal.
Mais ce qui est duua criante v-
rit duus le petit livre da Jouvenel,
c'est l'expose da U situation misera
ble faite souvent aux radacleurs, sur
tout dans les grands, journaux du
l'aris.
. Il .tnivo quils aient des ides,
du temprameui, du talent, mais iU
ont peu d'occisioli d en faire tala
ge. .Vj iv'.im des bj-iognes ingra
te( ils n'ont uas le droit d'avoir des
TELKPHOM:
Vosiezvous lire on des derniers
succs de L'b'airie ? 1-asstz au bu
reau du N'A n N et demandez ;
L'Industrie .Franaise
L'uvn d'hier, L'Effort Je demain,par
Lou (anilt, Professeur au Con-
servatoire des Arts et Mtiers et
l'Lcole Centrale, Drjdes Ktudes tech
n que s au Ministre du Cce et de
lindustrie ; *tJean Durand, Proies
feur suppliant l'Ecole Centrale.
Aprs une tude sur la situation
de nos industries en 1019 et sur le
r<>le da nos colonies, les auteura
expient l'influence de la guerre et
mettent en valeur l'admirable rac-
tion qui nous a permis de rpondre
aux besoins des armes. Knli 1, dans
une troisime partie, ils tudient les
prob mes actuels de la p oducion.
Les rapports de la science et de l'in
dustrie.les mthodes franaises d-or
ganisation du travail et la standardi
sati mi l'ense'gnement technique, la
question des brevets, les rgimes
douaniers, sont 'objet de chapitres
d'un particulier intrt.
Mr Lou Cuillet qui eut, en 1919,
1 > lourde tctie de rdiger le Rapport
gnral sur l'industrie lranaise, sa
situation, son avenir, publi par le
Ministre du Commet ce. a su. avec
la prcieuse ro'laboration de M.Jesn
Durand, crire un hvro vivant, aussi
remarquable par les vues gnrales
que par la prcision des rensaigna
ments statistiques
De nombreux schmas rsumet t,
sous la foc usa la plus frappante,uue
documentation unique qui constitue
la premier inventaire prcis de l'in
dustrie franaise qui ait t prsent
au grand public.
C est surtout en priode de crise
qu'il convient de voir clair ; ceux
qui liront ce livre verront que, mal
gr nos difticuts, il serait insens
d mconnaitie les immenses res-
1 mrces da la France et qu'aprs tant
d exhortations thoriques nous som
mes, effectivement, capables de pro
duire.
( De la Rei ue des Deux Mondes )
opinions qui leur soient propres,
f ependaot.ils croient' four mission.
La patron,qm les paie nul.les ignore
et ne dcouvre par hasard leur exis
tence qu' l'occasion da leurs
erreurs
Cependant ils sont dvous la
maison qui les emploie.
Naturellement, il n'en va pas ainsi
dans les journaux de province.
Mais passons-.. Passons au chapi
tre o Jouvenel fait la psychologie
du lectmr du journal.Ces' trs amu
sant.
" Le lecteur ouvre son journal
avec conlianca et le parcourt sans se
permettre une critique et un doute
il a la Fol.
'Pourvu qu'on ne heurte pas les
lecteurs dans quelques uns da leurs
prjugs essentiels, pourvu surtout
qu'on ne les dioute pas par des
innovations-
c D ai leurs, |1 au'eur affirme qu'il
n'y a pas, en Frince.de journaux de
parti, pour cette raison essentielle
qu'il n'y a plus de partis .Seul,ajoute
fil, le socialisme possde un organe
ofdciel, LKun.ii'.m! mais il est lu
Rurtc.ut par des bourgeois, et les
neufdiximas des sociabstes lisent le
Malins, le Petit Parisien Tout cela est
parfaitement exact et notre CQafrfe
est un observateur sagice
Son amusaut peu; hvro ao termina
par des conseils a. ses camarades -
"1,3 journalisie, crit Jouveop' n
ou heacn d'tre tra p''.lqui ni
QVa.pt dou d'un sens critique tia
aigu. Il est prenable d'crire en
franais, m^ oe n'est en aucune
manire indispensable ..
Je m'arrte, car je m'ap^rvois.
qu'avec Jouvenel. no,ua "pihnona
un peu les bgonias' comme on dit.
AJUS
Revue du March
Armoar and Company
fort au Prince le 4 Septembre 1920
PROVISION,- L*b cbles de New
York n'annoncent aucun change-
ment dans les prix- Sur place les
affaires sont calmes et les ventes
minimes. De plus il y a tooioura dee
vendeurs qui lchent leurs marchaa
dises au deaaous de la parit de>
New loik, les rsoltata ne tarderont
pas un jour ou l'autre se faire seu
tir au dtrimant de ceux qui prati-
quent ce systme.
Le gaspillage est criminel; voil ca
que dit Mr P. D Armour ses direc
leurs de succursaes.
SAVON Le Canari est toujours a
i-2 h'.' cents net lob New York avec
tendance a la hausse-
Derniers taux de change L- st.
3,00 Mlk 102 Fret 11M
Port au Prince. Caf Le march
est toujours mactif et les entres em
caf nouveau sont presque nulles.
Noua n'avons aucune transaction
sur place signaler. Le Havre cable
cette aemaine S9 conditions du
Havre avec le dollar 14,40 tandia
que le prix de 20 dont lu fres de
plus prvalait lorsque le dollar tait
a I*. La situation reale inquitant
et on est sous I impression que le
cale baisse avec le franc.
Des Conaives Caf nouveau el
vieux 30 tendance faible.
No i8
Poil au Princ, le 4 Sep. iyio
La semaine a t des plus ealmes, de
tous nos correspondants c'est le mime
rapport qui nous parvient; affaires nul'
les.
farine:
NfUf n'avons pas eu de cble celte
umatm. Les prix, de la place sont plu-
lot faibles; le stock actuel est dewiron
14 ta la dtfHcults montaires,
Sn-on tiibb.tt:
De lus en plus en dtmande^ prix
touiours tris Urme; ia 1/2 net toq
Nnu York La belle culeur de toutes
les dernires expditions 4 tu pour rsul-
tat une prime diQjq orpar caisse en fa-
veur duUoldBar sur les autres marques.
^Arriva^ecet'.t semaine d unpe.it lot de
joo caisse i. '
ilTaJjjrfC Mathews & Sons:
Le dernier vapeur a apport pour
compte de divers un fort stock de tabac
Sans rival. Prix lob Sew.York 29
Sans rival noir et 0,4; tabac utune.
ha Stock:
Vins ji'ns et Champagne de A. Guih
lou Frres Atn; Cognac: Machines
portatives Underwood. Bire de Munie
bouteilles et demi bouteilles.
Ialorm. financires Taux Obi,
Chque sur Ar./jHifi 0/o pnm
Coton en balle 43 44
brut ij.13 ifz* nommai
Caf tri So ta c
2 V
lel quel 8
Campieto 11, Pas ^affaires
Omet 5 6
JEUGENE LE BOSSE
Briement
Itoulcmcnt anHI p*i la commission de Coq-
:ile du brlcmem poui te Mardi 7 Sepbre. iu]t>
a du lieuirs pitct^cs du matin.
ConeU d'ti* Arthur Mameai
rli"Aaal Hugfqe Dectrel
PfWI Henry Tcifeage
Loniraune Edouard Painson.
f'6*5* Ix Nouvelliste -
S nj.cat agents de chinge Men Faubcrt
Ordre des avocats Clattes bouchereau
Commerce piUi E. Ausila
Vmm pasc! Milles


Lfc MM in
[^Conseil d'Etat
le Conseil, selon 1s convocation
du Prsideui de is Rpublique, s'est
runi ce matin et a ainsi loi m son
bureau : S. Archer, prsident; C.
Sambour et L, Alexis, 1er et i!e se-
crtaire.
Il a t donn lecture d'un Messa
lie du Chef de l'Etat expliquant que
par suite dei {changes de notes et
correspondsnce qui se poursuivent
actuellement, le Messsge donnsnt le
but d i u cou voeu'ion n'a pu tre
soumis aujourd'hui. Il demande au
Grand Corps de se tenir en perma
nance-
Ce qui est vot et la sance leve.
*'^*M" '- a ^
Faits Divers
OBSERVATOIRE
DU
PETIT SEMINAIRI:
COLLEGE SI MARTIAL
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
Dimanche 5 Septembre 1920
Baron.clie 761,7
La Maison
A. Victor Genlil
Hue du Magasin ie l'Etal Xo F7$l
Vient de recevoir les marchandises suivantes:
Matriel complet d'lectricit
Lampes de toutes dimensions, lit, sok6's, Connecting plues, fuse
pluga, snap iwi eues, etc. Lampes de luxe pour salois, beurgeoirs
lectricit pour tal:es de nuit et piauos, lampe*
lectricit pour buts et buggy.
Accessoire pour bicyclettes
Moyeux d'ava.it et d'an lrep laies en caoutchouc et en fer, manches,
pomprs, clackson?, cimeul ciipsrnlires and tubes lburchej.elc,
Pompes pour autos
Ammelers, lampes pour phares d' tos.
TAPIS et Descentes de lil de toutes dimensions
Articles de Bazar
brofset
boites 1
Miroirs, boulons de toutes qualits, brosses dents,
tte, porte-plumes, crayons, taille crajoul automatiques,
papier letties, sacs main pour dmes, porte-monnaie, boutons
pressions, peigne de toutes qua its, etc
pour hommes, chemisettes, caleons,
--- telles, chausseurs, jaietedes, Casimir.
Moyenne diurne 20/ .. ,
Ciel clair, saut nuageux l'apte* lures, chapeaux le leutie etde pafl le.
Temputure
n-iinimum 22,4
maximum ;;.t
Chem ises
bit-
cem-
UNE BOITE
VRITABLES
PASTILLES
mua
bien employe, uUlise a propos
PRSERVERA
votre Gorge, vos Bronches,
vos Poumons
COMBATTRA
vos Rhumes, Bronchites,
Grippe, Influenza,
Asthme, Emphysme, etc.
MAIS SURTOUT
EXIGEZ BfBH
LES VRITABLES
Pastilles VALDAj
vendues seulement
en BOITES
portant le nom
I
!
. .,...
1
CIGARETTES
Or le 4 80 millier
EdESTEVEA
PORT-au-PRINCE
midi.
Orage au Ncd 7 h.
Baromtre lgrement en baisse.
I.SCHERER
Prochaines ftes
Hier au cours de la messe la chapelle du
Muni Carmel i Bizoton, le cur annona pour
les pfentiers jours d'Octobre une grande lte
qui aura lieu en ville au profit de la chapelle
D'un autre coi nous croyons savoir qu'une icte
champtre s organise a lli/otcn
lille sera dts pius (ttrayuiei et se donnera
dans la Jernii-re semaine de Septembre. Les
Un fort lot de cravates
Dernire mode pour homme-.
^/lt#/l/>y*C l)0Ur nom,nes 'cm 1119 et bbs-
V/* siti/ 00 en porcelaine le laMe, 42 pices, or U.0
*3tf /Ct^? Tasses cal et a chocolat.
Serviettes %ggl*U3ppeselSJ,vielles
E>/%/I*U JJC/dio toile en ejou cuouc pu r U1 pour malade.
acti-urs d^ la Renaissance mettentrtout en >iu.re pjrar |l6*i Ombr II' S, DrdiSSus eaOUtdlO 1C UYeC CSDUChODg CtC,
pour la plus gra^erusst, de cette-ete. ^ Maivm atoujoun ensl0Ch aU mif/m: dllNt.fi HGORfrM
Demandez le parfum Koura
nUciu, le diunt tait avasugoueiMiM Parfum mi/slrieu c de [Orient, en coque en hurope- Loiret de luxe,
sadanvue.Tdsee:.P"11!!sl,Uno,s, TiT^'i bite Saiin> **<* eaU * liletle> SIVOn' SUchet' l>TlX 0T 000'
Ncrologie
mer aprs midi, un nombres convoi o l'on la rfutation n est plus a faire, vente en gros.
remarquait les p'.us>;iands reprsentant! del
socit port-au-princieiine aCCOtDpKgnait a si c'er-
nire demeure Lou". Constant Gentil, dcid la
veille L'J0 de 76 ans.
Ministre des t-.nances sous le Gouvernement
Nord AI
coonu
A
tous les p.irentsct allis, nous adressons l'exptes-
: Dcs
Hier est dcide aux Caves Mme Vve Cond
fils, ne ludoiit lioisrond-Caual, gc de 77
asts. Ses funrailles ont eu lieu ce matin.
Nos condolances aui familles prouves.
Lontre-toi pilleur en rade
Samedi aprs midi a pris mouillage en notre
rsde le Ccntrc-torpillcur No 92 battant pavillon
.amricain.
par appel, cminal tfOttftllea EUaDOreS
t distribuas et re
Le gnral
S.D. Butler
Avant-h 1er est arriv parmi nous
le Gnrai Butler qui tut pendant
quelque temps Chef de la Gendar-
merie d Hati. Il accompagne le .Ma-
jor Gnral Lf jeune. Le sjour de
ces personnages ne sera pas de lon-
Le vole se fera
Des bulletins sor>
cueillis. L'urne dpouille, eccuse
138 votan's- L voix sont ainsi r-
parties : Mrs Eug. Dgind,77 votes,
C9n 34, Doeasu 22, Ciepsjc 1
Mtellus 1, Koy 1 tt blan-s 2
Mr ug. D^gsnd ayant cb cru la
majorit des suilrages est preelam
Commandant de la Comp?gnie des
6 S pien.be
PARISLa loi martiale a t p C;
clamp dans la Lhhuanie.
PARIS L'Allemagne a accepi
to'itfs Im dimandes de rparatioi s
v^,.u,uu.w. .a ^r-K-i-'- r- DtsenlfS par le gouvernemeni fian
Pompiers au milieu des vivats fia Pw*bds ..
tinups 1 usiitsnet Cl,s concernant les derniers incidenis
tiques assistante Rre$la. Un journal de la Sine
Lorlre du iour se poursuivant, f"rrsiau __' xM.A__- r
poursuivant
on passe a l'lection du Vice Corn
mandint. Les bulletins sont distri
bues et recueillis comme
ment. L'urne dpouille da
gue dure Nous croyons savoir qu'ils votin s : aucu 1 des candidat n'a la
sous laisseront aprs demain Mer-
.jedi.
Nous leur souh. itons un agrab'e
sjour parmi nous.
1 es lections la
Cie des Pompiers
majorit il y a ballctage en-re Durasse
Mac Guilie et Crepsac. A un d u
xime tour de scruln Mac Gufe
obtient 54 voix et son concurrent
Ducasse 39. En vertu de ce vote Me
et O'w annonce que Midame Des-
ctnnel. sur la demande de Monsieur
"rcJem Milliard, ?urait ottnu de son ma-
anie iii ' un" Ut ,e de dm,ss,OD ^Ul seraU
acuellement en poss sion de Mille-
ranl d qu celui-ci utiliserait apis
avoir onvi une olui on certain s
que 10'S d'plorratiques Les am s
de Monsieur Peschanel dmentent
formel'fment la nouvelle.
BBRUN Monsieur Simons a d
Eug.
Dqand l'emporte
77 voix sur 138
par
c'est au mieu evs applaudisse ^cmbltttI|l ,, Ku ments que les dlestions entrent >* Allemagne et qu'A
accompagne, du Lommandint e 't fiK^MBW t des sov:ets
du v,ce commandant. Ap;e 1 de ha SOJ gttjj go .erDment de .,
L. sance s'ouvre hier a dix heu leureux discours pour U p Utioa ffi!$lij&m a n, Uxis-.ence
res et demie sous la prsidence de de serment. M. G facob remit les d>un uait SCrcl avec la Russie et
M. G. Jacob, entour des membres
de la Commission charge de grer
ncessit de
ge dans la d rectien de Chom a t
comp' cment arrte sur la Bug. A
l'est d e .Lembeig, les bolchvistes
ont t; repousses au d U de la Bap".
Les troupes polonaises sont entr s
a Souva ki.
libRLIN Simons a inform am
bissadeurde France que le gouver
nement allemand acceptait toutes Us
demandes de rparations maintenues
car le g' umnemrut franais pour
les ircid n's suivenus i "Breslau Ces
drrrsode* ne di'Krent que sur un
point ds la note du 31 aot. Le g)i
vememrtit freni.ais prenant en cor
sid^ration les cbjec'ions consiitution
n< Iles nvoquOeB pour l'intervention
de la Chancellerie a cotuenti ce
qi e les xcuses soient prsentes a
laiiil>aB"Mde y*r le mir.ibtre t'rustien
des afiaiies trar gres et de llat-
licur
1 STRFSJ. Les dlgue anglais, ita
1 ers et allemands qol doivent pnm
je psrl lu conter-u ce l'uur fixer
If s [onditions du pakeut des avan
ces l'llemcgr.e pour la fournitoie
du fl'srbon Font arrivas ici-
jlUCRRNE L'Emir Feycal a dcid
i.e ce pas ai.tire visite ^Lloy Geor
ge.
BERLIN. L^ ministre des slftirei
^trergresa eltif I ambassadeur de
France qui a fnit ressortir le carat-
t e modr dCB demandes de lpa
rati.i.a de la Fia ce tt a insist pour
leur ex'cu ion ir.twiale. L* esbioel
a dcid ce ppia in di de rpondre
la note franaise.
BERLIN La r r< B?e e-- ira en a6'
rai que les derr 1 ndes de 11- paratior r
de la Fran e sont partiCOliarriDM t
se\ es seule I .^ journaux focialia
tes dclaieo1 que i.es demandes sor t
asso/. raiooDablei<
PARIS Dpits 1 J.u nal le rcu-
vel ambs-Kl( ur ahuraid ira ad-
mis prsmier s-s lettr* s de cr^an
ce que <|and la Frunce aura nn
sstisfacuon pcor tts u.c:dent8 te
Rratlsa
PARIS '0 c rrfffiuniaiirt officiel
polonais annonce que l'arme r'e
liudionijea i cr mp rrrent crase
au rours des op( ra'.io: s du 29 aont
au 1er eapt iiil"'.
Dollard : I i 38.
Mouvement
maritb
GENERAL C.THAL. atttndil
New-Yok le 8 Septembre.
ARIANE a laiss Amsifrdmj
13 ao', attendu ici le 10 Sepi
bre. Repanira le mme jeur
Gnantanamc,Santiagode Uuba,L
zaniHa. Kingston et Guaimala.
AR1NS FREDERICH HENDRIC
attendu le 22 Octobie.
NewOrlcans & Sol
AmericanStearnshipI
Lesteamtr tCOLUMBIAi esti
tendu ici de Nouvelle Orlans
du courant.Il repartira probables
le mme jour pour :
(uadcloupe, Martinique.Lt G
ra, Puetto-Cabello, Cuuao, Poe
Columbia, Cristobal, Puerto Lifl
Pueito-Barrios et Nouvelle OtU
H prendra la malle et les pau
pour ces divers portstt du fit
les deux premiers seulement.
Port au Prince,le 4 Septembre^
Soc r Commerciale d'Hati,!
AgetH
ANIODOl
La plus puissant
Sans Mercure ni OnlW*
lulvant l*Strf*U_>W: r.:,
Chimiste d. llo.tltut MJJ(
Dtruit iniUnUnment toot M yrwfj
Faata. et Pyia'ril Je
MitiDIll

Indispensable ewtr. la
son. w 'dA,,,j!rs
in litre d'ea poo Sa> iee
Socit df MMI0O0L. S, RM * *****
En V.nt : TpatM le rtt.oi*"
Lh i ension Rouri
OlTre 9 ** clif-nfle^wc
fcnnexeljcoiforilepl..agf]
aux fojsger*.
himp de Mars.
les intrts de la Compagnie des
Pompiers.
Assistance des plus nombreuses.
Etaient prsents cette runion : Mr
Barnave Dartiguenave, secrtaire
d Etat de l'Intrieur. Mr Clment
Msg'oire, maire de la Ville de Port
au Piioe ; le major Hickev. oifr
cier Conseil de la Commrne, MV.
Normil Charles, je supplait du
magstrat communal et Ed. Painson
conseiller communal
La sance ouvert.' aprs constata
;ion de la majorit, on donne lec-
ture 0 1 correspondance. Mr l'on
Koy, annonce l'assemble qu'il
n'est pas candidat.
Aprs lecture de certains articles
des rglements, Mr lacob, fit dans
un beau discourt, que nous 'ebe
ions de publier, lespos gnral de
la Compagnie Libre dts Pompiers.
Fuis on passa au deuxime point
de l'ordre du jour pour l'lection du
LoiuuiaQdap
pl.n.u .., nouveau, lu J -,^',..
.. "^J*"Z^SZtiTZ "XmH i Ctnvqe avec nulle. Il
au nouveau conseil auquel nous
soubiitooi les plus grands succs
dans l'accomplissement de sa lourde
tache
a en outre insist sur \\
tiite connatre aux allis et spciale
roent la France Us limites de la
capacit financire de l'Allemagne.
VARSOVIELe communiqu of-
ficiel pnot.ee qu' la suite d'une
attaque de pane par le gnral Hal-
le l'arme Budienny a t entire-
ment dtruite. Quelques rares dta
., pour lettr I avnement m trvn.' i. _ ichanrer au
dupe Benoii XV, 1rs Options chiments ont seuls pu eenaprer au
jttorc leur-, couleurs. dsastre D'suue pari. 1 ofrensive coin
i?ui:.e par !a douzime arme rou-
Anniversaire papal
Aujourd'hui
Je St l'ierre
et consulats ont
A ceue occasion Le Mun lorme (kl VOMIS
les plus linclts pool Sa Sainte et 1 L^liie.
Vins d'Italie
Vins blanc et rWf d'Italie, rgnrateur .lu Vsuve^ par
btrrifltM. l'iix et qualit dliant toute concurrence.
En vente chtz
A- de Malteis $ Cp
Reprsertamsde li Muism Cir7o WM le Saptes.
demi
Joannj Cordasco
MO, Rue de* Fronts-forte,
18e Avenue, P. O. Box 2 Port-au-Prince, Ha*
Ventes sensationnelles avfctjr<*ni
rabais hissant de gros bn/M*
aux plus presss.
Assortiment 1res complet d'articles pur|
Cordonnerie et marchands cordonnier*
Vous trouverez galement en stock : j
Peinture Cort, chanssettes, machines coudre i asSrtl
Accessoiie* pour aulQAuob Ifs.ariclas -naaills. lourni.ui ^
pour malL ieis, cirage 'Grillin i et de la clbre imm
peur o 1 i r de toutes l*s n-'ances etc, etc.
Pressez-vous* car ces pris *}e 8Ci^
pas maintenus longtemps


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM