<%BANNER%>







PAGE 1

L : vi r. Celui qui achte L'EMULSIQN DE SCOTT achte le meilleur aliment mdicinal que la science a produit en cinquante ans. Il n'est pas possible d'obtenir les effets curatifs de l'huile de foie de morne en aucune autre forme. (Prennez garde d'obtenir toujours l'Emulsion de SOif) 430 sss ;N? ^ ^^*T Excution Nouvelles E rangres Faits Divers Ce matin, a eu lieu, au Cimetire Intrieur, l'excution du gendarme Denizant Herv, de Lascshobas, ion C( t a ps m'di sur la damn dernirement 1 mort par une V erntment Irariis. cour martiale. L'aumnier de la prion, le R. P. Hic donna l'absolution au condamc qui, accompagn de doi ze gendarmes, lorut de la prison 4 heures 2% minutes. Devant le mur da Cimetire, toutes les lo milites ayant t remplies, on demanda Heiv s'il n'avait rien dire, de vais mourir, dit-il, i cause des bandits, l'aurais bien voulu embrasser une dernire fois mes parents et particulirement ma tant?, Mme Florian. Ces' tout. le n'ai rien a ajouter.* 11 refusa de se laisse! bander les yeui, demanda une cigarette qu'il se lit allumer et, en tirant de grandes boudes, il marcha ,1'endroit dsign, puis se tint fac? au peloton dexcutiou la cigarette aux ivres. L'a commandement ordonn px: le lieutenant Floyl rt les douze foups ne forment qu'une seule dtonation. Herv s'est abattu, atteint de lis billes ? te rniecin constate le dcs, on approche le cercueil et l'inhuma tion a lieu mmdtatement.Oad.'eise ensuit; le procl verbal. Denizant Herv s'tait en '. dans la Gendarmerie Lascahabis. le 2 > Octobre 1919. Ni le j Mai I.*J Thomonde, il a t juge le } A t dernier. Le cinquantenaire de la Rpublique en France il y a aujou.Jliui dans tout? la France de jurandes ltes l'occasion du cmquauunn anniversaire de la liiuclmu ition du la troisime Upu. ulique. A Paris, un brillant, pragrtun me a t prpare qui fera de cet 0 journe une des plus lua^nitiquos de i porue. Conseil d'Etat Salon la convocation du Prsident de la Upu.hlique, le Conseil d Ktats tu ruuua ap^'* demain luudi B S^p lunibre pour reu' !" "' le coinmunicauoua de 1 ExecdtJ D'ordinairo, la prfre runion dea assembles lgialatitrW eai ''"' 1 sacre a la formation du bUi^au H ne arait pas nupojsible, ceperttidut, que lundi,aprs l'lection du bureau le Cabinet, iiiioriu \ se prsenta', de vaut le Couseil pour t-\ ; > .S_T le bu 1 de la convocation —— %  ' Courses d'auto Le J ou'uni uiuciei puuue u 1 arrt du Conseil Communal de Hort-au M 1 ucc tuant le tant des courses d automobiles. Couisee en ville, par heuie, 1 U ersoiiues : J do liais ; hors de la ville i djiUrs; coutsu par personne : cinquante centimes amtucaua. 4 S ptembre BERIN— Le cabinet a d'ibr note du gouAvant la pub ication de cette no e le minisue des stllires trangres aura trs probable ment une autre interview ave: la nbassadeur fraotis. La Gazette de Voss > annonce que la comm soon icterallie Breslau prend dis dispositions pour une nouvelle orginisation de la police en Silsie pjur la lret' de la population. VARSOVIE ( Communiqu officiel ) Les po'.ouais ont captur la ville u'Augustow Dans le secteur de Biak Soik, l'ennemi continue sa retrait;. Nous avons captur gale ment S>kol#g ov k et Ktrew. La r goo de Tamosc i(sis>te tojpurs i notre t.'U d artillerie. L'ennemi a attaqu IQC9H u ie fois lesuddi Zinor/.e mais a ' repou se avec de lortes petes. VARSOVIE— Dans la lgion de Przemyslany. les polonais ont massacr lei t.oupes bolchvis'.es. Les tioupes ukranieones ayant travers le Djiester au ud de Rsnrza.xa mettent les uniis bo'.clvivistes en comp .e droute Au Nord, les trou pes polonaises continuent a avancer jusqu' Grodno. BELFAST— Il y a des combtts sanglants daos ta rue> de la vill; pendant toa'e la journi du /O. L s pertes ont t de dix huit morts et deux cents bless srieusement. Di grand incendies menacent les maisons et les h bitants se voient forces abandonner la ville. D.s soldats ont t envoys en toute hte Belfast. PARIS— Dans un radiotl^gtamme envoy Vnovi, Tchit:nenne est liJ sat.sfait d avoir l'assurance dune paix prochliafl ave: le go a ver nemenl polonais. VAKbOv'lL— L'impression des plnipotentiaires de retour de Minsk est que les bolchvistjs dsnent ai dminent la paix maisrdasntquani mme de se reconnatre vaincus. BNUXFI4LI& Wanson m nistte de ta guerre lutsrvieWd par Ucorrei poniaut du Malte a dotai que lui QilgM lunalimite approu/out li irlM d'allu ice mil.tairj uvec la KiaiiCb Ils cjusid.ent ca trait com me un premier pas vers une com pl:e coilabo.alio 1 des Jeu* Dations. AliLHUU. Ll nouveau Ua&oet a t loraae par Bilo avec UJI.HH aux affairai trangres. jrUlME. Le eotuta Sfjrzi a reg 1 aciourd'bui l.s dpures so;ialis'.es auxqueU J) aurait dclar pie le C'jintnuu'U'itt S'a sujet de la conte reuca de Lucerny ue dot pas re lAlarpitt* coininj un acte Ijostile di nt en f,ranJ no.nbre la bibliothque (.Esprance • qui coosscre un rayon a la Luirstura ftaiiienne. A Bizoton Demain ter aunanche du mois, il y aura messe a la chapelle du Mont Cimcl BuOtOO. Comme d'habitude u crinumle eonmencera des l'arrive du premier train, La nouvelle voie BizitonMariani Mercredi 1er Septembre le ministre des 1 rivaux Kut>lics, Mr Louis Itoy, a visit la nouvelle voie 11 coton-Mariant. Il tait accompagn du Sous-Inspecteur des Chemins Je fer, Mr Julien Laurent et du Directeur de la i'. C. b, Mr S, Dominique. Un tram spcial qui avait t mis leur disposition laiss.i la gant du nord a .' hrfl i|-' et lut de retour a 6 heures. — Nous pensons pie satisfaction va tre donne dlinttivement aux propritaires de lauouveiie voie qui ont cl expropries pour CJUie d'utilit publique. oonire CONSTIPATION ocMPRimca •UI88S d; DELOP.1, ri.ct.uac.icn, 11H, Hw Util t .< at-*A I < J.. C'RfS LE MEIL.1 FJ"> DES PUB OATIT POBT' /v cr>PRiwon KM >.i'i.'l'HUO. P>rrt. iota AUbacBTUfl • m>./. ig t>onr<*' %  Boite aux Lettre Insertion demande Port-au-Prince, i Septembre 1929, Au D recteur du jjurnal l blssor Monsieur le Directeur, UIH uote parue dans le No d'hier de votre quotidien annona quet Mr i; tni.ul Debgiottes a envoy sa dni 11)00 au Miuistre de i instruction publique en sa qualit de Secr taire dj l'Inspection Scolaire pour pavoirpast) nomm, la place de Me Vreck Cli'.ftaiu, joiunid sous v'T-" ; ^ Newu rloaiis & South *œMSt*M Syndicat des Typos ^Ajuvovation. Coasormmew a l'article 21, ?e alina de nos Statuts. ; 0 us les typos sont tonvoqukle lundi << beptemblt courant a s lues ija prcises de i'jptes-uudi toujours a Cin Varits. J'ort-au Pince 3J9jf*— l* Secrtaire ,K;iie l Isidore Messe Stjosopn Mme S. ixiiuue invite ses aiui> a une *i£i squelle tait vh.ntcr mercredi proebaUn .1 htam du iJim, eu l HjghM bt-|oe -t ta . O %  K 5 fJQ ri C/5 CL. -1 n ^3 1 1< c a a 5 CL. %  r, *1 O o cr O v. 8 09 o Sm D "I a S 0 ? -> S-3, e o a> a o <* s i 1-3 CE 2 8 o fe a c 2 ? y S g m "?•' i>3 u. — s C r> %  m, i ut D h o O (B *J B s m a. c *0 2. 3 o Si %  $-l!**4 Jl 9 TUKISH CIGARETTES Cameron & Cameron Co. %  •• iifusrf by BRiriSH AKERICAJI rOBaCCOC,! •JCC.13.V lu Ci;roi 4 Cjmcrwi Co. i _^_ Or 'le 9.60mil "ŒdESTEVEt 1 ,1 *" J j'OHT-au-PRINCE I Joannj Coidasco 819, liue des Fronts-borti. "183 A.enuf, — F. O Box 2 Port-au-Punce, Hwftj Ventes sensationnelles avec>. b, DESGHOTTKS Rhumes anciens et rcente, Toux, BrenV aontrailoaUmQi gifrii par U SOLUTION WAl'fiJ 1JUUV : Qddainu da l'OUwuNS hOtfUSflto et prvient u fDdEHCUL05ft. ce produit jiaUlt d, n ^ rputation uuiv^-neile. SULI'TIO.N WAThllUUHY :A base de Crotole et de ExrsJ Gai col. Huile de Fo.e dd M'u, Digtive Fermsot s ^ j|e; no 1 PerfflfQia : llypop tospu tes Cjiupjsjs, EU uiw < a u tua, Subatan;.t Aioma'iqu if\\ Mieux vaut prteiiir QU0 S WATtHbUHV CHEJllLAL COMl'ANj [flga Ue8M v\V0BJl TORONTO NEW-VOIIK w ', .;, r luunickJ.V*'^ agent ynrul — Lu ja:e du la Ulacicre %  W



PAGE 1

jrfrzim anne No 3873 Poit au Prince.Haiti Samedi l Septembre 950 piaCTEUR-PROPRIETAIRE yment-VAGLOIBE ^AGISTIIAT COMMUNAL u9 4VllEI-0 15 CENTIMa l0 cii • G: 200 OEI'ARTEMEMTS jBJOi. TRANGEH to s mois G. 2.50 7.00 • 800 ^nonces sont reues au Comptoir In bai! de Publicit, 9 Rua Tronchtt, Pil/haliiiihlf mme de donner sou assentiment parat entr.mer bien des erreurs et des daiujers. k II, o), Ludgate Hill, Londres, Quotidien %  . % %  HE DACTION; Rue Amricaine No. 1358 FANTAISIE CHRONIQUE M fc [li r'iitr, chez M ne \. une peine de terre f.'e, a peu pn'-a ue, bon lit liors de mon asS ails rouler sous le dressoir, pade m tonna; car ma four irait attaq ne aveenrudence. qa'il n y eu'parmi 1.* conIDCQD moqutur, je ue fus pas lut meeiiHiii e cette i isigni msaventure, car ctau l.t de U journeIl / a des Lies choes tiom.ent |mali{laconlunccqu oa avait mise lidi, comme je dop.rendai?, if et distrait, I escalier de cht z deinire marche se dioba ftol et mon pied se posa sur loir plus lom.i niant que je lis voulu. Je caancclai d'une i grotesque. Inculte que possde la de %  arche d'un escalier do s'vam moment o l'on va mettre dessus, u'a ,'jam*i3 t trs piique par les scalaro 0U pnDOinne est d'adleuis tudier, car la marche n %  >. il limais ce'te mauvaise ie quand l'oprateur la re%  VKctivemeLi, ipi.-'icii. le garon, au finit rendu, sans cardia ic dscinq^a' ti centun-'S qae ide mettre sur le raiio.~w %  ptytr ma consommation. Je reconnatre ; cette pice ava t ubiteraent ce timbre ergenrtisarant, qui caractrise MMrtilLsta, les choses me inon%  w hoitilit incontestable, JJJjgeai longueme.it avant de m*. Des souve.urs ma n Quand j'avais trois ans, ma viit me protger coutro dco'bureau, d'une duitt "" %  q ui m attaquait sijtns prudent pour passer dans •nage mmdnt. Il m : frapprelrence la tte. •oint, ayant acquis de l'ex^.{8 ne crains les meuble I obscurit. •M moquons jamais de l'en• rend coup sur coup aux %  "'Ds qui le blessent. C< 9 utils vritiment cinauiuisV ODS tous qae U tuile eu: %  J anime de mauvais senti %  elle est sournoise avec "•'t que nous ne counah ie lieu, ni le moment o elle •nrnoresinciput. 'nt pas les choses les plu3 ^Utui ciamdie le plus. a.eau compreaseur et le 1 Mutai, toujours accompaou nac vi ia '' SQ:U ljrea %  "• impie pelure d orange 'ubrep.icemeut ae placer J!JJ elle d'un minis re autlit ^'wser le gouvernemeui le fjjes chardes de bois ont etnal aux hommes que •"rntenees Jje chcaes-voila i'ennem:/ ce voyageur qui se croit "5eou troisime classe: J Pwse la lte par la porC v rw la locomotive faon iL mliltd '"eut, un uiije grain de chatbaq 01 ••^ insinuer sous si parS 60 !" le, malheureux va ",^: 11 H pendant dea .heures, fed, %  POer l'invisible ^cgtdunez. Le futur 1 gui.ur, p;ur deveif chei, doit possder deux quali es pti mordtales, la rllexion et l'aergi-. Ue la rll :xion dicoule it la soup use, t'eepnt d'ordre, la logique, l'inou de l'analyse, le discernement du parti i p.eudre. le SH pranqu-, la prvoyance, l'quit envers les col labonteurs tt subordonns. L nergie engendre de son ct la puissance de travail, l'activit, la coali mee en *oi-meiiie, L'initiative de prendre ses responsab.iits,la lermet daas le corn ma dment. Ce s ici i es cneI5f c e t ..dire l'lite de la na'ion, qui son; dpoSttairei de l'esprit d eutiep i.a. S ils l'ab indoaaeai ou s ils re .'acquirent pjs. en cornraetUDt la lauie d; COaje.vet U conception troite de 'a t'ehnique proprement dite, le peu • pi qu:lle que soit sa vitalit.tomb.* en dcadi .e. Ces chefs, ces ingnieurs, doivent se garder d'une ten • dm-^roj gnralise par l'ducati 0 l'emr.t mathimitique qui chrCii i rsoidretOiH ls prob.rn.'i A i!a d ; d? for.n.ies. Or, 1 rilit rea ttrtue une masse de variables qui aeitreal pis d.1115 cei tjrmules, et au.un appareil. au:un procd m put tre aoiutrait la m.si au point ex )r mentale. AixEtt-IJ i-, l'm g; lieac >-• pis;e tnfiins volo Ute s 1; calculs et d; errn.iii soaven: soi oeivre pir u mithoJi inpiriqu! seale Cela vient sa:loat ii soi mm qu: d'instrucion giairi.e, O tCi, ce.ui qji a la chines d: so.tir d;ole. o l'on appreni i b:a cilcu'er, doit s'en servir, m lis ne pis oabli;r qu: c'en 1 exprience qi'appirtieat .e dernier mot. L'ingiaiea; do 1 savoi" ridig:rd.*s not:s,i*ppo;ts tt nimjirei en phraseicoirtii, iocui et, aafls tuile de styie ni de langue, sans amb gliti, ni gciuraiiti 1 aut les Lt p.rtie lu rairi des tudes ne don pis tre sa cutie au seul proti: de la partie te tniqie. Tous ce qui prcde est sunout re latif i l'art de se gouverner soi-mme, m lie titiut si voir auisi cuin mxuier aux autres et avant tout ch.iiir avecsoin ses colUbifiteun en ne laissant aucuns p ace AI tivo ritisme. fuis, lorsque ;e chef s'est eiour d'hommes, il doit bien les coan-iit:e de I ui attribuer a chi .cua la tche qui lui convie 1:. A ce sij^t. il es: boa d: rappeler qu'aux li.it; Uns oa ne pais pis uu co 11 barateur suivant le pore qu'il o::u pe", mais su'vant les servies qu'i,. y rend. Pour commander, il faut sat H -S5H LJL.' 1 1 J Ile narquons-ld en passant : si le corps tranger qui s est lotroJui: dans notie œil eat une pad'.e, OJ, clios3 ucroyable, uni poutre, nous ue nous apercevons arme pas d<3 sa prese 10e. Latte uiaensibilit, vainjnmt nie par les oculistes, a t coastit-io par ijs piniosopii %  le toai lea te ope> Ltpecve sitj dj cclusos >st ua fait bien oublie Une chaise attend toupurs. pmr se casier, linumsat 0:1101 es: aiss dieail. El lw. qj u u aiinr.' 1 •[ u devrait rdjeatr t'L'.ij.ii mise.ah em mt, o 1 pj u tre LU; ,d'y ujaver < un cairaux qui aurait Beaucoup rieo^ Eait do raa< ter sur le craie o U iNature l'avait plantA. H M. M; f %  __!? • Painanufi/ t PaQamas Pour Hommef, et poui D mei Ch'/. L*ooide SOL\GES l< ie Caurbf vor si fai'e aim.*r et respecter ; le ch f qui n'est que re io n est u 1 meuvais ch-f. La pirtie la pas dlicate de 1 art d; 1 ng^a^eur e-u prcisment ce'le qui ne s'apprend pis daoslea coles: la coidai'e ds hinmis. C et elle qii ciu.e le p'is da soucis et cra le plus de difficults, car c est uae qaestonla (ois psy.lo'.ogique et ICpcUnenttU%Lta dill cultes prsentes sont aggravs! pu la dgnrescence de 1 appreatissag', pour le rtablissement intgil daqael devroit lutter avec li dernire ae-g'e les ch'ls d industrie. Li conduit: du travail humain reserait empirique si celai qui est chirgi de le d.rig:r ne possdait aucune couuaieVaucc physiologque sur l'organisme humii.i 1 homme est ua mot.mr mim tri complexe qu-: le surmenage ft le ; imprudences peuvent exposer de 'avss lsion mme la mor. Il j nporta doa: que la direc'ioa d'une (adastrie se proccupe d?s causes qu peuvent iallaer sur la sinl et p.r consquent la capacit pradt:t ve du perso incl ; alimentauon inS fusante, nnaqae dh/gftc, existent drg' ex.; de fitgae, tat pat a'.ogique latent, conditions dfectueuses de cui'. (I faut enfu pour vt,er le surme nag et obtenir le rendement maxi rr.um, supprimer tous les louages et mouvements iautiles.organ'ser scien titqucment la production en vue de la translorm tion ncessaire de l'indastrie. N'alh usine ne peut prosp rer si cile n'a lopte les mthodes mo direct, surtoa*. si elle lsiae sur son oatillage. Oojerv.!, coaparer, rilchir, calcu!e r expnmioUr, tel es: le travail prparatoire de l'ingnieur Son rdap ti 03 aux irta.d.'s modernes v ; .eit ensu.'echo x jud'eieu; des emplac: nea.s, acliptuioa des produits 1-3 pl- approp.ii, surve.llance et vri nci'ioa de PootiUage.lsaj i son ti. de rendeneni maxi na.n, con tile, util.suio.i de tous les dchets de (ib:icit;oa, etc.. tout cela vient jaiipter i l'arde l'ingnieur. Son rie est complte, oa le voit. •— CICERON TULEHWM: ~m %  M Au Conseil Communal Il v 1 quelq i*s jonrs, nous eu retenions nos lecteuis de la tormatjoa d'une CoanniseiOQ cha'g^e d'ex mina les p aasd Htel de Ville soamie au Conseil Commuta' par un 1 g-an de Gomptg lie A nric^! 1 Cette Commitsion a produit son rapport qui a t v J . h er soir, par la Coisetl. Ce rapaort conclut a ,i mise au concours d; la construction d cet impo tm' difice. Les conc'u sions du rapport onUtbr llammeni siuenues par le rapporteur de 11 Commission, MIcnfs: C Anto'ne. Les Cj.iseillrs Do utVqus.Btusta 1, Duplessy. Paul oui clair la question par leurs lumineuses cb.ervation;. La que tion d'Il'el d: Vi'lde la Cipitae tant palpitante d'intr, nous Douiferonia devoir de fei %  soigner le public sur toutes les dcisions q i: pourront tre prises cet gard. Indurne de toutes les couleurs A B dollars le quart de 100 livres A vendre chez Shcmiol) & Co Circul ire aux Prfets proviairesetaux Jommissaires du Gouvernement de la Rpublique. I.l>'rte Egalit Fraternit RPUBLIQUE d'fl A1T1 DARIGUENAVE Prid* ni de lu {{ %  '[>ut>li/iue Apres I* pub icalioo de§ pecM qui clairent ses U liiculuis prsentes, le Couvernement a convoqu le (ionseil d litai I extraordinaire pour lo ii s.'ptemli e prochain il m'est parveuu que ctte convocation, qui n'n ;i-,';i .lutiormal, aurait cependant fourni prtexta certains iudividue pour recommencer cea propagea I<'SSI fancetee u'i uuiutitm d 1 i unlie .:t de le paix. Le il jiiv iruerunt, que chacun se lo dise, beeoia . Anjoordhai plus que jamais, le devoir e*eaatiel .de tinque Ini.ieo et t>artiauliremeoi des Fonctionnairea du Qouvernem^nl es dopi.hor aatour deux le calme ci I umoc. Vois inspirant des instructions que voua recevez parce courrier, Ue MU\ les Sjcriaires d Eia'., veiullez suis retard, clairer vos auxiliaires et tau naa concitoyen ur uo re viMii situation, et, mircaaol toiioujri icoord avec li);upatiou et la Qnndarmerie, mettre tout en œuvre poui assurer l'ordre et ix paix da?:a vo.rc Circonscription. E 1 alen lant vos prorjh unes com111 micationi sur ce sujet, jd vous renouvelle, liai, les expression 1 de m :s sentiments de sincra coasidlaiionElection du^ Com m mandant des l'ompiens. C'est do -..n, i 0 luniis du iinlin, qu'una lie J, a la S atiou Centrale aei Hompiere, l'lection do Cornmaudaot et du VtCe Commandant. Toutes les: mesura sont prieee pair que l'Assemble gnrale tri vail e dans te calme et que sot: assu ree la hber. du vole, li e*s soubuter q ie les Podl| I re lise.r. un CammanJa it ayant leur couti ince e: qu'antoux d i lui ie i eo^e| le vote, tous des coutr % %  •> s sacs d Unctin, COMMUNIOU i Secrlairerie d'Etat de l'Intrieur A l'occasion de la runion du Conseil d'E et convoqu en session extraodmaire pour'e lundi G Septembre courant.il semblerait au Gou vernement q l'une certaine inquitude pxis e dans l'esprit publieLe gouvernement exhorte tous les ci oyens de Port-au-Prince et dee autres poin's du pays | se rassurer et garder comunlui.dansla conionr ture tctnelle, le plus grand calme.lu plus grande modration et la plu* grande sagesse. Port de laconliauce nationale, d* s >n bon droit ut de 1a |ustice de s cause, Ij Kjuvernement entend ui-per les nsociallons i t ui se pourauj vent, en observant toujours, avec le pay Dut entier, la mme attitude molre et sage qu'il a eue jusqu'ici li est pereuad,el il donne I assu rince au Peuple Hatien que c es c dan* un parfait esprit de justice etd quit que la G ande Nettoll Anne etjA lie continuera ngocier avec I Gouvernement de la Rpublique d'Ilai i. LaFeasion Houzier Offre, sa clientle avec son amiiite le conlort le plus agrable aux voyageurs. Champ de Mars. Voaiez. vous lire un des derniers suecci de Librairie 7 tassez au bu reau du (MATIN # et demandez : m NM FILLE DAc/OURJlWI. /-1 HMl.RAlRE. Rien n'est plus difficile i connatre que le cœur des jeunes tilles, que de savoir non seulement 1 quoi elle rvent, mais de pntrer le iond de leur pense.si elles la livrant parfois; i leurs amies aux rares heures des pausion, les jeuues £ens, eux. n'eu apprendront j a nuis le secret, n en deviendront,jamais les confidente..4 Tout ce. qu iU peuvent voir 4 la surface, ce sont les modifierions qu'apportent dans leurs tempra, wenls le milieu o elles vivent.l'dui cation qu'elles y ont reue. A cettepsychologie si dlicate, M. Pierre de Valrose consacre pourtant le|premiec de ses :mans sur les jeunes tilles,. /;', innraire. En nous contant la dplorable aventure de Genevive dt; Saules, frel, intelligente et b?lle, mais trop livie 1 elle mug dans SO:. indpendance et de aacque de Caval, ,1e viyear dtiajt, sceptique, riche et deiobos.le juine romancier nous iait comprendiK le grave pril t 1 ducation aaglo amricaine, et il le fait avec une urdeur, uu entrain auxquels, ae pouiront quapplaudir ceux qui tiennent i ce que la jeuae fille Iraniise reste ce qu'elle a t, ce qu'elle doit toujours tre ; ua exemple. ^ i>-' la Rnue des Unix Monda )


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05206
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, September 04, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05206

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
jrfrzim anne No 3873
Poit au Prince.Haiti
Samedi l Septembre 950
piaCTEUR-PROPRIETAIRE
yment-VAGLOIBE
^agistiiat Communal
u94VllEI-0 15 CENTIMa
l0cii g: 200
OEI'ARTEMEMTS
jBJOi.
TRANGEH
to
s mois
G. 2.50
7.00
800
^nonces sont reues au Comptoir In
bai! de Publicit, 9 Rua Tronchtt, Pi-
l/haliiiihlf mme de don-
ner sou assentiment parat
entr.mer bien des erreurs
et des daiujers.

k II, o), Ludgate Hill, Londres,
Quotidien
- .
HE DACTION; Rue Amricaine No. 1358
FANTAISIE
CHRONIQUE
M fc [li
r'iitr, chez M ne \. une pe-
ine de terre f.'e, a peu pn'-a
ue, bon lit liors de mon as-
S ails rouler sous le dressoir,
pade m tonna; car ma four
irait attaq ne aveenrudence.
qa'il n y eu'- parmi 1.* con-
idcqd moqutur, je ue fus pas
lut meeiiHiii e cette i isigni
msaventure, car ctau l.t
de U journe- Il / a des
Lies choes tiom.ent |mali-
{laconlunccqu oa avait mise
lidi, comme je dop.rendai?,
if et distrait, I escalier de cht z
deinire marche se dioba
ftol et mon pied se posa sur
loir plus lom.i niant que je
lis voulu. Je caancclai d'une
i grotesque.
Inculte que possde la de -
arche d'un escalier do s'va-
m moment o l'on va mettre
dessus, u'a ,'jam*i3 t trs
piique par les scalaro 0-
U pnDOinne est d'adleuis
tudier, car la marche n >.
il limais ce'te mauvaise
ie quand l'oprateur la re-
VKctivemeLi,
ipi.-'icii. le garon, au
finit rendu, sans cardia ic
dscinq^a' ti centun-'S qae
ide mettre sur le raiio.~w
ptytr ma consommation. Je
reconnatre ; cette pice ava t
ubiteraent ce timbre ergen-
rtisarant, qui caractrise
MMrtilLs-
ta, les choses me inon-
w hoitilit incontestable,
JJJjgeai longueme.it avant de
m*. Des souve.urs ma n
Quand j'avais trois ans, ma
viit me protger coutro
dco'bureau, d'une duitt
""qui m attaquait sijtns
prudent pour passer dans
nage mmdnt. Il m: frap-
prelrence la tte.
oint, ayant acquis de l'ex-
^.{8 ne crains les meuble
I obscurit.
M moquons jamais de l'en-
rend coup sur coup aux
"'Ds qui le blessent. C< 9
utils vritiment cinauiuisV
ODS tous qae U tuile eu:
J anime de mauvais senti
elle est sournoise avec
"'t que nous ne counah
ie lieu, ni le moment o elle
nrnoresinciput.
'nt pas les choses les plu3
^Utui ciamdie le plus.
a.eau compreaseur et le
1 Mutai, toujours accompa-
ounac vi*,'ia'' SQ:U ljrea
" impie pelure d orange
'ubrep.icemeut ae placer
J!JJelle d'un minis re autlit
^'wser le gouvernemeui le
fjjes chardes de bois ont
etnal aux hommes que
"rntenees
Jje chcaes-voila i'ennem:/
ce voyageur qui se croit
"5eou troisime classe:
J Pwse la lte par la por-
Cvrw la locomotive faon
iL mliltd'"eut, un uii-
je grain de chatbaq 01
^ insinuer sous si par-
S60, le, malheureux va
",^:11H pendant dea .heures,
fed, POer l'invisible
^cgtdunez.
Le futur 1 gui.ur, p;ur deveif
chei, doit possder deux quali es pti
mordtales, la rllexion et l'aergi-.
Ue la rll :xion dicoule it la soup u-
se, t'eepnt d'ordre, la logique, l'i-
nou de l'analyse, le discernement
du parti i p.eudre. le sh pranqu-,
la prvoyance, l'quit envers les col
labonteurs tt subordonns. L ner-
gie engendre de son ct la puissan-
ce de travail, l'activit, la coali mee
en *oi-meiiie, L'initiative de prendre
ses responsab.iits,la lermet daas le
corn ma dment.
Ce s ici ies cneI5f c-e t..dire l'-
lite de la na'ion, qui son; dpo-
Sttairei de l'esprit d eutiep i.a. S ils
l'ab indoaaeai ou s ils re .'acqui-
rent pjs. en cornraetUDt la lauie d;
COaje.vet U conception troite de 'a
t'ehnique proprement dite, le peu
pi qu:lle que soit sa vitalit.tomb.*
en dcadi .e. Ces chefs, ces ing-
nieurs, doivent se garder d'une ten
dm-^roj gnralise par l'duca-
ti 0 l'emr.t mathimitique qui chr-
Cii i rsoidretOiH ls prob.rn.'i A
i!a d ; d? for.n.ies. Or, 1 rilit rea
ttrtue une masse de variables qui
aeitreal pis d.1115 cei tjrmules, et
au.un appareil. au:un procd m
put tre aoiutrait la m.si au point
ex )r mentale. AixEtt-IJ i-, l'm
g; lieac >- pis;e tnfiins volo Ute s 1;
calculs et d; errn.iii soaven: soi
oeivre pir u mithoJi inpiriqu!
seale Cela vient sa:loat ii soi mm
qu: d'instrucion giairi.e, O tCi,
ce.ui qji a la chines d: so.tir d;o-
le. o l'on appreni i b:a cilcu'er,
doit s'en servir, m lis ne pis oabli;r
qu: c'en 1 exprience qi'appirtieat
.e dernier mot.
L'ingiaiea; do 1 savoi" ridig:rd.*s
not:s,i*ppo;ts tt nimjirei en phra-
seicoirtii, iocui et, aafls tuile de
styie ni de langue, sans amb gliti,
ni gciuraiiti 1 aut les Lt p.rtie lu
rairi des tudes ne don pis tre sa
cutie au seul proti: de la partie
te tniqie.
Tous ce qui prcde est sunout re
latif i l'art de se gouverner soi-m-
me, m lie titiut si voir auisi cuin
mxuier aux autres et avant tout
ch.iiir avecsoin ses colUbifiteun
en ne laissant aucuns p ace ai tivo
ritisme. fuis, lorsque ;e chef s'est
eiour d'hommes, il doit bien les
coan-iit:e de I ui attribuer a chi
.cua la tche qui lui convie 1:. A ce
sij^t. il es: boa d: rappeler qu'aux
li.it; Uns oa ne pais pis uu co 11
barateur suivant le pore qu'il o::u
pe", mais su'vant les servies qu'i,. y
rend. Pour commander, il faut sa-
t______H-S5H LJL.' 1 1 J
Ile narquons-ld en passant : si le
corps tranger qui s est lotroJui:
dans notie il eat une pad'.e, oj,
clios3 ucroyable, uni poutre, nous
ue nous apercevons arme pas d<3
sa prese 10e.
Latte uiaensibilit, vainjnmt nie
par les oculistes, a t coastit-io par
ijs piniosopii le toai lea te ope>
Ltpecve sitj dj cclusos >st ua
fait bien oublie Une chaise attend
toupurs. pmr se casier, linumsat
0:1101 es: aiss dieail. El lw.
qj u u aiinr.' 1 [ u devrait rdjeatr
t'L'.ij.ii mise.ah em mt, o 1 pj u tre
lu; ,d'y ujaver < un cairaux qui
aurait Beaucoup rieo^ Eait do raa<
ter sur le craie o U iNature l'avait
plant-
A. h m. m;
f _____!?
Painanufi/
t
PaQamas
Pour Hommef, et poui D mei
Ch'/. L*ooide SOL\GES
l< ie Caurbf
vor si fai'e aim.*r et respecter ; le
ch f qui n'est que re io n est u 1
meuvais ch-f.
La pirtie la pas dlicate de 1 art
d; 1 ng^a^eur e-u prcisment ce'le
qui ne s'apprend pis daoslea coles:
la coidai'e ds hinmis. C et elle
qii ciu.e le p'is da soucis et cra
le plus de difficults, car c est uae
qaestonla (ois psy.lo'.ogique et
ICpcUnenttU%Lta dill cultes prsen-
tes sont aggravs! pu la dgnres-
cence de 1 appreatissag', pour le r-
tablissement intgil daqael devroit
lutter avec li dernire ae-g'e les
ch'ls d industrie. Li conduit: du
travail humain reserait empirique si
celai qui est chirgi de le d.rig:r ne
possdait aucune couuaieVaucc phy-
siologque sur l'organisme humii.i ,
1 homme est ua mot.mr mim tri
complexe qu-: le surmenage ft le ;
imprudences peuvent exposer de
'avss lsion mme la mor. Il
j nporta doa: que la direc'ioa d'une
(adastrie se proccupe d?s causes
qu peuvent iallaer sur la sinl et
p.r consquent la capacit pradt:-
t ve du perso incl ; alimentauon in-
S fusante, nnaqae dh/gftc, exis-
tent drg' ex.; de fitgae, tat
pat a'.ogique latent, conditions d-
fectueuses de cui'.
(I faut enfu pour vt,er le surme
nag et obtenir le rendement maxi
rr.um, supprimer tous les louages et
mouvements iautiles.organ'ser scien
titqucment la production en vue de
la translorm tion ncessaire de l'in-
dastrie. N'alh usine ne peut prosp
rer si cile n'a lopte les mthodes mo
direct, surtoa*. si elle lsiae sur son
oatillage.
Oojerv.!, coaparer, rilchir, cal-
cu!er, expnmioUr, tel es: le travail
prparatoire de l'ingnieur Son rdap
ti 03 aux irta.d.'s modernes v;.eit
ensu.'e- cho x jud'eieu; des empla-
c: nea.s, acliptuioa des produits 1-3
pl- approp.ii, surve.llance et vri
nci'ioa de PootiUage.lsaj i son
ti. de rendeneni maxi na.n, con
tile, util.suio.i de tous les dchets
de (ib:icit;oa, etc.. tout cela vient
jaiipter i l'ar- de l'ingnieur.
Son rie est complte, oa le voit.

CICERON
TULEHWM:
~m
m
Au Conseil
Communal
Il v 1 quelq i*s jonrs, nous eu re-
tenions nos lecteuis de la tormatjoa
d'une CoanniseiOQ cha'g^e d'ex mi-
na les p aasd Htel de Ville soamie
au Conseil Commuta' par un1 g-an
de Gomptg lie A nric^! 1 .
Cette Commitsion a produit son
rapport qui a t v j . h er soir, par
la Coisetl. Ce rapaort conclut a ,i
mise au concours d; la construction
d cet impo tm' difice. Les conc'u
sions du rapport onUtbr llammeni
siuenues par le rapporteur de 11
Commission, M- Icnfs: C Anto'ne.
Les Cj.iseillrs Do utVqus.Btusta 1,
Duplessy. Paul oui clair la ques-
tion par leurs lumineuses cb.erva-
tion;.
La que tion d'Il'el d: Vi'l- de la
Cipitae tant palpitante d'intr,
nous Douiferonia devoir de fei
soigner le public sur toutes les dci-
sions q i: pourront tre prises cet
gard.
Indurne de toutes les couleurs
A B dollars le quart de 100 livres
A vendre chez
Shcmiol) & Co
Circul ire aux Prfets provi-
airesetaux Jommissaires
du Gouvernement de
la Rpublique.
I.l>'rte Egalit Fraternit
RPUBLIQUE d'fl A1T1
DARIGUENAVE
Prid* ni de lu {{'[>ut>li/iue
Apres I* pub icalioo de pecM
qui clairent ses U liiculuis prsen-
tes, le Couvernement a convoqu le
(ionseil d litai I extraordinaire pour
lo ii s.'ptemli e prochain
il m'est parveuu que ctte convo-
cation, qui n'n ;i-,';i .lutiormal, aurait
cependant fourni prtexta certains
iudividue pour recommencer cea
propagea i<'ssi fancetee u'i uuiutitm
d 1 i unlie .:t de le paix.
Le il jiiv iruerunt, que chacun se
lo dise, beeoia poir dfendre, comme il coavijo',
lee in s i| 11 lui sont confie; et,
tjut en ae rjvfUlsciOl des sen iments
de h tut patr o^am ) qui 1 redommo it
chez ta plupart d?s bafttene, il ne
peut que dsnpprouvdr I inutile fx:i-
ta ion q ie provoque lu coadu.te uei
aut es.
Lie timnignag-s de confiance et
de fympathid qu'il a r. cas de toutes
les villes de la Kpub'iqae lui don-
nent l'assurance qae tous continue-
ront so reposer entirement sur
lui pour une solution du conll.t ac-
tuel conforme aux aspirations du
pay->.
Anjoordhai plus que jamais, le
devoir e*eaatiel .de tinque Ini.ieo
et t>artiauliremeoi des Fonctionnai-
rea du Qouvernem^nl es dopi.hor
aatour deux le calme ci I umoc.
Vois inspirant des instructions
que voua recevez parce courrier,
Ue MU\ les Sjcriaires d Eia'., veiul-
lez suis retard, clairer vos auxi-
liaires et tau naa concitoyen ur
uo re viMii situation, et, mircaaol
toiioujri icoord avec li);upatiou
et la Qnndarmerie, mettre tout en
uvre poui assurer l'ordre et ix paix
da?:a vo.rc Circonscription.
E 1 alen lant vos prorjh unes com-
111 micationi sur ce sujet, jd vous
renouvelle, liai, les expression 1 de
m :s sentiments de sincra coasid-
laiion-
Election du^ Comm
mandant des l'om-
piens.
C'est do -..n, i 0 luniis du iinlin,
qu'una lie j, a la S atiou Centrale
aei Hompiere, l'lection do Corn-
maudaot et du VtCe Commandant.
Toutes les: mesura sont prieee
pair que l'Assemble gnrale tri
vail e dans te calme et que sot: assu
ree la hber. du vole, li e*s sou-
buter q ie les Podl| I re lise.r. un
CammanJa it ayant leur couti ince e:
qu'antoux d i lui ie i eo^e|
le vote, tous des coutr> s sacs d
Unctin,
COMMUNIOU i
Secrlairerie d'Etat
de l'Intrieur
A l'occasion de la runion du
Conseil d'E et convoqu en session
extraodmaire pour'e lundi G Sep-
tembre courant.il semblerait au Gou
vernement q l'une certaine inquitu-
de pxis e dans l'esprit publie-
Le gouvernement exhorte tous les
ci oyens de Port-au-Prince et dee
autres poin's du pays | se rassurer
et garder comunlui.dansla conionr
ture tctnelle, le plus grand calme.lu
plus grande modration et la plu*
grande sagesse.
Port de laconliauce nationale, d*
s >n bon droit ut de 1a |ustice de s
cause, Ij Kjuvernement entend ui--
per les nsociallons itui se pourauj
vent, en observant toujours, avec le
pay Dut entier, la mme attitude
molre et sage qu'il a eue jusqu'i-
ci li est pereuad,el il donne I assu
rince au Peuple Hatien que c esc
dan* un parfait esprit de justice et-
d quit que la G ande Nettoll Anne
etjA lie continuera ngocier avec
I Gouvernement de la Rpublique
d'Ilai i.
LaFeasion Houzier
Offre, sa clientle avec son
amiiite le conlort le plus agrable
aux voyageurs.
Champ de Mars.
Voaiez. vous lire un des derniers
suecci de Librairie 7 tassez au bu
reau du (MATIN # et demandez :
m NM FILLE DAc/OURJlWI.
/-1 HMl.RAlRE.
Rien n'est plus difficile i connatre
que le cur des jeunes tilles, que de
savoir non seulement 1 quoi elle
rvent, mais de pntrer le iond de
leur pense.si elles la livrant parfois;
i leurs amies aux rares heures des
pausion, les jeuues ens, eux. n'eu
apprendront j a nuis le secret, n en
deviendront,jamais les confidente..-4
Tout ce. qu iU peuvent voir 4 la
surface, ce sont les modifierions
qu'apportent dans leurs tempra,
wenls le milieu o elles vivent.l'dui
cation qu'elles y ont reue. A cette-
psychologie si dlicate, M. Pierre de
Valrose consacre pourtant le|premiec
de ses :mans sur les jeunes tilles,.
/;', innraire. En nous contant la d-
plorable aventure de Genevive dt;
Saules, frel, intelligente et b?lle,
mais trop livie 1 elle mug dans
SO:. indpendance et de aacque de
Caval, ,1e viyear dtiajt, sceptique,
riche et deiobos.le juine romancier
nous iait comprendiK le grave pril
t 1 ducation aaglo amricaine, et
il le fait avec une urdeur, uu entrain
auxquels, ae pouiront quapplaudir
ceux qui tiennent i ce que la jeuae
fille Iraniise reste ce qu'elle a t,
ce qu'elle doit toujours tre ; ua
exemple.
^ i>-' la Rnue des Unix Monda )


L : vi
r.

Celui qui achte
L'EMULSIQN de SCOTT
achte le meilleur aliment mdicinal que
la science a produit en cinquante ans.
Il n'est pas possible d'obtenir les effets
curatifs de l'huile de foie de morne en
aucune autre forme.
(Prennez garde d'obtenir toujours l'Emulsion de SOif)
430
sss
;N? ^ ^^*T '
Excution Nouvelles E rangres Faits Divers
Ce matin, a eu lieu, au Cimetire
Intrieur, l'excution du gendarme
Denizant Herv, de Lascshobas, ion C(t aps m'di sur la
damn dernirement 1 mort par une Verntment Irariis.
cour martiale. L'aumnier de la pri-
on, le R. P. Hic donna l'absolution
au condamc qui, accompagn de
doi ze gendarmes, lorut de la prison
4 heures 2% minutes. *
Devant le mur da Cimetire, tou-
tes les lo milites ayant t remplies,
on demanda Heiv s'il n'avait rien
dire, de vais mourir, dit-il, i cause
des bandits, l'aurais bien voulu em-
brasser une dernire fois mes parents
et particulirement ma tant?, Mme
Florian. Ces' tout. le n'ai rien a
ajouter.* 11 refusa de se laisse! ban-
der les yeui, demanda une cigarette
qu'il se lit allumer et, en tirant de
grandes boudes, il marcha ,1'en-
droit dsign, puis se tint fac? au
peloton dexcutiou la cigarette aux
ivres.
L'a commandement ordonn px:
le lieutenant Floyl rt les douze foups
ne forment qu'une seule dtonation.
Herv s'est abattu, atteint de lis bil-
les ? te rniecin constate le dcs,
on approche le cercueil et l'inhuma
tion a lieu mmdtatement.Oad.'eise
ensuit; le procl verbal.
Denizant Herv s'tait en '. dans
la Gendarmerie Lascahabis. le 2 >
Octobre 1919. Ni le j Mai i.*j *
Thomonde, il a t juge le } A t
dernier.
Le cinquantenaire de la
Rpublique en France
il y a aujou.Jliui dans tout? la
France de jurandes ltes l'occasion
du cmquauunn anniversaire de la
liiuclmu ition du la troisime Upu.
ulique. A Paris, un brillant, pragrtun
me a t prpare qui fera de cet 0
journe une des plus lua^nitiquos de
i porue.
Conseil d'Etat
Salon la convocation du Prsident
de la Upu.hlique, le Conseil d Ktats
tu ruuua ap^'* demain luudi B S^p
lunibre pour reu'"' le coinmuni-
cauoua de 1 ExecdtJ
D'ordinairo, la prfre runion
dea assembles lgialatitrW eai ''"'1
sacre a la formation du bUi^au H
ne arait pas nupojsible, ceperttidut,
que lundi,aprs l'lection du bureau
le Cabinet, iiiioriu\ se prsenta', de
vaut le Couseil pour t-\ ;> .s_t le bu1
de la convocation
'
Courses d'auto
Le J ou'uni uiuciei puuue u 1 arr-
t du Conseil Communal de Hort-au
m 1 ucc tuant le tant des courses
d automobiles. Couisee en ville, par
heuie, 1 U ersoiiues : J do liais ;
hors de la ville i djiUrs; coutsu
par personne : cinquante centimes
amtucaua.
4 S ptembre
BERIN Le cabinet a d'ibr
note du gou-
Avant la pub i-
cation de cette no e le minisue des
stllires trangres aura trs probable
ment une autre interview ave: la n-
bassadeur fraotis. La Gazette de
Voss > annonce que la comm soon
icterallie Breslau prend dis dis-
positions pour une nouvelle orgini-
sation de la police en Silsie pjur
la lret' de la population.
VARSOVIE ( Communiqu offi-
ciel ) Les po'.ouais ont captur la
ville u'Augustow Dans le secteur de
Biak Soik, l'ennemi continue sa
retrait;. Nous avons captur gale
ment S>kol#g ov k et Ktrew. La r
goo de Tamosc i(sis>te tojpurs i
notre t.'U d artillerie. L'ennemi a at-
taqu IQC9H u ie fois lesuddi Zi-
nor/.e mais a ' repou se avec de
lortes petes.
VARSOVIE Dans la lgion de
Przemyslany. les polonais ont mas-
sacr lei t.oupes bolchvis'.es. Les
tioupes ukranieones ayant travers
le Djiester au ud de Rsnrza.xa
mettent les uniis bo'.clvivistes en
comp .e droute Au Nord, les trou
pes polonaises continuent a avancer
jusqu' Grodno.
BELFAST Il y a des combtts
sanglants daos ta rue> de la vill;
pendant toa'e la journi du /O. L s
pertes ont t de dix huit morts et
deux cents bless srieusement. Di
grand incendies menacent les mai-
sons et les h bitants se voient forces
abandonner la ville. D.s soldats
ont t envoys en toute hte Bel-
fast.
PARIS Dans un radiotl^gtam-
me envoy Vnovi, Tchit:nenne
est liJ sat.sfait d avoir l'assurance
dune paix prochliafl ave: le go a ver
nemenl polonais.
VAKbOv'lL L'impression des
plnipotentiaires de retour de Minsk
est que les bolchvistjs dsnent ai
dminent la paix maisrdasntquani
mme de se reconnatre vaincus.
BNUXFI4LI& Wanson m nistte
de ta guerre lutsrvieWd par Ucorrei
poniaut du Malte a dotai que lui
QilgM lunalimite approu/out li
irlM d'allu ice mil.tairj uvec la
KiaiiCb Ils cjusid.ent ca trait com
me un premier pas vers une com
pl:e coilabo.alio 1 des Jeu* Dations.
AliLHUU. Ll nouveau Ua&oet a
t loraae par Bilo avec UjI.hh aux
affairai trangres.
jrUlME. Le eotuta Sfjrzi a reg 1
aciourd'bui l.s dpures so;ialis'.es
auxqueU J) aurait dclar pie le
C'jintnuu'U'itt S'a sujet de la conte
reuca de Lucerny ue dot pas re
lAlarpitt* coininj un acte Ijostile di
ItdMie.li a d. que le goaverueuuir.
Italien lecevait coidialemo. 1 u dJi
ualiou de COmCMrt* Bolcluvi* e.
Dollara .li(40.
OBSERVATOIRE
DU
PETIT SEMINAIRE
toi EGEST VURTIAL
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
Vendredi ) Septembre iy2o
BaromLe
Temprature
7624
minimum 24 0
maximum J4 7
267
et couvert
Mayenne diuroe
Ciel clair jusqu' midi
2 h.
Plaie i 6 h /j ( 1 8 mm. )
Or gJ au S .d et au Nori.
Bitord re en b'iw*.
J SCHHfU-R
Echo de Jacmel
Mr !.. Ovide l.r un ouvre eu cci'.c ville une
bibliothque publ que qui poMdeen eu moment
pus.le trois cent* volumes, lien jlteuJ d'autres
qui satisferont .1 tous les gsts 11 est a esprer
que ses eondtadins apprcieront cette Mie
Ide ei s abonner >nt en f,ranJ no.nbre la biblio-
thque (.Esprance qui coosscre un rayon a
la Luirstura ftaiiienne.
A Bizoton
Demain ter aunanche du mois, il y aura
messe a la chapelle du Mont Cimcl BuOtOO.
Comme d'habitude u crinumle eonmencera
des l'arrive du premier train,
La nouvelle voie Biziton-
Mariani
Mercredi 1er Septembre le ministre des 1 ri-
vaux Kut>lics, Mr Louis Itoy, a visit la nouvelle
voie 11 coton-Mariant. Il tait accompagn du
Sous-Inspecteur des Chemins Je fer, Mr Julien
Laurent et du Directeur de la i'. C. b, Mr S,
Dominique.
Un tram spcial qui avait t mis leur dis-
position laiss.i la gant du nord a .' hrfl i|-' et lut
de retour a 6 heures.
Nous pensons pie satisfaction va tre don-
ne dlinttivement aux propritaires de lauouveiie
voie qui ont cl expropries pour CJUie d'utilit
publique.
oonire
CONSTIPATION
ocMPRimca
UI88S
d; DELOP.1, ri.ct.uac.icn,
11H,
Hw Util t .<
at-*A I < J.- .
C'RfS LE MEIL.1 FJ">
DES PUBOATIT
pobT' /v cr>PRiwon
Km >.i'i.'l'HUO. P>rrt. iota AUbacBTUfl
m>./. ig
t>onr<*' '
Boite aux Lettre
Insertion demande
Port-au-Prince, i Septembre 1929,
Au D recteur du jjurnal l blssor
Monsieur le Directeur,
Uih uote parue dans le No d'hier
de votre quotidien annona quet Mr
i; tni.ul Debgiottes a envoy sa d-
ni 11)00 au Miuistre de i instruc-
tion publique en sa qualit de Secr
taire dj l'Inspection Scolaire pour
pavoirpast) nomm, la place
de Me Vreck Cli'.ftaiu, joiunid sous
v'T-";^
New-urloaiis & South *MSt*M
Syndicat des Typos
^Ajuvovation. Coasormmew a l'article 21,
?e alina de nos Statuts. ;0us les typos sont
tonvoqukle lundi << beptemblt courant a s lues
ija prcises de i'jptes-uudi toujours a Cin Va-
rits.
J'ort-au Pince 3J9jf* l* Secrtaire
,K;iiel Isidore
Messe Stjosopn
Mme S. ixiiuue invite ses aiui> a une *ii
squelle tait vh.ntcr mercredi proebaUn .1 -
htam du i- Jim, eu l HjghM bt-|oe neur de la Viei;e Caiida.
S H.3.M.H.
Convucalum UC( Mciulues Je U Socit
Hatienne de Secours Mututis et de MpUaM
V3M COnvi |ul et e orduiaiie, pour je
IJtmaBciM iept.iUDrt saunt, a Muf htsHae
^ideine lies piecisc du matin.
Le ieaciaiic-jienctal.- LJ rhraaytt
Ame. canSleauishp Go
Le steamer ^U-LMBIA e.t at-
tenJu ici de Njuve.le Oiieaas le 7
du courant.Il rep ir ira prob b em nt
le mme |our pour :
tiuade.oupe, txiua <\-c L duai
ra, fuerio-CibiliO, Cui-io, taetw
Columb'j, Cnstobil, Punto Li : oj.
Pueitc-tfunios et Nouvelle Otiaai.
Il prend U nulle et us passais
po ir ces divers pets ?t du d. po. r
les deux premiers seulement.
Port au Prince.le 4 Septembre iqao
Suc ::' C0MB1CI4IJ d'Ha u,
Agents
6HIPFES. CATHAflR
taONCH
SUITES CE COQUELUCHE
LARYNGITES,
Sous nnftutnce du "PULMOSERUM"
LA TCUX SE CALME IMMDIATEMENT.
LA FrVH ET LE3 8UKUHS NOCTURNES IiSPARAIS8I!fT
b OPPRCM10M LT LES POINT3 L la KZSPX&ATIOM iJEVIENT PLU a FACUE.
l'apptii- rutvrcM r
LE JOWMKiu REAPPARAIT.
LES iRCES ET L'ENEKCIE REBAISSENT.
#
C.r.f-LCV DANS LES HOPITAUX.
RrCOVMAND PAR LA MAJORITt DU COUPS MEDICAL FRANAIS.
EXPRIMENT PAR PLUS DE 20.000 MEDECINS TRANGERS.
KODE D'SHPLOI. Une cuilltrt cofi matin tl toir.
UN tsLtss les Droj'je-i.:; et Phariuciss.
PHARMACIE DE ROME, 15, rue d-rome.paris.
2
(A
*\
ro
o =:
u
H <
r> -t
ta-.
O
k 5
fJQ "
ri C/5
CL. -1
n
^3 1
1<
c a
a
5 CL.
r,
*1
O
o
cr
O
v.
8
09
o S-
m
D
"I
a
S
0 ?
-> *
S-3,
e o a> a
* o <*
s i
1-3
CE
2 8
o
fe
a
c 2 ?
y S g
m
"?'
i>3
u.
s
C
r>

m, i
ut D -
h
o O "
(B *J B
s
m
a.
c
*0
2.
3
o
Si

$-l!**4
. Jl9
TUKISH
CIGARETTES
Cameron & Cameron Co.
iifusrf by BRiriSH AKERICAJI rOBaCCOC,!
JCC.13.V lu Ci;roi 4 Cjmcrwi Co.
i
-------_^_
Or 'le 9.60mil
"dESTEVEt
1 ,1 *"J j'OHT-au-PRINCE
I
Joannj Coidasco
819, liue des Fronts-borti.
"183 A.enuf, F. O Box 2 Port-au-Punce, Hwftj
Ventes sensationnelles avec rabais hissant de yros bntp^
aux plus jtresss,
Assortiment iri ompitt 'artieles
CofdunDerie et marchiiid* cordooniel
Vous trouverez galement en stock :
Pein'u'e Geil', cliatsselles, machines coudre 1
a*Soire# pour aulomcklfs.article emaille*, lourui.ui
pour milleiiers, cirag 'Grilliu et da la cHt-bre marqu
pour fouli:ii la toutes |:s Q-ances etc. etc,
Presse* vous, car ces prix ne M
pas maintenus longtemps'
vri .j est
que. la suite d'uu muni Mit survenu
entre Mr lliispec eu: l'. TebSier et
coo', rela iveuieut m permis vai-
nement sollicit, pour lu 3e fois, il
me lit la dclaration qu'il me consi-
drait comnij dmits oiinai.e et d-
biti a 109 uediatoiueut mun le.npla-
giul I aiteution du Dpaiteuieat-
Vous voudrtz bien, en publiant la
prsente, reetnier uueeireur que,
certainemeu'. vous av./ commise,
fauta da renes-einants exacts,
sans loulrfoiu en into.er quoi qu) ca
soit de iii:S sealiments personnels.
Agrez' Mr le Diacteur, l'cssurau
co ue ma pu laite coutiidrAtio>>.
b, DESGHOTTKS
Rhumes anciens et rcente,
Toux, BrenV
aontrailoaUmQi gifrii par U SOLUTION WAl'fiJ
1JUUV : Qddainu da l'OUwuNS hOtfUSflto et
prvient u fDdEHCUL05ft. ce produit jiaUlt d,n^
rputation uuiv^-neile.
SULI'TIO.N WAThllUUHY :A base de Crotole et de
ExrsJ
Gai col. Huile de Fo.e dd M'u, Digtive Fermsots ^ j|e;
no 1 PerfflfQia : llypop tospu tes Cjiupjsjs, EU uiw
tua, Subatan;.t Aioma'iqu if\\
Mieux vaut prteiiir QU0 S
WATtHbUHV CHEJllLAL COMl'ANj [flga.
Ue8Mv\V0BJl
TORONTO NEW-VOIIK w ', .;,r
luunickJ.V*'^
agent ynrul Lu ja:e du la Ulacicre - W


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM