<%BANNER%>







PAGE 1

I_I^ 1.- II.1I o %  LES PERSONNES ANMIQUES ont besoin de L'Emulsion de Scott qui plus qu'un mdicament est un puissant aliment concentr, productif de sang, forces et bonne couleur. (Demandez toujours Emulsion de Scott) [UTJi fi in-yjrfrj j iflpjijjj la propret corporelle de ses enfants avant qu'ils partent l'cole, alors quelle doit se laver elle-mme, allumer le feu, nettoyer la chambre, s'occuper du repas pour tous, taire la toilette de son dernier-n, et tout cela parfois avant d aller elle-mme travailler en journe ? Et pourtant la propiet n'est pas un luxe: elle est une ncessit. Nous avons donc le devoir de lu mettre a la porte de tous, par tous les moyens en cotre pouvoir. La propret physique a certainement une ir,t uence favorable sur la propret morale, sur la dignit plutt ai vous voulez ; elle luit partie de l'ducation. Nous noua plaignong toujours que le peuple soit m,i Ole v, brutal. C'est uotre faute nous autant ot peut-tre plus que sa faute a luifendant irop longtemps, il n'a pos eu les moyens d'tie bien lev. Maintenant il les a ; faisont lui crdit et aidons le: tant que nous pouvonsMalgr ce que d'aucuus allirment, les conseils donns avec tact sont souvent accepts avec recouna'Bsau ceDans son eusemble, le peuple est bon :c est l'exception qui est mauvaire. Il vaut mieux e'.re optiiniate et avoir foi en 1 avenir aussi ai-jn pleine confiance que le peuple comprendra, que la majorit d entre nous veut pour lut plus de bien trd ot dlus d aisuuc ; et qu il consentira couter ceux et ce les qui sont chargs de l'enseigner, et rendra justice a ceux qui prennent des me sures destines lui apporter une aulc efficace et souvent puissante. L'institution d'inlirm-.eres sco aires dvoues et ayant reu ui.e pipiia lion spciale ue puriculture est de celles l. La rnis de lauiille, trou vant en elles des auxiliaires ifOi utiles, toutes proies a lui allger sa tache, acceptera plus volontiers les maternits nouvelles, elle prendra d'elles, quelquefois sans s'en rendre compte, des h<;ons rigoureuses de propret et dnygice. Le cbamp d action de l'inrJruii.e ccolaiie, s'il est bien compris, sera vaste et bien taisant; visites des .otr.eure o sa prsence ssrait utile:une petite lve /naade ou mal o gne, une inre ayant besoin d un conseil pour tlle lutne ou pour un des siens .. Yes.-c< pas que cette institu ion 'impose '.'.. Suzanne CARON Nouvelles Etrangres PaitBDiverS ier Septembre PARIS Madame Sarah Uernhardt est atteinte d'un* grave congestion pulmonaire qui l'oblige garder la chambre. UVEHPOOL A cause de la g.ve des imprimeurs et Typographes aucun journal n'a paru aujourd'hui dans cette ville Les grvistes deinan dent une augmentation de salaire. VARSOVIE —Un communiqu ofl Ciel publi hier soir annona que le gnral Dudeny la tte deB troupes a commence une violente otfen" sive avec i intention manifeste de perce' le front polonais 11 a russi .faire quelques progrs mais trs ne teraent malgr la rsistance des polonais. VARSOVIEDe3 o'Iiciera Holch vigtesquiont t fans prisonnier* par les roupes polonaises dclarent que les Polonais ne trouveront aucune raistanca srieuse. I EKIN. L'tat do siegs a t po_ olaine Canton cause du mouve" meut militaire otganis<' dans la r. g o i Mridionale dans le but de ren verser la Gouvernement de Fkiu. LONDRES — Les nouvelles reues da MoiCJU diseut que ks Rjlclivia tes ont commenc une nouvelle et violent a offensive l'est de tires: Ltovtk ut qu'ils ont occup quelques villtgM, prs di Lerabdrg. Le communiqu Russe dit aussi que les liolctitivijtes ont ralis quel qae succs daus la rgion de Vlodovt et tlrubeuboff. NEW YORK. L'ancien gnral Vozoalien Ra on AyaU est inor. en cette ville a 1 ge do 7J ant Les funrailles auront lieu ce soir. 1) jllar : 11,33 OBSERVATOIRE DU PETIT SEMINAIRE COLLEGE ST MARTIAL RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES Mercredi ier Septembre 1920 Baromtre 761,9 Avis de divorce H est port la-connaissance du aieurJoaepb Antoine Ulaude, actuel lement Cuba qu'une requte eu divorce, prsente par Madame Rite Pinckombe, a Monsieur le Uoyeu du Tribunal de premire instance de l'on au Prince, a ete suivie de lac compliisement des formalits lgales. et que le du Tribunal a fix 1 audi enca du 7 Octobre 1880 pour lad mission de la demande en divorce. Fait l'oit au Prince, le 'Ai aot 1890. RIGAL Varits VENDREDI Les Mystres de JSeivYorL 7e. 8e et Ce pisodes Lnire G. 1.00 Corporation de Tijpos Tous les Typos syndiques sont convoqu"! en Assemble gnrale ce soir a -, heures 1/2 tis pieuses. Port au-rTince 2 Septembre 1^20 Panamas / Pour Hommes, et pour Dmes Chez Lonide SOLAGtS Rue Courbe. L ... 1 Avis commercial Le soussign annonce ses clients tant de la Capitale que de la l'rovm ce et au commerce en gnral que pendant son abaoi.ee, Mme Franck J. Manin. son pouse, a la procura1 de eu maison de commerce. Il rpond de sa eignature comme de la sienne propre. Por-au-Pnnce, le 31 A01.1t 1880. Franck JMARTIN l a L'Ame Etrngre Encore une œuvre originale et gaie qui vient d'arriver a la Librairie du Matin > Elle uous dpeint avec un sens aigu de la vrit et de l'actualit ce qu'est le mariage entre des tres de race ditterente Peuvent ils tre heureux ? C'est ce que vous dira Marcelle Adam a qui l'on doit ce beau livre dont le prix est seulement de cinq gourdes 73 centimes Buvez la Dlicieuse *£ BOISSON FRUITA liii-n ne ilcnnlire iiiirtuc Cette boilton incomparable, d'une saveur | x luise onde mdical, mais encore par le publie en gnral. Tout le monde devrait avoir en mains ce numro dont l'intrt est considrable et vaii. Arrive Far le s|S Gai Gorgu qui repartira midi pour New-York, sont arrivs M matin : Cap'. bejcker, Mme Becker, Mclle Agns Bcrnkr, V. CreiJv Mlle StUMnneKorfury, H. W. Lone, Harold Madsen, Charles MaJsen, Frit/. Stemple. Dpart Hier iprs-miJi sont partis par le sjs AJvance • destination de New-York : L. Bourgeois, B. {Bascombe, J. L Pctkin<, Melle 1-askev, J. L UnJerwooJ, B. Miliort, J. Elle, o. Madsen, 1. Dorsinvilat, J. A. Degr, d. Chernery, Pontaioe, Melle Y. Geides, W. 13. ]ones, HA. Heloux, P. Archer, Mr et Mme II. Cliauvet ei lamulc, Mr et Muic C. Uuuirv, F. si dcr.iuj, Joseph Comeaif, L. Dupleesis, P. Engine. S.H.3.M H. CoavOCetton — Les Membres de la Socit Haitienue de Secours Mutuels et de Uienlais.ince, sont convoquas en Assemble ordinaire, pour le Dimanche Sepieiubre courant, a neut heuics et deiie ties prcises du matin. Le becreuire-genral,— 'JEA Tluasybule Agence Gnrale De wianufactut es Etrangres 190S, hue du Magatm de iEtat. Nous sommes a mesure de faire excuter pour nos aoois les comme eu.tsdes corn iiandes de inarcliaiidisss tHiftliUMi aux Kiais Unis d Amrique: Toileries l'uns, lolais ordi mires, quincaillerie, provisions en gnral, latine savou, parfu metiat, mgreUD \i L icli ffaQ. pro duits phtiiuaceuiique t\ El D.Adu Michigao Ptiiitttf Culonial Wor'-s. bi/-ruui Oi lioriui de St TbomMi pl'inche, ciment, 1er. Articles pour hteao.x, Lubaiciut CarboQ Bemovtr %  e la cSouih CarOliu pjur chasser ld carbone des moteurs d'autos sans liais da net O)'ge La iVlaisan accepte en outre des commandes pour 1 Europe centrale et occidentale. iNos termes sont lej pius loogt. no re promplilude esl sans gale, nos conditions gnrales sont les lueil'eures. Dans VOJ cures, rservez une minu e pour passer uous voir, ce ne sera pas uu temps perdu, LUC UOKSIN VILLE St Co Agents de Manufactures trangres 2 •• • < < o tu 03 n — r u m -o %  3 S S sj O -, ? CL r. — — sr r JQ_ T. W a-D Si , s a- * o <*• y B' S sis S rL. !f> ait fe.: ^


PAGE 1

LE MATIN %  a %  osa limMjcinoiii de Local j. JSAHREYRE jngoifur mcanicien Irevet Le les \utuinohil.stes qu'il \ient de louer Le Garage FORD West Indies Trading C tu Centre, coin de la Hue Pave Ouverture de l'Atelier Lundi 30 aot Lime, Hire, graisse, Pices dtaches "tord* Service Station paralions— T*W O !" *I Vin de Bordeaux de qualit courante la Barrique do rouge Or 72 a blanc 75 liez Alphonse Haynes Un Jour'viendra •• Par Ut-.. L'Anneau "**• : d'-it Vit* ci radie cmant les do Utar de Evftt toufa ccr..picu Communleatloa l'A %  i ....< %  • /.jn* la forme t. rttoetkt i I cjmiMm I (r# ration| nrtle tt."s pr<\ • -• -*1: dan • laboratoire ^ d* *<• Cor.Jco'JC Goutte pifacna I ..ijours car fa auis con\a::.cu lie son ,... •' % % %  D l.iuuv. '•• I ilfor.u 'S','. (•-> %  • |UUiiMtBUChUMln.2.iValmwiaaiiaa, Kra.al i~ kartiweiaa Qbc M • p • IBM c r '" 0 VAMIANINC • ; ; .^ .-IL • S'omitau fniuil :. % %  -. tamua^Araciiazn. _.. aBES flHKZ E KOI ,• Gyraldoot *e i liiei teronj tt ****pw %  i. ronelwlaiia b >M rai l *waai aUemO'ia au n nem >•!.. wto lai %  '" : VL ,0 lp4cuUmnt dan w ir .--. : • %  la t .-ai i •''"'•''* m#lrlW I UlVtaaHI '' •' %  '• |l< ' n "'" oirafir. iaaapi i ^ • w* '" "•" •* %  L. IMU aMrali •• <> %  "-• • %  "' •*" "V","!," 1 ' rw u, a M H ta '0 %  •••• ' '• %  %  !*T**J?*" imMicuiMiii.'' .un.'. aai L2L-1C. 3KIX5iffr-"J3.rarJii_jRJ Comptoir FRANCO-HATIEN Reprsentant pour ia Rpublique d'Hati Hue du Magasin de lElat 1720 Automobiles Maxwe// Matrise complte et instantane)£\ Msitrise inutantan^e pourrait Ue la devise de la MAXW ELL. C'est entlltt, avec une fcili peu ordinaire que l'on manie raobikNon feulement lu voiturs est lgre e: uu.hbre, inaii ruott Si un A Cud'en avoir la certitude Voil un aune point de scurit clleit par celle matiiine. celto DUIO encore le Murad & Son Pott-io-Prii ce, Hat MAXvVKILMOTuKSAlKS COBfORAXtOM WEST INDIES Adim UkgrapMqU Serrice du\,mtalion UMCO 7',, l'.roaduay N.-Y %  • A de Mattis S: C%Reprsentants pour la Rpublique d'Haiti



PAGE 1

LE MiTIN BAZAR METROPOLITAIN Maison de confiance Angle ihs Bues du Peuple et Dunts Delouche Nous venons de recevoir : Chocolat l'amande marque Porden arc 8 labl Mes 35 paq Raisins de Corinthe 45 Ib. Tapioca 20 paq Sardine V huile il oui Label 25 ferb 11* de la Caroline JU lb Ctmede pte de guimauve pou*'gteaux 50 bout Rduction pour une semaine Cornichons C $ B OOctsor maintenant 80 bout t rumtige Ut qut fort tlkhorn 55 5U fe*b Bire Shaeffers 2.75 maintenant 2,25 d% \ ni Mdoc et Grave 100 maintenant 85bout Ghanpayne Charles Heiditi kJ}2bt 2u0l 59 Peinture cuir blanc et noir Si) maint70 t>die pour barbe Colgate 33 cl maintenant 28 bu Suretiee C&/J &Ocis maintenant 45 bout Sur les rubans et boutons nous donnons une rduction de 10 oio* m i 111— -.-%  Articles Œouis Pour U Toilette et Parfuma i Prf dre*. On peu? juger du raffinement d'une personne pnr le choix qu'elle faii d'articles exquis pour sa toilette et par son parfum favori. Les parfums de iatsc Tentation et RCve, sont employi n ilement, par lei pei onnes raflinei, lgantes et lie bon got qui Bavent distinguer ce qui c*t vraiment I Le dlicieux Ssvnn Orinoka n'a pu d'gal p >ur .1 (miette et bain; 1 a parfum exquis el sa douceur la I La Poudre Orinoka pour la figure rst l'idal v nul " dame 1 ; elle est 1 •• ni ante fine, parfume en un 1 10 ise. 1 i';.'.^Orinoka 1 1 merveillei pour blanchir sur-le-champ ICG dents les plus taches: l'haleine prend une od ur agrable et I 1 ; de coni foi t. M ..1 Beila est une Lotion Tonique p ur faire ponssi r les cheveux. Elle extermipe les 1 <.'. n'importe quelle autre tdie du cuir chevelu. %  < e ion u g Jevi nnent tent bon et ondulent naturellement Tc\iiei tel n.armaeict. Drtl* trillant des Laboratoires Tt litCTIFFMV.-ferment lactique, contre attentions gaawj t nales et cutanes. L YJftXF.—S'.rpifique de la comtipitlp M ; :i U M iA 2V m l %  W Uii Produits de premier choix Princesse, Encore" L NATIONALE Voient chaque jour augmenter leur rputation Elles rivalisent avec les meilleures cigarettes imporll



PAGE 1

jnv: inne No 3a7l a'i Princo.H. iti Jajdi 2 Septembre 1930 ... iTEO R.fR01'RiKTAIRE Unt-KAfiLOIRE vi STFAT COMMUNAL 0U.IRO 15 CENT1MIS ** DEPARTEMENTS moi CTHANGER G 2 00 G. 180 V (xi • 800 ,-ortS sont reues au. Comptoir I: i JTde Publicit, 9 Rue Tronchet, l\ z ji i), I.udgatc Hill, Londres, Quotidien La manire dont nous acceptons les vnements a autant d'importance qu* lts vnements enx-iumes. REDACTION ; Rue Amricaine Ne, 1358 TKUtPBONKi 78 Payes (i'antrelois Impressions FRAGMENTS idonc que j'ai ce son ? demai -la campagne. btoute l'aprs-midi trn^wccoviine uu^otlemeut dos les couinons, jouissant du iri'it d'ailes de l'oint gen vol, de l'inflexion mlt4Me d mie tige, de la Cependant, la 9orlie, 6tir la route poudreuse et blanche, ce tut une recrudescence de satisfaction qui s'vanouit trs vite : ainsi un sentiment avant de s'teiulre prend o>it coup un regain de force phmre; aiiui parfois au crpuscule, il sem ble, une certaine minute, qu'un AUTO BUICK neuve Modle 1921 Prix : or 2.250 Chez EUJJ. Le Boss CAUSERIE FEMININE • esn* bourgeons p;:issuita et du arrt se fait dans l'apaisa ment grau de gac qui dgoutte des dissant poir laisser monter un dereoolesur les troncs oo se nier et vague cho des broi'e du bourrel 8 d go nmo aux jTcor e. C'tait en moi %  aot de la vio de la foB iiliceoce varte des dorage pais, la splendeur bgUtioa surabondance, en IrtD dit; lans cette cruligueur; d'entier dvelonpe stlluvs pandus, les frisleuillPsi qu'un vent lger temps en temps cha oui! biielGe, 1 lium du.sous |mti,tout roe troublt. e.\MDS, BU licitant vive net. t nation. n'enivrant de ce te nature aauvage, respirant largo balsamique aux senteurs En atomes trop forts ma ta po trioe, me montaient alouruissaient mus mem^ k silence tout pi REEZIUNNRjti du Quai s., il me rendrait avide de l'enivrement de l'espce, en mme temps que je serais plus sensible au payea ge, l.me agrandie d'une sympathie pour les choses qui un ferait perce vo::' les secrtes harmonies dans les l gnes, dans l lancement hardi des branches et leur torsion, ferait a exalter en rvas ce que je sentirais; Avec la nuit je lus pntr d'une tri 'tes3 lgre... Dasque je fus dins nu chambre; cet t s'exagra en une agitation inte rieu r e-.. I iq iet d 3 m on at. je m i mis crire, esprant retrouver la calme en m occupant l'espritVoil une h jure peut-tre que je suis l, regardant le papier qui porte ces seuls mots : Lilataou le kaou lan gu nin tan l, la premire pbraae dune nouvelle o je doi?;raontrer, au dbu-, des enfants tirant des co i Us aux pieds de leur mre, qui le3 coute, .souriante, Ma pense replie sur eliene na se refuse toute bas goe, mais le il oit constant la Une bonne nouvelle \h\ Camion automobile laissera Mlragone tous les lundi, Mercredi. Vendredi de chaque samaine & 7 heures du matin pour Port au Prince prenant passagers. Pour conditions s'adresser \ Mr JEV.N PKBSS*RD,C*rrefbar Desruis seau.VIiragu'i Faille Vaille Chez ETfiSSE MONS1NTO J / Chapeaux pour ho-nm*s, f;utre<:, CHOSES & AUTRES Sportman Vraiment, vous tes sportman, ne dites-vous, v ms t faites de l auto ? Craud bien vous /anse, mais je ne puis m'empeclier cependint de vous faire quelques pHle observations. Sportman 1 c'est un beau mot que je traduis, dans mon -.unirance de ltiimiloijie par : homffli se livrant des exercices concourant au dveloppeinent corporel. Je ne sais si je suc toul--fait d'accord avec le fii e Larousse Mais, en tous cas, c'est l du moins l acception courante du mot. Donc. fJIM faites de laulo , et vous prtend : m dire de sporlmau. lrois ou quatre fois par semaine vous prtiez doncjdace sur le sihje d'une voitwe, conduit mUritur* pirfo-s. L, nullement install, vous passe: Une ins.itution pue nous voudrions voir se gnraliser est celle d s infirm te< scolaires. Il est difficile, .en ttlt, de se faire une ide de l'importance dessetvices qu'elles peu vent rendre. Dans les coles primaires, ii suffirait que l'infirmcre y passt chaque |our une ou deux heures; mais pour l:s coles enfantines, il faiiila d qu'elle leur consacr.it toute n journe, et mme dans certaines coles lies peuples, deux infirmires seraient ncessaires afin qu'elles aient le temps de bien s'acquitter de leur t.iche. Quelle serait la missioa des infirmires ? Dans les coles primaires; surveiller la propret et partant l'hygine et la sant ; (aire les petits pansements journaliers. Dans les co [es enfantines, davantage encore :con tinuer ce qui s'est fait aux consultations de. nourrissons, veiller sur l'alimentation des entants, les peser r gulirement, les mesurer, prendre note de lours poids, de leur taille signaler ux midecins de l'cole les arrt; de croisnnee. les petites iornvts naissante;, les maladies contagieuses ds leuts premiers symptmes.le voudrais aillai que dans chaque cole, il y ait des salles de douches et de bains o 1 iofi^mire surveillerait les biins des plus glands et laverait les p tits au moins une pailles pour g! onnets, fillettes, gar qil u la cs heui es d vis une douce Iran, ois pu semiine. nies et formes pour dame*, peinture gros et dtail BonboriS assortis. chers, mes illusions, mis croyances naves, cet AJfl heureux du rire toujours fiais, fa la g it iiuoucian t-. cm les pleurs saCheat vt'; o vrt jusqu une exalcontraindre a endormi mon 'rouble.* lame ne fait que la moue aux clii iwmystique. Vaguement Je ne renens plus q l'on ap )it d3 mres vanouies, dautres ne cessant abandonna: qoeai je tue laissais aller , tout effort de pense •Hivernent physique cesas sentirais vritablement ion avec la for-. •uai 1 nu pied d'un nor iw. Mais — altet de l'om ote (car le soir ton la fraiclmur que d.'-g iW*< ce fut aussi ot uo M corps et une dmnm weeun besoin de don*"'i auquel la fort ne songer monagnes nuageuses iwaroienteB et d'un blanc ; oleill, aux lianes moul %  pcs de tons gris U un "OD besoin d'impressions [dlicieuses augmentant w perdit eu des rves. Je 1 ".. noil venue, une de Woei o ie toiles brilso )gone. Je m'y abandonna; accou il la table,la tte dans mas mains. Aprs la crise obscure de mes EO-JS. il m est doix de me livrer to.it enter a mi rverie, ca te rverie Impr cise dans teinte moco^e, o l'on e t piongi dans une so n toleaoe %  grt la ne pensant pre3 juo pas. L'espr.t ses envol tout au fond du Coeur, s'est perdu dans un monde de souveuiis quil rveille et qui for ment au-our de lui une at oosphre do sensations prouves o il Hotte P 11 -Je io misa songer avoc bonheur. \X ainsi que les teuil ^ir que | avais prouv lots des livres ou l'on a mienne des •n la lourdeur agrable pSiales de rose, cet amas de trsors midi un pan du ciel, m imes subi meut remuas exhale V*c seulement au ras do un parfum saisi par iue et qui vous putte de Volupt, — volupt exquise et discrteOui. avec quel charme ils reviennentces souvenirs qui ramnent les meilleures parties de nous-mmes, bisses le long des annes! Us bercent d'une trittetse vaporeusp analogue celle qui s'empare de nous, souvent, au fond d^s bois, loisque pas de miroiter. Mais ca u'est dans ma 'te qu'uns succession d'imes indcise.--, noyes dj| brumeKlles frn noient te balancer, ariennes, leurrantes coin me les choses vues or> rve, que l'on t;\-ha vainement de rappeler et que l'on sent pourtant quelquo part en soi.. llsaliluant maintenant des souvenirs mais ils ne m) sutli3eut pa?, ils laissent un vide en moi. Das deirs reparaissent, qui, pei' petit se doieninnent en une pspiration retrouver mes premires sensations. Malgr le sen imant de mon impuissance qui m'irrite, je pense : pourquoi n'arrivorai-ja pas par une tension continue de ftia vo'ont avoir au moins l'illusion des jouis sauces en allds, lu.-ce mme vague comme l'impression preaque insai sissbble d ) >avuur exquise que l'on a la vue d' n beau fruit bien mur? l'ouiquoi donc, lorsqu'on voque une ne ces minutes de rel plaisir, il ne nous en revient que le souvenir quilUt, interrompue seulement par qu'ljues lgers et faedes mouvements des mains. A ce qu'il me s'inble il ri y a l rien de bien fatigant ni de bien apte d vous dvelopper les muscles C'est peine si derrire votre coupe brise, vous respirez autre chose que de la poussire et de la fume de rarburateur. Si, ependant, il et une chose qui est rellement du sport dans votre passe-temps favori, il est un moment O vous travaillez au dveloppement de v s muscles, cest. en cas de crevaison, linslant ou vous tournez la minivelle du cric qui soulvera votre machine. M'is. a spor.-li, vous ne le recherchez gure. Il vaut bien mieux, cependant, que tous es triputages sous la machine ou au moteur, o vous vous enduisez les mains et les vlements de cambouis. Croyez moi ; la i > Ir P la salopet te et les mains sales ne font pas le sportman. C'est l plutt mtier de mcanicien .. LV GIFLE Ln jeune Kom ne est deoant le juge, aCiiis d'avoir, tant motif, i/lU une dame paisiblement assise dans le tram iv a y C:s installations seraient c buses, possib e, mais elles rendraient d inapprciables ser-t vices. Tous ceux, en etlet, qui ont l'habitude l'entretenir leur corpsdanun tat de scrupuleuse propret savent combien cette hibitude est prcieuse pour la sant et combien elle devient indispensab'e. On dit iouvent qu'il taut exiger que les enfants soient propres en arrivant i l'cole. En principe c'et parlait, mais en pratique ? D abord, malheureu-ement, presqu'aucun ne nage dans le peuple n'a de baignoire. Puis, il faut Cire juste: comment voulez-vous qu'une femme du peuP e, quelque boane mnagre qu'elle soit, at le temps de vrifi.T a fond —— —— tu s—su—Mais H met la sacoche.puis ferme lertieule. Je chany de tramway. Ma voisine, qui a /ait de mme, vient prendre du nouveau place prs de moi t.e con docteur arrive. Je sors mon billet de ma poche de ,/ilet, le montre et le remets en place. Ma cuisine ouvre son rticule, sort ta sacoche, terme son rticule, ouvre su sacocht, sort son porte Le Juge.Aceus, vous av z gifli monnaie, ferm. sa sacoche ouvre sot Hdafhesans raisonneriez noustndil><* "•""". "* "*}*}* I er "] 6 *• ,er qui a pu vous 'dterminer aune P^re monnaie L: conducteur eslam,, ,i ....•ptMe le billet. La dame rouvra son une quer pareille faon d agir. L/Accu;.— Puique vous me le permettez, Monsieur le luge, it vais pu porte monnaie y met le billet, ferm-t le port/ monnaie ouvre la sacoche, y Mats, POQrJp %  B SOI H je jouirais tuer complet.meut dans ce prodige seciet un res.e ge, ravi de de souvenance ce m'est m.e obslions reues qu\ cession — mon ge tendre avec ses tjj rappela la ralit. Il %  L h .. !i:rer Je me levai, m de malaise... I ombre o ils sont plongs se dissipant devant je ne sais quelle clart intima, me rappeler mes seotimenta de toutes les vibra l'appel nergique remonterait des dessous insondables o il gitT* ubsument je me replie sur moriiieoie.u'tiloicmt de fsire naine le phnomne. Il me parait qu'il va se produite, t-uis brusque uitmt tout s't'.-int. Je soullie intol rablemcot... Jue'.in GODEFUOY tout est ilit. Ma voisine, elle, ouvre son rticvle, sort sa sacoche, terme son rti ule, ouvre sa sacoche, sort son porte monnaie, [erm: sa sacoche, ou vre son porte monnaie, sort largent, fermet porte monnaie Elle teoU le billet, ouvre le porte monnaie, g plie le billet, referme le porte monnaie, ouvre sa sacoche, g met le MN l "t"- naie,\trme s iwcoclic,ouvre te rlicul t Le jug9.— Au nom du ciel, tairez vous Vous me reniez fou. Si vous ne cessez immdiatement je vous flanque une oifle '.! %  L cces.— ( avec un calme imper turbablt ); Vous voyez bien, Monsitur le Ji"/<\ JuMn*!! a t'ait pal moyen de loue autrement i .. 1 11 LU


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05204
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, September 02, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05204

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
jnv: inne No 3a7l

a'i Princo.H. iti
Jajdi 2 Septembre 1930
... iTEOR.fR01'RiKTAIRE
Unt-KAfiLOIRE
vi
stfat Communal
0U.IRO 15 CENT1MIS
**
DEPARTEMENTS
moi
CTHANGER
G 2 00
G. 180
V (xi
800
,-ortS sont reues au. Comptoir I: i
JTde Publicit, 9 Rue Tronchet, l\z
ji i), I.udgatc Hill, Londres,
Quotidien
La manire dont nous ac-
ceptons les vnements a
autant d'importance qu*
lts vnements enx-iu-
mes.
REDACTION ; Rue Amricaine Ne, 1358
TKUtPBONKi 78
Payes (i'antrelois
Impressions
FRAGMENTS
idonc que j'ai ce son ?
demai -la campagne.
btoute l'aprs-midi trn-
^wccoviine uu^otlemeut
dos les couinons, jouissant
du iri'it d'ailes de l'oi-
nt gen vol, de l'inflexion
mlt4Me d mie tige, de la
Cependant, la 9orlie, 6tir la route
poudreuse et blanche, ce tut une
recrudescence de satisfaction qui
s'vanouit trs vite : ainsi un senti-
ment avant de s'teiulre prend o>it
coup un regain de force phmre;
aiiui parfois au crpuscule, il sem
ble, une certaine minute, qu'un
AUTO BUICK neuve
Modle 1921
Prix : or 2.250
Chez Eujj. Le Boss
CAUSERIE FEMININE
esn*
bourgeons p;:issuita et du arrt se fait dans l'apaisa ment grau
de gac qui dgoutte des dissant poir laisser monter un der-
eoolesur les troncs oo se nier et vague cho des broi'e du
bourrel 8 d go nmo aux
jTcor e. C'tait en moi
aot de la vio de la fo-
Biiliceoce varte des do-
rage pais, la splendeur
bgUtioa surabondance, en
IrtD dit; lans cette cru-
ligueur; d'entier dvelonpe
stlluvs pandus, les fris-
leuillPsi qu'un vent lger
temps en temps cha oui!
biielGe, 1 lium du.- sous
|mti,tout roe troublt. e.\-
mds, bu licitant vive net. t
nation.
n'enivrant de ce te nature
* aauvage, respirant largo
balsamique aux senteurs
En atomes trop forts ma
ta po trioe, me montaient
alouruissaient mus mem^
k silence tout pi fflenUonuait I im, ression
|KredacivitA, taisant soi-
pulUa'ion d- s '.res dans
as! ijioura qu'abri'e sou
par endroi s cach sous
et feuilles sches, m iuvi-
coucher, immobile, ne
ri la laDgueur qui m'ao
M mon dsir de mol
dans l'motion prcfmds
tes frondaisons et de la
Pne des grands oibres,
oe par le triemphal p-a
nier et vugae e,
jour. 0 petites Heurs sauvages et
mauves, et jameB, et rose?.- pa-
uouies la lisire du bois, sur la
terre, ou le long des lianes enlaant
les arbres, embiumnent l'air de
leur odeur que il ne trouvai pas
assez troublante" L'horizon troit et
rapproch de la plaine m'nervait,
et je per.aais que, lointain et immen
Avis
On demiede acheter
bonne paiie de jumelles.
me
S'adre^s^r L.
AttKERtlOLM
>
REEZIUNN-
Rjti du Quai
s., il me rendrait avide de l'enivre-
ment de l'espce, en mme temps
que je serais plus sensible au payea
ge, l.me agrandie d'une sympathie
pour les choses qui un ferait perce
vo::' les secrtes harmonies dans
les l gnes, dans l lancement hardi
des branches et leur torsion, ferait
a exalter en rvas ce que je sentirais;
Avec la nuit je lus pntr d'une
tri 'tes3 lgre...
Dasque je fus dins nu chambre;
cet t s'exagra en une agitation inte
rieure-..
I iq iet d 3 m on at. je m i mis
crire, esprant retrouver la calme
en m occupant l'esprit-
Voil une h jure peut-tre que je
suis l, regardant le papier qui porte
ces seuls mots : Lilataou le kaou
lan gu nin tan l, la premire pbraae
dune nouvelle o je doi?;raontrer,
au dbu-, des enfants tirant des co i
Us aux pieds de leur mre, qui le3
coute, .souriante, Ma pense replie
sur elie- ne na se refuse toute ba-
s goe, mais le il oit constant la
Une bonne nouvelle
\h\ Camion automobile laissera
Mlragone tous les lundi, Mercredi.
Vendredi de chaque samaine & 7
heures du matin pour Port au Prince
prenant passagers.
Pour conditions s'adresser \ Mr
JEV.N PKBSS*RD,C*rrefbar Desruis
seau.VIiragu'i -
Faille Vaille
Chez ETfiSSE MONS1NTO
J /
Chapeaux pour ho-nm*s, f;utre<:,
CHOSES & AUTRES
Sportman
Vraiment, vous tes sportman, ne
dites-vous, v ms t faites de l auto ?
Craud bien vous /anse, mais je ne
puis m'empeclier cependint de vous
faire quelques pHle observations.
Sportman 1 c'est un beau mot que
je traduis, dans mon -.unirance de l-
tiimiloijie par : homffli se livrant
des exercices concourant au dvelop-
peinent corporel.
Je ne sais si je suc toul--fait d'ac-
cord avec le fii e Larousse Mais, en
tous cas, c'est l du moins l acception
courante du mot.
Donc. fJIM faites de laulo , et
vous prtend : m dire de sporlmau.
lrois ou quatre fois par semaine vous
prtiez doncjdace sur le sihje d'une
voitwe, conduit mUritur* pirfo-s.
L, nullement install, vous passe:
Une ins.itution pue nous vou-
drions voir se gnraliser est celle
d s infirm te< scolaires. Il est diffi-
cile, .en ttlt, de se faire une ide de
l'importance dessetvices qu'elles peu
vent rendre. Dans les coles primai-
res, ii suffirait que l'infirmcre y pas-
st chaque |our une ou deux heures;
mais pour l:s coles enfantines, il
faiiil-ad qu'elle leur consacr.it toute
n journe, et mme dans certaines
coles lies peuples, deux infirmi-
res seraient ncessaires afin qu'elles
aient le temps de bien s'acquitter de
leur t.iche.
Quelle serait la missioa des infir-
mires ? Dans les coles primaires;
surveiller la propret et partant l'hy-
gine et la sant ; (aire les petits
pansements journaliers. Dans les co
[es enfantines, davantage encore :con
tinuer ce qui s'est fait aux consulta-
tions de. nourrissons, veiller sur l'a-
limentation des entants, les peser r
gulirement, les mesurer, prendre
note de lours poids, de leur taille ,
signaler ux midecins de l'cole les
arrt; de croisnnee. les petites ior-
nvts naissante;, les maladies conta-
gieuses ds leuts premiers sympt-
mes.le voudrais aillai que dans cha-
que cole, il y ait des salles de dou-
ches et de bains o 1 iofi^mire sur-
veillerait les biins des plus glands
et laverait les p tits au moins une
pailles pour g! onnets, fillettes, gar qilulacs heui es d vis une douce Iran- ,ois pu semiine.
nies et formes pour dame*,
peinture gros et dtail
BonboriS assortis.
chers, mes illusions, mis croyances
naves, cet AJfl heureux du rire
toujours fiais, fa la g it iiuoucian
t-. cm les pleurs saCheat vt'; o
* vrt jusqu une exal- contraindre a endormi mon 'rouble.* lame ne fait que la moue aux clii
iwmystique. Vaguement Je ne renens plus q l'on ap )it d3 mres vanouies, dautres ne cessant
abandonna:
qoeai je tue laissais aller
, tout effort de pense
Hivernent physique ces-
as sentirais vritablement
ion avec la for-.
uai1 nu pied d'un nor
iw. Mais altet de l'om
ote (car le soir ton-
la fraiclmur que d.'-g i-
W*< ce fut aussi ot uo
M corps et une dmnm
weeun besoin de don-
*"'i auquel la fort ne
songer
monagnes nuageuses
iwaroienteB et d'un blanc
; oleill, aux lianes mou-
lpcs de tons gris U un
"Od besoin d'impressions
[dlicieuses augmentant
w perdit eu des rves. Je
1"..noil venue, une de
Woei o ie toiles bril-
so )gone. Je m'y abandonna; accou
il la table,la tte dans mas mains.
Aprs la crise obscure de mes
eo-js. il m est doix de me livrer to.it
enter a mi rverie, ca te rverie
Impr cise dans teinte moco^e, o
l'on e t piongi dans une so n toleaoe
grt la ne pensant pre3 juo pas.
L'espr.t ses envol tout au fond du
Coeur, s'est perdu dans un monde
de souveuiis quil rveille et qui for
ment au-our de lui une at oosphre
do sensations prouves o il Hotte
P11-Je io misa songer avoc bonheur. \X ainsi que les teuil
^ir que | avais prouv lots des livres ou l'on a mienne des
n la lourdeur agrable pSiales de rose, cet amas de trsors
midi un pan du ciel, m imes subi meut remuas exhale
V*c seulement au ras do un parfum saisi par iue et qui
vous putte de Volupt, volupt
exquise et discrte-
Oui. avec quel charme ils revien-
nent- ces souvenirs qui ramnent les
meilleures parties de nous-mmes,
bisses le long des annes! Us ber-
cent d'une trittetse vaporeusp ana-
logue celle qui s'empare de nous,
souvent, au fond d^s bois, loisque
pas de miroiter.
Mais ca u'est dans ma 'te qu'uns
succession d'imes indcise.--, no-
yes dj| brume- Klles frn noient te
balancer, ariennes, leurrantes coin
me les choses vues or> rve, que
l'on t;\-ha vainement de rappeler et
que l'on sent pourtant quelquo part
en soi..
llsaliluant maintenant des souve-
nirs mais ils ne m) sutli3eut pa?,
ils laissent un vide en moi. Das
deirs reparaissent, qui, pei' petit
se doieninnent en une pspiration
retrouver mes premires sensations.
Malgr le sen imant de mon im-
puissance qui m'irrite, je pense :
pourquoi n'arrivorai-ja pas par une
tension continue de ftia vo'ont
avoir au moins l'illusion des jouis
sauces en allds, lu.-ce mme vague
comme l'impression preaque insai
sissbble d ) >avuur exquise que l'on
a la vue d' n beau fruit bien mur?
l'ouiquoi donc, lorsqu'on voque
une ne ces minutes de rel plaisir,
il ne nous en revient que le souvenir
quilUt, interrompue seulement par
qu'ljues lgers et faedes mouvements
des mains.
A ce qu'il me s'inble il ri y a l rien
de bien fatigant ni de bien apte d vous
dvelopper les muscles C'est peine
si derrire votre coupe brise, vous res-
pirez autre chose que de la poussire
et de la fume de rarburateur.
Si, ependant, il et une chose qui
est rellement du sport dans votre
passe-temps favori, il est un moment
O vous travaillez au dveloppement
de v s muscles, cest. en cas de crevai-
son, linslant ou vous tournez la mi-
nivelle du cric qui soulvera votre
machine. M'is. a spor.-li, vous ne le
recherchez gure.
Il vaut bien mieux, cependant, que
tous es triputages sous la machine ou
au moteur, o vous vous enduisez les
mains et les vlements de cambouis.
Croyez moi ; la i > Ir P la salopet
te et les mains sales ne font pas le
sportman. C'est l plutt mtier de
mcanicien ..
LV GIFLE
Ln jeune Kom ne est deoant le juge,
aCiiis d'avoir, tant motif, i/lU une
dame paisiblement assise dans le tram
iv a y
C:s installations
seraient c buses, possib e, mais
elles rendraient d inapprciables ser-t
vices. Tous ceux, en etlet, qui ont
l'habitude l'entretenir leur corpsdan-
un tat de scrupuleuse propret sa-
vent combien cette hibitude est pr-
cieuse pour la sant et combien elle
devient indispensab'e.
On dit iouvent qu'il taut exiger
que les enfants soient propres en ar-
rivant i l'cole. En principe c'et
parlait, mais en pratique ? D abord,
malheureu-ement, presqu'aucun ne
nage dans le peuple n'a de baignoi-
re. Puis, il faut Cire juste: comment
voulez-vous qu'une femme du peu-
P e, quelque boane mnagre qu'elle
soit, at le temps de vrifi.T a fond
tu ssuMais
h met la sacoche.puis ferme lertieule.
Je chany de tramway. Ma voisine,
qui a /ait de mme, vient prendre du
nouveau place prs de moi t.e con
docteur arrive. Je sors mon billet de
ma poche de ,/ilet, le montre et le re-
mets en place. Ma cuisine ouvre son
rticule, sort ta sacoche, terme son r-
ticule, ouvre su sacocht, sort son porte
Le Juge.- Aceus, vous av z gifli monnaie, ferm. sa sacoche ouvre sot
Hdafhesans raisonneriez noustndi- l><* """". "* "*}*}* Ier"]6 *
,er qui a pu vous 'dterminer aune P^re monnaie L: conducteur eslam-
,, ,i ....- ptMe le billet. La dame rouvra son
une
quer
pareille faon d agir.
L/Accu;. Puique vous me le
permettez, Monsieur le luge, it vais
pu
porte monnaie y met le billet, ferm-t
le port/ monnaie ouvre la sacoche, y
Mats,
POQrJp
B soi
h je jouirais tuer complet.meut dans ce prodige seciet un res.e
ge, ravi de de souvenance ce m'est m.e obs- lions reues qu\
cession mon ge tendre avec ses
tjj rappela la ralit. Il
Lh..,!!i:rer" Je me levai,
m de malaise...
I ombre o ils sont plongs se dissi-
pant devant je ne sais quelle clart
intima, me rappeler mes seotimenta
de toutes les vibra
l'appel nergique
remonterait des dessous insondables
o il gitT* ubsument je me replie
sur moriiieoie- .u'tiloicmt de fsire
naine le phnomne. Il me parait
qu'il va se produite, t-uis brusque
uitmt tout s't'.-int. Je soullie intol
rablemcot...
Jue'.in GODEFUOY
tout est ilit. Ma voisine, elle, ouvre
son rticvle, sort sa sacoche, terme son
rti ule, ouvre sa sacoche, sort son
porte monnaie, [erm: sa sacoche, ou
vre son porte monnaie, sort largent,
fermet porte monnaie Elle teoU le
billet, ouvre le porte monnaie, g plie
le billet, referme le porte monnaie,
ouvre sa sacoche, g met le MN l "t"-
naie,\trme s iwcoclic,ouvre te rlicult
Le jug9. Au nom du ciel, tairez
vous Vous me reniez fou. Si vous ne
cessez immdiatement je vous flanque
une oifle '.!.
L cces. ( avec un calme imper
turbablt ); Vous voyez bien, Monsitur
le Ji"/<\ JuMn*!! a t'ait pal moyen de
loue autrement i ..
1 11 LU


I_I^ 1.- II.1I
o

Les Personnes Anmiques
ont besoin de L'Emulsion de Scott qui plus
qu'un mdicament est un puissant aliment
concentr, productif de sang,
forces et bonne couleur.
(Demandez toujours Emulsion de Scott)
[UTJifiin-yjrfrjjiflpjijjj
la propret corporelle de ses enfants
avant qu'ils partent l'cole, alors
quelle doit se laver elle-mme, allu-
mer le feu, nettoyer la chambre,
s'occuper du repas pour tous, taire
la toilette de son dernier-n, et tout
cela parfois avant d aller elle-mme
travailler en journe ? Et pourtant la
propiet n'est pas un luxe: elle est
une ncessit. Nous avons donc le
devoir de lu mettre a la porte de
tous, par tous les moyens en cotre
pouvoir.
La propret physique a certaine-
ment une ir,t uence favorable sur la
propret morale, sur la dignit plu-
tt ai vous voulez ; elle luit partie
de l'ducation. Nous noua plaignong
toujours que le peuple soit m,i Ole
v, brutal. C'est uotre faute nous
autant ot peut-tre plus que sa faute
a lui- fendant irop longtemps, il n'a
pos eu les moyens d'tie bien lev.
Maintenant il les a ; faisont lui crdit
et aidons le: tant que nous pouvons-
Malgr ce que d'aucuus allirment,
les conseils donns avec tact sont
souvent accepts avec recouna'Bsau
ce- Dans son eusemble, le peuple
est bon :c est l'exception qui est
mauvaire. Il vaut mieux e'.re opti-
iniate et avoir foi en 1 avenir aussi
ai-jn pleine confiance que le peuple
comprendra, que la majorit d entre
nous veut pour lut plus de bien trd
ot dlus d aisuuc ; et qu il consentira
couter ceux et ce les qui sont
chargs de l'enseigner, et rendra
justice a ceux qui prennent des me
sures destines lui apporter une
aulc efficace et souvent puissante.
L'institution d'inlirm-.eres sco aires
dvoues et ayant reu ui.e pipiia
lion spciale ue puriculture est de
celles l. La rnis de lauiille, trou
vant en elles des auxiliaires ifOi
utiles, toutes proies a lui allger sa
tache, acceptera plus volontiers les
maternits nouvelles, elle prendra
d'elles, quelquefois sans s'en rendre
compte, des h<;ons rigoureuses de
propret et dnygice. Le cbamp
d action de l'inrJruii.e ccolaiie, s'il
est bien compris, sera vaste et bien
taisant; visites des .otr.eure o sa
prsence ssrait utile:une petite lve
/naade ou mal o gne, une inre
ayant besoin d un conseil pour tlle
lutne ou pour un des siens ..
Yes.-c< pas que cette institu ion
'impose '.'..
Suzanne CARON
Nouvelles Etrangres PaitBDiverS
ier Septembre
PARIS Madame Sarah Uernhardt
est atteinte d'un* grave congestion
pulmonaire qui l'oblige garder la
chambre.
UVEHPOOL A cause de la g.ve
des imprimeurs et Typographes au-
cun journal n'a paru aujourd'hui
dans cette ville Les grvistes deinan
dent une augmentation de salaire.
VARSOVIE Un communiqu ofl
Ciel publi hier soir annona que le
gnral Dudeny la tte deB trou-
pes a commence une violente otfen"
sive avec i intention manifeste de
perce' le front polonais 11 a russi
.faire quelques progrs mais trs
ne teraent malgr la rsistance des
polonais.
VARSOVIE- De3 o'Iiciera Holch
vigtesquiont t fans prisonnier*
par les roupes polonaises dclarent
que les Polonais ne trouveront au-
cune raistanca srieuse.
I EKIN. L'tat do siegs a t po_
olaine Canton cause du mouve"
meut militaire otganis<' dans la r.
g o i Mridionale dans le but de ren
verser la Gouvernement de Fkiu.
LONDRES Les nouvelles reues
da MoiCJU diseut que ks Rjlclivia
tes ont commenc une nouvelle et
violent a offensive l'est de tires:
Ltovtk ut qu'ils ont occup quel-
ques villtgM, prs di Lerabdrg.
Le communiqu Russe dit aussi
que les liolctitivijtes ont ralis quel
qae succs daus la rgion de Vlo-
dovt et tlrubeuboff.
NEW YORK. L'ancien gnral V-
ozoalien Ra on AyaU est inor. en
cette ville a 1 ge do 7J ant Les fun-
railles auront lieu ce soir.
1) jllar : 11,33
OBSERVATOIRE
DU
PETIT SEMINAIRE
COLLEGE ST MARTIAL
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
Mercredi ier Septembre 1920
Baromtre 761,9
Avis de divorce
H est port la-connaissance du
aieurJoaepb Antoine Ulaude, actuel
lement Cuba qu'une requte eu
divorce, prsente par Madame Rite
Pinckombe, a Monsieur le Uoyeu du
Tribunal de premire instance de
l'on au Prince, a ete suivie de lac
compliisement des formalits lgales.
et que le du Tribunal a fix 1 audi
enca du 7 Octobre 1880 pour lad
mission de la demande en divorce.
Fait l'oit au Prince, le 'Ai aot
1890.
RIGAL
Varits
VENDREDI
Les Mystres
de JSeivYorL
7e. 8e et Ce pisodes
Lnire G. 1.00
Corporation
de Tijpos
Tous les Typos syndiques sont
convoqu"! en Assemble gnrale
ce soir a -, heures 1/2 tis pieuses.
Port au-rTince 2 Septembre 1^20
Panamas /
Pour Hommes, et pour Dmes
Chez Lonide SOLAGtS
Rue Courbe.
L_____________________ ____________ ... 1
Avis commercial
Le soussign annonce ses clients
tant de la Capitale que de la l'rovm
ce et au commerce en gnral que
pendant son abaoi.ee, Mme Franck
J. Manin. son pouse, a la procura-
1 de eu maison de commerce.
Il rpond de sa eignature comme
de la sienne propre.
Por-au-Pnnce, le 31 A01.1t 1880.
Franck J- MARTIN
l --------------------------------a
L'Ame Etrngre
Encore une uvre originale et
gaie qui vient d'arriver a la Librairie
du Matin >
Elle uous dpeint avec un sens
aigu de la vrit et de l'actualit ce
qu'est le mariage entre des tres de
race ditterente
Peuvent ils tre heureux ? C'est
ce que vous dira Marcelle Adam a
qui l'on doit ce beau livre dont le
prix est seulement de cinq gourdes
73 centimes
Buvez la Dlicieuse
*
BOISSON
FRUITA
liii-n ne ilcnnlire iiiirtuc
Cette boilton incomparable, d'une saveur |
x luise pare iiiKt.'inianeineut sans lui ni Itniunlu-
lion an versant simplement une cuillere d
FRUITA dans un litre d'eau.
K.riffi turtontlt nom truirn rf,;/..,;, qui frai I
irarantU un produit /triait, .lu... tt cgrablei
Es Tdts : Prisa pile DrogNtiei it l" d'IKneitltin
Hopresonnnls : Comptoir Franco-Hatien
VAILLANT at HOUET,
1720. lu Ci Isaui-di-riUl. rOtT a-PBlICl I
Temprature )
( maximum ;<<. ;
Moyenne diurne 28 8
Gel clair jour et nuit, nuageux
vers 7 h
Barom:re constant
J.SCHERER
Hati Mdicale
IX plus en plus iottreSMClt, cet impoiiant or-
gane miktl vient de lancer son dtion de
teptcmbie dont le gr&cieu! envoi nous a t fait.
On y trouvera des articles ijui seront lus avec
prot non seulement p.ir le i> onde mdical,
mais encore par le publie en gnral.
Tout le monde devrait avoir en mains ce nu-
mro dont l'intrt est considrable et vaii.
Arrive
Far le s|S Gai Gorgu qui repartira mi-
di pour New-York, sont arrivs M matin : Cap'.
bejcker, Mme Becker, Mclle Agns Bcrnkr, V.
CreiJv Mlle StUMnneKorfury, H. W. Lone, Ha-
rold Madsen, Charles MaJsen, Frit/. Stemple.
Dpart
Hier iprs-miJi sont partis par le sjs AJvan-
ce destination de New-York :
L. Bourgeois, B. {Bascombe, J. L Pctkin<,
Melle 1-askev, J. L UnJerwooJ, B. Miliort, J.
Elle, o. Madsen, 1. Dorsinvilat, J. A. Degr,
d. Chernery, Pontaioe, Melle Y. Geides, W.
13. ]ones, HA. Heloux, P. Archer, Mr et Mme
II. Cliauvet ei lamulc, Mr et Muic C. Uuuirv,
F. si dcr.iuj, Joseph Comeaif, L. Dupleesis,
P. Engine.
S.H.3.M H.
CoavOCetton Les Membres de la Socit
Haitienue de Secours Mutuels et de Uienlais.ince,
sont convoquas en Assemble ordinaire, pour le
Dimanche Sepieiubre courant, a neut heuics
et deiie ties prcises du matin.
Le becreuire-genral, 'JEA Tluasybule
Agence Gnrale
De wianufactut es Etrangres
190S, hue du Magatm de iEtat.
Nous sommes a mesure de
faire excuter pour nos aoois les
comme eu.tsdes corn iiandes de
inarcliaiidisss tHiftliUMi aux Kiais
Unis d Amrique:
Toileries l'uns, lolais ordi
mires, quincaillerie, provisions
en gnral, latine savou, parfu
metiat, mgreUD \i l icli ffaQ. pro
duits phtiiuaceuiique t\ El D.A-
du Michigao Ptiiitttf Culonial
Wor'-s. bi/-ruui Oi lioriui de St
TbomMi pl'inche, ciment, 1er.
Articles pour hteao.x, Lubaiciut
CarboQ Bemovtr e la cSouih
CarOliu pjur chasser ld carbone
des moteurs d'autos sans liais da
net O)'ge
La iVlaisan accepte en outre
des commandes pour 1 Europe
centrale et occidentale.
iNos termes sont lej pius loogt.
no re promplilude esl sans gale,
nos conditions gnrales sont les
lueil'eures.
Dans voj cures, rservez une
minu e pour passer uous voir, ce
ne sera pas uu temps perdu,
LUC UOKSIN VILLE St Co
Agents de Manufactures trangres
2

<
<
o
tu
03
n
n
o
g
a
Ml Ci
*-e <
rrj
o
i?
00 <
r T3
m
<
o
D
o
a-
C
co
3 I
c
Cl
r;
5-
4
cr.
c S
S- -1
Ji -
et
n -1
3 T
ii
M
i
c
C
u
-a
Kl
Cl
O
U
n
1*
VI
a -
o -
.
>
r u,
m
* -o

3 S S
sj O -,
? CL
r.
sr r jq_
T. W
a-D Si
, s
a-
*
o <*
y B' S
sis
S rL.
!f> ait

fe.:
^ -^~
tfcTttr
4
TUStKISH I
BLBNO V

CIGARETTES
CiNWtl.
r^-sjf.-*,
Or le 9 60 mi
EdESTEVEt
F0HT.iu-PB1K(
J minimum 22,9 s?r?!
Si vous tes : ujels aux
: Rhumes et Bronchites
Si ^ous redouiez une infection pulmonaire
Mliez votre organsime en tat de dtei
FAR LA
ce Solution Walerbur
ANTISEPTIQUE puissant et RECONSTITUANT incof
A''attendez pas d'ire plus gravement atteint : 1
Mieux vaut prvenir que gurir
WATtT.BURY CHEMICAL COMPANY
Des Moines, Iowr
TORONTO NEW-YORK NEW ORLEAl
Agent gnral
L ranch J. Martin
lin face de la Ulacire Port-M-frintA
Wincarnis
ET
Avis au public
Nous internions le public et le
commerce que durant l'absence
de Port-au Prince, da notre sieur
O.J.LURD, MrLEIFFROEN
tt charg de la procuration de
nolre maison.
PiV GlUY Golnc;
Les Convalescents
Il arrive rcB^eureusement ch,
noua de tjmber roelade noar uo
plus ou 111'irm lont; ne d'tre Hli I
de garder le lit ou lu chambre.
Au bout d'un o-rtain temps, la al
est uaBs ; uinis ou reete puis, u
t tutu* apptit, ou uu trane du 'lit 11
leuil. du taut-uil an lit Cet eut p60l
louiier oendanr lor^temps, Cet|i"
tnent aloi qu'il iraiorte <^e docoff
convfllescenls, de temps aiuie, ni
de Wincarnis De la sor p- I r
critique, conscutive une maliW
peut erre considrabement coort
vte. Voubzvous essayer- dt"
quelques jours une convalescence
terapaord uaire.dureraitplusieurMf
Faites un essai de WINCARM*
Aliment ide.l du convalescent,
d'extrait de malt, extrait de vhdm
vieux l'qrto. le HINCAKNISvoui
par la rapid t de eou action.
C'est le coup de fouet, le ititnoMi
aaire au sang et l'eitomic apw
maladie
,^_ ^~^ Apptit, bonne digestion et W
sont ls 1 h^.irtii nuiu'lidla de ce iraiieuieut domicile.
mn/i/ii*lilQ L *rai reconstituant naturel d,
IIC lll lllh s.jojulanl, viviiiaut et lorliliant*"
verre d mne mw nouvelle vigueur et amliore la ![[ ?^
dA par plun de lOCOOmdecio. Prpar par GOLLMA.n
Angleteire. Dpt Koral chez
tranck J. Martin
igMl p)ur tlaili, Port-au-Prince
Bayriim St-Thomas|
Vient d'arriver grosses # demie
teilles
En veule pnr caisse chz
l. Prefaaao Agger 10 a



LE MATIN
a
osa
limMjcinoiii de Local
j. JSAHREYRE
jngoifur mcanicien Irevet
Le les \utuinohil.stes qu'il \ient de louer
Le Garage FORD
West Indies Trading C
tu Centre, coin de la Hue Pave
Ouverture de l'Atelier
Lundi 30 aot
Lime, Hire, graisse, Pices dtaches
"tord* Service Station
paralions t*w o*i
Vin de Bordeaux
de qualit courante
la Barrique do rouge Or 72
a
" blanc 75
liez Alphonse Haynes
Un Jour'viendra

Par Ut-..
L'Anneau
"** : Frauco-Hailien
Agent gnral pour Hati
fi20,Iiue du Magasin de l'Etat
ol
nergique antiseptique urinai
\0> d'-it Vit*
ci radie cmant
les do Utar de
Evftt toufa
ccr..picu
Communleatloa
l'A
i ....< !
/.jn* la forme
t. rttoetkt i
I cjmiMm '
I (r# ration-
| nrtle tt."s
, pr Pour
les soins
intimes

y.
><\

-

-*1:
dan
laboratoire ^
d* *<
Cor.Jco'JC
Goutte I LltOT
et irt*ei l*l'.l
MM
Hnrr.ii' M
w leitiQtjuf*
if
L'OPINION MDICALE :
m j'ai aiprimtMtl ;*/'-ol et 10 l'| Irouv*
dte* srando olli acil aonliv I safTe linna mIo-umm va, el
ptfUevIirmncnl pour la bknnon agir. l> pifacna I ..ijours car
fa auis con\a::.cu lie son ,... '
D l.iuuv. ' I ilfor.u 'S','. (->
|UUiiMtBUChUMln.2.i- Valmwiaaiiaa, Kra.al i~ kartiweiaa
- Qbc M ,p
IBM cr'" "0'
!
VAMIANINC ; ; .^ .-il
S'omitau fniuil :.-. _
tamua^Araciiazn. _.. aBES flHKZ E KOI
, Gyraldoot *e i.....liiei teronj tt ****pw
i. ronelwlaiia b >M rai l *waai aUemO'ia au-n nem
>!.. wto lai '" :' VL ,0
lp4cuUmnt dan w ir .--. : la t .-ai i ''"'''*
m#lrlW I UlVtaaHI '' ' " ' |l<''n"'"
oirafir. iaaapi i ^ w* '" "" *
, l. imu aMrali <>"- *"' *" "V","!,"1 '
rw u, a m h ta '0 ' ' ' !*T**J?*"
. imMicuiMiii.'' .- un.'. aai
L2L-1C. 3KIX5iffr-"J3.rarJii_jRJ
Comptoir FRANCO-HATIEN
Reprsentant pour ia Rpublique d'Hati
Hue du Magasin de lElat 1720
Automobiles
Maxwe//
Matrise complte et instantane)\
Msitrise inutantan^e pourrait Ue la devise de la MAXW ELL.
C'est entlltt, avec une fcili peu ordinaire que l'on manie
raobik- Non feulement lu voiturs est lgre e: uu.hbre, inaii
ruott
Si
un a
Cu-
d'en avoir la certitude .
Voil un aune point de scurit clleit par celle matiiine.
celto duIo
encore le
Murad & Son

Pott-io-Prii ce, Hat
MAXvVKILMOTuKSAlKS COBfORAXtOM WEST INDIES
Adim UkgrapMqU', Serrice du\,mtalion
UMCO
7',, l'.roaduay N.-Y

A de Mattis S: C%Reprsentants
pour la Rpublique d'Haiti


LE MiTIN
BAZAR METROPOLITAIN
Maison de confiance
Angle ihs Bues du Peuple et Dunts Delouche
Nous venons de recevoir :
Chocolat l'amande marque Porden arc 8 labl
Mes 35 paq
Raisins de Corinthe 45 Ib.
Tapioca 20 paq
Sardine Vhuile il oui Label 25 ferb
11* de la Caroline JU lb
Ctmede pte de guimauve pou*'gteaux 50 bout
Rduction pour une semaine
Cornichons C $ B OOctsor maintenant 80 bout
t rumtige Ut qut fort tlkhorn 55 5U fe*b
Bire Shaeffers 2.75 maintenant 2,25 d%
\ ni Mdoc et Grave 100 maintenant 85bout
Ghanpayne Charles Heiditi kJ}2bt 2u0l 59
Peinture cuir blanc et noir Si) maint70
t>die pour barbe Colgate 33 cl maintenant 28 bu
Suretiee C&/J &Ocis maintenant 45 bout
Sur les rubans et boutons nous
donnons une rduction
de 10 oio*
m
i

111 -.--
........
Articles ouis Pour U Toilette et Parfuma i
Prf
dre*.
On peu? juger du raffinement d'une personne pnr le choix
qu'elle faii d'articles exquis pour sa toilette et
par son parfum favori.
Les parfums de iatsc Tentation et RCve, sont
employi n ilement, par lei pei onnes raflinei, lgantes et lie
bon got qui Bavent distinguer ce qui c*t vraiment I
Le dlicieux Ssvnn Orinoka n'a pu d'gal p >ur .1 (miette et
! bain; 1 a parfum exquis el sa douceur I 1 r des personnes de peaa dlicate. 11 est antiseptique et
prvient toute infection de la peau. Employez-la une Cota el
ne doutere : 1 lu 4
La Crime Orinoka est ut:e spcialit | our dtruire les bou
rt vers du nj ittt si laids danr un \i agi de femme, it qui
uvent I I perdtc tout so.i charme. Cette 1 rme <
; blanchit la peau liai donne la puret c> la I
La Poudre Orinoka pour la figure rst l'idal vnul " dame
1 ; elle est 1 ni ante fine, parfume en un
1 10 ise.
1 i';.'.^- Orinoka 1 1 merveillei pour blanchir sur-le-champ
Icg dents les plus taches: l'haleine prend une od ur agrable et
I 1 ; de coni foi t.
M ..1 Beila est une Lotion Tonique p ur faire ponssi r les
cheveux. Elle extermipe les 1 <.'. n'importe quelle autre
tdie du cuir chevelu. '< e ion u g Jevi nnent
tent bon et ondulent naturellement
Tc\iiei tel n.armaeict. Drtl l*to*,THE ORINOKA PKARMACALCO.tinc, iuy.fc.tl -.a.
t.* -i-.-i m 'A^y^j^vj* e, .
7.--,*v.-.-..;.-.;.-.. -.T.rrnr.v.:....-.::... ,-.-.:.......-......... ...-............ ...... .-.
1
r.
:'
I
11.

. :

P!
:
Grand Htel de France
Le grand Htel de France le plaisir d'annoncer i sa Ai
hreuse et choisi qu'il vient de rectvor par Caravelle des v^T*
cho'x de toutes les qualits Ds del r
Vin rouge Gourdes U le blanc Bar sac Gourdes 10 \eu^i
Des vins (n bouteilles veuzes et b'ancs 'f
Vermouth franais r^^J
Quinquina des Princes el le fameux*
du Cup Corse au quinquina. '"'
Vins mousseux tt CHAMPAGNE
L queurs franaises Mirie Hri'.aid
l e tout des prix tr; modr
P- P. PATRIZI
La Maison
Paul E. Auxila
RUE DU MIGJSIX DE L'ETAT KTTIUVF.RsIkri?
A REU ^
C H USSUIS fines pour hommes, femmes et enfante
t OR MHS tra'ats derniers modles ( Line normsl. I
r RETONNES ht RIDRAUX "^ma.e/
PALM-EEACHB lt TUSSORS de Shantune
DENTELLES Vilencier.nces et sur mile
Al/R brode et empicement,
I OT10NS Foudres, Essences diveise* Honnn*. r..-i
OREILLERS plumes. Mousiquaires. PP ******
Dm s loile, coton, Toile draps,
( HEMISES. ( hemisette-s, Caleons,
( OUVRE-LITS piqu, Couvertures'de laine
r REI E de Chitif, C epon de soie, Georgett
?&? frk lint,t?, t"eS Pur Jupes,
RArlNcS, G-.b rdine, berges cossais, UriHj
MALBTTfiS de VOYAGL-, Colliers fantmie
RUBANS. Ciavates, Swealif, Jupes et Corsages
P.AS et Chaussettes en fi', soie, simili, cotou
Chapeau de paille et de laine etc.
Htel Saint-Joseph
Bar Hati
Propritaire : Adrien Salomon
Porl-au-Prinre, Rue du Magasin de l'IOa', No \ffl.
IU's m\ efahhssement on irouv^-nle chaml.r s hue-etj
JboI'Si .s .1 11 meilleure qua it <1ps prix raison" Venex voir et vous serez. stUja ti
IffflPIfl
urilUlflblu
A noie des Bues Roux et du Cent
2 Mdailles d'arg-ar i Exposhon de Bruxelles id
l.j*borrttor tte i,hiiui Vltlicaie
DrogiT'p, Pr^duilschimiques et pharmaceujqu
Speialili f'antises el amricaines.
Pipant:cn (ta toutes ampoules mdicamenteus s slrit
et injectables.
Spcialit*. Srum nvrost'inique s.mpla et fer.MjinfiiiVJ
lodhydrarg/re. Srum ne Morard remplaant las pa^uf
rcalcifiants de Fe.rier et de H^tu'
Mj a toujours en stock : Nevroslheose' Sirop pectonlsj
K.'ixir de Pensylvanic.
Dpositaire du l'HEVEMYL
Per>* trillant des Laboratoires Tt
litCTIFFMV.-- ferment lactique, contre attentions gaawj
t nales et cutanes.
L YJftXF.S'.rpifique de la comtipitlp
, M
;:i U M iA 2V m l W Uii
Produits de premier choix
Princesse, Encore" L NATIONALE
Voient chaque jour augmenter leur rputation
Elles rivalisent avec les meilleures cigarettes imporll


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM