<%BANNER%>







PAGE 1

C'Est Une Monstruosit donner des mdicaments alcoholiques aux enfants. Il n'y en a pas une seule goutte d'alcohol dans L'Emulsion de Scott t CURE RESPIRATOIBE FaitsDivers vts'de dpari P*iiMcimft Let'dpches pour SewYork it R tll 1^1 CI II CI RENSEIGNEMENTS METEOROLOGIQUES OjVSEUYATUllli DU I LT1T SEMINAIRE COI LEGE Sr MARTIAL Vendredi 26 Act 1920 BarottLe 763,? t minimum a\j Ttmpiature maximum ;3 7 Moyenne diurne 28 2 ( iel assez clair jusqu' 6 h. et ccu ve-t ensuite Orage, suivi J'en peu de pluie 9 h 20 m. I arorc'.re lgrement en baisse. J.SCHERER A Grand Gove Prochainement aura Heu l'inauguration du nom jei* str la Grande Havine et dont la nien* ->ii{ et d'i.-tre linf de garder le lit ou la chambre. 1 Au bout d un certain leinpi 1 lJ tst passe; mais ou reste puise,! tl aana ap^eui. ou se trane da lit IBUII, du Uuteuil au lit Cet tat ptw louger pendant luu^temps, C'eat meut alo a qu'il nupoae de dof couvalesoenta, de temps autre, oe Wincarnis De la BoreML ciiuque, cousecutive une mal-^ peut rre couaidrabiemeot coor !" tvte. Voulez vous essayer Ml. quelques jours une convalesceooij torapaordinaire.dureranpluiieurMi Fa.ie.1 un essai de WlNiiARM* | Aliment ide.l du convalescent,! d'exu-411 de malt, extrait de vw# vieux Porto, le UiNCAHNbwoij te*" ^"^ > 1] par u rapidit de sou actiuu. S-%^^i>-H! .J C'est le coup de touet, le simaii saire au sang et l'estomac maladie. -. ^ ^ [tApptit, bonne digestion et vnj sont les rsuiuts iumidiats de ce iraitemaut a duaiicile. Wincarnis J-jft; £at&T^ tonifiant. Recommand par plat an lUULH) mdecins. Pipar p^r GOLEviAiN aCJ Lld, Augleterre Franck J. Martin \ Agent pour Liaiti, — Port-au-Pi'ince Vous qui nnnquez d'apptit et surtout dont 1% digestion est Ja&o se ruppetex-vous que vous pouvez om ces inconvnients en vous V roe ^ Le "Vernioutli" T que vous trouverez un priJO rivai chez V A g ent • J L. lBEE2ZMAN\-AGERn^* Hie du V Mrtl



PAGE 1

agi* anne No 3867 Pori au Prince.Haiti Samedi 28 Aot 1930 PijCXEOR-HROPRIETAIRE ,nt-MAGLOIBK ^GISTRAT COMMUNAL jpjIFO 15CENTIIIM G: S.OO j|}'ARTEIIENTS fTRANQIfi il* G. 2.50 700 8.00 O ne peut tre plus qu'un autre qu'a la ('audition de faire davantage. sont reues au Comptoir !uTTpubiicit, 9 R* 1 Tronchet, P > il, *h Ludgate Hill, Londre; Quotidien REDACTION ; Rue Amricaine No, 13S8 a—'--JST.-SJI TEMPBOMS; Td CERVANTES , TOUR DEM V.R CBRE Aux Caves de Bordeaux dsdansralimentatioiietrindustrie (lranie nm """ e bai e ae %  Chronique'de la Mode VtatftmJ d'arriver par le Cantal : Vtn 6/ano ef vin rouye par barrique, — V/nj fins,—-Beurre /ranrais par boi es de 2 livres, i livre et 5 lirres. Liquews Marie Brizard et Rojer {Bordeaux). [irons dit que le Mais devait ot de choix de lathlte flrtimsp, condamn, un mritai.e prdominence i cause du grand nombre i que produit cette grami1 Maurice lioi^noy.dans sa gnrale de l ducation (*T cit notamment les passa emprunts Huchard od Aboat : %  rgime vgtarien donne de ret de l'clat au teint. ide Cipn sont gracieuses, %  tt gaies. Elles travaillent et ne mac-?'] t que des I ta luuini s. 11 Histoire des Incas ( nous pul au dbut de cette aricone i;uo les aborig iliet du Prou taient des iwperbea et doux. Les femliueot Hue fracheur de jeu qu'eu deli de leur aoixan e, poque laquelle elles encore devenir mres. q*t la base de la nourri[hcoi liait le mais. id About dpeiot ains ; Ifoyege eur le Nil, t'aspect I travailleurs loue 'e loog ttioaa merveills de leur liqae autant d'hommes, itetoe. Les sculpteurs >K plaigoent de ne plus Mœodlea : que re vont-i's •or le Nil ? Antinous y lehvr^s, 1 Apollon du Be-i^rchille et le Gladiateur y oJlecbadoick, i rai ion noei par jour • '**bre crivain ajoutent : totumanfjent que de la Utawou UQ peu de sorgho entre deux pierrea" i peuples de l'Amrique IMire autres les Virginientr, fHuleor uouniture habita ce peuple, observe h or, qui a vcu longtemps inu.parait le plus robus"Ju continent. ( Annales fore franaise. ) 'Jfaiieat presque gn%  T*. Un . a peu prs comi aVi FOmme de erre tn Mi appelle mme le meU Fuinsies Umillea bburgeoi[•• presque toua les reHeitsiues lt ig 10n g e b | '•que pour n'envoyer la sjJ?, P r| a de mor : les Kp* dea habitants vivent l :mu de prfrence ceWmmetant d'exemples • ne fournit paa aeule i nourriture et une boisson lSi Waw uu 't a sea facults "TSt Pr P riet> ; a CUllU %  a avantagea, garan'i i^ u k Qe8 auteurs, certai !" i l'intloence dea ma•ex stagnantes. Le moi Jfsidr a la foie comme comme remde. Sea La farine de .hais est la nojrrittre la plus approprie aux adul es, aux vieillards don. les forces assimilatir ces diminuentaux convalescents et aux eBtomaca dlicats. Aucune aubs tance ne convient mieux l'enfaut qu'on aliaite ou qu'on a sevr et a la n'tV %  qui nourrit ; so:i emplo en dterminant une scrtion pltia auon dantedea glandes mammaires,exerce en outre, sur l'organe utrin une influence drivatrica. Le Mais n'a ps l'amertume de ravoine.laviscos t du bl,ou l'crete de I orge, surout lorsque la farine est extrmement divise. Li rduo tion de son grain eu molcules prs que impalpables y dveloppe une saveur sucre et lgrement jaromatiqiiB qdi le rend plus savoureux que les bouillies prpares avec la fleur de riz, la fcule de pomme de terre, le salep et la farine de bl. Dans la mdecine domestique, la farine de mais remplace avantageuse ment celle uu lUi pour la confection des cataplasmes : ceux-ci sont ptua m llients et ae desschent moins vi e. Dans certaines campagues, en Ita lie et en France, et dans beaucoup de pays de l'Amrique, la farine de mais est employe, comme la poussire de lycopode, en guise de talc, contre les excoriations qui surviennent entre les plia de la peau chez les triants ti chtz les personnes grasBes.cn l'emploi aussi en pdiluve •te. Quelques au'eurs espagnqls pr tendent que le Amricains — c'est a-dire les Habitants du Nouveau Co'ntioent — habitue au mais sont rarement suje s aux concrtions cal Prir de vente \in limge Vin Blanc Gallon 7w \\2 3,5a i\'t 1,7.") 1\t quart 0,W Litre 2flQ V i S 1 Beurre de table Bordeaux franais 1 livre 1 dollars ou 5 fjourdei '2 c %,m 950 5 O 22JQ Grani assortiment de liqueurs Marte Briard. Demandez un vermouth Crucifie. %  —— Circulaire Aux Dlgus de la Province Monsieur le Dilgu, Le C>m.t de lAssociatoa est heureux de porter i votre connaissance que, le dimanche, 8 du courant, il a t S'gn. enire Moaseigaeurl'A chevque de Pott au Prince tt le R. P. Lmore, Suprieur du Pet t SminaitT Co'.lg; Saint Mar tial, i ce autoris par Monseigneur lEvejue d'Alind^, Suprieur Gnral de la Coogrgilion des Pres du St Esprit et du Saint Cœ.r de Marie :ux dit une Convention qui a t approuve euh uses et autres lsions des voies P ir le s SWjttWi d Etat comptents uri-'BiifH. et qui met heureusement nn ; J'gnore, dit Itontloup, iusqu' qU'l poiut leur cioyance est toude; c qu'on ne peut nier.c'est (me celle opinion, tort ancienne en Amrique, re no.itti. en Asie, au XVle sicle, suivant Lichiichin, qui dit que la Mais est employ, par les Chinois comme diurtique.' D'autres prc'ccd nt que son em ploi serait un souverain lemde con ire les affections scoibutiquea, qu'il piserverait du haut mal ou en ioi gaerait les accs ; que les plaies de ceux qui s'en nourrissent guriraient plus (acilement. De telles assertion] demandent, pour convaincre, l'auto rite qu'une lougue exprience. Ce qui semble dmontr c est Bon ac ion sur le aystme unnaire. Dana la m decine moderne, le stigmate de mais ( vultjairemenl la barbe du mais ) est considre connu un des meilleurs diurtiques. Docteur C\SSEUS JMririvet mi '! 8 u ni eea une qualit J ^' l'action combine a la fcule, au rauciL'Ame Etrangre h'ncort une œavre originale et gaie qui vient d'aruver a la Librairie utile qu'il i-euierme, on du Matin cl J Elle nous dpeint avec un seas proprits les succs roaia 81 la rjd ecine oblienjJJWplua ou moins conti J 0 1 8 8ucc s semblent a aQ la plupart dea mi* o l'on recherche i intiT que ,,on met en usaB ence modratrice des -. et une alimeutaiion a ; gu de la vrit et de l'actualit ce qu'est le miriagl eatre des tre* de uce dittiren;c Peuveut ils t.e heureux ? C ist ce que vous duMarcelle Adam i qui l'on doit ce b:au livre dont le prix est seul/ment d: enq gourJ.-s ii ceu'.imesi ficults qu'a traverses, ces temps derniers, le petit Simir.aiiv. Le Bu reau de l'Association prpare uu Bulletin qui exposera h s ngo:ia tions et en publiera les principaux documents. Ce Bulletin sera proba blement distubu la sance de 1 Assemble gnrale prvue par les S atuts pour le premier dimanche dOctobie. Aux termes de cette Convention, l'tablissement devient la proprit ddimt.ve des Rvrends Prs du St Eiprit et reste, en mme temps, le Sminaire otrkiel du D ocse pr 4u par les lois concordataires. A la suite de cette entente, l'Association a vers au R. P. Suprieur du Petit Sminaire,— l'avenir de l'tablisse ment tant ainsi assur,— les va leuis disponrblcs recueillies par elle, Nous sommes heureux de, souli gner que ces diffrentes circonsun ces ont ainsi ralis: presque le but essentiel, coup sr la premire par tie des vues que s'tait proposes notie Socit. Hlle ne doit tre que plus encourage a poursuivre, eu se tenant fermement aux cts du Col lge, l'œuvre de reconnaissance et de sympa'hie qu'elle a justement assume. NJUS avons poar devoir de rap peler que ce rsultat important ejat d, d'abord au dvouemeni de la Congrgation qui n'a.pas hsit commuer sa mission en Hati mal gt les ditficults inhrentes aux t.'tcps actuels et qui ont failli ame ner le dpart des Peies, et la bonne volont de Mbassi&ueur i'Aich vque de Pott au Prince qui s'est prt avec une est me complaisance i tout ce qui pouvait bciliter T'ueuvie des Pres et assurer au Diocse 1 existence du Petit Sminaire : en suite, au Prsident de la Rpublique ses Ministres et le Conseil d Etat qui sont intervenus pour aider i tout arrangement et pour donner au l'e tit Sminaire Collge les assises qui lui manquaient ; enfin, au bon vou l)ir de tous,— anciens lves, 'amis de l'tablissement, trangers sans distinction de nat'onalit; rsidant sur le territoire, qui ont tenu montrer combien ils s'intressaient nosceuvies d'ut lue so-iale. L'As sociation leur garde tous une pro fonde reconnaissance. L'clfort ainsi fait en commun et couronn de s ccs prouve que, malgr nos divi s on>, on peut enco e unanimement s'unir pour prparer l'avenir. Le Comit vous demande, Mon sieur le Dlgu, de bien vouloir porter les faits relats dans la pr sente circulaire i la connaissance de tous les membres de l'Association La mode n'est pas, pour les bn> binB et bambioep, aussi capricieuse que pour leura n.amena et ne chan ge pas dheure en heure comme pou* cellesci. Uccupona-noua aujourd'hui de ces rheis mignons, en commentant par lea tout petite, qu on a tant de joie pomponner. A eux lea dentelles, le tulle, lea rubans. ltoi.es de tulle toutschee, ou brodes, douillettes de soie recouvertes de tulle avec vo ants trs fournis, %  oit en tulle pliss, soit en dentelle, le tout agrments de rubans roses, bleus ou Mrie Les bouneta pour la rue — dans la maison, les petites ttes restent nues — sont de vritables merveilles, ils se (ont gnrale* ment en dentelle, vraie ou belle imitation, embotant bien la tte de l'enfant, avec volant et bavolet souple en dentelle. Une guirlande de roses minuscules peuvent rattacher le volant au bguin, On a compltement renonc aux bonnets volumineux dont on affublait les pauvres petita dans mon eufance; avec ces bguins aouples d o merge le joli minois, ila ont maintenant un petit air vieillot tout a fait amusant. La dentelle ou le tulle dont se composent ces coulures est plus gnralement cru que blanc cru. Lorsque le bb commence a marcher, lorsqu'il faut renoncer pour lui aux jolies fanfreluches que lea mamans se dcident dil(i:ilemeot a remplacer par des vt-'.ementa srieux, parce qu'ils annoncent le com neucement de la personnalit et de l'indpendance, les lainages, le* leiseys, les aoies entrent en scni; tous de nuance vive: rien n'est joli pour les enfants comme le vert |*de. le violet vif, le jaune, le granium, le rouge, quand on ne prfre paa le blanc qui ee porte ausBi beaucoup, aoit seul, aoit mlan g d'autres couleurs. Ici on peut se permettre toutes lea tautaiiitH, toutes les excentricits; le charme propre a l'enfance remet tout au point. Les garons, aussi bien que lea et de tous ceux qu'ils peuvent int • petitea lillss, aont 1 habills extrme rasser, et d'agrer l'assurance de ses conlraieraels sentiments. Prsident LESP1NASSE 7 risoritr 1. Eug. PAUL Archiviste 11. CORVINGTON Les distractions d'aprs guerre Depuis ia ii i del Guerre la danse est devenue l'une des distractions iivorites dans presque tous les pays Actuellement, en France cemme en Espagne, en Angleterre comme en I alie.il laut savoir danser En Haiti aussi cette science n'est pas moins indispensable et elle peut s acqurir \i plus facilement du monde en achetant i la Librairie du Matin les leons de danse du Professeur A. Petits qui apprennent 1 danser : La valte, Les nouveaux pas du TaagO,Le TripleBoston.La Valse Hsitation etc. et:. .1 vendre Un lo* de chssis eu fer. Pour les conditions s'adresser a l'Usine Glace de l'oit a a fiiuce. ment cour avec chaussettes, lover comina t, l'hiver, les gutres de jersey ou de cuir protgent du froid les petites jambea nue. La mode qui prescrit telle ou toile forme aux mamans, se retrouve ton jours un peu dans les vtements d'enfants, ainsi nous voyons en ce moment des robes faites d'une jupe cossaise et d une jaque te a godets, en tissus uni et Tien' n'est amuaant comme ces petitea bonnea femmes aingeant.par leur mise et leur allure lea grandes peraoenea. Pour les robes Inhibes, le teffetai triomphe galement, pe'ites robe a volants dcoup a taille parfois, ou droites, avec dcollet arrondi et maneberona ballon. Lea manteaux lgante se font en forme de cape, sans manches, soit en taffetas, soit eu duvellardine. 11 va sans dire que pour l't lea mousselines, les voilesle sbantung auront la prfrenceVoici quelque deacriptiona do manteaux qui pourront fournir dea indications utiles : Manteau de gros tussor beige legrement cintr a la taille et a jupe vase par dea godeta trs prononcs. Uu seul revers de faille rouge desceud droite juaqu'au baa da vtement o il croise et se termine eu pointe: paremei.ts et poctiea roo ges. Cornue chapeau, uns petit Cloche de tusBor, avec bouqneta de> Cdiico* tombant de chaque cot, w /#•**<*~>fek.* A*-— .•


Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05200
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, August 28, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05200

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text

agi* anne No 3867
Pori au Prince.Haiti
Samedi 28 Aot 1930
PijCXEOR-HROPRIETAIRE
,nt-MAGLOIBK
^gistrat Communal
jpjIFO 15CENTIIIM
g: s.oo
j|}'ARTEIIENTS
fTRANQIfi
il*
G. 2.50
700
8.00
O ne peut tre plus qu'un
autre qu'a la ('audition de
faire davantage.
sont reues au Comptoir !u-
TTpubiicit, 9 R*1* Tronchet, P >
il, *h Ludgate Hill, Londre;
Quotidien
REDACTION ; Rue Amricaine No, 13S8
a'--JST.-SJI
TEMPBOMS; Td
CERVANTES
, tour dem v.r cbre Aux Caves de Bordeaux
dsdansralimentatioiietrindustrie (lranie nm"""e bai"e ae *
Chronique'de la Mode
VtatftmJ d'arriver par le Cantal :
Vtn 6/ano ef vin rouye par barrique, V/nj fins,-Beurre /ranrais
par boi es de 2 livres, i livre et 5 lirres.
Liquews Marie Brizard et Rojer {Bordeaux).
[irons dit que le Mais devait
ot de choix de lathlte
flrtimsp, condamn, un
mritai.e prdominence
i cause du grand nombre
i que produit cette grami-
1 Maurice lioi^noy.dans sa
gnrale de l ducation
(*T cit notamment les passa
emprunts Huchard
od Aboat :
rgime vgtarien donne de
ret de l'clat au teint.
ide Cipn sont gracieuses,
tt gaies. Elles travaillent
et ne mac-?']t que des
I ta luuini s.
11Histoire des Incas ( nous
pul au dbut de cette
aricone i;uo les aborig
iliet du Prou taient des
iwperbea et doux. Les fem-
liueot Hue fracheur de jeu
qu'eu deli de leur aoixan
e, poque laquelle elles
encore devenir mres.
q*t la base de la nourri-
[hcoi liait le mais.
id About dpeiot ains;,
Ifoyege eur le Nil, t'aspect
Itravailleurs loue 'e loog
ttioaa merveills de leur
liqae autant d'hommes,
itetoe. Les sculpteurs
>K plaigoent de ne plus
Modlea : que re vont-i's
or le Nil ? Antinous y
lehvr^s, 1 Apollon du Be-i-
^rchille et le Gladiateur y
oJlecbadoick, i rai ion
noei par jour
'**bre crivain ajoutent :
totumanfjent que de la
Utawou uq peu de sorgho
entre deux pierrea"
i peuples de l'Amrique
IMire autres les Virginientr,
fHuleor uouniture habi-
ta ce peuple, observe h
or, qui a vcu longtemps
inu.parait le plus robus-
"Ju continent. ( Annales
fore franaise. )
'Jfaiieat presque gn-
T*.Un. a peu prs com-
i aVi FOmme de erre tn
Mi appelle mme le meU
Fuinsies Umillea bburgeoi-
[ presque toua les re-
Heitsiues ltig10ng ,e. b|
'que pour n'envoyer la
sjJ?, Pr|a de mor : les
Kp* dea habitants vivent
l:- mu de prfrence ce-
Wmmetant d'exemples
ne fournit paa aeule
i nourriture et une boisson
lSiWaw uu't a sea facults
"TSt PrPriet>; a CUllU
.a avantagea, garan'i
i^u!kQe8 auteurs, certai
!" i l'intloence dea ma-
ex stagnantes. Le moi
Jfsidr a la foie comme
comme remde. Sea
La farine de .hais est la nojrrittre
la plus approprie aux adul es, aux
vieillards don. les forces assimilatir
ces diminuent- aux convalescents et
aux eBtomaca dlicats. Aucune aubs
tance ne convient mieux l'enfaut
qu'on aliaite ou qu'on a sevr et a
la n'tV qui nourrit ; so:i emplo en
dterminant une scrtion pltia auon
dantedea glandes mammaires,exerce
en outre, sur l'organe utrin une
influence drivatrica.
Le Mais n'a ps l'amertume de
ravoine.laviscos t du bl,ou l'crete
de I orge, surout lorsque la farine
est extrmement divise. Li rduo
tion de son grain eu molcules prs
que impalpables y dveloppe une
saveur sucre et lgrement jaroma-
tiqiiB qdi le rend plus savoureux
que les bouillies prpares avec la
fleur de riz, la fcule de pomme de
terre, le salep et la farine de bl.
Dans la mdecine domestique, la
farine de mais remplace avantageuse
ment celle uu lUi pour la confection
des cataplasmes : ceux-ci sont ptua
m llients et ae desschent moins
vi e.
Dans certaines campagues, en Ita
lie et en France, et dans beaucoup
de pays de l'Amrique, la farine de
mais est employe, comme la pous-
sire de lycopode, en guise de talc,
contre les excoriations qui survien-
nent entre les plia de la peau chez
les triants ti chtz les personnes
grasBes.cn l'emploi aussi en pdiluve
te.
Quelques au'eurs espagnqls pr
tendent que le Amricains c'est
a-dire les Habitants du Nouveau
Co'ntioent habitue au mais sont
rarement suje s aux concrtions cal
Prir de vente
\in limge Vin Blanc Gallon 7w \\2 3,5a i\'t 1,7.") 1\t quart 0,W Litre 2flQ V i S 1
Beurre de table Bordeaux franais
1 livre 1 dollars ou 5 fjourdei
'2 c %,m 950
5 O 22JQ
Grani assortiment de liqueurs Marte Briard. Demandez un ver-
mouth Crucifie.

Circulaire
Aux Dlgus de la Province
Monsieur le Dilgu,
Le C>m.t de lAssociatoa est
heureux de porter i votre connais-
sance que, le dimanche, 8 du cou-
rant, il a t S'gn. enire Moasei-
gaeurl'A chevque de Pott au Prince
tt le R. P. Lmore, Suprieur du
Pet t SminaitT Co'.lg; Saint Mar
tial, i ce autoris par Monseigneur
lEvejue d'Alind^, Suprieur Gn-
ral de la Coogrgilion des Pres du
St Esprit et du Saint C.r de Marie
:ux dit
une Convention qui a t approuve
euh uses et autres lsions des voies Pir le.s SWjttWi d Etat comptents
uri-'BiifH. et qui met heureusement nn '
; J'gnore, dit Itontloup, iusqu'
qU'l poiut leur cioyance est toude;
c qu'on ne peut nier.c'est (me celle
opinion, tort ancienne en Amrique,
re no.itti. en Asie, au XVle sicle,
suivant Lichiichin, qui dit que la
Mais est employ, par les Chinois
comme diurtique.'
D'autres prc'ccd nt que son em
ploi serait un souverain lemde con
ire les affections scoibutiquea, qu'il
piserverait du haut mal ou en ioi
gaerait les accs ; que les plaies de
ceux qui s'en nourrissent guriraient
plus (acilement. De telles assertion]
demandent, pour convaincre, l'auto
rite qu'une lougue exprience. Ce
qui semble dmontr c est Bon ac ion
sur le aystme unnaire. Dana la m
decine moderne, le stigmate de mais
( vultjairemenl la barbe du mais )
est considre connu un des meil-
leurs diurtiques.
Docteur C\SSEUS
JMririvet
mi '!8,uni.eea une qualit
J^' l'action combine
a la fcule, au rauci-
L'Ame Etrangre
h'ncort une avre originale et
gaie qui vient d'aruver a la Librairie
utile qu'il i-euierme, on du Matin ,
cl J Elle nous dpeint avec un seas
proprits les succs
roaia81 la rjdecine oblien-
jJJWplua ou moins conti
J01 8 8uccs semblent
" aaQ la plupart dea
mi* o l'on recherche
i intiT que ,,on met en usa-
Bence modratrice des
-. et une alimeutaiion
a;gu de la vrit et de l'actualit ce
qu'est le miriagl eatre des tre* de
uce dittiren;c
Peuveut ils t.e heureux ? C ist
ce que vous du- Marcelle Adam i
qui l'on doit ce b:au livre dont le
prix est seul/ment d: enq gourJ.-s
ii ceu'.imesi
ficults qu'a traverses, ces temps
derniers, le petit Simir.aiiv. Le Bu
reau de l'Association prpare uu
Bulletin qui exposera h s ngo:ia
tions et en publiera les principaux
documents. Ce Bulletin sera proba
blement distubu la sance de
1 Assemble gnrale prvue par les
S atuts pour le premier dimanche
dOctobie.
Aux termes de cette Convention,
l'tablissement devient la proprit
ddimt.ve des Rvrends Prs du
St Eiprit et reste, en mme temps,
le Sminaire otrkiel du D ocse pr
4u par les lois concordataires. A la
suite de cette entente, l'Association
a vers au R. P. Suprieur du Petit
Sminaire, l'avenir de l'tablisse
ment tant ainsi assur, les va
leuis disponrblcs recueillies par elle,
Nous sommes heureux de, souli
gner que ces diffrentes circonsun
ces ont ainsi ralis: presque le but
essentiel, coup sr la premire par
tie des vues que s'tait proposes
notie Socit. Hlle ne doit tre que
plus encourage a poursuivre, eu se
tenant fermement aux cts du Col
lge, l'uvre de reconnaissance et
de sympa'hie qu'elle a justement
assume.
Njus avons poar devoir de rap
peler que ce rsultat important ejat
d, d'abord au dvouemeni de la
Congrgation qui n'a.pas hsit
commuer sa mission en Hati mal
gt les ditficults inhrentes aux
t.'tcps actuels et qui ont failli ame
ner le dpart des Peies, et la bonne
volont de Mbassi&ueur i'Aich
vque de Pott au Prince qui s'est
prt avec une est me complaisance
i tout ce qui pouvait bciliter T'ueuvie
des Pres et assurer au Diocse
1 existence du Petit Sminaire : en
suite, au Prsident de la Rpublique
ses Ministres et le Conseil d Etat qui
sont intervenus pour aider i tout
arrangement et pour donner au l'e
tit Sminaire Collge les assises qui
lui manquaient ; enfin, au bon vou
l)ir de tous, anciens lves,'amis
de l'tablissement, trangers sans
distinction de nat'onalit; rsidant
sur le territoire, qui ont tenu
montrer combien ils s'intressaient
nosceuvies d'ut lue so-iale. L'As
sociation leur garde tous une pro
fonde reconnaissance. L'clfort ainsi
fait en commun et couronn de
s ccs prouve que, malgr nos divi
s on>, on peut enco e unanimement
s'unir pour prparer l'avenir.
Le Comit vous demande, Mon
sieur le Dlgu, de bien vouloir
porter les faits relats dans la pr
sente circulaire i la connaissance de
tous les membres de l'Association
La mode n'est pas, pour les bn>
binB et bambioep, aussi capricieuse
que pour leura n.amena et ne chan
ge pas dheure en heure comme
pou* cellesci. Uccupona-noua au-
jourd'hui de ces rheis mignons, en
commentant par lea tout petite,
qu on a tant de joie pomponner. A
eux lea dentelles, le tulle, lea rubans.
ltoi.es de tulle toutschee, ou bro-
des, douillettes de soie recouvertes
de tulle avec vo ants trs fournis,
oit en tulle pliss, soit en dentelle,
le tout agrments de rubans roses,
bleus ou Mrie Les bouneta pour
la rue dans la maison, les petites
ttes restent nues sont de vrita-
bles merveilles, ils se (ont gnrale*
ment en dentelle, vraie ou belle imi-
tation, embotant bien la tte de
l'enfant, avec volant et bavolet sou-
ple en dentelle. Une guirlande de
roses minuscules peuvent rattacher
le volant au bguin,
On a compltement renonc aux
bonnets volumineux dont on affu-
blait les pauvres petita dans mon
eufance; avec ces bguins aouples
d o merge le joli minois, ila ont
maintenant un petit air vieillot tout
a fait amusant.
La dentelle ou le tulle dont se
composent ces coulures est plus
gnralement cru que blanc cru.
Lorsque le bb commence a mar-
cher, lorsqu'il faut renoncer pour
lui aux jolies fanfreluches que lea
mamans se dcident dil(i:ilemeot a
remplacer par des vt-'.ementa s-
rieux, parce qu'ils annoncent le
com neucement de la personnalit
et de l'indpendance, les lainages,
le* leiseys, les aoies entrent en
scni; tous de nuance vive: rien
n'est joli pour les enfants comme le
vert |*de. le violet vif, le jaune, le
granium, le rouge, quand on ne
prfre paa le blanc qui ee porte
ausBi beaucoup, aoit seul, aoit mlan
g d'autres couleurs.
Ici on peut se permettre toutes
lea tautaiiitH, toutes les excentrici-
ts; le charme propre a l'enfance
remet tout au point.
Les garons, aussi bien que lea
et de tous ceux qu'ils peuvent int petitea lillss, aont1 habills extrme
rasser, et d'agrer l'assurance de ses
conlraieraels sentiments.
Prsident
LESP1NASSE
7 risoritr
1. Eug. PAUL
Archiviste
11. CORVINGTON
Les distractions
d'aprs guerre
Depuis ia ii i del Guerre la danse
est devenue l'une des distractions
iivorites dans presque tous les pays
Actuellement, en France cemme en
Espagne, en Angleterre comme en
I alie.il laut savoir danser
En Haiti aussi cette science n'est
pas moins indispensable et elle peut
s acqurir \i plus facilement du
monde en achetant i la Librairie du
Matin les leons de danse du
Professeur A. Petits qui apprennent
1 danser : La valte, Les nouveaux pas
du TaagO,Le TripleBoston.La Valse
Hsitation etc. et:.
.1 vendre
Un lo* de chssis eu fer.
Pour les conditions s'adresser a
l'Usine Glace de l'oit a a fiiuce.
ment cour avec chaussettes, lover
comina t, l'hiver, les gutres de
jersey ou de cuir protgent du froid
les petites jambea nue.
La mode qui prescrit telle ou toile
forme aux mamans, se retrouve ton
jours un peu dans les vtements
d'enfants, ainsi nous voyons en ce
moment des robes faites d'une jupe
cossaise et d une jaque te a godets,
en tissus uni et Tien' n'est amuaant
comme ces petitea bonnea femmes
aingeant.par leur mise et leur allure
lea grandes peraoenea.
Pour les robes Inhibes, le teffetai
triomphe galement, pe'ites robe
a volants dcoup a taille parfois,
ou droites, avec dcollet arrondi et
maneberona ballon. Lea manteaux
lgante se font en forme de cape,
sans manches, soit en taffetas, soit
eu duvellardine.
11 va sans dire que pour l't lea
mousselines, les voiles- le sbantung
auront la prfrence-
Voici quelque deacriptiona do
manteaux qui pourront fournir dea
indications utiles :
Manteau de gros tussor beige le-
grement cintr a la taille et a jupe
vase par dea godeta trs pronon-
cs. Uu seul revers de faille rouge
desceud droite juaqu'au baa da
vtement o il croise et se termine
eu pointe: paremei.ts et poctiea roo
ges. Cornue chapeau, uns petit
Cloche de tusBor, avec bouqneta de>
Cdiico* tombant de chaque cot,


w /#**- -
<*~>fek.*
-
, A*- .


C'Est Une
Monstruosit
donner des mdicaments alcoholi-
ques aux enfants. Il n'y en a pas
une seule goutte d'alcohol dans
L'Emulsion de Scott
t CURE RESPIRATOIBE
FaitsDivers vts'de dpari P*iiMcimft
Let'dpches pour SewYork it R tll 1^1 CI II CI
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES
OjVSEUYATUllli
DU
I LT1T SEMINAIRE
COI LEGE Sr MARTIAL
Vendredi 26 Act 1920
BarottLe 763,?
t minimum a\j
Ttmpiature
maximum ;3 7
Moyenne diurne 28 2
( iel assez clair jusqu' 6 h. et ccu
ve-t ensuite
Orage, suivi J'en peu de pluie
9 h 20 m.
I arorc'.re lgrement en baisse.
J.SCHERER
A Grand Gove
Prochainement aura Heu l'inauguration du nom
jei* str la Grande Havine et dont la nien*
->ii I.e lOniil.' d organisation pour cette inauitura-
lioii a t lormee avec pourjprsident M. Albert
I nival, vice-prsideni, Vilbrun (Jourtois.secritairts
Samuel Dams et Louis Millord, trsorier l.v-
mus Benjamin.
Bulletin de la Chambre
de Commerce
Nous avons reu le fjscicule de Avril Juin
1920 de cette imposante publication dont nous
conseillons vivement la lecture tous ceux qu'in-
tressent les choses commerciales.
Nouveau notaire
Hier ;ui tribunal de lire inMance, Mr Sterne
Rey, du cabuet de Me llenty Horgaili a prte*
serment cou.me notai* I Laicahobas,
Nous prsentons nos meilleurs compliment
ihi nouveau notaiie.
La Nouvelle Haiti
Notre ami et confrre Ptera Rivcati, direc-
recteur propritaire de La Nouvelle Haiti est
tau nous lOMOnet ]ue le 2 Septembre le pu-
blic aura l'avantage de lire une deuxime dition
de sou journal.
Nomination
Par .-otiimisMon dr S. El, le Prsident d'Hati.
M. le Dr Lon Sjourn a t nomm Sous ins-
pecteilf des coles en remplacement de Me Yiech
Chtelain.
(l'est Mme Yves liloncourt qui remplace le Dr
Sjourn connue piolesseur l'cole prin aite
ii institutrices de l'fccole Normale.
Tous iks compliments.
Deo haitiens sont massccis
prs de Baharona
On nou inioime qui la mite d'une rixe vio-
lente survenue aux environs de lialiaroua entre
des dominicains' i't des haitiens qui allaient cher
cher du travail plusjeuis de lies compatiiote
unt t littralement HUITr.
Ou cite parmi les mort : l.cuis Hlain, Sau-
Iveur, Dieudotin, Andr FkanOia, Molon Mo-
lre. Andi tu serait Mesa.
Les autorits dominicaines auraient procd a
l'arrestation de Uermont PrtOCOia et son fils
Daniel, de Lon Bois et de Alph Harthlemv.
Nou donnerons de plus an-pies dtails sur
ce tragique accident.
Renaissance
l.f. acteurt qui interprtent les "Deux Ff"
sont aviss que les rptitions commenceront a
partir de Lundi,;o du courant chez NormilCharles.
Le Bureau
Exceiiivement mignonne cetto ro-
be en ta (Te tas vert. Le corsage A
taille couiie est pla'; la iupe fai volan a der tls superpose, et lai-
aabt un piu crinoline dana le bas
A la ce'i.ture uoe petite n ie rouge
en ruban. E c t aut e m.nteau. en
duvellardine mandatinr; jupe tra
vase, garni* au I aa d une bande
dentele en toile ci'h noire, Ih col.
les paiemmta et Ionique bouton
qui aertde f ime ure A la taille ga-
lement en toi'e cite. Avec cela l'ac-
compagnem^nt d'ure grar de cloche
de paille Blanche, double de crpe
mandarine et guuie de rubans cirfa
noirs.
Four une tilett dure dizaine
d'annes, voici un t.es joli costune,
< on) pos d'une jupe plisae dtu
cossais grands carreaux veria clair
et blanc, monte sur un co sage
yilet de talTetas noir orn de revers
t de paremen'a cossais- La jupe
le* pT'tn'ee peuvent tre aussi
0 taffetas, ce qu' constituerait une
ioiUtte plus 11.-lie.
WJUltlNt;
Le h' dpches pour SewYork it
l Kurope, vi A-Y, y or le. SIS Gin.
Goeihol, rtronl ferme* ce teir 5
heure s p? ici te s-
Port uu l'rince, le -As' aot 1920
Panamas
DIMANCHE
DOMINO ROUGE
5e et Oe pisodes
L'AEROPLANE
_ LA LUTTE SILENCIEUSE
Panamas. Werther degth
Pour Hommes, et pour Dames
Chez Lonide SOLAGES
Rue |Couibe.
Avis
Ea veitu des pouvoirs a eux con-
lis par la Loi du 13 Novembre
1918, les soussigns procderont a
la vente d'un lot d'accessoires de tu-
yauterie de la maison A. Morch en
liqu d ton lel que poursuit et corn
porte.
Les dires sous pli cachet devont
tre remises aux soussigns et mar-
ques a Soumission vente 2 Sep-
tembre . Le prix otieit sera in
diqu en or amricain.
Les plis cachetas des soumissions
seront ouverts le jeudi 2 Septembre
i dii heures du matin, au bureau
des Squestres, i Port-au'Prince o
tous renseignements pourront :re
obtenus.Inspection des marchandises
permise jusqu'au mercredi 1er Sep-
tembre.
Conditions du paiement : Cash 1
l'enlvement dulo qui devra seiaije
de suite ds l'adjudication
Droits rservs d'accepter ou de re
fuser une ou toutes soumissions.
Les Squestres Liquidateurs
O SCAKPA & A. I. MAUML S
Port au frise! le 26 aot 1720,
g^
Trois beaux livres
Viennent d :re reus i la Librai
lie du < Mtin
Vivrr, Dr Serge Vorouolf, G. 10
P-ychologie de la Gu r e,
Henry Spoil G 7
Mail vivre roman,
M r:el B.-ger G. 5 75
Entre
G 1.60
GRIPPES, CATHARRE8, LARYNGITE, BRONCHITES
SUITES DE COQUELUCHE ET OE ROUGEOLE.
Sous l'influence du "PULMOSERUM"
LA TOUX SE CALME IMMEDIATEMENT
LA FIEVRE ET LES SUEURS NOCTURNES
DISP AR AISSEN C.
L'OPPRESSION ET LES POINTS DE COT S'ATTENIIfvr
L'APPETIT REVIENT. LE SOMMEIL RAPPAHaS1*
LEd KOROES ET ^L'ENERGIE RENAISSENT.
EMPLOYE DANS IES HOPITAUX
REC0M-ANOE PAR LA AJORIIE Du' CORPS
MEDICAL FRANAIS W
APPRECIE P'.R PLUS jteO.000 MEDECINS E1RANGEIS
MOPK D'FMPLOX
Unt cuillTi t tilt mitin 1 ulr
ES VENTE, DANS T0U1ES LrDRotERlEl ET PHARMACIES
Varits
DIMANCHE
La Cure
Entre G. 2 00
PMMUEIE DE ROME. 15. k a k
c art ire
ij
CONSTIPATION
prnez les
COMPRIMS
SUISSES
d, DLLOHT, Pharmacien,
lli. Hun fini t-A-itoma
1-* /v F^ xta
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
Revue
des Deux Mondes
i;, tue de l Universit, Paris
ajQ
SOMMAIRE DE LA IIVRAISON
DU 15 IUILLET 1920
I e* coeurs gravitent' 'Ircisime
partie, Charles (Jniaux
Li fia jj'une lgende. La Mis-
sion du Mircrul Fo:h en I'ahe
( O;tobre-Noverab;e 1917 )X A.X.
Sur les terrasses du judin Mann
go. Louis Heitrar.d
Si'houettes contemporaines. VI
M. Georges Goyau, Fidus
Le |our de Gloire.- Pome, Fran
ois Po'ch
L'A'lemsgne politique. I Le
rouveau l'.ngeimaaisme, Edrroud
Vermeil
Auteur de la coirespordince de
Bossuet VI Les derniers actes de
Bos;uit i Metz, A!t':ed Kbelliau
d lln Revue scientifique, Le soleil it
i'atmacl terrestie ChailfsNo.dmana
RffTOI musicale. Simt Chris-
tophe Losi Fan lu.t: Camille
Bcllaigue
Au coaserv^loir. Concours de
trrgdie et comdie Ren Doumic
de r Acadmie Irariise
Chronique de la q<] lo re politique Raymond Poin.a
de l'Acsdlmtc Irariise
PRIX DE L'ABONNEMENT
Vient d'arriver cliez
L. Preetzmaan
Huile d'olive ALIOf
En russe de 12 grandes
et 24 demies bouti
Wiucarnis
,o Ir. .m (r jo
2{ Ir. so
2\ U. ,0
PORT-AU-PHINCH
Vcx.PETltUS. Pharmacie ALBERTINI
^ Phirmacv du r juWn VIaRD
? roiifa- i# bonn*- l'Inirnuoiii.
P. C. s.
Le pob'ir est prvenu qu'a locca
sion de la l'e patronale de Logane
le lundi ;o Aot courant, un train
spcial laisera la Cire du Nord ce
jour 5 hres )o AM. il partira de
L'ogine pour le rttour i 3 hres ;o
PM.
L\ DIRECTION
Une bonne nouvelle
Un Caion automobile laissera
Miragone tous les lundi, Mercredi,
Vendredi de chaque semaine a 7
heures du matin pour Port au r rince
prenant passagers.
rtir conditions s'adresser Mr
JEAN PHSS*UD,Cairetour Desruia
beau.Miiatfomj-
Un an Six inoi< Trois mots
Paris, Seine,
StlM-Ct-OiM 80 Ir.
DF.PARl'hMkNTS,
et Lolonic t-ratiaiscj 86 fr. || Ir.
Lika:....-k y.- ir. 47 Ir.
Lis .i onntmtnli pailmtdu lit il du Ij dt
. l'iqui mois
l'ri* du Nuiuiiro i ir. ;o litrunger i irancs
Courrier maritime
Le steamer t Gnral G. W. Goe-
thal de la ligne Panama, partira
de Po t au Priace le 28 Aot cou-
rant directement pour New York
L- steamer Advance partira
de Port au Prince le 31 Aot courant
pour New York, via Saint Marc, Go
rjaives et Cap Haitien.
Le steamer t Alliartt partira
d: Port au Prince le 3 S ptembre
prochain directement pour New York
\A steamer t Colon partira
de Poit au Prince le 7 ou le 8 Sep
temb:e prochain directement pour
New York.
-- L steamer Ariane est atten
du ici le io Septembre prochain, il
partira le m.ne jour pour Guantana
moS.ntago, Manzanillo et Kingi-
lou
ET
Les Convalescent!
a*
Il arrive malheureusement cl
nous de tomber luuuoe pour ofl
plus ou rnuins lon>{ et d'i.-tre linf
de garder le lit ou la chambre. 1
Au bout d un certain leinpi1, lJ
tst passe; mais ou reste puise,!
tl aana ap^eui. ou se trane da lit
ibuiI, du Uuteuil au lit Cet tat ptw
louger pendant luu^temps, C'eat
meut alo a qu'il nupoae de dof
couvalesoenta, de temps autre,
oe Wincarnis De la Bore- ML
ciiuque, cousecutive une mal-^
peut rre couaidrabiemeot coor
tvte. Voulez vous essayer Ml.
quelques jours une convalesceooij
torapaordinaire.dureranpluiieurMi
* Fa.ie.1 un essai de WlNiiARM* |
Aliment ide.l du convalescent,!
d'exu-411 de malt, extrait de vw#
vieux Porto, le UiNCAHNbwoij
te*" ^"^ > 1] par u rapidit de sou actiuu. !
S-%^^i>-H! .J C'est le coup de touet, le simaii
saire au sang et l'estomac
maladie. -.
^______^_______[t- Apptit, bonne digestion et vnj
sont les rsuiuts iumidiats de ce iraitemaut a duaiicile.
Wincarnis J-jft; at&T^
tonifiant. Recommand par plat an lUULH) mdecins.
Pipar p^r GOLEviAiN a- Cj Lld, Augleterre
Franck J. Martin \
Agent pour Liaiti, Port-au-Pi'ince
Vous qui nnnquez d'apptit et
surtout dont 1% digestion est Ja&o
se ruppetex-vous que vous pouvez om
ces inconvnients en vous Vroe^
Le "Vernioutli" T
que vous trouverez un priJO
rivai chez VAgent J
L. lBEE2ZMAN\-AGERn^*
Hie du VMrtl


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM