<%BANNER%>







PAGE 1

LEMAUIN Correspondance Ecban ntrt le En tveui G m al, le Conleiller hnancier, le Dpartement des Finance* t celui des Relations Extrieures propos de la non remise les chques dr luitlet 1920 pour son £ tcettm 1 le Prsident de la Rpublique, Messieurs les Secrtaires attat, m. ( Suite & Fia ) SECRETIRER1E HITAT DES RELATONS : XTi.KIEURUS Poitou Prince, le6 Aot 1920 Monsieur le M n iire, %  l'ai lhonn ur de remtit e,:ous ce couvert, Voue ft. la cop:c d'une lettre adresse par le Conseille! Financier au Secrtaire d'Etat des Finances qui lui ava.t demand de lui l'ire sa*OT pourquoi les chques •firtOU tx iraittments pour le mois de jaillit de Mr le PirydtDt de la K^p' Hlqu',' dtl Secilbires d'E a', des M n b s du Cen?eil d'E a tt dr 'Io rip ie 1 laducttur eu Fala s N: t oual, r.'..v-aierjt pas tie itmia en l'un* ii tupi que irus lis autres il.ejui-s du p-'Ois dr fuilli t Fans -a r/pe :se, Mos.'ieur le Con seiller F uan ICI a interne le U. t nui t des Fir.snces q e c cet nuivatt in.tiucticns ou Mil i tre amrirain qu- le paietni nt de es indemri Ifs a ete lospenda jusqu'A rcepticD d'avis ultrieur de sa 1.1 1 . Mon Goaveroemei t orot te corne celle mesure de violence qui ett une ane ute Lite i i< digiit du Gouvernement tt du Peuple .1 :i;iens Veuilirz 2g:er, Moosieuf le M nistre, lis assurances de mi hau a considration,. Sig, I. BARAU Son r.x e:lcrce Monsieur BLANCHARD Envoy E 1 %  1 aire tt Uin ntpotntiaire des / %  .' U \d'Amtti'i \ l'o'i aJl'niKi'. Four copte conforme : /(• bureau des Ri huions Extrieures l-.jmond MONTAS LEGATION OF THE UNITBD STATES 1 >;•' AMERICA August, 6 ;^2o Mr M'oister, lia/: ihe honor to ackiowltdge receipi 1 I Your Hxcellcncy's bo> under date of August 5. In iep'y 1 bave to ataie that the action ot tlie Financial acvi.er iheiciu ieterred 10 WJS aken by diiec non ot Uns Legit.o 1. Be pleaecd 10 iccept, Mr Minuter, the assurance o! rry h gli considra non. (Sgn) A Bai y BLANCHAD Amen an MmisUr ih r Bicellenty M |. BARAU. hinisttt of borcign Aiairs, Port -u-Pnuce. LEGATION DES ETATS UNIS AMERIQUE ( l iauu.1 on) n Act lv : I Monsieur le Ministre, Fai i'h)ui:i'ur d accuser lcsption del net; de Voue Excellence en date du > aot. tntt* auxquels ii 3 su donn. toute satisfaction,compter;! parmi les plus riches, Au moment d'achever Cfe longue tude nous :royow u ite de faire un rsum d*. la question: 11 est ioai^^nsable que Port au Prince ait un htel de ville L'Adtnioi*tr*tion Communale actuelle semble avoir pria cceai de raliser cette eiprance conut par tous les hommes de prog es qui atpirenl donnei enn 1 une impulsion dli i i.vedausii v.e do Ii plus htuie civilisation noire beau Pays. Nous avoos dit CD"! jiies sur les coudi lions qur lu. 1 .emplir le plan adopter. Pou v 1 i_ue j d ri e re. on dt A 11 deitiri U 01 Ot so't. pour no tie Port .u l'in e — un vrai |oy. u u'art, qjelqus :• n ,-' p!a\ MOI M rons o |o us heureux d tenJie sou auicui les sent mini: que coin me tous qeus au tant 4A .1: enracni: ...;I<>J, du cloche: qui e.t une pet' %  • p.i r i o ;s profrerons pour u 1 1. j;istil Communal qui.li ic au m >'. eu [ r SOI J C0 Dpi 4 ooa aapirat O n II fia se no* : pour u |bcai.ti et la v/ialcac d: 00t:e ci e. Faits Divers 10 Hue du Centre y i^nt d'installer une sucuisalu 1 i.noN-ViLLK en facl lineaFrai ci> Grand chofl de rubans, dentelles. broderies, tissus lig*rr, tulles pa-'u merif, bonbon?, caries po taies, fils a ioudre,abroler, boutons pressions, chaussu:es, etc. etc. tin rponse, je dclare qu l'acte du Conseiller 1 inancier dont il s'?g t a t excul d'apis les instructions de cette Li'gaiior. Veuillez agrer, Monsieur le Ministre, lassur^uce de mi haute COJsidrat on. Sign A. Bai H y BLAKCHARD Ministre amricain Son Fxceilerjce, Monsieur J. MARAU, '. 1 aftairt 1 trangres Port aurPrince. Fo ir copir co forme : /. itbureau des R lotions Extrieures Edmond MOMTA] SE RETAffiERIE D l'F F DES RELATIONS EXTERIEURES Port-au Piince, le 7 a(. 192 J Monsieur le Ministre. En rponse a ma d pche du j acir par laquelle j'av.is 1 honneur il; formel votre Lcguion du relus du Conseiller Financer de payer le* indemnits du mois de juillet coa a. odonsieur le Prstlejt de la R pub ique, des G ns iller d'Etat, des Membres du Conseil d Etat et de I Inicrp.ctp Traducteur du Palais, Votre Fxcellence me tait savoir, p;r sa let re en date au 6 ai t courant, que c'est d'api> les instiu^tions de la Lgation des Etats Unis que Mon sieur le Conieillet Financier a agi. Mon Gouvernement prend acte de v'otie dclaration. Veuillez ;grier, Monsieur le Ministre, l'assurance de ma haute con sidn ticc. (S.) I. HAKAU. Fer iopie cor forme : Ltcbt\ de bureau des Ki lotions Extrieures Edmond MONTAS Son E}.cellence, Mo.-sieur A. Bailly BL4NCHAO Envoy extraordinaire tt Ministre />/•'mpoi des E tais-buts d Amrique For;-au Puace. Fente de bien* de ressortissants allemands 11 sera procd le mercredi 25 aot 1930, i du hautes du rni'h, au lccil de h Fhar.nacie centrale it pir le miahtie de Montb un E ie, acanlear public, a la vente en b oc, au plus ortran' et dernier ench isseur des pioduiU et matriel d: la dite pharmacie. Tels que les dits produits et m.' riel se poursuivent et se lompoteit, aaps aucune exception ni rserve. Aux requte, poursuites et diligence de Messirurs t). S.arpa c\ A. J. Maumus demeurant tous les d;ux a Fort-au-Prince, domicilis le premier i Milan ( Italie), le second la Nouvelle OtliM ( Louisiane Etats* Unis dAmiique ), agissant en leur qualit de Squestres liquidateurs des sieurs Polhmann & Lio. ayant pour avocat Me Morel. En vertp des lois des 22 luilltt et 1 i Novembre io:S. 1 es dcisions et aritti relatif i li liquidation des maisons allemaadc-s Dur. [ugemeat du Tribunal de p em re in tance de Poit au Princp, en date du \) Ittilllt 1920, enieg sIr; hn in d m certificat de Montb un l-.lie, encanteur public, attestant q n 1 • 1S aot cojrar.t la dite vente n'a pas eu lieu. La dite vente aura lieu sur Umi.e i prix de Cinq Mille dollars. Mo,,"":!.!.! le piiement d'a lo \ ; mensuel it Ce 1 dollars, un dlai de quatre mois sera a::orJ a 1 adjudicataire pour eiis:tuer le retire .t Je; objeti vendu*. Four pus amp'es renseigternnts s'aire.-ser au bureau des 9t|06Strl* t au Priace. le 5 ao'. 192) MOHLL, avocaj. RENSET "NEMENTS METEOROLOGIQUES OBSERVATOIRE DU PETIT SEMINAIRE COLLEGE ST MARTIAL Jeudi 19 Ao 1920 Baromtre 764 9 1 } minimum 22 6 Temprature ) ( maximum ; ;.o Mayenne Jiurae 27 2 Ciel nuageux jour et nuit. Eclairs. Baromtre constmt. J.S.HERER Travaux de Voirie A l'heure qu'il c->f lei rd taratiOM entreprises la rue du Or U.lioux sont entiL-rement aclieve 5 llantc o i u .|ui les a excuti poursuit Ict imvaui i"i pu.-.mi pir l'esirmiltt suJ Je II lut-jV l'B^alMO'i sait que ces travaux o.'.l .t entrepris dans le out de livrer u'i paitagi decu IOVO funraires co toi lu Sien Cceui Tous nos compliment! a 1 ingnieur otumpan SecLioci de Pdagogie Le premier No du Bulletin de la Section de pdagogie de l'A.M CE parait incess.iinent l'imprimerie '"J. Chenet en une belle brochure d'une K>xantaine depaga Ii sera edreu aux personnalits de In Capitale et de la province, au piix modique de Deux gourdes Ces personnalits noue leron: ecrtainenteni le g-and plais r de I accepter, autan pour nous encourager que pour lacili.er h publication des travaux de la section. Au Sacr Cœur de Turgeau La Premire lteen 1 honneur deaMartyn Noirs de l'Ouganda sera clbre Dimanche 22 A la M sse de S heures, la Chorale excutera les m Chants liturgiques et des artistes ont promil leur graciei x concours. Convocation Les membres, icttfs, adhrents et d'honneur des il sections composant I" Association Mixte de T 1 noe ainsi '|u.les .mus son: invii 1 .1 la sance solennelle qui ma donne dimanche 12 du courant 1 heures du matin en I honneur de St Vincent de Paul patron du cercle. La contrence d'usage sera prononce par le Prsident d honneur Mr jrmic. Le Prsident. — Horaiius I.wenture Mariage Hier matin a t bni en la Basilique NotreDame le mariage de M ic Lucie Alexandre et de Mr Aiked waldniai Les poux ont t con a Juits a l'autel par Mr Flix Cl une/, et Mme Vve bdgard ROM. Aprs la crmonie, charmante rception dans .ions de Mme Vve Gauthier Meaoa, rue Prou.—Nos meilleurs voeux Je oonheur. Nouvelles Etrangres 20 acut zuitnu Un radiotlgftoimi 011,5 tiaire do Moscou uunonuo qu il tatofdciel que le troopei polouni%  Si OCCu ion de Wrai gel. Ils examin rent lei-d'verses coiubiuaisona pou vant prooaraf uux deux gouverne m nts une base d'action commuai p mr laLr politique en Europe orie.i tih. Al'iliONHS 1.03 ri'anifestations pro fjqnaa par l'attentat dont a ti vut m ; Monsieur Ven zaloa coa.i n sent. M us 0:1 ne a gnale aucu 1 1 cldant srieux. DA ar: 14.01 fou d$ Service.du GdbU Fnma,U N itre cible Cip IJaitien New York ta'it interro npu notre tratic est a liemu-j pir la voie de Santiago dj < ibi et peut de ce fait prouver un ie ard que noua IUIS eil'j'.ceu.is de rduire au mniim mle t'ran^ii I Copie REPUBLIQUE D HATI Arrt DAMIGIENAYE Prsident de la H publique Considrant que le Pays traverse une cuse exceptionnellement grave ARRTE ARTICLE 1er— Le Conseil d'Etat exerant la Puissance L'gislative, et convoju i l'extraordinaire pour le lundi 6 Septembre 192J. ARTICLE 2 — L* prsent Arrt sera publi et excut* 1 la diligeuce du Secr aire d Etat de 1 Intrieur / Dnn au Palais National, 1 Portau Prince,le 2Daot 1920.au ii7me de 1 lodpenancs DARTIGUENAVB Par le prsident /> Secrtaire d'Etat des bmatuav et du Commerce Flemy FEOUIURE /.' Secrtaire d'Etal des Relations i. tt mures et de la fnsticc BARAU Le Sscrtaire d Etal tie l' Instruction Pubpque et des Cultes Dm tes BELLEGARDB /.. %  Secr aire d l'-ta' tie l Agriculture et des IravJUX Publics Louis ROY L: Secrtaire d'h'tat de l'Intrieur B D sRTIGUENAVE ^CIGARETTES 1 x-xr* nt?* Or 4.8o le millier Ed ESTEVEQH PORTAU-PHINCE Parisiana DIMANCHE DOM NO ROUGE 'Je pisode LES ESOAMOUf HES .'{ %  11 4a t'i)is>iiV LE TABLEAU En roe G 1 50 CONSTIPATION prenez las COMPRMES SUitSSES dDELORT, Pharmacist lit-, 7,-u KM. t-AuttU* C'EST LE MEILLETJP DES l'URUATIFS POH-A'J-PfilNO|l K.fx.PETKU3. C %  rm-ci. ALBBIfflB 1 hi.rir.8c-.. du r y n ' n VIARD ro.ir. /.h"ir. *"'Tmeft| Wincarnis HT Les mres de familh V \ Toota rnA'a a b> ^o ici tri naturel de veiller ci a' !" la tnala*J^j t^inne nuciin des lionc, frondant peuls lea R*ua tra fortaoi panl psrmttre dsvo r un mecin congtimment leur diapoiition. Clncun de nom i e ri 8 q u-.-il pas tous lea jours d'aitrappef 1 rbome ou rpielque b'onebie? On a oubli son parapluie, on rantr par la rlui, l< s r-i >.< a uiouills cm transis de froid ; la livre a a**'M on ^st ob iK ce s'aliter. 11 V r>.>., fiant un moyen bien simple d'viter cei indiij \ViNC\RNls >i dna ci CHS le vrai mdftcin de U fimille. AU ,8 ^ \ sslent n, s UT t aivrnent au WINCARNIS, traiteUnt aum qua^rdblo tt |rjW e nndant quelque temps Vooa sort /.-ous dprim, fatitru, sujet des mdeiiea, wntJJ vous iveo dn WINCARNISUn verre Rordeaux matin ei: JJJ. le rafiliH >r p.,iv tif et, dans boauoup de cas. le spcifique loisi' rpalad.ei dont la convileicence tend toujours trainer eu lograi reconstituant nalurl. de I J i 11 V CCaritt8 s.imulant, viviliant et lo•....* !" Q ver-e d jnne une tnuvelle vigasor et amliore I u'e; a d* v\r plus de 10INI ) mdecins. Prpar par Angle en-e. Dpt kJral eh?z Dpt gnral chez Franck J. Martin RW du Magasin de l'EtalEn (ace de la Glacifre^P rl '* u COLEMAN& C I



PAGE 1

MATIN K Ol/ iLicrEitf: n donne do la force doit je CL0BOL u icrce nerUd S nerf* lg,tf leur *ner GtoMot. U • pproiiri*lolir d*. f isr !. i. rnls ; ii : rodoi M
  • f ulH-aiiet Mini-le In ,ilu • -cnU i•m\ i o la I .:i>li-s<\ k'tt %  lail A*p* v .iji.^i.. %  D' Cornu (iiuscp'u Uo: r*LiCo, fa >• ,},-"• ••r ; .r d.' I ."T l'I" VO!.,%  .:'<:! ,;.i H) lin .\i'f!l"fil rotor Mu..'M %  •! KII tarte nui • il "KI plim rtftrUflt 4' loiili '••* hu'.i'ii prpmltaM Je n guw. %  O* BtlXOMl T*. IVOCT, >U : jfl: iFloriBCc. ,, M RtaW r.ht'rlain, f, rue <'.. V.>!''iiriii.n<-<, l'u' .1 loiil-s pliMMtiM .Vins mousseux de Cinzano Asti Spumante, Moscato Spumante, Ci uzauo Gran Spumante Ijtes vins, par leur got, qualit et prix, remplacent avantageusement le Champagne. U U Maison F. CINZNO & Co garantit la puret de ses produits comme provenant de ts vignobles cultivs expressment pour leur fabrication. ~ Pour toute commande s'adresser dU recttment Messieurs fr Qinxano #C Tortnu ou *• de Matlis J% Co, repr tentants de la Rpublique tVllaiti. lomrtoir FRANC0-HA1TIE1N Reprsentant potirjjia Rpublique d'ilaiti 1720 Rue du Magasin de l'Etat son \Uattis <$• co \rmmr un loi d'ar'Jetable, service [ni iervtce de fabrica irtu un assortiment limdmnents. tt joui s dis prix lawrence, cailles \Mor et argent, dia i prcieuse. Avis Nous avons l'honneur d'aviser le Commerce et le Public que depuis l'ouvtnuie de notre maison surcette il c, cous a OQS ch ig de uoirj procuration Mr Alt C. Deetjen, Poit au l'nuce le 20 Aot 1920 I. M. CALDERON & Co Mr Alf C. Deeijen continuera signer comme par le pass. AU C. Dctj n P. p. [• M. Calderon & Co Avis Le souss : gn donne avis au rublic et aux notaires en particulier, avoir gar les titres, plans et proies verbaux d arpentage de sa mai son, sise en c tte vi'le, Rue D,n es Destouches No 813. £0 consquence prie MM. les notaires de bien vou loir les retenir en leurs tudes, dans le cas qu'ils passeraient sur leurs yeux. Port au Prince ce 20 Aot 1920 LEBRUN BERTRAND Amateurs de boissons dli~ cieuses n oubliez pas que vous trouverez G rpe Juice| (hez L PBEE2ZMANX-AUGER1IOLM liut du ijuai HEMORRODES Gu.-i.on certain t complet par la •"""l/IBSBimimm UMraitlrt M •• Ctert-LaniKe. lUUT Mm, ftrt-au-Frtnit: tw. %  Vieux timbres poste Di tous psys. Achat et vente. I* Hugens Htel Central Champ de mars. Poit au Prince de 1 s Q res. : fc> ^•ng$< g* tours du monde, que le 11UTMOBILES o.it fait eu n en 1W12, ont prouv tout le monde combien de paie %  ^i peut avoir une voiture d'un ;prix modr, et ce* "?*l-la onitabli la grande rputation de rsistance et 4J ment extraordinaire dj liupmobile. j| Equipement ordinaire lEl^CarosaerieB : :£** l'ouname cinq i '!iZr l, l ou voitures routires g Places. J5Jor de vitesse, gjwr lectrique ?2L lm P e <8 tabher et %  ^"•fe arrire. • Oh, ae vue cl8ire en jJJ^PJ Pluvieux. [aJjV^a niveau d'essence fS?i r i de P re on d'huile !^y lectrique ... __ —— r y a dans ce pays une rgion disponible pour •*> le agents et nous serions heureux de reoevoir, de Binons srieuses et solvables, les demandes con cernant cette reprsentation. Bupmobil *DDDBE BROTHERS ^ MOTOR CAR f* Dodge Brothers TouringCars are now ready for deiivery M t Ampremtre. Porte manteau, et repose pieds Porte pneus. Jante de rechange Tendelets latraux, bupports de tendeiet pourles portires. Tapia pour le tonneau. Capote | noir* ou kdaki ) Compresseur a graisse. AJ Pompe, Cric. .Outillage complet. ]] for dmonstration 1 /*= Anton Kneer p ^ s \Z !" Lerelours TELEPHONE. 34



    PAGE 1

    L^ .la ; Assurez vous contre LE EEU ^dressez-vous la plus for le compagnie des E # [ L LE HOME MSUlilNCE Co de N- agent gnral pour Hati Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince Protgez ^otre Maison, tolre Magasin, vos dpts au taux le plus raisonab'e. Aucun Irais le coirission ni de courtage payer R nseig lez vous sus frais par correspondance ou venez liscuter votre problme chez Eug. LE BOSSE, 95 Iue du Ouai BAZAR METROPOLITAIN Maison de confiance A nu le dts Rues du Peuple et iDanl DitUurfii *<* Vieiiiicnt d'arriver r :) Mu)'* bonne qn dite et* or POi € € G ingrai marq Mayftow Olive 2 qualit* Su ire granul Raisins sans ppin Sardines aux tomates on filure de raisins Vinaigre Biscuit Rich Tea Tous les savons doue 25 bout 30 livre Ji~> boite O boite 85 bout 33 bout 10 boite 1.1 barre 32 boite i> rha 12 boite 10 chtv. :18 chae. 25 chae* 73 paire 20 chae, %  *IJ Grand Htel de FranA %  Le grand Htel de Frac ce a le plaisir d'annoncer i ,. M breuse et choisie qu'il vient de recevoir par Caravelle du C *" Dtf chrx de toutes les qualits viai ( Vin rouge Gourdes 0 le n a u t blanc Bar sac Gourdes tu L \ Des vins en bouteilles rouges et blanc* W| Vermouth tranaisi J Quinquina des Frinces ei /e/ameo* du cap Corse au quinquina. Vins mousseux ti CHAM* AGNE Liqueurs tranuses Marie Bnzard i.e tout 4 des prix ni modr p PPATWZi 1 a Maison Paul E. Auxila RUl^ DU M1GVSIN D2 L'ETVf ET TlUVKftSII A RBU CHAUSSURES lues pour hommes, femmes et enfants ( OR'ETS frariis derniers modles ( Ligne normil) ( BETONNES LT RIDEAUX. mle/ PALV-BEACHS ET I USSORS de Shantung DENTELLES v. Lnciennces et sur talle :r| AlZE bredee tt empicement, lOTIOXS Poudre?, Essences diveiw, Hourpes sapciiau OREILLERS plumes. Mousiquaires, sa P"*.: \)' 'oile, ioton, Toile draps, CHEMISES, Chemisettes, Oikons, ( OUVRE-LITS piqu, Couverture /de lainr, REI E de Lh nt-, C epon de soie, Georgeil, \ OILl S uni et tai tai e, E cftes pour jupes, RATiM-->. Cijbjid ne, S'fges cossais, Ltallf. MALEl I ES ue VOY-sGi, Colliers iantusie, RUBANS CiasUs, S mUii Jupes et Corsages, b-^S e; OlttmUf, ta fi iR.—Siopiiijue de 1? con^ipilio^l La Nationale Produits de premier choix ((Princesse, i tore" L A N A T 1 0 N A L E Voient chaque jour augmenter leur rputation Elles rivalisent avec les meilleures cigarettes imporU



    PAGE 1

    ^{rzime anne Xo 3360 ACTEUR-PROPRIETAIRE MAGISTRAT COMMUNAL G; a.oo iDOU DEPARTEMENTS fjoi mois JTRANGER G. 2.50 7.U • 8.00 — nonces sont reues au 'Comptoir Iii 3 il de Publicit, 9 Rue Tronchet, Pi : [f il, ih L ud g ate HiU LondrM Porl au Prince.Haiti 1 IJII'J %  1 Vendredi 20 Aot 1920 fr Mes. S5JL^ Il n'est pas moins ridicule de demander ce qu'on sait que d'aifimier ce qu'on ignore. Quotidien REDACTION ; Rue Amricaine No, 136B TELEPHONE 78 RQJAS ( SUITE & 1 IN ) ireMi t A l'Ecole lie Ste ao-Dactylograpkre L'Hte'deVille Italie no alarme venant de imieie luite sigmliequela ,dua pius rauil nombre jiids est acquise Cette ieu jiiid pifit :e sonne ricot ierdu sarvioe,lequel jj-, i d dduxie.nj i> ). ml mois avon m ntio ina iilMboiw^. Oui ait cet iur.eure.1 Uili loi tr0 ve uno ipliiqueg ao la.iualla 11 spciaux et la deuxime vent tre lancis au IJ -ai 1 EQ recevant ca sgial No l'oora:eur dj (gnral le pi >j > te sur un a; appsle 1) .ransuiatteur lionne la deuxime alarma ilei stations de pompiers {intress. En recevant le LlMCumpagiies ui.ectes au Idacettabotte po ir la deux lyrponde 1'. 1. ) u ne ou 1 y* des groapos de compa iontpour m: sston de rpoa [chienne des cinq alaunes lpoar toutes les bji'.es de la ttovpyer U seconde alarra, 'fiHufaplue au moyen de la ilitoite. ceci '2'2, pu:s, le ta boite, soit, par exm ^eiqai sign lia Houe N 3 eo. mu alarme rsonne et s'im |wr le ruban do papier au r gnral exactement comme ilaruie.avec ce te d ffren tUement, qu'el e m tiquera 112 et le numro e la et fentres ne doivent a icun moin ant re ercombres. Ton e intrac tion cette rgle d^couverm par \n inspecteurs amn 3 le propritaire OU le locataire divant la justice. Le s .li ras de New York,au nom lire do 900 de types divers, outre 8JU De es salles de cin.n uograpue et 800 dancings reoivent 1 attentioi toute spciale du Dparteman Cs construc ions sont, dit-on, mioux protges que toutes constructions similaires partou; a lieu Dans lu cane d'entre elles il y a amour da la scne, un syst.ue d'arrosage qui fonctionue automatiquament ds que la chaleur dun incendie en daclenclia le mcam.-jma dlicat. A diffrents points de U construction se trouvent des tuyaux lises staud pipes • auxquels p M vent s adapter des manchons en caoutchouc tou jours pr il fo.iciioauer.,Une pom pe Haute pressiou est installe dans les fondations et un grand rBarvoir d eau et mnag sur le toit da chane thtre. Deux murs eu briq ns rfrac aires sparent la scne d 1 corps de btiments et cet isole ment est rendu plus complet par un riJeai en amiante que la pression d'un boutoi lactrique lait tomber sur la ecue. L'ducation du public est 1 une des ::hes puncipaies du Buretu de Service provenu! contre l'incendie. Toutes les donnes fournies par les arcli ves eu ce qui a trait l'limint! ou des incendies sont prtantes! BO os foi mes de brochures, confres Ces, Il ms cinmatographiques Dans le? coles et dans les usines, il y a, d : frquents intervalles, des exrse ;s rg!eme>.ta'.ro3 d'action contra 1 inceulie. Ei 1911, fat fond la "NawYork Fire Collge Collge de New York co.it' e le feu. ^on Directeur esc le Cnf du dpartement. La facult cmijrend le Chef, 3Sj Ctief de Ui lanlo.i ".' capitaines. 1 chimiste et le ch f di bureau du tlgraphe dalar me eu cas d incendia.Le programme comporte tout ce qui a irait a la lion du bureau d Inspecnmporante. Lu effet, ce liu des pans de la vide idaos les moindres dtails HOariiH's, y compris le si'aiaeasections a populations Nligta-de arbres co.nmr [lll*ique d'une Lu; in pa %  1 Si situe chaque constiuc *qui se trouva u clnqua Iteite construction Ls.Uuus IOQ tient sous une inspec te, les dpots, les mag • provisions, les dbuts d'ex Mfe matires ique les maisons pttbiKjues d ar l'habilitions. Toutes ces in)port donr l'emploi doit tre mi' e iiietimtua de ce genre dans inscrit* ur des registres le monde et elle continue da se WTUI de''fire-e8capes'(tigfl8 raiio enir comme tout le Servies de •Porte des fentres it coi:, New York pris en bloc au premier wg dei mars ). t, s portes d gr d'excellence. si es trangres. Avec cette moditi ca'.ion, la thse ne revient pis plus de 7.700 a 2000 fran:s. Ci n'eit pas donn, ou le voit. Avant la Rvolution, et mme sous la Restauration, l'usage tait d'oitrir aux grands personnages qui essistaient 1 une soutenance de thse et mme aux dam;s car les damas, 111 llomun du barreau quivsnez contre un terrible adversaire d 1 prendre en main une cause douteusi*, une de BCienca, qua de tac', que d'adresse dev.v.vom employet .' (Jolle circonspe-t;on devez-vous exercer? Une pbrase, un mot mal o.uploys co npro nettrai mt irrm S Iiab e n 1 it l'itane de votre procs/ Oh/ Ouello attention prtez-vous au disjo 1rs l< vot'e opoosaut, pourqjoi, I oreil e ton lue, les moinires mots q l'il p r o non e par VOJS aoat eiamma? Ahj Ne Dourra-t-il pas luf-mna voua olfrir l'ocjasiou de *le lerrassar.' Cet'e ide qu'il Vian 1 ; d'exp:iner, cette prop03iuon qua lub lia mut il vient da sous-antandre, si vous \) ) 1 viez les lui opooseren vous sriant de sas proprjs ternes'.' ij ni etTat cette tac iquo ne produirau-eih pas.' Prouver par ses propres paroles que la reloutsb'.e adversaire se co itredit, rapporter sas pro >res expressions, son piopre diac >urs, quel ellet dorimant n'exercerait pse iur lai l'exercice d'une telle facett*? Mus cette phrase, celle proposition fugitive, comment pourrez.-vous la re construire dans toute son it4grit sans lui enlever de sa force? Votte crayon trop lourd de la cualeur da son verha n'a pu f uivre l'lan : 0, lel dominege, quelle perte/ Avocat de cette ca ta', ne vous prvalez^psi d'avoir reu une ducation prof ssionnelle perfsctionoe : L'a point faible vient de vous e.i tre signal : Jommdnt allez-vous y obvier? Juues go us qui ne vuez pas seu lement de pain, mais aussi du I5eau sous toutes ses formes quelles que soient ses mui'f sstations, vous, cul tivateurs des beaux arts qui aimez a vous lever dans les rgions suprieures de l'a ne et de l'esprit, voua (|uo votre ducatio 1 intellectuelle place si haut au dessus du vulgaire, vous pour qui, les oeuvres de l'esprit et du eoBor oll'reut plus d attrait que celles de U chair ou des lments, lue de lois ne voub tesvous pas surpris auditeurs d'un biillant m i n"non moins intreeaentea, plus b;i laottff, plus originsias. La narvosud) voi.e mun da votre gnerre, avec 1^ ren.h.*j B papier et de la main ^ 'allait compter ^000 i. 3ls r oot. Encore pour ce ^ n d Suprieur de l'Uni "y que, dornavant, le ' thse n'aurait four son ces exemplaires. On jouait 8IO n, conliar votre mamoire l'allusion que Roiieau, dans uae de iij 0 | e ce P i:es prcieuses ses plus clbres satyres, fi: la UtA votre main a refuse de vous art^q me du lieutenant l'ardieu. si avare, nr la pi^piit, ehœar, il y a un peiit instrami grce auquel vous pouvez, vous forger une bibliothque p 1 • l ii vous permettrait de jouir du luxuneux p ais 1 combi 1 lui 18 de retrouver p nsieura ann • ard lt-4 penses viva: t .•. q 11, a 1 Cois. avsient I ''. cet la 1 1 ..." u" tn 11 toi, l'en vu IB yc |uis, 'i 19I est Bon cot, o ; 01 l'obteaii', de t] pouvez ..r.' ij.i-.l est donc cal ina ro neni d a dieux, q ::. ii 1.1 i. ta %  de l'aetivua iiu ntia •, intervient, mal tiplie le renJem .11 Intellect tel; renl plus faci e l ne 1 lisitioo d >a se eucce, d ifl arti do lt la pratiq 18 est iiol p'us sr guair.de suoejs dans M l v tab e luwe pour la VI J aael tilis nan migqae qui d a 1 rn fm 1 cap aide tempa permet m ne une foaee, la tixe sans effort avec 1 agiltt que mat le plptOgrapb surprendre les traits qu un rayon I 1 soleil renvoie dsvan son appel lt, la stnographie, C'est l'art q il du commerani ao .if dcupla la te nps et da la iranscription us'.i lu tss les mannaorits illisibles dispanse ( tn.e, la stnographie, pas le progrs, une partie de cet us n bla.je de moyens plu-, b*.ifi 1 l'a su trouver notre sicle pour cjouo.m ser le temps et le travail ri La Siuographie, c -^i l'cntare dont Victor ttuga disait : 'qille tere l'critare populaire et onlvorsslle du .\\3 8i:ie!" C est 1 ou il mervcilleus dont le gnral alleman 1 SjLitomts c mseillait, en 1870, U. p.ia i jua ses Ofiieiera, tant paur la transmission sejr e dw orneras re; is que pour leur lapiie excution / i-'eat le moyeu de vulgarisation dont la Qonven uon, lors de la toui*t.>. 1 de l'cole Normale traocatae ordonoa t'appiica on a la, di:Vo-.ioa da l'instruction et lequel, noas rapporte Mr !'•• nay, les leons des nlnects pro seurs taient trsaj|o>jttse aux tu nts de provm.j. A suivie de Port-au-Prince qu'elle ranir jt ses vtecx joaons des thses o!tertss avec le satin so 1 m ri. Wu q Ue trente ntJX u vous, qui dans votre cabmet, dans votre fcublio hque, possder ls meillens ouvrag's, le.i meilleurs livres, les meiliec.-* autears. vous uqi ne ngligez lien pour acjurir -—. H uc UB Si l'usage persistait, nui doite, vu ittese.d lx aux autrps .. uaciises : dix autres NSHMnjje avec des un-ver tbss sur satin c^u'on leur o!!nrait les ce ira uu^'ummes viv e qt en ares, Angleterre EN ECHANGE Contre 100 timbres poit: o rs de Uiiti et des pay voisins, je vous donnerai de> cartel po tilej illustres de la , te Liro Un plan particulirement remarquable vieni d'ttre soumis an Conseil Communal par uue grande coin pagnie amricaine The UndersplnniDg and Foundation Corporation . — Nous devons a l'amabilit du Magistral Communal qui a bien voulu nous le communiquer, de le posst'd r en nos bureaux o le public a t invit a le voir. Il ne nous est pis permis de prjuger des dc s OQS que le Conseil Communal est appel prendre. Nous n'entendons pas non plus, en donnant notre opinion au sujet dece plan, conseiller soi adoption 1 excltuioa d'un autre.Nous voulons seulement, en l'analyanl, clairer nos lecteurs sur l'tat de cette question qui les intresse i un haut degr. Disons que ce pb.n rpond partatl; 'iv.nl nos ides relatives l'htel de Ville, ides que nous avons dj exposes au cours de cette tude.— l'un aspect majestueux, ce vaste difice d'une gianda puret de lignes serait certes un beau monument pouf notre Ville. Une judicieuse dis Libation des appartements permet de logefi non seulemeut les services actuels de l'Administration, mais encore ceux qui probablement relve ront d'elle lorsque la Ville aura atteint tout son dveloppement. De magnifique! salles de ftes faci literaicnt ces organisations grandioBfl pour lesquelles la Commune est oblige de recourir i des locaux de circonstance, ce qui, en ne lui permettant pas de prendre, longtemps a l'avance,ces mesures ncessaires a un arrangement artistique, nuit la rUSSiU complte dt ces organisations. DJS appartements privs sont mis a la disposition du Magistral Communal et Ton ne saurait trop louer cette sage prvoyance. Avec U crise du logement qui svit et dont on ne peut prvoir la .(m, avec les indemnites insigiifUelei qui soat alloues un Magistrat Communal, comment es haut dignitaire, l'une des premires autori.'is civiles de sa. Commune, arri-.era-t-il se loger digacment p&ur taire honneur i la Ville doal il est le reprsentant, s'il ne ditpoae de moyens personnels ? li appartient i celle ci dy pourvoir et cela, pom sauvegarder son propre prestige. Ce ptojet qui tmoigne d'un grand MOI technique, est l'oeuvre de l'un des plus rputs architectes cmricuns. Monsieur tlermin Lee Meader, spcialiste en ce genre de consuuclioas.Nous avons eu entre les mains le dialogue des ueuvris excutes sous la direction et d'apxs les plans de ce piestigieux protessionnel. Ce O.U tou^ des baiimecis du plus dcoatit aspect et qui, de l'opinion lurale, contribuent l'ornement ces villes qui les possdentEn eilet, Monsieur Meader qui a fctodie l'architecture aux Ktats Unis, en L rince et en Italie, s'est occupe des importants travaux de la tSioger Tower, de 1a c United States>CavaL Acadernv Buildings.! \nnapolis.— le prix des toiles, q^ue que'CjUes pa jes iqstrumsnts prcieux uecesaicss q>3nue, des vues ang aIl a cou a truit des bibliothques, des tites dames soigueuses n'employasa votre ievatio.i ddin les zones ses et: dilicrs publics, dei Eglises dont sent de la mme faon les' belles tuiree 0.1 s mies les grandes a ns, M ss TE i, Ku O.a, S,e;!.v.', Loo l'une est la reu^i^mble Cathdrale deKugstoa, Urnxiaut). SexciA \ % 


  • Le Matin
    ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
    Full Citation
    STANDARD VIEW MARC VIEW
    Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05193
     Material Information
    Title: Le Matin
    Physical Description: Book
    Publisher: s.n.
    Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
    Publication Date: Friday, August 20, 1920
    Frequency: daily
     Subjects
    Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
    Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
     Record Information
    Source Institution: University of Florida
    Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
    Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
    Resource Identifier: aleph - 000358166
    notis - ABZ6468
    System ID: UF00081213:05193

    Downloads

    This item has the following downloads:

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )

    ( PDF )


    Full Text
    ^{rzime anne Xo 3360
    ACTEUR-PROPRIETAIRE
    Magistrat Communal
    g; a.oo
    iDOU
    DEPARTEMENTS
    fjoi mois
    JTRANGER
    G. 2.50
    7.U
    8.00
    nonces sont reues au 'Comptoir Iii
    3 il de Publicit, 9 Rue Tronchet, Pi:
    [f il, ih Ludgate HiU LondrM
    Porl au Prince.Haiti
    . 1 ijii'j 1
    Vendredi 20 Aot 1920
    fr
    Mes. S5JL^
    Il n'est pas moins ridi-
    cule de demander ce qu'on
    sait que d'aifimier ce qu'on
    ignore.
    Quotidien
    REDACTION ; Rue Amricaine No, 136b
    TELEPHONE 78
    RQJAS
    ( Suite & 1 in )
    ireMit A l'Ecole lie Steao-Dactylograpkre L'Hte'deVille
    Italie no alarme venant de
    imieie luite sigmliequela
    ,dua pius rauil nombre
    jiids est acquise Cette ieu
    ji- iid pifit :e sonne
    ricot ierdu sarvioe,lequel
    jj-, id dduxie.nj i> ). ml
    mois avon m ntio ina
    iilMboiw^. Oui ait cet
    iur.eure.1 Uili loi- tr0 ve uno
    ipliiqueg ao la.iualla
    11 spciaux et la deuxime
    vent tre lancis au ij -ai1
    Eq recevant ca sgial
    No l'oora:eur dj
    (gnral le pi >j > te sur un
    a; appsle 1) .ransuiatteur
    lionne la deuxime alarma
    ilei stations de pompiers
    {intress. En recevant le
    LlMCumpagiies ui.ectes au
    Idacettabotte po ir la deux
    lyrponde 1'. 1. ) u ne ou
    1 y* des groapos de compa
    iontpour m: sston de rpoa
    [chienne des cinq alaunes
    lpoar toutes les bji'.es de la
    ttovpyer U seconde alarra,
    'fiHufaplue au moyen de la
    ilitoite. ceci '2'2, pu:s, le
    ta boite, soit, par exm
    ^eiqai sign lia Houe N 3 eo.
    mu alarme rsonne et s'im
    |wr le ruban do papier au
    r gnral exactement comme
    ilaruie.avec ce te d ffren
    tUement, qu'el e m tiquera
    112 et le numro e la
    et fentres ne doivent a icun mo-
    in ant re ercombres. Ton e intrac
    tion cette rgle d^couverm par \n
    inspecteurs amn 3 le propritaire OU
    le locataire divant la justice.
    Le s .li ras de New York,au nom
    lire do 900 de types divers, outre
    8JU De es salles de cin.n uograpue
    et 800 dancings reoivent 1 attentioi
    toute spciale du Dparteman Cs
    construc ions sont, dit-on, mioux
    protges que toutes constructions
    similaires partou; a lieu - Dans lu
    cane d'entre elles il y a amour da la
    scne, un syst.ue d'arrosage qui
    fonctionue automatiquament ds
    que la chaleur dun incendie en da-
    clenclia le mcam.-jma dlicat. A dif-
    frents points de U construction se
    trouvent des tuyaux lises staud pi-
    pes auxquels p m vent s adapter
    des manchons en caoutchouc tou
    jours pr il fo.iciioauer.,Une pom
    pe Haute pressiou est installe
    dans les fondations et un grand r-
    Barvoir d eau et mnag sur le toit
    da chane thtre. Deux murs eu
    briq ns rfrac aires sparent la sc-
    ne d 1 corps de btiments et cet isole
    ment est rendu plus complet par un
    riJeai en amiante que la pression
    d'un boutoi lactrique lait tomber
    sur la ecue.
    L'ducation du public est 1 une
    des ::hes puncipaies du Buretu de
    Service provenu! contre l'incendie.
    Toutes les donnes fournies par les
    arcli ves eu ce qui a trait l'limi-
    nt! ou des incendies sont prtantes!
    bo os foi mes de brochures, confres
    Ces, Il ms cinmatographiques Dans
    le? coles et dans les usines, il y a,
    d : frquents intervalles, des exr-
    se ;s rg!eme>.ta'.ro3 d'action contra
    1 inceulie.
    Ei 1911, fat fond la "NawYork
    Fire Collge Collge de New York
    co.it'e le feu. ^on Directeur esc le
    Cn- f du dpartement. La facult
    cmijrend le Chef, 3Sj Ctief de Ui
    lanlo.i ".' capitaines. 1 chimiste et le
    ch f di bureau du tlgraphe dalar
    me eu cas d incendia.Le programme
    comporte tout ce qui a irait a la
    lion du bureau d Inspec-
    nmporante. Lu effet, ce liu
    des pans de la vide
    idaos les moindres dtails
    HOariiH's, y compris le si-
    'aiaeasections a populations
    Nligta-de arbres co.nm- r
    [lll*ique d'une Lu; in pa
    1 Si situe chaque constiuc
    *qui se trouva u clnqua
    Iteite construction Ls.Uuus
    iOq tient sous une inspec
    te, les dpots, les mag
    provisions, les dbuts d'ex
    Mfe matires
    ique les maisons
    pttbiKjues d ar
    l'habilitions. Toutes ces in)port
    donr l'emploi doit tre mi'-e iiietimtua de ce genre dans
    inscrit* ur des registres le monde et elle continue da se
    Wtui de''fire-e8capes'(tigfl8 raiio enir comme tout le Servies de
    Porte des fentres it coi:, New York pris en bloc au premier
    wg dei mars ). t, s portes d gr d'excellence.
    si es trangres. Avec cette moditi
    ca'.ion, la thse ne revient pis
    plus de 7.700 a 2000 fran:s. Ci
    n'eit pas donn, ou le voit.
    Avant la Rvolution, et mme
    sous la Restauration, l'usage tait
    d'oitrir aux grands personnages qui
    essistaient 1 une soutenance de thse
    et mme aux dam;s car les damas,
    111
    llomun du barreau quivsnez con-
    tre un terrible adversaire d 1 prendre
    en main une cause douteusi*, une
    de BCienca, qua de tac', que d'a-
    dresse dev.v.vom employet .' (Jolle
    circonspe-t;on devez-vous exercer?
    Une pbrase, un mot mal o.uploys
    co npro nettrai mt irrm S Iiab e n 1 it
    l'itane de votre procs/ Oh/ Ouello
    attention prtez-vous au disjo 1rs l<
    vot'e opoosaut, pourqjoi, I oreil e
    ton lue, les moinires mots q l'il pro
    non e par vojs aoat eiamma? Ahj
    Ne Dourra-t-il pas luf-mna voua
    olfrir l'ocjasiou de *le lerrassar.'
    Cet'e ide qu'il Vian1; d'exp:iner,
    cette prop03iuon qua lub lia mut il
    vient da sous-antandre, si vous \) ) 1
    viez les lui opooseren vous sriant
    de sas proprjs ternes'.' ij ni etTat
    cette tac iquo ne produirau-eih pas.'
    Prouver par ses propres paroles
    que la reloutsb'.e adversaire se co i-
    tredit, rapporter sas pro >res expres-
    sions, son piopre diac >urs, quel ellet
    dorimant n'exercerait pse iur lai
    l'exercice d'une telle facett*? Mus
    cette phrase, celle proposition fugi-
    tive, comment pourrez.-vous la re
    construire dans toute son it4grit
    sans lui enlever de sa force? Votte
    crayon trop lourd de la cualeur da
    son verha n'a pu f uivre l'lan : 0, lel
    dominege, quelle perte/ Avocat de
    cette ca ta', ne vous prvalez^psi
    d'avoir reu une ducation prof s-
    sionnelle perfsctionoe : L'a point
    faible vient de vous e.i tre signal :
    Jommdnt allez-vous y obvier?
    Juues go us qui ne vuez pas seu
    lement de pain, mais aussi du I5eau
    sous toutes ses formes quelles que
    soient ses mui'f sstations, vous, cul
    tivateurs des beaux arts qui aimez a
    vous lever dans les rgions sup-
    rieures de l'a ne et de l'esprit, voua
    (|uo votre ducatio 1 intellectuelle
    place si haut au dessus du vulgaire,
    vous pour qui, les oeuvres de l'es-
    prit et du eoBor oll'reut plus d attrait
    que celles de U chair ou des l-
    ments, lue de lois ne voub tesvous
    pas surpris auditeurs d'un biillant
    m
    lettres... sont tenus de
    Wethre lissu de leurs
    Jwrttires. Dj, avant la
    te for
    forme originale que vois n'avie* jt-
    mu;s euteuduu auparavant vous ont
    frapp particulirement!
    AmUmrs du iieau, que ne vou-
    dric^vous offrir puur acqurir ces
    penetl dont, pour la premire fois,
    vous avez entendu l bnllaute ex-
    pression, fruit d un cerveau eu bal
    Utlon, luiprovisation qie rendant
    clbres les circonstances qui la
    provo4uenl; vore crayon entre las
    do gts-, da is vo te caii'at% vous essa-
    yez da les faire: entrer, mais a peine
    sur Ij pspiar avez vous co.nnenc
    de lixer la premio, que d'ait es la
    fcu.v.>i n"- non moins intreeaentea,
    plus b;i laottff, plus originsias. La
    narvosud) voi.e mun da votre
    gnerre, avec 1^ ren.h-
    .*jB papier et de la main
    . ^ 'allait compter ^000
    i.3lsroot. Encore pour ce
    ^nd Suprieur de l'Uni
    "y que, dornavant, le
    ' thse n'aurait four
    son ces exemplaires. On jouait 8IOn, conliar votre mamoire
    l'allusion que Roiieau, dans uae de iij0|e. ce Pi:es prcieuses
    ses plus clbres satyres, fi: la UtA votre main a refuse de vous art^q
    me du lieutenant l'ardieu. si avare, nr la pi^piit,
    ehar, il y a un peiit instrami
    grce auquel vous pouvez, vous for-
    ger une bibliothque p 1
    l ii vous permettrait de jouir du
    luxuneux p ais 1 combi 1 lui 18 de
    retrouver p nsieura ann ard
    lt-4 penses viva: t .. q 11, a 1 Cois.
    avsient I ''.
    cet la 1 1 ..." u" tn 11 toi, l'en !
    vu ib yc |uis, 'i 19I est Bon cot, o
    ; 01 l'obteaii', de t] pouvez
    ..r.'
    ij.i-.l est donc cal ina ro neni d a
    dieux, q ::. ii 1.1 i. ta
    de l'aetivua iiu ntia , intervient, mal
    tiplie le renJem .11 Intellect tel; renl
    plus faci e l ne 1 lisitioo d >a se eucce,
    d ifl arti do lt la pratiq 18 est iiol
    p'us sr guair.de suoejs dans M l
    v tab e luwe pour la vij, aael
    tilis nan migqae qui d a 1 rn fm 1
    cap aide tempa permet des 1 itsrtB [iius coi, lrab a
    e-t donc, bteoveiil inta and
    c.'t art, cette semne, catt) profaa-
    *ii-,), cette carrire, cet' cl 1 da
    diarrant qui va ouvrir n ta lilles,
    no3 Buaari u pan 1 I u.des
    ftdministretions et des b . 1 ins?
    Si la Dac ylographia eat la con-
    naiuance de eatte petite macbioe
    msrveilleuae, ouvrage gnial d 1
    nouveau Outlemoerg, qui, per
    tant d'cri.e trois t us plus vie -.n 1-
    tec I criture ordinaire, fournit d un
    mme texte, lettre, correipondao.ee,
    mandat, facture, rapport, etc, j -
    qu' sept copies dans un ordre im-
    peccable avec une disposition artis-
    tique, la Stuograpino, c'est l'art
    merveilleux de saisir au vol la
    parole qui passe comme un clair,
    celui ijui permet la jeunesse des
    coles de suivre les paroles du 1
    fesMor, de les reproduire, de
    noter avec soin, uux passionns de
    la trilnne, du barreau ou de la
    chaire, cde noter le dise nus il un
    brillant orateur la Stnographie,
    c est I art ingnieux* oomme le dit si
    Li9C Jus iq liai y, par lequel, e cri
    vain, vous prendrez au vol la
    qui da votre tte ea [sa pari c >m ne
    une foaee, la tixe sans effort avec
    1 agiltt que mat le plptOgrapb
    surprendre les traits qu un rayon I 1
    soleil renvoie dsvan son appel lt,
    la stnographie, C'est l'art q il du
    commerani ao .if dcupla la te nps
    et da la iranscription us'.i lu tss les
    mannaorits illisibles dispanse
    ( tn.e, la stnographie, pas
    le progrs, une partie de cet us n
    bla.je de moyens plu-, b*.ifi 1 l'a su
    trouver notre sicle pour cjouo.m
    ser le temps et le travail ri
    La Siuographie, c -^i l'cntare
    dont Victor ttuga disait : 'qille tere
    l'critare populaire et onlvorsslle du
    .\\3 8i:ie!" C est 1 ou il mervcilleus
    dont le gnral alleman 1 SjLitomts
    c mseillait, en 1870, U. p.ia i jua ses
    Ofiieiera, tant paur la transmission
    sejr e dw orneras re; is que pour
    leur lapiie excution / i-'eat le mo-
    yeu de vulgarisation dont la Qonven
    uon, lors de la toui*t.>. 1 de l'cole
    Normale traocatae ordonoa t'appiica
    on a la, di:Vo-.ioa da l'instruction et
    lequel, noas rapporte Mr !'
    nay, les leons des nlnects pro
    seurs taient trsaj|o>jttse aux tu
    nts de provm.j.
    A suivie
    de Port-au-Prince


    qu'elle ranir jt ses vtecx joaons
    des thses o!tertss
    avec le satin
    so 1 m ri.
    Wu qUe trente ntJX.
    u vous, qui dans votre cabmet,
    dans votre fcublio hque, possder
    ls meillens ouvrag's, le.i meilleurs
    livres, les meiliec.-* autears. vous
    uqi ne ngligez lien pour acjurir
    -. Huc ub Si l'usage persistait, nui doite, vu
    ittese.- dlx aux autrps
    .. uaciises : dix autres
    NSHMnjje avec des un-ver tbss sur satin c^u'on leur o!!nrait les ce ira uu^'ummes viveqt en ares, Angleterre
    EN ECHANGE
    Contre 100 timbres poit: o
    rs de Uiiti et des pay voisins, je
    vous donnerai de> cartel po tilej
    illustres de la , te Liro
    Un plan particulirement remar-
    quable vieni d'ttre soumis an Con-
    seil Communal par uue grande coin
    pagnie amricaine The Unders-
    plnniDg and Foundation Corpora-
    tion . Nous devons a l'amabilit
    du Magistral Communal qui a bien
    voulu nous le communiquer, de le
    posst'd r en nos bureaux o le pu-
    blic a t invit a le voir.
    Il ne nous est pis permis de pr-
    juger des dc s oqs que le Conseil
    Communal est appel prendre.
    Nous n'entendons pas non plus, en
    donnant notre opinion au sujet de-
    ce plan, conseiller soi adoption
    1 excltuioa d'un autre.Nous voulons
    seulement, en l'analyanl, clairer
    nos lecteurs sur l'tat de cette ques-
    tion qui les intresse i un haut de-
    gr.
    Disons que ce pb.n rpond partat-
    l;'iv.nl nos ides relatives l'htel
    de Ville, ides que nous avons dj
    exposes au cours de cette tude.
    l'un aspect majestueux, ce vaste
    difice d'une gianda puret de lignes
    serait certes un beau monument
    pouf notre Ville. Une judicieuse dis
    Libation des appartements permet
    de logefi non seulemeut les services
    actuels de l'Administration, mais en-
    core ceux qui probablement relve
    ront d'elle lorsque la Ville aura
    atteint tout son dveloppement.
    De magnifique! salles de ftes faci
    literaicnt ces organisations grandio-
    Bfl pour lesquelles la Commune est
    oblige de recourir i des locaux de
    circonstance, ce qui, en ne lui per-
    mettant pas de prendre, longtemps a
    l'avance,ces mesures ncessaires a un
    arrangement artistique, nuit la r-
    USSiU complte dt ces organisations.
    Djs appartements privs sont mis
    a la disposition du Magistral Com-
    munal et Ton ne saurait trop louer
    cette sage prvoyance. Avec U crise
    du logement qui svit et dont on
    ne peut prvoir la .(m, avec les in-
    demnites insigiifUelei qui soat al-
    loues un Magistrat Communal,
    comment es haut dignitaire, l'une
    des premires autori.'is civiles de sa.
    Commune, arri-.era-t-il se loger
    digacment p&ur taire honneur i la
    Ville doal il est le reprsentant, s'il
    ne ditpoae de moyens personnels ?
    li appartient i celle ci dy pourvoir
    et cela, pom sauvegarder son propre
    prestige.
    Ce ptojet qui tmoigne d'un grand
    MOI technique, est l'oeuvre de l'un
    des plus rputs architectes cmri-
    cuns. Monsieur tlermin Lee Meader,
    spcialiste en ce genre de consuuc-
    lioas.Nous avons eu entre les mains
    le dialogue des ueuvris excutes
    sous la direction et d'apxs les plans
    de ce piestigieux protessionnel. Ce
    o.u tou^ des baiimecis du plus
    dcoatit aspect et qui, de l'opinion
    lurale, contribuent l'ornement
    ces villes qui les possdent-
    En eilet, Monsieur Meader qui a
    fctodie l'architecture aux Ktats Unis,
    en L rince et en Italie, s'est occupe
    des importants travaux de la tSioger
    Tower, de 1a c United States>CavaL
    Acadernv Buildings.! \nnapolis..
    le prix des toiles, q^ue que'CjUes pa jes iqstrumsnts prcieux uecesaicss q>3nue, des vues ang a- Il a couatruit des bibliothques, des
    tites dames soigueuses n'employas- a votre ievatio.i ddin les zones ses et: dilicrs publics, dei Eglises dont
    sent de la mme faon les' belles tuiree 0.1 s mies les grandes a ns, M ss TE i, Ku O.a, S,e;!.v.', Loo l'une est la reu^i^mble Cathdrale
    deKugstoa, Urnxiaut). SexciA
    \





    LEMAuin
    Correspondance
    Ecban ntrt le En tveui G m al, le
    Conleiller hnancier, le Dpartement
    des Finance* t celui des Relations
    Extrieures propos de la non remise
    les chques dr luitlet 1920 pour son
    tcettm 1 le Prsident de la Rpubli-
    que, Messieurs les Secrtaires attat,
    m.
    ( Suite & Fia )
    SECRETIRER1E HITAT
    DES RELATONS : XTi.KIEURUS
    Poitou Prince, le6 Aot 1920
    Monsieur le M n iire,
    l'ai lhonn ur de remtit e,:ous ce
    couvert, Voue ft. la cop:c d'une
    lettre adresse par le Conseille! Fi-
    nancier au Secrtaire d'Etat des Fi-
    nances qui lui ava.t demand de lui
    l'ire sa*OT pourquoi les chques
    firtOU tx iraittments pour le mois
    de jaillit de Mr le PirydtDt de la
    K^p' Hlqu',' dtl Secilbires d'E a',
    des M n b s du Cen?eil d'E a tt
    dr 'Io rip ie 1 laducttur eu Fala s
    N: t oual, r.'..v-aierjt pas tie itmia en
    l'un* ii tupi que irus lis autres
    il.ejui-s du p-'Ois dr fuilli t
    Fans -a r/pe :se, Mos.'ieur le Con
    seiller F uan ici a interne le U.
    t nui t des Fir.snces q e c cet nui-
    vatt in.tiucticns ou Mil i tre amri-
    rain qu- le paietni nt de es indemri
    Ifs a ete lospenda jusqu'A rcepticD
    d'avis ultrieur de sa 1.1 1 .
    Mon Goaveroemei t orot te cor-
    ne celle mesure de violence qui ett
    une ane ute Lite i i< digiit du
    Gouvernement tt du Peuple .1 :i;iens
    Veuilirz 2g:er, Moosieuf le M -
    nistre, lis assurances de mi hau a
    considration,.
    Sig, I. BARAU
    Son r.x e:lcrce
    Monsieur BLANCHARD
    Envoy E 1 , 1 aire tt Uin
    ntpotntiaire des /.' U \d'Amtti'i \
    l'o'i aJl'niKi'.
    Four copte conforme :
    /( bureau des Ri huions Extrieures
    l-.jmond MONTAS
    LEGATION OF THE UNITBD
    STATES 1 >;' AMERICA
    August, 6 ;^2o
    Mr M'oister,
    lia/: ihe honor to ackiowltdge
    receipi 1 I Your Hxcellcncy's bo>
    under date of August 5.
    In iep'y 1 bave to ataie that the
    action ot tlie Financial acvi.er ihe-
    iciu ieterred 10 wjs aken by diiec
    non ot Uns Legit.o 1.
    Be pleaecd 10 iccept, Mr Minuter,
    the assurance o! rry h gli considra
    non.
    (Sgn) A Bai y BLANCHAD
    Amen an MmisUr
    ihr. Bicellenty
    M |. BARAU.
    hinisttt of borcign Aiairs,
    Port -u-Pnuce.
    LEGATION DES ETATS UNIS
    AMERIQUE
    ( l iauu.1 on)
    n Act lv : I
    Monsieur le Ministre,
    Fai i'h)ui:i'ur d accuser lcsption
    del net; de Voue Excellence en
    date du > aot.
    tntt* auxquels ii 3 su donn. toute
    satisfaction,compter;! parmi les plus
    riches,
    Au moment d'achever Cfe longue
    tude nous :royow u ite de faire un
    rsum d*. la question:
    11 est ioai^^nsable que Port au
    Prince ait un htel de ville L'Ad-
    tnioi*tr*tion Communale actuelle
    semble avoir pria cceai de raliser
    cette eiprance conut par tous les
    hommes de prog es qui atpirenl
    donnei enn 1 une impulsion dli i
    i.vedausii v.e do Ii plus htuie
    civilisation noire beau Pays. Nous
    avoos dit CD"! jiies sur les coudi
    lions qur lu. 1 .emplir le plan
    adopter. Pou v 1 i_ue j d ri e re. on
    dt A 11 deitiri U 01 Ot so't. pour no
    tie Port .u l'in e un vrai |oy. u
    u'art, qjelqus : n ,-' p!a\ moi m
    rons o |o us heureux d tenJie
    sou auicui les sent mini: que coin
    me tous qeus au tant 4a .1:
    enracni: ...;i<>j, du cloche: qui e.t
    une pet' p.i r i o ;s profrerons
    pour u 1 1. j;istil Communal qui.li
    ic au m >'. eu [ r SOI J C0 Dpi 4
    ooa aapirat O n II fia se no* :
    pour u |bcai.ti et la v/ialcac d:
    00t:e ci e.
    Faits Divers
    10 Hue du Centre
    y i^nt d'installer une sucuisalu
    1 i.noN-ViLLK en facl lineaFrai ci>
    Grand chofl de rubans, dentelles.
    broderies, tissus lig*rr, tulles pa-'u
    merif, bonbon?, caries po taies, fils
    a ioudre,abroler, boutons pressions,
    chaussu:es, etc. etc.
    tin rponse, je dclare qu l'acte
    du Conseiller 1 inancier dont il s'?g t
    a t excul d'apis les instructions
    de cette Li'gaiior.
    Veuillez agrer, Monsieur le Mi-
    nistre, lassur^uce de mi haute coj-
    sidrat on.
    Sign A. Bai H y Blakchard
    Ministre amricain
    Son Fxceilerjce,
    Monsieur J. Marau,
    '. 1 aftairt 1 trangres
    Port aurPrince.
    Fo ir copir co forme :
    /. itbureau des R lotions Extrieures
    Edmond Momta]
    SE RETAffiERIE D l'F F
    DES RELATIONS EXTERIEURES
    Port-au Piince, le 7 a(. 192j
    Monsieur le Ministre.
    En rponse a ma d pche du j
    acir par laquelle j'av.is 1 honneur
    il; formel votre Lcguion du relus
    du Conseiller Financer de payer le*
    indemnits du mois de juillet coa
    a. odonsieur le Prstlejt de la R
    pub ique, des G ns iller d'Etat, des
    Membres du Conseil d Etat et de
    I Inicrp.ctp Traducteur du Palais,
    Votre Fxcellence me tait savoir, p;r
    sa let re en date au 6 ai t courant,
    que c'est d'api> les instiu^tions de
    la Lgation des Etats Unis que Mon
    sieur le Conieillet Financier a agi.
    Mon Gouvernement prend acte de
    v'otie dclaration.
    Veuillez ;grier, Monsieur le Mi-
    nistre, l'assurance de ma haute con
    sidn ticc.
    (S.) I. Hakau.
    Fer iopie cor forme :
    Ltcbt\ de bureau des Ki lotions Extrieures
    Edmond Montas
    Son E}.cellence,
    Mo.-sieur A. Bailly Bl4Nchao
    Envoy extraordinaire tt Ministre />/'-
    mpoi des Etais-buts d Amrique
    For;-au Puace.
    Fente de bien* de
    ressortissants
    allemands
    11 sera procd le mercredi 25
    aot 1930, i du hautes du rni'h,
    au lccil de h Fhar.nacie centrale it
    pir le miahtie de Montb un E ie,
    acanlear public, a la vente en b oc,
    au plus ortran' et dernier ench is-
    seur des pioduiU et matriel d: la
    dite pharmacie.
    Tels que les dits produits et m.'
    riel se poursuivent et se lompoteit,
    aaps aucune exception ni rserve.
    Aux requte, poursuites et dili-
    gence de Messirurs t). S.arpa c\ A.
    J. Maumus demeurant tous les d;ux
    a Fort-au-Prince, domicilis le pre-
    mier i Milan ( Italie), le second la
    Nouvelle OtliM ( Louisiane Etats*
    Unis dAmiique ), agissant en leur
    qualit de Squestres liquidateurs
    des sieurs Polhmann & Lio. ayant
    pour avocat Me Morel.
    En vertp des lois des 22 luilltt et
    1 i Novembre io:S.
    1 es dcisions et aritti relatif i
    li liquidation des maisons allemaa-
    dc-s
    Dur. [ugemeat du Tribunal de
    p em re in tance de Poit au Princp,
    en date du \) Ittilllt 1920, enieg s-
    Ir;
    hn in d m certificat de Montb un
    l-.lie, encanteur public, attestant q n
    1 1S aot cojrar.t la dite vente n'a
    pas eu lieu.
    La dite vente aura lieu sur Umi.e
    i prix de Cinq Mille dollars.
    Mo,,"":!.!.! le piiement d'a lo
    \ ; mensuel it Ce 1 dollars, un d-
    lai de quatre mois sera a::orJ a
    1 adjudicataire pour eiis:tuer le retire
    .t Je; objeti vendu*.
    Four pus amp'es renseigternnts
    s'aire.-ser au bureau des 9t|06Strl*
    t au Priace. le 5 ao'. 192)
    MOHLL, avocaj.
    RENSET "NEMENTS
    METEOROLOGIQUES
    OBSERVATOIRE
    DU
    PETIT SEMINAIRE
    COLLEGE ST MARTIAL
    Jeudi 19 Ao 1920
    Baromtre 764 9
    1
    } minimum 22 6
    Temprature )
    ( maximum ; ;.o
    Mayenne Jiurae 27 2
    Ciel nuageux jour et nuit.
    Eclairs.
    Baromtre constmt.
    J.S.HERER
    Travaux de Voirie
    A l'heure qu'il c->f lei rd taratiOM entreprises
    la rue du Or U.lioux sont entiL-rement aclieve5.
    llantc o i u .|ui les a excuti poursuit
    Ict imvaui i"i pu.-.mi pir l'esirmiltt suJ Je II
    lut-jV l'B^alMO'i sait que ces travaux o.'.l .t en-
    trepris dans le out de livrer u'i paitagi decu
    iovo funraires co toi lu Sien Cceui
    Tous nos compliment! a 1 ingnieur otumpan .
    SecLioci de Pdagogie
    Le premier No du Bulletin de la Section de
    pdagogie de l'A.M CE parait incess.iinent
    l'imprimerie '"J. Chenet en une belle brochure
    d'une K>xantaine depaga Ii sera edreu aux
    personnalits de In Capitale et de la province,
    au piix modique de Deux gourdes Ces person-
    nalits noue leron: ecrtainenteni le g-and plais r
    de I accepter, autan pour nous encourager que
    pour lacili.er h publication des travaux de la
    section.
    Au Sacr Cur de Turgeau
    La Premire lteen 1 honneur deaMartyn Noirs
    de l'Ouganda sera clbre Dimanche 22 A la
    M sse de S heures, la Chorale excutera les m
    Chants liturgiques et des artistes ont promil leur
    graciei x concours.
    Convocation
    Les membres, icttfs, adhrents et d'honneur
    des il sections composant I"Association Mixte
    de T 1 noe ainsi '|u.- les .mus son:
    invii 1 .1 la sance solennelle qui ma donne
    dimanche 12 du courant 1 heures du matin en
    I honneur de St Vincent de Paul patron du cercle.
    La contrence d'usage sera prononce par le
    Prsident d honneur Mr jrmic.
    Le Prsident. Horaiius I.wenture
    Mariage
    Hier matin a t bni en la Basilique Notre-
    Dame le mariage de M ic Lucie Alexandre et
    de Mr Aiked waldniai Les poux ont t con a
    Juits a l'autel par Mr Flix Cl une/, et Mme Vve
    bdgard Rom.
    Aprs la crmonie, charmante rception dans
    .ions de Mme Vve Gauthier Meaoa, rue
    Prou.Nos meilleurs voeux Je oonheur.
    Nouvelles Etrangres
    20 acut
    zuitnu Un radiotlgftoimi
    011,5 tiaire do Moscou uunonuo qu il
    tatofdciel que le troopei polouni-
    Si OCC ville do S rj''K Ainsi q.m a hgid
    la Nij lnt. S i1 p /., la a t'ii 1 u sar
    1j lleuvd de U bjidter m la mer
    uo:re est inchange.
    VARSOVIE. Lh lu te opimatre se
    pouiBuit autour de VaiBovie 6ur un
    arc de cercle d liente kilomtres.
    Lea Polo 1 us coitt) actijMrdit
    avec su::i diO Ur^oi d j Via li-
    ai ii-'
    VA ti )/lfi -vSar h Vde de la
    Uju ie tronpaa ^olonniaoi ne plus
    eu plus ti tli jusiastes bttdquienl
    les troupes t'iincimes sur lesquelles
    elles ii:.i;, ni'iiH de ueux avan
    tayfs eu leur nlligeun'. de lourdes
    part 6.
    Laa ironpaa Po'-ooaiaaa rteonqui
    1 et:t dei p'*i ions trs impt unies.
    Les troupes liolcluivihtes qui taient
    /-uv-nie.s a Irancliir la lug entre
    llrnbieazoa et wiodawa ont t
    rq t^es sur 'a rive droit3 du fieuve.
    l.mL' gauche de l'ami j polouaisejpar
    tant da Modiliu clh'Ciua une attaque
    pleineiuert russie.Dans la direction
    de.Vl.Uwa au sud du COQ ri u teneur
    de la Uns Ici nitaques tiineiuis la
    r ni neiuiquem nt repousseos avec .
    d fortea puriee pour les assail
    Uiit.
    PARIS Lord Derby s'entretint
    dmis.la moire uvec t'alologue sur
    h .; : n utih ilti la Pologne et sur la
    ut >u ion de Wrai gel. Ils examin
    rent lei-d'verses coiubiuaisona pou
    vant prooaraf uux deux gouverne
    m nts une base d'action commuai
    p mr laLr politique en Europe orie.i
    tih.
    Al'iliONHS 1.03 ri'anifestations pro
    fjqnaa par l'attentat dont a ti
    vut m ; Monsieur Ven zaloa coa.i
    n sent. M us 0:1 ne a gnale aucu 1
    1 cldant srieux.
    DA ar: 14.01
    fou d$ Service.du GdbU Fnma,U
    N itre cible Cip IJaitien New York
    ta'it interro npu notre tratic est
    a liemu-j pir la voie de Santiago dj
    < ibi et peut de ce fait prouver un
    ie ard que noua iuis eil'j'.ceu.is de
    rduire au mniim m-
    le t'ran^ii
    I
    Copie
    REPUBLIQUE D HATI
    Arrt
    DAMIGIENAYE
    Prsident de la H publique
    Considrant que le Pays traverse
    une cuse exceptionnellement grave
    Arrte
    ARTICLE 1er Le Conseil d'Etat
    exerant la Puissance L'gislative, et
    convoju i l'extraordinaire pour le
    lundi 6 Septembre 192J.
    ARTICLE 2 L* prsent Arrt
    sera publi et excut* 1 la diligeuce
    du Secr aire d Etat de 1 Intrieur / .
    Dnn au Palais National, 1 Port-
    au Prince,le 2Daot 1920.au ii7me
    de 1 lodpenancs
    DARTIGUENAVB
    Par le prsident
    /> Secrtaire d'Etat des bmatuav et
    du Commerce
    Flemy FEOUIURE
    /.' Secrtaire d'Etal des Relations
    i. tt mures et de la fnsticc
    ! BARAU
    Le Sscrtaire d Etal tie l'Instruction
    Pubpque et des Cultes
    Dm tes BELLEGARDB
    /.. Secr aire d l'-ta' tie l Agriculture
    et des IravJUX Publics
    Louis ROY
    L: Secrtaire d'h'tat de l'Intrieur
    B D sRTIGUENAVE
    ! ^CIGARETTES
    1 x-xr*
    nt?*
    Or 4.8o le millier
    Ed ESTEVEqH
    PORTAU-PHINCE
    Parisiana
    DIMANCHE
    DOM NO ROUGE
    'Je pisode
    LES ESOAMOUf HES
    .'{ 11 4a t'i)is>iiV
    LE TABLEAU
    En roe G 1 50
    CONSTIPATION
    prenez las
    comprmes
    SUitSSES
    d- DELORT, Pharmacist
    lit-, 7,-u KM. t-AuttU*
    C'EST LE MEILLETJP
    ______DES l'URUATIFS
    POH-A'J-PfilNO|l
    K.fx.PETKU3. C rm-ci. ALBBIfflB
    1 hi.rir.8c-.. du r yn' n VIaRD
    ro.ir. /.- h"ir. *"'Tmeft|
    Wincarnis
    HT
    Les mres de familh
    V
    \
    Toota rnA'a a b> ^o ici tri naturel de veiller ci a' la tnala*J^j
    t^inne nuciin des lionc, frondant peuls lea R*ua tra fortaoi panl
    psrmttre dsvo r un mecin congtimment leur diapoiition.
    Clncun de nom i e ri8q u-.-il pas tous lea jours d'aitrappef 1
    rbome ou rpielque b'onebie? On a oubli son parapluie, on rantr
    par la rlui, l< s r-i >. on ^st ob iK ce s'aliter.
    11 V r>.>.,fiant un moyen bien simple d'viter cei indiij
    \ViNC\RNls >i dna ci chs le vrai mdftcin de U fimille.
    au ',8'^ m hndA, on vitera bien d.s maladies. ...
    LafituiT, le aumen.R, I puis-m^ot oa l'tat fbrile a01 r"
    C0'iaq \
    sslent n,s ut t aivrnent au WINCARNIS, traiteUnt aum '
    qua^rdblo tt |rjW e n- ndant quelque temps
    Vooa sort /.-ous dprim, fatitru, sujet des mdeiiea, wntJJ
    vous iveo dn WINCARNIS- Un verre Rordeaux matin ei: JJJ.
    le rafiliH >r p.,iv tif et, dans boauoup de cas. le spcifique loisi'
    rpalad.ei dont la convileicence tend toujours trainer eu log \\llmi%i< Le >rai reconstituant nalurl. deij i
    11 VCCaritt8 s.imulant, viviliant et lo....* Q
    ver-e d jnne une tnuvelle vigasor et amliore I u'e; a
    d* v\r plus de 10INI ) mdecins. Prpar par
    Angle en-e. Dpt kJral eh?z
    Dpt gnral chez
    Franck J. Martin
    RW du Magasin de l'Etal- En (ace de la Glacifre^Prl'*u'
    coleman&CI


    MATIN
    K

    Ol/
    iLicrEitf:
    n
    donne do la force
    doit
    jeCL0BOL
    u icrce ner-
    Ud S nerf*
    lg,tf leur *ner
    GtoMot. U
    pproiiri*-
    lolir d*.
    fisr !. i.
    rnls ; ii :
    rodoi M Milrv 1<"S i
    L'OPINION MftMCAll "
    f ) pui* u .1- . -t-r quo |'ti
    eu de fcof.* .ilUu i a !
    a .!".' d! iaiM
    rB m io *
    >f ulH-aiiet Mini-
    -le In ,ilu -cnU i-
    m\ i o la I .:i>li-s<\
    k'tt '' lail A*p*
    v.iji.^i..
    D' Cornu (iiuscp'u Uo: r*LiCo,
    fa
    . > ,},-" r;.r d.' I ."T l'I"
    VO!.,- .:'<:! ,;.i H) lin .\i'f!l"fil
    rotor Mu..'M ! kii tarte nui
    il "ki plim rtftrUflt 4' loiili- '*
    hu'.i'ii prpmltaM Je n guw.
    O* BtlXOMl T*. IVOCT,
    >- U : jfl: iFloriBCc.
    ,, M
    RtaW r.ht'rlain, f, rue
    <'.. V.>!''iiriii.n<-<, l'u' ,
    .1 loiil-s pliMMtiM
    .- Vins mousseux de Cinzano
    Asti Spumante,
    Moscato Spumante,
    Ci uzauo Gran Spumante
    Ijtes vins, par leur got, qualit et
    prix, remplacent avantageusement le
    Champagne.
    UU Maison F. CINZNO & Co garantit la
    puret de ses produits comme provenant de
    ts vignobles cultivs expressment pour leur
    fabrication. ~
    Pour toute commande s'adresser dU
    recttment Messieurs fr. Qinxano #C
    Tortnu ou * de Matlis J% Co, repr
    tentants de la Rpublique tVllaiti.
    lomrtoir FRANC0-HA1TIE1N
    Reprsentant potirjjia Rpublique d'ilaiti
    1720 Rue du Magasin de l'Etat
    son
    \Uattis <$ co
    \rmmr un loi d'ar-
    ___'Jetable, service
    [ni iervtce de fabrica
    irtu un assortiment
    limdmnents.
    tt joui s dis prix
    lawrence, cailles
    \Mor et argent, dia
    i prcieuse.
    Avis
    Nous avons l'honneur d'aviser le
    Commerce et le Public que depuis
    l'ouvtnuie de notre maison surcette
    il c, cous a oqs ch ig de uoirj
    procuration Mr Alt C. Deetjen,
    Poit au l'nuce le 20 Aot 1920
    I. M. CALDERON & Co
    Mr Alf C. Deeijen continuera
    signer comme par le pass. AU C.
    Dctj n
    P. p. [ M. Calderon & Co
    Avis
    Le souss:gn donne avis au ru-
    blic et aux notaires en particulier,
    avoir gar les titres, plans et pro-
    ies verbaux d arpentage de sa mai
    son, sise en c tte vi'le, Rue D,n es
    Destouches No 813. 0 consquence
    prie MM. les notaires de bien vou
    loir les retenir en leurs tudes, dans
    le cas qu'ils passeraient sur leurs
    yeux.
    Port au Prince ce 20 Aot 1920
    Lebrun BERTRAND
    Amateurs de boissons dli~
    cieuses n oubliez pas que vous
    trouverez
    " G rpe Juice|
    (hez L PBEE2ZMANX-AUGER1IOLM
    liut du ijuai
    HEMORRODES
    Gu.-i.on certain t complet par la
    """l/IBSBimimm
    UMraitlrt M Ctert-LaniKe. lUUT Mm,
    . ftrt-au-Frtnit: tw. '- '
    Vieux timbres poste
    Di tous psys. Achat et vente. I*
    Hugens Htel Central Champ de
    mars. Poit au Prince de 1 s Q
    res.
    :fc>

    ^ng$<
    g* tours du monde, que le 11UTMOBILES o.it fait eu
    n en 1W12, ont prouv tout le monde combien de paie
    ^i peut avoir une voiture d'un ;prix modr, et ce*
    "?*l-la onitabli la grande rputation de rsistance et 4j
    ment extraordinaire dj liupmobile.
    j| Equipement ordinaire
    lEl^CarosaerieB : ,
    :** l'ouname cinq '
    i'!iZrl,lou voitures routires
    g Places.
    J5Jor de vitesse,
    gjwr lectrique
    ?2L lmPe* <8 tabher et
    ^"fe arrire.
    Oh, ae vue cl8ire en
    jJJ^PJ Pluvieux.
    [aJjV^a niveau d'essence
    fS?iri de Preon d'huile
    !^y lectrique ... __
    r y a dans ce pays une rgion disponible pour
    *> le agents et nous serions heureux de reoevoir, de
    Binons srieuses et solvables, les demandes con
    cernant cette reprsentation.
    Bupmobil
    *Dddbe Brothers
    ^ MOTOR CAR f*
    Dodge Brothers TouringCars
    are now ready for deiivery
    m
    t Ampremtre.
    Porte manteau,
    et repose pieds
    Porte pneus.
    Jante de rechange
    Tendelets latraux,
    bupports de tendeiet
    pourles portires.
    Tapia pour le tonneau.
    Capote | noir* ou kdaki )
    Compresseur a graisse. AJ
    Pompe, Cric.
    .Outillage complet. ]]
    for dmonstration
    1 /*=
    Anton Kneer p^s \Z
    Lerelours
    TELEPHONE. 34


    l^ .la ;
    Assurez vous contre LE EEU
    ^dressez-vous la plus for le compagnie des E#[L
    LE HOME MSUlilNCE Co de N-
    agent gnral pour Hati
    Eug. Le BOSSE, Port-au-Prince
    Protgez ^otre Maison, tolre Magasin, vos dpts au taux le plus raisonab'e.
    Aucun Irais le coirission ni de courtage payer
    R nseig lez vous sus frais par correspondance ou venez liscuter votre problme chez
    Eug. LE BOSSE, 95 Iue du Ouai
    BAZAR METROPOLITAIN
    Maison de confiance
    A nu le dts Rues du Peuple et iDanl DitUurfii

    *<*
    -
    Vieiiiicnt d'arriver
    r :)
    Mu)'* bonne qn dite et* or
    POi
    G ingrai marq Mayftow
    Olive 2 qualit*
    Su ire granul
    Raisins sans ppin
    Sardines aux tomates
    * onfilure de raisins
    Vinaigre
    Biscuit Rich Tea
    Tous les savons Saumon Colden Rose
    Cigars de 11 e maintenant
    laie [ elnussur^toiitesnuaiices
    Cuillers th%arrfcnt platine
    % dessert
    soi pe '
    Couleiiii.r et fourchettes
    Chocolats Kct' 10 et
    2S
    33
    t*r> doue
    25 bout
    30 livre
    Ji~> boite
    O boite
    85 bout
    33 bout
    10 boite
    1.1 barre
    32 boite
    i> rha
    12 boite
    10 chtv.
    :18 chae.
    25 chae*
    73 paire
    20 chae,


    *IJ
    Grand Htel de FranA
    Le grand Htel de Frac ce a le plaisir d'annoncer i ,. M
    breuse et choisie qu'il vient de recevoir par Caravelle du C*"Dtf*
    chrx de toutes les qualits viai(
    Vin rouge Gourdes 0 le nau
    t blanc Bar sac Gourdes tu L \
    Des vins en bouteilles rouges et blanc* W|
    Vermouth tranaisi J
    Quinquina des Frinces ei /e/ameo*
    du cap Corse au quinquina.
    Vins mousseux ti CHAM* AGNE
    Liqueurs tranuses Marie Bnzard
    i.e tout 4 des prix ni modr
    p- P- PATWZi
    1 a Maison
    Paul E. Auxila
    RUl^ DU M1GVSIN D2 L'ETVf ET TlUVKftSII
    A RBU
    CHAUSSURES lues pour hommes, femmes et enfants
    ( OR'ETS frariis derniers modles ( Ligne normil)
    ( BETONNES lt RIDEAUX. mle/
    PALV-BEACHS ET I USSORS de Shantung
    DENTELLES v. Lnciennces et sur talle :r|
    AlZE bredee tt empicement, *
    lOTIOXS Poudre?, Essences diveiw, Hourpes sapciiau
    OREILLERS plumes. Mousiquaires, saP"*.:
    \)' 'oile, ioton, Toile draps,
    CHEMISES, Chemisettes, Oikons,
    ( OUVRE-LITS piqu, Couverture /de lainr,
    REI E de Lh nt-, C epon de soie, Georgeil,
    \ OILl S uni et tai tai e, E cftes pour jupes,
    RATiM-->. Cijbjid ne, S'fges cossais, Ltallf.
    MALEl I ES ue VOY-sGi, Colliers iantusie,
    RUBANS CiasUs, SmUii, Jupes et Corsages,
    b-^S e; OlttmUf, ta fi Lb pc;u d; pulls n de l&iti eic.
    rr.
    -%.y*
    Avoine pour chevai
    Franchement arrive chez
    ALPHONSE HAYN'E
    Pla^e Gr finis1
    w
    Pharmacie F. SEJOORR
    Angle des Rues Roux et du Cent
    2 Mdailles d'argent Exposiion de Bruxelles,*!
    Laboratoire de Chimie Mdicale
    Droguerie, Produits chimiques et pharmaceutique
    Spcialits f.anaises et amricaine.
    Prparation uV. toutes ampoules mdicamenteuses fH
    et injectables.
    Spcialit?. Srum nvrosihnique simple et ferruj
    lodhyJrarg/re. Srum ue Morard remplaant les |
    rcalcifiants de Ferrier et de /tobhr
    Il.y a toujours en stock : Nevrosthtose* Sirop pactorij
    ^ Elixir -de Pensylvanie.
    Dpositaire du PREVEM1\
    Reprsentant des Laboratoire
    LACTIFERsf. Eermeat lactique, contre art^ctioni
    finales et cutanes.
    L\XlRl>iR.Siopiiijue de 1? con^ipilio^l
    La Nationale
    Produits de premier choix
    ((Princesse, i tore" L A N A T10 N A L E
    Voient chaque jour augmenter leur rputation
    Elles rivalisent avec les meilleures cigarettes imporU


    University of Florida Home Page
    © 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
    All rights reserved.

    Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
    Powered by SobekCM