<%BANNER%>







PAGE 1

LES PERSOMMES MNMQUES ont besoin de L'Emukhn de Scott qui plus qu^un mdicament est un puissant aliment "concentr, productif de sang, forces et bonne couleur. -„wi (Demandez toujours Embua cfe 5coff) ^^v-J iraMmwn i iw iii H — %  %  %  %  ^ am^^.^ -* cl i t R "H V P r 1 f' n • rr ^ des prisons H EN SET n NEMENT3 METEO H G T,O G QU ES OBSERVATOinE PU PETIT SEMINAIRE COLLEGE STM*RTIA vendredi 13 Ac j y :o BaromUe ;6l ; ^ minimum 20 3 Tcrrpraure / .. ( maximum 3 j o Moyenne diaroe 2 f> o C if I clair h matine, nuit nuit Ploie d'orage i 8 h ; -, m. Plovioml e 4 0 m m. Baromtre en hausse. J SCHERER Notre Dame d'Aot p demain IJ Aot U rand fte tu ilsrue* Port-au Prince qui est Hatien et de Pctit-Gdave. dn Le %  .n do circoi ce sera du par un pred St-Esprit. A 5 heure* et demie de l'aprs-mtdl il : • .' %  •> et proatiion pa e de Aoira-Dan*, pai Isa ruea dts Fronts-Ports, du <-wtreei hou.. I crmonie sra clture par U bndiction du Tiit Saint Sacrement. Conseil Communal laUresaantc sance hier au Con o ion a eu %  recevoir Mr Ducasse Ch. p Magistrat Communal d. Cap qui fait un c Mf|Our parmi BOUS. A lundi les dtails. Nouveaux h*iLiens .e fBwraul Officiel publie di rtdent de la Rpublique accordant la qualit d Haineux pour qu'ils |ouisseni de, d:. aoot attachs ci .JJ ils en supportent In eo se conformantJ ux dispositions de la ( onstituiionei desloi-dc U Rpublique,a MM i mtan et Louis Gunave de nationlit Iran Une pension mer, .Sur la proposition du Secrtaire d El i des Cul. tes et delavbdu Conseil des > M Prsente dernirement a e p. I* (.onsul d l.ut Cette loi qui vient dire pro nultue aura l'approbation R nrale car elle est insaare d un vtitable sentiment de j istice. il saiitde la ;o. accord-nt une pension mensuelle de 'Cinquante dollars, i Mgr. lo.eph II',,,,, e CM aussi un htMnmage aux ticeUenti s,, rendus par le distnc p Cire. I vient de pro".',''' 1 Secrtaire d'Etat de I loi %  • !.un crdit supplmentaire de trente >" dont • rrent miiU doll : ins du ter VJ, II m ?! Juillet 1./J0 et Sis mille doll m l'entre Prisons durant les mois d'Aot et te bre 1920. r Un concert Gr*ncJios3 Palus en l'honenave, demain soir. acnt.1 | ... "%  l: %  Cinq ,j ver . :c P*"*— Ll %  Duo Je Guil. 1 e i,.i. ; Les '' %  ,' lx f, 2 Salut •lu du Prsident. Mariage ( L "' %  ni en la Basill iu< N i Dame le mari Mr C D its .1 l'autel par Me i no. Meilleurs souhaits de bonheur, arisiana DIMANCHE LE COLLIER DJkl PERLES DOM.'NO ROUGE iie pisode LA MAUVAISE PLAISANTERIE D'aprs lea impressions .i.Ct s Flaroarion sur k iSpirltiame, joiiti par U, de l.inuoro, Faisant droit QUI demandes de ceux d'.;i n'eut pu icir le Ur pisode lu Direction 0:f'iia aussi io 1er avec le 2e pitodes de Domino. Knlrs G1150 Enfant 1 ou Sous ria/Li-ficj :iu ".-J. ;-.;.;; j,r LA TOCX SU CALME IMMDIATE* f ^T LA nSVRS tt l(SUEURS NOCTURMtis DISPARAISSENT. r apj ,ics LT !.. R lfT8 Ht. Crft S AlTl.Nl'ENi. LA BBSPIRATieN DBVIEJIT PLVS FACILE. L'APPETIT REWSKT. U sc.viKlL REAPPARAIT. 1 ::• rortcis R L'fiKaasie :;t: AISSBNT. rrpt Ti ctw LCS HOPITAU KCO*;s:.\r>£ ; >a n MAJORIT DU C-^RM OAt FSA;.I. PPRCIH PAS PLUS OS 20 0 i EDECiris ETR/Nr'Ra MODE D'EMPLCI C ..• cullkr i cc.fi matin tt soir <\' g^J Ca '•• ' t-tts IN BrtjMtiii t| n^ tf* LABORATOIRES A. DAILLY ^^V"~-=S ^; '?K D3 ROME, PARIS 5^^, —— Str* 2Kt Automobilistes. Remerciements Jii. Dunnville |ein ci •.. ercicut '" :: '" • • 1 iuulu leur donner des preuves de sympat ls ion pe ... |h. Dunnville Jean. prient de croire leur protonde aratitude, Association Amioala du Petit InaireColl lt Marta ' Ll Comit de l'Association ( Bureaaet Conseil je.; ptidesnrui lundi, 16 du %  % % %  '" %  Ire connaissance ments 1 J actes importants relatll Me :, iduCom ,: ':i pr de ne ; .. manquer a la : commu utive qm dey delAs xianonei au public de la so h .nwe t; d. de u ,..,,, u:] d sminaire. Nouvelles Etranjres IJ cot par l'encombrement des cfmetires on voit circuler un nombre iori nant de jeunes ^ens solides, ansn bien mis et d'au.^si bonne humeur qae.ceux qu'on voyaient avant 1914 On parle de gouvernements tatous et de rvolution un mi ne Me Mais il ny a aucun indice de nnu vaise administration ou de miiioc tentemeul national. Peur moi, l'Allemagne parait vivante, lorte, prospre, et ne res sentant ci remords ri regrets. Elle ne perd pas son temps 1 :,e plaindre tu a rvasser. .Son ceivau est clan U sa tte est soh'de sur ses paul.s NJ srn aspect, ni son activit re justiLent les menaces voiles et les plaido>ers inattendus qu'elle tait i Spa. A mon av s personne!, eh ptut payer ce qu'elle ,'doit sans difii cudtts inp grandir. Von espoir est qu'on lui ti. fera payer Is totalit. La ite n a pas brit .-on moral, et je ne c ois paj qu'elle ait mol li son ra a ire. • Silesi une nation en Europe qui doive endurer do preoets, 1 ;,1 Iemsgnc mrite i'kit cette oatlor Maisl'Alletnsgoe N met ra rapid." mtrt sur pir.j avec les fonds que >a Frs ce, lAngleteire tt a 3 g n 0C tici\ent recevoir peur redever.tr des communauts comptentes, co fables tt Lb tab'es. WASH NGTON L coeraes de Mlloi nationilei et interaatiow'e3 q'it J v.ifa: avoir leur p^int de d';pin indiana?o!is rcspectivemeai ie^ 11 septsmb'e et 2? o: obre pren • d ont Lui dpart a Ch:cag) au m1 es di'er. SANPEDRO(Ce)ahuila).Frandco villa tt ses yoo partisans sont partn aujoud'hui pu trrins spcitoi pour Hahnalilo ( Btat de Durangj) o lis seroi %  ; et dsarms. VKiUCKUX. L La guerre civile dan* l'tat de Veia CIL/, est dit-oa Invitable si le gouvernement Fdrai n'y envoie d.-s troupes pour faute respecter les otdres du Prsident provisoiiede 1 Haerts rvoquant gouvernement Antonio Nava de son poste. Ce gouvernement est toujours en fonction et n'a fait aucun.attention eux ctdrcs da Prsident qui lui a assign un successeur. PARS Le produit des impsts ind tecs poailes sept piemitra moisie 1 9 90 aces.' uje plu, [value de 1 y;j 49 .2 o nncs par rappoi i'evaInatioa budgtaire et Q oe sagmeata Ion de deux milliards par rappo.l i li pnod* correspondante de igtu VAISO B Le conseil de Ja di! t n se D 1 talc pub ie an appel aux p-*upet %  .1 mon e en 1er dclarant c,ue la N toa Po'onaisi n acceptera \ mt ; noraate tt qo'de se dtendra jusqu'au b-ur L'appel t 1 .1 ne n d.^nt que l c-.icm.it de la Poogne dchaiuera a irait n le monde entir uni hra umbi dpawai t e. lui:eu: tout :e qui rai vu dpO s l'antiqu t PaiRISLe charai d'a'it/ei an glais spporu dans la matine au secrtaire Ren rai do ministre des affaires trangres une comraunica t 00 du gouvernement Britannique. D la conversation qui s'engagea entre A derson et Palolcgue il : suite que le* deux Gouvernements sont eu traia d'examiner dans l'es put le p'us amical les divergences de vues qui $ %  produisirent tnlre eiix mis qui ne les empchrent aucunement de poursuivre une lin i me collaboraticn. Milierand qui arriva pou: djeuner 4AJantD4.er tut inform aussitt de e t: toi.ve sal on. VAgSOVlfiLi dlgation Po Iotiats.; is pat te hier au soir pour rencontre' Ls dlgus Runes, BERLINLes plnipo:entiairti balcbvistii arrivrent a Berlin pour ittiblir In teintions diplomaiiquei entra la Russie tt rAl'emagne. U.e au'r.' mission arriva a V*ieune pour renouveler les relations avec LAuHELSINGFORS-Le trait russelt tb" est siga. NOYUNMilerand, C0lirs d une rception i l'b el de viilt' dclara :aLa rpublique ne place au. cun ;cic au des us de la ^constitution ntto.iale. Lt s allis sont unis t leiseroct unis. L y a de, d 5 \crg nets de vues qui jont in vitib.es a ccus? du caraciie de cbacuo,mas i'unton qui doit exister entre nous continuera, eu elle fut forge dans de si dures preuves qu'une unioi scelle dins de tilles conditions ne peut pas se rompre* PARU-. Veaiselos, partant dms la so ree a destination de Nies fat victimi d'un atteutst ds U p 7 r t de deux 1 idividus : h lient en 1 et de a*. nie G orge PjriolU et le lieutenant rh aQs, correspondant du journal LJursedAtbxetU ont avou l^ur p/-niditatioo ea priteadant quils vouaient librer la Gr;a de son oporessesr. NEW VO^K-P.anc T},n, Litre sterling ? (.5. NOTCOE SERVICE 1>UCVBLEFR4N\§ Les :o.nmuni;auo-H de h VVeat India aod Pauma Tilegraph Co entre Poto.Rtco et il.maIju.tsMH ra.1b.1es. Notre trmfi: n'est plus sujet i retard. attention! L'huile pour moteurs, de lexnlll marque VEEDOL. en barrique Vallons et en ferblanc de ljall<2 wieat d'arriver EN VENTE CHtZ P.iVtray &C0I1 te fars! tu, tTABUS 186! Commissions tMPORT EXPORT] Exportent toutes ies rat Accepleii des consignations da <' ses de proienances i 'oue drfni.b iTlati, soit .hsliC" particulier: tirsusaio n n du Ji.'iVreoj Livcrpooi. linesses nnglaises, quioci f crpetles, houes, niaochair D diaes, etc. e c. fourd autres renseignements, prire de s'adresser U pour Hati, L. Freetaiir Agje rtu m n Jiue du Quai^^^^^^^^"* !" ??^ !" K ntt '*" **SWBf*SBBSBaBOWs^ Accourez la Librairie du i/rfaA Vivre (Etude des moyens de relever l'nergie vitale tt de prolonge par le Docteur Suge Voronoll J La Rsurrection d; L chatraLa vie recomm:.i:? r->r H?nry Bc du Les leons de la Guerre L'Industrie ftanmee L'ihwe cl hier, leftoit de demain par I on Guiliot Alimentation ec Kiv tailliment prRLegendre Doct.ur e.v science: Les leons militaires c'e l:t Guo e par le Capitaine Bl II Houiaid L'aronauti }ue Hei Demain pkr le Comiiiandin 1 Oriblilb Marine et Guerre Nivale par le CpiiSasm de 1-rgxte |. Vaschalde Contre Varits DEMAIN Dchance Lorsqu'une femme v ut ce "iP^rrc -r %  I -: %  • K 1 G 1 cU %  • '-'• ia Bavez l Dlie &&££ \e iK.i.ison iDcompu.''•. ^ ; Bi p instnntanomaataaM' .-1 lion en versant aimplemeal u j FHOiTAdans uu Wra TKsavi i'xlr- firrtont/ao< '""""JfJl ._ UTsfesSB| ;. ^ • VArU-ANTetB^^ lu ru KscasuH-: ^wP



PAGE 1

•larzime anne No G85 Port au Prince,! laiti Samedi l'i Aot 1*20 .j.^jXEOR-l'KOPRlETAIRE (lment-MAGLOIRK MAGISTRAT COMMUNAL i poil ^gKRO 15 CKNriMIS G: 2.00 JUARTEMKKTS iflioi TRANGER i moi G. 2 90 700 i 800 -aonces sont reues au comptoir InJTde Publicit, 9 R Troachet, Pa : TJI 2), Ludgate Hill, Londres, Quotidien La volupt ne dare qu'un instant : la vertu est iuv 1 mortelle. PhRlANDRE REDACTION ; Rue Aruric inc No. ItfoB %  ELEPHUMi:^S latour de tel de Ville Port-au-Prioce l ; Jeunes Gens de Port-au-Prince AERONAUTIQUE \ AVIATION meition qui eagite en ce ia Conseil communal et I Puii-au-PrincH suit av. c 4ion pleine d'intrt est lu -rtiood'un Htel do Ville. fott point la premire lois tsl oulive et mme, des •eiduent qu'elle revient sur Uulirernext tous lis deux nui et lomoe. aprs nveir •oup de bruit, pour le donnent du public qui voit, ptMie s'en aller se illusion ^ir-u-h-ince belle, Bteur idMgrands cenUescivilit.es. ,00 oe *aunit viennent laue CM iceptiques d^ douier de uiiou dtinilive de ce rve -lientconu. Tour notre part, [sou eu BOUB les yeux de fHtel de Ville diesels sous uroement de Salomon pour remonter plus haut Cest ait queahon no date pas nU'oDCompiend que le public Ikijtenips esptre oit devenu Ittf genH. det-hiila du eoit, 1 vivre dans lu plua ob*liiion, qui liisserit par nu 'Croire a la pcssibili d un [ %  •illeur. il; cette question, si soujttue qui s'est si souvent jrindiilrence, voire lapa iCMi qui taient appele a la kl ou qui, parfois, est tombe ipounee des intrigues venues k *ne. n'est pas de celles qu>, twnque d'importance, per que l'on ne s'en occupe iTiUfiaos Htel de Ville est uoe reine sans dia[ une f nirne sans bjoux. "pumanleque soit la mu**, jolie que toit la femme, iperreies est n.ctssaire a fil'iatre. Elles sont la cooffr *• la puissance de l'une, lu Mot de la beaut de lie, lorsqu'une ville est tant Inche. lorsque sis liabitau a Mec quelque llert, constata* leur fait pas trop honte M de raliser une œuvre MM yeux des trangers, le *ieia richesse, la qumle la beaut. |POorriii-elle faire de mieux T"" un Htel oe Ville qui 1 embellir davantage U %  "••M d eniers.plua il-stina£ Ploi il la dit prospre'/ tA I* ne doit p^B oublier que rj oe ,^'ijent ses reprseutWi ? dit ta d'ii" 110 Jt e i biec lo 8 er te ut commun tiecte son plus vaste L£" omptueux palais la du chef qu'elle a cheui %  vf ses destines. pourquoi, noua 8ommea per W le Conseil cominuual œpoi d'hommes de pro fuient bien comptendie "•M la villenoua donnera cette lois. Et puisque, -j; e mettre la uiuteur h ta? q e la ^ ulbt on lin,, • a tQ ujours montre le [KUd IOUC des intrts IJI! lA Mon8 P" I- dro.f de J? ternie volont de doter (f.Jonh-el de V.lledigno I '• ^ mtrquerH dans RfgJftumurJe'cpito^oa Ift^ction d'un Motel de Ejwc chose dcideUne r^'iminairese posait cet p riebiiite ouvert car les La Compagnie dea 1 ompiera Librtl traveise une cxL* sans prcdent. Le Conseil d'administretion a donn sa dmission et le Magistrat Commu nai a du nommer uue Cora 11 ssiOQ compose dea citoyens et anciens poinpiera : Georges Jacob, E gens Dpend, Arthur Isidor, Antoine Mtellus, l'tioo Hoy. Ueorgs Eli.Feiiidinl Crepsac. Joseph L'air et L)dvi 1 Vilain pour g^rer lej l'.iis ae la Compagnie. C Q ita commission s'est mis? 1 œuvre ;min?'iia'euient et a dcida de fa le Ippel voua tous, jeunes h.ituiiii-s pour dtendre vos biens, ceux de vos parents et amis. L œuvre du R. P. Weick n'est point une ouvre pive. elle est une ncessit lucisls. l.e souvenir des 1 'iii'H soiiibies oh le feu ravageait la IUXUKLSH piopnt du riche comme l'humblu H .uis'initj du pauvie et-i trop crutl pour que nous tenions a c Jo sept* Carr et David Vilau. N15.— Les Jeunes gens qui dsi 1 oui s inscrira peuvent ae prsenter la Stauoa Centrale dea Pompier I o un registre est ouvert eut etle\ a par ir de ce jour, de i 0 hautes de l'aprs-nudim >•*. journaux, il semble que le terraiu ,9 mieux uppropti cet usge eut la place de la Cathdrale o se trouve en ce moment le trop inesthtique march du mme uom. Et puisque 1 opinion du public a t sollicite et qu'il n'est pas trop lard pour donner la ntre, disons, eu passant, que l'endroit convi.ndrail par icuheiemtnt l'rection de l'difie*. Nul autre ne semble mieux dsign. Et d'abord, o tiouver,daus un centre d'affaire*une place plua vaste pei mettant do construire cet Important bornent dan les condi lions voulue par U perspective? Cesi aussi le point vers lequel convergent les oubliants dea lucatila .maniera du hait de la ville, dq Uanqnile Morne- Tufdu populeux llj.-.Mr et de l .iduaiueux liord-lt. Mer. Il n y a donc pas hsiter, l doit tre bail l'ijtel t|e vill?. Ce point tant rsolu, une autre question tout aussi utreaiaote ae pose : Je veux parler du plan adopter. A suivre TlTui cl prospre Une expdit on presque uniq'ifrrent arienne en Afrique: voili la rouveaut qu^ lts Anglais vienn;i t de nous donner au Somaliland. Il s'agissait de ldui^e le vieil ld vasaire Mohamrr.td Abdallah, qui se pi^sen'e comme le.VIahdi etquon a appel le Mollah fou Mad Mi'hih . I ; y a plus de quinze ans qu'avec sis derviches, il troublait'a tiarqui'lit intirieure du Somaliland. et plusieurs expditions curent lieu contie lui, d'abord de 1901 i 19 |, puis en 1912 et 19:3. sans isul'as bien nets Installs dans la valle du Nog 1 !es derviches venaiert piller les tibus soumises, et en 1914,0:1 les v.t jusqu'aux environ; de Herbera. A l'intrieur ils avaie t constitu des r paires solides,entouiis de nom bieux fortins, noUmmeni a laie, quartier gnral du Mahd', (idsli, dans le Nord F.st du l'rotec.orat.daus les monts qui lotit t*ce au golfe d'Aden, e*. a Baran, olus i l'Est. Le StrnsJtlir Calmel Corps tait s.ins cesse en ha'eine, et lai deslructm.is des torh de Shimber-litrris en .9141915 n'-vait pas enray l'offensive des derviches. Au contraire, ceux ci en taient arrivs i t?nir presque toute la partie orientale du Protec orat. Il fallait en fi r. (Jue dcida le gouvernement britannique ? On avait parl d'une coopration avec les Italiens menacs, eux aussi par le Mad Mullah. Mais le Colonial Ollice prfra agir seul, toutefois en se faisant aider du ministe de 1 Air : il fui dcid que les oprai ons seraient menes par air. appuyes en cas de succs par des forces d'infanterie et de l'intan'erie monte. Le ministre de l'Air constitua, sous le commandement du capitaine Cordon, un g oupe de douze avions De Haviland, comprenant un quipage de 23 officiers et de 150 hommes; un ces avions tait install en ambulau.ee arienne munie de brancards. La base fut installs Bifbsta et, pendant qu'un navire de gutre amenait les avions, les avuteurs installaient la-bas des arodro ns et des points d'atterrissage. Le 20 jmvier dernier, le gioupe tait prt. 11 avait t convenu entre le Colonial Otdce et le ministre de l'Air que la premire partie des oprations serait une attaque uniquement aen une: en cas de succs, les aviateu s devaient bombarder les forts de Mcd.shi et de |ica!i, et descendant t es bas. disperser les derviches.C'est a qui se produisit dans la journe do ai. Nouvelles attaques les 2a et 23 Janvier. Lea avions surprirent, les derviches rassembls pojr la retraite eijc.crcntsi bien la panique parmi ei'x :ue ceux-ci, le lendemain, S taierai tous enfuis, dans les montagnes A v.ctoire arienne tait cornJlte. Le 2 1 les troupes d terre Q;CUpaisnt ) dili. d'O le Mullah s tait, er.lui 4 g'v.oJ'peine laissant, son oncle p.^r m les morts et tous ses tllets dans le bjtm La poutsuite comraeu ait. Ici Ici aviateurs redevenaient des auxilia tes, reconnaissant les posi'ions ennemies et les bombardant. La liaison tai. parfaite entre lca Zlle peut payer, dit au Times • une Haute personnalit amricaine Li Times publie une lettre de M. Herbert Kaulfmann, le journaliste amricain qui fut adjoint au ministre de l'in tieur des Etats Unis pendant h guerre et qui revient d'un voyage en Allemagne. Voici quelques extraits de cette Lue ; Si l'Allemagne est menace par le bolchevisrne et en danger de tom i>er dans le dsespoir, il n y a gure de tendances vis-ible* de cela dans la itgioi dont j'arrive. • Si l'Allemagne ei que Ton peut reten r •* G. DLPASSE 4 louer HALLE en maonnerie — St Marc J Les offres seront re<;uea pj.ir uoe halle . l'preuve du feu %  "> 1 20 pieds situe sur 'e Mirch et tout prs du nouvtau warf construire, dans le centre du commerce pour Expoitatiou. Importation et la vente des marchandises en gros et en dlai' Arrangement sera tait pour livrtr la maison en Octobre. Adresse WICK Soin Chef du Toste Si Marc TO RENT LARGE FiREPROOF Store in Saint Marc. (Unis will be received for (le ren al of a store built in of atones and Hreproof 06 x 98 feet Situated 111 ihe ueu mai! .-'. and neai ti.e aite of t lie OSW warf to be conatructed in Ihe centre ot corameice for ExportaMen, Importation aud geueral marchandise in wholeaale and retaib ai rangements will be inade for tho premiiei to bs dalivered in October A.lreisj 'ii,;uiiies to WICK C|o l'oatmaster S'.-Marc. Ci s milliards que le conseil suprme cherche sans succs atteindre reposent le long des ioutes, tout prs pour des pelles ne r giques. Ils sont transformes en mortier et mus en briques. |e ne parle que pour la icgiou que j'ai visite, mais si le reiie de l'empire est aussi bien ordonn et aussi industrieux, si le reste de sa population travaille avec une letveur gale, l'habilet et la volont allemandes peuvent acquitter la dette tii raisonnable contracte envers la justice et envers les vie tunes de la mgalomanie de TAUe magne. • L auteur de la lettre dit ensuite que 1 Allemagne souffre d'une in suffisance de beaucoup de choses, mais qu il en est de mme de toute la civilisation. c La viande est chre, mais pas plus que dans beaucoup d'autres pays 11 n'y a pas de linge; la grai.-,e e#t rare i mais i alimentation du peuple est plus virie et plus nutritive qu'en Italie et au lapon. Si sa dfaite et les pivalws nu poses par les allis ont. attect le caractre allemand et offert une surface fertile au b^Lhvisrae, les Allemands sont passes mairres dans Tare de dissimuler, car je n'ai jamais vu d' • anarchiste aussi joyeux Le manque de combustible dont 01 se lamenta haute voix n'a pas encore afiect les vastes forts du SuJ. Les pentes du Schwara-valdl sont aussi touttues d'arbres que >s mais H se peut qu'il v ait pnurie de mtal, mais cela ne se voit pas sur les poteaux du tlgraphe. L'A'le magne a assez de mtal et assex d'ar gent pour maintenir ses commuai cations dans les conditions d'avant guerre, ce qu'on ne peut pas dire de l'Amrique, de la France ou de l'An, gleteire. A Uarlsruhe, M. Kiuttin

Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05188
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, August 14, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:05188

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )


Full Text
larzime
anne No G85
Port au Prince,! laiti
Samedi l'i Aot 1*20
.j.^jXEOR-l'KOPRlETAIRE
(lment-MAGLOIRK
Magistrat Communal
i
poil
^gKRO 15 CKNriMIS
G: 2.00
jUARTEMKKTS
iflioi
TRANGER
i moi______________
G. 2 90
700
i 800
-aonces sont reues au comptoir In-
JTde Publicit, 9 R Troachet, Pa:
Tji 2), Ludgate Hill, Londres,
Quotidien
La volupt ne dare qu'un
instant : la vertu est iuv
1
mortelle.
PhRlANDRE
REDACTION ; Rue Aruric inc No. ItfoB
ELEPHUMi:^S
latour de
tel de Ville
Port-au-Prioce l;
Jeunes Gens de
Port-au-Prince
AERONAUTIQUE \ AVIATION
meition qui eagite en ce
ia Conseil communal et
I Puii-au-PrincH suit av. c
4ion pleine d'intrt est lu
-rtiood'un Htel do Ville.
fott point la premire lois
tsl oulive et mme, des
eiduent qu'elle revient sur
Uulirernext tous lis deux
nui et lomoe. aprs nveir
oup de bruit, pour le do-
nnent du public qui voit,
ptMie s'en aller se illusion
^ir-u-h-ince belle, Bteur
idMgrands cenUescivilit.es.
,00 oe *aunit viennent laue
Cm iceptiques d^ douier de
uiiou dtinilive de ce rve
-lientconu. Tour notre part,
[sou eu boub les yeux de
fHtel de Ville diesels sous
uroement de Salomon pour
remonter plus haut- Cest
ait queahon no date pas
nU'oDCompiend que le public
Ikijtenips esptre oit devenu
Ittf genH. det-hiila du eoit,
1 vivre dans lu plua ob*-
liiion, qui li- isserit par nu
'Croire a la pcssibili d un
[illeur.
il; cette question, si sou-
jttue qui s'est si souvent
jrindiilrence, voire lapa
iCMi qui taient appele a la
kl ou qui, parfois, est tombe
ipounee des intrigues venues
k*ne. n'est pas de celles qu>,
twnque d'importance, per
que l'on ne s'en occupe
iTiUfiaos Htel de Ville est
uoe reine sans dia-
[ une f nirne sans bjoux.
"pumanleque soit la mu**,
jolie que toit la femme,
iperreies est n.ctssaire a
fil'iatre. Elles sont la cooffr
! * la puissance de l'une, lu
Mot de la beaut de
lie, lorsqu'une ville est tant
Inche. lorsque sis liabitau a
Mec quelque llert, consta-
ta* leur fait pas trop honte
M de raliser une uvre
Mm yeux des trangers, le
*ieia richesse, la qum-
le la beaut.
|POorriii-elle faire de mieux
T"" un Htel oe Ville qui
1 embellir davantage U
"mdeniers.plua il-stina-
Ploi il la dit prospre'/ tA
I* ne doit p^B oublier que
rjoe ,^'ijent ses reprseu-
tWi ? dit ta d'ii"110
Jtei biec lo8er te ut com-
mun tiecte son plus vaste
L" omptueux palais la
du chef qu'elle a cheui
vf ses destines.
, pourquoi, noua 8ommea per
W le Conseil cominuual
poi d'hommes de pro
fuient bien comptendie
"M la ville- noua donnera
cette lois. Et puisque,
-j; e mettre la uiuteur
h ta? q.e la ^ulbt on *
lin,, a tQujours montre le
[KUd iouc des intrts iji!
lAMon8 P" I- dro.f de
J? ternie volont de doter
(f.Jonh-el de V.lledigno
I - ' ^ mtrquerH dans
RfgJftumurJe'cpito^oa
Ift^ction d'un Motel de
Ejwc chose dcide- Une
r^'iminairese posait cet
p riebiiite ouvert car les
La Compagnie dea 1 ompiera Librtl
traveise une cxL* sans prcdent.
Le Conseil d'administretion a donn
sa dmission et le Magistrat Commu
nai a du nommer uue Cora 11 ssiOQ
compose dea citoyens et anciens
poinpiera : Georges Jacob, E gens
Dpend, Arthur Isidor, Antoine M-
tellus, l'tioo Hoy. Ueorgs Eli.Fei-
iidinl Crepsac. Joseph L'air et L)d-
vi 1 Vilain pour g^rer lej l'.iis ae
la Compagnie.
CQita commission s'est mis? 1 u-
vre ;min?'iia'euient et a dcida de
fa le Ippel voua tous, jeunes h.itu-
iiii-s pour dtendre vos biens, ceux
de vos parents et amis.
L uvre du R. P. Weick n'est
point une ouvre pive. elle est une
ncessit lucisls. l.e souvenir des
1 'iii'H soiiibies oh le feu ravageait
la Iuxuklsh piopnt du riche com-
me l'humblu h .uis'initj du pauvie
et-i trop crutl pour que nous ten-
ions a c une CEavra qui a empch bien dea
calam ls. Nul ne peut oublier cora
bien taient chers la Population
Ceux*l qui, sous les ordres de vail
1.1,1s Commandants pleins de foi et
de dvouement no reculrent devaut
aucuu sacrilice pour disputer uu
feu 1 pargne du fauvre.
l.a li.;iiii-3iuii du dernier Conseil
d'Administration ne pouvait qu'in-
quiter les Iui.ji lt;s qui ont tant de
luis uJiiJii le dvouement et la
constance des citoyens dont le dsin
teiesseoient est au-dessus de tout
61001.
Oui, Messieurs,le d&n^er est immi
neuf, nous devons le conjurer .cha-
cun doit faire un dernier ellort. Le
Coi.Stil Communal dans un beau
gtste vient de prendre toutes lus
mesures ncessaires a bssurer 1 en-
tietien du matriel, son transport
immdiat sur le thtre d'incendie
par un personnel qui sera en inesu
re de poiter les premiers secouis.
Votre concours tous est indispen
Sbb.e pour smpcliel qu'une iruvre
iu.itiei.iie ne perisbe ..
l.k tu! notre Cloiie.
i'tiou ROY, Bcietaue.
Les Membres ' Eugne Hgand,
Arthur Isidore. Antoine Mtellus,
Ueoiges Elie, Keruand Crepst,c> Jo
sept* Carr et David Vilau.
N- 15. Les Jeunes gens qui dsi
1 oui s inscrira peuvent ae prsenter
la Stauoa Centrale dea PompierI
o un registre est ouvert eut etle\
a par ir de ce jour, de i 0 hautes
de l'aprs-nudi-
m.....
>*.
journaux, il semble que le terraiu
,9 mieux uppropti cet usge eut
la place de la Cathdrale o se
trouve en ce moment le trop ines-
thtique march du mme uom.
Et puisque 1 opinion du public a
t sollicite et qu'il n'est pas trop
lard pour donner la ntre, disons,
eu passant, que l'endroit convi.n-
drail par icuheiemtnt l'rection de
l'difie*. Nul autre ne semble mieux
dsign. Et d'abord, o tiouver,daus
un centre d'affaire*- une place plua
vaste pei mettant do construire cet
Important bornent dan les condi
lions voulue par U perspective?
Cesi aussi le point vers lequel con-
vergent les oubliants dea lucatila
.maniera du hait de la ville, dq
Uanqnile Morne- Tuf- du populeux
llj.-.Mr et de l .iduaiueux liord-lt.
Mer. Il n y a donc pas hsiter, l
doit tre bail l'ijtel t|e vill?.
Ce point tant rsolu, une autre
question tout aussi utreaiaote ae
pose : Je veux parler du plan
adopter.
A suivre
TlTui cl prospre
Une expdit on presque uniq'if-
rrent arienne en Afrique: voili la
rouveaut qu^ lts Anglais vienn;i t
de nous donner au Somaliland.
Il s'agissait de ldui^e le vieil ld
vasaire Mohamrr.td Abdallah, qui
se pi^sen'e comme le.VIahdi etquon
a appel le Mollah fou Mad Mi'-
hih . I; y a plus de quinze ans
qu'avec sis derviches, il troublait'a
tiarqui'lit intirieure du Somaliland.
et plusieurs expditions curent lieu
contie lui, d'abord de 1901 i 19 |,
puis en 1912 et 19:3. sans isul'as
bien nets Installs dans la valle du
Nog 1 !es derviches venaiert piller
les tibus soumises, et en 1914,0:1
les v.t jusqu'aux environ; de Herbe-
ra. A l'intrieur ils avaie t constitu
des r paires solides,entouiis de nom
bieux fortins, noUmmeni a laie,
quartier gnral du Mahd', (idsli,
dans le Nord F.st du l'rotec.orat.daus
les monts qui lotit t*ce au golfe
d'Aden, e*. a Baran, olus i l'Est. Le
StrnsJtlir Calmel Corps tait s.ins
cesse en ha'eine, et lai deslructm.is
des torh de Shimber-litrris en .914-
1915 n'-vait pas enray l'offensive
des derviches. Au contraire, ceux ci
en taient arrivs i t?nir presque
toute la partie orientale du Protec o-
rat.
Il fallait en fi r. (Jue dcida le
gouvernement britannique ? On avait
parl d'une coopration avec les Ita-
liens menacs, eux aussi par le Mad
Mullah. Mais le Colonial Ollice pr-
fra agir seul, toutefois en se faisant
aider du ministe de 1 Air : il fui
dcid que les oprai ons seraient
menes par air. appuyes en cas de
succs par des forces d'infanterie et
de l'intan'erie monte.
Le ministre de l'Air constitua,
sous le commandement du capitaine
Cordon, un g oupe de douze avions
De Haviland, comprenant un qui-
page de 23 officiers et de 150 hom-
mes; un ces avions tait install en
ambulau.ee arienne munie de bran-
cards. La base fut installs Bifbsta
et, pendant qu'un navire de gutre
amenait les avions, les avuteurs ins-
tallaient la-bas des arodro ns et
des points d'atterrissage. Le 20 jm-
vier dernier, le gioupe tait prt.
11 avait t convenu entre le Co-
lonial Otdce et le ministre de l'Air
que la premire partie des opra-
tions serait une attaque uniquement
aen une: en cas de succs, les avia-
teu s devaient bombarder les forts
de Mcd.shi et de |ica!i, et descendant
t es bas. disperser les derviches.C'est
a qui se produisit dans la journe
do ai. Nouvelles attaques les 2a et
23 Janvier. Lea avions surprirent, les
derviches rassembls pojr la retraite
eijc.crcntsi bien la panique parmi
ei'x :ue ceux-ci, le lendemain, S -
taierai tous enfuis, dans les monta-
gnes a v.ctoire arienne tait corn-
Jlte.
Le 21 les troupes d terre q;cu-
paisnt ) dili. d'O le Mullah s tait,
er.lui 4 g'v.oJ'peine laissant, son on-
cle p.^r m les morts et tous ses tllets
dans le bjtm La poutsuite comraeu
ait. Ici Ici aviateurs redevenaient
des auxilia tes, reconnaissant les po-
si'ions ennemies et les bombardant.
La liaison tai. parfaite entre lca
Zlle peut payer, dit au
Times une Haute person-
nalit amricaine
Li Times publie une lettre
de M. Herbert Kaulfmann, le jour-
naliste amricain qui fut adjoint au
ministre de l'in tieur des Etats Unis
pendant h guerre et qui revient d'un
voyage en Allemagne.
Voici quelques extraits de cette
Lue ;
Si l'Allemagne est menace par
le bolchevisrne et en danger de tom
i>er dans le dsespoir, il n y a gure
de tendances vis-ible* de cela dans la
itgioi dont j'arrive.
Si l'Allemagne e maintenir l'ordre et la lgalit sans
conserver de loits contingents d'hom
mes arms, je dois dire que je n'ai
obie.iv nulle part lj. mcontente-
ment de la multitude, qui est don
n comme excuse pour une diminu
ton seule-neni graduelle des lorces
militaires,
Tandis q 1e les envoys de l'Ai
lemagie discutent, haussent, bar-
guigaant, cherchait gagner du
temps, de l'autre ct de la frontire
le peuple construit des routes,rpare
les jyitmes tlgraphiques et tl-
phoniques .btu de; maisons, pous-
se la production et cultive chique
pouce de terrain labourable avec
une ardeur qui diole un moral
iatict et une rsolution inbranlable
Ou'O.i lui donne d: nombreux
mois de grce, et le rus Teuton
aura plac srement et irrparable
ment une grande partie de l'argent
i piyer pour les icdemuits en mai
sons, en grandes routes, en voies
fer:;s et en ballast.
troupes de terre et celles de l'air,
l.'object f tait Taie, foite position
mure et entoure de treize forteres-
ses. Li position, reconnue, photpgra
phie, puis bombard f par les avions
le 8 Fvrier, lut prise le lendemain
par le Cimel Corps, les troupes in-
diennas et les partisan:. Le Mullah
ne put s'chapper qu'a 1 dernier mo-
ment avec 70 cavaliers i peine.
Kst-il dlinitivement vaincu, corn
me Ta dit aux Commun :s le colonel
Amery, sous secrtaire d'Etat des
Colonies, i qui sir |. Ku. a rappel,
avec humour que le mullah tait
dj mort plusieurs fois '( Il est re-
grtttable pour la scurit du Soma
bland qu il ait chapp une fo;s de
plus. Mais sa puissance c) son pris
tige sont certainement atteints p*r
ect^te campagne originale qui n'a
dur que trois sem unes et a cot
b.en moins cher que les expditions
d'autrefois. Le colonel Am?ry a pu
dire aux Communes:! lYeffet moral
et matriel du bombardement des
positions derviches a t le facteur
essentiel du succs des oprations et
^ans lui les oprations des troupes
de terre n'auraient pas ' efficaces.
Four la premire ton, en fait, l'aro
plane a t dlibrment employ
atflsJttc arme principale et non p)^s
simplement comme une ar^e auxi
liaire, et le rsultat a t aussi or^.
nal que sathbisar.t .
C'est un enseig'cf:r>i que Ton
peut reten r
' * G. DLPASSE
4 louer
HALLE en maonnerie St Marc J
Les offres seront re<;uea pj.ir uoe
halle . l'preuve du feu "> 1 20
pieds situe sur 'e Mirch et tout
prs du nouvtau warf construire,
dans le centre du commerce pour
Expoitatiou. Importation et la vente
des marchandises en gros et en
dlai'
Arrangement sera tait pour livrtr
la maison en Octobre.
Adresse WICK
Soin Chef du Toste Si Marc
TO RENT
LARGE FiREPROOF Store in
Saint Marc.
(Unis will be received for (le
ren al of a store built in of atones
and Hreproof 06 x 98 feet Situated
111 ihe ueu mai! .-'. and neai ti.e aite
of t lie OSW warf to be conatructed
in Ihe centre ot corameice for Ex-
portaMen, Importation aud geueral
marchandise in wholeaale and retaib
ai rangements will be inade for tho
premiiei to bs dalivered in October
A.lreisj 'ii,;uiiies to
WICK
C|o l'oatmaster S'.-Marc.
Ci s milliards que le conseil su-
prme cherche sans succs attein-
dre reposent le long des ioutes, tout
prs pour des pelles nergiques. Ils
sont transformes en mortier et mus
en briques. |e ne parle que pour la
icgiou que j'ai visite, mais si le
reiie de l'empire est aussi bien or-
donn et aussi industrieux, si le
reste de sa population travaille avec
une letveur gale, l'habilet et la
volont allemandes peuvent acquitter
la dette tii raisonnable contracte
envers la justice et envers les vie
tunes de la mgalomanie de TAUe
magne.
L auteur de la lettre dit ensuite
que 1 Allemagne souffre d'une in
suffisance de beaucoup de choses,
mais qu il en est de mme de toute
la civilisation.
c La viande est chre, mais pas
plus que dans beaucoup d'autres
pays 11 n'y a pas de linge; la grai.-,e
e#t rare i mais i alimentation du
peuple est plus virie et plus nutri-
tive qu'en Italie et au lapon.
Si sa dfaite et les pivalws nu
poses par les allis ont. attect le
caractre allemand et offert une sur-
face fertile au b^Lhvisrae, les Alle-
mands sont passes mairres dans Tare
de dissimuler, car je n'ai jamais vu
d' anarchiste aussi joyeux
Le manque de combustible dont
01 se lamenta haute voix n'a pas
encore afiect les vastes forts du
SuJ. Les pentes du Schwara-valdl
sont aussi touttues d'arbres que >s
mais
H se peut qu'il v ait pnurie de
mtal, mais cela ne se voit pas sur
les poteaux du tlgraphe. L'A'le
magne a assez de mtal et assex d'ar
gent pour maintenir ses commuai
cations dans les conditions d'avant
guerre, ce qu'on ne peut pas dire de
l'Amrique, de la France ou de l'An,
gleteire.
A Uarlsruhe, M. Kiuttin plu: urs fonctionnaires de, u police
qui, dit il, n'ont expurjfc aucUQ rc
gret de la situation de, TAllem.goe.
et qui n'o'.t DM'.'itnt'nt cherche
iqqn: sa sv^tfe'.e.
Au cours e sou sjour au bureau
central, d* la police, on y a amen
plusieurs ho'.nrnes et on icur a don
n Tordre de chercher du travail tn
leur exr,ii8,uanl qu'il n'tait plus,
permis de ne rien taire
* .viois dit il, que la g/and* nrot
Value subie par T Allemagne ie itvea
1 *




Les Persommes Mnmques
ont besoin de L'Emukhn de Scott qui plus
qu^un mdicament est un puissant aliment
- "concentr, productif de sang,
forces et bonne couleur.
-wi
(Demandez toujours Embua cfe 5coff)
^^v-JiraMmwniiwiiiH.........*.........^am^^.^
-* cl i t R "H V P r 1 f'n rr'"^ des prisons
H EN SET n NEMENT3
METEO H G T,O G QU ES
OBSERVATOinE
PU
PETIT SEMINAIRE
COLLEGE STM*RTIA
vendredi 13 Ac jy:o
BaromUe ;6l ;
_ ^ minimum 20 3
Tcrrpraure /
.. ( maximum 3 j o
Moyenne diaroe 2f> o
C ifI clair h matine, nu-
it nuit
Ploie d'orage i 8 h ; -, m.
Plovioml e 4 0 m m.
Baromtre en hausse.
J SCHERER
Notre Dame d'Aot
p demain ij Aot U rand fte tu ils-
rue* Port-au Prince qui est
Hatien et de Pctit-Gdave.
a g heures ra clbre en la Basiii
IArchevque, la Chorale d,
'" "" ;;'-' M>dn Le .n do circoi
ce sera du par un pred St-Esprit.
A 5 heure* et demie de l'aprs-mtdl il : .
.'> et proatiion pa ,e de
Aoira-Dan*, pai Isa ruea dts Fronts-Ports, du
<-wtreei hou.. I crmonie sra clture par
U bndiction du Tiit Saint Sacrement.
Conseil Communal
laUresaantc sance hier au Con
o ion a eu recevoir Mr Ducasse Ch. p
Magistrat Communal d. Cap qui fait un c
Mf|Our parmi BOUS.
A lundi les dtails.
Nouveaux h*iLiens
.e fBwraul Officiel publie di
rtdent de la Rpublique accordant la qualit
d Haineux pour qu'ils |ouisseni de, d:.
aoot attachs ci .jj ils en supportent In ,
eo se conformant-Jux dispositions de la ( onsti-
tuiionei desloi-dc U Rpublique,a MM i
mtan et Louis Gunave de nationlit Iran
Une pension mer,
.Sur la proposition du Secrtaire d El i des Cul.
tes et delavbdu Conseil des
> M Prsente dernirement a e p.
I* (.onsul d l.ut Cette loi qui vient dire pro
nultue aura l'approbation Rnrale car elle
est insaare d un vtitable sentiment de j istice. il
saiitde la ;o. accord-nt une pension mensuelle
de 'Cinquante dollars, i Mgr. lo.eph II',,,,,
e cm aussi un htMnmage aux ticeUenti s,,
rendus par le distnc p Cire.
' I vient de pro-
".',''' 1 Secrtaire d'Etat de
I loi !.- un crdit supplmentaire de trente
>" dont rrent miiU doll
: ins du ter vj,
II m ?! Juillet 1./J0 et Sis mille doll
m l'entre
Prisons durant les mois d'Aot et
te bre 1920. r
Un concert Gr*ncJios3
Palus en l'hon-
enave, demain soir.
acnt.- 1 | ...
"--l:- Cinq......... ,jver_
.
. :c P*"* Ll Duo Je Guil.
1 e i,.i. ; Les .
'','lx- f, 2 Salut
lu du Prsident.
Mariage
( L "'' ni en la Basill iu< N i
Dame le mari ,
Mr C D .
' its .1 l'autel par Me
i no.
Meilleurs souhaits de bonheur,
arisiana
DIMANCHE
LE COLLIER DJkl PERLES
DOM.'NO ROUGE
iie pisode
LA MAUVAISE PLAISANTERIE
D'aprs lea impressions .i.- Ct
s Flaroarion sur k iSpirltiame,
joiiti par U, de l.inuoro, Faisant droit
qui demandes de ceux d'.;i n'eut pu
icir le Ur pisode lu Direction 0:-
f'iia aussi io 1er avec le 2e pitodes
de Domino.
Knlrs G- 1150
Enfant 1 ou
Sous ria/Li-ficj :iu ".-J. ;-.;.;; j,r
LA TOCX SU CALME IMMDIATE* f ^T
LA nSVRS tt l- (SUEURS NOCTURMtis
DISPARAISSENT.
r apj ,ics
LT !.. R lfT8 Ht. Crft
S AlTl.Nl'ENi.
LA BBSPIRATieN DBVIEJIT
PLVS FACILE.
L'APPETIT REWSKT.
U sc.viKlL REAPPARAIT.
1 :: rortcis
r L'fiKaasie :;t: aissbnt.
rrpt Ti ctw lcs hopitau
KCO*;s:.\r> ; >a n majorit du c-^rm
OAt fsa;.i. pprcih
PAS PLUS OS 20 0 i EDECiris ETR/Nr'Ra
MODE D'EMPLCI
, C .. cullkr i cc.fi matin tt soir
*
<\' g^J Ca ' ' t-tts In BrtjMtiii t| n^
tf* LABORATOIRES A. DAILLY
^^V"~-=S^; '?- K D3 rome, PARIS 5^^,
----------------- Str*
2Kt
Automobilistes.
Remerciements
Jii. Dunnville |ein ci
. .. ercicut
'" :: '" 1 iu-
ulu leur donner des
preuves de sympat lsion pe ...
|h. Dunnville Jean.
prient de croire leur protonde aratitude,
Association Amioala du Petit
InaireColl lt Marta
, Ll' Comit de l'Association
( Bureaaet Conseil je.; ptidesnrui
lundi, 16 du

'" Ire connaissance
ments 1 j actes importants relatll .
Me :, iduCom
,:'-:i' pr de ne ; .. manquer a la ,
: commu
utive qm dey .
delAs xianonei au public de la so
' h.nwe t; d. de u ,..,,,u:] d
sminaire.
Nouvelles Etranjres
IJ cot
par l'encombrement des cfmetires
on voit circuler un nombre iori
nant de jeunes ^ens solides, ansn
bien mis et d'au.^si bonne humeur
qae.ceux qu'on voyaient avant 1914
On parle de gouvernements
tatous et de rvolution un mi ne Me
Mais il ny a aucun indice de nnu
vaise administration ou de miiioc
tentemeul national.
Peur moi, l'Allemagne parait
vivante, lorte, prospre, et ne res
sentant ci remords ri regrets. Elle
ne perd pas son temps 1 :,e plaindre
tu a rvasser. .Son ceivau est clan
U sa tte est soh'de sur ses paul.s
Nj srn aspect, ni son activit re
justiLent les menaces voiles et les
plaido>ers inattendus qu'elle tait i
Spa. A mon av s personne!, eh
ptut payer ce qu'elle ,'doit sans difii
cudtts inp grandir. Von espoir est
qu'on lui ti. fera payer Is totalit.
La ite n a pas brit .-on
moral, et je ne c ois paj qu'elle ait
mol li son ra a ire.
Silesi une nation en Europe
qui doive endurer do preoets, 1 ;,1
Iemsgnc mrite i'kit cette oatlor
Maisl'Alletnsgoe N met ra rapid."
mtrt sur pir.j avec les fonds que >a
Frs ce, lAngleteire tt a 3 g n0C
tici\ent recevoir peur redever.tr des
communauts comptentes, co
fables tt Lb tab'es.
WASH NGTON L coeraes de
Mlloi nationilei et interaatiow'e3
q'it J v.ifa: avoir leur p^int de d';-
pin indiana?o!is rcspectivemeai
ie^ 11 septsmb'e et 2? o: obre pren
d ont Lui dpart a Ch:cag) au m-
1 es di'er.
SANPEDRO(Ce)ahuila).Frandco
villa tt ses yoo partisans sont partn
aujoud'hui pu trrins spcitoi pour
Hahnalilo ( Btat de Durangj) o lis
seroi ; et dsarms.
VKiUCKUX. LLa guerre civile
dan* l'tat de Veia Cil/, est dit-oa
Invitable si le gouvernement Fd-
rai n'y envoie d.-s troupes pour fau-
te respecter les otdres du Prsident
provisoiiede 1 Haerts rvoquant
gouvernement Antonio Nava de son
poste. Ce gouvernement est toujours
en fonction et n'a fait aucun.- atten-
tion eux ctdrcs da Prsident qui lui
a assign un successeur.
PARS Le produit des impsts in-
d tecs poailes sept piemitra moisie
1990 aces.' uje plu, [value de 1 y;j
49 .2 o nncs par rappoi i'eva-
Inatioa budgtaire et Qoe sagmeata
Ion de deux milliards par rappo.l i
li pnod* correspondante de igtu
VAISO B Le conseil de Ja di!
t n se d 1 talc pub ie an appel aux
p-*upet .1 mon e en 1er dclarant
c,ue la N toa Po'onaisi n acceptera
\mt. ; "! noraate tt
qo'de se dtendra jusqu'au b-ur
L'appel t 1 .1 ne n d.^nt que l
c-.icm.it de la Poogne dchaiuera
a irait n le monde entir uni hra
umbi dpawai t e. lui:eu: tout :e
qui rai vu dpO s l'antiqu t
PaiRIS- Le charai d'a'it/ei an
glais spporu dans la matine au
secrtaire Ren rai do ministre des
affaires trangres une comraunica
t 00 du gouvernement Britannique.
D la conversation qui s'engagea
entre A derson et Palolcgue il :
suite que le* deux Gouvernements
sont eu traia d'examiner dans l'es
put le p'us amical les divergences
de vues qui $ produisirent tnlre
eiix mis qui ne les empchrent
aucunement de poursuivre une lin i
me collaboraticn.
Milierand qui arriva pou: djeuner
4AJantD4.er tut inform aussitt
de e t: toi.ve sal on.
VAgSOVlfi- Li dlgation Po
Iotiats.; is pat te hier au soir pour
rencontre' Ls dlgus Runes,
BERLIN- Les plnipo:entiairti
balcbvistii arrivrent a Berlin pour
ittiblir In teintions diplomaiiquei
entra la Russie tt rAl'emagne. U.e
au'r.' mission arriva a V*ieune pour
renouveler les relations avec LAu-
HELSINGFORS-Le trait russe-
lt tb" est siga.
NOYUN- Milerand, C0lirs
d une rception i l'b el de viilt'
dclara :aLa rpublique ne place au.
cun ;cic au des us de la ^consti-
tution ntto.iale. Lt s allis sont unis
t leiseroct unis. L y a de, d5\cr-
g nets de vues qui jont in vitib.es
a ccus? du caraciie de cbacuo,mas
i'unton qui doit exister entre nous
continuera, eu elle fut forge dans
de si dures preuves qu'une unioi
scelle dins de tilles conditions ne
peut pas se rompre*
PARU-. Veaiselos, partant dms
la so ree a destination de Nies fat
victimi d'un atteutst ds U p7rt de
deux 1 idividus : h lient en 1 et de a*.
nie G orge PjriolU et le lieutenant
rh aQs, correspondant du journal
LJursedAtbxetU ont avou
l^ur p/-niditatioo ea priteadant
quils vouaient librer la Gr;a de
son oporessesr.
NEW VO^K-P.anc T},n, Litre
sterling ? (.5.
NOTCOE SERVICE
1>UCVBLEFR4N\
Les :o.nmuni;auo-H de h VVeat
India aod Pauma Tilegraph Co
entre Poto.Rtco et il.maIju.tsMH
ra.1b.1es. Notre trmfi: n'est plus su-
jet i retard.
attention!
L'huile pour moteurs, de lexnlll
marque VEEDOL. en barrique
Vallons et en ferblanc de ljall<2
wieat d'arriver
EN VENTE CHtZ
P.iVtray &C0I1

te fars!
, tu,
tTABUS 186!
Commissions
tMPORT EXPORT]
Exportent toutes ies rat
Accepleii des consignations da <' ses de proienances i
'oue drfni.b iTlati, soit .hsli- C" particulier: tirsusaio
n n du Ji.'iVreoj Livcrpooi. linesses nnglaises, quioci
f crpetles, houes, niaochair
D diaes, etc. e!c.
fourd autres renseignements, prire de s'adresser U
pour Hati,
L. Freetaiir Agje rtu
m......n Jiue du Quai-
^^^^^^^^"*??^K*ntt'*",**SWBf*SBBSBaBOWs^
Accourez la Librairie du i/rfaA
Vivre (Etude des moyens de relever l'nergie vitale tt de prolonge
par le Docteur Suge Voronoll J
La Rsurrection d; L chatraLa vie recomm:.i:? r->r H?nry Bc du
Les leons de la Guerre L'Industrie ftanmee L'ihwe cl hier,
leftoit de demain par I on Guiliot
Alimentation ec Kiv tailliment prR-
Legendre Doct.ur e.v science:
Les leons militaires c'e l:t Guo e
par le Capitaine Bl II Houiaid
L'aronauti }ue Hei Demain
pkr le Comiiiandin1 Oriblilb
Marine et Guerre Nivale par le CpiiSasm
de 1-rgxte |. Vaschalde
Contre
Varits
DEMAIN
Dchance
Lorsqu'une
femme v ut
ce "iP^rrc
-r
I
-:

K 1
G 1 cU



'-'

ia
Bavez l Dlie
&&
\e iK.i.ison iDcompu.'- '. ^
; Bi p
instnntanomaataaM' .-1
lion en versant aimplemeal u
j FHOiTAdans uu Wra TKsavi
i'xlr- firrtont/ao< '""""JfJl
._
UTsfesSB| ;. ^
VArU-ANTetB^^
- lu ru KscasuH-:
^wP-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM